Version classiqueVersion mobile

Chrysalides. Volumes I et II

 | 
Anne-Marie Sohn

Chapitre 10. Liberté féminine et pouvoir conjugal

Texte intégral

  • 1 Voir A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Paris, 1946, A. et J. Picard, t. 2, c (...)
  • 2 Article 213.
  • 3 Cité par D. Fabre et J. Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc, Paris, 1973, Hachette
  • 4 Selon Marie-Jo Dhavemas et Liliane Kandel, « Quelques réflexions autour de la notion de “sexisme” » (...)

1Les enjeux de pouvoir sont importants dans le couple et symboliquement évoqués lors des noces. Poser le pied sur la traîne de la jeune mariée agenouillée sur son prie-Dieu pour l’empêcher de se relever, plier l’annulaire pour que le mari ne puisse, sans coup férir, glisser l’anneau nuptial, autant de rites nourris de superstitions qui sont censés préfigurer la vie commune1. « Etre le maître » pour un homme, « porter la culotte » pour une femme sont des formules usuelles qui font de l’autorité conjugale un bien non partagé. La règle juridique et coutumière veut que l’homme, chef de famille, commande. « Le mari doit protection à sa femme et la femme obéissance au mari », prescrit le Code civil2. « L’homme est indigne de l’être qui de sa femme n’est pas le maître », clame la vox populi proverbiale, intarissable sur le sujet3. La pertinence de ces préceptes mérite, cependant, discussion. D’une part, les relations d’autorité dans le couple posent, sous un autre angle, le problème du patriarcat. Nous avons déjà évoqué ce sujet à propos de l’éducation et conclu à l’effondrement de la famille hiérarchisée et autoritaire au profit de relations plus confiantes, fondées sur l’affectivité. Il y a tout lieu de penser que la vie conjugale, marquée dès ses prémices par l’impératif amoureux, n’échappe pas à la vague d’intimité et de douceur domestique. Le patriarcat conjugal, toutefois, a sa spécificité. Il ne reflèterait pas seulement une conception archaïque de la famille. Il serait l’élément fondateur de la différence sexuelle. Plus, il déterminerait l’« oppression de sexe » 4. Ce sont ces deux éclairages qu’il faut garder présents à l’esprit pour étudier le pouvoir au sein du couple.

  • 5 N. Castan, « Condition féminine et violence conjugale dans la société méridionale française au xvii (...)
  • 6 J.-L. Flandrin, Familles, Paris, 1976, Hachette, p. 126.
  • 7 P. Bonnin, M. Perrot, M. de la Soudière, L’ostal en Margeride, Paris, 1978, CORDA, p. 185.
  • 8 M. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, Flammarion.

2L’érosion du patriarcat est signalée, du reste, dès l’époque moderne. Pour Nicole Castan, sa résistance dans la France méridionale est « à vérifier, singulièrement au xviiie siècle qui a vu une ébauche d’émancipation féminine, liée aux progrès de l’urbanisation, de la mobilité, de l’éducation »5. Selon Jean-Louis Flandrin, le droit de correction, reconnu au mari par les coutumes médiévales, n’est plus de mise et au début du xixe siècle, « les observateurs des campagnes (...) s’indignent de la manière barbare dont les femmes sont parfois traitées »6. De la même façon, certains ethnologues se refusent à prendre au pied de la lettre les proverbes antiféministes tant « il est (...) évident que cette morale masculine exprime un idéal patriarcal nostalgique et doit être interprétée comme la réponse à une relative émancipation domestique de la femme »7. Martine Segalen va jusqu’à se demander si le débat sur l’autorité masculine n’est pas créé de toute pièce par les folkloristes8.

  • 9 Fermiers du Haut Forez, Ouvriers des deux mondes, 1893, 2e série, t. 4.
  • 10 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple. Mon village, Paris, 1943, rééd. Presses de la F.N. (...)
  • 11 H. Baudrillart, Les populations de la France. Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Flandre, Artois, Pica (...)
  • 12 Dans la famille bretonne, « la supériorité prononcée du chef de famille en forme encore le caractèr (...)
  • 13 Voir, entre autres, H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Les populations du midi(...)
  • 14 Voir surtout J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, Toulouse, 1988, Eché, t. 1, p. 385.
  • 15 P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Etudes rurales, avril-septembre 1962. Il faut évite (...)
  • 16 Abbé Gorse, Au bas pays de Limousin, Paris, 1896, E. Leroux, p. 176. En effet, ajoute-t-il, « pas u (...)
  • 17 U. Rouchon, La vie paysanne en Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, 1933, imprimerie de la Haute-Loire, p. (...)
  • 18 Voir P. Bonnin et alii, L’ostal en Margeride, op. cite, E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible ma (...)

3L’unanimité des observateurs de la vie paysanne, au moins pour les débuts de la IIIe République, donne à penser, néanmoins, que bien des hommes partagent alors la conviction qu’« il faut un maître »9. A Mazières, « il paraissait rationnel que les femmes fussent commandées d’un ton sans réplique ; si elles n’obéissaient pas, elles paraissaient le faire, tout au moins en public ; les maris qui manquaient d’autorité étaient la risée du public » 10. De même, « dans la ferme tourangelle, l’égalité n’existe pas entre le mari et la femme mais la dépendance de celle-ci est moindre qu’en Provence et s’accuse moins par des traits extérieurs »11. Toutefois, à partir des années 1890, les témoins relèvent l’effacement progressif des traits les plus outrés de la domination masculine sauf dans certaines régions. Outre la Bretagne, c’est le Midi qui résiste le plus longtemps aux mœurs nouvelles12. Etudes savantes et observations prises sur le vif sont, ici, parfaitement concordantes. La Corse et les Pyrénées constituent même des bastions inébranlables jusqu’au xxe siècle13. « Le chef de famille paraît encore jouir dans les campagnes pyrénéennes du xixe siècle d’une puissance presque absolue sur tous les membres et tous les biens de la maison », affirme Jean-François Soulet14. Et Pierre Bourdieu a démontré jusqu’à l’absurde la volonté de supériorité masculine qui au xxe siècle, conduit au célibat définitif de nombreux Béarnais15. Le Massif Central s’aligne sur ce modèle. En Limousin, s’indigne l’abbé Gorse, « l’homme est le maître et la femme l’esclave » 16. En Haute-Loire, quarante ans plus tard, la société rurale semble immuable : « le sens du patriarcat est une tradition essentielle ; chacun en éprouve le sentiment et tous l’observent dans la hiérarchie des respects domestiques, s’accusant d’ailleurs par l’interdiction du tutoiement entre l’homme et la femme » 17. Les travaux sur le Gévaudan ou la Margeride vont dans le même sens18. Le débat reste donc ouvert entre ceux qui croient à la survie du patriarcat paysan et ceux qui penchent pour une indifférentiation croissante des rôles sexuels.

  • 19 Les sociologues seuls s’y sont intéressés mais ils sont divisés. A Nouville, en Normandie, L. Berno (...)
  • 20 D. Poulot, Question sociale : le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut êt (...)

4 En revanche, pour les milieux urbains, le sujet n’est jamais débattu pendant la IIIe République, sauf sous l’angle significatif des violences conjugales19. Dans ce cas, au paysan placidement dominateur, les contemporains opposent volontiers la brute ouvrière qui maltraite sa femme sous l’emprise éthylique. Le Sublime qui bat sa femme – mais celle-ci le lui rend bien ! – devient un contre-modèle prolétaire, un maître perverti alors que « l’ouvrier vrai aime et respecte sa femme », récusant ces façons primitives de tyranneau domestique20. Ainsi semblent s’opposer une tradition, somme toute respectable pour une partie de l’opinion, et des débordements imputables à un milieu dégénéré.

  • 21 Voir chapitres 3, 5, 6, 9.

5L’ampleur des questions posées par le partage du pouvoir au sein du couple ainsi que la subjectivité des sources imprimées imposent de revenir aux données brutes, aux études de cas pour apporter humblement quelques pierres à l’édifice. J’ai pris le parti de me limiter, ici, aux formes plus qu’au contenu de l’autorité maritale, évoqué déjà dans plusieurs chapitres21. Celle-ci s’exprime avant tout par les ordres donnés, l’obéissance exigée, les interdictions édictées, les sanctions infligées enfin. Ces quatre critères me semblent les plus pertinents pour évaluer le degré de soumission, d’autonomie ou de liberté de l’épouse face à son conjoint. J’ai ainsi décompté 106 maris autoritaires contre 58 femmes qui « portent la culotte » et 48 protagonistes qui refusent de se plier aux injonctions maritales, sans compter les épouses qui maltraitent leur conjoint ou se battent avec lui. L’indépendance féminine, multiforme et plus difficile à repérer que la subordination, transparaît dans 125 dossiers, les témoins la traquant sous la « liberté d’allures » ou la « liberté de paroles » que s’autorisent certaines épouses. Si l’on ajoute les femmes battues, victimes de la force brutale, ce sont alors 747 dossiers qui permettent d’étudier les rapports de force entre conjoints, soit un tiers des couples réunis dans la base de données.

Mari autoritaire et femme soumise

6Pouvoir masculin et effacement féminin se renforcent mutuellement, renvoyant aux stéréotypes des rôles sexuels. La tutelle exercée par les maris sur leurs femmes se manifeste quotidiennement par leur empressement à accéder à leurs désirs, renforcé souvent par la crainte qu’ils leur inspirent. Les époux autoritaires se comportent comme tels avec naturel et sans juger bon de se justifier. Ils vont jusqu’à s’arroger le droit de punir et « corriger » la femme fautive ou insoumise. Mais ils sont bien moins nombreux que les époux violents : 106 se posent en maîtres alors que 537 maris battent leur femme. Aléas normaux de la vie conjugale pour les uns, violences intolérables pour les autres, les mauvais traitements tissent la condition féminine au xixe siècle.

« Il disait qu’il voulait être le maître absolu »22

  • 22 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 11 septembre 1911, A.D., Doubs, U 4008.
  • 23 Parmi les maris autoritaires, on compte un tiers d’agriculteurs, à raison de deux exploitants pour (...)
  • 24 42,1 % des dossiers se localisent au sud de la Loire, dont 32,6 % dans le Midi méditerranéen, 5,7 % (...)

7Les maris qui, tel ce propriétaire-horloger de Champagney (Doubs), assoient leur autorité sur une pétition de principe aussi claire sont moins nombreux que les époux dont seul le comportement signe le pouvoir conjugal. Au vu des archives, le maître domestique n’est pas cantonné au monde rural ou aux familles aisées. Il est, à parts égales, paysan – mais exploitant plus que salarié –, ouvrier ou bourgeois23. Bien que la variante méridionale du mâle dominateur soit bien représentée, le Nord et surtout les régions industrielles possèdent également leurs tyrans24.

Pouvoir marital et argument d’autorité

  • 25 Procès-verbal de gendarmerie de Berck : 15 mai 1885, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 962.
  • 26 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 7 mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.
  • 27 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 25 avril 1901, A.D., Yonne, 3U2 123.
  • 28 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U4 322.
  • 29 Demande de séparation : 21 octobre 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.
  • 30 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 21 janvier 1916, A.D., Doubs, U 3919.
  • 31 Procès-verbal de gendarmerie de Blois : 23 octobre 1926, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 161.

8Une cinquantaine d’hommes définissent le pouvoir marital comme inhérent à leur sexe. Mais il faut le plus souvent que leur épouse les contredise ou les irrite pour qu’ils explicitent leur conception de l’autorité conjugale. Dans ce cas, quel que soit le lieu ou le métier, l’énoncé est immuable. Un voiturier de Berck se vante d’avoir pris la clé du logis, soutenant qu’« il l’avait fait exprès, que s’il y avait un maître parmi nous c’était lui » 25. La femme d’un propriétaire parisien qui demande le renvoi de la servante-maîtresse de son mari, se voit opposer une fin de non recevoir au nom de la prééminence masculine : « j’eus le chagrin de l’entendre appeler cette fille et lui dire que lui seul était le maître et avait le droit de donner des ordres et qu’elle ne partirait pas »26. Un manœuvre de Saint-Martin-sur-Ouanne (Yonne) clame : « j’entends être le maître absolu de ma femme et si elle n’est pas contente, elle n’a qu’à s’en aller » 27. La soif de pouvoir peut s’exercer sur toute la maisonnée : « il voulait être le maître absolu chez nous comme chez lui, ce que nous n’avons pas voulu tolérer », déclare, indignée, la belle-mère d’un paysan d’Ollières (Var)28. Parfois, l’autorité dérape et débouche sur une domination totale. Une commerçante du Mans sollicite ainsi la séparation parce que son mari « voulut exercer sur sa femme l’autorité telle qu’il la considérait comme une véritable esclave »29. « De tous temps, il lui avait fait des scènes, la traitant comme une véritable esclave, l’injuriant et la frappant », témoigne la fille d’un mécanicien bizontin30. Certains lient même autorité maritale, pouvoir paternel et inceste comme ce paysan d’Oisly (Loir-et-Cher) qui ose déclarer : « je veux aller coucher avec Jeanine et je prétends être le maître dans la maison »31.

  • 32 La moitié.
  • 33 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 8 septembre 1886, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U  (...)
  • 34 Lettre du 10 mars 1907, A.N., BB18 2342.
  • 35 Lettre du 29 juillet 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/391.
  • 36 Lettre au Procureur : 1er mars 1926, A.D., Drôme, UP 1009.

919 maris appellent, de surcroît, le Code civil à la rescousse. Ils sont peu nombreux dans la mesure où, nous l’avons vu, la plupart des dispositions légales sont méconnues. Les hommes les plus au fait, adeptes du patriarcat et attachés au droit écrit, sont les méridionaux32. Un tailleur de Brignoles, confident d’un imprimeur excédé par la cohabitation avec sa belle-mère, lui conseille de la renvoyer : « je disais à A. qu’étant marié, il était le maître chez lui »33. « La loi d’état-civil dicte au chef conjugal légitime (...) que sa femme doit le suivre partout où bon lui semble et elle lui doit obéissance pourvu qui lui fournisse les aliments nécessaires », écrit un aspirant-policier bordelais qui résume à sa façon les articles 213 et 21434. « Tu n’ignore pas que tu es ma femme légitime et que j’ai des droits plus que n’importe qui. Souviens toi bien que saurais y perdre la vie que je les ferais valoir mes droits », menace un chauffeur d’usine marseillais35. Prolixe, un cultivateur de Plaisians (Drôme) recopie également le Code et, seul de son espèce, il place sur le même plan patriarcat paternel et conjugal : « je crois à présent qu’il y a une loi qu’elle dit ceci que la femme doit suivre le mari partout où le mari le jugera à propos je demande à Monsieur le Procureur si cette loi ne doit elle pas être repecter aussi comme les autres. Alors faut-il que le père de famille obéisse à ses enfants ou si c’est aux enfants et sa femme à obéir au père de famille qui est le chef de famille. Je ne lui jamais refusé de la nourrir » 36.

  • 37 Lettre au juge : 11 décembre 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208.
  • 38 Huit cas seulement.
  • 39 Procès-verbal de contre-enquête : 22 juillet 1887, A.D., Drôme, 15 U 51.
  • 40 Lettre au Président des Assises : 1er décembre 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/92.
  • 41 Procès-verbal de gendarmerie de Louviers : 28 octobre 1878, A.D., Eure, tribunal correctionnel de L (...)
  • 42 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 22 avril 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.
  • 43 Procès-verbal du juge de paix de Salon : 13 mars 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/139.
  • 44 29 % ont le même âge que leur femme et 13 % une femme plus âgée. Pour l’ensemble de la base de donn (...)

10Moins exigeants, quelques-uns souhaitent seulement exercer une tutelle bienveillante sur leur moitié. « J’aurais voulu être le protecteur de ma femme et de sa famille », avoue un comptable de Perpignan que nul n’écoute37. Au début de la IIIe République partout et jusqu’après la Guerre dans le Midi, les protagonistes s’entendent sur la nécessité pour un homme de « diriger » son épouse même si les notations restent peu nombreuses38. « Je ne crois pas que son mari ait du mal à la gouverner », note spontanément une ménagère de Mirabel (Drôme), évoquant un paysan de la commune39. « Si la femme devient insolente comme elle avait l’habitude de le faire, il est innévitable que le mari s’impose », écrit la mère d’un jardinier d’Istres qui critique l’indépendance de sa bru40. L’inaptitude du conjoint à guider sa femme est dans ce cas critiquée. Les gendarmes lui imputent l’adultère d’une journalière d’Heudebouville (Eure) : « s’il avait su la diriger, il n’en résulterait pas ce qui arrive aujourd’hui »41. Dans une affaire semblable, les torts incombent également au mari « qui, s’il eût été convenable, aurait pu mieux diriger sa femme : cette enfant qu’il a prise à quinze ans »42. « Il avait tendance à se laisser dominer par elle et non à la maîtriser », regrette en 1925 encore, la sœur d’un mécanicien agricole de Salon (Bouches-du-Rhône)43. Il s’agit, ici, non de domination mais de suprématie pour des hommes supposés plus expérimentés que leur femme. Les maris autoritaires, de fait, sont plus âgés que la moyenne : 30 % sont de dix ans au moins l’aîné du couple et 58 % ont entre cinq et vingt-cinq ans de plus que leurs femmes44. D’où le comportement « paternel » que l’on attend d’eux, surtout au xixe siècle où l’écart d’âge entre époux reste important.

  • 45 Procès-verbal de gendarmerie d’Osséja : 7 septembre 1892, A.D., Pyrénées-Orientales, U 1566.
  • 46 Procès-verbal du juge de paix de Bois-d’Oingt : 21 août 1911, Var, 4U4 459.
  • 47 53 cas sur 109 se concentrent dans l’entre-deux-guerres.
  • 48 Jugement de divorce : 28 juillet 1938, A.D., Sarthe, 1U 2017.
  • 49 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 11 janvier 1927, A.D., Bas-Rhin, Assises, 1927.
  • 50 Nous disposons d’un échantillon de 85 dossiers.

11Mais, partout, l’autorité maritale, dès lors qu’elle est jugée exagérée, est dénoncée et ce jusqu’au cœur des Pyrénées. Un tondeur de Llo Saillagouse (Pyrénées-Orientales) qui entend faire plier sa femme – « ma femme a mauvais caractère et veut être maîtresse chez moi. J’entends le contraire » –, est défini par leur voisine comme un « brutal »45. Le maire de la Valette (Var) désavoue l’attitude archaïque d’un boucher de sa commune qui se comporte en « brute » vis-à-vis de son épouse : « j’essayais de le raisonner mais tout était inutile, il était persuadé qu’il avait un droit absolu dans son ménage »46. Dans l’entre-deux-guerres, le gonflement du contentieux relatif aux rapports de force entre époux est significatif du caractère désormais intolérable pour la femme de l’autorité maritale47. En 1938, le tribunal du Mans accorde même le divorce à l’épouse d’un horticulteur au motif que « dès le début de son mariage, le sieur D. se montra autoritaire », alors que celui-ci avance des manquements au Code civil, inadmissibles quelques lustres plus tôt mais balayés désormais : « je suis certain d’avoir raison, c’est elle qui a quitté le domicile en emmenant l’enfant et l’argent » 48. Tout se passe comme si le mari autoritaire était déclassé en mari brutal quand ses rodomontades ne suscitent pas les sarcasmes. Un chauffeur strasbourgeois se gausse ainsi d’un employé qui veut avoir l’air de dominer sa femme : « il voulait se faire passer pour un “homme”, pour un maître (...) Quand il faisait le malin, jouant au maître, elle le laissait faire » 49. Ces glissements s’éclairent lorsqu’on étudie le comportement quotidien du « maître »50.

« Mon mari devenait de plus en plus impossible car je n’avais plus le droit de sortir ni de m’abillait a ma guize » 51

  • 51 Lettre au Procureur, s. d., 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.
  • 52 Procès-verbal du juge d’instruction de Périgueux : 30 août 1937, op. cit. Dans 24 dossiers, le mari (...)
  • 53 Procès-verbal du juge de paix de Vertaizon : 20 mars 1883, A.D., Puy-de-Dôme, U 02332.
  • 54 Procès-verbal de gendarmerie de Moulins-la-Marche : 13 octobre 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.
  • 55 Procès-verbal du juge d’instruction de Céret et procès-verbal de gendarmerie de Saint-Laurent-de-Ce (...)

12Le comportement des maris impérieux est encore plus révélateur de leur conception des relations conjugales que les pétitions de principes. L’époux autocrate, tel ce paysan de Connezac (Dordogne) qui finit par lasser une femme qui l’a pourtant épousé « par amour », s’impose en ordonnant, en interdisant, en exigeant l’obéissance de son épouse52. Une paysanne de Vertaizon (Puy-de-Dôme) qui avoue, au reste, craindre son conjoint, le peint en père noble : « mon mari n’était pas commode pour moi (...), il était un peu sévère pour moi » 53. Le père-époux survit après 1914, tel ce journalier des Genettes (Orne) qui se montre « très violent et très dur pour sa femme » 54. « Tout de suite, mon mari s’est révélé très dur », raconte une fermière de Saint-Laurent-de-Cerdans (Pyrénées-Orientales) que son époux « gronde (...) sans raisons apparentes »55.

  • 56 Voir chapitre 3.
  • 57 Lettre au juge, s. d., 1881, A.D., Seine, D2 U8114.
  • 58 Requête en divorce : 9 avril 1900, A.D., Gard, 6U14 305.
  • 59 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Marcellin : 26 juin 1935, A.D., Isère, 4U 851.
  • 60 Procès-verbal du juge de paix de Bourg-Lastic : 21 novembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.
  • 61 Procès-verbal de police de Sceaux (Seine) : 15 septembre 1937, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 985.
  • 62 Procès-verbal de police de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 247.
  • 63 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Omer : 19 juillet 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

13Cette sévérité s’exprime le plus souvent par l’impératif de commandement, en général pour des questions domestiques comme nous l’avons vu plus haut56. Un marchand de vins parisien, de douze ans plus âgé que sa femme et marqué par ses origines corses, multiplie les « recommandations telles que de parler et de rire avec tout le monde (...) mais dans sa boutique seulement, de ne jamais aller dans les chambres que quand le client n’était pas là (...), de rester elle même au comptoir » et il s’emporte quand « elle commença non seulement à me désobéir mais à faire le contraire de mes recommandations » 57. Un limonadier nîmois, en proie aux mêmes inquiétudes et voyant sa femme et un client se livrer à « des actes de familiarité, (...) intima l’ordre à sa femme de rester dans ses appartements privés » 58. « Dès le début, le désaccord est survenu entre nous parce qu’elle ne m’obéissait pas », explique un agriculteur de Tullins (Isère), marié en 189459. Victime de mauvais traitements, une paysanne de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme) n’ose rentrer d’une « fugue », selon le mot du mari, qu’accompagnée d’une voisine et se voit tout de suite accablée d’ordres : « il faut que tu m’écoutes (...), il faut que tu fasses ci, que tu fasses celà, que tu signes la quittance » 60. « Le mari a donné trois fois à sa femme un ordre qu’elle a refusé d’exécuter (...). Alors, il lui a dit, fous le camp », rapporte le témoin d’une rixe entre un sémaphoriste et une couturière d’Etaples (Pas-de-Calais)61. Quelques époux se complaisent à formuler des exigences absurdes ou humiliantes, à seule fin d’exercer leur volonté de puissance. Un terrassier de Rive-de-Gier tyrannise son épouse, « il l’obligeait à rester sans se coucher à l’attendre, quelquefois plusieurs nuits de suite, nuits qu’il passait en orgies dans les maisons publiques » 62. Un brocanteur de Warluzel (Pas-de-Calais) contraint sa femme à ramasser avec les dents une serviette qu’elle a refusé de lui apporter, ce « qu’il pouvait faire lui même » 63.

  • 64 Lettre au juge : 12 février 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208. Trois maris exigent d’autoriser (...)
  • 65 Mémoire de l’inculpé, s.d., 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.
  • 66 Procès-verbal de gendarmerie d’Athis : 22 mai 1925, A.D., Orne, Assises, 1925.
  • 67 Lettre au Procureur : 5 mai 1919, A.D., Oise, Assises, 4e trimestre 1921.
  • 68 Mémoire, s. d., 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/142.
  • 69 Arrêt de la Cour d’Appel d’Amiens : 27 juillet 1928, A.D., Alpes-Maritimes, 14 682.

14Ce sont les sorties et les fréquentations, cependant, qui concentrent l’essentiel du contrôle marital. A tout le moins, les maris souhaitent être informés des déplacements de leur épouse comme le comptable de Perpignan, furieux que sa femme soit allée à l’Alcazar avec sa mère et sa sœur « sans [l’] en avertir »64. D’autres expriment leurs réserves comme cet employé de commerce manceau : « je fis à Julia quelques reproches, lui disant qu’elle devait se tenir plus dans son intérieur, qu’elle avait beaucoup de choses à veiller, elle me répondait qu’elle n’avait pas d’ordre à recevoir de moi »65. Un couvreur de la Lande (Orne) intime à son épouse l’ordre de limiter ses promenades : « je lui ai reproché qu’elle était toujours sortie. (...) Elle m’a répondu qu’elle n’était pas partie bien loin. Je me suis fâché et lui ai dit : “Nom de Dieu, c’est moi qui serai le maître à la maison” » 66. Un ouvrier de Saint-Leu (Oise) expose bien l’enjeu de pouvoir que recèlent les sorties féminines : « je lui ai fait remarquer que la loi ne m’autorisait pas la laisser une femme seul aller au dehors que ma responsabilité était engagée en cas d’accidents. (...) Je lui ai fait observer que puisqu’elle voulait être maîtresse que la seule chose est quitter ou moi m’en aller » 67. Un mécanicien corse de Marseille, inflexible au départ, doit, cependant, transiger avec l’air du temps et la mobilité croissante des femmes : « un jour ma femme a voulu sortir seul, je m’y opposa alors (...), elle me dit quelle n’était pas libre daller dans les magasins comme toutes les autres femmes et sai mise à pleurer moi ayant une grande affection pour ma femme j’ai sédé a la laissé sortir seul deux fois par semaine » 68. Toutefois, la Cour d’Appel d’Amiens considère en 1928 encore que le mari a en la matière un droit de regard et que la femme d’un ingénieur de Saulieu « apportait dans le choix de certaines amies et dans les absences du domicile conjugal qu’elle faisait malgré la défense de son mari, une indépendance incompatible avec l’autorité maritale qu’elle bravait, pour ainsi dire, et qui devenait ainsi injurieuse pour son époux »69.

  • 70 G. Tillion, Le harem et les cousins, Paris, 1966, Ed. du Seuil. En Beauce orléanaise, au reste, pen (...)
  • 71 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 22 mai 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.
  • 72 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 décembre 1883, A.D., Seine, D2U8153.
  • 73 Procès-verbal de gendarmerie de Corbigny : 14 mai 1896, A.D., Nièvre, 3U2 1366.
  • 74 Procès-verbal de police de Thiers : 26 juin 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 010914.
  • 75 Procès-verbal de gendarmerie de Briançon : 9 mars 1931, A.D., Hautes-Alpes, 1U 29.
  • 76 Procès-verbal de police d’Argentan (Orne) : 26 janvier 1896, A.D., Seine-Inférieure, U 1110. Cette (...)
  • 77 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 19 avril 1923, A.D., Pas-de-Calais, tribunal correctionnel d (...)
  • 78 Lettre du juge de paix de Bavay au juge d’Avesnes : 25 décembre 1882, A.D., Nord, 2U 155/465.
  • 79 Sur la daoune, voir chapitre IX.

15D’autres conjoints vont plus loin, épiant les déplacements de leur femme. 40 épouses sont même victimes d’un enfermement quasi absolu, aussi rigoureux, si ce n’est plus, que celui qui pèse sur les filles pubères. Nous retrouvons l’épouse cloîtrée à défaut d’être voilée et le mari jaloux du « harem et des cousins », sans que le Midi méditerranéen ait l’exclusive de ces comportements70. Le frère d’une paysanne de Lempdes (Puy-de-Dôme) s’apitoye sur son sort : « depuis son mariage, ma sœur a été malheureuse. Elle ne quittait jamais la maison et lorsqu’il y avait des fêtes de famille, elle n’y allait pas »71. « Je ne pouvais parler à personne, ni aux voisins ni aux voisines », raconte une logeuse d’Aubervilliers72. La femme d’un propriétaire de Cervon (Nièvre) tente de cacher son humiliation : « je ne suis point séquestrée attendu que vous m’avez trouvée sur ma porte mais il m’est défendu d’aller chez nos voisins et même de sortir de la cour », explique-t-elle aux gendarmes venus enquêter sur sa réclusion73. « Mme G. ne pouvait pas même s’asseoir devant la porte de l’atelier car, aussitôt, son mari devenait inquiet », s’étonne le propriétaire d’un coutelier de Thiers74. Un paysan de Villar-Saint-Pancrace (Hautes-Alpes) interdit à son épouse de parler à quiconque, « même aux femmes qui, disait-il, venaient me débaucher »75. Il est enfin des hommes pour prendre des précautions qui ébahissent tous les témoins. Un horloger d’Argentan (Orne), « d’une jalousie féroce, ne permettait pas à sa femme de sortir sans lui au point que lorsqu’elle allait aux cabinets d’aisance, (...) à cinq mètres de la maison, il la suivait »76. Encore mieux, la femme d’un menuisier de Lens, « d’un caractère excessivement jaloux », est tout bonnement emprisonnée : « mon mari ne me laissait pas sortir et, pour ce faire, il clouait les volets et la porte de la maison avant de partir »77. Ces exemples frisent la monomanie et touchent moins de 2 % des couples mais ils sont révélateurs des limites que les hommes cherchent à imposer à la liberté de leur femme. Et les maris qui, par la seule crainte qu’ils inspirent, dissuadent leur femme de sortir ou même de bavarder, sont sûrement plus nombreux comme ce sabotier de Bavay (Nord) dont l’épouse a « une telle frayeur qu’elle n’osait même plus parler à ses voisins de peur d’éveiller sa susceptibilité et sa jalousie » 78. Dans quelques dossiers et là encore à l’instar des enfants, le mari délègue sa tutelle à un tiers, essentiellement à ses parents. Le beau-père mais aussi la belle-mère, surtout la daoune occitane, jouent volontiers ce rôle79. S’y ajoutent les règles sociales qui, au nom de la coutume, entravent l’indépendance féminine. La marquetterie des convenances peut enserrer les femmes dans un réseau d’interdits publics qui renforcent l’autorité maritale.

16Dans la vie quotidienne, le mari autoritaire se comporte donc à l’égard de sa femme comme avec un enfant. Dans le meilleur des cas, il la « dirige », lui donne des « conseils » et fait des « recommandations ». Il peut être plus directif et ordonner sans réplique. De toute façon, il entend être obéi. Comme pour les jeunes filles, sa vigilance porte d’abord sur les sorties et les fréquentations, sources, dans les deux cas, de débauche éventuelle. Mais les maris dominateurs sont plus redoutables que les parents sévères. Si la femme est bien une mineure, c’est dans le tête à tête conjugal plus que dans l’exercice de ses droits sociaux. Certes, le pouvoir marital régresse après la Guerre, l’opinion jugeant soit ridicules soit insupportables les fanfaronnades des maris autoritaires. Il me semble, néanmoins, universel. Il touche tous les milieux même si la France méditerranéenne accentue ce phénomène, il présuppose des femmes soumises et certains « maîtres » n’ont pas à étaler leur force, leurs épouses s’exécutant sans mot dire ou prévenant leurs moindre souhait. Lorsque leur autorité est mise en question, certains maris n’hésitent pas à punir leur épouse.

Femme punie, femme battue

  • 80 Le radical du Var : 6 juin 1886 et procès-verbal du juge d’instruction de Brignoles : 29 juin 1886, (...)
  • 81 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 30 février 1880, A.D., Seine, D2 U8 120.
  • 82 A notre époque, certaines études évaluent ce nombre à 10 % des femmes.
  • 83 Procès-verbal du juge d’instruction de Rouen : 5 mars 1881, A.D., Seine-Inférieure, U 1010. De fait (...)
  • 84 Procès-verbal de police de Rouen : 21 septembre 1903, A.D., Seine-inférieure, U 2469.
  • 85 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 25 août 1926, A.D., Gard, 5U2 313.

17Les uns grondent leur femme et lui imposent des punitions morales ou privatives. Un imprimeur de Brignoles (Var) aux « caprices tyranniques » fait jeûner deux jours durant son épouse alors enceinte, sous prétexte qu’elle lui a « manqué » et « il la grondait très souvent »80. D’autres envoient l’infidèle en pénitence chez ses parents. Deux hommes, mais au tout début de la IIIe République, choisissent même la réclusion conventuelle, voisine dans son principe de la correction paternelle. « Il m’a bien punie puisqu’il m’a fait enfermer dans un couvent », confesse la femme d’un policier parisien81. Mais surtout, les hommes battent leurs femmes. Les violences conjugales dont elles sont victimes dépassent, toutefois, par leurs formes, leurs mobiles, leur nombre enfin, la simple punition. J’ai recensé 537 maris violents, soit 26,8 % des maris étudiés. Le phénomène est, certes, amplifié par la nature des sources et le pourcentage des femmes battues dans l’ensemble de la population aussi difficile à évaluer que le nombre d’avortements82. Quelques notations des autorités ou des témoins donnent à penser, cependant, que ces brutalités sont d’une grande banalité. Le commissaire de Rouen reconnaît avoir sous-estimé le danger couru par une cartonnière qui, après avoir porté deux fois plainte pour coups contre son conjoint, est victime d’une tentative de meurtre, et il avance en guise d’excuse « que les plaintes de ce genre sont si nombreuses parmi ces sortes de gens et les réconciliations suivent de si près la plainte, qu’il est inutile la plupart du temps d’en dresser procès-verbal »83. Vingt ans plus tard, les choses sont restées immuables à Rouen : le 6 août 1903, une débitante qui vient porter plainte au commissariat, se voit opposer une fin de non recevoir excédée : « vous me faites suer avec vos querelles de ménage ; si je m’en occupais, je ne ferais que cela ». Las, le 28 août, le mari défonce le crâne de sa femme et celle-ci décède à l’hôpital, non sans s’être traînée au commissariat pour déposer une dernière plainte84. Cas extrêmes, dira-t-on, en raison de leurs fins tragiques. Oui, mais cas courants comme l’atteste l’exemple d’un mineur d’Alès qui bat sa femme si souvent que les voisins « n’y faisaient pour ainsi dire plus attention » 85.

« Leur histoire est celle de tous les ménages ouvriers mal assortis. Le mari est un ivrogne. Il se grise toutes les fois qu’il a de l’argent et quand il est gris, il bat sa femme. La femme est sale, fainéante, dépensière et se livre à la prostitution »86.

  • 86 Lettre du juge de paix de Vans : 17 août 1891, A.D., Ardèche, II U 397.
  • 87 Voir sur ce point, J. Lalouette, « Le discours bourgeois sur les débits de boissons aux alentours d (...)

18La peinture de cet ébéniste et de son épouse par le juge de Vans (Ardèche) illustre le postulat du lien dialectique entre l’ouvrier brutal et la victime coupable. Le roman et les observateurs sociaux analysent également les mauvais traitements conjugaux en termes moralisateurs et les circonscrivent aux classes défavorisées, « ces sortes de gens », dit le commissaire de Rouen. Ces préjugés sont tenaces dans la bourgeoisie mais infirmés par l’étude statistique87.

  • 88 Une fois exclus les couples où hommes et femmes se battent, on compte 1079 femmes non battues et 53 (...)
  • 89 Les femmes battues sont seulement un peu plus souvent commerçantes que les femmes non battues (15,6 (...)
  • 90 51,5 % des maris maltraitant leur femme sont des ouvriers contre 41,5 % pour ceux qui ne la battent (...)
  • 91 Cette surreprésentation de la France du Nord tient pour une part, au hasard de conservation des doc (...)

19La violence conjugale, en effet, est générale, urbaine comme rurale. Rien sur ce point ne différencie le profil des femmes battues et des femmes non battues88. Rien, sauf des nuances dans le statut professionnel, ne distingue épouses violentées et bien traitées89. Il reflète simplement le caractère populaire de l’échantillon étudié. Tout au plus, les maris ouvriers et brutaux sont-ils légèrement surreprésentés, avec plus de la moitié des dossiers, soit 10 % de plus que les époux sans problèmes90. Ceci explique peut-être celà, la France septentrionale et industrialisée est également le théâtre privilégié des mauvais traitements matrimoniaux91. Théâtre privilégié mais non unique puisque les femmes battues se retrouvent partout et dans tous les milieux.

  • 92 Ces chiffres, eux mêmes, sont, qui plus est, peut-être supérieurs à la moyenne en raison des bases (...)
  • 93 6,5 % des femmes battues qui portent plainte et 5,9 % des femmes assassinées par leur mari ont eu u (...)
  • 94 Lors de leur mort, 38,6 % entretiennent une liaison adultère.
  • 95 Il est, parfois, difficile de hiérarchiser des causes qui s’enchevêtrent. Ainsi, la femme d’un mine (...)
  • 96 Lettre du juge de paix de Bavay au juge d’Avesnes : 25 décembre 1882, A.D., Nord, 2U 155/465. Un se (...)

20L’argument de la victime qui travaille à sa perte n’est pas davantage recevable. Au contraire ! Ces femmes sont, en effet, encore plus irréprochables que leurs consœurs. Une sur quatre seulement a entretenu une liaison contre 43 % des femmes non battues92. Les plus sages, sûres de leur bon droit, sont les femmes qui se résolvent à dénoncer les mauvais traitements ou les femmes tuées par leur conjoint93. Tout au plus, les femmes victimes d’un homicide de la part de leur mari, et qui dans sept cas sur dix, sont des femmes régulièrement maltraitées, se sont laissées aller depuis peu à prendre un amant94. Il faut donc en revenir aux faits qui permettent de distinguer entre le fléau social, la fatalité sexuelle et la pathologie individuelle95. Aussi, ai-je choisi d’exclure de mon étude les sadiques et les violents pathologiques comme le sabotier de Bavay (Nord) qui non seulement assassine sa femme mais bat aussi sa mère, son oncle, sa tante, et menace un invité d’une baïonnette, poussant ce dernier à hasarder une définition de criminologiste : « C’est un vrai Troppmann »96.

« C’est quand il est ivre qu’il me maltraite »

  • 97 360 explications circonstanciées sont données par les victimes, leurs maris ou des tiers, soit 177  (...)
  • 98 Pour les témoins, l’alcoolisme est en cause dans 31 % des cas. Pour les femmes battues, il est impl (...)

2148 % des maris violents boivent contre 9,4 % des bons époux. A deux exceptions près, les hommes s’insurgent contre cette explication alors que les victimes et les témoins la mentionnent fréquemment97. De concert, ils voient dans l’abus de boisson la première cause des violences conjugales, tout en sous-estimant son impact98. L’alcoolisation est sans doute si courante dans certaines régions que les protagonistes sont mithridatisés et incapables d’en déceler les conséquences dramatiques pour la vie familiale. Là réside, sans doute, l’explication du faible nombre de cas recensés en Bretagne jusque dans les années 1930, où s’esquisse une tardive prise de conscience antialcoolique.

  • 99 Procès-verbal de gendarmerie de Jouy : 22 juillet 1873, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel (...)
  • 100 Procès-verbal de gendarmerie de Montreuil : 13 décembre 1875, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 954.
  • 101 Procès-verbal de police de Bruay : 15 avril 1922, A.D., Pas-de-Calais, tribunal correctionnel de Bé (...)
  • 102 Procès-verbal de gendarmerie de Vatan : 29 septembre 1936, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, ab (...)
  • 103 Lettre, s. d., 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.
  • 104 Procès-verbal de gendarmerie de la Trinité-Porhoët : 26 avril 1937, A.D., Morbihan, U 4115.
  • 105 Procès-verbal de gendarmerie de Carhaix : 16 janvier 1939, A.D., Finistère, 10 U6 70.
  • 106 Lettre au Procureur du 19 mars 1890 et lettre à sa mère du 29 décembre 1883, A.D., Rhône, Assises, (...)

22Le martyre des épouses d’ivrognes est souvent décrit avec un grand luxe de détail par les femmes elles-mêmes. A la différence des tyrans domestiques sobres, l’alcoolique se reconnaît à la périodicité des coups. « C’est quand il est ivre qu’il me maltraite », dit une cultivatrice de Jouy-en-Josas99. « Il a l’habitude de s’enivrer et toutes les fois que ça lui arrive, en rentrant à la maison, il me cherche dispute ou me porte des coups », note une couturière de Montreuil100. La femme d’un mineur de Bruay (Pas-de-Calais) dénonce l’ivresse de la paye : « depuis longtemps je suis maltraitée par mon mari, principalement le jour de quinzaine » 101. Une maroquinière d’Issoudun (Indre) quitte un mari qui « buvait trop, donc me frappait souvent » 102. Une paysanne de Connezac (Dordogne) est maltraitée lorsque son « mari rentre bien saoûl (...) Il me pinsser (...) il me fermais dhous le soir (...) ou coucher sur le plancher » 103. Heureuses au début de leur union, beaucoup ne se plaignent qu’après quelques années d’intense imprégnation éthylique. « Le caractère de mon mari a changé à la suite de nombreuses libations (...) J’étais chaque fois l’objet de sévices de sa part », soupire une cultivatrice de Ménéac (Morbihan)104. « Pendant deux ans, il s’est bien comporté à mon égard. (...) Par la suite, il s’est mis à boire et à me brutaliser », raconte une blanchisseuse de Carhaix (Finistère)105. Dans un dossier sur huit, les ivrognes battent indifféremment femmes, enfants, parents, voire beaux-parents et voisins quand ils s’interposent. La femme d’un tonnelier lyonnais porte plainte contre son époux qui est « sous le coup en ce moment (...) de folie alcoolique au point qu’il effraie tout le monde et qu’il me roue de coups moi et mes enfants » et elle dévoile à sa mère sa honte et l’ostracisme dont souffre la famille : « il est arrivez a être l’être le plus exécrable arrivez au paroxisme de l’ivrognerie (...). Il ne désoule pas. (...) De partout où nous allons il se fait chasser par raport que les gens sont outrez des scènes qu’il me fait. (...) J’ai des marques sur la figure. (...) Il me fait mourir à petit feu je n’est que vingt-neuf ans on m’en donnerais quarante–cinq » 106.

  • 107 Procès-verbal de gendarmerie d’Etaples : 19 décembre 1875, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 954.
  • 108 Renseignements sur l’inculpé, s. d., 1879, A.D., Var, 4U4 323.
  • 109 Procès-verbal de gendarmerie de Pont-Croix : 25 novembre 1927, A.D., Finistère, 16 U6 74.

23Les témoins confirment ces lamentables situations, quoique de façon plus lapidaire. Un charpentier d’Etaples (Pas-de-Calais) est décrit par les gendarmes comme « un ivrogne de profession ; il maltraitait journellement sa femme qui est aveugle », le point-virgule remplaçant, ici, le donc107. Un menuisier toulonnais qui dilapide ses gains en alcools divers, « une fois ivre, (...) maltraitait brutalement sa femme qui portait constamment des marques de violence » 108. « Mon père était un ivrogne fieffé et menait la vie dure à la maison », raconte un marin de Plouhinec (Finistère), battu par son père à l’égal de sa mère et de ses frères ou sœurs109.

  • 110 De fait, la IIIe République coïncide avec l’alcoolisation maximale des Français. De 1830 à 1900, la (...)

24Ces remarques, inchangées soixante dix ans durant, attestent la vigueur d’un fléau dont sont victimes l’entourage et, au premier chef, les femmes110. Celles-ci sont, en effet, proches parmi les proches. La dimension sexuelle n’est sans doute pas absente et les épouses peuvent être battues, car proches et femmes. Le phénomène relève, néanmoins, souvent de la dépendance, voire de la maladie puisque quelques cas de delirium tremens sont signalés. Dans 52 % des dossiers, en revanche, les femmes sont battues par des hommes à jeun et responsables de leurs actes. Ces derniers se divisent en deux variantes qui renvoient toutes deux au pouvoir masculin : les tyrans domestiques et les maîtres absolus.

La femme du tyran domestique

  • 111 14,7 % selon les explications féminines et 14,1 % pour les hommes.
  • 112 Procès-verbal du juge de paix de Ligny : 2 juin 1879, A.D., Meuse, 18 U 93.
  • 113 Notes d’audience du tribunal correctionnel de la Seine : 25 juillet 1876, A.D., Seine, D2 U6 37.
  • 114 Procès-verbal de police de Cahors : 26 juillet 1887, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, l (...)
  • 115 66 % des maris violents surveillent les dépenses et refusent de rendre des comptes, et même 79,5 % (...)

25La femme battue vit, dans un cas sur quatre, avec un « pacha » qui se fait servir et un égoïste qui la prive du nécessaire. Aussi, les litiges d’argent sont-ils à l’origine de la moitié des scènes qui débouchent sur de mauvais traitements111. Sont alors battues les femmes qui réclament leur dû ou protestent contre la paresse de leur mari. « Nous vivons en assez mauvaise intelligence à cause que mon mari n’aime pas le travail. Il est d’un caractère violent, il m’a quelquefois souffletée », déclare une journalière de Ligny (Meuse)112. Une femme de ménage d’Asnières qui a dû sauter par la fenêtre pour échapper aux coups, est victime d’un mari fainéant et spoliateur : « mon mari me bat tout le temps. Tout cela vient de ce qu’il ne veut pas travailler et trouve que je ne lui donne pas assez d’argent » 113. Un ouvrier de Cahors avoue avoir frappé sa femme, car, dit-il, « je ne puis parvenir à la faire travailler » 114. Nous retrouvons là, mais aggravés, les conflits évoqués au chapitre précédent. En effet, les maris violents contrôlent plus souverainement les ressources du foyer. Non seulement ils surveillent de plus près les dépenses quotidiennes mais ils conservent plus jalousement encore leur salaire115. Par ailleurs, un peu plus paresseux que la moyenne, ils s’emparent plus fréquemment des maigres revenus de leur épouse. En revanche, la gestion du patrimoine et l’utilisation du salaire féminin ne présentent pas de caractère particulier. Pour justifier les brutalités auxquelles ils se livrent, ces hommes invoquent, en général, la résistance de leur femme à leurs demandes d’argent et pour les agriculteurs, son refus de travailler. Ces époux sont donc plus jouisseurs que les bons maris et même plus indifférents à la misère de leur femme que les maris simplement mauvais payeurs.

  • 116 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 8 avril 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.
  • 117 Procès-verbal de gendarmerie de Montmorency : 1er juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal de Po (...)
  • 118 Procès-verbal du juge d’instruction de Clamecy : 2 juillet 1907, A.D., Nièvre, 2U 581.

26Ils envisagent également les rapports conjugaux en terme de joug ancillaire et dans la moitié des dossiers, ils frappent leur épouse parce qu’elle n’a pas rendu le service qu’ils attendent. Certes, la place écrasante dévolue aux femmes dans les travaux ménagers et la tradition de service féminine expliquent ces exigences. Chez le mari violent, toutefois, elles sont poussées à l’extrême, tout manquement aux rôles domestiques étant durement sanctionné. Un vigneron d’Appoigny (Yonne) estime qu’il est dans son droit : « elle ne remplit pas ses devoirs de ménagère ; c’est pourquoi je l’ai frappée » 116. Un maçon de Neuilly-sur-Marne raconte naturellement qu’« il avait battu sa femme parce qu’elle ne lui avait pas préparé à souper (...). Elle méritait une bonne correction » 117. Un maréchal-ferrant de Billy (Nièvre) s’emporte sans motif et invente deux « fautes » de nature à justifier une sévère punition : défaillance domestique d’une part – « j’ai fait des des reproches à ma femme parce qu’il n’y avait rien à manger »–, rébellion de l’épouse d’autre part qui aurait rétorqué : « fais toi à manger si tu veux » 118.

27Fait significatif, les scènes avec leur femme sont très rarement motivées par des litiges éducatifs. En effet, ces conjoints brutaux sont également indifférents à leurs enfants. Ce sont avant tout des viveurs égocentriques qui ne voient dans leur épouse que la « servante » nourricière. Ils suivent naturellement la pente culturelle qui conduit les hommes à dominer, mais sans théoriser les rapports de force. Dans près de 30 % des cas, en revanche, les maris violents affichent leur conviction que la vie conjugale doit être fondée sur des relations inégalitaires entre les deux sexes.

Le « maître absolu » et sa femme

28Dans ce cas, tous les débordements sont autorisés au nom du droit des hommes et de la nécessaire soumission des femmes.

« Si je l’ai frappée, c’était mon droit »119

  • 119 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 4 décembre 1880, A.D., Seine, D2 U8 126.
  • 120 Lettre au Procureur : 4 juin 1882, A.D., Loire, Assises, 2e trimestre 1882.
  • 121 Procès-verbal de police de Gonesse : 16 juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel d (...)
  • 122 Procès-verbal du juge d’instruction de Lyon : 24 mars 1890, A.D., Rhône, Assises, audience du 28 no (...)
  • 123 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 13 avril 1912, A.D., Pas-de-Calais, 3 U2 149.
  • 124 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 25 novembre 1924, A.D., Sarthe, 1U 1922.

29Dans un cas sur cinq, le mari inculpé pour coups et blessures s’entête dans son erreur en proclamant, comme ce policier parisien, que l’autorité maritale va jusqu’à la correction physique. Ces hommes justifient tous les mauvais traitements par la nécessité de punir une épouse fautive, employant les mêmes termes que ceux que nous avions relevés pour les punitions enfantines. Un manœuvre de Rive-de-Gier se trouve à son grand regret, dit-il, dans l’obligation de battre sa femme : « je me voyais journellement forcé d’agir avec brutalité (...) et sans mauvaise intention ce que Ion fait habituelment dans quelque famille pour corrigé un enfant incorrigible » 120. « J’ai fait ce que je devais faire », affirme un vannier de Gonesse qui châtie une femme « ivrognesse » pour les dettes qu’elle a faites à son insu121. « Je ne regrette pas ce que j’ai fait. Je bats ma femme pour la corriger », proclame le tonnelier lyonnais122. « Elle n’a tenu aucun compte de mes conseils. C’est pourquoi j’ai dû en venir aux coups », explique un mineur de Sallaumines (Pas-de-Calais)123. Un vigneron de Pezé-le-Robert (Sarthe), marié à une femme qui a la « passion de boire », se disculpe même en soulignant l’attitude contrite de la victime : « quand je la corrigeais en lui donnant des coups avec la main, elle ne se défendait pas, connaissant bien ses torts » 124.

  • 125 Procès-verbal de gendarmerie de Noisiel (Seine-et-Mame) : 22 février 1886, A.D., Seine-et-Oise, tri (...)
  • 126 Procès-verbal du juge de paix de Bourg-Lastic : 16 février 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.
  • 127 Lettre de la femme au Procureur : 23 mars 1921, A.D., Drôme, UP 98.
  • 128 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 10 janvier 1876, A.D., Aube, 4U 272.

30Dans ce cas et comme avec les enfants, ces hommes s’irritent de la moindre intervention extérieure, considérant leur femme comme leur propriété. Un bûcheron de Dampmart (Seine-et-Marne) qui bat sa femme « comme une bête fauve », fanfaronne jusque devant les gendarmes : « ce n’est pas la première fois et cela ne sera pas la dernière » 125. Lorsqu’un voisin s’interpose alors qu’il frappe sa femme avec un nerf de bœuf, lui intimant l’ordre d’arrêter – « ce n’était pas comme cela qu’il fallait faire » –, un paysan de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme) se retourne vindicatif contre l’importun : « il y en a autant pour toi que pour elle » 126. Un cultivateur de Massignieu-de-Rive (Ain), interpellé en termes analogues par sa voisine, s’écrie : « j’en suis le maître, elle m’appartient » 127. Aussi, quelques hommes vont-ils jusqu’à soutenir qu’ils ont droit de vie et de mort sur leur moitié et se croient assurés, en cas de meurtre, de bénéficier d’une condamnation légère. « Je la tuerai et j’en serai bien débarrassé ; je ferai un mois de prison, qu’est-ce que ça », clame un maçon de Sainte-Savine (Aube)128.

Punir l’« insoumise »

  • 129 Procès-verbal du juge d’instruction de de la Seine : 25 juin 1881, A.D., Seine, D2 U8 114.
  • 130 Procès-verbal du juge d’instruction d’Yssingeaux : 5 juin 1874, A.D., Haute-Loire, 4 U 201.
  • 131 Lettre au Procureur, s. d., 1891, A.D., Pyrénées-Orientales, U 1565.
  • 132 Mémoire, s. d., 1919, A.D., Nord, 2U 155/573. De surcroît, il se révèle bigame.

31Ces maris peuvent également justifier les châtiments corporels non par leur droit de propriété sur l’épouse mais par leur dignité bafouée. « En me narguant devant le monde (...), elle m’a obligé à employer la force pour la corriger et me faire respecter », explique un marchand de vins parisien qui, plus âgé que sa femme, la traite comme une gamine têtue129. « Elle a à s’imputer de m’avoir excité à me mettre dans un état de fureur ; depuis six mois, elle manifeste des sentiments d’extrême jalousie (...). Si je rentre un peu plus tard qu’à mon ordinaire, alors même que j’ai été retenu par mes fonctions, elle me suscite des scènes », se justifie le greffier près le juge de paix de Bas-en-Basset (Haute-Loire) mais il reconnaît avoir « manqué à la réserve et aux devoirs que m’imposait ma profession » 130. Un journalier de Saint-Michel-de-Llottes (Pyrénées-Orientales) qui interpelle son épouse sur sa « fraude quotidienne avec Jean C. », la brutalise surtout parce qu’elle lui tient tête : « ayant le droit de faire respecter ma femme (...), je lui ai dit de quitter la compagnie de C. Elle ma répondu brusque et rebelle des paroles stravagantes (...) altéré de malice Je lui ai fiché un coup de cercle sur le dos » 131. « Chaque soir, il me fait sècéne (...). Voyant cela un jour, j’ai voulu lui répondre, il m’a lancé une livre de sel au visage », se plaint une couturière de la Rochelle, ainsi réduite au silence : « je ne pouvais rien dire car il était brutale et méchant et bivait en cachette de moi » 132.

  • 133 89,3 % des femmes battues affrontent des scènes alors que 86,4 % des femmes non battues les ignoren (...)
  • 134 15 % contre 3 %.

32Or, contrairement à leurs dires, ces maris sont loin d’être accablés par les récriminations de leurs épouses. Moins de 2 % des femmes battues prennent l’initiative d’une scène et 13 % seulement osent répliquer. La plupart subissent sans broncher les colères de leur conjoint alors que 75 % des maris brutaux font des scènes à leur épouse contre 4,4 % des époux paisibles. La violence dans ces ménages est d’abord verbale133. Les mots annoncent les coups. Les hommes qui maltraitent leur épouse, sont des adeptes de la femme docile et muette. Par ailleurs, habitués à imposer leur volonté, ils n’ont aucun égard pour leur famille. Ils sont ainsi cinq fois plus nombreux à abandonner leur foyer que les maris ordinaires134. Lorsque leur pouvoir leur semble menacé, ils punissent la rebelle qui, arguent-ils, a travaillé à sa perte. L’argument de la victime coupable est également utilisé par les jaloux.

« Il avait le caractère violent et excessivement jaloux » 135

  • 135 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Hyppolite : 8 octobre 1905, Gard, 5U2 303.
  • 136 Soit 31 femmes. 16 % des témoins recourent également à cette explication intime.
  • 137 4 exemples. Voir aussi chapitre 11.
  • 138 On compte, dans la base de données, 148 jaloux dont 127 à l’égard de leur épouse et 22 à l’égard de (...)
  • 139 Procès-verbal du juge de paix de Fiers : feuille grignotée, date illisible, 1872, A.D., Orne, Assis (...)
  • 140 Lettre à ? : 23 novembre 1875, A.D., Haute-Vienne, 2U 254.
  • 141 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 17 janvier 1878, A.D., Seine-Inférieure, U 973.
  • 142 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Laurent : 11 octobre 1895 et procès-verbal de gendarmerie de (...)

33Un propriétaire de Saint-Hyppolite-du-Fort (Gard) peint en la personne de son journalier un comportement fort commun puisque 87 épouses sont victimes d’un jaloux, soit 16 % des femmes battues et même une sur quatre selon l’analyse que font les femmes elles mêmes136. Les coups peuvent pleuvoir lorsque la femme se refuse à transgresser certains tabous sexuels, mais le mobile est anecdotique, alors que la crainte de l’adultère est omniprésente137. J’ai recensé dans la base de données 126 hommes mariés et jaloux. 107, soit 85 %, appartiennent à la catégorie des jaloux obsessionnels et, parmi eux, 87 battent leur femme138. Il va de soi que seules ont été retenues les femmes « honnêtes ». Les témoins sont, ici, très précieux qui savent repérer le moindre écart de conduite mais jugent, en revanche, « ridicules », voire pathologiques, les soupçons infondés. « Ce sont des chimères qu’il se serait mises en tête », témoigne la tante par alliance d’un serrurier de Flers (Orne)139 « Ce Monsieur était pris de la maladie des maris jaloux », écrit le frère d’une couturière de Magnac-Laval (Haute-Vienne), peu de temps avant que l’époux de celle-ci ne l’assassine140. Un ouvrier du port diéppois dépeint, en des termes fort voisins, un camarade de travail : « il passait parmi nous pour être jaloux. (...) C’est à sa jalousie qu’on attribuait la plupart du temps les mauvais traitements qu’il exerçait sur sa femme » 141. « Bien que sa femme ait eu une conduite irréprochable », un ouvrier-tisseur de Rozier-en-Donzy (Loire) la martyrise selon leur voisin : « j’ai toujours connu le mari pour être jaloux, brutal, sournois et vindicatif »142.

  • 143 Lettre au Président du tribunal, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.
  • 144 Procès-verbal de gendarmerie d’Ambrières : 11 juillet 1934, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel d (...)
  • 145 Procès-verbal de gendarmerie de Marsanne : 12 juillet 1926, A.D., Drôme, 4U 530.
  • 146 Acte d’accusation : 26 janvier 1906, A.D., Gard, 5U2 303.
  • 147 14,3 % des maris violents sont adultères.

34Le jaloux maladif se reconnaît à l’objet de sa jalousie, toujours choisi avec irréalisme, parent très proche, voisin ou client, quand ce n’est la gent masculine dans son entier. Un mécanicien parisien, « d’une jalousie aussi violente qu’injustifiée », imagine dans deux lettres et un « rapport », « l’insèce » commis par sa femme avec son fils, « dans des positions terribles devant un enfant de dix ans qui voyait sa mère jupes retroussées tenant son cadet entre ses jambes qui se caraissait en outre sur le lit de son enfant » 143. Malgré une première condamnation pour coups, un agriculteur de Pas-en-Artois ne s’est pas « amendé » et reste hanté, lui aussi, par l’ombre de l’inceste : « il me reproche de mener une mauvaise vie et est surtout jaloux de son père qui vivait avec nous » 144. « Mon mari a toujours été d’une jalousie extrême. Il prétendait que j’avais des relations avec presque tous les hommes du Sauzet, ce qui est faux », déclare une paysanne, victime de la méfiance universelle de son conjoint145. Quelques hommes sont la proie d’une jalousie rétrospective. Ainsi, l’union en troisièmes noces d’un mineur retraité de Salindres (Gard), âgé de soixante-cinq ans, et d’une célibataire de quarante-deux ans « ne fut pas heureuse car dès le début, éclataient (...) des discussions fréquentes motivées par la jalousie », « son passé autorisait dans une certaine mesure, les appréhensions de R. qui n’ignorait pas que sa femme avait vécu durant plusieurs années en concubinage avec un propriétaire d’auberge » 146. Aisés à repérer, 95 % des conjoints jaloux et violents refusent, pourtant, de se reconnaître tels. Cette distorsion s’explique par leur vision machiste des relations sexuelles. Aux hommes, une entière liberté, statistiquement vérifiée puisque les maris qui battent leurs femmes se permettent de les tromper deux fois plus souvent que les autres147. Aux femmes, la réserve la plus absolue.

  • 148 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 29 septembre 1870, A.D., Aube, 5U 299
  • 149 Procès-verbal de police d’Aubervilliers : 25 septembre 1883 et procès-verbal du juge d’instruction (...)
  • 150 Procès-verbal de police de Saint-Etienne : 17 juin 1886, A.D., Loire, Assises, 2e trimestre 1886.
  • 151 Procès-verbal du juge de paix de Maromme : 13 février 1900, A.D., Seine-Inférieure, U 1022.
  • 152 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 6 novembre 1913, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 151.

35La jalousie sans objet engendre la même violence automatique que l’alcool. Une cabaretière de Troyes qui se doit pour son commerce d’être « familière avec les clients », souligne ce lien : « je n’ai pas eu à ma plaindre de lui pendant les six premières années mais, depuis un an, il est devenu jaloux et il me maltraite »148. « Depuis longtemps mon mari me frappait mais ce n’était rien en comparaison de ce qui se passait ces derniers temps : il était d’une jalousie exagérée, s’enivrait et alors c’était des scènes de violences », raconte une journalière d’Aubervilliers149. « Dès les premiers temps de mon mariage, j’étais l’objet de ses mauvais traitements ; il m’injuriait et me battait ; c’est un homme qui a toujours été jaloux », conclut une blanchisseuse stéphanoise150. Quelques femmes ont l’imprudence d’épouser un homme dont le penchant se manifeste dès les fiançailles, tel ce marchand de chiffons de Servaville (Seine-Inférieure) dont la belle-mère dit : « c’est avec beaucoup d’hésitation que feu mon mari et moi avons donné notre consentement à cette union car nous connaissions le caractère violent et jaloux de T. »151. Les maris jaloux non seulement maltraitent leur femme mais leur imposent une surveillance humiliante. Le mineur de Sallaumines (Pas-de-Calais) bat sa femme après « l’avoir visitée des pieds à la tête afin de voir si je n’avais pas eu de rapports sexuels avec un amant », raconte celle-ci152. Et il n’est pas seul de son espèce.

  • 153 Un exemple seulement. « J’ai quitté le domicile conjugal parce que je vivais en mauvaise intelligen (...)
  • 154 Deux exemples seulement avant 1900.
  • 155 12,7 % des dossiers seulement sont consacrés à la France méditerranéenne et 21,5 % à la France au s (...)
  • 156 La moitié des paysans jaloux – 18 – sont recensés après 1917 alors que 25 % des ouvriers jaloux seu (...)

36La jalousie qui justifie tous les excès, est un sentiment sexué. On compte, en effet, 107 maris jaloux sans raison contre 19 femmes jalouses sans motif. Le rapport de un à six est statistiquement sans appel. Qui plus est, leur comportement s’oppose. Alors que 87 jaloux maltraitent leur épouse, trois jalouses seulement se livrent sur leur mari à des violences. Elles se bornent en général à « faire des scènes » selon l’expression consacrée par les contemporains153. Par ailleurs et alors que le mari jaloux est installé dans le paysage conjugal pendant toute la IIIe République, la jalousie féminine est un sentiment tardif qui n’existe pas ou, plus vraisemblablement, n’ose s’exprimer avant 1900154. Contrairement aux stéréotypes, honneur méridional et jalousie fantasmée ne vont pas de pair. Le jaloux vindicatif est un citadin de la France septentrionale qui, dans un cas sur deux, est ouvrier ou artisan155. Nous serions en présence moins d’un patriarcat traditionnel que d’un machisme moderne. Dans les milieux populaires urbains, toutefois, ses manifestations les plus violentes déclinent après 1914, cédant devant le divorce et la plainte, alors qu’il semble gagner un monde rural longtemps épargné156. Faut-il voir dans la réaction des villageois une inquiétude face à la mobilité croissante des femmes, au désenclavement tentateur des campagnes ? Peut-être. La jalousie, sous sa forme violente, serait ainsi datée et son âge d’or engloberait d’abord le xixe siècle.

  • 157 5 cas seulement.
  • 158 Procès-verbal de gendarmerie de Pontoise : 26 septembre 1901, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correct (...)
  • 159 Procès-verbal de police de Berck-sur-Mer : 8 mai 1935, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 381.

37Le cas inverse des maris infidèles qui en viennent par haine et dégoût de l’épouse délaissée à la martyriser, n’est pas rare non plus157. « Je suis constamment battue par mon mari depuis que celui-ci fréquente Mme D. », déclare la femme d’un négociant en vins de Gagny (Seine-et-Oise)158. La femme d’un peintre de Berck est maltraitée elle aussi bien qu’elle refuse de polémiquer : « je répondis qu’il n’avait qu’à aller rejoindre sa maîtresse et de me laisser tranquille avec mes deux enfants » 159.

38La moitié au moins des violences maritales découle, in fine, de la conception dominatrice et inégalitaire des rapports conjugaux. Attachés à leurs privilèges domestiques, habitués à être servis, soucieux de tenir en laisse une femme qu’ils veulent docile, obsédés par la défense de leur virilité, jaloux imaginaires, certains hommes se croient tout permis. Ils privent leur épouse du nécessaire, la trompent sans remords et la battent comme plâtre. Sommée d’obéir, privée de parole, celle-ci est réduite à un statut subordonné mais d’ordre purement privé. La supposée contrainte du Code civil n’est rien en comparaison du despotisme qu’exercent sur leur femme leurs conjoints. Les contemporains, incapables d’un tel recul, pressentent cet état de fait en dénonçant dans 27 % des cas, le caractère « méchant » ou « brutal » du conjoint, masque de l’inégalité sexuelle au sein du couple. Au reste, l’opinion tolère de moins en moins les violences conjugales.

« Il ne faut pas battre ta femme » 160

  • 160 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Didier : 1er juin 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206(1).
  • 161 22, 4 % se regroupent entre 1870 et 1889, 27,6 % entre 1890 et 1914, 51 % après 1914.
  • 162 30,5 % l’ont été entre 1890 et 1914 et 28,3 % de 1915 à 1939. Certes, Paris où les crimes passionne (...)
  • 163 Le gonflement des plaintes pour coups est, à l’évidence, tributaire de l’envol des divorces mais le (...)

39Ce précepte qui vaut à un passementier de Saint-Didier (Haute-Loire) d’être rossé pour avoir défendu son ouvrière contre son époux, est partagé par un nombre croissant d’observateurs et, par la pression sociale qu’ils exercent, devient progressivement réalité. Le nombre de femmes non battues croît ainsi pendant toute la IIIe République161. De même, 41 % des femmes assassinées par leur conjoint l’ont été dans les deux premières décennies de la IIIe République162. Et si, paradoxe apparent, les plaintes pour coups atteignent dans l’entre-deux-guerres 45,6 % des dossiers, ce n’est pas en raison d’un accroissement des violences mais du fait qu’elles sont plus souvent dénoncées, en particulier à l’occasion d’une séparation163.

  • 164 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 16 février 1874, A.D., Puy-de-Dôme, U 010820.
  • 165 Procès-verbal du juge de paix de Plouay : 30 novembre 1870, A.D., Morbihan, U 5265.
  • 166 Lettre au Procureur : 19 juillet 1871 et pétition, s. d., 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.
  • 167 Procès-verbal de gendarmerie d’Evreux : 7 novembre 1930, A.D., Eure, tribunal de simple police d’Ev (...)

40Dans les années 1870, certains témoins défendent encore le principe de la correction maritale. Lorsqu’un caoutchoutier clermontois se plaint d’être battu par sa femme, son oncle, entrepreneur de charpentes, prône la manière forte : « je lui conseillais de la corriger en la frappant » 164. Voyant un aubergiste venir chercher sa femme au cabaret, une ménagère de Plouay (Morbihan) prédit la suite sans s’émouvoir autrement : « je me dis en les voyant : “voilà une femme qui va être frappée ce soir car elle est encore ivre” » 165. Cette tolérance décline, toutefois, rapidement. Lorsque les témoins sont appelés à donner leur opinion sur un mari brutal, ils ne lui trouvent aucune excuse. Ils se comptent sur les doigts de la main ceux qui incriminent, fût-ce marginalement, la responsabilité féminine. Deux protagonistes invoquent l’alcoolisme de l’épouse, trois autres les persécutions d’une femme jalouse, deux enfin un esprit rebelle. Le maire de Blacy (Yonne) estime les torts partagés chez un couple d’agriculteurs : « cet homme est sans doute bien coupable d’avoir cherché à battre sa femme. (...) Cette dernière n’a pour son mari aucun égard », cependant que les voisins concluent ainsi une pétition en faveur du mari : « s’il a eu l’imprudence de frapper sa femme, nous croyons qu’elle avait aussi bien des torts » 166. Lorsqu’en 1930, un conseiller municipal de Bernienville (Eure) défend le charpentier qu’il emploie, son argumentaire est devenu complètement obsolète : « il a quelquefois gifflé sa femme mais, en tout cas, elle le méritait car il vaut mieux qu’elle en tous points de vue » 167.

  • 168 Lettre ? : 16 avril 1886, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1886.
  • 169 Procès-verbal de police de Saint-Dié (Vosges) : 17 janvier 1913, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 643.
  • 170 Procès-verbal de police de Beauvais : 11 avril 1926, A.D., Oise, tribunal correctionnel de Beauvais (...)

41Les témoins non seulement accablent le mari mais ils soutiennent de leur mieux la victime. Nombreux sont les voisins compatissants qui, parfois réveillés en pleine nuit, hébergent la femme qui a fui les coups. Ils la nourrissent, lui prêtent des vêtements. Surtout, ils l’écoutent et la conseillent. Ils interviennent également lors des scènes de ménage, voire s’interposent physiquement entre belligérants comme ce couple qui habite à Caudebec la maison la plus proche d’un ménage de tisserands : « nous soussigné avens été voisin de la femme F. pendant deue année nous avons vu meunte et meunte fois son mari souvent la frappé et une fois nous somnae allez la debarasse il l’étouffé et était onze heure du soir » 168. Un ouvrier de Saint-Dié (Vosges) est pris à partie plusieurs fois par ses voisins « parce qu’il battait sa femme qui rentrait du travail tandis que lui même ne travaillait pas » 169. Un maçon de Beauvais, voyant un camarade frapper son épouse, « lui a flanqué une trempe », disant que « c’était dégoûtant de frapper une femme de cette façon là », puis il appelle la police170. Les lettres, anonymes ou signées, collectives ou individuelles, les dénonciations verbales au maire, à la gendarmerie ou au commissariat sont fréquentes dans les dossiers de femmes battues et montrent le souci de les protéger contre les excès maritaux. Ces interventions échouent parfois mais elles sont souvent efficaces et permettent, dans les cas les plus graves, de sauver la vie de l’épouse.

La femme soumise

  • 171 Deux sur trois sont des citadines et une sur trois des ouvrières. D’où le poids des départements in (...)

42Il est clair que ces comportements dominateurs ont longtemps perduré en raison de la relation dialectique entre femme soumise et homme autoritaire. De fait, 70 % des femmes maltraitées subissent leur sort sans broncher, s’autorisant seulement quelques confidences à leurs proches. On peut leur adjoindre les 39 épouses soumises à des maris autocrates mais non violents. Celles-ci sont peu nombreuses dans l’échantillon, en raison du silence qu’elles s’imposent et de la conviction d’agir comme il se doit. Leur profil, sans originalité, se rapproche beaucoup des femmes de maris autoritaires puisque les citadines l’emportent et que les ouvrières sont aussi nombreuses que les paysannes171.

Docile par amour, conformisme ou peur

  • 172 Lettre à son mari : 7 septembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909. Le mari est condamn (...)
  • 173 Procès-verbal de la police judiciaire : 18 février 1934, A.D., Assises, session du 18 au 25 avril 1 (...)
  • 174 Procès-verbal du juge d’instruction d’Hazebrouck : 19 août 1876, A.D., Nord, 2U 155/439.
  • 175 Lettre, s. d., septembre 1882, A.D., Seine, D2 U8 125.
  • 176 Procès-verbal de police de Lille : 28 février 1936, A.D., Nord, 2U 75.

43Quelques femmes se laissent aliéner par amour. Une ouvrière de Troyes analyse bien une sujétion longtemps consentie : « je te souhait (...) de retrouver une Léontine sur ton chemi quand tu sera libéré une imbécile comme moi qui se sacrifiras pour toi. (...) Lorsque tu étais à l’instruction tu me disès oh titine je suis un homme perdue pour te sauve il te fallait le mariage je les fait sans esitez (...). Je te parle sans haines et sans mépris mais je garde au fond du cœur tout ce que l’on ma fait subir (...) car j’ai été à tes coté comme une esclave qui suis son maitre »172. « Lorsque je me suis “trouvée" entre ses mains, je ne pouvais que lui obéir », avoue une fille de salle parisienne, subjuguée173. La plupart s’inclinent, cependant, par conformisme social. La paix apparente des ménages se fonde bien souvent sur l’effacement des femmes. Ainsi chez ces cultivateurs de Borre (Nord) : « le ménage Y-C. a toujours passé pour fort uni mais c’était Y. qui avait tout à dire et il ne souffrait pas la contradiction de son intérieur » 174. Pendant huit ans, souligne le beau-frère d’un rentier parisien, « le ménage avait toujours vécu d’accord grâce à la patience angélique de ma sœur » 175. De même, un retraité lillois lie bonne entente et retenue féminine pour un couple d’ouvrier : « leur ménage était très uni. (...) La femme était très docile » 176

  • 177 Procès-verbal de police de Dunkerque : 21 septembre 1876, A.D., Nord, 2U 155/442.
  • 178 Procès-verbal de gendarmerie de Riotord : 25 février 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206(1).
  • 179 Procès-verbal du juge d’instruction de Perpignan : 2 novembre 1909, A.D., Pyrénées-Orientales, U 32 (...)
  • 180 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 23 décembre 1871, A.D., Yonne, 3U1 1228.
  • 181 Lettre, s. d., 1931 et notes d’audience : 24 avril 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châ (...)

44Crainte du mari et respect des normes se conjuguent également pour dicter aux femmes une attitude effacée. Une ouvrière de filature dunkerquoise se fait toute petite lors d’une réunion familiale au cabaret, « sa femme le craignait tellement qu’elle n’a pas levé les yeux sur lui », s’étonne son beau-frère177. L’épouse d’un sabotier de Riotord (Haute-Loire) abdique toute personnalité : « lorsque mon mari a bu, il est très méchant, il ne faut rien lui dire, moi, je le connais, lorsqu’il est dans cette situation, je ne le contrarie pas, je dis comme lui » 178. La femme d’un employé de Perpignan minimise les faits : « il ne me brutalisait pas. Il pouvait me donner quelques giffles de temps en temps mais c’était tout, ce n’était rien » 179. Quelques victimes comme cette vigneronne d’Auxerre, régulièrement battue et blessée par son mari au cours d’une scène particulièrement violente, vont jusqu’à s’avouer coupables : « ce n’est pas un méchant homme mais il est prompt et j’ai moi même le tort d’être un peu vive et de ne pas lui céder » 180. En 1931 encore, alors qu’un « groupe d’habitants » de Villedieu (Indre) dénonce anonymement un chiffonnier qui a « martyrisé » son épouse, « la povre femme fait peine à voir », la victime proteste que « la lettre qui a été envoyée est bien mauvaise. (...) Si je ne lui avais pas répondu, il ne m’aurait pas cognée » 181.

  • 182 Procès-verbal de gendarmerie de Sainte-Livrade : 6 décembre 1877, A.D., Lot-et-Garonne, tribunal co (...)
  • 183 Requête en divorce : 12 avril 1929, A.D., Gard, 6U14 312.
  • 184 Lettre à ? : 12 mars 1931 et lettre au Procureur : 1er avril 1931, A.D., Oise, tribunal correctionn (...)
  • 185 Voir aussi chapitre 4.
  • 186 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 23 juillet 1891, A.D., Seine, D2 U8 231.
  • 187 Procès-verbal de gendarmerie de Catus : 20 juillet 1906, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahor (...)
  • 188 Procès-verbal de gendarmerie de Pélussin : 13 décembre 1936, A.D., Loire U 2040.
  • 189 Procès-verbal de police de Quimper : 30 septembre 1926, A.D., Finistère, 16U6 73.

45Cette patience repose le plus souvent sur l’espoir d’« amendement », selon l’expression la plus fréquemment usitée. « Depuis longtemps déjà, mon mari me frappait et me menaçait de mort ; cependant, j’ai toujours resté avec lui, croyant qu’il viendrait à de meilleurs sentiments, en ne jamais le contrariant et en supportant les injures et les coups avec beaucoup de patience », témoigne une métayère d’Allez (Lot-et-Garonne)182. Mariée à un débauché et un paresseux, une ménagère d’Alès attend sept ans durant « patiemment (...) qu’il s’amenderait peu à peu » et elle ne divorce que lorsque, en sus, il commence à la frapper183. « Lasse d’être battue et martyrisée, oui, voilà le vrai mot », la femme d’un facteur de Saint-Germain (Oise) porte plainte contre son mari puis elle se ravise et lui donne une dernière chance : « mon mari m’a promis (...) qu’il allait devenir sans fautes je crois que dans le fond il a encore du bon et que si cette sale femme ne s’était trouvé derrière pour le relancer tous cela n’aurais pas arriver » 184. Quant aux mères de famille, elles se résignent pour ne pas priver leurs enfants du nécessaire185. Une ouvrière parisienne se tait, car, explique-t-elle, « sans famille directe, sans soutien, j’ai fatalement été ramenée à mon ménage » 186. « Elle n’a pas voulu faire intervenir la police rapport à son petit encore en bas âge », relève le voisin d’une sage-femme de Catus (Lot)187. « Vu le jeune âge de ses enfants, ma fille endurait depuis vingt ans cette vie de martyre », raconte la belle-mère d’un pensionné militaire de Chavanay (Loire)188. Battue, l’épouse d’un maçon quimperois obéit à un mobile plus moral et se refuse à dénoncer son mari « à cause de mes enfants dont le nom serait déshonoré »189.

  • 190 Procès-verbal du juge d’instruction de Brive (Corrèze) : 2 juin 1871, A.D., Haute-Vienne, 3U 703.
  • 191 Procès-verbal du juge d’instruction de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 427.
  • 192 Procès-verbal de gendarmerie de Joigny : 14 novembre 1896, A.D., Yonne, 3U3 973.
  • 193 Procès-verbal de gendarmerie de Toulon : 19 août 1911, A.D., Var, 4U4 459.

46Au xixe siècle, cette attitude est confortée par l’opinion qui, elle aussi, prêche la patience. Informés de situations parfois dramatiques, les proches et les autorités n’incitent pas les femmes à la rébellion. Le maire d’Allassac (Corrèze) qui ne conteste ni les plaintes ni les traces de coups d’une aubergiste, l’a « toujours exhortée à patienter » 190. Une bouchère de Rive-de-Gier prête une oreille attentive à la femme d’un terrassier mais conseille l’abstention : « elle m’a plusieurs fois dit (...) qu’elle était bien malheureuse avec son mari et que chaque fois qu’il venait voir sa maîtresse (...) ou qu’il revenait des maisons publiques où il allait souvent, il rentrait comme un fou furieux, l’injuriait et la maltraitait. (...) Je l’engageais (...) à prendre son mal et son sort en patience »191. Privée de nourriture, une vigneronne de Biérry-les-Belles-Fontaines (Yonne) a la tentation de quitter le domicile conjugal mais en est dissuadée par « le maire et les voisins [qui] me conseillaient de patienter dans l’espoir qu’un jour, cela irait mieux » 192. Ne pouvant raisonner le boucher de la Valette, le maire se tourne vers sa victime : « je conseillais à sa femme de la patience et de la prudence » 193. Ces exhortations à la modération n’ont qu’un temps et disparaissent à la Belle Epoque.

  • 194 Procès-verbal de police de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 247.
  • 195 Procès-verbal de gendarmerie de Luzech : 19 mai 1871, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, (...)
  • 196 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 29 décembre 1881, A.D., Nord, 2 U 155/465.
  • 197 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 14 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, ses (...)
  • 198 Procès-verbal de gendarmerie de Pontoise : 24 juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctio (...)
  • 199 Procès-verbal de police de Troyes : 20 mai 1926, A.D., Aube, versement 152, liasse 17 758.
  • 200 Procès-verbal de police de Mézières : 15 avril 1923, A.D., Ardennes, 4U 314/2.
  • 201 89 sur 153 sont dans ce cas.
  • 202 A.D., Doubs, U 3919.

47Quelques femmes dissimulent leurs malheurs par honte telle la ménagère de Rive-de-Gier maltraitée mais « trop fière et trop réservée pour s’en plaindre » 194. Beaucoup se taisent par peur d’aggraver leur cas comme cette paysanne d’Albas (Lot) : « j’ai souffert en silence tous les mauvais traitements (....) et pour ne pas m’exposer à des représailles, je me suis abstenue de porter plainte » 195. « J’étais convaincue que si elle avait été trouver la gendarmerie ou fait une demande de séparation, il l’aurait tuée tout de suite et elle aussi le craignait », affirme une cousine de l’épouse du sabotier de Bavay (Nord) que son mari vient d’assassiner196. Une couturière de Saint-Germain-en-Laye qui a entendu un maraîcher frapper sa femme, lui conseille la résistance : « je lui ai dit : Tu ne te venges donc pas ? Elle m’a répondu : Ah ! ma chère, il me tuerait »197. « B. est la terreur du quartier », écrivent les gendarmes de Pontoise, « nous avons été appelés déjà un grand nombre de fois pour mettre la paix dans ce ménage. La femme, à notre arrivée, persistait toujours à ne pas vouloir porter plainte contre son mari, craignant, disait-elle, qu’il ne se venge » 198. Le mari d’une raccoutreuse de Troyes, infidèle et brutal, réduit, du reste, sa femme au silence en déclarant que si elle demandait le divorce, « il [la] “ bouzillerait ” (sic) » 199. L’épouse d’un employé de Mézières est même affligée d’une claudication définitive à la suite d’une fracture à la cheville infligée par son mari, car « terrorisée », elle n’a pas osé consulter un praticien200. Ce silence peut être fatal puisque 56 % des femmes tuées par leur conjoint sont des femmes battues201. Une scène particulièrement violente ou la volonté d’en finir débouchent alors sur le crime. L’issue fatale peut intervenir après des lustres de vie commune. Un seul exemple illustrera le crescendo des mauvais traitements. Mariée en 1881 à un employé de chemins de fer bizontin, une ménagère cache une première tentative de meurtre au début de leur mariage, racontant aux gendarmes qu’elle est tombée accidentellement dans un puits. En 1912, lasse d’être maltraitée, elle quitte le domicile conjugal. En 1915, elle récidive et, aidée par sa fille qui lui obtient l’assistance judiciaire, elle demande le divorce mais elle a le tort de croire aux promesses de son mari et rentre au foyer pour tomber sous les coups de ce dernier202. Toutes les femmes battues, cependant, ne sont pas aussi patientes ou naïves. Près d’une sur trois se révolte un jour.

« J’ai caché ces violences jusqu’à maintenant mais je veux que ça finisse »203

  • 203 Procès-verbal de gendarmerie de Fruges : 5 décembre 1876, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 955.
  • 204 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Urcize : 1er avril 1881, A.D., Cantal, 38 U 297.
  • 205 Procès-verbal de gendarmerie de Luzarches : 4 avril 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionn (...)
  • 206 Lettres des 29 août 1888 et 13 mars 1890, lettre du commissaire de Villefranche au juge d’instructi (...)

48Cette couturière de Montreuil (Pas-de-Calais) résume bien l’état d’esprit de ces femmes qui, excédées, brisent les ponts. Leur rébellion prend plusieurs formes. 153 dénoncent leur mari ou sollicitent la médiation des autorités. Une paysanne de Saint-Urcize (Cantal) porte plainte pour se protéger : « je ne peux plus vivre plus longtemps avec mon mari. Depuis plusieurs années, je suis l’objet de mauvais traitements de sa part, j’ai assez enduré jusqu’ici et je crains qu’un jour ou l’autre, il me fasse un mauvais parti »204. D’autres veulent se venger. « Depuis vingt ans que je suis mariée avec cet homme, il m’a toujours maltraitée. La vie en commun est devenue tellement impossible que je demande qu’il soit poursuivi », déclare une journalière de Bellay (Seine-et-Oise)205. La femme du tonnelier lyonnais qui multiplie les démarches pendant quatre ans, montre, néanmoins, les difficultés qu’il faut affronter : en 1888, elle sollicite l’aide de sa mère et des autorités car, écrit-elle, « j’étais si lasse de vivre que j’ai tenté une fois de masphisier avec mes enfants » : « le commissaire ma dit que je n’avais qu’a divorcer il a fait prendre des information il m’a dit que les atouts étais de mon coté. (...) Si je ne lai pas fait sais par rapports à mes enfants. (...) Maman fait donc en sorte qu’il s’en alle tout seul ». En 1890, elle retourne voir le commissaire qui convoque le mari « qu’il à exhorter à rester tranquille ». Elle demande alors sa séparation, car « il ai impossible et intolérable de vivre avec lui ». Trop tard, elle succombe lors d’une scène ultime au cours de laquelle, à bout, elle s’écrie : « Tue moi, je souffre depuis dix ans, je serai débarrassée »206.

  • 207 Lettre, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.
  • 208 Procès-verbal du juge d’instruction de Valence : 1er février 1921, A.D., Drôme, UO 983.
  • 209 Voir sur ce point chapitre 13.

49190 femmes quittent, au moins un temps, le domicile conjugal. Ce sont souvent celles qui ont porté plainte. « Mon cher Eugène », écrit la journalière d’Heudebouville (Eure), citée plus haut et mariée depuis dix ans, « je te fais savoir que je suis partie de ta faute (...) car tu m’as rendue trop malheureuse pour que je puisse y résister tu m’as battue, maltraitez et faite passez pour une putin avec P. (...) Je te que le mépris et de la honte car tu n’est qu’un malheureux et tu n’as été qu’un bourreau pour moi » et elle souligne sa volonté de rupture en signant, « ta femme du temps passèz »207. « Voici pourque j’ai quitter mon marie parce que c’était un homme qui me frappe puis j’étais malheureuse », explique de la même façon mais un demi siècle plus tard, la femme d’un manœuvre bordelais qui, comme la précédente, se console avec un amant208. En effet, une femme battue sur cinq est engagée dans une liaison adultère, conséquence et non cause dans la plupart des cas, des violences maritales209. Certaines femmes trouvent même dans leur infidélité le courage de partir, en raison de l’aide apportée par leur amant.

  • 210 61 femmes sont dans ce cas.
  • 211 Lettre au Procureur, s. d., 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886.
  • 212 Acte d’accusation : 1872 (date grignotée), A.D., Orne, Assises, 1872.
  • 213 Procès-verbal du juge d’instruction de Privas : 9 mars 1882, A.D., Ardèche, 1U 526.
  • 214 Lettre du 23 avril 1896, A.D., Cantal, 38 U 301.
  • 215 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 24 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, ses (...)

50Toutes les victimes n’osent aller jusqu’à la séparation légale. Une sur trois revient au foyer, se laissant attendrir par son conjoint ou son entourage210. La femme d’un tourneur du Plessis-Luzarches (Seine-et-Oise) se désiste de sa plainte en ces termes : « Veuilez je vous prie considérer ma déposition comme nulle (...) Mes parents sont venus me réconcilier, je suis rentrer à la maison pour recommencer la vie commune, mon mari m’ayant bien promis de ne plus me touché »211. 103, cependant, intentent une action en divorce ou séparation. Une couturière de Fiers (Orne) réagit avec virulence lorsque son mari menace de lui faire réintégrer le domicile conjugal et abandonner sa procédure en séparation : « Non ! pour retourner avec toi, pour être battue continuellement, il n’y a ni gendarme ni personne qui pourrait m’y forcer »212. Une couturière de Privas qui pardonne d’abord à son mari ses abandons répétés, finit par le quitter, puis se réconcilie avec lui mais, lorsqu’il tente de les tuer elle et son oncle, elle ne voit plus de salut que dans la procédure et refuse de lui pardonner : « je ne voulus pas y consentir et même, pour mettre fin à sa tentative de réconciliation et me délivrer de son obsession, je réunis les pièces nécessaires pour former une demande de séparation »213. Il est incontestable que l’instauration du divorce a favorisé l’émancipation des femmes battues. Dès 1888 à Lyon, les autorités le conseillent pour dénouer des drames familiaux et un peu plus tard, les voisins et les proches y incitent les femmes martyrisées au lieu de préconiser la patience et la soumission. Le renversement de perspective est très net. Le fils d’une cultivatrice d’Aurillac exhorte sa mère à la fermeté : « connaissant trop bien le caractère de mon père, indomptable, brutal, jaloux, buveur, je ne puis que vous approuver de la détermination que vous avez prise. (...) Vous avez tout supportez sans vous plaindre des mauvais traitements les coups couchée dehors des nuits par des temps d’hiver. (...) Tenez bon cette fois, (...) ne vous laissez pas prendre à ses larme ni à ses promesses »214. Une maraîchère de Saint-Germain déclare à sa voisine, enfermée et battue, « qu’au lieu d’endurer de mauvais traitements, il valait mieux qu’elle quitte son mari »215. Dans 30 dossiers, enfin, la femme longtemps opprimée peut se muer en meurtrière, soit en ripostant aux coups, soit en préméditant longuement sa vengeance.

  • 216 Avouons que l’historien s’avère impuissant face aux dimensions psychologiques de la violence conjug (...)

51L’autorité maritale, inacceptable lorsqu’elle se manifeste par la force, grotesque lorsqu’elle repose sur des rodomontades, vit ses derniers beaux jours au xixe siècle. La femme mariée n’est plus la chose de son maître même si la marche vers l’égalité des sexes au foyer est encore loin d’être achevée. Privilège du mâle tout puissant dans son foyer, le droit de correction marital, combattu dès l’époque moderne par les autorités et surtout par l’Eglise, devient hors la loi à la Belle Epoque. Les femmes, longtemps soumises, secouent la tutelle masculine et combattent ses abus. Néanmoins, les violences conjugales restent très répandues pendant toutes la IIIe République et révèlent la croyance, culturellement enracinée, en la subordination des femmes216. Celle-ci autorise les hommes à satisfaire leurs caprices jusqu’à la tyrannie la plus jalouse et parfois jusqu’au meurtre. Et même là où le fléau de l’alcoolisme l’emporte, il peut masquer, dans certains cas, des convictions analogues. Comme pour les enfants, le droit de punir révèle les conceptions affectives de la famille et met à nu, ici, les rapports entre sexes. Dans les couples où la femme est battue, ses pouvoirs sont dérisoires, son droit à la parole annihilé, sa liberté de mouvement réduite à néant. Ce sort est banal mais reste minoritaire, même dans les sources judiciaires qui le valorisent naturellement. Il résiste, néanmoins en plein xxe siècle dans les milieux les plus déshérités. Il est ainsi frappant de constater que dans les familles placées sous la tutelle de l’Office d’Hygiène Sociale de la Seine-et-Oise, les sévices sur enfants et les mauvais traitements à la femme vont souvent de pair, sans que l’alcoolisme soit en cause. A la même époque, cependant, victimes et femmes de tête cohabitent. D’autres femmes mariées, en effet, partagent harmonieusement le pouvoir avec leur conjoint ou le dominent et portent la culotte.

L’affirmation de l’autorité féminine

  • 217 J’ai recensé 107 de ces femmes indépendantes et 96 femmes qui battent leur conjoint ou se battent a (...)
  • 218 41,3 % de ces femmes vivent dans des communes rurales.

52Le pouvoir que les femmes peuvent conquérir dans le couple varie selon leur désir d’autorité ou d’indépendance. Certaines épouses commandent sans partage. D’autres refusent de céder. D’autres encore se comportent avec un esprit de décision et une liberté qui font fi de la réserve imposée à leur sexe. Toutes affirment silencieusement qu’elles souhaitent gouverner leur existence en dépit de l’autorité maritale. Certes, elles sont peu nombreuses : 5 % des épouses mais il convient d’y ajouter les femmes qui maltraitent leur mari ou se battent avec lui à armes égales217. Minoritaires sûrement, ces émancipées attestent au moins que le stéréotype de la femme mineure et la réalité de l’épouse soumise sont battus en brèche, y compris à la campagne où elles résident deux fois sur cinq218.

« Le gendarme de L. est encore à la porte »219

  • 219 Procès-verbal médical : 23 octobre 1912, A.D., Seine, D2 U6 181.
  • 220 D. Poulot, Le Sublime, op. cit. La femme de l’ouvrier mixte est décrite comme un « rude gendarme » (...)
  • 221 C. Seignolle, Le folklore du Languedoc, Paris, 1960, Maisonneuve.
  • 222 Procès-verbal du juge d’instruction de Laval : 13 janvier 1872, A.D., Mayenne, 8U 568.

53Gardien de bureau à Paris, L. que sa femme vient chercher au travail, accompagne dans ses déplacements et enferme même à clé durant ses absences, est dans la position de la femme cloîtrée par un jaloux. C’est là une situation extrême mais pour ignorée qu’elle soit des observateurs sociaux, la « bourgeoise » de « l’ouvrier mixte », « un rude gendarme » elle aussi, est un type humain banal au xixe siècle dans la classe ouvrière parisienne220. 59 femmes s’autoproclament ou sont désignées comme chef de famille, soit un nombre égal aux maris qui s’affirment seuls maîtres à bord, et 41 mènent leur vie à leur guise sans se soucier des vetos masculins. Certes, il fut longtemps admis que la veuve chaussât les bottes du défunt. Jusqu’en 1900, elle porte symboliquement en Languedoc le chapeau de son mari et se taille un cache-corset dans son pantalon221. Mais dès le début de la IIIe République, les rôles dits traditionnels sont franchement inversés dans certains ménages, sévices inclus. « La femme B. commandait à tout le monde même à son mari » 222. Cette remarque sur un couple ouvrier de Laval, subtilement réprobatrice, souligne que la gêne des sociétés anciennes face à la femme qui porte culotte, maintes fois décrite par les ethnologues, n’est pas circonscrite aux campagnes. Elle se retrouve aussi vive chez les citadins.

  • 223 Procès-verbal du juge d’instruction de Montbéliard : 4 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.
  • 224 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 16 février 1871, A.D., Drôme, 4U 259.
  • 225 Lettre du maire au juge de paix : 26 septembre 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 1073.
  • 226 Procès-verbal de gendarmerie de Vendeuvre : 23 février 1895, A.D., Aube, 7U 268.
  • 227 Procès-verbal du juge de paix d’Ecouen (Seine-et-Oise) : 17 juin 1901, A.D., Nièvre, 2U 580.
  • 228 L’Impartial de l’Est, 17 juin 1897, Vosges, A.N., BB18 2050.
  • 229 T. Leleu, op. cit., p. 201.

54Lorsque la femme dirige, les manifestations de son pouvoir sont en tout point identiques à celles du maître-époux comme l’atteste le portrait d’une villageoise de Thulay (Doubs) par le maire de la commune : « dès le commencement de son mariage, cela a pris mauvaise tournure. Je crois que la mésintelligence doit être attribuée à la femme, elle était impérieuse, aimait dominer, tracassait son mari et l’injuriait pour des causes futiles » 223. Les protagonistes s’en tiennent le plus souvent et malheureusement pour nous, à des expressions négatives et toutes faites. L’épouse d’un cantonnier de Tulette (Drôme) a « un empire absolu sur la maison et l’esprit de son mari », note l’un224. Chez ces propriétaires de Penly (Seine-Inférieure), « la femme D. a la haute main sur la direction de la maison » et « elle a le commandement dur », souligne l’autre225. Mariée à un commandant retraité à Vendeuvre (Aube), la femme a, dit-on, « la haute direction du ménage et son mari est sous ses ordres »226. Comme pour les hommes, l’autorité féminine peut s’étendre du mari aux commensaux. « Elle (...) voulait toujours être la maîtresse », se désole la belle-mère d’une boulangère nivernaise qui préfère quitter la place227. Un contremaître de Granges (Vosges) n’ose interdire à sa femme de battre leur fils et se cache pour lui donner à goûter, « détail qui prouve que l’accusée portait la culotte, au moins dans les derniers temps »228. « Eum’ femme, elle me faisot marcher aussi drot que min syndicat », se souvient un ouvrier d’Armentières229.

  • 230 Requête en divorce : 24 janvier 1900, A.D., Gard, 6U14 305.
  • 231 Jugement du tribunal civil de Châteauroux : 14 novembre 1930, A.D., Indre, tribunal correctionnel d (...)
  • 232 Procès-verbal d’information devant le conseiller de la Cour d’Appel de Nîmes : 20 avril 1882, A.D., (...)
  • 233 P. Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales E.S.C., juil (...)
  • 234 Acte d’accusation : 14 juillet 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.
  • 235 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 4 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.
  • 236 Procès-verbal de police de Marseille : 24 mai 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/92.
  • 237 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 11 avril 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 2302.
  • 238 Rapport de police de Paris (XVe) : 3 juin 1875, A.D., Seine, D2 U6 31.
  • 239 Procès-verbal de police de Paris (XVIIIe) : 16 février 1885, A.D., Seine, D2 U6 72.
  • 240 Rapport de police de Paris (Xe) : 10 avril 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de la Seine  (...)
  • 241 Bulletin de renseignements de la Police judiciaire, 1921, A.D., Nord, 3U2 405.

55Les mobiles de ces maîtresses-femmes et les explications avancées par leur entourage dessinent une image contrastée. Quelques-unes semblent faire du féminisme sans le savoir. La femme d’un employé nîmois déclare à son conjoint « qu’il fallait lui abandonner la direction du ménage à tous les points de vue, que le mari ne devait être que le subordonné de sa femme » 230. Un fileur de Châteauroux se résigne à divorcer, car sa femme « n’avait cessé depuis leur mariage de l’humilier, de le considérer comme un être inférieur »231. Mais il s’agit peut-être d’une illusion d’optique. La Nîmoise précise, en effet, que la soumission du mari va de soi « lorsqu’on avait l’honneur et l’avantage d’avoir épousé une femme de son rang, de son intelligence, de son éducation ». Un paysan ardéchois, de même, accepte « l’ascendant de sa femme sans trop se plaindre », expliquant à un voisin que « souvent il subissait les rigueurs de sa femme qu’à raison de la fortune de celle-ci »232. Nous sommes renvoyés, en fait, au lien entre pouvoir et patrimoine, à ces mariages avec une femme riche qui ravalent l’homme au rang d’exécutant. En effet, « la position des conjoints dans les rapports de force domestiques et, pour parler comme Max Weber, leurs chances de succès dans la concurrence pour l’autorité familiale (...) n’est pas indépendante du capital matériel et symbolique (...) qu’ils ont apporté » 233. Ces raisons objectives sont le plus souvent occultées. Les témoins préfèrent invoquer le caractère pour expliquer une domination inversée. Chez ces ouvriers parisiens, la mésentente règne « à raison du caractère acariâtre et méchant de la femme J. qui allait jusqu’à battre son mari »234. Un journalier de Saint-Calais (Sarthe) qui avoue : « je laissais ma femme diriger la maison », invoque, ensuite, son « caractère rigide assez autoritaire » 235. De même, un jardinier d’Istres (Bouches-du-Rhône) qui a épousé une femme « d’un caractère violent et autoritaire, était le plus souvent obligé de se soumettre à son autorité » 236. Dans les autres régions, les témoins se bornent à décrire en creux le pouvoir féminin en déplorant l’abdication du mari. Ainsi ce peintre de Saint-Ouen-sous-Bailly (Seine-Inférieure) « est un ouvrier laborieux mais c’est un homme complètement nul du point de vue de la direction de la maison ; il était complètement dominé par sa femme », dénonce le maire237. Les policiers parisiens critiquent de la même façon un couvreur qui « d’un caractère assez faible, se la fait mener par sa femme, une véritable mégère »238. Un boulanger de Périgueux passe, lui aussi, pour « un homme sans caractère que sa femme menait comme elle voulait »239. « Abusant de la faiblesse de son mari », un cordonnier de Bagnolet, sa jeune épouse veut « le plier à toutes ses exigences » et réussit à le faire céder : « pour avoir la paix, j’étais obligé de tout faire dans le ménage ; elle n’a pas fait deux fois le lit depuis que nous sommes mariés » 240. Quant à ce journalier de Seclin (Nord) « absolument esclave de sa femme », selon la formule consacrée, il « manque d’autorité dans sa famille » 241.

56Les femmes qui s’emparent du pouvoir conjugal y parviennent parce que leur mari les laisse faire ou parce qu’elles transfèrent dans leur nouveau foyer leurs prérogatives antérieures. L’opinion est toujours réprobatrice comme le prouve le vocabulaire utilisé : la femme est présenté comme une « mégère », « impérieuse » qui « tient sous ses griffes » un mari « faible », qui le « domine », le « mène ». Que dire lorsque, de plus, elle s’avise de le maltraiter !

Duel conjugal et maris battus

57J’ai recensé 537 femmes battues pour 45 maris maltraités et 51 couples qui se livrent à des violences réciproques. L’inversion des rôles reste donc rarissime mais l’exception que constitue ce petit groupe féminin n’en éclaire pas moins les rapports de forces entre conjoints.

« Elle me donnait des coups de pied dans les jambes, elle me griffait la figure. J’osais à peine me défendre »

  • 242 Acte d’accusation : 2 juin 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de Die : 23 mai 1891, A.D., (...)
  • 243 Procès-verbal du juge de paix de Muzillac : 3 janvier 1870, A.D., Morbihan, U 1558.
  • 244 Procès-verbal de gendarmerie de Hucqueliers : 24 mars 1884, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 960.
  • 245 Procès-verbal de police de Paris (XXe) : 16 avril 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.
  • 246 Procès-verbal de police de Douamenez : 26 novembre 1913, A.D., Finistère, 16U646.
  • 247 Procès-verbal du juge de paix de Burzet : 6 mai 1885, A.D., Ardèche, II U 387.
  • 248 Procès-verbal de police de Strasbourg : 13 mai 1929, A.D., Bas-Rhin, AL 112/338.
  • 249 86 maris sont assassinés par leur femme. 32 sont régulièrement battus par leur épouse. Mais 37, soi (...)
  • 250 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 5 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.

58Ce cultivateur de Beaufort (Drôme), d’une intelligence très bornée il est vrai, « entièrement placé sous la domination de sa femme qui va jusqu’ à le maltraiter », est le prototype du mari victime de sa pusillanimité242. Les mauvais traitements dont sont victimes les maris n’ont, en effet, d’autre originalité que d’émaner du sexe faible. Les femmes brutales cherchent surtout à asseoir leur autorité domestique et les maris soumis ou aimables n’osent répliquer aux coups. Un marchand de coquillages de Damgan (Morbihan) s’y refuse : « sa femme lui donnait des coups de pied au ventre. Le B. reculait sans la frapper pour éviter les coups » 243. Un cultivateur de Bécourt (Pas-de-Calais) « se laisse battre par sa femme et se sauve au lieu de se revancher », s’étonnent les gendarmes244. Le cordonnier de Bagnolet se plaint à l’un que sa femme « l’aurait frappé et griffé sans aucune provocation et riposte de sa part », à l’autre que « cette dernière l’avait saisi aux parties » cependant qu’une voisine l’entend s’écrier lors d’une scène très violente : « tu me rends martyre, malheureux, tu ne m’aimes pas »245. Le fils d’un manœuvre de Douamenez dénonce les mauvais traitements que lui fait subir sa mère mais, ajoute-t-il, « mon père n’ose rien dire car, lui aussi, il reçoit des coups. Ma mère le frappe avec la cuillère à pot et moi aussi »246. Un certain nombre d’épouses se plaisent même à provoquer gratuitement leur conjoint, à seule fin de prouver leur volonté toute puissante. Une propriétaire de Burzet (Ardèche) interpelle ainsi son mari : « Je veux faire ce que bon me semble et si tu y trouvais à redire, je te foutrai un coup de couteau » 247. De plus, les épouses violentes cumulent souvent les défauts propres aux maris brutaux à l’instar de cette serveuse strasbourgeoise : « elle buvait, elle se livrait à la débauche, négligeait son ménage et son bébé, s’absentait des nuits entières, (...) battait son mari, employait des expressions d’un langage ordurier »248. Sept d’entre elles sont alcooliques. Les coups semblent ainsi consubstantiels au mauvais conjoint, quel que soit son sexe. Ils conduisent aux mêmes drames puisque 37 % des maris assassinés par leur femme sont des hommes régulièrement brutalisés249. L’amour peut expliquer, là aussi, la passivité du mari mais le cas est exceptionnel. Néanmoins, ce paysan jurassien qui « aimait trop sa femme, c’est pour cela qu’il ne la battait pas », est victime de ses sentiments : « Arrête, ma chère femme, j’en ai assez, je te demande pardon, je suis tué » 250.

  • 251 28 cas sur 42. D’où le poids du Nord et du Pas-de-Calais, de la Seine et, en raison de l’alcoolisme (...)
  • 252 Selon D. Fabre et J. Lacroix, La vie quotidienne du paysan du Languedoc au xixe siècle, Paris, 1973 (...)
  • 253 On compte 5 commerçants battus.

59Les « rudes gendarmes » sont des femmes rassises qui, dans deux cas sur trois, ont dépassé la trentaine et transgressent plus facilement les préjugés. Elles se rencontrent à parts égales, dans les villages et dans les grandes villes, surtout dans la France du Nord où le recul plus rapide du patriarcat autorise de tels dérapages251. Aussi, 17 maris battus et 44 époux victimes d’un homicide conjugal sont-ils des paysans. Alors que les ethnologues semblent juger efficaces au xixe siècle les charivaris faits aux épouses autoritaires et aux maris faibles, je n’en ai retrouvé aucun exemple et si la réprobation collective s’est exprimée plus discrètement, elle a été impuissante à prévenir les mauvais traitements252. Par l’ascendant que peut y prendre la femme, le commerce ou l’exploitation agricole serait même plus favorable au dévoiement de l’autorité féminine que le salariat253. La façon dont les épouses violentes accaparent argent et patrimoine semble confirmer cette hypothèse. En revanche, 13 ouvriers seulement sont victimes d’épouses vindicatives, sans doute parce que dans les classes populaires urbaines, la femme peut imposer sa volonté sans user de la force.

« Tiens, battons nous en duel »

  • 254 Procès-verbal de police d’Yssingeaux : 12 avril 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206/1.
  • 255 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 5 octobre 1870, A.D., Doubs, op. cit.
  • 256 Procès-verbal du juge d’instruction de Forcalquier (Basses-Alpes) : 11 mai 1873, A.D., Bouches-du-R (...)
  • 257 Procès-verbal du juge de paix de Nontron : 9 juillet 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.

60Le profil des couples qui se livrent, comme ce coiffeur d’Yssingeaux (Haute-Loire) et sa femme, à des échanges de taloches, est très différent des ménages où l’un des époux, mari ou femme, roue de coups son conjoint254. Leur nombre est réduit, 51, mais va croissant puisque 26 cas se situent dans l’entre-deux-guerres contre 7 seulement entre 1870 et 1890. Audace croissante des femmes ? C’est fort possible bien que dès le début de la IIIe République, celles-ci soulignent leurs capacités d’autodéfense comme cette paysanne de la Tour-de-Sçay (Doubs) : « je me défendais de manière fort active et dont il a porté les marques plusieurs fois » 255. Une cuisinière à la mine de Saint-Martin-de-Brômes (Basses-Alpes) qui s’estime « injuriée et maltraitée » par son mari, précise de même : « non pas qu’il m’ait frappée car je suis assez forte pour me défendre contre ses agressions » 256. Après la Guerre, les témoins conseillent, d’ailleurs, de répliquer aux coups. Une paysanne de Connezac (Dordogne) suggère à une voisine qui se plaint d’être gifflée par son mari, de ne pas se laisser faire : « je lui ai dit que cela arrivait souvent dans un ménage et qu’elle n’avait qu’à la rendre à son mari » 257.

  • 258 Procès-verbal de police de Paris (XVe) : 3 juin 1875, A.D., Seine, D2 U6 31.
  • 259 D’où le poids de l’Aube, de la Drôme, de l’Oise, du Rhône, de la Seine et de la Seine-et-Oise.
  • 260 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aurillac : 19 septembre 1886, A.D., Cantal, 38 U 284.
  • 261 Procès-verbal du juge d’instruction de Cosne-sur-Loire : 16 août 1871, A.D., Nièvre, 2U 432.
  • 262 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 28 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

61Autre originalité, les ménages où règnent « disputes et batteries », pour reprendre l’expression d’un policier parisien, appartiennent, pour l’essentiel, au prolétariat urbain258. Près de six maris sur dix, en effet, sont des ouvriers ou des artisans259. Et à la campagne, de tels comportements sont le fait d’artisans et de commerçants plus que de paysans. Chez un couple de Teissières-lès-Bouliès (Cantal), par exemple, dont le domestique a « dû intervenir plusieurs fois pour les empêcher de se battre », la femme est aubergiste et le mari agriculteur260. L’égalité relative qui règne dans ces milieux, déjà relevée à propos de l’éducation ou des tâches ménagères, se retrouve dans la vie conjugale. Lorsqu’éclate un litige domestique, pécuniaire ou professionnel – dans 15 dossiers, le mari ou la femme refuse de travailler –, la dispute peut s’enveminer et les protagonistes en venir aux coups. Dans 43 dossiers, selon l’humeur du moment, c’est indifféremment le mari ou la femme qui ouvre les hostilités. La boisson, passion que partage un couple sur deux, y est pour beaucoup. Mais, dans ces ménages, les coups, vite donnés, vite oubliés, expression de l’irritation plus que de la préméditation, langage gestuel faute d’être verbal, n’interdisent pas l’amitié comme le précise un maréchal-ferrant de Saint-Laurent (Nièvre) : « nous faisons bon ménage. Il m’est bien arrivé de lui donner quelques tapes, elle m’a souvent donné quelques coups de poing mais cela ne nous empêchait pas d’être bien ensemble » 261. Les maris ne se sentent pas atteints dans leur virilité parce que leur femme les frappe mais ils ripostent sans état d’âme. « On en est venu à la querelle, je n’ai pas commencé mais quand elle me frappait, soit avec la main, soit avec le manche à balai, j’étais bien obligé de me défendre », déclare paisiblement un charpentier parisien262.

  • 263 1878, cité par J. Guillais : La chair de l’autre, Paris, 1986, O. Orban, p. 301.

62La signification de la violence féminine est donc différente selon que le mari réagit ou reste passif. Dans le premier cas, phénomène endémique, elle tient au milieu et à l’alcoolisme plus qu’au sexe. Dans le second cas, elle semble l’attribut d’une autorité sans partage, quoiqu’inversée par rapport à la norme. Lorsque les femmes mariées brisent les liens de soumission, sans toujours brutaliser leur conjoint, elles revêtent sans complexe les habits masculins. La femme qui veut devenir la « maîtresse », agit toujours ouvertement. L’adage bourgeois : « dites toujours oui, mais n’en faites qu’à votre tête », n’apparaît pas dans les archives. Seule la belle-sœur d’une commerçante parisienne aisée semble prôner une tactique « féminine » de contournement : « elle n’a pas su prendre son mari : au lieu de le traiter par la douceur, elle lui a fait des reproches, elle lui a donné des ordres »263. D’autres épouses, sans songer à dominer leur mari, refusent, au moins, qu’il s’immisce dans leur existence et veuille leur imposer quoi que ce soit. Elles ne souhaitent pas porter la culotte mais récusent le mari autoritaire.

Femmes rebelles et femmes libres

63173 protagonistes se rangent dans le camp des épouses indépendantes avec des degrés, de l’insoumise à la femme qui vit sa vie. Certaines comme cette paysanne d’Usclades (Ardèche) contrent même leur mari à propos de tout et de rien.

« Elle me disait que quand je lui commandais de monter, elle voulait descendre »264

  • 264 Procès-verbal du juge de paix de Montpezat : 31 août 1881, A.D., Ardèche, 2U 383.
  • 265 Procès-verbal de police de Perpignan : 9 décembre 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208.
  • 266 Procès-verbal de police de Paris : 17 avril 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.
  • 267 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 23 août 1884, A.D., Seine, D2 U8 168.
  • 268 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 1er février 1896, A.D., Yonne, 2U 221.
  • 269 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Bonnet : 28 octobre 1913, A.D., Hautes-Alpes, 1U 17.
  • 270 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 13 avril 1891, A.D., Orne, Assises, 1919.

6448 dossiers révèlent l’allergie croissante des femmes au commandement marital. « Malgré toutes les remontrances que je lui faisais, elle persistait toujours à faire ses volontés, raisonnables ou non », s’indigne un comptable de Perpignan265. Le voisin d’un commerçant parisien s’apitoye sur son sort : « on plaint en général le nommé S. d’avoir épousé une femme aussi jeune et ne pas avoir eu l’énergie nécessaire pour dompter son caractère indépendant » 266. Un policier parisien qui voit son épouse s’émanciper sous ses yeux, expose les mêmes griefs que la femme soumise : « ma femme me négligeait de plus en plus, elle travaillait rarement de son métier de gantière, elle aimait boire et elle devint vis-à-vis de moi plus arrogante et plus rebelle à mes exhortations » 267. Un garçon-boucher d’Auxerre capitule : « je lui avais fait des remontrances mais elle ne les écoutait pas. (...) Pour avoir la paix dans mon ménage, j’ai eu le tort de tolérer bien des choses »268. « Elle ne voulait absolument pas se soumettre à son mari et à sa belle-mère », dit-on d’une paysanne de Saint-Bonnet (Hautes-Alpes)269. Un agriculteur de Saint-Maurice-lès-Charencey (Orne) se plaint à qui veut l’entendre que « que sa femme avait mauvais caractère et qu’il n’y avait personne pour la faire céder »270.

65Là encore, le vocabulaire utilisé est révélateur. Le mari doit « faire céder », « soumettre », « dompter l’épouse ». Celle-ci ne le « veut pas », se « rebelle », fait ses quatre « volontés », défend son « indépendance ». Dans ces ménages, l’homme n’a pas abdiqué mais la volonté de sa femme, égale à la sienne, neutralise son autorité, situation vécue comme un grave échec. Mais, malgré les apparences, le pire, pour le conjoint comme pour l’opinion, est moins l’épouse autocratique que la femme libre, la femme mariée qui n’envisage pas de changer d’existence après le passage à la mairie, qui refuse d’être ligotée par le foyer et dont l’épanouissement personnel n’admet aucun borne. Battre son mari peut passer pour une aberration dont l’homme serait largement responsable par faiblesse. Vivre sa vie menace l’ordre social.

« Elle s’en allait courir dehors et me disait : je suis libre de me conduire comme je voudrais »271

  • 271 Audience du tribunal correctionnel de Perpignan : 18 février 1882, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208

66Telle cette couturière de Perpignan, certaines épouses affichent haut et fort leur désir d’indépendance. Elles sont 121 dans ce cas qui, fût-ce de façon détournée, affirment leur personnalité.

  • 272 Procès-verbal de police de Boulogne : 18 novembre 1901, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 968.
  • 273 Requête de divorce : 23 mai 1900, A.D., Gard, 6U14 305.
  • 274 Procès-verbal de police de Paris (Champs-Elysées) : 19 novembre 1912, A.D., Seine, D2 U6 183.
  • 275 Lettre du mari au Procureur : 5 novembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.
  • 276 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 3 janvier 1936, A.D., Aube, versement 152, liasse 1 (...)
  • 277 Lettre à son mari : 21 mars 1930, A.D., Var, 4U4 539.
  • 278 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 31 décembre 1890, A.D., Vaucluse, 3U4 767. « Si vous (...)

6722 femmes proclament leur volonté d’être libres et 26 se reconnaissent dans cette cafetière de Cucq (Pas-de-Calais) qui « déclare vouloir être affranchie de l’autorité de son mari »272. La femme d’un fabricant nîmois refuse d’abord de suivre son mari à Marseille puis le quitte lorsqu’il rentre au foyer, « disant qu’elle se trouvait plus libre » 273. Une modiste de Saint-Ouen part pour la même raison : « j’aime mieux être seule et libre » 274. Une cartonnière versaillaise abandonne le domicile conjugal, « sous prétexte d’avoir toute sa liberté », commente le mari avec amertume275. Une piqueuse de Troyes interprète en ces termes la faillite conjugale de son fils : « il n’a pas été heureux à cause du mauvais caractère de sa femme, (...) sa femme lui aurait déclaré que si elle était mariée, c’ était uniquement pour se soustraire à la tutelle de ses parents mais qu’elle entendait désormais être libre » 276. Pour ces épouses, le couple est une prison et le mari en est le gardien. « Je me suis dix années sacriffiée pour rester à cette chaîne sans la rompre pour m’évader la liberté comme tant d’autres l’ont brisée », écrit une commerçante d’Hyères qui se résout finalement à divorcer277. Ces femmes qui « secouent le joug conjugal », comme le dit le juge de paix de Saignon (Vaucluse), rejettent le sort coutumier que les chansons de mariage leur promettent le jour des noces et et refusent que l’anneau nuptial enterre leur liberté278.

  • 279 Procès-verbal de police d’Asnières : 21 décembre 1877, A.D., Seine, D2 U6 45.
  • 280 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 31 décembre 1890, A.D., Vaucluse, op. cit.
  • 281 La cigarette en public est quatre fois mentionnée de façon réprobatrice. A Armentières, toutefois, (...)
  • 282 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 66.

68Les femmes indépendantes vivent donc à leur guise. Les contemporains, très attentifs aux signes, sont alertés par leur allure, leur langage, leurs fréquentations et leurs sorties. Bref, aux yeux de l’opinion, ces épouses sont repérables de visu mais leurs mobiles sont le plus souvent ignorés. Vivement admonestée par le commissaire, la femme d’un courtier en animaux de boucherie, établi à Asnières, représente l’archétype de l’émancipée, la hantise de tous les maris putatifs : « vous, mariée, mère de famille, on vous voit en compagnie de femmes de peu de valeur fréquenter les mauvais bals de la localité, dansant, fumant la cigarette etc. » 279. Sauf la coquetterie, la citation énumère tous les attributs de la femme libre : les sorties, le bal principalement, le choix des amis, la cigarette enfin. Malheureusement, dans les 22 dossiers où la liberté d’allures est expressément fustigée, les témoins s’en tiennent à des généralités. Le voisin d’un boulanger d’ Orange déclare seulement que « sa femme avait une trop grande liberté d’allures et de langage et j’avais déterminé ma femme à ne pas la fréquenter » 280. Quelques notations éparses permettent, cependant, d’affirmer que fumer en public pour une femme est un geste provocateur qui prouve l’indifférence portée aux conventions281. Les femmes des milieux populaires s’adonnent à ce plaisir dès le début de la IIIe République alors que pour une bourgeoise, « dans les années 25, fumer, c’était presque un acte d’indépendance »282. La cigarette signale donc l’affranchie.

  • 283 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2U8110.
  • 284 Voir chapitre 8.
  • 285 Procès-verbal de police de Paris : 16 août 1882 et procès-verbal du juge d’instruction de la Seine  (...)
  • 286 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 1er juillet 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 257.
  • 287 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 210-211.
  • 288 C. Germain, et C. de Panafieu, op. cit., p. 164.
  • 289 Commission rogatoire : 24 juin 1918, A.D., Dordogne, 2U 206.

69La coiffure et le vêtement également. Sur ce point, les épouses peuvent en remontrer aux demoiselles et sur les 35 coquettes recensées, 15 sont en possession de mari. « Mme J. avait toutes les allures d’une personne qui fait la noce », déclare le voisin d’une couturière parisienne, réflexion éclairée par une marchande d’habits pour qui la jeune femme se coiffe de façon à se faire remarquer283. J’ai signalé plus haut le cas d’une couturière marseillaise qui refuse d’épouser un sage ouvrier, car elle devrait se résoudre à abandonner ses plumes pour endosser l’habit de l’épouse284. Mais d’autres ne renoncent ni au mari ni à l’élégance. La coquetterie traduit le désir, inconscient parfois, de rester séduisante après le mariage, à la foi par dignité personnelle et respect des autres. Aussi, les tenues trop recherchées sont-elles facilement interprétées par l’entourage comme une présomption de débauche. Le cas de cette employée de magasin parisienne, âgée de vingt-cinq ans à peine, mariée depuis cinq ans et sans enfant, est exemplaire à cet égard : « elle est devenue coquette et travaille beaucoup moins assi-duement. On attribue ce changement de conduite aux fréquentations qu’elle avait eues dans les grands ateliers où elle avait travaillé précédemment ». De plus, elle va au bal, « elle fait la noce avec une amie » avec qui, selon l’époux, elle boit des liqueurs et « fumait la cigarette » 285. Un encaveur limougeaud, marié à une femme de ménage, se plaint de son comportement, indigne d’une femme mariée : « ma femme a pris une coiffeuse, (...) elle se mettait exactement comme les filles de mes voisines » 286. Les luttes occasionnées par la coquetterie féminine sont aussi vives entre mari et femme qu’entre les filles et leurs parents. « J’ai commencé à me faire couper les cheveux en 23, 24 », se souvient une ouvrière parisienne, « j’ai eu la guerre avec mon mari parce qu’il ne voulait pas que je me fasse couper les cheveux » 287. Plus soumise, une bourgeoise souligne que « pour se faire couper les cheveux, il fallait que le mari consente » 288. Un journalier agricole de Montpon (Dordogne) critique également la légèreté de son épouse « à qui il reprochait notamment d’avoir changé son costume de paysanne depuis la guerre et de s’habiller en dame »289.

  • 290 Procès-verbal de police de la Seyne : 6 avril 1908, A.D., 8U 43/1.
  • 291 Voir D. Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, op. cit.
  • 292 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque, op. cit., p. 43. Voir également L. Gaillard, (...)

70Mais ce sont les sorties qui focalisent les regards du voisinage et suscitent, dans 40 dossiers, le désespoir du mari. L’opinion considère qu’il est légitime pour un homme d’aller seul au café et de jouer aux cartes avec des amis. Les épouses, dans ce cas, peuvent se replier sur des formes sexuées de sociabilité. « Je suis restée en veillée avec ma belle-sœur tandis que mon beau-frère allait au cercle », signale une paysanne de Brue-Auriac (Var)290. Les réceptions entre femmes et au domicile conjugal pour boire le café, quand ce n’est la goutte, sont licites en Bretagne ou dans le Nord. Quelques villes comme Lille ou le Havre possèdent même des établissements réservés aux femmes et l’arrière-boutique de certains commerces, épiceries souvent, sert de débit féminin291. Dans certaines régions la présence des femmes seules à l’estaminet est même admise mais « la Basquaise n’entre pas au cabaret comme le fait la Bretonne », pas plus que la Provençale ou la Berrichonne292. En ville, il est licite pour la bourgeoise ou l’ouvrière de s’attabler, mais avec leur conjoint. Et si à la campagne, les femmes mariées sont tolérées au bal, elles ne dansent plus, sitôt l’anneau au doigt, elles se bornent à regarder la jeunesse puis, l’âge venu, elles surveillent leurs rejetons.

  • 293 Procès-verbal de police d’Asnières : 21 décembre 1877, A.D., Seine, D2 U6 45.
  • 294 Rapport du juge de paix de Romans au juge d’instruction de Valence : 14 février 1873, A.D., Drôme, (...)
  • 295 Procès-verbal du juge d’instruction de Seine : 16 octobre 1873, A.D., Seine, D2 U8 23.
  • 296 Lettre du 21 novembre 1881, A.D., Seine, D2 U8 125.
  • 297 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2 U8 110.
  • 298 Rapport du Commissaire de Châlons-sur-Marne : 22 mars 1893, A.D., Marne, 8U 289.

71En revanche, dans les grandes villes et surtout à Paris, les jeunes couples continuent de fréquenter le bal après leur mariage. Aussi, une couturière d’Asnières se fâche-t-elle lorsque son mari « voulut aller au Bal Berryer, exigeant que je restasse à la maison », et elle l’accompagne d’autorité293. Le juge de paix de Romans condamne ainsi vigoureusement la conduite d’un galochier qui, en « homme immoral », conduit sa femme au bal où « sa tolérance lui accordait toute sa liberté » 294. Comme le théâtre ou la promenade, il s’agit à tout le moins d’une distraction à laquelle une femme mariée ne doit pas se livrer seule. Or, les ouvrières et les employées des grandes villes rompent avec cette convention. Le bal surtout attire les femmes. Il est mentionné dans 22 affaires alors que six dossiers seulement mentionnent les spectacles et sept parlent simplement de « sorties ». L’oncle d’une giletière parisienne l’estime « encline au plaisir et à l’amusement, aimant le bal qu’ elle fréquentait souvent aux dires de son mari » 295. Un domestique également parisien décrit à sa seconde épouse, ses déboires avec sa première femme : « après huit mois de mariage, elle allait au bal de l’ Elysée Montmartre pendant que j’avais l’enfant qui pleurait » 296. Une employée de commerce parisienne fréquente seule « un bal de bas étage » où se retrouvent des tonneliers et des tondeurs de chevaux, bal que lui a fait connaître son propre mari mais, prétend-elle, elle se conduit bien malgré les tentations : « au bal, on me faisait souvent des propositions que je refusais » 297. Aux yeux du conjoint, le bal recèle les mêmes dangers pour son épouse que pour les jeunes filles. Un mari croit pouvoir déduire des distractions de sa femme, une culottière de Châlons, qui fréquente assidûment bals et théâtres, son inconduite, car elle ne peut sur son seul salaire « s’offrir de pareilles gâteries »298.

  • 299 Lettre au Procureur : 27 août 1909, A.D., Vaucluse, 3U4 711.
  • 300 Jugement de divorce : 30 juillet 1906, A.D., Alpes-Maritimes, tribunal correctionnel de Grasse, 191 (...)
  • 301 Lettre de la femme au Procureur : 11 janvier 1930, A.D., Puy-de-Dôme, U 04901.
  • 302 Lettre du 16 mai 1890, A.D., Marne, 8U 289.

72La promenade, le vaudeville sont tout aussi menaçants. « Je suis été accompagner ma femme (...) qu’elle a été pour faire jouer à la fête de Courthezon avec le nomer B. qui et rester quatorze mois en pension avec nous et j’avais défendu à ma femme d’aller avec lui », écrit un chiffonnier de Vaison (Vaucluse), inquiet à juste titre299. Un musicien cannois va jusqu’à intenter une action en divorce au seul motif que sa femme va « faire des parties de campagne en joyeuse compagnie » 300. Un artiste lyrique fait de même, arguant, à la surprise indignée de son épouse, « que je me fais remarquer dans les théâtres à boire du vin blanc » 301. La hantise des sorties se double de la crainte des amitiés corruptrices. « Elle fréquentait partielle femme quel quil lui donne des mauvais conseils et les suit », écrit un ouvrier châlonnais abandonné par son épouse302.

  • 303 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 septembre 1892, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U (...)
  • 304 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 17 mai 1881, A.D., Seine, D2 U8 114.
  • 305 Procès-verbal de police de Paris (XXe) : 10 avril 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.
  • 306 Lettre du maire au Procureur de Montbrison : 25 janvier 1899, A.D., Loire, 4U 332.
  • 307 Procès-verbal du juge de paix de La Motte-Chalançon : 18 octobre 1922, A.D., Drôme, 4U 540.
  • 308 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 11 août 1882, A.D., Seine, D2 U8 136.
  • 309 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2U8110.
  • 310 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 septembre 1892, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U (...)
  • 311 Procès-verbal du juge d’instruction de Die : 25 octobre 1922, A.D., Drôme, 4U 540.

73Toutes ces distractions ont en commun d’interdire le contrôle des femmes par leurs maris. Elles rejettent aux oubliettes l’idéal masculin de la femme cloîtrée. Elles nourrissent les fantasmes des jaloux, car ce sont autant de présomptions de dévergondage. Un Marseillais traite d’ailleurs sa femme de « p..., rodeuse, coureuse », liant adultère, sorties et rencontres303. Mais surtout, la liberté de mouvement introduit une confusion entre femmes mariées et femmes dégagées des liens matrimoniaux – veuves, divorcées, célibataires – et ruine le devoir de réserve qui incomberait à l’épouse. La grand-mère d’une marchande de vins parisienne, qui collectionne pourtant elle même les amants, la tance moins pour des raisons morales que pour des considérations d’état-civil : « je lui ai dit : moi, j’étais veuve, j’étais libre, j’étais une femme d’âge, toi, tu es mariée, tu as des enfants, il faut que tu prennes garde »304. Une mécanicienne parisienne qui se heurte aux goûts casaniers de son mari – « autant l’un aime la vie d’intérieur, autant l’autre est volage »– ne veut pas renoncer à ses privilèges de célibataire : « la femme G. aurait voulu continuer sa vie indépendante » 305. « La dame H. a la manie des promenades et je crois que dans l’intérêt de cette famille, il serait utile de lui démontrer qu’étant mariée, elle ne peut être complètement libre, qu’elle a des devoirs à remplir comme épouse et comme mère de famille », s’indigne le maire de Châtelus (Loire) à propos d’une couturière306. Une paysanne de Poyols (Drôme) est tout aussi critiquée, elle « était très légère, elle aimait les bals, ne tenait pas le rang d’une femme mariée »307. Mais, lorsqu’elles sont jeunes et sans enfant, ces femmes veulent profiter de la vie. Elles s’estiment autorisées à le faire, convaincues que le mariage unit deux individus égaux et sans obligation réciproque. La giletière parisienne rétorque à la voisine qui s’inquiète des réactions de son mari à un retour si tardif : « je ne m’amuserai pas n’étant plus jeune »308. Lorsqu’un témoin la menace de dénoncer à son époux sa présence au bal de l’ Elysée Montmartre, la couturière parisienne s’écrie : « je m’en f... pas mal »309. Une Marseillaise, de vingt ans plus jeune que son conjoint, sort à sa guise malgré l’hostilité de l’entourage : « je crois bien faire, je me régale ; après tout, je n’ai pas d’enfant » 310. Une cultivatrice de la Drôme fait le même raisonnement, « n’ ayant pas d’enfant, elle se moquait de ce que l’on pouvait dire sur son compte et ses sorties » 311. Pour les émancipées, seul l’enfant induit des devoirs. Pour l’enfant seul, elles acceptent de limiter leur liberté de mouvement.

  • 312 Certes, l’espace urbain est sexué et les femmes interdites à la Bourse, dans les bibliothèques, mai (...)
  • 313 « Istoire de Marie et Gabriel au xixe siècle », 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 254.
  • 314 Procès-verbal du maire d’Epiry : 27 février 1881, A.D., Nièvre, 3U2 1306.
  • 315 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 9 septembre, A.D., Bas-Rhin, AL 112/338.
  • 316 Procès-verbal de gendarmerie de Maromme (Seine-Inférieure) : 26 février 1921, A.D., Eure, 12 U 125.

74Cette indépendance d’esprit, la volonté de s’épanouir sans contrainte et en tant qu’individu, dans et hors du couple, la revendication du loisir féminin, le désir de conserver ses habitudes de jeunesse expliquent des comportements condamnés par l’opinion mais usuels dans certains milieux. Toutes les femmes étudiées, ou presque, sont, en effet, des citadines. C’est la ville qui engendre les affranchies, même si la sagesse des villageoises doit beaucoup à l’absence de distractions et à l’isolement des campagnes. Paris surtout est la cité de toutes les perditions312. Un maçon limousin se repent amèrement d’avoir fait venir sa femme dans la capitale : « il ne pouvait vivre sans son épouse (...) mais il ne fut pas lomtemt a en avoir des repentires car quelques jours après son arrivée dans une petite ville des environs de Paris la jeune épouse embrassait déjà la vie c’est-à-dire la vie des femmes d’inconduite, elle consentait d’aller en promenade dans paris en cie de son beaufrèrre acceptait de déjeuner en cabinet particulier allait visité les monuments de Paris et ne rentrait que fort tard aulieu de ce rendre pour faire a souper au jeune Gabriel »313. Un tisserand d’Epiry (Nièvre) fait coïncider l’inconduite de sa femme et son séjour à Paris comme nourrice : « elle allait au bal public de la rue Lacépède et y conduisait également sa jeune fille qui aurait été prostituée si elle n’était pas rentrée au pays » 314. En 1929 encore, le juge de Strasbourg explique les débordements d’une jeune serveuse, venue de la campagne pour épouser un veuf de trente-cinq ans son aîné, par la fréquentation de la rue du Vieil Hôpital ainsi que des « bars mal famés » et conclut : « le séjour de la grande ville a eu une influence néfaste sur votre épouse (...). Votre femme a commencé à prendre goût aux plaisirs et amusements de la ville »315. La métropole qui détruit pour les migrants la tutelle du voisinage et lamine les préjugés traditionnels, favorise le désir d’indépendance mais à égalité avec le métier. La femme libre est une femme active, salariée, ouvrière le plus souvent. Quelques protagonistes mentionnent expressément le lien entre liberté et profession. Après qu’il ait purgé une peine pour désertion, une ouvrière de Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Inférieure) refuse de reprendre la vie commune avec son mari, arguant qu’elle travaille : « je ne demande rien à personne »316. L’exercice d’une profession est une condition nécessaire mais non suffisante pour gouverner sa vie à sa guise, le nombre de femmes battues et laborieuses en témoigne. L’absence ou le nombre limité d’enfants – un seul le plus souvent – sont tout aussi déterminants. Enfin, les relations relativement égalitaires qui règnent entre tous les membres de la famille ouvrière, permettent également l’émancipation de chacun, femme comme enfants.

  • 317 Procès-verbaux du juge d’instruction de la Seine : 16 et 28 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

75Lorsque la liberté d’allures et de mouvement féminine devient incontrôlable, lorsque la femme mariée mène une vie de garçon, alors le mari et la société mettent bon ordre. Néanmoins et à condition d’éviter les attitudes trop ostentatoires ou provocatrices, les citadines des milieux populaires réussisent à préserver leur droit au loisir et à la circulation sans contraintes. Les maris, à condition de n’être ni humiliés ni trompés, sont prêts à de tells concessions d’autant que ces épouses indépendantes leur laissent la bride sur le cou. Une partie des Français – mais combien ? – admet que la femme mariée est d’abord un individu majeur et non une mineure sous tutelle. A terme, cette évolution débouche sur un couple composé de deux personnes autonomes qu’unit seulement le plus petit diviseur commun. Deux protagonistes seulement, Parisiens comme il se doit, préfigurent même le couple sexuellement libéré des sixties. Un charretier déclare ainsi à sa femme, une lingère : « je veux vivre ma liberté », et il défend devant le juge une très extensive conception de la liberté conjugale : « je n’étais pas derrière elle, d’abord, je ne suis pas jaloux pour voir ce qu’elle faisait », envisageant même de ne pas résider avec son épouse : « nous aurions pu, comme il y en a beaucoup, avoir ensemble quelques petites relations, cela aurait fait le compte »317.

76L’équilibre entre conjoints, le partage du pouvoir semblent, néanmoins, difficiles à réaliser. Chacun cherche à élargir son territoire et à étendre sa marge de manœuvre, voire à se préserver une vie privée malgré le mariage. La coutume accepte sans broncher que le mari exerce l’autorité dans le ménage, à condition qu’il le fasse sans arbitraire ni violence. L’autorité maritale peut se dévoyer, toutefois. Le nombre élevé de femmes battues atteste la croyance masculine dans leur pouvoir absolu sur les femmes, considérées, à l’instar des enfants, comme leur propriété. Mais il révèle aussi la misère et surtout l’éthylisme. L’alcool qui ruine les foyers modestes et prive les femmes de toutes ressources, l’alcool qui génère la violence est si intriqué à la vie de nombreuses familles qu’il est parfois difficile de trancher entre ce qui tient à la condition féminine et ce qui tient au drame social. Reste que ce fléau est, culture oblige, plus masculin que féminin et que les femmes en sont les premières victimes. Le sort malheureux de ces épouses muettes, craintives, patientes et maltraitées rend compte de l’inégalité des sexes dans la vie privée.

77Pour qu’une femme se libère du joug matrimonial, il lui faut du caractère ou un mari faible. Il lui faut détenir un pouvoir économique qui la rende financièrement indépendante ou lui assure une place incontournable dans l’entreprise et l’exploitation. L’idéal, rêvé par les femmes éprises de liberté, est d’être Parisienne et ouvrière. Là, contagion du milieu aidant, l’autorité masculine s’étiole. Là, les femmes se déplacent et s’amusent librement. Quelques-unes mènent une vie de célibataire. Là, coquettes, elles gardent, quoique mariées, l’espoir de séduire. Là, enfin, l’opinion tolère cette liberté lorsque les convenances semblent respectées. Le sort de la femme mariée dans le tête-à-tête conjugal est donc multiforme. Quoi de commun entre la femme claustrée d’un paysan varois et la giletière parisienne courant les bals, cigarette aux lèvres ? Dès lors, cependant, que l’amour devient le ciment des ménages, l’autorité brute des hommes est récusée. Certes, l’affection n’exclut pas les taloches entre compagnons au caractère emporté. Mais elle prohibe les excès qui ruine ses fondements même.

Notes

1 Voir A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Paris, 1946, A. et J. Picard, t. 2, chapitre IV. L’usage est à ce point universel que l’auteur renonce à détailler une bibliographie trop abondante.

2 Article 213.

3 Cité par D. Fabre et J. Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc, Paris, 1973, Hachette.

4 Selon Marie-Jo Dhavemas et Liliane Kandel, « Quelques réflexions autour de la notion de “sexisme” », Femmes, féminisme, Recherches, Toulouse, 1984, Université de Toulouse-Le Mirail.

5 N. Castan, « Condition féminine et violence conjugale dans la société méridionale française au xviiie siècle », Le modèle familial européen, Paris, 1986, Boccard.

6 J.-L. Flandrin, Familles, Paris, 1976, Hachette, p. 126.

7 P. Bonnin, M. Perrot, M. de la Soudière, L’ostal en Margeride, Paris, 1978, CORDA, p. 185.

8 M. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, Flammarion.

9 Fermiers du Haut Forez, Ouvriers des deux mondes, 1893, 2e série, t. 4.

10 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple. Mon village, Paris, 1943, rééd. Presses de la F.N.S.P., p. 115. Voir aussi S. Trébucq, « Les chansons de mariage en Vendée », La tradition en Poitou et Charentes, 1896, congrès de Niort, rééd. 1977, dont je ne citerai qu’un exemple : « L’époux que vous prenez /Sera souvent le maître / Ne s’ra pas toujours doux/ Comme il devrait l’être/ Faudra lui obéir ».

11 H. Baudrillart, Les populations de la France. Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Flandre, Artois, Picardie, Ile-de-France, Paris, 1888, Librairie Guillaumin et Cie, p. 119.

12 Dans la famille bretonne, « la supériorité prononcée du chef de famille en forme encore le caractère dominant. L’homme y est un maître absolu et aime à prendre un ton de commandement » (H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Normandie et Bretagne, Paris, 1885, Hachette, p. 461). P.-J. Helias soutient, en revanche mais pour l’entre-deux-guerres, que « les Bigoudènes sont connues pour leur soif d’autorité » (Le cheval d’orgueil, Paris, 1975, Plon, p. 246).

13 Voir, entre autres, H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Les populations du midi, Paris, 1893, imprimerie Guillaumin et Cie, qui souligne partout l’infériorité du statut féminin, surtout en Roussillon où « la femme est maintenue dans un état sensible d’infériorité », allant à pied, par exemple, quand son mari va à cheval et dans le Tarn où elle est « l’esclave de son mari ». En Provence, la situation est plus tempérée, « le paysan (...) affecte, il est vrai, un assez grand dédain de la femme, il aime à prendre à son égard des airs de maître. Mais il en subit néanmoins l’influence ». En Lozère, « la femme est considérée comme l’égale de l’homme », ce que contredisent tous les travaux récents. Voir p. 387, 425, 113 et 471. Je rappelle que je n’ai pas été autorisée à consulter les archives de la Corse mais le patriarcat est dominant. Qu’on me permette un seul exemple, celui des paysans vivant en communauté (Ouvriers des deux mondes, 2e série, t. 2, 1869-1187) : « dans le ménage le mari a une prépondérance incotestable, un pouvoir absolu au moins en ce qui concerne les rapports du mari avec la femme. Pour elle, il est le patron, il padrone ».

14 Voir surtout J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, Toulouse, 1988, Eché, t. 1, p. 385.

15 P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Etudes rurales, avril-septembre 1962. Il faut éviter, par exemple, d’épouser une jeune fille trop riche qui pourrait prendre de l’ascendant et, horreur, vouloir diriger l’exploitation. Gaëtan Bernoville fait dans l’entre-deux-guerres une peinture ébahie de cette famille « où sont conservées les traditions de respect et de hiérarchie » et du pays des Basques « où les féministes perdraient leur temps » car les femmes s’y enorgueillissent de « ce qui serait considéré dans les pays “conscients” comme une servitude » (G. Bernoville, Le pays des Basques. Us, types et coutumes, Paris, 1933, Horizons de France, p. 53).

16 Abbé Gorse, Au bas pays de Limousin, Paris, 1896, E. Leroux, p. 176. En effet, ajoute-t-il, « pas un proverbe favorable au sexe faible » et l’homme parle de son épouse « comme d’une chose » (p. 178).

17 U. Rouchon, La vie paysanne en Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, 1933, imprimerie de la Haute-Loire, p. 23.

18 Voir P. Bonnin et alii, L’ostal en Margeride, op. cite, E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage. Parenté et violence en Gévaudan. xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, 1982, Hachette.

19 Les sociologues seuls s’y sont intéressés mais ils sont divisés. A Nouville, en Normandie, L. Bernot et R. Blancart (Nouville, un village français, Paris, 1953, Institut d’ethnologie) soulignent une indifférentiation des rôles plus poussée chez les ouvriers que chez les paysans. Pour P. Fougeyrollas (« Prédominance du mari ou de la femme dans le mariage. Une enquête sur la vie familiale », Population, janvier-mars 1951), l’autorité masculine s’impose dans 94 % des couples aisés où la femme reste au foyer, dans 39 % des couples d’employés, dans 27 % des couples de fonctionnaires et elle s’élève à 35 % des ménages ouvriers lorsque l’épouse est inactive. Pour A. Michel, enfin, (Activité professionnelle de la femme et vie conjugale, Paris, 1974, C.N.R.S.), l’autorité masculine est surtout forte lorsque les épouses sont ménagères, ouvrières à domicile ou commerçantes.

20 D. Poulot, Question sociale : le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, 1870, rééd. Paris, 1980, Maspero.

21 Voir chapitres 3, 5, 6, 9.

22 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 11 septembre 1911, A.D., Doubs, U 4008.

23 Parmi les maris autoritaires, on compte un tiers d’agriculteurs, à raison de deux exploitants pour un salarié, 37,5 % d’ouvriers et un petit tiers d’hommes qui se sont hissés au dessus des classes populaires : employés, commerçants, surtout, installés sans être très riches, voire cadres et membres des professions libérales.

24 42,1 % des dossiers se localisent au sud de la Loire, dont 32,6 % dans le Midi méditerranéen, 5,7 % dans le Massif Central et 4,7 % dans le Sud-Ouest, hélas sous-représenté dans la base de données.

25 Procès-verbal de gendarmerie de Berck : 15 mai 1885, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 962.

26 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 7 mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

27 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 25 avril 1901, A.D., Yonne, 3U2 123.

28 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U4 322.

29 Demande de séparation : 21 octobre 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.

30 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 21 janvier 1916, A.D., Doubs, U 3919.

31 Procès-verbal de gendarmerie de Blois : 23 octobre 1926, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 161.

32 La moitié.

33 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 8 septembre 1886, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 102.

34 Lettre du 10 mars 1907, A.N., BB18 2342.

35 Lettre du 29 juillet 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/391.

36 Lettre au Procureur : 1er mars 1926, A.D., Drôme, UP 1009.

37 Lettre au juge : 11 décembre 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208.

38 Huit cas seulement.

39 Procès-verbal de contre-enquête : 22 juillet 1887, A.D., Drôme, 15 U 51.

40 Lettre au Président des Assises : 1er décembre 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/92.

41 Procès-verbal de gendarmerie de Louviers : 28 octobre 1878, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1878.

42 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 22 avril 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

43 Procès-verbal du juge de paix de Salon : 13 mars 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/139.

44 29 % ont le même âge que leur femme et 13 % une femme plus âgée. Pour l’ensemble de la base de données, toutes époques confondues, 19,2 % seulement des maris ont au moins dix ans de plus que leur femme, 34,8 % ont le même âge et jusqu’à quatre ans de plus, 32,4 % ont entre cinq et neuf ans de plus et 13,2 % ont épousé une femme plus âgée.

45 Procès-verbal de gendarmerie d’Osséja : 7 septembre 1892, A.D., Pyrénées-Orientales, U 1566.

46 Procès-verbal du juge de paix de Bois-d’Oingt : 21 août 1911, Var, 4U4 459.

47 53 cas sur 109 se concentrent dans l’entre-deux-guerres.

48 Jugement de divorce : 28 juillet 1938, A.D., Sarthe, 1U 2017.

49 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 11 janvier 1927, A.D., Bas-Rhin, Assises, 1927.

50 Nous disposons d’un échantillon de 85 dossiers.

51 Lettre au Procureur, s. d., 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.

52 Procès-verbal du juge d’instruction de Périgueux : 30 août 1937, op. cit. Dans 24 dossiers, le mari ordonne ; dans 52 cas, il interdit ; dans 18 cas, il exige obéissance.

53 Procès-verbal du juge de paix de Vertaizon : 20 mars 1883, A.D., Puy-de-Dôme, U 02332.

54 Procès-verbal de gendarmerie de Moulins-la-Marche : 13 octobre 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.

55 Procès-verbal du juge d’instruction de Céret et procès-verbal de gendarmerie de Saint-Laurent-de-Cerdans : 18 août 1938, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3756.

56 Voir chapitre 3.

57 Lettre au juge, s. d., 1881, A.D., Seine, D2 U8114.

58 Requête en divorce : 9 avril 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

59 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Marcellin : 26 juin 1935, A.D., Isère, 4U 851.

60 Procès-verbal du juge de paix de Bourg-Lastic : 21 novembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

61 Procès-verbal de police de Sceaux (Seine) : 15 septembre 1937, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 985.

62 Procès-verbal de police de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 247.

63 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Omer : 19 juillet 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

64 Lettre au juge : 12 février 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208. Trois maris exigent d’autoriser les visites aux parents de leur femme.

65 Mémoire de l’inculpé, s.d., 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.

66 Procès-verbal de gendarmerie d’Athis : 22 mai 1925, A.D., Orne, Assises, 1925.

67 Lettre au Procureur : 5 mai 1919, A.D., Oise, Assises, 4e trimestre 1921.

68 Mémoire, s. d., 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/142.

69 Arrêt de la Cour d’Appel d’Amiens : 27 juillet 1928, A.D., Alpes-Maritimes, 14 682.

70 G. Tillion, Le harem et les cousins, Paris, 1966, Ed. du Seuil. En Beauce orléanaise, au reste, pense-t-on, « la femme, ça fait partie des meubles, elle ne doit pas quitter la maison » (G. Augustins et al., Etude du rituel de mariage et des réseaux matrimoniaux en Beauce orléanaise de dans la forêt des Loges, C.N.R.S., 1983, rapport dactylographié, p. 19).

71 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 22 mai 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.

72 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 décembre 1883, A.D., Seine, D2U8153.

73 Procès-verbal de gendarmerie de Corbigny : 14 mai 1896, A.D., Nièvre, 3U2 1366.

74 Procès-verbal de police de Thiers : 26 juin 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 010914.

75 Procès-verbal de gendarmerie de Briançon : 9 mars 1931, A.D., Hautes-Alpes, 1U 29.

76 Procès-verbal de police d’Argentan (Orne) : 26 janvier 1896, A.D., Seine-Inférieure, U 1110. Cette manie est plusieurs fois signalée.

77 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 19 avril 1923, A.D., Pas-de-Calais, tribunal correctionnel de Béthune, audience du 7 juin 1923.

78 Lettre du juge de paix de Bavay au juge d’Avesnes : 25 décembre 1882, A.D., Nord, 2U 155/465.

79 Sur la daoune, voir chapitre IX.

80 Le radical du Var : 6 juin 1886 et procès-verbal du juge d’instruction de Brignoles : 29 juin 1886, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/62.

81 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 30 février 1880, A.D., Seine, D2 U8 120.

82 A notre époque, certaines études évaluent ce nombre à 10 % des femmes.

83 Procès-verbal du juge d’instruction de Rouen : 5 mars 1881, A.D., Seine-Inférieure, U 1010. De fait, le cas est fréquent, je ne citerai qu’un exemple, celui d’une ménagère de Lens qui retire sa plainte contre son mari, un mineur : « j’avais quitter mon mari (...) après une discussion assez vive et dans un moment de colère, j’avais porté plainte contre lui pour un coup mais nous nous sommes remis ensemble peu de temps après » (lettre au Président du tribunal de Béthune : 4 juin 1924, A.D., Pas-de-Calais, tribunal correctionnel de Béthune, audience du 7 juin 1924).

84 Procès-verbal de police de Rouen : 21 septembre 1903, A.D., Seine-inférieure, U 2469.

85 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 25 août 1926, A.D., Gard, 5U2 313.

86 Lettre du juge de paix de Vans : 17 août 1891, A.D., Ardèche, II U 397.

87 Voir sur ce point, J. Lalouette, « Le discours bourgeois sur les débits de boissons aux alentours de 1900 », L’haleine des faubourgs, Recherches, décembre 1977.

88 Une fois exclus les couples où hommes et femmes se battent, on compte 1079 femmes non battues et 537 femmes battues. Seule différence entre ces deux groupes, les femmes battues, et finalement assassinées par leur mari, 89 en tout, habitent plus souvent une grande ville (36,6 % contre 20,5 %).

89 Les femmes battues sont seulement un peu plus souvent commerçantes que les femmes non battues (15,6 % contre 11,9 %). Et les femmes battues qui portent plainte plus souvent femmes au foyer que les femmes non battues (51,4 % contre 42,5 %).

90 51,5 % des maris maltraitant leur femme sont des ouvriers contre 41,5 % pour ceux qui ne la battent pas.

91 Cette surreprésentation de la France du Nord tient pour une part, au hasard de conservation des documents : les requêtes de divorces dans le Gard et les nombreux abandons de famille conservés dans l’Indre font souvent état de coups dans ces couples désunis. Dans d’autres cas, il tient au poids des départements très peuplés. 41 dossiers concernent, ainsi, le seul Pas-de-Calais. Il en est de même dans les Ardennes et les départements-métropoles (Rhône, Bouches-du-Rhône, Seine) qui rassemblent chacun plus de 20 dossiers. 21 départements, dont 15 sont localisés dans la France du Nord, comptent plus de 10 dossiers.

92 Ces chiffres, eux mêmes, sont, qui plus est, peut-être supérieurs à la moyenne en raison des bases contentieuses qui président à leur collation mais l’écart est significatif. En revanche, la présence d’un enfant illégitime ne distingue pas vraiment femmes battues (12,2 %) et femmes non battues (14,5 %).

93 6,5 % des femmes battues qui portent plainte et 5,9 % des femmes assassinées par leur mari ont eu un enfant illégitime.

94 Lors de leur mort, 38,6 % entretiennent une liaison adultère.

95 Il est, parfois, difficile de hiérarchiser des causes qui s’enchevêtrent. Ainsi, la femme d’un mineur de Barlin déclare à la gendarmerie : « je l’ai quitté définitivement car il est jaloux, ivrogne et paresseux » (Procès-verbal de gendarmerie de Hersin-Coupigny : 31 mai 1906, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 1321).

96 Lettre du juge de paix de Bavay au juge d’Avesnes : 25 décembre 1882, A.D., Nord, 2U 155/465. Un seul exemple de sadique, ce chauffeur de taxi strasbourgeois qui casse deux fois le bras à sa femme et la menace ainsi : « tu sais bien que je t’ai avertie et battue à coups de fouet », avant de la tuer (Procès-verbal de police de Strasbourg : 5 août 1928, A.D., Bas-Rhin, Assises, 1928).

97 360 explications circonstanciées sont données par les victimes, leurs maris ou des tiers, soit 177 par la femme, 78 par le mari et 105 par les témoins.

98 Pour les témoins, l’alcoolisme est en cause dans 31 % des cas. Pour les femmes battues, il est impliqué dans 26,5 % des dossiers. Mais alors que l’ivrognerie est toujours signalée dans les enquêtes judiciaires sur les inculpés, les témoins ne la mentionnent pas toujours.

99 Procès-verbal de gendarmerie de Jouy : 22 juillet 1873, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Versailles, 0 475.

100 Procès-verbal de gendarmerie de Montreuil : 13 décembre 1875, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 954.

101 Procès-verbal de police de Bruay : 15 avril 1922, A.D., Pas-de-Calais, tribunal correctionnel de Béthune, non coté. La police prétend que la femme boit également lors de la quinzaine.

102 Procès-verbal de gendarmerie de Vatan : 29 septembre 1936, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, abandons de famille, 1936.

103 Lettre, s. d., 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.

104 Procès-verbal de gendarmerie de la Trinité-Porhoët : 26 avril 1937, A.D., Morbihan, U 4115.

105 Procès-verbal de gendarmerie de Carhaix : 16 janvier 1939, A.D., Finistère, 10 U6 70.

106 Lettre au Procureur du 19 mars 1890 et lettre à sa mère du 29 décembre 1883, A.D., Rhône, Assises, session du 28 novembre 1892.

107 Procès-verbal de gendarmerie d’Etaples : 19 décembre 1875, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 954.

108 Renseignements sur l’inculpé, s. d., 1879, A.D., Var, 4U4 323.

109 Procès-verbal de gendarmerie de Pont-Croix : 25 novembre 1927, A.D., Finistère, 16 U6 74.

110 De fait, la IIIe République coïncide avec l’alcoolisation maximale des Français. De 1830 à 1900, la consommation a plus que quadruplé avant de revenir en 1950 seulement au niveau de 1830. Voir M. Marrus, « L’alcoolisme social à la Belle époque », L’haleine des faubourgs, op. cit. et D. Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, Paris, 1990, A. Michel.

111 14,7 % selon les explications féminines et 14,1 % pour les hommes.

112 Procès-verbal du juge de paix de Ligny : 2 juin 1879, A.D., Meuse, 18 U 93.

113 Notes d’audience du tribunal correctionnel de la Seine : 25 juillet 1876, A.D., Seine, D2 U6 37.

114 Procès-verbal de police de Cahors : 26 juillet 1887, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 204.

115 66 % des maris violents surveillent les dépenses et refusent de rendre des comptes, et même 79,5 % des maris dont la femme porte plainte, contre 59,5 % des maris de femmes non battues. Aussi, 21,3 % des femmes maltraitées seulement gèrent-elles les revenus masculins contre 36,5 % des femmes non battues. Par ailleurs, 30,5 % des femmes victimes de mauvais traitements se plaignent de n’avoir pas assez reçu d’argent contre 20,7 % des femmes non battues.

116 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 8 avril 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.

117 Procès-verbal de gendarmerie de Montmorency : 1er juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal de Pontoise, 1886.

118 Procès-verbal du juge d’instruction de Clamecy : 2 juillet 1907, A.D., Nièvre, 2U 581.

119 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 4 décembre 1880, A.D., Seine, D2 U8 126.

120 Lettre au Procureur : 4 juin 1882, A.D., Loire, Assises, 2e trimestre 1882.

121 Procès-verbal de police de Gonesse : 16 juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886(2).

122 Procès-verbal du juge d’instruction de Lyon : 24 mars 1890, A.D., Rhône, Assises, audience du 28 novembre 1892.

123 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 13 avril 1912, A.D., Pas-de-Calais, 3 U2 149.

124 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 25 novembre 1924, A.D., Sarthe, 1U 1922.

125 Procès-verbal de gendarmerie de Noisiel (Seine-et-Mame) : 22 février 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886(4).

126 Procès-verbal du juge de paix de Bourg-Lastic : 16 février 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

127 Lettre de la femme au Procureur : 23 mars 1921, A.D., Drôme, UP 98.

128 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 10 janvier 1876, A.D., Aube, 4U 272.

129 Procès-verbal du juge d’instruction de de la Seine : 25 juin 1881, A.D., Seine, D2 U8 114.

130 Procès-verbal du juge d’instruction d’Yssingeaux : 5 juin 1874, A.D., Haute-Loire, 4 U 201.

131 Lettre au Procureur, s. d., 1891, A.D., Pyrénées-Orientales, U 1565.

132 Mémoire, s. d., 1919, A.D., Nord, 2U 155/573. De surcroît, il se révèle bigame.

133 89,3 % des femmes battues affrontent des scènes alors que 86,4 % des femmes non battues les ignorent.

134 15 % contre 3 %.

135 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Hyppolite : 8 octobre 1905, Gard, 5U2 303.

136 Soit 31 femmes. 16 % des témoins recourent également à cette explication intime.

137 4 exemples. Voir aussi chapitre 11.

138 On compte, dans la base de données, 148 jaloux dont 127 à l’égard de leur épouse et 22 à l’égard de leur maîtresse. Seuls 19 hommes mariés et ouvertement trompés sont jaloux avec des raisons de l’être.

139 Procès-verbal du juge de paix de Fiers : feuille grignotée, date illisible, 1872, A.D., Orne, Assises, 1872.

140 Lettre à ? : 23 novembre 1875, A.D., Haute-Vienne, 2U 254.

141 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 17 janvier 1878, A.D., Seine-Inférieure, U 973.

142 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Laurent : 11 octobre 1895 et procès-verbal de gendarmerie de Panissières : 26 septembre 1895, A.D., Loire, Assises, 4U 315.

143 Lettre au Président du tribunal, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.

144 Procès-verbal de gendarmerie d’Ambrières : 11 juillet 1934, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel de Mayenne (1931-1935).

145 Procès-verbal de gendarmerie de Marsanne : 12 juillet 1926, A.D., Drôme, 4U 530.

146 Acte d’accusation : 26 janvier 1906, A.D., Gard, 5U2 303.

147 14,3 % des maris violents sont adultères.

148 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 29 septembre 1870, A.D., Aube, 5U 299

149 Procès-verbal de police d’Aubervilliers : 25 septembre 1883 et procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 décembre 1883, A.D., Seine, D2 U8 153.

150 Procès-verbal de police de Saint-Etienne : 17 juin 1886, A.D., Loire, Assises, 2e trimestre 1886.

151 Procès-verbal du juge de paix de Maromme : 13 février 1900, A.D., Seine-Inférieure, U 1022.

152 Procès-verbal de gendarmerie de Lens : 6 novembre 1913, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 151.

153 Un exemple seulement. « J’ai quitté le domicile conjugal parce que je vivais en mauvaise intelligence avec ma femme dont la conduite est insupportable. Elle était jalouse et me faisait des scènes », raconte un poseur de rails de Gouville (Procès-verbal de gendarmerie de Gouville : 28 mai 1925, A.D., Eure, 12 U 124).

154 Deux exemples seulement avant 1900.

155 12,7 % des dossiers seulement sont consacrés à la France méditerranéenne et 21,5 % à la France au sud de la Loire, région rhodanienne exclue (12,7 % des dossiers). La région parisienne concentre 14 % des cas, la Normandie : 13,1 %, le Nord : 9,3 %. Un jaloux sur deux est un ouvrier, un sur trois un paysan.

156 La moitié des paysans jaloux – 18 – sont recensés après 1917 alors que 25 % des ouvriers jaloux seulement sont repérés dans l’entre-deux-guerres.

157 5 cas seulement.

158 Procès-verbal de gendarmerie de Pontoise : 26 septembre 1901, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise (1890-1895).

159 Procès-verbal de police de Berck-sur-Mer : 8 mai 1935, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 381.

160 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Didier : 1er juin 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206(1).

161 22, 4 % se regroupent entre 1870 et 1889, 27,6 % entre 1890 et 1914, 51 % après 1914.

162 30,5 % l’ont été entre 1890 et 1914 et 28,3 % de 1915 à 1939. Certes, Paris où les crimes passionnels sont nombreux, pèse lourd avant 1914 avec 24 cas sur 153 mais la plupart se concentrent là aussi avant 1890.

163 Le gonflement des plaintes pour coups est, à l’évidence, tributaire de l’envol des divorces mais le nombre croissant des divorces et les mobiles invoqués dont les violences conjugales, traduisent également la fin de la passivité féminine.

164 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 16 février 1874, A.D., Puy-de-Dôme, U 010820.

165 Procès-verbal du juge de paix de Plouay : 30 novembre 1870, A.D., Morbihan, U 5265.

166 Lettre au Procureur : 19 juillet 1871 et pétition, s. d., 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.

167 Procès-verbal de gendarmerie d’Evreux : 7 novembre 1930, A.D., Eure, tribunal de simple police d’Evreux, 1933.

168 Lettre ? : 16 avril 1886, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1886.

169 Procès-verbal de police de Saint-Dié (Vosges) : 17 janvier 1913, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 643.

170 Procès-verbal de police de Beauvais : 11 avril 1926, A.D., Oise, tribunal correctionnel de Beauvais, 4e trimestre 1926.

171 Deux sur trois sont des citadines et une sur trois des ouvrières. D’où le poids des départements industriels : l’Aube, l’Isère, la Loire, le Nord, la Meuse et la Seine réunissent autant de cas que la France méridionale.

172 Lettre à son mari : 7 septembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909. Le mari est condamné à la prison pour fausse monnaie.

173 Procès-verbal de la police judiciaire : 18 février 1934, A.D., Assises, session du 18 au 25 avril 1935.

174 Procès-verbal du juge d’instruction d’Hazebrouck : 19 août 1876, A.D., Nord, 2U 155/439.

175 Lettre, s. d., septembre 1882, A.D., Seine, D2 U8 125.

176 Procès-verbal de police de Lille : 28 février 1936, A.D., Nord, 2U 75.

177 Procès-verbal de police de Dunkerque : 21 septembre 1876, A.D., Nord, 2U 155/442.

178 Procès-verbal de gendarmerie de Riotord : 25 février 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206(1).

179 Procès-verbal du juge d’instruction de Perpignan : 2 novembre 1909, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3204.

180 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 23 décembre 1871, A.D., Yonne, 3U1 1228.

181 Lettre, s. d., 1931 et notes d’audience : 24 avril 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril-mai 1931.

182 Procès-verbal de gendarmerie de Sainte-Livrade : 6 décembre 1877, A.D., Lot-et-Garonne, tribunal correctionnel de Villeneuve-sur-Lot, U 15.

183 Requête en divorce : 12 avril 1929, A.D., Gard, 6U14 312.

184 Lettre à ? : 12 mars 1931 et lettre au Procureur : 1er avril 1931, A.D., Oise, tribunal correctionnel de Beauvais, juillet 1931.

185 Voir aussi chapitre 4.

186 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 23 juillet 1891, A.D., Seine, D2 U8 231.

187 Procès-verbal de gendarmerie de Catus : 20 juillet 1906, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 260.

188 Procès-verbal de gendarmerie de Pélussin : 13 décembre 1936, A.D., Loire U 2040.

189 Procès-verbal de police de Quimper : 30 septembre 1926, A.D., Finistère, 16U6 73.

190 Procès-verbal du juge d’instruction de Brive (Corrèze) : 2 juin 1871, A.D., Haute-Vienne, 3U 703.

191 Procès-verbal du juge d’instruction de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 427.

192 Procès-verbal de gendarmerie de Joigny : 14 novembre 1896, A.D., Yonne, 3U3 973.

193 Procès-verbal de gendarmerie de Toulon : 19 août 1911, A.D., Var, 4U4 459.

194 Procès-verbal de police de Rive-de-Gier : 4 novembre 1883, A.D., Loire, 4U 247.

195 Procès-verbal de gendarmerie de Luzech : 19 mai 1871, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 121.

196 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 29 décembre 1881, A.D., Nord, 2 U 155/465.

197 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 14 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 17 novembre 1880.

198 Procès-verbal de gendarmerie de Pontoise : 24 juillet 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886(2).

199 Procès-verbal de police de Troyes : 20 mai 1926, A.D., Aube, versement 152, liasse 17 758.

200 Procès-verbal de police de Mézières : 15 avril 1923, A.D., Ardennes, 4U 314/2.

201 89 sur 153 sont dans ce cas.

202 A.D., Doubs, U 3919.

203 Procès-verbal de gendarmerie de Fruges : 5 décembre 1876, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 955.

204 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Urcize : 1er avril 1881, A.D., Cantal, 38 U 297.

205 Procès-verbal de gendarmerie de Luzarches : 4 avril 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886(3).

206 Lettres des 29 août 1888 et 13 mars 1890, lettre du commissaire de Villefranche au juge d’instruction de Lyon : 6 juillet 1892, A.D., Rhône, op. cit.

207 Lettre, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.

208 Procès-verbal du juge d’instruction de Valence : 1er février 1921, A.D., Drôme, UO 983.

209 Voir sur ce point chapitre 13.

210 61 femmes sont dans ce cas.

211 Lettre au Procureur, s. d., 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886.

212 Acte d’accusation : 1872 (date grignotée), A.D., Orne, Assises, 1872.

213 Procès-verbal du juge d’instruction de Privas : 9 mars 1882, A.D., Ardèche, 1U 526.

214 Lettre du 23 avril 1896, A.D., Cantal, 38 U 301.

215 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 24 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 17 novembre 1880.

216 Avouons que l’historien s’avère impuissant face aux dimensions psychologiques de la violence conjugale.

217 J’ai recensé 107 de ces femmes indépendantes et 96 femmes qui battent leur conjoint ou se battent avec lui mais 20 de ces dossiers recoupent les 107 cas de femmes indépendantes.

218 41,3 % de ces femmes vivent dans des communes rurales.

219 Procès-verbal médical : 23 octobre 1912, A.D., Seine, D2 U6 181.

220 D. Poulot, Le Sublime, op. cit. La femme de l’ouvrier mixte est décrite comme un « rude gendarme » et « tient le sac ». De même, le fils de Dieu, l’âge venu, se laisse dominer par sa compagne qui, revers de la médaille, doit travailler et se fait exploiter par lui. Chez l’ouvrier ordinaire, la femme dirige et sermonne le mari. Seul l’ouvrier vrai, sobre et rare, commanderait sa femme. 21 des 110 dossiers de femmes autoritaires ont été significativement retrouvés dans le département de la Seine.

221 C. Seignolle, Le folklore du Languedoc, Paris, 1960, Maisonneuve.

222 Procès-verbal du juge d’instruction de Laval : 13 janvier 1872, A.D., Mayenne, 8U 568.

223 Procès-verbal du juge d’instruction de Montbéliard : 4 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.

224 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 16 février 1871, A.D., Drôme, 4U 259.

225 Lettre du maire au juge de paix : 26 septembre 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 1073.

226 Procès-verbal de gendarmerie de Vendeuvre : 23 février 1895, A.D., Aube, 7U 268.

227 Procès-verbal du juge de paix d’Ecouen (Seine-et-Oise) : 17 juin 1901, A.D., Nièvre, 2U 580.

228 L’Impartial de l’Est, 17 juin 1897, Vosges, A.N., BB18 2050.

229 T. Leleu, op. cit., p. 201.

230 Requête en divorce : 24 janvier 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

231 Jugement du tribunal civil de Châteauroux : 14 novembre 1930, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril-octobre 1931.

232 Procès-verbal d’information devant le conseiller de la Cour d’Appel de Nîmes : 20 avril 1882, A.D., Ardèche, 1U 527.

233 P. Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales E.S.C., juillet-octobre 1972.

234 Acte d’accusation : 14 juillet 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

235 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 4 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.

236 Procès-verbal de police de Marseille : 24 mai 1916, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/92.

237 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 11 avril 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 2302.

238 Rapport de police de Paris (XVe) : 3 juin 1875, A.D., Seine, D2 U6 31.

239 Procès-verbal de police de Paris (XVIIIe) : 16 février 1885, A.D., Seine, D2 U6 72.

240 Rapport de police de Paris (Xe) : 10 avril 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 8 avril 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.

241 Bulletin de renseignements de la Police judiciaire, 1921, A.D., Nord, 3U2 405.

242 Acte d’accusation : 2 juin 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de Die : 23 mai 1891, A.D., Drôme, 4U 374.

243 Procès-verbal du juge de paix de Muzillac : 3 janvier 1870, A.D., Morbihan, U 1558.

244 Procès-verbal de gendarmerie de Hucqueliers : 24 mars 1884, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 960.

245 Procès-verbal de police de Paris (XXe) : 16 avril 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.

246 Procès-verbal de police de Douamenez : 26 novembre 1913, A.D., Finistère, 16U646.

247 Procès-verbal du juge de paix de Burzet : 6 mai 1885, A.D., Ardèche, II U 387.

248 Procès-verbal de police de Strasbourg : 13 mai 1929, A.D., Bas-Rhin, AL 112/338.

249 86 maris sont assassinés par leur femme. 32 sont régulièrement battus par leur épouse. Mais 37, soit 43 %, sont tués parce que leurs femmes se vengent des mauvais traitements subis.

250 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 5 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.

251 28 cas sur 42. D’où le poids du Nord et du Pas-de-Calais, de la Seine et, en raison de l’alcoolisme, du Morbihan.

252 Selon D. Fabre et J. Lacroix, La vie quotidienne du paysan du Languedoc au xixe siècle, Paris, 1973, Hachette, aller chercher son mari au cabaret et lui faire une scène à cette occasion, suffirait à déclencher un charivari.

253 On compte 5 commerçants battus.

254 Procès-verbal de police d’Yssingeaux : 12 avril 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206/1.

255 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 5 octobre 1870, A.D., Doubs, op. cit.

256 Procès-verbal du juge d’instruction de Forcalquier (Basses-Alpes) : 11 mai 1873, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 6/12.

257 Procès-verbal du juge de paix de Nontron : 9 juillet 1937, A.D., Dordogne, 2U 242.

258 Procès-verbal de police de Paris (XVe) : 3 juin 1875, A.D., Seine, D2 U6 31.

259 D’où le poids de l’Aube, de la Drôme, de l’Oise, du Rhône, de la Seine et de la Seine-et-Oise.

260 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aurillac : 19 septembre 1886, A.D., Cantal, 38 U 284.

261 Procès-verbal du juge d’instruction de Cosne-sur-Loire : 16 août 1871, A.D., Nièvre, 2U 432.

262 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 28 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

263 1878, cité par J. Guillais : La chair de l’autre, Paris, 1986, O. Orban, p. 301.

264 Procès-verbal du juge de paix de Montpezat : 31 août 1881, A.D., Ardèche, 2U 383.

265 Procès-verbal de police de Perpignan : 9 décembre 1881, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208.

266 Procès-verbal de police de Paris : 17 avril 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

267 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 23 août 1884, A.D., Seine, D2 U8 168.

268 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 1er février 1896, A.D., Yonne, 2U 221.

269 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Bonnet : 28 octobre 1913, A.D., Hautes-Alpes, 1U 17.

270 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 13 avril 1891, A.D., Orne, Assises, 1919.

271 Audience du tribunal correctionnel de Perpignan : 18 février 1882, A.D., Pyrénées-Orientales, U 208.

272 Procès-verbal de police de Boulogne : 18 novembre 1901, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 968.

273 Requête de divorce : 23 mai 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

274 Procès-verbal de police de Paris (Champs-Elysées) : 19 novembre 1912, A.D., Seine, D2 U6 183.

275 Lettre du mari au Procureur : 5 novembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

276 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 3 janvier 1936, A.D., Aube, versement 152, liasse 17 856.

277 Lettre à son mari : 21 mars 1930, A.D., Var, 4U4 539.

278 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 31 décembre 1890, A.D., Vaucluse, 3U4 767. « Si vous saviez., fillette / Jamais vous marieriez / Resteriez seulette / Garderiez la liberté », chante-t-on en Auvergne (J. Ajalbert, Veillées d’Auvergne, Paris, 1905, Librairie universelle). Même ton en Vendée : « Adieu le sans souci / Adieu la liberté jolie / Adieu le temps chéri / De vot’ bachelerie » (S. Trébucq, « Chansons de mariage en Vendée », op. cit.).

279 Procès-verbal de police d’Asnières : 21 décembre 1877, A.D., Seine, D2 U6 45.

280 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 31 décembre 1890, A.D., Vaucluse, op. cit.

281 La cigarette en public est quatre fois mentionnée de façon réprobatrice. A Armentières, toutefois, priser en public n’est pas répréhensible, voir T. Leleu, op. cit.

282 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 66.

283 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2U8110.

284 Voir chapitre 8.

285 Procès-verbal de police de Paris : 16 août 1882 et procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 11 août 1882, A.D., Seine, D2 U8 136.

286 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 1er juillet 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 257.

287 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 210-211.

288 C. Germain, et C. de Panafieu, op. cit., p. 164.

289 Commission rogatoire : 24 juin 1918, A.D., Dordogne, 2U 206.

290 Procès-verbal de police de la Seyne : 6 avril 1908, A.D., 8U 43/1.

291 Voir D. Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, op. cit.

292 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque, op. cit., p. 43. Voir également L. Gaillard, La vie quotidienne des ouvriers provençaux, op. cit. ; L. Wylie, Un village en Vaucluse, Paris, 1968, Gallimard ; D. Hervier, Cafés et cabarets en Berry de 1815 à 1914, Châteauroux, 1980, imprimerie Badet ; J.-P. Burdy, Le soleil noir. Un quartier de Saint-Etienne (1840-1940), Lyon, 1989, Presses universitaires de Lyon. Pour les années 1970, voir H. Lamarche, S.C. Rogers, C. Karnoouh, Paysans, femmes et citoyens. Luttes pour le pouvoir dans un village lorrain, Avignon, 1980, Actes-Sud.

293 Procès-verbal de police d’Asnières : 21 décembre 1877, A.D., Seine, D2 U6 45.

294 Rapport du juge de paix de Romans au juge d’instruction de Valence : 14 février 1873, A.D., Drôme, 21 U 184.

295 Procès-verbal du juge d’instruction de Seine : 16 octobre 1873, A.D., Seine, D2 U8 23.

296 Lettre du 21 novembre 1881, A.D., Seine, D2 U8 125.

297 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2 U8 110.

298 Rapport du Commissaire de Châlons-sur-Marne : 22 mars 1893, A.D., Marne, 8U 289.

299 Lettre au Procureur : 27 août 1909, A.D., Vaucluse, 3U4 711.

300 Jugement de divorce : 30 juillet 1906, A.D., Alpes-Maritimes, tribunal correctionnel de Grasse, 1910.

301 Lettre de la femme au Procureur : 11 janvier 1930, A.D., Puy-de-Dôme, U 04901.

302 Lettre du 16 mai 1890, A.D., Marne, 8U 289.

303 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 septembre 1892, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 12/16.

304 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 17 mai 1881, A.D., Seine, D2 U8 114.

305 Procès-verbal de police de Paris (XXe) : 10 avril 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.

306 Lettre du maire au Procureur de Montbrison : 25 janvier 1899, A.D., Loire, 4U 332.

307 Procès-verbal du juge de paix de La Motte-Chalançon : 18 octobre 1922, A.D., Drôme, 4U 540.

308 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 11 août 1882, A.D., Seine, D2 U8 136.

309 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 janvier 1881, A.D., Seine, D2U8110.

310 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 septembre 1892, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 12/16.

311 Procès-verbal du juge d’instruction de Die : 25 octobre 1922, A.D., Drôme, 4U 540.

312 Certes, l’espace urbain est sexué et les femmes interdites à la Bourse, dans les bibliothèques, mais la rue, la boutique, le lavoir leur offrent de nombreuses occasions. Voir M. Perrot, « La ménagère dans l’espace parisien à la fin du xixe siècle », Stratégies des femmes, Paris, 1984, Tierce, et M.-H. Signoret-Guillou, Le lavoir : espace féminin à Paris dans la deuxième moitié du xixe siècle, mémoire de maîtrise, 1980, Université de Paris VII

313 « Istoire de Marie et Gabriel au xixe siècle », 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 254.

314 Procès-verbal du maire d’Epiry : 27 février 1881, A.D., Nièvre, 3U2 1306.

315 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 9 septembre, A.D., Bas-Rhin, AL 112/338.

316 Procès-verbal de gendarmerie de Maromme (Seine-Inférieure) : 26 février 1921, A.D., Eure, 12 U 125.

317 Procès-verbaux du juge d’instruction de la Seine : 16 et 28 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search