Version classiqueVersion mobile

Art et État sous la IIIe République

 | 
Marie-Claude Genet-Delacroix

Préface

Maurice Agulhon

Texte intégral

1Tandis que l’histoire de l’Art traite des artistes et de leurs œuvres, l’histoire (tout court) parle des Princes et de leurs mérites, élogieuse s’ils ont encouragé « les lettres et les arts », sévère s’ils les ont négligés ou persécutés. Mais quand le Prince est devenu l’Etat républicain, collectif, anonyme et changeant au fil d’évolutions qui n’ont plus la netteté des successions de règnes, cette histoire devient complexe, et même embrouillée.

2Jadis – simplifions encore un peu, par commodité, les époques lointaines – l’artiste voulait le Beau, le Prince voulait sa Gloire, c’est à dire la splendeur du Beau par son aide et par son appel. Quand le monarque était disposé au mécénat, la rencontre sur les valeurs était donc facile. Mais avec le « Prince » moderne et les temps plus proches du nôtre, c’est la divergence qui passe pour normale.

3L’Etat a ses propres visées, que la politique fait multiples et variables, tandis que l’Art est censé trouver l’excellence par la liberté. L’Etat d’autre part subit la pesanteur administrative, génératrice d’inertie, tandis que l’Art libéré depuis le romantisme, est censé se nourrir de l’innovation. Au terme de ces constats, il va presque de soi que les impressionnistes soient réprouvés, et les pompiers officiels...

4Chaque moment de l’histoire, comme de l’histoire de l’Art, engendre ainsi ses simplismes propres, renforcés par leur spécieuse évidence. Et naturellement, à chaque époque, l’érudition a su rectifier point par point ce qui devait l’être. Il était temps qu’une œuvre d’histoire vienne enfin se saisir dans sa totalité de ce qu’on peut appeler le système, c’est à dire, envisagés ensemble, des institutions, des groupes sociaux et des idéologies singulièrement plus compliqués qu’on ne l’avait dit. Telle est la visée éminemment méritoire de l’ouvrage ici présenté.

5La durée de la Troisième République a presque entièrement coïncidé avec celle du Conseil Supérieur des Beaux Arts, fondé en 1875 et supprimé dès Juillet 1940. Les archives de son travail et de ses débats ont été conservées, avec toutes celles de la Direction (parfois Sous Secrétariat d’Etat) des Beaux Arts, dans la sous-série F21 des Archives nationales. Quiconque a un peu approché cette série en connaît l’étendue et la complexité, et mesure par là le mérite d’un travail fondé sur son exploitation intégrale. Nous parlions de complexité institutionnelle : l’Etat républicain, c’est l’encouragement aux Arts, pour le prestige et pour la gloire, comme sous les régimes précédents, avec lesquels la République assume une part appréciable de continuité. Mais l’Etat est aussi bâtisseur, il passe des commandes. Il est pédagogue (comment oublier cette partie essentielle de l’œuvre de la Troisième République ?), et il veille à l’enseignement artistique. Tel est l’essentiel du faisceau.

6En face, les artistes. Ils sont nombreux, et trop nombreux pour former un ensemble homogène. Ils diffèrent par l’âge, le milieu social d’origine et la fortune personnelle, les études, la carrière. Madame Genet-Delacroix n’a pas seulement assumé une tâche difficile mais classique d’histoire d’institution, elle a fait bénéficier son entreprise des exemples récents de la statistique sociale et de la prosopographie.

7La République, enfin, et la politique républicaine. N’était-ce pas à la fois le plus banal et le plus ardu à démêler ? Comme on vient de le dire, la République a été pédagogue, elle a voulu répandre l’instruction, éveiller les intelligences, et fortifier un patriotisme et une fierté nationales considérés alors sincèrement comme compatibles avec les valeurs humanistes les plus larges. Pour cela, des écoles, mais aussi des musées, des fêtes, des statues de grands hommes, des fresques édifiantes dans les bâtiments publics, etc...

8Mais elle n’en prétendait pas moins être un régime civilisé, donc libéral, et même libérateur par rapport aux régimes précédents qu’avaient caractérisés l’autoritarisme et le cléricalisme, double repoussoir. Notre époque, frappée par l’hypertrophie pédagogique (au sens large du mot « pédagogique », bien entendu), ou propagandiste, des régimes totalitaires, a tendance à mal juger la Troisième République et son côté d’activisme officiel, et à oublier la contre partie libérale, compensatrice et nullement négligeable, des réalisations du temps. Voir fonctionner ensemble ces tendances idéologiques virtuellement contradictoires, ce n’était pas une des moindres difficultés de la tâche.

9On n’en résumera par les résultats, ce n’est pas la tâche d’un préfacier. Celui-ci s’engage dans un seul jugement, mais catégorique, l’importance de la tâche assumée, l’urgence qu’elle revêtait, et sa place déjà marquée dans l’histoire générale et politique de la France. Et pourquoi pas aussi dans l’histoire de l’Art, dès lors qu’elle se soucie de confronter l’irréductible génie des créateurs avec les conditions sociales de leur accomplissement ?

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search