Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Première partie. Renaissance

Le défi

Texte intégral

UNE GÉNÉRATION ABANDONNÉE PAR L’HISTOIRE

  • 1 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 2 Idem.

1Dans le courant du mois de novembre 1951, Charles Hernu, alors journaliste au Démocrate de Lyon et membre du bureau national des jeunesses radicales, décide de créer un club politique. Comme nombreux de ses congénères, Hernu explique son appartenance à la mouvance radicale par cette sorte d’envoûtement qu’un jeune peut nourrir à l’égard des grands orateurs qui mènent encore la formation valoisienne : Daladier, Moro-Giafferi, Émile Roche et surtout Hérriot, autant de figures qui impressionnent le jeune lyonnais. La volonté de créer une nouvelle structure est à chercher, selon Charles Hernu, dans ce sentiment de malaise qu’éprouvent les jeunes radicaux envers leur parti1. « D’une part, c’était la magnificence des congrès avec leurs derniers grands orateurs qui n’avaient que du jacobinisme à la bouche, un jacobinisme passionnant et envoûtant ; d’autre part une réalité, au sein du parti, tout à fait contraire : trafic de cartes et compromis, motions nègre blanc. Quant à la vie politique en général, c’était la valse des ministères. »2

  • 3 C. Nicolet, Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, R. Julliard, 1959, p. 37.
  • 4 G. Maury, « Pour un groupe radical étudiant », I.R.S., 5 fév. 1949.

2Il faut donc concevoir le Club des Jacobins avant tout comme l’expression d’une protestation : protestation contre le régime de la IVe République incapable de tenir ses promesses, protestation contre la frustration dont se sent menacée cette génération qu’a si fidèlement décrite Claude Nicolet : « Nous étions une génération abandonnée par l’histoire. Nous pensions très sérieusement que rien n’avait existé avant nous puisque nous n’avions qu’un souvenir très vague et pour tout dire incrédule de cet âge d’or, objet des regrets incompréhensibles de nos aînés : l’avant-guerre... »3. Cette protestation, comme le refus des Églises qu’on leur propose, les jeunes radicaux veulent d’abord l’exprimer par un engagement approfondi à l’intérieur de leur parti. En ce sens, ils fondent leur mouvement, à l’exemple d’un Georges Maury, sur la doctrine même du radicalisme : « ... le radicalisme est progressiste, il demeure dans la grande tradition jacobine et républicaine, c’est là sa raison d’être... »4. On se rend compte, dès à présent, que le radicalisme dont ils se réclament ne correspond pas forcément à celui qui a cours dans les années cinquante.

  • 5 J.-P. Maxence (pseudo J.-P. Godmé), Histoire de dix ans, Paris, Gallimard, 1930, p. 54.
  • 6 Ch. Hernu, « Les hommes de trente ans », LJ, oct. 1953.

3Dans ce dernier ordre d’idées, l’étude du Club des Jacobins est tenue de mettre l’accent sur le phénomène de génération. La vie politique française est riche de ces cas de figure dont le club n’est qu’une nouvelle formulation. Ainsi, souvenons-nous, à titre d’exemple, du groupe « Ordre-Nouveau » qui réunit, dans l’entre-deux-guerres, des gens rejetant l’évolution matérialiste du monde et cherchant à promouvoir une révolution spirituelle qui dépassât le capitalisme et le bolchevisme. Soudain, on se rend compte que la notion de génération prend une résonance nouvelle. La guerre sépare par dix classes d’hommes deux groupes qui ne se comprennent plus. « Entre les hommes formés par l’avant-guerre, ceux qui naquirent en 1885, et ceux qui abordèrent la vie intellectuelle après l’armistice, l’incompréhension grandissait ».5 Au début des années cinquante, ce même sentiment hante la jeunesse radicale qui, vite, se rend compte qu’entre elle et les hommes qui dirigent le parti le fossé ne cesse de se creuser. Sa contestation est d’autant plus vigoureuse qu’elle se nourrit d’un sang jeune, vif et ardent : assez de ces moeurs douteuses qui discréditent le vrai radicalisme, assez de ces discours cajoleurs mais sans lendemain, assez de ces flirts poussés avec les conservateurs. « La République, pour vivre, a besoin d’être militante ! Hélas, les mots d’ordre des vieilles générations républicaines ne rallient pas l’enthousiasme des jeunes ; la pureté des intentions de la génération des hommes de trente ans s’accommode mal des préoccupations affairistes de nos aînés... C’est à notre génération qu’il appartient de préconiser des solutions et d’entrer dans l’action si nous ne voulons pas que, demain, nos enfants aient à rougir de nous ».6

4Aussitôt la question se pose : sous quelle forme exprimer cette contestation ? Dans quelle structure ? Et comment donc créer une telle structure ?

  • 7 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

5Très vite, la formule du club s’impose. Elle satisfait les besoins de ce petit groupe d’amis qui ne demandent, d’abord, qu’à pouvoir se réunir de manière informelle. « Il faut insister sur le fait que le club est à l’origine, une réunion d’amis... Les rencontres, les ralliements sont le plus souvent à mettre au crédit du hasard et des relations ».7

  • 8 Ch. Hernu, « Les clubs ont-ils encore un avenir ? », France-Forum, mai 1966.

6Si l’on suit ce raisonnement, il est possible de dire que le club existe dès avant 1951. Nos jeunes radicaux n’attendent pas, en effet, cette date pour prendre l’habitude de se réunir. Néanmoins, la fin de cette année 1951 désigne le moment où Charles Hernu décide de promouvoir son groupe au rang de formation officielle, dotée d’une raison sociale. Il l’adapte à sa conception personnelle du club politique : « Le club est une société de vigilance républicaine et une société de transition entre l’étude et l’engagement politique... le club, intégré dans le parti, devra demeurer comme une société de jouvence du parti politique... »8

  • 9 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.
  • 10 Ch. Hernu, « Déclaration inaugurale du 12 déc. 1951 », LJ, fév. 1953.

7Il expose là, a posteriori, les principaux axes autour desquels le club doit engager son action. Cependant, en raison des circonstances qui président à sa naissance, en raison aussi de l’âge et de la situation de ses promoteurs, le Club des Jacobins première manière, se présente d’abord sous l’aspect d’un club de combat. Dans l’esprit de ses créateurs, il doit servir d’instrument supplémentaire et nouveau pour mener à bien la lutte envisagée au sein du parti. Sous cet angle, il s’apparente tout à fait aux autres clubs de combat politique dont Janine Mossuz dresse l’inventaire. « Les clubs de combat politique se font les procureurs des partis par une autre voie, et les contestent sur leur propre terrain... Ces clubs rassemblent les minoritaires d’une formation qui décident de constituer un groupe de pression à l’intérieur du parti... »9. Bien peu de choses séparent cette définition de celle donnée par Charles Hernu dans sa déclaration inaugurale : « Nous n’entendons être en dehors des partis, que la minorité agissante d’une majorité consentante, groupée autour de très simples principes... » (suivent les principes de la République une, laïque et indivisible)10. On remarque la permanence de cet attachement au parti : en lui, on reconnaît le nid parental, le toit protecteur, mais il apparaît aussi comme une machine qu’il faut faire bouger de l’intérieur.

  • 11 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 12 Ch. Hernu, « Quatre années de jacobinisme », LJ, 28 oct. 1955.

8Le club est officiellement créé le 12 décembre 1951. Cette date couronne en fait un mois de préparatifs11. Un soir de novembre 1951, alors qu’il va soutenir à Pontoise un candidat radical, Charles Hernu, à l’issue du meeting, dîne avec quelques amis. On reconnaît là Charles Briandet, Georges Solpray maire adjoint de Neuilly, Jacques Gambier de la Forterie, ancien chef de cabinet de Guy Mollet et fervent collectionneur des vestiges de la Révolution Française. Se sont joints à eux, Robert Fusilier, membre de la SFIO et Georges Maury, qui est au bureau national des Jeunesses radicales. Hernu annonce son projet. Maury lui rappelle alors l’existence, avant la guerre, d’un club constitué par les Jeunes Turcs et qui reprend le nom de Club des Jacobins. « Le vieux club de la me St-Honoré n’a d’ailleurs jamais cessé d’exister. Il joua un rôle déterminant en 1848 et au début de ce siècle, notre regretté Lucien Le Foyer présidait à ses destinées. Avant la guerre de 1940, les Jacobins constituaient l’aile marchante de la République. Le professeur Gaston Martin a pu écrire que la Résistance était jacobine »12.

9Georges Maury connaît d’ailleurs le président du club de l’époque. Il s’agit de Jacques Mitterand, alors secrétaire général de l’Union Progressiste et membre du Conseil Mondial de la Paix. Les relations maçonniques vont jouer un rôle de premier ordre dans l’existence du club. Il faut cependant noter que Charles Hernu, alors jeune franc-maçon, ne connaît pas personnellement le futur grand Maître du Grand Orient de France. C’est par l’intermédiaire de Georges Maury qu’il rencontre Jacques Mitterand et lui soumet son projet de faire revivre le Club des Jacobins. Ce dernier accepte. Il reste en étroite et régulière relation avec Charles Hernu à partir de ce moment où il lui a remis les lettres patentes de la Société des Jacobins.

  • 13 Idem.

10Hernu et Briandet décident aussitôt – nous sommes à la fin de novembre 1951 – d’entamer une série de réunions pour offrir une structure permanente au club. « A nouveau l’avenir de la République est menacé. C’est pourquoi, en novembre 1951, une équipe d’hommes désintéressés décida, en dépit des quolibets, de relancer le Club des Jacobins »13. Lors d’un déjeuner qui réunit autour des deux promoteurs les personnes présentes à Pontoise, est constitué le premier comité directeur. On y compte Hemu, Briandet, Solpray, Fusilier, Maury auxquels viennent s’ajouter Pierre Naudet et Jacques Gambier.

  • 14 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 15 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

11Une preuve supplémentaire du caractère informel qui préside à cette naissance se trouve dans l’épisode de la recherche d’un siège social. Charles Briandet, agent d’assurances avenue de Wagram, occupe à cette époque un siège d’administrateur au Cercle Républicain, situé au n° 5 de l’avenue de l’Opéra. Il obtient, pour les Jacobins, en cet endroit, une salle de réunion, un bureau et une boîte à lettres14. Très vite, un second groupe de personnes, emmené par Alain Gourdon, ami de Charles Hernu, vient s’agglutiner au premier noyau. Avec lui, adhère un certain nombre de jeunes énarques et membres de cabinets ministériels, si bien que le club devient, selon Alain Gourdon : « une mutuelle de tuyaux et de renseignements qui se réunissait toutes les semaines pour discuter des grands problèmes et des petites misères à l’intérieur des ministères. »15. Chacun semble trouver au sein de la Société des Jacobins ce qu’il vient chercher pour son propre compte.

  • 16 Ch. Hernu, « Quatre années de jacobinisme », LJ, 28 oct 1955.

12On remarque que si, ici ou là, la presse salut le lancement du club – Franc Tireur du 19 décembre 1951 annonce : « Pour la défense de la République laïque et indivisible, vient de se constituer à Paris l’association des Jacobins de Paris, sous la présidence de M. Charles Hemu » – les organes d’information radicaux demeurent muets. Cela n’empêche pas le club de recruter toujours plus de membres et d’augmenter, dès janvier 1952, le nombre de ses réunions, notamment sous la forme de dîners-débats. Charles Hernu, quatre ans plus tard, peut écrire : « En moins d’un mois, des hommes neufs, venus d’horizons politiques divers, reconstituèrent le club en l’adaptant aux conjonctures nouvelles mais en veillant farouchement à respecter l’esprit de la Déclaration des Droits. Sans argent, sans appui, contre vents et marées, notre mouvement allait tenter de redonner une âme, un espoir, une tradition aux républicains qui n’osaient plus se dire jacobins »16.

RADICAUX ET FRANCS-MAÇONS

  • 17 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

13Sans doute, le hasard et les relations personnelles tiennent une place de premier choix dans la constitution du club. On peut cependant mettre en relief deux principaux caractères – présents chez la plupart des jeunes clubistes –, deux traits liés l’un à l’autre par une étroite corrélation. La société des Jacobins, tout au long de son existence, assure en effet son recrutement en piochant dans deux grands viviers : d’une part, le Parti radical, appuyé sur ses organisations de jeunesse, permet à ces gens de se rencontrer ; d’autre part, les loges maçonniques, qui comptent dans leurs rangs de nombreux Jacobins. Le croisement de ces deux structures donne naissance à un réseau de relations fort complexe. Se promener parmi la jungle des rapports presque vassaliques qui lient vieilles barbes à jeunes turcs, mécènes à hommes d’appareil, jeunes maçons à maîtres, s’avère être le plus souvent un exercice très périlleux. On peut ajouter que ces deux familles d’origine sont étroitement imbriquées l’une dans l’autre, au point que les relations entre radicaux empruntent souvent leurs aspects mystérieux et tentaculaires aux liens entre maçons. Alain Gourdon reconnaît le premier que la vie du parti se calque sur celle des loges : « Il y avait dans ce parti tout le jeu des alliances. Les coups de tête, les ruades étaient peu à peu adoucis et s’évaporaient par ce jeu. Il n’existait aucune animosité entre les gens. Pour se repérer dans le parti, il fallait savoir que chaque tendance correspondait à un clan, chaque clan avait derrière lui un homme dont l’identité n’était pas forcément connue »17. Cet aspect des relations inter-radicaux ne faisant pas directement partie de notre sujet, nous ne le retenons que dans la mesure où il facilite la compréhension d’adhésions ou de rapprochements qui, à première vue, nous apparaissent ne pas aller de soi.

  • 18 I.R.S., janv. 1951.
  • 19 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 20 I.R.S., oct. 1950.

14Il est indéniable qu’une forte majorité de radicaux se compte parmi les personnes qui forment les instances dirigeantes du club. Ils représentent 50 à 60 % des membres du club, ceux qui, au même moment, appartiennent au parti et cela tout au long de la période qui nous intéresse. Ainsi, prenons le cas des fondateurs. Charles Hernu, originaire de Lyon, est attaché de presse au Centre national du commerce extérieur, journaliste au Démocrate de Lyon. Il adhère au Parti radical à la Libération et devient, peu après, vice-président des Jeunesses radicales du Rhône. Trésorier du bureau national des J.R.S. en 1951, il est responsable en zone sud de l’arrondissement de Versailles18. On remarque, à ce sujet, que Maurice Béné, alors député radical de ce département et président de la Fédération de Seine-et-Oise, collabore aux premiers numéros du Jacobin. Georges Maury et Jacques-Louis Antériou, le premier originaire des J.R.S. de Corrèze, le second de celles d’Ardèche, occupent respectivement en 1951, les postes de vice-président et président des J.R.S. Georges Maury fonde en mars 1950, l’Association parisienne des étudiants radicaux avec l’aide de Jacques Nilsen, lui aussi Jacobin de la première heure. Paul-André Falcoz de retour de mission dans le sud-est asiatique en tant qu’attaché militaire fait ses premières armes au sein de la Fédération radicale de Savoie. Léon Hovnanian appartient à la Fédération de Seine-et-Oise, celle-là même qui est le berceau de la fronde des jeunes radicaux, avec à leur tête Gabriel Cudenet, en 1934. Les traditions ne se perdent pas au sein du radicalisme. Ainsi, lorsque Coty, en janvier 1956, choisit Mollet et non Mendès France, pour former le nouveau gouvernement de Front Républicain, c’est encore cette même fédération qui, la première, derrière Hovnanian, se dresse contre la décision. Parmi les Jacobins se compte également un certain nombre de vieux radicaux. Ainsi Robert-André Chapuis assure la présidence de la Fédération de Côte-d’Or. Roger Charny rejoint le club en 1955 et devient responsable de son journal en 1957. Originaire de Marseille, il appartient à une famille de tradition radicale et s’inscrit à la Fédération des Bouches-du-Rhône dès 194919. En 1950, il est élu avec Claude Panier, un autre Jacobin, à la Commission exécutive du parti20. En bref, une majorité de clubistes appartient déjà au parti valoisien. Il ne fait aucun doute qu’en ce qui concerne le noyau des dirigeants, l’adhésion au parti précède le ralliement au club. Il faut attendre 1955 et le soutien de Mendès France pour assister à des adhésions rue de Valois influencées par l’appartenance préalable au club.

15Parmi les jeunes radicaux qui se lancent dans l’aventure, il en est qui, en 1951, sont déjà sur le point de quitter le parti. Il s’agit essentiellement des jeunes gaullistes, de ceux qui participent à la création du R.P.F. et se voient demander leur exclusion du Parti radical, lors du comité exécutif du 13 mars 1951, pour cause de bigamie. Ils retrouvent dans la rémarche de Charles Hernu les principes mêmes qui fondent leur ralliement au général de Gaulle : défense de la République, priorité aux devoirs nationaux et non aux exigences partisanes, maintien de la France à son rang. Ils collaborent aux travaux du club de diverses manières. On compte Georges Solpray, par exemple, parmi les membres fondateurs. D’autres, comme Masson, Ulver, Debré ou Chaban-Delmas participent en signant des articles dans Le Jacobin et animent des dîners-débats. Philippe Atger, quant à lui, illustre parfaitement cette communauté d’état d’esprit entre jeunes radicaux et gaullistes. Il entre au comité directeur du club en 1952 pour assurer progressivement la direction politique du journal. Jusqu’aux événements de mai 1958, il reste fidèle au club mais rejoint, à partir de 1960, le parti gaulliste pour devenir, en août 1965, directeur politique de La Nation.

  • 21 G. La vau, « Les radicaux et leur destin », Cahiers de la République, 1956.

16Il reste à se demander pourquoi un jeune, à la Libération, entre au Parti radical. Nombreuses sont les réponses d’anciens Jacobins qui rejoignent Georges Lavau dans sa définition du jeune radical : « une espèce de désenchanté qui ne trouve le chemin de la Place de Valois qu’au terme d’une série d’éliminations moroses : communiste ne puis, socialiste pourrais mais... quant aux autres partis, ils sont trop marqués à droite »21. Il s’agit donc d’un choix par élimination qui se transforme chez beaucoup en un choix forcé à l’origine de leur dégoût et de leur protestation. En ce sens, l’intensité de la colère se module sur celle de l’impuissance.

  • 22 P. Avril, « Radicalisme et socialisme », Cahiers de la République, 1958.
  • 23 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

17Cette série de refus entraîne ainsi, en partie, l’adhésion au Parti radical. Paul-André Falcoz s’y rallie par refus d’une structure trop rigide, trop collective et dogmatique dans le genre de celle proposée par la SFIO. En cela, il illustre finalement la distinction fondamentale qui sépare le radicalisme du socialisme : « l’agnosticisme radical répugne l’acte de foi total et définitif qu’exige le socialisme. Les fossés se creusent quand on regarde les fins dernières de la société et l’idéal recherché... Les radicaux pensent que la collectivité est dangereuse, surtout quand on l’abandonne à elle-même, dans l’illusion d’un progrès qui se ferait sans l’individu... Après 50 ans d’expérience, le socialisme officiel est toujours aussi rigide, contrasté avec la souplesse radicale »22. En bref, nombre de jeunes Jacobins élisent le Parti radical parce qu’ils y trouvent le cadre le moins contraignant qui existât à l’époque. Il ne faut pas cependant négliger les autres facteurs d’adhésion. Le hasard, par exemple. Alain Gourdon, en parenté avec Me de Moro-Giafferi, s’inscrit sur une liste radicale aux élections de 1947. Etant alors militaire, il peut bénéficier, de ce fait, de huit jours de permission23. Dans d’autres cas, c’est la proximité d’un grand leader radical, son aura, sa réputation – le Parti radical est un parti de notables locaux – qui jouent. Ainsi la fascination exercée par Hérriot sur Charles Hernu.

  • 24 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 15.
  • 25 G. Maury, « Pour un groupe radical étudiant », I.R.S., 5 fév. 1949.

18Néanmoins, tous ces éléments ne doivent pas occulter l’idée que c’est une réelle volonté d’agir qui dicte l’attitude de la plupart. A cet égard, le vieux parti valoisien offre, au début des années cinquante, un os à ronger encore consistant pour ces jeunes enthousiastes : « le Parti radical permet aux jeunes de faire leurs preuves en faisant leurs premières armes... sous le regard d’aînés plus amusés que railleurs... »24. Contrairement aux gaullistes qui cherchent à dépasser la structure partisane, les Jacobins acceptent de s’y soumettre. La République se construit avec des partis politiques rénovés, certes, mais avec des partis. « Notre génération qui eut à souffrir pendant de longues années de guerre, est plus avide de stabilité politique que d’aventure. Elle est prête à donner son adhésion au radicalisme qu’Alain définit : philosophie courte mais ferme, je dirais même impitoyable. Et cela fait un parti modéré et redoutable »25. L’adhésion au Parti radical constitue donc un préalable à qui veut engager la rénovation de la classe politique. Seul, alors, le vieux parti valoisien tolère une telle entreprise.

  • 26 G.M., « Que devient la franc-maçonnerie française ? », F-Obs, 13 janv. 1955.

19Un premier faisceau de convergences – état d’esprit, révolte, engagement, refus des Eglises, appartenance au Parti radical – réunit nos jeunes Jacobins. Le second faisceau concerne leurs relations avec l’univers maçon. En 1950, les loges commencent à se remettre du choc de la guerre. Elles recrutent une nombreuse jeunesse depuis la Libération et commencent à cette époque à changer de visage. L’ancienne suprématie radicale est grignotée sinon remplacée par l’avancée socialiste (sur ce sujet voir l’article de A. Guichard. « La franc-maçonnerie depuis la guerre », Le Monde, 7 juin 1960). L’absence de grands leaders radicaux en leur sein – ni Hérriot, ni Martinaud-Déplat, ni Daladier n’appartiennent à une loge – contraste avec l’arrivée en force de dirigeants socialistes comme Mollet, Ramadier et Marceau Pivert. Ce phénomène se répercute également sur la composition sociologique des loges26 : aux grands bourgeois libéraux succèdent les hauts fonctionnaires, et les nouvelles recrues d’après la guerre ont pour premier objectif de rendre à la maçonnerie son rôle de creuset des idées de la gauche française. Or, nombreux sont parmi les jeunes hommes qui adhèrent au club ces membres accueillis de fraîche date dans les rangs de la franc-maçonnerie. Il n’est pas étonnant de constater qu’un des leitmotive principaux du club est de promouvoir l’union des partis de gauche, thème fort discuté, au même moment, par les assemblées des loges.

  • 27 « Pascal est-il l’auteur de votre manchette ? », LJ, 22 avr. 1955.

20Et d’ailleurs, n’est-ce que par le choix d’une structure clubiste, les Jacobins revivifient un vieux principe maçonnique. Au XVIIIe siècle, l’esprit critique se développe grâce à l’éclosion des loges et des sociétés de pensée. En 1789, 30.000 maçons se partagent entre loges et salons. L’état d’esprit clubiste vient en quelque sorte en complément de l’état d’esprit maçonnique. Et surtout, les clubs permettent aux maçons d’aborder des questions prohibées dans les loges et concernant le débat même sur l’engagement politique. Fidèle à ce schéma, le Club des Jacobins permet sans doute aux jeunes maçons qui s’y comptent, de s’engager dans une action plus concrète. L’exergue du Jacobin traduit d’ailleurs cette forte imprégnation de l’idéal maçonnique : « Je ne suis pas du tout d’accord avec vous mais je suis prêt à me faire tuer pour que vous gardiez le droit d’exprimer votre avis ». Attribuée à Pascal – bien que des esprits malins y voient plutôt la patte d’un Voltaire27 – la citation reflète bien cet esprit de tolérance qui anime les fondateurs du club. Réunir autour d’une même table les tendances les plus extrêmes, tel est le défi qu’ils se proposent de relever.

21Ces rapprochements d’état d’esprit ne doivent cependant pas faire présumer le caractère officiel des relations entre Jacobins et maçons. Bien au contraire, le club, sur ce sujet, s’efforce toujours de préserver la plus grande discrétion. Il est toujours très réservé quand il s’agit de reconnaître ouvertement ces relations, bien qu’on trouve, çà et là, au gré de la lecture du Jacobin, des références à des groupes ou à des personnes dont l’appartenance à une loge est de notoriété publique. Ainsi ces rappels des actions engagées par les Ligues des Droits de l’Homme et de l’Enseignement, de leur position sur la question marocaine en juillet 1955. En décembre 1953, le journal reproduit les extraits d’une lettre du Président Kahn, dirigeant de la Ligue des Droits de l’Homme, dans laquelle il se dresse contre le projet de la CED. S’il faut conclure sur ce point, on peut avancer l’idée que les loges et le club se fournissent une aide mutuelle et réciproque, l’un servant de tribune aux autres. Cette collaboration ne laisse pas transparaître de pressions de la part de la franc-maçonnerie sur les idées discutées au sein du club. A cette époque déjà, les loges débattent de questions générales en s’efforçant de dégager des opinions médianes. Elles n’ont que faire du rôle de tutrice morale.

  • 28 Lettre citée par H. Graham, The religious origins and modern resurgence of french anarchism, Thèse, (...)
  • 29 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

22Une autre question est de connaître le rapport entre l’appartenance effective au club et l’influence des loges. Etre maçon semble être une condition indispensable pour faire partie des instances dirigeantes du club. En échange, les Jacobins orientent leurs troupes vers les loges. Voici une lettre de Charles Hernu à Jacques Mitterand, datée de 1963 : « Depuis 12 ans, le Comité directeur du club a fait entrer dans nos loges plus de 300 profanes... »28. On dénombre une présence maçonnique de l’ordre de 80 % dans les rangs des Jacobins. Cela n’empêche pas l’existence d’exceptions notoires. Ainsi, Paul-André Falcoz, membre du Comité directeur, n’appartient ni avant ni après son adhésion au club, à la franc-maçonnerie. Il représente certes un cas rare. En général, on peut dire que la société des Jacobins rassemble une majorité de jeunes progressistes, issus aussi bien du Grand Orient de France que de la Grande Loge nationale. Tout vient de là et y retourne29. Charles Hernu et Charles Briandet, respectivement membres de la G.L.N. et du G.O.F., peuvent facilement régénérer leur club en puisant dans ce vivier-là. L’esprit de tolérance sert encore de garde-fou pour parer la menace d’une trop grande rigidité dont les Jacobins accusent au même moment les autres formations politiques. Ainsi, Michel Debré collabore aux activités du club en même temps qu’il prend contact avec la G.L.N. Jamais pourtant, il n’accepte une initiation. La franc-maçonnerie facilite sans doute les rapprochements d’hommes bien divers sans leur imposer pour autant des conditions trop sévères.

LE CULTE DE NOS PERES

23Le Club des Jacobins symbolise, dans l’esprit des jeunes radicaux, la légende révolutionnaire engendrée par les événements de 1790. Ce sont les sociétés de pensée qui, les premières, ont l’audace d’aborder des thèmes aussi délicats pour l’époque que ceux de l’État ou de l’art de gouverner. Les premiers clubs politiques, apparus vers 1775, se mélangent progressivement à la masse bouillonnante de tous ces petits comités et leur apportent une nouvelle conception de l’engagement dans la Cité.

24Le Club Breton, ancêtre direct du Club des Jacobins, se donne la mission de rassembler, parmi les députés du Tiers État, ceux qui déjà éprouvent le besoin de mettre leur solidarité au service de leur ambition. De club régional – il permet aux députés bretons fraîchement débarqués à Paris de se retrouver entre eux – le club se constitue très vite en groupe de réflexion où circulent les nouvelles idées et où s’exercent les futurs grands orateurs. A la suite de la Constituante, il regagne Paris et prend alors le nom du couvent de la rue St-Honoré dans lequel il installe ses quartiers.

  • 30 Idem.

25On peut dès à présent remarquer que le club a pour principale raison d’être d’offrir une structure d’accueil à des gens venus d’horizons politique et géographique divers30. En 1951, un certain nombre de futurs Jacobins vivent à Paris depuis peu de temps. Charles Hernu voit juste en proposant de fonder son groupe sur des affinités qui ne manquent pas entre tous ces jeunes gens, et en particulier celles de se sentir étrangers dans la ville comme dans leur formation politique. L’idée de se regrouper ne peut que les séduire.

  • 31 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.
  • 32 Le Jacobin, 25 fév. 1955.
  • 33 Le Jacobin, 11 mars 1955.

26A côté de cet aspect pratique des choses, il est sûr qu’on trouve une volonté délibérée de se revendiquer les héritiers directs des grands meneurs révolutionnaires. Or, quelle référence mieux que celle aux Jacobins est à même de satisfaire un tel dessein ? « D’après les Encyclopédistes, les Jacobins sont des démocrates ardents qui cherchent à réaliser leurs idées par l’emploi de la force... De nos jours, le mot jacobin évoque immédiatement l’idée d’hommes courageux, dévoués au bien public, énergiques dans leurs décisions, inébranlables dans l’exécution... »31. Il n’est sans doute pas un numéro du Jacobin qui omette de faire référence à ces ancêtres. On leur emprunte leur vocabulaire et leur emphase ; leurs mots mémorables font même les titres des premières pages du journal. « La guerre de la Liberté doit être faite avec colère (Saint-Just) »32 ; « Le peuple est méprisé dès qu’il ne se fait plus craindre (Robespierre) »33. On assiste même à une multiplication de ces références au moment où les jeunes clubistes s’activent dans le combat politique.

  • 34 Y. Amblard, « Grands hommes... presque tous », LJ, 12 juil. 1954.

27Modèles de langage et d’état d’esprit, vraiment ces ancêtres offrent de redoutables armes à nos jeunes radicaux qui désirent substituer la vertu et l’intégrité aux manières d’agir, douteuses à leurs yeux, des politiciens de 1953. Yves Amblard inaugure, en avril 1954, une rubrique intitulée « Grands hommes ... presque tous », dans laquelle il décrit la vie de Danton, celles de Saint-Just et Robespierre. L’occasion est trop belle pour développer les thèmes du redressement national, de l’honnêteté des hommes politiques, du programme de salut public et de l’épuration des traîtres : « les autres Commissaires aux Armées ne l’aimaient point (il s’agit de Saint-Just). Son austérité, son ascétisme, son ton tranchant lui aliénèrent bien des sympathies, mais tous l’admirent et rendent hommage à son désintéressement et à son travail... »34.

  • 35 « A ça ira... », LJ, fév. 1953.
  • 36 « Il y a cent soixante et un ans... », LJ, 22 juil. 1955.

28Le club se glorifie d’ailleurs de compter parmi ses membres des descendants directs de héros révolutionnaires. « Les Jacobins restent dans la tradition ... Parmi nos adhérents, nous comptons deux Jacobins de marque : le citoyen Isnard descendant direct du député Isnard, Président de la Convention et le citoyen Antériou, descendant du Conventionnel Boissy d’Anglas qui présidait la fameuse séance du 9 Thermidor... »35. Convenons-en, cette référence à la séance du 9 Thermidor est d’autant plus curieuse ici qu’elle décide l’élimination de Maximilien Robespierre, le meneur révolutionnaire sur lequel les Jacobins ne tarissent pas d’éloges ! Chaque famille politique se situe par rapport à un certain nombre de lieux de mémoire, souvent constitués par des dates mémorables. Si le 12 décembre 1951 est à graver comme le jour de l’heureuse fondation du club, c’est sans doute la date du 9 Thermidor qui appelle le plus de vénération. « Il y a cent soixante et un ans... Le 9 Thermidor (27 juillet 1794) Maximilien Robespierre était arrêté et le lendemain il était guillotiné... Ceux qui n’oublient pas les origines de la République « éternellement révolutionnaire » gardent présent à l’esprit le souvenir de Maximilien »36.

  • 37 Idem.

29On se rend compte que dans la longue litanie de références nominatives aux héros de la Révolution, un sort privilégié est réservé à Robespierre et Saint-Just. Le nom du premier revient dans vingt numéros du journal. Celui du second, dans dix-sept. Viennent ensuite Danton (6) Camille Desmoulins et Collot d’Herbois (2). Le Jacobin lui-même se rend compte d’une telle préférence pour les meneurs les plus sanglants de la Révolution. « Robespierre est une des figures de notre Histoire les moins honorées. La République bourgeoise, si prodigue pour Mirabeau et Danton, a soigneusement évité de donner le nom de Robespierre à ses places et à ses rues »37. Ce n’est donc que réparer une injustice. Mais au-delà, on peut sans doute déceler un goût certain pour la provocation. Enfin, dans l’esprit de ces jeunes radicaux pour qui le radicalisme consiste d’abord à relever le défi d’être les dignes descendants de la Révolution, seuls les héros les plus vertueux de celle-ci sont à même de recueillir leurs suffrages.

  • 38 F. Buisson, « Pensées », LJ, 6 mai 1954.
  • 39 Ch. Hernu, « L’armée populaire d’Afrique », Midi Cinq, 28 juin 1957.

30Venant à la suite des héros mythiques, les pères du radicalisme constituent un second groupe de références privilégiées par les Jacobins. A leur égard, la démarche jacobine se nourrit du sentiment que le Parti radical n’a plus la vocation historique à lui inculquée par ses fondateurs. Rendre un avenir à ce parti correspond, en ce sens, à remettre au goût du jour ses principes sans pour autant renier le passé. Au contraire, le solidarisme d’un Bourgeois qui prône une réforme sans emprunter ni au capitalisme ni au socialisme, la pensée laïque d’un Buisson – « Nous demandons mieux que la tolérance, le respect pour la conviction d’autrui »38 –, la condamnation par Alain des « marchands de sommeil », offre autant de bonnes thèses pour critiquer des gouvernements sans volonté et une opinion chloroformée. C’est au dynamisme de Clemenceau qu’on se réfère avant toute chose : « En Algérie, Clemenceau s’informait quotidiennement, directement de ce qui se passait réellement... Pour Clemenceau, en 1917, la justice républicaine devait être implacable, c’est vrai, mais elle s’appliquait à tous... »39.

  • 40 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 41 Ch. Hernu, « Pour un nouveau groupe parlementaire », Combat, 27 mars 1958.

31Plus proches d’eux mais tout aussi dignes médiateurs de la pensée radicale, les traditionnalistes, vieux leaders maintenus en place après la guerre, appellent également l’encensement des Jacobins. Ce dernier n’est cependant pas dénué d’ambiguïté. Certes, les Jacobins ne mettent pas en doute leur radicalisme : « Délégué de ma fédération au Congrès du Parti radical, avec beaucoup de jeunes du parti, j’ai applaudi les présidents Hérriot et Daladier ; dans ce parti, les sympathies des jeunes – ceux qui avaient 20 ans à la Libération – vont aux protagonistes, aux anciens et non pas aux hommes de la génération intermédiaire, ceux qui eurent 20 ans aux alentours de 1925... »40. Nul souci à se faire, de la part de ces vieux dirigeants, à l’égard de leurs cadets. Comment d’ailleurs Hérriot dont la notoriété n’est plus à faire, peut-il s’en inquiéter ? Il échappe avec Daladier aux dénominations de « bonzes » ou de « caciques » attribuées aux autres. Bien au contraire, tous deux sont presque portés aux nues par les Jacobins : « La querelle du radicalisme rénové va se poser en termes nouveaux ; il faut louer, à ce propos, l’intransigeance du Président Daladier qui a permis aux élus protestataires de rester vigilants »41.

  • 42 Ch. Hernu, « Et si E. Hérriot parlait... », LJ, 2 avr. 1954.
  • 43 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.
  • 44 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 28.

32Cependant une telle soumission, proche de l’obséquiosité, dans le contexte que nous connaissons, va de soi. Les Jacobins, tout fraîchement intronisés radicaux, ont encore leur carrière devant eux : mieux vaut se ranger sous l’aile protectrice de grands leaders pour mieux engager le combat contre la génération intermédiaire de dirigeants, celle des 40-45 ans. Ainsi, à plusieurs reprises, Le Jacobin reproduit les déclarations d’Hérriot, Daladier ou Monnerville dans la mesure, tout au moins, où elles abondent dans leur sens. « Il y a encore des féodaux à abattre » titre le numéro d’avril 1955, reprenant l’extrait d’un discours d’Hérriot. De même, les prises de position anticédistes des deux Edouard alimentent les colonnes du journal : « Grâce au président Hérriot, le complot de l’Europe honteuse est découvert »42. Alain Gourdon, trente ans plus tard, dévoile la tactique sous-jacente : encenser les anciens afin de ne pas en faire un obstacle supplémentaire à l’existence du club, ce dernier comptant déjà suffisamment d’ennemis à l’intérieur du parti43. Lui-même, par la suite, ne se prive pas de donner sa véritable opinion à propos de ces vieux dirigeants : « Daladier, chez qui le sens des résolutions catégoriques n’a jamais été à la hauteur du courage physique... »44.

  • 45 A. Werth, « Le mouvement des Jeunes Turcs », Cahiers de la République, 1956. S. Berstein, Histoire (...)

33La référence à Daladier procède, d’ailleurs, de l’intention des Jacobins de rappeler la belle époque des jeunes réformistes d’avant-guerre. On ne peut s’empêcher, en effet, de faire le rapprochement entre l’épisode des jeunes radicaux des années 50 et celui des Jeunes Turcs de 1930. Dans les deux cas, le climat général de crise morale entraîne une mise en doute du parti et alimente un conflit de générations. A partir des années trente, naissent ces genres de mouvements de révolte. Notre club ne peut-il pas s’analyser, en dernier ressort, comme un prolongement dans l’après-guerre de ce phénomène ? Les thèmes coïncident entre les deux époques : ressourcer la réflexion sur l’État et rendre son rang au pays. Ici et là, le mouvement est engagé par des minoritaires au sein des partis : néo-socialistes rejetant un marxisme trop intransigeant imposé par la SFIO ; Club de Février qui rassemble les contestataires du 6 février 1934 ; Ordre Nouveau, X Crise où se côtoient les futures élites de l’après-guerre. Les Jeunes Turcs réagissent contre la direction du Parti radical. Si la première vague de ce phénomène45 rassemble des individus plus ou moins marginaux au sein du Parti radical qui se consacrent, à l’exemple de Gaston Bergery aux questions de l’autorité de l’État, la seconde vague, elle, s’apparente mieux au Club des Jacobins. Comme lui, elle réunit des jeunes gens – Cot, Kayser, Martinaud-Déplat, Mendês France – soutenus par des moins jeunes à l’image de Dreyfus-Schmidt, de Bayet ou de Perney. Comme le club, les Jeunes Turcs exigent une régénération du régime. A ce titre, leur heure de gloire sonne lors du congrès radical de Toulouse en 1932. Mendès France y soulève l’enthousiasme. Les vieilles barbes l’applaudissent, d’abord pour son brio, ensuite pour ses idées.

  • 46 Ch. Hernu, « Vous êtes beau joueur, Président Mendès France », LJ, fév. 1956.
  • 47 P. Avril, « Les radicaux et leur destin », Cahiers de la République, 1956.
  • 48 P. Dreyfus-Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs, 1er mars 1956.

34Le souvenir des Jeunes Turcs s’impose ainsi de lui-même en 1951. Cependant les Jacobins y réfèrent peu souvent de manière explicite. Une seule fois Charles Hernu ose dresser la comparaison : « Les poujadistes sont des mécontents et des antirépublicains. Les premiers sont contre le régime, les Jeunes Turcs, eux, sont contre le système... »46. Cependant l’état d’esprit est bien le même. La définition par Bertrand de Jouvenel des Jeunes Turcs convient très bien aux Jacobins : « Les Jeunes Turcs sont un logement dans le parti d’un groupe de jeunes soucieux d’engrener ses aspirations sur la réalité politique »47. A l’exemple des Jeunes Turcs, les Jacobins forment un groupe solidaire au sein d’un parti. La camaraderie joue le premier rôle dans l’un et l’autre cas. Un ancien Jeune Turc, Dreyfus-Schmidt, considère même les Jacobins comme ses héritiers. « J’ai, d’aussi près que j’ai pu, suivi vos efforts et ceux de vos amis avec une attention à la fois sympatique et inquiète... J’espérais ardemment que vous réaliseriez les rêves qu’avaient caressés ces militants radicaux d’avant-guerre qu’on appelait les Jeunes Turcs... Nous avons applaudi, mes amis et moi, à ce que nous considérions un peu comme notre victoire (la prise en main du Parti radical par les Jacobins en mai 1955) et au rajeunissement salutaire d’une formation dont beaucoup d’entre nous ont conservé la nostalgie... »48.

  • 49 S. Berstein, Histoire du Parti radical, t. 2, La crise du radicalisme, 1926-1939, F.N.S.P., 1982.

35Les événements qui bousculent la vie du parti en 1955 ne sont d’ailleurs pas si étrangers à ceux d’avant la guerre. Le chahut qu’organisent les Jacobins lors du Congrès du 4 mai rappelle celui de Biarritz en octobre 1936, premier du genre à donner l’occasion d’une bagarre générale49. Ces deux cas où le climat de violence se nourrit du choc entre les générations, où la situation locale se colore d’une teinte très parisienne, ces deux épisodes coïncident étrangement. Quel fossé sépare la tentative de rénovation du parti par Daladier en 1927 et celle de Mendès France en 1955 ? Seulement celui du temps. Sinon chacun d’eux recrute parmi la jeunesse radicale ses plus chauds partisans qui soutiennent ses actions comme autant de coups politiques.

  • 50 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977.

36Chez les Jacobins comme chez les Jeunes Turcs, l’état d’esprit précède la doctrine pour tenter de dépasser les clivages politiques traditionnels. Néanmoins, au plus profond de lui-même, le mouvement Jeune Turc, issu du courant moderniste des années trente, rejette les vieilles mythologies qui lui inspirent méfiance et suspicion. Les Jacobins, eux, désirent avant tout revenir aux sources du radicalisme. Il existe là une sensible divergence. Mais, au-delà de ces nuances, la plupart des observateurs des années cinquante relèvent, à la suite d’Alain Gourdon : « Au Parti radical en 1951, les Jeunes Turcs ont disparu pour faire place aux Jacobins »50.

37Traversant les âges, le club transmet le même idéal aux jeunes radicaux. En 1951, ce sont ceux-là même qui veulent maintenir vivante la flamme d’un républicanisme intransigeant, qui remettent à Charles Hernu et ses amis les lettres patentes du club. Jusqu’en 1946, ce sont ceux qu’on appelle « les radicaux de gauche » qui assurent cette fonction.

38Faut-il les ranger parmi les ascendants des Jacobins ? Sans doute si on retient le fait qu’ils sont nombreux à avoir participé au mouvement Jeunes Turcs. Mais la guerre, dans leur cas, détermine de manière prépondérante leur attitude. Cette fraction des Jeunes Turcs de gauche rejoint très vite la Résistance où elle côtoie les militants communistes. A la Libération, elle reste encore au sein du Parti radical mais exige sa rénovation et son rattachement à la gauche ainsi que l’adoption du programme élaboré par le C.N.R. Ces exigences marginalisent peu à peu cette tendance au sein de la formation valoisienne. Le 2 mai 1946, Pierre Cot et ses amis, parmi lesquels on retrouve Jacques Mitterand, Kayser et Meunier, partent fonder l’Union Progressiste.

  • 51 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.
  • 52 « Pour la libération, pour l’insurrection, pour la révolution », LJ, 24 sept. 1954.

39Il n’est d’ailleurs pas vraiment exact d’avancer que les Jacobins prennent totalement le relais de ces radicaux de gauche. Alain Gourdon conteste déjà leur appellation : « Ne parlez pas de Cot ou de Kayser comme des radicaux de gauche. Non, ils ont avant tout rejoint l’Union Progressiste, ce sont des compagnons de route du P. C.F. »51 (Cette conclusion paraît peut-être un peu trop hâtive en ce qui concerne le cas de Kayser). Néanmoins, une certaine communauté d’esprit subsiste qui ne renie en rien la formule du « pas d’ennemis à gauche ». Chacun cependant y trouve ce qu’il cherche et accepte plus ou moins, selon le cas, un rapprochement avec le Parti communiste. Il n’en demeure pas moins qu’au sein de cette formation qui condamne les tendances à vivre ensemble, le départ des radicaux de gauche laisse un vide. Les Jacobins, dans cet ordre d’idées, comblent ce vide. Ils revivifient une certaine tradition de résistance héritée tout droit des radicaux de gauche. Charles Hernu, lui-même membre des bataillons F.T.P., concilie souvent son jacobinisme avec les idées lancées par le C.N.R. Voici, à seul titre d’illustration, un extrait du Jacobin où l’on présente un texte du Coq enchaîné, journal des résistants radicaux : « Plusieurs animateurs de ce groupe ont rejoint le club des Jacobins en qui ils retrouvent le même élan »52. L’idéal d’une République laïque, démocratique et sociale se conjugue facilement avec les idées de la Libération.

*

Notes

1 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

2 Idem.

3 C. Nicolet, Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, R. Julliard, 1959, p. 37.

4 G. Maury, « Pour un groupe radical étudiant », I.R.S., 5 fév. 1949.

5 J.-P. Maxence (pseudo J.-P. Godmé), Histoire de dix ans, Paris, Gallimard, 1930, p. 54.

6 Ch. Hernu, « Les hommes de trente ans », LJ, oct. 1953.

7 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

8 Ch. Hernu, « Les clubs ont-ils encore un avenir ? », France-Forum, mai 1966.

9 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.

10 Ch. Hernu, « Déclaration inaugurale du 12 déc. 1951 », LJ, fév. 1953.

11 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

12 Ch. Hernu, « Quatre années de jacobinisme », LJ, 28 oct. 1955.

13 Idem.

14 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

15 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

16 Ch. Hernu, « Quatre années de jacobinisme », LJ, 28 oct 1955.

17 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

18 I.R.S., janv. 1951.

19 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

20 I.R.S., oct. 1950.

21 G. La vau, « Les radicaux et leur destin », Cahiers de la République, 1956.

22 P. Avril, « Radicalisme et socialisme », Cahiers de la République, 1958.

23 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

24 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 15.

25 G. Maury, « Pour un groupe radical étudiant », I.R.S., 5 fév. 1949.

26 G.M., « Que devient la franc-maçonnerie française ? », F-Obs, 13 janv. 1955.

27 « Pascal est-il l’auteur de votre manchette ? », LJ, 22 avr. 1955.

28 Lettre citée par H. Graham, The religious origins and modern resurgence of french anarchism, Thèse, University Edimburg, 1973, p. 243.

29 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

30 Idem.

31 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

32 Le Jacobin, 25 fév. 1955.

33 Le Jacobin, 11 mars 1955.

34 Y. Amblard, « Grands hommes... presque tous », LJ, 12 juil. 1954.

35 « A ça ira... », LJ, fév. 1953.

36 « Il y a cent soixante et un ans... », LJ, 22 juil. 1955.

37 Idem.

38 F. Buisson, « Pensées », LJ, 6 mai 1954.

39 Ch. Hernu, « L’armée populaire d’Afrique », Midi Cinq, 28 juin 1957.

40 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

41 Ch. Hernu, « Pour un nouveau groupe parlementaire », Combat, 27 mars 1958.

42 Ch. Hernu, « Et si E. Hérriot parlait... », LJ, 2 avr. 1954.

43 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

44 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 28.

45 A. Werth, « Le mouvement des Jeunes Turcs », Cahiers de la République, 1956. S. Berstein, Histoire du Parti radical, t. 2, La crise du radicalisme, 1926-1939, F.N.S.P., 1982.

46 Ch. Hernu, « Vous êtes beau joueur, Président Mendès France », LJ, fév. 1956.

47 P. Avril, « Les radicaux et leur destin », Cahiers de la République, 1956.

48 P. Dreyfus-Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs, 1er mars 1956.

49 S. Berstein, Histoire du Parti radical, t. 2, La crise du radicalisme, 1926-1939, F.N.S.P., 1982.

50 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977.

51 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

52 « Pour la libération, pour l’insurrection, pour la révolution », LJ, 24 sept. 1954.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search