Version classiqueVersion mobile

Chrysalides. Volumes I et II

 | 
Anne-Marie Sohn

Chapitre 9. Le Code civil et les femmes à l’épreuve de la vie quotidienne

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, O. Dhavemas, « Pour une recherche féministe dans le domaine du droit », colloque (...)
  • 2 Voir sous la direction de J.-F. Le Nail et J.-F. Soulet, Bigorre et quatre Vallées, Paris, 1981, so (...)
  • 3 Seuls, les sociologues mentionnent parfois l’inapplication de certaines dispositions. Ainsi, Andrée (...)

1Non seulement le Code civil officialise l’autorité du mari sur son épouse mais, ce faisant, il porte atteinte selon les juristes féministes à l’égalité des personnes, définie par la Déclaration des Droits. Aussi se sont-elles attaché à démonter les méthodes proprement juridiques qui permettent et légitiment l’oppression des femmes1. Encore faut-il que les règles du Code soient respectées. Or, le passage de la norme à la pratique n’est nullement automatique. Les travaux sur les Pyrénées prouvent ainsi que deux siècles durant, les paysans ont réussi à tourner les articles relatifs à l’héritage pour « faire l’aîné », même si à compter de 1850, les cadets contestent devant les tribunaux la spoliation dont ils sont victimes2. Rien ne prouve qu’il n’en soit pas ainsi pour les relations entre conjoints. Celles-ci, malheureusement, n’ont pas fait l’objet d’études systématiques3. Il m’a donc semblé nécessaire d’étudier par quelques exemples précis la concrétisation des dispositions légales. J’ai choisi trois domaines qui modèlent le quotidien conjugal et pour lesquels le législateur a conféré au mari des pouvoirs quasi discrétionnaires : le choix du domicile, le contrôle des revenus familiaux, la gestion du patrimoine. Cette étude de cas est d’autant plus indispensable que les conjoints ne citent qu’exceptionnellement le Code civil. 19 seulement sur plus de 2 000 couples recensés dans la base de données l’invoquent pour défendre leurs intérêts. La rareté des références juridiques peut toutefois recouvrir aussi bien l’ignorance, l’indifférence que l’intériorisation spontanée des normes.

« La femme mariée n’a d’autre domicile que celui de son mari »4

  • 4 Article 108 du Code civil.
  • 5 Procès-verbal de police de Cette : 16 juin 1872, A.D., Hérault, Assises, 8123.
  • 6 Le choix du domicile est mentionné la plupart du temps de façon incidente dans des affaires dont l’ (...)

2Le Code civil contraint l’épouse à suivre son mari où bon lui semble. Il faut attendre la loi du 6 février 1893 pour que la femme séparée de corps puisse choisir en toute liberté son lieu de résidence. L’épouse d’un tonnelier sétois retourne même fort malicieusement l’article 108 contre son conjoint pour le persécuter en se pendant à ses basques toute la journée, au travail comme au café : « ma femme, soit jalousie, soit embêtement, soit despotisme me rendit la vie insupportable, disant qu’à la mairie, on lui avait dit, la femme doit suivre son mari partout où il ira »5. Lorsque la mésentente règne, l’abandon du domicile conjugal est souvent exploité par l’époux (se) délaissé(e) pour défendre son dossier en justice. Mais en dehors de ces situations tendues et contrairement aux questions financières, les problèmes de domiciliation suscitent peu de conflits entre conjoints comme l’atteste le nombre limité de dossiers sur le sujet, 1596. Les litiges en la matière concernent plutôt la difficile cohabitation entre générations.

« Elle est venue habiter chez, moi » 7

  • 7 Procès-verbal de la 7e brigade mobile : 20 juin 1938, A.D., Lot-et-Garonne, tribunal d’Agen, « infa (...)
  • 8 Comme on dit en Limousin. Voir R. Fage, Autour du mariage, Limoges, 1922, imprimerie Perrette.
  • 9 13 maris sur les 159 dossiers recensés sont dans ce cas. En Dauphiné, par exemple, « le cas était a (...)
  • 10 Acte d’accusation : 5 juin 1926, A.D., Hautes-Alpes, 1U 21.
  • 11 Procès-verbal de gendarmerie de Huelgoat : 23 juillet 1926, A.D., Finistère, 16U6 73.
  • 12 Acte d’accusation : 18 juillet 1924, A.D., Orne, Assises, 1924.

3C’est le sort fort commun de nombreuses épouses, campagnardes surtout, comme cette paysanne de Montauriol (Lot-et-Garonne). Aussi, dans 71 % des cas, le choix se fait-il à l’amiable mais seuls 7,5 % des dossiers font état d’une décision explicitement partagée. 41,5 % des épouses laissent leur mari trancher et 17 % des époux s’en remettent à leur femme. Dans les deux cas de figure, ce sont, toutefois, les considérations matérielles – taille du logement, lien entre maison et exploitation – qui l’emportent. Au village en effet, et à l’exception des salariés dépourvus de bien-fonds, soit la jeune mariée « ira bru », soit le jeune homme « entrera en gendre »8. S’installer chez ses beaux-parents ou chez une femme déjà propriétaire est, cependant, moins fréquent, car la situation est jugée humiliante9. De fait, les hommes sont alors souvent placés dans une position de subordination comme ce domestique de ferme de Châteauroux (Hautes-Alpes), marié avec « une propriétaire dont il cultive les terres », et qui refuse de lui confier même pour quelques heures les clés de la maison10. En revanche, c’est par commodité qu’un domestique agricole de Plouyé (Finistère) vit chez sa femme, guère plus riche mais « propriétaire de sa maison d’habitation et d’un petit courtil attenant à la dite maison d’une superficie de dix ares »11 En ville et dans les milieux populaires, déménage celui des conjoints qui n’a pas de logement, cas de nombreuses domestiques, ou celui qui dispose de la chambre la moins confortable. Dans 5,7 % des dossiers, enfin, le domicile est proposé par un tiers. Ainsi, ces journaliers de Vimoutiers (Orne) en proie à de graves difficulté financières, s’estiment heureux que leur beau-père leur « offrit gratuitement l’hospitalité » dans une petite maison12.

  • 13 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 24 février 1874, A.D., Puy-de-Dôme, U 010820.
  • 14 Requête en divorce : 13 septembre 1929, A.D., Gard, 6U14 312.
  • 15 Requête au tribunal civil de Valence : 1926, A.D., Drôme, UP 1009.

4Le choix du domicile n’engendre des tensions que dans 29,3 % des dossiers, en raison, quatre fois sur cinq, de décisions prises unilatéralement par le mari. Quelques femmes se plaignent de devoir déménager pour une autre commune. « J’aurais voulu qu’il m’avertît qu’il voulait habiter Chamalières », explique l’épouse d’un ouvrier caoutchoutier qui, lui supposant une liaison à Clermont, tente ainsi d’éloigner la tentation mais se heurte à l’opposition déterminée de la jeune femme : elle s’enferme dans leur chambre, refuse que son mari prenne les meubles, le contraint à les sortir par la fenêtre et ne le rejoint qu’avec l’assurance qu’ils loueront au plus tôt un appartement à Clermont13. Le différend peut conduire à la rupture de la vie commune ainsi pour cette jeune femme qui, à peine mariée à un mécanicien d’Anduze (Gard), « a marqué immédiatement une aversion complète pour cette nouvelle résidence » et retourne incontinent chez ses parents14. Une agricultrice de Valence demande même la séparation, car son mari veut « l’isoler complètement, (...) allant jusqu’à exiger d’elle qu’elle le suivît dans la Dordogne, dans une exploitation (...) éloignée de toute communication et de toute habitation » 15.

  • 16 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 16 novembre 1887, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U  (...)
  • 17 Procès-verbal du juge de paix de La Grave : 16 mars 1900, A.D., Hautes-Alpes, 1U 4.
  • 18 Lettre au Procureur : 22 septembre 1910, A.D., Ardennes, 6U 35-25.
  • 19 Procès-verbal de gendarmerie de Nîmes : 3 mai 1921, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, li (...)
  • 20 Procès-verbal de gendarmerie de la Flèche : 3 mars 1923, A.D., Sarthe, 2U 597.
  • 21 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 12 juillet 1935, A.D., Haute-Vienne, 3U 853.
  • 22 Procès-verbal du juge d’instruction de Paris : 22 juillet 1895, A.D., Seine, D2 U6 105.

5Le plus souvent, toutefois, le domicile ne devient un enjeu qu’en cas de mésentente conjugale. 106 couples sont dans ce cas. Dans 54 ménages, le mari, bafouant la notion de domicile commun, n’hésite pas à chasser sa femme. Un rentier marseillais, en mauvais terme avec son épouse, caresse ce projet : « j’ai conçu alors la pensée de mettre ma femme à la porte de chez moi », et n’y renonce que par amour pour ses enfants et peur du ridicule16. Un boucher de la Grave (Hautes-Alpes) n’hésite pas, en revanche, à passer aux actes : « depuis huit jours, mon mari m’a chassée du domicile conjugal pour les motifs les plus futiles et j’ai été obligée de louer une chambre avec tous mes enfants en bas âge », alors que le mari l’accuse d’« être venue mettre le feu à ma maison »17. « Il me traiter encore de tout les non ordurier et me dissant que si je ne voulais pas partire de bon grés qu’il allait tout vendre et me getait à la rus », se plaint une journalière de la Horgne (Ardennes)18. Dans deux ces trois cas, trait significatif, les protagonistes au nom d’une conception absolue de la propriété refusent d’admettre que leur maison, en devenant le domicile conjugal, est ouverte de droit à leur femme. Il se trouve également des maris adultères et cyniques qui se débarrassent d’une encombrante épouse en l’évinçant du foyer. « Sur l’ordre réitéré de mon mari, je suis allée habiter avec ma mère. Par suite, il m’a tenue éloignée de lui », raconte une lingère nîmoise qui découvre tardivement la double vie que mène son conjoint, facteur à Soturac (Lot)19. Un facteur de la Flèche ne cache pas son jeu : « j’ai prévenu ma femme que j’avais une maîtresse et qu’elle n’avait qu’à quitter le domicile en emportant ce qu’elle voulait » 20. « Il m’a mise à la porte du domicile conjugal sous prétexte qu’il ne pouvait plus me supporter étant donné qu’il avait une maîtresse », rapporte une ouvrière en chaussures de Limoges21. La situation inverse reste exceptionnelle. Dans ce cas, la femme résilie le bail comme cette ouvrière parisienne qui, s’indigne son mari, « avait donné congé sans m’en prévenir » 22. Les propriétaires acceptent alors de transgresser la loi qui exige l’aval marital pour cette démarche, preuve que les femmes mariées s’occupent fréquemment de négocier les locations.

  • 23 Jugement de séparation : 29 novembre 1876, A.D., Seine-Inférieure, U 1068.
  • 24 Lettre au Procureur : 23 septembre 1889, A.D., Seine-Inférieure, tribunal correctionnel de Louviers (...)
  • 25 Procès-verbaux du juge d’instruction de la Seine 20 et 13 juillet 1898, A.D., Seine, D2 U8 289.
  • 26 Exposé du juge : 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.
  • 27 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 mai 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 2/86.
  • 28 Lettre au Procureur : 12 septembre 1934, A.D., Alpes-Maritimes, 14 558.

6Quant à l’obligation de résider au domicile conjugal qui s’imposent aux deux conjoints, elle assujetit surtout l’épouse puisque sur 52 affaires traitant du viol de cette obligation, 43 concernent la femme. Dans ces cas et dès le départ de sa femme, le mari dépose une plainte pour « abandon du domicile conjugal », délit reconnu par le Code et neuf d’entre eux vont jusqu’à faire des sommations par huissier. Au début de la IIIe République, les juges et les maris exigent une application stricte de la loi comme en témoigne la demande de séparation formulée par un instituteur du Bois d’Ennebourg (Seine-Inférieure), fondée sur le « refus de la dite dame de réintégrer le domicile conjugal », et le jugement en sa faveur stipulant que « les mesures rigoureuses dont elle se plaint – injures et sévices – ne sauraient excuser le refus de réintégrer le domicile conjugal » 23. Un tisserand de Caudebec (Seine-Inférieure), lapsus calami révélateur, confond même domicile conjugal, autorité maritale et puissance paternelle : « ma femme étant parti du domicile conjugal a la date du 11 janvier 1885 voici les faits relatés quand Elle parti de la maison paternelle elle a été se réfugier chez Mme veuve M. » 24. Vingt ans plus tard, l’argument du droit commence à s’émousser. Lorsqu’un jeune chaudronnier parisien vient chercher sa femme réfugiée chez ses parents, il attaque sa belle-mère sur le plan juridique : « elle m’a demandé de quel droit je venais la chercher. Je lui ai répondu que c’était mon droit parce que j’étais son mari. “Si vous avez des droits, m’a-t-elle dit, faites les valoir” ». Celle-ci, en effet, a paré la menace et arguant de sévices supposés, a obtenu du commissaire de police une interprétation souple de l’obligation de résidence puisque ce dernier a admis que « dans ces conditions, [sa] fille avait le droit de ne pas retourner chez son mari » 25. Néanmoins, les femmes, prudentes, préfèrent prévenir l’accusation d’abandon de domicile. Menacée de mort par son mari, l’épouse d’un rentier parisien « se contraignait, ne voulant pas à cause de son fils se donner l’apparence d’un tort en quittant le domicile conjugal »26. Chassée par son mari et sa belle-mère, une fleuriste marseillaise riposte par huissier interposé : « j’ai mis mon mari en demeure de me recevoir au domicile conjugal » 27. Arme masculine par excellence, droit oblige, l’argument de domiciliation peut être retourné contre le mari par son épouse mais encore faut-il qu’elle soit instruite et procédurière. Une Niçoise, propriétaire d’une opulente pâtisserie, demande ainsi le divorce, son époux ayant « abandonné le domicile conjugal qui est à Nice pour aller résider à Cannes comme caissier au Palm Beach »28.

7Le Code civil est donc respecté, les couples considérant que l’obligation de résider au domicile commun est le moins qu’on puisse exiger d’un conjoint. Mais la loi n’est invoquée qu’en cas de conflit. Le plus souvent, le choix du logement découle de considérations pratiques : migrations professionnelles ou propriété foncière, taille et situation de l’habitation etc. La femme, toutefois, sauf dans les milieux ouvriers, se voit imposer une mobilité spatiale plus importante que l’homme. C’est là un trait de civilisation rarement contesté alors que les épouses se rebellent de façon ouverte contre la cohabitation avec les beaux-parents.

« Tu ces bien toi que deux maitresse dans une maison ça ne va presque jamais »29

  • 29 Lettre : 6 août 1889, A.D., Nièvre, 2U 580.
  • 30 L’intérêt porté à la famille-souche est lancé par F. Le Play, admirateur des Mélouga en Lavedan et (...)

8Frottée à la capitale, cette domestique parisienne qui envisage de se marier au pays, écrit à son fiancé, aubergiste à Dun-les-Places (Nièvre), pour exiger le respect de leur tête-à-tête. Il faut constater, en effet, sans entrer pour autant dans le débat essentiellement démographique sur le poids respectif des familles nucléaires et élargies, la fréquence significative des ménages complexes dans la base de données et les conflits engendrés par la vie sous le même toit30.

  • 31 Sur 145 dossiers, 55 % concernent des paysans, tous propriétaires, à 6 exceptions près.
  • 32 Je renvoie aux travaux de J.-C. Peyronnet, « Famille élargie et famille nucléaire. L’exemple du Lim (...)
  • 33 La région du Nord rassemble 4,5 % des dossiers, l’Ile-de-France et l’Oise : 7,5 % et l’est du Bassi (...)
  • 34 Un quart des dossiers concerne des familles ouvrières et 8,1 % des travailleurs indépendants, petit (...)
  • 35 Dans trois cas sur quatre, le jeune couple vit avec les parents d’un des conjoints. Dans un cas sur (...)
  • 36 Ouvriers des deux mondes, 1897, 2e série, tome 5.
  • 37 Ouvriers des deux mondes, 3e série, tome 2. Voir aussi les ouvriers champenois cités par P. Descamp (...)
  • 38 E. Dejonghe, J.-P. Thuillier, « Vivre à Gravelines : espaces, pouvoirs, société (1880-1980) », Revu (...)

9Ces familles que la cohabitation désunit, sont statistiquement conformes à nos connaissances sur les structures domestiques. Elles se retrouvent principalement dans la paysannerie propriétaire31. Elles recouvrent l’aire essentiellement méridionale des familles complexes32 alors qu’inversement se dessine en blanc l’étroite conjugalité du Nord et surtout du Bassin parisien33. La famille complexe, toutefois, n’est pas exclusivement rurale. Elle existe en ville, principalement chez les ouvriers, et obéit alors à une autre logique que celle imposée par la survie de l’exploitation34. Il est fréquent alors que le jeune couple vive avec un seul des parents, veuf le plus souvent, voire avec un oncle ou une tante35. Les motivations sont dans ce cas fort diverses : difficulté à trouver un logement vacant, affection pour le parent esseulé ou le collatéral dévoué, comme le poseur de persiennes parisien qui héberge la grand-tante de son épouse, aide surtout apportée par la mère à sa fille36. C’est le cas du tisseur de Saint-Quentin et de sa femme avec leurs huit enfants37. A Gravelines, cet appui est décisif dans une société qui, en raison des longues absences des hommes partis en mer, associe matrilinéarité de fait, forte solidarité féminine et famille élargie38.

  • 39 Voir M. Segalen, « La femme, l’amour, le mariage dans les proverbes populaires français », Ethnolog (...)
  • 40 F. Verdier. Façons de dire, façons de faire, Paris, 1979, Gallimard.
  • 41 Sur la daoune, voir P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Etudes rurales, avril-septembre (...)

10Toutefois, les risques de friction foisonnent et affectent 37 % des familles polynucléaires recensées dans nos données. Le folklore a enregistré avec prédilection les heurts entre bru et belle-mère et les proverbes qui les caricaturent sont particulièrement nombreux dans la France méridionale où la situation est classique39. Mais à Minot aussi, les paysans considèrent que deux femmes ne peuvent s’entendre sous le même toit et que la doyenne, dispensatrice de la nourriture, a la réputation de servir chichement à sa bru de minces « tranches de belle-mère »40. Dans le Sud-Ouest, la daoune tient la louche et passe pour tyrannique. Il en est de même dans le Massif Central et, de fait, j’ai rencontré dans ces régions trois jeunes femmes qui se plaignent d’être privées de nourriture et de savon par la maîtresse de maison41. La vie quotidienne, telle qu’elle surgit dans les archives, semble sombre. Le heurt des caractères, la lutte pour le pouvoir, les mesquineries renouvelées peuvent ruiner la vie conjugale et conduisent dans 18 dossiers au parricide ou au meurtre du conjoint perturbateur.

  • 42 Procès-verbal de gendarmerie de Bagnols : 2 juin 1877, A.D., Gard, 8U8 95.
  • 43 Audience du tribunal correctionnel de Châteauroux : 18 mars 1936, A.D., Indre, tribunal correctionn (...)
  • 44 Lettre au Procureur : 23 juillet 1880, A.D., Seine-et-Oise, tribunal de Pontoise, août 1880.
  • 45 Lettre à sa mère : 15 mai 1886, A.D., Orne, Assises, 1886.
  • 46 Lettre au mari, s. d., 1921, Yonne, 3U3 1055.
  • 47 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 mai 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 2/86.
  • 48 Procès-verbal de gendarmerie de Montcuq : 6 août 1926, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, (...)
  • 49 Jugement du tribunal civil de Châteauroux : 27 janvier 1931, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, (...)
  • 50 Procès-verbal de police de la Seyne : 6 avril 1908, A.D., Var, 8U 43/1.

11Bien qu’elle soit loin d’épuiser toutes les variantes de la vindicte familiale, la belle-mère atrabilaire existe bel et bien. Aussi, les futures laissent-elles transparaître dès le début de la IIIe République une forte prévention à l’égard de la cohabitation familiale. Un jardinier de Tresques (Gard) qui a « trompé » une paysanne, se défend de l’avoir abandonnée : « je voulais même l’épouser mais elle n’a jamais voulu consentir de venir habiter avec mes parents, cependant, je ne puis quitter mon père et ma mère étant déjà vieux », explique-t-il42. Cette méfiance ne désarme pas. « Je n’ai jamais refusé d’aller habiter avec mon mari mais pas avec ses parents comme il le voulait », déclare, à un demi siècle d’écart, l’épouse d’un journalier, employé par ses parents, métayers à Châtillon-sur-Indre (Indre)43. Lorsqu’une bru s’estime victime de sa belle-mère, elle met en avant moins les litiges matériels que la volonté de ruiner son couple ou des manœuvres dolosives pour l’éloigner de ses enfants. Le conflit est donc affectif et individuel plus que domestique. Une journalière de Neuilly-sur-Marne (Seine-et-Oise) qui mentionne le « caractère acariâtre » de sa belle-mère, sollicite l’intervention du Procureur pour lui faire quitter le domicile conjugal : « en définitive, je suis chez moi autant que mon mari, je ne suis pas mariée avec sa mère »44. La femme d’un tanneur de Moulins-la-Marche (Orne) intente une action en séparation en invoquant les sévices exercés sur elle par sa belle-mère qui la conduisent par association, écrit-elle, « à me faire haïr mon mari »45. Une couturière mariée à un cheminot de Migennes (Yonne) demande le divorce parce que sa belle-mère a semé la zizanie dans son foyer : « Tu as ta mère, garde la puisqu’elle dit dans Laroche que je n’étais qu’une coureuse et une putin (...), elle qui m’a fait perdre mon ménage et séparé de mes trois petits chéris » 46. La fleuriste marseillaise, hébergée avec son mari chez la mère de celui-ci, peint des relations œdipiennes qui détruisent son couple : sa belle-mère, raconte-t-elle, « était jalouse de l’affection que son fils avait pour moi », cherche « à monter son fils contre moi » et obtient de lui qu’il la chasse du foyer47. Une paysanne de Valprionde (Lot) utilise la même formule pour fustiger une belle-mère « qui a toujours monté la tête à mon époux »48. Le tribunal de Châteauroux avalise cette vision intime de la vie matrimoniale et prononce en 1931 le divorce au profit d’une ouvrière d’Issoudun que son mari a obligée à vivre avec sa mère d’autant que « les jeunes époux partageaient la chambre à coucher de la mère de Mr B. » 49. Les femmes se sentent mortifiées de se voir supplantées dans le cœur de leur époux par sa mère et retournent alors dans le cocon familial. Une journalière de Brue-Auriac (Var) qui s’ennuie dans ce petit village et part à la Seyne « chercher une petite campagne », revient pour engager son mari à la suivre mais en vain : « j’ai dit “tu tiens à tes parents plus qu’à moi, eh ! bien ! je tiens aux miens aussi et je m’en vais” »50.

  • 51 Neuf cas de litiges avec les beaux-parents dont deux avec le seul beau-père.
  • 52 Procès-verbal du juge d’instruction de Baume-les-Dames : 27 décembre 1906, acte d’accusation : 14 m (...)
  • 53 Procès-verbal d’un juge du siège faisant fonction de juge d’instruction : 13 juillet 1896, A.D., Va (...)

12Mais, la belle-fille peut être aussi victime de son beau-père51. Le fait est plus rare car, d’une façon générale, celui-ci s’ingère rarement dans ses affaires. Veuf, il est trop content d’être nourri, blanchi et soigné par sa bru dont il loue le dévouement. Marié, il laisse sa femme régler les problèmes avec sa belle-fille. Quelques-uns, cependant, autoritaires et exigeants, leur font une vie difficile. Chez ces meuniers-paysans de Villers-le-Sec (Doubs), l’atmosphère est irrespirable : le père et le fils s’affrontent « sous le moindre prétexte, les questions d’intérêt surtout les divisent, quand l’un vendait une bête à la foire, l’autre aurait voulu avoir l’argent et réciproquement ». Surtout, « cette mésintelligence n’a fait que croître depuis le mariage de l’accusé qui avait épousé dans le courant de l’année dernière une jeune fille à laquelle Aristide C. reprochait de se montrer mauvaise ménagère » alors que la bru analyse le conflit en termes affectifs : « il n’avait pour moi aucune affection, je veux dire qu’il ne me supportait pas ». Antipathie viscérale pour l’intruse et lutte de pouvoir conduisent, ici, au parricide52. Dans une famille paysanne de Forcalqueiret (Var), un père venimeux pousse son fils à assassiner sa jeune épouse. Au début du mariage, celui-ci est « aux petits soins pour sa belle-fille » puis, mécontent des dépenses occasionnées par un voyage à Menton à l’occasion d’un baptême, il multiplie « les tracasseries [qui] avaient fini par l’aigrir », lui reproche qu’« elle s’amusait à causer » en allant à la fontaine, exige d’être servi et se complaît à l’humilier : « vous avez été domestique, vous pouvez servir vos belles-gens ». La jeune femme résiste d’abord – « elle se révoltait et ne le faisait pas » – puis elle décide de rentrer chez ses parents et n’y renonce qu’après après avoir obtenu de son mari la promesse de rompre une cohabitation délétère : « ne pars pas à Toulon, s’il le faut, je quitterai mes parents et nous irons vivre seuls » 53. Ce dernier ne peut, cependant, s’y résoudre et maquille en suicide un homicide par noyade.

  • 54 Procès-verbal de gendarmerie de Montfrin : 5 janvier 1876, A.D., Gard, 6U10 211.
  • 55 Procès-verbal du juge d’instruction de Douai : 5 septembre 1884 et procès-verbal de police de Caudr (...)
  • 56 Lettre, s. d., 1890 et acte d’accusation : 14 février 1891, A.D., Oise, Assises, 1er trimestre 1891
  • 57 E. Claverie et P. Lamaison, op. cit.
  • 58 J.-F. Soulet, op. cit.
  • 59 Procès-verbal du juge d’instruction de Montbéliard : 4 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.

13Inversement, certaines femmes impérieuses martyrisent une belle-mère veuve, âgée et sans défense, considérée souvent à la campagne comme une bouche inutile et à son tour privée de nourriture. La femme d’un voiturier de Montfrin (Gard) est ainsi reléguée au grenier et battue, sa bru lui déclarant qu’elle n’était « rien dans la maison » 54. Certains couples essayent de se libérer du vieillard par de sordides tractations. Une journalière d’Aniche (Nord) raconte d’abord ses malheurs à sa voisine, disant « qu’elle l’avait eue longtemps, (...) qu’elle avait eu assez de patience ; que c’était trop d’avoir un homme qui buvait et sa mère à charge, (...) qu’elle ne voulait plus ni de l’un ni de l’autre ». Elle réussit ensuite à confier sa belle-mère infirme à un petit-neveu puis à une belle-sœur, palliatif hélas de courte durée, cette dernière refusant d’endosser plus longtemps cette corvée : « je lui dis que je ne pouvais pas la conserver, que c’était à son fils et non à son frère d’en prendre soin ». La belle-fille se venge alors sur la malheureuse – « on dit qu’elle malmenait sa belle-mère » –, puis elle quitte le foyer et laisse son mari assumer seul une charge dont il se libère en assassinant sa mère55. L’entourage est souvent au fait de ces violences à vieillard mais sans toujours les combattre. « La rumeur public de Cuts dit ce qui suit : que la femme à L. aurait tuée sa belle-mère », écrit un correspondant qui choisit prudemment l’anonymat pour dénoncer l’épouse d’un serrurier et plaindre sa belle-mère dont « la vie était devenue un véritable martyre » 56. En Gévaudan, les « bonnes serrades » pour occire l’aîné croissent au xixe siècle avec le refus des tutelles parentales57. Jean-François Soulet signale des réactions analogues dans les Pyrénées58. Sans aller jusque là, des belles-filles dominatrices peuvent brutaliser leurs beaux-parents. Un cultivateur de Tournans (Doubs), trompé par l’apparence paisible de sa bru et croyant le jeune couple « uni », renonce à ses droits – « j’ai alors fait abandon à mon fils et à ma belle-fille d’une partie de mes biens » – mais il s’en repent rapidement, car dès lors la jeune femme « veut toujours être maîtresse » et le bat ainsi que sa femme, le contraignant à louer une maison séparée. « Il faut dix hommes pour une femme comme cela », conclut le malheureux59.

  • 60 10 litiges avec le beau-père, 8 avec la belle-mère, 4 avec les deux beaux-parents.
  • 61 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 6 décembre 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.
  • 62 Rapport médico-légal, s. d., 1877, Seine-Inférieure, U 1089.
  • 63 Procès-verbal du juge de paix de Montgesty : 20 mars 1876, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cah (...)
  • 64 Procès-verbal du juge d’instruction de Bar-sur-Seine : 18 mars 1891, A.D., Aube, 4U 315.
  • 65 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Marcellin : 6 juillet 1935, A.D., Isère, 4U 851.

14Il faut souligner, néanmoins, que les affrontements entre gendre et belle-famille sont presque aussi nombreux : 22 cas, à parts sensiblement égales avec le beau-père et la belle-mère quoique pour des raisons différentes60. Les belles-mères critiquent de la même façon gendres et belles-filles et s’immiscent dans leur vie privée. Elles déprécient le jeune époux qui n’est pas à la hauteur de leurs ambitions. Une négociante du Mans dont la fille épouse un employé, se révèle « très mortifiante, (...) elle laissait entendre qu’il ne savait pas se présenter dans un salon, qu’il n’avait pas l’usage du monde » et elle lui reproche d’avoir consommé le mariage le soir des noces, sans égard pour les régies de la bienséance bourgeoise61. Certaines font d’aigres remarques sur la maladresse du mari, responsable d’une naissance indésirable, comme cette agricultrice de Courdemanche (Eure) : « la femme de R. était devenue enceinte presqu’aussitôt après son mariage, la belle-mère de l’accusé se montrait très contrariée de cette grossesse », reproche qui pousse le jeune homme à chercher une maison pour avoir « un domicile tout à fait personnel » 62. Quant aux beaux-pères, ils ont, surtout dans la paysannerie, des litiges d’ordre professionnel. Les uns considérent leur beau-fils comme un domestique et non un égal tel ce propriétaire de Saux (Lot) : « depuis longtemps, je vis en mauvais termes avec mon beau-père. (...) Il commença à se disputer avec moi, prétendant que je ne travaillais pas », soupire le gendre63. « Mon mari était employé comme domestique chez mon père », explique une petite propriétaire des Riceys (Aube) dont l’époux, furieux du paiement irrégulier des 300 francs de salaire annuel promis, se rebiffe, intente un procès au beau-père indélicat puis tente de le tuer64. Les autres, tel cet agriculteur de Thuellin (Isère) qui doit partager avec son gendre le travail et les revenus de son exploitation, se sentent dépossédés et critiqués dans leurs méthodes : « mon gendre voulait prendre la direction de l’exploitation »65.

  • 66 Sur ce point, voir chapitre 11.
  • 67 Les populations du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand, 1933, Imprimerie générale, p. 86.

15Ces luttes intestines entre femmes, entre hommes, entre la famille et la pièce rapportée, conduisent aux ruptures et vengeances. Lorsque les tensions sont insupportables, le couple éclate. L’intolérance envers la cohabitation augmente et atteste l’aspiration générale au respect de l’intimité conjugale qui exclut l’ingérence de la famille comme des voisins66. Dans l’entre-deux-guerres, la vie commune est dépréciée partout, jusque dans les régions les plus fidèles à la famille élargie. Même en Auvergne, « on ne voit plus comme jadis les jeunes ménages habiter avec leurs parents » 67. Le tête à tête conjugal triomphe alors de l’attachement lignager.

Les femmes et l’argent

  • 68 76,1 % des couples sont ouvertement en crise : 22,5 % des dossiers concernent des adultères, 15,5 % (...)
  • 69 63 % des dossiers concernent des citadins. Deux régions sont surreprésentées : le midi méditerranée (...)
  • 70 15,8 % des maris sont exploitants agricoles ou travailleurs indépendants, le plus souvent commerçan (...)
  • 71 28,6 % des cas pour être précis.
  • 72 J’ai recensé 72 exploitants agricoles dont 39 seulement appartiennent à la fraction la plus aisée d (...)

16Après les noces, la vie quotidienne reprend ses droits. Le travail et les rentrées d’argent rythment la vie conjugale. C’est alors que les jeunes mariées découvrent parfois, avec consternation, qu’elles ont épousé un « fainéant » comme on dit tout au long du xixe siècle. Toutes sont confrontées à la gestion serrée des revenus familiaux et au nécessaire partage des responsabilités financières entre époux. La cogestion reste, en effet, exceptionnelle. L’un des conjoints parvient toujours à imposer ses vues, parce qu’il est le plus compétent ou le plus impérieux. Dans ce cas, les litiges sont nombreux et minent l’entente conjugale. Mais dans les familles modestes, la lutte pour l’argent est à ce point vitale que, toute honte bue, les mères et les ménagères n’hésitent pas à étaler leurs dissensions pécuniaires alors qu’elles peuvent celer l’adultère ou l’acoolisme marital. Aussi, disposons-nous d’un lot important de 659 dossiers qui permettent d’étudier l’affectation des dépenses comme l’administration des revenus. Certes, dans neuf cas sur dix, les ménages ainsi mis en lumière sont désunis mais les enjeux financiers décrits par les protagonistes sont communs à tous les foyers68. Les salariés, les citadins tout particulièrement aux ressources d’autant plus disputées qu’elles sont minces, sont en première ligne69. 46,4 % des maris sont ouvriers ou artisans et 11,2 % journaliers agricoles. Les paysans propriétaires ou les travailleurs indépendants, même très modestes, sont minoritaires comme les cols blancs70. Les femmes sont, dans près de 30 % des cas, des ménagères et dépendent donc du travail masculin71. Celles qui travaillent se situent au bas de l’échelle sociale : ouvrières, journalières ou femmes de service dans 40 % des cas, à la tête d’un petit commerce pour 11,4 % d’entre elles. Leur rémunération est donc faible, insuffisante en tout cas pour entretenir une famille. Le poids des femmes issues des milieux populaires offre ainsi l’occasion de vérifier l’adage de l’épouse- « ministre de l’intérieur » alors que les stéréotypes de la bourgeoise ignorante des questions financières et de la paysanne évincée de la gestion de l’exploitation sont plus difficiles à confronter à la réalité72.

  • 73 Toutefois, la femme commerçante est à l’abri de cette tutelle, ayant toute liberté pour gérer son c (...)

17La place du mari et de la femme au sein du couple découle largement de la faculté de chacun à décider seul de son travail, à maîtriser ses ressources et celles de son conjoint pour les affecter à sa guise. Or, le Code civil pénalise les femmes puique le mari conserve la faculté d’interdire à son épouse l’exercice d’une profession et que jusqu’en 1907, la femme active ne dispose pas librement de ses revenus73. La première aspiration féminine est donc le droit de jouir de ses gains, partant de travailler à sa guise. Mais alors que le droit au métier est incontesté, la femme peut être spoliée de son argent par son mari.

Une liberté féminine incontestée : le droit au travail

  • 74 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 13 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881. En 1905 enc (...)
  • 75 Deux exemples.
  • 76 Lettre du 29 février 1883, A.D., Rhône, Assises, session du 28 novembre 1883.
  • 77 Lettre, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.
  • 78 Lettre au Procureur de Grasse : 25 février 1910, A.D., Alpes-Maritimes, tribunal correctionnel de G (...)

18Sur les 2 200 couples étudiés, je n’ai rencontré que sept maris pour interdire à leur femme de travailler et deux employeurs pour exiger l’autorisation maritale avant d’embaucher une femme. « Son mari m’a dit que c’était contre son gré que sa femme s’était placé chez moi. (...) Dans ces conditions (...) je la renvoyais », témoigne, mais en 1870, une rentière bizontine qui avait à son service une paysanne en rupture conjugale74. Quant aux époux, s’ils refusent que leur femme exerce un métier, ils n’invoquent jamais leurs prérogatives légales. Ils mettent en avant l’intérêt de leurs enfants ou l’inconduite que favoriserait une activité extérieure75. Leurs femmes s’estiment alors injustement brimées. « Je ne peux pas travailler il me permet pas d’aller chercher du travail il prétend que pour avoir du travail dans les magasins il faut avoir a fair avec les commis. Sans cela on ne peut pas travailler », se lamente une couturière lyonnaise76. Plus avisée, la femme d’un mécanicien parisien, maltraitée par son époux, prépare son départ en allant voir le Commissaire et le Procureur pour obtenir la levée de l’autorité maritale et écrit à ses fils : « je suis en règle (...) pour que je puis travayer »77. De même, une serveuse de Valençay (Indre) demande d’accélérer sa procédure de divorce attendu, écrit-elle, qu’« actuellement je ne puis gagner ma vie, mon mari s’opposant à ce que j’aille travailler » 78. Ce sont là, néanmoins, des exceptions.

  • 79 Voir chapitre 3.
  • 80 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 29 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 0 (...)
  • 81 Procès-verbal du juge de paix du Pellerin (Loire-Inférieure) : 7 septembre 1922, A.D., Meurthe-et-M (...)
  • 82 Une étude réalisée en 1966 sur des couples bordelais et parisiens montre que 20 % à 39 % des maris (...)

19En revanche, comme je l’avais noté lors de l’étude consacrée aux ménagères, 40 maris insistent sur la nécessité pour leur femme de concourir par une profession aux dépenses du ménage79. Quelques hommes voient même d’abord dans leur femme le second salaire ou les bras nécessaires à l’exploitation. « Il m’a répété souvent qu’il ne m’avait épousée que parce que j’avais un bon métier », déclare une sage-femme de Séverac-le-Château (Puy-de-Dôme), sans illusion sur l’affection que lui porte son mari, un serrurier80. « La femme von H. n’était bien vue, paraissait-il, que lorsqu’elle apportait de bonnes payes à la maison. C’est dire que le ménage vivait en mauvaise intelligence », note une ouvrière d’Indret (Loire-Inférieure) qui condamne l’excès mais non le principe du travail féminin81. Malgré le désir de certaines femmes de se laisser entretenir, les conjoints et l’opinion loin de condamner le travail féminin, fustigent les indolentes. En revanche, rien dans les archives ne permet de savoir de quelle façon le mari pèse sur le choix du métier féminin82.

  • 83 A. Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, 1963, S.E.V.P.E.N.
  • 84 Rapport du commissaire de Paris (IIIe) : 7 juin 1881, A.D., Seine, D2 U8 115.
  • 85 Procès-verbal du juge d’instruction de Rouen : 18 octobre 1892, A.D., Seine-Inférieure, 2054 U.
  • 86 Procès-verbal du juge d’instruction de Clamecy : 15 mars 1876, A.D., Nièvre, 3U2 1280.
  • 87 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 25 février 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 9 (...)
  • 88 Procès-verbal d’enquête : 11 mars 1904, A.D., Drôme, 15 U51.
  • 89 « Mon mémoire. G. Félicien – juillet 1910 », A.D., Var, 4U4 454.

20Ajoutons qu’une trentaine d’hommes ne tarit pas d’éloges sur les qualités professionnelles de leur moitié. Il s’agit le plus souvent de travailleurs indépendants, à la tête d’entreprises commerciales où la patronne occupe sous la IIIe République la même place éminente qu’Adeline Daumard leur reconnaît pour la monarchie censitaire83. Quelques-uns se bornent même à seconder leurs épouses. Une fabricante de boutons parisienne fonde sa maison en 1879 et la fait prospérer alors que son mari, failli depuis 1876, « n’est que son employé »84. Un cafetier craint que sa femme ne divorce pour des raisons plus matérielles que sentimentales : « il aimait beaucoup sa femme, me disait-il ; il n’en trouverait jamais une pareille (...) pour lui diriger les affaires de la maison », ce que confirme un client : « elle était tellement attachée aux intérêts de sa maison qu’on l’aurait volontiers appelée : Madame Pète-Sec »85. Les femmes, image conforme au stéréotype, tiennent la caisse et font les comptes. Quelques hommes y sont contraints comme ce sabotier de Clamecy : « comme je ne sais ni lire ni écrire ma femme était chargée de la comptabilité de la maison » 86. Mais c’est un usage général et indiscuté. « J’avais l’habitude de laisser entre ses mains (...) le mouvement des fonds de notre commerce », explique un débitant de tabac marseillais87. Le propriétaire de l’établissement d’un cafetier nyontais relève que lors du paiement du loyer, « le mari disait à sa femme : “donne moi de l’argent”, ce qu’elle faisait après avoir reçu le reçu. (...) J’ai cru m’apercevoir que c’était Mme T. qui tenait la clé de la caisse »88. Un sériciculteur de Draguignan qui ouvre un magasin de nouveautés, en abandonne la direction à son épouse et se refuse à tout contrôle : « j’ai pleine et entière confiance dans ma femme, je ne la contrariais en rien. J’approuvais tous ses actes, je ne lui demandais jamais compte de rien »89.

  • 90 Rapport de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence : 17 mars 1902, A.N., BB182208.
  • 91 Procès-verbal du juge d’instruction de Blois : 9 septembre 1926, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 161.
  • 92 Procès-verbal de contre-enquête : 8 mars 1887, A.D., Drôme, 16U 51.
  • 93 Acte d’accusation : 22 mai 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de Compiègne : 30 avril 1891 (...)

21A la campagne où les ethnologues peignent une répartition fortement sexuée des tâches, certaines propriétaires prennent des initiatives. La femme d’un colonel de gendarmerie retraité décide seule la mise en valeur d’un domaine à la Londe (Var), « n’acceptant ni les conseils ni les remontrances » de son mari, inquiet de la voir « mal diriger ses affaires » et surtout « d’avoir emprunté, à son insu, des sommes importantes qu’ils n’étaient pas en mesure de rembourser » 90. Une paysanne aisée de Vielle (Loir-et-Cher) réussit si bien qu’elle suscite envie et antipathie : « Mme B. est orgueilleuse, se “croyant beaucoup” parce que ses affaires prospéraient ; elle était volontaire et s’occupait beaucoup de la ferme et de la culture. Son mari lui laissait toute liberté pour ce qui était de la ferme et du bétail, sauf les chevaux », rapporte leur bonne91. Sans assumer toujours la direction de l’exploitation, les cultivatrices ne se privent pas de conseiller ou critiquer comme cette Nyontaise : « elle se mit à adresser toutes sortes de reproches à son mari : le misérable, disait-elle, cultive mal sa propriété, surtout en ce qui concerne les plantations de muriers et d’oliviers » 92. Là où couple et entreprise se superposent, les maris reconnaissent les capacités de leurs femmes et loin d’exercer une tutelle sur leurs activités, s’en réjouissent, voire abdiquent leur pouvoir. Dans ce cas, outre les époux béats d’admiration, on rencontre les incapables ou les paresseux trop heureux d’être suppléés. Les femmes sont alors contraintes d’assumer une lourde charge, parfois sans enthousiasme comme cette propriétaire de Machemont (Oise) qui s’écrie : « quel malheur d’avoir un homme comme cela, je suis obligée de tout faire » 93.

22Les maris ne songent donc pas, au nom de la loi, à interdire à leur femme de travailler. Il est vraisemblable que la quasi totalité d’entre eux ignorent qu’ils seraient en droit de le faire. Et même si le nombre des dossiers relatifs au jugement porté par le mari sur le métier de l’épouse est inférieur à la centaine, le rapport de un à dix entre tutelle et liberté féminine est significatif. Travailler est donc un droit intangible pour la femme mariée mais le labeur n’est pas forcément libérateur, car le plus souvent nécessité fait loi.

Jouir des fruits de son travail ?

  • 94 Le profil de ces dossiers est fort proche des 659 dossiers traitant de toutes les questions financi (...)
  • 95 18,8 % des femmes sont exploitantes ou commerçantes. Revers de la médaille, le partage des bénéfice (...)

23Dans 90 % des cas consacrés aux revenus féminins, il s’agit de salaires94. Les archives judiciaires, prolixes sur les ouvrières, sont particulièrement précieuses pour l’étude des domestiques de ferme et journalières agricoles, ignorées de la plupart des études rurales95. Dans 80 % des cas, les maris laissent leur femme disposer de sa paye. Cette liberté, cependant, est plus apparente que réelle en raison de son utilisation.

« Il prétendait qu’il n’avait pas à subvenir à mes besoins »96

  • 96 Procès-verbal du juge de paix d’Ollioules : 28 février 1921, A.D., Var, 4U 500.
  • 97 L’affectation précise des revenus féminins n’est malheureusement connue que dans 266 cas sur 413.

24Cette blanchisseuse de Fos révèle une face cachée du salariat féminin. 34 % des femmes mariées et actives utilisent, en effet, leurs ressources pour leur entretien97.

  • 98 Requête de divorce : 11 août 1900, A.D., Gard, 6U14 305.
  • 99 Procès-verbal de gendarmerie de Châteauroux : 12 janvier 1936, A.D., Indre, tribunal correctionnel (...)
  • 100 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 14 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.
  • 101 J. Caroux-Destray, Un couple ouvrier traditionnel, Paris, 1974, Anthropos, p. 71.
  • 102 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Omer : 6 septembre 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII
  • 103 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 14 juin 1886, A.D., Seine, D2 U6 182.
  • 104 Procès-verbal de gendarmerie d’Ollioules : 28 février 1921, A.D., Var, 4U 500.
  • 105 Rapport médical : 7 août 1911, A.D., Seine, D2 U6173.
  • 106 Lettre du Commissaire de Roubaix au Procureur : 28 août 1876, A.D., Nord, 2U 155/438.
  • 107 Procès-verbal de gendarmerie de Moulins-la-Marche : 13 octobre 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.

25Une sur quatre est même contrainte de travailler pour s’assurer le nécessaire, son conjoint ignorant résolument l’obligation alimentaire instaurée par le Code civil. Les maris peuvent même proclamer qu’ils se refusent à nourrir leur épouse. Un cafetier nîmois « signifia à sa femme qu’il ne voulait plus l’avoir à charge. (...) Elle a dû se placer comme domestique pour vivre » 98. « Ma femme qui travaille quatre jours et demi par semaine n’a pas besoin de mon aide pour subvenir à ses besoins », soutient encore en 1936 un livreur de Déols (Indre)99. Quelques hommes en font une question de principe, concevant le couple comme une association de travailleurs indépendants. « Je gagne assez pour mes plaisirs. Tu n’as qu’à en faire de même sans t’occuper de moi », proclame un charpentier parisien100. Amédée, un ouvrier parisien, exprime la même conviction un demi siècle plus tard : « je ne donnais rien à ma femme, elle était assez grande pour travailler » 101. Mais le plus souvent, la femme travaille parce que, sans théoriser, son mari ne lui donne pas ou pas assez d’argent. Une cabaretière-épicière d’Audruicq (Pas-de-Calais) se suffit à elle même : « j’ai toujours travaillé seule à mon commerce et mon mari ne m’a jamais aidée » 102. L’épouse d’un teinturier parisien s’y résigne seulement après l’échec de ses suppliques : « à mes demandes d’argent, il répondait par des coups. Puis je suis devenue plus patiente, je tâchais de me suffire » 103. Une jardinière d’Ollioules (Var) s’y résoud malgré les convictions d’un mari, bourré de contradictions : « il ne voudrait pas que je travaille mais comme il ne me donne pas la possibilité de vivre sans rien faire, ou plus exactement, comme il ne me donne rien, je suis bien obligée de travailler » 104. Quelques protagonistes cherchent également à pallier l’avarice maritale. La femme d’un instituteur parisien se réjouit, pour cette raison, d’avoir embrassé après quelques années d’inactivité, la profession de décoratrice : « je n’ai un peu de bien-être matériel que depuis que je travaille » 105. Certains conjoints, enfin, qui par mesure de rétorsion, privent leur femme de tout subside, la contraignent à exercer un métier. Ainsi, ce déboureur roubaisien, marié à une rattacheuse, « s’apercevant, paraît-il, de l’inconduite de sa femme, se refusa de la sustanter. En dernier lieu, chacun avait son pain, sa viande et son charbon particulier » 106. Aussi, le salaire de la femme mariée ne peut-il être assimilé à un extra destiné aux toilettes, fanfreluches et distractions. Il pourvoit pour un quart des femmes à l’essentiel et littéralement nourrit les épouses de maris adeptes du chacun pour soi. Il convient de souligner, toutefois, que 9 % des femmes travaillent à seule fin de satisfaire leur penchant immodéré pour la boisson. Leurs époux, en effet, conscients de leur travers, mesurent l’argent à l’aune des besoins domestiques. Le travail est alors la seule façon d’assouvir leur « passion ». « Cette femme travaillait peu et lorsqu’elle avait de l’argent, c’était pour acheter de l’eau de vie », note un conseiller municipal des Genettes (Orne) à propos d’une ouvrière agricole107.

26Reste qu’une femme mariée sur quatre vit comme une célibataire, assumant seule ses frais. La vie conjugale constitue sur le plan financier une opération blanche qui ne dégrade pas son niveau de vie. Il n’en est pas de même pour celles qui, en sus de leurs dépenses, assurent celles afférentes aux enfants.

« J’ai dû subvenir seule aux besoins de ma nombreuse famille, car mon mari ne m’a jamais aidée »108.

  • 108 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 28 juin 1877, A.D., Seine, D2 U8 64.
  • 109 Voir sur ce point chapitre 5.
  • 110 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 11 janvier 1882, A.D., Nord, 2 U 155/465.

27Le cas de cette ouvrière versaillaise est le plus banal comme l’explication qu’elle donne de sa malheureuse situation : « il n’avait pas de conduite et au lieu de me faire partager l’argent qu’il gagnait, il le dépensait au cabaret ». En effet, il ne s’agit plus, ici, comme il est normal et fréquent pour une mère, d’acheter sur ses deniers les vêtements des enfants ou les étoffes pour confectionner leur vestiaire109. De même, le cas de la femme contrainte de travailler pour assurer la survie de tous en cas de chômage n’est pas en cause. Il va de soi qu’une bonne épouse se doit alors de trouver de l’ouvrage comme le souligne le camarade d’un sabotier de Cartignies (Nord) : « souviens toi de ce que tu m’as dit l’an dernier ; le travail de sabotier n’avait pas marché ; tu m’as dit que sans ta femme tu n’aurais pas pu survivre l’hiver et que, grâce à son travail, ta famille et toi avaient été nourris sans faire de dettes » 110. Non, le cas de loin le plus courant est celui des pères égoïstes qui refusent de contribuer aux dépenses du ménage si bien que dans les milieux populaires, les mères sont contraintes d’assurer en totalité ou en partie l’entretien de leurs enfants. C’est le cas de 62 % des femmes étudiées dans ce sous-ensemble.

  • 111 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aubusson : 17 septembre, A.D., Creuse, ZE/U/1061/1.
  • 112 Procès-verbal de gendarmerie de la Roche-Bernard : 20 avril 1881, A.D., Morbihan, U 1561.
  • 113 Procès-verbal de gendarmerie de Luzarches : 11 avril 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correction (...)
  • 114 Procès-verbal du juge d’instruction de Saveme : 18 septembre 1919, A.D., Bas-Rhin, AL 112 p. 279.
  • 115 Lettre à son mari : 14 mai 1930, A.D., Var, 4 LJ4 539.
  • 116 Lettre au Procureur : 4 avril 1936, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de (...)
  • 117 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Etienne : 16 juin 1886, A.D., Loire, Assises, 3e trime (...)

28« Mon mari ne me laisse pas un sou. J’ai bien de la peine à nourrir ma fille et moi. (...) Je tire les cartes pour avoir un peu d’argent », témoigne une « ménagère » d’Aubusson qui vit d’expédients111. Un peu mieux lotie, la femme d’un couvreur de la Roche-Bernard (Morbihan) vit chichement : « c’est avec peine que je gagne mon pain pour élever mes deux enfants. Il ne me donne aucun argent de son travail, il paye le pain et le vin, c’est tout » 112. Même constat pour une journalière mariée à un chiffonnier de Bellay (Seine-et-Oise) : « si je ne gagnais pas un peu d’argent en journée, mes enfants n’auraient jamais eu de pain » 113. Ce type de réflexion perdure partout et tout au long de la IIIe République. « Nous vivions avec l’argent que ma mère gagnait (...). Mon père buvait et dépensait lui même l’argent qu’il gagnait », se souvient la fille d’un chiffonnier alsacien114. Plus aisée, une gérante de magasin d’Hyères n’en assure pas moins avec amertume l’éducation de ses enfants : « Et la pension Maintenon, y pensez-vous ? Vous aimez vos enfants par comédie verbale ? Car de quoi vivent-elles ? de quel argent ? l’entretien, la pension. Ce n’est pas vous qui payez tous ces frais ! » 115. C’est une ouvrière de Châteauroux qui résume le mieux le calcul implicite auquel se livrent ces nombreux pères : « mon mari a toujour conter sur moi pour faire vivre les enfants » 116. Quelques femmes en prennent leur parti mais refusent toute autre concession comme cette blanchisseuse stéphanoise qui rabroue vertement son époux : « que me veux-tu ? je travaille comme une mercenaire ! je ne te demande rien pour les enfants, laisse moi tranquille » 117.

  • 118 Voir chapitre 4.

29La maternité aggrave donc la situation déjà précaire de nombreuses salariées en augmentant considérablement les dépenses qui leur incombent de fait. L’affectation prioritaire des revenus féminins aux enfants confirme, par une autre approche, les conclusions avancées sur l’exercice de la responsabilité parentale. En cas de famille monoparentale, avions-nous avancé, les mères étaient prêtes à se sacrifier pour leurs enfants alors que les pères seuls les confiaient volontiers à des institutions ou s’en remettaient à la charité publique118. La remarque vaut pour les mères mariées et l’attitude des veufs apparaît in fine comme une variante d’un égoïsme paternel très courant. Bien des hommes cherchent d’abord à satisfaire leurs désirs, leur famille dût-elle en souffrir, et ils comptent sur l’esprit de sacrifice féminin pour se défausser de leurs charges familiales. Dans cette perspective, la libre disposition par la femme de ses gains ne signifie pas qu’elle jouit des fruits de son travail. Beaucoup sont contraintes d’affecter la totalité de leurs maigres ressources au train-train quotidien. L’inégalité des sexes est particulièrement marquée ici. Elle oppose dans les milieux populaires l’homme qui vit bien à la femme qui se tue au travail et se prive du nécessaire. Aussi, convient-il de manier avec précaution les études sur les budgets familiaux qui ne traduisent pas forcément, par l’addition de l’apport de chacun, le niveau de vie réel de tous les membres d’une même famille. Mais, pire encore, une femme sur cinq est victime d’un parasite.

« Les femmes sont faites pour nourrir les hommes »119

  • 119 Le Républicain varois, 10 août 1911, A.D., Var, 4U4 459.
  • 120 En effet, entrent dans la communauté de biens « tous les fruits, revenus, intérêts et arrérages de (...)
  • 121 Lettre anonyme, s. d., 1935, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 984.
  • 122 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 21 août 1923, A.D., Bas-Rhin, AL 112 p. 303.
  • 123 Voir la préface d’Alain Cottereau à D. Poulot, Le Sublime, 1870, rééd. Paris, Maspero, 1980.
  • 124 Procès-verbal de gendarmerie de Port-Louis : 10 février 1879, A.D., Morbihan, U 3478.
  • 125 Procès-verbal de police de Paris (IIIe) : 16 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 135.
  • 126 Requête en divorce : 10 avril 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

30Rapportée par un journaliste, la remarque cynique d’un boucher de la Valette (Var) est partagée par une cohorte de conjoints paresseux et dépensiers dont 53 ont pu être étudiés. L’opinion les condamne à l’unanimité, balayant sans remords le principe d’autorité maritale120. Les villageois de Fruges (Pas-de-Calais) espèrent faire honte à un ouvrier agricole : « sans doute qu’il est geainé qu’elle à du travail et lui qui en appât » 121. Un juge strasbourgeois laisse percer son mépris pour un domestique : « en somme, vous avez plus ou moins vécu au crochet de votre femme » 122. A l’exception de Denis Poulot, cependant, les observateurs sociaux ne font jamais le lien entre paresse masculine et travail féminin qui unit bien des sublimes à leurs compagnes123. La plupart des maris jouisseurs travaillent néanmoins, mais fort irrégulièrement. Seuls 17 d’entre eux refusent d’exercer la moindre activité et sont complètement à la charge de leurs épouses. Ainsi, ce pêcheur de Port-Louis (Morbihan) « passe son temps à lire et sa femme est obligée de le faire vivre ainsi que ses enfants »124. « Mon mari est un ivrogne et un paresseux ; peu de temps après notre mariage, il a cessé de travailler, il a voulu que je l’entretienne sans rien faire », accuse une plumassière parisienne125. Ce cordonnier nîmois va plus loin encore, « résolu à vivre aux dépens de sa femme, de quelque façon que ce soit, il entendait qu’au besoin (...) sa femme se livrât à l’inconduite » 126.

  • 127 Lettre du 19 février 1883, A.D., Seine, D2 U8 160.
  • 128 Procès-verbal de police de Paris (Saint-Georges) : 15 septembre 1910, A.D., Seine, D2 U6 166.
  • 129 Lettre à ?, s. d., 1883, A.D., Seine, D2 U6 151.
  • 130 Lettre à son mari, « sept », 1882, A.D., Seine, D2 U6 125.
  • 131 Procès-verbal de police de Clermont : 27 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 4791.
  • 132 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 13 août 1925 et lettre, s. d., 1926, A.D., Bouch (...)

31Pour extorquer de l’argent à leur femme, une minorité joue sur les sentiments. Une débitante parisienne cède au chantage amoureux, mais non sans rechigner : « tu me demande de largant Je tes doné 200 franc qua tu fe de cette argant tu doit panse qui Je ne la gane pas si fasilement que cela (...) tu ma mit sur la paille » 127. Danseuse au Tabarin, une Parisienne se laisse prendre aux serments d’un chauffeur automobile dont elle est d’abord la maîtresse : « il m’avait promis de se mettre au travail. Comme il n’en faisait rien (...) et ne vivait que de moi, j’ai voulu le quitter. Il m’a alors proposé de m’épouser en m’assurant que dès que nous serions mariés, il travaillerait. J’ai eu confiance en lui (...). Il a continué de vivre de l’argent qu’il me soutirait sous toutes sortes de prétextes » et désormais dégrisée, elle va jusqu’à considérer que « son mari était un “maquereau” » 128. Toujours sous le charme, une tapissière parisienne qui connaît sa « faiblesse », cède quoique sans illusion : « tous les samedis mon mari venait me chercher pour que je lui donne ma paye. (...) Il me fesait marcher comme une enfant »129. D’autres volent sournoisement leur femme. Une Parisienne, cheville ouvrière d’une prospère blanchisserie, écrit une lettre courroucée à son mari : « l’argent que tu m’a soustrait c’est voler car jamais de ta vie tu n’a su le gagner car tu comptais sur les bras d’une malheureuse qui te nourrissait » 130. « Non content de dépenser tout l’argent qu’il gagnait avec des femmes de mauvaise vie, il fouillait dans mes poches la nuit (...) pour me prendre le modeste produit de mes journées », s’indigne une ouvrière clermontoise131. Un concierge marseillais dont la femme est épicière, avoue « ne pas lui remettre entièrement le montant de [ses salaires] parce que les revenus de l’épicerie suffisaient complètement aux besoins du ménage », mais dans le seul but, selon lui, de faire des économies sur ses propres gains, alors que sa femme remet les choses à leur place : « je t’ai nourri (...), tu mas jusque volai de l’argent dans ma caisse » 132.

  • 133 Procès-verbal de gendarmerie de Châteaurenard : 5 décembre 1886, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/6 (...)
  • 134 Procès-verbal de juge de Marseille : 26 août 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 96.
  • 135 Procès-verbal du juge de paix de Fours : 12 mai 1875, A.D., Nièvre, 3U5 1968.
  • 136 Procès-verbal de police de Paris : 29 mars 1896, A.D., Seine, D2 U6 108.
  • 137 Lettre, s. d., 1931, Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril-mai 1931.
  • 138 Procès-verbal du juge d’instruction de Guéret : 13 septembre 1884, A.D., Creuse, ZE/U/9191.
  • 139 Plainte devant le tribunal civil de la Seine : mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

32Le plus souvent, cependant, c’est par la force et non la ruse que le mari s’empare du salaire de son épouse. Une journalière d’Entraigues (Vaucluse) qui travaille pour son compte « quelques petites propriétés », se soumet à l’autorité masculine : « mon mari vient en maître chercher le peu que je possède » 133. La plupart cèdent aux mauvais traitements. « Il ne travaille pas, me bat, ne me donne pas d’argent et il veut au contraire que je lui en rapporte », explique de façon elliptique, une Marseillaise qui décrit bien l’enchaînement banal de la violence conjugale134. Du reste, un journalier de Montambert (Nièvre) s’estime fondé à battre sa femme « parce qu’elle me refuse l’argent qu’elle gagne » 135. Un bouvier de la Villette se fait menaçant : « je garderai mon argent et nous vivrons sur le tien. Gare à toi si tu ne me rapportes pas tout ; je te tuerai » 136. Un « groupe d’habitants » de Villedieu (Indre), craignant le pire pour son épouse, dénonce anonymement un chiffonnier : « la femme est obligée de ce levé le matin préparé c’est enfants pour l’école et à sept heures rentré à la chemiserie pour pouvroir donné du pain à c’est enfants et souvent il en manque car le père l’oblige sou menace de coup ou de mort à lui donné de l’argent »137. Certains maris ne se livrent, toutefois, à des violences qu’après avoir épuisé leur force de persuasion et la patience de leur victime. Une débitante de la Brionne (Creuse) décrit le crescendo des dissenssions financières : « pour lui donner une occupation en 1882, je sollicitai et je parvins à obtenir une place aux chemins de fer d’Orléans », place qu’il refuse, « il se figurait que je disposais de plus de ressources que je n’en avais réellement. (...) Mon mari, les pieds sous la table, buvait avec tout le monde. A mes observations, il répondait par des coups » 138. La femme d’un cafetier évoque les mêmes aléas : « ce fond sans clientèle était à charge de l’exposante. (...) Cependant, à force d’énergie, elle le releva un peu et tâcha de décider son mari à renoncer aux courses et l’aider dans sa tâche », espoir déçu mais, en revanche, « il harcela l’exposante par des demandes continuelles d’argent, employant la violence pour arriver à en obtenir quand elle le lui refusait à l’amiable » si bien que la commerçante liquide son entreprise et se place comme caissière avec un salaire de 150 francs par mois. Elle n’échappe pas pour autant aux exigences du conjoint, « il se fit nourrir par sa femme (...). Sur cette somme qui fournissait la seule ressource du ménage, S. exigeait qu’il lui fût remis au moins deux francs par jour » 139.

  • 140 Procès-verbal de gendarmerie de Seignelay : 12 avril 1884, A.D., Yonne, 3U1 1279.
  • 141 Qui vont dans 9 cas jusqu’au meurtre.
  • 142 Procès-verbal du juge de paix de Cajarc : 26 avril, 1935, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Caho (...)

33Les plus désespérées cumulent les malheurs, subissant un mari à la fois alcoolique, paresseux et violent sans que puisse être déterminée la cause initiale de leur oppression : ivrognerie d’où paresse, oisiveté d’où alcoolisme, ivrognerie et violences éthyliques. Bref comme ce journalier d’Ormoy (Yonne), « un homme de rien, fainéant et ivrogne de la pire espèce (...) [qui] bat sa femme pour avoir de l’argent pour aller à l’auberge boire de l’eau de vie » 140. De fait 38 % des époux spoliateurs sont alcooliques et 46 % se livrent à des mauvais traitements141. A bout de force, bien des épouses finissent après des années, par porter plainte. 28 % se font consoler par un amant. 30 %, excédées, quittent le domicile conjugal et engagent une procédure de divorce, en arguant de leur spoliation financière. C’est même le seul grief invoqué par une domestique agricole de Cahors : « il me prenait tout l’argent que je gagnais et me laissait rien pour m’habiller » 142. Lorsque la femme ne peut contrôler l’usage de ses gains, fût-ce pour s’entretenir et entretenir ses enfants, le couple est détruit. Aussi, le bon mari doit-il, au mépris du Code civil, laisser à son épouse les fruits de son labeur.

  • 143 Voir, en particulier, L. Tilly et J. Scott, Les femmes, le travail, la famille, Paris, 1987, Rivage (...)

34Bien que les égoïstes et les parasites soient surreprésentés dans la base de données, ils n’en existent pas moins et leur existence même nous oblige à nuancer notre vision de l’activité féminine. Le travail des femmes mariées n’est pas seulement déterminé par le désir d’ascension sociale ni par les traditions familiales et régionales qui envoient, de mère en fille, les femmes à la filature ou au moulinage. Il ne saurait être considéré seulement comme un appoint, vital en cas de chômage, de maladie ou lors du départ d’un enfant devenu adulte143. Ces motifs n’épuisent pas la question. Il convient, à mon avis, d’ajouter les épouses contraintes d’assurer elles mêmes leur subsistance et celle de leur progéniture, faute d’une contribution masculine au budget familial. Le tableau que nous livrent les archives éclaire ainsi d’un jour sombre l’exploitation dont les femmes sont l’objet dans leur propre foyer, et ce sans que la situation s’améliore d’aucune façon au fil des ans. L’idéal du sacrifice les amène à se priver et à travailler comme des « mercenaires » selon les termes d’une ouvrière stéphanoise alors que les pères les moins conscients, salariés modestes des villes et des campagnes, vivent leur vie. Aussi, soucieuses d’échapper à cet esclavage, les femmes se battent-elles pour obtenir de leurs maris la remise de tout ou partie de leurs gains, lutte âpre pour s’assurer une existence décente.

La lutte pour le contrôle des revenus masculins

  • 144 On compte 8,1 % d’exploitants agricoles, 5,9 % de commerçants, souvent modestes, 2,7 % de membres d (...)
  • 145 Ouvriers des deux mondes, 1901, 3e série, t. 1.
  • 146 Entre autres exemples, la femme du forgeron de Montataire « règle les dépenses et se réduit elle mê (...)
  • 147 T. Leleu, La vie quotidienne des femmes dans la région d’Armentières, mémoire de maîtrise, 1979, Un (...)
  • 148 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue. Neuf récits de travailleuses parisiennes retraitées, Paris, mars (...)
  • 149 Voir, par exemple, P. Chombart de Lauwe, La vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, 1956, C. (...)
  • 150 70 % des concubins réunis dans la base de données payent le logement et 63 % donnent régulièrement (...)

35Elle constitue le principal enjeu financier au sein du couple, ce qui explique le nombre des dossiers, 589, qui y sont consacrés. Là encore, dans 80 % des cas, il s’agit de salaires144. Opinion et Code civil sont au diapason et félicitent le mari qui, tel le poseur de rail parisien, « considère comme un devoir de rapporter à la maison l’intégrité de son salaire dont sa femme dispose en toute liberté » 145. Les Ouvriers des deux mondes n’ont pas peu contribué au reste à populariser l’image de l’épouse gestionnaire146. Lorsque leurs souvenirs sont sollicités, les témoins, ainsi dans le Nord, confirment qu’il en était bien ainsi147. Yvonne, mécanographe à Paris dans les années 1930, s’en flatte : « c’est moi qui tenais le budget. Je me suis occupée de tout, hein ! C’est moi le chef de la maison, hein ! » 148. Les enquêtes réalisées après 1945 vont dans le même sens149. La réalité est loin d’être aussi simple et idyllique même si le faible nombre des couples concernés – 26,8 % des époux – et la nature des sources faussent en partie les perspectives. La documentation valorise à l’excès, en effet, un contentieux conjugal qui voient candidates aux divorces et femmes adultères étayer leur position par des griefs financiers. La proportion de deux-tiers de maris mauvais payeurs, très élevée, reflète à l’évidence non l’ensemble des couples mais le groupe des justiciables au point que paradoxalement, le profil du concubin est sans doute plus proche de l’époux ordinaire que des maris recensés dans la base de données150. Toutefois, les caractéristiques du type humain ne sont pas déformées par le prisme archivistique et permettent, par delà la perspective statistique, une étude qualitative.

Contrôle et utilisation des revenus masculins

Nombre %
Femme va chercher son salaire 11 1,9
Mari donne régulièrement de l’argent 89 15,1
Mari donne de l’argent à la demande de l’épouse 11 1,9
Mari donne tout son argent 52 8,8
Mari paye certaines dépenses 13 2,2
Total des bons payeurs 176 29,9
Mari au chômage 15 2,5
Mari donne irrégulièrement de l’argent 72 12,3
Mari paresseux ne gagne pas d’argent 128 21,7
Mari ne donne rien 145 24,6
Mari se fait, plus ou moins, entretenir 53 9
Total des mauvais payeurs 413 70,1

« Je remettais à ma femme ce que je gagnais »151

  • 151 Procès-verbal de gendarmerie de Rouen : 25 septembre 1903, A.D., Seine-Inférieure, U 2469.
  • 152 Procès-verbal de gendarmerie de Mourmelon : 29 août 1892, A.D., Marne, 8U 686
  • 153 Lettre du mari : 18 mars 1913, A.D., Ardennes, 6U 32/3.
  • 154 Lettre au Président de la République : 1er juillet 1928, A.D., Nord, 2U 155/59.
  • 155 Procès-verbal du juge de paix de Nérac : 23 avril 1879, A.D., Lot-et-Garonne, U 12/2.
  • 156 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 4 décembre 1880, A.D., Seine, D2U8110.
  • 157 Procès-verbal du juge de paix d’Ancy-le-Franc : 17 janvier 1927, A.D., Yonne, 3U5 221.
  • 158 Procès-verbal de gendarmerie de Toulon : 18 juillet 1930, A.D., Var, 4U4 539.

36Ce contremaître rouennais résume, en utilisant le verbe convenu – « remettre » –, une norme incontestée mais minoritaire dans nos données. 176 maris contribuent ainsi régulièrement aux dépenses du ménage. Ces conjoints responsables se disent tous irréprochables sur le plan pécuniaire. « Je suis presque toujours au dehors et ne rentre chez moi que le dimanche où je donne à ma femme tout ce que j’ai gagné », explique un maréchal-ferrant de Condé-sur-Mame152. « Je ne suis pas l’homme que cette femme a dit, je lui est toujours rendu mes mois en entier sans jamais lui retenir un sou, avec quoi aurait-elle pu élevé ces deux enfants vu qu’elle n’avez que son ménage à s’occupé », écrit un facteur d’Aubigny (Ardennes)153. Un homme de peine roubaisien se défend d’être mauvais père et mauvais époux : « un Ivrogne et un Paresseux ne çe serait pas occupée à ces petits et sa femme mensge ou ne mangès pas » 154 Certains vont jusqu’à affirmer qu’il s’agit moins d’un devoir que d’un acte d’amour et se plaisent à gâter une épouse chérie. « Elle avait l’argent dans les mains, je la soignais comme un poulet », déclare un batelier de Puch (Lot-et-Garonne)155. Un policier parisien s’écrie : « malheureuse, j’ai été bon pour toi. Je me suis privé de tout, je buvais de l’eau pour que tu aies du vin », sans s’attirer pour autant la reconnaissance de sa femme : « tu n’avais qu’à pas te priver », répond celle-ci froidement156. « Je faisait tout ce que je pouvais pour la rendre heureuse », raconte un bûcheron d’Aisy (Yonne), incapable d’expliquer les infidélités de son épouse, « je lui fournissais tout ce qui était nécessaire pour les besoins du ménage et pour ses besoins personnels. Je lui donnais le montant de tout ce que je gagnais et j’ajoute même que je n’allai jamais au café pour ne pas faire des dépenses inutiles » 157. Un maître d’hôtel de paquebot qui se plaint à une voisine des dépenses exagérées de sa femme, ne peut se résoudre pourtant à lui couper les vivres et avoue que « s’il lui envoyait beaucoup d’argent, c’était pour mieux se faire aimer d’elle » 158.

  • 159 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 5 septembre 1874, A.D., Seine, D2 U8 30.
  • 160 Procès-verbal du juge de paix de Lamastre : 1er août 1882, A.D., Ardèche, 1U 529-536.
  • 161 Procès-verbal du juge d’instruction de Senlis : 17 mars 1906, A.D., Oise, Assises, 1er trimestre 19 (...)
  • 162 Avec fautes d’orthographe. Lettre au Procureur : 20 décembre 1925, A.D., Bas-Rhin, AL 112. « Mon ma (...)
  • 163 Procès-verbal du juge d’instruction de Grasse : 13 octobre 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 416.
  • 164 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 16 mai 1929, A.D., Nord, 2U 155/592.

37Pour une femme, le mari « très laborieux et très exact, rapportant fidèlement à la maison tout ce qu’il gagnait », selon l’expression d’une blanchisseuse parisienne, est l’époux rêvé159. Le bonheur conjugal est étroitement dépendant de la contribution maritale. « Mon mari a toujours été le même pour moi ; il ne m’a jamais rien refusé pour le ménage », doit reconnaître une aubergiste de Nozières (Ardèche) qui ne peut imputer à une faute du conjoint ses errements adultères160. « Je n’ai pas à me plaindre de mon mari, il n’est pas méchant, il me rapportait régulièrement sa paie toute entière, même les pourboires », dit, satisfaite, la femme d’un livreur de Creil161. Autre langue, mêmes sentiments chez une ménagère mariée à un maçon de Salenthal (Bas-Rhin) qui écrit : « Mein Mann hat immer für den Unterhalt der gemensammen Familie gearbeit » 162. La femme d’un facteur de Golfe Juan (Alpes-Maritimes) qui remplit scrupuleusement ses obligations financières, tombe des nues en le découvrant infidèle : « j’avais toujours été très heureuse avec mon mari, il ne boit pas, c’est un bon travailleur, il apportait intégralement son salaire à la maison » 163. De même, une ménagère d’Haubourdin (Nord) se refuse à croire que son mari, un ouvrier, ait commis un attentat à la pudeur sur une fillette et donne pour preuve l’échange harmonieux entre gains masculins et services féminins : « il avait tout pour être heureux, il travaillait bien et il gagnait de bons mois qu’il rapportait régulièrement à la maison. Je lui laissais toujours de l’argent de poche. (...) Je le nourrissais bien, il était bien soigné »164.

  • 165 Procès-verbal du juge d’instruction de Valenciennes : 2 novembre 1872, A.D., Nord, 2U 155/410.
  • 166 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, (...)
  • 167 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue, op. cit., p. 69.

38La forme que prend la participation du mari est, cependant, variée. Une dizaine de couples font pot commun comme ces journaliers de Valenciennes, « ce qu’ils gagnaient était mis dans un tiroir et chacun prenait ce dont il pouvait avoir besoin » 165. Cette pratique suppose une grande sagesse et une faculté à hiérarchiser les achats. « Je mettais des sous sous le ramasse-couverts », se souvient Simone, serveuse à Paris dans l’entre-deux-guerres, « quand il en avait besoin, il le prenait. Il apportait sa paie, il la mettait dessous... Non, ça jamais, on s’est demandé des comptes... Il y a des fois, je lui disais... Il restait 300 ou 400 francs : “ peut-être pourrais-tu t’acheter un costume ? ”... Ou alors quand il y en avait de trop, je m’achetais une paire de chaussures, des bas de soie » 166. Lorsque son mari achète une moto, une ouvrière, parisienne également, décrète : « puisque tu as toi une moto, moi aussi. C’est toujours toi ! C’est toujours toi ! Moi je vais en acheter », et sitôt dit, sitôt fait167. Ces couples égalitaires, exclusivement ouvriers et citadins, sont néanmoins marginaux.

  • 168 15 cas.
  • 169 D. Poulot, op. cit., p. 165.
  • 170 Procès-verbal de police de Sèvres : 2 septembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 a (...)
  • 171 Procès-verbal du juge d’instruction de Toulon : 25 septembre 1905, A.D., Var, 4U4 429.
  • 172 « Rapport » du mari, février 1874, A.D., Seine-et-Oise, 0489.
  • 173 Procès-verbal du juge d’instruction de Céret : 18 août 1910, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3203.
  • 174 Lettre du mari au Commissaire de Cannes : 26 avril 1924, A.D., Alpes-Maritimes, 14 363.

39Dans 1,8 % des ménages étudiés, le mari accepte, pratique illégale mais tolérée par certains employeurs, que son épouse se fasse régler ses émoluements168. « Quelques femmes de sublimes savent prendre de l’ascendant sur leur mari. Celles-là arrivent à la paie pour toucher de suite l’argent ; sans cela, il l’aurait perdu », remarque Denis Poulot169. Craignant qu’il ne dilapide son salaire, la femme et les enfants d’un ouvrier jardinier de Sèvres, « venaient attendre ce dernier chez moi » lors du paiement de la « semaine », note son patron170. 8,8 % des maris, soit 52, remettent spontanément la totalité de leurs gains, conservant seulement, et encore pas toujours, pourboires et extras. Trois veufs perpétuent même la pratique après le décès de leur femme et laissent leur fille gérer l’argent du ménage. Dans 15,1 % des cas, les conjoints optent pour un fixe correspondant aux dépenses courantes. « J’ai toujours eu pour elle une vive affection. (...) Je lui ai toujours donné suffisamment pour pourvoir aux besoins du ménage. (...) Je lui remettais de 250 à 300 francs par mois. Je payais, en outre, le loyer (...) et le vin ainsi que les dépenses d’agréement », explique un employé toulonnais, qui différentie dépenses courantes, qui sont du ressort féminin, et dépenses plus exceptionnelles que l’homme prend à son compte171. Dans 6,2 % des ménages, en revanche, c’est le principe des versements échelonnés au fur et à mesure des besoins qui prévaut. Soulignons, néanmoins, que 32 maris ont opté pour ces paiements fractionnés après des déboires pécuniaires. Un postier parisien renonce à l’allocation après que sa femme ait dépensé « à son seul profit 20 francs au lieu d’être utilisés pour le ménage ou pour habiller les enfants (...). Je ne donnais plus d’argent à ma femme, j’achetais moi même »172. « Je lui remettais chaque semaine le montant de ma paye et je ne sais où passait l’argent, elle s’endettait partout. Je fus obligé de lui remettre qu’une certaine somme par semaine pour la nourriture et de garder par devers moi de quoi payer le loyer et les dettes », raconte un employé de chai de Perpignan173. Un propriétaire cannois qui donnait l’argent « mois par mois » est, lui aussi, « amené à ne lui remettre que jour par jour pour les besoins quotidiens », car, précise-t-il, « comme chef de la communauté, j’ai dû protéger le budget familial pour éviter les dilapidations » 174. 2,2 % des époux, enfin, prennent à charge une partie des dépenses, terme et notes de fournisseurs, qu’ils règlent directement. Ces protagonistes, bons pères et bons maris, font confiance à leur épouse et il faut des dérapages sérieux pour qu’ils décident de surveiller les dépenses.

« Son mari lui remettait l’argent de sa paye mais elle devait justifier ses dépenses » 175

  • 175 Rapport médical : 17 juin 1921, A.D. Nièvre, 2U 362.
  • 176 Procès-verbal du juge d’instruction de Lyon : 20 décembre 1879, tribunal correctionnel de Lyon, aud (...)
  • 177 Procès-verbal de police d’Yssingeaux : 12 avril 1891, A.D., Haute-Loire, 2U 206(1).
  • 178 Lettre au Procureur, s. d., 1882, Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.
  • 179 Lettre du 30 juillet 1925, A.D., Meurthe-et-Moselle, WU 2153.
  • 180 Rapport du Commissaire au Procureur : 23 février 1906, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 129.
  • 181 Un seul exemple, un paysan de Saint-Bonnet (Hautes-Alpes), émigré quelques temps aux Etats-Unis, co (...)

40La liberté de gestion féminine ou le contrôle exercé par les maris sur l’usage que fait leur femme de leur argent, ne sont connus que dans 233 dossiers mais la situation à laquelle doit se soumettre cette sage-femme nivemaise, reste minoritaire. Je n’ai compté que 60 maris, soit 26 %, pour exiger des comptes. Qui plus est, souvent en pure perte comme ce Lyonnais, maître d’hôtel sur un paquebot et donc souvent absent : « je ne pouvais obtenir de ma femme qu’elle me rendît compte de l’emploi de l’argent que je lui avais laissé » 176. Un coiffeur d’Yssingeaux (Haute-Loire) n’est pas mieux écouté de son épouse : « chaque fois que j’ai voulu lui demander des comptes ou faire des observations, elle ne répond pas ou le fait grossièrement » 177. Lorsque la femme est docile, cependant, elle s’exécute. Beaucoup vivent cette ingérence comme un acte de défiance, voire une humiliation. Une journalière d’Heudebouville (Eure) y voit matière à rompre, blessée que son époux, écrit-elle, lui donne l’argent « sous a sous pour acheter du fil et de lui marquer toutes les dépenses que je faisais je ne pouvais plus y vivre » 178. Quarante ans après, la tante d’une repasseuse nancéenne exprime une identique rancœur à sa nièce : « il me reproche de me nourrir ce salaud après tout ce que j’ai fait pour lui depuis trente ans (...). Il me donne juste de l’argent pour la cuisine et encore il faut que j’inscrive mes commissions, il me dit que je le vole »179. L’opinion penche plutôt en faveur d’une large autonomie féminine. Le commissaire de Carvin loue un tourneur, « très sobre (...), très travailleur, (...) très économe », mais considère que vis-à-vis de sa femme, « il lui demandait trop souvent l’emploi de son argent » 180. Il semble, en revanche, admis que le mari soit tenu informé des engagements importants181.

  • 182 74 % des maris dont l’attitude est connue sont dans ce cas.
  • 183 Procès-verbal du juge d’instruction de Toumon : 27 mai 1896, A.D., Ardèche, 1U 560/12.
  • 184 Procès-verbal de gendarmerie de Neuvy-Saint-Sépulchre : 26 novembre 1929, A.D., Indre, tribunal cor (...)
  • 185 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 3 décembre 1896, A.D., Gard, 5U2 290.
  • 186 Procès-verbal du juge d’instruction de Toumon : 15 mars 1912, A.D., Ardèche, 1U 560/53.
  • 187 Lettre du 8 octobre 1922, A.D., Orne, Assises, 1922.
  • 188 Procès-verbal de gendarmerie de Rambouillet : 30 mai 1934, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du (...)

41Du reste, la plupart du temps, le mari qui remet ses gains à sa femme lui abandonne également ses pouvoirs de gestionnaire182. Dans un cas sur trois, pourtant, sa confiance dans les capacités de son épouse est déçue sans qu’il renonce pour autant à lui laisser gérer ses gains. Sept femmes dépensent sans compter. L’épouse d’un domestique agricole de Vion (Ardèche) a les mains percées, « dès les premiers jours de notre mariage, la désunion s’est mise dans notre ménage. Ma femme dépensait, sans que je pus savoir comment l’argent que je gagnais et que je lui remettais », rapporte son mari183. Un ouvrier agricole de Saint-Denis-de-Jouhet (Indre) règle le problème par la fuite : « j’ai quitté ma femme voilà environ un an car je ne m’entendais pas avec elle car elle est très dépensière » 184. Treize femmes vont jusqu’à faire des dettes par devers leur mari et au mépris du Code civil. Enfin et bien que l’alcoolisme féminin soit plus exceptionnel que l’ivrognerie masculine, 27 femmes en viennent à dilapider les ressources familiales pour boire. Un cultivateur de Lédignan (Gard) se résigne à la rupture pour ne pas cautionner ce penchant : « je ne veux pas voir l’argent du ménage (...) s’en aller tout entier en boisson » 185. Ouvrier agricole à Ozon (Ardèche), « B. est un brave homme, un bon travailleur qui s’empressait de remettre le produit de sa journée à sa femme qui s’en servait pour faire la noce », entendons pour s’enivrer186. Un couvreur du Bosc-Renoult (Orne) fait ses doléances à sa sœur : « elle était soule (...) des ani elle en avait pour lui hoir dépenser son argent et la mienne » 187. Quelles que soient les raisons de leurs défaillances, les observateurs critiquent toujours ces femmes gaspilleuses. Un conseiller municipal de la Boissière (Seine-et-Oise) fait l’éloge d’un maçon mais condamne l’épouse prodigue : « il remettait intégralement, je crois, sa paie à sa femme et celle-ci m’a toujours paru en faire un mauvais usage » 188.

  • 189 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 26 décembre 1890, A.D., Vaucluse, 3U4 767.
  • 190 Procès-verbal de gendarmerie du Bois d’Oingt : 11 juin 1927, A.D., Rhône, Assises, session du 5 mai (...)
  • 191 C. Germain et C. de Panafieu, La mémoire des femmes. Témoignages de femmes nées avec le siècle, Par (...)
  • 192 Voir M.-H. Zylberberg-Hocquart, « Ouvriers et romans populaires au xixe siècle » et T. Leleu, « Fem (...)
  • 193 E. Joffé-Duval : Les idées primitives de la Bretagne contemporaine, Paris, 1930, Sirey.

42Toutefois, deux fois sur trois, les épouses utilisent avec sagesse les ressources familiales. Un boulanger d’Orange fait montre de « beaucoup de bonté » pour sa femme, « la laissant libre de satisfaire ses caprices et ses fantaisies. Du reste, P. la laissait absolument libre d’acheter ce qu’elle voulait »189. « Je lui donnais tout mon argent, c’était elle qui s’occupait des achats dans le ménage », précise un domestique agricole de Ville-sur-Jarnioux (Rhône)190. Cette latitude laissée à l’épouse est lourde, néanmoins, de contraintes masquées. D’une part, la femme doit arbitrer entre les dépenses, au prix de graves difficultés lorsque les rentrées sont faibles. Ouvrière à Bordeaux, Madeleine Dissois, née en 1902, décrit bien son isolement et le poids des responsabilités assumées : « quand je voulais discuter les soucis du ménage avec lui, il disait : “Fais comme tu veux”. Les décisions, c’était à moi de les prendre. (...) Le budget, c’était moi qui le gérait » et une ouvrière parisienne soupire, de même, sur un conjoint qui « ne prenait aucune responsabilité. Il me donnait la paye en me disant ; “débrouille-toi”. (...) C’était moi qui m’occupait des enfants, des papiers, de l’argent » 191. Mais surtout, bien des ménagères sont ainsi contraintes de se restreindre. Les romans sur l’ouvrière et l’exemple d’Armentières montrent que les femmes joignent les deux bouts en se « sacrifiant » 192. Dans les années 1930 encore, les paysannes bretonnes, sous-alimentées, se contentent de restes193. L’autolimitation féminine est le revers de la souveraineté pécuniaire, d’autant plus lourde que le ministre des finances domestiques doit respecter deux règles : préserver les ressources de la famille et rétrocéder au mari son argent de poche.

  • 194 R. Hoggart, op. cit., dépeint le même état d’esprit chez les ouvriers londoniens.
  • 195 Procès-verbal de police d’Aubervilliers : 25 septembre 1878, A.D., Seine, D2 U8 153.
  • 196 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 28 février 1915, A.D., Doubs, U 3919.
  • 197 Procès-verbal du juge d’instruction de Dunkerque : 1er avril 1939, A.D., Nord, 2U 75.
  • 198 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aubusson : 3 juin 1884, A.D., Creuse, ZE/U919/3.
  • 199 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 12 janvier 1905, A.D., Sarthe, 1U 913.
  • 200 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 4 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.

43Ce dernier ainsi que son entourage considèrent, en effet, comme normal qu’il puisse satisfaire à ses menues dépenses : coiffeur, tabac, voire auberge194. L’épouse compréhensive y consent volontiers. « Il m’a demandé de l’argent, je lui ai remis 1,50 franc (...) La veille, il avait reçu 5 francs de moi », atteste une ouvrière d’Aubervilliers qui distribue l’argent à la demande195. Même habitude chez ce mécanicien de Besançon : « je lui remettais l’argent au fur et à mesure que je le touchais. (...) Si j’allais me faire raser, elle me remettait une pièce de vingt sous »196. « J’ai toujours remis à ma femme la totalité de ce que je gagnais, soit 222,50 francs par semaine », explique un électricien de Rosendael (Nord) mais ajoute-t-il, « ma femme me redonnait aussitôt 110 francs pour ma nourriture car, pendant la semaine, je travaille à Loon-Plage » 197. Les contemporains compatissent lorsque le mari bon payeur est privé d’argent de poche. 45 conjoints sont dans ce cas ou sont contraints de rendre compte de son utilisation. Certains sont obligés de quémander comme ce tuilier de Felletin (Creuse) dont la femme met la main sur le produit de sa campagne « si bien qu’il était obligé de lui demander ce dont il avait besoin et de faire des scènes pour l’obtenir » 198. Un entrepreneur en charpenterie de Mamers (Sarthe) s’avoue choqué par le comportement de l’épouse d’un ouvrier, « bien gourmande en argent » qui s’approprie le salaire du mari – « c’est elle qui le touchait et en profitait » – et qui concède sur des quinzaines de 60 à 120 francs, 30 sous pour son usage personnel199. Un journalier du Mans s’en accommode mais souligne le fait : « je lui remettais mon salaire qu’elle mettait de côté et comme elle s’occupait bien de l’enfant, je ne contrôlais pas ses dépenses. Je lui reprochais seulement de me rationner quant à l’argent des menus plaisirs » 200.

  • 201 Il ajoute : « elle me faisait manquer du nécessaire comme vêtements et lingerie ». Procès-verbal du (...)
  • 202 Selon l’abbé Gorse (Au bas pays de Limosin. Etudes et tableaux, Paris, 1896, E. Leroux, p. 180), da (...)
  • 203 Acte d’accusation : 4 mai 1882 et procès-verbal d’information devant le conseiller de la Cour d’App (...)
  • 204 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 13 avril 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.
  • 205 Maire au juge de paix : 1er juillet 1931, A.D., Pas-de-Calais, 3 U5 IX.
  • 206 Procès-verbal du juge d’instruction de Pontoise : 19 juillet 1909, A.D., Seine-et-Oise, Assises, 19 (...)
  • 207 « Mémoire » du mari, s. d., 1904, A.D., Sarthe, 1U913.
  • 208 Lettre à son mari, s. d., 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/142.

44L’obligation pour l’épouse de donner à son mari son argent de poche est universelle et perdure durant toute la période. Cultivateurs et ouvriers sont logés à la même enseigne. Humilié de ne pouvoir bavarder entre voisins au cabaret, un agriculteur de Saint-Sauveur (Hautes-Alpes), s’exclame : « elle ne me donnait rien, pas même deux sous pour boire un verre »201. Dans la paysannerie où l’esprit d’économie touche parfois au sordide, la conquête par la femme du pouvoir budgétaire, qui se généralise au xxe siècle jusque dans les régions patriarcales, débouche parfois sur une régression de la condition masculine202. Un propriétaire de Soyons (Ardèche) s’en ouvre à son voisin : « B. se plaignait à moi de l’avarice de sa femme, me disant qu’il était obligé de se cacher pour acheter même du tabac »203. Un bouilleur de cru de Saint-Maurice-lès-Charencey (Orne) va jusqu’à emprunter à ses amis : « il disait que sa femme ne voulait pas (...) lui donner de l’argent sous prétexte qu’il n’y en avait pas » 204. Quant à cet ouvrier agricole de Vieille-Eglise (Pas-de-Calais), il se heurte à un vrai complot : « Mr D. a le malheur d’avoir contre lui en son foyer familial sa femme et ses enfants qui ne peuvent tolérer que certains jours, très rares cependant, il prenne quelques consommations de plus que nécessaires. On oublie en la circonstance que c’est lui qui gagne pour toute la famille », écrit le maire indigné205. Les commerçants dont la femme tient la caisse peuvent subir les mêmes avanies. Une bouchère de Beaumont (Seine-et-Oise) est critiquée par un voisin pour son attitude rigide : « elle ne voulait pas que son mari gardât d’argent ; elle me disait : c’est moi qui paye tout et qui dirige tout ; je lui donne ce que je veux »206. « Julia m’a tenu l’argent serré », constate un employé de commerce manceau dont la femme, fille de négociants, suit les conseils maternels : « sa mère disait que c’était à la femme l’argent et non au mari »207. Lorsque l’épouse est plus riche, la tutelle s’alourdit à proportion de la contribution financière de chacun. Une rentière créole qui épouse à Marseille un simple ouvrier, lui mesure l’argent et censure sa gestion : « tiens un compte de tes dépenses, je veux tout voir à mon arrivée. J’en ai assez de te laisser faire à ta tête pour avoir des résultats comme ceux que nous avons obtenus jusqu’ici »208.

  • 209 Notes d’audience : 20 avril 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.
  • 210 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 12 janvier 1905, A.D., Sarthe, 1U 913.
  • 211 Lettre à ? : 5 janvier 1916, A.D., Yonne, 3U2 154.
  • 212 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 26 juillet 1888 et procès-verbal de police de Ma (...)
  • 213 Procès-verbal de police de Douarnenez : 20 avril 1913 et procès-verbal du juge de Quimper : 17 sept (...)

4574 femmes mariées vont plus loin. Elles considèrent leur époux comme une vache à lait et le dépouillent de tout son argent, sans lui assurer le vivre et le couvert, telle cette vigneronne d’Appoigny (Yonne) : « ma femme me vole mon bois ; elle me fait la mine ; elle me prend tout ce que j’ai ; elle ne me blanchit pas »209. « Ma femme ne savait quelle misère me faire, il lui arrivait souvent de ne pas préparer les repas à temps, je ne trouvai rien à manger en rentrant du travail. Elle est allée trouver mon patron pour lui défendre de me donner de l’argent », s’irrite un charpentier de Mamers210. Variante de guerre, le mari d’une blanchisseuse de Nœux (Pas-de-Calais) est privé de sa maigre solde : « elle a profité de tenir ménage pendants que j’étais sous les drapeaux et elle touche les locasions et elle ne m’a jamais envoyé d’argents ni de colis (...) elle fait boire avec l’un et l’autre et aujourd’hui je me séparé d’elle pour être tranquille et je demande à touché mon allocasion moi même » 211. Quelques femmes quittent même cyniquement un conjoint « ne (...) rapportant plus autant qu’autrefois », selon le mot d’une ménagère marseillaise alors que son mari, un concierge, « chaque matin, lui remettait 2,50 francs »212. Un manœuvre de Douamenez qui « ne fume pas, ne boit pas et remet son gain de 2,60 francs par jour à sa femme », est persécuté par cette dernière, déçue par ses faibles revenus : « j’ai raison parfois de maltraiter mon mari car il gagne très peu pour nourrir une famille » 213. Ces femmes se comportent, en tous points, comme les 53 maris spoliateurs, ne masquant même pas sous des protestations d’amour leur âpreté au gain.

  • 214 Histoire de la vie privée, sous la direction de Michelle Perrot, Paris, 1987, Seuil, t. 4, p. 144.
  • 215 Le pourcentage de femmes gestionnaires oscille, selon les sociologues, entre 44 % et 59 %, soit un (...)

46La norme est sans ambiguïté. Depuis le milieu du xixe siècle, « un grand nombre d’ouvriers remettent leur paye à leur femme, non sans conflit dont les ébats animent périodiquement les faubourgs » 214. En fait, lorsqu’on passe outre le stéréotype de la ménagère tenant les cordons de la bourse, la réalité financière recouvre des situations fort variées. Si un tiers des époux se conforme à l’image du bon mari, soucieux d’assurer la subsistance de sa famille, certains, peu désireux de gérer la pénurie, se débarrassent de la corvée tout en exigeant leur dû. De même, dans un cas sur dix, l’autorité féminine est dévoyée jusqu’à l’exploitation du labeur marital. En revanche, l’opinion et l’usage concordent qui optent pour une large liberté financière des femmes mariées, une sur quatre devant néanmoins rendre des comptes. Il est vrai que l’argent du ménage peut être dilapidé par maladresse ou ivrognerie. 39 % des épouses, cependant, en disposent sagement et avec l’accord du conjoint. Mais l’échec féminin doit être, me semble-t-il, réévalué à la hausse, même si le filtre judiciaire grossit la cohorte des maris défaillants215.

« Ille ne m’ a pas donné un sou depuis trois mois » 216

  • 216 Lettre, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.
  • 217 15 chômeurs ont été recensés sur les 659 maris étudiés.

47Epouse d’un mécanicien parisien et mère de dix-huit enfants, cette ménagère qui ne peut travailler avec une si nombreuse progéniture, en est réduite à mendier de l’argent auprès de ses enfants et remercie ses deux fils pour un don de dix francs « bien utile » pour s’acheter des chaussures car, écrit-elle, « j’étais nupies ». Ce lamento est commun à de nombreuses mères de famille. En effet, 70 % des maris recensés dans nos données, 413 sur 589, ne donnent pas d’argent à leur femme ou, au mieux, participent épisodiquement aux frais du ménage. Le cas des chômeurs, peu nombreux au demeurant et qui n’en peuvent mais, est particulier, encore que plus d’un n’hésite pas à dissiper les allocations et indemnités de familles nombreuses217. Les maris qui ignorent leur devoir alimentaire ne sont pas en général des gestionnaires soucieux de dépenser à bon escient. Ce sont des avares parfois, plus souvent des insouciants et des paresseux, des égoïstes enfin.

  • 218 Une dizaine de cas. L’avarice féminine existe également comme je l’ai signalé plus haut.
  • 219 Procès-verbal de gendarmerie d’Ardres : 8 mars 1885, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 962.
  • 220 Procès-verbal de gendarmerie de Joigny : 14 avril 1896, A.D., Yonne, 3U3 973.
  • 221 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 30 décembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.
  • 222 Procès-verbal de gendarmerie de Lauzès : 5 janvier 1916, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahor (...)
  • 223 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, op. cit.
  • 224 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 9 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

48L’avare sévit surtout à la campagne, tout en restant statistiquement marginal218. Quelques paysans, non contents de serrer jalousement leur argent, accusent leur femme de trop manger et vont jusqu’à la priver de nourriture. Dans une famille de journaliers de Tournehem (Pas-de-Calais), règne « une mésintelligence complète. La femme reproche à son mari de lui tenir l’argent » et ce dernier, qui surveille les provisions, la bat pour avoir consommé avec ses enfants et à son insu, un morceau de lard qu’il mesure après chaque « utilisation »219. Une vigneronne de Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne), lasse d’être maltraitée, ajoute : « mon mari me met en outre le pain et le vin sous clef » 220. Une paysanne auvergnate qui apporte en dot sa part de terres, est contrainte de demander le divorce pour mauvais traitements et « privation complète de tout moyen de subsistance » 221. Un propriétaire de Bio (Lot), aisé pourtant, refuse de la même façon d’entretenir sa femme : « mon mari ne me fournit pas depuis mon mariage le nécessaire pour moi tels que vêtements, chaussures, ni même la nourriture qui, depuis trois mois, ne se compose que de soupe et de betterave, sans vin ni piquette, ni du savon pour le lavage »222. Ces hommes durs à la tâche thésaurisent et considèrent toute consommation comme somptuaire. Rien d’étonnant qu’en Lozère, au xixe siècle, les femmes aient parfois été contraintes de mendier ou voler la nourriture à leur propre conjoint pour ne point mourir de faim223. La variante urbaine et populaire de l’Harpagon se rencontre mais à titre anecdotique ainsi pour cette ouvrière de Citroën victime d’un esprit d’économie qui a dégénéré en monomanie : « à la fin de chaque quinzaine, mon mari faisait deux parts de nos gains, l’une qu’il me remettait pour l’entretien du ménage et l’autre qu’il mettait de côté pour économiser. Peu lui importait qu’il n’y eût pas assez pour manger, il fallait d’abord économiser. C’était sa marotte ! » 224. L’avarice perdure durant toute la période. Néanmoins, le mauvais mari dilapide plutôt qu’il n’économise son salaire.

  • 225 Dont 53 vont jusqu’à se laisser entretenir par leur femme, comme nous l’avons noté plus haut.
  • 226 Procès-verbal du juge de paix de Ligny : 2 juin 1879, A.D., Meuse, 18U 90.
  • 227 Procès-verbal du juge de paix de Montmorency : 14 octobre 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal corre (...)
  • 228 Réquisitoire : 23 mars 1892 et procès-verbal de police de Paris (porte Saint-Martin) : 21 janvier 1 (...)
  • 229 « Mon journal », 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/139.
  • 230 Lettre au Procureur : 16 février 1936, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

4921,7 % des conjoints ne rapportent pas d’argent à la maison parce qu’ils n’en gagnent pas et ils n’en gagnent pas par manque de goût pour le travail. J’ai recensé ainsi 198 paresseux225. Cette situation est toujours conflictuelle. « Nous vivions en assez mauvaise intelligence à cause que mon mari n’aime pas le travail », déclare la femme d’un opticien de Ligny (Meuse) qui résume une opinion banale226. « Quand l’argent que j’avais amené dans le ménage a été mangé, les difficultés ont commencé », raconte l’épouse d’un tonnelier de Montigny-lès-Cormeilles (Seine-et-Oise), qui se résigne à le quitter avec ses enfants parce que, dit-elle, « nous mourions de faim » 227. Autre milieu mais même conflit, un industriel parisien qui dirige l’une des usines familiales, dépense son argent avec des « filles » et rationne son épouse, « il donne à peine à sa femme de quoi se vêtir, lui fait des scènes pour une robe, un chapeau ». Aussi, lorsqu’après avoir escroqué son propre père, il se retrouve sans ressources et sans emploi, sa femme au désespoir le prévient-elle que « s’il ne trouvait pas d’ouvrage, elle se déciderait à le quitter »228. Dans un mémoire qu’elle intitule « Mon journal », une épicière de Salon (Bouches-du-Rhône) décrit l’enfer des femmes unies à un paresseux congénital : pendant les deux premières années de leur union, écrit-elle, « nous étions avec ma mère, rien ne nous manquer ». Ils vivent ensuite un an durant sur l’argent qu’elle a placé à la Caisse d’épargne. Une fois ces 5 000 francs épuisés, le mari se résigne à créer une entreprise de battage mais il gère mal son affaire et gagne trop peu « pour me replacer l’argent qu’il m’avait mangé ». Son épouse lui conseille alors de liquider son fonds, de vendre le matériel, de rembourser ses dettes et de lui donner le surplus : « je l’ai décidé à acheter un magasin car je me disais que lui en me gagnant une petite journée, moi de mon coté le magasin, j’aurais toujours du pain pour mes enfants ». L’épicerie prospère – « j’aggrandissais mon commerce » – mais le mari se prélasse si bien que sa femme finit par perdre patience : « je lui ai dit de se mettre au travail que ça ne pouvait plus durer ainsi que j’en avais assez d’avoir les enfants à charge qu’au moins il me gagne sa nourriture » 229. Mère de cinq enfants et sans profession, une jeune femme dénonce de même son mari, brocanteur à Warluzel (Pas-de-Calais) : « se tun y vrogne brutal jamé y veu travaillé ge suis obligé d’envoyer mes enfant demandé une morceau de pain » 230.

  • 231 Procès-verbal du juge de paix de Beaurepaire (Isère) : 17-18 mai 1911, A.D., Drôme, 4U 496.
  • 232 Procès-verbal de gendarmerie de Jouy-en-Josas : 22 juillet 1873, A.D., Seine-et-Oise, 0475.
  • 233 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 28 décembre 1881, A.D., Nord, 2U 155/465.
  • 234 Lettre, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.
  • 235 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 3 juillet 1926, A.D., Yonne, 3U3 1082.
  • 236 Procès-verbal du juge de paix du Pellerin (Loire-Inférieure) : 7 septembre 1922, A.D., Meurthe-et-M (...)

50Toutefois, le cas le plus fréquent qui réunit plus de 60 % des mauvais payeurs, est celui du mari qui ne donne pas d’argent à sa femme pour satisfaire d’abord ses besoins, quand ce n’est ses fantaisies. Certains sont plus irresponsables que méchants. Un paysan de Lapeyrouse (Drôme) pèche par inconstance : « G. parfois donnait de l’argent pour le ménage comme d’autrefois, il ne donnait rien »231. La plupart, néanmoins, agissent en connaissance de cause comme cet agriculteur de Jouy (Seine-et-Oise) qui « dépense tout l’argent en dehors de son ménage, de sorte que sa femme et ses enfants subissent les plus dures privations » 232. Ceux-là se gobergent sans s’émouvoir de la sous-alimentation de leurs proches tel ce sabotier de Bavay (Nord) dont « la malheureuse femme mangeait du pain sec pour laisser la viande à son mari. Quand il allait à la sucrerie, il a gagné jusqu’à 130 francs par mois et il laissait à peine 30 francs à sa femme et le surplus, il le gardait pour boire » 233. La journalière d’Heudebouville fustige l’hédonisme d’un mari exigeant : « pour lui, il lui fallait des plats entiers de viande et moi et mes pauvres enfants, nous étions obligés de manger du pain sèche et de l’eau et il me disait que c’était assez pour nous et que cétait lui le gagnait et qui devait le dépenser »234. Situation inchangée un demi siècle plus tard. « Lorsqu’il touche le peu d’argent qu’il gagne », un bûcheron du Perreux (Yonne) « le dépense sans compter et laisse sa femme ainsi que ses deux enfants en bas âge sans nourriture et sans vêtements »235. « Il s’attribuait le plus souvent le meilleur de la nourriture et de la boisson », a remarqué la voisine d’un forgeron d’Indret (Loire-Inférieure)236.

  • 237 Lettre à ? : 6 mai 1914, A.D., Ardennes, 4U 294/2.
  • 238 Renseignements par le maire : 30 juillet 1893, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 972.
  • 239 Procès-verbal du juge d’instruction de Baume-les-Dames : 3 février 1896, A.D., Doubs, U 4612.

51Quelques hommes cèlent même leurs activités pour disposer librement de leurs gains. Ainsi, bien qu’elle ait épousé un prospère courtier en assurances, une femme de ménage de Noyon (Ardennes) doit travailler, faute de contrôler les gains de son époux : « mon mari ne me rapportait pas assez pour vivre (...). J’ignorais où il allait, (...) il ne me rendait aucun compte des affaires qu’il faisait »237. D’autres exploitent à des fins identiques le bon cœur de leur belle-famille et se reposent sur elle comme ce manouvrier de Berlencourt (Pas-de-Calais) : « il ne lui rend rien ou peu, sa femme est nourrie par ses parents à elle »238. Un domestique agricole de Passavant (Doubs) tire profit d’avoir épousé une fille de propriétaires : « mon mari n’a jamais voulu acheter quoi que ce soit pour vêtir les enfants et moi et ce sont mes parents qui m’ont fourni cela depuis le mariage »239.

  • 240 Procès-verbal de police de Lyon : 21 avril 1882, A.D., Ardèche, 1U 526.
  • 241 Procès-verbal du juge d’instruction de Tonnerre : 24 juin 1876, A.D., Yonne, 2U 143.
  • 242 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 25 janvier 1880, A.D., var, 4U4 323.
  • 243 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 18 juin 1929, A.D., Bas-Rhin, Assises, 1929.
  • 244 6,3 % des épouses de mauvais payeurs sont, en effet, maltraitées, le plus souvent par un alcoolique (...)
  • 245 Procès-verbal du maire de Gault : 27 avril 1905, A.D., Marne, 8U 686.

52Mais l’égoïsme marital est d’abord dicté par l’alcoolisme. 35 % de tous les maris mauvais payeurs succombent à l’ivrognerie et celle-ci explique 58 % des défaillances financières. Le dérapage peut être occasionnel. Un ouvrier de Privas passe pour un « bon travailleur et portait le fruit de son travail dans le ménage ; mais quand il se mettait à boire, il reprenait l’argent qui était à la maison et faisait la noce pendant sept à huit jours et ne rentrait à l’atelier que quand il avait tout dissipé » 240. Le plus souvent, cependant, il s’agit d’ivrognes d’habitude qui font le malheur de leur famille. Une manouvrière de Cruzy-le-Châtel (Yonne) se plaint « de ce que son mari la rendait malheureuse ; de ce qu’il ne faisait aucune économie ; elle disait qu’il était toujours en ribotte » 241. Un menuisier toulonnais qui gagne, en 1880, la coquette somme de 120 francs par mois est un ouvrier laborieux mais « malgré ce chiffre rémunérateur, la plus grande misère régnait dans sa famille où le pain manquait bien souvent. Tout son argent passait aux excès de boisson, en vin, alcool, absinthe »242. « Les époux B. sont en désaccord parce que l’homme boit et ne travaille pas et ne donne pas d’argent à sa femme », récite le voisin de journaliers strasbourgeois243. La femme peut encore s’estimer heureuse si, en sus, elle n’est pas battue244. Une raccommodeuse de sacs d’Epernay (Marne) rapporte ainsi que son époux « dépensait à boire tout ce qu’il gagnait et ne me rapportait pas d’argent à la maison. (...) Lorsque je lui en réclamais, il me querellait toujours et me frappait s’il était ivre » 245.

  • 246 4,8 % des mauvais payeurs sont des joueurs et 14,4 % sont adultères. Procès-verbal du juge d’instru (...)
  • 247 Procès-verbal du juge d’instruction de Riom : 29 juillet 1882, A.D., Puy-de-Dôme, U 010851.
  • 248 Procès-verbal du juge d’instruction de Cahors : 15 juin 1896, A.D., Lot, tribunal correctionnel de (...)
  • 249 Procès-verbal de police de Lyon : 23 janvier 1925, A.D., Rhône, tribunal correctionnel de Lyon, aud (...)
  • 250 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U4 322.
  • 251 Renseignements de la police au Procureur : 20 novembre 1893, A.D., Vaucluse, 2U 566.
  • 252 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 12 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.
  • 253 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue, op. cit., p. 14.

53Enfin, un mauvais payeur sur cinq gaspille son argent au jeu ou avec des maîtresses quand il ne cumule pas les défauts comme le mari de cette cigarière parisienne : « il était coureur, dépensait presque tout ce qu’il gagnait au cabaret (...) et découchait souvent. Il voulait jamais me donner de l’argent » 246. L’irruption d’une rivale peut remettre en cause la bonne entente pécuniaire du couple. « Vous croyez que ce n’est pas désolant, reprit-elle, il me prend quelquefois 200 ou 300 francs, s’en va chercher du vin, il reste quelquefois trois ou quatre jours sans rentrer et revient sans le sou », après avoir festoyé avec une femme mariée, confie à un ami une paysanne de Gignat (Puy-de-Dôme)247. « Autrefois, mon mari me remettait l’argent qui provenait de son travail, c’est moi qui payais les traites et tous les frais. (...) Depuis qu’il entretient des relations avec la veuve G., il ne me remet que le strict nécessaire », gémit la femme d’un menuisier cahorsin, déchue de ses anciens privilèges248. « J’ai quitté mon mari parce qu’il avait une maîtresse à laquelle il donnait l’argent qu’il devait me remettre », précise une couturière lyonnaise249. 17 femmes mariées sont victimes de la passion du jeu qui dévore leur conjoint et dissipe ses revenus. Ces joueurs se retrouvent dans tous les milieux. Cultivateur à Lorgues (Var), « M. mangeait tout son argent soit au jeu soit à boire et (...) laissait sa famille manquer de tout » 250. Un voyageur de commerce avignonais dépense son argent en « soupers fins et surtout au jeu », allant jusqu’à voler à sa femme des valeurs qui lui appartiennent en propre251. Un journalier du Mans fait son mea culpa : « j’ai eu tort de dépenser à boire et au jeu une partie de mon salaire et je crois que si je n’avais pas eu ce tort, on aurait pu être heureux »252. Comme le résume une O.S. de la métallurgie, en réponse aux critiques de sa cousine sur ses deux divorces, « elle aurait vécu comme moi avec des ivrognes ou avec des cavaleurs de cotillons qui bouffaient leur paye, eh bien, elle aurait fait comme moi »253. Le « vice » comme l’on dit encore au xixe siècle, avec son trio infernal : boisson, jeu, débauche, motive dans près de trois fois sur quatre le défaut de contribution masculine au budget familial.

  • 254 Procès-verbal de gendarmerie d’Ecommoy : 3 avril 1930, procès-verbal du juge d’instruction du Mans  (...)
  • 255 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 15 mai 1880, A.D., Gard, 7U6 665.
  • 256 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 12 juillet 1935, A.D., Haute-Vienne, 3U 853.

54Seuls une dizaine de maris tiennent la dragée haute à leur femme pour exercer sur elle leur pouvoir, voire souligner le statut inférieur qu’ils lui réservent. Un hôtelier de Mansigné (Sarthe) qui reproche à son épouse de sortir « d’une famille de pouilleux », en fait d’une famille d’honorables cultivateurs mais « qui n’ont jamais prospéré », « ne remettait aucun argent à sa femme, lui disant qu’elle n’avait rien chez lui » 254. On rencontre, également, à la campagne surtout, quelques ménages où la dépendance financière concerne non la femme mais le couple. Il s’agit de jeunes mariés entretenus par les beaux-parents en attendant l’héritage ou la transmission des biens. « Mon beau-père était le maître dans le ménage et nous lui rendions compte même de nos plus petites dépenses », raconte une paysanne de Saint-Privat-des-Vieux (Gard) qui se découvre ruinée par les manœuvres malhonnêtes de celui-ci255. En 1935 encore, une ouvrière de Limoges peint la soumission de son mari à sa mère qui les héberge : « mon mari remettait (...) ses salaires et les miens et celle-ci nous nourrissait et nous entretenait » 256. Ce sont là, cependant, des survivances.

  • 257 « Pendant son sommeil, elle dissèque les vêtements, une pièce de cinq francs en or est facile à cac (...)
  • 258 Voir sur ce point chapitre 13.
  • 259 Les ouvriers mauvais payeurs constituent 33,2 % des maris ouvriers étudiés.
  • 260 24 % de paresseux contre 22,4 % pour l’ensemble des mauvais payeurs.

55Les femmes affrontent seules leur mari pour obtenir l’argent du ménage. Lorsqu’elles ont épousé un mauvais payeur, elles multiplient les réclamations pour obtenir gain de cause. 16,5 % font des scènes très vives au conjoint défaillant et 40 % de ces derniers, pris en faute, se mettent en colère. 60 % de ces couples où l’argent fait défaut, sont déchirés par des litiges quasi quotidiens. In fine, les femmes s’avèrent impuissantes à contrôler le salaire du mari rétif. La compagne du Sublime, l’ouvrière madrée, qui lui subtilise l’argent caché dans la casquette, est une figure essentiellement rhétorique257. Confrontées au refus, les ménagères se résignent à travailler ou bien quittent un mari qui représente une charge plus qu’un soutien, quand elles ne cherchent pas un compagnon plus aimable et surtout plus généreux258. L’argent est donc la colonne vertébrale des ménages. Mais l’obligation légale d’assurer à l’épouse la satisfaction de ses besoins n’y est pour rien. C’est de survie dont il est question, surtout chez les salariés modestes, d’où l’âpreté des affrontements. L’étude de l’affectation des revenus masculins conduit à tempérer l’optimisme de Le Play. L’ouvrier n’est nullement un modèle qui déléguerait à sa femme les fonctions budgétaires. Il n’est pas meilleur payeur que les autres maris259. Il serait même plus fréquemment enclin à la paresse260. Quant aux paysans, malheureusement sous-représentés, 19 seulement sur les 84 recensés, remettent l’argent à leur femme : avarice et direction masculine de l’exploitation rendent compte du statut défavorable réservé, en apparence, aux paysannes, car l’autoconsommation et les productions proprement féminines brouillent les cartes.

56Quant à la gestion du patrimoine, elle obéit à des logiques individualistes, très éloignées du Code civil dont les dispositions sont manifestement méconnues.

Le mari chef de la communauté ou le chacun pour soi ?

  • 261 Les tractations notariales qui précèdent les noces sont le plus souvent passées sous silence par le (...)
  • 262 L’article 1401 stipule que font partie de la communauté, sauf dispositions contraires, le mobilier (...)
  • 263 Articles 1437 et 1444 du Code civil. Sont déduites de cette part les « récompenses », c’est-à-dire (...)
  • 264 Article 1428 du Code civil.
  • 265 Article 1538.
  • 266 Article 1549.
  • 267 Article 1428.
  • 268 Lettre, s. d., 1920, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 495.
  • 269 Sur ces 57 dossiers, on compte 43 communautés, 2 communautés réduites aux acquêts et 12 régimes dot (...)
  • 270 Article 1393 du Code civil.
  • 271 T. Zeldin dans Histoire des passions françaises, Paris, 1978, Recherches, relève qu’entre 1835 et 1 (...)

57Les pouvoirs dévolus au mari en matière de gestion patrimoniale sont considérables, quel que soit le régime matrimonial adopté par les conjoints261. Lorsque les époux sont mariés sous le régime de la communauté, le mari en est légalement le chef et l’administre souverainement262. La femme ne recouvre sa part, lors d’une séparation, qu’en cas de dissolution de la communauté263. De plus, les biens héritées par l’épouse dans le cadre du mariage lui appartiennent certes, mais sont administrés par son mari en son nom264. Le mari ne peut, toutefois, aliéner tout ou partie de la communauté et a fortiori, les biens propres de sa femme, sans son consentement écrit. Lorsque les époux ont choisi la séparation de biens, la femme administre ses avoirs en toute liberté mais, d’une part, elle doit contribuer au budget du ménage jusqu’à concurrence du tiers de ses revenus, et d’autre part, le consentement de son mari est requis en cas de vente ou donation265. Enfin, lorsque la femme apporte une dot, c’est son conjoint qui en a la jouissance266. Le Code civil considère bien la femme mariée comme une mineure sous tutelle pour tout acte aliénant son patrimoine, et comme une incapable pour la gestion courante de sa fortune. Mais inversement, il protège scrupuleusement ses biens et rend le mari responsable sur son patrimoine personnel de l’avilissement de la fortune de son épouse267. Or, ces dispositions rédigées pour la bourgeoisie possédante s’adaptent mal à la majorité des couples. Dans les milieux modestes, la communauté se réduit au linge, au mobilier, à l’argent liquide et, dans le meilleur des cas, à un livret de la Caisse d’épargne. A l’évidence, les enjeux entre l’héritière de 100 000 francs et l’épouse qui apporte son seul trousseau ne sont pas comparables. En 1920, cette tailleuse marseillaise et son mari possèdent en tout et pour tout 180 francs que la femme, dans sa lettre d’adieu, répartit équitablement : « Cher Eugène ! je te laisse cent francs et garde 80 pour mes besoins » 268. Les époux recensés dans la base de données ne mentionnent pas, sauf dans 57 dossiers, le régime matrimonial qu’ils ont choisi269. Ce n’est pas trop s’avancer, cependant, que de soutenir la prééminence de la communauté, puisqu’elle s’impose automatiquement en l’absence de contrat notarié et que, faute de fortune personnelle, la majorité des protagonistes ont renoncé à un régime plus élaboré et protecteur270. Au reste, avec le recul du régime dotal, le choix se pose surtout entre la communauté et la séparation de biens271.

  • 272 Il va de soi que dans ce sous-ensemble, la part des plus aisés dépasse la moyenne des couples réuni (...)

58Dans les faits, la gestion du patrimoine est moins souvent évoquée que les problèmes quotidiens du budget familial. Il n’y a là rien que de très normal, car la location, la vente ou l’achat d’un bien sont exceptionnels. De plus, les archives judiciaires ne lèvent le voile qu’en cas de litiges, le plus souvent lorsque le couple se disloque. Nous ne disposons ainsi que de 317 dossiers sur ce sujet272. La séparation ou le divorce mettent alors à jour les effets de l’administration maritale et la définition par chaque conjoint de ses possessions. L’état des lieux ainsi dévoilé est souvent aux antipodes d’un Code civil ignoré des acteurs sociaux. En effet, les épouses se révèlent à la fois très attachées à leurs possessions, soucieuses d’en disposer à leur guise mais aussi fort capables de les gérer au mieux de leurs intérêts.

« J’administre très bien ma fortune »273

  • 273 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 18 juillet 1891, A.D., Gard, 7U6 65.
  • 274 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 18 août 1884, A.D., Gard, 7U6 65. Le frère du défunt (...)
  • 275 Procès-verbal du juge d’instruction de Riom : 18 juillet 1882, A.D., Puy-de-Dôme, U 010851.
  • 276 Lettre du 21 avril 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.
  • 277 Lettre du 7 avril 1877, recopiée dans un procès-verbal de la police de Louviers du 25 décembre 1877 (...)

59Cette affirmation d’une rentière nîmoise, une veuve que son fils veut faire interdire pour incapacité, atteste l’habitude chez les femmes aisées de manipuler titres et valeurs, de négocier baux et ventes. Ces épouses ont été souvent initiées aux arcanes financières par leurs parents ou leur mari. Une rentière d’Alès qui fait l’historique de sa fortune et détaille son emploi depuis qu’elle est veuve, « mon mari et moi avons gagné de l’argent en gérant le cercle du commerce pendant près de trente années (...). J’ai quelque fortune, assez de fortune pour vivre à ma guise ; j’ai des valeurs du Crédit Mobilier, du Crédit Foncier et quelques rentes sur l’Etat », souligne ainsi que son mari a fait son instruction : « il m’amena à Alais au Crédit lyonnais pour m’apprendre de quelle manière on retirait les coupons » 274. Dans ce cas, la gestion des biens communs et propres est souvent partagée. « Ma femme et moi étions d’accord pour ces sortes d’affaires. Lorsque j’avais quelque argent à la maison, elle en disposait comme moi » et comme elle sait écrire, elle signe seule les billets à ordre, précise un cultivateur-aubergiste de Riom275. Un cultivateur de Lempdes (Puy-de-Dôme), ivrogne et brutal, qui cherche à se réconcilier avec sa femme, tente de l’appâter financièrement : « pour quand à nos biens (...), je suis résolus à ne faire absolument rien au sujet de nos biens sans tes ordres » 276. De même, certains maris comme ce corroyeur de Louviers, désireux de reprendre sa liberté, acceptent de renoncer à leurs droits : « je consens que ma femme prennent tout ce qui lui appartient dans la maison (...) je la laisserai libre de toutes ses actions, je ne lui réclamerai rien en ce qui concerne le mobilier »277.

  • 278 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 22 octobre 1879, A.D., Seine, D2 U8 88.
  • 279 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 1er mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 156.
  • 280 1912, A.D., Cantal, 77 U 5.
  • 281 Lettre, s. d., A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/12..

60Il est aussi des femmes qui gèrent leur fortune à leur guise et sans en référer à leur mari. Un gardien de la paix parisien qui se marie à une employée du Crédit Agricole plus fortunée, n’en tire aucun profit, souligne-t-il, car « elle ne me tenait pas au courant de ses affaires et elle ne me donnait rien » 278. De même, une concierge parisienne ne mentionne pas ses avoirs lorqu’elle épouse en secondes noces un garçon de café : « il n’a jamais été fixé sur ma situation de fortune car j’ai toujours eu la prudence de lui dire que je n’avais pas grand chose » 279. La loi est allègrement violée dans tous ces cas et lorsque des tiers exigent qu’elle soit respectée, les femmes s’irritent de devoir s’y plier. Une épicière de Salers (Cantal) qui a congédié un époux paresseux, se décide à divorcer en 1912 lorsque la Caisse d’épargne exige la signature de ce dernier pour retirer son propre argent280. La rentière créole déjà citée s’inquiète du retard subi dans ses affaires puisque, écrit-elle, « sans ton autorisation, je ne puis rien faire » 281.

  • 282 H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Flandre, Ar (...)
  • 283 F. Zonabend, La mémoire longue, Paris, 1980, PUF.
  • 284 L.F. Sauvé, Le folk-lore des Hautes Vosges, Paris 1889, Maisonneuve et C. Leclerc.
  • 285 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, A.R. de Ru (...)
  • 286 Les Cévennes, de la montagne à l’homme, sous la direction de P. Joutard, Toulouse, 1981, Privat.
  • 287 J.-M. Delord, La famille rurale dans l’économie du Limousin, op. cit., p. 57.
  • 288 Voir sur ces luttes, E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, op. cit. En Margeride, « c’e (...)
  • 289 Y. Brekilien, La vie quotidienne des paysans en Bretagne au xixe siècle, Paris, 1966, Hachette, p.  (...)
  • 290 17 cas seulement ont été retrouvés.
  • 291 Procès-verbal du juge d’instruction de Bourganeuf : 7 août 1885, A.D., Creuse, ZE/U922(1).
  • 292 Lettre du 1er septembre 1918, A.D., Orne, Assises, 1918.
  • 293 Procès-verbal de gendarmerie de Ribérac : 25 avril 1918, A.D., Dordogne, 12 U 206.
  • 294 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 21 novembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

61A la campagne, les femmes donnent toujours leur avis sur les transactions importantes. Elles sont présentes chez le notaire. En Picardie, « chez, les cultivateurs aisés, le mari ne contracte guère un engagement, afferme ou achète rarement de terre, ou même seulement une tête de bétail, sans avoir pris l’avis de celle qu’il regarde comme son associée et conseil » 282. A Minot, hommes et femmes décident des grandes orientations concernant l’exploitation et le patrimoine même si l’homme se charge apparemment des relations avec l’extérieur283. Dans les Vosges, seules les apparences sont sauves : « – Qui dirigera le ménage ? Le mari mais après entente avec sa femme » 284. Il en est également ainsi dans la France patriarcale du Midi. « Chez les Basques, le mari consulte sa femme lorsqu’il s’agit de vendre ou d’acheter »285. Dans les Cévennes, la femme se tient ostensiblement au second plan mais le mari ne peut procéder à un acte de mutation sans son aval et après 1914, il ne s’y risquerait pas286. Quant à la paysanne limousine, « elle est bien telle que la représentent les comédies locales et les dictons patois : elle a le verbe haut et un sens aigu des affaires » 287. Le contrôle des clés, enjeu parfois de luttes féroces comme en Lozère, symbolise ce pouvoir patrimonial288. Bref, comme le dit Yves Brekilien, fût-ce avec quelque exagération, « derrière la façade du patriarcat se cachait une réalité qui était plutôt de type matriarcal. L’homme plastronnait, présidait la table, donnait les ordres mais les décisions importantes – achat d’un champ, vente d’une vache, procès – (...) étaient prises par la “patronne”. (...) C’était la femme qui “était dans ses meubles” qu’elle apporte du reste » 289. Les femmes interviennent, en particulier, lorsque l’héritier ou l’enfant unique se marie pour que le contrat règle, outre le régime matrimonial, le devenir de l’exploitation et s’accompagne d’une donation-partage290. Une propriétaire de Sardent (Creuse) boude son mari depuis qu’il s’est refusé à cet abandon : « au moment du mariage de ma fille j’ai engagé mon mari à se démettre en faveur de notre fille de tout son bien et à se réserver une pension ; son état de santé ne lui permet pas de cultiver ; (...) je lui donnais ce conseil parce que je pensais que cela était plus avantageux pour lui et pour notre enfant. Il n’a pas voulu donner son bien ; il lui a promis par contrat 600 francs. Je trouvai la somme minime parce ma fille qui est restée treize ans nous a donné tous ses loyers pour nous aider »291. A fortiori, lorsque la femme est séparée de biens, le mari respecte sa liberté d’action, voire en cas d’inégalité des fortunes, se soumet à son autorité, nous l’avons vu. Un cultivateur de Saires-la-Verrerie (Orne) écrit à son épouse qui vient de vendre son « bien », « si c’est ton droit, je n’ai rien à dire fait comme tu voudrais » 292. Au reste, lorsque la femme refuse d’aliéner un bien propre ou commun, le mari ne peut que s’incliner. Il n’ignore pas, comme son épouse, les limites imposées au chef de famille. Une journalière de Montpon (Dordogne) ne se laisse pas affecter par la colère de son conjoint et refuse une signature « concernant mes affaires », car « ce fait était contre ma volonté » 293. Plus timorée, une paysanne de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme) connaît ses droits mais craint de céder à la force : « elle avait peur que son mari lui fasse signer quelque chose pour s’emparer de ses biens »294.

62Les épouses sont donc informées des affaires patrimoniales et se déterminent souvent avec une compétence égale à celle des hommes. Les bons maris, en ville comme à la campagne, n’entreprennent rien sans leur accord. L’administration des biens est partagée même si les notaires exigent le respect des formes juridiques. Dans les milieux populaires urbains, cependant, la coresponsabilité est souvent remplacée par l’exercice unilatéral du pouvoir patrimonial en dehors de toute légalité. Et à ce jeu, les femmes sortent plus souvent gagnantes que les hommes.

« Elle ma volez 410 francs et du linge »295

  • 295 Lettre au Procureur : 11 mars 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 495.
  • 296 Il s’agit évidemment de couples désunis. 18 % des dossiers sont extraits d’affaires de divorces et  (...)

63C’est sous cette forme imagée que les maris modestes, ici un maréchal-ferrant du Touvet (Isère) marié à une couturière, expriment une vision étroitement individualiste de la propriété que partage leur épouse296.

6468,6 % des femmes mariées disposent sans contrôle de tout ou partie des biens communs. C’est au moment de la rupture, souvent lors du départ, que celles-ci révèlent leur prépotence en s’emparant d’une large part de la communauté. 23,3 % considèrent que l’argent liquide conservé à la maison leur appartient. 14,5 % estiment que le linge et le mobilier leur reviennent de droit et 22 % emportent valeurs, argent et objets divers. Elles opèrent une dissolution « sauvage » de la communauté, ignorant qu’il faut une décision judiciaire pour effectuer son partage entre les deux conjoints et que jusqu’à la séparation légale, le mari reste seul maître des « fruits et revenus » ainsi que des objets mobiliers. Le Code civil est donc journellement violé chez les salariés comme chez les artisans et les petits commerçants. L’indifférence juridique tranquille dans laquelle vivent ces familles révèle la logique originale qui les guide. Dans ce cadre, les femmes ont acquis du pouvoir quand elles ne l’ont pas entièrement confisqué. Les hommes s’alignent sur leur raisonnement, se bornant à l’inverser en leur faveur.

  • 297 Lettre à sa femme : 13 avril 1871, op. cit.
  • 298 Lettre au Procureur : 29 juin 1872, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 410.
  • 299 Lettre du mari au Procureur : 1er juillet 1883, A.D., Puy-de-Dôme, U 02332.
  • 300 Lettre du mari : 18 décembre 1884, A.D., Seine, D2 U6 72.
  • 301 Lettre du mari à ? : 7 avril 1892, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1890-18 (...)
  • 302 Lettre au procureur du Mans, s. d., 1930, A.D., Pas-de-Calais, audience du tribunal de Béthune du 1 (...)
  • 303 Mémoire au juge, s.d., 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.
  • 304 Lettre du mari au Président du tribunal : 5 mai 1914, A.D., Seine, D2 U6 191.
  • 305 Traduction griffonnée au dos d’une enveloppe d’une lettre en allemand, s. d., 1923, A.D., Bas-Rhin, (...)

65Chacun considère, en effet, que lui appartient ce qu’il a acheté de ses deniers avant ou pendant le mariage. Le maréchal-ferrant précité s’indigne que sa femme se soit emparé de l’argent destiné à l’achat d’une « méson » et ce, pour faire bombance avec un amant : « qui exqui la nourrir padant cetant la je crois bien que cest mont nazent que tu ma volez (...) pour nourir un crocant », sans songer un instant, néanmoins, à se poser en chef de la communauté297. Même complainte chez un cultivateur marseillais, également trompé et spolié, car sa femme, écrit-il, « a profité de son absence pour enlever de la maison l’argent qui s’y trouvait (...) plus tout le linge de sa convénance. (...) L’exposant [est] désireux de recouvrer le linge qui ont enlvé ainsi que l’argent de ses économies » 298. Le sentiment de propriété de chaque conjoint s’exprime par l’utilisation systématique du pronom possessif à la première personne qui exclut toute notion de patrimoine commun. Un haleur de bateaux roannais se plaint que sa femme, une débitante, ait emporté 300 francs ainsi que « la meilleure partie de mon mobilier » 299. Un boulanger de Périgueux s’indigne de ce que la sienne ait vendu « mon mobilier et mon linge », bref « tout ce qui m’appartenait » 300. « Elle a quité le domicilie conjugal et que et partis avec une autre individus en Emportant tout mon mobilier elle ne ma rien laissé du tout », se lamente un commis-laitier d’Ermont (Seine-et-Oise)301. « Le 8 au matin, je rentrais chez moi et eu la désagréablement surprise de voir que la majeure partie de mon mobilier avait été enlevé par ma femme et Gaston W. partis ensemble », signale un ouvrier d’Auchy (Pas-de Calais)302. De fait, comme le soulignent de nombreux époux, lorsque la femme n’exerce aucune profession, les biens communs ont été acquis sur les gains du mari, particulièrement frustré d’en être dépossédé. Avant de se marier, explique ce piqueur de bottines de Bagnolet, il avait acheté un « petit ménage », et sauf « armoire à glace et (...) lit en bois (...), je l’avais avant de me marié (...). Je ne crois pas qu’en demandant sa séparation, elle a le droit de me mettre sur le pavé » 303. Un veilleur de nuit parisien raconte que son épouse a emporté l’argenterie, la salle à manger, la chambre à coucher, ne lui laissant qu’un lit, une table et la cuisinière, que, de plus, elle s’est fait remettre par son patron son salaire mensuel, soit 125 francs, alors que, selon lui, « ma femme n’avait rien que son tablier blanc lors de notre mariage »304. « J’étais trop bon pour cette femme rusée. (...) C’est moi qui as acheté et payé la maison car tout ce qu’elle avait elle l’avait de moi et maintenant elle veut me jetter dehors mais cela ne sera pas », décrète un agriculteur d’Haguenau (Bas-Rhin)305.

  • 306 Plainte, s. d., 1875, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1875.
  • 307 Lettre au Procureur : 2 mars 1893, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1893.
  • 308 Lettre du 8 novembre 1901, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, juin-décembre 1901.
  • 309 Lettre au Procureur : 12 décembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909. Rappelons que si (...)
  • 310 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Vallier : 7 mars 1926, A.D., Drôme, UP 1010.

66Ces lettres éplorées et vindicatives attestent le plus souvent la minceur du « patrimoine ». « Je suis resté sans aucune ressource pour faire élever mes enfants », fait écrire un tisserand de Bourgtheroulde (Orne), privé de son « ménage » qui se compose de 3 draps, 4 serviettes, 12 mouchoirs, 6 cuillères, 6 taies, d’une paire de boucles d’oreille et d’une broche en or306. « Il m’ont dérobé trois poules », dénonce un charbonnier des Baux de Breteuil (Eure) dont la femme s’est enfuie avec son amant307. Un domestique de Wigné (Indre) supplie son épouse de reprendre la vie commune tout en gardant les pieds sur terre : « rend moi les deux bague qui ton servi au mariage et l’argent que ma emporté », à savoir 35 francs308. Les plus vindicatifs rédigent de longs inventaires chiffrés. Le mari d’une fileuse de Troyes porte plainte parce que lors de son incarcération, sa femme « sans l’assistance de personne », c’est-à-dire sans l’autorisation effectivement indispensable du juge, a vendu son mobilier d’une valeur de 375 francs, dont « un lit en noyer massif » et son sommier pour 150 francs, « la table ronde à pieds tournés », achetée 25 francs, « un bon fort édredon » estimé 50 francs...309 Ce protagoniste est l’un des treize conjoints à déposer une plainte pour vol contre sa propre femme, alors que d’après l’article 380 du Code pénal, il ne saurait exister de vol entre époux. Seul, un charbonnier de Saint-Vallier (Drôme) n’ignore pas mais regrette cette disposition légale : « je sais que je ne puis porter plainte pour vol contre ma femme » 310.

  • 311 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 27 septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.
  • 312 S.d., 1926, A.D., Haute-Vienne, 3U 817.

67Reste que de nombreux hommes ressentent ces déménagements comme une spoliation. La justice hésite entre droit et sens commun comme en témoignent deux exemples limousins. « J’ai été me plaindre au commissaire de police de ce que ma femme m’avait quitté et de ce qu’elle avait emporté tout ce qui était dans la maison. Monsieur le Commissaire de police m’a répondu que cela ne le regardait pas », s’étonne un terrassier de Bellac, victime du refus des autorités de s’immiscer dans les démêlés conjugaux311. De même, un rapport de la Cour d’Appel de Limoges, rédigé en 1926, reconnaît que « la soustraction commise par la Fe B. », mécanicienne à Tulle, « en s’appropriant des effets et deniers de la communauté dont la disposition exclusive appartient à son mari, a bien le caractère d’un vol » mais renonce à poursuivre, le fondement juridique de la plainte étant contestable312. Le Code civil semble particulièrement inadéquat aux objets quotidiens ainsi qu’à l’argent liquide que les époux considèrent comme des valeurs d’usage et non des biens à part entière. L’opinion et les intéressés condamnent, du reste, moins le viol des dispositions légales que la désinvolture, l’impudence même de ces femmes qui laissent à leur mari un logement vide.

  • 313 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avignon : 24 septembre 1878, A.D., Vaucluse, 3U2 185.
  • 314 Lettre au mari : 7 septembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909.
  • 315 Lettre, s. d., 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/137.

68Lorsqu’elles ont à justifier l’usage illicite des biens communs, les femmes apportent les mêmes arguments que leurs conjoints. Elles revendiquent la possession des objets emportés ou les considèrent comme une compensation à des débours engagés pour la famille. L’épouse d’un maçon nîmois se rembourse d’autorité en rendant la monnaie de la pièce à son conjoint : « j’ai cru pouvoir m’emparer de cet argent d’autant plus qu’à cette époque mon mari avait vendu le lit, l’armoire et les chaises » à son insu, comportement illégitime de son point de vue quoique légal313. « Tant qas la bécanne elle est autant à moi car toi j’aimerais mieux la vende que te la redonner j’ai assez passer de nuits pour ne pas que l’on s’apersoiv de ta bécanne a payée alors aujourd’hui je la garde », prévient une fileuse de Troyes qui définit comme sa propriété les objets achetés sur son salaire314. Une épicière marseillaise qui met fin à un quart de siècle de vie commune défend, haineuse, ses possessions : « mon lit, l’armoire, le fauteuil, c’est mon argent à moi que je l’ai payé et ma machine » 315. Certaines femmes croient en toute bonne foi que les meubles et le trousseau qu’elles ont apportés lors des noces, leur appartiennent toujours alors qu’ils tombent dans l’escarcelle commune. La mécanicienne de Tulle découvre devant le juge les subtilités de la loi :

  • 316 Procès-verbal du juge d’instruction de Tulle : 27 mai 1926, A.D., Haute-Vienne, 3U 817.

« – Je me croyais en droit de disposer de l’argent et du mobilier qui m’appartiennent personnellement ou que j’avais apportés au ménage.
 – Ne saviez-vous pas que cet argent (...) tombait dans la communauté ?
 – Je l’ignorais, je ne m’en étais jamais préoccupée » 316.

  • 317 Procès-verbal de gendarmerie de Blangy (Seine-Inférieure) : 18 octobre 1898, A.D., Eure, 12 124.
  • 318 Lettres au président du tribunal : 5 avril et 18 juillet 1919, A.D., Oise, Assises, 4e trimestre 19 (...)
  • 319 Lettre du 11 août 1918, A.D., Orne, Assises, 1918.
  • 320 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 25 avril 1901, A.D., Yonne, 3U3 991.

69Mais l’ignorance de la loi peut être poussée au delà de la récupération de son avoir, jusqu’à la dilapidation pure et simple de la communauté et sans que les prérogatives du mari puissent l’empêcher. Aussi, un mécanicien de la Bonneville (Eure) préfère-t-il mettre fin au gaspillage en se séparant de son épouse : « j’ai quitté ma femme à cause de son inconduite ; elle vendait ce que nous possédions pour boire et faire la noce » 317. Loin de s’imposer comme administrateur de la communauté, un ouvrier de Saint-Leu (Oise) doit inventer une tortueuse donation à ses enfants pour protéger leurs biens : « mon intention serait de tout mettre au nom de mes Enfants car dans le cas ou elle les prendrait avec elle ou dans l’autre cas qu’elle me les laisserait les meubles serait toujours entre les mains de mes enfants, par ce moyen mes enfants auraient le bien de leurs parents », puis la lassitude aidant, il abandonne la partie : « je renonce à la communauté ou bien partage à l’amiable afin que j’en finisse et être libre » 318. Un cultivateur de Saires-la-Verrerie (Orne) se plaint à un ami mais sans passer aux actes : « elle a déjà vendu a mon aperçu environ 4 000 francs de marchandises cheval 1 680 francs vache et génisse et tout le beurre » 319. De fait, faute d’appui de la force publique, les maris privés de leur dû quand ce n’est de la totalité de la communauté, sont dans l’incapacité de se faire rendre justice. Un seul, du reste, manouvrier à Saint-Martin-sur-Ouanne (Yonne) cite le Code civil à l’appui de sa requête : « je prétends qu’en ma qualité de chef de famille j’ai le droit de lui empêcher d’emporter autre chose que ses vêtements » 320.

  • 321 Lettre au Procureur : 3 septembre 1913, A.D., Finistère, 16U6 47. La femme s’est établie à Quimper.
  • 322 Notice individuelle : 5 avril 1925, A.D., Indre, tribunal correctionnel du Blanc, versement 106, li (...)
  • 323 Procès-verbal de police de Saint-Etienne : 22 juillet 1926, A.D., Loire, U 1892.

70Certains conjoints, trop confiants, se retrouvent même ruinés. Un entrepreneur de la Flèche dont la femme « abandonne le domicile conjugale emmenant mon fils agé de sept ans et emportant tout le beau et valeir et byciclette enfant », déclare que « dans la suite de cette fugue je me suis vu dans l’obligation de cesse mes affaire et de déposer mon bilan »321. Un commerçant d’Obterre (Indre), mobilisé sous les drapeaux, a la funeste idée de donner à son épouse procuration sur ses biens propres si bien que « sa fortune a été dilapidée par sa femme pendant la guerre »322. Un chauffeur de chaudière stéphanois qui laisse sa femme placer à la Caisse d’épargne 2 000 francs « provenant de mes salaires », précise-t-il, découvre qu’avant de le quitter, elle a vidé leur livret et emporté 6 000 francs323.

71La loi est donc en totale discordance avec les mœurs. D’une part, elle est ignorée, car en l’absence de contrat, les conjoints méconnaissent les contraintes de la communauté. D’autre part, chaque époux fait une comptabilité rigoureuse et individualiste de ses achats ou apports, considérés comme relevant de sa seule autorité. A la campagne, la femme recense ses parcelles et son trousseau. L’ouvrière couve du regard l’armoire à glace, la machine à coudre ou la bicyclette, longtemps désirées et acquises au prix de privations. Les maris ne raisonnent pas autrement, surtout en ville mais ils sont en position de faiblesse. Lorsqu’une femme quitte son mari, elle emporte le plus souvent les enfants et le « ménage » alors que l’homme part le nez au vent, avec ses seuls habits. Pour se refaire une vie nouvelle, les femmes exigent, in petto, le confort et le cadre auxquels elles sont habituées. La justice en vient à tolérer de telles situations, n’osant faire opérer par la force la restitution de très modestes objets. Elle ne joue son rôle qu’en présence de patrimoines importants. Aussi, dans les milieux populaires, est-ce la règle du plus fort qui l’emporte.

Litiges financiers et victimes

  • 324 Soit 16,4 % des ménages.
  • 325 Procès-verbal de la chambre des enquêtes d’Alais : 22 janvier 1879, A.D., Gard, 7U6 65.
  • 326 Lettre au Procureur : 8 juin 1886, A.D., Vaucluse, 3U2 1116.
  • 327 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 17 juillet 1882, A.D., Gard, 7U6 65.
  • 328 Lettre au député de sa circonscription : 25 mai 1890, A.N., BB24 887.
  • 329 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Mamers : 3 janvier 1907, A.D., Sarthe, 1U 915.

72Dans 29,3 % des couples et conformément aux régies édictées par le Code civil, le mari administre les biens mais dans plus de la moitié de ces ménages, son pouvoir est contesté et les litiges financiers si profonds que les protagonistes vont jusqu’à porter leurs différends devant le juge324. C’est dans ce groupe que nous trouvons quelques specimens de femmes complètement ignorantes des questions d’argent. « Mon mari ne m’a jamais parlé de ses affaires avec son frère », expose une propriétaire de Saint-Florent (Gard) qui ne découvre qu’à sa mort les problèmes posés par sa succession325. « J’ai été circonvenue par le sieur V., (...) mon beau-frère qui, abusant de mon ignorance des affaires et de ma bonne foi, a fini par se rendre maître de mes propriétés par divers actes notariés », raconte une cultivatrice de Cavaillon que son époux pourtant avait instituée légataire universelle326. Certains couples s’en remettent même à leurs parents pour gérer leurs affaires. « Mon père habitait chez moi. (...) Mon mari m’a quittée, il y a environ douze ans, mon père faisait toutes les affaires (...) et je n’avais point à m’occuper d’aucune affaire », déclare une propriétaire de Saint-Ambroix (Gard), fort satisfaite de se démettre327. La femme d’un médecin de Ploërmel, incarcéré pour exercice illégal de la médecine, sollicite sa mise en liberté parce que, dit-elle, « aujourd’hui, seule au milieu des tracas que me procure la succession de mon beau-père, j’ai besoin de mon mari pour prendre la direction de ces affaires d’intérêt dans lesquelles je n’entends rien »328. Propriétaire au Chenay (Sarthe), Caroline d’H. connaît son patrimoine : une dot de 3 000 francs de rentes et à la mort de son père, trois fermes « louées à moitié » et une propriété. Elle évalue même ses « espérances » : l’héritage de sa tante composé pour 5 000 à 6 000 francs de rentes, à partager en trois parts mais elle ne peut chiffrer les revenus du ménage et ignore tout de la transaction que son mari a faite pour acheter leur château : « je ne sais à quel prix (...). Je ne m’occupe point, en effet, de toutes ces questions »329.

  • 330 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 26 octobre 1872, A.D., Seine, D2 U8 14.
  • 331 Contre-enquête : 21 novembre 1906, A.D., Drôme, 15 U 51.
  • 332 Lettre à ? : s. d., 1873, Pas-de-Calais, 3U4 953.
  • 333 Procès-verbal de police de Rouen : 12 octobre 1910, A.D., Seine-Inférieure, U 2469.

73Un mari sur huit gère ainsi souverainement les biens de la communauté, voire les aliène de son chef, ce qui lui est pourtant interdit. Cette variante ne se limite pas à la seule bourgeoisie. Plus d’un tiers de ces maris dominateurs sont de simples ouvriers. Là encore, la loi est méconnue et parfois par les deux conjoints. Dans ce ménage parisien, lui fort des halles, elle dirigeant un atelier de couture, chacun en fait à sa tête. Le mari, ivrogne et paresseux, a dépensé les 20 000 francs que sa femme possédait lors de son mariage et, surtout, selon un voisin indigné, il a vendu « tout le mobilier de sa femme. Celle-ci était restée sans rien ». L’épouse fait des économies sur ses gains qu’elle soustraye frauduleusement à la communauté et qu’elle dépose chez son frère pour s’en réserver la jouissance. L’opinion, néanmoins, tranche en sa faveur, considérant que c’est elle qui gagne l’argent et a acheté les meubles330. Même conviction chez le maire de Saint-Sauveur (Drôme) qui interdit au mari la coupe « d’un bois appartenant à sa femme », alors que les coupes comme le produit des carrières font partie de l’administration courante, donc dévolue au mari, des biens personnels de l’épouse331. En revanche, la femme d’un coquetier retraité d’Aix-en-Issart (Pas-de-Calais) peut passer pour l’archétype de l’épouse légalement dépouillée : celle-ci, ignorant la différence entre propriété et gestion, se lamente que son mari la laisse sans un sou, « vu qu’il possède tous mon bien (...) reçois mes rentes il loue la maison (...) pour ainsi dire rien 80 francs par année »332. Nous retrouvons là, somme toute, des comportements voisins de ceux étudiés chez les maris mauvais payeurs ou vivant aux crochets de leur femme. Quelques hommes, peu nombreux cependant, savent utiliser les pouvoirs que leur donne le Code civil pour faire main basse sur la fortune de leur épouse. Un contremaître de tissage roannais qui séduit une rentière de quinze ans son aînée, en possession d’une vingtaine de milliers de francs placés en actions et rentes françaises ou russes, réussit à se marier sous le régime de la communauté, ce qui lui permet de se présenter au Crédit Lyonnais et d’exiger la vente de 10 000 francs de titres. Le chef du service des titres ne peut, malgré sa conviction intime, qu’obtempérer : « sa situation de chef de la communauté maritale lui donnait pleins pouvoirs, en effet ». Aussi, après que le mari ait pris la poudre d’escampette, la femme arrive-telle à la banque « tout éplorée », son mari ayant emporté « une partie de son patrimoine ». Heureusement, il réintègre le domicile conjugal, restitue l’argent mais son épouse sollicite un conseil juridique pour placer les obligations à son nom et les soustraire à l’indélicatesse de son conjoint333.

  • 334 Réquisitoire : 10 juin 1938, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3755.

74La composition de son patrimoine rend la femme plus ou moins vulnérable. L’argent liquide et les valeurs mobilières qui peuvent être réalisées dans le cadre imparti au chef de famille, autorisent bien des manipulations alors que les propriétés foncières et immobilières sont très protégées, la vente exigeant un acte notarié en présence des deux conjoints. Fort au fait des arcanes juridiques, toutefois, un fondé de pouvoir de la Compagnie Algérienne de Perpignan sait utiliser toutes les ficelles de la loi pour brider l’autonomie financière de sa femme pendant l’instance de divorce et la réduire à l’état de nue propriétaire : les époux sont mariés sous le régime de la communauté mais échappent à celle-ci les biens que la femme a hérités de son père et les économies qu’elle a faites avant les noces. Toutefois, le mari obtient par jugement du tribunal correctionnel, confirmé par un second jugement au tribunal civil, de percevoir les loyers des immeubles et les coupons des titres possédés par sa femme « en tant que chef de la communauté », privant celle-ci de la totalité de ses revenus hormis ses honoraires d’avocate334. Des vengeances aussi savamment ourdies, qui supposent argent et maîtrise du contentieux, ne sont néanmoins accessibles qu’à une petite minorité d’hommes, une dizaine au plus, moins de 1 %. Les cas évoqués ci-dessus concernent tous des couples mariés sous le régime de la communauté mais les autres régimes, en théorie protecteurs, autorisent également des manœuvres dolosives.

  • 335 Article 1538 du Code civil.
  • 336 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 6 mai 1920, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/118
  • 337 Procès-verbal du juge d’instruction de Tournon : 22 janvier 1916 et lettre du 2 juillet 1914, A.D., (...)
  • 338 Jugement du tribunal civil de Quimper : 17 mai 1930, A.D., Finistère, 16 U6 93.

75Lorsque la femme vit sous le régime de la séparation, le mari doit néanmoins donner son accord pour l’aliénation de tous les biens335. Ainsi, une débitante marseillaise qui a hérité de son premier mari un fonds de commerce et épousé en secondes noces un minotier sans le sou, doit batailler et affronter ses menaces lorsqu’elle décide de vendre la boutique « pour sauvegarder les intérêts de [son] fils ». Se posant en chef de famille et balayant la séparation légale, « il disait que tout était à lui », refuse devant le greffier d’autoriser la vente puis il y consent mais à condition de percevoir la moitié de son produit, bien que l’homme de loi lui ait expliqué qu’il n’y avait point droit336. Venu exploiter le domaine indivis entre sa femme et sa belle-sœur, un paysan de Peaugres (Ardèche), fortuné qui plus est, se comporte en autocrate, « il disposait de tout dans le domaine, l’a géré comme il l’a entendu ». Il obtient la soumission de sa femme, met sur la touche l’oncle et tuteur de sa belle-sœur et persécute cette dernière pour l’évincer de la place au point que son frère doit donner à cette dernière une leçon de droit à sa façon : « écoute Jean n’est pas plus maître que toi à la maison tu me dis quil ta dit qui navais pas besoin de tois à la maison mais tu pouvais lui répondre qu’ il n’ était pas capable de te mettre dehors que tu étais plus ancienne que lui dans la maison » 337. Dans l’entre-deux-guerres, une pareille affirmation de l’autorité maritale passe pour obsolète. En 1929, lorsqu’un clerc de Boulogne-sur-Mer signifie « par exploit » aux fermiers « d’une propriété constituant un propre de la De G. », de ne plus payer le loyer à sa femme mais à lui directement, en tant que chef de famille, le tribunal considère cette attitude comme outrageante et propre à motiver le divorce338.

  • 339 13 litiges pour 64 dots. Je rappelle que la dot, exclusivement féminine pour le Code civil, peut êt (...)
  • 340 Dans deux cas sur trois, la dot est méridionale. Les rentiers représentent 17 % des familles où les (...)
  • 341 Voir l’exemple des Dolzon.
  • 342 Voir A. Fine, « Le prix de l’exclusion. Dot et héritage dans Sud-Ouest occitan », La dot, la valeur (...)
  • 343 Procès-verbal du juge d’instruction de Rochechouart : 8 juin 1925, A.D., Haute-Vienne, 5U 441.

76Le régime dotal est également source de conflits réglés en justice339. Les archives confirment bien le caractère méridional, paysan et bourgeois de la dot, encore que quelques ouvrières, d’origine rurale le plus souvent ou domestiques ayant accumulé un petit pécule, puissent être dotées340. En théorie, le Code civil protège jalousement la dot. Certes, le mari seul l’administre et malgré l’usage de certaines sociétés paysannes, la remise de la dot au beau-père n’apparaît qu’une fois dans les archives341. « Il a seul le droit d’en poursuivre les débiteurs et les détenteurs, d’en percevoir les fruits et les intérêts et de recevoir le remboursements des capitaux », sauf dispositions autorisant la femme à en percevoir les fruits. Mais, la dot est inaliénable, sauf pour doter les enfants des conjoints, et le mari est « responsable de tout dépérissement des biens personnels de sa femme causé par défaut d’actes conservatoires », disposition qui prend tout son sens en cas de divorce ou séparation de biens. Dans ce dernier cas, la dot doit être intégralement restituée. Le mari se doit donc d’en préserver la valeur. Les femmes, de plus, y sont très attachées, car elle constitue toute leur fortune. Dans la majorité des cas, en effet, elle prend la forme d’une avance sur hoirie, au moins égale à la légitime, et écarte sa bénéficiaire de ses droits à la succession, surtout à la campagne342. Partant, sa préservation peut être pour une femme un objectif bien plus important que le devenir du patrimoine marital. Une paysanne de Saint-Laurent-sur-Gorre (Haute-Vienne) qui cherche avant tout à protéger sa dot de 2 000 francs, ne donnerait pas un centime pour sauver son époux de la faillite et mise sur le chacun pour soi. S’il a contracté de lourdes dettes, explique-t-elle, « ce n’est pas moi qui les ai faites ; c’est mon mari qui a pris la part de ses sœurs, soit 8 000 francs dont depuis il n’a pu s’en sortir ». De plus, il a jugé bon d’acheter une terre « parce que nous étions enclavés » 343.

  • 344 Lettre au juge : 22 juin 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.
  • 345 Lettre au Procureur : 11 juillet 1877, A.D., Seine, D2 U6 42.
  • 346 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 15 décembre 1887, A.D., Orne, Assises, 1888.
  • 347 Procès-verbal d’audience du tribunal civil de Nîmes : 20 avril 1893 et acte d’accusation : 21 janvi (...)
  • 348 Lettre, s. d., A.D., Doubs, 4U 180.
  • 349 Acte d’accusation : 31 janvier 1879, A.D., Cantal, 38 U 247.
  • 350 Procès-verbal d’interrogatoire par la chambre des enquêtes d’Alais : 22 janvier 1879, A.D., Gard, 7 (...)

77Au minimum, les femmes veillent au grain, témoignant par de longues énumérations, de leur attachement à leur apport dotal. La fille d’un agent de change parisien qui a reçu par contrat de mariage la coquette somme de 250 000 francs, « presqu’entièrement dissipés par Mr le M. », en décrit en 1891 la composition avec une grande précision : une part d’agent de change d’une valeur de 69 000 francs, une créance de 150 000 francs, des actions, bons et parts de la Compagnie de Salubrité, des actions de sociétés minières, métallurgiques, etc., minutieusement évaluées dans une lettre adressée au juge344. D’une façon générale, il en est du régime dotal comme de la séparation. Le caractère mobilier des actifs le rend dangereux. En témoigne, à toute petite échelle, une journalière qui a quitté son mari, aubergiste dans l’Ain, et demande au moins à récupérer son linge : en effet, elle a apporté en dot un trousseau de 600 francs et 1 000 francs en liquide mais « l’argent mon mari la magé » alors que pour le trousseau, un espoir demeure, « ces effets viene de ma dote mon mari la reconnu a son juge »345. Les actions et obligations que le mari peut vendre et acheter dans le cadre de la gestion dotale permettent également des soustractions frauduleuses. Un tanneur de Moulins-la-Marche (Orne), marié sous le régime de la communauté réduite aux acquêts mais dont la femme possède une dot de 56 800 francs, reconnaît avoir vendu 25 000 francs de titres au porteur « à son insu : j’ai utilisé l’argent sans le lui dire, elle m’en a toujours voulu » 346. Un représentant de commerce avignonais, joueur invétéré, « a compromis par des procédés inavouables les intérêts pécuniaires de sa femme » et s’est emparé des biens mobiliers de son épouse mais il est acquitté, le vol entre époux « n’étant pas puni par le code pénal » 347. « La totalité de ma dot, soit 300 000 francs, a été engloutie en quelques années dans les affaires de mon mari sans que celui-ci ait pu justifier l’emploi de sommes qui, étant mariée sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, devaient me rester personnelles », écrit la femme d’un négociant en bois mulhousien348. Le cheptel est également aisé à négocier, les acheteurs n’exigeant pas de certificat de propriété. Certains maris croient même en toute bonne foi que la dot leur appartient. Un paysan de Maurs (Cantal) qui a dissipé 70 000 francs lui appartenant, souhaite vivre sur le même pied avec les « biens personnels de sa femme » et sollicite les 1 200 francs de sa dot. Il tombe de haut quand elle s’y refuse et se fâche, exigeant que la somme lui soit remise alors qu’il n’a droit, au mieux, qu’à de modestes reprises349. Dans certains ménages très unis, les conjoints considèrent, du reste, la dot comme part intégrante de la communauté. « J’avais reçu 26 000 francs de dot, quittancés par mon mari. A son décès, il a laissé 15 000 francs d’obligations industrielles que j’estime avoir été acquises avec nos économies ou bien avec une partie de ma dot », expose une veuve au juge de paix d’Orange, outrée que sa belle-famille exige sa part350. Les épouses aimantes peuvent également garantir sur leur dot les entreprises de leur mari, soumettant leur fortune aux aléas de sa réussite.

78L’argent polarise les passions conjugales bien plus que la fixation du domicile. De la lutte pour le contrôle des revenus masculins dépendent, en effet, le bien-être familial et la tranquillité féminine. Les épouses à qui leur mari, paresseux, ivrogne ou égoïste, ne remet pas son salaire, sont contraintes de travailler pour se nourrir et surtout élever leurs enfants. Harassée, se sacrifiant pour sa famille, c’est l’épouse-mère qui est la première victime d’une situation bien plus fréquente qu’on ne l’a dit. La femme retrouve son pouvoir dès lors que le mari remet sa paye, elle régne dans ce cas sur la bourse. Le pouvoir financier des femmes se forme donc à la source, par la main-mise sur les gains de la famille. Si les femmes peuvent être lésées dans la vie quotidienne, elles ne s’en laissent que rarement compter quand il s’agit de défendre leur patrimoine, voire de s’en constituer un aux dépens de la communauté. En dehors des couples, un sur huit, où la femme, ignorante ou soumise, laisse son conjoint administrer les biens communs et dotaux, les épouses sont très au fait des questions patrimoniales. Elles connaissent au centime près leurs apports, que ce soit lors des noces ou pendant la vie conjugale. Dès lors, ce qu’elles ont acheté, économisé, est leur. Elles en disposent, sans en référer à quiconque et au mépris de la loi, vendent ou emportent argent et meubles. Qui plus est, elles ont tendance à considérer aussi comme leur propriété les biens de la communauté et en jouissent sans tenir compte de l’autorité du chef de famille. Les hommes ne font pas autrement et souligne qu’ils ont financé de leurs deniers le « ménage » et les économies. Si le Code civil a échoué sur un point auquel tenaient tout particulièrement ses rédacteurs, c’est bien en matière de patrimoine et ce quel que soit le milieu, les plus indifférents étant les ouvriers. Les législateurs n’ont pas tiré les conclusions de cet échec dont ils ignorent sans doute l’ampleur. Mais la loi de 1907 qui laisse à la femme mariée la libre disposition de son salaire et entérine avec retard un état de fait, le subodorait. Le couple, en matière de biens, ne forme pas une communauté. C’est une association de deux individus, contrôlant jalousement leurs possessions et ne les mettant au service de la famille que de leur plein gré.

79Il faut donc réviser les jugements hâtifs portés sur le Code civil. Dès lors qu’il est constamment ignoré ou transgressé, dans sa lettre souvent, dans son esprit presque toujours, et ce au bénéfice des femmes, la discrimination juridique dont souffrirait le sexe faible devient largement théorique. Le Code ne reste une arme antiféministe qu’entre les mains de maris aisés, éduqués et surtout vindicatifs. Il n’est invoqué que dans quelques cas de contentieux. Il convient donc de ne pas confondre droit et réalité pas plus que stéréotypes et pratiques. Il est frappant, au reste, que jusqu’à la Ve République, la loi ait toujours été en retard sur les mœurs et que le Code napolénien meure de jure un siècle après sa dissolution de facto. Attachement du pays au droit écrit qui le fige en le sacralisant ? Sclérose des hommes politiques et des élites ? Le problème est posé.

Notes

1 Voir, par exemple, O. Dhavemas, « Pour une recherche féministe dans le domaine du droit », colloque de Toulouse, 1982, Femmes, féminisme, recherche, Toulouse, 1984, Université de Toulouse-Le Mirail ; M. Bordeaux, « Droit et femmes seules, le piège des droits propres », Madame ou Mademoiselle. Itinéraires de la solitude féminine. xviiie-xxe siècles, rassemblés par A. Farge et C. Klapisch-Zuber, Paris, 1984, Montalba.

2 Voir sous la direction de J.-F. Le Nail et J.-F. Soulet, Bigorre et quatre Vallées, Paris, 1981, société nouvelle d’éditions régionales et diffusion ; J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, Toulouse, 1988, Eché ; L. Assier-Andrieu, Coutumes et rapports sociaux. Etude anthropologique des communautés paysannes du Capcir, Paris, 1981, C.N.R.S., qui montre que les dispositions du Code civil relatives aux transmissions ne sont pas appliquées avant 1960.

3 Seuls, les sociologues mentionnent parfois l’inapplication de certaines dispositions. Ainsi, Andrée Michel note que le mari peut jusqu’en 1970 interdire à sa femme de travailler mais qu’il songe rarement à user de ce droit. A. Michel, Activité professionnelle de la femme et vie conjugale, Paris, 1974, C.N.R.S.

4 Article 108 du Code civil.

5 Procès-verbal de police de Cette : 16 juin 1872, A.D., Hérault, Assises, 8123.

6 Le choix du domicile est mentionné la plupart du temps de façon incidente dans des affaires dont l’objet principal est autre. Certes, la désunion des conjoints fournit une abondante moisson (7,5 % des cas sont recensés dans des dossiers d’adultère, 17 % lors de divorces, 9,4 % pour des coups entre conjoints et 28,3 % lors de meurtres ou tentatives d’homicide) mais également les affaires de sévices à enfants (11,3 % des cas), les infanticides ou des avortements (11,3 % des dossiers). Le choix du logement est mieux connu pour les ruraux, car habitation et exploitation se confondent (55,3 % des cas) alors qu’en ville, de nombreux couples modestes louent un appartement, voire une simple chambre.

7 Procès-verbal de la 7e brigade mobile : 20 juin 1938, A.D., Lot-et-Garonne, tribunal d’Agen, « infanticides-avortements (1934-1939) ».

8 Comme on dit en Limousin. Voir R. Fage, Autour du mariage, Limoges, 1922, imprimerie Perrette.

9 13 maris sur les 159 dossiers recensés sont dans ce cas. En Dauphiné, par exemple, « le cas était autrefois rare et mal vu » puis, en raison de l’hécatombe de la Grande Guerre, les paysans s’y résignent (A. Van Gennep, Le folklore du Dauphiné (Isère), Paris, 1932, Maisonneuve, p. 175). A. Van Gennep signale la même opinion en Savoie (« Les fiançailles et le mariage en Savoie », La Savoie vue par les écrivains et les artistes, Paris, 1913, Louis Michaud).

10 Acte d’accusation : 5 juin 1926, A.D., Hautes-Alpes, 1U 21.

11 Procès-verbal de gendarmerie de Huelgoat : 23 juillet 1926, A.D., Finistère, 16U6 73.

12 Acte d’accusation : 18 juillet 1924, A.D., Orne, Assises, 1924.

13 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 24 février 1874, A.D., Puy-de-Dôme, U 010820.

14 Requête en divorce : 13 septembre 1929, A.D., Gard, 6U14 312.

15 Requête au tribunal civil de Valence : 1926, A.D., Drôme, UP 1009.

16 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 16 novembre 1887, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/67.

17 Procès-verbal du juge de paix de La Grave : 16 mars 1900, A.D., Hautes-Alpes, 1U 4.

18 Lettre au Procureur : 22 septembre 1910, A.D., Ardennes, 6U 35-25.

19 Procès-verbal de gendarmerie de Nîmes : 3 mai 1921, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 306.

20 Procès-verbal de gendarmerie de la Flèche : 3 mars 1923, A.D., Sarthe, 2U 597.

21 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 12 juillet 1935, A.D., Haute-Vienne, 3U 853.

22 Procès-verbal du juge d’instruction de Paris : 22 juillet 1895, A.D., Seine, D2 U6 105.

23 Jugement de séparation : 29 novembre 1876, A.D., Seine-Inférieure, U 1068.

24 Lettre au Procureur : 23 septembre 1889, A.D., Seine-Inférieure, tribunal correctionnel de Louviers, 1886.

25 Procès-verbaux du juge d’instruction de la Seine 20 et 13 juillet 1898, A.D., Seine, D2 U8 289.

26 Exposé du juge : 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

27 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 mai 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 2/86.

28 Lettre au Procureur : 12 septembre 1934, A.D., Alpes-Maritimes, 14 558.

29 Lettre : 6 août 1889, A.D., Nièvre, 2U 580.

30 L’intérêt porté à la famille-souche est lancé par F. Le Play, admirateur des Mélouga en Lavedan et élargi par les monographies des Ouvriers des deux mondes. Sur ce thème, voir L. Assier-Andrieu, « Le Play et la famille-souche des Pyrénées : politique, juridisme et science sociale », Annales E.S.C., mai-juin 1984. Depuis, historiens et ethnologues ont abondamment développé le sujet. Je renvoie, pour l’époque moderne, à la bonne mise au point de J.-L. Flandrin, Familles, Paris, 1976, Hachette, et pour le xixe siècle à M. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, Flammarion, qui à juste titre, met l’accent sur l’évolution diachronique propre à chaque famille qui peut passer du stade de la famille nucléaire à la famille élargie ou polynucléaire. Pour la cartographie des types familiaux, voir H. Le Bras et E. Todd, L’invention de la France, Paris, 1981, Le livre de poche.

31 Sur 145 dossiers, 55 % concernent des paysans, tous propriétaires, à 6 exceptions près.

32 Je renvoie aux travaux de J.-C. Peyronnet, « Famille élargie et famille nucléaire. L’exemple du Limousin au xixe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 1975, de A. Collomb, « Famille nucléaire et famille élargie en Haute Provence au xviiie siècle (1703-1734) », Annales E.S.C., juillet-octobre 1972, ainsi que « Ménage et famille. Etudes comparatives surla dimension et la structure du groupe domestique », Annales E.S.C., mai-juin 1974. Sur les Pyrénées, existe une abondante et définitive littérature pour le xixe siècle avec A. Fine-Souriac, « La famille-souche pyrénéenne au xixe siècle : quelques réflexions de méthode », Annales E.S.C., mai-juin 1977 ; G. Augustins et R. Bonnain, Les Baronnies des Pyrénées, t. 1 : Maison, mode de vie, société, Paris, 1981, E.H.E.S.S. ; A. Fauve-Chamoux, « Les structures familiales au royaume des familles-souche : Esparros », Annales E.S.C., mai-juin 1984, et surtout le tome I de la thèse de J.-F. Soulet, op. cit. Voir aussi P. Rambaud, Economie et sociologie de la montagne : Albiez-le-Vieux en Maurienne, Paris, 1972, A. Colin. Dans toutes ces régions, au xviiie comme au xixe siècle, les familles élargies représentent 32 % à 43 % des familles. Sur le xxe siècle, les travaux sont beaucoup plus rares mais quelques indications attestent la résistance des usages. Voir les cartes de H. Le Bras et E. Todd, op. cit. Voir J.M. Delord, La famille rurale dans l’économie du Limousin (1769-1939), Limoges, 1940, imprimerie C. Pauhac, qui montre que jusqu’en 1939, il faut quatre personnes pour cultiver 10-20 hectares et six à huit personnes dont quatre enfants adultes pour 20-50 hectares. L’enquête de la S.D.N. sur l’habitation rurale signale qu’en Ariège, deux générations adultes vivent sous le même toit et trois générations dans les Basses-Alpes, en Haute-Vienne mais aussi en Indre-et-Loire, dans le Lot-et-Garonne. A. Fine-Souriac atteste la résistance de la famille-souche au xxe siècle, voire son renforcement en raison du recul de la mortalité.

33 La région du Nord rassemble 4,5 % des dossiers, l’Ile-de-France et l’Oise : 7,5 % et l’est du Bassin Parisien : 3,6 %. Quant au sud-ouest du Bassin parisien, aucun cas n’est relevé dans l’Indre, le Loir-et-Cher. En basse Normandie, j’ai recensé trois exemples. Les études sociologiques et les observateurs confirment les chiffres. Voir P. Descamps, Etude sur la famille instable en Champagne, La science sociale, mai 1913 ; H. Lapaire, Le Berry vu par un Berrichon, Paris, 1928, Librairie universelle, qui souligne que « chaque ménage tient à vivre seul sous son toit. Les enfants aussitôt mariés s’établissent » (p. 93) ; G. Augustins et al., Etude sur le rituel du mariage et des réseaux matrimoniaux dans le forêt des Loges et en Beauce orléanaise, travail dactylographié, C.N.R.S., 1983, « le mariage, c’est chacun chez soi » (p. 181).

34 Un quart des dossiers concerne des familles ouvrières et 8,1 % des travailleurs indépendants, petits commerçants le plus souvent.

35 Dans trois cas sur quatre, le jeune couple vit avec les parents d’un des conjoints. Dans un cas sur quatre, il vit avec un seul parent, femme (17 cas) plutôt qu’homme (10 cas), en raison sans doute d’une mortalité masculine plus forte aux âges élevés.

36 Ouvriers des deux mondes, 1897, 2e série, tome 5.

37 Ouvriers des deux mondes, 3e série, tome 2. Voir aussi les ouvriers champenois cités par P. Descamps, op. cit., qui dérogent alors à la règle de la famille conjugale.

38 E. Dejonghe, J.-P. Thuillier, « Vivre à Gravelines : espaces, pouvoirs, société (1880-1980) », Revue du Nord, avril-juin 1982.

39 Voir M. Segalen, « La femme, l’amour, le mariage dans les proverbes populaires français », Ethnologie française, 1975, t. 5 et 1976, t. 1.

40 F. Verdier. Façons de dire, façons de faire, Paris, 1979, Gallimard.

41 Sur la daoune, voir P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Etudes rurales, avril-septembre 1962 ; G. Augustins et R. Bonnain, op. cit. ; L. Assier-Andrieu, op. cit. ; E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan. xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, 1982, Hachette.

42 Procès-verbal de gendarmerie de Bagnols : 2 juin 1877, A.D., Gard, 8U8 95.

43 Audience du tribunal correctionnel de Châteauroux : 18 mars 1936, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, août 1936.

44 Lettre au Procureur : 23 juillet 1880, A.D., Seine-et-Oise, tribunal de Pontoise, août 1880.

45 Lettre à sa mère : 15 mai 1886, A.D., Orne, Assises, 1886.

46 Lettre au mari, s. d., 1921, Yonne, 3U3 1055.

47 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 20 mai 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 2/86.

48 Procès-verbal de gendarmerie de Montcuq : 6 août 1926, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 322.

49 Jugement du tribunal civil de Châteauroux : 27 janvier 1931, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, abandons de famille, 1932.

50 Procès-verbal de police de la Seyne : 6 avril 1908, A.D., Var, 8U 43/1.

51 Neuf cas de litiges avec les beaux-parents dont deux avec le seul beau-père.

52 Procès-verbal du juge d’instruction de Baume-les-Dames : 27 décembre 1906, acte d’accusation : 14 mars 1906 et procès-verbal de gendarmerie de Baume-les-Dames : 28 novembre 1906, A.D., Doubs, U 3972.

53 Procès-verbal d’un juge du siège faisant fonction de juge d’instruction : 13 juillet 1896, A.D., Var, 8U 26/3.

54 Procès-verbal de gendarmerie de Montfrin : 5 janvier 1876, A.D., Gard, 6U10 211.

55 Procès-verbal du juge d’instruction de Douai : 5 septembre 1884 et procès-verbal de police de Caudry : 24 septembre 1884, A.D., Nord, 2U 155/482.

56 Lettre, s. d., 1890 et acte d’accusation : 14 février 1891, A.D., Oise, Assises, 1er trimestre 1891.

57 E. Claverie et P. Lamaison, op. cit.

58 J.-F. Soulet, op. cit.

59 Procès-verbal du juge d’instruction de Montbéliard : 4 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881.

60 10 litiges avec le beau-père, 8 avec la belle-mère, 4 avec les deux beaux-parents.

61 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 6 décembre 1904, A.D., Sarthe, 1U 913.

62 Rapport médico-légal, s. d., 1877, Seine-Inférieure, U 1089.

63 Procès-verbal du juge de paix de Montgesty : 20 mars 1876, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 172.

64 Procès-verbal du juge d’instruction de Bar-sur-Seine : 18 mars 1891, A.D., Aube, 4U 315.

65 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Marcellin : 6 juillet 1935, A.D., Isère, 4U 851.

66 Sur ce point, voir chapitre 11.

67 Les populations du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand, 1933, Imprimerie générale, p. 86.

68 76,1 % des couples sont ouvertement en crise : 22,5 % des dossiers concernent des adultères, 15,5 % des coups entre conjoints (à raison d’une femme violente pour sept hommes), 22,9 % des meurtres et tentatives de meurtres sur conjoints (avec une femme meurtrière pour deux hommes), 6,2 % des divorces et séparations, 6,8 % des abandons de famille, 2 % des affaires de bigamie. Ajoutons 6,6 % de crimes passionnels (sur l’amant, la maîtresse...) et 6,4 % de viols ou attentats à la pudeur, le plus souvent incestueux.

69 63 % des dossiers concernent des citadins. Deux régions sont surreprésentées : le midi méditerranéen avec 28,2 % des cas et le Bassin parisien avec 53 % des données (24 % pour les seuls départements de la Seine, Seine-et-Oise et Oise) mais le Nord ouvrier est en meilleure place avec 13 % des dossiers que la région rhodanienne (8,5 %). En revanche, l’Ouest (11,7 %) et le Centre (7,2 %) sont faiblement représentés.

70 15,8 % des maris sont exploitants agricoles ou travailleurs indépendants, le plus souvent commerçants. On ne compte que 10 % d’employés, service public compris.

71 28,6 % des cas pour être précis.

72 J’ai recensé 72 exploitants agricoles dont 39 seulement appartiennent à la fraction la plus aisée de la paysannerie. Moins de 10 % des dossiers portent sur la bourgeoisie, pourcentage au demeurant conforme à son poids dans la société.

73 Toutefois, la femme commerçante est à l’abri de cette tutelle, ayant toute liberté pour gérer son commerce à défaut des biens communs.

74 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 13 octobre 1870, A.D., Doubs, U 3881. En 1905 encore, la Supérieure des Sœurs de la Providence sollicite l’autorisation du mari pour embaucher une ouvrière agricole de Tréhet (A.D., Loir-et-Cher, 2U3 130).

75 Deux exemples.

76 Lettre du 29 février 1883, A.D., Rhône, Assises, session du 28 novembre 1883.

77 Lettre, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.

78 Lettre au Procureur de Grasse : 25 février 1910, A.D., Alpes-Maritimes, tribunal correctionnel de Grasse, 1911.

79 Voir chapitre 3.

80 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 29 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 010914.

81 Procès-verbal du juge de paix du Pellerin (Loire-Inférieure) : 7 septembre 1922, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 844.

82 Une étude réalisée en 1966 sur des couples bordelais et parisiens montre que 20 % à 39 % des maris influencent la carrière de leur femme contre 16 % à 20 % des femmes dans le cas inverse. Voir A. Girard, Activité professionnelle de la femme et vie conjugale, Paris, 1974, C.N.R.S.

83 A. Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, 1963, S.E.V.P.E.N.

84 Rapport du commissaire de Paris (IIIe) : 7 juin 1881, A.D., Seine, D2 U8 115.

85 Procès-verbal du juge d’instruction de Rouen : 18 octobre 1892, A.D., Seine-Inférieure, 2054 U.

86 Procès-verbal du juge d’instruction de Clamecy : 15 mars 1876, A.D., Nièvre, 3U2 1280.

87 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 25 février 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 95.

88 Procès-verbal d’enquête : 11 mars 1904, A.D., Drôme, 15 U51.

89 « Mon mémoire. G. Félicien – juillet 1910 », A.D., Var, 4U4 454.

90 Rapport de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence : 17 mars 1902, A.N., BB182208.

91 Procès-verbal du juge d’instruction de Blois : 9 septembre 1926, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 161.

92 Procès-verbal de contre-enquête : 8 mars 1887, A.D., Drôme, 16U 51.

93 Acte d’accusation : 22 mai 1891 et procès-verbal du juge d’instruction de Compiègne : 30 avril 1891, A.D., Oise, Assises, 3e trimestre 1891.

94 Le profil de ces dossiers est fort proche des 659 dossiers traitant de toutes les questions financières dans le couple. Seule différence, l’entre-deux-guerres avec 47,8 % des cas est encore plus prépondérante, reflétant la poussée du salariat féminin et des divorces dont les procédures abondent en notations sur la libre disposition par les femmes de leurs gains. 35,5 % des femmes sont ouvrières, 14,3 % domestiques ou femmes de service, 12 % journalières agricoles et 16,6 % qui se disent ménagères multiplient les « journées ». Ces femmes se marient dans leur milieu puisque 48,7 % des maris sont ouvriers et 18,3 % journaliers agricoles. 3,4 % seulement de ces femmes sont des employées.

95 18,8 % des femmes sont exploitantes ou commerçantes. Revers de la médaille, le partage des bénéfices de l’exploitation reste dans l’ombre. 16 dossiers seulement font état des activités commerciales de la paysanne vendant les produits de la basse-cour, du jardin ou de la laiterie.

96 Procès-verbal du juge de paix d’Ollioules : 28 février 1921, A.D., Var, 4U 500.

97 L’affectation précise des revenus féminins n’est malheureusement connue que dans 266 cas sur 413.

98 Requête de divorce : 11 août 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

99 Procès-verbal de gendarmerie de Châteauroux : 12 janvier 1936, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, mai 1936.

100 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 14 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 132.

101 J. Caroux-Destray, Un couple ouvrier traditionnel, Paris, 1974, Anthropos, p. 71.

102 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Omer : 6 septembre 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

103 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 14 juin 1886, A.D., Seine, D2 U6 182.

104 Procès-verbal de gendarmerie d’Ollioules : 28 février 1921, A.D., Var, 4U 500.

105 Rapport médical : 7 août 1911, A.D., Seine, D2 U6173.

106 Lettre du Commissaire de Roubaix au Procureur : 28 août 1876, A.D., Nord, 2U 155/438.

107 Procès-verbal de gendarmerie de Moulins-la-Marche : 13 octobre 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.

108 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 28 juin 1877, A.D., Seine, D2 U8 64.

109 Voir sur ce point chapitre 5.

110 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 11 janvier 1882, A.D., Nord, 2 U 155/465.

111 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aubusson : 17 septembre, A.D., Creuse, ZE/U/1061/1.

112 Procès-verbal de gendarmerie de la Roche-Bernard : 20 avril 1881, A.D., Morbihan, U 1561.

113 Procès-verbal de gendarmerie de Luzarches : 11 avril 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886(3).

114 Procès-verbal du juge d’instruction de Saveme : 18 septembre 1919, A.D., Bas-Rhin, AL 112 p. 279.

115 Lettre à son mari : 14 mai 1930, A.D., Var, 4 LJ4 539.

116 Lettre au Procureur : 4 avril 1936, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, 1936.

117 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Etienne : 16 juin 1886, A.D., Loire, Assises, 3e trimestre 1886.

118 Voir chapitre 4.

119 Le Républicain varois, 10 août 1911, A.D., Var, 4U4 459.

120 En effet, entrent dans la communauté de biens « tous les fruits, revenus, intérêts et arrérages de quelque nature, qu’ils soient échus, perçus pendant le mariage » (art. 1401 du Code civil). Or, le mari, en tant que chef de la communauté, peut disposer des fruits et revenus de son épouse. Par ailleurs, la femme même séparée de biens, peut être tenue de contribuer aux ressources du ménage à concurrence du tiers de ses revenus (art. 1448 et 1537).

121 Lettre anonyme, s. d., 1935, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 984.

122 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 21 août 1923, A.D., Bas-Rhin, AL 112 p. 303.

123 Voir la préface d’Alain Cottereau à D. Poulot, Le Sublime, 1870, rééd. Paris, Maspero, 1980.

124 Procès-verbal de gendarmerie de Port-Louis : 10 février 1879, A.D., Morbihan, U 3478.

125 Procès-verbal de police de Paris (IIIe) : 16 juin 1882, A.D., Seine, D2 U8 135.

126 Requête en divorce : 10 avril 1900, A.D., Gard, 6U14 305.

127 Lettre du 19 février 1883, A.D., Seine, D2 U8 160.

128 Procès-verbal de police de Paris (Saint-Georges) : 15 septembre 1910, A.D., Seine, D2 U6 166.

129 Lettre à ?, s. d., 1883, A.D., Seine, D2 U6 151.

130 Lettre à son mari, « sept », 1882, A.D., Seine, D2 U6 125.

131 Procès-verbal de police de Clermont : 27 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 4791.

132 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 13 août 1925 et lettre, s. d., 1926, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/137.

133 Procès-verbal de gendarmerie de Châteaurenard : 5 décembre 1886, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/66.

134 Procès-verbal de juge de Marseille : 26 août 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 96.

135 Procès-verbal du juge de paix de Fours : 12 mai 1875, A.D., Nièvre, 3U5 1968.

136 Procès-verbal de police de Paris : 29 mars 1896, A.D., Seine, D2 U6 108.

137 Lettre, s. d., 1931, Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril-mai 1931.

138 Procès-verbal du juge d’instruction de Guéret : 13 septembre 1884, A.D., Creuse, ZE/U/9191.

139 Plainte devant le tribunal civil de la Seine : mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 157.

140 Procès-verbal de gendarmerie de Seignelay : 12 avril 1884, A.D., Yonne, 3U1 1279.

141 Qui vont dans 9 cas jusqu’au meurtre.

142 Procès-verbal du juge de paix de Cajarc : 26 avril, 1935, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 358. Ou comme cette cigarière nîmoise, exposant qu’« elle avait toutes les peines du monde à subvenir aux besoins du ménage », son mari, « violent et brutal » ne lui ayant jamais donné un sou (Lettre, s. d., 1931, Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril-mai 1931).

143 Voir, en particulier, L. Tilly et J. Scott, Les femmes, le travail, la famille, Paris, 1987, Rivages.

144 On compte 8,1 % d’exploitants agricoles, 5,9 % de commerçants, souvent modestes, 2,7 % de membres des professions libérales contre 46,4 % d’ouvriers ou artisans, 12,4 % de salariés agricoles et 8,2 % d’employés.

145 Ouvriers des deux mondes, 1901, 3e série, t. 1.

146 Entre autres exemples, la femme du forgeron de Montataire « règle les dépenses et se réduit elle même au strict minimum » (1884, 2e série, t. 1). La papetière d’Angoulême « gouverne le ménage avec beaucoup de sagesse » (1890, 2e série, t. 4).

147 T. Leleu, La vie quotidienne des femmes dans la région d’Armentières, mémoire de maîtrise, 1979, Université de Lille III. Selon J. Cardevaux, Le mineur du Nord et du Pas-de-Calais. Sa psychologie. Ses rapport avec le patronat, thèse de doctorat, Lille, 1928, imprimerie L. Danel, « ce n’est pas le mineur mais sa femme qui tient la caisse familiale » (p. 10).

148 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue. Neuf récits de travailleuses parisiennes retraitées, Paris, mars 1980, CORDES, C. N.R.S., p. 69.

149 Voir, par exemple, P. Chombart de Lauwe, La vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, 1956, C.N.R.S.

150 70 % des concubins réunis dans la base de données payent le logement et 63 % donnent régulièrement de l’argent à leur compagne. A Londres, la moitié des ouvriers donne toute la paye et la seconde moitié une partie au moins (R. Hoggart, La culture du pauvre, Paris, 1970, éd. de Minuit).

151 Procès-verbal de gendarmerie de Rouen : 25 septembre 1903, A.D., Seine-Inférieure, U 2469.

152 Procès-verbal de gendarmerie de Mourmelon : 29 août 1892, A.D., Marne, 8U 686

153 Lettre du mari : 18 mars 1913, A.D., Ardennes, 6U 32/3.

154 Lettre au Président de la République : 1er juillet 1928, A.D., Nord, 2U 155/59.

155 Procès-verbal du juge de paix de Nérac : 23 avril 1879, A.D., Lot-et-Garonne, U 12/2.

156 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 4 décembre 1880, A.D., Seine, D2U8110.

157 Procès-verbal du juge de paix d’Ancy-le-Franc : 17 janvier 1927, A.D., Yonne, 3U5 221.

158 Procès-verbal de gendarmerie de Toulon : 18 juillet 1930, A.D., Var, 4U4 539.

159 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 5 septembre 1874, A.D., Seine, D2 U8 30.

160 Procès-verbal du juge de paix de Lamastre : 1er août 1882, A.D., Ardèche, 1U 529-536.

161 Procès-verbal du juge d’instruction de Senlis : 17 mars 1906, A.D., Oise, Assises, 1er trimestre 1906.

162 Avec fautes d’orthographe. Lettre au Procureur : 20 décembre 1925, A.D., Bas-Rhin, AL 112. « Mon mari a toujours contribué à l’entretien de toute la famille ».

163 Procès-verbal du juge d’instruction de Grasse : 13 octobre 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 416.

164 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 16 mai 1929, A.D., Nord, 2U 155/592.

165 Procès-verbal du juge d’instruction de Valenciennes : 2 novembre 1872, A.D., Nord, 2U 155/410.

166 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, Université de Paris VII, p. 224.

167 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue, op. cit., p. 69.

168 15 cas.

169 D. Poulot, op. cit., p. 165.

170 Procès-verbal de police de Sèvres : 2 septembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 25 février 1935.

171 Procès-verbal du juge d’instruction de Toulon : 25 septembre 1905, A.D., Var, 4U4 429.

172 « Rapport » du mari, février 1874, A.D., Seine-et-Oise, 0489.

173 Procès-verbal du juge d’instruction de Céret : 18 août 1910, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3203.

174 Lettre du mari au Commissaire de Cannes : 26 avril 1924, A.D., Alpes-Maritimes, 14 363.

175 Rapport médical : 17 juin 1921, A.D. Nièvre, 2U 362.

176 Procès-verbal du juge d’instruction de Lyon : 20 décembre 1879, tribunal correctionnel de Lyon, audience du 12 février 1880.

177 Procès-verbal de police d’Yssingeaux : 12 avril 1891, A.D., Haute-Loire, 2U 206(1).

178 Lettre au Procureur, s. d., 1882, Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.

179 Lettre du 30 juillet 1925, A.D., Meurthe-et-Moselle, WU 2153.

180 Rapport du Commissaire au Procureur : 23 février 1906, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 129.

181 Un seul exemple, un paysan de Saint-Bonnet (Hautes-Alpes), émigré quelques temps aux Etats-Unis, considère que sa femme a mal utilisé l’argent envoyé en achetant des vêtements aux enfants et il « lui a répliqué qu’il aurait préféré qu’elle place cet argent » (Procès-verbal du juge d’instruction de Gap : 5 décembre 1913, A.D., Hautes-Alpes, 1U 17).

182 74 % des maris dont l’attitude est connue sont dans ce cas.

183 Procès-verbal du juge d’instruction de Toumon : 27 mai 1896, A.D., Ardèche, 1U 560/12.

184 Procès-verbal de gendarmerie de Neuvy-Saint-Sépulchre : 26 novembre 1929, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, travée 755.

185 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 3 décembre 1896, A.D., Gard, 5U2 290.

186 Procès-verbal du juge d’instruction de Toumon : 15 mars 1912, A.D., Ardèche, 1U 560/53.

187 Lettre du 8 octobre 1922, A.D., Orne, Assises, 1922.

188 Procès-verbal de gendarmerie de Rambouillet : 30 mai 1934, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 11 au 25 février 1935.

189 Procès-verbal du juge d’instruction d’Orange : 26 décembre 1890, A.D., Vaucluse, 3U4 767.

190 Procès-verbal de gendarmerie du Bois d’Oingt : 11 juin 1927, A.D., Rhône, Assises, session du 5 mai 1928.

191 C. Germain et C. de Panafieu, La mémoire des femmes. Témoignages de femmes nées avec le siècle, Paris, 1982, S. Messinger, p. 22 et 191.

192 Voir M.-H. Zylberberg-Hocquart, « Ouvriers et romans populaires au xixe siècle » et T. Leleu, « Femmes de la vallée de la Lys (1870-1920) », Revue du Nord, juillet-septembre 1981.

193 E. Joffé-Duval : Les idées primitives de la Bretagne contemporaine, Paris, 1930, Sirey.

194 R. Hoggart, op. cit., dépeint le même état d’esprit chez les ouvriers londoniens.

195 Procès-verbal de police d’Aubervilliers : 25 septembre 1878, A.D., Seine, D2 U8 153.

196 Procès-verbal du juge d’instruction de Besançon : 28 février 1915, A.D., Doubs, U 3919.

197 Procès-verbal du juge d’instruction de Dunkerque : 1er avril 1939, A.D., Nord, 2U 75.

198 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aubusson : 3 juin 1884, A.D., Creuse, ZE/U919/3.

199 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 12 janvier 1905, A.D., Sarthe, 1U 913.

200 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 4 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.

201 Il ajoute : « elle me faisait manquer du nécessaire comme vêtements et lingerie ». Procès-verbal du juge d’instruction d’Embrun : 5 octobre 1917, A.D., Hautes-Alpes, 1U 19.

202 Selon l’abbé Gorse (Au bas pays de Limosin. Etudes et tableaux, Paris, 1896, E. Leroux, p. 180), dans les années 1890, « toucher à la bourse n’appartient qu’au sexe masculin » mais, dans l’entre-deux-guerres, c’est la femme « qui contrôle les dépenses du ménage » (J.-M. Delord, op. cit., p. 27). Dans l’Aude et le Gard, « très subordonnée au mari, la femme n’en a pas moins sur lui une grande influence ; le plus souvent, c’est elle qui dirige ses dépenses et lui donne l’argent dont il a besoin » (H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Les populations du midi, Paris, 1893, librairie Guillaumin, p. 294).

203 Acte d’accusation : 4 mai 1882 et procès-verbal d’information devant le conseiller de la Cour d’Appel de Nîmes : 20 avril 1882, A.D., Ardèche, 1U 527.

204 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 13 avril 1919, A.D., Orne, Assises, 1919.

205 Maire au juge de paix : 1er juillet 1931, A.D., Pas-de-Calais, 3 U5 IX.

206 Procès-verbal du juge d’instruction de Pontoise : 19 juillet 1909, A.D., Seine-et-Oise, Assises, 1910.

207 « Mémoire » du mari, s. d., 1904, A.D., Sarthe, 1U913.

208 Lettre à son mari, s. d., 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/142.

209 Notes d’audience : 20 avril 1871, A.D., Yonne, 3U1 1227.

210 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 12 janvier 1905, A.D., Sarthe, 1U 913.

211 Lettre à ? : 5 janvier 1916, A.D., Yonne, 3U2 154.

212 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 26 juillet 1888 et procès-verbal de police de Marseille : 8 juillet 1888, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/69.

213 Procès-verbal de police de Douarnenez : 20 avril 1913 et procès-verbal du juge de Quimper : 17 septembre 1913, A.D., Finistère, 16U6 46.

214 Histoire de la vie privée, sous la direction de Michelle Perrot, Paris, 1987, Seuil, t. 4, p. 144.

215 Le pourcentage de femmes gestionnaires oscille, selon les sociologues, entre 44 % et 59 %, soit un pourcentage supérieur à mes données. Toutefois, ces enquêtes portent sur des échantillons restreints : 200 ménages à Malakoff pour P. Fougeyrollas, par exemple, « Prédominance du mari ou de la femme dans le ménage. Une enquête sur la vie familiale », Population, janvier-mars 1951. Voir aussi P. Chombart de Lauwe, La vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, 1956, C.N.R.S. et A. Michel, Activité professionnelle de la femme et vie conjugale, Paris, 1974, C.N.R.S.

216 Lettre, s. d., 1872, A.D., Seine, D2 U6 22.

217 15 chômeurs ont été recensés sur les 659 maris étudiés.

218 Une dizaine de cas. L’avarice féminine existe également comme je l’ai signalé plus haut.

219 Procès-verbal de gendarmerie d’Ardres : 8 mars 1885, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 962.

220 Procès-verbal de gendarmerie de Joigny : 14 avril 1896, A.D., Yonne, 3U3 973.

221 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 30 décembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

222 Procès-verbal de gendarmerie de Lauzès : 5 janvier 1916, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 290.

223 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, op. cit.

224 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 9 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

225 Dont 53 vont jusqu’à se laisser entretenir par leur femme, comme nous l’avons noté plus haut.

226 Procès-verbal du juge de paix de Ligny : 2 juin 1879, A.D., Meuse, 18U 90.

227 Procès-verbal du juge de paix de Montmorency : 14 octobre 1886, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1886 (1).

228 Réquisitoire : 23 mars 1892 et procès-verbal de police de Paris (porte Saint-Martin) : 21 janvier 1892, A.D., Seine, D2 U8 84.

229 « Mon journal », 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/139.

230 Lettre au Procureur : 16 février 1936, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

231 Procès-verbal du juge de paix de Beaurepaire (Isère) : 17-18 mai 1911, A.D., Drôme, 4U 496.

232 Procès-verbal de gendarmerie de Jouy-en-Josas : 22 juillet 1873, A.D., Seine-et-Oise, 0475.

233 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avesnes : 28 décembre 1881, A.D., Nord, 2U 155/465.

234 Lettre, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.

235 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 3 juillet 1926, A.D., Yonne, 3U3 1082.

236 Procès-verbal du juge de paix du Pellerin (Loire-Inférieure) : 7 septembre 1922, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 844.

237 Lettre à ? : 6 mai 1914, A.D., Ardennes, 4U 294/2.

238 Renseignements par le maire : 30 juillet 1893, A.D., Pas-de-Calais, 3U4 972.

239 Procès-verbal du juge d’instruction de Baume-les-Dames : 3 février 1896, A.D., Doubs, U 4612.

240 Procès-verbal de police de Lyon : 21 avril 1882, A.D., Ardèche, 1U 526.

241 Procès-verbal du juge d’instruction de Tonnerre : 24 juin 1876, A.D., Yonne, 2U 143.

242 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 25 janvier 1880, A.D., var, 4U4 323.

243 Procès-verbal du juge d’instruction de Strasbourg : 18 juin 1929, A.D., Bas-Rhin, Assises, 1929.

244 6,3 % des épouses de mauvais payeurs sont, en effet, maltraitées, le plus souvent par un alcoolique. Voir sur la mésentente conjugale, le chapitre 13.

245 Procès-verbal du maire de Gault : 27 avril 1905, A.D., Marne, 8U 686.

246 4,8 % des mauvais payeurs sont des joueurs et 14,4 % sont adultères. Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 28 octobre 1886, A.D., Seine, D2 U8 207.

247 Procès-verbal du juge d’instruction de Riom : 29 juillet 1882, A.D., Puy-de-Dôme, U 010851.

248 Procès-verbal du juge d’instruction de Cahors : 15 juin 1896, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 231.

249 Procès-verbal de police de Lyon : 23 janvier 1925, A.D., Rhône, tribunal correctionnel de Lyon, audience du 7 mars 1925.

250 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U4 322.

251 Renseignements de la police au Procureur : 20 novembre 1893, A.D., Vaucluse, 2U 566.

252 Procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 12 août 1916, A.D., Sarthe, 1U 1335.

253 C. Rhein, La vie dure qu’on a eue, op. cit., p. 14.

254 Procès-verbal de gendarmerie d’Ecommoy : 3 avril 1930, procès-verbal du juge d’instruction du Mans : 4 novembre 1930 et procès-verbal du juge de paix d’Ecommoy : 31 octobre 1930, A.D., Sarthe, 1U 1923.

255 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 15 mai 1880, A.D., Gard, 7U6 665.

256 Procès-verbal du juge d’instruction de Limoges : 12 juillet 1935, A.D., Haute-Vienne, 3U 853.

257 « Pendant son sommeil, elle dissèque les vêtements, une pièce de cinq francs en or est facile à cacher ; quelquefois, elle la trouve dans la visière de sa casquette, elle ne dit mot. Le lendemain, le voila parti, aussitôt dans la rue, il cherche, il est consterné : il l’aurait perdue ; il met la visière en lambeaux ; elle a peut-être glissé ; rien, le voilà sevré pour toute la semaine » (D. Poulot, op. cit., p. 152).

258 Voir sur ce point chapitre 13.

259 Les ouvriers mauvais payeurs constituent 33,2 % des maris ouvriers étudiés.

260 24 % de paresseux contre 22,4 % pour l’ensemble des mauvais payeurs.

261 Les tractations notariales qui précèdent les noces sont le plus souvent passées sous silence par les témoins. 11 familles seulement sont signalées comme ayant donné de l’argent aux futurs, sans compter les donations-partages.

262 L’article 1401 stipule que font partie de la communauté, sauf dispositions contraires, le mobilier apporté au mariage ou reçu en succession ; les donations faites pendant l’union ; tous les revenus, fruits, salaires, etc. perçus par les deux conjoints ; les immeubles acquis pendant le mariage. Selon l’article 1428, le mari gère ces biens et jouit des revenus.

263 Articles 1437 et 1444 du Code civil. Sont déduites de cette part les « récompenses », c’est-à-dire les sommes engagées par la communauté au seul profit de la femme, par exemple pour acquitter le montant des droits dus pour les successions de ses parents.

264 Article 1428 du Code civil.

265 Article 1538.

266 Article 1549.

267 Article 1428.

268 Lettre, s. d., 1920, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 495.

269 Sur ces 57 dossiers, on compte 43 communautés, 2 communautés réduites aux acquêts et 12 régimes dotaux, repérés par la mention de la dot féminine et non du régime qui lui est attaché.

270 Article 1393 du Code civil.

271 T. Zeldin dans Histoire des passions françaises, Paris, 1978, Recherches, relève qu’entre 1835 et 1860 déjà, les négociants et rentiers du Sud-Ouest, pays de droit romain pourtant plus attaché au régime dotal que les régions de droit coutumier, ont abandonné ce régime, considéré comme humiliant pour le mari ; ils sont suivis peu après par les nobles, les rentiers, les propriétaires fonciers ; les époux choisissent d’abord la communauté réduite aux acquêts puis optent pour la séparation. A Paris, entre 1900 et 1939, les contrats de séparation passent de 15 % des contrats matrimoniaux à 45,5 %. Voir pour des exemples concrets, V. Laloy, La vie quotidienne d’une famille provinciale au xixe siècle, mémoire de maîtrise, 1981, Université de Paris I, qui peint une famille de la bourgeoisie jurassienne, adepte depuis 1822 de la communauté simple et L. Allaite, Une famille de la bourgeoisie rurale en Ardèche au xixe siècle, mémoire de maîtrise, 1987, Université de Paris I, qui montre que les Dolzon résidant à la campagne choisissent le régime dotal juqu’en 1879 alors que les citadins optent pour la communauté réduite aux acquêts.

272 Il va de soi que dans ce sous-ensemble, la part des plus aisés dépasse la moyenne des couples réunis dans la base de données, atteignant presque la moitié des dossiers. Les maris sont ainsi pour 25 % exploitants agricoles, pour 4,1 % membres d’une profession libérale et pour 8,2 % industriels. 13,2 % sont des commerçants mais 1 % seulement sont négociants. Pour le reste j’ai recensé 35 % d’ouvriers, 10 % de salariés agricoles et 7,9 % d’employés.

273 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 18 juillet 1891, A.D., Gard, 7U6 65.

274 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 18 août 1884, A.D., Gard, 7U6 65. Le frère du défunt qui considère que ces obligations relèvent des biens propres du mari et non des biens communs au couple, engage une procédure pour en hériter.

275 Procès-verbal du juge d’instruction de Riom : 18 juillet 1882, A.D., Puy-de-Dôme, U 010851.

276 Lettre du 21 avril 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.

277 Lettre du 7 avril 1877, recopiée dans un procès-verbal de la police de Louviers du 25 décembre 1877, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1878.

278 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 22 octobre 1879, A.D., Seine, D2 U8 88.

279 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 1er mars 1884, A.D., Seine, D2 U8 156.

280 1912, A.D., Cantal, 77 U 5.

281 Lettre, s. d., A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/12..

282 H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France. Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Flandre, Artois, Picardie, Ile-de-France, Paris, 1888, librairie E. Guillaumin, p. 385.

283 F. Zonabend, La mémoire longue, Paris, 1980, PUF.

284 L.F. Sauvé, Le folk-lore des Hautes Vosges, Paris 1889, Maisonneuve et C. Leclerc.

285 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, A.R. de Rudeval, p. 57.

286 Les Cévennes, de la montagne à l’homme, sous la direction de P. Joutard, Toulouse, 1981, Privat.

287 J.-M. Delord, La famille rurale dans l’économie du Limousin, op. cit., p. 57.

288 Voir sur ces luttes, E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, op. cit. En Margeride, « c’est à la femme qu’est confiée la clé de l’armoire : elle se croirait déshonorée si son mari la privait de ce capital de confiance » (A. Aymar, 1894, cité par R. Bonnin et al., L’ostal en Margeride, Paris, 1978, CORDAC).

289 Y. Brekilien, La vie quotidienne des paysans en Bretagne au xixe siècle, Paris, 1966, Hachette, p. 69.

290 17 cas seulement ont été retrouvés.

291 Procès-verbal du juge d’instruction de Bourganeuf : 7 août 1885, A.D., Creuse, ZE/U922(1).

292 Lettre du 1er septembre 1918, A.D., Orne, Assises, 1918.

293 Procès-verbal de gendarmerie de Ribérac : 25 avril 1918, A.D., Dordogne, 12 U 206.

294 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 21 novembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

295 Lettre au Procureur : 11 mars 1871, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 495.

296 Il s’agit évidemment de couples désunis. 18 % des dossiers sont extraits d’affaires de divorces et 24,5 % d’adultère. Plus graves, 13,4 % des époux en viennent aux coups et 22,7 % tentent d’assassiner leur conjoint.

297 Lettre à sa femme : 13 avril 1871, op. cit.

298 Lettre au Procureur : 29 juin 1872, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 410.

299 Lettre du mari au Procureur : 1er juillet 1883, A.D., Puy-de-Dôme, U 02332.

300 Lettre du mari : 18 décembre 1884, A.D., Seine, D2 U6 72.

301 Lettre du mari à ? : 7 avril 1892, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, 1890-1895.

302 Lettre au procureur du Mans, s. d., 1930, A.D., Pas-de-Calais, audience du tribunal de Béthune du 12 décembre 1930. La femme a pris une alliance, un rosaire, un vélo de femme, des couvertures, un édredon, un lit et son matelas, 6 paires de draps, la machine à coudre ainsi que 1 400 francs en liquide, soit un préjudice estimé à 2 500- 3 500 francs par le mari.

303 Mémoire au juge, s.d., 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.

304 Lettre du mari au Président du tribunal : 5 mai 1914, A.D., Seine, D2 U6 191.

305 Traduction griffonnée au dos d’une enveloppe d’une lettre en allemand, s. d., 1923, A.D., Bas-Rhin, AL 112 p. 303.

306 Plainte, s. d., 1875, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1875.

307 Lettre au Procureur : 2 mars 1893, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1893.

308 Lettre du 8 novembre 1901, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, juin-décembre 1901.

309 Lettre au Procureur : 12 décembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909. Rappelons que si une condamnation à une peine infamante permet de gagner un divorce, elle n’autorise pas l’épouse à s’affranchir de l’autorité maritale avant la séparation.

310 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Vallier : 7 mars 1926, A.D., Drôme, UP 1010.

311 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 27 septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.

312 S.d., 1926, A.D., Haute-Vienne, 3U 817.

313 Procès-verbal du juge d’instruction d’Avignon : 24 septembre 1878, A.D., Vaucluse, 3U2 185.

314 Lettre au mari : 7 septembre 1910, A.D., Aube, versement 202, liasse 33 909.

315 Lettre, s. d., 1925, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/137.

316 Procès-verbal du juge d’instruction de Tulle : 27 mai 1926, A.D., Haute-Vienne, 3U 817.

317 Procès-verbal de gendarmerie de Blangy (Seine-Inférieure) : 18 octobre 1898, A.D., Eure, 12 124.

318 Lettres au président du tribunal : 5 avril et 18 juillet 1919, A.D., Oise, Assises, 4e trimestre 1921.

319 Lettre du 11 août 1918, A.D., Orne, Assises, 1918.

320 Procès-verbal de gendarmerie de Chamy : 25 avril 1901, A.D., Yonne, 3U3 991.

321 Lettre au Procureur : 3 septembre 1913, A.D., Finistère, 16U6 47. La femme s’est établie à Quimper.

322 Notice individuelle : 5 avril 1925, A.D., Indre, tribunal correctionnel du Blanc, versement 106, liasse 342(2).

323 Procès-verbal de police de Saint-Etienne : 22 juillet 1926, A.D., Loire, U 1892.

324 Soit 16,4 % des ménages.

325 Procès-verbal de la chambre des enquêtes d’Alais : 22 janvier 1879, A.D., Gard, 7U6 65.

326 Lettre au Procureur : 8 juin 1886, A.D., Vaucluse, 3U2 1116.

327 Procès-verbal du juge d’instruction d’Alais : 17 juillet 1882, A.D., Gard, 7U6 65.

328 Lettre au député de sa circonscription : 25 mai 1890, A.N., BB24 887.

329 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Mamers : 3 janvier 1907, A.D., Sarthe, 1U 915.

330 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 26 octobre 1872, A.D., Seine, D2 U8 14.

331 Contre-enquête : 21 novembre 1906, A.D., Drôme, 15 U 51.

332 Lettre à ? : s. d., 1873, Pas-de-Calais, 3U4 953.

333 Procès-verbal de police de Rouen : 12 octobre 1910, A.D., Seine-Inférieure, U 2469.

334 Réquisitoire : 10 juin 1938, A.D., Pyrénées-Orientales, U 3755.

335 Article 1538 du Code civil.

336 Procès-verbal du juge d’instruction de Marseille : 6 mai 1920, A.D., Bouches-du-Rhône, 208 U 22/118.

337 Procès-verbal du juge d’instruction de Tournon : 22 janvier 1916 et lettre du 2 juillet 1914, A.D., Ardèche, 1U 560/64.

338 Jugement du tribunal civil de Quimper : 17 mai 1930, A.D., Finistère, 16 U6 93.

339 13 litiges pour 64 dots. Je rappelle que la dot, exclusivement féminine pour le Code civil, peut être féminine comme masculine selon les régions. Féminine en Provence et en Corse, feminine comme masculine dans les Pyrénées.

340 Dans deux cas sur trois, la dot est méridionale. Les rentiers représentent 17 % des familles où les filles sont dotées, les entrepreneurs 20 %, les paysans 34 % et les professions libérales 12 %.

341 Voir l’exemple des Dolzon.

342 Voir A. Fine, « Le prix de l’exclusion. Dot et héritage dans Sud-Ouest occitan », La dot, la valeurs des femmes, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1982, série A, t. 21.

343 Procès-verbal du juge d’instruction de Rochechouart : 8 juin 1925, A.D., Haute-Vienne, 5U 441.

344 Lettre au juge : 22 juin 1891, A.D., Seine, D2 U8 272.

345 Lettre au Procureur : 11 juillet 1877, A.D., Seine, D2 U6 42.

346 Procès-verbal du juge d’instruction de Mortagne : 15 décembre 1887, A.D., Orne, Assises, 1888.

347 Procès-verbal d’audience du tribunal civil de Nîmes : 20 avril 1893 et acte d’accusation : 21 janvier 1894, A.D., Vaucluse, 2U 566.

348 Lettre, s. d., A.D., Doubs, 4U 180.

349 Acte d’accusation : 31 janvier 1879, A.D., Cantal, 38 U 247.

350 Procès-verbal d’interrogatoire par la chambre des enquêtes d’Alais : 22 janvier 1879, A.D., Gard, 7U6 65.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search