Version classiqueVersion mobile

Art et État sous la IIIe République

 | 
Marie-Claude Genet-Delacroix

Chapitre I. Historique du CSBA

Texte intégral

1Disons-le d’emblée, l’activité et l’importance du CSBA sont contrastées. La première phase de son histoire sera extrêmement productive : il intervient dans tous les domaines de la vie artistique et élabore des projets de loi qui seront le plus souvent acceptés et votés par le Parlement. Il règle les problèmes de l’enseignement artistique, assiste le ministre dans la création des écoles et des musées et la réorganisation des manufactures, des théâtres et de la gestion des monuments historiques. S’il se défait de ses responsabilités en matière d’exposition, il étend ses pouvoirs administratifs à l’organisation artistique d’expositions en province, sous couvert de décentralisation artistique. Pourtant, à partir de 1892, cette activité semble décroître : ses compétences apparaissent de plus en plus limitées, ses réunions se font plus rares. En même temps, une multitude de commissions et de sous-commissions dont les membres sont toutefois recrutés parmi ceux du CSBA apparaissent : ce sont elles qui, sous le contrôle direct du sous-secrétaire d’Etat ou du directeur des Beaux-Arts effectuent le gros du travail, notamment en ce qui concerne l’acquisition et l’achat des œuvres d’art. Mais ces commissions et sous-commissions s’autonomisent progressivement et leur recrutement se fait de plus en plus en dehors du CSBA.

2Nous sommes donc en présence d’une structure institutionnelle dynamique, qui va évoluer en fonction des nécessités politiques. Il faut donc d’une part expliquer les mécanismes de cette prolifération administrative et déceler les éléments qui entraînent soit l’affaiblissement de l’institution, soit son adaptation et son redéploiement sous des formes nouvelles.

  • 1 A.N. F21 4712 (6) : version annotée de la main de Henri WALLON ; cf. aussi J.O., 23 mai 1875 (texte (...)
  • 2 A.N. F21 4711 (5a) : discours en annexe 2, publié au J.O. du 6 juin 1875.

3Le CSBA a été créé le 22 mai 1875, sur proposition du directeur des Beaux-Arts, le marquis de Chennevières, par un décret de Henri Wallon, ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Cultes1. Dans le discours inaugural qu’il prononce le 5 juin 18752 le ministre, mettant les Beaux-Arts sur le même pied que « les Sciences et les Lettres », invoque le modèle du Conseil Supérieur de l’Instruction Publique (CSIP) ; arguant de la « mobilité du ministère », il montre la nécessité d’une institution destinée à conseiller l’administration, mais qui ne doit entraver ni l’« indépendance » naturelle de l’art, ni l’initiative du ministre.

  • 3 Le CSIP fut créé par Napoléon I (décrets du 17 mars et du 15 novembre 1811). Maintenu en 1815-1816  (...)

4Sans entrer dans une revue rétrospective des comités ou commissions qui ont pu aider de leurs avis les chefs de l’Etat ou les hautes autorités qui furent successivement préposées à la défense et à la diffusion des arts, il y a lieu de remarquer que l’établissement d’un CSBA n’était pas, en 1875, une tentative nouvelle. La ville de Paris faisait déjà appel, en la matière, à une commission, dont « les excellents services » déclarait Henri Wallon « sont depuis si longtemps éprouvés qu’on est sûr de ne rien hasarder en la prenant pour modèle »3.

I. – Constitution et périodicité

  • 4 La commission consultative des Beaux-Arts est créée le 22 mars 1862 : voir annexe 3A.
  • 5 Texte en annexe 1B.

5Le Surintendant, puis le Directeur des Beaux-Arts, quant à lui avait eu aussi à sa disposition des commissions spécialisées ; ainsi celles qui avaient été instituées sous l’Empire le 22 mars 18624 puis sous la présidence du maréchal de Mac Mahon, le 27 décembre 18735.

6Pourquoi ces commissions n’avaient-elles pas vécu ? Ce n’était certes pas que les attributions leur aient fait défaut : elles en avaient de considérables ; mais c’était pour une raison qui conservait toute sa force appliquée au Conseil de 1875, le manque de périodicité des réunions. « Une commission », disait encore Henri Wallon, « qu’un ministre consulte sur les choses qu’il lui plaît, est bien peu sûre de vivre si le ministre est en même temps libre de ne la consulter qu’aux jours qu’il lui plaît ». Forts de l’expérience, les administrateurs de 1875 ne manquèrent pas de prévoir des réunions périodiques pour le CSBA : une par mois (art. 3 du décret du 22 mai 1875), puis tous les trois mois (art. 2 du décret du 15 novembre 1880). Mais le décret du 15 janvier 1887 supprima toute disposition relative à la périodicité des réunions, et ce fut sans aucun doute là une des causes de l’affaiblissement progressif du rôle du Conseil.

7Mais beaucoup plus important fut le problème de la composition du Conseil. Il y avait au départ 32 membres répartis en trois catégories :

  • des membres siégeant personnellement ès qualités : le ministre bien sûr avec le secrétaire général du ministère et le directeur des Beaux-Arts, le préfet de la Seine et quatre directeurs (Conservatoire, Musées, Bâtiments civils, Ecole des Beaux-Arts) de l’administration des Beaux-Arts, soit 8 personnes ;
  • des membres de droit néanmoins censés être représentatifs d’autres institutions : en l’occurrence, en 1875, la seule Académie (avec le secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, deux membres des Inscriptions et Belles-Lettres et un de l’Académie des Sciences) soit 4 personnes ;
  • des personnalités désignées pour leur compétence, douze artistes et huit personnes distinguées par leur connaissance des arts ; soit 20 personnes.
  • 6 Les hésitations d’Henri Wallon apparaissent dans le texte de l’annexe 1C.
  • 7 L’article 1 du décret du 9 septembre 1878 modifiant la constitution du CSBA est en annexe 3A.

8Cette répartition semble avoir fait problème jusqu’au dernier moment6. Et elle sera très rapidement modifiée, car un nouveau décret le 9 septembre 1878, portant le nombre des membres du Conseil à 36, altère les équilibres7. Le Sénat, la Chambre des députés, le Conseil d’Etat, les commissions de perfectionnement de la manufacture de Sèvres et de celle des Gobelins viennent s’ajouter à l’Académie dont la représentation augmente d’ailleurs : ce groupe a maintenant 12 personnes, tandis que la part de l’administration augmente aussi, le chef du Bureau des travaux d’art et un inspecteur des Beaux-Arts étant habilement introduits non dans les membres de droit, mais dans les membres annuellement nommés par le ministre, portant ce groupe à 10 personnes. Au contraire, si les douze artistes sont toujours là, il n’y a plus que quatre personnes distinguées par leur connaissance des arts.

  • 8 La lettre du marquis de Chennevières à Waddington est publiée dans Souvenirs d’un directeur des Bea (...)

9La part des administratifs et des représentants des institutions augmenta donc vite : il est vrai que dès 1875 certains protestaient déjà contre la part dévolue aux artistes, non sans humour d’ailleurs8, et réclamaient le maintien d’une structure purement administrative. C’est cette tension entre l’administratif et ce que nous pourrions appeler le « parlementaire » ou le « représentatif » qui parcourt toute l’histoire de la composition du conseil. Au reste, au fil des modifications successives, l’organigramme devient si complexe qu’il ne peut se résumer en une simple répartition en deux ou trois groupes.

  • 9 Décret du 15 novembre 1880, J.O., 16 nov. 1880, p. 11093-4.
  • 10 Décret du 15 juillet 1884, J.O., 1884, p. 3875.
  • 11 Décret du 30 juillet 1884, J.O., 1884, p. 3877.

10Le 15 novembre 18809, un décret modifie à nouveau la composition : il porte le nombre des membres à 45. En font partie de droit : l’inspecteur général de l’Enseignement du Dessin, le Vice-Président de la commission des Monuments Historiques, le directeur de l’Ecole des Arts Décoratifs, le conservateur du Musée du Luxembourg, le commissaire général des Expositions des Beaux-Arts. Parmi les membres nommés annuellement, on trouve un représentant de l’Académie française, deux du CSIP, deux des Arts Appliqués Industriels, plus deux membres distingués. Le décret supprime de cette catégorie la moitié des sièges de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et les deux représentants de l’Académie des Sciences. Le décret de décembre 1880 ajoute un nouveau membre : l’enseignement de l’archéologie appliquée à l’art est représenté par le professeur chargé de cours à l’Ecole des Beaux-Arts (de fait, ce dernier sera confondu avec le représentant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres). Le décret du 15 juillet 188410 porte à 50 le nombre des membres du CSBA. Il fait passer de 6 à 10 le nombre de personnes distinguées en matière d’art, et rend à l’administration centrale des Beaux-Arts la charge du secrétariat du Conseil. Nouvelle augmentation avec le décret du 30 juillet 188411 : on passe à 51 membres, et le président de la Société des Artistes Français est membre de droit.

  • 12 Décret du 15 janvier 1887, J.O., 1887, p. 370.
  • 13 Décret du 24 avril 1897, J.O., 1897, p. 2777.
  • 14 Décret du 5 mai 1898, J.O., 1898, p. 3356.
  • 15 Décret du 11 novembre 1902, J.O., 1902, p. 4307.
  • 16 Décret du 23 mai 1905, J.O., 1er juin 1905, p. 3458.

11Le décret du 15 janvier 188712 prévoit 55 membres, et les répartit ainsi : 17 membres de droit (dont un siège de droit au chef du Secrétariat des Services des Beaux-Arts au cabinet du ministre, 38 nommés annuellement, dont 10 à 12 sont des personnes distinguées en matière d’art. Il supprime le siège du Conseil d’Etat, mais attribue deux sièges : l’un au chef de bureau des Travaux d’Art et Manufactures, l’autre au chef de bureau de l’Enseignement et des Musées – tous deux chargés du secrétariat du Conseil. Le décret du 24 avril 189713 maintient ce nombre de 55, mais modifie la répartition : les deux inspecteurs généraux des Beaux-Arts sont nommés de droit, en remplacement du directeur des Bâtiments Civils et du chef du secrétariat des Beaux-Arts au cabinet du ministre, dont les sièges sont supprimés. Le décret du 5 mai 189814 apporte une nouvelle modification dans cette répartition (mais le nombre des membres reste toujours de 55) : l’inspection des Beaux-Arts est représentée par quatre membres, deux inspecteurs généraux et un inspecteur général de dessin (membres de droit) et un inspecteur des Beaux-Arts (membre annuel). Le décret supprime le siège de droit attribué à un inspecteur général des Arts et le siège annuel de l’inspecteur des Beaux-Arts, et ajoute les deux sièges aux douze déjà accordés aux membres sans titre officiel. Le décret du 11 novembre 190215 porte à 56 le nombre des membres, et attribue un siège de droit à l’inspecteur général des Musées des départements. Le décret du 23 mai 190516 maintient ce nombre de membres, mais le siège de droit du vice-président de la commission des Monuments Historiques est attribué au vice-recteur de l’Académie de Paris.

  • 17 Décret du 30 mai 1905, J.O., 10 juin 1905, p. 3523.
  • 18 Décret du 13 juin 1908, non paru au J.O.
  • 19 Décret du 14 mai 1909, J.O., 17 mai 1909, p. 7930.
  • 20 Décret du 1er juin 1914, J.O., 1914, p. 5111.
  • 21 Décret du 16 novembre 1916, non paru au J.O.
  • 22 Décret du 24 mars 1921, J.O., 11 mai 1921, p. 5815.
  • 23 Décret du 21 avril 1923, J.O., 1923, p. 3954.

12Le décret du 30 mai 190517 prévoit une augmentation massive : on passe à 80 membres, les membres de droit passant de 17 à 19 (chef de cabinet du Secrétaire d’Etat, et l’inspecteur des Beaux-Arts). Quant aux membres nommés annuellement, ils passent de 39 à 61, avec la répartition suivante : 3 musiciens au lieu d’un, 12 peintres au lieu de 6, 5 sculpteurs au lieu de 2, 2 graveurs au lieu d’un, 2 conseillers d’Etat au lieu d’un, 5 sénateurs au lieu de 2, 5 députés au lieu de 2, et 16 personnes distinguées en matière d’art au lieu de 14. Puis, c’est une nouvelle augmentation à 88 membres avec le décret du 13 juin 190818 : ce sont quatre membres de droit supplémentaires (le chef de la division de l’Enseignement et des Travaux d’Art, le chef de la division des Services de l’Architecture, l’administrateur de la Manufacture de Sèvres et celui de la Manufacture des Gobelins) auxquels s’ajoutent quatre membres annuels (1 peintre, 2 sculpteurs, 1 graveur). On passe à 91 membres avec le décret du 14 mai 190919, qui ajoute un député supplémentaire et deux membres distingués aux 16 qui siègent déjà, et à 92 membres avec le décret du 1er juin 191420, qui désigne comme membre de droit le président de la section de l’Intérieur, des Cultes, de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts au Conseil d’Etat. Le décret du 16 novembre 191621 prévoit 93 membres, un siège de droit étant attribué au président du Salon d’Automne. Par le décret du 24 mars 192122, on repasse à 92 membres ; un siège de membre de droit est attribué au directeur des Beaux-Arts de la Ville de Paris, mais les sièges des chefs de division à l’administration centrale des Beaux-Arts (sièges de droit) sont supprimés. Le décret du 21 avril 192323 effectue de nouveaux changements : il porte le nombre des membres à 93 ; 2 sièges sont attribués à la Confédération générale des Travailleurs Intellectuels, mais des transformations administratives font remplacer l’inspecteur général des Musées des Départements par l’inspecteur des Arts Appliqués.

  • 24 Décret du 22 avril 1932, J.O., 1932, p. 4539.
  • 25 Décret du 26 mai 1932, J.O., 1932, p. 5682.
  • 26 Modification au règlement intérieur du CSBA.
  • 27 Loi du 12 juillet 1940, qui suspend l’application des dispositions prévoyant l’avis des divers orga (...)

13On arrive donc à la composition suivante : 25 membres de droit et 68 membres nommés annuellement, mais cette composition sera encore modifiée par le décret du 22 avril 193224, qui inclut un directeur honoraire à la Direction Générale des Beaux-Arts et un inspecteur de l’Enseignement artistique, et par celui du 26 mai de la même année25 (introduction de l’adjoint du directeur général des Beaux-Arts et d’une personnalité distinguée supplémentaire). Une ultime modification, en 193826 entérinait la disparition depuis 1934 du sous-secrétariat d’Etat aux Beaux-Arts, et ouvrait les portes du CSBA au directeur des Théâtres Lyriques Nationaux et au président du Salon des Artistes Indépendants. Cette tapisserie institutionnelle digne de Pénélope sera détruite par la loi du 12 juillet 1940 ayant trait à la suspension à partir du 11 juillet de toutes les dispositions prévoyant l’avis d’un organisme consultatif27.

II – Analyse de la composition

14Il est tentant de s’échapper de ce dédale administratif en rassemblant sur deux tableaux les données fournies par le texte des décrets. Le tableau I permet de suivre sur l’ensemble de la période les différentes catégories représentées au Conseil, et le tableau II dénombre l’importance de ces catégories. Dans l’ensemble des membres de droit, comme on peut le voir sur le tableau II, quatre sous-catégories sont distinguées selon la fonction et la responsabilité dans l’administration ou le champ artistique. Le groupe 1 concerne les personnes exerçant dans la haute administration une fonction d’autorité ou détenant un pouvoir de décision dans le champ politique : ministre de l’Instruction Publique, sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, directeur des Beaux-Arts, du secrétaire général, chef de Cabinet, Président de Section au Conseil d’Etat, préfet de la Seine. Le groupe 2 comprend le personnel d’encadrement et d’exécution des services extérieurs de l’administration des Beaux-Arts (représentants et présidents des commissions et Conseils, inspecteurs généraux des Beaux-Arts, du dessin, des Musées, Commissaires aux Expositions) et des services intérieurs (chefs et sous-chefs de division, services et bureaux). Le groupe 3 est formé des responsables des établissements pédagogiques artistiques et académiques : recteur de l’Université, vice-recteur de l’Académie, directeurs des grandes Ecoles nationales et Conservatoires, secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, membres de l’Institut, conservateurs des Musées, administrateurs des Manufactures. Et le groupe 4 rassemble les représentants des sociétés d’artistes professionnels.

15Dans l’ensemble des membres nommés annuellement, on a différencié quatre sous-catégories suivant la nature de la relation à l’art et à sa connaissance : les artistes professionnels (à titre individuel), les personnalités distinguées (critiques, amateurs de toute nature : fonctionnaires, hommes politiques, écrivains), les fonctionnaires (représentant des corps constitués ou des organismes et établissements publics), les hommes politiques (en tant que représentants des deux chambres).

16Ces deux tableaux rendent compte de l’évolution structurelle de la composition du CSBA de 1875 a 1940, au fil des vingt modifications subies au cours de la IIIe République. Si le Conseil voit tripler ses effectifs, l’équilibre interne des diverses catégories reste stable. En effet, les membres de droit augmentent de 2,8 % comme les membres nommés annuellement et les artistes. Cependant le deuxième tableau montre que les sous-catégories de personnel représentées au Conseil ne varient pas de la même façon entre 1875 et 1938. Les fonctionnaires de direction des services intérieurs et extérieurs, presqu’absents en 1875, sont 8 en 1938 (après avoir été 10 dans les années 1900/10). Il en va de même pour les hommes politiques : absents en 1875, ils sont 12 en 1938. Les présidents de sociétés d’artistes seront progressivement admis, mais avec retard pour les plus révolutionnaires : le président du Salon des Indépendants fondé en 1884, n’est nommé qu’en 1938 et le président du Salon des Tuileries créé en 1924, n’en fera jamais partie. Il est vrai qu’il s’agissait de Besnard déjà présent au CSBA, à qui succédera E. Herriot. Toutes les autres catégories croissent de la même façon, excepté la catégorie I du personnel assumant le pouvoir de décision qui, déjà importante à la création avec 4 représentants, croît plus modérément. Nous comptons le ministre parmi eux (d’où la différence de 1 dans le total des membres de droit). On note une désaffection certaine à l’égard du CSBA sous le Front Populaire qui crée de nouvelles commissions à la Jeunesse, aux Sports, au Travail et à la Recherche Scientifique. Les derniers membres du Conseil qui meurent après 1936 ne sont pas remplacés et les dernières listes rassemblées dans les archives et les annuaires ne coïncident plus complètement : 80 membres sont encore présents en 1939, alors qu’ils devraient être 96 d’après les statuts. Cependant, ces deux tableaux dépendent de la validité de la distinction entre membres de droit et membres nommés annuellement, distinction capitale dans les décrets définissant la composition du Conseil.

  • 28 Le rapport du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts Paul Jacquier (9 décembre 1913- 14 juin 1914), (...)
  • 29 La réponse de Roujon informe Henri Marcel, déjà membre de la commission et sous-commission des trav (...)
  • 30 Voici, à titre d’exemple, une liste pour la préparation de l’arrêté du 13 mars 1891, nommant Monsie (...)
  • 31 Voir une note du Cabinet du Directeur des Beaux-Arts (1895) en annexe 3C et une liste établie en 19 (...)
  • 32 Voir à titre d’exemple, deux notes du 24 février 1911 et du 8 mai 1912, en annexe 3E et 3F.

17Or cette distinction, assez claire en 1875, perd rapidement sa signification. Le ministre ou le secrétaire d’Etat étaient soumis à trop de pressions pour résister aux personnes bien placées qui demandaient à faire partie du Conseil. Lorsque la compétition pour un poste de droit risquait de créer des incidents, on donne satisfaction au demandeur bien en cour, fût-ce en modifiant le décret : ainsi lorsque deux conseillers d’Etat, Saisset-Schneider et Hébrard de Villeneuve veulent tous deux siéger au Conseil28. La réalité est donc encore plus fluctuante que les décrets ne le montrent et à intervalles périodiques, les ministres devaient s’enquérir de la composition du Conseil. Parfois, le ministre était plus ferme : Henry Marcel dut attendre six ans29 à la porte du Conseil. C’est que le cabinet établissait avec sérieux des listes de candidats30 sans doute à partir d’actes de candidature semblables aux lettres d’Henry Marcel31. Une fois les listes établies, les candidatures pesées, on pouvait songer au décret, et envisager des modifications dans la répartition des principales catégories32.

TABLEAU I

TABLEAU I

LEGENDE I Période par la présence d’un sous-Secretaire d’Etat
Les chiffres indiqués en haut des colonnes concernant les membres
de droit renvoient aux 4 sous-catégories du Tableau II
1 Administration centrale
2 Services intérieurs et extérieurs
3 Etablissements artistiques
4 Sociétés artistiques

Tableau 2 : Croissance des effectifs du C.S.B.A. (en %)

Tableau 2 : Croissance des effectifs du C.S.B.A. (en %)

A. – La structure

  • 33 Des exemplaires pour 1887, 1928/30 et 1938/39 sont en annexe 3, 4 et 5.

18Aussi bien pour comprendre la structure réelle du Conseil, est-il préférable de raisonner à partir de cas concrets. Les tableaux III à VI présentent donc 19 états différents de la composition du Conseil entre 1875 et 1938, répartis entre quatre sortes de membres. Ils sont fondés sur les listes des membres du CSB A de la série F2133, qui ne correspondent pas toujours à celles qui paraissent au B.O. et sont reproduites dans l’Almanach de l’Instruction Publique jusqu’en 1919, puis dans le Bottin du Commerce ou le Bottin téléphonique pour les années suivantes jusqu’en 1939. Des notes manuscrites signalent ces « jeux d’écriture » pour nommer des personnes en surnombre : elles sont inscrites sur les listes de l’administration des Beaux-Arts, mais ne doivent pas être mentionnées au B.O.

  • 34 A.N. F21 4711(5c).

19Il en est ainsi de Jules Rein, conseiller d’Etat34. Une lettre de Maurice Moullé du 11 mai 1925 insiste pour que Rein soit nommé non à la place d’Albert Sarraut (nommé ambassadeur en Turquie) mais en surnombre. Deux arrêtés signés du ministre De Monzie, nomment (15/5/1925) F. Manaut à la place de Henri Lapauze, conservateur du Petit Palais et membre du CSBA depuis 1909, qui vient de mourir et Rein à celle de Sarraut. Mais un autre arrêté (27/7/1925) signé De Monzie nomme Madame Lapauze en remplacement de Sarraut et un rapport du directeur des Beaux-Arts Paul Léon signale qu’en fait aucune place n’est vacante, Rein ayant été nommé en surnombre sur le désir du ministre (arrêté du 15/6/1925). On trouve cependant une autre note signée de Moullé protestant contre la parution au B.O. (19.6.1926) du nom de Madame Lapauze, malgré les instructions verbales de De Monzie. De Monzie a tenu personnellement à faire nommer son amie Madame Lapauze sans que cela se sache officiellement. Les raisons seraient nombreuses d’après les rumeurs. Mais Jules Rein n’aura guère le temps de profiter de sa nomination, car il meurt aussitôt ! La confusion est totale, car sur les deux postes alors libérés, l’un est vrai, l’autre faux.

  • 35 A.N. F21 4711<5C>.

20Mais les deux seront pourvus immédiatement ! Un arrêté (25/5/1926) signé du ministre Lucien Lamoureux nomme cette fois officiellement Madame Lapauze à la succession de son mari parmi les personnalités distinguées35 ; l’année suivante elle épouse monsieur Pomaret, et change donc de nom. Le second poste est convoité par Dalimier, ancien sous-secrétaire d’Etat, comme l’indique sa lettre adressée à Herriot, où il exprime son désir d’être nommé à la place de son ami Jules Rein, arguant de ses services rue de Valois et de son amitié pour le ministre. Mais une note de Paul Léon rappelle au ministre pour la seconde fois que Jules Rein figurait « en surnombre sur les instructions personnelles d’un des prédécesseurs de Monsieur le Ministre » et qu’il n’existe donc pas de siège vacant. En fait un arrêté (27/9/1926) signé Herriot nomme Dalimier dans la catégorie des députés, où il est en surnombre, et non parmi les personnalités distinguées, profitant du fait qu’il manque un sénateur à ce moment-là !

21D’autres cas moins rocambolesques pourraient encore illustrer la complexité des subtilités observées dans les nominations qui défie l’esprit de géométrie, et surtout le travail de recensement et de récapitulation que nous avons cependant tenu à faire sans prétendre à l’exhaustivité parfaite. Le problème du temps, des délais entre les dates de décès, de nomination, et le changement de fonctions, ne facilite pas non plus l’investigation. Les trois types de récapitulation qui suivent rendent plus claire la réalité du fonctionnement du recrutement du CSBA au cours de la IIIe République ; travail fastidieux, mais utile à qui s’intéresse à l’administration des Beaux-Arts.

Les membres de droit

  • 36 Une lettre de Paul Léon adressée à Jules Michel, secrétaire général de la Présidence de la Républiq (...)

22Le tableau III est celui des membres de droit au sens strict, plus restrictif que celui donné au terme par les décrets : à un poste correspond un homme, le poste qualifie pour faire partie du Conseil. Le nombre des membres de droit est fixé par décret, mais les arrêtés de nomination montrent que le nombre réel des membres de droit correspond rarement au chiffre théorique. Un cas illustre ce jeu de substitution entre le poste et l’homme auquel les ministres se livrent parfois : en juin 1930, le sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts Eugène Lautier signe un arrêté nommant Guillaume Tronchet, Inspecteur général honoraire de l’Enseignement artistique, en remplacement de Raymond Koechlin « qui en sa qualité de Président du Conseil des Musées nationaux, siégera dorénavant parmi les membres de droit »36. Koechlin est déjà membre du CSBA, dans la catégorie des personnalités distinguées, en tant que président de la Société des Amis du Louvre, où il reste, d’après les listes officielles parues au B.O., jusqu’à sa mort en novembre 1931. Il n’existe nulle trace d’un arrêté stipulant que le Président du Conseil des Musées nationaux figure parmi les membres de droit. Une fois de plus, il y a écart entre théorie et réalité.

  • 37 Jolie philippique de Rochefort dans l’Intransigeant du 2.9.1891, prenant à parti Léon Bourgeois : « (...)
  • 38 Le décret du 9 septembre 1878, signé par Mac Mahon et A. Bardoux, montre les possibilités de l’admi (...)
  • 39 Les rapports du Conseil municipal de Paris et de l’Etat n’ont pas toujours été faciles. Les diverge (...)

23Tout au long de la période, l’augmentation est sensible : on est passé de 8 membres en 1875 à 17 en 1901, à 25 en 1916 à 27 en 1938, mais cette progression se fait par glissements progressifs. N’en déplaise au virulent Rochefort37, l’administration n’a pas entièrement investi le Conseil, du moins pas cette catégorie, la plus visible38. Au reste tous les membres ne sont pas des administratifs au sens strict : les ministres de l’Instruction Publique, puis de l’Education nationale (après 1932) n’assistent presque jamais aux séances du Conseil ou de ses principales sous-commissions, sauf dans ses vingt premières années, les sous-secrétaires d’Etat aux Beaux-Arts sont des hommes politiques ; les présidents de sociétés artistiques qui organisent les expositions des Salons (du Salon des Artistes français en 1884, de la Société nationale des Beaux-Arts en 1897, du Salon d’Automne en 1916, et enfin du Salon des Indépendants en 1938) sont des artistes représentant les groupements d’artistes professionnels les plus nombreux. Et l’administration représentée parmi cette catégorie de membres de droit n’est pas exclusivement celle des Beaux-Arts : le préfet de la Seine est là dès l’origine, le vice-Recteur de l’Académie de Paris à partir de 1905, remplacé par le recteur de l’Université de Paris en 1923, le président de la Section de l’intérieur du Conseil d’Etat en 1914, sont les émissaires d’autres administrations, tandis que la Ville de Paris fait une timide apparition en 1923 par l’intermédiaire de son directeur des Beaux-Arts, R. Falcou puis Darras (le décret était signé depuis 1916 !)39.

III. Les membres de droit

III. Les membres de droit

l (I) Membre de l’INSTITUT.
l – présence continue dans cette catégorie de la personne indiquée dans la colonne précéd

24La signification d’une telle évolution est à confronter à l’expansion globale des effectifs du CSBA, qui elle-même reflète celle du système administratif des Beaux-Arts que nous étudierons ensuite.

25L’étude comparée de la croissance de la catégorie des membres de droit et de celle des membres nommés annuellement de 1875 à 1938, montre que la première a été plus forte (225 %) que la seconde (18,7 %). La proportion des membres de droit au sein du Conseil a toutefois varié, progressant de 25 % à sa création en 1875, à près de 40 % en 1902, puis tombant brutalement à 23 % après l’importante modification de 1905, pour se redresser à 27,4 % en 1938.

26Ces chiffres traduisent l’évolution contrastée de cette catégorie essentielle du CSBA. Sa progression est inversement proportionnelle à celle de l’effectif global des membres du CSBA malgré une croissance plus rapide des représentants de l’administration et des organisations professionnelles artistiques que celle des autres catégories représentées au Conseil.

Les membres des corps constitués et des corps représentatifs

27Ils n’apparaissent pas en tant que catégorie dans les décrets officiels (cf. tableau IV). Nous les avons isolés de l’ensemble des membres nommés annuellement, car ils représentent d’autres corps qui sont quatre corps constitués et représentatifs fondés sur l’élection (des pairs pour les Académies et les Conseils ou commissions ou du suffrage universel pour les députés et les sénateurs) ou sur la délégation de pouvoir (représentants Art et Industrie, inspection des Beaux-Arts). Ces personnalités sont désignées selon la pratique habituelle à l’administration française : trois noms sont présentés au ministre qui nomme la personne de son choix. Ceci ne vaut pas bien sûr pour les représentants de l’Assemblée nationale et du Sénat. Ici l’évolution est très mouvementée : absents en 1875, députés et sénateurs font leur apparition officielle en 1878, sans doute parce qu’on avait réalisé qu’en 1875 ils formaient l’essentiel du bataillon des personnalités distinguées (cf. tableau VI), sans doute aussi parce qu’on veut ainsi (c’est une décision du ministre de l’Instruction Publique Agénor Bardoux) donner autant de poids à l’opinion publique qu’à l’expression esthétique en distinguant leurs représentants.

  • 40 Le Conseil d’Etat est en fait représenté dès 1876 par Adolphe Tétreau, maître de requête, nommé par (...)

28La part des hommes politiques ne cessera plus d’augmenter, le nombre de membres de cette catégorie fait plus que doubler en 1905, et augmente encore en 1908 et 1909, pour se stabiliser ensuite. Mais en fait leur croissance se poursuit dans l’autre catégorie des personnalités distinguées où ils continuent de se présenter individuellement, lorsqu’ils ont perdu leur siège d’élu. Ainsi en passant d’une catégorie a l’autre, certains hommes politiques se maintiennent au CSBA aussi longtemps que les membres de droit (il suffit de comparer les listes des noms de personnes sur les tableaux IV et VI pour s’en rendre compte). Jules Roche et Léon Bérard ont réussi ainsi à rester respectivement 36 et 37 ans membres du CSBA. Surtout apparaissent un représentant du Conseil d’Etat, officiellement en 1878, en fait dès 187540, deux membres du CSIP et deux représentants des Industries d’Art en 1880 : ce sont les délégués d’organismes parapublics comme la société de l’Union Centrale des Arts décoratifs (que nous étudierons plus loin avec l’œuvre du CSBA). Après la grande réforme de mai 1905, décidée par le nouveau sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts Dujardin-Beaumetz qui porte le nombre des membres du CSBA de 56 à 80 puis à 88 par le décret di 13 juin 1908, (cf. tableau II), c’est dans cette catégorie et dans celle des artistes (cf. infra), que la mutation est la plus radicale. Les quatre représentants de l’institut présents en 1878 ne sont plus que deux en 1884, tandis que les quatre représentants des chambres passent à 10, l’effectif des autres groupes restant stable. Cet affaiblissement des représentants de l’institut est confirmé par l’évolution du recrutement de la catégorie des artistes.

Les artistes

  • 41 Rapport du Budget des Beaux-Arts de l’exercice 1900 : Chambre des Députés, N 1134.

29La troisième catégorie, celle des artistes, a subi d’importantes fluctuations, surtout en 1905 : leur nombre double. Mais ce doublement fait illusion, les tableaux II et VII le prouvent. Formant 37,5 % des membres du CSBA en 1875, les artistes ont vu décliner leur importance par rapport aux autres catégories des « divers professionnels de l’art », jusqu’à n’en plus former que 21,4 % en 1904. Conscient de cette anomalie qu’il dénonce dans ses rapports budgétaires consacrés aux Beaux-Arts, notamment celui de 190041, le parlementaire Dujardin-Beaumetz, une fois devenu sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts en janvier 1905, rétablit un certain équilibre en modifiant la composition du CSBA, de sorte que les artistes constituent 32 % de ses membres après la modification du 30 mai 1905. Mais l’équilibre d’origine ne sera plus jamais retrouvé, et encore celui-ci reste-t-il précaire : en mai 1909, la proportion d’artistes retombe à 30 %, puis après 1932, sous la barre des 30 %. En fait la réalité est moins sombre si l’on considère la croissance importante des artistes parmi les membres de droit où leur part s’élève régulièrement de 33,3 % en 1875 à 43,5 % en 1938.

IV. Membres des corps constitués

IV. Membres des corps constitués
  • 42 Son président, Bailly, remercie, par une lettre du 15 août 1884, le directeur général des Beaux-Art (...)
  • 43 Le Président du Salon d’Automne (depuis 1903), Frantz Jourdain, a dû attendre longtemps d’être reco (...)
  • 44 Cf. une lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts du 11 février 1911 adressée au sénateur Sar (...)

30Cette croissance s’explique autant par l’expansion du marché de l’art et du nombre d’artistes professionnels, que par la politique gouvernementale de libéralisation des structures de diffusion et d’échange des œuvres d’art (justement une des œuvres importantes du CSBA), et par la consécration officielle de présidents et de directeurs de nouveaux établissements et sociétés artistiques organisant des Salons. Celles-ci sont reconnues d’utilité publique : la Société des Artistes français en 188442, la Société nationale des Beaux-Arts en 1909, le Salon d’Automne en 192043, le Salon des Indépendants en 1938. En revanche, les candidatures provenant d’associations d’anciens élèves, comme celle de l’Ecole nationale des Arts décoratifs, ont été repoussées44.

31Ainsi l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs, à peine réorganisée, son directeur est admis a siéger à côté de son collègue des Beaux-Arts au CSBA dés 1880. Enfin l’analyse prosopographique révèle que bien des membres du CSBA exerçant des professions diverses sont d’anciens artistes reconvertis. Parmi eux les plus notoires deviendront soit directeur des Beaux-Arts comme le graveur Charles Blanc, le sculpteur Eugène Guillaume, soit sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts comme Dujardin-Beaumetz ; les autres seront d’actifs inspecteurs des Beaux-Arts, tels Philippe Burty, Charles Yriarte, ou des écrivains d’art avertis comme le graveur Philippe Gille, le peintre Félix Ravaisson (qui exposait sous le nom de sa mère Félix Lâcher) et Henri Delaborde, qui abandonna à regret, pour raisons de santé, une carrière de peintre prometteuse ; enfin on ne compte plus le nombre de députés, ministres, sénateurs qui passèrent quelques années de leur jeunesse dans un atelier, et qui restèrent d’habiles artistes amateurs, comme l’austère Waldeck-Rousseau qui peignait dans le style impressionniste !

VI. Personnalités distinguées pour leurs connaissances en art

VI. Personnalités distinguées pour leurs connaissances en art

sénateur
député
ancien député
peintre
architecte
membre de l’Institut

  • 45 Cf. le chapitre suivant pour une analyse des divergences de point de vue ; voir M.-Cl. GENET-DELACR (...)

32Ainsi faut-il interpréter le rôle et l’œuvre du CSBA à la lumière du double éclairage de la statistique et de la prosopographie pour rendre compte, non seulement du jugement des contemporains, mais aussi de celui des spécialistes actuels sur le rôle du CSBA et des Conseils et comités de l’administration des Beaux-Arts en général45. Ainsi en 1875, 7 des 12 artistes sont membres de l’Institut, mais 10 ans après ils sont déjà 10, et en 1901, 11 sur 12 : à la veille de 1905, l’Institut exerce effectivement un véritable monopole sur le CSBA. La réforme effectuée par Dujardin s’imposait donc. Il rétablit par ses nouvelles nominations que nous examinerons dans l’analyse, l’équilibre originel entre les deux fractions d’artistes. La parité sera respectée et jouera même en faveur des « indépendants » chez les peintres et les sculpteurs (en 1914, un seul sculpteur sur 7 est membre de l’Institut), jusqu’à la dissolution du Conseil en 1940. Mais il n’en va pas de même pour les autres artistes qui conservent une grosse majorité d’académiciens. Est-ce en raison de leur moindre représentation quantitative ? D’autres facteurs expliquent cette disparité : l’analyse prosopographique montre que deux formes de consécration artistique coexistent alors. La consécration « officielle » que constitue une nomination au CSBA confirme d’une part une carrière artistique originale individuelle et indépendante des institutions patronnées par l’Académie des Beaux-Arts, et elle joue le rôle d’un tremplin vers la consécration académique de l’autre. Nul doute cependant que les artistes académiciens diminuent progressivement après la Première Guerre mondiale non seulement au CSBA mais dans toutes les autres commissions de l’administration des Beaux-Arts, à commencer par celles destinées aux achats et aux acquisitions d’œuvres d’art qui feront l’objet d’une étude particulière.

Les « personnalités distinguées »

  • 46 Cf. pour leurs caractéristiques et leurs carrières, l’étude prosopographique : Thèse, II et M.-Cl. (...)
  • 47 Sur la grande réforme qui porte le nombre de membres du CSBA de 50 à 80, on lit dans le Rappel (4 j (...)
  • 48 Le journal de Paul Landowski fait écho à cette affaire qui est l’une des causes du dissentiment pro (...)

33Reste la quatrième catégorie, celle des « personnalités distinguées » (cf. tableau VI), devenues ensuite « personnalités compétentes » en matière d’art. A la création du Conseil, elle permet aux députés de l’Assemblée nationale qui s’intéressent aux questions artistiques (plusieurs sont artistes comme Jules Buisson, Clapier, de Vinols) de participer aux travaux du Conseil. Mais les nominations ont dû faire problème : nous retrouvons dans les archives une liste différente de celle parue dans l’Almanach national en 1875 et 1876 (les deux sont indiquées sur le tableau). En 1878, députés et sénateurs étant désormais représentés ès-qualités, elle permet néanmoins, on l’a dit, aux « battus » qui savent se parer d’une « compétence » opportune sinon réelle, de se maintenir au CSBA, quand ils font acte de candidature auprès de l’administration, l’amitié faisant le reste, comme l’écrivent nombre d’entre eux. Mais 1880 marque l’entrée au Conseil de véritables personnalités « culturelles », soit écrivain et amateur, comme Alexandre Dumas fils, Edmond About, soit critique d’art comme Charles Clément, Eugène Véron, ou collectionneur comme Cernuschi. Ce type de personnalités augmente et se différencie au fur et à mesure que s’institutionnalise l’enseignement artistique et esthétique, que se rationalisent la gestion et la conservation du patrimoine artistique, et que se professionnalisent les différentes carrières y afférant. Constituée de 4 personnes en 1880, la catégorie connaît une expansion continue : 10 membres en 1884, 12 en 1887, 14 en 1902, 16 en 1905, 18 en 1909 et enfin 19 en 1932 ! Même si la proportion d’hommes politiques reste importante, le nombre des professionnels de l’écriture sur l’art et de la connaissance de l’art s’accroît46. Les fonctionnaires de l’administration des Beaux-Arts qui ne peuvent être membres de droit, trouvent place dans cette catégorie : anciens chefs de bureaux, de divisions, de services, inspecteurs des Beaux-Arts, sous-directeurs, directeurs, sous-secrétaires d’Etat, honoraires de toutes sortes se retrouvent là, ce qui paraît confirmer la boutade d’un journaliste du Rappel qui faisait du CSBA le « Mérite agricole du ministère »47. Signe des temps, c’est dans cette catégorie qu’apparaît la première et seule femme du CSBA, Madame Lapauze, devenue après 1928 Madame Pomaret, nommée dans les conditions douteuses que nous avons déjà évoquées en 1925 et qui en fait remplace son mari, Henri Lapauze, jusqu’en 194048.

B. – L’évolution

34Il reste maintenant à prendre une vision plus globale de cette évolution structurelle du CSBA, à l’aide des tableaux VII, VII-1, VII-2, VII-3, VII-4 et des graphiques correspondants (voir ces tableaux et graphiques pages suivantes).

Le tableau récapitulatif VII

35Les chiffres énoncés dans les décrets et les rapports conservés aux Archives ne correspondent pas toujours à la réalité des nominations effectives des personnes, également prises par décrets et arrêtés et officialisées par leur publication au B.O. Plusieurs raisons à celà : des postes vacants, des membres du Conseil décédés et non encore remplacés, tels ou tels personnages qui siègent au Conseil à plusieurs titres successivement et circulent d’une catégorie à l’autre (surtout chez les artistes et les hommes politiques). Ainsi les présidents de société artistique siègent parmi les membres de droit pendant les trois années de leur mandat présidentiel, puis retournent dans leur catégorie d’origine, celle des artistes nommés annuellement, si une place est vacante ; sinon ils doivent attendre. Il en va de même pour les directeurs d’établissements artistiques. Le directeur du Conservatoire Théodore Dubois est ainsi de droit au CSBA de 1895 où il succède à Ambroise Thomas, à 1905, date à laquelle il est remplacé par Gabriel Fauré, mais il doit attendre la mort de Jules Massenet en 1913, pour revenir au CSBA dans la catégorie des musiciens.

Tableau 7 : La composition du C.S.B.A. d’après l’administration (F 21 4 712 et 3984)

Tableau 7 : La composition du C.S.B.A. d’après l’administration (F 21 4 712 et 3984)

Tableau 7 (1) : Pourcentages

Tableau 7 (1) : Pourcentages

Tableau 7 (2)

Tableau 7 (2)

I. (Base : 100 moyenne des effectifs 1875-1940).

Tableau 7 (3) : Indice de croissance des différentes catégories de membres du C.S.B.A.

Tableau 7 (3) : Indice de croissance des différentes catégories de membres du C.S.B.A.

1. (Base 100 effectifs n 1875).

Tableau 7 (4) : Indice de croissance des différentes catégories de membres de droit du C.S.B.A.

Tableau 7 (4) : Indice de croissance des différentes catégories de membres de droit du C.S.B.A.

Tableau 7 (5) : Indice de croissance des sous-catégories de membres nommés annuellement

Tableau 7 (5) : Indice de croissance des sous-catégories de membres nommés annuellement

graphiques tableau VII (1)

graphiques tableau VII (1)

GRAPHIQUE A

graphique tableau VII (3)

graphique tableau VII (3)

GRAPHIQUE B

graphique tableau VII (4)

graphique tableau VII (4)

GRAPHIQUE C

  • 49 Au chap. 2 sur l’analyse du rôle du CSBA, n.20.

36Léon Bonnat est le cas le plus exemplaire de longévité et de mobilité dans l’institution. Nommé dés l’origine en 1875, il démissionne six mois après dans les conditions qu’on précisera plus loin49 mais est renommé en 1880, à la place de Paul Baudry qui vient de mourir ; élu à l’Institut en 1881, et nommé président du Conseil des Musées nationaux en 1892, il change alors de catégorie et succède à Paul Mantz parmi les personnalités distinguées où il reste jusqu’en 1898, puis revient dans la catégorie des artistes succéder à Puvis de Chavannes décédé, jusqu’en 1909 où il rejoint les membres de droit en qualité de directeur de l’ENBA. Il y restera jusqu’à sa mort en 1922. Bonnat a donc changé quatre fois de catégorie en 42 ans de présence au CSBA.

  • 50 A.N. F21 4711<5C>.

37Si cette mobilité peut paraître justifiée une autre semble bien futile, motivée par l’incompatibilité d’humeur entre deux artistes comme Jean-Paul Laurens et William Bouguereau dont témoignent les archives. Nommé dés 1880 en tant que représentant de la Manufacture des Gobelins, Laurens quitte le CSBA en 1899 quand Bouguereau y entre d’office parmi les membres de droit, pour trois ans en tant que président de la Société des Artistes Français. Laurens revient trois ans après, par l’arrêté du 31 mai 1902, remplaçant Benjamin Constant qui vient de mourir. Bouguereau, en effet, si jaloux de son temps, n’a jamais fait acte de candidature individuelle au CSBA, et ainsi Jean-Paul Laurens peut y rester jusqu’à sa mort. Néanmoins ils finiront par se retrouver ensemble à la commission de perfectionnement de la Manufacture des Gobelins !50

  • 51 A.N. F21 4711.

38Les hommes politiques, moins mobiles, naviguent entre deux catégories seulement. Elus, ils siègent dans leur catégorie, changeant toutefois de la sous-catégorie des sénateurs à celle des députés ou inversement ; battus, ils siègent dans celle des personnalités distinguées. Les listes Almanach rassemblent tous les hommes politiques sans tenir compte de ces subtilités, qui jouent pourtant un certain rôle. Il faut évoquer le cas des parlementaires, membres du CSBA qui, devenus ministres d’un portefeuille autre que l’Instruction Publique, échangent leurs sièges avec un parlementaire élu. Ainsi se forment des tandems, Jules Ferry-Jules Roche, Lockroy-Turquet. Enfin, aux nominations officieuses faites en surnombre déjà évoquées s’ajoutent des nominations bien réelles, comme celle de Ferdinand Dreyfus nommé par arrêté du 3 avril 1913 du président du Conseil (il remercie par retour du courrier : il est « très sensible à cette désignation ») sur proposition du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, nomination qui ne laisse aucune trace officielle51. Il n’y a dans ce cas aucune instruction d’opposition à la publication du B.O. et pourtant, il ne figure pas sur les listes officielles, et il est notoirement en surnombre comme on le constate sur le tableau IV, dans la catégorie des sénateurs. Pourquoi ce silence ? On n’en finirait pas d’évoquer ces cas individuels et particuliers qui font mentir les textes, aussi officiels soient-ils !

  • 52 Ils sont de toutes les commissions, dont ils rapportent les débats dans des rapports signés, bien q (...)

39Les secrétaires semblent aussi parfois ignorés par les décrets et s’ajoutent donc aux effectifs théoriques. Pourtant leur rôle est essentiel et stratégique, ils font partie de toutes les commissions nées du CSBA, ils ont voix délibérative après le décret du 15 juillet 1884, et statut de membre de droit après celui du 15 janvier 188752.

40En confrontant les noms portés sur nos différents tableaux, III, IV, V, VI, on suit le fil des pérégrinations de certaines personnalités du CSBA, et on reconstitue leur parcours, sachant qui est en place et à quel moment dans chaque catégorie et à chaque poste. Les tableaux présentent cependant des lacunes et tous les noms des personnes ayant fait partie du CSBA n’y figurent pas. En effet, certains décèdent peu de temps après leur nomination, qui a eu lieu dans un intervalle de temps compris entre deux dates indiquées sur le tableau. Par exemple, les noms du conseiller d’Etat Jules Rein, ceux des collectionneurs Cernuschi et Paul Guillaume, du statuaire Victor Ségoffin, des peintres René Ménard, Joseph Weertz, et Victor Guillonnet, sont absents.

Analyse des tableaux et graphiques récapitulatifs

41L’observation du tableau VII et de ses annexes statistiques 1, 2, 3, 4, et de ses graphiques A, B, C, révèle plusieurs faits. Ce qui frappe d’abord, c’est la croissance de l’effectif du CSBA qui triple de 1875 à 1940, qu’il s’agisse de l’indice calculé à partir de l’effectif cumulé moyen des années 1875-1940, qui progresse de l’indice 45 en 1875 à l’indice 134 en 1940, sur le graphique A, ou de l’indice calculé à partir de l’effectif initial de 1875, qui passe de la base 100 à l’indice 300 sur le graphique B. Dans ce mouvement d’ensemble, on distingue cependant deux moments caractérisés par une progression accélérée, pendant les années 1884-1887 et 1905-1909.

42Apparaît aussi la disparité de cette croissance entre les différentes catégories et phases considérées, même si la structure globale du CSBA reste identique pendant toute son histoire. Deux sont affectées d’une progression plus forte que celle du CSBA, les membres représentatifs et les membres de droit, et deux d’une progression moindre, la catégorie des artistes et celle des personnalités distinguées. Ces constatations amènent à distinguer la croissance relative en pourcentage de chaque catégorie par rapport à la croissance générale du CSBA sur le tableau VII.1. et le graphique A, de la croissance nominale et spécifique de chacune d’entre elles par rapport à l’effectif initial pris comme référence indicielle, sur les tableaux VII.3 et VII.4 et sur les graphiques correspondants B et C, de façon à mieux faire ressortir les dissemblances d’évolution.

  • 53 Cf. lettre de Chennevières à Waddington, citée supra n.8.

43Pour les catégories ayant subi le plus fort accroissement, et en premier lieu, l’effectif de celle des membres représentatifs d’autres corps ou institutions quintuple de 1875 à 1940. Nommées annuellement et renouvelables, ces personnalités n’exercent ni une fonction ni une profession directement artistique, pas plus qu’elles ne peuvent faire prévaloir leurs compétences en matière d’art. A première vue, ce résultat, non perceptible au seul examen de la constitution des catégories officielles prévues par les décrets, étonne. Il est paradoxal de constater sur le graphique A que leur suprématie se substitue en 1878 à celle originelle des artistes. Les critiques féroces du marquis de Chennevières adressées au successeur de Henri Wallon auraient-elles été suivies d’effet ?53 Certes le déclin relatif qui affecte ce groupe des membres représentatifs après 1884, par rapport à la croissance globale du CSBA ne l’empêche pas de rester doté du plus fort indice de croissance pendant toute la période, comme le montre le graphique B.

  • 54 Cf. le discours de H. Wallon, annexe 2.

44Faut-il s’en étonner ? Oui, si l’on se souvient du discours fondateur d’Henri Wallon54. Celui-ci veut, en créant le CSBA « appeler ses représentants (de l’art) les plus autorisés à donner leur avis sur ces questions (toutes les mesures qui servent l’art), c’est un hommage rendu à la compétence du corps entier dans la direction de ses propres affaires et une satisfaction légitime donnée au sentiment légitime de sa dignité ». Moins, si l’on considère la fonction et le rôle réel des personnes nommées dans le champ artistique et culturel.

  • 55 A.N. F21 4712(3). Voir Thèse, II, et M.-Cl. GENET-DELACROIX, « L’enseignement de l’histoire de l’ar (...)

45Ainsi les membres représentant l’Institut en tant que corps constitué diminuent de moitié de 1875 à 1884 ; apparaissent à leur place des représentants du CSIP qui sont toujours universitaires, mais aussi membres de l’Institut (l’un appartient à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et l’autre à celle des Sciences). L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres reste représentée en tant que telle par le professeur d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité à l’ENBA nommé par Jules Ferry par le décret du 28 novembre 1880, en vue du développement de l’enseignement de l’archéologie et de la civilisation, introduit à l’Ecole des Beaux-Arts dès 1863 mais généralisé au niveau de l’enseignement supérieur après 1876- 187755. L’Académie française, absente en 1875, est représentée en 1880 par Ernest Renan puis après sa mort, par Ernest Lavisse : deux figures symboliques de la volonté de consécration d’un nouvel esprit savant, d’une nouvelle conception de l’histoire s’harmonisant avec la nouvelle conception esthétique de l’art des hommes politiques que nous serons amenée à préciser plus loin. Après guerre, la littérature semble s’imposer, avec Marcel Prévost nommé en 1921 comme successeur de Lavisse pour représenter l’Académie Française. L’écriture sur l’art aurait-elle fini par se faire reconnaître en tant que genre littéraire à part entière ? Ne voit-on pas en effet élire à l’Académie Française coup sur coup le premier peintre-écrivain en la personne d’Albert Besnard en 1925, et le premier historien d’art, Emile Mâle en 1927 ?

46Au contraire, les deux représentants de l’Académie des Sciences, présents en 1875 et 1878, ont disparu pour faire place à deux représentants des industries d’art, entrés, on l’a vu, en 1880. Mi-industriels mi-artistes, l’ingénieur Bouilhet et l’orfèvre Fannière assurent la réussite d’associations semi-publiques à vocation artistique et industrielle, comme l’Union Centrale des Arts Décoratifs. Là aussi, l’esprit du temps se manifeste : l’époque du grand chimiste de la couleur Chevreul est révolue, et le mode de production industriel commence à développer tous ses effets, y compris dans la sphère réputée éthérée de l’art !

47Les manufactures, de leur côté, maintiennent fermement vivante la tradition artistique et font barrage à toute infiltration de l’esprit mécaniste en créant des commissions de perfectionnement artistique (à la Manufacture de Sèvres par le décret du 26 juin 1872, et à celle des Gobelins par le décret du 26 octobre 1876), dirigées par des artistes qui sont aussi leurs représentants au CSBA, l’architecte Duc en 1875 pour Sèvres, Louvrier de Lajolais en 1878 pour les Gobelins, remplacés respectivement par Victor Galland et Jean-Paul Laurens en 1880.

48La même adéquation entre compétence artistique et représentation paraît moins assurée a priori au niveau des parlementaires nommés au CSBA par le ministre de l’Instruction publique. Mais l’analyse prosopographique montre que la plupart d’entre eux exercent des fonctions dans les jurys d’expositions internationales, appartiennent aux nouvelles commissions parlementaires sur l’art, interviennent dans les débats sur la législation artistique et la protection des monuments historiques. Antonin Proust, député des Deux-Sèvres, est aussi vice-président de la commission des Monuments historiques et ami du conseiller d’Etat Adolphe Tétreau qui conduit au CSBA et au Conseil d’Etat le débat sur la loi de 1887 qu’Antonin Proust, justement, défend au Parlement. Tous les rapporteurs du budget des Beaux-Arts sont membres du CSBA : Tirard, Proust, Lockroy, Couyba, Buyat, Rivet, Simyan, Dujardin-Beaumetz, Paul-Boncour, Rameil, Bedouce, Locquin, Fourcade, Monnet, Chastenet, Berlioz, Audiffret-Pasquier... la liste n’est pas exhaustive. On trouve d’anciens avocats d’artistes ou de sociétés littéraires et artistiques (Poincaré, Barthou). D’autres interviennent pour renforcer la protection juridique de la propriété artistique et littéraire (Louis Legrand, Marcel Plaisant et Couyba) ou pour créer une taxe sur la reproduction des œuvres (Léon Bérard, Edouard Herriot). Certains sont amis d’artistes (Clémenceau) ou collectionneurs avertis (Paul Decauville et Albert Sarraut), anciens inspecteurs des Beaux-Arts (Roger Ballu), artistes amateurs (une dizaine d’entre eux). Enfin sont présents au CSBA les deux auteurs du projet de réforme de la réorganisation de l’administration des Beaux-Arts (Lambert de Sainte-Croix et Edouard Charton). Ainsi pourrait-on poursuivre l’énumération des motifs pour lesquels ces hommes politiques tiennent tant a faire partie d’un Conseil, consacré à des affaires fort éloignées en apparence des préoccupations politiques. La croissance démesurée de leur effectif passé de la base 100 à l’indice 1200 se justifierait-elle donc plus qu’il n’y paraît et plus que les mauvaises langues ne le prétendent dans la presse de l’époque ? On reviendra sur ce problème plus tard. A la vue du graphique C, force est de constater leur impérieuse domination, surtout après les décrets de 1905 qui ont l’effet un peu contradictoire d’augmenter le nombre des artistes certes, mais moins que celui des hommes politiques.

  • 56 Nous répondons à cette question dans l’analyse prosopographique et la conclusion de la IIIe partie  (...)

49Cette croissance est beaucoup plus forte en réalité puisque les battus se maintiennent dans la catégorie des personnalités distinguées, ou leur nombre augmente régulièrement de 1885 à 1913, avec 4 hommes politiques, puis 5 en 1898, 6 en 1901, 9 en 1913, pour ensuite osciller entre 2 et 4 représentants et devenir nul en 1938-39. Comment expliquer ce renversement de tendance ? Provient-il d’une désaffection des hommes politiques pour les questions artistiques, ou d’une prétention plus marquée et plus reconnue des professionnels de l’art à faire prévaloir leurs idées et à leur donner la forme d’expression administrative adéquate pour la faire appliquer56 ? Nos analyses ultérieures permettent de répondre à ces questions nées de l’observation des chiffres.

50Moins spectaculaire que celle des précédents, la courbe de croissance des membres de droit surplombe cependant celle de l’effectif total du CSBA avec des indices toujours supérieurs qui progressent de 100 à 338 en 1940 et qu’on peut suivre sur le graphique B. C’est la seule courbe de croissance à présenter une ligne régulièrement ascendante sans fluctuation brusque, positive ou négative. Mais voilà encore une catégorie non homogène. Quelle composante contribue le plus à expliquer cette croissance ? Il suffit de se reporter au graphique C pour en juger (nous avons indicé les chiffres inscrits sur le tableau II au tabLeau VII.4).

51Quant aux membres de droit, la sous-catégorie du personnel de direction et d’encadrement des services administratifs se détache nettement de toutes les autres composantes des membres de droit : son effectif quintuple de 1875 à 1914, puis subit une brutale compression après guerre, tombant à l’indice 300 en 1921-23 pour se stabiliser à l’indice 400 après 1924-28. On discerne là les conséquences de l’expansion du système administratif des Beaux-Arts, qui se manifestent davantage à ce niveau intermédiaire de la hiérarchie d’encadrement qu’au sommet. On note une régression en 1901- 1902, l’indice tombant a 75, et une progression légère en 1932, l’indice remontant à 150. Mais sur toute la période, l’effectif reste stable. Il est vrai que l’autorité et la responsabilité ne se partagent pas !

52En revanche on se serait attendu a voir croître davantage la représentation du personnel d’encadrement des établissements artistiques, pédagogiques et muséographiques qui se multiplient à cette époque. Il conserve une progression régulière de 100 à 334, qui contraste avec celle plus heurtée et décalée dans le temps des présidents de sociétés artistiques qui s’élève par bonds successifs de 100 à 400. Nous sommes ici en présence de la seule catégorie qui n’a pas connu de brusque essor en 1905. Le quatrième salon, pourtant, le Salon d’Automne, offrait ses cimaises aux jeunes artistes depuis deux ans. Mais pas plus que son aîné le Salon des Indépendants, créé en 1884, il n’apparaît comme une instance suffisamment représentative de l’ensemble des artistes français. Pour être reconnu officiellement le premier devra attendre 1916 et le second 1936.

53Qu’ils soient de droit ou nommés annuellement, les membres du CSBA représentant des institutions ou des intérêts socio-professionnels collectifs, ont donc bénéficié d’une plus grande sollicitude des pouvoirs publics que les personnalités dites compétentes en matière d’art et les artistes de talent et de notoriété publique qui ne représentent qu’eux-mêmes et ont une augmentation spécifique relativement faible par rapport à toutes les autres catégories du CSBA de 1875 à 1940.

54En abordant les catégories qui enregistrent une croissance plus faible que celle de l’effectif global du CSBA, on se rend compte de cette disparité sur le graphique B et on note une tendance au déclin de ces catégories dans l’ensemble du CSBA sur le tableau VII.2 et le graphique A.

55Les deux courbes présentent sur le graphique A des inflexions coordonnées dans le temps. Une tendance à la baisse s’amorce de 1878 à 1885, suivie d’une stabilisation au niveau le plus faible jusqu’en 1898, avec une première inflexion positive pour les personnalités distinguées qui retrouvent leur niveau originel pendant quelques années, et négative pour les artistes qui atteignent le niveau de leur représentation le plus bas pendant ces mêmes années 1898-1905. La seconde inflexion se produit en 1905 avec le rétablissement quantitatif des artistes à 31 % de leur représentation au sein du CSBA, accompagné de la chute irréversible à 19-20 % de la représentation des personnalités distinguées, la plus faible jamais atteinte par aucune des autres catégories du Conseil.

56Certes, l’allure générale des courbes change un peu sur le graphique B ; les fluctuations sont plus nettes. Ainsi les personnalités distinguées formaient en 1875 un groupe aussi important que celui des membres de droit, mais amputé en 1878 de sa composante politique, il ne double son effectif initial qu’en 1905, par augmentations successives, tandis que la courbe des artistes reste étale pendant cette période. Après son doublement, la catégorie des artistes connaît une nouvelle phase de stagnation jusqu’en 1940. On a déjà signalé que ce résultat est un peu illusoire car les artistes accèdent aux autres catégories à titre représentatif et constituent finalement en 1940 un groupe de plus de 40 % au sein du CSBA, donc légèrement supérieur à celui existant à sa fondation en 1875. Mais bien entendu, il ne s’agit plus des mêmes types d’artistes, comme le révéle l’analyse prosopographique. L’évolution du métier, de la carrière et de la profession d’artiste contribue autant que les mutations socio-économiques à expliquer cette différenciation de la représentation artistique au CSBA.

  • 57 Voir Thèse, II.

57La même illusion d’optique explique le surprenant déclin relatif de la représentation des professionnels de la connaissance de l’art dans un Conseil tel que le CSBA. Les nombreux professeurs, écrivains, critiques, amateurs, collectionneurs qui le constituent sont souvent présents à d’autres titres en fait que celui de personnalités distinguées. L’examen des attributions du CSBA et leur évolution permettra de comprendre, au moins en partie, ces disparités, dont l’étude prosopographique permet à son tour l’interprétation57.

III. – Les attributions du Conseil

A. – Les statuts d’origine

  • 58 Cf. le texte de l’article 4 du décret du 22 mai : annexe 1.
  • 59 « Art. 3 Le Conseil peut être appelé à donner son avis sur les questions qui lui seront soumises pa (...)

58Le CSBA est un corps purement consultatif et n’a pas, comme le CSIP, de pouvoirs propres. Ses attributions sont fixées et réglées par le décret organique du 22 mai 1875, qui prescrit à cette Assemblée des réunions mensuelles, aux fins de donner son avis sur58 le règlement des expositions d’artistes vivants, les concours, les questions générales concernant l’enseignement des Beaux-Arts et le travail des manufactures, les souscriptions aux ouvrages relatifs aux Beaux-Arts, et enfin les ouvrages et missions relatifs aux Beaux-Arts. Une sous-commission nommée par le ministre, et présidée en son absence par le directeur des Beaux-Arts, pouvait être consultée sur les commandes et acquisitions d’œuvres d’art. Ce texte est à peine modifié par l’article 3 du décret du 9 septembre 1878 qui introduit les Musées Nationaux dans la sphère de compétence du CSBA59.

59A partir de ces décrets, le CSBA accomplit un énorme travail pendant une quinzaine d’années, contribuant largement à l’organisation des services les plus importants des Beaux-Arts et jouant, notamment, un rôle décisif dans l’organisation de l’enseignement du dessin comme dans celle des expositions. Mais, si le décret de 1880 espaçait ses réunions, désormais trimestrielles (alors qu’elles étaient jusque là mensuelles), les attributions du Conseil se trouvèrent profondément modifiées par le décret de 1887 qui laisse dans le vague ses tâches précises : il est simplement dit que le CSBA est appelé à examiner toutes les questions relatives aux arts sur lesquelles le ministre jugera utile de le consulter, formule qui reste inchangée jusqu’en 1940. Ce flou (qui n’a rien d’innocent) entraîne graduellement une réduction du champ d’activité du Conseil. Sans doute constate-t-on encore après 1887 une certaines activité du CSBA et des commissions spéciales qui en émanent. Ainsi, en 1891, le CSBA se prononce sur la question de l’enseignement des Beaux-Arts pour les femmes, sur la création de la Caisse des Musées, sur la question des entrées dans les musées, sur la réorganisation de Sèvres, sur une nouvelle réglementation des Prix de Rome et le statut de la Villa Médicis (l’Académie de France à Rome). Mais dés 1895 un rédacteur pouvait écrire qu’en fait, le CSBA ne se réunissait plus que tous les ans, à l’époque des Salons, pour examiner les titres des candidats aux bourses de voyage... Et jusqu’en 1939, ce sera effectivement le plus clair de son activité !

  • 60 Cf. annexe 1 : voir l’article 3 du décret de 1875 repris par l’article 2 de celui du 9 septembre 18 (...)

60Nous avons déjà signalé la plupart des causes essentielles de perte de vitalité du CSBA. C’est la suppression, en 1887, de la périodicité des réunions ; c’est la substitution à une liste d’attributions précises, d’une formule trop générale ; enfin, c’est l’impossibilité de discuter, dans l’unique réunion annuelle, de questions autres que celles figurant à l’ordre du jour. Mais l’institution présente une autre cause d’impuissance : le nombre excessif de ses membres. Déjà, à ses débuts, lorsque le CSBA n’avait que 32 membres60, il a été obligé de se diviser en sous-commissions pour l’étude des diverses questions soumises à son examen. Par la suite, l’augmentation considérable du nombre de ses membres en a fait un instrument de plus en plus lourd à manier, et les ministres se sont habitués a se contenter des avis des sous-commissions (commandes et acquisitions, enseignement des Beaux-Arts...). Celles-ci seront à leur tour organisées peu à peu en Conseils indépendants, ayant elles-mêmes des sous-commissions ou des comités actifs. Les bureaux finirent ainsi par se trouver encombrés d’organes consultatifs périmés ou en sommeil, dont les attributions s’enchevêtraient, et dont le morcellement ne permettait plus d’assurer à la direction des Beaux-Arts l’impulsion continue et l’unité de vues si nécessaires à l’accomplissement de sa mission.

B. – Les projets de réforme

  • 61 Un extrait de son rapport est reproduit en annexe V.

61Aussi les projets de réforme du CSBA ne manquèrent-ils pas. Dès 1900, dans le rapport rédigé pour la Commission des Finances de la Chambre des Députés sur le budget des Beaux-Arts, Dujardin-Beaumetz faisait le procès de cette situation. Ses critiques portaient surtout sur la composition du CSBA61. Artiste, il pense que le CSBA a été créé pour promouvoir et défendre les intérêts des artistes et de l’art. Rien n’est moins sûr, nous le verrons. Dés sa création, il suscite l’opposition violente des artistes qui en jugent le rôle dangereux et la fonction inutile à côté du Jury des Artistes élu au suffrage universel. Fut-il créé pour satisfaire l’opinion publique ? Mais qu’exigeaient de l’art « l’intérêt public » et l’Etat ? La même chose ? On en doute également. Qu’attendent en fait les artistes de la sollicitude de l’Etat républicain et libéral ? De la réponse à ces questions dépend l’idée du rôle qu’on veut donner au CSBA ; du même coup il s’avère difficile de le définir. Son recrutement par voie électorale, préconisé par Dujardin dans son projet (cf. annexe V), suffirait-il à faire du conseil un véritable gouvernement de la « République des arts » comme il le pense ? Sa composition, on l’a vu, fait problème, et Dujardin lui-même, malgré ses bonnes intentions, n’a pu réellement influer sur le cours des choses. Mais il est frappant de constater que, tel son successeur Paul-Boncour, il semble ignorer l’œuvre accomplie par le Conseil dans les quinze premières années de son existence. Il résume son action à une de ses attributions, décerner chaque année le Prix du Salon et distribuer une dizaine de bourses de voyage. Et tous deux ne jugent le CSBA qu’à la qualité de ses membres.

  • 62 Paul BONCOUR, Art et démocratie, Paris, 1912, p. 52.

62Paul-Boncour, reprend en 1911 la même idée lorsqu’il écrit dans son rapport pour le budget des Beaux-Arts62 :

« Au point où nous en sommes, ce n’est pas par un impossible retour vers un dogmatisme quelconque que nous résoudrons la question, mais bien par la représentation loyale et sereine des diverses tendances au sein des Conseils qui représentera, à côté des ministres qui passent, l’élément technique et permanent. Ce sera, si l’on veut, la proportionnelle de l’art ».

63Paul-Boncour ferait entrer dans les attributions du Conseil élu qu’il préconise, l’étude des programmes d’enseignement des Beaux-Arts, la nomination des professeurs, la désignation des jurys et la disposition du classique Prix de Rome sur le choix des sujets.

64Les deux hommes appelaient donc de leurs voeux la transformation du CSBA en un véritable « Parlement des Beaux-Arts ». Ils avaient l’impression qu’une réforme en ce sens était attendue par les artistes, et que la collaboration du CSBA et des artistes était nécessaire à l’élaboration d’une politique artistique nationale. Dujardin-Beaumetz trouve des accents quasiment lyriques pour le démontrer :

  • 63 Cité dans un rapport administratif, A.N. F21 471 l<5a>.

« Croit-on pouvoir, sans le CSBA, et sans les artistes, déterminer dans nos provinces le grand et fécond mouvement qui, par l’enseignement d’un dessin utile, par les écoles de demi temps, par la collaboration de l’atelier réel, – j’entends ceux de l’industrie – et l’école théorique, sauvera nos industries décoratives, et sera peut-être, pour notre pays menacé par de puissants concurrents, le salut industriel ? Croit-on pouvoir, sans lui et sans eux, obtenir l’appui du Parlement pour la création de musées, d’écoles, cependant indispensables, rajeunir nos enseignements d’Etat, adapter nos manufactures aux besoins modernes, protéger le mobilier national et les richesses artistiques françaises, contre des dévastations d’autant plus dangereuses qu’elles sont multiples et faites même sans y songer, appuyer l’art moderne, permettre à la démocratie d’affirmer ce style qui sera ses aspirations et sa vie »63.

  • 64 Rapport qui semble avoir été rédigé vers 1928-29, mais qui n’est ni daté ni signé, A.N. F21 47115a) (...)

65Un autre projet de reforme du CSBA fut élaboré après guerre par les services du directeur général des Beaux-Arts Paul Léon. Il s’inspire d’une note que la toute nouvelle Confédération Générale des Travailleurs Intellectuels (CTI) avait remise en 1922 au directeur général, par laquelle elle lui demandait d’étudier les moyens de donner au CSBA une importance plus en rapport avec son titre. En effet il était apparu à la CIT que le CSBA pouvait avoir un rôle plus considérable que celui qui lui était accordé et qui consistait à voter un Prix National et des bourses de voyage. C’est le sculpteur Georges Gardet, membre du CSBA et de l’Institut, qui semble avoir fait ce rapport, qui n’a pas été retrouvé dans les archives, mais qui a inspiré le rapport dont on va maintenant faire état64.

  • 65 Voir l’article « Conseil supérieur de l’Instruction publique », dans P. DISLERE (dir.), Répertoire (...)

66Ce projet dénote un esprit entièrement nouveau. Autant les précédents s’attachaient à revendiquer une participation plus importante des artistes au sein du CSBA et à ouvrir son recrutement à toutes les forces libérales et vivantes de l’expression artistique et de l’opinion publique, autant celui-ci met en avant la nécessité d’assurer son indépendance face au pouvoir exécutif, en établissant une périodicité semestrielle ou trimestrielle et en instituant le principe de l’élection de ses membres tel qu’il fonctionne au CSIP65. Et l’auteur du rapport franchit le pas que s’était bien gardé de franchir Henri Wallon en créant le CSBA à côté du CSIP. Il pense soustraire du domaine des attributions de ce dernier toutes les questions relatives à l’art, en particulier celles concernant l’enseignement artistique. On étudiera plus loin, en analysant les réformes de l’enseignement du dessin, combien cette rivalité a pesé sur le déroulement des travaux du CSBA. Mais l’auteur se garde d’assimiler les deux Conseils et précise les différences fondamentales qui les distinguent :

  • 66 A.N. F21 4711(5a).

« l’un ne pouvait être qu’une représentation un peu imprécise d’intérêts, d’écoles, de tendances, tandis que l’autre était la représentation bien nette du personnel de l’enseignement, à l’exclusion de représentants des grands corps sociaux. Le CSBA ne pourrait donc avoir, au même titre que le CSIP, des pouvoirs aussi directs sur le personnel, tant du point de vue de l’avancement de celui-ci que de l’application de peines disciplinaires. Son intervention en cette matière ne pourrait s’exercer que sur les règlements, et non sur les personnes. Mais si l’on relève succinctement les principales attributions administratives et pédagogiques du CSIP, on remarque aussitôt combien certaines d’entre elles pourraient, en les adaptant au domaine des arts, être confiées au CSBA. L’avis du CSIP peut toujours être demandé (avis facultatif) par le ministre, sur les questions relatives à l’enseignement. C’est par exemple par un décret rendu dans la forme des règlements d’administration publique après avis du CS qu’est fixé le tarif des droits d’inscription d’examen et de diplôme, les conditions d’âge pour l’admission aux grades. D’autre part, l’avis du Conseil est exigé (avis obligatoire) lorsqu’il s’agit d’arrêter : les programmes, méthodes, modes d’examen, règlements administratifs et disciplinaires ; les règlements relatifs aux examens et à la collation des grades »66.

67Le rapporteur outrepasse donc les objectifs que s’était fixés Henri Wallon en 1875 tout en rejoignant sa conception initiale. En effet, le CSIP fut profondément libéralisé par la loi du 27 février 1880 due à Jules Ferry ; Henri Wallon ne songeait pas à instaurer une instance aussi autonome où aurait prédominé l’élément électif. Mais le conflit d’attributions entre ces deux instances ne pouvait manquer d’éclater à propos de l’enseignement artistique.

68En fait, la grande réforme du CSBA attendue par Dujardin-Beaumetz, Paul-Boncour et les fonctionnaires de la direction des Beaux-Arts ne vit jamais le jour. Il y a à cela deux raisons majeures. Nous avons déjà aperçu l’une d’entre elles : de modifications en modifications, le CSBA avait bien fini par devenir, en intégrant sans cesse de nouvelles personnalités, une sorte de Parlement... mais sans aucun pouvoir. La seconde raison est qu’ayant à résoudre des questions extrêmement diverses, l’administration des Beaux-Arts préférait s’adresser à des commissions de spécialistes, plus restreintes et compétentes plutôt que de faire appel à une commission « généraliste » difficile et lourde à manier de par son poids même. En somme, la stratégie de l’administration avait changé et le CSBA ne pouvait plus fonctionner dans les conditions qui lui avaient donné naissance en 1875, quand tout était à faire. Il s’agissait alors, pour le gouvernement qui ne détenait son pouvoir que de l’Assemblée, de légitimer son action en instituant un mini-Parlement des représentants du monde artistique recrutés pour leur compétence, leur notoriété, ou leurs responsabilités, de façon à garantir par l’autorité morale dont jouissaient individuellement ses membres, la valeur et la durée de son œuvre de libéralisation de l’administration et du fonctionnement des institutions artistiques.

  • 67 La suite de la citation vaut la peine d’être reproduite : « Aussi n’est-on un homme politique qu’à (...)

69L’obsession de la méthode et de la rationalisation du travail politique gouvernemental habite les fondateurs de la IIIe République et parmi eux Gambetta qui déclarait en 1876 à ses fidèles : « Ce que je veux, c’est qu’une fois que le parti républicain a entrepris une réforme, il ne la laisse pas inachevée, incomplète, mal nourrie, pour courir vers une autre... n’achevant rien et ne laissant en définitive que le misérable spectacle d’un parti qui a touché à tout et n’a rien édifié... »67. Et le CSBA, qui forme avec l’ensemble des commissions qu’il a engendrées, les services extérieurs de l’administration centrale des Beaux-Arts, est étroitement relié aux services intérieurs de cette administration puisqu’à chaque service correspondent des commissions spécialisées et compétentes.

70Le CSBA participe donc bien d’une « méthode » de gouvernement. En effet, étant donné le mode de fonctionnement démocratique du système électoral qui conditionne le pouvoir politique, chaque ministère doit s’entourer des garanties d’autorité et de compétence suffisantes pour rendre compte de son action au Parlement. C’est pourquoi divers Conseils Supérieurs sont créés auprès de chaque ministère : nous en avons recensé 78 sur les tables du Journal Officiel entre 1871 et 1939. Ces Conseils Supérieurs exercent une sorte de souveraineté sur un vaste ensemble de sous-commissions, conseils et comités qui ont des tâches plus précises ; ces conseils d’un niveau inférieur et surtout plus techniques sont consultés par directeurs et chefs de bureau, tandis que les Conseils Supérieurs sont réunis et consultés par les ministres eux-mêmes. Ils constituent donc un rouage privilégié entre pouvoir politique et pouvoir administratif. Or, et c’est là un point essentiel, les membres du CSBA qui sont présents – et même sur-représentés dans toutes les sous-commissions dépendant de l’administration centrale des Beaux-Arts sont tout aussi bien représentés dans les services de l’administration centrale. Ainsi sont-ils majoritaires dans les services d’inspection et les chefs des bureaux sont tous membres du CSBA : c’est bien pourquoi, répétons-le, le CSBA est représentatif du système des Beaux-Arts.

  • 68 G. LARROUMET, op. cit., p. 311-312.

71Sans doute, le rôle spécifique du CSBA est-il diversement interprété (cf. le chapitre suivant). Gustave Larroumet, par exemple, regrette qu’on ne l’ait pas institué par une loi au lieu d’un décret, ce qui lui eût donné plus de force et d’autorité, d’autant qu’il n’est pas recruté par élection, mais par nomination, et donc « au dessus de tout soupçon de complaisance »68. Le Chartier dénonce la disparité qui existe entre la finalité du CSBA et son rôle réel :

  • 69 M. LE CHARTIER, L’intervention de l’Etat dans les arts plastiques, Thèse de Doctorat de Droit, Pari (...)

« C’est lui attribuer une tâche vraiment trop modeste et puisque ce Grand Corps existe, on pourrait lui demander davantage. Dans la pensée de ses fondateurs, il devait être le principal comité consultatif de l’administration des Beaux-Arts et remplir rue de Valois le rôle que le CSIP remplit rue de Grenelle »69.

72Il critique le manque de fixité des réunions, l’imprécision des attributions et la multiplicité actuelle des commissions qui s’oppose à la cohérence de l’action d’ensemble de ces institutions. On retrouve là les vues de Dujardin-Beaumetz.

73Mais à dire vrai, ce sont les faiblesses mêmes de l’institution du CSBA qui font son intérêt pour l’historien. Le Conseil s’est-il affaibli, asphyxié sous le poids de membres trop nombreux, venus d’horizons trop divers ? C’est qu’il offre l’éventail professionnel, social et politique le plus large de ceux qui jouent un rôle dans la vie artistique de la France. Le Conseil s’est-il anémié, dilué en de trop nombreuses sous-commissions ? C’est qu’il est le pivot de toutes les institutions qui structurent le système politique des Beaux-Arts en France. Nous aurons l’occasion dans la seconde partie de cette analyse organique de décrire ce système en détail. Mais il convient maintenant d’examiner le rôle réel et l’œuvre du CSBA qui, n’en déplaise à Larroumet et à Le Chartier, est loin d’être négligeable. Et on se demandera dans quelle mesure l’évolution structurelle du CSBA que nous venons de tracer reflète celle de son activité réformatrice et celle de sa légitimité en tant qu’instance administrative et artistique souveraine auprès du ministre de l’Instruction publique.

Notes

1 A.N. F21 4712 (6) : version annotée de la main de Henri WALLON ; cf. aussi J.O., 23 mai 1875 (texte en annexe 1).

2 A.N. F21 4711 (5a) : discours en annexe 2, publié au J.O. du 6 juin 1875.

3 Le CSIP fut créé par Napoléon I (décrets du 17 mars et du 15 novembre 1811). Maintenu en 1815-1816 et rétabli le 27 février 1821, il expédie les petites affaires et prépare les grandes. La loi du 15 mars 1850 le transforme en Conseil Supérieur où siègent évêques, archevêques, magistrats, conseillers d’Etat et membres de l’Institut. Il n’est pas maintenu sous le IIe Empire. La IIIe République le restaure par la loi du 19 mars 1873, lui conservant les attributions dévolues par la loi du 15 mars 1850. Il traite toute question soumise par le ministère de l’Instruction Publique. La loi du 19 juillet 1879, précisée par celle, inspirée de Jules Ferry, du 27 février 1880, le transforme en une instance permanente et autonome où prédomine l’élément électif et pédagogique. Les ministres du culte et les membres des Grands Corps censés représenter les intérêts sociaux en sont exclus.
La commission des Beaux-Arts de la Ville de Paris sous le IIe Empire est attachée au 3e Bureau. Elle comporte 18 membres dont 8 artistes. Présidée par Mérimée et Nieuwekerke en 1875.

4 La commission consultative des Beaux-Arts est créée le 22 mars 1862 : voir annexe 3A.

5 Texte en annexe 1B.

6 Les hésitations d’Henri Wallon apparaissent dans le texte de l’annexe 1C.

7 L’article 1 du décret du 9 septembre 1878 modifiant la constitution du CSBA est en annexe 3A.

8 La lettre du marquis de Chennevières à Waddington est publiée dans Souvenirs d’un directeur des Beaux-Arts, Paris, 1979, p. 56-58.

9 Décret du 15 novembre 1880, J.O., 16 nov. 1880, p. 11093-4.

10 Décret du 15 juillet 1884, J.O., 1884, p. 3875.

11 Décret du 30 juillet 1884, J.O., 1884, p. 3877.

12 Décret du 15 janvier 1887, J.O., 1887, p. 370.

13 Décret du 24 avril 1897, J.O., 1897, p. 2777.

14 Décret du 5 mai 1898, J.O., 1898, p. 3356.

15 Décret du 11 novembre 1902, J.O., 1902, p. 4307.

16 Décret du 23 mai 1905, J.O., 1er juin 1905, p. 3458.

17 Décret du 30 mai 1905, J.O., 10 juin 1905, p. 3523.

18 Décret du 13 juin 1908, non paru au J.O.

19 Décret du 14 mai 1909, J.O., 17 mai 1909, p. 7930.

20 Décret du 1er juin 1914, J.O., 1914, p. 5111.

21 Décret du 16 novembre 1916, non paru au J.O.

22 Décret du 24 mars 1921, J.O., 11 mai 1921, p. 5815.

23 Décret du 21 avril 1923, J.O., 1923, p. 3954.

24 Décret du 22 avril 1932, J.O., 1932, p. 4539.

25 Décret du 26 mai 1932, J.O., 1932, p. 5682.

26 Modification au règlement intérieur du CSBA.

27 Loi du 12 juillet 1940, qui suspend l’application des dispositions prévoyant l’avis des divers organismes consultatifs, J.O., 1940, p. 4688, 5581 et 5598.

28 Le rapport du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts Paul Jacquier (9 décembre 1913- 14 juin 1914), et adressé à René Viviani, ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts (9 décembre 1913-14 juin 1914) est en annexe 3H ; il annonce le décret du 1er juin 1914, modifiant le CSBA. Il y aura donc dés lors d’une part un représentant du Conseil d’Etat (sur notre tableau II), et un membre de droit appartenant à ce Conseil, le Président de la section de l’Intérieur (sur notre tableau I).

29 La réponse de Roujon informe Henri Marcel, déjà membre de la commission et sous-commission des travaux d’art depuis le 20 août 1891, qu’il sera nommé dès qu’il y aura une place au CSBA. Sa lettre de candidature datée du 19 octobre 1891 montre qu’il veut absolument faire partie du CSBA à n’importe quel titre, invoquant l’éminence de ses travaux (A.N. F21 4712). Il sera effectivement directeur général des Beaux-Arts, un peu plus tard, après Roujon, du 30 octobre 1903 au 25 janvier 1905, et à ce titre membre de droit du Conseil dont il fait partie en tant que personne compétente depuis 1896.

30 Voici, à titre d’exemple, une liste pour la préparation de l’arrêté du 13 mars 1891, nommant Monsieur Delaunay membre de l’Institut, en remplacement de Monsieur Meissonier décédé (A.N. F21 4711 (5c)) :
Liste proposée pour remplacer Meissonier : Delaunay Jules, Grand Prix 1889 ; Moreau Gustave ; Lefèbvre J., Médaille d’honneur 1886 ; Henner ; Blanc, Médaille d’or en 1889 ; Tony-Robert Fleury ; Harpignies Henri ; Carolus Duran ; Détaillé J.B., Grand Prix 1889.

31 Voir une note du Cabinet du Directeur des Beaux-Arts (1895) en annexe 3C et une liste établie en 1913 en annexe 3G.

32 Voir à titre d’exemple, deux notes du 24 février 1911 et du 8 mai 1912, en annexe 3E et 3F.

33 Des exemplaires pour 1887, 1928/30 et 1938/39 sont en annexe 3, 4 et 5.

34 A.N. F21 4711(5c).

35 A.N. F21 4711<5C>.

36 Une lettre de Paul Léon adressée à Jules Michel, secrétaire général de la Présidence de la République, qui lui a suggéré cette nomination, le confirme.

37 Jolie philippique de Rochefort dans l’Intransigeant du 2.9.1891, prenant à parti Léon Bourgeois : « N’ayant pu réaliser son beau rêve, qui consistait à mettre un préfet à poigne à la tête de la Direction des Beaux-Arts, M. Bourgeois, toujours épris des administratifs, va remplacer le peintre Elie Delaunay, membre du CSBA, par un conseiller à la Cour des Comptes son ancien collègue. On avait promis à ce conseiller la succession de M. Larroumet, et c’est comme fiche de consolation qu’on va le faire membre du CSBA. Là où il ne faudrait que des compétences artistiques pour venir en aide à M. Bourgeois et à M. Roujon, lui-même va mettre des administrateurs ; pour administrer quoi, si l’élément artistique est supprimé ou dédaigné par ce Conseil ? On devait procéder autrement pour les arts au siècle de Périclès ! » Il est juste d’ajouter que l’arrêté du 12 avril 1892 nomma Gustave Moreau en remplacement de Delaunay mort le 8 septembre 1891 !

38 Le décret du 9 septembre 1878, signé par Mac Mahon et A. Bardoux, montre les possibilités de l’administration :
« Art. 4 L’ordre du jour de chaque séance est arrêté par le ministre ; les convocations sont faites par le directeur des Beaux-Arts.
Art. 5 Le Conseil, avec l’agrément du ministre, peut appeler dans son sein les chefs de service qu’il croira devoir entendre sur les questions qui sont de leur ressort.
Art. 6 Le ministre, quand il le juge convenable, peut réunir la commission des Théâtres au Conseil supérieur des Beaux-Arts.

39 Les rapports du Conseil municipal de Paris et de l’Etat n’ont pas toujours été faciles. Les divergences politiques profondes qui les séparaient avant la guerre s’estompent après, lors de la victoire du Bloc National aux élections législatives de 1919. Ainsi s’expliquerait la présence tardive au CSBA du directeur des Beaux-Arts de la Ville de Paris, suggérée par Léon Bonnat au ministre, d’après une lettre non datée conservée dans le dossier A.N. F21 4712(1).

40 Le Conseil d’Etat est en fait représenté dès 1876 par Adolphe Tétreau, maître de requête, nommé parmi les membres de droit à la place du directeur des Bâtiments civils, et chargé de réorganiser la direction des services du Contentieux au Bureau des Bâtiments civils et Palais nationaux au ministère des Travaux publics. Langlois de Neuville, directeur des Bâtiments civils n’entre au CSBA qu’en 1878, lorsqu’un poste est créé pour le représentant du Conseil d’Etat. On jugera du caractère politique de cette nomination par les arguments énoncés par Adolphe Tétreau dans la lettre de démission -unique en son genre- qu’il adresse à Léon Bérard qui vient de le remplacer par Olivier Sainsère le 15 juin 1912 (annexe 3 D). L’autre conseiller d’Etat Paul Dislère sera remplacé par Michel Tardit (A.N. F21 4712), Paris, 15 juin 1912.

41 Rapport du Budget des Beaux-Arts de l’exercice 1900 : Chambre des Députés, N 1134.

42 Son président, Bailly, remercie, par une lettre du 15 août 1884, le directeur général des Beaux-Arts Albert Kaempfen, de « cette nouvelle marque de la grande bienveillance de monsieur le ministre (qui) est un gage de plus à ajouter à ceux que notre association a déjà reçus du gouvernement pour assurer et affirmer ses efforts », après le décret du 30 juillet 1884 qui le nomme membre du CSBA (A.N. F21 471 1(56)).

43 Le Président du Salon d’Automne (depuis 1903), Frantz Jourdain, a dû attendre longtemps d’être reconnu par les pouvoirs publics. Sa première lettre de candidature au CSBA (1/XI/1910) ne reçoit pas de réponse, et la seconde (31/VIII/1916, adressée à Dalimier), traduit une certaine mauvaise humeur contre « le gouvernement (qui) a systématiquement laissé à la porte le président du Salon d’Automne, lorsque les présidents des Salons annuels font de droit partie du CSBA ! Je suis tellement habitué à ces aménités que je n’ai pas protesté (je n’ai jamais sollicité quoi que ce soit de l’Etat) ». Il ajoute qu’il devrait également être nommé au CSBA à titre de président du Syndicat de la Presse artistique, comme l’a d’ailleurs reconnu le ministre, Painlevé, qui l’a reçu peu avant, et lui a fait part de son étonnement que le Syndicat créé depuis 20 ans ne soit pas encore représenté dans une commission officielle. Il sera effectivement nommé en juin 1920 (A.N. F21 4711(5b)).

44 Cf. une lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts du 11 février 1911 adressée au sénateur Sarrien (A.N. F21 4711A(5b)).

45 Cf. le chapitre suivant pour une analyse des divergences de point de vue ; voir M.-Cl. GENET-DELACROIX, « Histoire et analyse des données : à propos de l’étude prosopographique des artistes du CSBA 1875-1940 », in H. MILLET, éd., Informatique et Prosopographie, Paris (CNRS), 1985, p. 315-332 ; ID., « Vies d’artistes : art académique, art officiel, art libre sous la Troisième République », RHMC, 1986 (1), p. 40-73 ; ID., « Le statut social de l’artiste professionnel aux XIXe et XXe siècles », in La Condition sociale de l’artiste, St-Etienne, 1987, p. 87-104.

46 Cf. pour leurs caractéristiques et leurs carrières, l’étude prosopographique : Thèse, II et M.-Cl. GENET-DELACROIX, « L’histoire de l’art dans le champ littéraire et son institutionnalisation sous la IIIe République », HMCI (Histoire Moderne et Contemporaine et Informatique), VI, 1985, p. 44-101 et ID., « L’écriture sur l’art et le mythe de l’union des arts », Romantisme, LXIX, 1990, p. 15-27.

47 Sur la grande réforme qui porte le nombre de membres du CSBA de 50 à 80, on lit dans le Rappel (4 juin 1905), qu’il faut s’attendre à voir ajouter un nouveau zéro prochainement, et que « la chose n’a d’ailleurs qu’une minime importance, ce Conseil ne servant à rien, c’est le Mérite agricole du ministère ».

48 Le journal de Paul Landowski fait écho à cette affaire qui est l’une des causes du dissentiment profond entre De Monzie et Paul Léon et sera à l’origine de la mutation de ce dernier, ou de sa « transmutation », comme l’écrit Valéry dans le petit mot qu’il lui envoie au lendemain de son remplacement à la direction générale des Beaux-Arts par Emile Bollaert (annexe 15).

49 Au chap. 2 sur l’analyse du rôle du CSBA, n.20.

50 A.N. F21 4711<5C>.

51 A.N. F21 4711.

52 Ils sont de toutes les commissions, dont ils rapportent les débats dans des rapports signés, bien que leur présence ne soit pas toujours officiellement signalée dans les listes. Cheville ouvrière du système des commissions, les secrétaires coordonnent leurs travaux et leurs décisions. Ce sont le plus souvent les chefs et les sous-chefs de bureau de l’administration des Beaux-Arts, puis des inspecteurs des Beaux-Arts. Ainsi Lafenestre et Mayou pour les années 1875-78, de Ronchaud et Ballu en 1878-80, Gruyère et Georges Hecq en 1881-84, L. Crost et Baumgart après 1887, et Berr de Turique et Bigard-Fabvre vers 1895, Caviole et Seguin vers 1905, Maurel et Valentino vers 1913, puis Lamblin, Moullé, Poli qui alternent entre les deux guerres, avec les précédents qui poursuivent leur carrière administrative. Leur nombre augmente avec celui des commissions et des membres du CSBA. Deux en 1875-76, ils sont trois en 1887, quatre en 1905, et cinq après 1920 (voir annexes 3, 4 et 5).

53 Cf. lettre de Chennevières à Waddington, citée supra n.8.

54 Cf. le discours de H. Wallon, annexe 2.

55 A.N. F21 4712(3). Voir Thèse, II, et M.-Cl. GENET-DELACROIX, « L’enseignement de l’histoire de l’art sous la Troisième République », in Ch. CHARLE et R. FERRE, Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris (CNRS), 1985, p. 79- 107.

56 Nous répondons à cette question dans l’analyse prosopographique et la conclusion de la IIIe partie : Thèse, II et III.

57 Voir Thèse, II.

58 Cf. le texte de l’article 4 du décret du 22 mai : annexe 1.

59 « Art. 3 Le Conseil peut être appelé à donner son avis sur les questions qui lui seront soumises par le ministre, et notamment : sur le règlement des expositions des artistes vivants ; sur les concours ; sur les questions générales intéressant l’enseignement des Beaux-Arts et sur le travail des manufactures nationales ; sur les musées nationaux ; sur les souscriptions de l’Etat aux ouvrages et publications qui concernent les Beaux-Arts ; sur les ouvrages et missions relatifs aux Beaux-Arts. Une sous-commission nommée par le ministre, présidée, en son absence, par le directeur général des Beaux-Arts, pourra être consultée sur les commandes et les acquisitions d’œuvres d’art ».

60 Cf. annexe 1 : voir l’article 3 du décret de 1875 repris par l’article 2 de celui du 9 septembre 1878 en ces termes : « Le conseil peut créer des sous-commissions chargées d’étudier dans l’intervalle de ses réunions, les questions sur lesquelles il est consulté, et de lui en faire un rapport ».

61 Un extrait de son rapport est reproduit en annexe V.

62 Paul BONCOUR, Art et démocratie, Paris, 1912, p. 52.

63 Cité dans un rapport administratif, A.N. F21 471 l<5a>.

64 Rapport qui semble avoir été rédigé vers 1928-29, mais qui n’est ni daté ni signé, A.N. F21 4711<5a).

65 Voir l’article « Conseil supérieur de l’Instruction publique », dans P. DISLERE (dir.), Répertoire de Droit administratif, T. 19, p. 129-199, et LARROUMET, op. cit., p. 309-311.

66 A.N. F21 4711(5a).

67 La suite de la citation vaut la peine d’être reproduite : « Aussi n’est-on un homme politique qu’à la condition de ne pas s’abandonner à des combinaisons de couloirs, à de misérables intrigues, à des personnalités qu’il faut laisser aux docteurs du parlementarisme. Non messieurs, on n’est un homme politique qu’à la condition de creuser un sujet, de s’y attacher et de faire dans la politique ce que vous faites dans le travail ; qu’on ait à exécuter un travail de pensée ou un travail d’atelier ou d’industrie, il faut se tenir à sa pièce, la creuser, la façonner, la perfectionner tous les jours, et alors seulement vous êtes sûrs de devenir maîtres passés dans l’état ou la carrière que vous avez adoptés » (cité par P. BARRAL, Les fondateurs de la Troisième République, Paris, 1968, p. 119-120.

68 G. LARROUMET, op. cit., p. 311-312.

69 M. LE CHARTIER, L’intervention de l’Etat dans les arts plastiques, Thèse de Doctorat de Droit, Paris 1913, p. 32.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I
Légende LEGENDE I Période par la présence d’un sous-Secretaire d’EtatLes chiffres indiqués en haut des colonnes concernant les membresde droit renvoient aux 4 sous-catégories du Tableau II1 Administration centrale2 Services intérieurs et extérieurs3 Etablissements artistiques4 Sociétés artistiques
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Tableau 2 : Croissance des effectifs du C.S.B.A. (en %)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre III. Les membres de droit
Légende l (I) Membre de l’INSTITUT.l – présence continue dans cette catégorie de la personne indiquée dans la colonne précéd
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre IV. Membres des corps constitués
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre V. Les artistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre VI. Personnalités distinguées pour leurs connaissances en art
Légende sénateurdéputéancien députépeintrearchitectemembre de l’Institut
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 7 : La composition du C.S.B.A. d’après l’administration (F 21 4 712 et 3984)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 7 (1) : Pourcentages
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 7 (2)
Légende I. (Base : 100 moyenne des effectifs 1875-1940).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Tableau 7 (3) : Indice de croissance des différentes catégories de membres du C.S.B.A.
Légende 1. (Base 100 effectifs n 1875).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 7 (4) : Indice de croissance des différentes catégories de membres de droit du C.S.B.A.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 7 (5) : Indice de croissance des sous-catégories de membres nommés annuellement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre graphiques tableau VII (1)
Légende GRAPHIQUE A
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre graphique tableau VII (3)
Légende GRAPHIQUE B
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre graphique tableau VII (4)
Légende GRAPHIQUE C
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69377/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search