Version classiqueVersion mobile

Chrysalides. Volumes I et II

 | 
Anne-Marie Sohn

Chapitre 12. Maîtriser sa fécondité : une conquête féminine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pays anciennement malthusien, la France de la IIIe République est de plain-pied dans l’ère contraceptive même si certains couples restent encore à l’écart du mouvement. La maîtrise de la fécondité et la famille étroite s’imposent comme une évidence et une norme stricte. Les déviants ne sont pas les couples stériles mais les ménages prolifiques. Certes, les moyens de restreindre sa descendance sont limités et imparfaits mais, conjugués, ils s’avèrent efficaces. L’association du coït interrompu et de l’avortement en cas d’échec forme un filet de protection presque parfait. Les femmes y ont beaucoup gagné, au prix de craintes et séquelles d’ordre médical, mais sans remords ni angoisse du péché. Pour conquérir la libre disposition de leur corps, il leur fallait, cependant, partager avec leur conjoint la même conception de la famille, s’entendre sur le nombre d’enfants désirés ainsi que sur les techniques utilisées. C’est le cas. La contraception repose donc sur le consensus entre époux ...

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search