Version classiqueVersion mobile

Chrysalides. Volumes I et II

 | 
Anne-Marie Sohn

Chapitre 4. Responsabilités maternelles et tâches déléguées

Texte intégral

1Il va de soi pour les contemporains que les femmes doivent être de bonnes mères. Toutefois, l’expression, générale, rend mal compte de la multiplicité des tâches, de leur évolution dans le temps et selon les milieux. Une partie de la fonction maternelle est purement matérielle : laver, vêtir, nourrir, soigner, promener les enfants. Mais elle s’accompagne également de responsabilités morales et intellectuelles importantes : il s’agit de contrôler l’instruction et la formation professionnelle, d’inculquer valeurs et préceptes moraux, de surveiller et, en dernier ressort, de punir. Enfin, l’éducation met en jeu les sentiments : amour, haine ou indifférence jouent un rôle aussi décisif entre parents et enfants qu’entre époux. La simple énumération des facettes éducatives montre que les enjeux sont plus complexes que pour les tâches ménagères, que le partage sexuel des rôles est plus flou d’autant que les acteurs ne se limitent ni aux mères, ni aux femmes ni à la famille. L’école, le voisinage, l’Etat ont leur mot à dire si bien que la maternité ne saurait englober l’ensemble de l’éducation.

  • 1 Les enquêtes sociologiques retiennent comme travail strict la toilette, les soins matériels, la con (...)
  • 2 Par les pères et par les mères.
  • 3 Sur un total de 3 408 mères, on compte également 883 mères célibataires. Précisons que les caractér (...)
  • 4 16 % à 18 % pour les tâches matérielles, 19 % à 25 % pour la surveillance et le droit de correction (...)

2J’ai effectué, à l’aide de 13 variables, un repérage grossier des travaux induits par la présence des enfants ainsi que des devoirs moraux incombant à la famille1. J’ai ajouté, par ailleurs, deux variables portant sur les sévices à enfants ainsi qu’une variable sur l’éducateur lorsque les enfants ne sont pas élevés au sein du couple2. L’informatique m’a permis de repérer les responsables de chaque tâche, fussent-ils négligents. Les données quantifiables se sont révélées plus nombreuses que pour les tâches ménagères. Je dispose ainsi pour les 2 525 mères légitimes de 1609 réponses à l’une au moins des variables éducatives3. Il convient de souligner, du reste, qu’en raison de l’âge ou du sexe des enfants, beaucoup de tâches sont codées « sans objet » : école ou métier pour les bébés, tâches matérielles pour les adolescents. Aussi, selon les cas, le pourcentage de « sans objet » oscille-t-il entre 16 % et 88 %, ce qui diminue encore le nombre de tâches inconnues4. L’abondance de la matière est telle que j’ai été conduite à la scinder en deux chapitres, l’un consacré aux devoirs matériels et le second centré sur l’affectivité et l’éducation de la personnalité. Il m’a semblé, de plus, nécessaire de décrire la diversité des situations familiales et l’importance des délégations éducatives, plus répandues que de nos jours, toutes données qui influencent beaucoup les pratiques maternelles.

Les mères légitimes : un ensemble complexe

3L’état-civil et une approche étroitement démographique ne suffisent pas à rendre compte de la composition des foyers. Certes, nous disposons du pourcentage des naissances illégitimes et des mariages légitimants, nous mesurons le poids du veuvage mais nous évaluons mal la complexité des familles.

La diversité des situations familiales

  • 5 Qu’elles soient divorcées, séparées, veuves ou mariées.
  • 6 Leur part dans la base de données représente près du double de leur proportion dans l’ensemble de l (...)
  • 7 Soit 6,8 % de l’échantillon et un pourcentage voisin de la moyenne nationale des mariages légitiman (...)
  • 8 Procès-verbal de gendarmerie de d’Attigny : 16 janvier 1930, A.D., Ardennes, 4U3194.

4En effet, sur 2525 mères légitimes, seules 1733 élèvent leurs enfants dans le cadre d’une union légale. 1 565 mères, soit 62 % de l’échantillon, sont mariées en premières noces et vivent avec leur mari. 168 mères (6,6 %) sont remariées et 282 (11 %) vivent en concubinage5. Et surtout, près d’une sur cinq – veuve, divorcée, séparée légalement on non – assume seule l’éducation de ses enfants. Il est vrai que la source même, en raison d’une litigiosité spécifique, valorise les divorcées et les femmes séparées au delà de leur poids statistique, sans pour autant fausser leur vécu quotidien6. De plus, une part importante des mères élève des enfants issus de plusieurs lits. 364, soit 14,5 %, ont au moins un enfant illégitime. Dans 171 cas, les femmes sont mères d’un enfant naturel qui est légitimé lors de leur mariage mais, complication supplémentaire, 91 maris ne sont pas les pères naturels des enfants reconnus7. 6 % se sont remariées et ont des enfants issus de deux lits. 4,5 %, enfin, ont épousé un homme, veuf le plus souvent, qui avait eu des enfants avec sa première femme. Comme l’explique une mère de dix enfants, elle n’a épousé un manœuvre de Givry, veuf et déjà père de six enfants, qu’« avec la promesse qu’il entretiendrait mes enfants » 8.

  • 9 A.D., Oise, tribunal correctionnel de Beauvais, 1er trimestre 1935.
  • 10 Procès-verbal de gendarmerie de Beaumont-sur-Oise : 12 mars 1925, A.D., Oise, tribunal de Beauvais, (...)
  • 11 Dans le tableau ci-dessous, le total de 2197 est inférieur au nombre des mères légitimes puisque j’ (...)

5Ainsi, une mère sur quatre exerce ses charges dans des familles lourdes avec des enfants de plusieurs lits. Je ne citerai qu’un exemple extrême d’enchevêtrement familial pour illustrer ces chiffres arides. Mme B., née en 1896 et journalière à Abancourt (Oise), a dix enfants de quatre pères différents : l’aîné, âgé de dix-neuf ans, est un enfant naturel ; trois enfants F., âgés de dix-sept, seize et quatorze ans, sont nés d’un premier mariage ; deux enfants B., âgés de onze et douze ans, sont issus d’un second mariage contracté après son veuvage et quatre enfants L., échelonnés entre neuf et cinq ans, ont été reconnus par le concubin régulier rencontré après un nouveau veuvage9. L’opinion a même le sentiment fallacieux d’être en présence de familles grouillant d’enfants. Un témoin décrivant un « faux ménage », composé d’un ouvrier agricole de Presles (Oise), divorcé et père de deux enfants, et d’une veuve, mère de deux enfants, mais un légitime et un naturel, conclut qu’il « avait de nombreux enfants appartenant à l’un et à l’autre » 10. En incluant les femmes chefs de familles monoparentales, les mères remariées, les concubines et les mères d’enfants légitimes et illégitimes, on découvre que 45 % des protagonistes réunies dans notre échantillon vivent, en fait, dans des structures familiales qui échappent à la norme conjugale et pour une part, à la lecture du seul état-civil féminin. Si leur nombre exact est impossible à calculer, les femmes séparées de fait et les concubines étant ignorées des recensements, ces mères atypiques constituent une minorité importante qui ne peut être inférieure, me semble-t-il, à 20 % ou 25 % des mères légitimes11.

Diversité des mères légitimes

Situation des mères légitimes Nombre %
Mères mariées dont : 1733 68,6
Mariées en 1res noces 1565 62
Veuves remariées 132 5,2
Divorcées remariées 36 1,4
Mères vivant seules dont : 510 20,2
Veuves 165 6,5
Divorcées 170 6,7
Séparées 175 7
Mères vivant en concubinage dont : 282 11,2
Mariées concubines 120 4,8
Veuves concubines 106 4,2
Divorcées concubines 40 1,6
Séparées concubines 16 0,6

6Ce sont les mieux connues, car elles sont plus surveillées par les autorités et plus souvent poursuivies pour des crimes et délits spécifiques comme l’infanticide et l’avortement. Malheureusement pour nous, les mères mariées à l’histoire moins agitée sont plus difficiles à cerner alors qu’elles servent de modèle pour les contemporains.

Mères et origines des enfants

Mères et origines des enfants

1 Dont 150 mères ayant déjà des enfants d’un premier lit lors de leur remariage
et 117 femmes ayant épousé un homme qui avait des enfants d’un premier lit.

La référence : la mère mariée

  • 12 19,7 % des mères ont été repérées pour les années 1870-1890 ; 23,3 % pour les années 1891 -1914 et  (...)
  • 13 La situation des mères mariées est connue, dans 40 % des cas, par des litiges familiaux banalisés ( (...)

7Comme je l’ai déjà noté pour les ménagères, l’échantillon souffre d’une surreprésentation de l’entre-deux-guerres qui regroupe plus de la moitié des cas12. Ce déséquilibre tient principalement à la nature de la documentation qui reflète la poussée des divorces et des déchéances parentales13. Toutefois, cette distorsion, si elle exige de relativiser les conclusions chiffrées, n’entame pas la validité des notations qualitatives.

  • 14 28,4 % ont 20 à 29 ans ; 43,6 % ont entre 30 et 39 ans et 17,5 % sont âgées de 40 à 49 ans.
  • 15 77 % des divorcées et 73 % des veuves se situent dans la tranche des 30 à 49 ans.
  • 16 Un enfant : 32 % ; deux : 24,1 % ; trois : 15,5 % ; quatre : 11,6 % ; cinq : 6,5 % ; six : 4,5 % ; (...)
  • 17 Les divorcées non remariées ont un à trois enfants dans 89,5 % des cas et les divorcées vivant en c (...)

8Les mères mariées en premières noces sont âgées, pour les trois-quarts, de vingt à trente-neuf ans et sont donc en pleine période de reproduction14. Les divorcées et veuves remariées sont un peu plus âgées, ce qui est normal compte tenu de la durée d’un premier mariage15. 56 % ont élevé un ou deux enfants et 71,5 % trois au plus16. Toutefois, saisies sur le vif par l’institution judiciaire, elles n’ont pas toutes mis au monde leur descendance complète. Aussi, étudierai-je les tâches éducatives dans le cadre de familles peu nombreuses encore que près de 30 % des mères élèvent plus de trois enfants. Les familles « lourdes », à partir de six enfants, restent, cependant, l’exception. Les veuves remariées sont un peu plus fécondes : 35 %, en effet, ont plus de trois enfants, car le remariage s’accompagne souvent d’une nouvelle descendance. En revanche, les divorcées remariées conservent un comportement très malthusien dans leur nouvelle union17.

  • 18 Les veuves remariées, comme les veuves, sont encore plus campagnardes. 41,3 % des veuves remariées (...)
  • 19 77,2 % pour les divorcées remariées et 81,7 % pour les divorcées.
  • 20 On compte 13,6 % de domestiques et femmes de ménage et 10,5 % de commerçantes d’après l’étude des p (...)
  • 21 La moitié des paysans sont journaliers agricoles.

9Les mères mariées en premières noces forment, avec les veuves, le groupe le plus rural des mères étudiées : 37,5 % vivent à la campagne, 41,5 % dans des villes petites ou moyennes et une sur cinq seulement dans une métropole18. Inversement, les divorcées remariées, comme les divorcées, sont citadines pour plus des trois-quarts19. Leur répartition géographique n’appelle pas de commentaire particulier et ne fait que refléter la base de données. En revanche, les mères mariées travaillent moins, les charges de famille et la présence d’un salaire masculin expliquant aisément ce décalage : 45 % sont ménagères contre 36 % des femmes étudiées. Reste que plus d’une mère sur deux travaille, les mères remariées plus souvent encore que les mères chefs de famille. Ces statistiques confirment à nouveau, s’il était besoin, l’échec déjà souligné de la femme au foyer. Les mères actives exercent des métiers en général peu qualifiés : 42 % sont ouvrières, 23 % sont agricultrices dont la moitié simples journalières, les autres se partageant entre la domesticité et le petit commerce20. Elles répugnent cependant à être bonnes à demeure, sujétion incompatible avec l’éducation de jeunes enfants. Elles travaillent le plus souvent par nécessité : en effet, leurs maris sont pour moitié ouvriers, pour un quart paysans avec une forte proportion de salariés agricoles, un quart seulement accédant au monde des cols blancs ou de la petite entreprise21. Les femmes qui ont pu faire « carrière » dans le tertiaire sont sous-représentées dans nos données, la maternité freinant la promotion sociale féminine. Ce sont donc principalement les mères issues des milieux populaires qui constituent notre objet d’étude. Ces mères actives doivent donc combiner métier, tâches ménagères et éducation, fardeau écrasant même pour des femmes dans la force de l’âge.

Les mères légitimes atypiques

10Les mères légitimes qui ne vivent pas ou plus avec le père de leurs enfants, ont des profils plus contrastés. On peut distinguer à l’intérieur de ce sous-ensemble trois types principaux : les mères seules, les mères vivant en concubinage et les mères légitimes ayant des enfants illégitimes.

Les mères seules

  • 22 165 veuves, 175 séparées, 170 divorcées. Et pour celles dont les tâches sont connues, respectivemen (...)
  • 23 Elles passent de 31 % des mères seules en 1870-1890 à moins de 20 % dans l’entre-deux-guerres.
  • 24 26,7 % des veuves ont un enfant illégitime et 15,4 % des mères mariées.
  • 25 12,5 % domestiques et 12,5 % commerçantes.
  • 26 27,7 % sont connues pour des mauvais traitements et mauvais soins à enfants contre 26,3 % pour tout (...)

11Beaucoup, mais non toutes, sont chefs de famille. Certaines, divorcées ou séparées, n’ont pas la garde de leurs enfants ou les ont laissés au père. Ces mères privées d’appui masculin constituent trois cohortes égales en nombre – divorcées, veuves, séparées de fait ou de droit – mais aux comportements diversifiés22. Les veuves sont surtout nombreuses au début de la période, ce qui reflète la mortalité encore forte des adultes, puis leur nombre décline23. Malheureusement, la faiblesse des données recueillies entre 1914 et 1919 ne permet pas une étude particulière des mères de famille, veuves de guerre. Pendant toute la IIIe République, les veuves sont les plus nombreuses à vivre à la campagne : 45 % contre un quart des autres mères seules. Elles sont plus âgées, comme les veuves remariées, puisque les trois-quarts ont trente à quarante-neuf ans. Si le nombre des enfants légitimes est très voisin de celui des mères mariées, une sur quatre doit également élever un enfant illégitime contre une épouse sur sept24. Toutefois, parce qu’elle est plus âgée, la mère veuve a des enfants également plus âgés, souvent même placés. Elle peut donc plus facilement se livrer à une activité extérieure, d’autant plus nécessaire que la perte du revenu marital plonge souvent ces foyers dans la misère. Aussi, 88 % des mères veuves travaillent-elles. Leur choix est encore plus réduit que pour les mères mariées, limité à 34 professions contre 86, toutes situées au bas de l’échelle des qualifications. Un tiers travaille dans l’agriculture où plus de la moitié sont des salariées. Près de 30 % sont ouvrières, les autres domestiques ou commerçantes25. Si les veuves ne semblent pas de plus mauvaises mères que les femmes mariées, la faiblesse de leurs ressources, qui interdit toute charge nouvelle, les conduit à une criminalité spécifique puisque la moitié des cas sont connus par un avortement ou un infanticide26.

  • 27 Voire à partir de 1915 avec 88,5 % des dossiers.
  • 28 Les mères divorcées ont une pyramide des âges proche de celles des veuves et sont donc plus âgées q (...)
  • 29 La profession des ex-maris confirme ce clivage. On compte 11,8 % d’employés et 26,1 % de chefs d’en (...)

12Compte tenu du temps nécessaire à la montée en charge des divorces, les mères divorcées se regroupent, pour 95 %, après 190027. La percée principalement urbaine de la nouvelle procédure explique également que 75 % soient des citadines28. Socialement, elles appartiennent à deux milieux opposés. Une moitié est issue de familles bourgeoises ou petites bourgeoises. 27 % disposent, en effet, de revenus suffisants pour ne pas être contraintes de travailler, près de 10 % sont des employées et un nombre égal dirigent un commerce ou exercent une profession libérale. Mais pour moitié, les mères divorcées sont issues des classes populaires : 34,6 % sont ouvrières et 16 % domestiques29. Ces femmes que l’on peut supposer plus éduquées et plus conscientes que la plupart des épouses, puisque 80 % d’entre elles sont demanderesses lors du divorce, ont les charges éducatives les plus faibles : 90 % ont limité à trois le nombre de leurs enfants, 75 % à un ou deux. La maîtrise de la fécondité se lit, de plus, dans le faible nombre des enfants illégitimes : 5 %. Au reste, la vie privée des mères divorcées est en général irréprochable : si plus de 60 % des mères veuves ont ou ont eu une liaison, moins d’une divorcée sur sept est dans ce cas. Mères d’enfants rares donc voulus, se consacrant exclusivement à eux en l’absence d’un mari ou d’un amant, ce sont de bonnes mères : je n’en ai retrouvé que quatre qualifiées de négligentes et deux seulement pour maltraiter leur enfant. Les dossiers les concernant sont composés, du reste, dans deux cas sur trois par des abandons de famille, dans trois cas sur quatre par des litiges consécutifs au divorce.

  • 30 78,4 % ont un à trois enfants contre 71,5 % pour les femmes mariées et 89,5 % pour les divorcées.
  • 31 Elles ont le choix entre 28 métiers seulement. 15,6 % sont journalières agricoles, 27,3 % sont dome (...)
  • 32 Je n’ai repéré que quatre cas de sévices.

13Le groupe des mères séparées est plus complexe. 60 % sont séparées de fait et ont le plus souvent quitté leur mari, ce qui les rapproche des divorcées. Aussi, la rupture du mariage étant mieux tolérée en ville, les trois-quarts sont-elles des citadines. De même, elles ont peu d’enfants à charge30. Par l’âge et le nombre d’enfants illégitimes, elles s’alignent également sur les divorcées. Toutefois, leur profil social est plus proche de celui des veuves. Elles appartiennent aux classes laborieuses, travaillent dans 80 % des cas et exercent les mêmes métiers mal payés et non qualifiés, avec un éventail professionnel encore plus étroit31. Les mères séparées sont manœuvres, femmes de ménage, blanchisseuses ou couturières. Quoique pauvres, ce qui entraîne pour 15 % d’entre elles l’ouverture d’une procédure en déchéance pour défaut de ressources, ce sont de bonnes mères à l’instar des divorcées32. Les mères séparées s’alignent pour leur vie privée sur les divorcées mais sont cantonnées, comme les veuves, au bas de l’échelle sociale et professionnelle.

Les mères légitimes vivant en concubinage

  • 33 Sur les mères concubines, voir ma thèse, Les rôles féminins dans la vie privée à l’époque de la III(...)

14Cet ensemble est divers par l’origine des mères le composant. 162 femmes n’ont plus de conjoint et 120 sont encore engagées dans les liens matrimoniaux33. Sociologiquement, il est hétéroclite, chaque groupe conservant les caractères du groupe d’origine : malthusianisme des divorcées, âge élevé des veuves, jeunesse des femmes mariées.

  • 34 C’est le plus fort pourcentage des mères légitimes comparé aux 17,5 % de femmes mariées.
  • 35 Voir chapitre XII. Ainsi, les ex-maris des divorcées concubines sont pour plus de 60 % des ouvriers
  • 36 12 % des mères veuves et 21 % des mères séparées seulement sont ménagères.
  • 37 Procès-verbal du juge d’instruction de Grasse : 15 novembre 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 113.
  • 38 52,3 % sont ouvriers et 13,6 % journaliers agricoles.

15Les mères veuves ou divorcées qui se cherchent un compagnon, présentent, cependant, des traits communs. Leur choix est favorisé par la ville où résident les trois-quarts alors que les mères veuves et isolées sont nombreuses à la campagne, mais aussi par un âge relativement avancé qui leur permet de s’affranchir plus aisément du qu’en dira-t-on : près de 80 % ont, en effet, plus de trente ans et 29 % sont des quadragénaires34. De plus, leur milieu se montre tolérant pour ces comportements hors normes : six sur dix appartiennent à la classe ouvrière où le concubinage reste très vivace pendant la IIIe République et 12 % sont domestiques, métier où les naissances illégitimes sont fréquentes35. Le travail du concubin leur permet de rester plus souvent au foyer, à la différence des femmes chefs de famille qui élèvent seules leurs enfants, puisque un tiers est recensé comme ménagères36. Un cultivateur de Pégomas (Alpes-Maritimes) a, du reste, le sentiment d’avoir été exploité par sa concubine, une veuve, mère de six enfants, qui vient de le quitter après dix-huit ans de vie commune : « tant que les enfants de cette femme ont été jeunes, elle avait besoin de moi pour le travail, aussi étais-je bien considéré mais quand les enfants ont grandi et que moi, je suis devenu vieux, on m’a mis à la porte »37. Certes, leurs amants sont loin d’avoir de brillantes situations : pour deux-tiers, ils sont ouvriers ou journaliers agricoles mais les hommes, à ce niveau de qualification, sont toujours mieux payés que les femmes38. Ainsi, le concubinage permet à ces femmes d’élever plus facilement des enfants, au reste, peu nombreux. Lorsqu’elles se mettent en ménage, elles sont quatre fois sur cinq mères d’un à trois enfants seulement mais 37,6 % mettent ensuite au monde au moins un enfant naturel, si bien que leur descendance finale est supérieure, comme pour les veuves, à celle des mères mariées. De plus, elles vivent avec des hommes eux mêmes chargés de famille : 18 % des concubins ont des enfants légitimes et près d’un quart des enfants illégitimes, parfois issus d’une précédente liaison. La présence au foyer d’un nombre élevé d’enfants, le plus souvent nés d’unions successives, légitimes ou non, rend les tâches éducatives plus délicates, suscite parfois litiges et violences. Aussi, ces mères, de surcroît plus surveillées que les femmes mariées en raison de leur situation « irrégulière », sont-elles en apparence moins irréprochables que les femmes chefs de familles monoparentales. Près d’un dossier sur deux concerne des mauvais soins, voire plus rarement, des sévices sur enfants et une mère sur cinq a été déchue de ses droits.

  • 39 71,4 % des concubines ont un ou deux enfants et 81,3 % trois au plus.
  • 40 On compte 35,5 % d’ouvrières, 19 % de domestiques et 16,5 % de commerçantes.
  • 41 Ces mères sont principalement connues par les plaintes en adultère du mari.

16Les mères mariées vivant en concubinage présentent des caractères différents. Par l’âge – près de 80 % ont moins de trente-neuf ans –, par le statut social – 45,5 % sont ménagères –, elles se rapprochent beaucoup des mères mariées. Toutefois, elles ont moins d’enfants, ce qui leur permet, sans doute, de trouver plus aisément un concubin qui les prenne en charge39. Elles vivent en ville pour les trois-quarts comme toutes les concubines. Elles exercent des métiers voisins : ouvrières et domestiques pour plus de la moitié, les commerçantes, toutefois, étant un peu plus nombreuses40. Mais, à la différence des autres mères légitimes concubines, ce sont de bonnes mères : 20 % des dossiers seulement concernent des délits dont l’enfant est victime et trois seulement sont clos par une déchéance41. Pourtant, 36 % ont au moins un enfant illégitime. Dans ce dernier cas, elles appartiennent également au groupe composite des mères légitimes d’enfants illégitimes.

Mères légitimes d’enfants illégitimes

  • 42 Voir pour le mariage des mères célibataires, chapitre VIII.
  • 43 64 % travaillent. Parmi les actives, 40 % de ces mères sont ouvrières, 20 % domestiques et 10 % jou (...)

17Cette catégorie recoupe les divisions précédentes puisque 60 % sont mariées, 20 % sont veuves, les autres divorcées, séparées ou vivant en concubinage. Pour les mères mariées en premières noces, l’enfant illégitime – unique dans deux cas sur trois – est une « faute de jeunesse » qui n’a pas empêché le mariage mais qui pèse, cependant, sur la descendance finale puisque les mères célibataires ayant convolé ont moins d’enfant légitimes que les mères mariées : les deux-tiers n’ont pas plus de deux enfants et 83 % pas plus de trois42. C’est dans les milieux populaires que l’« enfant du péché » est le mieux accepté43. La tolérance des familles modestes n’est pas, ici, un privilège urbain puisque plus de 40 % vivent dans une commune rurale mais nous y reviendrons.

18Pour les mères seules ou vivant en concubinage, l’enfant illégitime est né le plus souvent d’une liaison nouée après la fin du mariage ou lors du concubinage. Mais certaines femmes étaient mères célibataires lors des noces. D’autres ont des enfants illégitimes nés d’une liaison adultérine Aussi, ces mères sont-elles à la tête des familles les plus conflictuelles : 38,5 % sont impliquées dans un crime ou délit contre l’enfance, 12 % exercent de graves sévices sur leurs enfants, 16 % sont déchues de leurs droits maternels.

  • 44 Dans le cas des veuves et divorcées remariées, ayant lors du remariage au moins un enfant du premie (...)
  • 45 Procès-verbal de gendarmerie de Liévin : 16 septembre 1929, A.D., Pas-de-Calais, tribunal de Béthun (...)

19La seule photographie des données sociologiques permet, déjà d’entrevoir certaines contraintes pesant sur les tâches éducatives : ressources du foyer, situation de famille des mères, nombre et origine des enfants. Les mères chefs de famille monoparentales comme nous dirions aujourd’hui, ignorées longtemps de l’Administration, se débattent dans de graves problèmes matériels. Quand elles s’appuient sur un concubin, leur situation financière s’améliore mais la présence d’enfants de plusieurs lits, la venue d’enfants naturels compliquent leur tâche. D’une façon générale, la présence au sein d’une famille, qu’elle soit légale ou non, d’enfants dont l’homme ou la femme ne sont pas le père ou la mère, est source de perturbation et entraîne négligence ou mauvais traitements. Ainsi, lorsqu’une femme se marie avec un homme ayant au moins un enfant légitime, près d’un quart des maris et 14 % des épouses exercent des sévices sur les enfants contre 8 % pour les femmes mariées en premières noces44. Une veuve remariée à un manœuvre de Liévin impute, du reste, la faillite de son ménage au seul rejet de ses enfants par son époux : « mon mari me brutalise à cause des enfants du premier lit. Il brutalisait de même mes enfants à tel point qu’ils ont dû me quitter » 45. Toutefois, les responsabilités éducatives découlent non seulement de la force des choses mais aussi des modèles appliqués. Si l’Eglise, les hygiénistes et les penseurs bourgeois insistent sur le rôle dévolu à la mère en matière d’éducation, les contemporains sont plus partagés et réservent au père une place importante. De plus, nécessité faisant loi, ils acceptent que les parents délèguent tout ou partie de leurs responsablités à des tiers, ce qui brouille encore plus le stéréotype de la Mère exclusive et omniprésente.

Primauté maternelle ou responsabilités partagées au sein du couple parental ?

20L’opinion est divisée sur les mérites des solutions adoptées : la mère éducatrice, le père responsable ou l’autorité partagée.

La mère éducatrice entre le devoir et la prédestination

21La primauté maternelle est explicitement évoquée dans 102 dossiers, pour moitié postérieurs à 1914 et pour moitié consacrés aux ouvriers. Elle passe pour un devoir aux yeux des témoins et des maris mais elle peut être également revendiquée par les femmes qui soulignent alors leur supériorité en la matière.

L’assignation des femmes aux tâches éducatives

  • 46 Procès-verbal du juge d’instruction de Château-Gontier : 2 juillet 1873, A.D., Mayenne, U 5463.
  • 47 Qui compte dix enfants vivants. Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 19 mai 1896, A.D., (...)
  • 48 Ouvriers des deux mondes, 2e série, t. 5.
  • 49 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, A. de Rude (...)
  • 50 J. de la Chesnaye, Le vieux bocage qui s’en va, Vannes, 1911, imprimerie Lafolye, p. 35.
  • 51 Mais elle travaille également pour compléter les ressources familiales. C. Germain et C. de Panafie (...)
  • 52 Procès-verbal du juge d’instruction de Pontoise : 18 septembre 1909, A.D., Seine-et-Oise, Assises, (...)
  • 53 Procès-verbal du juge d’instruction de Vannes : 29 avril 1931, A.D., Morbihan, U 5693.
  • 54 Lettre au Procureur : 4 juin 1936, A.D., Nord, 3U2 328.

22L’opinion et les conjoints, surtout lorsqu’ils sont ouvriers ou journaliers agricoles, considèrent spontanément que les soins matériels incombent à la mère. Un fermier de la Mayenne, pour faire l’éloge de sa femme, évoque son dévouement pour ses enfants : « elle en a bien soin et (...) les a parfaitement élevés »46. Le juge de Mamers (Sarthe) qui rejette la responsabilité des parents, journaliers agricoles et « très braves gens », dans l’infanticide commis par une de leurs filles, précise : « la mère fait tout ce qu’elle peut pour élever sa nombreuse famille » 47. Les observateurs bourgeois et les folkloristes peignent également un rigoureux partage des rôles éducatifs. Chez le fileur du Val-des-Bois, c’est l’épouse qui « veille plus spécialement à l’éducation des enfants » 48. En pays basque, « il est sans exemple que le père intervienne dans des questions qu’il juge essentiellement féminines » comme l’éducation49. En bas Poitou, « la mère seule s’occupera » du bébé50. En revanche, rares sont les témoignages directs, tous postérieurs à 1900, à opérer une stricte dichotomie entre le foyer et l’espace public comme pour cette famille ouvrière de la Sarthe où « l’homme allait travailler, c’était le dehors » et « Maman s’occupait de nous »51. Ce sont les pères qui insistent le plus sur la spécialisation des rôles éducatifs, certains refusant même toute participation à l’élevage de leurs enfants. Un pépiniériste de Montlignon (Seine-et-Oise) n’a pas vu dépérir l’une de ses jumelles, négligée par sa mère, car, dit-il, « Je ne m’occupais pas du tout des enfants, absorbé que j’étais par mes travaux » 52. Vingt ans plus tard, même remarque d’un retraité de la marine à Séné (Morbihan) : « pour ce qui est des soins, cela regardait ma femme ; car moi, je travaillais au dehors ; puisque mon rôle consiste à gagner le pain de ma famille » 53. Un ouvrier agricole de Maretz (Nord) souligne bien la difficulté pour un homme de concilier travail et élevage des enfants : « ayant été gagnée par (...) les plaisirs, ma femme laisse les enfants sans soins (...). Je suis ouvrier agricole, je ne peux rester chez nous pour leur donner les soins nécessaires. (...) Son devoir est de soigner ses enfants » 54. Ces quelques citations montrent l’intériorisation des rôles féminins et masculins théoriques, assignant la femme au foyer et à l’éducation.

  • 55 Procès-verbal du juge d’instruction de Lunéville : 26 août 1902, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 645.
  • 56 Procès-verbal de gendarmerie de Neuville-sur-Saône : 30 décembre 1933, A.D., Rhône, 3U 1203.
  • 57 Lettre au Procureur : 2 octobre 1877, A.D., Lot-et-Garonne, U 1215.
  • 58 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 5 novembre 1907 et acte d’accusation : 3  (...)
  • 59 Procès-verbal de police de Houilles : 20 décembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W. Selon la mère, (...)
  • 60 Orthographe non corrigée. Lettre au Procureur : 13 septembre 1935, A.D., Marne, 8U 217.

23En général, cependant, le père ne théorise pas le partage mais refuse de s’occuper des enfants. Un manœuvre de Chanteheux (Meurthe-et-Moselle) rejette sur sa femme la responsabilité de leur commune négligence : « ma femme ne les surveille pas, ne les envoyé pas à l’école, c’est une “vraie bête” qui ne travaille pas ; c’est elle qui fait mendier les enfants » 55. Dans un cas identique, un manœuvre de Fontaines-sur-Saône (Rhône) se cache derrière son travail pour se disculper : « je ne puis vous dire ce que ma femme fait pendant mon absence, néanmoins, je crois quelle envoie mes enfants à l’école tous les jours et qu’elle les soigne comme ils doivent l’être » 56. Plus souvent encore, les pères avancent leur incompétence pour justifier la spécifité du rôle maternel. Un métayer de Bruch (Lot-et-Garonne) décrit ainsi son désarroi après le départ de sa femme avec un amant : « elle m’a quitté depuis huit jours me laissant (...) trois petits enfants, le dernier âgé seulement de dix mois et pas encore sevré, ce qui compromet sa vie »57. Un cultivateur de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme) qui frappe mortellement son épouse lors d’une dispute engendrée par l’incurie maternelle, y voit une circonstance atténuante : « plusieurs fois, elle est partie me laissant un enfant de quatre mois », ce que la justice formule ainsi : la femme a « abandonné son enfant (...) sans s’inquiéter des soins que réclamait le jeune âge de celui-ci » 58. Un ouvrier de Houilles (Seine-et-Oise), père de six enfants et que sa femme a quitté pour « un sidi », étale son impuissance pour demander son retour : en effet, si les enfants ne « sont pas bien soignés (...) c’est indépendant de ma volonté. Seule leur mère, peut remédier à cet état de choses », et de souligner la spécificité de la fonction maternelle : « son devoir le lui commandait » 59. Un manœuvre de Pogny (Marne) sollicite le divorce en raison de l’inconduite de sa femme « et puis surtout, et c’est pourquoi je vous supplie cher Monsieur le Procureur, elle laisse ma pauvre petite fille âgée de treize mois manque de soins »60.

  • 61 Procès-verbal de constat d’adultère par la gendarmerie de Jaujac : 19 juillet 1890, A.D., Ardèche.
  • 62 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 9 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

24Les femmes elles mêmes sont conscientes d’un partage presque inévitable des tâches pour les tout jeunes enfants. Ainsi, l’épouse d’un mineur de la Voulte (Ardèche) « avait laissé à son mari trois enfants de neuf, six et quatre ans et (...) elle avait gardé sa jeune fillette de quinze mois avec elle » afin de pouvoir continuer à l’allaiter61. Une ouvrière de Citroën se plaint, a contrario, que son mari sous-estime les contraintes éducatives qui pèsent sur elle : « bien que j’eusse eu deux enfants en dix-neuf mois de temps, il ne voulait pas que je reste à la maison pour tenir mes enfants (...) et il m’obligeait par appât du gain à aller travailler en usine »62.

  • 63 « Mémoire » au juge : 6 janvier 1878, A.D., Seine, D2 U8 78.
  • 64 Procès-verbal de gendarmerie d’Amancey : 12 juin 1886, A.D., Doubs, U 3944.
  • 65 Lettre au Procureur : 27 juin 1887, A.D., Aube, 8U 192.
  • 66 Lettre au Procureur : 5 septembre 1936, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 384.

25Enfin, les témoins soulignent fréquemment le désarroi des pères lorqu’ils élèvent seuls leurs enfants après le décès de la mère. L’éducation des filles par un père veuf est volontiers critiquée par les témoins et parfois par les pères eux mêmes. Mais les garçons peuvent aussi souffrir, selon les contemporains, de l’absence maternelle. Un jeune bijoutier parisien qui commet une tentative de meurtre sur sa maîtresse, excuse son geste en incriminant l’éducation reçue après la mort de sa mère : « les soins d’étrangers et même des proches parents ne valent pas les bons soins qu’une mère peut vous donner » 63. L’argumentation est identique chez l’institutrice de Montgesoye (Doubs) qui impute l’infanticide commis à seize ans par la fille d’un vigneron au fait que « la née Lucia B. a perdu sa mère trop jeune, je crois que si elle avait été guidée, elle aurait donné une bonne petite fille » 64. Le maire de Villemoyenne (Aube) explique de façon analogue l’infanticide commis par la fille d’un charpentier, au surplus déjà mère d’un premier enfant naturel : le père est veuf depuis huit ans et « c’est peut-être à cette cause que sa fille doit son premier accident ; une mère surveille mieux qu’un père souvent absent » 65. Cet ouvrier agricole de Montcavrel (Pas-de-Calais) avalise le préjugé : parlant de sa fille, victime d’un attentat à la pudeur, il la décrit comme « une pauvre fille plutôt en retard d’intelligence (...) elle a perdu sa mère à l’âge de six ans et vous savez que ce n’est pas un père aussi dévoué qui soit qui peut remplacer une mère »66.

  • 67 Lettre du mari : 18 mars 1912, A.D., Ardennes, 6U 32/3. La femme est partie dans les Ardennes où es (...)
  • 68 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.
  • 69 Lettre au Président du tribunal de Châteauroux : 5 avril 1933, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux (...)

26On voit donc réapparaître un type de réactions, déjà rencontrées dans l’étude des tâches ménagères. L’entourage et surtout les époux exigent que les femmes s’occupent des enfants. Plusieurs raisons sont invoquées : partage normal des charges quand la femme ne travaille pas, incompétence masculine pour les jeunes enfants – ce qui va de soi en cas d’allaitement – mais aussi pour l’éducation morale et la surveillance des filles, manque de temps pour des ouvriers accablés de travail et pères de familles nombreuses, le tout recouvrant la conviction le plus souvent latente que les tâches éducatives, surtout matérielles, incombent par nature aux femmes qui ont mis les enfants au monde. La mère qui ne s’occupe pas de ses enfants est, en effet, dénaturée, « une vraie bête » dit l’un des époux. L’opinion est unanime pour la condamner. Facteur à Aulnoye (Nord), un mari s’indigne : « il fallait aussi qu’elle soit sans cœur pour abandonné un enfant de deux mois sans même versé une larme » 67. Un mécanicien de la Seine apostrophe violemment son épouse, une ouvrière de l’automobile : « Espèce de saleté, tu n’as pas honte d’abandonner tes enfants pour un maquereau ? » 68. Un facteur de Chatillon (Indre) dénonce en ces termes sa femme : « quand elle est partie elle ne pensait pas beaucoup à ses enfants pour les avoirs abandonner en pleine nuit dans un état impitoyable (...) c’était très honteux pour une mère de famille »69.

La supériorité de la mère éducatrice

  • 70 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 13 septembre 1877, A.D., Seine, D2 U8 65.
  • 71 Lettre de la mère au Procureur, s.d., 1880, A.D., Marne, 11U 906. Orthographe originale.
  • 72 Procès-verbal du juge d’instruction de Châlons : 20 juin 1903, A.D., Marne, 8U 686.
  • 73 Lettres adressées au juge de Lyon, s.d., 1932, A.D., Rhône, 3U 1203.
  • 74 Lettre de la femme au mari : 4 septembre 1925, A.D., Meurthe-et-Moselle, WU 2153.
  • 75 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 189.

27Les mères peuvent aussi revendiquer la priorité éducative, soit en terme de devoir, soit en terme de savoir. L’idéologie du sacrifice résiste pendant toute la IIIe République quoiqu’elle soit plus volontiers proclamée avant 1914. Une domestique parisienne qui a fui un mari violent, « s’occupait sans cesse de ses enfants et elle se privait de tout pour ne pas les laisser manquer de rien ; c’est une des choses qui m’ont le plus attaché à elle », rapporte son concubin70. Abandonnée par son mari, une mère qui confie momentanément ses deux enfants à ses parents pour se placer comme domestique à Sainte-Menehould, se défend de s’en désintéresser : « j’ai toujours aimé mes enfants autant qu’il est possible (...), je suis prête à me sacrifier pour leurs intérêts et leur avenir »71. Une mère de cinq enfants, à qui son mari, gazier à Châlons, ne donne pas un sou, entretient sa famille sur ses maigres gains de raccommodeuse à domicile au point que « cette femme se tue pour ses enfants », constate son logeur72. Dans l’entre-deux-guerres, l’esprit de sacrifice reste toujours magnifié en milieu ouvrier. Les voisins d’une journalière de Vénissieux, veuve et mère de six enfants, qui dénoncent dans de nombreuses lettres l’action en déchéance intentée contre elle en raison de sa misère, brodent abondamment sur ce thème : « Mme G. (...) je peux dire que c’est une femme sérieuse et qui vivait et pensait quà ses enfants », « une bonne mère de famille se sacrifiant pour ses petits », « Mme G. nouri ses enfent bien comme il fot y lui manque plus souven pour elle que pour ses enfent » 73. Une jeune ouvrière de Dombasle (Meurthe-et-Moselle), âgée de vingt-deux ans et séparée de son mari, lui écrit qu’elle est prête à assumer seule l’éducation de leur enfant à naître : « je suis capable de l’élever aussi bien que toi ; j’ai toujours travaillé ; je me suis bien privée pour toi, je me priverai davantage pour mon gosse » 74. Dans les classes populaires, le sacrifice maternel repose sur le double volet du travail féminin et des privations personnelles comme l’explique une ouvrière et fille d’ouvriers parisiens : « j’ai continué à travailler toute ma vie pour mes enfants (...). Je ne voulais pas que mes enfants souffrent de la misère qu’on a vécue chez mes parents »75.

  • 76 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 24 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, ses (...)
  • 77 Lettre du 8 janvier 1911, A.D., Doubs, U 2924.
  • 78 Procès-verbal du juge d’instruction de Valence : 28 juillet 1922, A.D., Drôme, 4U 540.
  • 79 A. Fourcaut, Femmes à l’usine en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1982, Maspero, p. 172.
  • 80 Alors qu’Andrée Michel lie, par exemple, biologie et idéologie du sacrifice. Voir Les femmes dans l (...)

28Une partie de ces mères dévouées, voire pélicans, acceptent même pour le bien de leurs enfants de vivre avec un mari brutal ou détesté. Une maraîchère de Saint-Germain-en-Laye, maltraitée par son époux, « aimait beaucoup son petit garçon et c’est pour lui qu’elle ne s’en allait pas » 76. La femme d’un ajusteur bizontin, mère de cinq enfants, « a souffer et a été maltraité privée du nécessaire (...) et sur il la tuera elle a toujours tous souffert pour ses enfants », signale un correspondant anonyme77. Une cultivatrice de Saint-Sorlin (Drôme), brutalisée par son mari, quitte par deux fois le foyer conjugal mais se résigne à revenir, explique-t-elle, « surtout à cause de mes enfants car mon mari étant très travailleur s’était mis dans une situation très aisée et je voyai là le pain assuré pour mes enfants » 78. Ce que les stéréotypes dévoilaient, à savoir le satisfecit général donné aux mères modestes, rejoint la réalité. Une surintendante d’usine qui condamne le strict malthusianisme des ouvrières aux Compteurs de Montrouge, souligne néanmoins leur attachement à leurs enfants : « quand elles en ont, elles les aiment beaucoup, les soignent bien, se privent énormément pour eux »79. Rien ne prouve que cette attitude découle de l’abnégation chrétienne ni du dévouement de la mère biologiquement prédestinée80. En milieu ouvrier, le sacrifice relève plutôt du devoir et de l’affection.

  • 81 Ouvriers des deux mondes, 1892, 2e série, t. 4.
  • 82 Lettre de la mère au Procureur : 18 juillet 1932, A.D. Rhône, 3U 1203.

29C’est seulement chez les mères petites-bourgeoises que transparaît le glissement du sacrifice à la vocation maternelle. Telle ouvrière parisienne, à la toute petite aisance, séparée d’un mari ivrogne, élève seule ses deux fils, « les entourant d’une jalouse surveillance (...), se sacrifiant (...) bien payée en retour (...) mais parfois aigrie » 81. Une gérante de magasin lyonnaise se plaint amèrement de l’ingratitude de sa fille de quinze ans à qui elle a consacré sa vie, d’une part en épousant le père afin de légitimer l’enfant malgré l’hostilité de ses parents, d’autre part, en travaillant d’arrache-pied, « pour que cette enfant soit comblée », enfin, en lui donnant la meilleure éducation : « je n’hésitais pas à l’envoyer à l’école supérieure, frais assez onéreux (...). J’espérais qu’elle aurait à cœur de me donner satisfaction en échange des sacrifices que je m’imposais » 82. Ici, le sacrifice est librement consenti non par devoir mais par un amour narcissique et très moderne, la mère investissant argent et espoir mais exigeant en retour des satisfactions affectives et sociales.

  • 83 Demande en séparation de la mère devant le tribunal, s.d., 1875, A.D., Seine-Inférieure, U 1068.
  • 84 Lettre de la mère au Procureur : 14 juillet 1906 et lettre de la mère à ses parents : 16 juin 1906, (...)
  • 85 Procès-verbal de gendarmerie de Levroux : 14 juillet 1935, A.D., Indre, tribunal correctionnel de C (...)
  • 86 Procès-verbal de gendarmerie de Mauriac : 8 août 1917, A.D., Cantal, 77 U 5.

30Les mères peuvent également revendiquer l’éducation de leurs enfants en arguant de leurs capacités particulières. Elles conçoivent souvent, dans ce cas, l’enfant comme leur propriété. La femme d’un instituteur de Bois d’Ennebourg (Seine-Inférieure) refuse que son mari ait la garde de son fils, car selon ses mots, « sa santé chancellante a besoin encore longtemps des soins maternels »83. Divorcée une journalière agricole de Valréas (Ardèche) enlève son enfant, confié au père par la justice, et justifie longuement son geste par sa supériorité éducative : « je n’ai pas cru faire de mal en prenant mon enfant (...), j’ai cru faire mon devoir de mère (...) je suis toujours sa mère (...), je l’ai pris malade et je l’ai en ce moment très puissant », « j’étais dans mon droit de ne pas vouloir rendre /’ enfants a la pense que cet enfants était à l’abandon et qu’un jour, A. pourrait le faire souffrir » 84. Le raisonnement de cette journalière de Levroux (Indre), une divorcée qui refuse de remettre sa fille à son père, est identique : « je m’y suis formellement opposée sachant que ma fille serait malheureuse et tomberait malade » 85. Quant à l’épouse adultère d’un journalier d’Arches (Cantal), déchue de ses droits au profit de la grand-mère paternelle, elle enlève ses enfants au motif, dit-elle, que « je suis à même de mieux soigner mes enfants que la personne à laquelle ils ont été confiés » 86. La relation privilégiée que veulent instaurer certaines mères, de tous milieux, entre elles et leurs enfants, peut exclure le père de l’éducation, voire le rendre secondaire aux yeux de son épouse.

  • 87 Pour plus de détails sur la garde des enfants, voir chapitre XIII.
  • 88 Jugement du 8 mai 1935, A.D., Lot, tribunal de Cahors, liasse 385, dossier 4.
  • 89 Lettre du Procureur d’Alger au Procureur d’Orange : 21 juillet 1906, A.D., Vaucluse, 3U4 770.

31La justice avalise de plus en plus cette opinion toute bourgeoise qui fait de la mère l’éducatrice par excellence, puisque sur 372 séparations et divorces étudiés et pour lesquels le jugement de garde est connu, la mère obtient celle-ci dans plus de 80 % des cas87. Nombreux sont les jugements précisant comme cet exemple tiré du tribunal de Cahors, que la femme aura le droit de garde, « étant mieux qualifiée que [le mari] pour élever et éduquer l’enfant » 88. De même, l’Administration renonce fréquemment à faire respecter le droit de garde paternel quand la femme l’a violé en conservant ou enlevant un enfant. Bien des magistrats raisonnent comme le Procureur d’Alger, à propos d’un rapt d’enfant : « il me paraîtrait aussi inutile qu’inhumain de faire exécuter le mandat d’arrêt lancé contre la mère rebelle »89.

32Pour de nombreux contemporains, s’occuper matériellement et moralement des enfants, est un devoir auquel les femmes ne peuvent se soustraire. Pour les mères de milieu populaire, en ville comme à la campagne, c’est même le premier des devoirs, le seul pour lequel elles consentent des sacrifices matériels et privés. Les maris arguent du manque de temps et surtout de leur incompétence pour rejeter les responsabilités éducatives sur leurs épouses, voire justifier leur indifférence à l’égard de l’éducation. L’exaltation depuis Rousseau de la maternité biologique commence à pointer mais seulement à partir de 1900 et surtout dans la bourgeoisie. Il se trouve alors des femmes et des juges pour considérer la mère comme naturellement plus apte à soigner et éduquer un enfant, donc à assumer son bonheur. Néanmoins, cet état d’esprit n’est nullement général et beaucoup accordent au père sa place.

Rôle du père et patriarcat

33Dans 81 dossiers de la série U émerge, en effet, la revendication de certains pères d’assumer tout ou partie de l’éducation de leurs enfants. Nous sommes là dans un domaine où à la différence des tâches ménagères renvoyées à la sphère féminine, les hommes ont leur mot à dire, sauf à être unanimement condamnés comme dépourvus d’humanité. La place qu’on leur réserve ou qu’ils s’octroyent restreint d’autant le domaine maternel. Toutefois, la IIIe République constituant, de ce point de vue, une période de transition, il n’y a pas unanimité sur les tâches éducatives dévolues au père. La famille d’Ancien Régime et le Code Civil lui confient tous les droits sur ses enfants tout en lui imposant de subvenir à leurs besoins, et cantonnent la mère dans un rôle d’exécution. Inversement, la vocation maternelle bat en brèche ces prérogatives et pousse les pères à rivaliser sur le nouveau terrain éducatif. D’où des situations complexes.

Puissance paternelle ou parentale ?

  • 90 Qui étudient surtout l’autorité paternelle lors du choix du métier ou d’un conjoint.
  • 91 En 1881, pour le premier et 1893 pour les seconds, Ouvriers des deux mondes, 1re série, t. 5 et 2e (...)
  • 92 F. Butel, Une vallée pyrénéenne : la vallée d’Ossau, Pau, 1894, Société de Publications catholiques (...)
  • 93 Louis Jouve dans La Lorraine illustrée, Paris, 1886, Berger-Levrault, p. 275.
  • 94 M. Blanc, Les communautés familiales dans l’ancien droit et leurs survivances en Limousin, Paris, 1 (...)
  • 95 Les populations du Puy-de-Dôme, Clermont, 1933, imprimerie générale, p. 249.
  • 96 Lettre du mari au Procureur : 7 janvier 1879, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoi (...)

34Lorsque la fonction de commandement paternel subsiste, elle relève de l’ascendant du pater familias plus que de la loi. Elle repose sur le respect et non la coercition. Les témoins, admirateurs d’une société traditionnelle et hiérarchisée, ainsi que certains ethnologues, ont traqué ses manifestations jusqu’en 1914 mais ils ont dû surtout rendre compte de son érosion accélérée90. L’autorité paternelle survit au xixe siècle dans les régions rurales isolées, dans la France où les parents « font l’héritier », surtout dans les Pyrénées et le Massif Central. Les Ouvriers des deux mondes l’attestent chez le résinier de Lévignac (Landes) – « l’autorité du père est respectée » –, chez les fermiers du haut Forez où « le respect du père (...) se manifeste encore malgré l’usage de ce tutoiement que l’invasion du français introduit peu à peu dans le patois local » 91. Dans la vallée d’Ossau, le père « commande sans conteste » 92. Mais dès 1886, dans les Vosges, « c’est seulement dans les coins les plus reculés de la montagne que la famille a conservé quelque chose de patriarcal ; la puissance paternelle, l’autorité du vieillard y sont encore respectées » 93. En 1905, survivance, « l’autorité paternelle est encore grande » dans les dernières communautés familiales du Limousin94. L’enquête agricole de 1929 mentionne en Livradois « quelques familles encore [où] le père est honoré comme un maître et comme un chef Sa femme et ses enfants disent ““vous” en s’adressant à lui »95. Ce dernier exemple traduit bien une propension des témoins, fort gênante pour l’historien, à ranger sous les vocables « patriarcat » ou « autorité paternelle », la direction par le père de ses enfants et par l’époux de sa femme, confusion qui m’a conduite à rejeter de nombreux documents en raison de cette ambiguïté. Dans les dossiers judiciaires, je n’ai rencontré que deux hommes pour invoquer les droits que leur confère le Code Civil. Un sellier parisien porte plainte contre sa femme adultère qui « en partant, a également détourné ma fille âgée de trois ans de l’autorité paternelle, autorité que je réclame » et un cultivateur de Lebreil (Lot) sollicite le divorce après le départ de son épouse au motif que « l’enfant issue du mariage avait été emmenée sans l’autorisation de son mari par sa mère »96.

  • 97 P. Roux, Monographie d’une commune rurale d’Auvergne, La science sociale, septembre 1912.
  • 98 Ouvriers des deux mondes, 3e série, t. 2.
  • 99 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 5 avril 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 1073.
  • 100 Ouvriers des deux mondes, 2e série, t. 4.
  • 101 A. Riquois, « Les coutumes sucessorales pyrénéennes », Revue catholique des institutions et du droi (...)

35Mais en fait, le partage sexué des responsabilités éducatives qui attribue au père l’autorité sur ses enfants, apparaît en plein déclin sous la IIIe République. Un disciple de Le Play, Paul Roux, peint, navré, « la décadence de l’autorité paternelle » en Auvergne sur un demi siècle : à Aulhat, en 1860, écrit-il, « l’autorité paternelle était entière » mais, en 1912, « non seulement le père ne conserve aucune influence sur ses enfants adultes mais il semble abdiquer complètement et volontairement son pouvoir vis-à-vis des enfants jeunes »97. Chez les ouvriers, le patriarcat est encore plus exceptionnel. Dans la famille du tisseur de Saint-Quentin, « la puissance paternelle que consacre le Code Civil ne s’exerce pas. C’est la mère qui (...) est le pouvoir directeur des enfants » 98. En effet, là où l’autorité paternelle semble résister, elle a changé de nature. De facto, la notion d’autorité parentale tend à la remplacer. Elle reflète alors une conception hiérarchisée de la famille où les adultes dictent leur conduite aux enfants et leur imposent un comportement fondé sur le respect et la réserve. Certains auteurs ou témoins font même des lapsus révélateurs comme en témoigne la remarque d’un médecin justifiant ainsi le secret professionnel à propos de l’avortement d’une jeune cultivatrice normande : « je ne méconnais pas l’autorité paternelle mais je suis obligé de la préserver elle même contre la colère du père et de la mère »99. De même, Urbain Guérin, vantant les enfants de papetiers angoumois qui « ont gardé le respect de l’autorité paternelle », en donne pour preuve que « ces enfants remettent ce qu’ils gagnent à leur mère » 100. Un catholique, pourtant passéiste, place à égalité père et mère : « les parents ont encore gardé dans beaucoup de familles basques ou béarnaises – cela durera-t-il ? – un ascendant considérable sur leurs enfants » 101. Les formes traditionnelles d’autorité sur les enfants ne survivent qu’en conférant aux mères le « patriarcat », et encore dans des régions et des milieux sur la défensive.

36Pour autant, le père ne s’efface pas. Comme la mère, il doit remplir certains devoirs auprès des enfants. Certains vont plus loin, ne reculant devant aucun sacrifice pour leur descendance.

La paternité et ses devoirs : le père nourricier

  • 102 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 15 mars 1886, A.D., Aube, 5U 300.
  • 103 Lettre au Procureur : 9 décembre 1933, A.D., Mayenne, tribunal de Mayenne, 1931-1935.
  • 104 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U 322.
  • 105 Lettre de la femme au Procureur : 19 mars 1890, A.D., Rhône, Assises, session du 28 novembre 1892.
  • 106 Traduction de l’allemand d’une lettre adressée par le beau-frère au mari : 2 janvier 1931, A.D., Ba (...)
  • 107 Procès-verbal de gendarmerie de Bar-le-Duc : 20 novembre 1896, A.D., Meuse, 18U 107.
  • 108 Procès-verbal de gendarmerie de Lauzès : 5 janvier 1916, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahor (...)
  • 109 Lettre du 15 janvier 1906, A.D., Morbihan, U 5487. Même idée chez la fille d’un jardinier d’Ollioul (...)
  • 110 Procès-verbal de gendarmerie d’Auneuil : 23 février 1931, A.D., Oise, Assises, 2e trimestre 1931, l (...)

37Le premier de ces devoirs est d’assurer le nécessaire à ses enfants. Pour les observateurs, dont l’opinion, voire l’expression, restent remarquablement stables pendant la IIIe République, c’est un devoir masculin, pendant du devoir féminin d’élevage des jeunes enfants. Il recoupe l’opposition évoquée plus haut entre le dedans et le dehors. Un domestique agricole d’Aix-en-Othe (Aube) qui veut ignorer les sévices exercés par sa femme sur leurs enfants, limite ses responsabilités à sa contribution financière : « je travaille (...) et je donne l’argent nécessaire pour faire vivre ma femme et mes enfants » 102. Quarante plus tard, un manœuvre d’Ambrières (Mayenne) en instance de divorce se pose, de la même façon, en père modèle puisque « tant qua moi je fè tout ce que je pu pour eux tandique ma feme se donne au premier venu (...). Si les enfants étais malheureux ces de sa faute car moi j anvoyais a la maison tout ce qu’il falai » alors que leur mère fait « la Brînque dans les café » 103. Témoins et mères se rejoignent, du reste, pour fustiger les pères défaillants. Un cultivateur des Arcs (Var) qui « mangeait tout son argent, soit au jeu, soit à boire et (...) laissait sa famille manquer de tout », est un homme sans cœur selon la mère : « s’il eût aimé ses enfants, il n’aurait pas fait ce qu’il a fait » 104. La femme d’un tonnelier lyonnais se plaint pareillement de son mari : « il me roue de coup moi et mes enfants et refuse de leur donner le néssaisaire » 105. L’épouse d’un voyageur de commerce strasbourgeois, déçue par les faibles gains de son mari, l’apostrophe violemment : « Fainéant que tu es, tu n’arrives pas à gagner assez pour nourrir ta femme et ton enfant. Chien phtisique » 106. Certaines mères se résolvent même à des mesures extrêmes lorsque le mari faillit à ce devoir. Une journalière de Loisey (Meuse) se résigne à envoyer ses enfants mendier, car « tous les ans [mon mari] se fait mettre en prison l’hiver et me laisse seule avec quatre enfants en bas âge et sans moyen d’existence » 107. L’épouse d’un « bon propriétaire » de Bio (Lot) va trouver le maire en disant que « son mari ne voulait pas fournir l’argent nécessaire pour acheter le lait devant servir à la nourriture de l’enfant et que, ne pouvant le nourrir elle même, elle le déposait sur la voie publique » 108. Les enfants eux mêmes jugent sévèrement ces pères indifférents à leur fonction nourricière. Le fils aîné d’un maçon de Lorient, père de dix enfants, lui écrit ainsi : « tu as bien bu bien vécu sans penser à tes gosses (...) nous n’avons eu que la misère pendant toute notre vie (...) tu as été travaillé trois mois au Faouet san envoyé un sou à la maison (...) et quand tu travaillé à Cormir où tu gagnais 4,80 francs par jour et que tu donnais une dizaine de sous par jour à la maison pour nourrir tes enfants » 109. L’entourage s’indigne également. Selon un voisin, les enfants d’un journalier d’Hécourt (Oise) « étaient, j’en suis persuadé, entretenus par leur mère car leur père n’avait aucun sentiment paternel »110.

  • 111 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 25 mars 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.
  • 112 Lettre au Procureur : 21 novembre 1933, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandon (...)
  • 113 Procès-verbal de police de Cannes : 5 mai 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 120.

38On le voit, travailler pour nourrir ses enfants est un devoir masculin, imposé d’abord par le Code Civil puis lié au sentiment paternel. C’est manquer d’affection que de distraire, pour son plaisir personnel, un salaire qu’on doit consacrer à ses enfants. Toutefois, dans l’entre-deux-guerres, l’idée d’un partage des dépenses entre le père et la mère commence à se répandre. Un mécanicien parisien, abandonné avec ses enfants par sa femme, l’apostrophe ainsi : « Tu as le toupet de prétendre que tu envoies de l’argent pour tes enfants ? » 111 Une domestique de Neuvy-Pailloux (Indre) écrit : « je ne veux pas tous payer les mois de nourrice (...). Je tiens qu’il donne sa pard tout comme moi » 112. Un loueur de voitures cannois déplore que sa femme soigne mal ses enfants et, par « paresse », « ne fait rien pour m’aider à subvenir à leurs besoins » 113. Certains pères, cependant, dépassent ces obligations légales et sociale et rivalisent de compétence avec leur épouse.

Le père, rival de la mère

  • 114 Lettre de la mère au Procureur : 4 septembre 1938 et procès-verbal de gendarmerie de Grasse : 22 se (...)
  • 115 Lettre de la femme au Procureur : 1er avril 1930 et procès-verbal de police d’Epernay : 2 mai 1933, (...)

39L’enfant devient alors un enjeu entre les parents. Ainsi, ce couple de cultivateurs de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) se dispute les faveurs du fils, âgé de seize ans et confié à sa mère. L’enfant, en effet, rend visite tous les jours à son père ce dont s’irrite la mère : « mon ex-mari me détourne complètement mon fils », cependant que le père dénigre la mère : « Mon ex-épouse ne possède pas les qualités d’une femme d’intérieur. Elle ne prend pas soin du linge ni des vêtements. Plus d’une fois j’ai dû me substituer à elle pour que l’enfant soit convenablement vêtu » 114. Il en est de même pour une journalière d’Epernay et son époux : « ayan quitter mon mari le 11 novembre dernier pour cause de brutalités et intempérense », la mère demande que son fils lui soit remis : « je travaille et (...) je peut donnez les soins », mais le père, un terrassier, s’y oppose et soutient qu’« « 7 est certainement mieux avec moi qu’avec sa mère » 115, avis que semble partager le commissaire.

  • 116 Certes, dans 80 % des cas, la garde des enfants est accordée, lors de divorces ou séparations, à la (...)
  • 117 Procès-verbal de gendarmerie de Louviers : 21 octobre 1878, A.D., Eure, tribunal correctionnel de L (...)
  • 118 Acte d’accusation : 11 mai 1882 et rapport du substitut au juge de Privas : 19mars 1882, A.D., Ardè (...)
  • 119 Lettre du père au Procureur : 24 mai 1924, A.D., Finistère, 14 12.

40Cette attitude surgit surtout en cas de séparation, certains pères exigeant alors que les enfants leur soient confiés116. Un journalier d’Hondouville (Eure), abandonné par sa femme, s’intéresse surtout à sa fille, âgée de dix-huit mois : « elle ne peut se plaindre de moi car, jusqu’à ce jour, j’ai tout souffert sans lui adresser le moindre reproche (...). Je demande qu’elle me rende ma petite fille si elle ne consent pas à venir avec moi » 117. Certains, déçus dans leurs espoirs, peuvent même se livrer à des actes de représailles. Un charron de Privas qui, à l’étonnement des magistrats, « avait même la prétention de s’emparer de la garde de l’enfant et, sur les refus réitérés d’arrangement, (...) fit entendre contre sa femme des menaces de mort » et « manifesta à plusieurs reprises la ferme volonté d’enlever cet enfant à sa mère et sollicita dans ce but une intervention de la police » 118. De même, les pères menacés de déchéance refusent de céder leurs droits comme ce manœuvre de Quimper, veuf, pauvre et... alcoolique : « cest les larmes aux yeux car je n’ai rien fait de mal pour qu’on m’enlève mes enfants (...). Je fais tout mon possible pour les élever. Je travaille tous les jours »119.

  • 120 Lettre du juge de paix de Pont-Audemer au Procureur : 1er novembre 1898, A.D., Eure, 12U 125.
  • 121 Lettre du père au Président du tribunal de Châteauroux : 5 avril 1933, A.D., Indre, tribunal correc (...)
  • 122 Conservée au Musée des Arts et Traditions Populaires.

41Quelques juges reconnaissent, d’ailleurs et en certaines occasions, la supériorité éducative du père. « Il convient peut-être de transférer la garde du fils, confiée lors du divorce à la mère, au père », journalier dans l’Eure, car la mère « vit dans la crasse, (...) passe pour faire la noce (...) peut-être aurait-il chez son père de moins mauvais exemples sous les yeux » 120. Une fois que les pères détiennent le droit de garde, ils se révèlent aussi possessifs que les mères. Un facteur de Châteauroux refuse à son ex-femme l’exercice de son droit de visite sous prétexte qu’elle est une mère inapte : « elle n’a pas craint de les laisser dans un état de saleté repoussante », et il se vante d’assumer toutes les tâches matérielles qu’implique l’éducation au quotidien : « pour la machine à coudre qu’elle réclame j’en ai plus grand besoin qu’elle parce qu’il faut que je fasse raccommoder mon linge et celui de mes enfants » 121. Une carte postale intitulée Bonheur paternel, témoigne, à sa façon, de cette exclusive en peignant un père, seul, ses deux enfants sur les genoux122.

  • 123 Rapport de l’inspecteur des enfants assistés : 19 septembre 1896, A.D., Marne, 8U 686.
  • 124 Procès-verbal de police de Villeurbanne : 12 décembre 1933, A.D., Rhône, 3U 1204.
  • 125 Note du père, s. d., 1902, A.D., BB18 2223, d. 940.
  • 126 Lettre au procureur de la Seine : 5 novembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161W.
  • 127 Lettre du père au Procureur : 29 octobre 1909, Alpes- Maritimes, 1910, liasse 829.
  • 128 Requête du père en révision de garde : 30 octobre 1938, A.D., Alpes-Maritimes, 14 689.

42Les témoins soulignent également les capacités éducatives des pères isolés. Veuf avec huit enfants, un ouvrier de Suippes (Marne) « fait son possible pour élever ses enfants » 123. Depuis le départ de leur mère et « malgré cela », les enfants d’un camionneur de Villeurbanne « sont bien soignés par leur père » 124. Quelques protagonistes se jugent même supérieurs à la mère dans certains cas. Ils seraient, ainsi, mieux à même de protéger la moralité de leurs filles. Un négociant bordelais demande la révision du droit de garde pour sa fille confiée, dix ans plus tôt, à sa mère mais aujourd’hui menacée, selon lui, d’être « moralement perdue », car son ex-épouse s’est mariée avec un « souteneur du grand monde » 125. Un O.S. parisien, dont la femme se livre occasionnellement à la prostitution, pense de même : « ne voulant pas que cet exemple déteigne sur ma fille je m’adresse à vous pour que soit prononcée la déchéance maternelle à son égard » 126. D’autres pères jugent que c’est à l’homme d’assumer l’éducation des garçons. Un musicien cannois s’indigne que la mère ait retiré ses deux fils – dont il a la garde – de la pension qu’il avait soigneusement choisie : « Voilà donc mon crime ! J’ai donc voulu faire de mes fils des hommes » 127. Un employé de commerce parisien souligne que « s’agissant de garçons il est de leur intérêt évident d’être confié au père qui pourra diriger leur éducation, surveiller leurs études, ce qu’un père peut mieux faire » 128. La justice se laisse séduire par ces arguments, confiant les filles à la mère et les garçons aux pères, disloquant les fratries au nom de la supériorité d’une éducation sexuée. Ces revendications paternelles sont, cependant, tardives, propres au xxe siècle et limitées, le plus souvent, aux citadins du tertiaire.

  • 129 Lettre au juge de Clermont-Ferrand : 20 août 1901, A.D., Puy-de-Dôme, U 04783.
  • 130 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 30 septembre 1921, A.D., Yonne, 2U 287.
  • 131 Procès-verbal du juge d’instruction de Châteauroux : 14 septembre 1935, A.D., Indre, tribunal corre (...)
  • 132 Procès-verbal de gendarmerie de Serres : 22 décembre 1912, A.D., Hautes-Alpes, 1U 16,
  • 133 Procès-verbal du juge de paix de Condrieu : 9 octobre 1871, Rhône, Assises, 1871.
  • 134 Lettre de la femme à son mari : 26 octobre 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux (...)

43Enfin, l’idéal du sacrifice, très caractéristique des mères populaires, se retrouve chez leurs maris. Un ouvrier d’Ambert (Puy-de-Dôme) est défini par son patron comme « un très bon père de famille, ne songeant qu’au bien-être de ses enfants, se sacrifiant pour eux » 129. Un tailleur d’Auxerre, père de deux enfants, leur a consacré sa vie privée : « il y avait sept ans que je n’avais pas de rapport avec ma femme. C’est à cause des enfants que je restais avec elle »130. La tante d’un écolier de quatorze ans, confié après le divorce à son père, garagiste à Argentan (Orne), le gronde pour ses mauvais résultats scolaires en ces termes : « tu es en âge de te rendre compte des sacrifices que ton père et moi faisons pour toi » 131. Ce paysan de Serres (Hautes-Alpes) se juge même plus capable que sa femme d’élever ses beaux-enfants : « je prends en charge les trois enfants de ma femme. Je les soignerai mieux qu’elle assurément » 132. Il est même des pères qui détruisent leur couple pour complaire à leurs enfants. La deuxième épouse d’un débitant d’Ampuis (Rhône) se plaint ainsi d’être évincée par la fille d’un premier lit : « il la soutenait toujours et, à force de discussions, je fus obligée de quitter la maison » 133. Quelques mères, enfin, reconnaissent la compétence de leurs maris comme cette confectionneuse de Châteauroux, divorcée, qui a obtenu la garde de sa fille mais la confie à son mari : « prend ma fille Avec toit et ge sais quelle ne saurat pas maheureusse peutêtre plus sheureuse quavec moie »134.

  • 135 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 21 mai 1896, A.D., Sarthe, 1U 1074.
  • 136 Collection A.-M. Sohn. De la même époque, une carte postale, conservée au Musée des traditions popu (...)

44Les attentes des contemporains à l’égard des pères ne se sont pas encore uniformisées pendant la IIIe République. Certes, tous s’entendent pour exiger une contribution à l’entretien des enfants. En revanche, les adeptes du pater familias qui s’arroge naturellement direction et autorité sur ses enfants, sont sur la défensive dans quelques môles de la France rurale où l’individualisme n’a pas encore renversé les traditions. Dans sa forme abâtardie, le patriarcat est devenue un condominium du père et de la mère, reposant sur la subordination des jeunes aux adultes, quel que soit leur sexe. Mais la vague générale de douceur éducative balaye ces survivances. Au moment où la bourgeoisie et certaines femmes avalisent la conception de la primauté maternelle, les pères, en ville surtout, rivalisent avec les mères sur leur terrain de compétence et d’amour. Toutefois, c’est le bloc parental que j’ai, le plus souvent, rencontré dans les archives, de nombreux locuteurs ne distinguant pas dans leur discours, ce qui est significatif, le père de la mère. Pour ne citer qu’un exemple, une journalière de la Sarthe, interrogée sur l’éducation donnée à ses enfants, répond collectivement : « nous les élevons comme nous pouvons, le plus souvent au prix des plus grandes privations » 135. De même, à partir de 1900, les cartes postales présentent de nombreux couples avec un enfant unique, fille ou garçon, objet des soins les plus attentifs. Ainsi, dans une série de trois cartes, datées de 1906 et peignant les Premiers pas, la Première parole et le Premier jouet du bambin, c’est tantôt le père, tantôt la mère qui porte l’enfant, les deux parents soutenant sa marche136. L’opinion n’adhère donc qu’imparfaitement à la vision des élites sur la suprématie, voire l’exclusivité, maternelle. Le père aussi a des responsabilités envers ses enfants et se doit de les partager avec la mère. Les exigences croissantes des contemporains à l’égard des parents ne les empêchent pas, en revanche, d’accepter des délégations de garde pourtant contraires aux sentiments paternel et maternel.

Maternité et éducation déléguée

  • 137 Sur 60 pères déléguant la garde, 42 sont veufs.
  • 138 Malheureusement, si la délégation est mentionnée dans 359 dossiers, l’éducateur n’est connu que dan (...)
  • 139 Dans 71 cas, c’est la mère qui confie l’enfant à ses propres parents.
  • 140 De plus, l’Assistance Publique est imposée par les autorités à 28 familles.

45La délégation éducative est généralement imposée par les circonstances. Les femmes chefs de famille y sont souvent contraintes, au moins à temps partiel ou pour une partie des enfants. Lorsque le couple travaille il peut, également, recourir aux gardes journalières ou au placement à temps complet. Dans 850 dossiers, soit un quart des mères légitimes, les femmes partagent l’éducation de leurs enfants avec une nourrice, des voisines ou la parentèle. Dans 359 cas, la délégation est complète : 299 mères, soit 12 % des mères légitimes, et 60 pères ont eu recours à ce palliatif. Près d’une mère sur deux dans cette situation est mariée en premières noces et une sur trois est chef d’une famille monoparentale. La surreprésentation des femmes seules est très nette puisque 23 % d’entre elles sont contraintes de faire garder leurs enfants contre 7 % des mères mariées. Par ailleurs, plus d’une mère sur cinq vit en concubinage et assume également l’éducation de ses enfants sans la présence du père. En ce qui concerne les pères, retenus à titre de comparaison, les veufs l’emportent largement137. En dehors des 31 familles où le père et la mère se partagent les enfants, la délégation est confiée à des tiers138. Le rôle des grands-parents est fondamental : dans 130 cas, ils assument seuls l’éducation de leurs petits-enfants ou s’en voient confier la responsabilité momentanée, par la mère le plus souvent139. Le reste de la famille vient loin derrière avec 11 dossiers. Le recours à une garde rémunérée ou à la pension, pour les enfants plus âgés de familles aisées, ne représente que 25 cas. Les institutions et personnes charitables ainsi que l’Assistance Publique bénéficient d’une faveur plus marquée et sont choisies par 81 mères140. Lorsque la délégation est partielle, dans près de trois cas sur quatre, c’est un parent qui s’en charge, grand-mère toujours (56 %), fille plus âgée (12 %), oncles et tantes enfin (7 %).

État civil des mères déléguant les tâches éducatives

État civil des mères déléguant les tâches éducatives

Délégations de garde

Délégations de garde

Familles monoparentales et délégation forcée

  • 141 « Comme ils promettaient de se marier, nous ne nous occupions de rien mais, voyant que le mariage n (...)

46Sous ce vocable se cachent des réalités diverses. Il ne faut pas confondre, en effet, les mères légitimes qui assument seules, après un veuvage ou une séparation légale, l’éducation des enfants et les femmes ayant librement abandonné leur conjoint. En ce qui concerne les mères chefs de famille, une remarque préalable s’impose. Contrairement à ce que laisse supposer la lecture du Code civil, elles sont totalement libres de leurs choix éducatifs. Je n’ai trouvé que deux dossiers où le conseil de famille intervient pour retirer à une veuve la garde de ses enfants, sous prétexte d’inconduite. Il s’agit de deux cultivatrices, l’une au Grand-Lucé (Sarthe) qui vit maritalement avec son domestique, la seconde à Serres (Hautes-Alpes) qui est remariée mais a pour amant son ouvrier agricole141. Dans les familles ouvrières, ces dispositions légales sont totalement ignorées. Aussi, les femmes chefs de famille sont-elles considérées par l’opinion comme les tutrices naturelle de leurs enfants et seul l’Etat tutélaire peut les déposséder de leurs droits. Elles peuvent, néanmoins, être conduites à déléguer leurs responsabilités en raison des difficultés matérielles dans lesquelles les plongent le veuvage, le divorce ou l’abandon. Il faut, en effet, mesurer les charges qui incombent à une femme seule, mère de plusieurs enfants afin de comprendre leurs stratégies éducatives.

Mères isolées et coûts éducatifs

47La notion de dépenses éducatives se généralise seulement dans l’entre-deux-guerres avec le développement des allocations familiales mais les mères seules en ont toujours eu une appréhension implicite. Le coût de l’enfant se décompose en deux éléments : les « charges générales d’ensemble » que constituent le logement et le chauffage, et la consommation proprement dite de l’enfant : nourriture et vêtements principalement.

  • 142 Réquisitoire : 14 août 1873 et lettre de la mère, s.d., A.D., Seine, D2 U6 21.
  • 143 Procès-verbal de gendarmerie de Bar-le-Duc : 20 novembre 1896, A.D., Meuse, 18U 107.

48Le poids du logement est particulièrement lourd au début de la IIIe République pour des mères salariées. Ainsi, cette blanchisseuse parisienne, veuve avec un enfant, ne survit que grâce à l’aide de sa mère qui partage leur logement. Après le décès de celle-ci, elle joue de malchance, tombe malade, engage ses hardes au Mont-de-Piété et menacée d’expulsion, « réduite au désespoir », elle tente de se suicider avec son fils : « Voicit la cause de ma mort et de celle de mon enfant (...). Jaitait en retard pour payez mon loyez » 142. Abandonnée par son mari avec quatre enfants, une journalière de Bar-le-Duc ne gagne que 0,75 franc par jour, 15 centimes par personne, si bien qu’elle doit loger dans une cahute : « je suis obligée pour nourrir mes enfants de les envoyer mendier (...). Si l’on ne me vient pas en aide l’hiver, mes enfants succomberont de froid », explique-t-elle143. Assurer le gîte est si difficile pour une femme seule que beaucoup de veuves ou de mères abandonnées se replient chez leurs parents pour économiser un loyer ou emménagent chez un concubin.

  • 144 Bulletin de la Statistique Générale de la France, octobre 1916 et janvier 1917.
  • 145 Le tisseur de Saint-Quentin, décrit par les Ouvriers des deux mondes, peut seulement dépenser 0,67  (...)
  • 146 Procès-verbal de la Police Judiciaire de Bar-le-Duc : 14 février 1889, A.D., Meuse, 18U 99-100.
  • 147 Lettre de la femme au Procureur : 16 mars 1896, A.D., Yonne, 3U3 970.
  • 148 Procès-verbal de gendarmerie de Maisons-Laffitte : 19 septembre 1898, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.
  • 149 A.D., Morbihan, U 5487. Une nourrice, journalière à Comeville-sur-Risle, est dans la même situation (...)
  • 150 T. Leleu, La vie quotidienne des femmes dans la région d’Armentières (1894- 1920), mémoire de maîtr (...)

49Rappelons, en effet, que les salaires féminins sont plus faibles que les salaires masculins, que le chômage saisonnier puis structurel dans les années 1930 frappe durement au point que les ressources disponibles par tête peuvent, dans ces familles monoparentales, devenir minimes et exiger un appui extérieur. Pour illustrer ces difficultés, je donnerai quelques exemples en francs courants. Avant 1914, les témoins et les magistrats livrent rarement un budget chiffré. L’enquête de 1913 sur les revenus des ménages montre, toutefois, que jusqu’à cinq enfants, les familles normales disposent de plus d’un franc par jour et par personne144. Ce n’est que dans des milieux très déshérités ainsi chez les journaliers bretons ou à partir de huit enfants que les ressources tombent au dessous d’un franc par jour et par tête145. Ces situations de pénurie sont souvent le lot des mères seules. Il est clair en effet qu’une ouvrière ou une journalière agricole gagne trop peu pour élever plus d’un ou deux enfants. Veuve avec trois enfants, une tricoteuse de Bar-le-Duc se résigne ainsi à faire mendier ses fils : « si j’ai agi de la sorte, c’est que le travail ne va pas et que mon gain est si modique que je ne pourrai arriver à les nourrir sans cela » 146. Une ménagère dont le mari, entrepreneur-charretier à Joigny, ne donne pas un sou, constate son impuissance à subvenir aux besoins de ses six enfants : « n’importe à qu’elle travaille que je me mette je ne peut gagner assez pour moi et mes enfants (...) je gagnerais bien ma vie mais avec tant d’enfants en bas âge, je ne peut vraiment pas en venir à bout sans qu’il me donne de l’argent » 147. Certaines mères ne disposent ainsi que de 5 à 20 centimes par jour et par personne. Une journalière de Maisons-Laffitte (Seine-et-Oise), veuve avec trois enfants, ramasse la luzerne, fait des ménages, tond les chiens et les chevaux – « je fais ce que je trouve » – mais elle ne gagne que 1,50 F par jour ; elle reçoit, heureusement, un versement de 30 francs par mois de sa belle-sœur, institutrice à Moscou, plus l’aide du bureau de bienfaisance, du curé, de « personnes charitables » ; ses revenus restent néanmoins si précaires que la tante des enfants décide de placer en pension et à ses frais les deux aînés148. En 1905, l’épouse d’un maçon lorientais alcoolique reçoit sur une paye de 4,80 F, 50 centimes pour nourrir huit personnes149. Délégation et charité sont souvent les seuls moyens de survie des mères seules. Rappelons qu’à Armentières entre 1890 et 1920, toutes les veuves avec enfants sont secourues par la municipalité150.

  • 151 A. Sauvy, Bien-être et individu (1945), cité par F. Thébaud, Donner la vie. Histoire de la maternit (...)
  • 152 Voir chapitre 13 pour la jurisprudence.
  • 153 Ses gains de blanchisseuse ne sont pas chiffrés mais la famille peut compter sur le salaire du mari (...)
  • 154 Procès-verbal de gendarmerie d’Athis : 10 juillet 1924 et procès-verbal du juge d’instruction de Do (...)
  • 155 Compte-rendu de la commission départementale de la natalité à l’inspecteur de l’Assistance Publique (...)
  • 156 Pour les divorcées et séparées, voir chapitre 13.

50Dans l’entre-deux-guerres, les observateurs sociaux et les témoins évaluent mieux les besoins, surtout les divorcées qui décrivent précisément dépenses et recettes dans leurs plaintes pour abandon de famille ou leurs requêtes en révision de pension. Soulignons au préalable que les budgets retrouvés dans les archives sont bien inférieurs aux moyennes calculées par les économistes. En 1939, Alfred Sauvy évalue le revenu nécessaire à une famille de quatre personne à 23 290 francs par an et à 29 500 francs pour cinq, soit près de 16 francs par jour et par individu151. Pour les salariées ayant trois à cinq personnes à charge, les revenus se situent en fait entre 1 200 francs annuels pour une bonne, mère de deux enfants, logée et nourrie, et 6 720 francs pour une ouvrière et ses quatre enfants. Il convient d’ajouter les allocations de familles nombreuses qui, sans couvrir les frais d’éducation, commencent à être substantielles : dans le cas précédent, elles s’élèvent à 2 040 francs, soit près d’un tiers du salaire maternel. Les mères sont très attachées à ce complément de ressources et en cas de divorce, exigent le versement à leur profit des allocations payées par l’entreprise du père152. Dans certains cas tragiques, la réduction de ressources consécutive à la disparition du conjoint peut dépasser la moitié des revenus familiaux. Ainsi, une blanchisseuse de Guérigny (Nièvre) qui disposait du vivant de son mari, forgeron de son métier, d’au moins 4 584 francs par an pour cinq personnes, dont deux enfants et la grand-mère du mari, entretient, après le décès accidentel de son époux, quatre personnes avec 1 392 francs, à savoir les allocations versées aux enfants, la pension de la grand-mère, son salaire de ramasseuse d’escarbilles à trois francs par jour et des travaux de blanchissage non évalués. Avec une personne de moins à charge, les revenus ont chuté des deux-tiers, entraînant la misère et contraignant la veuve, enceinte d’un amant de passage, à avorter, car une grossesse aurait privé la famille de son salaire : « je ne pouvais plus aller travailler à Guérigny » 153. Une journalière de Menil-Hubert (Orne), veuve et mère de cinq enfants, cumule des handicaps encore plus nombreux : elle est « courageuse au travail mais (...) ne trouvait pas de journées comme elle l’aurait voulu en raison de ses enfants et d’un bras qu’elle a ankylosé ». Aussi ne dispose-t-elle que d’environ un franc par jour et par bouche à nourrir à savoir, son « salaire » de gardienne de bétail – 40 francs par mois –, une pension d’invalidité de 20 francs, 60 francs d’allocations de familles nombreuses, quatre kilos de pain et un kilo de viande donnés par la commune, d’où son désespoir à la perspective d’une nouvelle naissance – « lorsque j’ai constaté mon état je me suis vue dans une misère noire et j’ai été sur le pointde me faire disparaître 11. Je n’ai pas voulu le faire en raison des enfants que j’aurais laissés derrière moi » 154. Les mères abandonnées par leurs maris sont peut-être les plus désemparées, ne sachant quelle procédure engager : abandon de famille, séparation. Or, elles sont nombreuses. En Vaucluse, par exemple, où s’est constitué en 1928, sous les auspices de la Mutualité maternelle, un comité des mères abandonnées qui distribue des secours, recherche les maris défaillants et obtient des saisies-arrêts sur salaires, la clientèle est, pour les quatre-cinquièmes, composée de femmes mariées155. La séparation et le divorce conduisent aux mêmes impasses156.

  • 157 Lettre au Procureur : 7 septembre 1934, A.D., Puy-de-Dôme, U 04960.
  • 158 Lettre au Procureur : 7 décembre 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons (...)
  • 159 Procès-verbal de gendarmerie de Pont-du-Château : 20 mars 1929, A.D., Puy-de-Dôme, U 04907. D’où le (...)
  • 160 Lettre au Procureur : 14 avril 1919, A.D., Ardennes, 4U 294/2.
  • 161 Procès-verbal de gendarmerie de Vibraye : 3 août 1939, A.D., Sarthe, 1U 2017.
  • 162 Lettre au Procureur : 18 décembre 1938, A.D., Sarthe, 1U 2017.
  • 163 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Symphorien (IIIe-et-Vilaine) : 29 février 1935, A.D., Indre, (...)
  • 164 La faiblesse des revenus masculins rend souvent illusoires, en effet, les pensions alimentaires déc (...)

51La faiblesse des salaires donne lieu à partir des années 1930, à une litanie de plaintes stéréotypées. Une divorcée de Montferrand (Puy-de-Dôme) pose le problème en termes généraux : « vous devez, comprendre que le salaire d’une femme est bien minime pour vivre et élever un enfant » 157. Le plus souvent, les mères donnent le montant de leurs gains. Une ouvrière de Châteauroux qui exige le paiement de la pension alimentaire, argumente chiffres à l’appui : « voila trois mois que suis au pice et que je gagne que 16 francs par jour (...). sa nous fait pas beaucoup pour deux » 158. Une caoutchoutière clermontoise, divorcée avec deux enfants et qui touche le même salaire, le confirme : « il ne m’est pas possible avec ce gain de subvenir aux besoins de mes enfants » 159. Avec des revenus de 8 à 16 francs par jour, une ouvrière, mère d’un à trois enfants, tire le diable par la queue. De plus, le chômage menace. Abandonnée avec un enfant par son mari, une ouvrière de Charleville sollicite une pension pour sa fille parce que, expose-t-elle, « je ne saurait subvenir seule a ses besoins car en ce moment il n’y a pas beaucoup de travaille pour les dammes » 160. Les journalières agricoles, aux salaires inférieurs et aux familles plus nombreuses, se débattent dans des difficultés encore plus inextricables et ignorées des traités de sociologie contemporains. La mieux lotie, une domestique de ferme de Léthuin (Eure-et-Loir), considère qu’elle ne peut se tirer d’affaire avec quatre enfants et 5 100 francs de revenus annuels soit son salaire de 3 600 francs et une pension de 1 500 francs161. Le maire de Ballon (Sarthe) appuie une ouvrière agricole, mère de trois enfants qui est « dans un état d’indigence presque complète. Son salaire s’élève, en effet, à 8,50 francs par jour » 162. Que dire de cette mère de six enfants, domestique de culture à Saint-Symphorien (IIIe-et-Vilaine), écrasée par les charges : « il m’est impossible de subvenir seule aux besoins de mes enfants », et qui compte sur 1 200 francs annuels de pension alimentaire mais en vain puisque le père, également domestique agricole, n’a gagné en raison de la morte saison que 1 000 francs en huit mois163. On le voit, la dislocation des familles d’ouvriers ou de salariés agricoles conduit à la ruine les deux parents sans que, pour autant, le nécessaire soit assuré aux enfants164. Il apparaît donc que le couple constitue pendant toute la IIIe République le cadre le plus économique pour assurer l’entretien des enfants (et des adultes) en raison, surtout, des économies d’échelle qu’il permet pour le logement, le chauffage, l’éclairage et même la nourriture.

Les délégations éducatives forcées : les mères seules entre le travail et la misère

52Sa dissolution conduit donc un certain nombre de femmes à déléguer leurs tâches éducatives soit pour réduire leurs frais, soit pour travailler afin justement d’élever leurs enfants.

  • 165 Procès-verbal de police de Saint-Chamond : 3 juillet 1931, A.D., Rhône, 3 U 1202.
  • 166 Les faits relatés remontent à 1909. Procès-verbal de police de Rouen : 16 mai 1930, A.D., Seine-Inf (...)
  • 167 Lettres au Procureur des 11 septembre et 20 octobre 1934, A.D., Isère, 2U 265.

53Les difficultés financières de ces mères sont telles que la délégation à titre grâcieux des tâches éducatives est souvent nécessaire pour alléger leurs charges. Comme le dit la voisine d’une veuve qui a laissé son fils aux grands-parents, « si cette jeune mère n’a pas envoyé de Lyon de l’argent pour l’entretien de son enfant, c’est à mon avis que, seule, il lui était difficile d’en économiser ayant déjà fort à faire pour elle sur les nécessités de l’existence (...). La fe G. aimait bien son enfant et le soignait de son mieux » 165. Aussi, les femmes chefs de famille recherchent-elles des appuis bénévoles et se tournent-elles spontanément vers les grands-parents, qui exigent rarement une rétribution. Ce recours représente la moitié des délégations et la famille en général, 56 %. L’aide de personnes ou d’institutions charitables, Assistance Publique incluse, est utilisée par 23 % des mères mais elle est souvent vécue comme un pis aller ainsi que le souligne cette journalière de Rouen : « étant seule, j’ai été obligée de confier les enfants à l’Assistance Publique » 166. Une « bonne à tout faire », délaissée par un époux volage, a pu faire admettre, grâce à l’aide de sa mère et du curé, ses enfants au Bon Pasteur et à l’orphelinat de Noyarey (Isère) mais elle ne s’en console pas : « je sui malheureuse avec mes enfants que j’ai du placer pour leur assure un morceau de pain. Voila trois mois qui ne donne pas d’argent pour manger », « Il me reproche d’avoir abandonner mes enfants. Jamais, Monsieur Procureur, il m’a été très pénible de les mettre en pension » 167.

  • 168 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.
  • 169 Lettre du 19 août 1912 et lettre, s. d., A.D., Seine, D2 U6 179.
  • 170 1920, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 150. De même, une journalière de Saint-Martin-des-Champs (Yonne) n’él (...)

54Lorsque les enfants, trop nombreux, ne peuvent être confiés ensemble aux parents proches, les femmes sont contraintes d’adopter des solutions complexes et de disloquer les fratries. Ainsi, en 1871, une ravaudeuse d’Ambert (Puy-de-Dôme) pallie ses faibles gains en logeant chez sa mère, en plaçant son fils chez un oncle et en faisant manger sa fille chez un autre oncle (mais elle réside avec sa mère) : la délégation est, ici, à la fois éclatée et partielle168. Une cuisinière parisienne adopte toute une gamme de palliatifs pour réduire ses frais d’éducation, à l’indignation de deux correspondants anonymes : « elle en son ainé que le frère de son mari élève et sa deuxième fille de son mari qui est mort voila sept ans c’est Mme Marceline qui a la petite elle a dix ans (...) et une autre qu’elle a eu après la mort de son mari du Brasseur (...) qu’elle a mit à l’assistance public », dénonce l’un d’eux cependant qu’une « honnête femme », qui tait également son identité, précise : « sa fille âgée de onze ans elle est avec une rentière (...) elle ne lui a jamais coûter un centime, la troisième elle toucha les mois de nourisse à l’asistance » 169. Aides familiale, privée et publique sont, ici, combinées pour alléger les coûts et résoudre le problème de la surveillance, ce qui n’empêche pas cette veuve d’abandonner un quatrième enfant, illégitime, dans une gare, faute d’argent pour la nourrice. En 1920, une journalière de Theillay (Loir-et-Cher) vit seulement avec son fils aîné, âgé de dix-sept ans, cependant que les sept autres enfants sont placés gratuitement dans diverses institutions, une fille étant même envoyée par le comité franco-américain au préventorium de Biarritz170.

  • 171 10,5 % des femmes seules partagent l’éducation des enfants avec l’ex-conjoint.
  • 172 Lettre de la femme au Procureur, s. d., 1928, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 846. Le père est mineur (...)

55On le voit, la misère des mères chefs de famille les conduit à solliciter, d’abord, l’aide de leur famille, au premier chef de leurs parents puis, faute de solution familiale, à se tourner vers les organismes d’aide sociale, publique ou privée. Certaines femmes, divorcées ou séparées, résolvent le problème en partageant l’éducation avec l’ex-mari171. Cette bonne de Jarny (Meurthe-et-Moselle), malade, accepte même devant l’impécuniosité du père, de revenir sur son droit de garde : « vu le besoin, j’ai du lui confier mon petit Albert »172.

  • 173 Lettre de la femme, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.
  • 174 Hélas, la grand-mère elle même perd son emploi, obligeant sa fille à solliciter l’aide de l’hospice (...)
  • 175 Procès-verbal de la Sûreté de Lyon : 19 juillet 1935, A.D., Rhône, 3U corr. d. 200.
  • 176 Lettre de la femme au Procureur : 16 février 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.
  • 177 1930, A.D., Aube, versement 152, liasse 17 856.
  • 178 Lettre de la femme au Procureur : 1er avril 1931, A.D., Oise, tribunal de Beauvais, juillet 1931.

56Lorsque la mère délègue la garde de son enfant afin de travailler plus librement, le placement est à part égale, gratuit et rémunéré. Le placement familial, presque toujours opéré à titre grâcieux, l’emporte là encore mais il peut être complété par des modes de garde plus institutionnels. Lorsque, lassée des brutalités et de l’avarice de son mari, une journalière de l’Eure, mère de quatre enfants, part se placer à Paris avec un amant et son plus jeune fils, elle écrit à son époux : « le plus sage partit que je te conseille c’est de prendre maman pour garder les petits »173. « Sans aucune ressource manquant de travail et un mari à l’hôpital », une domestique à Sainte-Menehould confie ses deux enfants à sa mère, car elle « se trouvait dans la nécessiter de trouver un placement ailleurs afin d’avoir les ressources nécessaires pour reprendre ses enfants à charge »174. Un demi siècle plus tard, rien n’a changé. Quand cette ouvrière lyonnaise abandonne ses enfants à son mari, c’est « la grand-mère [qui] remplace la mère de famille » 175. Une mère de six enfants, épouse d’un brocanteur de Wattrelos (Nord) qui « la déjà esté condanèt a huit fois (...) jame y veu travaillé ge suis obligé d’envoyer mes enfant demandé un morceau de pain », décide de quitter le domicile conjugal et explique comment elle compte élever seule ses enfants : « ge poure vivre (...) care ge touche 130 francs par moi », elle se propose également de travailler « pour leur donner le nécessaire » mais pour ce, il lui faut confier ses enfants à ses parents et à ses sœurs176. D’autres mères combinent des placements successifs. Divorcée en 1928, une bonnetière de Troyes confie sa fille à ses parents, puis à une arrière-grand-mère ; elle la reprend après son remariage puis, lorqu’elle part avec son mari chercher du travail à Lyon, elle la met en nourrice ainsi que le fils né du second lit177. Maltraitée, la femme d’un facteur de Saint-Germain (Oise) se réfugie d’abord chez sa sœur et se propose, explique-t-elle, « de placer les trois garçons et de trouver du travail »178.

  • 179 Procès-verbal de gendarmerie de Coulommiers : 8 mars 1896, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.
  • 180 Ainsi, par exemple, une bonne cannoise donne 200 francs à ses parents. Une bonne de La Flèche donne (...)

57La placement familial, cependant, n’est pas toujours gratuit. Certaines mères défrayent leurs parents pour l’entretien de leurs enfants, car ces derniers, âgés et issus de milieux modestes, ont des revenus faibles. Cette contribution peut être symbolique. Elle peut également couvrir les dépenses engagées pour l’enfant. « Elle fait ce qu’elle peut pour m’aider à élever sa petite fille », explique le père d’une domestique de Nogent (Seine-et-Oise), séparée de son mari et qui verse à ses parents 20 francs par mois pour un salaire de 30 francs à peine179. Dans les années 1930, les sommes payées aux grands-parents équivalent au salaire d’une nourrice, soit 150 à 200 francs180. Mais, les grands-parents qui reçoivent une rémunération sont compréhensifs et continuent à élever l’enfant même lorsque les échéances ne sont pas respectées.

  • 181 Lettre du maire de Pélussin au juge d’instruction de Saint-Etienne : 9 novembre 1875, A.D., Loire, (...)
  • 182 Lettre de la femme au Procureur, s.d., 1936, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, mai 1936.
  • 183 Procès-verbal de gendarmerie de Concarneau : 16 août 1921, A.D., Finistère, 16U6 63.
  • 184 Lettre de la femme au Procureur : 11 juin 1928, A.D., Finistère, 16U6 182.

58Lorsque la famille est réduite ou peu coopérative, soit près d’un cas sur trois, les mères recourent à la nourrice (7 %), qui semble ici sous-estimée, à la pension (5 %) ou à des institutions payantes. Les charges augmentent alors jusqu’à absorber la majeure partie des revenus maternels. La nourrice paraît particulièrement coûteuse comme l’attestent les difficultés d’une ouvrière en soie de Pélussin (Loire), veuve et mère de quatre enfants, qui « s’est toujours montré une bonne mère, s’imposant des privations et acceptant l’aumône de ses maîtres pour payer les mois de nourrice de ses enfants »181. « Comme je ne gagne que 5 francs par jour et que je suis obligée de donner 100 francs par mois pour faire garder mes enfants, je tiens absolument que mon mari me verse les 100 francs par mois », écrit de même une divorcée de Pont-Chrétien (Indre) dont le salaire est égal à la rémunération de la gardienne. Et de conclure : « si je n’étais pas là pour les nourrir et les entretenir par mon travail, il aurait fallu les confier à l’assistance » 182. Dans les familles petites bourgeoises, les femmes préfèrent placer leurs enfants dans une pension qui conjugue garde et instruction. Ce choix, en effet, est toujours approuvé par l’opinion qui y voit la preuve de qualités éducatives chez la mère. Ainsi, une fermière aisée de Trégunc (Finistère) qui met sa fille interne à l’E.P.S. de Quimper et son fils en pension chez son instituteur, n’en passe pas moins pour une « bonne mère de famille », soucieuse de l’intérêt de ses enfants183. Une commerçante de Quimper, mère de deux enfants et séparée de son mari, juge, cependant, ce mode de garde coûteux alors qu’il est, somme toute, plus avantageux qu’une nourrice : « par mon travail (...) je suis tenue de les mettre en pension. Coût annuel, 600francs »184.

  • 185 Renseignements de police du Havre, 1888, A.D., Seine-Inférieure, U 2015.
  • 186 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 30 décembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 01 (...)
  • 187 Rapport du juge de paix d’Antibes au juge d’instruction de Grasse : 10 décembre 1934, A.D., Alpes-M (...)

59Enfin, les mères chefs de famille recourent fréquemment aux gardes à temps partiel. Cette délégation diurne permet aux femmes de ne pas se séparer de leurs enfants. Une journalière du Havre s’y résoud à regret et se rattrape en « sacrifiant tout son temps en dehors de ses heures de travail à sa fille » 185. Une cultivatrice de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme), en instance de divorce, sollicite l’aide de la police clermontoise pour mettre son fils à l’Assistance afin de pouvoir plus aisément se louer mais elle se ravise en apprenant qu’elle ne pourra plus le voir « à son gré », et le place seulement pendant ses heures de travail, à l’Œuvre des Dames de Nevers186. Toutes les variantes sont possibles dans ces gardes sur mesure : surveiller l’enfant après l’école ou l’y conduire, lui donner ses repas, comme pour la fille de cette femme de ménage antiboise, divorcée : « comme elle ne peut s’occuper efficacement de sa jeune fille elle la confie à sa logeuse chez qui elle prend ses repas » 187. Dans certains cas, la garde partielle s’avère même un choix plus onéreux qu’une nourrice ou une pension.

  • 188 Procès-verbal de gendarmerie de Meulan : 1er novembre 1938, A.D., Seine-et-Oise, 1161W.
  • 189 Procès-verbal de police de Clermont-Ferrand : 4 janvier 1930, A.D., Puy-de-Dôme, U 04903.

60Précisons, enfin, que dans quelques dossiers, le placement obéit à des considérations ni professionnelles ni financières. La tiédeur des sentiments, le désir de refaire sa vie avec un nouveau compagnon peuvent conduire certaines mères à déléguer leurs fonctions. Une femme de ménage de Meulan divorcée et mère de six enfants, dont deux illégitimes, s’occupe au premier chef de gérer une vie privée agitée : elle a ainsi abandonné trois enfants « depuis leur naissance » à leur grand-mère, en place un à l’orphelinat et les plus jeunes à la crèche188. De même, les autorités civiles ou patronales font parfois pression sur les mères seules pour qu’elles confient leurs enfants à des institutions où ils recevront une éducation jugée supérieure à celle d’une ouvrière désargentée ou jugée immorale. Je ne prendrai qu’un exemple, révélateur d’un paternalisme pesant, celui de Michelin à Clermont-Ferrand : ouvrier, issu d’une famille employée depuis deux générations dans la firme, le mari a obtenu pendant son instance de divorce, que l’usine place ses enfants dans une établissement charitable « afin de les soustraire au contact de la mère manquant d’ordre et de conduite ». Le jugement de divorce confie, cependant, la garde définitive à la mère qui exige le retour de ses enfants. Le chef du personnel multiplie alors les pressions pour qu’elle renonce à ce projet : « la maison Michelin a cherché à faire comprendre à Mme D. qui travaillait alors à l’usine qu’elle ne pourrait pas donner à ses enfants les soins qu’ils recevaient où ils étaient » ; en vain, mais il rechigne à lui payer, comme prévu, les allocations familiales jusque là versées... au grand-père189. Reste que l’écrasante majorité des délégations obéissent à des considérations en dernier ressort pécuniaires, que ce soit pour diminuer les dépenses ou augmenter les recettes.

Pères isolés et délégation éducative : une logique originale

61J’ai retenu, à titre comparatif, le groupe des 60 pères qui sommés d’assumer seuls l’éducation de leurs enfants, préfèrent déléguer leurs fonctions. Ils sont veufs pour 70 % ou abandonnés par leur épouse, rarement divorcés à la différence des femmes mais, comme elles, ouvriers ou salariés agricoles dans deux cas sur trois. Cet échantillon restreint permet de dégager des tendances mais non de quantifier.

  • 190 Plainte en adultère, rédigée par un tiers, s.d., 1875, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louvie (...)
  • 191 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Didier-la-Séauve : 16 septembre 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 2 (...)
  • 192 Lettre du père au Procureur : 26 décembre 1918, A.D., Sarthe, 1U add 1902- 1905. L’allocation évoqu (...)
  • 193 A.D., Marne, 8U 868.
  • 194 1900, A.D., Meuse, 20 U 44.
  • 195 Procès-verbal de gendarmerie de Cormeilles : 24 mars 1921, A.D., Eure, 12U 125.

62Pour une part, les pères sont confrontés aux mêmes problèmes que les mères chefs de famille. Certains sont incapables d’élever leurs enfants avec leur seul salaire. Un tisserand de Louviers, abandonné par son épouse avec quatre enfants, le constate amèrement : « je suis resté sans aucunes ressources pour faire élever mes enfants puisque je dois travailler pour leur procurer, surtout aux trois derniers, leur pain quotidien » 190. Veuf, un journalier agricole de la Haute-Loire renonce à reprendre sa fille à l’hospice : « j’ai insisté pour avoir mon enfant mais je n’en ai pas besoin, j’en ai déjà trop de mon corps, je n’ai pas le sou et je suis sans domicile » 191. Un conducteur d’automobiles du Mans, abandonné par sa femme, ne sait comment financer la garde de ses enfants : « je me suis occuper hier pour placer mes enfants mais je nait pas trouvez ou les placer comme la vie est tellement chère les bonne gens ne trouve pas que lalocation est forte assez » 192. Quelques pères ouvrent même leurs comptes. Ainsi un tisseur de Suippes (Marne) dispose, en 1897, pour ses huit enfants de son salaire de 2 francs par jour, de la paye de son fils aîné (1,50 F), de 6 francs par mois alloués au plus jeune, soit 0,44 franc par jour et par tête, mais il profite du placement gratuit à l’Assistance de deux jumeaux193. Veuf avec huit enfants également, un terrassier de Longeaux (Meuse) demande en 1900 à ses deux fils aînés de lui donner 20 francs par mois pour placer dans une institution religieuse les trois cadets, âgés de six à dix ans, mais ceux-ci qui ne gagnent que 30 francs par mois, acceptent seulement de payer directement l’orphelinat pour deux de leurs sœurs194. En 1921, un cheminot de Cormeilles (Eure), veuf, demande à l’Assistance Publique d’accueillir ses deux fils pour 50 francs par mois, car il ne peut plus, avec un salaire de 140 francs mensuels, payer 130 francs pour leur nourrice mais il refuse un abandon définitif : « moi même je suis pupille de l’Assistance publique, j’ai trop souffert de n’avoir pas connu mes parents »195.

  • 196 Procès-verbal du juge d’instruction de Romorantin : 24 juin 1871, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 89. Mais, (...)
  • 197 Procès-verbal de gendarmerie de Berlaimont : 10 février 1932, A.D., Nord, 3U1 1375.
  • 198 Procès-verbal de police du Chambon-Feugerolles : 28 mai 1926, A.D., Bas-Rhin, 3UD/301.

63Comme les mères isolées, les pères seuls doivent impérativement trouver le moyen de faire surveiller leurs enfants pendant qu’ils travaillent. Un journalier de Vouzon (Loir-et-Cher) se trouve plongé dans la misère à la mort de sa femme par la seule présence de deux jeunes enfants : « je ne pouvais plus travailler, devant m’occuper de mes enfants », et de fait, constate le magistrat, « son petit garçon le gênait beaucoup à travailler parce que étant obligé de s’absenter, cet enfant était trop jeune pour le laisser à la maison » 196. Un cheminot de Berlaimont (Nord), divorcé avec la garde d’une fille de cinq ans, en appelle à sa mère : « celle-ci étant trop jeune et mes occupations m’obligeant à travailler toute la nuit, j’ai remis ma fille à ma mère chez qui j’étais décidé de retourner habiter » 197. Un mineur stéphanois, divorcé, met momentanément ses cinq enfants à l’orphelinat « parce que, travaillant à la mine, je ne pouvais pas m’en occuper », mais il promet de les reprendre dès l’obtention d’une H.B.M., pour les élever avec l’aide de sa famille : « ma mère habitera avec moi et s’en occupera » et sa belle-sœur, en voisine, « les conduira à l’école avec ses enfants », expose-t-il198.

  • 199 Procès-verbal de gendarmerie d’Ecquevilly : 23 juin 1900, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.
  • 200 Lettre du père au Procureur : 10 décembre 1935, A.D., Rhône, 3U 1204.
  • 201 Dossier familial : 20 décembre 1938, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.
  • 202 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, (...)

64Toutefois, le comportement des pères diffère sur plusieurs points des réactions maternelles. D’une part, ils se tournent moins souvent vers leur famille (30 %) et encore plus rarement vers une nourrice (3 %). Ils préfèrent les institutions, privées ou publiques, gratuites ou non. Lorsque ce fondeur de Poissy apprend que sa femme l’abandonne avec quatre enfants, il s’exclame spontanément : « je mettrai mes enfants à l’asile Saint-Louis »199 « Désorienté » par le départ de sa femme, un chauffeur de Bron confie d’abord ses cinq enfants à un couple de gardiens puis il refuse les propositions de l’Assistance Publique mais il propose l’orphelinat des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, car « ils recevront là une bonne éducation, un bon métier » et surtout, dit-il, « je pourrai enfin aller les voir, les embrasser, les gâter même » 200. Un ouvrier de Cormeilles à qui sa femme laisse six enfants âgés de deux à douze ans, les confie, sans réfléchir, à la pouponnière avant de se raviser en raison du coût jugé excessif – 1 600 francs par mois –, de les reprendre et de mettre en scène si habilement son désarroi qu’il suscite autour de son cas une vraie campagne de presse, animée par Paris-Soir, l’Œuvre, le Journal et même la T.S.F., et réussit à émouvoir deux « bienfaitrices » qui recueillent les enfants201. Les ouvrières interrogées par Catherine Rhein confirment cette attitude : Hélène et Yvonne ont ainsi été placées dès le décès de leur mère dans un orphelinat202.

  • 203 Procès-verbal de gendarmerie de Condé : 4 janvier 1902, A.D., Nord, 2U 155/544.
  • 204 Rapport du juge de paix de Marly : 2 avril 1936, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.
  • 205 P.-J. Helias, Le cheval d’orgueil, Paris, 1975, Plon.
  • 206 Procès-verbal de police de Caen : 26 décembre 1938, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel de Mayenn (...)
  • 207 Procès-verbal de gendarmerie de Ligny : 2 août 1900, A.D., Meuse, 20U 44.
  • 208 Procès-verbal du juge d’instruction de Domfront : 21 décembre 1925, A.D., Orne, Assises, 1921.

65De même, les pères veufs utilisent plus fréquemment leur fille aînée pour assurer la surveillance des plus jeunes comme ils exigent, nous l’avons vu, qu’elle assume les tâches ménagères de la mère. A quinze ans, Margueritte, la fille d’un mineur d’Hergnies (Nord) et l’aînée de sept enfants, « remplissait un vrai devoir de mère de famille à l’égard de ses frères et sœurs », « elle élève sa petite sœur aussi bien que sa mère aurait pu le faire », dévouement qu’elle juge normal : « je suis restée l’aînée des filles à la maison pour la remplacer » 203. Le juge de paix de Marly (Seine-et-Oise) partage la même conviction, qui excuse la négligence éducative d’un ouvrier agricole, « un pauvre malheureux (...) incapable d’élever ses enfants », mais condamne sa fille, « une jeune fille paresseuse, coureuse et incapable de s’occuper sérieusement de ses petits frères et sœurs » 204. La mère de Pierre-Jakez Helias assume seule, à dix ans, les soins à la fratrie205. L’opinion avalise la contagion, des mères aux filles, de la notion d’aptitude féminine en matière d’éducation, si bien que rares sont les fils à rendre de semblables services. Les excès choquent cependant. Cet ouvrier distilleur de Gorron (Mayenne), père de cinq enfants, abandonne non seulement les tâches éducatives mais aussi ses responsabilités financières à sa fille aînée, ouvrière elle même, qui « fait de son mieux pour tenir la maison et nourrir ses frères et sœurs mais il est inadmissible que le père ne s’occupe en aucune façon de ses enfants et que ce soit la fille aînée qui soit obligée de travailler pour élever ses frères et sœurs », s’indigne son oncle206. Enfin, les veufs, quoique souvent fort modestes, n’hésitent pas à embaucher, à bas prix, une bonne, qui cumule alors, au meilleur rapport qualité-prix, tâches domestiques et éducatives alors que je n’ai jamais rencontré une mère isolée pour envisager une telle solution. En sus du placement de certains enfants, le terrassier de Longeaux précité a une bonne à son service, « car moi je ne peux m’en occuper » 207. De même, un cafetier de la Ferté-Macé (Orne) fait élever sa fille par ses tantes et des bonnes : « quant à moi, je m’en occupais d’elle toutes les fois que mes occupations me le permettaient »208.

  • 209 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Germain-en-Laye : 21 juin 1876 et procès-verbal de gen (...)
  • 210 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 15 octobre 1925, A.D., Puy-de-Dôme, U 010959. Il (...)
  • 211 Procès-verbal de police de Villeurbanne : 10 mai 1930, A.D., Rhône, 3U 1201.

66Par ailleurs et lorsque les femmes mettent l’accent sur la modicité de leurs ressources, les pères gémissent sur le coût élevé des placements. Certes, quelques-uns n’ont pas les moyens de payer une garde et de s’entretenir. Mais il en est d’autres que refusent de dépenser pour leurs enfants plus qu’une fraction, définie a priori, de leur salaire alors que les mères acceptent des contraintes plus dures. Un charpentier de Seine-et-Oise dont la femme meurt en couches en 1873, compte, selon un témoin, « plus sur les secours des autres que sur sa propre initiative » : de fait, sur son salaire de 5 francs, il consacre 3 francs à ses dépenses personnelles et 0,50 pour la nourrice du bébé ; il a confié deux enfants à ses parents, fait élever gratuitement un aveugle dans un institut spécialisé et il place une fille dans « une famille amie » puis, raconte-t-il, « je ne sais où par le pasteur protestant C. » 209. Un employé de bureau clermontois, dont la femme est aliénée, confie deux enfants à sa mère et à sa sœur, place les deux derniers en nourrice pour 120 francs par mois mais il juge ces débours exhorbitants : « j’étais obligé de payer une pension qui réduisait mes ressources. C’est pour cette raison que sur les conseils d’amis (...) je me suis remarié »210. Un ouvrier de Vaulx-en-Velin (Rhône) qui fait élever un fils chez son frère, un autre chez un gardien, doit garder le dernier, un anormal, et avoue à certains voisins « qu’il serait fort aise si on le débarrassait de son fils ou que celui-ci meure ». Il tient aux autorités un langage plus mesuré : « comme je ne peux m’occuper de lui constamment, je serais désireux qu’il soit placé dans une maison approprié à son état », mais il refuse absolument de contribuer à son entretien vu « son maigre salaire de manœuvre » 211.

  • 212 Procès-verbal du juge d’instruction de Bar-le-Duc, en vue d’une déchéance paternelle : 16 janvier 1 (...)
  • 213 Procès-verbal du juge d’instruction de Brive : 5 novembre 1925, A.D., Haute-Vienne, 3U 812.
  • 214 Bulletin de renseignements par le juge de paix d’Argenteuil, 1939, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.
  • 215 Lettre de l’oncle maternel au Procureur : 21 avril 1932, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châ (...)

67En effet, dernière différence avec les mères, les hommes chefs de famille monoparentales méconnaissent plus souvent leurs devoirs. Ils « oublient » fréquemment de payer leur pension et ils abandonnent leurs enfants sans remords alors que les mères, même négligentes, se défendent de s’en désintéresser. Un journalier de Bar-le-Duc, dont la femme est internée, élève trois enfants de six à onze ans mais, dit-il, « j’estime qu’ils seront mieux élevés par d’autres que par moi » 212. Comme le souligne un témoin à propos d’un sabotier de Brive, « les enfants ont beaucoup perdu lors de la mort de leur mère [car leur père] se désintéresse de ses enfants qu’il a placés, contre 100 francs par mois, à l’orphelinat » 213. Un charpentier d’Argenteuil, père de quatorze enfants et qui souhaite abandonner à l’Assistance Publique les trois plus jeunes, « ignore où sont tous ses enfants (...). Il se désintéresse complètement de ses enfants et ne veut plus les voir » 214. De même, c’est la belle-famille de ce veuf, journalier agricole dans l’Indre, qui se charge des enfants, car il « tenait beaucoup à mettre ses enfants à l’Assistance Publique mais moi et ma sœur, on s’y est opposé », explique leur oncle215.

68La délégation éducative à laquelle les pères isolés sont contraints, semble moins leur coûter affectivement qu’aux mères seules. De plus, lorsque la garde des enfants ponctionne un pourcentage important de leurs revenus, ces hommes renoncent volontiers à l’exercice de leurs droits paternels. L’idéologie du sacrifice détectée chez les pères les plus conscients de leurs responsabilités éducatives, s’efface lorsqu’elle entre en contradiction, pour les plus modestes, avec le confort et la liberté de l’individu. Tout se passe alors comme si, implicitement, les hommes se considèrent moins responsables que les femmes de leur descendance et rejettent plus facilement sur la société leur lourde prise en charge. Les parents isolés, toutefois, ne sont pas seuls à déléguer l’éducation de leurs enfants. Les couples s’y résolvent aussi puisque la moitié des cas relevés concernent des mères mariées.

Les mères mariées et la délégation de tâches

  • 216 J’ai exclu de cet échantillon les femmes mariées, mères d’un enfant illégitime lors de leur mariage (...)

69Bien que le couple soit le cadre le plus économique pour assurer l’éducation des enfants, 139 mères mariées et vivant avec leur époux renoncent à l’assurer elles même216. En outre, il convient d’ajouter les gardes journalières plus fréquentes encore. Leurs mobiles sont rarement mentionnés dans les dossiers qui détaillent, plus volontiers, le mode de garde. Quoique les types de placement soient identiques pour les mères seules ou mariées, les mobiles des couples stables sont plus variés.

Les stratégies maternelles ou comment concilier travail et éducation

70La première raison invoquée pour justifier la délégation concerne l’incompatibilité entre travail féminin et tâches éducatives. Lorsque l’enfant paraît, les femmes exerçant un métier peuvent opter entre trois solutions : continuer à travailler tout en élevant leurs enfants, renoncer à leur activité professionnelle ou confier la surveillance des enfants à autrui. De nombreux dossiers insistent sur ce délicat dilemme et sur les conséquences des solutions choisies.

  • 217 Préfet de Corse au ministre de l’intérieur : 2 mars 1872, A.N., F15 3812-3813.
  • 218 Préfet de l’Indre au ministre de l’intérieur : 11 novembre 1871. De même, en Haute-Savoie, « il n’y (...)
  • 219 C. Amiel, G. Charuty, C. Fabre-Vassas, Jours de vigne. Les femmes des pays vitivoles racontent le t (...)
  • 220 C. Géniaux, La Bretagne vivante, op. cit., p. 199.
  • 221 P.– J. Helias, Le cheval d’orgueil, op. cit.
  • 222 Procès-verbal de gendarmerie de Charny : 3 juillet 1926, A.D., Yonne, 3U3 1082.

71Le problème n’est pratiquement jamais évoqué pour les femmes d’exploitants agricoles dans la mesure où elles peuvent plus aisément moduler leur participation aux travaux des champs comme nous l’avions déjà noté pour les tâches ménagères. Une enquête réalisée en 1872-1874 auprès des préfets sur les crèches, en rend bien compte. « Ces sortes d’établissements charitables ne peuvent prospérer que dans les villes manufacturières (...). Il n’en est pas ainsi en Corse où les femmes ne sont pas occupées aux travaux industriels et ne quittent que fort rarement la maison après avoir confié leurs enfants à une de leurs parentes ou de leurs voisines » 217. A Châteauroux de même, la crèche a été fermée faute de clients, car « la population pauvre de Châteauroux, concentrée dans les faubourgs, est presque entièrement agricole. Les mères de famille restent à la maison. Si, par exception, elles sont obligées de s’absenter, une voisine a soin de leurs enfants » 218. Lorsqu’elles se livrent à des travaux agricoles, les paysannes se débrouillent pour veiller en même temps sur leur bébé. « Moi je sais que ma grand-mère travaillait la vigne et elle allaitait. Quand elle allaitait ma mère, (...) elle prenait ma mère dans une corbeille (...). Ma grand-mère avait cinq enfants, elle était obligée de travailler », raconte une vigneronne audoise219. En Bretagne, « la mère va et vient (...) un enfant sur son bras, le posant à terre et le reprenant, sans cesse gênée dans son travail » 220. Sa mère laisse le jeune Helias à la maison et rentre seulement l’allaiter221. Le défaut de surveillance guette alors les jeunes enfants avec son lot d’accidents mais la solidarité villageoise permet, en général, d’y pallier. Quelques journalières affrontent, cependant, une situation inextricable. Une bûcheronne de Perreuse (Yonne) qui victime de mauvais traitements, a quitté le foyer conjugal avec deux enfants de treize mois et quatre ans, sollicite ainsi une aide, car, explique-t-elle, « mes enfants étant en bas âge, je ne puis les laisser seuls pour travailler chez autrui » 222. Le problème est donc limité aux salariées dont l’emploi du temps n’est pas flexible.

  • 223 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 février 1884, A.D., Seine, D2 U8 156.
  • 224 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 1er septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.
  • 225 Louise Tilly, « Structure de l’emploi, travail des femmes et changements démographiques, Anzin et R (...)
  • 226 Rapport de Mme Letellier, inspectrice départementale de la 1re section, à l’inspecteur divisionnair (...)
  • 227 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, (...)

72Un certain nombre arrête de travailler, momentanément au moins, ce qui prive le ménage d’une partie de ses ressources alors même que les charges augmentent. Un employé de commerce parisien au gain confortable en 1884 de cinq francs par jour, s’en irrite du reste : « ma femme prétendait être trop absorbée par les soins de son enfant (...). Seul, je ne pouvais subvenir aux besoins du ménage » 223 . 23 dossiers seulement font état d’une telle décision, sans doute trop banale pour mériter un commentaire. Une journalière de Bellac (Haute-Vienne) qui lave et file à la demande, tente d’abord de négocier des aménagements horaires avec sa patronne pour concilier allaitement et travail : « elle craignait que je ne voulusse plus la faire travailler (...) comme son temps était en grande partie occupé par les soins que réclamait cette enfant », mais elle doit se résigner à la faire garder pour ne pas perdre ses pratiques224. Si les témoignages sont rares, les statistiques sont, sur ce point, sans équivoque. A Roubaix en 1872, 34,1 % des épouses sans enfant travaillent alors que ce chiffre tombe à 14,3 % pour les femmes mères d’un enfant de moins de cinq ans225. Néanmoins, soit goût, soit nécessité, les femmes reprennent ensuite le chemin de l’usine. A Paris, les ouvrières de la confection ne renoncent pas à leur métier mais elles sont favorisées. En effet, « dans la nouveauté, beaucoup de femmes ont épousé des employés qui gagnent souvent des salaires suffisants pour permettre à leur femme de s’arrêter de travailler pendant les mois qui suivent l’accouchement »226. A Paris, dans l’entre-deux-guerres, la moitié seulement des salariées faiblement qualifiées – ouvrières, femmes de service, employées – ont renoncé à travailler à la naissance des enfants et elles ont rapidement repris un emploi, à l’exception d’une minorité, 10 %, mères de famille nombreuses ou exerçant une profession très ingrate227.

  • 228 Comme l’atteste l’exemple d’Armentières. Voir T. Leleu, La vie quotidienne des femmes à Armentières (...)
  • 229 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 15 septembre, A.D., Seine-et-Oise, Assises, ses (...)
  • 230 Procès-verbal de police de Versailles : 19 décembre 1899, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.
  • 231 Procès-verbal de gendarmerie de Villaines : 28 décembre 1923, A.D., Mayenne, tribunal de Mayenne, 1 (...)
  • 232 Procès-verbal de police de Liévin : 22 février 1924, A.D., Pas-de-Calais, tribunal de Béthune, audi (...)
  • 233 Lettre de la femme au Procureur : 4 décembre 1932, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauro (...)
  • 234 Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, Plon, p. 121-123.
  • 235 Voir sur ce point L. Tilly et J. Scott, La femme, le travail et la famille, Paris, 1987, Rivages, d (...)
  • 236 Marie-Pascale Buriez-Duez, « Le mouvement de la population dans le Nord au xixe siècle », L’homme, (...)

73A partir de trois ou quatre enfants en bas âge, en revanche, l’arrêt est inévitable228. Mère de quatre enfants, l’épouse d’un terrassier d’Argenteuil analyse bien les contraintes de la maternité : « j’élève mes enfants et je tiens mon ménage sans pouvoir continuer mon état de blanchisseuse » 229. Les policiers versaillais font le même constat pour la femme d’un menuisier qui « ne peut se livrer à aucun travail, étant obligée de rester à la maison pour garder ses jeunes enfants », âgés de trois à huit ans230. Privée du salaire de son mari, un journalier agricole hospitalisé, une ménagère de Villaines (Mayenne) sollicite un secours au motif qu’elle « ne peut aller en journée en raison des soins que nécessitent ses trois enfants en bas âge et, d’autre part, elle est enceinte » 231 Il est, cependant, des mères de un ou deux enfants qui choisissent de se consacrer à leurs tâches éducatives. Mais, en raison de la hausse des salaires, voire des pressions idéologiques, ce choix n’est explicité que dans l’entre-deux-guerres. L’épouse d’un mineur de Liévin qui s’« occupait à faire des ménages », y renonce à la naissance de son premier enfant : « ma femme s’occupait simplement de l’enfant et faisait le ménage »232, déclare son mari. Une « ménagère » de Déols (Indre) présente le même profil professionnel : après son mariage, « n’ayant pas d’enfants, je travaillais journellement (...) ; plus tard, à partir de mon premier enfant, j’ai dû cesser de travailler ». Elle s’en repent, toutefois, dépendant dès lors du bon vouloir de son mari, un chef cuisinier bien payé mais qui « ne me donnait qu’une somme insuffisante pour subvenir à mes besoins et ceux de mes enfants » 233. Si Gaston Lucas et sa femme mettent en nourrice leur premier enfant, car Jeanne, employée dans une société d’assurances, « s’y était fait une très bonne situation », à la naissance du second, raconte-t-il, « j’ai décidé du même coup qu’elle quitterait son travail pour se consacrer à ses enfants », tout en soulignant le poids du sacrifice ainsi consenti : « on arrivait à peine à joindre les deux bouts. Et encore, à condition de renoncer aux fantaisies »234. Néanmoins, chez les couples modestes et malthusiens, les femmes préfèrent ne suspendre leurs activités professionnelles que pour une durée limitée afin de préserver les ressources familiales235. D’autant qu’avant 1909, la grossesse reste une cause légale de renvoi. Cette seule disposition explique la reprise rapide du travail travail après les couches : au xixe siècle, les ouvrières lilloises retournent à l’usine souvent une semaine seulement après la délivrance236.

  • 237 C’est à dire aux familles qui ne disposent que de 7 francs par enfant.
  • 238 A.D., Drôme, 149 X 2. Nous possédons les relevés de 1920 à 1934. 80 % des allocations sont versées (...)
  • 239 Ainsi, en 1928, Germaine reprend le travail, faute de ressources, 12 jours après la naissance de so (...)
  • 240 A. Fourcaut, Femmes à l’usine dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1982, Maspero, p. 178.
  • 241 « Action de l’Assistance publique lorsque l’enfant est temporairement séparé de la mère », s.d., 19 (...)

74Du reste, même lorsque l’Etat et les entreprises mettent en place des allocations compensatrices en cas de congé, les nouvelles réglementations ne modifient guère les pratiques féminines. En effet, si la loi Strauss du 7 juin 1913 impose un repos d’un mois, les allocations qui peuvent être versées par l’Etat ou les collectivités locales pendant deux mois, ne sont pas obligatoires et surtout sont trop faibles pour être incitatives. Elles se montent à 1,50 franc par jour en 1919. Elles oscillent dans les années 1930 entre 2,50 et 7,50 francs, somme versée aux seules familles nécessiteuses237. Encore, s’agit-il de moyennes. Dans la Drôme, les mères ont touché pendant toutes les années 1920 moins de 1,50 franc par jour et guère plus dans les années 193 0238. Aussi, la loi est-elle tournée par ses supposées bénéficiaires, et pour des raisons exclusivement financières239. Comme le dit une ouvrière de conserverie bordelaise à propos du congé prénatal, « quelle blague ces lois qui viennent vous encourager à vous reposer pour 1,50 franc par jour : c’est ce qu’on gagne en une heure » 240. Les autorités en sont conscientes ainsi qu’en témoigne l’un des innombrables rapports de ce type publiés à partir de 1900 : « les difficultés qu’éprouvent les mères à trouver un travail rémunérateur les incitent trop souvent à se séparer de l’enfant. L’Administration s’efforce d’éviter les envois en nourrice (...) en montrant aux mères l’intérêt qu’elles ont à élever leurs enfants ; les avantages qu’elles peuvent obtenir, en outre, du secours mutuel : layette, berceau, inscription à la consultation des nourrissons avec distribution de lait stérilisé si elles ne peuvent allaiter et prime d’allaitement dans le cas contraire » 241. Ces exhortations sont le plus souvent vaines. Avant 1914, la rareté des allocations versées limite le choix des mères. Après la Guerre, leur généralisation, mais à un bas niveau, n’incite pas la femme pourvue d’un bon métier à y renoncer.

  • 242 Rapport du 3 juin 1913, A.N., F22 445.
  • 243 Rapport de Mme Paire, inspectrice du travail de la 3e section : 23 mai 1917, A.N., op. cit. Soulign (...)

75En revanche, le glissement vers des métiers aux horaires ou aux profils compatibles avec l’éducation des enfants est certainement fréquent. Ainsi, en 1872, 55 % des femmes exerçant une profession à Roubaix, sont couturières ou cabaretières tandis qu’à Anzin, elles sont ouvrières à domicile. En 1913, le président de la chambre de commerce de Marseille propose d’instaurer une prime un mois après l’accouchement afin que les salariées puissent s’occuper de leur nouveau-né et souhaite qu’en bénéficient également les ouvrières à domicile qui ont choisi un travail moins rémunérateur pour aider leurs vieux parents ou « par nécessité d’élever et de surveiller plusieurs enfants »242. « L’ouvrière couturière des grandes maisons, la “midinette” est presque toujours célibataire ; lorsqu’elle est mère, elle quitte presque toujours son métier ou s’installe à son compte chez elle » 243, remarque une inspectrice du travail. De même, de nombreuses domestiques se reconvertissent en femmes de ménage, modulant leurs horaires à leur guise.

  • 244 Les parents sont journaliers ou domestiques. Procès-verbal de police de Versailles : 22 février 187 (...)
  • 245 Procès-verbal de gendarmerie de Tonnerre : 27 septembre 1892, A.D., Yonne, 2U 202.
  • 246 Bulletin de renseignements de la police de Paris : 8 août 1911, A.D., Seine, D2 U6 173.
  • 247 Lettre de l’institutrice au commissaire de police : 2 mars 1931 et procès-verbal de gendarmerie d’O (...)
  • 248 Procès-verbal de gendarmerie de Neuville-sur-Saône : 6 octobre 1931, A.D., Rhône, 3U 1203.
  • 249 R. Douché, Sologne de ma jeunesse, Paris, 1978, Pensée universelle, p. 95.
  • 250 Procès-verbal du juge d’instruction de Blois : 7 janvier 1935, A.D., Loir-et-Cher, 2U 175. Le témoi (...)
  • 251 Procès-verbal de police de Houilles : 14 avril 1935, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

76Il est impossible d’évaluer le nombre de mères qui travaillent sans délégation de garde. En revanche, de nombreux témoins soulignent combien il est difficile de concilier les responsabilités éducatives et professionnelles, même quand les enfants sont d’âge scolaire. Les observateurs sociaux et les autorités s’inquiètent de l’abandon qui guettent les enfants dont les parents s’absentent pour travailler. De trois écolières, âgées de onze ans et victimes d’attentats à la pudeur, la police versaillaise écrit qu’« elles n’étaient l’objet d’aucune surveillance de la part de leurs parents qui, eux mêmes, étaient absents de chez eux toute la journée à cause de leurs occupations dont dépendait l’existence de leur famille »244. Malgré ses quatre enfants, âgés de deux à neuf ans, une journalière de Tonnerre « est obligée de faire des ménages, de laver les lessives. Il en résulte nécessairement que ses enfants sont livrés à eux même une partie de la journée »245. Selon la police encore, la fille d’une décoratrice et d’un instituteur parisiens, pourtant âgée de quinze ans, « semble devoir être soumise à une surveillance plus efficace que celle dont les parents, retenus par leur profession, sont en mesure d’exercer sur elle » 246. Dans l’entre-deux-guerres, l’Administration durcit encore ses commentaires au point que l’activité féminine et le défaut de surveillance qui en découle suffisent à fonder une procédure en déchéance. Un manœuvre et une femme de ménage de Sainte-Foy-lès-Lyon sont ainsi poursuivis d’une part en raison de l’absentéisme scolaire de leur fille aînée, chargée de soigner son père, car « la maman était obligée d’aller travailler », et d’autre part au motif que « tous les midis [ils] mangent seuls les restes de plats faits la veille » puisque ni le père ni la mère, partis au travail entre 4 h 30 et 6 heures, ne peuvent les faire déjeuner247. Une ouvrière de Saint-Germain-au-Mont-d’Or est critiquée de la même façon pour son travail à Lyon-Vaise puisque « de ce fait, elle ne s’occupe pas de ses enfants qui ne mangent pas toujours à leur faim »248. Le fils d’un garde-chasse et d’une cultivatrice solognote se souvient du reste avec regret de l’indisponibilité maternelle : « ma mère n’avait pas le temps de s’occuper de moi »249 « La surveillance que ma mère exerçait sur moi était faible en raison de ses occupations », dit, en écho, le fils d’une journalière normande250. Les femmes sont également conscientes du problème comme cette mère de six enfants qui, après une longue interruption, vient de reprendre son métier d’ouvrière à Houilles : « je travaille toute la journée (...). Je n’ai absolument personne pour les garder pendant la journée pendant que je suis à mon travail »251.

  • 252 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.
  • 253 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 30 septembre 1921, A.D., Yonne, 2U 287.
  • 254 A. Fourcaut, op. cit., p. 69.
  • 255 P. Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, 1977, Tema.
  • 256 Procès-verbal de police de Paris : 27 novembre 1911, A.D., Nièvre, 3U2 391. Il est vrai que tous de (...)

77Aussi, entre la réduction des revenus familiaux et l’abandon des enfants, bien des mères actives préfèrent-elles choisir une délégation de garde. Les dossiers de la série U qui mentionnent, en général, le placement chez un tiers, négligent, en revanche, la garde quotidienne par une voisine ou des parents et sont très pauvres sur les mobiles professionnels. Je ne dispose ainsi que d’indications éparses. Telle ouvrière de Citroën « a préféré laisser les enfants en nourrice et travailler pour gagner et mettre de côté l’argent » 252. Une grand-mère élève à Auxerre sa petite-fille, car la mère « qui est bouchère à Paris (...) et qui a une grosse besogne, se levant tous les jours à 4 heures du matin, n’aurait pas le temps matériel de s’en occuper » 253. Une ouvrière en teinturerie parisienne, mère d’un enfant et enceinte, a tout planifié avant la naissance du second : elle va reprendre son fils placé en nourrice, « je le mettrai en garde chez une voisine, l’autre à la crèche, et comme ça, je pourrai reprendre mon travail » 254. Les enfants de domestiques attachés à la personne sont encore plus mal lotis. Paul Chabot est mis en nourrice, dès sa naissance, à Barbizon où il peut néanmoins voir sa mère l’été, car sa patronne y vient en villégiature255. « Domestiques » itinérants « dans plusieurs départements », un couple confie ses deux filles à des parents nourriciers et ne les élève que lorsqu’il loue sa propre ferme, espérant, de plus, que l’aînée pourra les aider256. Il reste que, même lorsque les intéressées ne mentionnent pas leurs motivations, les délégations de garde semblent la plupart du temps dictées par le métier maternel.

De la pauvreté à la haine ou les mobiles éclatés de la délégation parentale

  • 257 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 25 juin 1886, A.D., Nord, 2U 155/495. En fait, le ma (...)
  • 258 Doulevant-le-Château est situé en Haute-Marne. Procès-verbal de gendarmerie de Wassy (Haute-Marne)  (...)

78Certains dossiers, cependant, révèlent d’autres motivations. La pauvreté, que nous avions mentionnée pour les mères chefs de famille, conduit aussi certains couples à confier à autrui l’éducation de leurs enfants. Une couturière lilloise accepte ainsi que son mari emmène sa fille chez une riche tante : « je voyais notre enfant si malheureuse, si mal nourrie faute de ressources que, malgré le chagrin de notre séparation, j’ai cru devoir lui assurer le moyen d’être mieux » 257. De même, un manœuvre de Tannois (Meuse), « pas très fort ouvrier », et son épouse sont si misérables qu’une de leurs belles-sœurs leur vient en aide – « la troisième était placée chez sa tante, la dame du percepteur de Doulevant-le-Château »– et se propose même d’adopter légalement la nièce dont elle s’est chargée258.

  • 259 Le cas date de 1931, A.D., Rhône, 3U 1201.
  • 260 Procès-verbal du juge de paix de Crépy-en-Valois : 23 décembre 1876, A.D., Seine-Inférieure, U 893. (...)
  • 261 1872, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 89.

79Lorsqu’ils sont malades, les parents peuvent solliciter une aide analogue. Une enjoliveuse de la Croix-Rousse, célibataire, élève dès sa naissance en 1931, sa nièce afin d’aider son beau-frère infirme et sa sœur tuberculeuse avant d’assurer définitivement l’éducation de l’enfant après le décès de sa mère259. Ce type de situation se combine, parfois, avec des habitudes d’Ancien Régime qui poussent les parents à confier un enfant aux grands-parents ou à une tante que l’on suppose les parrains et marraines. En effet, les archives judiciaires s’en tenant à l’état-civil légal, sont souvent muettes sur la parenté spirituelle, assumée, au xixe siècle encore, avec conscience. Cependant, cinq des 41 oncles et tantes qui élèvent, au moins à temps partiel, leurs neveux, sont explicitement mentionnés comme leurs parrains. Il en est de même pour une couturière de Rouen qui prend très à cœur son rôle de marraine, supervisant l’éducation de sa sœur, âgée de sept ans, au point de décider de la placer au couvent de Saint-Vincent-de-Paul afin de la soustraire à une mère jugée immorale : « j’avais la crainte malgré le jeune âge de cette enfant que les mauvais exemples qu’elle avait sous les yeux, ne lui fassent de mauvaises pensées » 260. Dans certains cas, enfin, on peut déduire des documents une telle filiation. Si la fille aînée d’un charpentier de Mer (Loir-et-Cher) est élevée, depuis sa naissance et dans la même commune, par ses grands-parents, à la différence de ses jeunes frères et sœur, c’est vraisemblablement qu’elle est leur filleule261.

  • 262 La tante paternelle complète ce versement pour payer le montant réel de la pension : 40 francs. Pro (...)
  • 263 Procès-verbal de gendarmerie de La Fouillouse : 24 avril 1884, A.D., Loire, Assises, 1er trimestre  (...)
  • 264 Procès-verbal du juge d’instruction de Louviers : 20 mars 1872, A.D., Eure, tribunal correctionnel (...)
  • 265 A.D., Seine, U 1190.
  • 266 Le père est, de plus, un ivrogne et quatre des neuf enfants sont déjà décédés par manque de soins. (...)
  • 267 Procès-verbal de police de Clermont-Ferrand : 27 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dome, U 04791.
  • 268 Lettre du mari au Procureur : 1er novembre 1928, A.D., Finistère, 16U6 179. Elle lui laisse ensuite (...)

80Par ailleurs et comme le montre l’exemple rouennais, il est des foyers où les mères choisissent de déléguer leurs fonctions éducatives pour des raisons morales, voire affectives. Une blanchisseuse de Rueil place ses deux filles dans un orphelinat à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) « parce qu’elle était intimement persuadée que ses enfants ne trouveraient auprès de leur père que de mauvais principes et de mauvais exemples » et pourtant, « c’est pour elle un sacrifice considérable de payer les 25 francs par mois (...) qu’elle est obligée de gagner, n’ayant aucune fortune » 262. Certains parents se défont ainsi d’enfants jugés indésirables. Une garde-malade stéphanoise qui « ne peut souffrir autour d’elle ni ses enfants ni son mari », met la plus jeune en nourrice263. Une cordière de Louviers (Eure) accepte que son mari envoie chez la grand-mère leurs plus jeunes filles, car « il ne voulait pas les voir » 264. Un sténographe parisien et son épouse, inculpés de coups mortels sur une de leurs filles, sont à ce point indifférents à leur progéniture qu’ils ont envoyé en nourrice tous leurs nouveaux-nés et que lors du crime, en 1898, quatre de leurs six enfants sont élevés par les grands-parents et des nourrices alors que le couple a une bonne, susceptible d’aider la mère, elle même sans profession265. Un blanchisseur de Francheville (Rhône) refuse de reprendre sa plus jeune fille, confiée à l’Assistance pendant qu’il purge, avec sa femme, une peine de prison pour sévices à enfant, et écrit : « sorter moi mon enfant des bras, je ne veux pas toujours les élevé jusqu à un ans dix-sept moi, ma femme pas capable et moi malade de guerre » 266. Certains placements sont même utilisés comme une arme contre le conjoint. Pour punir sa femme infidèle, un manœuvre de Clermont-Ferrand met son enfant en nourrice « dans un endroit que j’ignore pour que je ne puisse pas le voir », explique la mère267. Inversement, une épouse adultère qui déteste son mari, un Brestois invalide de guerre et tuberculeux, le prive de son fils : « sans demander mon avis, elle avait mis mon petit en nourrice chez la voisine »268.

  • 269 Procès-verbal du juge de paix d’Argenteuil : 29 août 1876, A.D., Seine-et-Oise, U 0498.
  • 270 Procès-verbal du juge d’instruction de Toulon : 25 septembre 1890, A.D., Var, 4U4 363.
  • 271 Ouvriers des deux mondes, 1re série, t. 5.
  • 272 Soit six dossiers.
  • 273 Ainsi, l’Abri maternel, annexé à l’hôpital Tamier en 1923, organise la garde des nouveaux-nés dont (...)
  • 274 La circulaire du ministre de l’hygiène du 10 août 1929 en dessine les grandes lignes. A.D., Vauclus (...)

81Enfin, il est des parents pour penser que leurs enfants recevront une meilleure éducation dans des pensions et en cas de handicaps physiques ou mentaux, dans des institutions adaptées à leur état de santé. Etant donné le caractère populaire de l’échantillon, le placement en pension par des parents vivant en couple est rare : 13 filles, de milieu assez aisé, y sont envoyées pour parfaire leur instruction après l’école primaire ou y effectuer tout leur cursus scolaire. Il s’agit dans ce cas, d’écoles religieuses, garantes, peut-être, aux yeux des parents, d’une meilleure éducation morale. Par ailleurs, dès le début de la IIIe République, les enfants aveugles ou sourds-muets commencent à être confiés à des établissements spécialisés, toujours payants. Il ne s’agit pas là de se débarasser d’anormaux. Bien au contraire. Je ne citerai que deux exemples révélateurs d’une haute conception des responsabilités familiales, marginale, toutefois, car la majorité des enfants handicapés vivent avec leurs parents. Il s’agit, tout d’abord, d’un terrassier et d’une journalière de Montigny-lès-Cormeilles (Seine-et-Oise) qui consentent un « sacrifice » financier pour que leur fille sourde-muette reçoive une « bonne éducation » dans une institution privée : « son infirmité nous la rendait plus chère encore », souligne la mère269. Un couple de cultivateurs de la Gaude (Alpes-Maritimes) fait élever, de même, à l’institut des sourds-muets de l’abbé Daussy à Marseille, une fille qui y poursuit de brillantes études qui flattent ses parents : « elle est très aimante et très intelligente », se vante son père270. Enfin, les parents d’enfants chétifs ou malades acceptent progressivement de s’en séparer pour des raisons de santé. Très précoces à cet égard, un couple d’ouvriers parisiens, convaincus des vertus de l’hygiène et de l’éducation médicalisée dès 1878, accepte sur les conseils du médecin de famille, de mettre leur dernier né très fragile en nourrice, au bon air mais pas trop loin « pour pouvoir aller le visiter presque tous les dimanches » 271. C’est, cependant, dans l’entre-deux-guerres, avec le développement de la médecine préventive, que le placement sanitaire des enfants se développe mais il s’agit, dans les cas recensés, d’initiatives philanthropiques, publiques ou privées, qui vise enfants « débiles » et familles prolétaires menacées par la tuberculose. Les enfants sont alors envoyés gratuitement en sanatorium ou en préventorium. L’Office d’hygiène sociale de Seine-et-Oise, un des plus actifs, impose ces placements à plus de 5 % des familles poursuivies en déchéance parentale272. Les services sociaux qui se créent dans les grandes maternités jouent un rôle analogue273. En province, les mairies et les conseils généraux sont investis d’une mission semblable, à partir du décret du 12 mai 1921 qui confère aux commissions départementales de la Natalité une action en faveur de l’enfance anormale274.

De la nourrice à l’asile

  • 275 A. Fourcaut, op. cit., p. 69.

82De nombreuses femmes mariées passent d’un mode de garde à l’autre au gré des besoins, comme le notent les surintendantes d’usine : « elles le mettent en nourrice, en garde chez une voisine ou à la crèche et cela leur parait naturel d’agir ainsi » 275. Néanmoins, il faut distinguer entre les délégations longues et les gardes à la journée qui reposent sur des tactiques éducatives différentiées.

Les délégations longues

  • 276 Rappelons que 23 % seulement des mères isolées font appel à la bienfaisance.
  • 277 J. Caroux-Destray, Un couple ouvrier traditionnel, Paris, 1974, Anthropos, p. 71. L’enfant y décède (...)

83En dehors de la pension, qui allie garde et instruction, les femmes mariées confient leurs enfants à des institutions charitables, à leurs parents, à des nourrices enfin. L’aide apportée par la bienfaisance publique ou privée est, contrairement aux préjugés, plus forte pour les mères mariées avec 37 % des délégations que pour les mères isolées276. Une mère sur dix fait même appel à l’Assistance Publique qui répugne aux femmes chefs de famille. Nous sommes, dans ce cas, en présence de couples très pauvres et indifférents à leur progéniture dont ils se débarrassent selon des modalités d’Ancien Régime. Ainsi que le dit crûment un ouvrier parisien, évoquant le choix fait par sa femme lors de la naissance de leur fille en 1932, « comme elle l’emmerdait pour travailler, elle l’a mise aux enfants assistés »277.

  • 278 46 % des enfants sont confiés à leurs grands-parents. Les oncles et tantes viennent ensuite mais lo (...)
  • 279 J’ai relevé une centaine de prix dans la série U, dans la série X, dans les archives de l’Assistanc (...)
  • 280 Je n’ai malheureusement aucune indication chiffrée pour les années 1880-1890. Dans l’entre-deux-gue (...)
  • 281 C. Rhein, op. cit.

84Le placement familial reste, cependant, le plus utilisé quoique un peu moins que pour les femmes seules : 49 % des enfants sont confiés à la parentèle et neuf fois sur dix aux grands-parents278. Ce type de délégation est peut-être surreprésenté dans les dossiers judiciaires qui valorisent les conflits familiaux mais il me semble massivement utilisé quoique l’Administration s’en désintéresse et n’ait jamais cherché à le chiffrer. Son principal avantage réside dans sa gratuité, attestée, là encore, dans cinq cas sur six279. De plus, lorsque les mères contribuent financièrement à l’éducation des enfants, les versements effectués sont plus faibles que le salaire d’une nourrice et surtout, sans que cette différence de traitement soit explicable, sont inférieurs aux pensions consenties par les mères isolées. Presque égaux avant 1880, ils fléchissent ensuite : 10 à 15 francs mensuels en 1891-1914 contre 10 à 65 pour une nourrice, 25 à 100 de 1925 à 1939, contre 95 à 200280. Encore faut-il que les grands-parents soient vivants, valides et disposent de revenus suffisants sans travailler. Les salariées parisiennes dans l’entre-deux-guerres, orphelines pour un cinquième, provinciales pour les deux-tiers, excluent cette solution par nécessité281.

  • 282 J’ai, en revanche, rencontré deux nourrices sur lieu comme protagonistes.
  • 283 Voir Anne Martin-Fugier, « La fin des nourrices », Le mouvement social, octobre-décembre 1978.
  • 284 Pour les évaluations chiffrées, voir, A. Martin-Fugier, op. cit. ; F. Faÿ-Sallois, Les nourrices à (...)
  • 285 Lettre du 1er octobre 1871, A.D., Seine, D2 U8 65. Les indications chiffrées sont extraites de l’ar (...)
  • 286 Rapport de Mme Deslaurier, inspectrice du travail de la Seine, à l’inspecteur divisionnaire : 15 av (...)
  • 287 Voir C. Rollet, op. cit. Je reviendrai sur l’allaitement au chapitre V.
  • 288 Les chiffres portant, pour la série U, sur des effectifs très faibles, je les donne sous toute rése (...)
  • 289 Bulletin du travail, 27 juillet 1917, A.N., F22 446.
  • 290 47,9 % des nouveaux-nés lyonnais jusqu’en 1897 ; jusqu’en 1890, un quart des petits Stéphanois, un (...)
  • 291 L. Gaillard, La vie quotidienne des ouvriers provençaux au xixe siècle, Paris, 1982, Hachette.
  • 292 Les nourrissons de l’Assistance, décomptés à part, s’ajoutent à ce premier ensemble. Le recensement (...)
  • 293 Lettre du 8 février 1875, A.D., Hautes-Alpes, 3X 22.
  • 294 Voir R. Béteille, La vie quotidienne en Rouergue au xixe siècle, Paris, 1973, Hachette.

85Par défaut, les mères font alors appel à des nourrices. Aucune famille étudiée n’a les moyens de payer une nourrice « sur lieu »282. Nous nous trouvons donc en présence de nourrices « à emporter »283. Leur poids dans l’échantillon est anormalement faible : 5 %, parce que les archives judiciaires gonflent les délégations familiales. Les sources imprimées et les études sur le sujet ne laissent, pourtant, planer aucun doute sur son ampleur. Jusqu’en 1914, l’habitude de placer les enfants en nourrice reste bien ancrée en France et dans tous les milieux, avant de reculer brutalement après la Guerre. Au xixe siècle, ce mode de garde touche 100 000 enfants, un sur dix, pour les deux-tiers, enfants légitimes284. Certaines régions y font largement appel. Dans le département de la Seine, un nouveau-né sur trois part en nourrice. Et même si le phénomène régresse beaucoup de 1874 à 1907, avec une chute de près de moitié des effectifs, la mise en nourrice demeure profondément ancrée dans les mentalités comme l’atteste, par exemple, la réaction d’une employée de commerce parisienne, qui vit chez ses beaux-parents et pourrait pratiquer une coéducation familiale, mais qui envoie pourtant son fils en province et ne le reprend que pour des raisons financières : « moi je ne peut plus continuer à payer 22 par moi » 285. De même, l’enquête consécutive à la circulaire du 23 octobre 1920 sur les chambres d’allaitement conclut à leur inutilité en raison du rôle joué par les nourrices : « ou bien, les ouvrières et les employées cessent le travail à la naissance du bébé, et même dans le commerce, dès que la grossesse devient apparente ; ou bien les enfants sont mis en nourrice » 286. Les relevés de prix l’attestent indirectement puisque 35 % ont été effectués dans le Bassin parisien et 19 % dans le Massif central et ses marges, régions d’accueil par excellence des « petits Paris ». Inversement, là où l’allaitement maternel reste en vigueur – dans la France méridionale et en Bretagne – la nourrice à emporter est rare, d’où l’absence de prix de référence pour ces régions287. Les milieux qui recourent le plus fréquemment à ce mode de garde, selon la série U, sont les ouvriers, suivis des domestiques, catégories qui selon Louis Lépine fournissent en 1907, 59 % des nourrissons288. Bien des ouvrières préfèrent, en effet, lorsqu’elles ont de tout jeunes enfants, le placement à temps complet, car elles « s’estiment plus libres de se reposer quand elles rentrent chez elles » 289. En dehors de Paris, ce sont les grands villes ouvrières, Lyon, Nantes, Saint-Etienne qui envoient le plus d’enfants en nourrice290. A Marseille où près d’un enfant sur six vit loin de ses parents, nous sommes au xixe siècle en présence d’une pratique usuelle chez les ouvriers aisés qui font élever leurs enfants dans les Alpes291. Le recensement des nourrissons placés dans les Hautes-Alpes en 1875-1879, s’avère instructif à cet égard. Sur 257 enfants, confiés par leurs parents à une nourrice et dont la moitié sont légitimes, 186 sont originaires d’une ville : Marseille surtout avec 132 nourrissons, mais aussi Aix-en-Provence, Embrun ou Gap292. En revanche, dans les communes spécialisées dans cette « industrie », comme les Orres, Risoul, Fressinières ou Champoléon, les parents élèvent leur progéniture sauf, souligne le maire d’Eygliers, deux enfants « nourris hors de leur famille mais chez des parents et sous la surveillance des auteurs de leurs jours » 293. Dans les campagnes, seuls les propriétaires aisés optent pour une nourrice, ainsi en Rouergue294.

  • 295 Y. Brekilien, La vie quotidienne en Bretagne au xixe siècle, Paris, 1966, Hachette.
  • 296 D’après le registre des délibérations du comité départemental de protection de l’Enfance, A.D., Vau (...)
  • 297 Résumé du médecin-inspecteur d’Orange, registre des délibérations du comité départemental de protec (...)
  • 298 Résumé des rapports des médecins-inspecteurs d’Orange et Caderousse, op. cit., 3X 18.
  • 299 Registre des délibérations du comité départemental de protection de l’Enfance, séance du 4 juillet  (...)
  • 300 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 27 juin 1888, A.D., Nord, 2U 155/495.
  • 301 Lettre adressée au Procureur de Cahors : 6 janvier 1904, A.D., Lot, 3X 13.
  • 302 C. Rollet, op. cit.
  • 303 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, Paris, 1982, Hachette.
  • 304 Séance du comité de protection de l’enfance : 24 juin 1897, A.D., Vaucluse, 3X 18.
  • 305 Rapport sur le service de protection des enfants du premier âge pendant l’année 1905 par l’inspecte (...)
  • 306 Rapport présenté à la chambre le 13 novembre 1923, A.N., F22 447.

86En tout état de cause, la nourrice vit sous la IIIe République ses derniers beaux jours. Le xxe siècle voit inéluctablement s’éroder ce mode de garde. Les raisons incombent moins, à mon avis, à la demande qu’à l’offre. En effet, les nourrices se raréfient. En Bretagne, « l’aisance (...) affranchit les paysannes du métier de nourrice mercenaire » 295. En Vaucluse, le déclin s’amorce dès les années 1880 : on passe ainsi de 2 125 nourrissons en 1888 à 971 en 1901296. Cette régression va de pair avec une montée des prix de l’ordre de 30 % à 40 % en quinze ans. En 1892, lorsque le médecin-inspecteur d’Orange prend son poste, « les salaires étaient de 22 à 25 francs, ils sont aujourd’hui [1896] de 35 à 40 francs ; plusieurs nourrices arrivent même à 45 francs ; quels sont les ouvriers qui, désormais, pourront encore confier leurs enfants à des mains mercenaires ? » 297. La modernisation de l’agriculture est dénoncée qui « détournerait à son profit toute l’activité des jeunes femmes vauclusiennes » alors qu’à Caderousse, sont mises en cause « les diverses industries apportées dans le pays où les femmes trouvent à s’occuper et à gagner presque sans peine autant et même plus qu’en élevant des nourrissons » 298. Bref, « ces prix sont devenus tels que bien des ménages sont forcés de garder un enfant qui, il y a quelques années, aurait été placé à la campagne » 299. A Lille, en 1888, un employé de commerce conseille à un père de renoncer au placement nourricier en lui démontrant qu’« il allait s’imposer de fortes dépenses en plaçant son enfant en nourrice : ce qui lui coûterait pour le moins un franc par jour » 300. De même, le juge de paix de Castelnau (Lot) écrit en 1904 que « si le nombre des enfants en nourrice (...) est restreint (neuf), il faut l’attribuer à l’éloignement de tout centre d’abord et ensuite à la gêne qui existe dans le pays » 301. Le phénomène s’accentue pendant la Guerre : les transports sont désorganisés et les paysannes qui remplacent les hommes n’ont plus de temps à consacrer aux nourrissons. Dans les années 1920, la croissance du revenu agricole entraîne une désaffection croissante pour le métier dont les effectifs chutent de plus de moitié de 1900 à 1930302. Au xixe siècle, en effet, ce sont d’abord les paysannes les plus pauvres qui cherchent, là, un appréciable apport en numéraire, ainsi dans le Massif Central. En Lozère, Elisabeth Claverie et Pierre Lamaison mentionnent même une intéressante émeute de femmes, prêtes à brûler mairie et préfecture, pour protester contre le retrait d’un enfant par un médecin inspecteur soucieux d’hygiène mais qui prive de ressources précieuses une de leurs consœurs303. Les campagnardes sont bientôt rejointes par les femmes d’ouvriers misérables. En Vaucluse, dès 1897, prévaut « le placement de jour en jour plus fréquent des nourrissons dans les familles d’ouvriers (...). Il est à craindre qu’on ne puisse désormais recruter des nourrices que dans les familles d’ouvriers ou les milieux peu fortunés, dans les conditions d’hygiène les plus défavorables », le médecin proposant comme palliatif les Italiennes « moins exigeantes que les femmes de nos contrées » 304. Au Petit Quevilly, une banlieue ouvrière de Rouen, « ce sont des jeunes femmes qui, pour élever plus facilement leur premier enfant, prennent un nourrisson » 305. En 1923, Maurice de Rothschild défend à la Chambre un projet de loi instaurant des maisons maternelles d’autant plus indispensables que les mères « sont contraintes (...) de confier leur enfant à des nourrices de plus en plus rares et qui, tout en étant très chères, n’offrent aucune garantie »306.

  • 307 E. Baudouin, La mère au travail et le retour au foyer, Saint-Amand, 1931, librairie Bloud et Gay, p (...)
  • 308 C. Rhein, op. cit., p. 224.
  • 309 C. Rhein, op. cit., p. 224.

87La rareté des nourrices et la hausse des prix liée à la crise du marché expliquent le recul des délégations de garde loin du domicile familial. Mais, là encore, tout dépend de la région concernée. Les écarts de prix peuvent, en effet, être considérables, de un à neuf pour les rémunérations recensées dans la série U. C’est dans le Massif central qu’elles sont les plus basses. Les régions « spécialisées » dans l’industrie nourricière comme le Bassin Parisien, puis les bordures du Massif Central, la Bretagne enfin, pratiquent des prix « moyens ». Là où la demande est forte, les prix montent, ainsi dans la région parisienne après la Guerre. « Une bonne nourrice n’exige pas moins de trois cents francs par mois. Cette somme, à elle seule, représente plus du cinquième d’un salaire moyen », souligne Eve Baudouin qui surestime les revenus salariaux307. Au sein d’un même département, les pensions peuvent varier selon l’âge, voire le sexe de l’enfant. Ainsi, en 1876, une nourrice dans le Loiret demande jusqu’à 30 francs pour un enfant de moins de dix-huit mois, mais 20 seulement pour les plus âgés. Dans la Seine et pour la même période, une fille revient à 12 francs par mois et un garçon à 17 ! Si plusieurs enfants de la même famille sont confiés à la même nourrice, les parents obtiennent souvent un « prix de gros » : ainsi, dans les années 1930, un enfant est placé dans le Finistère pour 150 à 200 francs mensuels mais à partir de trois, ce chiffre tombe à 95 francs par tête. Ajoutons que ces prix peuvent être majorés par des prestations en nature : dans les années 1870, il en coûte 13 francs par mois pour un nourrisson dans le Cantal mais il faut ajouter le sucre et le savon. C’est ce qu’exigent, en 1889, les nourrices de Vaucluse en sus de leurs 30 francs. On voit aisément en comparant le tableau des rémunérations et les revenus familiaux que le paiement de la nourrice absorbe avant 1914 la plus grande partie d’un salaire féminin et après la Guerre, toutes les ressources d’une domestique ou d’une journalière agricole. Les raisons matérielles expliquent donc largement la désaffection dont est l’objet le placement nourricier. De plus, dans l’entre-deux-guerres, les mères commencent à se sentir coupables de laisser leur enfant à une nourrice. Si elles semblent relativement indifférentes à la propagande médicale sur les nourrices mortifères, en revanche, elles ont le sentiment d’abandonner affectivement leur enfant. Ainsi, une ouvrière parisienne, Germaine, qui met sa fille puis son fils en nourrice, rétorque aux reproches que lui fait sa fille devenue adulte : « j’ai dit :Il fallait bien payer votre manger quand même ”  », mais elle reconnaît ses torts : « j’aurais pu aller les voir plus souvent »308. Hélène a fait de même et le regrette : « c’était pas une vie d’avoir un enfant et de ne pas l’avoir avec nous » 309. D’où l’attrait des gardes journalières.

Les gardes à temps partiel

  • 310 Lettre au préfet : 23 mars 1872, A.N., F15 3812-3813.
  • 311 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque, Paris, 1909, imprimerie de Rudeval, p. 88. A. (...)
  • 312 L. Assier-Andrieu, Coutumes et rapports sociaux. Etude anthropologique des communautés paysannes du (...)
  • 313 C. Géniaux, op. cit., p. 199. et P.J. Helias, op. cit.
  • 314 A. Toinou, Toinou, le cri d’un enfant auvergnat, Paris, 1980, Plon.
  • 315 Procès-verbal du juge d’instruction de Neufchâtel : 21 juin 1900, A.D., Seine-Inférieure, U 2464.
  • 316 M.-C. Allart, « Les femmes dans trois villages de l’Artois : travail et vécu quotidien (1919-1939)  (...)
  • 317 E. Dejonghe, J.-P. Thuillier, « Vivre à Gravelines : espaces, pouvoir et société (1880-1980) », Rev (...)
  • 318 L. Wylie, Un village du Vaucluse, Paris, 1968, 2e éd., Gallimard.
  • 319 H. Lamarche, S.C. Rogers, C. Kamooh, Paysans, femmes et citoyens, Arles, 1980, Actes Sud.

88Jamais comptabilisées, les gardes à temps partiel ont toujours constitué un précieux secours pour les mères actives. Elles sont familiales, institutionnelles ou liées au voisinage. La famille l’emporte mais, aux côtés des grands-parents, les aînés assument une part importante des tâches éducatives. Comme le note l’inspecteur académique de l’Yonne, « là où les mères sont occupées aux travaux des champs ou à l’atelier, ce sont les grands-parents ou les plus grands frères qui surveillent les petits enfants » 310. A la campagne, les grands-parents sont naturellement mis à contribution, surtout dans les familles élargies ou lorsque parents et enfants vivent dans la même commune. En pays basque, « la grand-mère est l’associée de la mère (...), elle garde les petits », comme en Limousin dès que la mère va aux champs311. En Capcir, jusqu’à sept ans, l’enfant est placé sous la double tutelle de la mère et de la grand-mère312. En Bretagne, « dans les familles où vit un vieillard, la garde lui est confiée » et Pierre-Jackez Helias rappelle dans ses souvenirs le rôle joué auprès de lui par son grand-père maternel, Alain Le Goff313. De même, fils d’un scieur de long et d’une mère longtemps nourrice à Lyon, Toinou, né à Ambert en 1888, se souvient avec émotion de ses grands-parents et surtout de la Grande, qui ont assumé une large part de son éducation et l’ont entouré d’affection314. Dans les familles du Sud-Ouest où les « cadets » célibataires vivent chez l’« héritier », nombreuses sont les tantes à avoir élevé leurs neveux mais une hôtelière de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Inférieure) met aussi à contribution sa jeune sœur qu’elle a recueillie : « depuis quelques mois, elle prenait particulièrement soin de mon fils pour me soulager un peu » 315. Dans les villages de l’Artois, lorsque la mère travaille la terre ou s’embauche, après la guerre, à l’usine, c’est la grand-mère veuve qui surveille les enfants, en son absence316. A Gravelines, les femmes de pêcheurs qui pratiquent une polyactivité très prenante, qui sont souvent veuves très jeunes et vivent dans des lignées féminines, « les femmes qui avaient beaucoup de gosses, c’était la grand-mère qui les élevait » 317. A Roussillon (Vaucluse), Laurence Wylie constate que dans les années 1950, les villageoises résolvent toujours le problème des gardes temporaires en faisant appel, dans l’ordre, à une grand-mère, à la sœur aînée, puis au grand-père, à une parente, à une voisine318. A Grand-Fraud en Lorraine, dans les années 1970 encore, les femmes laissent leur bébé à la grand-mère, puis à une voisine âgée et ensuite, à une amie319.

Rémunérations des nourrices

Rémunérations des nourrices
  • 320 T. Leleu, « Femmes de la vallée de la Lys », op. cit.
  • 321 Rapport sur le service de la protection des enfants du premier âge pendant l’année 1905, Rouen, 190 (...)
  • 322 Inspecteur divisionnaire au sous-secrétariat d’Etat au travail : 3 mai 1917, A.N., F22 446.

89Il en est de même dans les familles ouvrières. A Armentières où de 1880 à 1920, de nombreuses femmes mariées travaillent à la filature, les grands-mères donnent un coup de main mais aussi les voisines qui lèvent les enfants, les envoient à l’école320. En Seine-Inférieure où beaucoup de femmes sont employées dans l’industrie textile, « la grand-mère élève les enfants parce que la mère travaille », constate un médecin inspecteur, déçu que les dispositions de la loi Roussel ne lui permettent pas de contrôler ces gardiennes bénévoles321. Les ouvrières des établissements G. Bodin à Barentin, en Seine-Inférieure également, confient leurs enfants « à une grand-mère ou une autre personne âgée, parfois une sœur ne travaillant pas encore à la manufacture »322.

  • 323 C’est ce qu’a vécu la grand-mère d’A. Marty, Fourmiguetto. Souvenirs, contes et recettes du Langued (...)
  • 324 Les grands-mères ont la parole, Rouen, 1981, C.R.D.P., p. 67.
  • 325 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 16 décembre 1886, A.D., Haute-Vienne, 5U 302.
  • 326 Procès-verbal de gendarmerie de Villaines : 19 août 1933, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel de (...)
  • 327 C. Amiel et al., Jours de vigne, op. cit., p. 15.
  • 328 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 11 septembre 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises (...)
  • 329 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 7 février 1925, A.D., Puy-de-Dôme, U 0484 (...)

90L’aide apportée par les enfants les plus âgés est également précieuse pour la mère. En Languedoc, au xixe siècle, « suivant l’usage des familles paysannes aisées », la fille aînée est responsable des plus jeunes323. La fille d’ouvriers agricoles de Plasnes (Eure), née en 1905 dans une famille de treize enfants, se souvient que « les aînés élevaient les plus jeunes (...). Papa et Maman partaient à 4 heures du matin et revenaient à 9 heures du soir » 324. Les archives gardent de nombreuses traces de cette aide occasionnelle, parfois exigée dès le plus jeune âge, surtout avant 1914. Une cultivatrice de Mas-du-Bost (Haute-Vienne) part « seule » laver et laisse à la maison sa fille de quatre ans à qui elle « avait demandé de garder son petit nourrisson de six mois » 325. Un demi siècle plus tard, la fille d’ouvriers agricoles de Villaines (Mayenne), âgée de huit ans à peine, « garde et surveille ses petites sœurs. Elle ne s’amuse jamais » 326. Les garçons peuvent être mis à contribution. Toinou s’occupe de son petit frère et berce les deux nourrissons qu’élève sa mère. Dans l’Aude où le travail des jeunes filles à la vigne est apprécié et bien payé, ce sont les fils qui aident leurs mères : « mes deux frères me gardaient », atteste un témoin327. Les usages sont identiques en ville. L’épouse d’un terrassier d’Argenteuil s’appuie sur sa fille de sept ans : « je lui laissais sa petite sœur à garder » 328. Le fils de caoutchoutiers clermontois, âgé de douze ans, ne va plus à l’école depuis huit mois, « car mes parents préfèrent que je garde à la maison mon frère âgé de deux ans pendant qu’ils vont travailler », expose-t-il329. L’aide apportée par la famille proche et le voisinage ne régresse pas durant la IIIe République. Elle va de soi. Elle a l’avantage d’être gratuite ou donne simplement lieu à un échange de services. Les personnes mises à contribution appartiennent principalement à la gent féminine et d’une façon plus générale, au groupe des « inactifs » : parents âgés, enfants ou mères élevant déjà de nombreux enfants.

  • 330 Procès-verbal de police de Saint-Chamond : 2 juin 1885, A.D., Loire, 4U 256.
  • 331 Procès-verbal du juge d’instruction de Joigny : 2 février 1926, A.D., Yonne, 3U3 1011.
  • 332 Procès-verbal de gendarmerie de Burzet : 21 juin 1872, A.D., Ardèche, 1U 485/4049.
  • 333 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aurillac : 10 juillet 1894, A.D., Cantal, 38 297,

91Faute de mieux, quelques mères emmènent leur enfant à leur travail. Je l’ai mentionné pour les paysannes. Certaines ouvrières s’y résolvent mais ces arrangements ne sont possibles que dans le cadre d’un travail encore artisanal. Ouvrière dans une fabrique de lacets à Saint-Chamond, devant subvenir seule à l’entretien de sa famille en l’absence de son mari, parti chercher du travail en Isère, cette mère « en raison de sa situation et de son isolement (...) avait été autorisée par faveur spéciale à garder près d’elle ses derniers pendant son travail » 330. Une couturière de Poilly (Yonne) part en journée avec sa fille d’un an, ce que regrette son mari : « elle l’emmenait avec elle en journée, ce qui n’était pas bon pour elle » 331. A la campagne et jusqu’en 1914, certaines mères louent, à bas prix, de petites bonnes. Un marchand de beignets de Burzet (Ardèche) a placé sa fille de dix ans chez une cultivatrice « pour bercer un petit enfant (...) pendant qu’elle allait faire quelque commission dans le voisinage » 332. Une fermière de Saint-Jullien-de-Jordanne (Cantal) embauche une jeune fille de treize ans « pour soigner notre jeune enfant »333.

  • 334 Procès-verbal de gendarmerie de Virieu-sur-Bourbre : 8 août 1929, A.D., Isère, 4U 829.
  • 335 L. Gaillard, op. cit.
  • 336 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 2 septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.
  • 337 A.N., F22 446.
  • 338 La région parisienne est alors caractérisée par la rareté et la cherté des gardiennes, selon les sa (...)
  • 339 Renseignements par la police de Versailles, 1935, A.D., Seine-et-Oise, A.D., Assises, session du 16 (...)

92Plus souvent, les mères recourent aux services de gardiennes à la journée. Ce sont des voisines, souvent âgées et en qui elles ont confiance. Ce dernier point est essentiel, les femmes répugnant à laisser leurs enfants à des inconnus. Ainsi, lorsqu’une tisseuse de Virieu-sur-Bourbre (Isère) cherche, après la mort de son mari, à élever ses enfants en se convertissant en nourrice, « sa qualité d’étrangère au pays (...) fit que peu d’ouvrières consentirent à lui confier leurs enfants » 334. A Marseille, où elles gardent les enfants pour 5 à 7 centimes par jour au xixe siècle, on les appelle des « tatas » 335. Jusqu’à la guerre, les prix oscillent entre un et dix sous par jour, le maximum ayant été relevé, en 1913 à Paris, avec une note de 4 francs par semaine. Une blanchisseuse de Bellac, après avoir tenté de faire de son mari le gardien de son nouveau-né en lui promettant cinq sous et en l’alléchant par de la nourriture – « je te donnerai tous les jours à midi une chopine de vin et une bonne salade » –, déçue par sa négligence, opte pour une veuve plus compétente mais à 30 centimes par jour336. La rémunération monte pendant la Guerre : à Angers, elle atteint 0,75 à un franc par jour en 19 1 7337. A partir des années 1920, la série U enregistre des prix moyens de 1 F à 1,75 F, avec des pointes à 5 F en Ile-de-France. La garde à la journée présente de nombreux avantages. Elle est moins coûteuse n’excédant pas 16 francs avant 1914 et rarement 50 dans l’entre-deux-guerres. Seule la région parisienne fait exception338. Ainsi, cette divorcée, ouvrière chez Renault et dont « les dernières pendant que la mère est à travailler (...) sont confiées à la garde d’une de B. (...) à qui la fe B. paye dix francs par jour », dépense près de 2 800 francs par an et la moitié de son salaire339. La garde partielle permet également de profiter de l’enfant. Enfin, avec des horaires souples et la proximité, elle fatigue moins l’enfant que les crèches souvent éloignées.

  • 340 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 7 septembre 1875, A.D., Seine-et-Oise, Assises, (...)
  • 341 Procès-verbal du juge d’instruction de Bourgoin : 22 octobre 1918, A.D., Isère, 4U 783.
  • 342 Rapport de l’assistante sociale, 1935, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 362.
  • 343 L. Gaillard, op. cit.
  • 344 En Angleterre, par exemple, il faut attendre la loi Fischer (1918) pour que les premières écoles ma (...)

93Ce dispositif, adapté aux plus jeunes, est complété pour les enfants dès l’âge de trois ans par les salles d’asile puis les maternelles, réservées, de fait, aux seules citadines. J’ai relevé 11 cas où le rôle de substitut maternel de l’école est clairement mentionné par les mères elles mêmes. Une marchande de modes de Saint-Germain-en-Laye qui envoie ainsi très tôt sa fille à la maternelle, s’en ouvre volontiers : « ma fille n’avait alors que vingt mois mais Melle M. avait bien voulu néanmoins la recevoir et comme je suis dans le commerce, cela me rendait un grand service » 340. Une tisseuse en soie de Jallieu (Isère) associe, pour sa fille de huit ans, l’école et la garderie de l’usine « parce que je ne pouvais pas la tenir à mon domicile dont j’étais absente toute la journée » 341. Une lingère marseillaise, mère de six enfants, a renoncé, un temps à son travail pour assurer leur éducation mais « le dernier étant assez grand pour être admis à la garderie, Mme A. avait cherché du travail » 342. Les salles d’asile peuvent être privées, religieuses ou publiques. Les plus anciennes ont été fondées dans les années 1840. A Marseille, elles accueillent les enfants de 7 heures du matin à 7 heures du soir, l’été, et fournissent une soupe en sus du panier-repas que portent les parents343. Elles se développent beaucoup sous la IIIe République au point qu’en 1900, les asiles rénovés en maternelles accueillent 700 000 « élèves », soit le quart des enfants de deux à six ans, ce qui montre l’appui important apporté aux femmes actives par l’institution parascolaire, en France344. La fermeture des écoles congréganistes, non compensée par l’enseignement public, a, cependant, réduit les places disponibles : dans l’entre-deux-guerres, les effectifs plafonnent à 400 000, soit un enfant sur sept.

  • 345 Ces créations, de plus, ont été favorisées par le décret du 16 novembre 1872.
  • 346 Ainsi, le décret du 4 janvier 1917 rend obligatoire dans les établissements employant plus de 100 f (...)
  • 347 En 1874, les crèches sont toutes confessionnelles. En 1904, sur 62 crèches, 11 sont municipales, 7  (...)
  • 348 Angers et Rouen en comptent cinq ; Amiens, Angoulème, Lille, Montpellier, Nice, Reims, Boulogne : q (...)
  • 349 Les deux plus anciennes sont confiées aux sœurs de Saint-Vincent-de-Paul et aux Augustines.
  • 350 Préfet du Tarn au Ministre du Travail : 24 décembre 1874, A.N., F15 3812-3813.

94Restent les crèches, pouponnières et chambres d’allaitement auxquels les médecins et les hommes politiques ont consacré une abondante littérature, sans rapport avec le phénomène qui demeure marginal. Les premières datent, comme les asiles, des années 1840 et ont été fondées à l’intitiative du patronat ou d’œuvres charitables. La plupart ont été confiées à des religieuses. Il faut attendre la IIIe République pour qu’apparaissent des établissements publics et laïques, sur fonds le plus souvent municipaux345. Un nouvel élan est donné de 1905 à 1918 pour des raisons à la fois sanitaires – prévenir la mortalité infantile –, démographiques – maintenir la natalité des ouvriers –, et conjoncturelles avec le développement de l’emploi industriel des femmes pendant la Guerre346. Malgré ces efforts, les crèches restent peu nombreuses. Pour prendre l’exemple de Paris et de sa banlieue, on compte en 1874, 30 crèches, dont 26 intra-muros, et en 1914, 105 dont 46 en banlieue, soit la moitié des installations françaises et à raison de 20 ou 30 places par établissement, guère plus de 3 000 enfants347. En province, ce sont les villes industrielles qui en profitent le plus. Lyon, Marseille, Bordeaux et Tours comptent 10 crèches à la veille de la Guerre348. A Lille, les ouvrières disposent en 1875 de deux crèches grâce à une souscription lancée par deux femmes d’industriels, Mmes Agache et Descamps et en 1914, la ville en recense quatre349. Quelques villes moyennes s’équipent également. A Mazamet, par exemple, les dames patronesses protestantes ont fondé une crèche « qui rend de véritables services à la population de Mazamet qui est presqu’ exclusivement manufacturière », surtout pour « les mères de famille appelées au dehors par leur travail journalier » mais elle ne regroupe que 28 enfants pour une population de 8 000 ouvriers350.

  • 351 Enquête de l’inspection du travail pour avis sur la loi du 12 juin 1913, A.N., F22 444.
  • 352 Bulletin des crèches, avril 1904, A.N., F22 445, et enquête de 1917, F22 446. La parfumerie Lecaron (...)
  • 353 Bulletin des crèches, op. cit.
  • 354 Rapport sur la protection des apprentis et des enfants, chambre de commerce de Lille : 2 novembre 1 (...)
  • 355 Enquête, op. cit.
  • 356 Préfet du Tarn au Ministre du Travail : 23 février 1872, A.N., F15 3812-3813.
  • 357 Souligné par moi. Inspection des établissements de bienfaisance au ministre de l’intérieur : 15 mar (...)
  • 358 Inspecteur divisionnaire de la circonscription de Nancy au ministre du travail : 25 mai 1917, A.N., (...)
  • 359 Inspecteur de la 2e circonscription au ministre du travail : 3 décembre 1920, A.N., F22 446.
  • 360 Rapport sur la fondation d’une œuvre havraise des crèches : 7 mai 1917, A.N., op. cit.
  • 361 Inspecteur départemental de la 1re circonscription à l’inspecteur divisionnaire : 16 avril 1920, A. (...)
  • 362 Enquête ronéotypée, 1920, op. cit.

95Il convient d’ajouter à ces chiffres les crèches d’usines. Celles-ci sont très rares : en 1913, une enquête n’en recense que 9 en Lorraine, surtout dans les Vosges textiles, 4 en Bourgogne, 5 en Aquitaine351. Le poids des petites et moyennes entreprises interdit, en effet, ce type de garde. Pour ne prendre qu’en exemple, celui de Dijon en 1917, on constate que, certes, la ville emploie 2 074 ouvrières mais réparties dans 25 établissements et n’élevant que 17 enfants de moins de quinze mois. Dans la Seine, quelques grandes entreprises ont fait des efforts qui se sont révélés, à l’usage, décevants. Ainsi, la parfumerie Roger et Gallet qui emploie à Levallois 810 ouvrières, a installé en 1897 une crèche mais celle-ci, à la veille de la Guerre, accueille 10 enfants seulement... et un seul en 19 1 7352. Les Galeries Lafayette, avec 2 000 employées, hébergent 13 enfants dans leur établissement. Seules cinq Manufactures de Tabacs, à la main d’œuvre essentiellement féminine, offrent dès les années 1870 et avec quelque succès, ce service à leurs ouvrières : il est vrai que les enfants sont gardés dès l’âge de quinze jours et jusqu’à six ans, pour 15 à 30 centimes par jour en 1904353. Les crèches d’usine fonctionnent également bien dans les régions à forte tradition philanthropique. A Loos-lès-Lille, les filatures Thuriez mettent à la disposition de leurs 1 500 ouvrières, orphelinat, école, crèche de 25 places et asile pour 90 enfants354. Il en est de même chez Dolfuss-Mieg à Belfort. En 1917, le ministère du Travail et de l’Armement recense 37 crèches d’usines pour 21 139 femmes, hébergeant 563 enfants, ainsi que 17 chambres d’allaitement pour 13 491 ouvrières et 76 enfants355. Les chiffres sont encore plus dérisoires que pour les crèches de quartier. Après la Guerre, leur nombre ne cesse de décliner, le patronat jugeant l’investissement très élevé – 15 000 francs par berceau – pour de très petits effectifs et préférant accorder des facilités d’horaires à leurs employées. L’Etat se désengage également et en 1924, on ne compte plus en France que 70 pouponnières accueillant 1300 enfants. Les ouvrières, en effet, rechignent, pour de multiples raisons, à placer leurs nouveaux-nés dans des crèches. D’une part, comme le note le préfet du Tarn, à propos de Castres en 1872, « les mères répugnaient à confier leurs enfants à des mains étrangères »356. A Châteauroux où la crèche souffre d’avoir été créée en 1867 par l’épouse du préfet, « une étrangère », gérée par les « sœurs d’un ordre considéré comme étranger au pays », se multiplient les rumeurs sur l’utilisation de laudanum pour endormir les enfants au point que « beaucoup de femmes payent leurs voisines pour garder leurs enfants beaucoup plus cher que ne demandait la crèche »357. Les esprits évoluent très lentement puisqu’on 1917, à Nancy, « des ouvrières préfèrent – et c’est exact – confier leurs enfants pendant leur absence à des parents âgés ou à des voisines à qui elles payent une certaine redevance plutôt que de les confier à la crèche » 358. De plus, les traditions, l’organisation d’un réseau de gardiennes sont difficiles à remettre en cause, ne serait-ce que pour des raisons de bon voisinage. A Romorantin, les ouvrières d’une fabrique de lingerie, « pressenties, n’auraient pas bien accueilli cette innovation parce que leurs vieilles habitudes auraient été bouleversées » 359 Au Havre, les gardiennes « menacées directement dans leur industrie » développent une contre-propagande sur les risques de contagion et l’usage du pavot360. La fatigue imposée aux jeunes enfants joue également. A Paris, les employées de la Société Générale qui vivent en banlieue, « préféraient de beaucoup les mettre en nourrice ou en garde » près de chez elles361. La politique s’en mêle, parfois, ainsi chez Schneider à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne) où « le syndicat ouvrier de l’usine a fait une active propagande pour empêcher les ouvrières d’amener les enfants dans la chambre d’allaitement, disant que les ouvriers ne devaient jamais rien accepter des patrons » 362. Aussi n’ai-je retrouvé, dans la série U, que cinq familles pour utiliser les services d’une crèche, dont trois en Seine-et-Oise où, sous l’impulsion des assistantes sociales, la pouponnière aide moins les femmes actives que les mères incompétentes.

96Plus d’une mère sur dix délègue totalement une fonction jugée, pourtant, exclusivement maternelle par les élites et près d’une sur quatre délègue ses responsabilités à temps partiel. Le travail qui, en ville, mobilise les femmes de longues heures durant, explique largement cet état de fait. La misère, profonde chez les mères isolées ou dans les familles nombreuses, peut conduire à se séparer de ses enfants pour qu’ils reçoivent ailleurs le nécessaire. Certes, il est toujours des mères indifférentes pour justifier ainsi l’éloignement d’enfants conçus comme un embarras. Mais, dans l’ensemble, c’est la nécessité qui pousse les femmes à renoncer, un temps au moins, à leur tâche maternelle bien que les travailleuses calculent rarement la ponction opérée sur leurs maigres gains par le paiement d’une gardienne. On constate ainsi que, paradoxalement, les femmes se libèrent plus facilement de leur rôle éducatif, pourtant valorisé par tous, que de leurs fonctions ménagères. L’opinion, du reste, se montre compréhensive et ne condamne pas un phénomène très répandu. Il est vrai que dans la moitié des cas, au moins, les mères n’ont pas conscience de délaisser leurs enfants, car elles le confient à leurs proches et, en général, pour quelques années seulement. En effet, dès l’âge de trois ans en ville, elles peuvent compter, gratuitement, sur les asiles et les maternelles. Il conviendrait, du reste, de se demander si les infrastructures scolaires de la petite enfance, dont la France s’est fait précocement le champion, n’ont pas été développées, implicitement, pour permettre le travail des femmes mariées. A partir de l’entre-deux-guerres, la délégation de garde devient plus malaisée en raison de la raréfaction de l’offre tant de nourrices que de places disponibles en maternelle. Malgré l’exaltation du rôle maternel, la réponse féminine n’a pas résidé dans le repli sur le foyer mais sans doute, dans la diminution de la descendance.

Notes

1 Les enquêtes sociologiques retiennent comme travail strict la toilette, les soins matériels, la conduite des enfants à l’école ainsi que le promenade ; ils prennent également en compte le travail « large » : surveillance des enfants, temps passé avec eux etc. Voir B. Riandey dans Les femmes dans la production marchande, sous la direction d’A. Michel, Paris, 1978, PUE

2 Par les pères et par les mères.

3 Sur un total de 3 408 mères, on compte également 883 mères célibataires. Précisons que les caractéristiques sociologiques de l’ensemble des mères et des mères dont les tâches sont connues sont si proches que j’ai surtout travaillé sur le lot, un peu plus réduit, de ces dernières.

4 16 % à 18 % pour les tâches matérielles, 19 % à 25 % pour la surveillance et le droit de correction, 32 % pour l’école, plus de 80 % pour le placement professionnel.

5 Qu’elles soient divorcées, séparées, veuves ou mariées.

6 Leur part dans la base de données représente près du double de leur proportion dans l’ensemble de la population.

7 Soit 6,8 % de l’échantillon et un pourcentage voisin de la moyenne nationale des mariages légitimants. On compte 4 à 5 % de mariages légitimants de 1860 à 1882, 5 % à 6 % de 1883 à 1893, 6 % à 7 % ensuite. Les statistiques ne sont plus disponibles après 1923. Voir M. Haksud et A. Nizard, « Enfants trouvés, reconnus, légitimés. Les statistiques de la filiation en France aux xixe et xxe siècles », Population, novembre-décembre 1977.

8 Procès-verbal de gendarmerie de d’Attigny : 16 janvier 1930, A.D., Ardennes, 4U3194.

9 A.D., Oise, tribunal correctionnel de Beauvais, 1er trimestre 1935.

10 Procès-verbal de gendarmerie de Beaumont-sur-Oise : 12 mars 1925, A.D., Oise, tribunal de Beauvais, 1925.

11 Dans le tableau ci-dessous, le total de 2197 est inférieur au nombre des mères légitimes puisque j’ai exclu les familles monoparentales composées seulement d’enfants légitimes.

12 19,7 % des mères ont été repérées pour les années 1870-1890 ; 23,3 % pour les années 1891 -1914 et 56,3 % de 1915 à 1939.

13 La situation des mères mariées est connue, dans 40 % des cas, par des litiges familiaux banalisés (divorces, adultères, avortements) sans compter des affaires où les femmes sont simples témoins. 27,3 % sont révélées par des procédures de déchéances qui, dans trois cas sur quatre, ne révèlent aucun comportement criminel puisque une affaire sur quatre seulement (7,8 % des cas) se solde par une déchéance qui, de plus, peut ne frapper que le père ; mais alors que 7,2 % seulement des mères divorcées sont connues par des affaires de mauvais traitements et défauts de soins à enfants, ces chiffres s’élèvent à 40 % pour les divorcées vivant en concubinage et même 52,8 % pour les veuves concubines. Moins de 15 % des dossiers renvoient à un crime, infanticides compris. Qui plus est, les lots de procédures retrouvées dans certains départements comme le Gard et le Pas-de-Calais pour les divorces, les Ardennes, la Marne, le Rhône, la Sarthe, la Seine-et-Oise et l’Yonne pour les déchéances, faussent la répartition géographique et chronologique des cas.

14 28,4 % ont 20 à 29 ans ; 43,6 % ont entre 30 et 39 ans et 17,5 % sont âgées de 40 à 49 ans.

15 77 % des divorcées et 73 % des veuves se situent dans la tranche des 30 à 49 ans.

16 Un enfant : 32 % ; deux : 24,1 % ; trois : 15,5 % ; quatre : 11,6 % ; cinq : 6,5 % ; six : 4,5 % ; sept : 1,9 % ; plus de sept : 3,9 %. Ce sont des chiffres comparables au recensement de 1931 qui relèvent que 56,5 % des familles ont un ou deux enfants et 72,5 % un à trois, ce dont nous ne pouvons nous étonner compte tenu du poids des années 1920 et 1930 dans ce sous-ensemble.

17 Les divorcées non remariées ont un à trois enfants dans 89,5 % des cas et les divorcées vivant en concubinage dans 88,5 % des cas. Les divorcées remariées ont, au plus, trois enfants pour 77,3 % d’entre elles.

18 Les veuves remariées, comme les veuves, sont encore plus campagnardes. 41,3 % des veuves remariées vivent dans un village et 44,8 % pour les mères veuves.

19 77,2 % pour les divorcées remariées et 81,7 % pour les divorcées.

20 On compte 13,6 % de domestiques et femmes de ménage et 10,5 % de commerçantes d’après l’étude des professions, plus précises que le statut socio-professionnel.

21 La moitié des paysans sont journaliers agricoles.

22 165 veuves, 175 séparées, 170 divorcées. Et pour celles dont les tâches sont connues, respectivement, 116, 102 et 77.

23 Elles passent de 31 % des mères seules en 1870-1890 à moins de 20 % dans l’entre-deux-guerres.

24 26,7 % des veuves ont un enfant illégitime et 15,4 % des mères mariées.

25 12,5 % domestiques et 12,5 % commerçantes.

26 27,7 % sont connues pour des mauvais traitements et mauvais soins à enfants contre 26,3 % pour toutes les mères légitimes. Les infanticides représentent 40 % des mères veuves dont le cas nous est connu. Le caractères villageois des mères veuves accentue encore leur poids puisque ce crime est spécifiquement rural.

27 Voire à partir de 1915 avec 88,5 % des dossiers.

28 Les mères divorcées ont une pyramide des âges proche de celles des veuves et sont donc plus âgées que les mères mariée. 21,1 % ont moins de 30 ans, 63,8 % ont entre 30 et 49 ans et 15,1 % ont plus de 49 ans.

29 La profession des ex-maris confirme ce clivage. On compte 11,8 % d’employés et 26,1 % de chefs d’entreprises ou de professions libérales contre 21,5 % de paysans et 32,7 % d’ouvriers.

30 78,4 % ont un à trois enfants contre 71,5 % pour les femmes mariées et 89,5 % pour les divorcées.

31 Elles ont le choix entre 28 métiers seulement. 15,6 % sont journalières agricoles, 27,3 % sont domestiques et un tiers ouvrières.

32 Je n’ai repéré que quatre cas de sévices.

33 Sur les mères concubines, voir ma thèse, Les rôles féminins dans la vie privée à l’époque de la IIIe République, thèse d’Etat, 1993, Université de Paris I.

34 C’est le plus fort pourcentage des mères légitimes comparé aux 17,5 % de femmes mariées.

35 Voir chapitre XII. Ainsi, les ex-maris des divorcées concubines sont pour plus de 60 % des ouvriers.

36 12 % des mères veuves et 21 % des mères séparées seulement sont ménagères.

37 Procès-verbal du juge d’instruction de Grasse : 15 novembre 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 113.

38 52,3 % sont ouvriers et 13,6 % journaliers agricoles.

39 71,4 % des concubines ont un ou deux enfants et 81,3 % trois au plus.

40 On compte 35,5 % d’ouvrières, 19 % de domestiques et 16,5 % de commerçantes.

41 Ces mères sont principalement connues par les plaintes en adultère du mari.

42 Voir pour le mariage des mères célibataires, chapitre VIII.

43 64 % travaillent. Parmi les actives, 40 % de ces mères sont ouvrières, 20 % domestiques et 10 % journalières agricoles, les maris étant pour près des deux-tiers des ouvriers employés dans l’agriculture ou l’industrie.

44 Dans le cas des veuves et divorcées remariées, ayant lors du remariage au moins un enfant du premier lit, les sévices par la mère n’augmentent pas et les sévices par le second mari sont un peu plus faibles : 11,8 %.

45 Procès-verbal de gendarmerie de Liévin : 16 septembre 1929, A.D., Pas-de-Calais, tribunal de Béthune, audience du 14 décembre 1929.

46 Procès-verbal du juge d’instruction de Château-Gontier : 2 juillet 1873, A.D., Mayenne, U 5463.

47 Qui compte dix enfants vivants. Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 19 mai 1896, A.D., Sarthe, 1U 1074.

48 Ouvriers des deux mondes, 2e série, t. 5.

49 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque. La femme et l’enfant, Paris, 1909, A. de Rudeval, p. 88.

50 J. de la Chesnaye, Le vieux bocage qui s’en va, Vannes, 1911, imprimerie Lafolye, p. 35.

51 Mais elle travaille également pour compléter les ressources familiales. C. Germain et C. de Panafieu, La mémoire des femmes, Paris, 1982, S. Messinger, p. 224. De même, le fils d’un chef de travaux portuaires en Seine-Inférieure confirme que, pour les enfants, « c’était surtout la mère » (Les grands-mères ont la parole, Rouen, 1981, C.R.D.P., p. 23).

52 Procès-verbal du juge d’instruction de Pontoise : 18 septembre 1909, A.D., Seine-et-Oise, Assises, janvier-mars 1910.

53 Procès-verbal du juge d’instruction de Vannes : 29 avril 1931, A.D., Morbihan, U 5693.

54 Lettre au Procureur : 4 juin 1936, A.D., Nord, 3U2 328.

55 Procès-verbal du juge d’instruction de Lunéville : 26 août 1902, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 645.

56 Procès-verbal de gendarmerie de Neuville-sur-Saône : 30 décembre 1933, A.D., Rhône, 3U 1203.

57 Lettre au Procureur : 2 octobre 1877, A.D., Lot-et-Garonne, U 1215.

58 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 5 novembre 1907 et acte d’accusation : 3 janvier 1908, A.D., Puy-de-Dôme, U 01093.

59 Procès-verbal de police de Houilles : 20 décembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W. Selon la mère, son mari lui interdit la maison.

60 Orthographe non corrigée. Lettre au Procureur : 13 septembre 1935, A.D., Marne, 8U 217.

61 Procès-verbal de constat d’adultère par la gendarmerie de Jaujac : 19 juillet 1890, A.D., Ardèche.

62 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 9 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

63 « Mémoire » au juge : 6 janvier 1878, A.D., Seine, D2 U8 78.

64 Procès-verbal de gendarmerie d’Amancey : 12 juin 1886, A.D., Doubs, U 3944.

65 Lettre au Procureur : 27 juin 1887, A.D., Aube, 8U 192.

66 Lettre au Procureur : 5 septembre 1936, A.D., Pas-de-Calais, 3U2 384.

67 Lettre du mari : 18 mars 1912, A.D., Ardennes, 6U 32/3. La femme est partie dans les Ardennes où est accompli le constat d’adultère.

68 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

69 Lettre au Président du tribunal de Châteauroux : 5 avril 1933, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, abandons de famille, 1933.

70 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 13 septembre 1877, A.D., Seine, D2 U8 65.

71 Lettre de la mère au Procureur, s.d., 1880, A.D., Marne, 11U 906. Orthographe originale.

72 Procès-verbal du juge d’instruction de Châlons : 20 juin 1903, A.D., Marne, 8U 686.

73 Lettres adressées au juge de Lyon, s.d., 1932, A.D., Rhône, 3U 1203.

74 Lettre de la femme au mari : 4 septembre 1925, A.D., Meurthe-et-Moselle, WU 2153.

75 C. Germain et C. de Panafieu, op. cit., p. 189.

76 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 24 août 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 17 novembre 1880.

77 Lettre du 8 janvier 1911, A.D., Doubs, U 2924.

78 Procès-verbal du juge d’instruction de Valence : 28 juillet 1922, A.D., Drôme, 4U 540.

79 A. Fourcaut, Femmes à l’usine en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1982, Maspero, p. 172.

80 Alors qu’Andrée Michel lie, par exemple, biologie et idéologie du sacrifice. Voir Les femmes dans la production marchande, Paris, 1978, PUF.

81 Ouvriers des deux mondes, 1892, 2e série, t. 4.

82 Lettre de la mère au Procureur : 18 juillet 1932, A.D. Rhône, 3U 1203.

83 Demande en séparation de la mère devant le tribunal, s.d., 1875, A.D., Seine-Inférieure, U 1068.

84 Lettre de la mère au Procureur : 14 juillet 1906 et lettre de la mère à ses parents : 16 juin 1906, A.D., Vaucluse, 3U4 770.

85 Procès-verbal de gendarmerie de Levroux : 14 juillet 1935, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, 1935.

86 Procès-verbal de gendarmerie de Mauriac : 8 août 1917, A.D., Cantal, 77 U 5.

87 Pour plus de détails sur la garde des enfants, voir chapitre XIII.

88 Jugement du 8 mai 1935, A.D., Lot, tribunal de Cahors, liasse 385, dossier 4.

89 Lettre du Procureur d’Alger au Procureur d’Orange : 21 juillet 1906, A.D., Vaucluse, 3U4 770.

90 Qui étudient surtout l’autorité paternelle lors du choix du métier ou d’un conjoint.

91 En 1881, pour le premier et 1893 pour les seconds, Ouvriers des deux mondes, 1re série, t. 5 et 2e série, t. 4.

92 F. Butel, Une vallée pyrénéenne : la vallée d’Ossau, Pau, 1894, Société de Publications catholiques, p. 185. Je renvoie surtout à la thèse de J.-F. Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, Toulouse, 1987, Eché.

93 Louis Jouve dans La Lorraine illustrée, Paris, 1886, Berger-Levrault, p. 275.

94 M. Blanc, Les communautés familiales dans l’ancien droit et leurs survivances en Limousin, Paris, 1905, Librairie générale de jurisprudence, p. 133.

95 Les populations du Puy-de-Dôme, Clermont, 1933, imprimerie générale, p. 249.

96 Lettre du mari au Procureur : 7 janvier 1879, A.D., Seine-et-Oise, tribunal correctionnel de Pontoise, « adultères et divers », 1868-1878. Jugement de divorce : 8 mai 1936, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 385.

97 P. Roux, Monographie d’une commune rurale d’Auvergne, La science sociale, septembre 1912.

98 Ouvriers des deux mondes, 3e série, t. 2.

99 Procès-verbal du juge d’instruction de Dieppe : 5 avril 1872, A.D., Seine-Inférieure, U 1073.

100 Ouvriers des deux mondes, 2e série, t. 4.

101 A. Riquois, « Les coutumes sucessorales pyrénéennes », Revue catholique des institutions et du droit, 1925.

102 Procès-verbal du juge d’instruction de Troyes : 15 mars 1886, A.D., Aube, 5U 300.

103 Lettre au Procureur : 9 décembre 1933, A.D., Mayenne, tribunal de Mayenne, 1931-1935.

104 Procès-verbal du juge d’instruction de Draguignan : 4 janvier 1879, A.D., Var, 4U 322.

105 Lettre de la femme au Procureur : 19 mars 1890, A.D., Rhône, Assises, session du 28 novembre 1892.

106 Traduction de l’allemand d’une lettre adressée par le beau-frère au mari : 2 janvier 1931, A.D., Bas-Rhin, AL 112 349.

107 Procès-verbal de gendarmerie de Bar-le-Duc : 20 novembre 1896, A.D., Meuse, 18U 107.

108 Procès-verbal de gendarmerie de Lauzès : 5 janvier 1916, A.D., Lot, tribunal correctionnel de Cahors, liasse 290.

109 Lettre du 15 janvier 1906, A.D., Morbihan, U 5487. Même idée chez la fille d’un jardinier d’Ollioules qui juge également avec sévérité son père : « il s’absentait souvent de son domicile pour vivre avec des femmes des mœurs légères et laissait ma mère ainsi que ses trois enfants sans subsides » (Procès-verbal de police de La Seyne : 3 septembre 1921, A.D., Var, 4U 500).

110 Procès-verbal de gendarmerie d’Auneuil : 23 février 1931, A.D., Oise, Assises, 2e trimestre 1931, liasse 2.

111 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 25 mars 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

112 Lettre au Procureur : 21 novembre 1933, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandon de famille, 1933.

113 Procès-verbal de police de Cannes : 5 mai 1930, A.D., Alpes-Maritimes, 14 120.

114 Lettre de la mère au Procureur : 4 septembre 1938 et procès-verbal de gendarmerie de Grasse : 22 septembre 1938, A.D., Alpes-Maritimes, 14675.

115 Lettre de la femme au Procureur : 1er avril 1930 et procès-verbal de police d’Epernay : 2 mai 1933, A.D., Marne, 9U 205.

116 Certes, dans 80 % des cas, la garde des enfants est accordée, lors de divorces ou séparations, à la mère. Mais un père divorcé sur sept obtient celle-ci et, plus nombreux, encore, sont les pères qui la sollicitent sans obtenir gain de cause. Voir chapitre 13.

117 Procès-verbal de gendarmerie de Louviers : 21 octobre 1878, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1878.

118 Acte d’accusation : 11 mai 1882 et rapport du substitut au juge de Privas : 19mars 1882, A.D., Ardèche, 1U 256.

119 Lettre du père au Procureur : 24 mai 1924, A.D., Finistère, 14 12.

120 Lettre du juge de paix de Pont-Audemer au Procureur : 1er novembre 1898, A.D., Eure, 12U 125.

121 Lettre du père au Président du tribunal de Châteauroux : 5 avril 1933, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, 1932.

122 Conservée au Musée des Arts et Traditions Populaires.

123 Rapport de l’inspecteur des enfants assistés : 19 septembre 1896, A.D., Marne, 8U 686.

124 Procès-verbal de police de Villeurbanne : 12 décembre 1933, A.D., Rhône, 3U 1204.

125 Note du père, s. d., 1902, A.D., BB18 2223, d. 940.

126 Lettre au procureur de la Seine : 5 novembre 1934, A.D., Seine-et-Oise, 1161W.

127 Lettre du père au Procureur : 29 octobre 1909, Alpes- Maritimes, 1910, liasse 829.

128 Requête du père en révision de garde : 30 octobre 1938, A.D., Alpes-Maritimes, 14 689.

129 Lettre au juge de Clermont-Ferrand : 20 août 1901, A.D., Puy-de-Dôme, U 04783.

130 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 30 septembre 1921, A.D., Yonne, 2U 287.

131 Procès-verbal du juge d’instruction de Châteauroux : 14 septembre 1935, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, avril 1936.

132 Procès-verbal de gendarmerie de Serres : 22 décembre 1912, A.D., Hautes-Alpes, 1U 16,

133 Procès-verbal du juge de paix de Condrieu : 9 octobre 1871, Rhône, Assises, 1871.

134 Lettre de la femme à son mari : 26 octobre 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, 1932.

135 Procès-verbal du juge d’instruction de Mamers : 21 mai 1896, A.D., Sarthe, 1U 1074.

136 Collection A.-M. Sohn. De la même époque, une carte postale, conservée au Musée des traditions populaires, Vivre pour aimer, nous présente un père assis, sa fille sur les genoux, et la mère debout, admirative.

137 Sur 60 pères déléguant la garde, 42 sont veufs.

138 Malheureusement, si la délégation est mentionnée dans 359 dossiers, l’éducateur n’est connu que dans 317 cas.

139 Dans 71 cas, c’est la mère qui confie l’enfant à ses propres parents.

140 De plus, l’Assistance Publique est imposée par les autorités à 28 familles.

141 « Comme ils promettaient de se marier, nous ne nous occupions de rien mais, voyant que le mariage ne se faisait pas et que les cancans affluaient, nous avons réuni le conseil de famille pour retirer les deux petites filles à leur mère », explique la belle-sœur de la première (procès-verbal de gendarmerie du Grand-Lucé : 24 mars 1901, A.D., Sarthe, 4U 415). Quant au conseil de famille de la seconde, il décide d’enlever, selon le subrogé-tuteur, « ces pauvres enfants de ce milieu que je qualifierai d’infect » (procès-verbal de gendarmerie de Serres : 22 décembre 1912, A.D., Hautes-Alpes, 1U 16).

142 Réquisitoire : 14 août 1873 et lettre de la mère, s.d., A.D., Seine, D2 U6 21.

143 Procès-verbal de gendarmerie de Bar-le-Duc : 20 novembre 1896, A.D., Meuse, 18U 107.

144 Bulletin de la Statistique Générale de la France, octobre 1916 et janvier 1917.

145 Le tisseur de Saint-Quentin, décrit par les Ouvriers des deux mondes, peut seulement dépenser 0,67 F (3e série, t. 2). L’enquête de 1913 établit le revenu par tête dans une famille de huit enfants à 0,77 F. Charles Géniaux évalue, en 1912 et pour les familles de journaliers bretons, la dépense quotidienne en nourriture à 10 centimes par enfant. La dépense en liquide par enfant s’élève à 10-15 francs par an. Nous sommes là, cependant, à la limite du sous-développement avec de graves carences alimentaires (C. Géniaux, La Bretagne vivante, Paris, 1912, H. Champion).

146 Procès-verbal de la Police Judiciaire de Bar-le-Duc : 14 février 1889, A.D., Meuse, 18U 99-100.

147 Lettre de la femme au Procureur : 16 mars 1896, A.D., Yonne, 3U3 970.

148 Procès-verbal de gendarmerie de Maisons-Laffitte : 19 septembre 1898, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.

149 A.D., Morbihan, U 5487. Une nourrice, journalière à Comeville-sur-Risle, est dans la même situation que les mères seules ; elle supplie les autorités de prendre en charge une fillette, laissée sous sa garde mais oubliée par sa mère, démontre que l’enfant consomme la moitié de son salaire : elle gagne, en 1913, 25 sous par jour mais doit dépenser 6 sous pour le lait et 6 sous en frais médicaux (A.D., Eure, 12U 125).

150 T. Leleu, La vie quotidienne des femmes dans la région d’Armentières (1894- 1920), mémoire de maîtrise, 1979, Université de Lille III. Il en est ainsi également pour les ménages avec au moins trois enfants mais un seul salaire, les budgets étant analogues dans les deux cas.

151 A. Sauvy, Bien-être et individu (1945), cité par F. Thébaud, Donner la vie. Histoire de la maternité en France entre les deux guerres, thèse de 3e cycle, 1982, Université de Paris VII. Les chiffres que j’ai relevés dans les archives s’échelonnent, pour les années 1930 et dans les familles complètes, entre 2 100 et 9 840 francs annuels pour quatre à cinq personnes, entre 15 000 et 37 320 francs pour sept à neuf personnes.

152 Voir chapitre 13 pour la jurisprudence.

153 Ses gains de blanchisseuse ne sont pas chiffrés mais la famille peut compter sur le salaire du mari qui gagne 12 francs par jour soit pour 25 jours ouvrables par mois, 300 francs, sur 16 francs d’allocations familiales et 25 francs de pension pour la grand-mère. Procès-verbal du juge d’instruction de Nevers : 21 octobre 1920, A.D., Nièvre, 2U 631.

154 Procès-verbal de gendarmerie d’Athis : 10 juillet 1924 et procès-verbal du juge d’instruction de Domfront : 14 août 1924, A.D., Orne, Assises, 1924.

155 Compte-rendu de la commission départementale de la natalité à l’inspecteur de l’Assistance Publique : 8 mars 1928, A.D., Vaucluse, 3X 53.

156 Pour les divorcées et séparées, voir chapitre 13.

157 Lettre au Procureur : 7 septembre 1934, A.D., Puy-de-Dôme, U 04960.

158 Lettre au Procureur : 7 décembre 1931, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, 1931. Même remarque d’une autre ouvrière de Châteauroux mais mère de trois enfants : « il mes impossible de vivre avec mes journées de 15 francs par jour » (Lettre au Procureur : 4 avril 1936, op. cit., abandons de famille, 1936).

159 Procès-verbal de gendarmerie de Pont-du-Château : 20 mars 1929, A.D., Puy-de-Dôme, U 04907. D’où le rôle vital de la pension alimentaire allouée par le tribunal et dont le montant, 3 600 francs, élève les ressources à 8 400 francs (voir chapitre 13).

160 Lettre au Procureur : 14 avril 1919, A.D., Ardennes, 4U 294/2.

161 Procès-verbal de gendarmerie de Vibraye : 3 août 1939, A.D., Sarthe, 1U 2017.

162 Lettre au Procureur : 18 décembre 1938, A.D., Sarthe, 1U 2017.

163 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Symphorien (IIIe-et-Vilaine) : 29 février 1935, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, 1935(2). Le mari dispose donc de 140 francs par mois mais paye 120 francs pour sa pension, sans compter son blanchissage.

164 La faiblesse des revenus masculins rend souvent illusoires, en effet, les pensions alimentaires décidées par les juges, ce qui ravale, de fait, de nombreuses mères divorcées au niveau économique des veuves ou des femmes délaissées. Le chômage dans les années 1930 et le remariage des ex-maris aggravent encore l’impécuniosité des pères, et par ricochets, celle des mères. Voir chapitre 13.

165 Procès-verbal de police de Saint-Chamond : 3 juillet 1931, A.D., Rhône, 3 U 1202.

166 Les faits relatés remontent à 1909. Procès-verbal de police de Rouen : 16 mai 1930, A.D., Seine-Inférieure, U 04964.

167 Lettres au Procureur des 11 septembre et 20 octobre 1934, A.D., Isère, 2U 265.

168 1871, A.D., Puy-de-Dôme, U 010809.

169 Lettre du 19 août 1912 et lettre, s. d., A.D., Seine, D2 U6 179.

170 1920, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 150. De même, une journalière de Saint-Martin-des-Champs (Yonne) n’élève qu’un seul de ses sept enfants : l’aîné, conçu avant son mariage, il est vrai, a toujours vécu chez son grand-père mais, dès le décès paternel, cinq enfants ont été placés à l’Assistance Publique (1918, A.D., Yonne, 3U3 382).

171 10,5 % des femmes seules partagent l’éducation des enfants avec l’ex-conjoint.

172 Lettre de la femme au Procureur, s. d., 1928, A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 846. Le père est mineur de fond.

173 Lettre de la femme, s. d., 1882, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1882.

174 Hélas, la grand-mère elle même perd son emploi, obligeant sa fille à solliciter l’aide de l’hospice, aide refusée, ce qui l’amène à abandonner ses enfants dans la nature. Lettre de la mère au Procureur, s. d., 1880, A.D., Marne, 11U 906.

175 Procès-verbal de la Sûreté de Lyon : 19 juillet 1935, A.D., Rhône, 3U corr. d. 200.

176 Lettre de la femme au Procureur : 16 février 1938, A.D., Pas-de-Calais, 3U5 XVII.

177 1930, A.D., Aube, versement 152, liasse 17 856.

178 Lettre de la femme au Procureur : 1er avril 1931, A.D., Oise, tribunal de Beauvais, juillet 1931.

179 Procès-verbal de gendarmerie de Coulommiers : 8 mars 1896, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.

180 Ainsi, par exemple, une bonne cannoise donne 200 francs à ses parents. Une bonne de La Flèche donne, à la même date, 150 francs, sur un salaire de 250, à sa mère qui garde ses deux enfants et une bonne parisienne 225 francs sur 400 pour sa seule fille.

181 Lettre du maire de Pélussin au juge d’instruction de Saint-Etienne : 9 novembre 1875, A.D., Loire, Assises, 1er trimestre 1876. Pour les salaires des nourrices, voir tableau ci-dessous dans le B.

182 Lettre de la femme au Procureur, s.d., 1936, A.D., Indre, tribunal de Châteauroux, mai 1936.

183 Procès-verbal de gendarmerie de Concarneau : 16 août 1921, A.D., Finistère, 16U6 63.

184 Lettre de la femme au Procureur : 11 juin 1928, A.D., Finistère, 16U6 182.

185 Renseignements de police du Havre, 1888, A.D., Seine-Inférieure, U 2015.

186 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 30 décembre 1907, A.D., Puy-de-Dôme, U 010913.

187 Rapport du juge de paix d’Antibes au juge d’instruction de Grasse : 10 décembre 1934, A.D., Alpes-Maritimes, 14 552.

188 Procès-verbal de gendarmerie de Meulan : 1er novembre 1938, A.D., Seine-et-Oise, 1161W.

189 Procès-verbal de police de Clermont-Ferrand : 4 janvier 1930, A.D., Puy-de-Dôme, U 04903.

190 Plainte en adultère, rédigée par un tiers, s.d., 1875, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1875.

191 Procès-verbal de gendarmerie de Saint-Didier-la-Séauve : 16 septembre 1891, A.D., Haute-Loire, 4U 206/2.

192 Lettre du père au Procureur : 26 décembre 1918, A.D., Sarthe, 1U add 1902- 1905. L’allocation évoquée par le père est donnée par le Bureau de bienfaisance aux enfants mineurs.

193 A.D., Marne, 8U 868.

194 1900, A.D., Meuse, 20 U 44.

195 Procès-verbal de gendarmerie de Cormeilles : 24 mars 1921, A.D., Eure, 12U 125.

196 Procès-verbal du juge d’instruction de Romorantin : 24 juin 1871, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 89. Mais, ce père dénaturé trouve une solution expéditive à ce problème de garde : il tue ses enfants !

197 Procès-verbal de gendarmerie de Berlaimont : 10 février 1932, A.D., Nord, 3U1 1375.

198 Procès-verbal de police du Chambon-Feugerolles : 28 mai 1926, A.D., Bas-Rhin, 3UD/301.

199 Procès-verbal de gendarmerie d’Ecquevilly : 23 juin 1900, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.

200 Lettre du père au Procureur : 10 décembre 1935, A.D., Rhône, 3U 1204.

201 Dossier familial : 20 décembre 1938, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

202 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, Université de Paris VII.

203 Procès-verbal de gendarmerie de Condé : 4 janvier 1902, A.D., Nord, 2U 155/544.

204 Rapport du juge de paix de Marly : 2 avril 1936, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

205 P.-J. Helias, Le cheval d’orgueil, Paris, 1975, Plon.

206 Procès-verbal de police de Caen : 26 décembre 1938, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel de Mayenne, 1938.

207 Procès-verbal de gendarmerie de Ligny : 2 août 1900, A.D., Meuse, 20U 44.

208 Procès-verbal du juge d’instruction de Domfront : 21 décembre 1925, A.D., Orne, Assises, 1921.

209 Procès-verbal du juge d’instruction de Saint-Germain-en-Laye : 21 juin 1876 et procès-verbal de gendarmerie de Poissy : 17 juillet 1876, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U. De même, un manœuvre lyonnais « ne gagnant que 25 francs par jour », deux à trois fois plus qu’une ouvrière pourtant, refuse de payer 250 francs pour l’orphelinat de son fils, soit la moitié de son salaire (Procès-verbal de police de Croix-Rousse : 1er juin 1930, A.D., Rhône, 3U 1201).

210 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont : 15 octobre 1925, A.D., Puy-de-Dôme, U 010959. Il devient même bigame par souci d’économie. De même, un mineur de Briey qui a gagné, en 1928, 11 391 francs refuse de payer 1200 francs pour la garde de son enfant (A.D., Meurthe-et-Moselle, 2U 846).

211 Procès-verbal de police de Villeurbanne : 10 mai 1930, A.D., Rhône, 3U 1201.

212 Procès-verbal du juge d’instruction de Bar-le-Duc, en vue d’une déchéance paternelle : 16 janvier 1897, A.D., Meuse, 20 U 44.

213 Procès-verbal du juge d’instruction de Brive : 5 novembre 1925, A.D., Haute-Vienne, 3U 812.

214 Bulletin de renseignements par le juge de paix d’Argenteuil, 1939, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

215 Lettre de l’oncle maternel au Procureur : 21 avril 1932, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, 1932. Mais il ne paye pas la pension convenue, car il « ne s’en occupe pas du tout ».

216 J’ai exclu de cet échantillon les femmes mariées, mères d’un enfant illégitime lors de leur mariage, qui le laissent à un tiers, en général les grands-parents, pour n’élever que leurs enfants légitimes.

217 Préfet de Corse au ministre de l’intérieur : 2 mars 1872, A.N., F15 3812-3813.

218 Préfet de l’Indre au ministre de l’intérieur : 11 novembre 1871. De même, en Haute-Savoie, « il n’y a qu’un très petit nombre de femmes mariées qui travaillent hors de chez elles » (Préfet de Haute-Savoie au Ministre de l’intérieur : 27 février 1872) comme en Côte-d’Or ou en Dordogne. Dans le Lot, « les femmes ne s’occupaient que des soins du ménage et (...) elles avaient donc tout le temps nécessaire pour surveiller leurs enfants » (Préfet du Lot au Ministre de l’intérieur : 27 février 1872). A.N., op. cit.

219 C. Amiel, G. Charuty, C. Fabre-Vassas, Jours de vigne. Les femmes des pays vitivoles racontent le travail, Villelongue d’Aude, 1981, Atelier du Gué, p. 38-30. D. Fabre et J. Lacroix rapportent également la pratique dans La vie quotidienne des paysans du Languedoc au xixe siècle, Paris, 1973, Hachette.

220 C. Géniaux, La Bretagne vivante, op. cit., p. 199.

221 P.– J. Helias, Le cheval d’orgueil, op. cit.

222 Procès-verbal de gendarmerie de Charny : 3 juillet 1926, A.D., Yonne, 3U3 1082.

223 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 29 février 1884, A.D., Seine, D2 U8 156.

224 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 1er septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.

225 Louise Tilly, « Structure de l’emploi, travail des femmes et changements démographiques, Anzin et Roubaix », Le mouvement social, octobre-décembre 1978. A Anzin où l’emploi féminin est plus rare, les chiffres passent de 22 % pour une femme sans enfant à 19,3 %.

226 Rapport de Mme Letellier, inspectrice départementale de la 1re section, à l’inspecteur divisionnaire de la 1re circonscription : 29 mai 1917, A.N., F22 446.

227 C. Rhein, Jeunes femmes au travail dans le Paris de l’entre-deux-guerres, thèse de 3e cycle, 1977, Université de Paris VII. Voir aussi C. Omnès, Marchés du travail et trajectoires professionnelles – Les ouvrières parisiennes de l’entre-deux-guerres, thèse d’Etat, 1993, Paris X, qui montre le lien entre travail féminin et malthusianisme draconien.

228 Comme l’atteste l’exemple d’Armentières. Voir T. Leleu, La vie quotidienne des femmes à Armentières, op. cit.

229 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 15 septembre, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session des 13-19 novembre 1880.

230 Procès-verbal de police de Versailles : 19 décembre 1899, A.D., Seine-et-Oise, 2017 U.

231 Procès-verbal de gendarmerie de Villaines : 28 décembre 1923, A.D., Mayenne, tribunal de Mayenne, 1931-1935.

232 Procès-verbal de police de Liévin : 22 février 1924, A.D., Pas-de-Calais, tribunal de Béthune, audience du 29 février 1924.

233 Lettre de la femme au Procureur : 4 décembre 1932, A.D., Indre, tribunal correctionnel de Châteauroux, abandons de famille, 1932.

234 Gaston Lucas, serrurier, Paris, 1976, Plon, p. 121-123.

235 Voir sur ce point L. Tilly et J. Scott, La femme, le travail et la famille, Paris, 1987, Rivages, dont je partage le point de vue. Elles considèrent, en effet, que le repli des salariées sur le foyer pour élever les seuls jeunes enfants est une solution fréquente mais limitée dans le temps, car « la capacité de travail des femmes mariées était une ressource familiale » (p. 160). En revanche, il ne me semble pas que « de plus en plus, elle était considérée dans les familles salariées urbaines comme un recours auquel on ne faisait appel que lorsque le besoin financier s’en faisait sentir » (p. 160). En effet, d’une part, le travail des enfants décline tout au long de la IIIe République, si bien que le salaire maternel peut, de moins en moins, être remplacé par la paye des enfants. D’autre part, la chute de la natalité, surtout après 1900, modifie l’équilibre démographique et financier des ménages. Enfin, je rappelle que le nombre de salariées mariées et mères de famille ne cesse de croître dans l’entre-deux-guerres (voir chapitre III).

236 Marie-Pascale Buriez-Duez, « Le mouvement de la population dans le Nord au xixe siècle », L’homme, la vie, la mort dans le Nord au xixe siècle, Lille, 1972, PU. de Lille.

237 C’est à dire aux familles qui ne disposent que de 7 francs par enfant.

238 A.D., Drôme, 149 X 2. Nous possédons les relevés de 1920 à 1934. 80 % des allocations sont versées à des mères actives.

239 Ainsi, en 1928, Germaine reprend le travail, faute de ressources, 12 jours après la naissance de son enfant. C. Rhein, Jeunes femmes au travail, op. cit.

240 A. Fourcaut, Femmes à l’usine dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1982, Maspero, p. 178.

241 « Action de l’Assistance publique lorsque l’enfant est temporairement séparé de la mère », s.d., 1936, Archives de l’Assistance publique, Fosseyeux, liasse 684, dossier B54.

242 Rapport du 3 juin 1913, A.N., F22 445.

243 Rapport de Mme Paire, inspectrice du travail de la 3e section : 23 mai 1917, A.N., op. cit. Souligné par moi.

244 Les parents sont journaliers ou domestiques. Procès-verbal de police de Versailles : 22 février 1875, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 19 au 24 novembre 1875.

245 Procès-verbal de gendarmerie de Tonnerre : 27 septembre 1892, A.D., Yonne, 2U 202.

246 Bulletin de renseignements de la police de Paris : 8 août 1911, A.D., Seine, D2 U6 173.

247 Lettre de l’institutrice au commissaire de police : 2 mars 1931 et procès-verbal de gendarmerie d’Oullins : 29 décembre 1930, A.D., Rhône, 3U 1203.

248 Procès-verbal de gendarmerie de Neuville-sur-Saône : 6 octobre 1931, A.D., Rhône, 3U 1203.

249 R. Douché, Sologne de ma jeunesse, Paris, 1978, Pensée universelle, p. 95.

250 Procès-verbal du juge d’instruction de Blois : 7 janvier 1935, A.D., Loir-et-Cher, 2U 175. Le témoin évoque les années 1900-1904.

251 Procès-verbal de police de Houilles : 14 avril 1935, A.D., Seine-et-Oise, 1161 W.

252 Procès-verbal du juge d’instruction de la Seine : 12 avril 1918, A.D., Seine, D2 U6 203.

253 Procès-verbal du juge d’instruction d’Auxerre : 30 septembre 1921, A.D., Yonne, 2U 287.

254 A. Fourcaut, op. cit., p. 69.

255 P. Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, 1977, Tema.

256 Procès-verbal de police de Paris : 27 novembre 1911, A.D., Nièvre, 3U2 391. Il est vrai que tous deux sont d’anciens pupilles de l’Assistance. L’aînée s’est enfuie et réfugiée, à Paris, chez la fille de ses parents nourriciers.

257 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 25 juin 1886, A.D., Nord, 2U 155/495. En fait, le mari qui a légitimé l’enfant et la jalouse, en raison de l’affection que lui porte sa mère, donne ce prétexte pour assassiner la fillette.

258 Doulevant-le-Château est situé en Haute-Marne. Procès-verbal de gendarmerie de Wassy (Haute-Marne) : 15 février 1900, A.D., Meuse, 20U 44.

259 Le cas date de 1931, A.D., Rhône, 3U 1201.

260 Procès-verbal du juge de paix de Crépy-en-Valois : 23 décembre 1876, A.D., Seine-Inférieure, U 893. La mère vit en concubinage puis épouse un homme de quatorze ans son cadet.

261 1872, A.D., Loir-et-Cher, 2U3 89.

262 La tante paternelle complète ce versement pour payer le montant réel de la pension : 40 francs. Procès-verbal du juge de paix de Marly-le-Roy : 21 octobre 1881, A.D., Seine-et-Oise, 0437.

263 Procès-verbal de gendarmerie de La Fouillouse : 24 avril 1884, A.D., Loire, Assises, 1er trimestre 1884.

264 Procès-verbal du juge d’instruction de Louviers : 20 mars 1872, A.D., Eure, tribunal correctionnel de Louviers, 1871-1872.

265 A.D., Seine, U 1190.

266 Le père est, de plus, un ivrogne et quatre des neuf enfants sont déjà décédés par manque de soins. Lettre du 16 septembre 1930, A.D., Rhône, 3U 1201.

267 Procès-verbal de police de Clermont-Ferrand : 27 septembre 1908, A.D., Puy-de-Dome, U 04791.

268 Lettre du mari au Procureur : 1er novembre 1928, A.D., Finistère, 16U6 179. Elle lui laisse ensuite l’ardoise à payer !

269 Procès-verbal du juge de paix d’Argenteuil : 29 août 1876, A.D., Seine-et-Oise, U 0498.

270 Procès-verbal du juge d’instruction de Toulon : 25 septembre 1890, A.D., Var, 4U4 363.

271 Ouvriers des deux mondes, 1re série, t. 5.

272 Soit six dossiers.

273 Ainsi, l’Abri maternel, annexé à l’hôpital Tamier en 1923, organise la garde des nouveaux-nés dont les parents sont tuberculeux. L’association a, de plus, une fonction d’aide sociale. Voir L’abri maternel, archives de l’Assistance Publique, Fosseyeux, liasse 686.

274 La circulaire du ministre de l’hygiène du 10 août 1929 en dessine les grandes lignes. A.D., Vaucluse, 3X 53. Les commissions départementales s’occupent également de l’aide aux familles nombreuses, de la protection de l’hygiène de la mère et de l’enfant, de la protection de l’enfance.

275 A. Fourcaut, op. cit., p. 69.

276 Rappelons que 23 % seulement des mères isolées font appel à la bienfaisance.

277 J. Caroux-Destray, Un couple ouvrier traditionnel, Paris, 1974, Anthropos, p. 71. L’enfant y décède avant trois ans.

278 46 % des enfants sont confiés à leurs grands-parents. Les oncles et tantes viennent ensuite mais loin derrière.

279 J’ai relevé une centaine de prix dans la série U, dans la série X, dans les archives de l’Assistance Publique ainsi que dans les sources imprimées : rapports médicaux, témoignages divers. Or, 21 % seulement des prix de garde relevés concernent des grands-parents.

280 Je n’ai malheureusement aucune indication chiffrée pour les années 1880-1890. Dans l’entre-deux-guerres, c’est l’orphelinat qui apparaît le moins coûteux avec 50- 60 francs par mois.

281 C. Rhein, op. cit.

282 J’ai, en revanche, rencontré deux nourrices sur lieu comme protagonistes.

283 Voir Anne Martin-Fugier, « La fin des nourrices », Le mouvement social, octobre-décembre 1978.

284 Pour les évaluations chiffrées, voir, A. Martin-Fugier, op. cit. ; F. Faÿ-Sallois, Les nourrices à Paris au xixe siècle, Paris, 1980, Payot ; Catherine Rollet : « Allaitement, mise en nourrice et mortalité infantile en France à la fin du xixe siècle », Population, novembre-décembre 1978 ; C. Rollet, « Nourrices et nourrissons dans le département de la Seine et en France de 1880 à 1940 », Population, mai-juin 1982 ; C. Rollet, « L’allaitement des nourrissons avant Pasteur », Annales de démographie historiques, n° spécial, Mères et nourrissons, 1983.

285 Lettre du 1er octobre 1871, A.D., Seine, D2 U8 65. Les indications chiffrées sont extraites de l’article de C. Rollet déjà cité et d’une statistique tirée du rapport de Louis Lépine sur la protection de l’enfance (1907) citée par A. Martin-Fugier. Toutefois, le phénomène décline : en 1874, la moitié des bébés sont touchés et en 1907, 28 % seulement.

286 Rapport de Mme Deslaurier, inspectrice du travail de la Seine, à l’inspecteur divisionnaire : 15 avril 1920, A.N., F22 446.

287 Voir C. Rollet, op. cit. Je reviendrai sur l’allaitement au chapitre V.

288 Les chiffres portant, pour la série U, sur des effectifs très faibles, je les donne sous toute réserve : les ouvrières constituent 24 % du total, et leurs maris 30 % (40 % pour Lépine), les domestiques et journalières agricoles 30 % (contre 19 %). Les pères exerçant une profession libérale, entrepreneurs ou employés constituent 18 % du total, chiffres plus modestes que les 11 % de négociants et commerçants et les 24 % d’employés relevés en 1907 par L. Lépine.

289 Bulletin du travail, 27 juillet 1917, A.N., F22 446.

290 47,9 % des nouveaux-nés lyonnais jusqu’en 1897 ; jusqu’en 1890, un quart des petits Stéphanois, un cinquième des enfants à Nantes, un sixième à un septième à Toulouse. Chiffres cités par C. Rollet, op. cit.

291 L. Gaillard, La vie quotidienne des ouvriers provençaux au xixe siècle, Paris, 1982, Hachette.

292 Les nourrissons de l’Assistance, décomptés à part, s’ajoutent à ce premier ensemble. Le recensement repose sur 83 lettres, de janvier 1876 à février 1879, en réponse aux circulaires préfectorales sur les enfants de moins de deux ans placés en nourrice (A.D., Hautes-Alpes, 3X 22).

293 Lettre du 8 février 1875, A.D., Hautes-Alpes, 3X 22.

294 Voir R. Béteille, La vie quotidienne en Rouergue au xixe siècle, Paris, 1973, Hachette.

295 Y. Brekilien, La vie quotidienne en Bretagne au xixe siècle, Paris, 1966, Hachette.

296 D’après le registre des délibérations du comité départemental de protection de l’Enfance, A.D., Vaucluse, 3X 16, 3X 18.

297 Résumé du médecin-inspecteur d’Orange, registre des délibérations du comité départemental de protection de l’Enfance, séance du 4 juillet 1896, A.D., Vaucluse, 3X18.

298 Résumé des rapports des médecins-inspecteurs d’Orange et Caderousse, op. cit., 3X 18.

299 Registre des délibérations du comité départemental de protection de l’Enfance, séance du 4 juillet 1896, A.D. Vaucluse, 3X 18.

300 Procès-verbal du juge d’instruction de Lille : 27 juin 1888, A.D., Nord, 2U 155/495.

301 Lettre adressée au Procureur de Cahors : 6 janvier 1904, A.D., Lot, 3X 13.

302 C. Rollet, op. cit.

303 E. Claverie et P. Lamaison, L’impossible mariage, Paris, 1982, Hachette.

304 Séance du comité de protection de l’enfance : 24 juin 1897, A.D., Vaucluse, 3X 18.

305 Rapport sur le service de protection des enfants du premier âge pendant l’année 1905 par l’inspecteur départemental au Préfet, Rouen, 1905, p. 58.

306 Rapport présenté à la chambre le 13 novembre 1923, A.N., F22 447.

307 E. Baudouin, La mère au travail et le retour au foyer, Saint-Amand, 1931, librairie Bloud et Gay, p. 22.

308 C. Rhein, op. cit., p. 224.

309 C. Rhein, op. cit., p. 224.

310 Lettre au préfet : 23 mars 1872, A.N., F15 3812-3813.

311 Mme d’Abbadie d’Arrast, Causeries sur le pays basque, Paris, 1909, imprimerie de Rudeval, p. 88. A. Goursaud, La société traditionnelle en Limousin, t. 1, Paris, 1976, Maisonneuve et Larose, le souligne pour les années 1885-1905.

312 L. Assier-Andrieu, Coutumes et rapports sociaux. Etude anthropologique des communautés paysannes du Capcir, Paris, 1981, C.N.R.S.

313 C. Géniaux, op. cit., p. 199. et P.J. Helias, op. cit.

314 A. Toinou, Toinou, le cri d’un enfant auvergnat, Paris, 1980, Plon.

315 Procès-verbal du juge d’instruction de Neufchâtel : 21 juin 1900, A.D., Seine-Inférieure, U 2464.

316 M.-C. Allart, « Les femmes dans trois villages de l’Artois : travail et vécu quotidien (1919-1939) », Revue du nord, juillet-septembre 1981.

317 E. Dejonghe, J.-P. Thuillier, « Vivre à Gravelines : espaces, pouvoir et société (1880-1980) », Revue du Nord, avril-juin 1982.

318 L. Wylie, Un village du Vaucluse, Paris, 1968, 2e éd., Gallimard.

319 H. Lamarche, S.C. Rogers, C. Kamooh, Paysans, femmes et citoyens, Arles, 1980, Actes Sud.

320 T. Leleu, « Femmes de la vallée de la Lys », op. cit.

321 Rapport sur le service de la protection des enfants du premier âge pendant l’année 1905, Rouen, 1905, p. 61.

322 Inspecteur divisionnaire au sous-secrétariat d’Etat au travail : 3 mai 1917, A.N., F22 446.

323 C’est ce qu’a vécu la grand-mère d’A. Marty, Fourmiguetto. Souvenirs, contes et recettes du Languedoc, Nonette, 1978, éd. Créer, p. 17.

324 Les grands-mères ont la parole, Rouen, 1981, C.R.D.P., p. 67.

325 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 16 décembre 1886, A.D., Haute-Vienne, 5U 302.

326 Procès-verbal de gendarmerie de Villaines : 19 août 1933, A.D., Mayenne, tribunal correctionnel de Mayenne, 1931-1935.

327 C. Amiel et al., Jours de vigne, op. cit., p. 15.

328 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 11 septembre 1880, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 19 novembre 1880.

329 Procès-verbal du juge d’instruction de Clermont-Ferrand : 7 février 1925, A.D., Puy-de-Dôme, U 04847.

330 Procès-verbal de police de Saint-Chamond : 2 juin 1885, A.D., Loire, 4U 256.

331 Procès-verbal du juge d’instruction de Joigny : 2 février 1926, A.D., Yonne, 3U3 1011.

332 Procès-verbal de gendarmerie de Burzet : 21 juin 1872, A.D., Ardèche, 1U 485/4049.

333 Procès-verbal du juge d’instruction d’Aurillac : 10 juillet 1894, A.D., Cantal, 38 297,

334 Procès-verbal de gendarmerie de Virieu-sur-Bourbre : 8 août 1929, A.D., Isère, 4U 829.

335 L. Gaillard, op. cit.

336 Procès-verbal du juge d’instruction de Bellac : 2 septembre 1876, A.D., Haute-Vienne, 5U 258.

337 A.N., F22 446.

338 La région parisienne est alors caractérisée par la rareté et la cherté des gardiennes, selon les salariées interrogées par C. Rhein, op. cit.

339 Renseignements par la police de Versailles, 1935, A.D., Seine-et-Oise, A.D., Assises, session du 16 au 30 juillet 1935.

340 Procès-verbal du juge d’instruction de Versailles : 7 septembre 1875, A.D., Seine-et-Oise, Assises, session du 13 au 20 novembre 1875.

341 Procès-verbal du juge d’instruction de Bourgoin : 22 octobre 1918, A.D., Isère, 4U 783.

342 Rapport de l’assistante sociale, 1935, A.D., Bouches-du-Rhône, 406 U 362.

343 L. Gaillard, op. cit.

344 En Angleterre, par exemple, il faut attendre la loi Fischer (1918) pour que les premières écoles maternelles soient ouvertes à l’initiative des autorités locales mais le Matemity Act en transfère la tutelle au ministère de la santé qui s’en désintéresse si bien qu’on ne compte en 1932 que 52 nursery schools et 112 en 1938. En Allemagne, aux Pays-Bas, les Kindergarten sont restés rares, privés et chers.

345 Ces créations, de plus, ont été favorisées par le décret du 16 novembre 1872.

346 Ainsi, le décret du 4 janvier 1917 rend obligatoire dans les établissements employant plus de 100 femmes la création d’une chambre d’allaitement qui tient également lieu de crèche.

347 En 1874, les crèches sont toutes confessionnelles. En 1904, sur 62 crèches, 11 sont municipales, 7 laïques et 44 confessionnelles. Voir Bulletin des crèches, A.N., F22 445.

348 Angers et Rouen en comptent cinq ; Amiens, Angoulème, Lille, Montpellier, Nice, Reims, Boulogne : quatre ; Brest, Caen, Dunkerque, Limoges, Lorient, Le Mans, Montluçon, Poitiers, Roubaix, Saint-Quentin : trois. Voir, A.N., F22 445 et 446, F15 3812-3813.

349 Les deux plus anciennes sont confiées aux sœurs de Saint-Vincent-de-Paul et aux Augustines.

350 Préfet du Tarn au Ministre du Travail : 24 décembre 1874, A.N., F15 3812-3813.

351 Enquête de l’inspection du travail pour avis sur la loi du 12 juin 1913, A.N., F22 444.

352 Bulletin des crèches, avril 1904, A.N., F22 445, et enquête de 1917, F22 446. La parfumerie Lecaron, à Levallois également, a fermé la sienne avant 1914, faute de « clients ».

353 Bulletin des crèches, op. cit.

354 Rapport sur la protection des apprentis et des enfants, chambre de commerce de Lille : 2 novembre 1876, A.N., F22 458.

355 Enquête, op. cit.

356 Préfet du Tarn au Ministre du Travail : 23 février 1872, A.N., F15 3812-3813.

357 Souligné par moi. Inspection des établissements de bienfaisance au ministre de l’intérieur : 15 mars 1867, A.N., F15 3812-3813.

358 Inspecteur divisionnaire de la circonscription de Nancy au ministre du travail : 25 mai 1917, A.N., F22 446.

359 Inspecteur de la 2e circonscription au ministre du travail : 3 décembre 1920, A.N., F22 446.

360 Rapport sur la fondation d’une œuvre havraise des crèches : 7 mai 1917, A.N., op. cit.

361 Inspecteur départemental de la 1re circonscription à l’inspecteur divisionnaire : 16 avril 1920, A.N., op. cit.

362 Enquête ronéotypée, 1920, op. cit.

Table des illustrations

Titre Mères et origines des enfants
Légende 1 Dont 150 mères ayant déjà des enfants d’un premier lit lors de leur remariageet 117 femmes ayant épousé un homme qui avait des enfants d’un premier lit.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre État civil des mères déléguant les tâches éducatives
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Délégations de garde
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Rémunérations des nourrices
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/69237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search