Version classiqueVersion mobile

Hommes, idées, journaux

 | 
Jean-Antoine Gili
, 
Pierre Guiral
, 
Ralph Schor

Marseille et la Provence

Légende et réalité : Antoine Anthoine, Pionnier du commerce marseillais en mer Noire

Jean-Louis Van Regemorter

Texte intégral

  • 1 A. ANTHOINE, Essai historique sur le commerce et la navigation de la mer Noire, Paris 1805, Avertis (...)

1L’« Essai historique sur le commerce de la mer Noire », publié en 1805 par Antoine Anthoine, est à premiève vue une source séduisante pour l’historien : ce praticien féru de détails savait aussi s’élever à des vues synthétiques sur l’avenir de la nouvelle route. Il comprenait l’imbrication des calculs économiques et des arrière-pensées politiques dans l’attitude des gouvernements intéressés et il savait en jouer. Cette habileté a de quoi inquiéter le lecteur : en rédigeant son ouvrage, ne voulait-il pas servir la diplomatie de Bonaparte comme il avait jadis servi celle de Louis XVI ? Ajoutons-y un souci d’apologie personnelle, car le commerce de la mer Noire n’avait jamais eu une bonne réputation à Marseille ; « on assure », reconnaissait l’auteur dans sa préface, « qu’au lieu de donner des bénéfices, ce commerce a occasionné des pertes à la plupart des propriétaires de ces navires et de leurs cargaisons »1. Il s’agissait donc de démontrer que ces échecs étaient dus à l’inexpérience.

2Le pionnier, lui, n’aurait connu que des succès, sauf par la faute de circonstances imprévisibles, comme l’attaque turque d’août 1787. La confrontation avec les documents contemporains des événements nous oblige à introduire quelques notes discordantes dans cette marche triomphale. Non que les autorités aient contesté les progrès rapides du commerce entre Marseile et Cherson. Mais elles reprochaient à Anthoine de réserver tous les bénéfices pour ses spéculations personnelles et de chercher à éluder ses obligations à l’égard de l’Etat. Nous tenterons donc de déterminer la part des fonds propres et des subventions publiques dans le capital initial, puis le partage des profits et des pertes dans les opérations d’Anthoine.

3 Rappelons qu’il n’appartient pas à une dynastie de grands négociants marseillais : fils d’un modeste officier, lieutenant de police à Embrun, il avait commencé sa carrière comme régisseur de la maison Seymandi à Constantinople. Il s’y fit apprécier par l’ambassadeur Saint-Priest en rédigeant une série de mémoires sur le commerce du Levant. Mais le capital qu’il put accumuler en dix ans de séjour était sans doute assez modeste et les apports de son frère Louis et du capitaine Sauron dans la commandite fondée à Cherson en 1783 devaient être encore moindres. En avril 1783, les fonds investis dans l’entreprise se montaient à 100.000 livres. Ce fonds comprenait un petit navire de 100 tonneaux, acheté à Constantinople, le « Saint-Nicolas », qui ne valait guère plus de 12.000 livres. Ce bâtiment ne fit que deux voyages : l’un à Smyrne en 1783, l’autre à Marseille l’année suivante. Nous pensons qu’Anthoine l’a vendu pour le remplacer par un autre du même tonnage, qu’il baptisa « Prince Serge de Gallitzine » et qui battit un record de vitesse en faisant l’aller et retour en quatre mois. Ce fut le seul investissement personnel en matière d’armement.

4Restait l’entretien des équipages et l’achat des premières cargaisons. La première dépense était couverte par le fret que le négociant attribuait fictivement à ses propres navires : 77.000 livres en 1784. Déduction faite de ce chiffre, les cargaisons de la première année se montaient à 269.440 livres dans les deux sens. Les statistiques fournies au Secrétaire d’Etat de la Marine n’étaient pas truquées, comme nous avons pu le vérifier par un recoupement avec les valeurs déclarées à la chancellerie russe de Constantinople. Mais les données d’Anthoine étaient supérieures à ses investissements réels, car il calculait les valeurs à la vente, et non à l’achat : en chiffrant la mise de fonds initiale à quelque 350.000 livres, nous sommes probablement au-dessus de la réalité.

5En regard, la contribution de l’Etat se montait à 271.000 livres : 50.000 pour l’achat d’une maison à Cherson et 221.317 pour la valeur réelle des 5 bâtiments vendus à Anthoine en septembre 1783. Le prêt fut assorti d’un régime de faveur : sans intérêt et remboursable au bout de 5 ans en 5 annuités. Anthoine acheta pour 12.000 roubles la maison du cuisinier de Potemkine et il ne se plaignit pas jusqu’à la date du remboursement. A ce moment-là, il avait dû liquider ses affaires à Cherson et il vendit la maison à Potemkine pour 10.000 roubles, mais le prince oublia de le payer ! Le gouvernement royal n’en exigea pas moins le versement de la première annuité en juillet 1789 et de la seconde un an plus tard. L’Etat russe ne s’acquitta qu’en 1805 par un remboursement équivalent à 54.000 francs : déduction faite des intérêts à 5 % pendant 16 ans, Anthoine ne recouvra que 60 % de son capital, mais avait-il tout remboursé pendant la tourmente révolutionnaire ?

  • 2 Lettre d’Anthoine à Malouet, Marseille, 31 mars 1788. Archives de lu Murine. B3 794. Fol. 40.

6Quant aux 5 navires cédés en 1783, ils furent vendus à moitié prix et l’Amirauté fournit en outre des agrès à crédit : la dette d’Anthoine se réduisit donc à 126.000 livres. Ce prêt sans intérêt était remboursable en munitions navales au bout de 3 ans, délai porté plus tard à 5 ans. Anthoine trouva encore que le prix était exagéré, vu le mauvais état des batiments. Avec plus de raison, il affirma que son armement était déficitaire : « malgré la faveur du terme », écrivait-il en 1788, « et malgré que je leur aye bonifié un fret proportionné à celui fixé pour le Levant, je suis dans la triste possibilité de prouver que leurs comptes respectifs ont tous été soldés par une perte sensible »2. Il est certain que l’affrètement était plus avantageux : il affrèta un navire autrichien en 1786 et en 1787 un gréco-russe et un turc. Mais au début de son entreprise, on ne trouvait pas de navires à affréter pour la mer Noire.

  • 3 Lettre d’Anthoine à Castries, Marseille, 12 janvier 1784. Archives de la Marine. B3 801.

7Deux des bâtiments vendus par le Roi étaient d’un tonnage trop considérable pour être rentables à une époque où il était encore difficile de constituer rapidement des cargaisons à Cherson. Le « Gabriel dit le Saint-Jean » fît naufrage dans le canal de Corse à son premier départ en janvier 1784. Mais il était assuré : « je percevrai, lorsqu’il en sera temps », promettait Anthoine à son protecteur Castries, « le montant de mes assurances et avec les mêmes fonds, j’achèterai un autre bâtiment (...) et je l’enverrai dans la mer Noire »3. En réalité, il acheta en mai 1784 un vieux rafiot de 133 tonneaux, tout juste bon pour le cabotage dans le liman du Dniepr : gageons que tout l’argent de l’assurance n’a pas été consacré à cette acquisition ! Quant à la « Christine-Marguerite » de 380 tonneaux, il songea à s’en défaire dès le mois de mai 1784 et il ne l’expédia qu’une fois en mer Noire sous le nom de « Catherine seconde », avant de la vendre à la fin de 1785. Il le remplaça sous le même nom par un navire de 235 tonneaux : là encore, on croira difficilement qu’il ait engagé des capitaux frais dans cet échange.

8Les trois autres bâtiments, dont le tonnage allait de 168 à 191 tonneaux, firent régulièrement l’aller et retour entre Marseille et Cherson, avec une rotation supérieure à un voyage par an. Ils naviguèrent en toute saison, sauf en hiver, et ils ne connurent aucun naufrage. Anthoine, il est vrai, dut procéder à quelques réparations : en 1785, il dépensa 17.000 livres pour renouveler la coque du « Prince Potemkine », somme supérieure à la facture du bâtiment en 1783 ! Mais même après l’interruption des communications avec la mer Noire, il garda ce navire remis à neuf. En revanche, il se défit du « Chevalier Bulgakov » et du « Général Hannibal » dont il n’avait plus l’emploi : à l’en croire, il les vendit pour la démolition à des prix ruineux. Admettons-le, mais ces bâitments cédés à moitié prix avaient servi pendant quatre ans et ils étaient donc presque complètement amortis.

9On comprend donc l’agacement des bureaux de la Marine, quand Anthoine réclama un novueau délai, avant même l’attaque turque. Devant le refus du ministère, il implora en 1788 un rabais sous prétexte que la guerre l’empêchait de rembourser en munitions navales et qu’il aurait pu faire un bénéfice sur ces fournitures. Grâce à l’appui de Saint Priest, il obtint une transaction à 120.000 livres. Il remboursa donc 40.000 livres en mai 1788 et le solde dans les quatre derniers mois de l’année. Avec le bénéfice sur l’échange des navires et le fret conventionnel qu’il attribuait à ses bâitments il avait largement accumulé les fonds nécessaires, malgré ses dires.

  • 4 Lettre d’Anthoine au ministre de lu Marine, Marseille, 3 mai 1788, Archives de lu Marine. C76. Fol. (...)
  • 5 Lettre de Malouet à Castries. Juillet 1787, Archives de la Marine, B3 803.

10Il utilisa le même raisonnement pour le partage des profits et des pertes : « l’édifice que / la guerre / a renversé », prétendait-il en 1788, « et dont le gouvernement, qui en fut le moteur, seul a retiré les avantages, a coûté la vie à deux de mes frères ; il a été élevé aux dépens de la fortune que j’avais acquise en Turquie »4. Malouet, intendant de la Marine à Toulon, pensait le contraire : « de toutes les commissions », écrivait-il à Castries, « dont il a été chargé pour l’arsenal de Toulon, aucune n’a réussi. Il semble véritablement qu’il ait réservé pour son propre compte l’intelligence et les lumières que je lui connais »5.

11De fait, Anthoine se garda de prendre le moindre risque dans toutes ses opérations pour le compte du Roi : loin de rembourser en munitions navales, il préféra une confortable commission de 5 %, sans jamais consentir aucune avance. Il se fît même ouvrir un crédit de 100.000 livres sur Henry Fizeaux et Cie d’Amsterdam pour couvrir ses achats en Russie et en Pologne. Les quelques balles de chanvre qu’il expédia à Toulon pour essai étaient en partie pourries, tant l’emballage était mal fait. Mais les bureaux ne purent pas refuser une fourniture qui était déjà payée !

  • 6 Mémoire du Sr Braud à Fabry, 27 mai 1784, Archives de la Marine, B3 763. Fol. 130.
  • 7 Observations de M. Metycki, Novembre 1784, Archives de la Marine, B3 801.

12Broutilles à côté de l’affaire des mâtures, dont l’« Essai » donne une version triomphale, avec une belle allégorie dans le goût du temps : l’abbé Raynal assistant à l’arrivée des mâtures, c’était le salut des deux Indes à la mer Noire ! Les faits étaient plus prosaïques : dans un moment d’agacement, Anthoine avait laissé échapper « que l’objet des bois n’était qu’un accessoire dont il avait bien voulu se charger, mais qui ne devait déranger en rien ses opérations personnelles »6. Ce fut le chargé d’affaires à Varsovie Bonneau qui s’occupa de toutes les démarches et les instructions d’Anthoine ne lui simplifièrent pas la tâche. Il refusait même de laisser au vendeur le produit des économies dans le transport : « Son Altesse », objectait l’agent du prince Poniatowski, « accordant la livraison des mâts au même prix qu’ele les livre à Riga, il est équitable qu’elle ait pour elle-même l’avantage, s’il y en a un, dans l’économie du transport. (...) Autrement, il vaudrait mieux continuer le négoce établi depuis des siècles entiers à Riga, avec des négociants qui ont même coutume d’avancer de grandes sommes, lorsqu’on est dans le cas de le demander »7. Sans l’insistance du roi de Pologne, qui fit pression sur son neveu pour des raisons politiques, le contrat n’aurait probablement jamais été signé.

13Anthoine commit en outre l’imprudence de lésiner sur les pourboires et on ne montra au maître-mâteur envoyé spécialement de Toulon que les forêts les plus médiocres. Il est vrai que le flottage à travers les cataractes du Dniepr fut une réussite, car les radeaux arrivèrent avant la décrue. Mais le transport maritime fit problème, parce que les mâtures exigeaient des vaisseaux de fort tonnage : quoi qu’en ait dit Anthoine, la « Syrène » expédiée de Toulon dépassait bien la limite autorisée par les Turcs et la Porte ne céda qu’aux instances de l’ambassadeur Choiseul-Gouffier. Pour le second voyage, on arma une gabarre moins grosse, mais les Turcs, cette fois, ne voulurent rien entendre. L’Amirauté de Toulon ne reçut dnc que la moitié de la partie fournie par le prince Poniatowski, soit 125 mâts qui ne comptaient pas parmi les plus gros.

14Les bureaux de la Marine dressèrent néanmoins une estimation pour l’ensemble de la partie : ils évaluèrent les frais à quelque 80.000 livres, dont la moitié pour la valeur des mâs rendus à Cherson, un peu moins de 5.000 livres pour les frais accessoires et un peu plus de 35.000 livres pour le transport maritime. D’après ces chiffres, Anthoine croyait pouvoir annoncer une économie de 37 % par rapport à Riga. Le trajet maritime était plus court et on se passait des intermédiaires qui prélevaient une forte marge en revendant les mâtures aux exportateurs dans les ports de la Baltique pour récupérer les avances qu’ils consentaient aux propriétaires. En comptant le salaire du maître-mâteur et l’amortissement du navire pendant un an, Malouet réduisait l’économie à 12 %. Les bureaux de la Marine adoptèrent un moyen terme de 20 %.

  • 8 Expéditions de Kerson par le Sr Anthoine, Observations, 1786, Archives de la Marine, B7 448.
  • 9 Lettre de Castries au maître-mâteur Dantoine. Versailles, 25 mars 1786, Archives de la Marine, B3 4 (...)
  • 10 Anthoine à Castries, Marseille, 12 octobre 1787, Archives de lu Murine, B3 787 Fol. 257.

15Mais ce bénéfice se révéla illusoire, tant la cargaison était médiocre : « l’essence des bois », concluaient les experts, « a été reconnue la même que celle des mâts qui viennent par Riga, mais la qualité de cet assortiment a paru inférieure, et plusieurs pièces ont excité des reproches »8. Castries parla carrément de « rebut des négociants du Nord » !9. Sur le moment, Anthoine triomphait moins que dans son « Essai » rétrospectif : « voilà une suite », larmoyait-il, « de cet espèce de charme, qui a été jeté sur les mouvements extraordinaires que je me suis donnés pour procurer en abondance des munitions navales à l’arsenal de Toulon. (...) Après un exemple semblable, je suis pleinement convaincu que, quelque volonté qu’on en ait, l’on ne doit jamais se flatter de parvenir à opérer le bien »10.

16Il n’était pas au bout de ses peines. Après l’attaque turque, la marine russe eut besoin des mâts restés à Cherson et Anthoine les racheta au Roi. Il espérait réaliser un gros bénéfice sur cette opération : pour un lot qui valait 25.000 livres, il réclamait 22.000 roubles, ce qui faisait 88.000 livres sur le moment et 66.000 après la baisse du change russe. Son attente fut déçue : après la tempête qui décima la flotte de la mer Noire en septembre 1787, l’Amirauté de Cherson réquisitionna 52 mâts, mais refusa par la suite de prendre livraison du reste. Le contentieux traîna pendant 18 mois : les associés d’Anthoine exigeaient l’achat de toute la partie, alors que les autorités russes ne voulaient payer que les mâts effectivement fournis et refusaient des prix surfaits. L’affaire se termina sans doute par une transaction et comme Anthoine cessa de se plaindre auprès des autorités françaises, on peut supposer qu’il s’en tira sans perte.

  • 11 Malouet à Castries, juillet 1787, Archives de la Marine, B3 803.

17 Même ses détracteurs reconnaissaient son habileté et Malouet le qualifiait de « négociant très éclairé sur ses intérêts et faisant de très bonnes affaires dans le commerce de la mer Noire »11. Nous n’avons malheureusement pas trouvé dans les documents publics d’indications sur ses profits dans les opérations qu’il réalisa pour son propre compte, mais d’après nos conjectures, si les marges bénéficiaires furent faibles sur les chancres et sur les suifs, les spéculations sur les blés se révélèrent rentables à condition de ne pas vendre sur la place même de Marseille. Il est vrai qu’aux dires d’Anthoine, la guerre de 1787 aurait englouti tous ses bénéfices antérieurs : il adressa à ses protecteurs un inventaire détaillé de ses pertes pour justifier les facilités qu’il demandait pour rembourser sa dette.

18Rétablissons la vérité par recoupement avec d’autres sources. La barque « Prince Ivan Bariatinski » fut prise par les Turcs à l’embouchure du Danube, mais le bâtiment et sa cargaison ne valaient pas grand-chose. Sur les trois navires qui étaient allés charger des laines en Crimée, l’un fit naufrage sur la côte d’Asie Mineure, où sa cargaison fut pillée : ce turc affrété ne transportait que 79 balles de laine et 60 feutres. Le « Saint-Spiridion », gréco russe affrété, fut arrêté à Constantinople : Choiseul-Gouffier obtint la restitution du chargement, mais on dut le vendre sur place à perte. Enfin, le « Prince Potemkine » dut rebrousser chemin et revendre sa cargaison en Crimée avec un sacrifice considérable. S’y ajoutaient les frais de rapatriement des ouvriers envoyés à Cherson pour les salaisons et des créances désespérées qui se montaient à plus de 7.000 roubles, soit 21.000 livres au cours de 1789.

  • 12 Anthoine, Essai..., p. 182.
  • 13 Anthoine à Necker, 18 juillet 1790, Archives des Affaires Etrangères, Correspondance politique, Rus (...)

19Mais la plupart de ces pertes étaient couvertes et Anthoine reconnaissait dans son « Essai », au moment où il n’avait plus besoin d’apitoyer les autorités : « je me trouvai fort heureux dans cette fâcheuse circonstance d’avoir fait assurer la valeur de ces différentes expéditions ; elle me fut payée exactement moyennant de légers sacrifices »12. Survenue au bout de trois ans d’activité, alors qu’il venait à peinte d’amortir son capital, la guerre l’a empêché de réaliser la fortune qu’il méritait. Ne prenons cependant pas pour argent comptant ses jérémiades : « c’est cette entreprise si fatale pour moi », écrivait-il à Necker en 1790, « si avantageuse à l’Etat qui a coûté la vie à deux de mes frères (...) et qui abrégera sûrement la mienne, après avoir épuisé ma fortune »13.

20En réalité, il put se reconvertir avec les bâtiments qui lui restaient : après avoir songé à fonder un établissement à Tripoli de Barbarie, il s’orienta vers les Antilles et la Louisiane. Dès la paix de Jassy, il renvoya son frère Louis à Cherson et il reprit ses expéditions vers la mer Noire. Il est vrai que cette reprise s’avéra éphémère, puisque Louis fut expulsé de Russie dès mars 1793 pour avoir refusé de prêter serment à l’impératrice. A cette date, notre négociant jouissait d’une honnête aisance : dans sa déclaration pour l’emprunt forcé, outre la dot de 50.000 livres apportée en 1786 par Marie-Anne Clary, il déclarait un capital de 400.000 livres dans son commerce. Si nos conjectures sur ses investissements initiaux sont exactes, il faudrait en conclure que son entreprise en mer Noire ne l’avait pas ruiné.

21L’image d’Anthoine ne sort pas ternie de notre enquête policière. Nous avons simplement voulu rectifier les erreurs volontaires de l’«Essai», que les historiens ont souvent reprises sans critique. Il est trop facile d’opposer le « dynamisme » d’Anthoine à l’« inertie » de la Chambre de commerce de Marseille : l’ampleur de l’aide officielle suffit largement à expliquer le contraste. Anthoine s’est également trompé dans ses prophéties en surestimant la révolution commerciale provoquée par l’ouverture de la mer Noire : il a cru que les routes de commerce se calquaient automatiquement sur les voies naturelles et il a échoué dans son expédition des mâtures pour avoir ignoré les réseaux traditionnels qui liaient les propriétaires de forêts aux marchands de Riga. Mais il mérite bien le nom de pionnier de la mer Noire, puisque son exemple a entraîné des émules qui se sont lancés dès 1785 dans cette voie nouvelle sans aucune aide de l’Etat.

Notes

1 A. ANTHOINE, Essai historique sur le commerce et la navigation de la mer Noire, Paris 1805, Avertissement, p. VI.

2 Lettre d’Anthoine à Malouet, Marseille, 31 mars 1788. Archives de lu Murine. B3 794. Fol. 40.

3 Lettre d’Anthoine à Castries, Marseille, 12 janvier 1784. Archives de la Marine. B3 801.

4 Lettre d’Anthoine au ministre de lu Marine, Marseille, 3 mai 1788, Archives de lu Marine. C76. Fol. 5.

5 Lettre de Malouet à Castries. Juillet 1787, Archives de la Marine, B3 803.

6 Mémoire du Sr Braud à Fabry, 27 mai 1784, Archives de la Marine, B3 763. Fol. 130.

7 Observations de M. Metycki, Novembre 1784, Archives de la Marine, B3 801.

8 Expéditions de Kerson par le Sr Anthoine, Observations, 1786, Archives de la Marine, B7 448.

9 Lettre de Castries au maître-mâteur Dantoine. Versailles, 25 mars 1786, Archives de la Marine, B3 431, Fol. 591.

10 Anthoine à Castries, Marseille, 12 octobre 1787, Archives de lu Murine, B3 787 Fol. 257.

11 Malouet à Castries, juillet 1787, Archives de la Marine, B3 803.

12 Anthoine, Essai..., p. 182.

13 Anthoine à Necker, 18 juillet 1790, Archives des Affaires Etrangères, Correspondance politique, Russie 132. Fol. 169. Est-il besoin de rappeler qu’Anthoine devait mourir en 1826 a 77 ans ?

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search