Version classiqueVersion mobile

Art et État sous la IIIe République

 | 
Marie-Claude Genet-Delacroix

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Soutenue à Paris I, le 1er juillet 1989. Jury : A. Daumard (président), M. Agulhon, J.P. Bouillon, (...)

1Ce travail est issu d’une thèse de doctorat1, commencée sous la direction de Pierre Vilar et poursuivie sous celle de Maurice Agulhon : à tous deux, je tiens d’abord à exprimer ma profonde gratitude. J’ai aussi puisé une part de mon inspiration dans les séminaires de Pierre Bourdieu, de Madeleine Rebérioux et de Christophe Charle que je tiens aussi à remercier. Christophe Charle, aux archives de l’Enregistrement, et Christian Amalvi à la Bibliothèque Nationale, m’ont aidée de toute leur compétence dans l’exploration et la collecte d’archives difficiles. Fanette Roche a été la première à lire certains de mes articles et ses critiques et ses encouragements m’ont été précieux.

  • 2 « Un Républicain libéral : Jules Warnier vu à travers sa correspondance avec Jules Simon, 1874-1896 (...)

2Je dois aussi exprimer ma reconnaissance à ceux qui ont bien voulu m’ouvrir leurs archives. Ayant lu la correspondance de Jules Simon aux Archives Nationales avec l’autorisation de Madame Jules Simon Delorme, j’ai remarqué la correspondance de Jules Wamier, négociant, homme politique, et collectionneur rémois qui a légué son importante collection au Musée de Reims. Il est l’oncle de l’un des membres du CSBA, Paul Jamot. Grâce à Maurice Vaïsse, professeur à l’Université de Reims, j’ai pu rencontrer les descendants de la famille Wamier-David et M. François Hanrot qui m’ont autorisée à étudier les archives conservées dans la famille et, en particulier, le livre des Comptes2.

3Sur les conseils de Maurice Agulhon et grâce à la recommandation de Christian Amalvi, Madame Françoise Landowski-Caillet m’a autorisée à étudier le journal inédit de son père. Sculpteur très prisé des milieux de la grande bourgeoisie d’affaires, gendre d’un sénateur qui lui a bien fait connaître les milieux politiques, il a eu une vie extrêmement active. Auteur d’une œuvre importante, membre du CSBA, Directeur de l’ENBA et de l’Académie de France à Rome, il a joué un rôle de premier plan dans le système d’enseignement artistique.

4 Sur les conseils et la recommandation de Madame F. Landowski-Caillet et de Christophe Prochasson, Monsieur Jean-Paul Léon a eu la gentillesse de me recevoir et de me permettre de consulter les papiers de son père, Paul Léon, Directeur des Beaux-Arts de 1919 à 1933, qui ne sont pas encore versés aux Archives : la correspondance aussi variée qu’abondante et les nombreuses photographies offrent un intérêt extrême. Je lui suis infiniment reconnaissante de m’avoir autorisée à publier certaines lettres et photographies dans cette thèse.

5Madame Du Pasquier, épouse de l’arrière petit-fils du peintre Meissonier, m’a reçue très aimablement, fait connaître le domaine de Poissy où l’atelier existe toujours (le parc a été légué à la ville). Elle m’a permis de consulter les papiers, en instance de classement, légués au Musée de Poissy consacré à Ernest et à son fils Charles Meissonier.

6Je tiens à remercier Monsieur Maurice Druon, ancien Ministre de la Culture et Monsieur Bocquet, ancien Directeur de l’Architecture au Ministère de la Culture, qui ont eu l’amabilité de me recevoir et de répondre au questionnaire que je leur ai soumis, portant sur le fonctionnement des services du Ministère.

7Les Archives de la Direction de l’Architecture du Ministère de la Culture (où Madame Bercé m’a aimablement reçue), la Bibliothèque de l’Ecole du Louvre, la Bibliothèque de l’institut et la Bibliothèque Administrative de la Ville de Paris m’ont toujours accueillie et généreusement aidée et ce travail s’en est trouvé grandement facilité.

8Enfin, je tiens à remercier Monsieur Michel Christol qui a accueilli ce travail aux Publications de la Sorbonne.

9Paris, le 11 Mars 1992

Notes

1 Soutenue à Paris I, le 1er juillet 1989. Jury : A. Daumard (président), M. Agulhon, J.P. Bouillon, M. Rebérioux, F. Roche et P. Vaisse.

2 « Un Républicain libéral : Jules Warnier vu à travers sa correspondance avec Jules Simon, 1874-1896 », Revue d’Etudes Champenoises, II, 1976, p. 67-80.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search