Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Avant-propos

Texte intégral

1En ce début des années cinquante, la France semble s’épuiser à vivre sous le climat d’une crise gouvernementale permanente. La chronique politique de ces années d’après-guerre a bien du mal à donner des événements une vision cohérente du fait des mille péripéties qu’entraîne la rivalité des formations entre elles. Depuis juin 1951, gaullistes et communistes se côtoient au sein d’une paradoxale alliance objective, pour réclamer la tête d’un régime déjà fort discrédité par des faiblesses inhérentes à sa construction. Les autres courants politiques paraissent condamnés à devoir offrir ensemble un semblant de légitimité au pouvoir.

2Dans de nombreux domaines, le pays souffre d’immobilisme. Peu de signes laissent encore pressentir les effets de la relance économique, les gouvernements avares de réformes sociales mettent complaisamment le doigt dans l’engrenage des conflits coloniaux ; au sein du camp occidental, enfin, le pays ne parvient pas à clarifier sa position. Les problèmes s’accumulent et l’opinion paraît se résigner à accepter la fatalité du déclin.

3Il faut dire que les espoirs d’un changement s’évanouissent aussi vite que l’apparente solidarité qui unit groupes et partis promoteurs d’une certaine mystique de la Résistance. L’arrivée à la tête de l’État d’une génération d’hommes nouveaux ne permet pas de prévenir le retour, sans doute plus subreptice mais tout aussi durable, de la vieille garde des politiciens. Ceux-ci prouvent bientôt, aux yeux de leurs cadets, qu’ils ne retiennent rien de leurs erreurs d’avant la guerre. La reprise d’anciennes méthodes de gestion gouvernementale, la relance du jeu traditionnel des partis, la formation d’alliances contre nature qui en découlent, tout enfin se ligue pour provoquer une profonde frustration parmi la génération des 25-35 ans, celle-là même qui croit entendre sonner son heure, l’heure du renouveau auquel elle s’estime devoir être conviée la première.

4Fidèle exemple de ce phénomène, le Parti radical réintègre progressivement les rangs de ces formations sans lesquelles nulle coalition n’est possible. Au sein de sa Machine, la vieille dame valoisienne voit revenir, à côté de jeunes et brillantes recrues, une partie de ses anciens dirigeants. Cette évolution même conforte d’ailleurs la province radicale dans son désir de renouer avec sa tradition. Néanmoins, le retour du radicalisme aux affaires de l’État a un prix, celui d’un net changement de cap dans ses orientations. Sensiblement orienté sur sa droite par les milieux d’affaires coloniaux qui prônent un rapprochement avec les thèses libérales, le parti durcit son opposition au communisme.

5Depuis la Libération, ceux que nous conviendrons d’appeler les néo-radicaux, dirigent le parti. Il s’agit en fait de l’aile droite toujours agissante au sein de la formation valoisienne mais qui n’est jamais aussi puissante qu’à cette époque. C’est elle qui impose au parti un sensible recentrage, juste après la guerre, et lui permet ainsi de se maintenir parmi les courants politiques dirigeants en France. Deux tendances se partagent ce radicalisme « conservateur » : les radicaux classiques d’abord, défendent à l’exemple de Laffargue, une conception modérée ; ensuite, une génération entière de nouveaux radicaux issus de la bourgeoisie d’affaires et qui, à peine entrés au parti à la Libération, parviennent à faire triompher leurs idées, complète ce courant. La plupart ne sont pas d’authentiques représentants des bastions radicaux : Jean-Paul David entraîne avec lui un électorat plus modéré que radical ; René Mayer et Henri Borgeaud, quant à eux, rallient au radicalisme les grands colons d’Afrique du Nord.

  • 1 E. Faure, Le Monde, 6-7 nov. 1955.
  • 2 A. Gourdon, « Le Parti radical », in M. Duverger, Les partis politiques et les classes sociales en (...)

6A côté de cette tendance et unis à elle pour la même cause, les radicaux de gestion défendent une ligne d’action pragmatique visant à offrir au parti le rôle de formation charnière. Henri Queuille à la fin des années 40, à qui succède Edgar Faure pour les années 50, les emmènent. « A la Libération, nous étions seuls alors à nous élever contre un certain projet de Constitution, à lutter contre la loi électorale. Or, notre parti n’est pas académique. C’est un parti de gestion ! »1. Leur stratégie électorale s’oriente plus sur la droite. Ainsi, le Rassemblement des gauches républicaines concentre leur activisme et permet au parti de retrouver son audience2. Il n’empêche, la tradition du radicalisme persiste. C’est elle qui permet à des courants opposés à ceux que l’on vient de décrire de demeurer dans le giron de la Place de Valois. En 1950, les néo-radicaux mènent la danse sur cette place, sans doute, mais une autre tendance est en train de se constituer dans le même œuf. L’histoire du Club des Jacobins participe de ce dernier phénomène.

  • 3 Le Jacobin, 28 oct. 1955.
  • 4 Ch. Hernu, « Congrès de Aix-les-Bains, 17 septembre 1953 », I.R.S., oct. 1953.

7« Un an après la Corée, lorsque la France était engloutie dans la guerre d’Indochine, que commençait le pari de la C.E.D., lorsque le régime avait définitivement trahi les espoirs de la Libération, quinze camarades qui s’étaient rencontrés par hasard dans les meetings et les débats, se retrouvèrent avec un même sentiment de révolte et d’espoir »3. Révolte-espoir, amertume-optimisme, tels sont quelques-uns des sentiments antinomiques qui président, en cette fin 1951, à la naissance du club. Une amertume à l’égard de l’opinion dont on déplore l’apathie, au point de demeurer indifférente aux signes avant-coureurs de modernisation. Une révolte d’hommes jeunes contre un système qui engendre cette apathie. Une révolte également contre le radicalisme des années cinquante, auquel pourtant on adhère. « Nous proclamons que le radical-socialisme de la Quatrième République, sans doctrine, sans méthodes, sans enthousiasme, est à bout de souffle »4. Symptôme d’un conflit latent de générations, expression de dégoût pour cette si expéditive mise au musée des idéaux de la Libération, vraiment la création du club veut apporter une solution aux problèmes de l’engagement du citoyen dans sa cité. Et qu’on en finisse avec ces deux Églises qui s’aliènent l’une autant que l’autre, que ce soit le communisme ou le gaullisme de l’époque du R.P.F.

  • 5 C. Nicolet, Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, R. Julliard, 1959. p. 42.

8L’équation suppose un second terme. Le club ne s’y dérobe pas et fonde sur une profonde conviction d’optimisme sa révolte. Son histoire peut, en ce sens, être considérée avant tout comme le soutien et la participation à la tentative d’un certain Pierre Mendès France qui veut rénover la vie politique nationale. « Mendès France nous aura permis de croire qu’on pouvait à la fois « faire de la politique » et garder les mains propres, être Président du Conseil et dire la vérité »5. Mais là ne réside pas la principale originalité du club. Celle-ci revient d’abord à concevoir cette forme particulière d’engagement qui pose un certain nombre de problèmes, à nous et au club lui-même. Son expérience sous la IVe République lui procure, d’ailleurs, des solutions plus ou moins satisfaisantes.

  • 6 D. Colard, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965, pp. 211-248.

9On ne peut, en effet, rester indifférent à la volonté de construire, en 1951, une structure clubiste. Analysé à la lumière du phénomène général, le club des Jacobins pose toute une série de questions. Si l’on part de la définition du club que donne Daniel Colart – « Un club est un groupe de citoyens, plus ou moins homogène, tendant à se distinguer du groupe plus vaste qu’est la collectivité nationale et à s’organiser en société pour débattre des problèmes politiques »6 – il est possible de distinguer trois principaux types de ce genre. Certains refusent de prendre part au combat politique et s’efforcent de demeurer au-dessus de la mêlée. On peut citer le club « Positions », créé à Moulins dans l’Allier en 1955 et qui tente de demeurer indépendant. Finalement, en avril 1964, il entre dans le groupe des « Assises de la Démocratie ». D’autres clubs acceptent cet engagement sans pour autant entreprendre une action partisane. Citons « Citoyens 60 », club d’inspiration chrétienne qui se donne pour mission de proposer de grandes orientations aux partis politiques. Établi dans plusieurs villes, il publie « Les cahiers de Citoyens 60 ». Comme « Positions », il rejoint en 1964 le groupe des « Assises de la Démocratie ». D’autres clubs enfin, militent activement au sein d’une formation plus vaste. Appartenant à cette dernière catégorie, le Club des Jacobins se range parmi les formations de combat politique.

10Comme tel, il peut apparaître attaché au phénomène circonstanciel de la crise des partis politiques des années cinquante, du Parti radical en l’occurrence. Supposer cela nous entraîne vers de nouvelles interrogations : comment le club conçoit-il sa position face aux partis politiques ? Possède-t-il une ligne d’action précise ? Et, dans cette dernière hypothèse qui revient à admettre que le club accepte de participer à la vie du parti, de quelle manière concilie-t-il cet engagement avec son identité ? Toutes ces questions mènent à la problématique essentielle du club qui consiste à rechercher ses raisons d’être. Pour d’aucuns, le club permet de s’engager dans la vie politique sans se laisser enfermer dans un appareil rigide. Pour d’autres, il constitue un organe au service de la formation civique, une structure d’accueil et de dialogue. A la lumière de toutes ces propositions, on est amené à se demander quelle fonction remplit le club des Jacobins. Il offre un sujet d’analyse d’autant plus intéressant qu’il est, en quelque sorte, le précurseur du mouvement clubiste d’après-guerre. Seul de son genre à exister jusqu’en 1958, il est ensuite imité par une pléiade de nouvelles formations. Est-il pertinent de les comparer entre eux et n’est-ce pas la seule solution pour dégager l’originalité du club que nous allons à présent étudier ?

*

Notes

1 E. Faure, Le Monde, 6-7 nov. 1955.

2 A. Gourdon, « Le Parti radical », in M. Duverger, Les partis politiques et les classes sociales en France, Paris, 1955, pp. 219-239.

3 Le Jacobin, 28 oct. 1955.

4 Ch. Hernu, « Congrès de Aix-les-Bains, 17 septembre 1953 », I.R.S., oct. 1953.

5 C. Nicolet, Mendès France ou le métier de Cassandre, Paris, R. Julliard, 1959. p. 42.

6 D. Colard, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965, pp. 211-248.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search