Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Première partie. Renaissance

De la bande de copains à la société d’éducation civique

Texte intégral

ORGANISATION

  • 1 J.-M. Denquin, Cours de Science politique, Les cours du Droit, 1984.
  • 2 « Qu’est-ce que la Société des Jacobins ? », LJ, fév. 1953.
  • 3 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

1La science politique contemporaine se trouve souvent fort embarrassée lorsqu’il s’agit de ranger les clubs politiques parmi les catégories qu’elle institue elle-même. Généralement, elle les classe parmi les groupes de pression défenseurs des intérêts moraux. Ainsi, M. Denquin1 les situe après les groupements féminins, les organisations d’étudiants et d’anciens combattants et les Églises. Cette difficulté est issue de l’absence de fondement juridique pour les clubs politiques. A la différence des États-Unis où le respect du légalisme impose très tôt la constitution d’un cadre juridique pour clubs et lobbies, les groupes de ce type restent, en France, étrangers à ces considérations. Le Club des Jacobins n’échappe pas à cette carence. Créé conformément à la loi de 1901 sur les associations, il s’octroie une série de statuts d’ordre plus indicatif que dirigiste. Il est cependant un domaine où les Jacobins veulent aussitôt clarifier les choses, c’est celui des rapports entre les partis et lui. Maints entre filets glissés avec insistance dans le journal s’acharnent à le répéter : « Peut-on adhérer en même temps aux Jacobins et à un parti politique ou à une centrale syndicale ou à toute autre organisation ? Bien sûr, à condition que cette organisation ne soit pas hostile à la République et à la Déclaration des Droits. Les Jacobins constituant un club, il ne saurait y avoir interdiction de double appartenance »2. A titre d’avertissement et aussi de publicité, la formule est reprise dans les cinq premiers numéros du Jacobin. Elle revient ensuite à intervalles plus espacés. Mais en octobre 1955, à nouveau on peut lire : « le Club des Jacobins – convient-il de le répéter – n’est pas un parti. Il est un lieu de rassemblement d’hommes de bonne volonté qui cherchent le plus grand dénominateur commun de la volonté nationale... »3.

  • 4 « Une motion du C.E.N. jacobin sur le rappel du Parlement », LJ, sept. 1953.

2La structure du club dégage en elle-même le souci de se distinguer d’un parti. On dénombre quatre instances principales : un comité de direction ou Comité exécutif national comprenant quatorze membres, rassemblés une à deux fois par semaine. A côté de ce C.E.N. – remarquons ici la similitude de terminologie avec celle des instances radicales – un comité d’action politique et de rédaction du journal compte les quatorze membres du C.E.N. et vingt-trois autres responsables. En parallèle, un comité d’action provinciale comprend dix représentants locaux. Enfin, une cinquantaine de membres choisis parmi les précédents, forment l’assemblée générale jacobine. Même si la structure réelle du club apparaît très vite peu fidèle à celle des statuts, l’état d’esprit cher aux jeunes radicaux qui se dégage de cette organisation pyramidale est préservé ; épris d’efficacité, ils s’offrent, sur le papier au moins, une arme redoutable, une machine de combat bien huilée et homogène. Nouvelle façon de se démarquer de l’organisation lâche et désuète du Parti radical, leur entreprise prouve son bien-fondé en se donnant la caution du sérieux et du structuré de façon à faciliter le dialogue avec les autres formations politiques. Voici d’ailleurs, une illustration de cette volonté : « une motion du C.E.N. jacobin sur le rappel du Parlement. Le 10 août (1953) dernier, au moment où la grève rebondissait dans les services publics, en signe de protestation contre les décrets Laniel, le Comité Exécutif National jacobin faisait parvenir à tous les Présidents de groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale le communiqué suivant... »4.

Structures du Club des Jacobins

Structures du Club des Jacobins

3La réalité, on le sait, correspond peu aux statuts. Au sein du Comité exécutif national, se retrouve en fait le petit groupe d’amis fondateurs du club. On y décompte bien, de temps en temps, les quatorze membres titulaires. Souvent aussi le double, souvent aussi la moitié. Voici, prises à trois dates successives, les compositions de ce C.E.N. En 1953, autour de Charles Hernu se trouvent les avocats Gaston Maurice et Pierre Naudet, Georges Solpray, le docteur Léon Hovnanian, Alain Gourdon de la Cour des Comptes, le journaliste Philippe Atger, Paul-André Falcoz, Pierre Barrucand, ancien conseiller socialiste de Clichy, Charles Briandet l’administrateur du club, Jacques Gambier, Georges Maury et Jacques Nilsen, Georges Bérard-Quélin directeur général de la Société générale de presse et enfin Robert Fusilier. Deux ans plus tard, le comité directeur comprend les mêmes personnes auxquelles se sont joints Marcel Carsac, Robert Ceugnart, Henri Hermand, Jean Lescure, Roland-Louis Mattéi, Harris Puisais, Georges Scali, Richard Taugnat, Michel Vinbert et Roger Charny.

4Comparée à la composition de 1964, la liste perd tous ses noms exceptés ceux de Hernu et Briandet, de Maurice et de Charny. Cette comparaison permet d’avancer deux idées. D’une part, l’existence du club avant 1958 répond sans doute à d’autres mobiles que ceux d’après cette date. D’autre part, le club première version apparaît bien d’abord comme un rassemblement d’amis se cooptant entre eux – et cela en opposition avec les statuts qui imposent une élection par l’Assemblée. De même, la place de Charles Hernu à la tête du club s’impose tout naturellement sans qu’aucun article statutaire n’ait à le consacrer. Ses avis ont souvent force de décision alors qu’il ne bénéficie d’aucun privilège de vote.

  • 5 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

5Clamant haut et fort l’organisation démocratique du club, une étroite direction collégiale monopolise en dernier ressort le pouvoir de décision. Cette direction ne se révèle cependant en rien tyrannique. Toute liberté d’assister ou non aux réunions est laissée aux membres du club. Néanmoins, l’appartenance à une loge maçonnique s’avère être généralement une condition indispensable pour qui veut appartenir au C.E.N. Peu à peu, en effet, s’instaure la règle officieuse selon laquelle tout responsable du C.E.N. doit être franc-maçon5. Cela n’empêche d’ailleurs pas Paul-André Falcoz, étranger aux loges, d’y figurer. Les liens d’amitié sont, en dernier ressort, les véritables bases d’organisation.

  • 6 « Conférence nationale jacobine », LJ, 25 nov. 1955.
  • 7 « Cet avis tient lieu d’invitation », LJ, mars 1953.
  • 8 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

6Les assemblées constituent le second temps fort de la vie du club. Elles sont de plusieurs ordres. Deux fois par an, se réunit, selon les statuts, une assemblée générale. Dans la réalité, elle n’a jamais lieu plus d’une fois tous les deux ans. Celle des 4 et 5 février 1956 paraît des plus prometteuses : « Le Club des Jacobins n’est pas un parti, c’est pourquoi nous n’organisons pas un congrès politique mais une conférence nationale. Ainsi, tous nos responsables de Paris, des départements et de l’Union Française pourront se rencontrer, coordonner leur action et définir, au seuil de 1956, des objectifs précis. Tous les membres des clubs de province et de l’Union Française et de Paris sont invités, mais seuls voteront les membres des bureaux des clubs locaux. Des rapports seront présentés par les présidents et secrétaires de clubs. « Une conférence permanente des Présidents de Clubs sera proposée »6. Les événements politiques du moment préviennent cependant sa tenue. D’autres tâches plus urgentes accaparent alors les Jacobins. Plus fréquentes et moins empreintes de solennité, les assemblées ordinaires donnent l’occasion d’entendre des personnalités étrangères au club s’exprimer dans des débats ou des conférences. Le journal annonce leur tenue : « Cet avis tient lieu d’invitation : la société des Jacobins organise le mercredi 18 mars 1953 à 20 h 45 précises au Cercle Républicain... Jacobins, sympathisants et vous tous qui êtes simplement curieux, vous êtes cordialement invités à cette réunion. La parole sera donnée aux membres du club qui la demanderont »7. D’un style très vivant, voire agressif, ce genre de réunion ouvre plus un débat à bâtons rompus qu’il ne cherche à faire digérer des discours préparés. « Nous, au comité directeur, nous déjeunions avec les orateurs du soir pour déterminer les sujets à aborder et préparer les questions »8. Une loi fondamentale du club interdit qu’on empêchât quiconque de parler. Les anciens Jacobins, à ce titre, se souviennent encore aujourd’hui d’un dénommé Isaac. Prenant la parole lors de chaque assemblée, le bonhomme en profite pour exprimer des avis contraires à ceux de la majorité. Mieux que le vote systématique de résolutions majoritaires, la possibilité laissée à tout un chacun de s’exprimer satisfait le souci des jeunes clubistes de donner vie à la démocratie. Néanmoins, le travail de ces assemblées débouche à terme sur des motions envoyées aussitôt aux agences de presse. La liste des motions adoptées depuis 1953, reproduite dans le numéro anniversaire du Jacobin d’octobre 1955, prouve la variété des sujets abordés et la fréquence soutenue des réunions.

7En raison du rôle de centre d’éducation civique inscrit dans ses statuts, le club est curieux de tout : la négociation au Vietnam (janvier 1953), la moralisation de la vie publique (mars 1953), le refus de l’acquittement des criminels de guerre (18 mars 1953), la défense de la République (juin 1953), l’envoi du contingent en Afrique du Nord (7 octobre 1955)... Il peut également s’agir du progrès technique ou de la réforme fiscale. La fréquence de ces réunions dépend, en dernier lieu, de la santé du club, du climat politique ou des occupations qui accaparent ses membres. De décembre 1951 à juin 1952, une assemblée est tenue chaque mois. Le rythme se ralentit ensuite : novembre 1952, mars et mai 1953. D’octobre à décembre 1953, on assiste à une forte reprise. L’année 1954 voit, au contraire, peu d’assemblées. Nous sommes alors, il est vrai, sous le gouvernement Mendès France. La préparation des élections de janvier 1956 coïncide, enfin, avec une période d’intense activité. A partir de 1956, Le Jacobin cessant de paraître, le décompte s’avère difficile.

8Où ces réunions ont-elles lieu ? A l’origine, le Cercle républicain procure la salle. Pour les assemblées exceptionnelles, les Jacobins émigrent. Les Journées jacobines d’octobre 1953 se tiennent à Versailles, au café Amaury, endroit où cent cinquante ans auparavant se réunit le Club Breton. Certaines projections de films documentaires suivies d’un débat ont lieu également dans la salle des Sociétés Savantes au 28 de la rue Serpente.

9Deux à trois cents personnes assistent à ces assemblées ordinaires. Certaines, qui prennent le qualificatif d’extraordinaires, comptent beaucoup plus de participants, en raison de la gravité du sujet ou bien de la célébrité de la personne invitée. En de telles circonstances, la salle Wagram accueille les conférenciers. Ainsi, la réunion du 15 juin 1955, présidée par Edouard Hérriot, offre l’occasion au pacha de Sefrou, Si Bekkai, de parler à propos de l’amitié franco-marocaine. La première page du Jacobin de juin titre : « Le 15 juin, salle Wagram, 1000 personnes ont assisté à la réunion organisée par les Jacobins ». C’est un gros succès assurément. Cependant, ce genre de manifestation reste assez rare.

  • 9 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

10Une question se pose avant de conclure : comment appartient-on au club ? L’appartenance elle-même, notons-le, est assez secondaire puisque l’entrée aux réunions est libre. La possession d’une carte de membre permet cependant de participer aux opérations internes, élections ou votes de motions. Selon l’article 5 du Titre II des statuts : « Les conditions à remplir pour adhérer au club sont les suivantes : être français, jouir de ses droits civiques, être âgé de 18 ans au moins (autorisation du tuteur légal pour les mineurs), être présenté par trois parrains (un seul pour les parlementaires), être agréé par l’assemblée générale et le comité exécutif, verser sa cotisation, adhérer aux statuts ». La réalité, ici encore, diffère. Néanmoins, les conditions requises pour militer à l’intérieur d’un comité directeur sont plus strictes : à la carte de membre, il faut ajouter le fait d’avoir au moins apporté dix nouveaux abonnés au journal9. L’adhésion même reste individuelle ; ainsi, les militants des diverses organisations politiques ne les représentent pas au sein du club.

11Au total, 6 à 700 personnes adhèrent au club en 1953. On en compte plus de 2000 en 1956, tandis qu’au lendemain du 13 mai 1958, seuls 80 fidèles lui demeurent attachés.

  • 10 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

12Comme il est fréquent pour ce genre d’organisation, les problèmes financiers ne manquent pas. Les débuts, à cet égard, sont modestes. Ce sont des membres plus aisés que d’autres qui les résolvent d’abord. « Charles Briandet permit au club de se maintenir les premiers temps. Nous autres, nous étions plus gênés »10. Une fois le club lancé, les cotisations – 500 francs par an, 1000 francs pour les membres bienfaiteurs et 200 francs pour les étudiants – lui permettent de vivre. Mais toujours, quelque Jacobin bienveillant aide à boucler ses fins d’exercice. Il n’en demeure pas moins vrai que dès 1951, le club présente une structure assez solide pour envisager sereinement son avenir.

S’OUVRIR A TOUS LES VENTS

  • 11 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.

13Une commune volonté réunit donc ces personnes qui veulent réveiller un parti en sommeil de radicalisme. Fonder un club de combat politique nécessite cependant de rallier un maximum de gens à cette cause : « Qu’ils combattent celle-ci (la formation politique) de l’intérieur ou de l’extérieur, les animateurs des clubs de combat politique cherchent généralement à accroître leur force, en conviant des hommes politiques appartenant à d’autres organisations à se joindre à eux »11. Cette première règle pour qui veut se lancer dans une telle entreprise, les Jacobins ne peuvent la transgresser : se sentant, dans maints domaines, plus proches des militants d’autres formations que de celle des Valoisiens, ils tendent la main, dès le début, à des non-radicaux. La crise que traversent alors de nombreux partis facilite d’ailleurs cette tactique : ce sont non seulement des militants mais également des parlementaires en rupture de ban qui répondent à leur appel. Au-delà de cet horizon, des personnes étrangères à tout parti politique trouvent au club une structure d’accueil ainsi qu’un tremplin pour faire leurs premières armes. On peut dès à présent s’interroger sur cette fonction de médiateurs assumée par les Jacobins : ont-ils eu pour mission de faciliter le rapprochement entre l’individu et le parti politique ?

  • 12 G. Suffert, « Les clubs ont-ils encore un avenir ? », France-Forum, mai 1966.
  • 13 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

14N’oublions cependant pas les relations d’amitié qui viennent toujours se superposer à cette volonté d’ouvrir le club à tous les vents et d’embaucher « toutes les bonnes volontés ». Sans cesse, il est nécessaire d’établir la distinction entre la stratégie et la simple camaraderie. Georges Suffert ne se prive pas, en ce sens, de crever quelques baudruches : « ... les clubs sont, par rapport aux partis ce que la bande est par rapport aux mouvements de jeunesse. Les copains, quoi. On se met à parler politique parce qu’on en a assez de parler de l’amour... »12. La pure contingence explique aussi certains ralliements. « C’était à la fin 1952. Je rencontrai Claude Bourdet et Charles Hernu lors d’une manifestation à l’Étoile. Charles Hernu m’a mis au courant de son club et de son dessein de lancer un journal. C’est ainsi que je suis venu au club. »13.

  • 14 « Extraits des statuts, article 3 », LJ, fév. 1953.
  • 15 « Double appartenance radicale-jacobine », LJ, janv. 1954.
  • 16 « Leur opinion », LJ, 28 oct. 1955.

15L’article 3 des statuts détermine la raison officielle du club. Il s’agit, selon sa lettre, de constituer « une société d’éducation civique et de propagande ayant pour but de réunir tous les républicains qui, venant des horizons les plus divers, veulent essayer – en dehors des partis – d’avoir entre eux des contacts afin de faire triompher les idées qui leur sont communes et de faire connaître aux nouvelles générations les réformes politiques, économiques et sociales constituant l’idéal jacobin »14. Au sein même des instances dirigeantes du club, si on compte 50 à 60 % de radicaux, les places restantes sont occupées par des gens d’autres tendances. Ainsi, parmi les onze membres que réunissent en janvier 1954 le comité directeur et la commission d’administration, trois sont socialistes, un U.D.S.R. et sept radicaux15. Dès les premiers mois, des contacts sont noués avec plus d’une vingtaine de députés et d’hommes politiques. Voici d’ailleurs, à titre d’illustration, les opinions de quelques-uns d’entre eux au sujet de leur participation : « A ceux qui s’étonnent de ma présence au Club des Jacobins, je déclare que lorsque dans une nation, monte la colère populaire, les hommes épris de liberté, de justice, de bien-être et de paix, se doivent de ne rechercher que ce qui peut les unir » (Robert Buron) ; « Je suis heureux de retrouver dans le Club des Jacobins l’esprit qui animait la Résistance » (Daniel Mayer) ; « Les Jacobins ont l’habitude de recevoir près de leur dynamique équipe les hommes politiques qui conviennent à leur tempérament ou à leurs idées » (François Mitterrand)16.

  • 17 Ch. Briandet, « Douze mois d’activité », ! J, fév. 1953.

16En 1951, la création du club satisfait aussi l’attente d’un certain nombre de jeunes éléments de la gauche française. C’est une assurance supplémentaire du bien-fondé de l’entreprise lancée par les Jacobins : « Lorsque l’on constate qu’en moins d’un mois la société fut créée, déclarée et suffisamment organisée pour être en mesure de lancer ses invitations pour sa première réunion, on est en droit de conclure que beaucoup de citoyens n’attendaient que ce rendez-vous pour s’y rendre »17. Une fois prouvé aux partis de gauche qu’ils doivent à présent composer avec leur club, les Jacobins osent démontrer, en termes à peine voilés, que leur existence dérive, en fait, de la carence de ces mêmes partis.

  • 18 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

17L’ouverture à « toutes les bonnes volontés » se traduit d’abord, dans les faits, par la mise à la disposition de qui veut, de cette efficace tribune que constitue le club. « Le club n’est pas un parti. Il a toujours veillé à ce que, à sa tribune, des hommes de toutes tendances viennent s’exprimer »18.

18Voici une liste reconstituée des orateurs qui prennent la parole devant l’assemblée jacobine à partir de 1951 : Henri Henneguelle, député SFIO, Maurice Béné, radical et député de Seine-et-Oise, Jacques Mitterand, conseiller de l’Union Française et Union Progressiste, Maurice Verger, radical, conseiller de l’Union Française, Daniel Mayer, député SFIO, Robert Buron, député MRP, André Denis, député Jeune République, Joseph Lanet, député UDSR, Jean Ulver, député républicain social, André Maroselli, sénateur radical, François Mitterrand, député UDSR, Michel Debré, sénateur républicain social, Jean Nocher, député non inscrit, Si Bekkai, membre du trône chérifien, Maître Bouabib du Comité exécutif de l’Istiqlal... Le 11 novembre 1955, le club remet même la carte de Membre d’Honneur au fils aîné du sultan Mohammed V, le prince Moulay Hassan.

  • 19 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 20 M. Texier, « Les chrétiens devant le problème de l’école », LJ, 9 déc. 1955.

19Toutes ces personnes participent, en général, d’une même volonté de former la fraction progressiste des partis de la gauche non communiste ainsi que de la frange des républicains sociaux. A partir de 1954, sans doute, le ralliement à Mendès France devient le second motif d’adhésion au club. A cet égard, l’entrée aux Jacobins de catholiques constitue le fait le plus marquant. Ils trouvent dans ce club « un refuge et une solution à leurs difficultés de rallier la gauche sans pour autant adhérer à un parti politique de cette tendance »19. Les prises de position nuancées des Jacobins sur le problème de l’école expliquent également ce rapprochement. Maurice Texier s’interroge, d’ailleurs, sur l’attitude de ces sympathisants issus de milieux catholiques : « Cette prise de position des chrétiens de gauche (la majorité scolaire aurait sacrifié toute chance d’un règlement profond et durable du problème) est précieuse à la veille des élections ; elle montre que de nombreux chrétiens ne sont pas dupes des clichés d’une droite cléricale. En rejoignant nos rangs à propos d’un sujet aussi brûlant, ils entendent faire l’unité de la gauche en vue de tâches plus urgentes »20. Un autre pôle qui attire également la main tendue des Jacobins est constitué par les milieux syndicaux. En 1958, le journal s’interroge sur les causes de la désaffection d’une partie de la classe ouvrière pour le syndicalisme. Il donne alors la parole à divers responsables afin qu’ils expriment leurs avis sur l’éventuelle réunification des centrales. Parmi ces syndicats, c’est d’abord les gens du groupe Reconstruction, minoritaires au sein de la CFDT, qui répondent à l’appel des Jacobins.

  • 21 « Vive le peuple de France, Fès 14 avril 1955 », LJ, 13 mai 1955.

20A côté des dirigeants recrutés pour la plupart parmi des personnes déjà engagées dans un parti politique, il est une forte minorité de Jacobins composée d’individus dont c’est la première expérience politique sans doute. Ceux-ci représentent à peu près la moitié du nombre des adhérents. Les rubriques du Jacobin consacrées au courrier des lecteurs, dont celle intitulée « Nos lecteurs sont des militants », permettent de partir sur leurs traces. Dresser une typologie de ces personnes relève trop de l’approximation. Dans l’ensemble, on peut dire qu’une grande partie du courrier vient de la province et qu’il est rédigé par des gens soit jeunes – il y a même des écoliers – soit par des personnes d’un âge déjà avancé. « Fès, le 14 avril 1955. Je suis un viel homme de 70 ans mais pas encore gaga, encore capable de lutter quand ça en vaut la peine et aux côtés de bons compagnons... je voudrais savoir ce que sont les Jacobins de 1955. Je suis d’accord avec vous sur la nécessité de trouver des hommes qui sauront se dévouer à l’intérêt général et non à des intérêts particuliers, mais comment convaincre les lecteurs qu’on est un de ces hommes ?... »21. Sans doute, la relation entre les lecteurs du journal et les adhérents effectifs du club ne correspond pas à une parfaite équation. Cependant, on peut avancer que le courrier, à l’image de la composition du club, se répartit entre une fraction très politisée de personnes et une autre, de gens moins engagés, ou pas du tout. Cette composition reflète également celle du club en ce qu’elle rassemble des individus jeunes, impatients de changer les choses, et des gens plus âgés désireux d’un retour au radicalisme traditionnel. Entre les deux, la génération intermédiaire brille par son absence.

  • 22 « Le travail d’une équipe », LJ, 28 oct. 1955.
  • 23 Idem.

21Si l’on s’attarde à présent sur la composition sociologique du comité directeur des Jacobins, deux traits aussitôt se détachent : d’une part, c’est la jeunesse : « le Jacobin moyen du C.E. a 31 ans et 5 mois ; il est marié ; il a 1,4 enfant »22 ; d’autre part c’est une forte proportion de professions liées au journalisme et aux métiers des relations publiques. Philippe Atger, Jean Rémy, Charles Hernu sont journalistes. D’autres encore appartiennent à la catégorie des cadres supérieurs : Pierre Bramaud est attaché de direction dans une grande société ; Robert Fusilier attaché au CNRS ; Alain Gourdon auditeur à la Cour des Comptes ; Marcel Carsac administrateur civil ; Roland-Louis Mattéi administrateur de société ; Paul-André Falcoz directeur de société ; Georges Jouvent ingénieur. Leur provenance géographique est variée : trois parisiens, trois d’Afrique du Nord, les autres de province métropolitaine23. Pour autant, le club dès son origine apparaît d’abord comme un phénomène essentiellement parisien.

  • 24 « Qui sont les adhérents de la Société des Jacobins ? », LJ, fév. 1953.

22Quant aux membres ordinaires du club, les renseignements donnés par Le Jacobin lui-même nous indiquent qu’il y a parmi eux : 20 % de commerçants, industriels, hommes d’affaires ; 20 % de fonctionnaires ; 19,5 % de professions libérales ; 12 % d’employés ; 6 % d’hommes politiques ; 6 % d’artistes ; 6 % d’étudiants ; 4 % d’ingénieurs ; 3 % de propriétaires, retraités, sans profession ; 2,5 % d’ouvriers ; 1 % d’officiers supérieurs en activité ; 6 % de femmes24. La moyenne d’âge s’élève à 33 ans. Tous sont français.

23On peut tout de suite remarquer la relative faiblesse du pourcentage des ingénieurs et des techniciens. Si on tente de comparer cette composition sociologique avec celle des clubs d’après 1958, les différences sautent aussitôt aux yeux. Pourtant, aussi bien le noyau des dirigeants que celui des adhérents révèlent une forte proportion de gens ayant une formation supérieure. Le club ne peut pas échapper à l’aspect élitiste. Les pourcentages d’industriels et de fonctionnaires paraissent normaux. En revanche, ceux des professions de la politique semblent sous-évalués. Il faut remarquer enfin une présence féminine non négligeable.

  • 25 M. Duverger, Les partis politiques et les classes sociales en France, Paris, 1955.

24A comparer à présent cette structure avec celle du Parti radical, de sensibles différences apparaissent25. Si les milieux ruraux représentent 20 % de l’électorat valoisien, cette frange de la population est inexistante au sein du club. Celui-ci, phénomène essentiellement urbain, semble exclure, que ce soit à Paris ou dans les grandes villes de province, les Jacobins paysans. La moyenne bourgeoisie des industriels et des commerçants rassemble 4 % de l’électorat radical mais 20 % des parlementaires. Ici, les deux structures concordent bien, l’adhésion au club ou la candidature aux élections représentant deux formes comparables d’engagement qui ne sont d’ailleurs pas incompatibles. Le même raisonnement s’applique aux fonctionnaires et professions libérales qui représentent respectivement 24 et 35 % des parlementaires radicaux. La dichotomie la plus sensible concerne les milieux de retraités et de gens âgés : 3 % des Jacobins mais 65 % de l’électorat radical. Cependant, le pourcentage des parlementaires nous manque ; il doit sans doute se rapprocher du premier chiffre. Enfin, il apparaît qu’à propos de la présence des femmes, le club ait rangé au placard le viel adage radical qui dit : « Le radicalisme aime les femmes mais non la féminité, prône l’égalité des sexes mais non sans se faire violence ». Nombreuses sont les femmes qui militent au sein du club, particulièrement lors de l’aventure mendésiste.

  • 26 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

25On ne peut conclure cette analyse sans nous attarder, un moment, sur celui qui est le commun dénominateur de ce groupe, son fondateur et son âme. La cohésion de tout groupe repose essentiellement sur la qualité unifiante qu’exerce un de ses éléments sur les autres. Comme meneur qui rend de lui-même les arbitrages, et comme leader naturellement reconnu par les autres, Charles Hernu parvient à rassembler autour de sa personne des individus très divers : jeunes énarques et hauts dignitaires de loges, dirigeants des J.R.S., industriels ou avocats, jeunes maçons, journalistes ou attachés ministériels, tous reconnaissent en lui un dirigeant. « L’ascendant d’Hernu sur son club était dû, en partie à son dynamisme, en partie à ce type de tempérament et de mentalité républicains qu’il symbolisait »26. Tous insistent encore aujourd’hui sur sa nature optimiste et tolérante – « Le club c’était Hernu. Parfois, on levait le pied, on s’éloignait, mais il y avait toujours Hernu pour nous relancer les uns et les autres et maintenir un soupçon d’unité au sein du groupe » (26). Tous, admiratifs, saluent en lui un génie des relations publiques. Paul-André Falcoz se souvient qu’alors « on faisait feu de tout bois ». Élu local peu auparavant, on lui demande de signer ses articles de son nom suivi de sa qualité d’ancien maire. A partir de 1956, Charles Hernu appose sous sa signature le titre de « député protestataire ». Le succès de son club dépend, et il le comprend le premier, de la qualité officielle de ses collaborateurs. Un tel dynamisme correspond d’ailleurs chez lui à un certain nombre de principes très tôt arrêtés : moderniser la gauche pour la réunifier ; partir en guerre contre les combinaisons politiciennes ; défendre l’autorité de l’État. Telle est en quelque sorte cette religion qu’il affiche. Trente années après, qui se lasse parmi les anciens Jacobins interrogés de répéter son admiration doublée d’une affection sincère et complice pour son jeune leader d’alors.

UNE SOCIÉTÉ ET SES FILIALES

  • 27 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

26Ce sens de l’organisation et de la publicité s’exprime entre autres domaines, dans la mise sur pied, en province, d’un réseau de filiales. Une analyse exhaustive de ce réseau paraît difficile en raison du manque de sources. Néanmoins le journal, en lançant à partir d’octobre 1955 la rubrique « La France n’est pas une capitale... » nous aide à retrouver la trace de ces clubs. Gardons d’abord à l’esprit qu’une telle entreprise est une nouvelle façon de prouver aux yeux de l’opinion politique la large audience du club : « Il s’agissait surtout de faire du bruit en donnant le sentiment qu’existait une structure tentaculaire »27. Dans la réalité quotidienne, cela consiste en un émiettement de petites formations qui groupent çà et là quelques dizaines de personnes. Cependant, à partir de 1955, il n’est pas un numéro du Jacobin qui manque d’annoncer la création d’une nouvelle filiale.

  • 28 « Les Jacobins sont-ils une Société parisienne ? », LJ, fév. 1953.
  • 29 Idem.
  • 30 Liste des clubs de province, voir annexe.

27Dès la parution des premiers numéros du journal, le club parisien s’efforce de mettre les choses au point : « Les Jacobins sont-ils une société parisienne ? Non, les Jacobins sont une section de la société des Jacobins. Il existe des sections et des représentants dans certains départements : Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Mame, Nord, Pas-de-Calais, Loiret, Rhône, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, et Tunisie »28. De ce point de vue, on se rapproche tendancieusement de la structure partisane. En fait, l’idée qui fonde l’entreprise correspond plus au souci de décentraliser, de se faire la tribune des organisations de province, et pourquoi pas des jeunes radicaux qui militent dans les fédérations locales : « Notre ambition serait d’insérer dans notre journal une feuille spécialement conçue pour telle ou telle partie de la France, où nos amis éloignés de la capitale pourraient exprimer leurs idées... »29. D’autres raisons s’ajoutent à la première : le Parti radical étant avant tout un parti de notables locaux, il est fort possible qu’un certain nombre de jeunes Jacobins, provinciaux, aient voulu, de cette manière, encourager le mouvement dans leurs villes. Roger Charny le confirme pour Marseille, Jean Berla pour Lyon et Robert Chapuis pour la Côte-d’Or30.

  • 31 « Les Clubs des Jacobins du Calvados », LJ, mai 1953.
  • 32 « Calvados », LJ, janv. 1954.

28Les Jacobins répètent souvent que leur organisation est fondée sur la base d’un fédéralisme égalitaire. Néanmoins, il est aisé de deviner que le club parisien, qui compte parmi ses membres les fondateurs et les dirigeants nationaux, qui profite de la proximité du journal, exerce une solide emprise sur les autres formations. Parmi ces dernières, certaines parviennent pourtant à se démarquer. A ce titre, la fréquence des références à leur existence constitue un bon indicateur d’importance. Ainsi, en mai 1953, naît le club du Calvados : « Nous sommes heureux d’annoncer la constitution d’une nouvelle section du Club des Jacobins dans le Calvados ; Président : Adrien Rophé, président de coopérative de Troarn et vice-président de l’Union Nationale des Coopératives de France... Félicitations à nos amis du Calvados et à notre chargé de mission dans cette région, Isnard »31. On remarque d’ailleurs que le club parisien chaperonne la procédure de mise en route. Le club normand cependant est appelé à s’étendre : « Cherbourg, Coutances, Saint-Malo ont maintenant leurs noyaux jacobins solidement installés »32. Du cadre d’un département il s’élargit à celui d’une région.

  • 33 « Télégramme envoyé au Président Mendès France », LJ, déc. 1955.

29Une autre filiale fait souvent parler d’elle dans Le Jacobin : cité à six reprises, le club du Nord réunit en octobre 1955 son bureau pour étudier la possibilité d’étendre son audience aux milieux étudiants. On compte des sections à Lille, Tourcoing, Armentières, Dunkerque, Valenciennes et Roubaix. Lors de la campagne électorale de 1956, ce club joue un rôle non négligeable : « Devant le coup de force gouvernement Faure-Pinay, nous demandons exclusion définitive Faure et dirigeants valoisiens – Stop – républicains et patriotes exigent mesures immédiates et sans équivoque pour sauver la République. Pour les Jacobins du Nord : René Fallas »33. Notons au passage que sur la carte du radicalisme dessinée par les élections de janvier 1956, la région du Nord industriel arrive parmi les premières dans le vote pro-mendésiste.

  • 34 « Aidez-nous et nous serons plus forts », LJ, 28 oct. 1955.
  • 35 « Club des Jacobins du Maroc », LJ, 27 janv. 1956.
  • 36 « Club des Jacobins d’Algérie », LJ, janv. 1956.

30Quelle est l’influence réelle de ces filiales sur la vie du club ? Il est peu aisé de répondre à la question. Cependant, on remarque que l’intérêt porté par le club parisien à leur destin suit fidèlement ses ambitions nationales. Dans les premiers temps, les Jacobins de Paris encouragent de telles initiatives : « Créez partout des clubs. Si chacun de vous joint ses efforts aux nôtres, si chacun de vous devient un soldat de la République, nous serons le mouvement le plus puissant de ce pays. Aidez-nous, soyez des citoyens conscients de leur rôle, décidés à reconquérir démocratiquement un État qui vous appartient mais qui est en train de vous échapper »34. Peu de choses séparent alors cette exhortation du discours partisan. Et, de fait, la quinzaine de clubs nés au milieu des années cinquante s’avère, en puissance, un instrument efficace de propagande et de lutte politique. Une lutte contre quel adversaire ? Les Jacobins la conçoivent d’abord au sein du Parti radical et désignent les directions des fédérations locales comme leurs cibles initiales. En ce sens, les filiales de province ont un rôle à jouer. Ainsi, au Maroc, le club compte quatre sections : Rabat, Meknès, Fès, Casablanca. Face à l’emprise des grands coloniaux sur les instances locales du parti, elles peuvent servir de contrepoids : « Le comité directeur du Club des Jacobins du Maroc alerte l’opinion publique sensée de ce pays et les pouvoirs publics sur la gravité de certaines décisions que vient de prendre la Résidence Générale »35. De même les clubs d’Alger participent aux réflexions sur les problèmes liés à la présence française. C’est d’ailleurs avec cette dernière filiale que le club parisien entretient les relations les plus étroites. Charles Hernu se rend souvent à Alger, tout particulièrement à partir de 1956. Le 11 janvier de cette année, il préside une réunion des Jacobins de la ville. Annoncée par « l’Écho d’Alger », l’assemblée compte plus d’un millier de personnes. Parmi celles-ci, une minorité poujadiste vient là avec armes et matraques. A l’issue d’une bagarre générale, le club réunit à huit clos ses membres et envoie un communiqué de protestation au gouvernement de Front Républicain36.

31Les clubs provinciaux servent ainsi à l’occasion de baromètre ou d’antenne au profit des dirigeants parisiens devenus, à partir de 1956, de jeunes élus radicaux. Néanmoins, toujours sous-jacente, la menace d’une confusion avec une structure partisane explique que Paris n’ait jamais soutenu jusqu’au bout ses filiales provinciales. D’autres raisons sont sans doute à chercher dans le domaine financier. Une telle infrastructure, en effet, exige de gros moyens. Concluons pourtant sur cette idée que le club s’affirme ici en précurseur : les ramifications régionales constituent un des traits les plus originaux du phénomène clubiste en général.

*

Notes

1 J.-M. Denquin, Cours de Science politique, Les cours du Droit, 1984.

2 « Qu’est-ce que la Société des Jacobins ? », LJ, fév. 1953.

3 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

4 « Une motion du C.E.N. jacobin sur le rappel du Parlement », LJ, sept. 1953.

5 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

6 « Conférence nationale jacobine », LJ, 25 nov. 1955.

7 « Cet avis tient lieu d’invitation », LJ, mars 1953.

8 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

9 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

10 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

11 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.

12 G. Suffert, « Les clubs ont-ils encore un avenir ? », France-Forum, mai 1966.

13 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

14 « Extraits des statuts, article 3 », LJ, fév. 1953.

15 « Double appartenance radicale-jacobine », LJ, janv. 1954.

16 « Leur opinion », LJ, 28 oct. 1955.

17 Ch. Briandet, « Douze mois d’activité », ! J, fév. 1953.

18 « Un club n’est pas un parti », LJ, 28 oct. 1955.

19 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

20 M. Texier, « Les chrétiens devant le problème de l’école », LJ, 9 déc. 1955.

21 « Vive le peuple de France, Fès 14 avril 1955 », LJ, 13 mai 1955.

22 « Le travail d’une équipe », LJ, 28 oct. 1955.

23 Idem.

24 « Qui sont les adhérents de la Société des Jacobins ? », LJ, fév. 1953.

25 M. Duverger, Les partis politiques et les classes sociales en France, Paris, 1955.

26 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

27 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

28 « Les Jacobins sont-ils une Société parisienne ? », LJ, fév. 1953.

29 Idem.

30 Liste des clubs de province, voir annexe.

31 « Les Clubs des Jacobins du Calvados », LJ, mai 1953.

32 « Calvados », LJ, janv. 1954.

33 « Télégramme envoyé au Président Mendès France », LJ, déc. 1955.

34 « Aidez-nous et nous serons plus forts », LJ, 28 oct. 1955.

35 « Club des Jacobins du Maroc », LJ, 27 janv. 1956.

36 « Club des Jacobins d’Algérie », LJ, janv. 1956.

Table des illustrations

Titre Structures du Club des Jacobins
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/70099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search