Version classiqueVersion mobile

Art et État sous la IIIe République

 | 
Marie-Claude Genet-Delacroix

Annexes

Texte intégral

1. – La création du CSBA

A. – La commission consultative des Beaux-Arts, 18621

  • 1 Le Moniteur Universel, 25 mars 1862.

1Par arrêté du ministre d’Etat en date du 22 mars 1862, il a été institué près le ministère d’Etat une Commission Consultative des Beaux-Arts.

2Cette commission est chargée de donner son avis : 1) Sur les commandes à ordonner, les artistes qui doivent en être chargés et la réception des travaux exécutés ; 2) Sur les souscriptions aux publications qui concernent les arts ; 3) Sur les achats à faire ; 4) Sur les récompenses à accorder aux artistes ; 5) Sur les améliorations à introduire dans les établissements des Beaux-Arts, tels que l’Ecole Impériale des Beaux-Arts, l’Académie de France à Rome, les Ecoles gratuites de dessin de Paris et les Ecoles des Beaux-Arts départementales qui ressortissent au ministère d’Etat ; 6) Sur les nominations à faire dans le corps enseignant de ces divers établissements.

3La Commission formule des propositions au ministre d’Etat sur tout ce qui se rapporte aux commandes, achats, désignations de personnes, modifications à introduire dans l’enseignement de l’art.

4Toute proposition, pour devenir l’objet de la délibération de la Commission, doit être appuyée par trois membres, et pour être adoptée, elle doit réunir la majorité des membres présents.

5La Commission consultative des Beaux-Arts est présidée par Son Excellence le ministre d’Etat, en son absence par le secrétaire général du ministère d’Etat ou par le directeur général des Musées Impériaux, chargé du service des Expositions.

6Le chef de Division des Beaux-Arts et le chef du Bureau des Beaux-Arts font, de droit, partie de la commission, ce dernier remplit les fonctions de secrétaire ».

B. – La Commission des Beaux-Arts, 18732

  • 2 J.O., 30 décembre 1873, et A.N. F21 4712(6).

7Fait à Versailles, le 27 décembre 1873, De Fourtou.

8Le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, sur la proposition du directeur des Beaux-Arts, arrête :

ARTICLE 1

9Une commission des Beaux-Arts est instituée auprès de la direction des Beaux-Arts.

ARTICLE 2

10Sont nommés membres de cette commission : Acloque, membre de l’Assemblée nationale ; Beulé, J. Buisson, Clapier, De Cardaillac, directeur des Bâtiments Civils ; H. Delaborde, membre de l’Institut, conservateur des Estampes à la Bibliothèque Nationale, Guillaume, membre de l’Institut, directeur de l’Ecole des Beaux-Arts ; Michaux, chargé de la section des Beaux-Arts à la Préfecture de la Seine ; Reiset, conservateur des peintures au Musée du Louvre, le comte d’Armaillé, amateur ; Cottier, amateur.

ARTICLE 3

11Monsieur Gentil est nommé Secrétaire de la Commission.

ARTICLE 4

12Le présent arrêté aura effet à partir de ce jour. »

C. – Extrait du Journal Officiel, 23 Mai 18753

  • 3 Version annotée par Henri Wallon dans A.N. F214712<6).

13Fait à Versailles, le 22 mai 1875, Maréchal Mac Mahon, le ministre de l’Instruction Publique, Henri Wallon

14Le président de la République française, sur le rapport du ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts, décrète :

ARTICLE 14

  • 4 Le projet de décret annoté et raturé par Wallon révèle des hésitations ; pour l’article 1, ont été (...)

15Un Conseil Supérieur des Beaux-Arts est institué près le ministère de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts. Il se compose ainsi qu’il suit :

16le ministre, président

17le secrétaire général du ministère et le directeur des Beaux-Arts, vice-présidents

18le préfet de la Seine

1912 artistes pris à l’Institut ou en dehors, à savoir 6 peintres, 2 sculpteurs, 2 architectes, 1 graveur, 1 musicien

202 membres de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

211 membre de l’Académie des Sciences

22le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts

23le directeur de l’Ecole des Beaux-Arts

24le directeur du Conservatoire

25le directeur des Musées

26le directeur des Bâtiments Civils

271 membre de la commission de perfectionnement de la Manufacture nationale de Sèvres

288 personnes distinguées par la connaissance qu’elles ont des Arts

29le chef de bureau des Beaux-Arts, assisté d’un sous-chef, remplissant les fonctions de secrétaire près le Conseil Supérieur des Beaux-Arts.

ARTICLE 25

  • 5 La rédaction suivante a été rayée par Wallon : « Jusqu’à l’organisation du Sénat, les membres de l’ (...)

30Les membres du Conseil Supérieur qui n’en font pas partie à raison de leurs fonctions, sont nommés annuellement par le ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

ARTICLE 3

31Le Conseil Supérieur des Beaux-Arts s’assemble une fois par mois. En dehors de ses réunions ordinaires, il peut toujours être convoqué par le ministre.

32Le Conseil peut choisir parmi ses membres des sous-Commissions chargées d’étudier, dans l’intervalle de ses réunions, les questions sur lesquelles il est consulté, et de lui en faire un rapport.

ARTICLE 4

33Le Conseil peut être appelé à donner son avis :

34sur les règlements des expositions des artistes vivants ;

35sur les concours ;

36sur les questions générales intéressant l’enseignement des Beaux-Arts et le travail des Manufactures nationales ;

37sur les souscriptions de l’Etat aux ouvrages et publications qui concernent les Beaux-Arts ;

38sur les ouvrages et missions qui sont relatifs aux Beaux-Arts.

39Le directeur des Beaux-Arts pourra être consulté sur les commandes et l’acquisition d’œuvres d’art.

ARTICLE 56

  • 6 L’article 5 est rédigé de la main de Wallon.

40L’ordre du jour de chaque séance est arrêté par le ministre.

ARTICLE 6

41Le Conseil, avec l’agrément du ministre, peut appeler en son sein les chefs de service qu’il croit devoir entendre sur les questions qui sont de leur ressort.

ARTICLE 7

42Le ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts est chargé de l’exécution de ce présent décret.

2. – Discours inaugural d’Henri Wallon, 5 juin 18757

  • 7 A.N. F21 3982(4a).

43Messieurs, le lieu où vous êtes assemblés n’est pas sans quelques rapports avec la pensée qui nous a fait réunir. Vous siégez dans la salle du Conseil Supérieur de l’Instruction Publique. Il était naturel que le ministre chargé des deux services de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts eût le désir de voir le deuxième côté d’une institution qui tient une si grande place dans le premier. Les Beaux-Arts ont un rang égal aux Sciences et aux Lettres. Ils avaient droit comme elles à siéger dans les Conseils de l’administration.

44Je suis assurément loin de croire que leurs intérêts aient été jusqu’à présent négligés. Les grands travaux, les grandes scènes où ils ont eu l’occasion de se produire avec tant d’éclat montrent assez que la sollicitude de l’Etat ne leur a pas plus fait défaut qu’ils n’ont failli à l’œuvre. Mais, si l’art est en état de se suffire à lui-même, s’il est indépendant par sa nature, s’il trouve surtout sa puissance dans son inspiration, il n’en est pas moins vrai qu’il peut être entravé ou servi par les mesures dont il est l’objet, et que, par conséquent, il y a un sérieux intérêt à les débattre. Appeler ses représentants les plus autorisés à donner leur avis sur ces questions, c’est un hommage rendu à la compétence du corps entier dans la direction de ses propres affaires, et une satisfaction légitime donnée au sentiment de sa dignité. D’ailleurs, le gouvernement des Beaux-Arts pourrait souffrir de la mobilité du ministère. Il est donc utile qu’il y ait auprès du chef de l’administration un Conseil plus sûrement assis, quoique renouvelable lui-même, dépositaire des traditions et en même temps ouvert à l’esprit du progrès. Sans rien ôter à l’initiative qui appartient au ministre et au droit de décision finale qui se lie à sa responsabilité, ce Conseil pourra lui apporter dans l’intervalle un avis salutaire et, selon les cas, l’arrêter sur une pente dangereuse ou l’affermir dans sa marche et attacher plus d’autorité à ses résolutions.

45L’établissement du CSBA n’est pas du reste une tentative nouvelle et téméraire : la Ville de Paris qui, en raison de son budget, peut compter pour un petit Etat dans l’Etat, fait appel en cette matière à une Commission dont les excellents services sont depuis si longtemps éprouvés qu’on est sûr de ne rien hasarder en les prenant pour modèle. Le ministère des Beaux-Arts a eu aussi des Commissions spéciales. J’y ai trouvé la Commission instituée le 27 décembre 1873. Elle avait été précédée par une Commission créée le 22 mars 1862. Celle-ci avait à peine vécu, il est vrai. Etaient-ce les attributions qui lui faisaient défaut ? Au contraire, elle en avait de considérables, et c’est peut-être ce qui l’a fait périr. Mais une chose lui manquait, et c’est ce qui manquait aussi à la Commission qui lui a succédé, je veux dire la périodicité de ses réunions ; une Commission qu’un ministre consulte sur les choses qu’il lui plaît est bien peu sûre de vivre si le ministre est en même temps libre de ne la consulter qu’aux jours qu’il lui plaît.

46Vous avez, vous Messieurs, vos réunions périodiques. Le règlement des Expositions, les Concours, les questions générales qui intéressent l’enseignement des Beaux-Arts ou le travail des Manufactures Nationales y offriront une ample matière à vos discussions, et vos avis sur les souscriptions de l’Etat aux ouvrages ou publications artistiques, sur les travaux à encourager et les missions à entreprendre, tout en secondant l’action du ministre, vous donneront dans le monde des Arts une salutaire autorité. Si ces avis ne sont pas obligatoires, ni même demandés obligatoirement, j’ai la confiance que l’administration s’en trouvera si bien qu’elle ne saura jamais s’en passer. Vous le voyez, Messieurs, j’ai l’intention d’en user souvent, de demander beaucoup à votre zèle pour les grandes choses auxquelles vous vous êtes consacrés : vous en serez récompensés par le succès. Quand on aura vu à l’œuvre un Conseil qui, aux membres d’une Commission déjà éprouvée, réunit les hommes placés à la tête des grands services ou des grandes écoles, des savants, des artistes désignés par l’Institut lui-même dans son sein ou hors de l’Institut, marqués au choix du ministre par leur propre renommée, on aura l’assurance que les intérêts des Beaux-Arts seront soustraits aux hasards des changements de personne et que les entreprises de longue haleine pourront être mises en train et aboutir.

47Les projets ne valent que par l’exécution. Je vous confie, Messieurs, le sort de ce dessein d’associer les Beaux-Arts à la direction de leurs propres affaires. Quant à moi, si, investi par Monsieur le Président de la République de la mission délicate de les administrer, j’ai dû craindre de n’y pas suffire, j’aurai tiré de cette insuffisance même la compensation que je crois la meilleure, et quand je sortirai du ministère, j’aurai la satisfaction de laisser après moi une institution destinée à continuer le bien qu’elle aura commencé.

3. – La composition du CSBA

A. – Décret du 9 septembre 1878, résumé8

ARTICLE 1

48Membres de droit : le ministre, président ; le sous-secrétaire d’Etat et le directeur général des Beaux-Arts, vice-présidents ; le directeur des Musées nationaux ; le directeur du Conservatoire national de Musique ; le préfet de la Seine ; le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts ; le directeur des Bâtiments civils ; le directeur de l’ENBA.

49Membres nommés annuellement par le ministre : 12 artistes pris dans l’Institut ou en dehors, savoir 6 peintres, 2 sculpteurs, 2 architectes, 1 graveur, 1 musicien ; 2 membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ; 2 membres de l’Académie des Sciences ; 2 sénateurs ; 2 députés ; 1 conseiller d’Etat ; 1 membre de la commission de perfectionnement de la manufacture de Sèvres ; 1 membre de la commission de perfectionnement de la manufacture des Gobelins ; 1 inspecteur des Beaux-Arts ; 4 personnes distinguées par la connaissance qu’elles ont des arts ; le chef du Bureau des Travaux d’Art.

50L’Inspecteur des Beaux-Arts fera fonction de secrétaire.

B. – Arrêté du 16 janvier 18879

  • 9 A.N. F21 4712(3).

51Vu le décret du 15 janvier 1887 relatif à l’organisation du Conseil supérieur des Beaux-Arts, sont nommés membres de droit :

52POUBELLE Eugène, Préfet de la Seine

53DELABORDE Henri, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts

54RONCHAUD Louis de, Directeur des musées nationaux

55COMTE Jules, Directeur des Bâtiments Civils et des Palais Nationaux

56GUILLAUME Eugène, Membre de l’Institut, inspecteur de l’enseignement du dessin

57DUBOIS Paul, Directeur de l’ENBA

58THOMAS Ambroise, Directeur du Conservatoire national de Musique

59PROUST Antonin, Vice-Président de la commission des Monuments historiques

60LOUVRIER de LAJOLAIS, Directeur de l’Ecole nationale des Arts Décoratifs

61ARAGO Etienne, Conservatoire du Musée du Luxembourg

62BAILLY Antoine, Membre de l’Institut, Président de la Société des Artistes français

63HECQ Georges, Chef du secrétariat des services des Beaux-Arts, des Bâtiments civils et des Palais nationaux au Cabinet du Ministre

Membres nommés annuellement, 15 janvier 1887 :

64BONNAT Léon, Membre de l’Institut, peinture

65BRETON Jules, Membre de l’Institut, peinture

66CABANEL Alexandre, Membre de l’Institut, peinture

67GEROME Jean-Léon, Membre de l’Institut, peinture

68MEISSONIER Ernest, Membre de l’Institut, peinture

69PUVIS de CHAVANNES, Artiste peintre

70BARRIAS L. Ernest, Sculpteur

71CHAPU Henri, Membre de l’Institut, sculpture

72BOESWILWALD Emile, architecte

73GARNIER Charles, Membre de l’Institut, architecte

74FLAMENG Léopold, Graveur

75MASSENET Jules, Membre de l’Institut, musicien

76BERTHELOT Marcellin, Membre du Cons. Sup. de l’Instr. Publique

77PERROT Georges, Membre du Cons. Sup. de l’Instr. Publique

78RENAN Ernest, Académie française

79HEUZEY, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

80CHARTON Edouard, Sénateur

81SCHERER H., Sénateur

82SPULLER Eugène, Député

83FERRY Jules, Député

84CASTAGNARY J.A., Conseiller d’Etat

85GALLAND Pierre, Commission de perfect. de la Manuf. de Sèvres

86LAURENS Jean-Paul, Commission de perfect. de la Manuf. des Gobelins

87BOUILHET Henri, Président de l’Union Centrale des Arts décoratifs

88FANNIERE François, Orfèvre

89BURTY Philippe, Inspecteur des Beaux-Arts

90DUMAS Alexandre, Ecrivain

91MANTZ Paul, Ancien directeur général des Beaux-Arts

92HEBRARD Adrien, Sénateur, directeur du Temps

93ROCHE Jules, Député

94VERON Eugene, Inspecteur des Musées

95HAVARD Henry Critique d’art

96CLEMENT Charles, Critique d’art

97CERNUSCHI Henri, Critique d’art, collectionneur

98GRUYER Anatole, Inspecteur des Musées

99LAFENESTRE Georges, Professeur

100TURQUET Edouard, Député

101LEGRAND Louis, Ministre plénipotentiaire

102Signé : BERTHELOT, 16 janvier 1887.

C. – Note du Cabinet du Directeur des Beaux-Arts du 4/1/ 189510

  • 10 A.N. F21 4711 (5c).

103Ont demandé à faire partie du Conseil Supérieur des Beaux-Arts messieurs : Léon Bourgeois (fait), Henri Marcel (fait), Ferdinand Dreyfus, Gustave Dreyfus, Joseph Reinach, Ravaisson, Roger Ballu, Roger Marx (fait), Eugène Muntz (fait), Philippe Gille (fait), Pierre Daumet (fait), Georges Leygues (fait), Gustave Larroumet (fait), Victor Champier, Léon Deandris, sénateur, Raymond Poincaré (fait), Léon Bonnat (fait)

D. – Lettre de démission d’Adolphe Tétreau11

  • 11 A.N. F21 4712.

104Paris, 15 juin 1912.

105« Monsieur le sous-secrétaire d’Etat,

106Je ne peux vous dire avec quel regret j’ai quitté le CSBA. Puisque j’y représentais le Conseil d’Etat et que j’ai été remplacé par Monsieur Sainsère, comment n’ai-je pas été immédiatement placé dans la section où mon collègue figurait comme amateur d’art ? Vous devez comprendre combien il m’eût été agréable de pouvoir encore siéger dans une assemblée où j’ai figuré comme membre de droit dès 1876 (dès 1875 en fait), et en 1880 (en fait c’est en 1881) comme secrétaire général du ministère des Arts que venait de créer Gambetta. Il paraît que par suite de nouvelles organisations, j’ai été désigné comme représentant du Conseil d’Etat dans divers décrets et que mon admission à la retraite ne me permet plus de rester au CSBA. Je vous remercie, monsieur le sous-secrétaire d’Etat, de votre intention de nous rappeler lorsqu’il se présentera une vacance dans la section réservée aux amateurs d’art, mon âge m’interdit ces longs espoirs. Je m’incline donc respectueusement devant votre décision et le fait accompli.

107Un mot encore cependant. Je représentais au Comité du Contentieux des Affaires étrangères le Conseil d’Etat. Notre président Monsieur Ribot estimant que, depuis trente ans, j’y avais rendu quelques services, a demandé à Monsieur Poincaré de m’y conserver. Et j’ai eu cette satisfaction de voir prendre immédiatement un décret augmentant le nombre des membres du Comité de deux anciens conseillers d’Etat afin que ce décret n’eût pas un caractère trop personnel. Une simple permutation entre Monsieur Sainsère et moi eût été une mesure beaucoup plus facile et je suis convaincu que si j’avais eu l’honneur d’être entendu par vous, les sentiments d’équité que tout le monde vous reconnaît vous auraient naturellement amené à me faire bénéficier de cette mesure.

108Dans ces circonstances, il ne me reste plus qu’à vous prier de vouloir bien agréer ma démission de membre des différentes commissions dont je fais partie aux Beaux-Arts, où après ce qu’il vient de m’être fait, je n’ai plus de raisons de rester....

E. – Rapport du 8/5/191212

  • 12 A.N. F21 4711(5b).

109Les catégories actuelles et les nombres afférents seraient conservés avec les modifications suivantes : 1) les anciens ministres de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts seraient membres de droit ; 2) la catégorie des membres nommés annuellement comprendrait en outre un graveur de médailles ; 3) le nombre des personnes distinguées pour leur connaissance des arts serait ramené de 18 à 15.

110En effet, monsieur Lockroy devenant membre de droit, messieurs Sarrien, Couyba et Baudin remplaçant comme sénateurs messieurs Bourgeois, Poincaré et Maurice Faure, membres de droit, même en ramenant a 15 le nombre des membres de cette catégorie, il y aurait encore deux vacances.

111Par application de ce décret, monsieur le sous-secrétaire d’Etat est prié de préparer les arrêtés suivants : la nomination de Vernon, graveur de médailles, membre de l’Institut ; la nomination de Paul-Boncour, en remplacement de monsieur Leygues nommé membre de droit ; les nominations d’Arsène Alexandre et Gabriel Fauré, en qualité de personnes distinguées pour leur connaissance des arts.

F. – Note du Cabinet du ministre au sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, 24/2/191113

  • 13 A.N. F21 4711 (5b).

112En retournant à la division de l’Enseignement et des Travaux d’Art le rapport ci-joint, qui lui a été adressé sur la composition du Conseil supérieur des Beaux-Arts, et notamment sur les vacances à pourvoir, monsieur le sous-secrétaire d’Etat a fait savoir qu’il lui paraît bon : de nommer messieurs Sainsère et Michel Tardit en remplacement des deux membres du Conseil d’Etat représenté par messieurs Tétreau et Dislère ; d’attribuer à Camille Pelletan (devenu sénateur) la vacance de monsieur Sainsère, dans la catégorie des personnes distinguées pour leur connaissance des arts ; et de comprendre monsieur Joseph Reinach au nombre des 6 membres de la Chambre des Députés qui siègent au Conseil supérieur.

113Mais d’autre part, messieurs Daumet (architecte) et Flameng (graveur) étant décédés, le nombre des architectes n’est plus que de deux, et celui des graveurs un.

114Quant au Comité Technique de la Manufacture de Sèvres, il n’est plus représenté par suite de la mutation de Michel Tardit. Le chef de Division soussigné à l’honneur en conséquence de présenter à l’agrément de monsieur le sous-secrétaire d’Etat les candidatures suivantes : Nénot Henri, architecte, membre de l’Institut, ancien président de la Société des Artistes Français, en remplacement de Daumet ; La Guillermie F.-Auguste, graveur, Prix de Rome, médaille d’honneur de la Société des Artistes Français, en remplacement de Flameng ; Lalique, membre du Comité Technique de la Manufacture de Sèvres, en remplacement de Michel Tardit.

115Approuvé.

G. – Liste des personnes demandant à être au CSBA14

  • 14 A.N. F21 4711(5c) : les noms écrits en italique sont soulignés au crayon rouge et, sauf Lemonnier, (...)

116Champier Victor, directeur de la Revue des Arts Décoratifs ; Vibert Théodore, conseiller du Commerce Extérieur de la France ; de Swarte Victor, critique d’art au journal Le Matin ; Luguet ; *Deandris Léon, ancien sénateur (rayé) ; Hélitas, conseiller d’Etat ; Baudé de Maurcely, membre du Conseil Supérieur des Arts Décoratifs ; Ponsot, député ; Buyat, ancien député ; ancien rapporteur du budget des Beaux-Arts, directeur politique du Lyon Républicain ; Meunier Paul, député ; *Collin Raphaël, peintre, membre de l’Institut (rayé) ; Coutan, statuaire, de l’Institut ; Miles Roger, critique d’art ; Lemonnier, professeur à la Faculté des Lettres ; Barrau Georges, statuaire ; Simyan Julien, député (nommé) ; Hébrard de Villeneuve, président de Section de l’Intérieur, des cultes, de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts au Conseil d’Etat ; Bigard-Fabre, chef de division honoraire (nommé) ; Weerts, artiste peintre.

H. – Rapport de Paul Jacquier à René Viviani15

  • 15 A.N. F21 4711(5b).

117... La catégorie des membres de droit est constituée en majeure partie de fonctionnaires de l’administration des Beaux-Arts, et, en outre, de personnalités désignées par les hautes situations qu’elles occupent dans les administrations publiques.

118Il y a une vacance parmi les conseillers d’Etat. Monsieur Saisset-Schneider fut désigné par le Président du Conseil d’Etat. Mais monsieur Hébrard de Villeneuve, président de la section de l’intérieur des Cultes, de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du Conseil d’Etat, a également exprimé le désir d’être appelé à faire partie du Conseil Supérieur des Beaux-Arts.

119En transmettant ce désir, Monsieur le Vice-Président du Conseil d’Etat a donné son assentiment à la désignation du Président de cette section.

120En dehors de la personnalité de Monsieur Hébrard de Villeneuve, il y a intérêt, en raison des divergences d’opinion qui peuvent se présenter dans l’application des textes régissant le Conseil Supérieur des Beaux-Arts à ce que ce haut fonctionnaire soit appelé a siéger comme membre de droit dans cette assemblée.

121J’ai l’honneur, monsieur le ministre, de soumettre un projet de décret modifiant le décret du 11 mai 1909, et portant le nombre total des membres du Conseil Supérieur des Beaux-Arts de 91 a 92, soit 24 membres de droit, 68 nommés annuellement.

122Le secrétaire d’Etat des Beaux-Arts.

4. – Composition du CSBA après le décret du 21 Avril 192316

  • 16 A.N. F21 4712(3).
  • 17 Si on compte les noms inscrits, le chiffre théorique diffère du chiffre observé : le J.O. du 23 mai (...)

123Il est difficile de fixer une date à cette liste donnant la composition du CSBA vers 1930.17

26 membres de droit :

124Le ministre.

125Le chef de cabinet.

126le directeur des Beaux-Arts, membre de l’institut, Paul LEON.

127Le préfet de la seine, Paul BOUJU.

128Le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, Charles-Marie WIDOR.

129Le directeur des Musées nationaux et de l’Ecole du Louvre, Henri VERNE.

130Les trois inspecteurs généraux des Beaux-Arts, Armand DAYOT, Arsène ALEXANDRE, André MAUREL.

131le directeur de l’ENBA, Albert BESNARD.

132Le directeur du Conservatoire National de Musique, Henri RABAUD.

133Le directeur de l’Ecole des Arts Décoratifs, Maurice COUYBA.

134Le directeur de la Manufacture Nationale des Gobelins, Eugène PLANES.

135Le conservateur du Musée du Luxembourg, Armand MASSON.

136Le président de la Société des Artistes Français, Paul CHABAS.

137Le président de la Société Nationale des Beaux-Arts, Jean-Louis FORAIN.

138Le président du Salon d’Automne, Frantz JOURDAIN.

139Le chef du Bureau des Travaux d’Art, Musée et Expositions, Maurice MOULLÉ.

140Le chef du Bureau de l’Enseignement et des Manufactures Nationales, LAMBLIN. Le recteur de l’Université de Paris, Sébastien CHARLETY.

141L’inspecteur général des Arts Appliqués, CHAPOUILLIÉ.

142Le président de la Section de l’intérieur de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et de l’enseignement technique au Conseil d’Etat, J.J. G. MARINGER.

143Le directeur des Beaux-Arts de la Ville de Paris, P.A. J. DARRAS.

144Les deux chefs de division (emplois supprimés).

70 membres nommés annuellement par le ministre

14513 peintres :

146J. AMAN ; Maurice DENIS ; P.A. J. DAGNAN-BOUVERET (de l’institut) ; Paul GERVAIS ; Henri GERVEX, Jacques HUMBERT (de l’institut) ; Ernest LAURENT (de l’Institut) ; Marcel BASCHET (de l’Institut) ; Henri MARTIN (de l’institut) ; Lucien LEVY-DHURMER ; Lucien SIMON (de l’Institut) ; René MENARD (de l’Institut) ; J.B. Antoine GUILLEMET.

1477 sculpteurs :

148Jean BOUCHER ; A. BOUCHER ; Alix MARQUET ; Jules DESBOIS ; Georges GARDET (de l’Institut) ; J. A. INJALBERT (de l’Institut) ; F. Léon SICARD (de l’Institut).

1493 architectes :

150Charles GIRAULT (de l’Institut) ; Henri NENOT (de l’Institut) ; P. PAQUET.

1513 musiciens :

152Gabriel PIERNÉ (de l’Institut) ; Alfred BRUNEAU (de l’institut) ; Georges HUE.

153graveur :

154F. Auguste LA GUILLERMIE (de l’Institut) ; Jacques BELTRAND.

1552 conseillers d’Etat :

156HENDLÉ ; Michel TARDIT.

1571 membre de l’Académie française :

158Marcel PREVOST

1591 membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres :

160Edmond POTTIER.

161membre du comité technique de la Manufacture de Sèvres :

162LALIQUE.

163membres du Conseil Supérieur de l’Instruction Publique :

164René L. V. GAGNAT ; Charles PICARD.

165membre de la commission de perfectionnement de la Manufacture des Gobelins :

166Georges MOREAU.

167représentants des Arts Appliqués et de l’industrie :

168F. CARNOT ; Henri BOUILHET.

1696 députés :

170Georges LEYGUES ; PAUL-BONCOUR ; Pierre RAMEIL ; Albert DALIMIER ; Jean LOCQUIN ; Marcel PLAISANT ; Albert BEDOUCE.

1716 sénateurs :

172Louis BARTHOU ; Albert GERARD ; PAMS ; Guillaume CHASTENET ; Emile HUMBLOT.

17318 personnes distinguées par la connaissance qu’elles ont des arts :

174Félix SEGUIN, sous-directeur honoraire ; Pol NEVEUX, inspecteur général des bibliothèques ; Mme POMARET, critique d’art ; Georges LECOMTE, écrivain d’art ; Henri LEMONNIER, de l’Institut ; VALENTINO, ancien chef de division à l’administration des Beaux-Arts ; PACQUEMENT, président de la société des Amis du Luxembourg ; Maurice FENAILLE, amateur d’art ; Gabriel FAURE, inspecteur général des Monuments Historiques ; PERREAU-PRADIER, député ; Raymond KOECHLIN, président de la Société des Amis du Louvre ; Gustave RIVET (député) ; THIEBAUT-SISSON, critique d’art ; F. MANAUT, amateur d’art ; Léon ESCOFFIER, député ; Léon BERARD, sénateur ; André LEVEILLÉ (après Alexandre MARCEL) et Eugène HAMM, membres de la C.T.I.

5. – Liste des membres du CSBA après le 1/7/1938 et en 193918.

  • 18 A.N. F21 4712(3)

175Le directeur général des Beaux-Arts

176D’ARJUZON, amateur d’art

177Félix AUBERT, artiste décorateur

178Marcel BASCHET, peintre, de l’Institut

179Albert BEDOUCE, député

180Jacques BELTRAND, graveur

181Léon BÉRARD, sénateur, membre de l’Académie française

182Joanny BERLIOZ, rapporteur du Budget des Beaux-Arts à la Chambre (1937-38)

183Adolphe BOSCHOT, secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts

184Henry BOUCHARD, statuaire, de l’Institut

185Jean BOUCHER, sculpteur, de l’Institut

186Julien CAIN, administrateur général de la Bibliothèque Nationale

187René DUSSAUD, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

188François CARNOT, président de l’Union centrale des Arts décoratifs

189P.A. J. DARRAS, directeur des Beaux-Arts et des Musées de la Ville de Paris

190Maurice DENIS, peintre, de l’Institut

191Léon DESHAIRS, directeur de l’Ecole nationale des Arts décoratifs

192Georges DESVALLIERES, peintre, de l’Institut

193André DEZARROIS, critique d’art

194Gabriel FAURE, homme de lettres, inspecteur général des Monuments historiques

195Manuel FOURCADE, sénateur, rapporteur du Budget des Beaux-Arts (1932-33)

196Paul GERVAIS, peintre

197Camille GRONKOWSKI, conservateur honoraire des Musées de la Ville de Paris

198Victor GUILLONNET, peintre L. V. GUIRAND DE SCEVOLA, président de la Société nationale des Beaux-Arts

199Eugène HAMM, membre de la C.T. I

200Louis HAUTECOEUR, conservateur du Musée National du Luxembourg

201HENDLÉ Conseiller d’Etat

202Georges HUE, compositeur, de l’Institut

203Paul JAMOT, de l’Institut

204LAMBLIN, sous-directeur adjoint au directeur général des Beaux-Arts

205Paul LANDOWSKI, de l’Institut, directeur de l’ENBA

206Georges LECOMTE, de l’Académie Française

207André LEVEILLÉ, artiste peintre, membre de la C.T.I.

208Lucien LEVY-DHURMER, artiste peintre

209Maximilien LUCE, président de la Société des Artistes Indépendants

210Henri MAGNE, professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, représentant les Arts appliqués et l’Industrie

211Frédéric MANAUT, amateur d’art

212Alix MARQUET, sculpteur (décédé)

213Henri MARTIN, peintre, de l’Institut

214Anatole de MONZIE, député

215Maurice MOULLÉ, directeur honoraire à la direction générale des Beaux-Arts.

216PACQUEMENT, président de la société des Amis du Luxembourg

217P. PAQUET, inspecteur général des monuments historiques

218Joseph PAUL-BONCOUR, sénateur

219Emile PICARD, membre de l’Académie Française

220PERREAU-PRADIER, député

221Vincent POLI, chef du bureau des Travaux d’Art, Musées et Expositions

222Madame POMARET

223Emmanuel PONTREMOLI, architecte, de l’Institut

224Marcel PREVOST, de l’Académie Française

225André PROST, architecte

226Henri RABAUD, directeur du Conservatoire national de Musique et d’Art dramatique, de l’Institut

227Claude ROGER-MARX, inspecteur général de l’enseignement artistique

228Jacques ROUCHÉ, directeur des Théâtres Lyriques nationaux, de l’Institut

229G. ROUSSY, recteur de l’Université de Paris

230Fernand SABATTÉ, artiste peintre, de l’Institut

231Albert SARRAUT, sénateur

232Félix SEGUIN, sous-directeur honoraire à la direction générale des Beaux-Arts

233SIMEON, chef du bureau de l’Enseignement et des Manufactures nationales

234Lucien SIMON, artiste peintre, de l’Institut

235Joseph TOURNAIRE, président du Salon des Artistes Français, de l’Institut

236TRONCHET, inspecteur général honoraire de l’Enseignement artistique

237Henri VERNE, de l’Institut, directeur des Musées nationaux et de l’Ecole du Louvre VILLEY, préfet de la Seine.

238En 1940, ont disparu de la liste dressée par l’administration, les noms des membres suivants : BOUCHER, GERVAIS, JAMOT, MARQUET, MOULLÉ, VERNE (remplacé par J. JAUJARD, nouveau directeur des Musées nationaux). AUDIFFRET-PASQUIER, le dernier rapporteur du Budget des Beaux-Arts à la Chambre est ajouté également.

239Si on compare la liste antérieure de 1938 et la dernière liste dressée par l’administration après juillet 1938, on constate des différences importantes : 11 noms de la liste de l’administration manquent sur celle, plus longue, de l’annuaire. Il s’agit de : Joanny BERLIOZ, René DUSSAUD, André DEZARROIS, Emile PICARD, Camille GRONKOWSKI, Maximilien LUCE, Henri MAGNE, Claude ROGER-MARX, Félix SEGUIN, SIMEON, Joseph TOURNAIRE.

240Inversement, figurent dans la liste de l’administration : Arsène ALEXANDRE, ALLUAUD, conservateur du Musée Adrien Dubouché à Limoges, Maurice BOMPARD, peintre, CAGNAT, représentant le Comité supérieur de l’Instruction Publique, DEFRASSE, président de la Socité des Artistes Français (en fait, normalement remplacé en 1938 par Joseph TOURNAIRE), LECHEVALLIER-CHEVIGNARD, directeur de la manufacture de Sèvres, FENAILLE, amateur d’art, LALIQUE, décorateur, LALOUX, architecte, LEMONNIER, historien d’art, MISTLER, député, Georges MOREAU, un des éditeurs de Larousse, POL-NEVEUX, MARINGER, conseiller d’Etat, GARDET, sculpteur, DAUCHEZ, peintre, CHARLETY, recteur (régulièrement remplacé lui aussi par Gustave ROUSSY).

241Il y a donc un déficit de 5 personnes (16 sortants et 11 entrants) et le nombre réel des membres du CSBA passe de 73 en 1938 à 68 fin 1938, et à 64 en 1940.

6. – Extrait du rapport de Dujardin-Beaumetz sur la réforme du CSBA19

  • 19 In Rapport, Budget des Beaux-Arts, exercice 1900 – Ch. des Dép. n° 1134, p. 27-28 ; A.N. F21 3983 ( (...)

242Voici, pour ma part, comment je la comprendrais. Le Conseil Supérieur actuel est nommé à vie par le Gouvernement. Ses membres ont l’autorité personnelle qu’ils tiennent de leurs talents, de leur situation ou de leurs mérites, mais ils n’ont pas celle qu’ils tiendraient de la délégation qu’ils recevraient de leurs pairs. Ils ne sont que les représentants éclairés du pouvoir, car ils émanent directement de lui.

243J’estime donc que le Conseil supérieur devrait être élu. Je voudrais qu’il contînt toute l’expression artistique française.

244Je n’en ouvrirais pas l’entrée exclusivement aux artistes : l’art est un capital commun. Les artistes et les artisans d’art en sont les premiers gardiens ; il conviendrait qu’ils y eussent une place importante, qu’ils y fussent en majorité ; aussi j’y voudrais voir également la représentation des critiques, des amateurs, des Sociétés des amis des arts.

245Je pense que seuls le ministre des Beaux-Arts et le directeur des Beaux-Arts devraient en être membres de droit. Les chefs des divers services, directions des musées, inspections, manufactures, bâtiments civils, enseignement, devraient pouvoir être consultés, entendus pour les explications techniques, et y jouer, sur les questions qui les intéressent, un rôle analogue à celui du commissaire du Gouvernement.

246Il conviendrait que l’Académie des Beaux-Arts eût un certain nombre de représentants élus. Chacune des classes de l’Institut élirait également un représentant. Il est important de montrer l’unité de la pensée et de ne pas séparer l’art du mouvement général des idées. Le Sénat et la Chambre des Députés seraient aussi représentés : rien de ce qui touche aux intérêts de la nation ne devrait être étranger au Parlement.

247La critique, qui joue un rôle important dans la vie des artistes par son contact avec l’opinion publique, les divers groupements d’amateurs, comme la Société française des amis des arts, des monuments parisiens, des amis du Louvre, et tant d’autres, et toutes les sociétés départementales d’art, formeraient un autre groupement d’électeurs.

248Les artisans d’art, les chambres syndicales d’ouvriers et de patrons, les industries décoratives, groupées suivant leurs professions, éliraient leurs délégués. Comme pour les sociétés d’amis des arts, on devrait grouper les sociétés départementales par régions ; les nouvelles universités devraient servir de base de classement.

249Les différentes sociétés artistiques enverraient leurs représentants.

250Pour les artistes qui n’appartiennent à aucun groupement, on étudierait un mode spécial d’élection.

251Les pouvoirs des membres du Conseil supérieur ne devraient pas être renouvelés, au moins pendant l’espace d’un mandat.

252En limitant la durée des pouvoirs des membres du Conseil supérieur des Beaux-Arts et en les renouvelant complètement tous les six ans par exemple, on réagirait contre les inconvénients d’un pouvoir trop prolongé, on éviterait les luttes de personnes, si ardentes dans ces professions de production directe et si funestes par leurs résultats.

253En ouvrant largement les portes du Conseil supérieur aux artisans d’art, on donnerait à nos industries un appui effectif, car on intéresserait directement à leur production nos meilleurs artistes.

254Après quarante ans de luttes, on a reconnu ou plutôt cessé de discuter le principe de l’unité de l’art, mais il convient d’en favoriser les applications.

255Un Conseil constitué ainsi aurait l’autorité nécessaire pour parler dans toutes les questions de Beaux-Arts et aussi pour servir utilement l’éducation artistique du pays. Il serait un précieux instrument de propagande et d’action ; il contre-balancerait l’effort de l’étranger ; il déterminerait en faveur de l’art un mouvement national.

256On arriverait peut-être ainsi à une représentation aussi complète que possible des artistes, mais on n’aura jamais l’ensemble de leurs sentiments si l’on n’admet pas une juste représentation des minorités. Si l’on ne veut pas aboutir à une organisation qui, à un moment donné, puisse peser comme les précédentes sur les artistes, il convient d’affirmer deux principes essentiels : la non-réélection des membres au bout d’un certain nombre d’années et la représentation des minorités.

257Dans l’organisation politique, ce problème est difficile à résoudre ; s’il soulève les questions les plus complexes, il est plus simple pour la République des Arts.

258Si, par exemple, une société d’art, d’après le nombre de ses adhérents français, doit élire dix délégués au Conseil supérieur, chaque bulletin de vote ne pouvant porter que six noms, les sentiments de la minorité seront exprimés par les quatre autres membres.

7. – Discours d’Armand Fallières pour l’installation de la commission consultative des travaux d’art (14/3/1889)20

  • 20 A.N. F21 4738(2).

259Vous représentez, Messieurs, toutes les forces de l’art Français, officielles et libres. A côté des maîtres qui poursuivent les glorieuses traditions du passé, je vois ici les représentants des écoles qui s’efforcent de frayer des voies nouvelles. L’administration vous convie tous à lui venir en aide. Elle vous demande de vous inspirer comme elle-même d’un esprit de large conciliation, à cette heure où la France réunit toutes ses forces pour montrer au monde le résultat de ses efforts dans la direction qu’elle imprimait il y a 100 ans à l’activité nationale, à la civilisation humaine. Notre démocratie, issue de 1789, ne se désintéresse pas plus de l’art que ne faisait l’Ancien Régime ; sans nuire à la liberté qui est là comme partout la meilleure des inspirations, elle s’efforce de prêter aux artistes un généreux appui. Je désire vous associer étroitement à cette action de l’Etat ; je compte sur vous pour faire en sorte que les subsides accordés par l’art soient bien employés.

260Vous aurez d’abord à introduire un esprit de méthode et de suite dans la décoration des édifices publics. Survivant aux ministres qui passent, il vous sera facile de leur rappeler ce qui a été fait, ce qui reste à faire encore pour créer des œuvres cohérentes et complètes. L’ancienne France a vu s’élever des édifices auxquels une même pensée imprimait son unité. La nouvelle a les siens qui portent la même marque ; il importe que cette marque devienne plus générale et plus profonde.

261Vous aurez aussi à conseiller, à guider les départements et les communes qui veulent faire œuvre artistique, à répartir entre elles les concours de l’Etat, à leur désigner les plus capables et les plus méritants entre les artistes dont vous êtes les représentants auprès de l’administration.

262Enfin vous qui connaissez par une pratique journalière le monde des arts, vous nous aiderez à trouver parmi les artistes ceux qui méritent d’enrichir nos musées, d’être consacrés, encouragés, soutenus, l’administration leur confiera de concert avec vous des travaux où ils pourront continuer leurs preuves de maîtres ou trouver l’emploi d’un talent que l’attraction des amateurs n’aide pas toujours.

263Le premier projet auquel je désire vous associer est patriotique et grandiose... Il s’agit de consacrer par un ensemble d’œuvres de sculpture la destination donnée au Panthéon d’après le vœu de la Constituante qui, pendant plus d’un siècle est demeuré platonique et ne s’est guère traduit que par un fronton et une inscription. Nous allons discuter ensemble ce projet et je compte sur vous pour le faire aboutir.

8. – Projet de loi de finances pour créer une Commission chargée de répartir le crédit destiné aux commandes et achats d’œuvres d’art21

  • 21 A.N. F21 4759 ; présenté par Huisman au ministre de l’Education Nationale, Jean Zay.

264Il existe auprès de la direction générale des Beaux-Arts deux commissions d’achat :

  1. La commission d’achat aux Salons qui comprend parmi ses cinquante deux membres, les deux rapporteurs du budget des Beaux-Arts, les présidents des Salons, des amateurs et des collectionneurs ;
  2. Une commission de douze membres plus spécialement chargée d’émettre son avis sur les demandes d’achat faites par les artistes dont les œuvres n’ont pu être exposées dans les Salons ou galeries et qui ont été signalées au ministre ou à cette commission.

265Chacune des deux est consultative.

266En maintes circonstances, il arrive qu’il y ait le plus grand intérêt à décider sur le champ l’acquisition d’œuvres. Cela se présente chaque fois que les conservateurs demandent pour leur musée une œuvre particulièrement intéressante ; s’il fallait convoquer et réunir la commission pour réaliser les opérations, bien souvent l’Etat perdrait l’occasion d’enrichir rationnellement ses collections d’art moderne.

267Le rôle qui incombe à la Commission prévue au projet de la loi de Finances n’aurait-il pas pour redoutable conséquence l’augmentation des prix, car les artistes seraient infailliblement entraînés à se pousser les uns les autres, et l’administration des crédits du budget s’en trouverait singulièrement contrariée.

268On peut se demander, dans une telle organisation, ce que deviendrait l’autorité même du ministre qui doit pouvoir toujours rester maître de l’emploi des crédits qui sont légalement mis à sa disposition.

269Il n’existe dans les annales de l’administration des Beaux-Arts nul exemple qu’un ministre soit ainsi dépossédé de ses attributions constitutionnelles.

270Laisser à une commission le pouvoir d’arrêter la liste des bénéficiaires des achats et des commandes et de fixer elle-même les prix d’acquisition de ceux-ci, ne serait-ce pas placer le ministre dans un état de subordination et de dépendance contraires aux règles mêmes de la séparation des pouvoirs ?

9. – Note complémentaire au rapport sur la nécessité de conserver en l’état la commission des commandes et achats d’œuvres d’art, déc. 193822

  • 22 A.N. F21 4759 ; présenté par Huisman à Jean Zay.

271La multiplicité des Salons, des expositions particulières et des demandes d’achat ont conduit l’administration des Beaux-Arts à déterminer strictement le régime des acquisitions d’œuvres d’artistes vivants.

272Il s’agit d’enrichir et de compléter les collections nationales et les musées des départements en leur attribuant, parmi les œuvres des artistes vivants, celles qui paraissent les plus intéressantes ou les plus représentatives, de constituer un dépôt d’œuvres choisies destinées à la décoration de nos établissements publics en France ou à l’étranger, enfin d’aider les jeunes artistes de talent en leur apportant l’encouragement moral et la notoriété qui s’attachent à une commande ou à un achat de l’Etat.

273Il existe à cet effet deux commissions. Chacune de ces deux commissions est consultative et n’émet d’avis que du point de vue artistique.

274Au contraire, la commission prévue au projet de loi budgétaire assurerait à la fois deux rôles capables de créer de singulières confusions, rôle financier et rôle artistique.

275Cette double compétence, en effet, ce pouvoir souverain n’est conciliable ni avec les attributions et la responsabilité du ministre dans la gestion des crédits qui lui sont ouverts par le Parlement, ni avec une politique d’achats dirigée en dehors de toute école et, disons-le, de toute coterie. (On refuse donc un comité souverain et irresponsable). L’autorité et la responsabilité ne se délèguent pas.

276Le choix et la proposition d’une œuvre doivent donc rester distincts de la fixation du prix.

277Au surplus, le projet prévoit que la commission envisagée comprendrait « le président de chacune des sociétés reconnues par l’Etat ». Le nombre de sociétés augmente sans cesse, tantôt par la création de sociétés nouvelles, tantôt par des scissions, comme on l’a vu cette année à la Société Nationale des Beaux-Arts, elle-même née d’une scission. En sorte que leur nombre croît en raison inverse de leur importance et leur influence dans la Commission augmentera au moment où s’affaiblira leur autorité.

278D’ailleurs une commission composée en majorité d’artistes ne semblerait pas devoir procurer les avantages escomptés ; il ne tarderait pas en effet à s’y révéler les préoccupations qui animent en général les groupements d’artistes, où se manifeste d’abord un esprit de camaraderie qui s’accentue bientôt pour aboutir à l’exclusion systématique des talents non conformes aux conceptions esthétiques des membres du comité ; nous serions ainsi reportés à trente ans en arrière.

279Quel serait en outre le sort réservé aux artistes qui se refusent, comme c’est leur droit, à adhérer à un groupement quel qu’il soit ?

280Actuellement les artistes n’ont pas à quêter les suffrages de leurs camarades ou amis. L’administration est heureuse de leur annoncer que leur œuvre est achetée, et ils sont fiers de l’apprendre parce qu’ils savent qu’ils ne le doivent qu’à leur seul talent. Aussi, c’est une constatation presque quotidienne et démontrée par les chiffres, consentent-ils spontanément à céder leurs ouvrages aux conditions les plus avantageuses pour l’Etat, permettant ainsi d’effectuer avec un crédit modique et toujours insuffisant le plus grand nombre d’achats répartis entre le plus grand nombre d’artistes.

281L’administration des Beaux-Arts n’a été saisie jusqu’ici d’aucune réclamation de la part des artistes, et s’il était besoin de justifier par les faits les avantages de la procédure actuelle, il suffirait de se reporter aux excellents résultats obtenus en 1937.

282Du point de vue budgétaire et financier, la situation n’est pas moins nette : les achats et les commandes sont donnés à la fois au visa du Contrôle des dépenses engagées, à l’examen approfondi et détaillé du Comité de contrôle de l’exécution du Budget siégeant au ministère, et lorsque la Cour des Comptes les examine... elle constate qu’ils ne donnent motif à aucune observation.

283Faut-il par ailleurs insister sur ce fait : souvent l’administration des Beaux-Arts doit acquérir sur le champ, soit dans les expositions mêmes et surtout à l’atelier de l’artiste des œuvres qu’il importe essentiellement de retenir.

284S’il fallait attendre la réunion de la Commission, les œuvres seraient enlevées par les musées étrangers et les collectionneurs.

285Il est donc souhaitable au plus haut point que l’organisation actuelle soit maintenue, car si le but essentiel des acquisitions doit être à la fois l’enrichissement des collections nationales et l’encouragement moral aux artistes de valeur, en dehors de toute tendance, c’est par la qualité même, par sa qualité seule, que l’œuvre doit s’imposer au choix de l’Etat et justifier la consécration officielle du talent.

10. – Procès-verbal de séance du CSBA au Palais des Champs-Elysées (16/6/1890) : le Prix du Salon23

  • 23 A.N. F21 4089.

286La séance est ouverte à 9h.1/4 du matin sous la présidence de M. le Ministre. Sont présents...

287Monsieur Léon Bourgeois, Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Président, donne la parole à M. le Directeur des Beaux-Arts qui rappelle au Conseil le but de sa réunion : proposer les titulaires du Prix du Salon et des Bourses de Voyage. Une liste de candidats, réunissant les conditions d’âge et de nationalité exigées par le règlement, a été adressée à chacun des membres du conseil : toutefois celui-ci reste maître de proposer d’autres candidats.

288M. Antonin Proust demande à présenter au préalable quelques observations. Rappelant dans quel esprit libéral ont été institué les encouragements accordés par l’Etat, il s’étonne que l’Administration ait omis sur la liste un certain nombre de candidats qui ont présenté dans les délais des demandes conformes au règlement. Il lui semble que l’Administration n’a pas saisi l’esprit des décisions de la commission du budget ; cette divergence de vue est plus apparente que réelle.

289En 1874, sur un rapport du Directeur des beaux-Arts, fut créé le Prix du Salon destiné à encourager la peinture d’histoire.

290En 1878, on demanda un crédit qui serait affecté à un prix du Salon créé en faveur de la sculpture. La commission du budget fit observer que cette création pouvait être faite sans relèvement du crédit général inscrit.

291Quant aux bourses de voyage, on s’est montré plus libéral encore : on décida non seulement que tout artiste ayant exposé ou non pouvait y prétendre, mais encore sur la proposition de M. Delaborde, M. le Sous-Secrétaire des Beaux-Arts augmenta le nombre des bourses de voyage. En 1880, lorsque sur l’avis du Conseil Supérieur, M. le Ministre remit aux artistes la libre gestion de leurs expositions, il réserva l’octroi des encouragements pour l’Etat qui les avait créés.

292Cette année, il s’est produit une scission au sujet de laquelle le Conseil n’a pas été consulté. M. Proust demande à M. le Ministre de s’appuyer sur les décisions de la commission du budget de 1891 et sur les décisions antérieures pour prélever sur le chapitre 18 une somme qui serait affectée à la création de nouvelles bourses de voyage. Le Conseil dans sa séance de ce jour proposerait parmi les exposants du Salon des Champs-Elysées les titulaires du Prix du Salon et des Bourses de Voyage comme les années précédentes : dans une séance ultérieure, il proposerait parmi les exposants du Champ de Mars les titulaires des bourses nouvellement créées.

293M. le Directeur des Beaux-Arts répond que l’omission dont parle M. Proust a été motivée par les termes de l’arrêté constitutif du Prix du Salon et des Bourses de Voyage : ces récompenses sont réservées au Salon des Champs Elysée. Monsieur le Directeur des beaux-Arts croit en outre devoir faire toutes réserves au sujet du prélèvement demandé par M. Proust sur le chapitre 18. Ce chapitre est divisé pour l’exercice 1890 en articles dont l’intitulé exclut tout nouveau prélèvement destiné à de nouveaux encouragements.

294M. Antonin Proust trouve que cette déclaration ne rectifie rien : il rappelle sa demande, en observant que l’augmentation du nombre de bourses réclamé par M. Delaborde a été accordé après l’arrêté constitutif.

295M. Jules Breton fait remarquer que les Prix du Salon et les Bourses de Voyage ont toujours été donnés aux exposants du Salon organisé par la Société des Artistes français : agir autrement serait encourager la scission ; c’en serait fait alors de l’art français !

296M. Antonin Proust se défend de léser les intérêts de la Société.

297M. Lenepveu ajoute aux arguments de M. Jules Breton qu’en accueillant la demande de M. Proust on encouragerait trop de manifestations.

298M. Bailly, Président de la Société des Artistes Français, tient à dégager la Société qu’il préside et qui n’est pour rien dans la scission qui s’est produite. Tout a été fait par cette Société pour éviter la désunion. La société des Artistes Français se considère toujours comme mandataire de l’Etat.

299M. Jules Ferry réclame le statu quo. Sans se faire juge du désaccord, il craint que la solution demandée soit la consécration de la division qui s’est élevée au sein de la société. Il faut envisager aussi que la Société Nationale des Beaux-Arts est une Académie qui ne peut substituer son œuvre à celle que poursuit depuis dix ans la société des Artistes Français en ouvrant largement ses portes aux jeunes artistes et en venant en aide aux nécessiteux. La Société Nationale des Beaux-Arts a d’ailleurs pour principe fondamental la suppression des récompenses et elle n’approuve peut-être pas la demande de M. Proust.

300M. Berthelot demande que l’on attende une démarche de la Société Nationale des Beaux-Arts en faveur des candidatures posées par quelques uns des exposants du Champ de Mars.

301M. Antonin Proust partage cet avis, mais il tient à faire observer à M. Jules Ferry que les Bourses de Voyage ne sont pas des récompenses mais des encouragements : il regretterait que rien ne fût fait en faveur des exposants du Champ de Mars.

302M.M. Charles Garnier et Louvrier de Lajolais apprécient les arguments de M. Jules Ferry.

303M. le Ministre constate l’accord sur l’attribution du crédit actuel au Salon des Champs-Elysées. D’autre part, le crédit inscrit au chapitre 18 permet de faire des acquisitions d’œuvres d’art au Champ de Mars ou ailleurs. M. le Ministre a déjà déclaré qu’on userait de ce droit en faveur des exposants du Champ de mars et M. le Président de la Société Nationale des Beaux-Arts a paru comprendre que là devait se borner l’intervention de l’Etat. On attendra donc avant de statuer sur la demande de M. Proust qu’une démarche soit faite dans le même sens par le Comité de la Société Nationale.

304Après une visite dans les salles et dans le jardin réservé à la sculpture, M. le Ministre pose au Conseil ces questions :

305Y a-t-il lieu d’attribuer le Prix du Salon ?

306L’affirmative est votée à mains levées.

307Dans quelle section sera choisi le titulaire ?

308Le Conseil décide, à main levée, que le Prix du Salon sera attribué à un sculpteur.

309M. Louis Legrand ayant demandé s’il ne serait pas possible de donner deux prix du Salon dans la section de sculpture, M. le Directeur des Beaux-Arts fait observer que l’arrêté constitutif stipule qu’il n’y aura qu’un Prix du Salon. La loi de finances est formulée dans ce sens. M. Louis Legrand déclare que, dans ces conditions, il retire sa proposition.

310Il est alors procédé aux votes :

311Prix du Salon : M.F. Charpentier, sculpture

Bourses de Voyage : M. Beaudouin gravure
M.
M.
Conin architecture
M.
M.
Breffendille architecture
M.
M.
Loiseau sculpture
M.
M.
R. Larché sculpture
M.
M.
Fosse sculpture
M.
M.
Bourgonnier peinture
M.
M.
Gueldry peinture
M.
M.
Poujol peinture

11. – Convocation, 12/6/1908

312République Française

313Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts

314Sous-Secrétariat d’Etat aux Beaux-Arts

315Division de l’Enseignement et des travaux d’Art

316Travaux d’Art Musées Expositions

317Palais Royal, le 12 juin 1908

318Monsieur,

319J’ai l’honneur de vous annoncer que le Conseil supérieur des Beaux-Arts se réunira les Mercredi 17 et vendredi 19 juin à 9 heures du matin au Commissariat des Expositions (Grand Palais des Champs-Elysées – Porte C – Avenue d’Antin).

320ORDRES du JOUR

3211° Séance du Mercredi 17 juin.

322Examen des œuvres des candidats au Prix National et aux Bourses de Voyage. Vote des récompenses (ci-joint la liste des candidats).

3232° Séance du Vendredi 19 juin.

324Attribution des Encouragements spéciaux (ci-joint la liste des Candidats).

325Je vous prie de bien vouloir assister à ces deux séances.

326Agréez, Monsieur, l’assurance de ma considération la plus distinguée,

327Le Sous-Secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts

328(Signé manuellement : Duj.-Beaumetz)

12. – Conclusion d’un rapport d’A. Bardoux sur la réforme du réglement de l’Académie de France à Rome, proposée par le CSBA en juillet 189124

  • 24 A.N. F21 4712(6).

329Il n’y a pas à le dissimuler ; un mouvement irréfléchi et inconscient se manifeste partout contre la haute éducation intellectuelle ; contre les efforts qu’elle nécessite et la discipline sérieuse qu’elle impose à l’esprit. S’associer à cette mode, c’est vouloir tourner le dos au progrès et porter atteinte à la primauté glorieuse de la France et à toutes ses œuvres géniales. Il ne s’agit pas seulement de l’école de la Villa Médicis. L’attaque est générale et les conséquences, si tous les esprits éclairés n’y veillaient, seraient désastreuses pour le caractère et les qualités originales de notre démocratie. Pour rester sur le terrain qui lui est limité, votre Commission en terminant sa tâche croit devoir insister sur l’importance au point de vue des études artistiques, de l’observation du règlement de l’Académie de France à Rome – nous sommes loin du règlement draconien qu’avait élaboré Vien en 1782, et l’on ne peut que se réjouir à la pensée qu’un noble esprit, un grand artiste, dont la légitime autorité et la profonde science esthétique ont été couronnées par le succès d’un haut enseignement, va prendre la direction de l’Ecole de Rome. En se tenant avec fermeté dans le règlement qui se prête, avec les modifications proposées, aux exigences légitimes d’une forte éducation, nous avons la confiance que l’élite de notre jeunesse comprendra plus que jamais le besoin d’idéal et de souveraine grandeur de l’art qui donne à l’école française un incomparable éclat et une supériorité incontestée.

13. – Liste des commissions de l’administration des Beaux-Arts, en 1885, 1929, 1940

Les commissions créées après 1872 fonctionnant à la Direction des Beaux-Arts en 188525

Comité des Travaux d’Art

330Près du bureau des travaux d’art et des musées et expositions, également intéressés chacun dans sa sphère, est la commission dite comité des travaux d’art, la plus récente de toutes, constituée par arrêté ministériel du 18 février 1882.

331Elle a pour mission, aux termes de cet arrêté, d’examiner les esquisses et les maquettes présentées pour les travaux de décoration des monuments publics ; de désigner les œuvres d’art méritant d’être acquises chaque année au Salon ; de faire le même classement pour les copies de tableaux du Louvre et du Luxembourg ; d’examiner les travaux que les artistes, ayant obtenu le prix du Salon ou bien une bourse de voyage, sont tenus de présenter à leur retour en France, et, en outre, de donner son avis sur les questions d’intérêt général concernant le service des travaux d’art.

Commission des souscriptions aux ouvrages d’art

332La commission des souscriptions aux ouvrages d’art qui fonctionne auprès du service des musées et expositions est une émanation du CSBA qui l’a choisie dans son sein en 1880, d’après d’anciennes règles qui lui donnaient cette mission.

333C’était une sous-commission annuellement renouvelable comme l’est en partie le CSBA lui-même. Elle n’a pas été renouvelée l’année suivante et elle fonctionne aujourd’hui comme un organe détaché et indépendant du Conseil. Elle donne son avis sur les souscriptions aux ouvrages d’art qui sont proposés par le service administratif.

Commission de l’inventaire des richesses d’art de la France

334La commission de l’inventaire, qui est également placée auprès du bureau des musées, a des origines déjà anciennes. Elle date de 1874, époque à laquelle M. de Chennevières, directeur des Beaux-Arts, reprenant une idée antérieurement émise au congrès des Sociétés savantes, proposa au ministre cette publication d’un si haut intérêt. Elle a été en 1877 reconstituée par décret du 9 juin. Elle est composée de 27 membres.

335C’est avec elle et sous son contrôle que, d’après les indications reçues des sociétés savantes, des directeurs et conservateurs de musées, des bibliothécaires, des archivistes de toute la France, le service des musées et expositions dresse cet inventaire général.

Comité des sociétés des Beaux-Arts des départements

336Le comité a été institué en 1876 (décision ministérielle du 28 avril), après l’heureuse innovation de l’adjonction des sociétés des Beaux-Arts des départements aux sociétés savantes qui se réunissent annuellement en congrès à la Sorbonne. Il a pour mission d’examiner les travaux envoyés par les délégués des sociétés et de se prononcer sur leur admission à la lecture en séance publique, et, par suite, au compte rendu annuel que rédige le service des musées et expositions, mission délicate entre toutes, exigeant des lumières très diverses et justifiant le nombre élevé de membres du comité (47 membres).

Conseil de Perfectionnement de l’Enseignement des Arts du dessin

337Ce Conseil a été institué en 1881. Il est l’auxiliaire du service de l’enseignement. Il donne son avis sur l’organisation des écoles des Beaux-Arts, sur les règlements, les programmes, le choix des méthodes et des modèles, le choix des livres pour les bibliothèques et les prix ; l’organisation de sessions normales de préparation aux certificats d’aptitude à l’enseignement du dessin ; les bourses de voyage ou d’étude, etc. Il joue le rôle de commission mixte pour l’enseignement du dessin dans les établissements universitaires où nous avons vu qu’il y avait partage entre les Beaux-Arts et l’Instruction Publique (15 membres).

Conseil supérieur de l’Enseignement à l’Ecole des Beaux-Arts

338Ce conseil a été institué en 1863, décret du 13 novembre. C’est, on le voit, l’un des plus anciens. Il préside à l’organisation de l’enseignement de l’Ecole des Beaux-Arts à la confection des règlements, à la rédaction des programmes de concours, à la présentation des candidats aux emplois de professeurs. C’est un organe mixte touchant à la fois à l’administration centrale, fonctionnant à côté des bureaux de l’enseignement, et au service extérieur de l’Ecole, à l’administration de laquelle il participe. (22 membres).

Commission des Monuments historiques et sous-commission des monuments mégalithiques

339Ces commissions... sont entièrement associées au travail du service des Monuments historiques. Elles ont été instituées, la première par un arrêté de M. de Montalivet en 1837, la seconde par un arrêté de M. Jules Ferry en 1879. Aux termes d’un arrêté de M. Jules Simon du 27 mars 1875, les membres de la commission des Monuments historiques sont nommés par le ministre sur une liste de trois membres présentés par le président de la commission. La commission fut réorganisée par le décret du 27 mars 1879, elle compte 26 membres. La sous-commission des Monuments mégalithiques compte 9 membres.

Commission des Théâtres

340Une commission des Théâtres a été instituée par décret du 30 avril 1872 auprès du service compétent, pour donner son avis sur la législation et l’administration des théâtres.

341Elle doit être particulièrement consultée à propos de la concession des exploitations dramatiques subventionnées sur la rédaction de leurs règlements et cahiers des charges, sur l’administration du Conservatoire national de musique et de déclamation, dont elle devient en quelque sorte le conseil de perfectionnement. L’article 3 du décret exclut de la commission les directeurs de théâtre et tous les intéressés directs. Dès l’origine, la commission est presque une commission parlementaire et les différentes modifications qui interviennent accentuent encore ce caractère : en 1872, sur 14 membres 9 sont députés ; la commission est complétée par la nomination d’un conseiller d’Etat, de deux membres de l’Académie française, d’un ancien sociétaire du Théâtre Français et le directeur des Beaux-Arts, M. Charles Blanc, ne figure au décret qu’avec le titre de membre de l’Institut.

342Dès l’année de la fondation, un nouveau décret ajoutait deux membres, dont un député en 1873, 1874, 1875, 1876, 1877, 1878, tantôt des décrets, tantôt de simples arrêtés complètent la commission, y font entrer 7 députés, remplacent les démissionnaires et appellent à siéger dans la commission le président de la Société des Auteurs dramatiques.

Commissions de perfectionnement des Manufactures d’art

343Près du service des Manufactures fonctionnent quatre commissions de perfectionnement, une pour chaque, composées presque exclusivement d’artistes et de savants, instituées par arrêtés ministériels de 1872, 1876, 1882, 1883 et placées, comme les autres, sous la présidence du ministre et sous la vice-présidence du directeur des Beaux-Arts.

344Leurs attributions, qui varient dans la nuance selon l’établissement, se ramènent toutes, exclusivement, à la surveillance du travail artistique de la Manufacture. Celles de Sèvres, des Gobelins et de Beauvais jugent les concours qui y sont ouverts. Nous ne nommerons ici que pour mémoire une grande commission d’enquête, instituée en 1881 sous le ministère des Arts pour éclairer le gouvernement sur la situation des ouvriers et des industries d’art, parce que ce n’était point là un organe destiné à demeurer permanent. Composée à l’origine de 32 membres dont 9 sénateurs, 11 députés, elle avait été portée à 50 membres par des accessions successives ; elle s’est séparée récemment après avoir terminé ses travaux.

345Au dessus de toutes ces commissions spéciales, par son importance et la généralité de ses attributions, se place le CSBA.

Inventaire des commissions en 192926.

  • 26 Rapport sur la direction des Beaux-Arts, 1931 : A.N. F21 3982.

346Liste des Commissions fonctionnant dans les 5 Bureaux de l’administration des Beaux-Arts

Le Bureau des Bâtiments civils et des Palais nationaux :

  1. La Commission supérieure des Bâtiments civils et des Palais nationaux.
  2. Le Conseil général des Bâtiments civils.
  3. La Commission chargée d’examiner les demandes de concessions dans le Grand Palais des Champs Elysée.
  4. Le Comité consultatif des Bâtiments civils et Palais nationaux.

Le Bureau des Monuments Historiques :

3475 La Commission des Monuments historiques, divisée en quatre sections :

  • section des Monuments historiques
  • section des Monuments préhistoriques ;
  • section des Antiquités et Objets d’art ;
  • section des souvenirs et vestiges de tous genres.

3486 La Commission spéciale pour l’examen des projets de réparations des édifices civils ou cultuels et des monuments présentant un intérêt national d’art ou d’histoire.

Le bureau des Travaux d’art :

3497-8 Commission et sous-commission des Travaux d’art

3509 Conseil des Musées nationaux.

35110 Commission des Musées des départements.

35211 Commission spéciale des Acquisitions et Expositions.

Le Bureau de l’Enseignement et des Manufactures nationales :

35312 Conseil supérieur de l’Enseignement des Beaux-Arts.

35413 Conseil supérieur de l’Enseignement des Arts décoratifs.

35514 Comité consultatif central technique des Arts appliqués.

35615 Comité des Sociétés des Beaux-Arts des départements (ne se réunit plus depuis la guerre).

35716 Commission des Souscriptions aux ouvrages d’art.

35817 Commission de l’Inventaire général des richesses d’art de la France (ne se réunit plus depuis la guerre).

Le Bureau des Théâtres :

35918 Le Conseil supérieur de l’Enseignement du Conservatoire.

36019 La Commission consultative de l’Enseignement musical

36120 La Commission consultative d’Examen des candidatures aux emplois vacants d’inspecteurs de l’Enseignement musical.

36221 La Commission consultative chargée de l’établissement des programmes des cours d’Histoire et de Musique au Conservatoire national. 22 La Commission concernant le cours d’Histoire et de Littérature dramatique.

36323 La Commission consultative des Théâtres.

36424 La Commission de Gestion de la caisse des retraites de l’Opéra.

36525La Commission de Gestion de la caisse des retraites de l’Opéra-comique.

36626 La Commission de Gestion de la caisse des retraites de la Comédie française.

36727 La Commission de Contrôle des films cinématographiques.

36828 La Commission d’Examen des demandes de concessions dans le domaine de l’Etat.

36929 La Commission de Regroupement des collections mobilières nationales.

Liste récapitulative de toutes les Commissions fonctionnant à la direction des Beaux-Arts avant le 12 juillet 1940

3701 Conseil des Musées nationaux.

3712 Sous-commission des Travaux d’art.

3723 Conseil général des Bâtiments civils.

3734 Commission supérieure des Bâtiments civils et Palais nationaux.

3745 Comité consultatif des Bâtiments civils et Palais nationaux

3756 Commission chargée de l’Examen des demandes de concession dans le Grand Palais.

3767 Commission chargée d’étudier les questions relatives à la défense contre l’incendie des Bâtiments civils et Palais nationaux.

3778 Commission spéciale des Acquisitions aux expositions organisées par la Société des Artistes français et par la Société Nationale des Beaux-Arts.

3789 Commission consultative de l’Enseignement musical.

37910 Commission consultative chargée de l’établissement des programmes du cours d’Histoire de la Musique au Conservatoire.

38011 Commission consultative chargée de l’établissement des programmes du cours d’Histoire et de Littérature dramatique au Conservatoire.

38112 Commission consultative des Théâtres.

38213 Commission de la Caisse spéciale des retraités, de la Caisse des Pensions viagères et des secours de l’Opéra.

38314 Commission de Gestion de la caisse des Retraites de la Comédie française.

38415 Commission de Gestion de la caisse des Pensions viagères de l’Opéra-comique.

38516 Commission d’examen des demandes d’autorisation de prendre des vues (cinéma).

38617 Commission d’examen des demandes de concession dans les monuments et les jardins de Paris pour des manifestations artistiques.

38718 Commission d’examen des livrets, scénarios et films.

38819 Commission de Souscription aux ouvrages d’art.

38920 Commission de l’Inventaire des richesses d’art de la France.

39021 Comité des Sociétés des Beaux-Arts des départements.

39122 Comité consultatif central et technique des Arts appliqués.

39223 Commission des Monuments historiques.

39324 Commission consultative des Monuments historiques.

39425Conseil d’administration de la Caisse des Monuments historiques.

39526 Comité spécial cinématographique.

39627 Conseil supérieur du Cinéma.

39728 Conseil supérieur de la Radiodiffusion.

39829 Conseil supérieur de la Musique populaire.

39930 Commission de la Décentralisation lyrique

40031 Commission chargée d’examiner les titres des candidats civils à l’emploi de gardiens des Musées nationaux.

40137 Commissions des Arts plastiques, de la Musique, du Théâtre, du Livre, des Conférences et de la Critique, du Cinéma et de la Radio

40238 Commission chargée d’étudier les questions de propagande et de publicité relative aux arts (Musées, Monuments).

40339 Service d’Action artistique à l’étranger.

40440 Commission de Contrôle cinématographique.

40541 Commission supérieure des Monuments naturels et des Sites et Commissions départementales.

40642 Commission supérieure des Musées.

40743 Commission des Perspectives monumentales de la Ville de Paris.

40844 Comité d’action artistique

40945 Commission spéciale (Dommages de guerre aux édifices civils et cultuels.

41046 Conseil supérieur des Beaux-Arts.

41147 Commission d’achats exclusivement destinés à l’enrichissement des Collections nationales.

41248 Commission chargée des Achats et des Commandes d’un prix supérieur à 6.000 F.

41349 Commission d’Achats d’œuvres d’art d’un prix inférieur à 6 000 F.

41450 Comité central d’art appliqué.

41551 Conseil supérieur d’Aménagement et d’embellissement et d’extension des villes. 52 Conseil supérieur d’Enseignement des Beaux-Arts.

41653 Conseil supérieur d’Enseignement des Arts décoratifs.

14. – La création de la société des artistes français

Extrait du discours prononcé par le sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, E. TURQUET, le 16 janvier 1881 devant le comité des 90 membres élus par les artistes, réunis pour la première fois au Palais de l’Industrie :27

  • 27 Rapport du budget d’Edmond LOCKROY, exercice 1882 : A.N. F21 4007(B).

417Le Conseil supérieur des Beaux-Arts, vous le savez déjà, reconnaissant la nécessité de rendre aux expositions officielles l’éclat et l’intérêt qu’on est en droit de leur demander, a émis le vœu que dorénavant les expositions comprenant la production choisie de plusieurs années, n’eussent lieu qu’à des dates éloignées. Tout en s’efforçant d’assigner ses véritables limites à la haute protection que l’Etat peut exercer vis-à-vis de l’art, le Conseil ne pouvait oublier les intérêts des artistes dont l’activité, chaque jour croissante, honore et enrichit notre pays. Ces intérêts respectables et multiples ne peuvent, on l’a reconnu, trouver leurs satisfactions entières dans les expositions annuelles, d’un accès plus facile. Le Conseil a donc pensé qu’il fallait maintenir le principe de ces expositions ; mais il a en même temps reconnu que l’Etat n’avait point à y intervenir directement et que nul ne pouvait, aussi bien que les intéressés, les organiser au mieux de leurs intérêts. Il a proposé à monsieur le ministre d’en offrir la gestion libre et complète, la gestion matérielle et artistique à tous les artistes français. Avantages considérables d’une liberté qui permettra à votre corporation de conquérir, en peu de temps, une situation aussi indépendante que celle dont jouissent déjà, grâce à des efforts pareils, la société des Gens de Lettres et la société des Auteurs Dramatiques ».

Extrait du discours du ministre de l’Instruction Publique, Jules FERRY devant les artistes français, 24 juin 1881 : 28

  • 28 A.N. F21 4088.

418« L’Etat n’est pas fait pour susciter des artistes, découvrir des talents, mais avant tout pour conserver certaines traditions, pour veiller sur certains chemins difficiles et escarpés de l’art, faire savoir qu’il est là, qu’il les garde et qu’il y ramasse ses blessés, l’Etat a pour tâche de conserver ce que la société moderne pourrait bien laisser dépérir, de lutter enfin contre l’invasion de l’art par l’industrialisme, le péril, le fléau des sociétés riches et laborieuses comme la nôtre. Quand l’Etat ouvrira ses expositions, il devra le faire sous sa responsabilité, peu nombreuses et bien choisies... Quelques autres additions au règlement destinées à bien affirmer la responsabilité de l’Etat et à assurer l’utilité de son intervention pourraient être sans doute proposées, comme par exemple l’institution de quelques prix très importants destinés à récompenser les formes de l’art les plus nécessaires au maintien des traditions nationales... On nous dit que c’est le devoir de l’Etat de diriger la production des artistes. S’imagine-t-on par hasard que l’on dirige jamais la haute production ? L’Etat doit encourager les hommes de talent en achetant leurs œuvres. Mais il n’a pas le droit de régler le courant des arts... Il faut non seulement que ces expositions soient brillantes grâce au mérite et à la supériorité des œuvres qui les composeront, mais qu’elles aient pour but d’indiquer aux jeunes artistes et au public, par une sélection sévère, quelles sont les tendances que l’Etat approuve et se propose d’encourager. En un mot, les Expositions nationales doivent fournir désormais les éléments d’un véritable Enseignement Supérieur de l’Art.

15. – Lettre de Paul Valéry à Paul Léon29

  • 29 Archives de Monsieur Jean-Paul Léon.

419Dimanche

420Cher ami,

  • 30 Collection de J.P. Léon. Paul Valéry fait allusion à la nomination de Paul Léon au poste de ministr (...)

421Je veux croire que vous ne perdez rien à passer des Arts au Danube30, mais je suis sûr que les arts n’y gagneront pas.

422D’ailleurs la transmutation dont vous êtes l’objet me fait une drôle d’impression. Cela sent son sérail.

423Je ne sais enfin s’il faut vous envoyer des compliments ou vous exprimer des regrets. Tout dépend de vos sentiments auxquels mon amitié s’associe de tout cœur,

424Paul Valéry

16. – Rapport du député E. Charton, 8/9/1875

425A quel ministère l’administration des Beaux-Arts doit-elle être annexée ? Il n’y a en réalité que trois grandes classes de service :

4261)– Les services qui doivent pourvoir à la sûreté intérieure et extérieure du pays et qui sont dans les attributions des ministères de l’Intérieur, de la Justice, de la Guerre et de la Marine ;

4272)– Les services qui intéressent la vie physique ou matérielle du pays, les subsistances, le commerce, l’industrie, et qui sont dans les attributions des ministères des Finances, de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics ;

4283)– Enfin, les services qui ont pour objet les intérêts de l’éducation générale du pays, de la culture de ses forces intellectuelles et morales et qui sont dans les attributions du ministre de l’Instruction Publique et des Cultes.

429D’après cette division générale admise dans les traités les plus autorisés sur notre droit administratif et d’ailleurs conforme aux faits, on ne saurait hésiter à reconnaître que les Beaux-Arts intéressent moins la sécurité intérieure ou extérieure de la France, et moins aussi les nécessités de sa vie matérielle, que la culture du goût, qui est une partie de l’éducation générale.

430Cette vérité si évidente semble cependant avoir été jusqu’ici méconnue.

431Alors qu’ils ont été attachés à la maison du chef de l’Etat, les Beaux-Arts ont apparu, moins comme un service public que comme une partie du luxe royal ou impérial, un élément de munificence, un rayonnement du trône, ou, ainsi qu’on l’a dit, une mise en scène de la puissance souveraine.

432Dans leur passage au ministère de l’Intérieur, les Beaux-Arts, ou se sont trop confondus avec les intérêts matériels des départements et des communes, ou ont été exposés au soupçon plus ou moins fondé de servir trop souvent de moyens de libéralités arbitraires ou de complaisances politiques.

433Au ministère du Commerce enfin, ils ne pouvaient guère être appréciés qu’au point de vue trop restreint de la part dans laquelle ils contribuent, du reste très réellement, à la prospérité matérielle du pays.

434En les annexant au ministère de l’Instruction Publique, en les rapprochant de l’administration qui a pour attributions l’enseignement et l’encouragement des lettres, on assigne aux Beaux-Arts proprement dit leur place légitime ; on reconnaît leur droit à la sollicitude de l’Etat, non pas seulement parce qu’ils sont pour quelques esprits délicats une source de jouissances exquises et rares, mais parce qu’ils répondent réellement à un besoin général, en tendant à développer dans le pays entier le sentiment de l’amour du beau, dont une nation ne saurait se désintéresser impunément, soit pour le progrès de sa civilisation, soit pour sa gloire.

435S’il est vrai qu’il se rencontre des personnes insensibles à l’action si puissante et si féconde des arts, on peut dire que ce sont des exceptions, de même que celles qui n’auraient que de l’indifférence pour la poésie, la haute littérature ou l’éloquence. Tout homme éclairé, cultivé, et en pleine possession de la faculté de sentir, de juger et d’admirer le beau sous ses diverses expressions ne peut hésiter à reconnaître que la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique ne sont pas des arts inférieurs aux autres et que les œuvres d’un Phidias ou d’un Raphaël sont des éléments de culture intérieure aussi élevés et aussi salutaires que celles d’un Sophocle ou d’un Racine.

436C’est donc notre conviction qu’il ne peut être qu’avantageux à l’administration des Beaux-Arts de voir se consolider ses rapports avec le ministère de l’Instruction Publique, et nous arrêtant à ce point de vue, nous avons à examiner si son organisation actuelle répond bien entièrement à ce que sont ou doivent être ses attributions...

437On dispute à la France la suprématie artistique : de toutes parts on s’efforce de la lui enlever.

438Ces paroles, qui n’ont pas été sans retentissement, ne sont pas les premières qui aient signalé un danger trop évident ; elles n’ont rien d’exagéré ; elles doivent s’entendre de la nécessité de se préoccuper plus vivement des développements de la culture de l’art, d’abord et avant tout sans doute dans ce qu’il y a de plus élevé et de plus dégagé de tout intérêt matériel, mais aussi dans son application aux diverses industries qui lui empruntent toute leur valeur ; elles s’adressent principalement aux artistes, mais elles doivent aussi éveiller la sollicitude de l’administration qui ne saurait ignorer ou regarder avec indifférence quoi que ce soit de ce qui se fait en Europe dans l’intérêt des arts. Il ne faut pas qu’on puisse dire qu’en France on discute, on hésite, on ajourne, tandis qu’ailleurs on agit.

439Si l’on a vu des temps où l’exaltation de notre amour-propre national admettait à peine même la supposition qu’il n’y eût aucun emprunt à faire, dans la voie du progrès, aux autres peuples, ces temps ne sont plus, l’expérience nous a démontré combien trop de confiance en nous seuls pouvait nous devenir funeste : ce n’est pas d’ailleurs, à vrai dire, d’emprunts qu’il s’agit ici : la pensée des innovations et des améliorations que nous conseillons est née en France depuis beaucoup d’années : en les appliquant à notre tour, nous ne ferons que reprendre notre bien, et les autres nations qui savent bien que nous les avons devancées dans la théorie, n’auront eu l’avantage de nous précéder que de peu d’années dans la pratique.

17. – Rapport de Léon Gambetta au Président de la République Jules Grévy, 14/11/188131

  • 31 J.O., 17 novembre 1881.

440Monsieur le président,

441Aucun de nos services publics n’a subi plus de modifications que le service des Beaux-Arts, soit dans ses attributions, soit dans ses rapports avec les autres services.

442Sous l’Ancien Régime, il était compris dans l’administration des Bâtiments Royaux et il a longtemps fait partie de l’administration des Domaines.

443En 1792 il a été rattaché au ministère de l’Intérieur, où il fut divisé en trois bureaux puis en trois sections.

444Le Premier Empire le réduisit aux proportions d’un seul bureau. La Restauration en fit une Division.

445La monarchie de 1830 l’attribua d’abord au ministère du Commerce et des Travaux Publics et le partagea plus tard entre le ministère de l’intérieur et le ministère de l’Instruction Publique.

446En 1848, le service des Beaux-Arts fut placé dans la direction des Musées nationaux.

447Le Second Empire le fit entrer en 1853 au ministère d’Etat et le plaça douze ans après dans les attributions de la Maison de l’Empereur, où il demeura jusqu’au 27 janvier 1870.

448A cette date, un décret constitua un ministère spécial des Beaux-Arts, qui ajouta aux attributions de la Maison de l’Empereur la direction des Bâtiment Civils et la direction des Sciences et Lettres.

449Le 28 août 1870, le ministère spécial des Beaux-Arts fut supprimé et ses attributions transportées au ministère de l’Instruction Publique qui, après le 4 septembre, abandonna au ministère des Travaux Publics la direction des Bâtiments Civils.

450Dès les premiers mois de la réunion de l’Assemblée nationale, M. Charton, dans un rapport fait au nom de la commission des services administratifs, appela l’attention du gouvernement sur les inconvénients de cette incessante mobilité du service des Beaux-Arts.

451Et le 1er février 1878, M. Bardoux, ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, visant le rapport de M. Charton, forma une commission chargée d’étudier les modifications qui pourraient donner plus de cohésion et de solidité à l’organisation de la deuxième section de son département.

452L’institution d’un sous-secrétariat, ayant dans ses attributions spéciales le service des Beaux-Arts, permit en 1879 de réaliser quelques unes des réformes qu’avait proposées la commission de 1878, mais la réunion des services qui intéressent l’enseignement de l’art à tous les degrés et dans toutes ses applications n’a pas été opérée.

453Cependant les nations étrangères ont depuis bientôt trente ans multiplié les institutions destinées à favoriser cet enseignement, et nous avons pu constater à l’Exposition universelle de 1878, combien ont été rapides, grâce à la prévoyance de leurs gouvernements, les progrès accomplis dans les industries d’art par des peuples qui n’étaient encore naguère que nos imitateurs et qui sont devenus nos rivaux.

454La constatation de cet état de choses a donné lieu en France à un véritable mouvement d’opinion en faveur d’institutions qui ont donné partout de si prompts et de si précieux résultats. Après avoir rappelé que c’est la France qui a, la première, ouvert les conservatoires et les écoles d’arts et métiers, que c’est à l’initiative des hommes de la Révolution que sont dus les musées et les corps spéciaux qui assurent l’alliance de l’art et de l’industrie, on a justement fait remarquer que, dans nos Sociétés modernes, il ne suffit pas de développer le goût et la culture des Beaux-Arts, mais que l’assistance que l’art peut donner à l’industrie a une importance considérable au point de vue économique et social, puisqu’elle transforme les conditions du travail et exerce une influence décisive sur les forces productives d’une nation.

455Pour développer ce large enseignement des principes généraux de l’art que réclament nos grandes industries, pour fortifier l’enseignement technique qui ne leur est pas moins nécessaire, j’ai l’honneur, monsieur le Président, de vous proposer la création d’un ministère des Arts.

456Ce ministère aurait dans ses attributions l’administration actuelle des Beaux-Arts, la direction des Bâtiments civils et la construction des édifices diocésains et cathédrales, services qui, par leur caractère se rattachent naturellement au service des Beaux-Arts.

457Il aurait, en outre, la direction de l’enseignement technique (Conservatoire et écoles d’Arts et Métiers) qui est actuellement dans les attributions du ministère de l’Agriculture et du Commerce, et enfin l’inspection et la surveillance de l’enseignement du dessin dans les Ecoles normales d’instituteurs et d’institutrices, dans les écoles primaires, dans les collèges et lycées.

458Je m’empresse d’ajouter, monsieur le Président, que la création que j’ai l’honneur de vous proposer ne me parait pas devoir amener au budget de l’Etat l’accroissement de dépense que justifierait d’ailleurs le grand intérêt qui s’y attache.

459J’estime, en effet, que pour faire une œuvre utile, vraiment féconde et réellement conforme à nos traditions, à nos aptitudes, à nos tendances, le ministère des Arts n’a pas besoin de multiplier les établissements d’Etat toujours coûteux et souvent stériles. Mon sentiment est qu’il doit s’attacher à associer l’action du pouvoir central, dans la mesure où celle-ci a le devoir de se produire à l’action des corps ou associations déjà constitués, qu’il lui faut faire appel aux départements, aux communes, aux Chambres de Commerce, aux comités consultatifs des Arts et Manufactures, aux syndicats professionnels, qui attendent tous du gouvernement de la République le concours que ce gouvernement est tenu plus que tout autre de prêter aux efforts de notre démocratie laborieuse.

460J’espère, monsieur le Président, que vous voudrez bien accueillir favorablement la proposition que j’ai l’honneur de soumettre à votre haute approbation. Veuillez agréer, monsieur le Président, l’hommage de mon profond respect.

461Le Président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, Léon GAMBETTA

462Le président de la République française, sur le rapport du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, décrète :

Article 1

463Il est créé un ministère des Arts.

Article 2

464Ce ministère a dans ses attributions les services actuels de l’administration des Beaux-Arts, qui forment le sous-secrétariat du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, les services des Bâtiments civils dépendant du ministère des Travaux publics (1e section, chapitres 24 à 32 ; 2e section, chapitres 48 à 51) ; le service des Edifices diocésains et cathédrales dépendant du ministère des Cultes (chapitres 1,12 et 13), le service de l’enseignement technique dépendant du ministère de l’Agriculture et du Commerce, et comprenant le Conservatoire des Arts et Métiers, les écoles d’Art et Métiers, l’Ecole spéciale des Cluses et les comités des Arts et Manufactures, chapitre 13 et article 1er du chapitre 14, la surveillance de l’enseignement du dessin dans les Ecoles normales d’instituteurs et d’institutrices, dans les écoles primaires, dans les collèges et lycées (art. 4 du chapitre 29 ; art. 3 du chapitre 34).

Article 3

465Le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, est chargé de l’exécution du présent décret.

466Fait à Paris, le 14 novembre 1881

467Jules GREYY

468Par le président de la République, le président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères Léon GAMBETTA

469Le Président de la République française, décrète :

Article 1

470Monsieur Antonin PROUST, député, est nommé ministre des Arts.

Article 2

471Le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, est chargé de l’exécution du présent décret.

472Fait à Paris, le 14 novembre 1881, Jules GREVY

473Par le président de la République, le président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères, Léon GAMBETTA

18. – Les attributions du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, décret du 16 novembre 191032

  • 32 J.O., 18 novembre 1910, p. 9411.

474Le président de la République française, sur le rapport du ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts ; Vu le décret du 31 mai 1862 ; Vu le décret du 2 février 1905 ; Décrète :

Article 1

475Le sous-secrétaire d’Etat au ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts a spécialement dans ses attributions, sous la haute direction du ministre, tous les services de l’administration des Beaux-Arts. Les personnels affectés à ces services sont placés sous ses ordres.

476Il peut être délégué par le ministre pour traiter soit au Sénat, soit à la Chambre des Députés, toutes les affaires intéressant l’administration des Beaux-Arts.

Article 2

477Le sous-secrétaire d’Etat prépare les projets de loi et de décret relatifs au service des Beaux-Arts, ainsi que les projets de cahier des charges des théâtres subventionnés, et les soumet au contreseing du ministre.

Article 3

478Le sous-secrétaire d’Etat, par délégation permanente du ministre, engage et liquide toutes les dépenses qui doivent être imputées sur le budget du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts (2e section).

Article 4

479Il a la gestion des services placés sous ses ordres.

Article 5

480Le ministre peut déléguer au sous-secrétaire d’Etat, par arrêtés spéciaux, la nomination de certaines catégories de fonctionnaires et d’agents. Toutes les autres nominations sont faites par le ministre sur la proposition du sous-secrétaire d’Etat ou par le président de la République sur la proposition du ministre et la présentation du sous-secrétaire d’Etat.

Article 6

481Sont abrogées toutes dispositions contraires à celles du présent décret.

Article 7

482Le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts est chargé de l’exécution du présent décret.

483Fait à Paris, le 16 novembre 1910, A. FALLIERES

484Par le président de la République, le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Maurice FAURE

19. – Le décret du 9 septembre 187833

Article 1

485Le service des Beaux-Arts forme une direction générale relevant du ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Article 2

486Cette direction générale comprend :

487a) Une administration centrale composée d’une directeur général, d’un sous-directeur, du personnel de l’inspection des Beaux-Arts, et de bureaux désignés ci-après :

488bureau du personnel et de la comptabilité

489bureau de l’encouragement des arts

490bureau de l’enseignement des arts

491bureau des monuments historiques

492bureau des théâtres nationaux, des théâtres libres et de la musique

493bureau des manufactures nationales.

494b) Les établissements :

495les musées nationaux (Louvre, Luxembourg, Saint-Germain, Versailles)

496le Palais du Luxembourg

497le musée de Cluny

498les manufactures nationales de Sèvres, des Gobelins, de Beauvais

499l’Académie de France à Rome

500l’Ecole nationale des Arts Décoratifs

501l’Ecole spéciale de dessin pour les jeunes personnes

502les Ecoles des Beaux-Arts dans les départements

503l’Ecole nationale des Beaux-Arts

504le dépôt des Marbres

505le Conservatoire de Musique et de Déclamation

506les succursales du Conservatoire dans les départements l’exposition des œuvres des artistes vivants

507les théâtres nationaux.

Article 3

508Le directeur général des Beaux-Arts est le chef immédiat du personnel de l’administration centrale. Il propose au ministre les admissions, les avancements, les révocations. Il dirige et contrôle tous les établissements ressortissant aux Beaux-Arts. Il contrôle aussi le budget. Il préside de droit toutes les commissions, même le Conservatoire des Musées nationaux.

Article 4

509Les inspecteurs des Beaux-Arts seront chargés de missions et feront des rapports sur toutes les questions qui leur seront soumises et pourront être attachés aux travaux d’un service spécial. Ils formeront un conseil qui se réunira au moins une fois par mois, sous la présidence du directeur général des Beaux-Arts. Un inspecteur fera partie de droit de chacune des commissions des Beaux-Arts.

Article 5

510Nul ne pourra être nommé employé de l’administration centrale, s’il n’a été déclaré admissible après examen passé devant une commission composée du directeur général et de deux chefs de bureau. Les conditions de cet examen seront réglées par le ministre des Beaux-Arts. Les candidats devront avoir satisfait à la loi sur le recrutement militaire et être âgés de moins de trente ans.

Article 6

511Les dispositions du décret du 26 février 1878 sur l’organisation de l’administration centrale du ministère de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts, sont applicables au personnel de l’administration centrale des Beaux-Arts.

Article 7

512Toutes les dispositions contraires au présent décret sont et demeurent abrogées.

Article 8

513Le ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts est chargé de l’exécution du présent décret.

514Fait à Paris, le 9 septembre 1878

515Mal de MAC MAHON, Duc de MAGENTA

516Par le président de la République, le ministre de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts, A. BARDOUX

20. – Direction des Beaux-Arts en 192734

  • 34 Annuaire du Commerce, Didot-Bottin, partie administrative, 1927.

517Directeur des Beaux-Arts : LEON (Paul)

518Chef de bureau adjoint au directeur : GADA VE (René)

519Secrétaire de la direction : LESTEL (G.)

1er Bureau – Bâtiments civils et Palais nationaux

520Chef de bureau : FERON Sous-chef : PERCHET (R.)

Conseil général des Bâtiments civils

521Président : le ministre

522Vice-Président : NENOT de l’Institut, inspecteur général des Bâtiments civils Secrétaire : N.

523Contrôleur : PUTHOMME (C.)

Inspection générale des Bâtiments civils et Palais nationaux

5241e division : PONTREMOLI (O.) inspecteur général des Bâtiments civils.

5252e division : LALOUX de l’Académie des Beaux-Arts, inspecteur général des Beaux-Arts.

5263e division : NENOT (G.O.) de l’Académie des Beaux-Arts, inspecteur général des Bâtiments civils

5274e division : DEFRASSE, inspecteur général des Bâtiments civils.

2e bureau – Monuments historiques

528Chef de bureau : VERDIER (A.) Sous-chefs : SIMEON, LAURENT

3e bureau – Liquidation des dépenses et contentieux

529Chef de bureau : CHABAUD Sous-chef : CREMONA

4e bureau – Contrôle des travaux d’architecture

530Contrôleur général : PUTHOMME (O.) Contrôleurs : SCIE, PINARDON

Inspection des chantiers et de la comptabilité des travaux

531LEFEVRE, inspecteur (Bâtiments civils, Palais nationaux et Monuments historiques)

5e bureau – Travaux d’art – Musées et expositions.

532Chef de bureau : MOULLÉ (O.) – Sous-chef : POLI (A.) Service des musées

6e bureau – Enseignement et Manufactures nationales

533Chef de bureau : LAMBLIN (Léon) Sous-chef : DUFOUR

7eme bureau – Théâtres – Conservation des Palais et Mobilier national

534Chef de bureau : GADAVE (René), commissaire du gouvernement près les théâtres subventionnés

535Sous-chefs : BERTEAUX – CAILLOT

536Contrôleur : SAULIERE

Bureau du personnel et de la comptabilité

537Chef de bureau : GIBON (F.)

538Sous-chefs : MORTREUX – CHARMES

21. – Séance du 21 Mars 1872 à l’Assemblée Nationale35

1) Intervention du député Jules Buisson

539Le premier inspecteur des Beaux-Arts, le paysagiste Edouard Bertin a été nommé sous le gouvernement de Juillet. C’était une gracieuseté du ministère d’alors envers la dynastie du Journal des Débats...

540En 1848, un homme d’un réel mérite, dont le nom m’échappe en ce moment, ayant réclamé la nomination d’un second inspecteur pour les musées de province, afin de cataloguer toutes les richesses artistiques du pays et de réunir les éléments d’une histoire complète de nos écoles provinciales, on s’empressa d’en nommer quatre : un moment, sur la réclamation de quelque député économe, on revient cependant à deux.

541Mais cette réserve ne fut pas de longue durée et l’on vit bientôt apparaître un inspecteur général M. Cotteau.

542Sous le ministère de M. Maurice Richard, il y a eu jusqu’à neuf inspecteurs des Beaux-Arts, deux inspecteurs généraux, sept inspecteurs ordinaires.

543Cependant, Messieurs, qu’a produit cette institution ? Je défie qu’on puisse même en indiquer quelle est la compétence, quelles étaient les attributions, quel a été l’office des inspecteurs.

544(Un membre) C’est d’émarger !

545Il faut bien d’ailleurs que le gouvernement et la commission aient trouvé quelque chose à reprendre sur ce chapitre, puisque Monsieur Beulé nous dit dans son rapport que, de concert avec le ministre, il propose la suppression de deux inspecteurs généraux qui ont survécu au ministère des Beaux-Arts, en retenant, toutefois, l’institution d’un nouveau titulaire pour la surveillance des musées de province. Il y avait donc avant la modification proposée, quatre inspecteurs des Beaux-Arts et deux inspecteurs généraux, ce qui formait, dans le budget, un total de 30.500 F. Non seulement j’adopte l’idée de la commission sur les inspecteurs généraux, mais je demande la suppression complète du chapitre. Je la demande dès à présent et voici pourquoi : Monsieur le ministre se réservant un inspecteur pour les musées de province, le désignera certainement avant la discussion du budget de 1873, et nous nous trouverons ainsi à ce moment, en face d’une sorte de nouveau droit acquis, d’un nouveau fonctionnaire à dédommager. Avec la tendance française à considérer toute fonction publique une fois conférée comme une propriété, il y aurait là une difficulté de plus qu’il est inutile de créer.

546Mais à quoi sont donc employés les inspecteurs des Beaux-Arts ? Ils sont chargés d’aller visiter les ateliers des artistes, et de constater l’état des commandes faites par la direction des Beaux-Arts. C’est là, messieurs, une besogne à laquelle deux commis, travaillant deux heures par semaine, suffiraient très amplement. Voilà pourtant l’objet d’une dépense de 30.500 F. dans le budget des Beaux-Arts !

2) Réponse du ministre Jules Simon

547Monsieur Buisson a ensuite insisté sur les inspecteurs des Beaux-Arts et il a demandé la suppression de 30.000 F. représentant le paiement des inspecteurs des Beaux-Arts qui, suivant lui, sont inutiles.

548A cela, messieurs, je fais quelques objections. Je ne crois pas que les inspecteurs des Beaux-Arts soient inutiles ; du reste je me hâte d’ajouter qu’il ne s’agirait pas, comme l’a dit M. Buisson, d’une suppression de 30 000 F., attendu que nous n’avons porté au budget pour les inspecteurs des Beaux-Arts qu’une somme de 20.000 F. Et, puisqu’il s’agit de petites économies, la différence entre 30.000 et 20.000 F. a besoin d’être notée et aperçue.

549Je dirai, en même temps, que lorsque la direction des Beaux-Arts est entrée dans le ministère de l’Instruction Publique, il y avait deux inspecteurs généraux, et comme le rappelait tout à l’heure Monsieur Buisson, sept inspecteurs des Beaux-Arts. Nous avons retranché d’accord avec la commission, les inspecteurs généraux : il n’y a plus lieu par conséquent de s’en occuper, c’est une fonction qui n’existe plus.

550Des sept inspecteurs ordinaires, nous en avons conservé quatre, et je prie l’assemblée de remarquer que, lorsque nous faisons des économies qui ont pour objet des suppressions d’emplois, nous sommes dans une situation aujourd’hui plus difficile que jamais. Lorsque nous faisions les budgets chaque année pour l’année suivante, il s’écoulait, entre le vote de la loi de finances et son application, un certain nombre de mois et l’exercice courant était toujours préservé. Au contraire, nous faisons, dans ce moment-là, une loi de finances qui sera appliquée dans douze jours, et les fonctionnaires dont nous supprimerons l’emploi apprendront en même temps que leur emploi est supprimé et que leurs fonctions cessent dans les vingt quatre heures. Cette situation est grave et difficile et elle a porté les membres de la commission du budget, d’accord avec la plupart des ministres, à renvoyer la plupart des économies de cette nature au budget de 1873.

551Malgré cela, messieurs, ce n’est pas sept inspecteurs ordinaires que nous avons aujourd’hui au budget, c’est quatre seulement : et il est bien permis au ministre de dire à une assemblée qui désire faire des économies que, avoir réduit le cadre des inspecteurs de sept inspecteurs ordinaires et de deux inspecteurs généraux, à quatre inspecteurs ordinaires seulement, c’est avoir fait un pas considérable dans la voie des économies.

552Maintenant je dirai pour les quatre inspecteurs que nous conservons, qu’ils sont nécessaires à la bonne administration de l’Etat.

553Monsieur Buisson pense que nous pourrions remplacer utilement les inspecteurs par des commis, qui emploieraient chaque jour deux heures de leur temps à aller visiter dans les ateliers les commandes de l’Etat. Non, messieurs, un artiste aussi distingué que M. Buisson doit comprendre...

554Je répète qu’un artiste aussi distingué que M. Buisson doit comprendre que, quand il s’agit de surveiller les commandes faites au nom de l’Etat, la spécialité du surveillant est tout à fait nécessaire. Que nous faut-il dans les bureaux ? Il nous faut des hommes qui tiennent parfaitement les écritures et qui fassent très bien une rédaction. Que nous faut-il dans l’inspection des Beaux-Arts ? Il nous faut des hommes qui se connaissent en peinture, en sculpture, en gravure. Si nous n’avions pas des inspecteurs très habiles, surveillant ce que font les artistes et nous renseignant à mesure, nous serions embarrassés non seulement pour les paiements mais encore pour les réceptions.

555Il y a donc là une utilité véritable et je prie l’Assemblée de considérer que, dans les limites où nous avons restreint ce service, il est extrêmement utile, et qu’il ne pourrait pas être détruit sans nous mettre dans l’embarras sur la gestion des fonds qui nous sont confiés.

556Il faut d’ailleurs qu’on songe qu’il ne s’agit pas seulement des commandes d’art mais aussi et très souvent de la situation des artistes. L’Assemblée sait parfaitement qu’il arrive quelquefois que même de grands artistes se trouvent dans une situation pénible, à la suite des malheurs que nous venons d’éprouver après dix huit mois de chômage dans les ateliers. Nous avons des hommes portant des noms célèbres qui n’ont plus les moyens de subvenir à leurs dépenses journalières. Venir en aide à de pareilles situations, c’est là non seulement un grand devoir qu’il est de notre dignité et aussi de notre humanité de ne pas sacrifier, mais il y a là encore un intérêt national, parce que les artistes qui ne trouvent plus de ressources en France sont sollicités au dehors, et on nous les prendrait pour augmenter la gloire des autres pays, au détriment du nôtre.

557J’ai été sur le point d’avoir la douleur d’assister à cette émigration, mais, grâce à Dieu, j’ai pu subvenir aux plus grands besoins et retenir nos artistes en France. Dans ces circonstances, les inspecteurs des Beaux-Arts sont les intermédiaires nécessaires : il n’y a guère qu’un artiste qui puisse aller chez un artiste pour recevoir et transmettre certaines confidences. Dans les limites où nous avons restreint le personnel et le crédit qui est demandé, l’Assemblée, après les explications que nous venons de lui donner, trouvera, je l’espère, que nous sommes dans la vérité des faits.

22. – Discussion du budget 1896 (Palais-Royal, 12.08.95) : le rôle des inspecteurs et le CSBA36

  • 36 A.N. F21 3982(7c).

558Les inspecteurs des Beaux-Arts pourraient être remplacés soit par les Inspecteurs de l’enseignement du dessin et des musées, soit par le CSBA, ainsi que le voudrait monsieur Dujardin-Beaumetz.

559Les inspecteurs de dessin étant choisis parmi des artistes de mérite, seraient ainsi appelés à juger leurs pairs : l’inconvénient saute aux yeux. Il est incontestable que des hommes formés à la critique d’art par de longues études et ayant la connaissance technique nécessaire sont mieux placés pour se prononcer sur la valeur d’une œuvre.

560Il serait en outre matériellement impossible de confier cette tâche aux inspecteurs de dessin. Les fonctionnaires, dont les traitements des plus modestes, comme se sont plu à le constater divers rapporteurs du budget des Beaux-Arts, ne peuvent être considérés que comme une indemnité pour l’interruption annuelle apportée à leur production personnelle, sont tenus de faire chaque année une tournée dans leur circonscription, et de visiter l’état de l’enseignement du dessin dans les lycées et collèges de garçons et de filles, dans les écoles normales d’instituteurs et institutrices, dans les écoles des Beaux-Arts, d’art décoratif, d’art industriel, et aussi dans les simples écoles d’adultes. Ils visitent en même temps tous les musées de la province.

561Il est aussi fait appel à ces inspecteurs lorsqu’il s’agit par exemple de la reconstruction d’un musée, d’un classement nouveau des œuvres ou de leur restauration, de la rédaction ou de la révision d’un catalogue.

562A l’encontre des inspecteurs de dessin, les inspecteurs des Beaux-Arts sont et devraient être plutôt des sédentaires ; ils ne sont envoyés qu’exceptionnellement hors de Paris : des rapports leur sont demandés au jour le jour et parfois dans les vingt-quatre heures. Il leur faut être constamment aux ordres de l’administration. Ce qu’on ne pourrait demander aux inspecteurs de dessin et des musées, pour les raisons exposées ci-dessus.

563Les inspecteurs des Beaux-Arts ne pourraient pas davantage être remplacés par le CSBA, quelle que soit la compétence des hommes éminents qui le composent (Messieurs Alexandre Dumas, Ambroise Thomas, Bardoux...) il ne semble pas possible de la mettre à profit pour la surveillance des travaux d’art commandés par l’Etat et pour l’autorisation d’effectuer des traitements aux artistes selon le degré d’avancement des commandes.

564Rappelons entre parenthèses que l’exécution d’un simple buste dont le paiement se fait en trois fois exige trois visites de l’inspecteur au minimum : une pour l’acceptation du modèle, une seconde pour la constatation de la mise au point, et enfin une troisième visite pour l’acceptation définitive (et cela à supposer qu’aucune modification ne soit demandée à l’artiste).

565Il ne faut pas oublier que les membres du CSBA, sollicités par des occupations diverses pour leurs travaux personnels, ne sont pas rétribués, et qu’il serait nécessaire de les rétribuer. Si l’on fait appel aux inspecteurs généraux membres du Conseil, ils déclareront qu’ils sont tous dans l’impossibilité de suffire à ces tâches qu’on veut leur imposer. On sera obligé de leur adjoindre d’autres inspecteurs, et le corps des inspecteurs des Beaux-Arts, tel qu’il fonctionne, se trouvera réformé.

23. – Note pour la réorganisation de l’Inspection de l’enseignement du dessin37

  • 37 Dossier d’archives A.N. F21 3983(1).

566Ministère de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et de l’Enseignement Technique. Beaux-Arts

567Bureau de l’Enseignement et des Manufactures Nationales.

568L’Administration de Beaux-Arts a demandé le transfert du chapitre 4 (Personnels des Inspections et Services Extérieurs des Beaux-Arts) au chapitre 5 (frais de voyage et indemnités aux mêmes Personnels) d’un crédit de 9.000 F., destiné à amorcer la réforme de l’Inspection de l’Enseignement du Dessin.

569Les deux caractéristiques du projet sont les suivantes :

  1. Spécialisation de l’Inspection des Grandes Ecoles, les cours de peinture, sculpture, architecture et composition décorative devant être inspectés, respectivement, par un Inspecteur distinct et particulièrement qualifié en raison de ses travaux. Cet Inspecteur prendrait le titre d’Inspecteur principal de l’Enseignement Artistique ;
  2. La création d’une Inspection Régionale qui assurerait l’Inspection des Ecoles et cours de moindre importance, sous le contrôle des Inspecteurs chargés des Etablissements de la 1ère catégorie.

570Ces derniers seraient au nombre de quatre, lorsque la réforme sera entièrement réalisée. Leur rétribution serait fixée à 10.000 F., ce qui ne constituerait qu’une légère augmentation des émoluments des Inspecteurs actuels de l’Enseignement du dessin, lesquels reçoivent, actuellement, 9.000 F. Quant aux Inspecteurs régionaux, pris parmi les Directeurs et Professeurs des Ecoles des Départements, il pourrait leur être alloué une indemnité proportionnelle au nombre des Etablissements visités par eux et leurs frais de voyage et de séjour leur seraient remboursés.

571La réforme dont il s’agit ne serait réalisée que progressivement, au fur et à mesure des vacances qui se produiraient dans le Personnel de l’Inspection actuelle de l’Enseignement du Dessin et au moyen des sommes ainsi devenues disponibles.

572Non seulement son application n’entraînerait aucune dépense nouvelle, mais, au contraire, elle permettrait de réaliser une économie, puisqu’il ne serait pas procédé au remplacement de deux Inspecteurs de l’Enseignement du dessin, décédés en 1922 et 1923.

573D’autre part, la mission des Inspecteurs dépendant de l’Administration des Beaux-Arts ne serait plus limitée comme autrefois l’Inspection des Ecoles et Cours ressortissant à cette Administration.

574Elle s’étendrait désormais à certains cours dépendant exclusivement jusqu’ici de l’Enseignement Technique, conformément au Décret inséré au Journal Officiel du 21 février 1921 qui réglemente l’application de la loi du 25 juillet 1919 (Loi Astier). Son article II est conçu ainsi :

« Les Inspecteurs Généraux sont chargés de l’Inspection de toutes les Ecoles et de tous les cours d’enseignement technique, y compris, le cas échéant ; les cours des Etablissements ressortissant à la Direction des Beaux-Arts, sur la demande de cette Direction et après entente avec elle, la réciproque pouvant être assurée sur la demande du Sous-Secrétaire d’Etat de l’Enseignement Technique par l’Inspection de l’Enseignement artistique des Beaux-Arts pour les cours artistiques dépendant des Ecoles de l’Enseignement Technique... »

575Par application des dispositions qui précèdent, certains cours d’Ecoles ressortissant à l’Administration des Beaux-Arts, -tels que les cours techniques de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles de Roubaix, – ont été visités par un Inspecteur de l’Enseignement Technique.

576De leur côté, les Inspecteurs des Beaux-Arts visiteraient les cours artistiques des Etablissements appartenant à l’Enseignement technique.

577Cette réciprocité présenterait l’avantage de faire inspecter tous les cours par les personnalités les plus qualifiées et d’assurer l’unité d’enseignement dans des Etablissements dépendant d’un même Ministère.

578Enfin, elle permettrait une vérification plus complète de l’emploi des subventions allouées par l’Etat et éviterait qu’un même Etablissement puisse recevoir pour le même cours une subvention de la Direction de Beaux-Arts et du Sous-Secrétariat de l’Enseignement Technique.

24. – Rapport pour le budget de 1937 par Joanny Berlioz38

  • 38 J.O. Doc. pari. (Chambre), Annexe, n° 1285 p.410 sq.

579En décembre 1911, le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts prit à la Chambre des députés l’engagement de ne plus nommer désormais dans les services des Beaux-Arts aucun inspecteur de l’enseignement du dessin et des musées afin que les crédits ainsi rendus disponibles, puissent être transférés au budget de l’Instruction Publique pour permettre la nomination d’un inspecteur général du dessin pour l’enseignement secondaire.

580Les inspecteurs de l’enseignement du dessin et des musées continuèrent néanmoins à visiter les classes de dessin des lycées, collèges, cours secondaires et primaires.

581En 1921, le poste d’inspecteur général de l’enseignement du dessin et des musées fut supprimé par vote budgétaire et remplacé par un poste d’inspecteur général de l’enseignement du dessin dans les lycées et collèges.

582Enfin, en 1926, un décret du 9 mars sépara complètement l’inspection du dessin dans les enseignements secondaire et primaire de l’inspection du dessin dans les établissements dépendant de l’administration des Beaux-Arts. L’inspection des musées était confiée aux inspecteurs généraux des Beaux-Arts. Un poste d’inspecteur général des arts appliqués était créé et les inspecteurs de l’enseignement du dessin et des musées prenaient le titre « d’inspecteurs principaux de l’enseignement artistique »...

583Actuellement à la suite de la suppression au budget de 1931 du poste d’inspecteur principal des arts appliqués, l’administration des Beaux-Arts ne dispose plus que de trois inspecteurs principaux de l’enseignement artistique qui visitent exclusivement les écoles d’art nationales et municipales.

584Cette situation est évidemment regrettable. Il est, en effet, indispensable que la direction générale des Beaux-Arts ait un droit de regard dans toutes les branches de l’enseignement du dessin : primaire, secondaire, supérieur et technique, afin d’empêcher la diffusion du mauvais goût et d’ouvrir le cerveau de la jeunesse à la compréhension de la « beauté »...

585Les services d’inspection sont aussi tiraillés entre les différents ordres d’enseignement. La direction de l’enseignement primaire refuse de laisser pénétrer dans ses établissements scolaires les inspecteurs de musique des Beaux-Arts qui sont cependant des premiers Prix de Rome et pourraient utilement conseiller les maîtres et les maîtresses du premier degré comme les professeurs du second, de même qu’ils seraient en mesure de faire profiter de leurs connaissances et de leur expérience les écoles municipales qui échappent en général à un contrôle sérieux de l’enseignement qu’elles donnent. La direction des Beaux-Arts n’a pas de représentant au conseil supérieur de l’Instruction Publique. A un moment donné, il y a quelques années, on avait même supprimé le bureau de l’enseignement à la direction des Beaux-Arts.

586Ces quelques errements ne sont signalés parmi beaucoup d’autres que pour montrer l’urgence de l’établissement d’un plan complet de réorganisation de l’enseignement artistique national. Son application ne nécessite pas de gros crédits car il y a plus d’emplois à rajuster qu’à créer ; avec une dizaine de millions un effort considérable pourrait être entrepris. Il nous semble donc utile que le Parlement demande instamment au gouvernement de s’engager à créer à bref délai les moyens financiers nécessaires à cet effet. Qui ne voit le profit qui en résulterait pour notre pays, car cet enseignement judicieusement dispensé permettrait à bien des talents de se révéler, à des vocations de se faire jour, à tous de mieux comprendre les manifestations d’art ; il élèverait le niveau du pays tout entier...

587Le comité central d’art appliqué créé par arrêté ministériel du 19 septembre 1936 (dont il sera question ci-après) a pour mission de remédier à cette situation en assurant la liaison entre les Beaux-Arts et l’enseignement technique et notamment une inspection régionale conjuguée des deux ordres d’enseignement.

25. – Nature et productivité du travail des inspecteurs des Beaux-Arts39

  • 39 A.N. F21 3982(7).

588Il existe un grand nombre de rapports destinés aux parlementaires réalisés sous la direction de l’inspecteur général des Beaux-Arts Albert Kaempfen du 30 novembre 1882 au 26 septembre 1887. Ils concernent surtout le bureau des travaux d’art pour les commandes et acquisitions d’œuvres d’art aux Salons et aux Expositions. Sachant que le prix de toute commande doit être payé par acompte au fur et à mesure de l’avance du travail :

589« la moindre commande donne lieu à trois inspections, suivie chacune d’un rapport, ce qui contraint l’administration des Beaux-Arts à faire l’emploi dans des conditions régulières et normales, des crédits de 1 million inscrits à son budget pour les commandes et achats d’œuvres d’art des artistes vivants ».

590Les inspecteurs composent en majorité un comité des œuvres d’art qui a pour mission d’examiner les projets de décoration des monuments publics, d’en surveiller l’exécution. Consultés dans toutes les affaires d’importance, ils sont astreints à un nombre important de réunions, par exemple : « rien que pour les achats du Salon, ce comité a tenu 12 réunions de 3 heures chacune ». Il est réuni en général trois fois par semaine, et nombre d’inspecteurs sont requis pour d’autres fonctions, par exemple par le Mobilier national ainsi que par le directeur des Beaux-Arts et le commissaire général des Expositions, ce qui explique que : « chacun d’eux instruit en moyenne environ 100 affaires par an, dont la plupart réclament jusqu’à trois rapports, et ils font partie de nombreuses commissions : CSBA, CTA, Commission d’achats, sous-commission des travaux d’art, Commission de perfectionnement des Manufactures, sociétés savantes, etc. Ils ne suffit pas de considérer seulement le nombre des rapports ni même leur importance qui varie suivant qu’il s’agit de l’appréciation des œuvres d’art « à compte » ou de la simple constatation du degré d’avancement d’un ouvrage. 345 rapports ont été fournis en 1882, 243 en 1883, 367 en 1884, 281 en 1885 et 291 en 1886, est-il noté dans ce dossier.

591Mais la productivité est différentielle selon les inspecteurs. Ainsi Georges Lafenestre qui supplée Eugène Guillaume comme professeur au Collège de France, ne rend que 10 rapports en 1882, 10 rapports en 1883 et aucun en 1884, alors qu’Armand Dayot en produit 68 en 82, 69 en 1883 et 48 en 1884, et enfin 105 en 1885. Albert Kaempfen en avait déjà rédigé 86 en 1882 lorsqu’il fut nommé directeur des Beaux-Arts le 30 novembre. Des rapports seront également rédigés par Gustave Larroumet en 1891 et par Henri Roujon en 1895. Ils font écho aux précédents rapports et signalent la regrettable diminution du nombre d’inspecteurs, de 8 à 6, qui oblige chacun d’eux à supporter un surcroît de travail.

  • 40 J.O. doc. parl. Annexe 1, n° 1238, p. 36.

592Pour leur part, les rapporteurs budgétaires s’intéressent beaucoup aux demandes de missions à l’étranger des inspecteurs des Beaux-Arts. Le rapport de 190840 fait état de 9.500 demandes accordées depuis le 1er janvier 1907, dont plusieurs furent attribuées à Arsène Alexandre, à Armand Dayot, et à Gabriel Fauré, alors inspecteur général de musique.

26. – Décret du 22 novembre 1881

Article 1

593L’administration centrale du ministère des Beaux-Arts comprend :

  1. le secrétaire général ;
  2. la direction de l’Enseignement
  3. La direction de la Conservation
  4. la direction de la Construction et de la Décoration.

Article 2

594Le secrétariat général aura dans ses attributions tout ce qui concerne le personnel de l’administration centrale et des services extérieurs, les opérations centrales de la comptabilité et l’ordonnancement, le contentieux, le matériel du ministère, les affaires générales ne ressortissant pas directement au cabinet du ministre ni à aucune direction.

Article 3

  1. L’enseignement des principes généraux de l’art dans les écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, dans les écoles primaires et primaires supérieures, dans les collèges communaux, dans les lycées de jeunes gens et de jeunes filles, dans les écoles municipales, dans les écoles du département ;
  2. L’enseignement technique et spécial à chaque industrie, le Conservatoire des Arts et Métiers, les manufactures nationales, les écoles d’Arts et Métiers, l’école de Cluses, les écoles d’Arts décoratifs, les écoles dites professionnelles ;
  3. L’enseignement supérieur de l’art, l’Académie de France à Rome, les écoles nationales des Beaux-Arts, les conservatoires, les succursales et écoles de musique et de déclamation, les théâtres et concerts subventionnés à Paris et dans les départements.

Article 4

595La direction de la Conservation comprendra :

  1. Les musées nationaux, Louvre, Luxembourg, Saint-Germain, etc. les musées des villes et départements, les archives, le dépôt légal, la bibliothèque, les publications de toute nature, les souscriptions aux ouvrages d’art et les expositions ;
  2. Les monuments historiques, cathédrales et édifices diocésains, l’inventaire des richesses d’art de la France, le mobilier national, les régies, les musées de Cluny et du Trocadéro et les missions.

Article 5

596La direction de la Construction et de la Décoration comprendra :

  1. La construction dans les Bâtiments civils et dans les palais nationaux.
  2. La décoration dans les Bâtiments civils et les palais nationaux et en général dans tous les édifices publics, sur les places et dans les jardins publics à Paris et dans les départements, les acquisitions et commandes d’objets d’art, l’organisation de fêtes publiques.

Article 6

597Un arrêté ministériel déterminera les services qui seront rattachés directement au cabinet du ministre, ainsi que les conditions dans lesquelles devront fonctionner l’administration centrale et les services extérieurs ressortissant au ministère.

27. – Structure du sous-secrétariat en 191441

Sous-secrétariat des Beaux-Arts

598Rue de Valois, 3 (Palais-Royal)

599M. DALIMIER, député, sous-secrétaire d’Etat des beaux-arts.

600M. NEPOTY, sous-préfet, chef de cabinet.

601M. Richard de Burgue, chef adjoint.

602M. Arnaud, chef du secrétariat particulier.

Division des services d’architecture

603M. Paul LEON (L.H.), chef de division.

1er bureau – Bâtiments civils et Palais nationaux.

604M. Caux (L.H.), chef de bureau.

605M. Féron, sous-chef.

606Commission supérieure des bâtiments civils et des palais nationaux. Conseil général des bâtiments civils. Inspection générale des bâtiments civils. Personnel des architectes, inspecteurs, sous-inspecteurs, conducteurs de travaux, jardiniers, concierges et gardiens de parcs et d’édifices.

607Etude et exécution des projets relatifs aux constructions neuves. Répartition et emploi des crédits d’entretien et de grosses réparations. Préparation des budgets, projets de loi et décrets. Acquisition et aliénation d’immeubles.

608Concessions dans le Grand Palais des Champs-Elysées.

609Service des eaux de Versailles, Marly, Meudon et Saint-Cloud. Personnel. Travaux d’entretien et de grosses réparations. Concessions d’eau. Jeu des grandes eaux des parcs de Versailles et de Saint-Cloud.

2e bureau – Monuments historiques

610M. Perdreau (L.H.), chef de bureau.

611M. Bauthian, sous-chef.

612Rapports avec la commission des monuments historiques pour l’examen des propositions de classement, la désignation des édifices à restaurer et l’étude des projets de travaux. Répartition des crédits. Engagement des dépenses. Autorisation d’entreprendre les travaux. Rapports avec les differentes administrations pour la conservation des monuments historiques appartenant à l’Etat, aux départements, aux communes et aux établissements publics. Affaires domaniales. Acquisitions. Expropriations, etc. Pourvois devant le Conseil d’Etat. Monuments préhistoriques. Service des antiquités et objets d’art. Personnel des architectes en chef, des architectes ordinaires des monuments historiques. Personnel des gardiens des monuments historiques. Missions archéologiques. Fouilles. Archives (dessins, gravures, clichés et photographies). Bibliothèque. Publications. Préparation des budgets, projets de loi et décrets. Musée de sculpture comparée. Moulages.

3e bureau – Liquidation des dépenses et contentieux.

613M. Petot (L.H.), chef de bureau. M. Berger, sous-chef

614Etablissement et approbation des cahiers des charges des marchés et des bâtiments civils et des palais nationaux, du service des eaux de Versailles et de Marly et des monuments historiques. Adjudications et soumissions. Marchés verbaux. Cautionnements. Exécution des travaux. Surveillance. Interprétation des contrats. Application des règlements relatifs aux conditions de travail et aux produits employés. Accidents du travail. Régularisation des pièces comptables et liquidation des dépenses. Tenue des écritures sur la situation des crédits. Comptes particuliers des entrepreneurs et établissement des comptes définitifs. Tenue et contrôle des inventaires des agences. Liquidation des traitements des inspecteurs généraux, des inspecteurs et des agents du personnel secondaire ainsi que des salaires du personnel auxiliaire des bâtiments civils, des palais nationaux, du service des eaux de Versailles et de Marly et des monuments historiques. Versements à la Caisse nationale des retraites pour la vieillesse.

615Affaires contentieuses. Instances judiciaires afferentes à l’application et à l’interprétation des conditions des marchés, à l’exécution des travaux, au paiement des dépenses et aux accidents du travail, et intéressant le service des bâtiments civils, des palais nationaux, du service des eaux de Versailles et de Marly et des monuments historiques.

4e bureau – Contrôle des travaux d’architecture.

616M. Puthomme (L.H.), contrôleur général. MM. Nardot, Vandal, Scié, contrôleurs.

617Préparation des marchés, cahiers des charges, etc. Révision des mémoires et des pièces de dépenses relatives aux travaux. Examen des réclamations. Personnel des vérificateurs du service des bâtiments civils et des palais nationaux.

Inspection des chantiers et de la comptabilité des travaux.

618M. Taillade, inspecteur.

619Révision des devis. Inspection des travaux. Contrôle de la comptabilité des agences.

Division de l’enseignement et des travaux d’art

620M. VALENTINO (Off. L.H.), chef de division.

1er bureau – Travaux d’art, Musées et Expositions (ce bureau est dirigé par le chef de division).

621M. Séguin (L.H.), chef de bureau.

622M. Moullé, sous-chef.

623Préparation des affaires soumises à la commission consultative des travaux d’art. Décoration des édifices publics. Erection des statues et subventions pour les monuments publics. Commandes et acquisitions d’œuvres d’art : peintures, sculptures, gravure en médailles et en pierres fines, gravure en taille-douce et à l’eau-forte, lithographie, etc. Répartition de ces ouvrages. Acquisition et distribution de marbres statuaires. Moulages. Voyages et missions. Conseil supérieur des beaux-arts. Prix national et bourses de voyages. Indemnités annuelles, secours et encouragements à des artistes peintres, sculpteurs, graveurs etc. et à leurs familles. Expositions d’œuvres d’art à Paris, dans les départements et à l’étranger. Conseil des musées nationaux. Musées nationaux : Louvre, Luxembourg, Versailles, Trianon, Cluny et Saint-Germain. Musée national Gustave Moreau. Musée d’Ennery. Musée indo-chinois. Musées départementaux et municipaux. Répartition entre ces divers musées d’œuvres acquises ou commandées par l’Etat. Inspection des beaux-arts. Inspection des musées. Commissariat des expositions ; dépôts d’œuvres d’art appartenant à l’Etat. Dépôt des gravures commandées par l’Etat.

2e bureau – Enseignement et manufactures nationales

624M. Caviole (L.H.), chef de bureau.

625M. Colombani, sous-chef.

626Académie de France à Rome. Ecole nationale des Beaux-Arts à Paris. Ecole nationale des arts décoratifs à Paris. Ecoles nationales des beaux-arts de Lyon, de Dijon, de Bourges et d’Alger. Ecoles nationales d’art décoratif d’Aubusson, de Limoges et de Nice. Ecole nationale des arts industriels de Roubaix. Ecoles municipales des beaux-arts et de dessin des départements. Ecoles régionales d’architecture. Inspection de l’enseignement du dessin. Souscription aux ouvrages d’art. Publication de l’inventaire des richesses d’art de la France. Réunion annuelle des sociétés des beaux-arts des départements. Manufactures nationales de Sèvres, des Gobelins et de Beauvais.

3e bureau – Théâtres, Conservation des Palais et du mobilier national.

627M. d’Estoumelles de Constant (L.H.), chef de bureau.

628M.A. Coulon, sous-chef.

629M. Crémona, contrôleur.

630Préparation des affaires soumises à la commission consultative des théâtres. Théâtres subventionnés : Opéra, Opéra-Comique, Comédie-Française, Odéon. Théâtres non subventionnés de Paris ou des départements. Concerts populaires. Conservatoire national de musique et de déclamation. Succursales du Conservatoire. Ecoles nationales de musique. Règlements et surveillance de ces établissements ; subventions. Indemnités aux auteurs et aux artistes dramatiques. Encouragements à l’art dramatique et à l’art musical. Administration de la caisse des retraites et liquidation des pensions du théâtre national de l’Opéra. Caisse de pensions viagères et de secours de l’Opéra-Comique. Caisse spéciale des retraites de la Comédie-Française. Concours Cressent. Service extérieur des théâtres. Inspection de l’enseignement musical dans les départements.

631Mobilier national. Service de la Présidence de la République. Installation pour expositions, fêtes et cérémonies officielles. Musée du garde-meuble. Personnel. Contrôle et liquidation des dépenses. Conservation des palais nationaux. Concessions et locations dans les palais, parcs et jardins. Préparation des budgets, projets de lois et décrets. Personnel.

28. – Rapport sur l’exercice du budget 1937 par Joanny Berlioz42

  • 42 J.O., Doc. pari. (Chambre), n° 1285, 2e sess. extr., séance du 12 nov. 1936.

632L’enseignement actuel du dessin dans les écoles primaires est donné par les instituteurs qui manquent inévitablement de la formation artistique nécessaire pour faire œuvre utile. Dans l’enseignement secondaire, les professeurs de dessin sont mieux sélectionnés, parfois même remarquables. Néanmoins, il conviendrait de rénover les programmes d’enseignement et de les compléter par des idées générales sur l’évolution de l’art et sur son importance au point de vue national.

633Dans presque toutes les écoles de province, il y a lutte entre l’enseignement technique et celui des écoles municipales de dessin. Les élèves ayant des métiers mi-techniques, mi-artistiques sont tiraillés entre les deux enseignements. Il s’ensuit que, suivant le hasard de leur choix, ils seront trop souvent des techniciens sans goût ou des artistes sans connaissances pratiques, c’est-à-dire des artisans incomplets...

634Le comité central d’art appliqué créé par arrêté ministériel du 19 septembre 1936 (dont il sera question ci-après) a pour mission de remédier à cette situation en assurant la liaison entre les Beaux-Arts et l’enseignement technique et notamment une inspection régionale conjuguée des deux ordres d’enseignement. La direction générale des Beaux-Arts s’est, en outre, préoccupée d’assurer une collaboration analogue entre les Beaux-Arts, l’enseignement secondaire et l’enseignement primaire.

635Sur sa demande, la direction de l’enseignement secondaire a bien voulu envisager la création d’un comité central de même genre que le comité central d’art appliqué. La question est actuellement à l’étude entre des délégués des deux directions intéressées. Par contre, la direction de l’enseignement primaire n’a pas cru devoir jusqu’ici donner suite aux suggestions de l’administration des Beaux-Arts à ce sujet.

636Un arrêté ministériel du 12 novembre 1935 a fondé à l’Ecole normale supérieure de l’Enseignement technique une section des arts appliqués aux métiers destinée à la préparation des professeurs de dessin d’art appliqué dans les écoles de l’enseignement technique. La nature des cours suivis par les élèves de cette section ainsi que leurs travaux pratiques sont fixés au début de chaque année scolaire sur la proposition des directeurs généraux de l’enseignement technique et des Beaux-Arts.

637Les deux directions générales se sont efforcées de faire attribuer à un certain nombre d’écoles d’art le bénéfice de la taxe d’apprentissage instituée par l’article 25 de la loi de Finances du 13 juillet 1925. Enfin, un arrêté ministériel du 19 décembre 1936 a créé un comité central d’art appliqué qui a pour mission d’assurer la liaison entre les Beaux-Arts et l’enseignement technique, en vue de l’organisation de l’enseignement des arts appliqués. Pour pouvoir rénover réellement l’enseignement artistique, il serait souhaitable, sinon indispensable, que l’administration des Beaux-Arts eût la haute main sur les écoles d’art de province, au moins sur les principales, ce qui ne pourrait être obtenu que par la nationalisation de ces écoles.

638Le budget actuel des Beaux-Arts dispose déjà de crédits beaucoup trop faibles pour contribuer normalement aux dépenses faites par les municipalités dans leurs écoles d’enseignement artistique ; on ne saurait donc exiger quoi que ce soit de positif des municipalités tant que cette situation ne sera pas modifiée. D’un autre côté les municipalités ne comprennent pas toujours suffisamment le rôle économique important de leurs écoles et n’apportent qu’exceptionnellement l’intérêt indispensable que nécessite le développement de l’enseignement des arts appliqués, cependant primordial pour la défense des industries et des métiers d’art.

639L’Etat se doit donc d’organiser les écoles pour pouvoir les diriger et les contrôler ; il doit refondre tous les établissements et les régir par des conventions et règlements pour réformer les idées fausses que se font les municipalités ; il doit surtout participer aux dépenses dans une plus large et logique mesure, ayant ainsi la certitude que les villes contrôlées s’emploieront à appliquer les directives imposées par l’Etat, qui démontrera que la qualité de la production dans le technique dépend absolument de la valeur de l’enseignement de l’art appliqué dans les écoles d’art. Ces revendications sont des plus mesurées si l’on considère qu’un professeur de dessin atteint 42.000 F. dans un lycée de Paris et jusqu’à 46.000 F. dans une école primaire supérieure : les anciens élèves de ces maîtres gagnent actuellement beaucoup plus que ceux-ci. Tout le monde s’accorde à reconnaître que les professeurs des trois écoles ont une haute valeur intellectuelle, scientifique et artistique et que la plupart ne peuvent trouver de ressources supplémentaires en dehors de leur enseignement. Ils doivent être placés dans la hiérarchie des fonctionnaires qui leur revient et qu’ils méritent. Le gouvernement serait bien inspiré de traduire dans un projet précis les engagements pris à leur égard... Les professeurs des trois Ecoles nationales supérieures des Beaux-Arts réclament depuis longtemps qu’une situation matérielle leur soit faite qui réponde à leur situation morale et qu’on tienne les promesses qui leur ont été prodiguées à cet égard depuis cinq ou six ans, époque où les rapporteurs, les orateurs de la Chambre et du Sénat et les ministres intéressés reconnaissaient déjà que leurs émoluments étaient par trop médiocres et qu’on avait tort de considérer leurs traitements comme étant seulement une indemnité accessoire de la haute fonction occupée par les maîtres de nos grandes écoles d’art. Il me paraît tout à fait juste de donner notre adhésion aux principales revendications présentées par le syndicat national de l’enseignement supérieur des Beaux-Arts : porter les traitements à un niveau immédiatement supérieur au traitement minimum des professeurs de dessin de l’enseignement secondaire, c’est-à-dire de 45 à 60.000 F. selon les catégories. Tandis qu’aujourd’hui, après les modestes relèvements partiels de crédits accordés par le Parlement en 1931 et en 1933, les professeurs selon les catégories et sans aucune possibilité d’avancement, ont des traitements s’échelonnant de 9.100 F. à 27.900 F. Le Syndicat demande en outre l’allocation des indemnités de résidence et de charges de famille, refusée jusqu’à ce jour.

640Ce qui est fait pour les écoles de l’enseignement technique peut servir d’exemple, mais le technicien ne fait qu’exécuter, il ne crée pas ; c’est l’école d’art qui est l’inspiratrice, l’idée et l’esprit dominant la matière.

641Il est donc nécessaire de faire une charte aux écoles d’art. Ce n’est pas seulement quelques grandes écoles qui tireront profit par la nationalisation des directeurs et des professeurs, leur apportant la certitude de stabilité comme elle en assurera le recrutement.

642En plus de ces modifications indispensables, il faut instaurer les moyennes et petites écoles, il leur faut une organisation saine et solide qui permettra non seulement de lutter avec les municipalités en carence devant des contrats et conventions mal définis avec l’Etat et datant de cinquante ans, mais d’appliquer des moyens normaux de liaison entre elles et avec la direction générale des Beaux-Arts pour obtenir enfin une exploitation raisonnée et utile.

643C’est donc la nationalisation par paliers qui apparaît comme devant être pour l’avenir la base initiale de toute convention entre l’Etat et les villes...

29. – Les attributions du service des Musées d’après Ollendorf43

  • 43 Traité d’Administration des Beaux-Arts, Paris 1885, I, p. 49-50

644C’est... au service des musées qu’il appartient d’enrichir en même temps que d’entretenir les collections publiques dont il a la garde. Et ce sont celles des musées nationaux : le Louvre, le Luxembourg, Versailles et Saint-Germain. Les Musées ont cessé d’être une administration indépendante, échappant au contrôle de la direction des Beaux-Arts. C’est, maintenant, un service extérieur, mais dont l’administration centrale nomme le personnel, détermine et liquide les dépenses. C’est une conquête de la centralisation et de la bonne. De cette attribution découle, pour le service des Musées, la surveillance des objets d’art qui sont temporairement extraits des Musées pour orner les palais nationaux et que le service des bâtiments civils, qui a la régie de ces palais, ne reçoit du service des musées qu’à titre de dépôt. A cette même administration se rattache :

  1. l’administration du musée des moulages, en voie d’installation au Trocadéro ;
  2. l’organisation, le patronage et la haute surveillance des musées de province, la répartition et l’envoi, soit des œuvres extraites des musées nationaux, soit des acquisitions faites par les soins du service des travaux d’art, et que l’Etat ne confie également à ces musées qu’à titre de dépôt ; la restauration des œuvres d’art qui leur appartiennent ; la révision de leurs catalogues ; les subventions destinées à favoriser leur développement.

645Le service des musées a, d’autre part, à côté de lui, le service des expositions qui forme comme celui des musées nationaux un service extérieur (le commissariat général des expositions françaises et étrangères), c’est-à-dire :

  1. tout ce qui concerne les expositions d’art (organisation, envoi d’œuvres d’art, constitution des jurys, récompenses, nomination et discipline du personnel, placement des ouvrages, publication de catalogues) ;
  2. tout ce qui concerne la participation de la France aux expositions internationales des Beaux-Arts, aux expositions de province et aux expositions patronnées parmi lesquelles figure au premier rang le Salon annuel.

646Le service des Musées a, de plus, les directions des publications d’art, c’est-à-dire :

  1. la publication de l’inventaire général des richesses d’art de la France ;
  2. celle des archives du musée des monuments français ;
  3. celle du compte rendu de la réunion des sociétés des Beaux-Arts des départements, dont il organise d’ailleurs les congrès annuels ;
  4. les souscriptions aux ouvrages d’art et leur répartition entre les bibliothèques départementales et municipales ;
  5. Comme annexe, la conservation du dépôt légal des estampes, et la distribution des pièces disponibles de ce dépôt.

647Par contre, un certain nombre de musées lui échappent, que nous voyons figurer dans les attributions des autres services : musée pédagogique de l’enseignement du dessin, musée des Thermes et de l’hôtel Cluny, musée de sculpture comparée, musée céramique de Sèvres, musée de musique du Conservatoire, et que leur spécialité a fait, à bon droit, maintenir aux services dont ils dépendaient antérieurement. Nous trouvons également hors de sa sphère d’action les expositions spéciales qu’organisent les services des monuments historiques et des manufactures ; sous cette réserve, toutefois, que sa compétence reparaît lorsqu’il s’agit de comprendre ces expositions particulières dans une des expositions générales dont il a l’organisation.

30. – L’Union Centrale des Arts Décoratifs et l’Etat

George Lafenestre44

  • 44 G. LAFENESTRE, Revue des Deux Mondes, 15 avr.1914, p. 767-795.

648Malgré la résistance et les protestations d’une minorité indépendante, il fallut avoir recours à l’Etat, l’Etat souverain, providentiel, le sauveur infaillible, éternel de droit divin, suivant un dogme plus cher encore à la démagogie socialiste, qu’à la monarchie aristocratique, parce qu’elle est aussi autoritaire et qu’elle se sent moins responsable...

649En effet, le musée des Arts décoratifs qui fut fondé en 1877 par le jeune duc de Chaulnes et le marquis de Chennevières manquait de ressources financières lorsqu’en 1881 la création du ministère des Arts permit la fusion de l’Union centrale et du musée des Arts décoratifs sous la direction de l’Etat, dont Antonin Proust fut le négociateur. Pour le prix de leur indépendance perdue, elles obtinrent la reconnaissance de l’utilité publique. Le nouveau président en fut le ministre des Beaux-Arts et l’Union centrale des Arts décoratifs vit alors décroître son rôle d’école pratique des arts appliqués dans les centres industriels pour voir croître son rôle de musée national d’arts décoratifs digne de Paris et de la France et pouvant rivaliser avec ceux de Londres et de Vienne. Après que son président eut en vain sollicité pour l’abriter le Palais d’Orsay en reconstruction, il devra se contenter du Palais de Marsan où il sera installé en 1890.

650De nombreuses expositions historiques et comparatives y seront organisées : sur les arts du bois et du mobilier national (1882), sur les arts du feu et les Manufactures de Sèvres (1884), une en 1887 qui fera un tableau récapitulatif et général des arts de l’industrie, suivie en 1892 par une exposition sur les arts de la femme. Georges Berger succèdera à Antonin Proust, puis lui succéderont François Carnot et Raymond Koechlin alliant ainsi la société des Amis du Louvre dont ce dernier est président, avec l’Union centrale des Arts décoratifs. Si l’enrichissement des collections du musée en profita grâce à la générosité des membres du Conseil d’administration, tous riches industriels et amateurs d’art avertis, par contre, ce qu’on doit regretter, c’est que le projet d’un enseignement pratique ébauché place Royale ait dû être en fin de compte abandonné et que malgré la très utile fondation de la Bibliothèque Forney, il reste toujours encore à désirer, pour le Paris des artistes et des ouvriers d’art, dans les quartiers laborieux, un musée-école pratique et productif avec ateliers, laboratoires, apprentissages, collaborations industrielles et commerciales, fonctionnant comme les grandes abbayes du Moyen-Age et les manufactures des meubles du Roi aux Gobelins du temps de Colbert et de Lebrun... C’était pourtant là ce que rêvait et préparait d’annoncer Léon de Laborde. Mais sur ce point comme sur bien d’autres, son rêve et celui de notre génération ne s’est point encore réalisé.

G. Monnet45

  • 45 Extrait du discours du rapporteur G. Monnet, budget de 1932.

651C’est le 1er juin 1910 qu’a été renouvelée la convention passée entre l’Etat et l’Union centrale des Arts décoratifs. En lui laissant toute son indépendance, mais en vertu de l’engagement qu’a pris l’Union d’abandonner à l’Etat toutes ses collections à l’expiration de la convention, l’Etat assume la charge des dépenses de personnel du musée et de la bibliothèque qui s’élèvent à près d’un million (chap. 47).

652Malgré les difficultés d’ordre budgétaire qui ont restreint les moyens d’action de l’Union centrale, cette société n’a cessé cependant de s’employer à remplir avec honneur le rôle qu’elle s’est assigné. On sait combien tout en continuant à augmenter les collections du musée des Arts décoratifs qu’elle a fondé et enrichi avec ses seules ressources, elle a su depuis 1905, par des expositions soigneusement préparées et sans cesse renouvelées, intéresser le public aux questions d’art les plus diverses. Rares sont les matières qui n’ont pas été abordées dans ces manifestations dont le retentissement fut toujours si grand tant en France qu’à l’étranger ; elles furent presque toujours l’objet d’ouvrages importants dont le caractère scientifique fait aujourd’hui autorité...

653Les efforts répétés de l’Union centrale trouvent leur récompense dans l’importance et la multiplicité des legs qui sont faits au musée des Arts décoratifs. C’est ainsi qu’il lui sera permis, bientôt, d’accueillir la magnifique collection de porcelaines françaises ou étrangères réunie par M. Heidelbach, ancien président de la Chambre de Commerce des Etats-Unis à Paris. Les séries allemandes y sont particulièrement riches et, du fait de ce legs, le musée possèdera un ensemble dont aucun musée en France n’a pu jusqu’à ce jour, montrer l’équivalent.

654M. Bément, ancien agent de change à New York, grand ami de la France, lui a laissé une collection très choisie de porcelaines tendres de Chantilly qui vient compléter très heureusement les séries déjà très riches du musée des Arts décoratifs. Enfin, celui-ci ne fut pas oublié dans les libéralités que M. Marmottan a faites aux différents établissements artistiques de Paris. Une somme importante lui a été léguée pour augmenter spécialement les collections d’art de l’Empire, dont M. Marmottan avait été l’historien.

655Bien que remanié sans cesse par l’appoint de ces richesses nouvelles, le musée reste cependant classé avec le soin le plus attentif. Il constitue, parmi les musées de Paris, un instrument d’éducation de tout premier ordre, comme l’attestent les nombreuses conférences qui y sont faites journellement, par des personnes autorisées à des groupes d’auditeurs reçus gratuitement. De plus, la conservation, comme les années précédentes, a délivré plus de 2.000 cartes d’études aux professeurs et aux élèves de l’Ecole du Louvre, de l’Ecole des Beaux-Arts et de la Ville de Paris, ce qui justifie une fois de plus la confiance que le Parlement a accordée à l’Union centrale par sa convention de 1920.

656Le nombre toujours croissant des travailleurs qui fréquentent assidûment la bibliothèque de l’Union centrale des Arts décoratifs témoigne de son utilité primordiale et des services qu’elle rend journellement. Artistes, ouvriers d’art, érudits, étudiants de la Sorbonne et de l’Ecole du Louvre, trouvent dans les collections qui sont, en toute libéralité, mises à leur disposition, les éléments les plus utiles et les plus variés pour leurs travaux. A côté d’un fonds de plus de 50 000 volumes se rapportant à l’art et à son histoire, aux industries d’art et à leur technique dans le présent et dans le passé, la bibliothèque possède le plus important ensemble de documents graphiques qu’on puisse consulter en France...

31. – Lettre de Chennevières et questionnaire46

  • 46 Inventaire général des Richesses d’art de la France, Min. de l’Instruction publique et des Beaux-Ar (...)

657Monsieur le ministre,

658En 1856 fut proposé au Congrès des Sociétés savantes des départements le projet d’un inventaire des richesses d’art de la France, tâche que j’aurais à cœur d’entreprendre sous vos auspices. Ce vaste travail, qui mettrait en lumière les inestimables trésors de nos collections nationales, de nos musées de province, de nos églises et de nos monuments publics, et qui fournirait un sujet inépuisable aux recherches et aux études de nos Sociétés savantes, offrirait aux artistes et aux érudits du monde entier le répertoire aussi complet que possible des peintures, sculptures, curiosités de toutes sortes qui, depuis le moyen âge jusqu’à nos jours, se sont accumulées dans notre pays et en ont fait dans les temps modernes, avec l’Italie et les Flandres, la terre privilégiée des arts.

659Or la France elle-même ignore profondément ses richesses ; l’Inventaire qui les lui révélera ne flattera pas seulement notre juste orgueil, il rehaussera singulièrement aux yeux de l’étranger l’éclat de notre nation. La publication dont je parle n’a rien d’ailleurs qui ne soit d’exécution facile. Ce que la Belgique, avec la seule force de son esprit patriotique et de son esprit municipal, a entrepris et mené à bien pour la plupart de ses villes, la France avec toutes ses ressources de corps savants, d’administrations d’art, de conservateurs de collections publiques, d’inspecteurs des Beaux-Arts, d’inspecteurs de monuments historiques et d’édifices diocésains, le doit conduire aisément à sa fin.

660Pour étudier plus sûrement les questions multiples qui se rattachent à un tel projet, j’ai cru devoir invoquer les utiles conseils d’hommes particulièrement compétents. J’ai exposé à cette commission les idées ci-dessus et les moyens de parer aux dépenses de l’ouvrage, qui seraient prises sur les ressources ordinaires du budget des Beaux-Arts. Nous avons examiné ensemble :

  1. le caractère à bien définir de l’inventaire ;
  2. ses divisions ;
  3. les mentions de détail qu’il devra contenir sur chaque objet à décrire.

661Puis nous avons comparé les diverses publications analogues patronnées par votre ministère, celle du Catalogue général de la Bibliothèque nationale, celle des manuscrits des bibliothèque de province, etc. Nous avons préparé la circulaire qui devrait être adressée, avec votre recommandation, aux conservateurs des musées de province et aux Sociétés savantes. Nous avons pensé qu’un spécimen étudié avec grand soin des chapitres différents de l’inventaire, dans la mesure propre à chacune des séries, musées, églises, monuments publics, leur devrait être envoyé en même temps que la circulaire, et nous avons choisi, comme premiers types, le musée de Tours, l’église de Saint-Etienne-du-Mont à Paris, l’hôtel Soubise, le petit Trianon. Comme il importe que cette solennelle enquête sur les richesses d’art de la France soit menée avec toute circonspection pour obtenir un juste crédit auprès des amis des arts dans le monde entier, le travail des conservateurs de nos musées de province et des autres collaborateurs de l’Inventaire, après le contrôle qui en serait fait sur place par les inspecteurs des Beaux-Arts ou par les délégués de la Commission, serait soumis à la Commission elle-même, qui, l’ayant examiné en dernier ressort, le livrerait au sous-comité chargé de la publication.

662Il y a un mois à peine, monsieur le ministre, vous disiez aux délégués des Sociétés savantes réunis a la Sorbonne sous votre présidence : « Travaillez, travaillez avec confiance, continuez vos paisibles et fécondes études ; la mission que vous avez librement assumée est grande et patriotique... Il faut par le spectacle de sa grandeur passée, susciter en notre société de généreux desseins et de mâles vertus... Ne comptez-vous pas parmi les gardiens de ses traditions littéraires et artistiques, parmi les dépositaires des trésors les plus cachés de son histoire ? N’êtes-vous pas quelquefois les promoteurs des progrès scientifiques dont elle recueille les bienfaits dans son commerce et dans son industrie ? » J’ai cru, monsieur le ministre, entrer dans votre pensée en proposant aux innombrables corporations savantes qui forment d’un bout à l’autre de la France comme une laborieuse officine de communications érudites, un but à leurs travaux, un cadre à leur activité.

Questionnaire

663Envoyer trois exemplaires de la plus récente édition des catalogues existants.

664A défaut de catalogues imprimés, envoyer trois exemplaires de catalogues manuscrits.

665Compléter les renseignements donnés dans les catalogues par les inventaires des objets conservés en magasin et par toutes notes manuscrites intéressant les collections.

666Décrire chaque objet brièvement, mais complètement, de manière que cet objet ne puisse être confondu avec aucun autre objet similaire.

667Donner les dimensions, la forme et la matière.

668Indiquer la provenance et donner, autant que possible, l’histoire de l’objet.

669Dire l’époque d’entrée dans le musée, par qui l’objet a été donné ou vendu.

670Fournir les nom et prénom de l’artiste, les indications concernant les dates.

671Relever les dimensions des figures (nature, demi-nature, plus grande que nature).

Peintures et dessins

672Diviser les objets en quatre classes :

  1. Ecole française
  2. Ecoles d’Italie et d’Espagne
  3. Ecoles allemande, flamande, hollandaise
  4. Ecoles anglaise, suédoise et autres.

673Indiquer, pour toutes les peintures, le procédé mis en œuvre, peinture à l’huile, en détrempe, à fresque, à la cire... Les estampes relevant de chacune de ces écoles devront être mentionnées :

  1. à l’état de recueil ou d’œuvres de maîtres
  2. à l’état isolé, quand elles présentent un intérêt spécial.

Sculptures

674Donner les objets en trois classes :

  1. sculptures antiques
  2. sculptures du Moyen-Age et de la Renaissance
  3. Sculptures modernes.

Objets d’art et de curiosité

675Emaux, gemmes et joyaux, orfèvrerie, etc. ;

676Faïences, terres émaillées, grés, porcelaines, etc. ;

677Verreries et vitraux, ivoires sculptés, petits bronzes, plaquettes, médailles, etc. ; Bois sculptés, meubles d’art, etc ;

678Broderies, dentelles, tapisseries, tissus précieux, etc. ; Miniatures.

679Tout ce qui touche à l’archéologie ne doit trouver place dans l’Inventaire que dans le cas où la question d’art est intéressée. Ainsi, les inscriptions ne doivent être mentionnées que si elles accompagnent des objets d’art. Une inscription tombale, par exemple, ne sera relevée que si elle est jointe à un relief ou à une représentation graphique.

680Tous les détails bibliographiques intéressant les objets sont instamment demandés. Les indications des gravures ou lithographies reproduisant les tableaux, dessins ou monuments de tous genres, sont également demandées.

32. – Création de la caisse des Musées47

  • 47 A.N. F21 4712.

681Le CSBA joue un rôle important dans ce processus. Réuni le 17 juillet 1891 pour écouter le rapport de Louis Gonse sur la Caisse des Musées (qui sera d’ailleurs imprimé), il entend un vif débat entre Antonin Proust, défenseur des fonctionnaires, et Gonse, avocat du système privé d’acquisition et de gestion anglais des Trustees. Jules Ferry ramène le calme et apaise les antagonismes. On décide d’abord d’associer les musées de province à la répartition des richesses acquises, selon le principe de la meilleure destination pour l’objet d’art. Ensuite, on vote les articles du texte de loi qui doit être proposé au Parlement par le ministre :

Article 1 :

682Il est créé sous le nom de Caisse des Musées une institution nationale chargée de pourvoir aux acquisitions d’œuvres d’art destinées aux musées d’Etat et qui ne pourraient être effectuées sur les crédits annuels alloués par la loi de Finance.

Article 2 :

683substitue aux mots « personnes civiles » les mots « établissement public ».

Articles 3 et 4 :

684adoptés.

Article 5 :

685A. Proust fait élever à vingt le nombre de personnes distinguées qui feront partie de la commission des acquisitions malgré les protestations du conservateur du Louvre, A. Heuzey, qui pense que c’est un danger pour le Louvre.

Article 6 :

686A. Proust veut que le droit d’initiative appartienne a tous les membres du Comité, et sauf l’examen préalable par le conservateur compétent, l’acquisition doit être faite à une très large majorité. Les conservateurs essaient à nouveau de défendre leurs « privilèges », en évoquant l’exemple allemand cette fois. Enfin, l’article est ainsi rédigé : « Aucune proposition d’achat ne peut être portée devant la commission d’acquisitions qu’après l’avis du conservateur du musée ou du département intéressé, qui prend part aux séances avec voix délibérative. Les décisions doivent être prises à la majorité de la moitié des membres du conseil et des deux tiers des votants ».

687La question du droit d’entrée est ensuite débattue. Kaempfen, directeur des Musées nationaux, est hostile à la gratuité, mais le directeur des Beaux-Arts, Larroumet, et les inspecteurs en défendent le principe, car « il est difficile de refuser en France la gratuité pour tout ce qui est enseignement », déclare Larroumet. Et Jules Ferry de renchérir en ajoutant qu’il y a une « question de sentiment et de tradition ».

33. – Réunion des musées nationaux, réforme du statut des conservateurs et projet de réunion des musées de province48

  • 48 Rapport de G. MONNET, budget de 1932 : J.O., 2e session extr., 1e séance, 8 décembre 1932, Annexe n (...)

688L’ensemble des musées nationaux est inscrit au budget pour une somme de neuf millions (chap. 44, 45 et 46).

689Le qualificatif de musée national s’applique à des musées d’importance très diverse, qui vont depuis le Louvre jusqu’au musée de Blérancourt.

690L’ensemble de ces musées constitue la réunion des musées nationaux, dont l’organisation remonte à 1895, et dont un certain nombre de lois et décrets ont précisé, depuis, les attributions et les conditions de gestion.

691Cette réunion des musées nationaux jouit de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Sa direction et sa gestion sont assurés par le conseil des musées nationaux et par le comité des conservateurs. Le but essentiel de réunion est d’effectuer les achats, nécessaires à l’enrichissement des collections des divers musées.

692Aucun crédit n’étant inscrit au budget pour les acquisitions, la réunion des musées nationaux devra compter uniquement sur ses propres ressources ou sur la libéralité des amateurs d’art, qui heureusement ne s’est jamais démentie. Ceux-ci, du reste, se trouvent de plus en plus encouragés à manifester leur générosité par la bonne gestion de nos musées nationaux. Les donations d’œuvres d’art apportent à nos musées un enrichissement important. Citons parmi les dons les plus récents la collection Devillez, la collection de Croy, la collection Koechlin. Grâce aux dons et legs en espèces, dont une grande partie est capitalisée et fort habilement gérée, la réunion des musées nationaux dispose d’autre part d’un revenu propre d’environ 1.100.000 F.

693En second lieu, on sait que le produit des droits d’entrée de nos musées est réparti entre la réunion des musées et la caisse des Monuments historiques.

694L’article 120 de la loi de Finance du 31 décembre 1921 a, en effet, établi que :

« Le produit des différentes taxes prévues par les deux articles précédents, (droit de peindre, dessiner, photographier et cinématographier) serait (suivant leur provenance) versé à la caisse des Musées nationaux ou à celle des Monuments historiques, ou rattaché aux budgets des établissements intéressés ».

695L’article 16 du décret du 19 juin 1922 portant réglement d’administration publique pour l’application des articles 118 à 120 de la loi de Finances du 31 décembre 1921, modifié par les décrets du 28 mai 1924 et du 11 février 1926 déclarait :

« Le produit des taxes, déduction faite des frais de perception, est réparti trimestriellement entre les établissements bénéficiaires par décision du ministre des Beaux-Arts et selon les bases déterminées par une commission instituée auprès de l’administration des Beaux-Arts ».

696Ainsi le décret ne modifiait pas le principe de la répartition entre les établissements bénéficiaires des recettes du droit d’entrée. Mais la commission a jugé que la caisse des Monuments historiques devait bénéficier d’une part des droits d’entrée encaissés par les musées nationaux, étant donné que les musées sont en général logés dans des palais nationaux.

697Le tableau suivant montre les prélèvements établis par la commission au bénéfice des Monuments historiques sur la recette des divers musées nationaux et traduit en francs le montant des prélèvements pour l’année 1931 :

698La caisse des monuments historiques a reçu :

du Louvre 5 % 50.000 F.
de Cluny 50 % 140.000 F.
de Saint-Germain 25 % 7.005 F.
de Maisons-Laffite 75 % 1.500 F.
de Versailles 66,66 % 400.000 F.
de Pau 50 % 103.000 F.
de Fontainebleau 66,66 % 160.000 F.
de Compiégne 50 % 30.000 F.
de Malmaison 20 % 32.000 F.
Total 924 000 F.

699Cela représente un prélèvement global au profit des Monuments historiques de 35 % des droits d’entrée dans les musées. Sans méconnaître les besoins des Monuments historiques, dont la caisse n’est pas mieux dotée que celle des musées, il semblerait plus conforme au texte de l’article 120 de la loi du 31 décembre 1921 de verser à la caisse des musées nationaux les droits d’entrée dans les musées, les Monuments historiques continuant à percevoir à leur profit le droit d’entrée dans les parcs et châteaux.

700Enfin, la réunion des musées nationaux assure la gestion de la chalcographie du Louvre, de l’atelier des moulages des musées nationaux et du service des catalogues, publications, photographies et reproductions diverses.

701Le résultat de l’activité de ces services techniques et commerciaux se traduit par un bénéfice qui, depuis 1926, s’est fixé annuellement aux environs de 1.500.000 F.

702La réunion des musées nationaux dispose donc chaque année de crédits propres de 3 millions de F. environ. C’est le conseil des musées nationaux, nous l’avons dit, qui assume la gestion de la réunion des musées et décide des achats, en même temps qu’il statue sur l’acceptation de tous les dons et legs faits aux musées nationaux.

703Le comité des conservateurs, constitué par l’ensemble des conservateurs et conservateurs adjoints des musées nationaux, se réunit en principe deux fois par mois et délibère sur toutes les questions intéressant l’organisation et la bonne marche des musées. C’est le vote émis par le comité des conservateurs qui saisira le conseil des musées nationaux des acquisitions, dons ou legs sur lesquels il aura à se prononcer.

704Le conseil des musées nationaux est composé de vingt-trois membres. Dix neuf sont nommés pour trois ans par le président de la République et quatre sont membres de droit.

705La loi du 18 août 1920 a fixé ainsi qu’il suit les régles qui président à la composition du conseil des musées nationaux : deux sénateurs, trois députés, un conseiller d’Etat, un conseiller maître à la Cour des Comptes, un inspecteur général et un inspecteur des Finances, onze membres pris en dehors de l’administration parmi les personnes que désignent leurs travaux et leurs connaissances spéciales, le directeur général des Beaux-Arts, le directeur des musées nationaux et de l’Ecole du Louvre, le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, le président de l’Union centrale des Arts décoratifs.

706Il serait injuste de se faire l’écho de certaines critiques qui ont parfois été formulées à l’égard des propositions du comité des conservateurs et des décisions du conseil des musées nationaux. Sans doute, on peut citer des exemples d’acquisition dont le choix a paru discutable ; on peut regretter que certaines pièces aient jadis été admises à prendre place dans nos collections ; on peut déplorer certains refus d’œuvres de premier ordre, dont l’offre a été examinée avec plus de parti pris que de perspicacité.

707Mais en des matières si délicates, dans un domaine qui échappe à toute régle et où tout n’est qu’affaire de goût et d’appréciation personnels, il est difficile de ne pas commettre d’impair.

708Plus personne ne songe à contester la qualité des membres qui constituent le conseil des musées nationaux. Mais certains d’entre eux sont parfois dans l’impossibilité d’accomplir leur tâche si délicate avec toute l’activité nécessaire. D’autre part les attributions du conseil des Musées se sont élargies ; son initiative s’étend sur des départements de plus en plus nombreux ; il est appelé à connaître des arts de tous les pays et de tous les temps. Il serait donc opportun d’augmenter de quelques unités le nombre de ses membres pour y faire place à de nouvelles compétences.

709De même que la direction d’ensemble des bibliothèques a été confiée lors de la dernière réorganisation à une commission supérieure des bibliothèques, il devrait être constitué un Conseil des Musées de province.

710Ce Conseil serait chargé tout à la fois d’assurer l’inspection des musées de province, de diriger l’acquisition des œuvres nécessaires à leur enrichissement, de procéder à l’élimination des non-valeurs qui trop souvent encombrent leurs salles, et d’organiser des expositions temporaires dans toute ville qui aurait manifesté un intérêt réel à la reconnaissance de son musée.

711Rien ne serait mieux fait pour stimuler le zèle des municipalités que de leur confier, chaque fois qu’elles auraient fait l’effort nécessaire pour réaménager leur musée, une collection d’œuvres tirées des réserves des musées nationaux ou prêtées à charge de revanche, par d’autres musées de province. Il devrait ainsi être constitué divers ensembles de pièces significatives complétés au besoin de bonnes reproductions et de moulages. Inutile de déplacer les grands chefs-d’œuvre. Il suffit d’avoir organisé un certain nombre de collections circulantes dont chacune donnerait un aperçu général de l’art de telle ou telle époque -de tel ou tel pays.

712Ces ensembles viendraient tour à tour figurer dans une salle spécialement réservée à cette fin dans nos musées de province. Le public serait heureux de cet attrait nouveau que lui offrirait son musée.

713Il en retrouverait le chemin aujourd’hui délaissé, et ainsi le musée local redeviendrait le centre de culture artistique et de vie intellectuelle qu’il aurait toujours dû être.

714Il faut donc aujourd’hui stimuler la bonne volonté de nos municipalités provinciales en montrant que l’Etat est tout prêt à faire de son côté l’effort nécessaire. Peut-être d’ailleurs ne serait-il pas besoin de créer de toutes pièces un Conseil des Musées de province pour diriger cette réorganisation d’ensemble. Le Conseil des Musées nationaux, sur le concours de qui les Musées de province doivent pouvoir compter, est composé des représentants les plus qualifiés du monde des Musées et des collectionneurs. Il suffirait chaque fois que l’ordre du jour appellerait une question intéressant les musées de province, de lui adjoindre un certain nombre de représentants désignés par l’association des conservateurs de musées. Ainsi complété, le Conseil des Musées deviendrait parfaitement qualifié pour prendre en ce qui concerne les musées de province, toutes décisions concernant les acquisitions, les aménagements, les reclassements, etc. Il pourrait même accepter certains legs ou certains dons que refusent aujourd’hui les musées nationaux parce qu’ils ne sont pas jugés dignes de figurer au Louvre, mais qui figureraient souvent fort honorablement dans tel musée provincial.

715Donc, que la commission instituée par le décret du 13 septembre dernier, se mette sans retard au travail ! Il est regrettable qu’en ces matières la plupart des pays étrangers nous aient devancés. Telle petite ville du Texas ou de l’Ohio possède aujourd’hui un musée plus attirant, plus suggestif, plus utile bien que peut-être parfois moins riche en véritables chefs-d’œuvre- que certains de nos musées de province. Il ne dépend que de nous de rattraper le temps perdu. L’essentiel de la réforme consiste dans l’établissement d’un statut des conservateurs, en vue de créer un cadre unique pour tous les musées de province et de faire du conservateur un fonctionnaire d’Etat. Sur ce point le projet s’inspire du régime appliqué aux archivistes départementaux et aux bibliothécaires des bibliothèques municipales classées.

716Les conservateurs seraient nommés par l’Etat : le ministre, après avis d’une commission spéciale, admettrait les candidats (Français âgés de 25 ans et possesseurs de certains diplômes) à être inscrits sur une liste d’aptitude ; dès qu’une vacance se produirait la liste serait communiquée au préfet ou au maire pour qu’il y choisisse trois noms, parmi lesquels le ministre désignerait le titulaire. Les traitements, l’avancement et le régime disciplinaire seraient en rapport avec ceux des attachés, des conservateurs-adjoints et des conservateurs des musées nationaux.

717Cette réforme serait complétée par la réorganisation d’un service d’inspection des musées de province, composé d’un secrétariat permanent, d’un inspecteur général et de trois ou quatre inspecteurs.

718Les inspecteurs seraient choisis par le ministre, parmi le personnel de conservation des musées nationaux. Ils visiteraient tous les musées : chaque année les musées de première et deuxième catégories, les autres tous les deux ans.

719L’inspecteur agirait toujours en qualité de délégué du ministre de l’Education nationale et conserverait une indépendance absolue à l’égard des autorités locales. Afin de renforcer ses moyens d’action, il participerait aux délibérations concernant l’avancement ou la discipline des conservateurs ; d’autre part il proposerait aux collectivités locales des envois de l’Etat ou des subventions.

720L’inspection régulière des musées permettrait l’établissement de notes et de rapports dont le groupement constituerait un compte rendu de la situation et de l’activité des divers établissements.

721Le projet prévoit, en outre, un Conseil des musées de province, comportant deux formations, l’une en assemblée générale, l’autre en commissions restreintes, la continuité entre les deux étant assurée par une section permanente.

722Le Conseil coordonnerait les travaux des divers agents ou services, veillerait à l’application du statut des conservateurs, contrôlerait le fonctionnement des musées, éclairerait le ministre de ses avis et assurerait enfin la gestion d’une caisse centrale.

723Cette caisse est en effet indispensable pour assurer le fonctionnement de la réforme envisagée et permettre le paiement des dépenses de personnel et de subventions à allouer aux municipalités. Il paraît nécessaire à cet effet de rattacher tous les musées de province à un établissement public national, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Cet établissement constituerait la réunion des Musées de province.

34. – Le destin des conservateurs vu par Pierre d’Espezel49

  • 49 Le recrutement des conservateurs de musées en France, Paris 1931.

724Les conservateurs de musées nationaux forment une manière de corps sacerdotal qui a des dogmes, une morale et une liturgie. Egaux, en fait, sous la légère hiérarchie des grades, ces prêtres n’ont de situation que personnelle. Devant le Conseil des musées Dieu suprême, c’est leur seule autorité qui les distingue. Autorité scientifique, technique ? non pas, j’entends leur prestige individuel. En droit, ils ne sont rien ou peu de chose. Leur pouvoir d’initiative est restreint...

725Pour tous les sujets importants c’est au Conseil de décider. Et ce concile dont les Pères ont des compétences très variées se laisse tout naturellement tenter par l’objet qui répond au goût de la majorité de ses membres ou que recommande son prix élevé. Le Conseil des musées établit des moyennes. Tenus en bride par cette assemblée délibérative les conservateurs connaissent ainsi la crainte de la presse. Ils savent que cette dernière ne porte intérêt aux musées que lorsqu’elle y trouve matière à « scandale ». Ils savent qu’en cas de faute, ce n’est pas le conseil ou le ministre qui sont livrés aux fauves, mais eux-mêmes. Ainsi ce corps qui compte tant d’érudits avertis, tant de belles intelligences critiques, tant de gens de goût se voit-il imposer des vertus surtout négatives...

726Je sais qu’ils n’en sont pas responsables. Qu’ils n’ont pas créé nos absurdes institutions qui récompensent automatiquement l’inaction et briment toute initiative... Si l’on en venait à une confusion générale, les ministres, le Parlement, la presse, les directions, le Conseil des musées devraient assumer la plus grande part des erreurs, des oublis, des négligences que trop souvent on impute aux seuls conservateurs. La machine administrative gère honnêtement nos musées, elle ne sait guère les enrichir ou les mettre en valeur. Sans l’initiative privée, sans les amateurs, que serait la plupart des départements du Louvre ! et en province ! c’est pire...

727Or notre démocratie, jalouse de tout niveler, ne saurait oublier « l’organisation des musées ». Le statut qu’elle prépare, je le devine et le redoute... C’est par lui qu’une corporation jusqu’ici heureuse et libre sera embrigadée dans l’effroyable « tchin » moderne.

728Régime facile à définir. Il exige des futurs conservateurs des titres scientifiques variés, témoignages authentiques des connaissances que désormais on exigera d’eux. Un conservateur doit savoir organiser une exposition, c’est-à-dire mendier, bluffer, enfoncer des clous et rédiger des contrats d’assurance. Pour être un expert « dernier cri », il doit connaître la technique des rayons X, la chimie des matières colorantes, la pétrographie, la xylologie, la pinacologie, j’en passe et des pires... Il doit, ayant passé avec succès un « concours » d’admission, entré dans un cadre régulier, subissant avancement, promotion, voire blâmes ou réprimandes joujoux des « supérieurs » – travailler avec zèle et méthode aux besognes ingrates et indispensables que lui confiera un conseil incompétent et souverain.

729Ainsi s’organisera définitivement la fuite des responsabilités : chefs irresponsables de nominations entraînées par « des titres » et des points d’examen, conservateurs irresponsables d’achats fondés sur l’expertise « scientifique » et entérinés par des comités ou tout pouvoir de décision rebondit entre vingt hommes également éminents. C’est le régime rêvé par la majorité de nos contemporains, puisqu’il réunit la compétence, l’organisation, la science, grands mots, beaux masques de l’ignorance vaniteuse... Quand la conservation d’un musée ne mettra plus seulement en jeu la considération générale ou l’octroi d’un ruban rouge ou violet, mais dans un prolétariat nouveau affamé d’honoraires, d’« avancements », de « gratifications », quels appétits, quelle ruée...!

730Le soin des collections, leur accroissement, leurs mise en valeur, que pèsera désormais tout cela... On obtiendra un corps de conservateurs de beaucoup inférieur à l’actuel. Oui, mais la science règnera...

35. – Modification du Conseil Général des Bâtiments Civils, 187050

Article 1

731Le conseil général des Bâtiments civils est composé : du secrétaire général du ministère ; du directeur des Bâtiments civils ; des quatre inspecteurs généraux des Bâtiments civils ; de quatre architectes choisis parmi les artistes qui se sont distingués par leurs travaux et leurs études.

Article 2

732Le secrétaire général du ministère, le directeur des Bâtiments civils et les inspecteurs généraux sont membres permanents du Conseil. Les architectes sont membres temporaires, ils sont renouvelés par moitié au commencement de chaque année, et ceux qui sortent du Conseil ne peuvent y rentrer qu’après deux années.

Article 3

733Les pensionnaires de l’Académie de France à Rome qui ont fini leur temps de pension et reviennent à Paris, au commencement de chaque année, assistent aux séances du Conseil en qualité d’auditeurs pendant deux années.

Article 4

734Le Conseil est présidé par le ministre des Travaux publics, et en son absence par le secrétaire général ou le directeur des Bâtiments civils ; un des inspecteurs généraux est désigné pour remplir les fonctions de vice-président.

Article 5

735Le traitement des inspecteurs généraux, membres permanents est fixé à 6.000 F.

Article 6

736Les architectes, membres temporaires, reçoivent une indemnité annuelle de 3.000 F. Les auditeurs reçoivent une indemnité annuelle de 1.200 F.

Article 7

737Les fonctions des membres du conseil cessent à l’âge de soixante-dix ans.

Article 8

738Un secrétaire et un contrôleur sont attachés au Conseil pour la rédaction des procès-verbaux des séances, des avis du Conseil, la correspondance, la conservation des archives, la vérification des calculs des devis et l’examen des pièces de comptabilité qui accompagnent les projets.

Titre II : attributions du conseil

Article 9

739Le Conseil a pour mission d’éclairer l’administration sur le mérite des projets qu’elle fait exécuter. A cet effet, il examine les plans, devis, détails d’exécution, cahiers des charges qui lui sont soumis par les diverses administrations de l’Etat, des départements et des communes. Il apprécie les différents systèmes des constructions, la qualité des matériaux, les conditions de la main d’œuvre. Il s’assure si toutes les pièces qui composent ces projets sont étudiées dans les conditions qui garantissent la bonne exécution des travaux.

Article 10

740Il examine les plans généraux d’alignement des villes, les plans partiels pour la formation de nouvelles rues, places et promenades.

Article 11

741Il examine les difficultés qui surviennent entre les administrations locales, les architectes et les entrepreneurs, au sujet de la rédaction des projets, de l’exécution des travaux, des règlements de comptes, de l’interprétation des marchés, etc.

Article 12

742Il juge les concours ouverts par les administrations pour l’exécution des projets d’édifices publics.

Article 13

743Les projets et les questions d’art et de contentieux, qui sont soumis au Conseil, sont l’objet d’un rapport et d’un avis qui sont transmis aux administrations dont ils émanent.

36. – Réorganisation des services d’architecture et rôle de l’architecture51

  • 51 J.O., Débats Parlementaires, n° 12850, rapport de J. BERLIOZ, budget 1937, p. 2982 sq.

744La réorganisation des services d’architecture de l’Etat, leur regroupement en un service central des Bâtiments civils, accroîtra considérablement le rôle et le volume des travaux de ce service.

745Une première étape essentielle de cette réorganisation doit être la réforme du Conseil général des Bâtiments civils.

746Le Conseil général des Bâtiments civils avait reçu, à sa formation, qui date de 1795, la mission extrêmement générale « d’empêcher qu’il se fasse aucun ouvrage aux frais de la nation sans qu’au préalable l’utilité, la nécessité ou les avantages en aient été bien constatés, et s’assurer que tous les ouvrages dont l’exécution est ordonnée se font avec toute la perfection, la solidité et l’économie dont ils sont susceptibles ».

747Bien que le Conseil n’ait cessé en principe d’avoir cette mission, les différents départements ministériels avaient de plus en plus tendance à s’affranchir de son contrôle, et ne lui soumettaient plus leurs projets que de façon irrégulière. C’est pour remédier à cette situation qu’est intervenu le décret du 13 mai 1911.

748Ce décret imposait d’une façon formelle l’obligation pour les différents départements ministériels de soumettre au Conseil tous les projets relatifs à la construction des monuments et édifices de l’Etat. Malgré les améliorations qui ont été apportées par les décrets des 13 septembre 1930, 30 juillet et 12 décembre 1932, 14 et 24 mars 1934, et qui ont permis de rendre plus rigoureuse l’observation de la règle fixée, une refonte du décret de 1911 s’impose pour mettre la composition et le fonctionnement du conseil général des Bâtiments civils en harmonie avec le rôle qui lui est dévolu. L’esprit dans lequel a été conçue la réforme projetée est de donner à ce rôle un caractère général traitant, non point seulement de certaines constructions, mais de tous les travaux importants (travaux neufs, agrandissements, surélévations, restaurations) qui sont exécutés avec les deniers de l’Etat, soit directement, soit à l’aide de subventions. Jusqu’ici, le Conseil n’était appelé à se prononcer que sur des projets complets et définitivement au point : le décret de 1911 en faisait même une obligation. On conçoit qu’en présence de projets d’une élaboration aussi avancée, le Conseil ne pouvait que très difficilement demander des remaniements fondamentaux et à plus forte raison une nouvelle étude. C’est à l’origine même des projets que le rôle du Conseil doit commencer. C’est à ce moment qu’il lui est loisible de s’assurer si le parti général adopté est satisfaisant eu égard aux besoins du service affectataire et s’il peut être développé en projet définitif ; alors le rôle du Conseil aura toute son efficacité.

749Enfin, la composition du Conseil sera remaniée, compte tenu du rôle qui lui est désormais assigné. Les techniciens et en particulier les architectes dont le concours est essentiel en raison de la nature des projets soumis au Conseil, y conserveront une place importante. Toutefois, conformément au vœu émis par la commission des économies au ministère de l’Education nationale, leur nombre sera réduit (6 architectes membres temporaires au lieu de 10), et une place plus grande sera faite aux grands services administratifs (Conseil d’Etat et Cour des Comptes). Par sa composition, le Conseil général des Bâtiments civils ne sera plus un Conseil seulement technique, mais véritablement le Conseil des Travaux publics d’architecture...

750Au point de vue général, on ne saurait également trop souligner l’importance de ce problème. L’architecture est l’art majeur. D’elle découlent tous les autres arts, en particulier la peinture et la sculpture, dont la prospérité est fonction d’une architecture florissante.

751Si notre époque doit être, comme on peut légitimement l’espérer, une belle époque d’art, il faut en premier lieu qu’elle soit constructive. Ce ne sont point seulement les intérêts de l’art qui sont en jeu, ce sont, pour ceux que de telles considérations laisseraient indifférents, les intérêts matériels les plus directs du pays. On ne conteste pas la vérité du dicton « Quand le bâtiment va, tout va ». Si, plus haut, on faisait allusion au bénéfice d’une activité constructive des artistes, ce sont également les artisans, les ouvriers de toute catégorie et indirectement toutes les classes sociales qui trouveraient profit dans l’activité du bâtiment.

752Les circonstances pouvant ne pas permettre aux initiatives privées de se déployer, il n’est pas interdit d’espérer que l’Etat, en amorçant un grand programme de constructions, donnerait l’impulsion dans le pays à un mouvement d’ensemble qui serait le meilleur remède à la lutte contre le chômage et à la dépression économique. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’a été entrepris le plan de grands travaux contre le chômage, qui pour avoir une réelle efficacité, doit être conçu de façon large. La centralisation de tous les travaux au service d’architecture de l’Etat, rattaché à la direction générale des Beaux-Arts, est la condition préalable et indispensable à la réalisation de ce programme impossible avec des services d’architecture dispersés et sans organisation réelle.

753Au lieu de se donner un rôle difficile mais passif de conservateur du passé, l’administration des Beaux-Arts aura à remplir un rôle autrement actif et important, celui de présider aux destinées d’une architecture vivante qui donnera l’impulsion aux autres arts. Sans doute l’organisation administrative et technique du service devra être mise en harmonie avec son importance accrue. Un renforcement de ces services est inéluctable, et l’on ne peut refuser à l’administration des Beaux-Arts les moyens matériels qu’elle a demandés pour faire face à la tâche qui lui est confiée dans l’intérêt de l’Etat et de la collectivité.

37. – Lettre de Gabriel Fauré à Paul Léon52

  • 52 Archives de Monsieur Jean-Paul Léon.

754Annecy le Vieux, Villa Dunand Haute-Savoie

75510 août 1919

756Mon cher Directeur et ami,

757Je me souviens que vous étiez présent lorsque lors de ma nomination en 1905, Mr. Dujardin-Beaumetz me tint le langage suivant :

758« En vous appelant à la Direction du Conservatoire, j’entends vous charger d’une mission artistique et non d’un fardeau administratif qui absorberait votre temps et ferait obstacle à vos travaux de compositeur ». J’ai recueilli ces paroles très bienveillantes mais, sur votre propre conseil, je ne m’en suis pas tenu là et me suis efforcé de tout concilier en participant le plus possible à l’administration du Conservatoire.

759Si l’on se plaint aujourd’hui de ce que la seconde partie du programme que je m’imposais ainsi a donné de moins bons résultats que la première – sans que d’ailleurs on ait formulé des précisions –, ne pourrait-on pas se demander si c’est vraiment ma faute, si l’intrusion d’influences étrangères – et surtout d’hommes politiques – dans nos affaires de Conservatoire ne m’a pas causé souvent de sérieuses difficultés ? Pour ce qui concerne la partie artistique de mes fonctions, permettez-moi de vous rappeler, aussi brièvement que possible, ce que j’ai fait : les méthodes d’enseignement du Conservatoire (indépendamment de nombreuses modifications qu’elles nécessitaient et que je suis parvenu peu à peu à appliquer) comportaient une lacune très grave maintes fois signalée : on formait de remarquables virtuoses, mais on négligeait presque totalement de faire des musiciens. Tous mes efforts – accomplis avec persévérance et sans tapage – ont donc tendu au relèvement du niveau intellectuellement musical de notre enseignement. Si j’y suis parvenu – et sans entrer dans le détail de toutes les réformes que (non sans résistances) j’ai opérées dans l’ensemble des études –, c’est grâce à la création de plusieurs classes dont le but essentiel était l’éducation : classes de musique d’ensemble, classes de contrepoint, classes de chef d’orchestre (celle-ci dirigée par M. Vincent d’Indy que j’ai su, malgré ses fonctions de Directeur de la Schola, attacher au Conservatoire), par le développement de la classe d’Histoire de la musique rendue obligatoire pour les élèves et comportant maintenant des interrogations et des devoirs écrits. Pardonnez-moi de vous rappeler qu’à propos de toutes ces modifications on a dit – et Pierre Lalo l’a écrit – que j’avais ouvert toutes grandes les fenêtres du Conservatoire et que j’avais renouvelé l’air de la maison. J’espère que tout cela n’est pas oublié, j’espère que vous ne pensez pas que j’ai démérité et que je puis compter sur votre affectueux appui pour en convaincre M. le Ministre. Plus éloigné de la date de ma retraite que je ne le croyais, je ne puis pas penser qu’en prenant actuellement à mon égard une mesure injustifiée et cruelle, M. Lafferre n’a invoqué, lorsque j’ai eu l’honneur de le voir, d’autre motif que celui que lui représentait mon âge. Je suis d’accord sur ce point, malgré les précédents en ce qui concerne le Conservatoire ; aussi n’est-ce pas un nouveau mandat de cinq années que je sollicite. Ce que je demande instamment, c’est d’être maintenu à la tête du Conservatoire, même à titre provisoire, mais jusqu’à une date la moins éloignée possible du jour où je ne pourrai faire valoir mes droits à la retraite.

760Peut-être même M. le Ministre souhaite-t-il introduire une organisation nouvelle au Conservatoire dés la rentrée des classes et veut-il en confier l’application à un homme nouveau. Y aurait-il dans ce cas inconvénient à nommer un co-directeur qui, à mes côtés et avec le concours de mon autorité artistique, se vouerait à ce soin ? Peut-être jugerez-vous possible une continuation à laquelle, pour ma part, je serais très heureux d’acquiescer et qui aurait l’avantage de me préparer dans les meilleurs conditions un successeur, tout en me préservant de blessures d’amour-propre et de dommage matériel.

761Je m’excuse, cher Directeur et ami, de cette lettre, longue mais nécessaire. Je la termine en vous confiant mes intérêts de tous ordres, sachant combien ils sont en sécurité !

762Votre bien sincèrement et bien affectueusement dévoué,

763Gabriel Fauré

38. – Le statut des artistes dramatiques, selon P. Vaillant-Couturier, 192653

  • 53 J.O., Débats Assemblées, Chambre, Sess. extr., 2e séance du 30 novembre 1926, p. 3923- 3924.

764En ouvrant le rapport déposé par M. Bedouce, sur le budget des Beaux-Arts, on est immédiatement frappé par la misère de ce budget, qui est certainement encore plus grave que celle du budget de l’Instruction publique, que j’avais dénoncée il y a quelques jours.

765En 1927, le chiffre total des crédits du budget des Beaux-Arts proprement dit représentera un pouvoir d’achat qui sera la moitié de celui de 1914.

766M. Bedouce l’a indiqué dans son rapport, en observant que la dotation du budget des Beaux-Arts avait été calculée d’après l’indice 3, alors que la dotation des autres budgets a été calculée sur l’indice 8.

767Cette carence de l’Etat dans le domaine de la culture artistique est un signe de plus d’une décadence de régime que nous signalons depuis longtemps.

768Ici aussi, vous vous êtes laissé exproprier de l’une de vos fonctions essentielles. Entre une élite qui est, de plus en plus, l’argent, et la masse populaire, existent les exploiteurs de l’art et des artistes ; l’Etat bourgeois a complètement cessé de jouer le moindre rôle de régulateur.

769J’attirerai spécialement cette année l’attention de la Chambre sur la situation qui est faite aux artistes dramatiques. Sans doute, voit-on, parmi eux, quelques vedettes, comblées d’honneurs et de profits, servir en quelque sorte d’ambassadrices à tout ce que ce peuple a de plus léger, de plus superficiel, de plus vain : son luxe.

770La masse, la grande masse des artistes, des braves gens qui aiment aussi leur art, mais que la chance n’a pas encore favorisés ou qu’elle ne favorisera plus, ceux-là qui sont la fondation, l’armature même du théâtre, le prolétariat de l’art dramatique en quelque sorte, quel est leur sort ?

771L’Etat consacre aux secours qui les concernent une somme de 105.000 F. par an, la même qu’en 1914 !

772Les travailleurs du spectacle, abandonnés des pouvoirs publics, tendent de plus en plus à s’organiser, et ils présentent des revendications. Je voudrais, à l’occasion de la discussion du budget des Beaux-Arts, vous en faire connaître quelques unes...

773Les travailleurs du spectacle demandent qu’un contrat de travail soit obligatoirement passé entre eux et les directeurs qui les emploient. Vous savez, messieurs, combien l’artiste se trouve dépourvu des moyens de défense à l’égard de son employeur, l’entrepreneur de spectacles, qui, bien souvent, est un homme d’affaires beaucoup plus qu’un artiste.

774Ils demandent la suppression des agences théâtrales. Cette question n’est pas nouvelle pour vous. Cette suppression fut souvent à l’ordre du jour, mais elle n’a jamais été obtenue. Les artistes soulignent que la façon dont est perçu, actuellement, le droit des pauvres sur les recettes brutes et non sur les bénéfices, devient un argument, pour certains directeurs, contre le relèvement des appointements des artistes, parce qu’il risque de s’appliquer à une recette déficitaire. Ils demandent que des inspecteurs du travail soient choisis dans leurs rangs pour contrôler l’application d’une législation qui, pas plus là qu’ailleurs, n’est appliquée, et notamment en ce qui concerne la grave question du travail des enfants dans les théâtres.

775Ils voudraient que la loi qui subordonne l’autorisation pour des casinos d’avoir des jeux à l’existence d’une troupe artistique fût respectée. Or, ce n’est nullement le fait.

776Enfin, au point de vue fiscal, les artistes demandent à être assimilés aux salariés. La jurisprudence établie ne les considère pas en effet comme tels. En cas de faillite ou de liquidation judiciaire de l’entreprise de spectacles qui les emploie, ils ne sont pas créanciers privilégiés. D’autre part, leurs appointements qui, dans bien des cas, sont aussi modiques que les appointements de n’importe quel manœuvre industriel, ces appointements peuvent être saisis en totalité par leurs créanciers. Exploités par de redoutables commerçants, les commerçants du spectacle, l’artiste étant classé parmi ceux qui exercent une profession commerciale doit payer ses impôts sans abattement à la base pour charges de famille, s’il gagne plus de 7.000 F. par an.

39. – La fusion des manufactures et du mobilier national54

  • 54 Rapport de J. BERLIOZ, budget 1937.

777La mesure législative déjà appliquée en 1935 par la réunion au mobilier national de la Manufacture des tapisseries de Beauvais sera complétée le 1er janvier 1937 par la fusion de la Manufacture des Gobelins avec le même service. Ces mesures ont été décidées d’abord par le comité supérieur des Economies, ensuite par la commission des Offices. Ces deux institutions avaient d’une part préconisé la suppression de l’autonomie des manufactures de tapisserie aujourd’hui réalisée. Le rapport présenté devant elles avait rappelé que l’autonomie avait été conférée dans l’espoir de voir les manufactures se suffire à elles-mêmes sans avoir recours à l’aide de l’Etat. L’événement a montré que le résultat escompté n’avait pas été atteint, tant s’en faut, et qu’au contraire, les établissements avaient cherché à faire du commerce avant tout, au lieu de servir l’art d’abord : or, des établissements de cette espèce sont avant tout des conservatoires d’art.

778Le Comité supérieur avait même recommandé la réunion en un seul établissement des deux grandes manufactures des Gobelins et de Beauvais, sans toutefois supprimer aucune des deux techniques dont l’une semble plus favorable à la tapisserie murale, l’autre à la tapisserie des sièges.

779Le maintien dans l’indépendance industrielle de deux établissements dont la production, tout à fait exceptionnelle à tous égards ne pouvait s’adresser qu’à une clientèle très particulière et, en fait, hypothétique, constituait non seulement une expérience coûteuse, mais encore un empêchement à toute organisation rationnelle du décor destiné aux grands établissements de l’Etat.

780L’unité de direction ne pouvait présenter que des avantages. Il était demandé, d’autre part, que cette direction unique fût confiée au directeur du mobilier national. Il paraît évident que l’organisme chargé de l’emploi des tapisseries soit chargé de diriger la production, d’en régler le sens et le rythme.

781En principe, les manufactures doivent travailler pour l’Etat et selon les besoins et ne doivent pas travailler pour les particuliers, sinon en vue d’exécuter des commandes et des réparations de pièces dont la conservation présente un véritable intérêt national. Il ne faut pas laisser péricliter un art qui a une réputation mondiale, mais il convient de ne faire que du travail utile et non d’accumuler des stocks dont une partie est inemployable.

782Il était demandé enfin que le mobilier national fût chargé de centraliser toutes les commandes d’Etat et d’en assurer l’exécution. Il est dangereux et souvent très onéreux que certains services commandent directement et sans contrôle. En ce qui concerne le mobilier courant proprement dit des administrations, il serait économique de créer des types dont les commandes en série permettraient d’obtenir des prix avantageux.

783La fusion, dont la deuxième partie est réalisée par la loi de Finances de 1937, met fin à ce désordre. Non seulement une unité de travail et de vues sera appliquée par un service qui va produire selon ses besoins, et va, par conséquent, orienter ses commandes et ses travaux vers des destinations positives et réalistes, mais encore au point de vue professionnel, il est hors de doute que la réalisation d’ouvrages conditionnés par un programme précis ne peut que renouveler de la manière la plus opportune un métier qui depuis le milieu du XVIIIe siècle, quel que fut l’éclat de ses principales créations, en était arrivé à force de virtuosité à trahir l’esprit même de la tapisserie et à confondre le tissu décoratif avec une imitation en trompe-l’oeil de la peinture.

784La direction générale des Beaux-Arts et l’administration du mobilier national sont d’accord pour diviser la production future en deux catégories : la première, qui est aussi la plus importante au point de vue numérique, consistera dans l’exécution de pièces à destination précise et que l’on pourrait dire administrative : répliques ou transpositions d’œuvres anciennes illustres, qui périclitent et qu’il y a lieu de remplacer dans un dépôt ; séries de sièges destinées soit à se substituer à celles qui, pour les mêmes raisons, doivent être sauvées, ou plus simplement à enrichir l’ameublement de nos palais et de nos grandes institutions. La seconde catégorie consiste dans le tissage de pièces originales que l’administration des Beaux-Arts considérera comme propres à constituer les monuments du goût français du mouvement des idées.

785L’administration du mobilier national voit dans cette discrimination le moyen de conserver et de développer même le goût de la recherche et le sens artistique de ces artistes.

40. – Exposition des arts industriels, 192555

  • 55 A.N. F21 4759 : Paris, 4 juin 1926.

786L’Exposition internationale des Arts industriels modernes de Paris n’a obtenu des résultats brillants que chacun a pu constater que par une collaboration étroite réalisée entre les artistes et les industriels. Cette collaboration qui, auparavant, laissait à désirer, s’est organisée, précisée et appréciée durant la période de préparation et d’ouverture de l’exposition. Tout le monde forme le vœu qu’elle se maintienne et se fortifie dans l’avenir. La prospérité de nos industries en dépend dans une large mesure. Les principes qui ont servi de base à cette union et fait naître l’esprit d’entente sont complexes. Les uns ont voulu en trouver l’origine dans ce fait que l’institution d’un Commissariat général et particulièrement la Haute autorité du Commissaire a permis l’arbitrage entre les tendances diverses et a abouti en fait à une conciliation pratique. D’autres ont fait remarquer que le règlement de l’Exposition, plus libéral que celui des Expositions précédentes, avait pour but de mettre en relief non pas la puissance d’une maison de commerce, mais l’originalité des œuvres, en favorisant la présentation des artisans et des artistes dépourvus de grands moyens. D’autres encore suggèrent que l’émulation entretenue par l’Exposition doit être maintenue par l’organisation de manifestations périodiques, quoique moins importantes assurément que l’Exposition des arts décoratifs. Toutes ces observations sont dignes d’être retenues, mais elles ne sauraient suffire. Il importe qu’un examen complet des méthodes utilisée au cours de l’Exposition permette d’établir un programme d’action qui ait pour résultat de maintenir l’esprit de collaboration dont les heureuses conséquences sont affirmées par tout le monde. Et à cet effet, il propose la constitution d’une commission qui réaliserait cette collaboration entre les producteurs et les artistes avec l’accord de Paul Léon. Un arrêté est donc pris par le ministre du Commerce et de l’Industrie et le ministre de l’Instruction publique sous cette forme :

Article 1

787Il est institué une commission chargée de proposer un programme d’action permettant de réaliser une collaboration effective entre les industriels et les artistes, selon les méthodes et dans l’esprit de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes.

Article 2

788Sont désignés :

789Président : Fernand DAVID, commissaire général de l’Exposition des Arts décoratifs

790Vice-présidents : CHAPSAL, sénateur, président du comité français de l’Exposition, François CARNOT, président de l’Union des Arts décoratifs, DEVILLE, conseiller municipal, Frantz JOURDAIN, président du Salon d’Automne.

791Membres : MICOLLE, secrétaire général de l’Exposition ; MAGNE, professeur au conservatoire des Arts et Métiers, président de l’Association des Arts appliqués aux Métiers ; CONTENOT, conseiller municipal ; Ivanhoe RAMBOSSON, secrétaire général de la Fédération des Sociétés d’art appliqués ; SANDOZ, secrétaire général de l’Association d’Encouragement à l’Art et à l’Industrie ; HAIRON, vice-président de l’Association des Décorateurs ; RAPIN, architecte-décorateur ; ROUART, décorateur contemporain ; GOUNAIN, président de la Chambre syndicale du Mobilier, COUYBA, directeur de l’Ecole nationale des Arts décoratifs «.

41. – La Commission des Arts Plastiques du Comité d’Action artistique, séance du Lundi 25 juin 193456

  • 56 A.N. F21 4727.

792La Commission des Arts Plastiques se réunit le Lundi 25 juin, à 11 heures, à la Direction Générale des Beaux-Arts, sous la présidence de M. Louis Hautecœur, vice-président.

793Sont présents :

794MM. Louis Hautecœur, vice-président, Louis Bouchet, Robert Brussel, Julien Cain, Paul Chabas, Coche, André Dauchez, Armand Dayot, Deshairs, Philippe Erlanger, René Jean, Frantz Jourdain, Raoul Lamourdedieu, Paul Landowski, Lechevallier-Chevignard, Auguste Perret, Pontremoli, Marcel Ribière, Charles Siclis. Se sont excusés : MM. David-Weill, Jean Guiffrey, Georges Wildenstein.

795M. Louis Hautecœur expose que M. Henry de Jouvenel a prié chacune des Commissions d’étudier la participation de l’art dont elle s’occupe à l’Exposition de 1937. Il demande aux personnalités présentes d’indiquer leurs suggestions.

796La question de la compétence du Comité ayant été posée, M. Robert Brussel y répond par l’affirmative en faisant remarquer que le Comité est habilité par le seul fait que l’Exposition est internationale.

797M. Paul Chabas voudrait que l’on réunit tous les arts que l’on divise d’ordinaire. Ainsi la peinture, la sculpture et les arts décoratifs pourraient figurer dans le même ensemble.

798M. Frantz Jourdain juge qu’il est un peu tôt de prendre une décision à l’heure où l’on ne sait pas ce que sera exactement l’exposition.

799M. Marcel Ribière répond qu’il faut dire ce qu’on désirerait ce que fût cette exposition avant que le cadre en soit fixé.

800M. Frantz Jourdain exprime le vœu que le Commissaire Général soit une personne ayant une compétence artistique. M. Perret pense que c’est plutôt la place d’un administrateur homme de goût.

801MM. Marcel Ribière et Lamourdedieu s’opposent à ce que la Commission émette un vœu sur ce point.

802M. Pontremoli demande comment seront organisées les délégations étrangères dans le sein du Commissariat Général.

803M. Louis Hautecœur explique que dans les expositions de second rang, on invite non pas les Gouvernements étrangers, mais simplement des groupements.

804M. Coche craint que l’on diminue l’importance de l’Exposition en ne s’adressant point aux gouvernements eux-mêmes. On les saisit souvent pour des affaires à moindre conséquence.

805M. Marcel Ribière déclare que la Commission n’est pas qualifiée pour se prononcer sur ce point.

806M. Louis Hautecœur demande s’il faut laisser les étrangers s’organiser à leur gré ou s’il faut leur dicter un plan. Il semble d’ailleurs qu’il soit trop tôt de fixer le mode de répartition.

807M. Marcel Ribière demande quand il sera temps.

808M. Louis Hautecœur répond qu’il faut d’abord savoir s’il y aura des Commissaires étrangers et, par voie de conséquence, des pavillons.

809M. Auguste Perret voudrait que les étrangers fissent à Paris des envois entre lesquels choisirait un jury général.

810M. Louis Hautecœur déclare que ce projet est irréalisable en raison des frais considérables auxquels entraîneraient les envois d’œuvre à Paris.

811M. Marcel Ribière l’appuie en déclarant que l’étranger n’accepterait jamais cette formule.

812M. Louis Hautecœur estime que le plus sûr moyen serait de laisser les étrangers choisir eux-mêmes les artistes qui les représenteraient et d’inviter ensuite directement ceux dont on souhaiterait la présence et qui n’auraient pas été invités par leurs Gouvernements.

813M. Coche trouve les invitations directes délicates. Il demande que la Commission attende de plus amples renseignements avant d’émettre un vœu à ce sujet.

814Après un échange de vues, la commission émet le vœu suivant :

  1. que l’Exposition de 1937 soit consacrée à tous les arts contemporains afin de montrer les efforts accomplis depuis l’Exposition de 1925 ;
  2. que lorsque les directives auront été prises par le Commissariat général, elles soient communiquées pour avis au Comité d’Action Artistique, avant leur adoption définitive ;
  3. La Commission estime que la meilleure répartition des artistes étrangers serait une répartition dans les diverses sections.

815L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à midi.

42. – Le Comité d’Action Artistique57

  • 57 A.N. F21 4727.

816Paris, le 3 juillet 1934

817Monsieur le Ministre,

818J’ai l’honneur de vous adresser les vœux des six commissions des Arts Plastiques, de la Musique, du Théâtre, du Livre, de la Cinématographie et de la Radiodiffusion rassemblées sous les auspices du Comité d’Action Artistique fondé par le Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, en accord avec le Ministère des Affaires Etrangères.

819Les observations sont diverses, comme les comités eux-mêmes, mais elles s’inspirent à peu près généralement de la préoccupation que j’avais eu l’honneur de vous exposer au Sénat et qui tend à rassembler les œuvres suivant un plan plus logique que géographique. C’est ainsi que par exemple la Commission des Arts Plastiques émet le vœu de voir les œuvres des artistes étrangers figurer dans les diverses sections, quand la Commission du Livre demande de son côté que l’expression de la pensée des pays étrangers figure aux côtés de l’expression de la pensée française, dans la même section, c’est afin de permettre aux visiteurs de comparer les efforts et les succès et d’apercevoir ce lien entre les diverses œuvres qui constituent le style d’une époque.

820Le Comité d’Action Artistique qui réunit les présidents des six Comités cités plus haut, a émis en outre l’avis qu’à la vérité ce.... (la page suivante de ce document dactylographié est manquante dans les archives)

Commission des Arts Plastiques

821L’Exposition devrait être consacrée à tous les arts contemporains, marquer les progrès accomplis depuis l’Exposition de 1925.

822Il serait bon que les œuvres des artistes étrangers figurassent dans les diverses sections à côté des œuvres des artistes français.

823Le Comité estime en outre que :

824L’emplacement choisi (La Manutention) ne semble pas d’ailleurs favorable à la construction de deux Musées. Par suite de la différence des niveaux entre l’Avenue Wilson et le quai, la partie basse de l’édifice serait sacrifiée. Il ne serait possible d’élever que le seul Musée National d’Art Moderne : celui-ci, en effet, devra réunir le Musée des Artistes Français (Luxembourg), et les Musée des Arts Etrangers (Jeu de Paume) et devra compter les salles nécessaires aux grandes Expositions d’Art. Paris ne possède pas pour les manifestations analogues à celles qui ont lieu chaque année au Burlington de Londres des locaux suffisants. La construction des deux musées éloignés, dont l’objet serait le même, qui abriteraient des œuvres semblables parfois même identiques et dont la seule différence serait le caractère national de l’un et municipal de l’autre, apparaîtra à l’opinion publique comme un véritable gaspillage.

Commission de la Musique

825Les concerts donnés dans le cadre de l’Exposition ne devraient pas avoir lieu au Trocadéro, étant donné la mauvaise acoustique de cette salle.

826Une publicité aussi importante que possible devrait être faite pour ces manifestations musicales.

Commission du Théâtre

827Un théâtre particulier ne devra pas être créé dans l’enceinte de l’Exposition, un spectacle ne pourra jamais être mieux présenté que dans le cadre du théâtre pour lequel il a été conçu, et, pour des raisons techniques, il est à peu près impossible d’assurer les représentations de plusieurs troupes se succédant à de courts intervalles sur la même scène, enfin on ne pourrait espérer aucun succès financier d’une telle entreprise.

828Sur les fonds de l’Exposition, un crédit devrait être ouvert qui permettrait aux artistes créateurs de tous les théâtres de Paris de collaborer pour organiser un spectacle exceptionnel, celui-ci serait monté dans un théâtre qui pourrait être le Théâtre des Champs-Elysées. Ce spectacle devrait avoir un éclat tout particulier et pourrait être donné pendant toute la durée de l’Exposition, ce qui offrirait une possibilité de recettes.

829D’autre part, sur les fonds dont disposera l’Exposition, une somme importante devrait être mise à la disposition d’une Commission qui serait appelée à juger des projets que lui présenteraient tous les directeurs de théâtre sous forme de maquette. Cette Commission distribuerait ses crédits entre les 5 ou 6 directeurs dont les projets lui auraient paru les plus intéressants. Ces directeurs seraient ainsi mis à même de monter sur leurs propres théâtres des spectacles d’un intérêt exceptionnel, qui permettraient de donner aux étrangers de passage la plus haute idée de l’art dramatique français.

Commission du Livre

830L’Exposition de 1937 devrait contenir une Section de la Pensée imprimée : livre, presse quotidienne et périodique et toutes éditions.

831Cette section devrait comprendre deux parties : la première historique, la seconde consacrée à la presse et aux livres actuels.

832Elle devrait renfermer les éléments permettant de constituer un Musée du Livre qui deviendrait permanent. Ce Musée du Livre aurait pour objet notamment la présentation de toutes les machines employées par l’industrie du Livre, de montrer les progrès réalisés dans ce domaine depuis les origines.

833Il devrait être fait appel au Cinéma pour montrer les éléments qu’il est impossible d’exposer.

834L’expression de la pensée des pays étrangers devrait figurer aux côtés de l’expression de la pensée française dans la même section.

835L’Etranger devrait collaborer avec la France dans cette même section, et ne devrait pas avoir une place séparée et incontrôlable, ce qui se produirait si l’étranger exposait dans un bâtiment indépendant.

836Nous retrouvons ici le vœu déjà exprimé au sujet des Arts Plastiques et qui tend à faire figurer les artistes étrangers côte à côte avec les artistes français dans les mêmes sections.

837Un des objets essentiels de la Section du Livre devrait être de montrer la Vie du Livre.

Commission de la Cinématographie

838Ce Comité demande qu’il soit rappelé aux exposants que le Cinéma n’est pas seulement un art et une industrie devant normalement exposer dans une classe définie, mais qu’il peut et doit être un moyen direct d’assurer le succès à l’ensemble de l’Exposition. Le Cinéma en effet, peut non seulement servir à l’Exposition en lui faisant de la publicité dans le monde entier, mais encore aider grandement chacun des exposants à réaliser la meilleure et la plus vivante présentation de ses créations.

839Un palais spécial consacré au Cinéma devra être édifié, il comportera notamment une vaste salle de projections. Il est bien entendu qu’il ne s’agit pas là de créer une nouvelle salle de cinéma analogue à celles qui existent déjà. Dans la pensée du Comité, la Maison du Cinéma dont il est question sera une salle d’exposition cinématographique, c’est-à-dire une salle de travail qui permettrait de suivre les progrès techniques du cinéma depuis ses origines et servirait aux différentes Sections à montrer des éléments qu’il est impossible de présenter d’une autre manière.

840Le Comité demande qu’au Commissariat Général soit créé un service cinématographique spécial, chargé de centraliser et de coordonner toutes les questions intéressant le Cinéma et l’ensemble de l’Exposition et de donner aux exposants les conseils relevant de sa compétence.

Commission de la Radiodiffusion

841Il devrait être aménagé dans le cadre de l’Exposition de 1937 un studio qui constituerait un modèle à la fois des points de vue technique et décoratif et d’où seraient radiodiffusées des manifestations dramatiques et musicales de premier ordre. Eventuellement, ce studio pourrait servir de base à la construction d’une Maison de la Radio qui serait permanente.

842La Section Radiophonie de l’Exposition devrait comporter une classe de récepteurs de T.S.F. adaptés aux conditions de l’art et de la vie moderne.

843La T.S.F. devrait contribuer dans le plus large mesure possible à la propagande exercée en faveur de l’Exposition, cette propagande devant être faite de préférence au moyen de dialogues vivants et non par de simples communiqués.

844Il devrait être institué dès 1935 entre les compositeurs et les auteurs dramatiques un concours d’œuvres musicales et théâtrales spécialement destinées à être radiodiffusées.

845Par ailleurs, le Comité suggère la création d’une Section de l’Habitation. Une part pourrait être réservée aux matériaux et aux procédés de construction, il serait intéressant par exemple d’organiser une rétrospective du fer et du ciment armé.

846Un village moderne pourrait être élevé en dur qui présenterait d’une façon vivante les derniers perfectionnements et dont les habitations pourraient être louées après la clôture de l’Exposition, suivant l’exemple donné par Stuttgart.

847J’ai l’honneur d’appeler toute votre bienveillante attention sur ces suggestions en vous demandant de bien vouloir en tenir compte dans la plus large mesure possible...

43. – Liste des rapporteurs du budget des Beaux-arts par exercice

8481872, le comte d’OSMOY, Ass. Nat. n° 972.

8491873, BEULÉ, fixé par la loi de Finances du 20 décembre 1872.

  • 58 Pour les exercices 1877, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, voir F. GERMAIN, Dictionnaire du Budget, Paris (...)

8501874, le comte d’OSMOY, fixé par la loi de Finances du 23 décembre 1873, J.O. du 27 au 30 décembre 1873.58

8511878, TIRARD, J. O. du 9 avril 1877.

8521879, A PROUST, Chambre, n° 877.

8531880, A. PROUST, J. O. du 18 au 30 juillet 1879, Chambre, n° 1491, p. 7697.

8541881, Ed. LOCKROY.

  • 59 Rapport publié deux fois : au J.O. avec le débat, et dans les Documents parlementaires (Chambre et (...)

8551882, Ed. LOCKROY, J. O. du 29 juin 1881, Chambre, n° 360859.

8561884, A. PROUST, Chambre, n° 2372.

8571885, A. PROUST, Chambre, n° 3088.

8581886, A. PROUST, Chambre, n° 3869.

8591887, A. PROUST, Chambre, n° 1102.

8601889, H. MARET.

8611890, Ed. AYNARD.

8621891, A. PROUST, Chambre, n° 792.

8631892, A. PROUST, Chambre, n° 1134.

8641893, G. ISAMBERT.

8651894, P. MERLON.

8661897, G. BERGER.

8671900, M. DUJARDIN-BEAUMETZ, Chambre, n° 1134.

8681901, G. BERGER.

8691902, M. COUYBA, Chambre, n° 2643.

8701903, SIMYAN, Chambre, n° 613.

8711904, SIMYAN.

8721905, H. MARET.

8731906, H. MARET, Chambre des Députés, n° 2669.

8741907, COUYBA, Chambre, n° 344.

8751908, L. BUYAT, Chambre, n° 1238.

8761909, L. BUYAT.

8771910, L. BUYAT, Chambre, n° 2758.

8781911, P. BONCOUR, Chambre, n° 371.

8791912, SIMYAN, Chambre, n° 1247.

8801913, SIMYAN.

8811915, SIMYAN.

8821922, Pierre RAMEIL, Chambre, n° 315.

8831923, P. RAMEIL, Chambre, n° 4798.

8841924, Jean LOCQUIN.

8851925, P. RAMEIL, Chambre, n° 1966.

8861926, P. RAMEIL, Chambre, n° 1966.

8871927, BEDOUCE, J. O., 2e séance du 30 novembre 1926, p. 3923.

8881930, J. LOCQUIN, Chambre, n° 2258.

8891931, J. LOCQUIN.

8901932, G. MONNET, Chambre, n° 1015.

8911937, J. BERLIOZ, Chambre, n° 1285.

8921938, J. BERLIOZ.

8931939, Paul REYNAUD et AUDIFFRET PASQUIER.

8941940, J.O. du 28 décembre 1939. Vote du budget sans discussion.

44. – Le vote du ch. 42 sur les théâtres nationaux, 187260

  • 60 J.O., mars-avril 1872, p. 1999-2006.

895M. RAUDOT Messieurs, hier, en revenant de la commission du budget, lorsque je suis entré dans cette enceinte, à la fin de la séance, plusieurs de mes collègues m’ont reproché de ne pas avoir été présent et m’ont dit : vous n’étiez pas là quand on a égorgé vos nombreux enfants... (Hilarité), vos amendements !

896Messieurs, je ne suis pas un mauvais père, et je suis convaincu d’une chose : c’est que mes enfants qui sont égorgés ressusciteront bientôt... (Nouvelle hilarité), pour le budget de 1873.

897Vous comprenez que je ne peux pas défendre tous les budgets que j’ai présentés ; ce serait absolument impossible. Cependant en voici un que je veux défendre, et je vous prierai de me prêter un moment d’attention (Parlez ! Parlez !).

898Il s’agit, messieurs, des subventions aux théâtres. Lorsque je demandais des réductions sur les fonctionnaires publics, on me disait : prenez garde ! vous allez désorganiser les services ; il s’agit, d’ailleurs, d’hommes qui, pour la plupart, ont rendu de grands services à l’Etat ; il ne faut pas troubler leur position. Je concevais l’objection sans l’admettre ; mais je ne pense pas qu’on puisse me dire aujourd’hui : vous allez désorganiser les services. Je ne crois pas, en effet, que nous ayons encore un service pour les théâtres ; je ne crois pas que les chanteurs, les acteurs et les danseuses soient des fonctionnaires publics (Oh ! Oh ! – On rit).

899Ces rires me font espérer que vous adopterez mon amendement, car il est évident que le salut de l’Etat n’est pas le moins du monde intéressé à la question. Messieurs, je crois que l’Etat, en principe, ne doit pas se mêler de donner des subventions à des théâtres, que cela n’est pas sa fonction.

900Il y a cependant des personnes qui disent : mais, prenez garde, les théâtres, en France, attirent une foule d’étrangers, et il est nécessaire de les attirer pour qu’ils viennent dépenser leur argent, dont nous avons tant besoin. Messieurs, je conçois parfaitement que les villes fassent des sacrifices pour leurs théâtres ; mais je ne conçois pas que l’Etat fasse des sacrifices pour un théâtre particulier. Si la raison qu’on invoque en faveur des subventions aux théâtres était bonne, pourquoi ne donnerait-on pas des subventions aux théâtres de Lyon, de Bordeaux, de Marseille, de Toulon, à tous les théâtres qui pourraient attirer en France des étrangers ? Vous voyez donc que les subventions données à tels ou tels théâtres sont contraires à tous les principes de la justice distributive. Que la ville de Paris subventionne ses théâtres, rien de mieux, je n’ai pas à m’y opposer ; mais que l’Etat donne son argent pour un théâtre quelconque, cela ne me paraît pas possible, cela ne doit pas être. Il y a une autre considération, et celle-là, permettez-moi de le dire, est vraiment politique.

901Quels sont les théâtres que vous subventionnez ? Ce sont les théâtres qui sont destinés aux classes riches, et même très riches, aux classes qui ont du superflu. Et ce sont ces théâtres que vous allez subventionner, dans le siècle où nous sommes, et à l’époque où nous sommes ! Vous commettez là une très grande faute. Les classes inférieures vous diront : c’est toujours la même chose : les finances de l’Etat, qui ne se composent en définitive, que des contributions frappées sur tout le monde, sur les pauvres comme sur les riches, sont, en partie, dépensées au profit des plaisirs des classes opulentes... (Rumeurs sur divers bancs)

902M. DUCUING Elles sont employées à faire vivre les œuvres d’art !

903Léon de MALEVILLE II y a un nombre considérable de personnes qui en vivent !

904M. RAUDOT Je vous dirai, messieurs que, quant à moi, j’aime beaucoup la musique, j’aime beaucoup les œuvres d’art, j’aime beaucoup un spectacle comme celui du Théâtre Français, mais je me dis : c’est à moi de payer mes plaisirs, et non pas au public d’y contribuer (Approbation sur divers bancs). Sortez donc, messieurs, de ce système qui consiste à faire que le Gouvernement se mêle de tout, et prend l’argent de tout le monde pour le dépenser sur quelques points, ou pour quelques classes, ou pour quelques individus (Rumeurs diverses). Messieurs, je veux être très court, mais permettez-moi de vous dire qu’un des grands scandales du régime déchu, un scandale qui a contribué en partie à sa chute, ç’a été la construction de l’Opéra.

905Sur quelques bancs C’est vrai !

906M. RAUDOT On a dépensé plus de 40 millions pour construire un monument qui a pour enseigne l’œuvre que vous savez ; c’est un scandale public. On a dépensé plus de 40 millions, c’est-à-dire les impôts de plusieurs départements ! Je vous prie d’y réfléchir. Et croyez-vous qu’on ait cessé de marcher dans cette voie ? Non : au budget actuel figure encore une somme de 1.500.000 F. pour la continuation de la construction de l’Opéra...

907Léon de MALEVILLE Faut-il donc démolir ce qui est construit ?

908M. RAUDOT De sorte que la subvention qui nous occupe dans ce moment-ci n’est pas isolée ; et si vous acceptez le crédit qui vous est proposé, vous aurez encore à voter bien davantage ultérieurement. Encore une fois, messieurs, je vous en prie, réfléchissez : il faut absolument rompre avec les habitudes vicieuses du passé. Je suppose qu’un homme ait dormi pendant trois ans, comme on le raconte dans la fable...

909Un membre à droite : Celui-là serait bien heureux !

910M. RAUDOT... et qu’en se réveillant, il ouvre le budget de 1872, qu’il n’aperçoive pas le chapitre ennuyeux de la dette publique, mais qu’il voie tout le reste, il se dira : Je retrouve heureusement mon pays en progrès, puisqu’on propose de voter toutes les dépenses de l’époque la plus prospère de l’Empire, et même celles qui sont de pur luxe : c’est la preuve que, pendant que j’ai dormi, mon pays a progressé et qu’il est actuellement dans un état de richesse inouïe. Eh bien, vous, messieurs, qui n’avez pas dormi et qui savez nos effroyables désastres, ne votez pas une dépense comme celle qui vous est proposée (Vive approbation sur divers bancs).

911(...)

912Le comte d’OSMOY Et au profit de quoi, je vous prie ? Est-ce au profit de la liberté des théâtres ? Mais cette liberté, on l’a essayée, et l’expérience a démontré qu’elle était détestable. (Très bien !)

913Maintenant, puisque je parle de liberté, l’Assemblée me permettra de noter en passant un fait assez étrange : quand il s’agit des arts, beaucoup de graves esprits sont pour la concurrence et la liberté ; mais quand il s’agit de l’industrie, les mêmes graves esprits sont pour la protection (Rires approbatifs).

914Maintenant, il reste un point. On dit : mais Paris profitant seul des subventions, il est juste qu’il les supporte tout seul ! Ceci est-il bien exact ? N’y aurait-il pas beaucoup de raisons sérieuses à donner pour démontrer qu’il y a là une erreur ? Je n’essaierai pas de le démontrer ; j’entrerai tout de suite dans le vif de la question, et le voici.

915A l’instant où je parle, Paris va avoir à payer une quote-part ou la totalité des subventions pour ses théâtres ; soit. Je prends le cas le plus large, celui où Paris paye la totalité. Paris se met donc aux lieu et place de l’Etat. Mais quand l’Etat, qui représente la France, c’est-à-dire l’intérêt national, donne une subvention aux théâtres, il leur impose des conditions qui sont à l’honneur et au profit de notre gloire nationale (C’est vrai ! – Très bien !). La ville de Paris, elle, ne représente que des intérêts municipaux, et, le jour où elle sera maîtresse de la situation, elle viendra dire aux théâtres : Jouez ce que vous voudrez, pourvu que cela rapporte de l’argent ! Et, messieurs, elle aura raison. (Très bien ! très bien ! – Rumeurs sur quelques bancs)

916Eh bien, alors, savez-vous ce qui arrivera ? Il arrivera que le grand art cédera la place à des turpitudes, à des insanités (Très bien ! Très bien !), et que, sans le vouloir, vous aurez préparé le triomphe de cette chose sans nom qui s’appelle le café-concert, ce produit d’un régime qui a élevé l’abrutissement des masses à la hauteur d’une institution. (Très bien ! Très bien ! – Rires approbatifs à gauche). Et puisque j’ai été amené à parler de café-concerts, voulez-vous me permettre de vous demander de faire une chose tout à la fois juste et morale : c’est de frapper d’un impôt les cafés-concerts. Juste : parce que les cafés-concerts ne payent que très peu de droits d’auteur et très peu de droits des pauvres. Morale parce que, avec cet impôt qui frappera sur des hontes, vous ferez vivre la maison de Molière et la maison de Mozart. (Applaudissements sur plusieurs bancs. – L’orateur, en regagnant sa place, reçoit les félicitations de plusieurs de ses collègues).

917Le comte JAUBERT Messieurs, j’en demande bien pardon à l’honorable préopinant mais, avec des raisonnements de ce genre, nous ne ferions jamais d’économies, même les plus nécessaires. Lorsque nous avons discuté le budget de 1871, on nous a renvoyés au budget de 1872, et, à ce moment, on nous renvoie au budget de 1873. Il faut en finir et faire quelque chose de sérieux. Oui, cela est convenu : nous autres ruraux, nous sommes les Béotiens de la nouvelle Athènes (On rit -Mouvements divers).

918M. LA SER VE Même les membres de l’Institut (ah ! ah ! Rires).

919Le comte J AUBERT Je remercie, pour mon compte, l’honorable interrupteur, M. La Serve (Nouveaux rires). D’ailleurs, je me suis trompé, j’ai voulu dire de la nouvelle Grèce, trop semblable, hélas ! à l’ancienne, sous l’étreinte de ses vainqueurs (Mouvement). Nous sommes, dit-on, insensibles au charme des Beaux-Arts : apparemment parce que nous réservons nos hommages pour les muses sérieuses.

920Un membre Quelques uns préfèrent les muses légères ! (On rit)

921Le comte JAUBERT Il est vrai, messieurs, que nous sommes loin d’admirer ce Parthénon de la décadence, dont la dépense extravagante s’est élevée déjà à tant de millions. (Très bien ! sur plusieurs bancs)

922Un membre Ce n’est pas la question !

923Le comte JAUBERT Nous disons tout simplement : Les temps sont durs ; le Trésor est obéré, accablé ; la France est en deuil de l’Alsace et de la Lorraine ; villes et campagnes, nous nous trouvons, on peut le dire, fort dépourvues ; ce n’est, messieurs, ni la saison de chanter à outrance, ni de danser (Très bien ! à droite. Mouvements divers).

924Le ministre, Jules SIMON Je ne suis pas disposé à mettre l’art théâtral au dessus des autres arts, il n’a qu’un côté supérieur qui est celui-ci : c’est d’être l’art qui s’impose le plus et qui fait, le plus vite, le plus de chemin. Nous avons, sous ce rapport, une prépondérance dans toute l’Europe, qu’il est important de conserver ; allez partout, dans les grandes capitales ou les petites villes, vous trouverez une pièce française, dans notre langue ou traduite ; vous trouverez de la musique française, des artistes français. Eh bien, c’est une partie de notre influence, c’est une partie de notre gloire, c’est une partie de notre âme, c’est quelque chose qu’il ne faut pas abandonner. Si je pouvais, si j’osais, je rappellerais à cette tribune que ceux qui nous ont battus, et que nous avions aussi battus autrefois, le lendemain d’Iéna, ne se sont pas laissé aller au désespoir, car c’est au lendemain d’Iéna qu’ils ont fait les plus grands efforts pour relever chez eux les arts, les lettres et les sciences. Voilà la conduite d’un grand peuple.

925Eh bien, nous, imitons-les en cela, ou plutôt ne les imitons pas ; suivons notre instinct. Et je ne me trompe pas sur le sentiment de cette Assemblée, son instinct n’est pas d’abandonner la France dans son malheur, de laisser s’accumuler les ruines, mais de la montrer vivante, puissante, agissante, prête à se relever et à combattre dans le monde des idées et dans le monde des arts. Permettez-moi maintenant, et quoi que ce soit bien descendre, d’ajouter quelques mots encore nécessaires à ma démonstration.

926En dehors de toutes ces considérations, nous avons un intérêt commercial et industriel à ne pas perdre notre influence théâtrale en Europe. Notre grande industrie française n’est pas une industrie à bon marché : c’est une industrie de goût et de luxe ; c’est surtout dans les matières d’art, dans les matières de goût et de luxe que nous avons un grand débit, – je parle ici en commerçant –, un grand débit de nos marchandises. La mode fait le débit des matières de luxe. Et qu’est-ce qui fait la mode, qu’est-ce qui répand la mode dans ce pays ? C’est le succès matériel, et c’est aussi l’influence des œuvres d’art. Toutes les fois qu’un peuple a eu un moment de prédominance guerrière en Europe, il a donné le ton à l’Europe. La France a imité l’Espagne à un certain moment, puis l’Italie, puis l’Angleterre. A l’heure qu’il est, le monde est accoutumé à imiter la France ; il ne l’imitera plus si nous n’avons pas dans nos œuvres de théâtre des prédicateurs d’idées et d’habitudes françaises. Et soyez-en bien sûrs, vous ne refuserez pas cette subvention pour un théâtre localisé, sans que nos industries de luxe, sans que nos fabricants de soierie de luxe, par exemple, s’en ressentent. Cela est ainsi, messieurs ; il y a là un intérêt général, et ce n’est pas seulement l’art que je défends, c’est l’argent de la France : c’est à titre de dépense productive que je vous prie de voter aujourd’hui celle que je vous propose...

927Non seulement il n’y aurait pas d’artistes, mais il n’y aurait pas d’auteurs. Est-ce que c’est dans les villes de départements que l’on fait de grands chanteurs et de grands comédiens ? Non. Est-ce dans les villes des départements que se produisent les grands auteurs et les grands compositeurs ? Non. Quand un auteur fait un ouvrage, c’est à Paris qu’il l’apporte, et il y a mille raisons pour cela. Ce n’est pas seulement parce que Paris est le grand théâtre de la renommée, c’est parce qu’on trouve à Paris des entrepreneurs qui courent ce risque formidable de dépenser 200, 300, 400.000 F., pour monter une pièce ; jamais vous ne trouverez cela en province. Otez les subventions aux théâtres de Paris, vous arrêtez la production théâtrale, et même les théâtres pour toute la France ; il n’y a personne ayant administré les finances d’une grande ville qui ne reconnaisse la parfaite exactitude de ce que je dis là. Ainsi donc, à ce point de vue déjà, c’est un intérêt national, et non un intérêt parisien.

928J’élève un peu la question : pour un moment, je ne parle plus uniquement des théâtres ; permettez-moi de parler d’une façon générale des arts et des lettres. Assurément, quand mon collègue disait à cette tribune que c’était désormais notre seule gloire en France que celle des sciences et des lettres, ces paroles ne rendaient pas exactement sa pensée, comme il s’est empressé de le déclarer lui-même. Mais enfin, messieurs, avons-nous abdiqué la pensée d’être un des plus grands peuples du monde ? Sommes-nous humiliés à ce point ? Non, ni pour la force matérielle, qui nous a échappée un moment, et que, sans doute, nous ressaisirons, ni pour l’influence morale et intellectuelle, la France ne peut abdiquer. Elle ne le veut pas, elle ne le peut pas, et, si l’influence que nous exerçons depuis si longtemps dans le monde venait à disparaître, ce serait un malheur non pas seulement pour la France, mais pour le monde entier... car notre influence a toujours été une influence noble, chevaleresque et salutaire.

929Je ne sais, messieurs, si mon sentiment est partagé par tout le monde ; mais, à coup sûr, il est partagé par la grande majorité de cette Assemblée. C’est au moment où nous éprouvons des désastres auxquels nous n’étions pas accoutumés, c’est au moment où nos armes ont le dessous, c’est à ce moment-là que nous devons avoir un plus grand besoin de faire sentir partout que l’esprit et le cœur de la France sont restés absolument entiers. Nous n’avons que trop dit, dans ce pays, que nous étions la grande nation : ne le disons plus, ne faisons pas de vanteries, ce n’est pas le moment ; mais souvenons-nous, au moins, que nous sommes un grand peuple par l’intelligence et par le caractère, et ne laissons pas déchoir ce dépôt. Aux malheurs de l’année dernière, n’ajoutons pas des ruines intellectuelles dont l’Assemblée ne pourrait se consoler.

930C’est dans cette pensée que, dans le budget qui a été voté hier à la presque unanimité, nous avons partout veillé à ce qu’il ne se produisît pas de ruines ; à ce que nos écoles en France et au dehors, restassent ce qu’elles étaient. Pendant que nos adversaires, voulant lutter avec nous sur le terrain des luttes intellectuelles après avoir lutté sur les champs de bataille, essayent de créer à Athènes et à Rome des écoles rivales des nôtres, nous, au lendemain de nos défaites, faisons tous nos efforts pour que nos écoles se relèvent, pour qu’elles soient plus dignes, plus sérieuses, plus florissantes que jamais, pour qu’elles portent au dehors l’influence de l’intelligence de la France...

931Alfred DUPONT Messieurs, je suis on ne peut plus embarrassé pour justifier ma présence à cette tribune dans une question sur laquelle je ne suis en quoi que ce soit préparé à répondre au magnifique langage que vous venez d’entendre (Mouvements divers). Mais je n’oublie pas que nous sommes tous ici mandataires de la France et que les députés des départements frontières ont, aussi bien que les députés de Paris, le droit d’intervenir, non pas dans une question d’art, mais dans une question qui, pour moi, est une question financière du plus haut intérêt. La question discutée, quelle est-elle ? Est-ce en effet une économie misérable qu’on ne puisse pas mettre en balance avec les intérêts moraux invoqués par M. le ministre ? Non, il s’agit de 1.658.000 F. appliqués à quoi ? Je n’avais pas les chiffres et je les ai recueillis de la bouche de M. le ministre pendant qu’il parlait ; je les ai notés au crayon pendant la discussion, et voici ce que je lis sur mes notes : 800.000 F. pour subvention à l’Opéra, 140.000 F. pour subvention à l’Opéra Comique. Combien pour les Italiens ? Je ne le sais pas encore...

932Le rapporteur Lisez le budget !

933Alfred DUPONT... mais ce doit être au moins 100.000 F.

934(Quelques voix) Oui, c’est au budget ! Vous ne l’avez donc pas lu ?

935Alfred DUPONT Je vous demande pardon, messieurs ; j’improvise complètement... (Bruit) J’attendais qu’une parole plus autorisée que la mienne répondit à M. le ministre ; mais, soyez persuadés que vous ne perdrez pas votre temps si vous avez la patience de m’écouter pendant quelques instants (Parlez ! Parlez !). Il y a donc actuellement en discussion une dépense de 1.685.000 F. que je décompose et dans lesquels je relève 800.000 F. pour l’Opéra, 140.000 pour l’Opéra-Comique, et 100.000, me dit-on, pour les Italiens, c’est-à-dire 1.040.000 F.

936(Voix diverses) Et le Théâtre-Français !

937Alfred DUPONT Vous me dites : Et les Français ! Oh ! on nous parle de la nécessité de maintenir l’art, l’art sérieux. Eh bien, il est aux Français. (Très bien ! Très bien !). Aussi, je ne demande pas la suppression de la subvention. (Interruptions à gauche).

938Voix à gauche Et l’Odéon !

939Alfred DUPONT Je ne parle pas de l’Odéon parce que l’Odéon encourage les débuts de nos jeunes auteurs. Je suis aussi ami des lettres que qui que ce soit, et, pour ce qui est de la protection des œuvres sérieuses, de la protection de notre grand art dramatique, à la bonne heure !... (Exclamations diverses). Vos interruptions ne m’épouvantent pas et ne m’arrêteront pas, parce que je crois que vous êtes trop désireux d’entendre des vérités utiles pour me fermer la bouche au moment où je les exprime dans un langage que je crois complètement conforme aux convenances. Or, voici ce que je dis : devons-nous payer 1.400.000 F. pour subventionner certains théâtres, notamment les Italiens, pour lesquels je n’ai pas entendu dire un mot ? Quel est l’emploi de ces subventions ? Elles ont pour but de rémunérer de grands talents sans doute, de rémunérer des artistes hors ligne que nous allons chercher sur tous les points de l’Europe, je le veux bien ; mais où est en cela l’intérêt de la France... (Nouvelles exclamations), mis en parallèle avec les sacrifices que vous imposez à nos populations ?

940Il semble, en vérité, que vous ayez perdu la mémoire de la séance d’avant-hier où vous avez marchandé une misérable somme de 500.000 F., pour subventionner les instituteurs, à chacun desquels vous avez refusé 50 F.! Il semble que vous ayez oublié que, pour aligner notre budget, vous êtes obligés de demander à nos populations pauvres des sacrifices qui se traduisent par des surtaxes de moitié sur le sucre et des surtaxes énormes sur le café et le tabac (Ah ! Ah !). Oui, certainement !

941Et je vous dis ceci : mettez en balance les intérêts artistiques que vous voulez protéger ; mettez en balance la réputation de la France comme Athènes moderne ; mettez en balance tout cela avec les sacrifices que vous imposez à toutes nos populations, et demandez-vous s’il ne faut pas examiner sérieusement les arguments qu’on invoque à l’appui du maintien de ce crédit énorme de plus d’un million, destiné en grande partie à rémunérer ou des danseuses ou des artistes... (Interruptions), à qui l’on attribue des honoraires ou des salaires supérieurs à ceux des premiers fonctionnaires de la France. Et quand nos ministres sont obligés de subir des réductions qu’ils ont acceptées, quand nous sommes obligés de chercher partout des économies, vous invoqueriez des considérations qui ne sont pas de mise pour obtenir le maintien de ce crédit !

942Que nous dit-on ? Que si le grand art n’est pas subventionné en France, nous verrons nos populations démoralisées par les plus détestables exhibitions théâtrales. Est-ce qu’on a oublié que La Périchole, La Grande-Duchesse, La Belle Hélène... (Interruptions) se représentaient et attiraient du monde, pendant que nous subventionnions l’Opéra, où nos classes populaires ne pouvaient pas aller. Où allaient-elles ? Elles allaient se démoraliser à d’autres représentations. Vous aurez beau faire, créer des subventions énormes pour le grand Opéra et les Italiens, vous n’y ferez pas aller le peuple (Assez ! Assez !). Si l’Assemblée refuse de m’entendre...? (Non ! Non ! Parlez !) Quelques efforts que je fasse, messieurs, il est impossible que je lutte avec les interruptions d’une grande partie de l’Assemblée. Si l’Assemblée ne veut pas me permettre de continuer... (Parlez ! Parlez !)

943Je voudrais que l’Assemblée me permit de répondre en quelques mots aux différentes considérations par lesquelles M. le ministre de l’Instruction publique tend à justifier le maintien du crédit qui vous est demandé.

944M. le ministre se prévaut de ce que l’Opéra ne peut pas vivre sans la subvention considérable qu’il demande, et cela en nous présentant le bilan de l’administration de l’un des directeurs les plus heureux de ce théâtre, M. Perrin, si j’ai bien retenu le nom.

945Soit ! Que M. Perrin n’eût pas pu, dans les conditions dans lesquelles il a administré, avec les exigences, que je comprenais très bien de la part du public, à l’époque où la France était prospère, que M. Perrin n’eût pas pu parvenir à entretenir l’Opéra comme il l’a fait, je le comprends très bien : mais est-il nécessaire que nous continuions encore les représentations de luxe de cette époque, et les conditions dans lesquelles elles étaient subventionnées ? Sommes-nous obligés de maintenir notre grand Opéra dans les conditions où M. Perrin l’a administré, et avec les charges que M. Perrin a subies ?

946C’est là la question. Si vous croyez que le théâtre de l’Opéra est impossible, à moins qu’il ne soit le théâtre du luxe le plus effréné, vous voterez le crédit qui vous est demandé ; si vous croyez, au contraire, que, dans la situation où se trouvent nos finances, il faut chercher les économies, et qu’il faut les chercher dans la suppression des subventions d’un théâtre de luxe, vous suivrez l’honorable comte Jaubert et l’honorable M. Raudot dans les propositions de réduction qu’ils vous ont soumises, propositions qui ne s’appliquent pas à tout le crédit, mais à la portion du crédit qui n’est véritablement pas destinée à subventionner ce que j’appellerai par préférence le grand art français. (Bruit).

947A cela, que nous répond M. le ministre ? M. le ministre nous dit que l’exploitation de nos grands théâtres a même un intérêt qu’il s’excuse, pour ainsi dire, de faire entrer en ligne de compte, l’intérêt de notre commerce ; et suivant lui, le commerce des soieries et des rubans serait directement intéressé à la subvention des grands théâtres.

948Je n’en sais rien ; j’imagine que les toilettes, qu’on étale dans les théâtres subventionnés ont été, effectivement, acquises pour cela : mais je ne crois pas que l’intérêt de l’une de nos plus importantes industries soit étroitement lié à la subvention des théâtres (Le bruit continue.)

949M. le ministre a présenté une autre considération : l’exportation de nos pièces de théâtre favorise, divulgue l’esprit français, et pose la France à l’étranger.

950Messieurs, s’il devait nous en coûter si cher pour avoir le plaisir de faire représenter soit à Londres, soit à Berlin, soit même à Saint-Petersbourg, les pièces françaises, je vous conseillerais très volontiers d’attendre que nos finances soient quelque peu moins chargées qu’elles ne le sont aujourd’hui, avant de rentrer dans ces dépenses qui, je vous le répète, sont des dépenses de luxe, permises quand on est dans une situation prospère, rigoureusement défendues lorsque l’on est obligé de prélever même sur les objets de nécessité, sur la subsistance du ménage de l’ouvrier, pour pouvoir aligner les chiffres.

951Voilà, messieurs, les considérations sur lesquelles je croyais nécessaire d’appeler votre attention. Je m’excuse de n’avoir pas pu résister au besoin de venir vous les exposer à la tribune. J’attendais de la part d’une voix plus autorisée que la mienne une réponse aux paroles de M. le ministre. Personne n’étant monté à cette tribune, je m’y suis présenté, au risque d’être accueilli par une partie de l’Assemblée comme si je venais lui demander, dans un intérêt indigne de toute espèce de considération, de vouloir bien entendre l’expression de l’opinion d’un homme parfaitement désintéressé, et qui n’a fait que traduire, j’en ai la conviction, les sentiments d’une grande partie de ceux qui ont bien voulu lui faire l’honneur de l’écouter. (Approbation sur plusieurs bancs. – Aux voix ! Aux voix !).

952Le dernier amendement demandant la suppression des places de faveur est déposé par M. CLAUDE (de la Meurthe) qui propose d’ajouter à ces chapitres une double disposition ainsi conçue : « Toutes les entrées et loges de faveur concédées aux ministres, ministères, secrétaires généraux, beaux-arts, architectes, domaine, préfecture de la Seine, préfecture de police, Académie Française, sont supprimées. L’administration du Théâtre français ne pourra bénéficier de sa subvention qu’à la condition d’établir cent places, dites places de parterre, au prix de 2 F. 50, en plus de celles qui existent actuellement, sur l’emplacement occupé par les places des fauteuils d’orchestre ».

953M. CLAUDE (de la Meurthe) Messieurs, le budget des Beaux-Arts, chapitre des théâtres, me fournit l’occasion de vous signaler un abus que je vous prie de vouloir bien réprimer. Mon amendement a pour but de supprimer les places dites places de faveur dans les théâtres subventionnés (Très bien ! Très bien !).

954Vous avez voté tout à l’heure et j’ai voté avec vous une subvention de 1.655.000 F. au profit des théâtres nationaux ; mais j’ai voté cette subvention et vous l’avez votée comme moi, pour qu’elle profite aux théâtres, pour qu’elle profite aux artistes et non pas pour qu’elle aille indirectement profiter à certains personnages, à certains fonctionnaires qui, par ce moyen, pénètrent dans nos théâtres, sans bourse délier et occupent les premières, les bonnes places au grand préjudice du gros public qui attend à la porte et qui, souvent, n’entre pas (C’est vrai ! Très bien !).

955Messieurs, l’abus que je vous signale ne profite ni aux arts, ni aux lettres, ni aux théâtres, ni au public surtout. Pour que vous jugiez de l’étendue de cet abus, permettez-moi de vous donner quelques détails que vous ne connaissez sans doute pas. (Parlez ! Parlez !).

956Ma démonstration sera puisée dans des documents authentiques que je tiens de l’extrême bienveillance de M. le ministre des Beaux-Arts. (Exclamations). Je vais vous dire à qui appartiennent ces places et ces billets de faveur, afin que vous puissiez mieux en faire justice.

957Nous avons six théâtres subventionnés, sans compter le Conservatoire de musique qui, à lui seul, nous coûte 223.000 F. Je prends le premier de tous, le Théâtre français ; je vais vous indiquer les places de faveur qui y sont données.

958Le Théâtre français possède 1.300 places, et, sur ce nombre, il y a 400 places de faveur au moins (Oh ! Oh !). Ces 400 places de faveur sont attribuées à l’Académie française, aux ministres, aux secrétaires généraux, etc., dit la notice, aux Beaux-Arts, aux architectes, à la préfecture de police.

959M. PAGES-DUPORT C’est indispensable !

960M. CLAUDE Et en outre de ces 400 places, -il y a les loges données au ministre ; je présume que c’est un ministre des Beaux-Arts, -à MM. les préfets, au commissaire de police (Réclamations). Je ne demande pas la suppression de la loge du commissaire de police, mon amendement n’en dit pas un mot. Il y a aussi d’autres entrées que je ne conteste pas non plus : ainsi celle de la commission des auteurs, des échanges de billets d’artistes, des stalles d’orchestre pour les médecins et les services d’ordre public ; en état de siège, les nécessités de ce service peuvent être considérables. Je ne parle pas des entrées de droit acquises aux auteurs dramatiques, aux familles des sociétaires, autres concessionnaires à titres divers. Je ne parle de toutes ces entrées gratuites que pour mémoire.

961Tout cela est pour le Théâtre français.

962A l’Opéra, il y a 600 places de faveur, sans compter toutes les loges et les entrées que j’ai énumérées à l’occasion du Théâtre français, et dans tous les autres théâtres, c’est la même chose (Bruit). Eh bien, quand ce public privilégié est placé et bien placé à l’Opéra et au Théâtre français, et ailleurs, je vous demande ce qu’il reste pour le public payant dont je parlais tout à l’heure, car il faut vous dire que, dans ces concessions de places privilégiées, il n’y a pas de places d’amphithéâtre ni de parterre ; eh bien le bon public qui paye n’entre pas, ou s’il entre il est mal placé (Rumeurs diverses).

963Un pareil abus est scandaleux et intolérable ? (Oui ! Oui !) et je vous supplie de profiter de l’occasion qui vous est donnée pour le mettre sous le pied.

964Nous ne voulons certainement exclure des théâtres aucun des personnages dont je parlais, mais nous voulons que ces personnages qui, pour la plupart, sont parfaitement rentés et appointés fassent ce que nous faisons tous, ce que fait M. le Président de la République et les autres fonctionnaires qui payent en entrant (Aux voix !).

965Messieurs, je comprends votre impatience, il est tard, et je regrette que cette question se présente dans un pareil moment, parce que je suis obligé de trop abréger. Je regrette de n’avoir pu vous parler des 165 stalles d’orchestre que MM. les directeurs, librement et volontairement, concèdent, les jours de premières représentations, en plus de celles que je vous ai indiquées.

966Mon amendement, messieurs, a un second paragraphe, et je vous prie de m’accorder encore une seconde d’attention.

967Le Théâtre français, que vous connaissez tous, que vous admirez comme moi, est essentiellement un théâtre littéraire, c’est le théâtre de la jeunesse qui y trouve le complément de ses études littéraires ; aussi il est placé sous la direction immédiate de M. le ministre de l’Instruction publique, grand maître de l’université. Eh bien, ce théâtre qui appartient à la jeunesse, où elle devrait avoir un accès facile, est inabordable pour elle.

968Les places du Théâtre Français, prises au guichet, varient de 6 F. à 10 F. ; je parle des places honnêtes, de celles où l’on peut voir, où l’on peut entendre. Ces mêmes places, prises en location, varient de 7 F. à 14 F. 50. Est-ce que les jeunes gens studieux, les étudiants qui étudient peuvent donner 6 F. pour prendre une stalle ? Evidemment non.

969Un membre Et le parterre ?

970M. CLAUDE Ils ont la ressource du parterre, c’est vrai, mais messieurs, avez-vous été au parterre du Théâtre français ? (Oui ! Oui !). Il y a longtemps, sans doute, alors ! Au Théâtre Français, il y a 200 fauteuils d’orchestre et 160 places de parterre, ces 160 places sont occupées en partie par cette compagnie de fonctionnaires que l’on nomme la claque (On rit.) Voulez-vous que nos jeunes gens restent confondus dans ce trou noir du parterre avec ces privilégiés d’un autre genre, parce qu’ils n’ont pas 6 F. pour payer une stalle d’orchestre ? Voici donc ce que je demande : c’est qu’on prenne dans l’emplacement des stalles d’orchestre cent places adjacentes aux places du parterre. Il restera encore cent fauteuils d’orchestre, sans compter toutes les loges.

971Voilà l’objet de la deuxième partie de mon amendement : je vous en supplie, messieurs, adoptez-le, faites cesser un abus criant et, permettez-moi de vous le dire, rendez à nos jeunes gens, à nos grands écoliers, leur école, rendez-leur le Théâtre Français (Aux voix !).

45. – Intervention de Jules Buisson61

  • 61 Ibidem. Jules Buisson, peintre, critique d’art, passionné d’agriculture, héritier d’une grosse fort (...)

972Quand on est habitué à vivre à la campagne auprès des paysans, ou à la ville auprès des ouvriers, et que l’on voit ce qu’est le travail qui fournit l’impôt ; quand on songe qu’une sinécure coûte un coup de bêche de plus, un coup de marteau de plus, une fatigue de plus, on se sent porté à être très sévère dans l’examen des dépenses publiques, et on répète volontiers qu’il n’y a pas de petites économies. Il serait à désirer qu’en dressant le budget de 1873, le ministre s’arrêtat à cette idée que je voudrais voir adopter par l’Assemblée, la direction des Beaux-Arts n’a pas d’autre attribution que de faire des acquisitions d’objets d’art pour le compte du gouvernement et de distribuer des commandes pour les décorations des édifices de l’Etat, sous le contrôle et la garantie de commissions consultatives. Le budget des Beaux-Arts, déduction faite des archives nationales, s’élève à 6.500.000 F. Il faut y ajouter tout ce qui concerne la décoration de différents édifices compris dans les chapitres 18, 19, 20, 21, 22, 45 et 46 du ministère des travaux publics, chapitre dont le total s’élève à plus de 9 millions. Si nous y comprenons encore les sommes employées à la décoration des édifices diocésains, nous arriverons à constater que le budget des Beaux-Arts dépasse certainement 7 millions. C’est là un budget somptuaire qui peut passer pour somptueux dans nos malheurs, et nous devons au moins en faire le meilleur emploi possible, si nous ne le diminuons pas.

973Je ne suis d’ailleurs pas pour une diminution systématique du budget des Beaux-Arts. Il y a des natures d’homme qu’on ne peut faire marcher, avancer, qu’avec la louange, il y a des peuples aussi qui ont besoin d’être soutenus par des satisfactions d’amour propre, les Français n’ont plus à cette heure que celle-là ; ils n’ont plus que la supériorité, encore incontestée, aux yeux du monde, des Beaux-Arts et des arts industriels. Nous restons encore les Athéniens de l’Europe, malgré nos défaites. Ne diminuons donc pas le vrai budget des Beaux-Arts, le budget utile, fécond, mais seulement le budget improductif.

974Le monde entier, voyant l’appauvrissement de la France, a jugé le moment opportun pour venir acheter les œuvres de nos artistes, enrichir ou créer des collections. Des galeries privées bien connues ont déjà passé par l’hôtel des ventes. Il ne faudrait pas que l’insuffisance de ce chapitre 45 nous condamnât à voir enlever par des étrangers quelque production capitale de nos écoles modernes, nécessaire pour combler une lacune dans nos admirables musées.

975Je me résume donc en deux mots : le traitement des inspecteurs des Beaux-Arts supprimés serait ajouté au chiffre de 75.000 F. alloué au chapitre 45 pour achats d’objets d’art destinés à nos musées.

46. – Rapport-bilan de la gestion financière autonome des établissements publics en 192762

  • 62 A.N. F21 4711(1), sur instruction de R. Poincaré, en vue de la loi de finances du 27 décembre 1927, (...)

976L’Etat s’est efforcé de créer des organismes financiers autonomes pour faciliter l’acquisition des œuvres d’art et la restauration et la conservation des monuments sans avoir à augmenter sa participation financière mais en étendant son pouvoir de contrôle, d’organisation et de gestion, et en augmentant ses propres recettes fiscales. Il a ainsi institué la caisse nationale des Monuments historiques par la loi du 10 juillet 1914 dont le fonctionnement fut déterminé par un décret pris en Conseil d’Etat le 22 octobre 1921. Son rôle est d’assurer à l’Etat des ressources supplémentaires pour la conservation des Monuments historiques, immeubles et meubles et de contribuer à l’accroissement des collections de l’Etat. La caisse des Monuments historiques jouit d’une autonomie absolue. Elle est indépendante du ministère des Beaux-Arts et elle met à la disposition de ce dernier des sommes qu’il sollicite après avis favorable de ce conseil d’administration.

977Les membres du Conseil d’administration comprennent : des représentants parlementaires ; des représentants des grands corps constitués ; des représentants des administrations publiques ; des personnalités connues par leurs travaux artistiques ou archéologiques. Ils sont nommés pour 4 ans et peuvent être élus, mais leurs fonctions cessent dès qu’ils ont perdu la qualité qui motive leur désignation. Un trésorier comptable judiciable de la Cour des Comptes est nommé par arrêté concerté du ministre des Beaux-Arts et du ministère des Finances et il est chargé des opérations comptables. Le Conseil d’administration doit se réunir au moins tous les trois mois mais si les circonstances l’exigent, il peut être convoqué d’urgence soit à la demande du ministre, soit par son président, soit pour une motion écrite signée de la majorité des membres en exercice.

978Les ressources dont le Conseil d’administration dispose proviennent de plusieurs sources :

  1. dotation annuelle sur le produit des jeux de hasard fixée par la loi à un chiffre minimum de 300.000 F. ;
  2. part sur les recettes du droit d’entrée dans les musées et monuments appartenant à l’Etat dont le montant est fixé par la commission spéciale chargée de la répartition des droits d’entrée ;
  3. produit de la taxe spéciale établie au profit de la caisse sur les ventes publiques d’oeuvres d’art par la loi du 31 décembre 1921 ;
  4. dons, legs, souscriptions diverses.

979Les opérations de la caisse donnent lieu à l’établissement d’un budget annuel, celui-ci est préparé par l’ordonnateur et présenté chaque année au conseil dans le courant du dernier trimestre. Les comptes de l’ordonnateur et ceux du trésorier comptable sont épurés dans les mêmes formes que les comptes des deniers de l’Etat en faisant la distinction des exercices et des gestions.

980Depuis 1922, époque où la caisse a commencé à fonctionner, les comptes approuvés de cet établissement s’établissent ainsi.

Exercice Recettes Dépenses Excédent de recettes
1922 1.610.150,75 652.333,33 957.818,45
1923 2.086.488,62 1.817.956,46 269.432,10
1924 3.336.022,11 1.264.815,38 2.071.206,73
1925 * 12.257.318,29 10.242.645,26 2.014.875,05
1926 ** 8.504.674,25 4.350.265,77 3.954.408,48

* sans parler de la donation de M. Rockfeller, plusieurs dons dont 8 millions provenant de cette donation pour la restauration de la Cathédrale de Reims, du Palais de Fontainebleau et du domaine de Versailles et de Trianon.
** dont 2 millions provenant de la donation de ROCKFELLER

981La caisse des Musées nationaux créée par la loi de Finances du 16 avril 1895 pourvoit à l’enrichissement des collections des musées nationaux grâce aux ressources de ces derniers. Dotés de la personnalité civile par cette même loi, les musées nationaux sont représentés par un conseil dont la loi du 18 août 1920 a prévu le mode de constitution.

982Ce Conseil se prononce sur le budget élaboré par la direction des musées nationaux et soumis ensuite au ministre. Voici comment se compose son budget pour 1927.

RECETTES DÉPENSES
Aréage des ventes 672.403 Frais de procédure 1.000
Loyers d’immeubles 47.244 Entretien de l’immeuble,
Revenus des diamants gestion du portefeuille 26.000
de la Couronne 168.516 Article 10, somme à la
Entrées payantes 505.000 disposition du ministre
Service commercial 3.325.000 pour des achats 1.000
Visites, conférences 50.000 Achats par le conseil 1.891.439
Achats par le comité 250.000
Cabinet des dessins 5.000
Art. 26, frais divers, dépenses 60.000
Art. 31, indemnité 1.000
Charges, legs Bonnat 12.000
Service commercial 2.471.824
Visites, conférences 48.000
TOTAL 4.768.183 TOTAL 4.768.183

983La réunion des musées nationaux comprend 4 services commerciaux et techniques : le service édition, la librairie, la chalcographie, les moulages. Le personnel se compose de 60 personnes (chefs de service, employés et ouvriers).

47. – Rapport du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts au président du Conseil et ministre de l’Intérieur, 14 janvier 193063

  • 63 A.N. F21 4711.

984A propos de la loi relative au perfectionnement de l’Outillage national, qui comporte un programme d’ensemble tendant au développement des intérêts économiques, intellectuels ou sociaux du pays, mais qui n’a prévu aucune disposition au sujet de la mise en valeur de son domaine artistique, je rappelle que non seulement les souvenirs du passé, mais aussi les manifestations présentes de l’art, théâtres, concerts, salons, assurent une place florissante dans le monde à la France dans les arts. Ils attirent les étrangers et le tourisme, et provoquent un rayonnement intellectuel dont il faut assurer la durée et le progrès.

985Après 1918, on s’est contenté d’assurer la sauvegarde du patrimoine : les crédits sont restés très réduits, et l’on n’a procédé qu’à de simples travaux d’entretien. La reconstruction a été lente, et la présentation de nos richesses dans les musées est insuffisante. Ce sont là des économies onéreuses, parce qu’elles aggravent la situation.

986Jusqu’à présent, aucun projet qui pouvait aider à la reconnaissance de la vie artistique française n’a été réalisé. Les crédits restent égaux malgré les difficultés financières et les charges. Les conséquences sont des opérations fragmentaires, opportunistes, mais sans méthode, sans cohérence. Même le service Action artistique à l’Etranger ne dispose que de 315.000 F., alors que les gouvernements étrangers dotent leur budget de propagande de plusieurs millions...

987Voilà les raisons du programme général de réforme, qui prévoit un effort financier fourni par le gouvernement. Ce programme envisage une mise en valeur de nos richesses d’art et de nos collections nationales, qui stimulera la vie artistique et augmentera le prestige du pays.

988Au Louvre, le développement des salles est anarchique et se fait sans méthode ; les enrichissements (collections de Moreau-Nélaton) n’y trouvent pas place. Il faut donc agrandir le musée ; des travaux et des aménagements sont nécessaires, sous la responsabilité des services de la Conservation et de l’Architecte en chef. Les dépenses se monteront à 46 millions, étalées sur plusieurs années. On ne fera en cela que suivre les exemples étrangers : celui du British Muséum (30 millions), du Musée du Cinquantenaire de Bruxelles (70 millions), et celui du Musée des Antiques de Berlin (120 millions) ; enfin, toutes les grandes galeries d’Europe (Berlin, les Offices, le Prado...) ont procédé à un reclassement complet des collections ; il faut faire de même. Le Louvre, qui a enseigné le premier cette science nouvelle qu’est devenue la conservation des richesses d’art, est incapable de l’appliquer.

989Au Musée du Luxembourg, l’installation de l’Orangerie du Palais en 1885 devait être provisoire ; plus de 2.000 dessins ne sont pas exposés ; de plus, les tableaux, mal exposés, souffrent de la chaleur. Il faudrait peut-être envisager un transfert à l’Ancien Séminaire de Saint-Sulpice ?

990Les Champs Elysée sont consacrés à l’art moderne ; mais le Grand Palais est envahi par l’auto, l’avion, les arts ménagers ; il faudrait donc un lieu réservé aux manufactures d’art (comme à l’étranger). L’exemple des Arts décoratifs l’a montré, en 1925, il faut multiplier les Expositions pour agrandir les ressources. On peut donc envisager plusieurs projets : terrains de l’hôtel de l’Alma, qui appartiennent aux services du Mobilier national et dépôt des œuvres d’art ; construire des galeries d’exposition et le Musée des Arts contemporains, ainsi que des Ateliers, afin de lutter contre la crise ; et les 1.880 artistes architectes de l’Ecole des Beaux-Arts pourraient en bénéficier (ils en ont trois seulement à l’Ecole).

991D’autres problèmes sont :

992D’abord, la création d’un musée du Cinématographe. Les services sont mal installés pour la sécurité des films (surtout en cas de guerre). Les graves accidents survenus en Angleterre et en Amérique indiquent l’importance du problème ; pour éviter ces accidents, un emplacement a été trouvé dans la Ferme de Gally, appartenant au domaine de Versailles. La chambre syndicale du Cinématographe a offert de remettre aux Beaux-Arts une collection considérable de films appartenant aux maisons de production françaises qui, impuissantes à assurer la conservation de pareils dépôts, se proposent de détruire toutes les collections anciennes si l’Etat ne se charge de constituer un musée. Scènes historiques de notre pays, jeu d’acteurs fameux, quelle perte ce serait !

993Ensuite, l’insuffisance des installations des Collections nationales au musée de Sculpture comparée au Trocadéro. Ce musée présenterait pourtant un grand intérêt pour les touristes et pour les archéologues. L’installation d’un chauffage au mazout est en projet. Au Grand Palais, le chauffage est un chauffage au gaz, ce qui entraîne un gaspillage énorme, mais aussi un grave danger.

994Dans le cas de la Bibliothèque nationale, l’insuffisance des ressources se fait sentir : des travaux y sont en cours depuis trente ans ! Et les stocks augmentent.

995Enfin, les Monuments et les Palais nationaux : le Conservatoire national est logé rue de Madrid depuis 1910... Il attend toujours sa salle de concert. Pour réaliser les programmes, les Bâtiments civils seraient responsables et disposeraient d’un budget de 160 millions.

996D’autre part, il faut dénoncer la grande misère des Monuments historiques : pour la conservation de 6.000 monuments classés, le budget est très insuffisant. De nombreux travaux sont nécessaires. D’autre part, dans certaines régions, les édifices ont été dévastés par la guerre : les travaux de restauration sont trop lents : 369 édifices sont encore à réparer. Mais la hausse des prix annule la hausse des crédits ; pour remédier à tout cela, le projet prévoit une dotation de 30 millions pour faire en 5 ans les travaux les plus urgents.

997Dans le domaine de la Propagande à l’étranger, l’Association française d’Expansion et d’échanges a été fondée en 1922 par les ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique. Elle a exercé son action dans 52 pays et 155 villes, organisé 80 expositions, 227 manifestations musicales et dramatiques, diffusé des revues d’art et aidé de son influence les artistes voyageant. Par la création de son centre d’informations artistiques internationales, il a réalisé 400.000 fiches et 150.000 dossiers sur les artistes et institutions artistiques du monde : le centre assure aussi un dépouillement quotidien et des analyses de journaux étrangers portant sur 18 langues. L’Expansion artistique met à la disposition de la presse française, des marchands, des travailleurs, des artistes et de nos institutions d’Etat une incomparable source de renseignements, qui n’a d’égale dans aucun pays. Elle a groupé dans 37 pays et dans 104 villes, 450 techniciens étrangers, qui sont les correspondants de ce centre d’information, et qui en assurent la documentation (catalogues d’expositions, programmes de concerts, plans de théâtres, salles... statuts de sociétés) et qui deviennent autant d’agents de l’influence française. Elle a donc puissamment contribué à maintenir notre prestige artistique et à développer le rayonnement de nos arts à l’étranger. Le rôle de l’Etat aidé de l’initiative privée reste donc insuffisant, surtout si l’on compare avec l’étranger. Il lui faudrait un budget dix fois plus important. A l’instant où tous les pays sont d’accord pour considérer l’expansion des arts comme le meilleur moyen de pénétration morale, il serait d’une mauvaise économie de priver plus longtemps un pareil instrument de propagande des ressources nécessaires. Le plan d’action de l’Association française d’Expansion artistique comporte une dépense de plus de 2 millions (pour 1930). Ce programme comporte une tournée en Europe centrale de la Société des Concerts du Conservatoire, une exposition d’Art décoratif en Tchécoslovaquie, puis en Hollande et en Scandinavie, une exposition de peintures, gravures et sculptures en Extrême-Orient, une participation aux Festivals Internationaux de Genève, pendant la session de la Sociétés des Nations, et une tournée de théâtre en Europe Centrale. Il faut prévoir un crédit de 10 millions au minimum pendant 5 ans.

998Quel est l’ordre d’urgence de ces projets ? L’Alma vient en premier, car il va permettre d’aider des artistes vivants (par la création d’ateliers). Le musée de l’Art français contemporain regroupera toutes les tendances et toutes les écoles ; et les galeries d’expositions permanentes sont indispensables pour que nos inventions d’art obtiennent les résultats économiques attendus de la grande manifestation de 1925. Donc, tout le développement de nos Arts y est lié. Cela sera d’autre part une source de revenus pour l’Etat, qui pourra louer les ateliers, et les galeries d’Industrie et d’Art.

999L’ensemble du programme représente 250 millions, que l’Administration doit présenter en vue du projet relatif à l’équipement national ; et pourtant, ce programme est réduit à l’indispensable. Tel qu’il est présenté, il permettra de mettre en valeur notre production artistique, et d’assurer à nos trésors d’art une présentation digne d’eux et du pays.

48. – Analyse comparée des attributions budgétaires, tous ordres d’enseignements confondus en 1880, 1913, 1937 d’après le discours de Louis Marin contre le rapport de J. Berlioz64

  • 64 J.O., débats du 12 décembre 1936, p. 3547.
1880 1913 1937 %
Dotation I.P. enseignement 56.842.896 304.404.834 3.532.352.501 62
Dotation I.P. enseignement techn. 1.847.600 8.420.869 190.146.189 103
Dotation enseign. art. & musical (A.F. à Rome) 1.073.280 1.806.568 9.183.000 8,5
Crédit d’encouragement à l’éd. nationale 2.412.100 101.205.630 42
Encouragement ens. technique 84.000 10.435.447 124
Encouragement ens. art. & musical (moins A.F. à Rome et bourses/vovage) 28.180 115.793 4,1
Crédit Ecole des arts décoratifs 4.180 24.368 5,8
Conservatoire national 24.000 23.000 25.200 1,05
Matériel de l’ens. au Collège de France 49.980 77.560 551.170 11
Matériel de l’ens. à l’Ec. des
Chartes
5.000 14.000 55.000 11,1
Matériel de l’ens. Cons. Arts et Métiers 120.000 675.000 1 250.000 10,4
Matériel de l’ens. Ec. des
Beaux-Arts
121.000 119.000 160.350 1,3
Matériel de l’ens. Ec. Arts décoratifs 29.800 25.282 73.000 2,8
Administration centr. des
Beaux-Arts
41.600 154.000 819.000 5,2
Ens. donné dans les départements 333.450 355.450 899.188 2,7
Conservatoire des départements 222.600 156.500 624.800 2,5
Ec. d’art des départements 238.700 1 335.599 5,6
Secours aux artistes 270.000 233.000 520.400 1,9
Encouragements aux ouvrages 1 497 940 1 098.000 2 395.780 1,6
d’art et achats aux expositions (enseignement)
Subventions éc. régionales et
2 000.000 892.180 – 60
munie, d’art
Cons. des départements
870.000 564.000 – 35

49. – Rapport de Joanny Berlioz, budget de 193765

La nationalisation de la culture

1000La France d’aujourd’hui est l’héritière d’un patrimoine artistique considérable. Tous les siècles antérieurs nous ont légué des monuments, des ouvrages, des collections qui, par leur originalité, leur nouveauté hardie toujours tempérée de mesure, leurs qualités d’harmonie, de goût et de fini dans l’expression, sont autant de précieux témoignages du génie de notre race. Le pays se doit de mieux mettre cet héritage en valeur et d’en faire profiter tous ces enfants de même que le monde entier qui l’admirerait davantage si nous savions le lui présenter avec plus d’audace et de soin.

1001La France est restée digne de ce passé. Malgré des conditions économiques et politiques défavorables -dont la lamentable pauvreté du budget des Beaux-Arts n’est qu’un aspect- qui empêchent les facultés individuelles créatrices de s’épanouir, écrasées qu’elles sont pas des difficultés matérielles et des contraintes sociales, notre pays est toujours pour l’univers un rayonnant foyer de culture spirituelle et artistique. On a pu établir des comparaisons très plausibles entre une pléiade d’artistes contemporains de l’école de Paris, et la pléiade littéraire de la Renaissance. Seulement, si nous voulons connaître les chefs d’œuvre de la peinture moderne française, nous devons aller les voir à Londres, à New York, à la Haye ou à Moscou.

1002Ce serait trahir la mission historique de notre pays, celle que plusieurs siècles de suprématie culturelle lui ont conférée, que de ne pas se décider à pratiquer une politique artistique plus hardie. Ce serait donner raison à ceux qui rêvant de repousser l’humanité dans la nuit barbare des temps primitifs, accusent si injustement la France de décadence irrémédiable.

1003Les masses profondes de la population française se sont prononcées pour le pain, la paix et la liberté. Le pain de l’esprit est aussi une de leurs revendications fondamentales. Il faut cesser de regarder l’art comme un domaine réservé aux classes les plus aisées, aux spécialistes et aux snobs qui le déshonorent. L’art doit se rapprocher du peuple. Du peuple qui a conquis un développement intellectuel considérable en même temps qu’il se frayait la route du progrès social, en particulier de ces millions de travailleurs qui ont ou vont avoir plus de loisirs, pour lesquels il faut trouver un emploi agréable, profitable à chacun d’eux et à la société tout entière.

1004La culture doit devenir « républicaine » au sens étymologique du mot, c’est-à-dire qu’elle doit être partie intégrante de la chose publique. Qu’on se représente de ce point de vue la situation de l’habitant moyen d’une ville moyenne de nos provinces. Il a à sa disposition, en dehors d’une presse frelatée, de revues dites de vulgarisation, mais qui sont souvent d’une lamentable vulgarité, la bibliothèque municipale, coin triste et parfois peuplé de rossignols, où personne ne viendra le guider dans son choix de lectures. Après une première visite qui l’a profondément déçu, il a renoncé à pénétrer dans les salles, dans la majorité des cas, sombres et poussiéreuses du musée local, où quelques belles choses sont perdues au milieu d’une invraisemblable brocante. A part le cinéma, dont tant de productions ne font guère honneur à notre esprit national, il ne peut prendre contact avec l’art dramatique ou lyrique que par l’intermédiaire de troupes de second plan ou de « tournées » disparates. Il n’entendra que par exception une bonne conférence sur l’art. Il sera le plus souvent privé de toutes les nobles émotions artistiques auxquelles il aspire cependant et que l’Etat se doit de lui procurer.

1005Pourquoi la présentation théâtrale, l’exposition de peinture, le concert symphonique, la visite d’un monument résumé d’une époque et d’un mode de vie et de pensée, ne seraient-ils pas de véritables services sociaux ? La culture, sous toutes ses formes, peut être popularisée, sans qu’il y ait lieu d’abaisser sa qualité, ainsi que le prétendent ceux qui estiment que l’art doit rester le privilège d’une minorité comme les autres richesses. C’est l’éducation artistique des larges masses qui doit être élevée, alors qu’elle est complètement négligée aujourd’hui. L’enfant, le jeune homme doivent être mis en mesure d’accéder aux chefs d’œuvre humains qu’ils cotoient sans qu’on leur donne le moyen de les voir ou qui sont hors de leur portée. Ils aimeront mieux les belles œuvres s’ils les comprennent, leur fréquentation les haussera à un niveau supérieur et il leur sera plus facile de rendre à la civilisation plus qu’elle ne leur a donné.

1006Mais dès maintenant, beaucoup peut être fait sur la voie d’une telle évolution sociale. La culture d’hier, monopole d’une soi-disant élite, doit être rendue au peuple avide de meilleures conditions d’existence dont la beauté artistique est un aspect, mais qui dans sa marche vers une nouvelle organisation sociale est loin de rejeter l’héritage du passé. « Bien sots, avait coutume de dire Karl Marx, ceux qui ne sentent pas toute la valeur de l’antiquité grecque pour le jeune socialisme triomphant dans sa tâche de reconstituer la vie humaine.

La revalorisation des statuts du personnel de l’administration des Beaux-Arts

1007Il n’est pas possible de terminer cette introduction sans dire quelques mots du personnel des Beaux-Arts. Qu’il s’agisse du personnel scientifique, administratif ou du petit personnel, sa situation se ressent de l’extrême étroitesse des crédits budgétaires et est très souvent inférieure à celle du personnel de qualification correspondante dépendant d’autres ministères.

1008Ainsi, nos musées nationaux n’ont pas de cadre régulier établi et ne vont disposer que de douze attachés rémunérés. Les traitements des professeurs de l’enseignement supérieur à l’école des Beaux-Arts et au Conservatoire sont inférieurs à ceux des professeurs de dessin et des maîtresses de chant de l’enseignement secondaire, anciens élèves du Conservatoire et à ceux des écoles primaires supérieures. Un soli te de l’orchestre national de l’Opéra gagne 1.582 F. par mois, et s’il demande sa mise à la retraite après 35 ans de service, il touchera une pension annuelle de 3.500 F. Des salles du Louvre ne peuvent être ouvertes au public faute de gardien. Les ja. diniers professionnels des palais nationaux qui nous font pourtant admirer de magnifiques compositions florales, avaient jusqu’ici un salaire de 38 F. par jour ouvrable. Les surveillants brigadiers des musées nationaux ont une échelle de traitement moins favorable que celle des brigadiers des ministères et demandent en vain leur reclassement depuis plusieurs années.

1009La direction générale des Beaux-Arts a reconnu la légitimité de nombre de revendications qui lui ont été soumises par les syndicats du personnel, mais elle se heurte à l’opposition irréductible du ministère des Finances. Notre ancien collègue Jean Locquin écrivait déjà dans le rapport si documenté qu’il avait soumis à la Chambre sur le budget de 1932, ces phrases auxquelles rien hélas n’est à changer ; c’est un fait que, depuis longtemps le veto d’un fonctionnaire de la rue de Rivoli suffit à réduire à néant les propositions les mieux fondées, les demandes les plus urgentes, les initiatives les plus heureuses du sous-secrétariat des Beaux-Arts et que ce dernier en est trop souvent réduit de guerre lasse à compter sur l’énergie des rapporteurs des budgets et sur la sagesse des commissions parlementaires pour opérer les relèvements indispensables et réaliser les améliorations les plus impatiemment attendues.

Proposition de création d’un grand ministère de l’art français

1010Semblable incompréhension du rôle immense de l’art français dans le monde entier pour l’accroissement de notre influence spirituelle ne peut être tolérée plus longtemps. Tout en souffre. L’éducation populaire est incomplète. Nos traditions culturelles sont mises en péril. Notre richesse nationale, dans ce pays où l’industrie d’art est si vivante et si variée, où l’artisan est un artiste, où l’ouvrier travaille avec tant de goût la matière qu’il doit transformer, en est amoindrie. Notre renom si mérité pourrait pâlir si continuaient les errements que nous dénoncions.

1011La France voit ses charges militaires s’enfler d’année en année. La défense de la culture, le renforcement du potentiel artistique sont aussi une forme d’une défense nationale bien comprise. Peut-être une simple « direction des Beaux-Arts » adjointe au ministère de l’Education nationale n’est-elle pas placée assez haut sur l’échelle des valeurs officielles pour pouvoir faire valoir utilement des droits qui sont ceux de la nation. Que l’on reprenne alors l’idée d’un grand ministère de l’Art Français sous l’autorité duquel serait placés, avec l’enseignement artistique dans les divers ordres de l’enseignement général -qui reste à créer dans ce pays- tous les moyens d’éducation et d’expression artistiques, y compris le cinéma, les bibliothèques, l’animation de la partie artistique de la radiodiffusion, le tourisme auquel est lié étroitement la propagande artistique, l’organisation des loisirs des masses laborieuses, etc.

1012Peut-être alors les Beaux-Arts cesseraient-ils d’être le parent pauvre qu’ils sont actuellement et auraient-ils dans le budget général une place plus digne du passé et de l’avenir de notre pays. Toutefois, en attendant cette réhabilitation, si le Parlement ne veut pas prendre la responsabilité du déclin de nos arts, s’il veut que l’année 1937 marque un encouragement sérieux à notre production artistique, il a le devoir de relever les crédits de ce budget, d’une modestie inadmissible pour qui est mu par le souci de la grandeur du pays et de la formation spirituelle totale de sa population laborieuse, par la volonté de réaliser l’union de l’intelligence et du travail.

1013Le développement de la culture nationale française aidera à la marche en avant de la civilisation universelle. Celle-ci en a grand besoin. Nous devons et pouvons légitimement nourrir l’ambition de nous placer au premier rang des forces idéalistes du monde. Sans doute suffit-il à cet effet d’établir le plus étroit contact entre l’art et les masses populaires dont les possibilités créatrices sont infinies...

Notes

1 Le Moniteur Universel, 25 mars 1862.

2 J.O., 30 décembre 1873, et A.N. F21 4712(6).

3 Version annotée par Henri Wallon dans A.N. F214712<6).

4 Le projet de décret annoté et raturé par Wallon révèle des hésitations ; pour l’article 1, ont été rayés trois membres du Sénat, trois membres de la Chambre des Députés, un conseiller d’Etat en service ordinaire. Le préfet de la Seine a été rajouté. Le nombre des artistes a été augmenté de 10 à 12, l’augmentation profitant aux seuls peintres, qui passent de 4 à 6. Le chef de Division des Beaux-Arts à la Préfecture de la Seine a été rayé et les huit personnes distinguées n’étaient primitivement que trois.

5 La rédaction suivante a été rayée par Wallon : « Jusqu’à l’organisation du Sénat, les membres de l’Assemblée Nationale appelés à faire partie du Conseil Supérieur des Beaux-Arts seront au nombre de six ».

6 L’article 5 est rédigé de la main de Wallon.

7 A.N. F21 3982(4a).

8 A.N. F21 4716(6).

9 A.N. F21 4712(3).

10 A.N. F21 4711 (5c).

11 A.N. F21 4712.

12 A.N. F21 4711(5b).

13 A.N. F21 4711 (5b).

14 A.N. F21 4711(5c) : les noms écrits en italique sont soulignés au crayon rouge et, sauf Lemonnier, ne seront pas nommés ; les noms marqués * sont écrits en bleu, et seront nommés.

15 A.N. F21 4711(5b).

16 A.N. F21 4712(3).

17 Si on compte les noms inscrits, le chiffre théorique diffère du chiffre observé : le J.O. du 23 mai 1923 annonce pourtant imperturbablement 26 membres de droit et 70 nommés annuellement !

18 A.N. F21 4712(3)

19 In Rapport, Budget des Beaux-Arts, exercice 1900 – Ch. des Dép. n° 1134, p. 27-28 ; A.N. F21 3983 (1)).

20 A.N. F21 4738(2).

21 A.N. F21 4759 ; présenté par Huisman au ministre de l’Education Nationale, Jean Zay.

22 A.N. F21 4759 ; présenté par Huisman à Jean Zay.

23 A.N. F21 4089.

24 A.N. F21 4712(6).

25 Sauf la commission des Monuments historiques créée en 1837 ; d’après G. OLLENDORF, Traité.., op. cit., I.

26 Rapport sur la direction des Beaux-Arts, 1931 : A.N. F21 3982.

27 Rapport du budget d’Edmond LOCKROY, exercice 1882 : A.N. F21 4007(B).

28 A.N. F21 4088.

29 Archives de Monsieur Jean-Paul Léon.

30 Collection de J.P. Léon. Paul Valéry fait allusion à la nomination de Paul Léon au poste de ministre plénipotentiaire à la Présidence de la Commission du Danube qui vient de lui être proposée après son remplacement à la Direction Générale des Beaux-Arts par Emile Bollaert, le 1er janvier 1933. Paul Léon refuse et demande le Collège de France où le préfet de la Seine E. Renard fait créer pour lui une chaire d’histoire de l’architecture en 1932.

31 J.O., 17 novembre 1881.

32 J.O., 18 novembre 1910, p. 9411.

33 Bulletin des Beaux-Arts, Sept. 1878, I (12), A.N. F21 3982(la).

34 Annuaire du Commerce, Didot-Bottin, partie administrative, 1927.

35 J.O., Déb. pari., (21 mars 1872), mars-avril 1872, p. 1796 sq.

36 A.N. F21 3982(7c).

37 Dossier d’archives A.N. F21 3983(1).

38 J.O. Doc. pari. (Chambre), Annexe, n° 1285 p.410 sq.

39 A.N. F21 3982(7).

40 J.O. doc. parl. Annexe 1, n° 1238, p. 36.

41 Almanach National, 1914, p. 282-283 ; parmi les décorations, seule la légion d’honneur (L.H.) est indiquée.

42 J.O., Doc. pari. (Chambre), n° 1285, 2e sess. extr., séance du 12 nov. 1936.

43 Traité d’Administration des Beaux-Arts, Paris 1885, I, p. 49-50

44 G. LAFENESTRE, Revue des Deux Mondes, 15 avr.1914, p. 767-795.

45 Extrait du discours du rapporteur G. Monnet, budget de 1932.

46 Inventaire général des Richesses d’art de la France, Min. de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Paris, p. XI-XIII.

47 A.N. F21 4712.

48 Rapport de G. MONNET, budget de 1932 : J.O., 2e session extr., 1e séance, 8 décembre 1932, Annexe n° 1015.

49 Le recrutement des conservateurs de musées en France, Paris 1931.

50 OLLENDORF, op. cit., I, p. 85 sq. ; l’ancienne structure était fixée par l’arrêté du 15 avril 1838.

51 J.O., Débats Parlementaires, n° 12850, rapport de J. BERLIOZ, budget 1937, p. 2982 sq.

52 Archives de Monsieur Jean-Paul Léon.

53 J.O., Débats Assemblées, Chambre, Sess. extr., 2e séance du 30 novembre 1926, p. 3923- 3924.

54 Rapport de J. BERLIOZ, budget 1937.

55 A.N. F21 4759 : Paris, 4 juin 1926.

56 A.N. F21 4727.

57 A.N. F21 4727.

58 Pour les exercices 1877, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, voir F. GERMAIN, Dictionnaire du Budget, Paris, 1877, 1880 et 1884. Pour une liste détaillée des sources parlementaires budgétaires 1870-1914, cf. P. VAISSE, Les Peintres, op.cit, bibliographie.

59 Rapport publié deux fois : au J.O. avec le débat, et dans les Documents parlementaires (Chambre et Sénat). La référence est à l’un ou l’autre selon qu’il s’agit du débat ou du rapport concernant le budget de l’exercice.

60 J.O., mars-avril 1872, p. 1999-2006.

61 Ibidem. Jules Buisson, peintre, critique d’art, passionné d’agriculture, héritier d’une grosse fortune s’élevant à 30 000 F. de rente, siège au centre droit. Membre du CSBA dès sa création, il intervint souvent dans la discussion du budget de l’exercice 1873 et fit échouer le projet de musée des Copies proposé par Jules Simon. Partisan des économies, il vota la suppression du budget des Théâtres.

62 A.N. F21 4711(1), sur instruction de R. Poincaré, en vue de la loi de finances du 27 décembre 1927, qui doit réorganiser les services de l’administration des Beaux-Arts.

63 A.N. F21 4711.

64 J.O., débats du 12 décembre 1936, p. 3547.

65 J.O., Doc. Pari., n° 12850, p. 2982 sq.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search