Version classiqueVersion mobile

Paul Ramadier (1888-1961)

 | 
Aline Fonvieille-Vojtovic

Troisième partie. 1940-1947. L’homme des choix difficiles et l’apogée de la carrière

Chapitre II. La poursuite et l’apogée de la carrière

Texte intégral

1En 1945 la France est à reconstruire matériellement, politiquemement et moralement. Grand est le désir de changement dans le domaine politique et social ; un immense besoin de fraternité anime les citoyens et les hommes politiques nouveaux révélés dans la lutte clandestine. Après avoir réglé son compte au passé immédiat, il faut dessiner le visage de l’avenir, mais celui-ci dépend de choix fondamentaux : rétablir le régime républicain traditionnel en cherchant à le démocratiser encore, ou adopter le pouvoir fort prôné par De Gaulle ? Remettre l’économie sur les rails de la croissance, mais par quels moyens ? Défendre une position internationale bien amoindrie par l’irruption des deux superpuissances et les lézardes apparues dans les empires coloniaux.

2Les Français, empêtrés dans une situation difficile, vont peu à peu perdre leurs espoirs de lendemains de guerre qui chantent et les hommes politiques, pris dans la quadrature du cercle, retrouveront les jeux politiciens des partis. La IVe République sera ainsi un passé restauré mais dans un contexte nouveau. Ramadier est lui-même le symbole de cette restauration politique qui n’a pas exclu toutefois une rénovation économique et sociale.

3Tout d’abord il récupère facilement ses mandats électifs, puis il parvient au sommet des honneurs en devenant le premier Président du Conseil de la IVe République. Ramadier en 1947, et Guy Mollet en 1956 seront les seuls présidents socialistes de ce régime.

4Simple élu puis Chef de gouvernement, Ramadier doit s’adapter à une conjoncture nationale et internationale nouvelle et participer à l’élaboration des choix définitifs pour le pays.

Des positions locales et parlementaires retrouvées en 1945 et 1946

5Alors qu’en 1919, il avait suffi de trois mois pour remettre en marche les institutions (qui, il est vrai, restaient inchangées), il faudra deux ans après la seconde guerre mondiale pour revenir à une situation normale. Les consultations électorales se sont multipliées du printemps 1945 à l’automne 1946. Rappelons pour mémoire :

  • 29 avril-13 mai 1945 : municipales
  • 23 septembre 1945 : cantonales
  • 21 octobre 1945 : élections de la 1ère Constituante
  • 5 mai 1946 : référendum sur le projet de Constitution
  • 2 juin 1946 : élections de la 2ème Constituante
  • 13 octobre 1946 : référendum sur le nouveau projet de Constitution
  • 10 novembre 1946 : élections législatives
  • 1 J. Fauvet : « Histoire de la IVe République ».

6En 1945, le contexte politique est marqué par l’effacement quasi total de la droite au profit de la gauche, par la prédominance communiste et par l’apparition d’un parti démocrate chrétien (MRP) dont on n’a pas l’habitude en France et qui modifie les données traditionnelles. Jacques Fauvet en trace un portrait ambigu : « le MRP se proposait de faire une politique de gauche avec des électeurs de droite tout en siégeant au centre »1. Les socialistes et Ramadier doivent faire connaissance avec cette nouvelle force et se garder de l’expansion communiste. Mais grand est le désir d’unité et de changement dans la population et chez les militants qui souhaitent en somme réussir un nouveau Front populaire ; les communistes participent au gouvernement.

7Aussi, la reconquête des mandats se fait-elle en 1945-46 dans l’illusion d’une union possible des forces démocratiques de ce pays.

La reconquête de tous les mandats électifs

Ramadier à la tête d’une liste municipale socialo-communiste

  • 2 Ch. L. Foulon : « Le pouvoir en province à la Libération ».

8La légalité républicaine étant officiellement rétablie par l’ordonnance du 9 août 1944, les institutions provisoires prévues depuis janvier par le CFLN à Alger se mettent peu à peu en place2. Le Commissaire régional Jacques Bounin s’installe à Montpellier, compose son administration et nomme donc les préfets départementaux. Ceux-ci ont la charge d’installer les Conseils municipaux provisoires pour remplacer les Comités locaux de Libération ; exit le pouvoir de la base ! Ramadier, boudé par le CLL, est au contraire rétabli avec facilité par l’administration légale en quête d’un personnel politique non compromis.

9C’est ainsi qu’à Decazeville, le 26 novembre 1944, le préfet de l’Aveyron réinstalle le Conseil municipal de 1940, d’autant plus insoupçonnable qu’il avait été révoqué en 1941 par Vichy, et que son chef est le ministre du Ravitaillement lui-même. Ce Conseil n’est pas exactement le même car certains membres sont morts et des résistants communistes (Cayrol et Froment) y ont été intégrés. Ils sont vingt cinq au total. Ramadier prononce une allocution rendant hommage aux disparus et aux mineurs, encourageant ceux-ci à travailler au maximum pour produire le charbon dont dépend la vie économique du pays. Il se fait donc le porte-parole du gouvernement dont tous les membres y compris les communistes sont d’accord pour insister sur l’union nationale, la nécessaire reprise du travail et son intensification. « La voix du Peuple », le nouvel organe communiste local, écrivait le 5 novembre : « Produire d’abord, revendiquer ensuite », c’est le mot d’ordre de la CGT ; M. Thorez, le secrétaire général du Parti lancera en janvier 1945 le slogan : Produire, s’unir, combattre, travailler.

10En présence du préfet on procède à l’élection du maire ; Ramadier remporte vingt suffrages, A. Cayrol deux et R. Froment un (deux bulletins blancs). Les adjoints sont les socialistes Rieux, le vieux compagnon de route, Artru, imprimeur, Edmond Rouquette et le communiste R. Froment. Ramadier retrouve donc une partie de son ancienne équipe et des partenaires inattendus et un peu méfiants à son égard ; mais la lutte contre l’occupant a rapproché les frères séparés depuis 1921, le désir d’union à la base est sincère et pour l’heure il existe au sommet ! Le nouveau maire propose d’envoyer un télégramme au général de Gaulle : « Le Conseil municipal de Decazeville envoie à Monsieur le Président de Gaulle l’hommage de son admiration et de son dévouement et l’assurance de sa ferveur républicaine ». Ramadier semble donc vouloir lier les nouveaux acteurs politiques avec le ruban de la République ! Avis aux uns et aux autres !

11Alors qu’une certaine euphorie politique règne, la triste réalité faite de pénurie se rappelle vite à l’attention des conseillers : il faut organiser une soupe populaire et contrôler la collecte du lait dans le Bassin.

12Le Conseil municipal se réunit à nouveau le 11 février et le 8 avril 1945 pour établir le budget, procéder à des majorations de taxes et de prix, et améliorer le ravitaillement. C’est un conseil éphémère puisque les élections sont prévues pour le 29 avril. Elles constituent le premier sondage sur les nouveaux rapports de force politiques.

13Le contexte pousse plutôt à l’union car la guerre n’est pas encore finie. Les communistes tendent une large main autour d’eux, aux socialistes, mais aussi aux chrétiens et à toutes les catégories de la population (commerçants, paysans notamment). Le PCF lance l’idée des Etats généraux de la Renaissance française pour le 14 juillet 1945, dans le but d’entreprendre l’œuvre de rénovation nationale. L’organe de presse local reprend les grands thèmes développés au plan national :

  • FFI, armée populaire (donc éventuelle force insurrectionnelle)
  • lutte contre les trusts et nationalisations donc réformes de structure dans le droit fil du programme de la CGT (usines Renault et Houillères du Pas de Calais ont été étatisées en décembre 1944)
  • épuration vigoureuse et rapide
  • union patriotique comme dans la Résistance
  • lutte contre le marché noir par des mesures de contrôle draconniennes.

14Le socialistes aveyronnais que Ramadier a désormais rejoints sont-ils tout à fait sur la même longueur d’onde ?

15Leur position est connue grâce à « l’Aveyron libre » ; d’abord hebdomadaire des MUR (qui paraît dès le 29 septembre 1944), il devient celui de la SFIO en décembre 1945. Socialistes, radicaux, militants de l’UDSR y écrivent ; il est donc en 1945 l’expression de la gauche non communiste. Un article au moins de Ramadier figure dans chaque numéro. Les thèmes répondent à ceux des communistes, mais on note des nuances importantes :

  • Ramadier se félicite de l’intégration des forces de la Résistance dans l’armée régulière ; cette glorieuse armée populaire sans uniforme est désormais récompensée ! (mais c’est un moyen d’éviter une révolution intérieure !).
  • s’unir pour finir la guerre, c’est l’évidence.
  • épurer certes mais qui et comment ? G. Subervie, l’imprimeur ruthénois radical et résistant devenu maire de Rodez revient plusieurs fois sur la question : doit-on punir ceux qui ont accepté Pétain ? Mais la démocratie n’admet pas le délit d’opinion ; il faut donc châtier seulement les traîtres notoires et les bourreaux.
  • nécessité impérative de reconstruire les ruines, donc bien sûr de travailler : « Mineurs faisons tonner la raison ».

16Si les thèmes sont identiques, on sent chez les communistes une grande impatience de transformations et de règlements de compte politiques, et chez les socialistes et radicaux, une certaine prudence et un grand souci de légalité républicaine. N’oublions pas les inquiétudes de Ramadier pendant la guerre et ses réflexions pessimistes pour l’après-guerre quant au danger de subversion possible. Les choses du reste se passent beaucoup mieux que prévu puisqu’on réalité, au niveau national, le PCF ne fait pas vraiment de surenchère.

  • 3 « La Voix du Peuple » 5 mai 1945.

17De ce fait pour les élections municipales, l’union des forces de la Résistance est maintenue partout, et à Decazeville une liste socialo-communiste est constituée ; ainsi même si la méfiance règne au niveau des états-majors locaux, Ramadier et les communistes ne peuvent éviter de cohabiter dans le contexte politique du moment ; le ciment idéologique étant la fidélité au programme du CNR accepté des deux côtés. Au lendemain des élections le 1er mai donnera l’occasion d’un grand meeting unitaire et d’un défilé, en présence de J. Bousquet, des Jeunesses Républicaines de France, de Norbert Espinasse, secrétaire fédéral de la SFIO, de Jean Bessac du PC et d’A. Cayrol de la CGT3.

  • 4 Emile Mercadier, Vincent Martinez, Jean Rouzet sont les trois candidats.

18Face à la liste « d’Union républicaine antifasciste », une liste incomplète réunit trois militants du MRP, qui apparaît ainsi à Decazeville mais qui est assimilé par la population à la droite classique, parce que « c’est la calotte »4.

19C’est la première fois que les femmes votent ; l’affluence est donc doublée ; comme on n’a pas prévu de multiplier en conséquence les bureaux de vote, celui de l’Hôtel de ville (l’unique pour la ville sans les faubourgs) ne désemplit pas jusqu’à 22 heures. Il a fallu demander au préfet l’autorisation de prolonger le scrutin jusqu’à cette heure inhabituelle. Toute la liste unitaire l’emporte haut la main. Il n’y a aucun élu MRP. Ramadier fait un assez bon score personnel (6e rang) ; il est précédé par des personnalités locales populaires mais peu actives politiquement.

20Ce Conseil municipal sent la restauration ; neuf conseillers l’étaient déjà en 1935 ; A. Rieux, le bras droit de Ramadier depuis 1919, est toujours là. Cependant, mis à part Arthémon Costes, les conseillers arrivés en tête du score avant Ramadier sont des nouveaux venus. Ainsi, même dans l’électorat ramadiériste, on semble souhaiter un renouvellement. Les six candidats communistes arrivent en queue. Ils constituent pourtant l’élément nouveau, avec l’élection de trois femmes, Mademoiselle Lestang, socialiste, Mesdames Goès et Argonès, communistes.

21La liste unitaire a remporté 65 % des suffrages, Ramadier en a rassemblé 71 % sur son nom. Il a donc toujours la confiance de ses concitoyens ; cependant 55 % des Decazevillois acceptent les candidats communistes et beaucoup se sont abstenus (37 %), sans doute des femmes mais aussi les absents évidemment à cause de la guerre.

  • 5 Les candidats communistes sont en moyenne plébiscités par 66 % des électeurs à Fontvergnes, 51 à De (...)

22Les tendances politiques par quartiers n’ont pas évolué5. Le 6 mai ce nouveau Conseil se réunit pour élire son maire et ses adjoints ; sur 26 votants, 25 désignent Ramadier. Les adjoints sont Rieux, Artru, Rouquette et Bessac ; ainsi une petite place est-elle faite au PC (avec Bessac) mais ce sont les anciens qui tiennent toujours les rênes. L’avenir de la gauche semble plein de promesses et Ramadier est élu à l’unanimité (moins sa propre voix). Sur le plan national, c’est aussi une belle victoire de la gauche. Cependant, avec le recul du temps, ce premier Conseil municipal apparaît comme une transition entre le passé et la nouvelle donne définitivement établie en 1947.

23Mais en 1945, Ramadier toujours souverain dans sa ville, l’est aussi dans son canton.

Ramadier toujours maître de son fief cantonal

  • 6 « Le Villefranchois libéré » 30 septembre 1945 – successeur du « Narrateur », radical.

24Le 23 septembre 1945, la seconde consultation depuis la Libération se déroule dans le plus grand calme ; on enregistre une forte abstention, 33 % en moyenne dans le pays, 41 % dans le canton de Decazeville, 45 % à Lyon qui bat le record6. La tendance apparue aux municipales est confirmée : la gauche est majoritaire, les socialistes remportent le plus de sièges, le parti communiste triple les siens et le MRP affermit ses premiers succès ; les perdants sont les radicaux et les modérés qui conservent cependant de solides positions rurales.

  • 7 Témoignage V. Martinez.

25Dans l’Aveyron en 1945, la droite accuse le coup : Républicains Indépendants (RI) et divers modérés n’obtiennent que 19 % des suffrages, le MRP, 10 % ; on note la faiblesse de la droite progressiste dans ce département de forte tradition conservatrice. Le MRP est perçu comme un parti de droite à cause de la référence religieuse ; du reste il a pris ses militants dans son électorat mais ceux-ci prétendent se distinguer tout à fait du conservatisme traditionnel7. La gauche triomphe spectaculairement mais peut être anormalement ! Est-ce « l’effet guerre » ou le résultat de bouleversements profonds ? Ce sera, on le verra, un ébranlement éphémère.

  • 8 UDSR : difficile à classer ; plutôt à gauche en 1945, en Aveyron beaucoup de ses élus gagneront la (...)
SFIO : 16 %
PC : 12,4 %
Div. gauche : 3,8 %
UDSR : 8,5 %
Radicaux : 23,5 %
Total : 64,2 %8

26Dans l’arrondissement de Villefranche, le succès de la gauche est massif (SFIO : 46 % ; PC : 21, radicaux : 17).

  • 9 Archives de l’OURS (dossier Aveyron). Une note de R. Verdier du 12 septembre 1945 signale qu’il fau (...)

27Dans le canton de Decazeville, Ramadier n’eut qu’un seul opposant, Raynal, du parti communiste. Il totalisa 4 008 voix contre 1 777 à son rival, c’est-à-dire 63 % des suffrages. Dans le canton voisin d’Aubin, le conseiller communiste sortant Edmond Ginestet, adversaire ancien de Ramadier, reprend lui aussi sa carrière politique ; après avoir été déporté à Alger dès 1940, réélu maire, il est à nouveau membre du Conseil général. Il a battu d’une assez courte tête Norbert Espinasse, secrétaire fédéral de la SFIO et populaire dans les milieux ouvriers ; mais Ginestet était un adversaire redoutable car implanté de longue date9. Néanmoins le socialisme se porte bien.

28Ramadier s’affirme dans son canton comme un champion toutes catégories ; il est adopté définitivement par les communes rurales qui lui accordent massivement leur confiance (voir carte). Dans les communes urbaines et ouvrières le candidat communiste recueille tout de même, en moyenne, 37 % des suffrages exprimés.

29La physionomie politique départementale est fortement marquée par le passé récent. Les résultats d’ensemble font apparaître, ici comme ailleurs, une poussée de la gauche socialiste qui de un passe à sept élus, mais la stagnation du PC, qui ne bénéficie toujours que du bastion d’Aubin, un tassement des radicaux et de la famille républicaine, qui ne conserve que sept élus (16 en 1937), la régression parallèle de la droite (15 élus au lieu de 25 en 1937). Deux nouveaux partis sont apparus, issus de la Résistance, qui mordent semble-t-il en Aveyron sur l’électorat de droite (voir carte), le MRP et l’UDSR. Sont-ils appelés à se consolider ou à disparaître ? Le PC accuse l’UDSR d’être réactionnaire, en revanche il fait les yeux doux au MRP. Comment évolueront leurs élus au fil du temps entre la droite et la gauche ? Les données aveyronnaises paraissent changées, le sont-elles vraiment ? Telle est bien la question que devait se poser la nouvelle classe politique.

30De toute évidence, l’arrondissement de Villefranche de Rouergue est devenu nettement le territoire de la gauche, résultat de la tradition mais aussi des réseaux de la Résistance qui y étaient établis ; de sorte que la situation électorale de Ramadier semble plutôt fortifiée. Elle l’est d’autant plus que le nouveau Conseil général le nomme Président à une voix de majorité (22 contre 21). Un président socialiste du Conseil général de l’Aveyron, cette « Vendée du Centre », c’est du jamais vu ! Mais sans doute du fragile et de l’artificiel. Cette élection est le résultat du respect et de la confiance dont jouit Ramadier dans la classe politique aveyronnaise (en même temps que de la position médiane de la SFIO sur l’échiquier politique), mais aussi de son sens du compromis et de la mesure. C’est aussi un des rares élus du département à s’être démarqué de Vichy en juillet 1940 : toujours la même auréole conférée par le bon choix d’alors.

31Les vice-présidents sont Bouscayrol, radical-socialiste de Rieupeyroux et Dutheil, MRP de Millau ; ainsi la droite classique est évincée. Ramadier restera président jusqu’en 1949. L’Aveyron semble avoir fait peu neuve.

32Paul Ramadier est donc, en 1945, un homme qui monte ; réélu facilement dans « ses terres », reconnu sans problème par la SFIO, investi rapidement d’une mission nationale, il peut affronter en confiance les nombreuses consultations législatives qui émaillent l’année 1946. Pourtant l’avenir lui réserve des surprises...

Les réélections successives du parlementaire

  • 10 J. Bastide, député URD en 1936 (élu contre le radical G. Subervie), bâtonnier du barreau de Rodez. (...)

33Le 3 novembre 1944, les anciens parlementaires aveyrennais qui ont refusé les pleins pouvoirs à Pétain, Paul Ramadier et Joseph Bastide10, sont désignés pour siéger à l’Assemblée consultative. Ainsi, dès la Libération, Ramadier retrouve-t-il en somme son mandat de parlementaire. Toutefois la poursuite de la carrière politique est conditionnée par des examens de passage devant l’électorat.

1) – Les élections du 21 octobre 1945 à l’Assemblée constituante

34Par ordonnance du 17 août 1945, le général de Gaulle a choisi la représentation proportionnelle dans le cadre du département, et par celle du 21 avril 1944 il avait accordé le droit de vote aux femmes ; ainsi les conditions du scrutin sont considérablement modifiées par rapport à l’avant-guerre.

35Ces élections sont en outre porteuses d’un enjeu capital : le choix d’un nouveau régime. En effet, mis à part les radicaux nostalgiques, l’ensemble des partis reconnaît la faillite du système politique défini en 1875 et 1877. Nous avons vu que Ramadier en avait longuement analysé les causes sans forcément en trouver les remèdes, que ses amis politiques et lui-même n’avaient cessé d’être hantés pendant la guerre par la nécessité d’établir un projet de Constitution. L’heure a maintenant sonné !

  • 11 L’anticommunisme établit une sorte de consensus chez les Français, un réflexe de défense ; voir Ber (...)

36Le 21 octobre 1945, les Français sont appelés à faire un triple choix : désigner les députés qui formeront la nouvelle Assemblée, dire si cette Assemblée sera Constituante et approuver ou non les dispositions législatives transitoires ; c’est-à-dire en clair : veut-on changer de régime ? Si oui, en attendant l’élaboration de la Constitution, veut-on donner les pleins pouvoirs à l’Assemblée ou continuer à laisser un gouvernement, dûment élu par elle, diriger le pays suivant les principes du parlementarisme ? A cause de la forte poussée de la gauche enregistrée lors des consultations précédentes, et en particulier de celle du PC devenu le premier parti de France, l’ensemble des forces politiques, sauf ce dernier, invite à répondre oui aux deux questions posées pour échapper à une possible mainmise des communistes sur l’Assemblée, ceux-ci voulant lui donner les pleins pouvoirs. Le parti radical fait campagne pour le non aux deux questions. On sait que 96,4 % des Français ont exprimé alors la volonté de changer le régime, mais que les pleins pouvoirs ont été refusés à l’Assemblée par 60 % des citoyens ; on peut considérer que ce chiffre mesure l’extension de l’anticommunisme à ce moment-là, toujours majoritaire dans le pays malgré les succès du PCF11.

  • 12 J. Fauvet : « Histoire de la IVe République » p 64.

37Le scrutin a dessiné un nouvel échiquier politique, désormais trois forces majeures totalisent 75 % des suffrages et se partagent 80 % des sièges au Palais Bourbon : ce sont le MRP, la SFIO et le PCF, qui sort grand vainqueur de la consultation (160 sièges). La SFIO se taille un succès confortable (142 sièges) et le MRP crée la surprise (152 sièges). Si l’adhésion à ce nouveau parti est, pour un certain nombre de conservateurs, le moyen de conjurer le péril marxiste, c’est aussi pour des hommes issus de la Résistance un moyen de mener une autre politique, plus sociale sinon socialiste, non contradictoire avec l’humanisme chrétien. Jacques Fauvet peut noter : « La France semble alors mûre pour le Front populaire, peut-être même pour la démocratie populaire »12. Mais si les communistes déclarent ne pas avoir d’ennemis à gauche et sont prêts à gouverner avec les socialistes, ceux-ci ont peur d’un face à face qui risquerait de les engloutir. Aussi préfèrent-ils être le centre d’une coalition tripartite en associant le MRP. Ramadier soutient cette formule.

38Comment s’est donc déroulée cette première consultation législative en Aveyron ? Rappelons-en les règles : scrutin de liste départemental à un tour avec liste bloquée ou rigide sans vote préférentiel ni panachage et avec utilisation des restes à la plus forte moyenne. C’est donc un scrutin politisé où le rôle des états-majors des partis est primordial. Le scrutin proportionnel favorise en outre le foisonnement des étiquettes ; on en compte cent dix neuf pour le pays entier ! Cependant si les nuances sont multiples et bien de chez nous, cinq familles politiques constituent en fait le paysage électoral : communiste, socialiste, radicale, chrétienne-démocrate et conservatrice. L’Aveyron fait dans la simplicité puisque seules ces cinq familles sont présentes et nettement nommées. Quatre sièges sont à pourvoir au lieu de cinq précédemment. Le scrutin est complexe puisqu’il comporte un référendum à deux volets et le choix des parlementaires.

  • 13 Lettre du 12 septembre 1946 (OURS) : en juin et septembre 90 % des sections l’avaint placé en 1ère (...)

39Ramadier conduit la liste socialiste ; ses coéquipiers sont Max Briançon son ami, industriel, conseiller général et adjoint au maire de St Affrique, Louis Pécourt professeur au lycée de Rodez, président du CDL, et Norbert Espinasse, ouvrier mineur syndiqué, secrétaire de la Fédération socialiste et ancien conseiller d’Arrondissement d’Aubin. Tous peuvent se prévaloir de la Résistance. Notons que Ramadier est la seule « personnalité » de la liste, qu’objectivement les militants socialistes n’avaient pas vraiment le choix de la tête de liste même si à l’évidence on a murmuré dans les rangs au nom d’une rupture plus franche avec le passé ! N. Espinasse, homme de la base, jeune militant, résistant notoire, populaire dans le Bassin, aurait pu prétendre en effet à plus de considération et à une meilleure place sur la liste13. Mais sur le plan départemental, Ramadier reste la valeur électorale sûre ; les cols blancs inspirent davantage confiance aux classes moyennes que les cols bleus. N. Espinasse, qui, nous le verrons, se dépensera sans compter pour le parti, restera un militant et ne sera jamais un élu national ; mais aurait-il rempli cette fonction avec autant de science et de capacité que Ramadier ? Le problème de la représentation de la classe ouvrière est sans cesse reposé...

  • 14 « L’Aveyron libre » 12 octobre 1945.

40Dans sa profession de foi, Ramadier invite les électeurs à répondre oui aux deux questions. « La Constitution de 1875… ne répond plus aux besoins de la démocratie ». En 1940 déjà, il analysait pertinemment le déséquilibre des pouvoirs au profit du Sénat, « chambre d’agriculture » ne reflétant pas la réalité socio-économique et qui participait au disfonctionnement du Parlement (voir p. 244...). Il est bon que la future Constitution soit rédigée par une seule assemblée, émanation de la souveraineté populaire ; elle n’a pas besoin d’être flanquée d’un Sénat nommé par les Conseils municipaux comme certains le suggèrent. Le ton est nettement anti-sénatorial et anti-radical. « Voter oui, c’est proclamer la souveraineté du peuple » ; il faut repartir sur des bases saines, semble donc dire le parlementaire de la IIIe République. Mais il faut aussi approuver le projet institutionnel provisoire car « loin d’établir le pouvoir personnel, il donne à l’ Assemblée la souveraineté et lui subordonne le gouvernement responsable devant elle. Ce n’est pas la dictature, c’est la République que le projet institue ». Ceci répond aux communistes qui prétendent craindre une dictature de De Gaulle et qui, pour l’éviter, souhaitent donner les pleins pouvoirs à l’Assemblée dont la majorité sera certainement socialo-communiste. Lors d’une réunion électorale à Rodez, le 8 octobre, Ramadier a répondu « courtoisement mais fermement » à un contradicteur communiste : « De Gaulle a beaucoup de caractère. Il a parfois mauvais caractère. Il est incapable de fourberie »14. L’estime est ainsi réciproque entre ces deux hommes que la conception du fonctionnement de la République opposera pourtant totalement dans quelque temps. Mais pour l’heure, Ramadier ne voit aucun danger dans l’élection d’une Assemblée constituante et dans la reconduction d’un gouvernement De Gaulle, mais au contraire le triomphe du principe de la souveraineté populaire et sans doute le meilleur butoir contre le communisme.

41La campagne électorale semble avoir été active mais tranquille et à fleurets mouchetés. La plupart des listes comportent des noms de résistants ; c’est à l’évidence la référence nécessaire. La droite est la moins glorieuse de ce point de vue.

42Joseph Bastide, député sortant, mène la liste RDD et RS (liste Républicaine de Défense agricole et de Rénovation Sociale) devant Emmanuel Temple, compromis avec Vichy jusqu’en 1942 mais racheté ensuite.

43Le Docteur Solinhac, maire d’Espalion, conseiller général, et Charles Dutheil, conseiller général de Millau, représentent une rénovation possible de la droite aveyronnaise par le MRP ; il ont pris part à la Résistance.

44Emile Borel et Georges Subervie, personnalités radicales connues de longue date, continuent de symboliser l’idée républicaine mais surtout la Troisième République.

  • 15 « La voix du peuple » 16 octobre 1945.
  • 16 Il ne fut pas vraiment membre du PC (témoignage C. Ramadier).
  • 17 Il fut déporté à Alger en 1940.

45Le parti communiste entend être le moteur du changement comme il a été celui de la Résistance : la liste URRRF (Union Républicaine et Résistante pour la Renaissance de la France) est conduite par un « parachuté », Guy de Boysson ; âgé de 27 ans, docteur en droit, croix de guerre 39-40, secrétaire national de l’Union de la Jeunesse républicaine de France, résistant et... « fils de cheminot »15 . Guy de Boysson n’est pas aveyronnais, son père n’était pas un lampiste mais un dirigeant des chemins de fer avant la guerre, penchant plutôt à droite ; entré dans la Résistance, le jeune Guy, de bonne famille, sympathise avec le PCF qui l’envoie en 1945 en Aveyron pour y mener les campagnes électorales16. Edmond Ginestet, déjà maire d’Aubin et conseiller général, militant connu depuis les années vingt, « martyr » de la Résistance aux yeux de la base17, se fait ainsi « doubler » par ce jeune homme au nom aristocratique ; nous ignorons la raison profonde de cette anomalie. Nous verrons du reste que ce candidat venu d’ailleurs ne sera que de passage dans le département. Le PCF avait peut être mis en lui de grands espoirs politiques qui tourneront court ; G. de Boysson fera tout de même carrière à la Banque de l’Europe du Nord.

46Les résultats aveyronnais, tout en reflétant les grandes tendances nationales présentent aussi quelques différences. Tout d’abord, le « oui-oui » a triomphé plus nettement, seuls les communistes appelaient à voter non à la deuxième question, or ils ont une importance plus faible en Aveyron (16 %) ; seuls les radicaux suggéraient le non aux deux questions, il ne représentent plus que 8,7 % des suffrages ; ils n’ont d’ailleurs pas retrouvé leur siège perdu depuis 1936. Chacune des autres formations en a conquis un.

  • 18 « L’Aveyron libre » 26 octobre 1945.

47L’Aveyron reste un département conservateur puisqu’un tiers des électeurs se sont prononcés pour la tradition (14 % dans l’ensemble du pays seulement), et la droite progressiste ne perce pas ici autant qu’ailleurs (19 % contre 25). Ramadier, comme à son habitude, interprète les résultats et commente le climat politique18 : il se déclare satisfait de la campagne électorale qui s’est déroulée entre partis politiques, ce qui laisse entendre qu’il y a eu débat d’idées et non querelles de personnes.

  • 19 Ramadier les ménage cependant, jugeant que leur reculade est surprenante car chez eux aussi le dési (...)

48Le résultat du scrutin, y compris dans l’Aveyron, traduit à ses yeux un désir de rompre avec le passé (échec de Temple et des radicaux19) ; cependant il est clair aussi que les Rouergats n’ont pas rejeté leurs convictions traditionnelles. Ramadier a donc le triomphe modeste et prudent ; il constate que globalement l’opinion française est gagnée aux idées socialistes. L’enjeu est important puisqu’il s’agit en octobre 1945 d’entrer « dans une phase nouvelle de l’histoire », d’aborder des problèmes ignorés hier et de leur trouver des solutions inédites. Les résultats de la consultation sont une victoire politique à trois têtes, MRP, SFIO et PC où la SFIO joue un rôle charnière mais qui, ensemble, peuvent réaliser le programme de la Résistance. Ramadier relève cependant des contradictions : le PCF et la SFIO ont une vision plus prolétarienne des choses, et la question de la laïcité risque d’être une pomme de discorde avec le MRP. Le nouvel élu, fort lucide sur les enjeux et les difficultés, sera-t-il un homme de la Renaissance française tant souhaitée par tous ?

49La nouvelle Assemblée et le nouveau gouvernement De Gaulle entreprennent une double tâche sous le signe de l’union : d’une part reconstruire l’économie et faire les réformes sociales promises par le CNR, d’autre part rédiger une nouvelle Constitution. Le bilan économique et social est plutôt flatteur : en quelques mois, des réformes fondamentales que la gauche n’osait espérer possibles avant guerre sont réalisées tambour battant, dans une relative unanimité ; ce sont les grandes nationalisations bancaires et industrielles et la mise en place de la Sécurité sociale. Ramadier participe activement à ce travail parlementaire que nous analyserons plus loin. Mais l’élaboration du projet de Constitution sème la discorde : tout d’abord il provoque le départ du général de Gaulle qui démissionne le 20 janvier 1946, refusant catégoriquement d’avaliser le « régime des partis » ; ensuite le « rejeu » de la coupure droite/gauche. En effet le projet élaboré par la majorité socialo-communiste de la Constituante qui institue une Assemblée législative unique et souveraine, est rejeté par les modérés et le MRP, soucieux des garanties républicaines traditionnelles qui n’y figurent pas à leurs yeux (deuxième Chambre pour les uns, liberté de l’enseignement et droit de propriété pour les autres). Mais le projet majoritaire est soumis à référendum le 5 mai 1946.

2) – Le référendum du 5 mai 1946

  • 20 Rapport du préfet 15 février 1946. ANF1 CIII 1209.
  • 21 « L’Aveyron libre » 6 avril 1946.
  • 22 « L’Aveyron libre » 20 avril 1946

50La campagne électorale est animée mais simple : PC et SFIO appellent à approuver le projet ; radicaux, républicains populaires et conservateurs à le repousser. Dans l’Aveyron les deux partis de gauche, les seuls vraiment structurés et enthousiastes, mènent une campagne franche et assez harmonieuse. Les radicaux n’ont plus de journal, ils comptent sur les liens traditionnels et le poids de leurs personnalités. Le MRP n’a aucune activité militante, il publie un quotidien, « Le Pays », de faible audience ; le clergé est dans l’expectative, semble-t-il, devant cette nouvelle formation20. La droite classique n’a aucune activité ouverte, mais elle a une clientèle traditionnelle qui lui fait confiance et le clergé lui est encore largement acquis. Or dans l’Aveyron, c’est toujours le thème de l’école qui est la pierre d’achoppement. Les uns prétendent qu’il faut sauver l’école confessionnelle du danger marxiste ; les curés remobilisent à cet effet et réunissent les parents dans les villages pour les inciter à voter non au référendum21. Ramadier leur répond que l’Assemblée désire simplement contrôler l’enseignement privé et ne pas lui accorder une totale liberté sans pour autant le supprimer. Il remarque que la querelle scolaire n’est pas de saison et que la gauche ne cherche pas à l’envenimer, car l’union est indispensable pour résoudre les problèmes économiques, plus importants ; preuve en est que l’Assemblée constituante dominée par la gauche aurait pu voter la nationalisation des écoles privées, or elle ne l’a pas fait. « Nous avons songé à la France qui souffre déjà des ravages et des divisions de la trahison et que nous ne voulons pas diviser profondément en plaçant chaque citoyen devant un cas de conscience »22. Ramadier et la SFIO appellent donc à voter oui, les communistes aussi, pour en finir avec le provisoire, les forces réactionnaires et pour relever le pays.

51Mais le non l’emporte, les électeurs centristes et même certains socialistes préfèrent opter pour la prudence.

52Ces résultats sont accentués en Aveyron où le non l’emporte partout, même dans l’arrondissement de Villefranche (mais de justesse). La géographie du oui coïncide avec celle de l’implantation de la gauche.

53Le refus du projet constitutionnel entraîne de nouvelles élections le 2 juin suivant, pour renvoyer à Paris une nouvelle Constituante qui doit refaire la copie !

3) – Les élections du 2 juin 1946

54Au plan national, elles se caractérisent par une grande stabilité ; le PC, le MRP et les radicaux consolident leurs positions ou progressent légèrement ; la SFIO et les Indépendants accusent une légère régression par rapport au scrutin précédent.

  • 23 « La Voix du Peuple » 27 mai 1946.
  • 24 Voir plus loin p 311…
  • 25 « L’Aveyron libre » 18 mai 1946.

55La campagne électorale aveyronnaise a été marquée par les attaques traditionnelles du parti communiste contre la droite qu’il accuse d’avoir collaboré, donc de fascisme ; d’après lui, le Docteur Bonnefous, tête de liste, est un champion de la réaction, qui a reçu le colonel de La Rocque à Rodez ; E. Temple a été préfet sous Vichy et poulain de Laval. Il fait, en revanche, des appels du pied aux radicaux en signalant les démissions de personnalités radicales célèbres, telles Madeleine Jean-Zay, Pierre Cot, Albert Bayet, Jacques Kayser23. Des escarmouches surviennent avec les socialistes, à propos de la nationalisation du gaz et de l’électricité, projet dont Ramadier est le rapporteur ; il est de ce fait calomnié, disent ses camarades, car qualifié d’agent des trusts parce qu’il s’oppose aux propositions de Marcel Paul, le ministre communiste de la Production industrielle24. Mais grand seigneur, ou plutôt candidat réaliste, Ramadier soutient qu’il faut faire une place aux communistes, car mieux vaut les avoir au gouvernement comme alliés que dans l’opposition violente, et courir le risque qu’ils gouvernent seuls25. Notons qu’un an plus tard il se sentira capable de les affronter.

56Les candidats en présence étaient, à quelques-uns près, les mêmes qu’en octobre 1945. A droite, Joseph Bastide a cédé la place au Docteur Raymond Bonnefous, fils du Docteur Louis Bonnefous député de 1928 à 1936 ; Roland Boscary-Monsservin, neveu de feu Joseph Monsservin, sénateur et président du Conseil général inamovible avant 1940, tente sa chance. Ainsi la droite assure son renouvellement en présentant des héritiers déjà célèbres ! Chez les radicaux, Subervie et Borel se sont effacés ; des hommes nouveaux vont essayer de regagner le terrain perdu. Enfin, seule la liste communiste a fait place à une candidate, en troisième position.

57Par rapport au précédent scrutin on note un déplacement des voix de la gauche vers l’extrême-gauche, c’est-à-dire un recul socialiste et radical. Ramadier perd 4 070 voix, sans doute au profit des communistes qui en gagnent 3 000 et qui dépassent pour la première fois les performances socialistes.

Les listes en présence – 2 juin 1946
RI – Raymond Bonnefous, E. Temple, R. Boscary-Monsservin MRP – J. Solinhac, Ch. Dutheil, R. Jayr, F. Lajeunies
PC – G. de Boysson, E. Ginestet, Elise Laporte, R. Caunes
SFIO – P. Ramadier, M. Briançon, L. Pécourt, N. Espinasse
RGR – M. Bouscayrol, R. Huss, L. Bernard, A. Vergnes

58Le MRP paraît être le véritable vainqueur de la consultation, bien que la droite traditionnelle se maintienne en arrivant toujours en tête. La répartition des sièges n’est pas modifiée.

59Il est intéressant d’analyser les résultats dans le détail pour essayer de « photographier » le département, un an après la tourmente et au moment où les choix politiques deviennent décisifs.

60L’Aveyron, qui a élu pourtant deux députés de gauche, reste un département conservateur, les Républicains indépendants arrivent en tête et font un score bien supérieur au score national de ce parti qui se classe au contraire en dernière position. Et, comme depuis cinquante ans, seul l’arrondissement de Villefranche donne la majorité à la gauche ; mais dans cette circonscription, les différences politiques s’accentuent, suivant les tendances profondes : le nord, c’est-à-dire la région du Bassin d’Aubin-Decazeville et Capdenac, cantons ouvriers, votent le plus à gauche, mais c’est à Aubin seulement que le communisme triomphe et s’enracine depuis 1929 ; le Villefranchois est toujours aussi radical, et les cantons ruraux du centre et de Najac toujours plutôt conservateurs.

61La guerre n’a donc pas modifié les tendances de l’électorat, seul le PC a progressé spectaculairement et remporte un siège. Mais la concurrence communiste fragilise la position de Ramadier qui pourrait souffrir d’une nouvelle baisse d’audience de la SFIO, déjà touchée par ce scrutin. Dans ce cas, en effet, la proportionnelle ne pardonne pas, le scrutin d’arrondissement lui serait plus favorable, car il bénéficierait alors des désistements radicaux.

62Ainsi malgré les apparences, dans l’Aveyron, c’est à gauche qu’il y a vraiment nouvelle donne, et peut-être pas en faveur de Ramadier, car le parti communiste chasse désormais avec succès sur ses terres. La guerre aura-t-elle au bout du compte, sapé les fondations ?

63Au plan national on considère que ces élections de juin 1946 constituent un tournant dans la vie politique depuis la libération. En effet, communistes et socialistes n’ont plus la majorité absolue dans la nouvelle Assemblée (282 sièges contre 302 auparavant) ; l’opinion modérée refait surface et G. Bidault, leader du MRP, devient président du gouvernement provisoire. C’est pourquoi le deuxième projet de Constitution élaboré par cette Assemblée est-il un compromis entre la précédente formule, rejetée par la volonté populaire, et les lois constitutionnelles de 1875. S’il laisse chacun des trois grands partis sur sa faim, il est le résultat de leur volonté de sortir du provisoire et de s’opposer à la vision gaulliste des institutions.

4) – Le référendum du 13 octobre 1946

64Le projet de Constitution est adopté par l’Assemblée à une confortable majorité (443 voix) ; seuls radicaux, gaullistes et indépendants ont voté contre (106 voix). L’Assemblée nationale est la clé de voûte du système bien que les pouvoirs du président de la République et de la seconde Chambre soient renforcés. Le peuple approuvera-t-il ce second projet ?

65La campagne électorale s’engage mollement, l’opinion publique lassée de toutes ces subtilités juridiques sent que les espoirs nés de la Résistance s’évanouissent et que la politique traditionnelle revient au grand galop.

  • 26 9 039 032 oui contre 7 830 369 non et 7 880 119 abstentions (53 % de oui).

66Si bien que le 13 octobre 1946, les abstentionnistes sont nombreux, près du tiers de l’électorat, et que le oui l’emporte à une très faible majorité26. Des électeurs d’extrême-gauche ne sont pas allés voter et une fraction du MRP a été sensible aux directives de De Gaulle. Bref, la IVe République naît sans gloire et le Général, amer, a pu écrire ensuite à propos du projet constitutionnel : « Le tiers des Français s’y étaient résignés, le tiers l’avaient repoussé, le tiers l’avaient ignoré ».

67Ramadier a participé à l’élaboration du projet (nous le verrons plus loin), il est le porte-parole du groupe parlementaire socialiste sur cette question parce qu’il fait figure de spécialiste en la matière. Il peut donc être considéré comme un des pères fondateurs de la IVe République. A-t-il été prophète en son pays ?

68Dans son canton, l’abstention a été aussi forte qu’ailleurs sauf à Decazeville ; mais le oui a été massif, sauf dans les trois petites communes les plus rurales où le non l’emporte haut la main et qui restent donc avant tout orientées à droite, même si Ramadier y obtient la majorité lors des élections cantonales.

69Dans l’ensemble du département, 67 % des électeurs ont voté, 48,5 % ont approuvé le projet et 46,9 l’ont repoussé ; les Aveyronnais étaient donc très partagés. La droite classique semble regagner du terrain.

70Au soir du 13 octobre 1946, la France sortait enfin du provisoire ; les institutions venaient d’être adoptées, il fallait les faire fonctionner. Les élections législatives furent fixées au plus vite pour le 10 novembre.

5) – Les élections législatives du 10 novembre 1946

71Elles constituent le cinquième scrutin en un an ; pourtant la participation fut forte car il s’agissait d’élire l’Assemblée nationale cette fois définitive (22 % d’abstentions seulement). La répartition des forces politiques était l’enjeu capital pour l’avenir, car elle conditionnait la nature de la future coalition gouvernementale ; les formules étaient tranchées : le MRP souhaitait « Bidault sans Thorez », le PC, « Thorez sans Bidault », le SFIO était écartelée entre les deux formules malgré la présence d’un nouveau secrétaire général, Guy Mollet, plus marxisant que D. Mayer. L’enjeu essentiel était en somme Front populaire ou Tripartisme, c’est-à-dire ancrage à gauche ou poursuite de la coalition issue de la Résistance.

  • 27 Témoignage René Albouy.

72En Aveyron, la campagne électorale fut particulièrement active du fait qu’à présent des dés étaient jetés et que les partis politiques, surpris par l’ampleur de l’abstentionnisme lors du référendum, allèrent au devant des citoyens, en multipliant les réunions. Les divers orateurs, dont Ramadier pour la SFIO, sillonnent le département, secteur par secteur, et se succèdent sans se rencontrer. Il n’y a plus de réunions officiellement contradictoires, comme c’était la coutume à gauche avant 1940, entre les principaux candidats27 ; cependant des militants de la base viennent parfois perturber les réunions d’un parti concurrent.

73Les listes sont les mêmes qu’en juin 1946 pour le MRP, la SFIO et le PC ; des changements sont intervenus à droite, où le Docteur Raymond Bonnefous laisse la première place car il se réserve le siège de sénateur ; E. Temple malgré son passé « suspect » jusqu’en 1942, conduit la liste, devant le jeune espoir Roland Boscary-Monsservin. Ainsi les « Républicains d’action sociale et agricole » présentent : E. Temple, R. Boscary-Monsservin, Docteur J. Capoulade et Docteur R. Bonnefous. Mais c’est chez les radicaux que le chambardement est le plus grand ! Ils se sont alliés aux gaullistes, dans un refus commun sans doute des nouvelles institutions. Mis à part Roger Huss, villefranchois connu et déjà présent le 2 juin, les autres candidats sont nouveaux, la liste est conduite par Michel Caillau, industriel parisien, neveu du général de Gaulle et délégué militaire départemental en 1944 ; Léon Bonnefous, comptable à Millau, et Madame Emile Borel, femme de lettres, la complètent ; ils forment la liste du Rassemblement des gauches républicaines et d’union gaulliste.

74Le MRP arrive en tête aux dépens des républicains indépendants victimes de l’impopularité d’Emmanuel Temple ; ils ont perdu 13 000 voix mais gardent un siège. A gauche, le parti communiste a encore gagné des voix (2 000) et la SFIO, nettement derrière lui, en a perdu environ 1 500. L’électorat ramadiériste continue de s’effriter.

75Chaque grand parti obtient un élu comme précédemment (E. Temple, J. Solinhac, P. Ramadier et G. de Boysson).

76Au plan national, on enregistre une stabilité globale par rapport à juin, avec une légère poussée de la droite et des pertes à la SFIO (24 sièges) et au MRP (3 sièges). Ainsi, en novembre 1946, la France a encore glissé à droite confirmant la tendance de juin. La République s’annonce donc moins nouvelle que prévue et souhaitée telle par beaucoup.

77Dans le canton de Decazeville, Ramadier arrive toujours en tête, talonné de très près par le parti communiste dont le score élevé est la principale nouveauté du paysage politique local, qui reste par ailleurs très stable. Dans sa commune même, la situation semble préoccupante puisqu’il se place en seconde position ; la classe ouvrière, en 1946, regarde autant vers le PCF que vers la SFIO (Boisse-Penchot, Decazeville). Le MRP fait un bon score dans les petites communes rurales.

78Ainsi, dans la conjoncture politique issue de la guerre, Ramadier rencontre les communistes à chaque épreuve électorale. Sa carrière dépend donc de l’évolution du rapport des forces à gauche, dont il est loin d’être le maître ! L’avenir s’annonce incertain pour lui. Les succès faciles de 1945 ne sont donc pas confirmés en 1946.

  • 28 Modalités de l’élection très compliquées. Voir plus loin, les dispositions constitutionnelles p 318 (...)

79Les élections législatives sont complétées par celles du Conseil de la République, nouveau nom donné à la deuxième Chambre pour effacer les mauvais souvenirs laissés par le Sénat ! Le scrutin se déroule en novembre et décembre, en deux temps : le 24 novembre sont élus les grands électeurs (maires, conseillers municipaux) au suffrage universel ; les résultats confirment la prépondérance communiste à gauche, l’affaiblissement socialiste et radical ; la droite se maintient, le MRP enregistre quelques pertes. Le 8 décembre les grands électeurs désignent deux conseillers de la République pour le département ; ce sont le Docteur R. Bonnefous (au bénéfice de l’âge) et René Jayr (MRP, au bénéfice de la répartition interdépartementale28). Comme avant la guerre, la gauche aveyronnaise est toujours exclue de la deuxième Chambre ; sous le changement, la permanence...

80Deux ans après la libération du territoire, la France s’est donnée de nouvelles institutions dans lesquelles Ramadier a retrouvé une place sans doute plus fragile qu’auparavant. Il fut partie prenante de leur élaboration qui a fait l’objet d’un consensus, transcendant les difficultés pourtant réelles, tant le désir de reconstruction dans l’union était impératif chez la plupart des citoyens et de leurs représentants. Analysons donc à présent le climat politique qui a sous-tendu toutes ces consultations électorales.

L’illusion d’une gauche unie et d’une possible rénovation (1944- 1946)

81Le scrutin proportionnel favorise l’expression de tous, mais provoque par là même des débats idéologiques pour que chaque parti puisse se démarquer de ses rivaux. Dans ce cas, l’union, à gauche comme à droite, n’est pas induite par ce système qui paraît au contraire l’exclure. En 1945 et 1946, les consultations électorales ont dégagé trois grandes forces politiques dominantes, rivales dans leur essence mais qui aspirent à l’entente pour diriger et relever le pays. C’est une situation inédite due à la guerre. Les deux grands partis de gauche souhaitent une union sincère, leurs militants de base rêvent parfois même d’une union organique, les états-majors sont plus prudents. En Aveyron comme ailleurs, SFIO et PC essaient de coopérer et de s’entendre aussi avec le MRP ; c’est l’époque du tripartisme.

La SFIO et les partis politiques aveyronnais : forces et stratégies

  • 29 Archives de Mr Mage.

82En 1945, l’union issue de la Résistance ne demande qu’à se perpétuer, comme en témoigne le compte-rendu du Comité local de libération de Decazeville dont les membres se sont réunis le 6 avril pour préparer les élections municipales, alors qu’il n’avait plus vraiment d’existence légale29.

83Mais quel est donc en Aveyron le rapport réel des forces et la stratégie offi- cielle de chaque parti, avant tout de la SFIO, famille de Ramadier, base de son système, et pour laquelle existent de nombreuses sources ?

1) – La SFIO ou comment contenir l’irrésistible ascension du PCF

84Ramadier et ses camarades qui l’avaient suivi au PSDF en 1933 (R. Rouquette, Rieux...) retrouvent leur ancien parti, c’est-à-dire beaucoup d’amis (Grès, Germes, Espinasse) et des nouveaux venus plus jeunes et souvent issus de la Résistance (Mage, Maynadier, Tester…). Ramadier réintègre officiellement la section de Decazeville en décembre 1944.

85La Fédération aveyronnaise, qui a fortement sommeillé pendant la guerre, se réveille plutôt bien portante en 1944 quand elle se reconstitue réellement en novembre. D’après les statistiques publiées lors des congrès nationaux, on peut estimer autour de 1 500 le nombre de ses adhérents ; rappelons que de 500 en 1933, il avait atteint 1 466 en 1937. La SFIO a donc gardé son importance sans cependant l’accroître vraiment comme le PC, et les femmes ne semblent pas y avoir fait une entrée fracassante (aucune n’a et n’aura de responsabilité).

  • 30 AD 52J15.

86Soixante – quatorze sections existent officiellement en 1946, mais, si l’on en croit un rapport sur la situation politique du département30, dix sont vraiment actives. Gageons d’après la carte des résultats aux élections cantonales et législatives que ce sont celles du Bassin houiller (Ramadier, Espinasse), de Capdenac (Grès), Millau (Albouy) et de Saint-Affrique (Briançon) dont les militants sont plus connus et actifs, et dont l’ancienneté est grande.

87La Fédération aveyronnaise reste d’importance modeste comme du reste la majorité des Fédérations.

  • 31 Témoignage Mr Mage.

88La section de Decazeville compte 200 adhérents31 ; son secrétaire est François Mage, originaire d’une autre région ; la guerre l’a conduit dans le Bassin (comme ouvrier de l’usine Vallourec), dans la Résistance et au parti socialiste. Ses rapports avec Ramadier furent étroits.

  • 32 OURS, correspondance avec les Fédérations.

89La sociologie du parti n’a pas changé si l’on se réfère au secrétaire fédéral, qui écrit le 12 septembre 1946 : « Notre fédération groupe beaucoup d’ouvriers et d’artisans, quelques paysans et un grand nombre d’instituteurs »32.

  • 33 Lettre du 31 mai 1945.

90Le bureau départemental est dirigé par Norbert Espinasse, mineur et résistant, domicilié dans la commune d’Aubin, et par Ernest Germes, instituteur à Decazeville et résistant ; tous deux militaient déjà avant la guerre. Le centre de gravité du socialisme est donc redevenu le Bassin houiller, un moment isolé du fait de l’aventure néosocialiste. En février 1945, N. Espinasse écrit au secrétaire général D. Mayer : « La Fédération tourne bien ; tous les jours j’organise une réunion de propagande et des sections sont créées » 136. Le 10 avril : « Le parti progresse tous les jours, car depuis la Libération j’ai passé tous les dimanches à prendre la parole dans trois ou quatre réunions publiques et voilà le seul moyen de défendre le parti. Je suis à ma quatre-vingt-septième réunion ». Le parti est passé de 56 élus à 385 et dans le Bassin les socialistes ont eu la majorité partout aux municipales33.

91Après la guerre, la Fédération repart donc sur un bon pied avec des forces anciennes et nouvelles. Il lui faut un organe de presse pour rayonner. Ce sera « L’Aveyron libre », déjà créé par les mouvements de la Résistance dès septembre 1944, qu’elle reprend à son compte en décembre 1945. C’est une arme de propagande indispensable, estime N. Espinasse qui lance une souscription. Ramadier, selon son habitude, y écrira de nombreux articles. Mais la Fédération serait-elle assez forte pour le faire vivre longtemps ?

  • 34 Archives de l’ OURS – correspondance avec les départements.
  • 35 OURS, lettre du 12 septembre 1946.

92Rien n’est moins sûr, car les moyens matériels restent précaires. Dès le 31 mai 1945, N. Espinasse adresse à D. Mayer un appel à l’aide révélateur ; pour continuer à faire son travail de militant, il faudrait qu’il soit « permanent », or il est toujours mineur : « Il est impossible de descendre au fond de la mine arracher du charbon, écrire des articles, faire des réunions publiques, diriger la politique du parti du fil au fil dans un département comme le nôtre très grand et mal organisé au point de vue communication »34. Il a donc offert sa démission que ses camarades ont refusée ; que faire pour qu’il soit rémunéré ? « On m’offrait un emploi au ravitaillement, mais il y a assez de critique avec Ramadier sans que l’on vienne saper Espinasse ». Ce n’est pas de chance ! La Fédération peut faire le sacrifice de 1 500 F par mois et le journal l’Espoir de Toulouse de 2 500 F. Il demande alors à D. Mayer s’il lui « est possible, soit par le Comité directeur ou le Populaire de Paris, de (lui) faire donner quelque chose pour assurer la croûte de (sa) famille ». « Je demande qu’à (sic) me dévouer à la cause du parti mais il faut tout de même que je puisse vivre ». Il indique aussi qu’il lui est pénible de devenir un fonctionnaire du parti, mais que la lutte est très dure « avec les cocos qui eux ont, dans l’Aveyron, 14 ou 15 permanents (adultes, jeunes, femmes) » et le MRP, 735. Ainsi les conditions du militantisme socialiste aveyronnais sont difficiles faute de moyens financiers et le contraste est grand avec ceux que déploie le parti communiste, d’où une certaine démoralisation d’un militant sincère comme Espinasse. Cependant, on lui portera secours, il deviendra permanent, membre du Comité directeur et disposera même d’une voiture qui n’était pas du luxe dans ce département cloisonné. A l’époque, très peu de responsables (à part Ramadier, Maynadier, Testor) disposaient d’un véhicule personnel et les déplacements étaient de véritables périples par train et autobus, épuisants pour les militants.

  • 36 Archives de Mr Mage.

93Le compte-rendu financier de l’exercice 1946 fait apparaître la modestie des moyens36. Les ressources proviennent essentiellement des militants (cotisations, souscription) et les dépenses sont dues aux campagnes électorales et aux frais de fonctionnement du parti (cartes, congrès...). Ce compte-rendu financier s’accompagne d’un commentaire qui insiste sur deux points :

  1. la modération des dépenses de propagande électorale, alors que les élections furent nombreuses, à cause de la conscience des candidats qui se sont comportés « comme de vrais représentants de la classe ouvrière » ; (doit-on comprendre qu’ils ont été économes ou qu’ils ont payé de leur poche ? Les deux probablement !37)
  2. l’effort de tous pour répondre à la souscription nationale (en 1946, l’espoir habite encore les citoyens). Tous les témoignages écrits ou oraux insistent sur la faiblesse des moyens et l’obligation d’un dévouement personnel sans borne. Espinasse et Ramadier se dépensent en de multiples réunions.

94De 1944 à 1946, la Fédération socialiste aveyronnaise compte donc de nombreux adhérents, et présente une unité d’action, mais de façade, car à l’intérieur elle connaît doutes et tensions comme la SFIO tout entière. En effet, celle-ci est occupée à se réorganiser autour de l’équipe issue du CAS, et de D. Mayer ; mais elle s’inscrit aussi comme parti de gouvernement ; elle doit de ce point de vue, affronter certaines contradictions : ouvrir le parti sur sa gauche en direction des communistes et sur sa droite vers l’UDSR, concilier la doctrine qui reste largement marxiste avec la gestion des affaires, inévitablement contingente voire compromettante et « déviationiste ». Ainsi la SFIO se retrouve devant l’étemel dilemme, fidélité à la pensée ou priorité à l’action ? De la base au sommet, deux questions essentielles vont agiter les militants socialistes de 1944 à 1947 : les rapports avec le PCF et l’approbation ou non de l’action gouvernementale et des ministres socialistes en particulier (surtout en 1947). La presse et la correspondance interne permettent de saisir les enjeux et l’ampleur du débat ; trois années décisives pour la SFIO et pour Ramadier.

– L’encombrant voisinage du PCF
  • 38 Cahiers de l’OURS N° 170 p 20.

95En novembre 1944 le désir d’unité est général, le PC l’appelle à grands cris, la SFIO l’envisage puisqu’au congrès national, J. Moch déclare qu’il « croit à la nécessité de cette union » cependant qu’A. Laurent émet des réserves : « D’accord pour assainir l’atmosphère en vue d’une unité d’action » mais il n’est pas partisan d’une unité organique38. C’est ainsi qu’un Comité d’entente national est créé, qui fera se rencontrer délégations socialiste et communiste dès le 19 décembre 1944. Mais la méfiance surgit rapidement car les élections municipales révèlent la force du communisme dont la doctrine de la « fusion à la base » devient alors inquiétante pour les socialistes qui la refusent énergiquement. En effet, comment croire que 250 à 300 000 adhérents socialistes parviendraient à se faire entendre des 900 000 adhérents revendiqués par le PCF ? On se souvient bien sûr du congrès de Tours et on observe aussi l’évolution de la situation en Pologne, Hongrie et Tchécoslovaquie où le parti communiste tient le haut du pavé, malgré les alliances démocratiques que sont censés être les « Fronts nationaux ». La SFIO risque donc de perdre son âme dans une telle unité, et la gauche une partie de ses électeurs des classes moyennes prolétarisées (artisans, employés, paysans). Dès 1945, l’idée de l’unité organique est définitivement repoussée par les socialistes, mais pas nécessairement bien sûr celle de l’unité d’action.

96En effet l’obsession des dirigeants, et surtout des dirigeants locaux, est de s’affirmer face à la poussée nouvelle et inattendue du parti communiste qui dépassera en juin et novembre 1946 le parti socialiste.

97Dans un premier temps, les militants socialistes rechercheront plutôt l’unité d’action avec les communistes pour rester bien en phase avec la classe ouvrière, pensent-ils, mais aussi parce que leurs aspirations sont proches.

  • 39 OURS : correspondance avec les Fédérations. Lettres du 12 janvier, du 5 juin, du 4 octobre, du 15 o (...)

98Par exemple en 1945, dans l’Aveyron : à Naucelle, des contacts ont été pris entre les sections socialiste et communiste, à Decazeville les militants s’interrogent sur l’adhésion possible au Secours populaire français, le secrétaire local de Villefranche s’inquiète du passage de Zyromski au communisme, qui trouble les militants, la femme de Max Briançon, coéquipier de Ramadier, fait part de l’état d’esprit de la section de Saint-Affrique dont les militants sont sensibles aux analyses communistes ; ils admettent difficilement le oui-oui au premier référendum, ils reprochent à la direction de ne pas avoir consulté la base avant de prendre position et demandent de gouverner avec les communistes pour réaliser le programme du CNR39. Mais ce sentiment populaire d’union pour une rénovation profonde de la société n’est pas partagé par tous, ni par les dirigeants, à Paris comme en Aveyron. Ramadier et Espinasse restent méfiants envers les communistes, mais ne heurtent pas de front le sentiment de l’électorat et des militants. Les campagnes socialistes de 1945 et 46 éviteront les attaques contre le PCF tout en expliquant les positions de la SFIO. Mais pour Espinasse, le danger est bien l’expansion communiste dans le département.

99L’ambiguité subsiste pendant toute l’année 1946, année de gestation du nouveau régime, où les multiples consultations électorales se font sous le signe de la concurrence – mais apparemment fraternelle – et où se réalise une importante œuvre parlementaire commune.

100Toutefois si l’union organique avec les communistes est refusée, l’ombre du PCF pèse sur la SFIO jusqu’à y créer un malaise qui aboutira en août 1946 au renversement de l’équipe dirigeante, Mayer-Blum-Verdier, par un jeune militant d’Arras, G. Mollet, au parler plus net et plus marxiste, conforme aux aspirations idéologiques de la base, restées traditionnelles.

  • 40 Voir l’analyse de Tony Judt dans : « Le Marxisme et la gauche française ».
  • 41 Voir la communication de Jérôme Jaffré au Colloque G. Mollet de Lille (Presses Universitaires de Li (...)

101En effet, la seconde guerre mondiale a amené la direction socialiste issue du CAS, et derrière Léon Blum lui-même, à infléchir la théorie dans le sens d’un humanisme libéral qui cherche à privilégier une large alliance démocratique de gouvernement, incluant les chrétiens-démocrates et l’UDSR qui ont combattu coude à coude dans la Résistance avec les socialistes et les communistes. Mais ce « révisionnisme » doctrinaire est en réalité refusé par la majorité des militants, G. Mollet en tête, pour qui la lutte des classes reste toujours le maître mot40. Ainsi de 1944 à août 1946, le parti est ballotté entre deux stratégies contradictoires : créer un grand parti travailliste français ou faire revivre le Front populaire41. L’ombre portée du parti communiste incite les militants, sur le terrain, à souhaiter la seconde, langage de lutte et alliance à gauche semblent la seule voie possible aux yeux des secrétaires fédéraux qui traduisent l’état d’esprit des militants. Le malaise grandit donc entre la direction parisienne et « les fantassins » du parti ; il est tout à fait perceptible dans la correspondance entre Paris et les Fédérations. Ainsi pour l’Aveyron plusieurs exemples l’illustrent à merveille.

102Le 18 février 1946, la section de Villefranche adresse à D. Mayer une motion sans complaisance qui demande :

  1. des informations précises sur la suspension du Comité d’entente national et sur les motifs et la durée du retrait socialiste de la Délégation des gauches,
  2. Que les positions politiques soient discutées démocratiquement dans le parti et que l’unité d’action soit acceptée avec l’UDSR, refusée avec « la Jeune République », parti politique amorphe et hybride, développée avec le PC, et qu’un rapprochement soit complètement refusé avec le MRP,
  3. Que les projets financiers mettent l’accent sur « les contributions de Salut public » (nouvelles fortunes, bénéfices illicites, biens des traîtres) et qu’on révise le « monopole Hachette ».

103Le message est clair on souhaite une alliance et une politique de Front populaire.

104Enfin, le 12 septembre 1946, N. Espinasse lui-même fera part au nouveau secrétaire général G. Mollet d’une certaine amertume qu’il porte au fond de son cœur depuis longtemps : ouvrier mineur et secrétaire fédéral, plébiscité par 90 % des sections, il a toujours été placé en queue de liste par les instances nationales qui ont privilégié Ramadier, Pécourt et Briançon, intellectuels ou notables. A la veille des législatives de novembre il revendiquera donc auprès du nouveau secrétaire, jugé proche du monde ouvrier, sa juste place sur la liste car il « estime que cela est un honneur pour notre parti d’avoir à la tête des ouvriers ». Nous avons vu qu’il a toujours été le dernier de la liste ; militant, sans cesse sur la brèche, vivant chichement, on comprend aisément son amertume de lampiste et son espoir d’une réelle démocratisation du parti.

105C’est dans ce contexte général de malaise entre la base et le sommet, perceptible dans toutes les fédérations dont celle de l’Aveyron, que s’est préparé le 38e congrès national qui videra l’abcès en août 1946.

– Le 38e congrès ou la « révolte des fantassins »42
  • 42 D’après R. Quillot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 170.

106La préparation commence par un vote sur les statuts et notamment sur l’approbation ou le refus du maintien du mot communisme dans l’article 1er qui définit les principes du parti. On va donc droit au cœur du sujet ! L’Aveyron, qui dispose de 30 mandats, approuve le maintien à l’unanimité. Le ton est donné. Le socialisme est bien l’aspiration à un communisme final. Ramadier était délégué.

107Mais la grosse affaire du congrès fut la sanction du rapport moral présenté par la direction et l’adoption de la résolution proposée par G. Mollet pour changer de cap ; le recul électoral du 2 juin a traumatisé les militants. G. Mollet accuse la politique suivie, trop complaisante envers les partis bourgeois (dont le MRP), manquant d’énergie et d’audace dans la réalisation des réformes. Les citoyens se tournent vers le PCF. Il faut donc redresser doctrine, politique et tactique, s’ancrer nettement à gauche, s’unir sincèrement avec les communistes.

  • 43 Voir à ce sujet, les actes du colloque G. Mollet, de Lille.

108Aussi G. Mollet ce jeune professeur de quarante ans, résistant actif, s’oppose-t-il sèchement au patriarche L. Blum et à D. Mayer. Il déclare donner la primauté au militantisme et refuser le juste milieu ; « le parti d’abord » sera sa ligne de conduite jusqu’en 195643.

  • 44 Témoignages : D. Mayer, R. Verdier.

109Sur 30 mandats dont dispose la Fédération aveyronnaise 14 sont allés à l’abstention, 9 ont approuvé et 7 ont rejeté le rapport du secrétaire général D. Mayer ; c’est un vote qui traduit l’embarras. Par contre sur le plan national, le renversement de majorité est net, et G. Mollet remporte une belle victoire (il obtient 2 975 mandats, contre 1 365 à D. Mayer et 145 abstentions). Ramadier soutenait l’équipe Mayer-Blum et n’appréciait pas G. Mollet, trop dogmatique à ses yeux44 ; leurs rapports iront du reste en s’aggravant en 1947 ! Ce 38e congrès et le choix qu’il impliquait créèrent un malaise chez les socialistes aveyronnais tiraillés entre plusieurs sentiments contradictoires. Tout d’abord, la discussion sur la préparation provoqua des oppositions alors que tous les militants souhaitaient une unité profonde ; de ce fait les débats furent en somme « confidentiels ». Le journal « l’Aveyron libre » ne s’en fit pas vraiment l’écho : le 23 mars après le congrès fédéral, il exprime la volonté de cohésion et d’une action gouvernementale efficace ; en septembre R. Albouy rend compte du congrès national en ayant soin de préciser que si les discussions ont été vives, le vote s’est déroulé démocratiquement, il a entériné une volonté librement exprimée, à la différence de certains partis qui ont d’autres pratiques. Voilà pour les ricanements du monolithe communiste à l’égard de ce 38e congrès. L’attitude de N. Espinasse est particulièrement révélatrice et explique le vote embarrassé de sa Fédération. Il avait écrit à D. Mayer, à la veille du congrès, le 20 août, pour lui préciser qu’il n’appelle pas à voter contre son rapport moral. En effet, bien que partisan de certaines réformes à l’intérieur du parti telles que les préconise G. Mollet, il ne peut engager sa fédération « à voter contre le rapport moral à ce congrès national dans la situation difficile que traverse (notre) parti, à la veille des élections où l’on désignera au Parlement des députés pour cinq ans et surtout où nous aurons une bataille très dure à mener avec les autres partis » ; il espère que le congrès fédéral du 25 août « décidera de présenter une motion pour éviter ce casse-cou... la majorité de la Fédération votera le rapport moral ». Ainsi la fronde à l’intérieur du parti est mal vécue ; même si l’on approuve les propositions de G. Mollet, on se souvient des scissions et des querelles de tendances paralysantes.

  • 45 Compte rendu du 38e congrès national et B.I. La personnalité particulièrement agressive d’Edmond Gi (...)

110Si dans l’Aveyron, la crise est mal vécue du point de vue sentimental, pourrait-on dire, certaines théories de G. Mollet embarrassent aussi les militants. Au conseil national du 3 décembre 1946, la position de l’Aveyron tranche sur les autres, mais elle correspond à un vécu local et à la baisse très sensible de l’influence dans l’électorat, enregistrée aux deux élections législatives consécutives. L’ensemble de la Fédération s’abstient en effet sur la question de savoir si le parti socialiste soutiendrait un candidat communiste à la présidence du Conseil (c’est l’époque où M. Thorez la revendique). La majorité des socialistes a répondu oui car communistes et socialistes peuvent avoir la majorité à l’Assemblée mais le PCF occupe davantage de sièges que la SFIO ; si l’on applique la sacro-sainte règle républicaine pourtant si chère à Ramadier, le PCF serait en mesure de former le gouvernement. Si G. Mollet accepte d’aller jusqu’au bout de sa logique, dans l’Aveyron les socialistes ne le suivent pas sur ce terrain-là, la rivalité et la rancœur à l’encontre des communistes locaux sont trop fortes45.

111Au bout du compte, en 1946, la Fédération socialiste aveyronnaise est active mais sur la défensive ; elle vit mal le dynamisme et les succès des communistes qui ne cessent de lui damer des pions ; la rivalité sérieuse mais encore discrète, se transformera en guerre ouverte après 1947 quand sera consommée au niveau national, la rupture dont l’auteur apparaîtra comme étant Ramadier lui-même.

112Celui-ci est-il, en 1945-1946, le meilleur atout des socialistes aveyronnais ? Quelle place occupe-t-il à nouveau dans le parti ?

2) – Ramadier, un militant fidèle mais un élu du passé

113S’il est réintégré sans problème dans la famille socialiste, certains jeunes militants contestent cependant sa candidature quasi automatique aux élections législatives. Nous avons déjà mentionné l’amertume de N. Espinasse à ce sujet. Le témoignage de René Albouy (futur secrétaire fédéral) confirme cet état d’esprit, partagé par beaucoup de militants dont certains faisaient campagne contre lui à l’intérieur du parti, au nom de la rénovation : Ramadier était un homme du passé, il fallait faire place aux jeunes. Les militants pensaient aussi qu’un siège socialiste était assuré, qu’on pouvait donc pousser des hommes nouveaux, issus de la base prolétarienne. Espinasse par exemple, mineur, actif propagandiste, très bon orateur populaire, pouvait amener du sang neuf. Certains militants n’étaient pas loin de penser comme les communistes que Ramadier était un « naphtalinard ».

114Cependant bien qu’homme du passé, il est une personnalité non compromise, soutenue par la direction nationale et lui-même est prêt à reprendre du service car il apprécie ce métier de parlementaire. Ses fonctions ministérielles impressionnent même si elles ne sont pas toujours rentables électoralement. De plus, il a gardé de nombreux fidèles, il est l’homme de Decazeville et de son canton. Il est intéressant de noter aussi que, pour R. Albouy, la contestation de la candidature Ramadier était plus une question de personne et de circonstances que d’idées. En effet ni les articles, ni les lettres ne traduisent de profondes divergences entre Ramadier et les socialistes aveyronnais ; la crise de l’année 1946, nous l’avons vu, a été feutrée et Albouy confirme que jamais le débat ne fut violent entre les militants.

115Ainsi bon gré, mal gré, Ramadier est à nouveau l’élu socialiste de l’Aveyron. Il renoue avec son passé et reprend les mêmes chemins qu’avant 1940.

  • 46 Archives Mage et témoignages.
  • 47 OURS – correspondance avec les Fédérations. Cette expression confirme encore cette image un peu péj (...)

116Il n’occupe aucune place officielle dans l’appareil du parti : ni à la section de Decazeville ni à la Fédération ; mais c’est une autorité morale. Il participe régulièrement aux réunions et aux congrès départementaux ; il y donne son avis comme tous les autres militants46. En 1946 on peut considérer qu’il se trouve en minorité sur le vote du 38e congrès, puisqu’il n’a pu convaincre les abstentionnistes qui furent les plus nombreux ; mais ce n’est pas la première fois. La Fédération n’est donc pas inconditionnellement ramadiériste (elle l’aura été finalement rarement). C’est un élu sous surveillance : le 10 avril 1945, Espinasse signale à D. Mayer que Ramadier assiste à toutes les séances du congrès fédéral ; en septembre 1945, qu’il a pris position comme toute la Fédération pour des listes homogènes, lui qui « pourtant passe pour un combinard »47. Au printemps 1946, le congrès fédéral lui demande de cesser d’écrire dans un journal (« La Démocratie »).

117Mais il est toujours l’homme qui sait : c’est lui qui expose et commente la politique du parti, intérieure et extérieure, les projets de Constitution, la tactique électorale, les nationalisations, etc... C’est toujours un journaliste prolifique qui aborde les grands sujets nationaux et répond aux polémiques locales.

118C’est toujours un militant infatigable : en compagnie d’Espinasse ou de ses colistiers, il parcourt l’Aveyron, allant de villes en villages et de réunions en meetings. Le 7 et 8 janvier 1945, il préside deux grands meetings à Decazeville et Rodez, en compagnie de Vincent Auriol ; le 22 avril, encore un à Decazeville avec D. Mayer…

  • 48 OURS – correspondance...
  • 49 Témoignage R. Albouy.
  • 50 Témoignage de Colette Rabary, future secrétaire de Ramadier qui a elle-même écrit ce slogan sur les (...)

119Mais c’est un élu parfois encombrant : le ministère du Ravitaillement n’est pas un cadeau, quolibets et critiques fusent. Espinasse se lamente de cette publicité négative et appelle à grands cris le secours des leaders nationaux populaires ! En septembre 1945, après les élections cantonales où le secrétaire fédéral affrontait à Aubin le communiste Ginestet, il fait ainsi le compte rendu de sa campagne à D. Mayer : « J’avais devant moi un candidat ayant les qualités et un talent d’orateur des meilleurs du PC. Il a été aidé dans sa campagne par deux membres du Comité central et une déléguée de Paris. J’ai été moi, obligé de me faire aider par Ramadier, ministre du Ravitaillement (souligné dans la lettre)... Je tiens à te dire que leur campagne a été des plus calomnieuses et ils nous ont saboté trois réunions »48. Ramadier est un élu d’autant plus encombrant pour les militants qu’il n’est pas malléable et se refuse à toutes compromissions : pas la moindre aide personnelle, pas le moindre passe-droit ; dans ces années difficiles, il va répétant qu’il faut d’abord « se serrer la ceinture », reconstruire la France et ne fait aucune promesse mirifique49. Les anecdotes courent sur ses colères et ses refus d’accepter certains « présents » (sacs de pommes de terre, poulets...) de ses concitoyens par forcément mal intentionnés. Le 31 mars 1945, le journal communiste La Voix du Peuple rend compte d’une entrevue entre une délégation de femmes de l’UFF et Ramadier, chez lui, au sujet bien sûr... du ravitaillement ; il est, selon le journal, surpris par « cette intrusion féminine, chose inhabituelle aux coutumes de la IIIe République », et sa réponse est des plus évasives. Dans les rangs mêmes des jeunes socialistes, on clame à tue tête et on écrit sur les murs : « Les musulmans avec le Ramadan font jeûne quarante jours par an, et les Français avec Ramadier, le font toute l’année ! »50.

120Cependant, si la charge du Ravitaillement a provoqué sur le moment quelques critiques, la participation active du parlementaire aux nationalisations et au statut du mineur lui valent la reconnaissance des ouvriers du Bassin.

121Ramadier a donc, après la guerre, repris sa place en Aveyron, dans la Fédération socialiste qu’il ne domine pas mais dont les militants « roulent » tout de même pour lui lors des campagnes électorales et le respectent, un peu comme on le fait d’une vénérale institution, à cause de son passé, de ses responsabilités nationales, de sa grande compétence. Mais le terrain politique, qui semblait solide avant la guerre et en 1945 pour le socialisme aveyronnais, s’avère glissant dès 1946. Ramadier et les militants font front autour des thèmes rassembleurs découlant du passé récent : pour le Tripartisme et la République sociale dont la SFIO est le pivot.

  • 51 « L’Aveyron libre » 23 février 1946 – article de Ramadier.

122Toutes les campagnes électorales se sont déroulées selon ces objectifs, nous l’avons vu précédemment. Malgré les attaques communistes ou les grognements des citoyens toujours victimes de la pénurie, Ramadier soutient la participation au gouvernement et pour les mêmes raisons qu’en 1933 : gouverner est périlleux « mais un parti n’est pas fait pour lui-même. Sa fonction est de servir la nation surtout aux heures difficiles. Il ne peut refuser sans déserter »51 L’importance du parti communiste est grande, il faut donc lui faire une place, mais rien que sa place ; quant au MRP, il manifeste une volonté d’avancées sociales dans l’esprit du programme du CNR, c’est donc un partenaire acceptable.

  • 52 Archives Mage.

123Cependant, au plan local, cette alliance tripartite est loin d’aller d’elle-même, et chacun doit faire des efforts ! La SFIO est accusée de dériver à droite par les communistes parce qu’à Paris les dirigeants refusent un gouvernement socialo-communiste ; mais d’un autre côté les socialistes, et notamment les aveyronnais, sont toujours aussi intransigeants sur l’école et rappellent à plusieurs reprises leurs positions intangibles sur la laïcité : au congrès fédéral de mars 1946, une motion présentée par la section de Rodez est adoptée à l’unanimité52. Elle est sans concession : retour à la législation antérieure à Vichy et extension de la laïcité aux départements d’Alsace et de Lorraine.

124La large coalition démocratique issue de la Libération, admise par la SFIO malgré l’écueil qu’elle représente pour le parti, est-elle également souhaitée par les autres formations politiques et notamment dans l’Aveyron ?

3) – Le s autres partis politiques aveyronnais

  • 53 Avec 2 fiches des R. G. AN Fl CIII 1209 et AD 52J15.

125Nous ne disposons, pour parler d’eux, que de très peu d’informations ; les campagnes électorales et la presse sont les sources essentielles53

  • 54 AD 52J15. Rapport sur la situation politique du département.

126– Le Parti communiste, de loin le plus organisé, a tiré spectaculairement profit de la guerre. Il compte 2 500 adhérents, largement plus que la SFIO, et qui sont autant de militants sur la brèche54. Cependant six sections sont surtout actives, celle d’Aubin, Firmi, Cransac, Decazeville, Millau et Rodez. Le PC dispose d’une quinzaine de permanents et de deux organes de presse : La Voix du Peuple et La Renaissance du Peuple ; il a désormais des élus à tous les échelons : un parlementaire (De Boysson), un conseiller général (Ginestet), trois maires et 107 conseillers municipaux.

  • 55 La Voix du Peuple – 26/1/46.

127Les communistes mènent campagne pour un bloc des gauches dont le MRP serait exclu, et ne sont pas affectés en 1946 par le départ de De Gaulle qu’ils ont salué dans leur journal local d’un « Bon voyage De Gaulle »55. Cependant, ils déclarent ainsi jouer le jeu du désintéressement et du patriotisme en soutenant les gouvernements à direction non communiste alors qu’ils pourraient prétendre à un tel honneur. Ils demandent une épuration sans complaisance et des réformes radicales de structure : contrôle de l’État sur la vie économique pour lutter contre la pénurie, le marché noir et les trusts ; faire payer les riches et instituer le contrôle ouvrier sur les entreprises ; il faut en outre gagner la bataille de la production et en particulier celle du charbon.

128Ils tentent aussi de « plumer la volaille socialiste », en entretenant sur le plan local des polémiques exploitant la grogne due aux conditions de vie précaires. Ramadier est leur cible préférée et 4 000 voix socialistes vont se déplacer vers le PC entre octobre 1945 et juin 1946 ! C’est un beau succès. Le candidat communiste, simple mouche du coche avant la guerre, s’est mué en rival redoutable.

  • 56 Fl CIII 1209 (notons que N. Espinasse lui attribue 7 permanents).

129– Le MRP remporte des succès électoraux, mais n’a aucune activité structurée dans le département56 ; son quotidien « Le Pays » a une faible audience. L’attitude du clergé est primordiale ; méfiant au départ, il devient plus favorable en 1946 et les suffrages du MRP vont s’accroissant (voir schéma p. 296). Il touche les électeurs de la droite classique, si l’on se réfère à la géographie électorale traditionnelle.

  • 57 AD 52J27 – Profession de foi 21 juin 1946 et voir J.M. Mayeur : « Démocratie Chrétienne »– chapitre (...)
  • 58 Citons, sur le plan local, le cas de V. Martinez.

130En Aveyron, comme dans tout le pays, il prétend défendre les valeurs de la famille, de la propriété, de la liberté – en particulier religieuse – tout en aspirant à des réformes sociales pour atteindre une certaine justice : salaire minimum, réforme de l’entreprise « qui fera participer les travailleurs à la gestion et aux fruits de leurs efforts », liberté syndicale, sécurité sociale, retraite des vieux travailleurs ; bref, « s’opposant au collectivisme oppresseur et au capitalisme qui instaure la dictature de l’argent, le MRP veut mettre l’économie au service des besoins de l’homme »57. C’est donc un programme de démocratisation de la société qui peut en partie se réaliser avec les deux autres forces politiques de la coalition tripartite ; d’où l’engagement gouvernemental du MRP. Notons que le souhait sincère d’un catholicisme social conduira des militants après 197158. Mais en 1945-46, l’histoire et les dogmes entretiennent encore une grande méfiance entre socialistes et républicains populaires, sur le terrain local peut-être plus qu’à Paris. Ramadier vivra les deux situations.

131– Les autres partis aveyronnais ne soutiennent pas le tripartisme (signalons que l’UDSR ne s’implantera pas dans le département ; ses candidats ne sont apparus qu’aux élections cantonales de 1945 et à celles de 1951, où leur score fut dérisoire).

  • 59 AN F1CIII 1209.
  • 60 Il faudra attendre 1962 et Robert Fabre qui prendra la succession de Ramadier.

132Les radicaux sont en pleine décadence, ce qui inquiète Ramadier. Ils n’ont plus de journal, peu d’activité, changent leurs candidats à chaque élection législative. Ils critiquent le gouvernement « dont la faillite pourrait leur servir » selon l’estimation des RG59. Leur recul est le symbole de l’échec de la IIIe République et de ses grands leaders comme Herriot et Daladier. Ce sont les forces du passé. Toutefois, le radicalisme se maintient dans l’arrondissement de Villefranche-de-Rouergue où les liens personnels sont solides entre Ramadier et les notables locaux. Mais le scrutin proportionnel à listes bloquées ne favorise pas les cumuls de voix aussi facilement qu’un second tour. La confiance dans l’homme doit alors d’emblée l’emporter sur l’étiquette. Le parti radical n’a plus d’élu parlementaire dans l’Aveyron60.

  • 61 AD 52J15.

133La droite classique représentée par les Républicains indépendants ne fait pas de bruit mais jouit toujours d’une solide implantation (30 % des voix en moyenne) ; elle reste la première force politique du département et s’appuie sur l’Église et les campagnes. Fin 46, elle compte de nombreux élus : un député (E. Temple), un conseiller de la République (R. Bonnefous), dix conseillers généraux, 136 maires et 1 893 conseillers municipaux. La propagande se fait de bouche à oreille et par « Le Petit Aveyronnais », feuille confidentielle, distribuée par abonnement61.

134Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la volonté de démocratisation et de rénovation anime la majorité des Français et leurs représentants politiques. Jusqu’en 1947, PC, SFIO et MRP vont accomplir une œuvre commune et transcender des divergences réelles par volonté d’aboutir. Mais cette union ne résistera pas à certaines contingences... Voyons à présent l’œuvre commune et la participation de Ramadier.

Une œuvre commune sur fond de polémique

135Au Conseil municipal, au Conseil général, au Parlement, élus socialistes et communistes surtout, tout en œuvrant pour des réformes, marquent leur territoire respectif. C’est un peu l’ambiance qui régna entre les partis soutenant le Front populaire en 1936 : une confiance soupçonneuse !

A Decazeville, une vie municipale plus animée

136Pour la première fois depuis 1919, l’équipe municipale n’est pas entièrement ramadiériste puisqu’elle comprend six communistes. Les conseillers municipaux poursuivent la politique communale traditionnelle, mais les conseillers communistes transforment certaines séances publiques en tribune politique et cherchent querelle au maire qui se montre intransigeant. Des polémiques naissent, reprises ensuite par la presse partisane des deux bords.

  • 62 Délibérations du Conseil Municipal – année 1946.

137L’équipe municipale poursuit donc son œuvre62 :

  • amélioration des infrastructures,
  • souci de l’éducation et des jeunes (travaux dans les écoles, ouverture d’une nouvelle classe de première au collège de filles),
  • solidarité,
  • subventions à diverses associations.
  • 63 La Voix du Peuple, 9 février 1946.

138Le Conseil est unanime pour faire payer l’Allemagne vaincue : le 1er juillet, le Conseil vote un vœu pour que « le gouvernement exige réparation à l’Allemagne pour les vols et pillages opérés en France par les forces armées nazies... », en se faisant livrer rapidement du charbon de la Sarre, du bois de la Forêt noire, du bétail du Wurtemberg, des machines, etc... Cependant, si la plupart des séances sont calmes, la presse communiste dénonce tout de même les insuffisances de l’action municipale, introduisant ainsi le ver dans le fruit et donnant matière à dispute. Par exemple, les élus communistes ont demandé une maison de la Jeunesse pour laquelle Ramadier se montre réticent63. En juin, plusieurs articles de la Voix du Peuple dressent un tableau peu flatteur « des taudis » de Decazeville et de Villefranche, de l’état des rues et du ramassage des ordures. Et certaines séances du Conseil municipal sont particulièrement animées à la suite de passes d’armes entre le maire et P. Bessac notamment, le porte-parole des communistes. Deux points essentiels ont fait naître des polémiques au cours de l’été 46.

139– Le ravitaillement d’abord : la presse communiste dénonce depuis toujours l’inefficacité des ministres du Ravitaillement, dont Ramadier en son temps.

  • 64 20 juillet 1946

140– Ensuite l’opportunité d’un vœu présenté par les communistes, le 5 août 1946 discuté et repoussé par le Conseil. Il s’agit d’un vœu politique qui demande l’invalidation des élections de P. Reynaud « qui a fait appel à Pétain », de Frédéric-Dupont accusé d’intelligence avec l’ennemi et de Daladier « Le Munichois ». Dès juillet en effet, la polémique s’est déchaînée dans la presse : la « Voix du Peuple » traite Reynaud, Frédéric-Dupont et Daladier de fossoyeurs de la République. Ramadier à l’Assemblée a pris leur défense, accusant les communistes de rancunes et de rancœurs. « L’Aveyron Libre » précise que ces personnalités ont été élues régulièrement et que si un parti se donne le droit d’invalider les élus du suffrage universel, on est sur le chemin de la dictature64. Le journal socialiste rappelle encore que Ramadier a toujours eu la même attitude de respect du droit et de la souveraineté populaire : en 1939, il a été le seul député à défendre les élus communistes quand Daladier proposa leur déchéance. On constate donc que, pendant l’été 46 et entre deux consultations électorales, les escarmouches se multiplient entre les deux partis de gauche. Le PC, fort de sa victoire en juin, ne cesse de harceler la SFIO qui prépare le 38e congrès, de dénoncer son glissement à droite, sa méfiance envers lui et au contraire sa complaisance envers le MRP.

  • 65 Voir l’Aveyron Libre et la Voix du Peuple – 17 août 1946.

141La confusion est à son comble le 17 août, au cours d’une cérémonie unitaire commémorative de Jaurès, l’ancêtre commun ! Rachel Lempereur, militante socialiste de la Fédération du Nord, attaque l’URSS ce qui provoque la colère d’une partie de l’assistance, et Ramadier, qui préside la cérémonie, n’autorise pas la réponse d’un délégué CGT. S’ensuivra un échange de lettres entre les sections socialiste et communiste locales ! Les socialistes accusent l’élu Ginestet d’attaquer lui aussi sans arrêt Ramadier, même dans les fêtes unitaires65.

  • 66 La Voix du Peuple – 7 septembre 1946.

142A Decazeville donc, le couple socialo-communiste fonctionne tout en méfiance, les scènes de ménage sont fréquentes. Ramadier devient encore plus qu’avant-guerre la cible privilégiée car il symbolise les choix politiques du parti socialiste, et la propension de celui-ci, dit-on, à trahir la classe ouvrière en ménageant le centre droit. Les communistes jugent d’ailleurs que le 38e congrès socialiste est une montagne qui a accouché d’une souris car si les paroles sont de gauche, les actes, eux, sont de droite, l’alliance avec le MRP n’a pas été rejetée66.

Au Conseil Général, Ramadier symbolise l’union fragile et la nouvelle donne incertaine

143Le Conseil général nouvellement élu se réunit en octobre 1945 pour choisir son président et son bureau. Ramadier remporte la palme en raison de la position médiane qu’il occupe sur le nouvel échiquier départemental, mais aussi parce qu’il est ancien dans la fonction de conseiller. C’est une promotion inattendue, résultat du choc de la guerre qui a ébranlé les positions, solides pourtant, de la droite aveyronnaise et au contraire renforcé celles de la gauche.

  • 67 Celle d’un élu MRP d’après les rumeurs (les voix favorables à Ramadier furent donc : 1PC + 7SFIO +  (...)

144L’élection de Ramadier n’allait pas d’elle-même puisqu’à bien considérer les choses, on s’aperçoit que la droite conservait la majorité, le MRP et même l’UDSR étant plutôt dans sa mouvance. Mais l’air du temps a fait se porter sur Ramadier la confiance de certains élus MRP et UDSR ; la victoire fut courte, à une voix près67.

145Le nouveau président prononce un discours protocolaire dans lequel il rend hommage à Jean Moulin, préfet en 1939 et à Joseph Monsservin président de cette assemblée avant guerre.

  • 68 La Voix du Peuple, 27 octobre 1945.

146L’élu communiste Ginestet se lève seul, en hommage à Moulin et n’apprécie pas celui rendu à Monsservin, « réactionnaire notoire » qui s’était opposé à la venue du jeune préfet. La « Voix du Peuple » invite ses lecteurs à juger du comportement de Ramadier qui n’hésite pas à faire des compromissions68. Ginestet dénonce d’autre part l’anticommunisme du Conseil qui lui refuse une place dans le bureau. On peut donc prévoir sans risque que la polémique socialo-communiste va se poursuivre là comme ailleurs ; à Rodez comme dans le Bassin, Ramadier et son contradicteur officiel d’avant la guerre se retrouvent encore face à face ; l’histoire continue...

147Pendant que localement les institutions se remettent à fonctionner normalement, à Paris les parlementaires font redémarrer le pays ; avec une grande vigueur.

L’œuvre parlementaire : rénovation sociale et économique et réinstallation de la République

  • 69 G. Elgey : « La République des Illusions » p. 147.
  • 70 Voir « Vingtième siècle » n° 4 (octobre 1984) – article de Claire Andrieu p. 140 – à propos du coll (...)

148En 1945, la France est ruinée, tout est à reconstruire, la production industrielle équivaut à 38 % de celle de 1938, l’inflation galope, le marché noir sévit, les caisses de l’État sont vides. On compte sur l’aide américaine, moins généreuse que souhaitée. On est aux prises avec les problèmes internationaux (sort de l’Allemagne, colonies), les questions constitutionnelles, la pénurie générale, les plaintes de toutes sortes et de toutes parts. Alors que dans les ministères règne un certain désordre dû à l’inexpérience du nouveau personnel et à la complexité des temps, les parlementaires accomplissent une œuvre de transformation profonde de la société française dans un large consensus et en quelques mois. « Il n’est pas une catégorie de Français qui ne soit l’objet d’un texte législatif » constate G. Elgey69. En effet, le gouvernement provisoire d’abord, puis ses successeurs jusqu’en 1946, par ordonnances ou par lois modifient les structures économiques et mettent en place une législation sociale d’envergure. Depuis longtemps inscrites dans les programmes des partis de gauche, ces réformes figurèrent aussi dans celui du CNR et furent acceptées par tous les partis. Elles donnèrent cependant lieu parfois à de longues discussions parlementaires, mais un esprit surtout pragmatique caractérise leur élaboration, si bien qu’elles ne furent ensuite jamais vraiment remises en cause. Certaines, comme les nationalisations, furent critiquées en 1947-48 du fait des tensions politiques du moment mais ce n’est que depuis peu que leur principe est contesté70 .

149Nous ne ferons pas ici l’histoire de cette œuvre mais nous y inscrirons Ramadier qui y prit part largement.

1) – Ramadier, rapporteur du projet de nationalisation du gaz et de l’électricité

  • 71 G. Bouthillier : « La Nationalisation du gaz et de l’électricité en France » – FNSP Paris 1968 (Thè (...)

150Ramadier fut exactement « le rapporteur de la Commission de l’équipement national et de la production industrielle pour la nationalisation du gaz et de l’électricité ». Ce sujet a fait l’objet d’une thèse, soutenue en 1968 par G. Bouthillier, dont nous nous inspirerons largement71 et d’une réflexion de Ramadier lui-même sur l’histoire de l’électricité publiée récemment dans le Bulletin de l’électricité (N° 8, décembre 1986).

  • 72 G. Bouthillier : introduction.

151Les nationalisations constituent les plus importantes réformes de structure en 1945 ; elles ont un aspect quasi-révolutionnaire tant elles ont causé de frayeur à la droite et même au parti radical avant la guerre. Le Front populaire n’avait même pas osé les entreprendre ! Il s’était limité à contrôler la Banque de France, les industries d’armement et les chemins de fer. Elles sont « l’aboutissement d’une tradition née aux sources du socialisme et qui a puissamment alimenté l’histoire des idées politiques en France72. »

152Or en 1945, elles passent comme lettres à la poste ; c’est que l’esprit de la Résistance les intègre comme moyens de partager plus équitablement les richesses de tous ; d’autant plus que le capitalisme français sort plutôt compromis de la guerre (Renault). D’autre part, seul l’État semble capable de prendre en mains la tâche de relèvement et de modernisation du pays ; c’est un rôle nouveau qu’il s’attribue.

  • 73 Cité dans Trotignon : « La France au 20e siècle » T1, p. 305.
  • 74 Bulletin de l’électricité N° 8 – décembre 1986 p. 171.

153Mais que faut-il nationaliser et pourquoi ? André Philip, ministre de l’Économie nationale et des Finances affirme : « Une nation ne peut avoir en main la direction de toute sa politique économique que dans la mesure où, par les nationalisations, elle a vraiment à sa disposition, à la fois les moyens de transport, les moyens d’énergie, la banque et les compagnies d’assurances »73, donc l’État doit maîtriser les secteurs de base de l’économie. A Philip exprime là la pensée des socialistes, issue d’une longue tradition depuis le réformisme co-gestionnaire prôné par Jouhaux à la CGT dans les années 20, en passant par le planisme des années 30 dont A. Philip, J. Moch et Ramadier étaient des adeptes pendant que Léon Blum, au nom de l’orthodoxie, faisait des réserves, pour finalement conclure que « les nationalisations sont aux socialisations ce que l’exercice du pouvoir est à la conquête », c’est-à-dire que la propriété étatique ne saurait être le socialisme, mais une étape sur son chemin. En 1944 les socialistes partagent tous cette vision des choses et appellent à la nationalisation des grands secteurs économiques ; ce sont les principaux incitateurs de ces réformes au départ. En effet le parti communiste traitait les planistes et les sociaux-démocrates d’avant-guerre de révisionnistes ne s’attaquant pas à la racine du mal ; mais en 1944, il ne peut prendre le risque d’être débordé à gauche car l’idée des nationalisations s’avère populaire. Après tout, elles seront le moyen de frapper les traîtres, de confisquer les biens et de redresser l’économie, et comme le PCF est désormais un parti de gouvernement, elles pourront être pour lui une étape vers la prise du pouvoir. Ramadier perçoit fort bien la différence des points de vue quand il écrit à propos du programme communiste : « On trouve ici une perspective fort différente de celle qu’ouvraient les discussions gouvernementales. Il s’agissait de transférer à l’État les instruments nécessaires à la direction de l’économie et d’animer sa reconstruction. C’est un objectif négatif que propose au contraire le parti communiste, qui songe seulement à détruire la puissance des trusts »74.

154Le MRP fondé en novembre 1944 n’a pas de véritable doctrine économique ; certains membres proches des milieux d’affaires sont réticents, mais d’autres comme P.H. Teitgen, davantage préoccupés par les problèmes sociaux, soutiennent le courant nationalisateur, contre le capitalisme et les « 200 familles ». De Gaulle enfin, indécis jusqu’en décembre 1945, s’y ralliera au nom d’un idéal de compétence dans la gestion et de la nécessité pour l’État de disposer de leviers de commande pour redresser le pays. Le consensus est donc général même s’il n’exclut pas des arrière-pensées différentes chez les principaux décideurs.

155En quoi consiste donc la nationalisation d’un secteur économique ? C’est en fait une solution moyenne, un compromis entre l’étatisation chère aux soviétiques et au PC – mais dans le cadre d’une conquête politique du pouvoir – et la socialisation, idéal depuis le 19 e siècle du courant socialiste autogestionnaire – l’usine aux travailleurs. L’État est en somme le dépositaire d’une propriété, mais il n’en est pas le gestionnaire ; l’entreprise aura son autonomie financière, sa personnalité civile propre et sera soumise à la concurrence. L’État exercera un contrôle en participant au financement. La direction sera formée de représentants de l’État, du personnel et des usagers. Ce compromis a été rapidement trouvé et s’il y a eu discussions vives parfois, la volonté d’aboutir l’a emporté.

156Deux trains successifs de réquisitions puis de nationalisations se suivent. Le premier à l’automne et l’hiver 1944-46, accompli rapidement par le gouvernement provisoire procédant par ordonnances, parant au plus pressé, concerne les Houillères du Nord-Pas-de-Calais, Renault, Gnome et Rhône, Air France.

157Le second est réalisé au printemps 1946, par le gouvernement Gouin et l’Assemblée constituante ; il porte sur le crédit, les assurances et l’ensemble de l’énergie (sauf le pétrole). C’est à cette occasion et puisqu’il y a débat public à l’Assemblée, que les divergences de fond apparaissent, en particulier sur l’ampleur des nationalisations et sur le rôle de l’État lui-même. La fracture passe entre la gauche et la droite mais aussi entre le Parti communiste et les autres. Finalement, les lois sont votées et la formule donnera satisfaction pendant longtemps.

158Les discussions parlementaires portèrent d’abord, au début de l’année 1946, sur le projet de loi d’A. Philip, ministre de l’Économie nationale et des Finances, concernant le crédit et les banques. Si certaines banques (Paribas) échappent à la nationalisation, les pères du projet, les socialistes Pineau, Philip et Gazier, s’estiment satisfaits. Le travail parlementaire s’est poursuivi dans le consensus avec le sort des charbonnages : Marcel Paul, ministre communiste de la Production industrielle, dépose un projet de loi, le 27 mars qui est adopté le 17 mai. Il crée une direction nationale « Les Charbonnages de France », qui coordonne et rationnalise l’exploitation minière, il opère remembrement et décentralisation des Houillères de bassins avec gestion tripartite à tous les niveaux (usagers, fonctionnaires, employés) et indemnise les actionnaires. La communauté des mineurs est satisfaite de cette œuvre ; elle, qui a tant combattu pour se faire entendre des anciennes Compagnies propriétaires, est maintenant partie prenante de l’exploitation charbonnière. Un vieux rêve se réalise ; c’est l’aboutissement heureux d’une lutte séculaire, même si bientôt les effets pervers de la modernisation doivent se faire sentir (crise charbonnière à venir).

159Le débat parlementaire s’est considérablement animé lors de la discussion sur la nationalisation de l’électricité et du gaz, qui a débuté en février et qui se déroule parallèlement au précédent. On peut ici parler de polémique et de divergence idéologique. Il est vrai que le problème était plus complexe et qu’on pouvait s’avérer plus ou moins maximaliste.

160Le projet « minimum » était celui de la droite (J. Laniel) se faisant l’écho du patronat qui commence à reprendre du poil de la bête : se contenter d’une direction nationale confiée à un conseil ; mais ce projet est tout-à-fait minoritaire. Le projet « maximaliste » est soutenu par Marcel Paul qui veut nationaliser la production, le transport et la distribution ainsi que toutes les unités petites ou grandes productrices de gaz ou d’électricité.

161Une proposition plus souple et décentralisatrice est ardemment défendue par le rapporteur de la Commission parlementaire de l’équipement national et de la production, Paul Ramadier. Un véritable duel s’engage entre le ministre communiste et le parlementaire socialiste ; ce fut le débat le plus long et le plus houleux portant sur une nationalisation.

  • 75 Voir pour le détail des péripéties : G. Bouthillier… p. 214…
  • 76 G. Bouthillier, chapitre : les acteurs.
  • 77 « L’Aveyron Libre » – 23 mars 1946.

162La Commission parlementaire a tenu vingt séances de travail représentant soixante heures d’études ; le texte de Marcel Paul est rejeté mais le contre-projet de Ramadier n’est pas adopté non plus ; pour sortir de l’impasse une commission de conciliation est créée le 6 mars, qui va rédiger un texte transactionnel adopté enfin le 28 mars75. Le conflit fut aigu car il opposait deux fortes personnalités animées d’objectifs différents. G. Bouthillier écrit que le rôle de M. Paul fut décisif mais que, sous l’impulsion de son rapporter Paul Ramadier, la Commission parlementaire compétente a atténué le caractère spoliateur du texte ministériel et lui a apporté des éléments de décentralisation76. Les deux duellistes connaissent bien la question : Marcel Paul a été secrétaire général de la Fédération nationale de l’Éclairage et des Forces motrices, il est conseiller municipal et conseiller général communiste à Paris ; il a l’appui de la CGT et le feu vers du Parti communiste ; il s’acharne à faire voter son texte. Paul Ramadier a été sous-secrétaire d’État à l’Énergie au moment du Front populaire, à ce titre il a déjà œuvré pour la modernisation et l’extension du réseau électrique français, il est conseillé par son ancien directeur de cabinet Roger Gaspard devenu directeur de l’Électricité, par Robert Lacoste, ancien ministre de la Production industrielle, planiste et cégétiste. Le contre-projet de Ramadier devient celui du parti socialiste et dès lors la bataille socialo-communiste atteint parfois une grande violence. A la Commission d’abord, dans la presse et à l’Assemblée enfin ; les flèches pleuvent contre Ramadier traité sans cesse d’agent des trusts, et comme toujours de socialiste mou. Il se défend pied à pied, mais les attaques sont telles qu’il se sent obligé de demander à la Commission de le reconfirmer ou non dans ses fonctions de rapporteur. La Commission lui renouvelle sa confiance et blâme les calomniateurs ; on dit même que Marcel Paul l’aurait invité à déjeuner en guise de réparation !77.

  • 78 Cité par R. Quilliot : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p. 122.
  • 79 Selon Mr Fontanier, collaborateur de Ramadier, E. Herriot lui fut reconnaissant de la non-nationali (...)

163Dans quel esprit Ramadier s’est-il donc battu ? Il juge nécessaire la nationalisation car « l’industrie électrique est condamnée à se concentrer » ainsi, plutôt qu’un trust privé, pourquoi pas l’État ? D’autant plus que « les besoins augmentent plus vite que les possibilités de l’industrie privée... Il faut y suppléer par un crédit plus large, celui de la Nation, par des initiatives de la collectivité nationale »78. La nationalisation est donc le moyen de faire face immédiatement et de prévoir l’avenir. Mais la concentration financière ne doit pas s’accompagner forcément de la concentration administrative et technique, c’est-à-dire que l’étatisation et le gigantisme bureaucratique ne sont pas souhaitables. On retrouve ici la tradition socialiste décentralisatrice chère à A. Thomas, Renaudel, au professeur E. Milhaud. Ramadier voulait limiter l’étendue de la nationalisation aux grands groupes producteurs et laisser subsister certaines unités ayant leur justification économique (régies municipales et départementales, CNR), quant à la distribution, il demandait une grande souplesse pour mieux répondre aux besoins locaux et pour laisser l’initiative aux communes et aux syndicats intercommunaux79. Mais Marcel Paul voulait rationaliser tout le système donc l’uniformiser et le centraliser.

164Le texte de compromis prévoit les dispositions suivantes :

  • électricité et gaz forment deux services distincts, EDF-GDF, sous l’autorité du ministre de l’Industrie,
  • la Compagnie nationale du Rhône, les centrales des houillères, de la SNCF et de la sidérurgie sont exclues de la nationalisation,
  • EDF et GDF auront chacun deux sortes de services : un service national assurant production et transport, des services régionaux pour la distribution,
  • EDF-GDF sont autonomes financièrement. Les conseils d’administration sont tripartites (État-usagers-personnel) ; l’État nomme les directeurs généraux,
  • les actionnaires sont indemnisés.

165Si cette nationalisation a soulevé de vives discussions et si sa mise en œuvre a nécessité de nombreux accommodements, les résultats en sont positifs ; les deux sociétés ont fait face à une demande croissante d’énergie et ont contenté les usagers.

  • 80 Voir P. Bauchet : « L’évolution à long terme de la nationalisation en France »– Revue 20e siècle n° (...)

166L’objectif de la nationalisation était double : économique certes d’abord (produire plus) mais aussi social (changer les rapports dans l’entreprise, améliorer la condition ouvrière, protéger les consommateurs). Une certaine souplesse caractérisait à l’origine la structure de l’édifice qui pouvait évoluer vers la socialisation véritable, objectif terminal pour le socialisme, souhaitée aussi bien par Léon Blum que par Ramadier, adepte de la coopération. Mais la volonté politique du ministère des Finances surtout, soucieux de l’équilibre financier, ajoutée à la force des habitudes et au glissement à droite des gouvernements de la IVe République feront ensuite pencher la balance vers l’étatisme plutôt que vers la socialisation80. L’État-Patron ne modifiera pas la condition du salarié même s’il lui a accordé des moyens d’expression (comité d’entreprise).

167Notons enfin qu’à propos du débat sur le gaz et l’électricité la stature de Ramadier se renforce dans la classe politique et qu’il apparaît aux yeux des communistes comme un homme têtu et rejetant les solutions extrêmes, tandis que pour les républicains populaires, il est justement le contraire d’un extrémiste. Ramadier donc, l’homme des compromis, du réalisme, des voies moyennes ?

168Ramadier s’est aussi chargé du statut de la coopération dont il était un des spécialistes reconnus ; et sa proposition de loi déposée le 2 août 1946 sera votée le 10 septembre 1947. Après des décennies de lutte, les coopératives seront enfin inscrites dans un cadre juridique propre qui subsiste toujours.

169Il n’a pas participé directement à l’œuvre sociale qui s’accomplit aussi à ce moment là, mais qu’il approuve bien entendu. Sous l’impulsion du ministre communiste du Travail et de la Sécurité sociale, Ambroise Croizat, la protection sociale est organisée (S.S., allocations aux vieux, à l’enfance et aux familles nombreuses), une législation en faveur des salariés est élaborée comme jamais envisagée auparavant : salaire minimum vital, durée du travail (40 h), conventions collectives à nouveau reconnues, droit au travail, protection du travailleur (inspecteurs, délégués du personnel, liberté syndicale, droit de grève inscrit dans la Constitution, comité d’entreprise...).

170La législation sociale ajoutée à la nationalisation des houillères fait que le mineur va jouir d’un statut particulier. C’est une catégorie choyée parce que symbole de la classe ouvrière et d’un secteur clé de l’économie ; la bataille du charbon est lancée depuis 1944. Ce statut renforce les droits du personnel, favorise primes, congés spéciaux, apprentissage, octroi de bourses, etc... Ramadier est donc toujours associé à une œuvre de progrès social. Mais force est de constater que les ministres communistes ont attaché leur nom et leur pugnacité à des réformes importantes, d’où le succès du PCF justement en 1946, dans l’électorat ouvrier, au détriment de la SFIO.

171Pour coordonner les actions de l’État, désormais responsable de plusieurs secteurs économiques, et aussi pour rationaliser les choix en fonction des ressources nationales ou américaines, la nécessité du Plan va peu à peu s’imposer à tous. C’est Jean Monnet qui défriche en 1946 ces sentiers inconnus mais déjà imaginés dans les années 30. Les graines semées alors un peu vainement se sont mises à germer. Ainsi, dix ans après le Front populaire, « l’esprit des années 30 » a cheminé et les interrogations d’alors ont trouvé leurs réponses. Jeunes Turcs, néosocialistes, planistes étaient donc dans la bonne voie mais un peu en avance sur leur temps. De plus, la social-démocratie n’est plus un sujet tabou pour les socialistes français. En somme la guerre a fait sauter des bouchons, précipité l’histoire. Ramadier et quelques autres responsables politiques prouvent qu’en 1946 on pouvait aussi faire du neuf avec des hommes d’expérience, tout en restant fidèle à une ligne de conduite politique fondamentale.

2) – Ramadier, un des pères fondateurs de la IVe République

  • 81 J. Lassaigne : « Constitution de la République française 27 octobre 1946 et lois organiques », Sire (...)

172Après le rejet du projet constitutionnel élaboré par la première Constituante, la seconde, élue le 2 juin 1946 se met rapidement au travail. Dès le 19 juin, la commission parlementaire est mise en place ; Ramadier y siège en tant que porte-parole du groupe socialiste. Notre source principale pour connaître son action personnelle sera, outre la presse (surtout le Populaire), le compte-rendu analytique des séances de la commission et les débats parlementaires dont Jean Lassaigne a tiré l’essentiel dans un livre81.

  • 82 M. Duverger : « Les institutions politiques » Livre II, p. 466.

173La commission, élue proportionnellement à l’importance des groupes, comprend : 12 membres appartenant au MRP, 14 au PC, 9 à la SFIO, 3 au PRL, 2 au parti radical, 2 à l’UDSR, 2 au R.I. et 1 à l’UDMA. Le bureau, présidé par A. Philip, et le rapporteur général Paul Coste-Floret (MRP) organisent les discussions à partir du projet rejeté, en l’amendant sur trois points82 :

  • accroissement des prérogatives de la seconde assemblée (qui participera à l’élection du Président de la République),
  • augmentation des pouvoirs du Président de la République (qui participera au choix du président du Conseil),
  • transformation des dispositions relatives au statut de l’Union française.

174Les parlementaires socialistes s’efforcent de concilier les extrêmes, c’est-à-dire les positions du PCF qui s’en tient au projet rejeté, et celles du MRP et de la droite qui s’efforcent de promouvoir un régime parlementaire « orthodoxe », de type IIIe République. Enfin le 2 août, les travaux de la commission se terminent par un accord précaire : 22 membres approuvent le projet, 20 s’abstiennent (PC, PRL, UDSR, RI, radicaux, UDMA) ; autrement dit c’est un projet SFIO-MRP.

  • 83 J. Lassaigne p. 9.

175Les débats parlementaires commencèrent ensuite le 21 août. Le rapporteur de la commission définit le but de cette nouvelle Constitution : réaliser la démocratie politique, économique et sociale, ne proposer ni un régime présidentiel, ni des partis, ni d’assemblée, condamné en mai par les Français83. Les points de discussion les plus vifs portèrent sur l’Union française, le Conseil de la République, le Président de la République, la procédure de dissolution de l’Assemblée et de révision de la Constitution. Le président de l’Assemblée, Vincent Auriol, réunit le 31 août les présidents des groupes parlementaires pour les pousser à déboucher sur un accord sous peine, craint-il, que le nouveau régime naisse faible, or il est nécessaire qu’il s’affirme face aux condamnations du général de Gaulle qui seront renouvelées à Épinal le 22 septembre.

  • 84 Il s’exprime dans « Le Populaire » ; ou bien celui-ci rapporte ses propos à la commission ou à l’As (...)
  • 85 Le Populaire du 7 septembre 1946.
  • 86 Le Populaire du 9 septembre 1946.

176Quelles furent donc les interventions personnelles de Ramadier représentant le groupe socialiste ?84. Épaulant son ami Vincent Auriol, il déclare le 6 septembre qu’« il (nous) faut au plus tôt des institutions définitives », qu’une crise de régime serait grave, qu’il faut arriver à un accord et faire des concessions comme les a faites le parti socialiste85. Il fustige un rassemblement radicalogaulliste qu’il qualifie d’« adhésion des droites au rassemblement des gauches »86. En commission et sur le fond, Ramadier est souvent intervenu sur les trois points litigieux :

– La nature du Conseil de la République

177L’article 6 organisant l’élection des Conseillers de la République a fait l’objet de longues discussions et de polémiques. La question essentielle était de savoir quel rôle devait jouer la seconde Chambre. Les radicaux notamment et leur porte-parole Paul Bastid, ami de Ramadier, juriste comme lui, veulent reconstituer l’ancien Sénat, cette Chambre d’agriculture que Ramadier n’a cessé de dénoncer dès avant la guerre. Au nom de la SFIO, il définit clairement sa place : « La Chambre de réflexion pour remplir son rôle doit avoir des racines plus profondes dans le pays, en exprimer les tendances permanentes tandis que l’Assemblée, entraînée par les courants superficiels, troublée par les événements et les passions, doit rester sensible aux souffles légers qui passent. C’est parce que le Conseil représente le permanent que son rôle est de mettre en garde, c’est parce que l’Assemblée accueille les mouvements et met en jeu les forces vivantes qu’elle doit avoir le dernier mot ». Il ne faut pas reconstituer l’ancien Sénat qui a paralysée la République – on se souvient de ses réflexions pendant la guerre. Le Conseil de la République doit être « une Chambre de réflexion mais non de résistance à l’Assemblée nationale ». C’est pourquoi le mode d’élection est important ; Paul Bastid propose le suffrage indirect par les représentants des collectivités locales, qui favorise l’élection des notables radicaux. Ramadier propose l’élection « dans le cadre de la commune, du canton, du département ou des territoires d’Outre-mer », formule qui permettrait à une loi électorale ultérieure d’élargir le suffrage. Pour sortir de l’impasse, car entêtement il y a, il propose que la Constitution ne se prononce pas sur le mode d’élection précis qui pourrait changer pour s’adapter à l’évolution sociale, sans remettre en cause le régime. On reconnaît là l’esprit pragmatique et conciliateur du parlementaire qui cherche à avancer coûte que coûte parce que c’est nécessaire. Certains qualifieront cette attitude de manœuvrière ; à chacun d’apprécier !

  • 87 J. Chapsal : « La vie politique en France en 1940 à 1958 » p. 188 et J. Lassaigne p. 81

178Le 27 septembre 1946, les thèses socialistes l’emportent finalement : une loi électorale définit un système complexe mais qui assure une égalité de représentation entre les différentes catégories de la population : outre des membres de droit (députés, conseillers généraux), de grands électeurs élus par canton au suffrage universel et à la proportionnelle composent le collège électoral et en forment l’essentiel87. Ramadier, fervent partisan du régime parlementaire désire en éliminer les archaïsmes qui conduisent à des blocages ; tirant des leçons du passé sur lequel il a beaucoup médité, il souhaite améliorer le fonctionnement du régime républicain qui doit rester la base des institutions (on sait que la loi du 23 septembre 1948 rétablira le vieux système sénatorial, privilégiant la représentation des campagnes).

– Les pouvoirs du Président de la République

  • 88 Dans J. Lassaigne p. 36.

179La gauche et les radicaux souhaitaient un président inaugurant surtout les chrysanthèmes ! De ce fait deux articles proposés par le MRP vont soulever quelques passions. L’article 38 prévoit le contreseing des actes du Président de la République par le Conseil des ministres et par un ministre, donc le président est sous surveillance ; mais l’article 36 lui donnerait le droit de demander à l’Assemblée une seconde lecture d’une loi votée, ce qui ne pourrait lui être refusé. Communistes et socialistes parlent alors de véritable droit de veto suspensif, de droit régalien contraire au régime parlementaire (Pierre Cot). C’est déjà le rôle du Conseil de la République de demander une seconde lecture. Les échanges sont vifs en commission, mais Ramadier sourit dans sa barbe et déclare avec un humour de juriste : « j’admire les réserves de passion qui peuvent exister chez les uns et les autres. Louis XVI ? Sans doute, mais contresigné par Robespierre. Louis XVI ne voudra pas de Robespierre mais Robespierre ne voudra pas de Louis XVI. Alors il est assez vraisemblable que ce droit respectable et archaïque restera, comme pendant cinquante années de la IIIe République, au magasin des accessoires. Croyez-vous que la Constitution puisse être en jeu pour un accessoire ? »... Cela vaut-il la peine d’inscrire une disposition qui ne pourra jamais s’utiliser, bonne pour « un muséum de la paléontologie constitutionnelle ? »88. Cependant l’amendement proposé par P. Cot visant à supprimer cette disposition est rejeté le 13 septembre par l’Assemblée. Mais Ramadier estime ce point secondaire ; il l’est effectivement dans la mesure où l’article 38 neutralise en fait l’article 36.

– Le statut de l’Union française

  • 89 J. Lassaigne p. 15.

180Les discussions ont porté sur la dose de libéralisme à y introduire. Avec Pierre Cot, Ramadier a imposé dans le préambule de la Constitution la formule : « Le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance possède des droits inaliénables et sacrés », ceci surtout en direction des peuples d’Outre-mer89.

  • 90 J. Lassaigne p. 47.

181L’article 62 stipule que l’Union française sera défendue par la mise en commun de tous les moyens. Ferhat Abbas, le député algérien, invoquant 1940 et la révolte salutaire de certains territoires, a jugé en commission ce texte trop draconien. Ramadier a remarqué : « Il y a certes des révoltes héroïques, mais il est difficile de fonder une Constitution sur la révolte » ; Coste-Floret a jugé que « la France reçoit en échange de ce qu’elle donne »90.

  • 91 Idem p. 50.

182Ramadier a participé avec P. Cot et de Tinguy à la rédaction d’un amendement à l’article 72, concernant le pouvoir législatif dans les territoires d’Outre-mer91 : il appartient au Parlement en ce qui concerne la législation criminelle, le régime des libertés publiques et l’organisation politique et administrative. En toutes autres matières, la loi française n’est applicable que par dispositions expresses ou si elle a été étendue par décret après avis de l’Assemblée de l’Union. Cet amendement fut adopté sans discussion.

  • 92 M. Duverger : « les Institutions politiques » p. 473.
  • 93 Cité par G. Elgey : « La République des illusions » p. 228.
  • 94 Cité par A. Grosser : « La IVe République et sa politique extérieure » p. 249- 251.

183On connaît l’importance de la question coloniale sur laquelle le régime achoppera ; pourtant Maurice Duverger, par exemple, juge que les organes de l’Union française étaient originaux et qu’ils témoignaient d’un effort pour accroître la représentation des peuples d’Outre-Mer, cependant l’Assemblée de l’Union, qui lui semble intelligemment composée, n’a pas vraiment de pouvoir, on ne lui accorde qu’un rôle consultatif92. Alfred Grosser, quant à lui, relève avec minutie de grandes contradictions dans le texte. « Un article, écrit-il, présente l’Union française comme une fédération déjà réalisée et fondée sur le principe de l’égalité entre les nations et les peuples. L’autre donne comme acquise et justifiée la domination de la France sur les autres peuples. Pour tout compliquer, le troisième alinéa exprimant d’abord l’inégalité entre les collectivités, s’achève par l’affirmation de l’égalité entre les individus93 ». C’est que le problème de fond n’est pas tranché clairement, or il a été exprimé par Léopold Senghor en 1943 : « Il faut transcender la fausse antinomie « association ou assimilation » et dire « assimilation et association », ce qui suppose une organisation fédérale véritable. « Mais la pensée politique française a toujours été dominée par l’idée unitaire et centralisatrice »94. Or dans ce cas les conséquences d’une assimilation font peur, et paraissent donc inacceptables. Ainsi faute d’avoir relevé ces contradictions fondamentales – qui n’étaient peut-être pas aussi perceptibles en 1946 qu’aujourd’hui – Ramadier et ses collègues définissent un statut de l’Union française qui ne permettra pas de faire face à l’évolution historique.

184Enfin notons que les Constituants ont innové en créant des organes secondaires plus ou moins inédits : Comité constitutionnel, père du Conseil constitutionnel actuel, aux pouvoirs limités ; Conseil économique reprenant le Conseil national économique de 1925, institution chère aux planistes et syndicalistes des années 20 ; enfin Conseil supérieur de la magistrature garantissant davantage l’indépendance des magistrats.

  • 95 A. Siegfried : « De la IIIe à la IVe République » p. 149.
  • 96 Selon J. Fauvet : « La IVe République ».

185Ainsi les pères fondateurs de la IVe République et particulièrement les socialistes puisqu’on position médiane entre les thèses extrêmes du Parti communiste d’un côté, du général de Gaulle de l’autre, ont réalisé un compromis institutionnel. Cette Constitution où le pouvoir prédominant revient à l’Assemblée est sans nul doute conforme aux conceptions républicaines de Ramadier ; certaines faiblesses de la précédente ont été, pense-t-il, corrigées (poids du Sénat diminué, mais aussi moins grande facilité de dissolution de l’Assemblée). « Ce n’était pas, juge André Siegfried, le régime d’assemblée sans président de la République qu’avaient voulu les communistes, mais ce restait en somme un régime d’assemblée »95. Ainsi les parlementaires de 1946 dont un certain nombre l’étaient déjà avant 1940 assurent la continuité républicaine et il va revenir à deux d’entre eux, Vincent Auriol et Paul Ramadier, de procéder à l’inauguration de cette IVe République ! Mais, « fruit d’une transaction, le nouveau régime l’était aussi d’une illusion96 », celle d’un assez large consensus de gouvernement, issu de la guerre et qui se poursuivrait longtemps, consensus que Ramadier n’a cessé d’appeler de ses vœux tout au long de sa carrière.

186De 1944 à 46, les hommes politiques français au pouvoir ont fait incontestablement œuvre de rénovation économique et sociale mais de restauration politique seulement comme le proche avenir le montrera rapidement.

La présidence du Conseil : consécration politique et restauration de la République parlementaire (1947)

  • 97 Ramadier était garde des Sceaux dans le gouvernement Blun qui pensait à lui comme possible successe (...)

187Le 17 janvier 1947, le président de la République Vincent Auriol, élu lui-même la veille, choisit son ami Paul Ramadier pour assumer la présidence du Conseil97. Notre propos sera ici de suivre le chef du gouvernement au cours de cette « année terrible », d’en cerner la personnalité et d’expliquer les choix fondamentaux qu’il sera conduit à opérer. En 1947, Ramadier, qui a toujours souhaité pour son parti la participation « civique » au gouvernement du pays, est cette fois mis lui-même au pied du mur. Lui qui a toujours su mesurer le poids des contingences se trouvera rapidement au centre d’un tourbillon de forces centripètes et contradictoires auquel il essaiera de survivre en sauvegardant l’essentiel, la démocratie parlementaire et une certaine idée du socialisme. Et Ramadier président du Conseil restera fidèle à lui-même.

Le Président du Conseil

  • 98 J. Fauvet : « La IVe République » p. 128.

188En ce début d’année 1947 où la IVe République se met enfin en place, les quatre premiers personnages de l’État sont tous des anciens parlementaires de la IIIe République (Vincent Auriol et Paul Ramadier ont la responsabilité de l’exécutif, Edouard Herriot et Auguste Champetier de Ribes président les Assemblées). « Qui l’eût cru le 10 juillet 1940 à Vichy et plus encore le 25 août 1944, le jour où De Gaulle réinstallait l’État à Paris ? », s’étonne à juste titre J. Fauvet98. A travers l’itinéraire personnel de Ramadier, nous en avons donné l’explication.

Vincent Auriol choisit un ami sûr et compétent

  • 99 Journal du septennat – 17 janvier 1947.
  • 100 CD (comité directeur), séance du 22 janvier 1947 – OURS.
  • 101 Témoignage, R. Verdier 28 juin 1985.
  • 102 Témoignage, P.H. Teitgen.
  • 103 Journal... 17 janvier.
  • 104 A. Boulloche dans la revue « Terre et hommes du Rouergue » 1969 p. 8.

189Le Journal du Septennat de V. Auriol et les témoignages d’anciens collaborateurs du président du Conseil permettent d’affirmer que le président de la République fit avant tout un choix personnel. Le 17 janvier, Auriol commence ses consultations qui lui assurent que le tripartisme peut être reconduit et que la SFIO doit en être la clé de voûte. Rapidement alors, il appelle son ami de jeunesse et compagnon de route. « Disciples de Jaurès, nous militions dans les Jeunesses socialistes puis le Parti socialiste où s’épanouit notre vie. Il sait tout. Plusieurs fois ministre aux postes les plus officiels, il a acquis une grande expérience... Il déborde d’humanité. Des socialistes, après Léon Blum, il est incontestablement le meilleur »99. Donc l’amitié ancienne, l’expérience gouvernementale passée et les convictions sincères déterminent Auriol dans son choix. Il n’a pas consulté Guy Mollet, le jeune secrétaire général de la SFIO qui en est ulcéré : « Je n’ai pas été au courant du tout, le choix de Ramadier a été fait en dehors du Secrétariat général qui n’a pas été tenu au courant non plus du contenu de la déclaration ministérielle »100. Robert Verdier confirme que la désignation de Ramadier fut sans doute le résultat d’une concertation entre Auriol et Blum ; il s’agissait de garder la présidence du Conseil, or Félix Gouin qui l’avait déjà assumée en 1946 était usé ; Léon Blum, bien vieux, n’avait accepté la formation d’un cabinet homogène que provisoirement (13 décembre 1946-16 janvier 1947) ; G. Mollet était trop jeune, les hommes d’expérience manquaient à la SFIO où l’épuration avait été sévère101. Cependant ce choix personnel d’Auriol est aussi révélateur du rôle qu’il entend jouer lui-même dans le nouveau régime, et des rapports conflictuels qui règnent à la SFIO entre la nouvelle équipe dirigeante, issue du congrès de l’été 1946 autour de G. Mollet, et l’ancienne autour de Blum, Mayer, Auriol. C’est une affaire de générations et d’expérience politique ; de ce fait on peut déjà prévoir quelques difficultés entre ce gouvernement et la direction du parti socialiste. Mais V. Auriol n’a pas non plus consulté les autres partis, en particulier le MRP dont la plupart des dirigeants approuvent son choix102. Le 17 janvier à 18 heures, Ramadier se présente donc devant son ami Vincent Auriol : « Non (me) répond-il doucement. Je ne peux être président du Conseil. Je n’en ai pas les qualités. – Tu les as toutes : fermeté de caractère, puissance de travail, capacité d’assimilation, science et expérience, et tu as l’estime de tous ». Pourtant, Auriol se permet une restriction : « Tu es un peu lent, mais comme moi je vais partir trop vite, tu viendras me voir, nous ferons une bonne moyenne »103. Ramadier accepte donc. Tous les témoignages s’accordent à reconnaître qu’il ne recherchait pas les postes ministériels et qu’il se tenait loin des marchandages politiques. Retenons celui d’André Boulloche, qui sera son directeur de Cabinet et son ami, et qui les résume bien : « Pour lui le service de la République était quelque chose qui passait au-dessus de tout... Et il mettait à ce service de la République une extraordinaire autonomie de jugement. Il était d’ailleurs l’homme des crises. Lorsque les choses allaient mal, on venait le voir. Lorsque ça allait bien, on se détournait assez facilement de lui »104. Cette qualité de Cincinnatus français, qu’il n’est du reste pas le seul à incarner (A. Pinay aussi un peu plus tard), est largement reconnue par la classe politique et la presse qui dans son ensemble l’encense en ce début d’année.

  • 105 A. Stibio, « l’Ordre », du 18/1/47.

190« L’Aurore » du 21 janvier n’hésite pas à le caricaturer en sénateur menant ses consultations dans un camp romain. « L’Ordre » se félicite du choix de Ramadier, qui apparaît le plus capable bien qu’il ne fasse rien pour soigner sa popularité ; il « possède les vertus moyennes et sages propres à inspirer la confiance105 ». Le 21, jour de l’investiture, « La Croix » estime que le Palais Bourbon a connu une journée « dont il gardera le meilleur souvenir. Car ce fut un spectacle de qualité que celui de Monsieur Ramadier remontant isolément d’un pas égal, lourd, sûr, comme un paysan en route vers son pré le plus élevé de la montagne, des bas-fonds d’impopularité où il s’était laissé jeter non sans courage par l’acceptation du ministère du Ravitaillement ».

191Compétence, sagesse, désintéressement sont les qualités qu’on reconnaît volontiers au premier président du Conseil de la IVe République, dont la nomination a pourtant surpris puisqu’il n’était pas jusque-là un personnage de premier plan ; mais le trouvant finalement plutôt sympathique, l’opinion publique lui accorde un grand crédit de confiance, tant elle attend une amélioration du quotidien, deux ans après la fin de la guerre et tant elle croit encore à la coalition gouvernementale issue de la Libération. Il ne fera pas bon la décevoir !...

192Investi à l’unanimité le 21 janvier par l’Assemblée, Ramadier s’entoure d’une équipe de collaborateurs proches qui forment son cabinet particulier.

Un président du Conseil travailleur et peu cérémonieux

  • 106 AD 52J66.

193La présidence du Conseil a été pour lui l’occasion de réfléchir sur le fonctionnement des services gouvernementaux. En deux pages dactylographiées, il fait part de ses conclusions106.

194« Un ministre est d’abord membre du Conseil des ministres, autorité collégiale qui exerce la fonction gouvernementale » ; il doit donc avant tout transmettre sur « la partie de l’activité de la nation qui s’y rattache ». « La fonction gouvernementale ne doit pas être morcelée : chaque ministre n’est pas propriétaire de son département ministériel ». Donc à l’évidence, une solidarité sans faille doit être le point de départ de toute action gouvernementale. Par ailleurs, ces quelques lignes sembleraient suggérer un certain autoritarisme du président du Conseil mais il n’en est rien ; D. Mayer insiste au contraire sur le fait que Ramadier laissait à ses ministres une grande initiative et une liberté d’action dans leur domaine propre, mais que les contacts directs et personnels étaient fréquents par l’intermédiaire du téléphone interministériel, ou mieux lors de courtes entrevues à toute heure du jour... et de la nuit. Le rôle du gouvernement est de fixer les directives globales au cours des réunions du Conseil des ministres, celui de trancher revient au président du Conseil s’il y a lieu. Mais les différences de tempérament et les divergences politiques entre les membres de la coalition donneront, au moment des crises particulièrement graves, le sentiment d’un certain « flottement » de l’équipe gouvernementale, qui lui sera reproché.

  • 107 Ezra Suleiman : « Les hauts fonctionnaires et la politique ». R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard : (...)
  • 108 AD 52J66.
  • 109 Témoignages : A. Fontanier, Ph. Huet, Claude Ramadier.

195Les services particuliers des ministres forment les cabinets. « Le cabinet n’a de raison d’être que dans les limites que la nature humaine met à l’activité du ministre et à la nécessité d’éviter la politisation de l’administration » ; le cabinet renseigne le ministre et veille à l’application de ses décisions ; il lui apporte l’aide nécessaire ; mais « le cabinet ne doit jamais se substituer à l’administration ». Ramadier est tout à fait conscient de la dualité entre les services personnels et par conséquent provisoires d’un ministre et l’administration, bien établie, qui a pour elle la durée. Les ministres passent, l’administration reste... Ces questions délicates ont été étudiées par des historiens qui ont bien montré comment sont choisis les responsables de la haute administration et les membres des cabinets, et leur rivalité coutumière107. Ramadier identifie le mal : « La prolifération des cabinets trouve sa source dans la méfiance des ministres vis-à-vis des directeurs. On tend ainsi à superposer à l’administration une autre structure qui élabore toutes les décisions importantes. Le gaspillage d’énergie qui en résulte peut être considérable. Il accroît par ailleurs l’instabilité de la conduite des affaires de l’État108 ». Mais pour lui, il est clair que le gouvernement gouverne et que l’administration obéit. Si les idées étaient nettes, la pratique fut-elle aisée ? Il semblerait que oui, Ramadier ayant exercé sur la haute administration une « autorité naturelle »109. Ajoutons aussi que sous la IVe République, sphères politique et administrative semblaient moins imbriquées que sous la Ve ; la technocratie n’avait pas encore triomphé !

  • 110 Témoignage de F. Missa qui distingue dans le cabinet Ramadier, les carriéristes et les autres, les (...)
  • 111 A. Boulloche fut directeur du cabinet qui comptait aussi R. Lhez, A. Fontanier, L. Pécourt liés à l (...)

196Le choix des proches collaborateurs est essentiel, le président du Conseil doit être particulièrement bien entouré pour remplir sa tâche. Ramadier a appelé auprès de lui des personnes qu’il connaissait bien, ou d’autres recommandées par son fils Jean ou des amis sûrs (R. Cassin, H. Lévy-Bruhl). Comme dans tous les cabinets, les « politiques » côtoient les « techniciens » ; les tensions ou rivalités plus ou moins déclarées ne sont pas exclues110. Tous les collaborateurs, d’après ceux qui peuvent témoigner encore aujourd’hui, ont éprouvé une grande admiration pour leur « patron ». Ils ont pourtant été soumis à rude épreuve111.

197Le train de vie de Matignon est réduit, les réceptions officielles sont peu nombreuses ; en revanche, des personnalités diverses (du représentant de l’équipe de rugby locale à l’élu) partagent facilement les repas du Président. Nous retrouverons souvent cet aspect peu protocolaire et simple de l’exercice du pouvoir qui reste attaché au nom de Ramadier. R. Lhez remarque que les voyages officiels mobilisaient rarement wagon spécial et tapis rouge, pourtant réglementaires, mais se faisaient par train normal et voitures préfectorales. Le Président n’a pas de temps à perdre en cérémonial, il a à travailler !

  • 112 A. Boulloche dans « Terre et hommes du Rouergue » 1969 – p. 7 (Ramadier avait son appartement avenu (...)
  • 113 Interview du 19 février 1986, de P.H. Teitgen.

198Laissons parler son directeur de Cabinet : « D’abord il fallait le voir le soir. C’était un homme du soir et c’était un homme de la nuit. Il fallait le voir en robe de chambre, dans sa robe de chambre marron à parements écossais... avec ses pantoufles devant sa table de travail chargée de papiers, même surchargée de papiers... Et puis il y avait tout un arsenal de fumeur. Il y avait les pipes. Il y en avait beaucoup. Il y avait un pot à tabac… Il y avait aussi parmi les accessoires le chat ou les chats. Que ce soit à Decazeville ou à Paris dans ses bureaux ministériels ou avenue Lamarck, les chats jouaient un rôle important »112. Dans ce décor très personnalisé, Ramadier passe de longues heures studieuses : « Il m’est arrivé, poursuit A. Boulloche, pendant une semaine entière du lundi au samedi de ne jamais quitter Matignon avant trois heures du matin ». Le Président convoquait ses ministres en pleine nuit. Cette description est confirmée par tous les témoignages, y compris celui du vice-président du Conseil P.H. Teitgen. Ils faisaient ensemble le point de la situation deux ou trois fois par semaine, le soir à Matignon. Ramadier se mettait d’abord à l’aise, enlevait ses chaussures et allait au réfrigérateur prendre un morceau de fromage, en offrant sans façon à son visiteur113. Cette simplicité de vie et cette puissance de travail ont façonné son image populaire et séduit son entourage.

199Mais ses proches semblent aussi impressionnés par la densité intérieure du personnage et sa finesse intellectuelle que sa lourdeur physique ne laissait pas deviner. Citons toujours A. Boulloche : « Tout ça c’était l’extérieur, c’était le décor. Mais ce qui importait surtout dans ce bureau de Paul Ramadier, c’était lui, c’était sa présence, c’était cet homme massif, lent, avec un regard extraordinairement intelligent et malicieux, avec ses yeux qu’il avait, qu’il a eu relativement tôt un peu bouffis et qui lui donnaient un peu une allure chinoise. En réalité c’était parfaitement injuste, parce que si quelqu’un était éloigné de l’esprit mandarinat, c’était bien Paul Ramadier. Mais ça lui faisait ce personnage d’une très grande densité. Quand il était quelque part, qu’il se manifestât ou qu’il ne se manifestât pas, qu’il parlât ou qu’il se tût, il était toujours extraordinairement présent et puissamment présent. Et je crois que c’est une des caractéristiques que l’on sentait avec lui, cette présence extrêmement forte, d’une individidualité absolument hors pair ». Ce jugement est également confirmé par R. Albouy, le militant socialiste aveyronnais, futur collaborateur du ministre des Finances de 1956, impressionné par l’auréole d’autorité et de dignité qui entourait Ramadier à Paris et particulièrement à l’Assemblée.

  • 114 Raconté dans le détail par A. Boulloche dans « Terre et hommes du Rouergue », 1969.

200Mais cette dignité qu’il promène avec lui ne l’enferme pas du tout dans le piège de la vanité. La lucidité prédomine en tout. C’est pourquoi ce vieux socialiste, un tantinet frondeur avant 1914, savait faire preuve d’humour et prendre du recul envers sa fonction comme lorsqu’il attribua la Légion d’Honneur, non sans un brin d’impertinence au vieux chansonnier socialiste voire anarchiste Montéhus. Dans un petit salon de l’hôtel Matignon, celui-ci reçut la croix honorifique et pendant le repas qui suivit égrena des souvenirs croustillants qui remontaient au début du siècle et entonna ses chansons, en particulier le fameux « Salut au brave 17e » demandé par le Président du Conseil lui-même, clin d’œil à sa jeunesse antimilitariste !114.

201Nous avons jusqu’ici décrit le côté familier et intime du chef du gouvernement, voyons-le à présent dans l’exercice de sa fonction politique.

Un chef de gouvernement compétent, que le président de la République cherchait à piloter

202Auriol et Ramadier, tous deux parmi les pères fondateurs de la nouvelle Constitution, vont, en réalité, en faire chacun une lecture et en dégager une pratique, conformes à la position qu’ils occupent respectivement et à leur conviction personnelle. Disons sans détour que Vincent Auriol exerce largement toutes les prérogatives qui lui sont attribuées et que Ramadier s’en tient strictement au respect des règles parlementaires ; l’un donnant au régime une coloration plus présidentielle, l’autre parlementaire traditionnelle. Ce curieux tandem franchira une assez longue étape en évitant les accrocs, du fait d’une amitié ancienne, d’une confiance réciproque et d’un accord total sur les choix politiques.

  • 115 L’Aurore – 21/1/1947.

203Investi à l’unanimité le 21 janvier 1947 par l’Assemblée pour continuer le programme amorcé par le gouvernement socialiste homogène de Léon Blum, Ramadier constitue un gouvernement de large coalition, « d’accord général », composé des trois partis majoritaires depuis 1945 mais qui ont stagné aux dernières élections législatives de novembre 1946, des radicaux, de l’UDSR et des indépendants qui ont progressé. Ramadier se veut l’homme du large consensus. Avec fermeté et patience, comme le signalent à peu près tous les journaux, il tente de rassembler communistes, radicaux et chrétiens populaires ; pourtant de sérieuses divergences et des craintes apparaissent ; il faudra une semaine pour que les difficultés soient aplanies. Les réticences du MRP portent sur la participation communiste, qui pourraient hypothéquer la politique indochinoise, la défense nationale et la politique extérieure, en particulier à la Conférence de Moscou. Du reste, devant la complexité des problèmes qui s’annoncent, une partie du MRP hésitait à braver l’impopularité éventuelle et désirait se tenir hors du gouvernement115. Mais Ramadier donne des assurances. Pourtant la presse se fait l’écho des interrogations de chacun sur la place à faire aux communistes. Le Président du Conseil a déclaré fermement qu’on ne pouvait les ignorer et leur refuser un grand ministère auquel leur score électoral leur donne droit. La difficulté, on le sait, a été tournée en créant un « super-ministère » de la Défense nationale proposé au communiste François Billoux, mais vidé de toute responsabilité puisque Coste-Floret (MRP) est ministre de la Guerre, Maroselli (radical), ministre de l’Air, Jacquinot (indépendant), de la Marine et que le chef du gouvernement coiffe le tout ! Mais les quatre autres ministres communistes sont mieux lotis : Thorez est vice-président du Conseil, un poste de prestige, Ch. Tillon, A. Croizat et G. Marrane dirigent les ministères sociaux en toute responsabilité.

  • 116 Voir la Communication de P. Ory sur P. Bourdan au Colloque Ramadier.
  • 117 Auriol : le Journal du Septenat 24 janvier 1947.

204Notons au passage que Ramadier a cherché en vain un ministre du Ravitaillement et que, faute de l’avoir trouvé, il se chargera lui-même de ce département en nommant un haut-commissaire à la distribution (M. Rastel). L’Information, qui dans les deux gouvernements De Gaulle faisait l’objet d’un ministère, reste, comme dans les gouvernements suivants, rattachée à la présidence du Conseil ; la radio est plus que jamais sous surveillance, mais il n’est pas dit que Ramadier sache l’utiliser à son profit. Remarquons aussi qu’un ministère de la Jeunesse, des Arts et Lettres est confiée à Pierre Bourdan (UDSR). C’est le seul de ce genre sous la IVe République. Nous savons qu’il impulsera une politique de « culture populaire » dont le plus beau fleuron sera la création du festival d’Avignon ; nul doute que ce gouvernement entendait s’inscrire dans la continuité du Front populaire, qui avait déjà mis à l’honneur la Jeunesse et les Sports116. Enfin ne pouvant faire l’accord sur le nombre des sous-secrétaires d’État et sur leurs titulaires, Ramadier a tranché dans le vif en décrétant qu’on s’en passerait et que cela ferait faire des économies117.

  • 118 Le Journal de Genève du 25/1/1947. ; Voir aussi Daily Telegraph et Times.

205Le gouvernement Ramadier comprend en dehors de lui-même, 8 socialistes, 5 membres du MRP, 5 du PCF, 2 de l’UDSR, 3 radicaux et 2 indépendants. Ce n’est plus tout à fait du tripartisme, relèvent plusieurs journaux qui se demandent comment le navire pourra être conduit. La presse étrangère sceptique ironise même : « Le ministère de M. Ramadier ressemble plus à une académie qu’à un cabinet » ; le journaliste continue : « Les anciens de la IIIe République n’ont pas à se plaindre de l’ingratitude de la IVe »118. Les radicaux, qui avaient combattu les projets constitutionnels, capitulent puisqu’ils entrent au gouvernement ; la personne de Ramadier y est sans doute pour quelque chose.

  • 119 Par exemple, l’Aurore, le Monde. Notons que F. Gouin et ses successeurs avaient déjà fait de même.
  • 120 France libre – 29 janvier.

206La ressemblance avec la république précédente devient encore plus flagrante quand le président du Conseil s’entête à vouloir présenter l’ensemble de son gouvernement devant la Chambre et à répondre aux interpellations. La séance a lieu le 28 janvier ; certains journaux soulignent l’incongruité de la chose au regard de la Constitution et de son esprit mais sans s’en offusquer vraiment119. Seul et en coulisse V. Auriol a piqué une colère et a donné une leçon à son ami Ramadier : « Je suis très mécontent. J’apprends que Ramadier va accepter cet après-midi la discussion des interpellations concernant la composition du gouvernement. Mais, lui dis-je au téléphone, c’est contraire à l’esprit de la Constitution... Ne sois pas un « vieux de la IIIe ». Mais, me répond-il, je suis plus jeune que toi ! En tout cas l’Assemblée est souveraine et c’est un principe de tous temps... ». Tout est transparent dans ce dialogue ; les visions des deux hommes sont inconciliables. Mais était-ce aussi décisif quant à la suite des événements et à la grande instabilité à venir qu’on le prétend généralement dans toutes les histoires de la IVe République ? Ramadier a-t-il imprimé un sceau indélébile à ce nouveau régime, celui du régime d’assemblée porteur d’impuissance et de paralysie ? Notons qu’à notre connaissance, à part le président de la République, aucune autorité morale, aucun parti politique n’a protesté et que la séance du 28 janvier fut plutôt morne car l’accord implicite avait été donné le 21. R. Capitant (UDSR) prétendant que le cabinet n’était pas conforme aux orientations du discours d’investiture puisqu’il représentait une majorité très élargie, s’entendit répondre par le président du Conseil que « l’homogénéité du cabinet réside dans le sentiment civique de ses membres étroitement solidaires et dans la continuité de la politique française »120. Tout Ramadier est là ! Nous l’avons vu, il s’agit de servir au mieux les intérêts de la France en rassemblant au maximum les forces politiques. Le cabinet fut approuvé par 521 voix contre 12.

  • 121 Voir p. 242…

207La IVe République tombera, à notre sens, faute d’un consensus de la classe politique morcelée voire émiettée, donc impuissante à régler les problèmes graves qui vont assaillir la France, et non pas vraiment par la faute des institutions elles-mêmes qui ont bien fonctionné en d’autres temps (guerre de 1914- 18) ; Ramadier disait aussi cela en 1940 pour expliquer la dérive de la IIIe République121. Il est vrai que ce système parlementaire accentue l’instabilité dans les temps de désarroi politique car le consensus n’est pas une vertu française. Ramadier ne s’accroche-t-il pas à une utopie ? Auriol, plus lucide peut-être, voulait-il bousculer un peu les mœurs politiques en rendant plus ferme le pouvoir exécutif ? Mais cela aurait-il vraiment suffi ? Double investiture ou pas, les divisions de l’opinion existent, que les événements intérieurs et extérieurs vont encore approfondir ; et en 1947, nous assisterons à la rupture de l’entente issue de la guerre et de la Résistance. Mendès France d’abord, mais éphémèrement, puis plus durablement De Gaulle, en 1958, rassembleront autour de leur personne une large partie de l’opinion et des hommes politiques. Mais en 1947, la France et le monde vivront à l’heure des choix qui divisent et non pas qui rassemblent ; pourtant, d’entrée de jeu et conformément à sa personnalité, Ramadier voulait être un président du Conseil respectueux de la règle parlementaire mais soucieux de gouverner avec l’accord de la majorité de la classe politique.

  • 122 Journal du Septennat XLIX.

208Il est aidé dans sa tâche par le président de la République qui n’hésite pas à lui servir de guide et même de tuteur, rehaussant ainsi sa propre fonction. V. Auriol adressera à son ami de nombreux rapports qui sont autant d’analyses politiques et de conseils précis, sinon parfois d’injonctions pressantes122. Auriol entend jouer pleinement de ses prérogatives constitutionnelles en ce qui concerne la présidence de l’Union française, et à l’égard du gouvernement, il veut être un arbitre et un conseiller.

  • 123 « Journal »... Introduction générale LXVIII.

209Cependant Auriol a refusé d’intervenir quand on lui demandait d’outrepasser son droit d’arbitrage qu’il entend exercer seulement au sein du gouvernement ; le 11 juin 1947, il refuse son aide au secrétaire général de la CGT pour imposer une négociation à laquelle Ramadier s’oppose, au moment de la grève des cheminots123.

  • 124 « Journal »... Introduction – le Président LXIV.

210Comment le président du Conseil accepte-t-il les nombreuses suggestions du président de la République, lui qui est un ferme partisan de la faiblesse de la fonction présidentielle ? Nous n’avons trouvé aucune réflexion écrite à ce sujet, mais recueilli le témoignage d’un de ses chefs de cabinet, Alexandre Fontanier : son entourage s’est offusqué à plusieurs reprises de l’attitude d’Auriol mais Ramadier a alors affirmé que la meilleure réponse était le silence. En effet, il suivra ou ne suivra pas les conseils du Président qui, de temps à autre, juge que son ami est bien têtu ! Si Ramadier fort lucide a sans doute été parfois agacé par la sollicitude d’Auriol, leur amitié l’empêchait de la percevoir outrecuidante. Les deux hommes, parlementaires et socialistes de la génération d’avant-guerre, ont assez à faire de concert pour préserver le gouvernement de la menace des extrêmes (PC, De Gaulle), et de l’impatience et de l’intransigeance de la jeune génération socialiste. Un des rôles d’Auriol en effet, et non le moindre, sera aussi de « protéger Ramadier de l’inquisition du Comité directeur » de la SFIO124.

211Finalement le couple Auriol-Ramadier ne cessera de s’épauler, ce sera le couple exceptionnel de la IVe République dans la mesure où l’amitié permettra à l’un de « piloter » l’autre qui s’en accommodera avec complaisance et lucidité. On chercherait en vain par la suite une semblable situation parce que les présidents du Conseil suivants ne seront plus de vieux amis de jeunesse du président de la République, qui du coup sera contraint à plus de réserves, sans toutefois n’être jamais un président soliveau. De sorte qu’on pourrait conclure ce chapitre des relations Ramadier-Auriol en remarquant que le choix de Ramadier a permis à Auriol d’exercer au maximum, durant la première année de son mandat, les prérogatives présidentielles, limitées en régime d’assemblée.

  • 125 Entretien du 19 février 1986.

212Quelles furent enfin les relations du président du Conseil avec ses principaux partenaires politiques au sein du gouvernement ? Les témoignages de ses collaborateurs du cabinet personnel et de P.H. Teitgen, le vice-président du Conseil, font état de bons rapports avec le MRP et de plus méfiants envers les communistes ; ces derniers n’étaient pas le fait de Ramadier lui-même mais de l’ensemble des ministres tenant en suspiscion les communistes, « agents de l’étranger ». Maurice Thorez cependant jouissait d’une considération d’homme d’Etat. Les communistes estimaient qu’ils faisaient l’objet d’ostracisme, ce qui n’était pas dépourvu de fondement puisque, de l’aveu même de P.H. Teitgen, certaines informations ne leur étaient pas communiquées, en particulier celles adressées au Quai d’Orsay125. Conscient des contradictions et de la nécessité de réussir des exercices d’équilibriste, le président du Conseil imposait à Teitgen et Thorez, les deux vice-présidents mais aussi les deux pôles extrêmes du tripartisme, de discuter en tête à tête des questions épineuses pour pouvoir arriver à un accord avant de les inscrire à l’ordre du jour d’un Conseil des ministres.

213L’entente entre Ramadier et le MRP semblait poser moins de problèmes, encore qu’elle ne soit pas exempte d’ambiguïté. Teitgen nous a fait part de son estime et même de son affection pour le président ; le terrain qui les unit est l’humanisme ; le terrain idéologique étant plus mouvant, les deux hommes parlent volontiers philosophie, littérature, droits de l’homme. L’un est militant chrétien, l’autre pas, mais tous deux sont anticléricaux !

  • 126 Entretien du 19/2/86.

214P.H. Teitgen soutiendra le gouvernement, souvent contre son propre parti qui, devant l’impopularité grandissante au fil de l’année, songera plutôt à le quitter. P.H. Teitgen a conclu : « Je devais représenter le MRP au gouvernement, j’ai plutôt le sentiment que j’ai représenté le gouvernement au MRP »126. Tous les partis connaissaient ainsi l’ingratitude de l’exercice du pouvoir ! L’estime entre Ramadier et Teitgen semble réciproque puisqu’au lendemain de sa démission, Ramadier lui a offert en souvenir une vieille édition du 15e siècle des « Institutions de Justinien » qu’il conserve toujours.

  • 127 Voir « R. Schuman » de R. Poidevin.

215P.H. Teitgen note aussi les bonnes relations du président du Conseil avec G. Bidault et Robert Schuman dont le tempérament est proche du sien127.

  • 128 Témoignage d’A. Fontanier, P. Huet ; R. Lhez s’occupait de l’intendance.

216Après de courtes nuits, le travail gouvernemental débutait pour Ramadier par les questions de Ravitaillement en compagnie des responsables, Mrs Rastel et Bony. D’innombrables dossiers annotés témoignent aujourd’hui encore de la gravité du problème et de son poids dans la conduite des affaires. Venaient ensuite les autres questions... La faiblesse des moyens financiers obligera les membres du gouvernement à participer à des séances de « guillotine », les samedis au château de Champs, pendant l’été 47. Le gouvernement préparait le budget, et les choix étaient draconiens d’où la petite guillotine offerte à Ramadier qui devait trancher dans le vif128 ! Tous les dimanches il se fera conduire en voiture à Jouy en Josas pour s’entretenir avec Léon Blum, fidèle appui.

217Le premier gouvernement de la IVe République, né d’une volonté de consensus pour poursuivre le relèvement de la France meurtrie par la guerre, jouit en janvier de la confiance des citoyens et de la classe politique ; il est dirigé par des hommes d’expérience et de conviction ; Ramadier aura-t-il les qualités d’animateur pour maîtriser son équipe, malgré tout hétérogène, et celle d’un communicateur pour convaincre les Français de la justesse de ses choix ? Résoudra-t-il les contradictions exacerbées par les difficultés internationales ?

218Personne, en janvier 1947, ne pressent à quel point l’année sera terrible et combien de choix douloureux seront nécessaires. Il échoit à Ramadier une bien rude tâche !

L’œuvre ou l’heure des choix

219Comme il n’est nullement question ici de refaire l’histoire de cette année charnière, où le monde se scinda en deux, notre synthèse s’est élaborée strictement en fonction de notre sujet, c’est-à-dire de la personnalité et de l’œuvre de Ramadier, en essayant de lui rendre ce qui lui appartient en propre. De ce point de vue on peut interpréter comme suit les intentions et les actes du premier président du Conseil de la IVe République :

  • sauvegarder le régime républicain
  • instaurer un travaillisme français pour pratiquer une politique d’austérité dans le calme social
  • choisir l’allié américain faute de pouvoir garder une position équidistante entre les deux grands
  • limiter les dégâts dans l’Empire colonial.

Sauvegarder la République parlementaire

  • 129 Discours de Capdenac – dans « Terres et hommes du Rouergue » 1969 p 9.

220Le 30 mars 1947, à Capdenac, en Aveyron, dans son terroir, Ramadier répond à De Gaulle qui, quelques heures auparavant, vient à nouveau de condamner la « République des partis ». Ramadier justifie la nécessité du régime parlementaire, socle de la démocratie. « Sous le régime parlementaire, nous étalons au grand jour les divergences de nos pensées et parfois la passion l’emporte jusqu’à une opposition extrême, contraire à la sagesse. Mais en vérité, ces oppositions sont nécessaires pour que le pays tout entier participe à l’élaboration des décisions nationales... Il faut que chacun dise ce qu’il pense et ce qu’il veut avec toute sa sincérité et toute sa volonté. C’est lorsque l’on a tout dit qu’alors la synthèse est possible. Si l’on vit dans une pénombre, c’est l’obscurité qui peu à peu s’étend sur la pensée des uns et des autres et que la volonté d’un homme, d’un groupe d’hommes s’impose, alors la synthèse nationale n’est pas réalisée. C’est de la force de l’opposition que vient la force de la Nation »129.

  • 130 Voir p 244…

221Ramadier porte en lui cette définition depuis longtemps déjà, puisqu’il l’a formulée presque à l’identique en 1940130. L’Assemblée nationale, investie de la souveraineté populaire, est le lieu du débat ; les partis la structurent ; un consensus s’en dégage pour soutenir un gouvernement et un programme d’action ; le gouvernement lié par contrat à l’Assemblée ne peut se maintenir contre elle. La discipline gouvernementale et la confiance de l’Assemblée sont pour Ramadier les règles sacrées du régime parlementaire. C’est à la lumière de ces profondes convictions républicaines qu’il faut comprendre la condamnation ferme du gaullisme et l’exclusion des ministres communistes, les deux actes fondamentaux de politique intérieure de ce gouvernement, dont Ramadier assume la paternité.

  • 131 Témoignage de Mr Fontanier qui a entendu Ramadier relater l’événement à Léon Blum, le dimanche suiv (...)

222D’abord De Gaulle ! A Bruneval en Seine-Maritime, à l’occasion d’une cérémonie commémorative de la Résistance, De Gaulle a donc renouvelé le 30 mars, ses imprécations contre le régime . La foule enthousiaste a répondu par des « De Gaulle au pouvoir ». C’en est trop pour Ramadier qui aussitôt réplique sans ambiguïté, à Capdenac : « Toutes les forces françaises se rassemblent victorieusement parce qu’elles sont nées par une idée, mais non par la grandeur éphémère d’un homme. Je vous répéterai cette phrase : « Il n’est point de Sauveur Suprême, ni César, ni Tribun. Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes, décrétons le Salut Commun » (paroles de l’Internationale d’Eugène Pottier !). Ramadier et son gouvernement, convaincus que De Gaulle représente un danger pour le régime naissant, décident de le traiter désormais en adversaire politique. Les représailles commencent aussitôt par la fixation à l’unanimité d’un nouveau statut lui retirant les honneurs militaires car il est désormais considéré comme un simple citoyen et non plus comme le héros de la Libération. Le président du Conseil est ensuite chargé d’aller annoncer la nouvelle à l’intéressé ! Le 31 mars, Ramadier, qui ne traîne pas, part en pleine nuit en secret, avec le général Bonafé qui conduit la voiture, arrive à Colombey, erre un certain temps, trouve enfin la Boisserie où il est reçu par De Gaulle moins froidement qu’on a coutume de le dire131. Le chef du gouvernement annonce au chef de la France Libre qu’il n’aura plus droit aux honneurs militaires, ni à la retransmission radiophonique des manifestations non officielles. L’entrevue fut brève ; on imagine assez bien le tête à tête de ces deux hommes bourrus et têtus, peu expansifs, aussi passionnement convaincus l’un et l’autre de la justesse de leur point de vue.

223Mais De Gaulle poursuit sa route, et le 14 avril annonce la naissance du RPF (Rassemblement du peuple français) qui inquiète le gouvernement qui désormais doit se garder sur sa droite. Il est vrai aussi que le gaullisme peut constituer un ciment entre les supporters de la République, et qu’à l’Assemblée nationale, il n’existe pas encore officiellement. Si le gaullisme est en avril 1947 une menace politique éventuelle, le parti communiste va devenir un élément de crise immédiate.

224L’opinion publique a retenu un cliché : Ramadier est l’homme qui a « chassé » les communistes du gouvernement, sans doute sur injonction américaine. Ce raccourci ne rend pas compte de la réalité historique beaucoup plus complexe et nuancée, ni surtout de la principale motivation de Ramadier dans cette affaire ; de sorte que le cliché se révèle faux.

225La rupture avec les communistes est d’abord le résultat d’un processus de politique intérieure et de procédure parlementaire. Le point de départ en est la politique gouvernementale elle-même. On sait que, sur certains sujets, la coalition était bien fragile. Dans son discours d’investiture du 21 janvier, Ramadier a affirmé qu’il ne supporterait pas que « les dissensions internes viennent compromettre l’efficacité du gouvernement » ; or justement elles se font jour et s’amplifient dans un étrange climat.

226Le 18 mars, le ministre communiste de la Défense, F. Billoux, reste assis quand l’Assemblée rend un hommage unanime aux combattants français d’Indochine ; cette attitude choque et inquiète. Vincent Auriol écrit dans son Journal : « En quittant le Conseil (du 18 mars), je confie à Ramadier que j’ai l’impression d’un mauvais climat politique : les divisions des partis de la majorité, le rationnement, la survivance du marché noir, le scandale Joanovici, la découverte de dépôts d’armes, les revendications soudaines de la CGT soutenue par le PC alors qu’on devrait poursuivre la baisse des prix et que stagne la production, les désaccords entre alliés, tout cela n’est pas de bon augure pour l’avenir... Il faut s’arc-bouter et faire face ». On ne peut être plus lucide. Le 19 mars, une alerte sérieuse est sonnée quand le Comité central du PCF déclare ne pas croire « possible le vote des crédits militaires pour la poursuite de la guerre contre le Vietnam ». Mais, préoccupés par la réussite de la Conférence de Moscou et peu enclins à faire tomber le gouvernement sur l’Indochine qui ne mobilise pas l’opinion, ils trouvent un expédient, « une astuce subalterne », qui satisfait tout le monde : le 22 mars les députés s’abstiennent de voter les crédits militaires mais les ministres le font.

227Cette première alerte est suivie d’une autre à propos des événements tragiques de Madagascar où une insurrection a éclaté le 29 mars. Le gouvernement veut demander la levée de l’immunité parlementaire des députés malgaches suspectés. Les ministres communistes refusent et sortent solennellement de la réunion du conseil de Cabinet du 16 avril. Pourtant Ramadier constate que « la solidarité ministérielle n’a été rompue par aucun acte quel qu’il soit.

228Le 24 avril, la Conférence de Moscou se termine par un échec. Bidault lâché par Staline ramène seulement « un peu de charbon » en ayant signé avec Marshall et Bevin un accord sur la production de la Ruhr (voir plus loin p. 348).

229Le 25 avril, une grève totalement imprévue se déclenche chez Renault à l’appel de militants trotskistes contre l’avis de la CGT. Mais quatre jours après il y a 10 000 grévistes ; la CGT serait-elle débordée ? Non, le lendemain la Confédération donne l’ordre de débrayer et le PC décide d’appuyer la grève. Le 1er mai menace d’être chaud.

  • 132 Témoignage de Mr Fontanier ; une réunion se tint à Matignon entre les ministres socialistes et cert (...)
  • 133 G. Elgey : « La République des Illusions » chapitre 7.

230Le mercredi 30 avril à 10 heures, les ministres se réunissent à Matignon en conseil de Cabinet. Georges Bidault, le ministre des Affaires étrangères, rend compte des discussions à la Conférence de Moscou et du lâchage de Staline. Thorez commente : « Staline a raison » ; stupeur du Conseil, car le vice-président avait approuvé les revendications françaises. La discussion se poursuit sur la situation sociale. Thorez affirme qu’il est possible d’augmenter les salaires sans déclencher la hausse des prix ; R. Schuman (Finances) et A. Philip (Economie nationale) protestent ; en fin de compte Thorez déclare se désolidariser de la politique gouvernementale. Le parti communiste semble résolu à provoquer une crise. L’après-midi se passe alors en conciliabules ; que faire face au revirement communiste ? V. Auriol est en voyage ; Ramadier consulte L. Blum, Paul Reynaud, les principaux ministres132. Mis à part le socialiste Naegelen (Education nationale) et les ministres MRP, l’ensemble des consultés est réticent devant la solution du renvoi des ministres communistes proposée par Ramadier, par peur d’une violente réaction sociale. Du reste Jules Moch, ministre des Travaux publics, fait état de préparatifs « subversifs » pour le 1er mai ; si bien que le ministre de l’Intérieur Edouard Depreux et Ramadier, qui reste cependant flegmatique, ordonnent tout de même au général Revers, chef d’état major de l’armée, de mettre en place à Paris un discret dispositif de sécurité autour des principaux ministères, et de parer à une éventuelle rupture des communications en cas de grève générale133. Herriot, second personnage de l’Etat, a été rappelé de Lyon en catastrophe pour combler l’absence d’Auriol. Le gouvernement est donc décidé à maintenir l’ordre ; Thorez en est discrètement averti.

  • 134 G. Elgey prétend qu’il arriva même avec son chien, or celui-ci ne fut jamais amené à Paris ! (d’apr (...)
  • 135 ACR, dossier 1947, il s’agit d’un billet griffoné par L. Blum ; Voir aussi, P. Ramadier : « Les soc (...)

231Le 1er mai, pendant qu’un immense défilé se déroule à Paris et que des cris hostiles s’élèvent à l’encontre de D. Mayer tandis qu’on ovationne Maurice Thorez, un cabinet de crise se réunit au ministère de la Défense nationale. Jules Moch est sur le pied de guerre, tandis que Ramadier semble plus décontracté134 ; à 18 heures, comme à l’évidence la Révolution n’a pas eu lieu, il donne le signal du départ ! A 21 heures, à l’Elysée, dès le retour du président de la République se tient le Conseil des ministres, dans une ambiance tendue. Les discussions portent sur la politique économique et sociale ; Thorez soutient qu’il faut mettre fin au blocage des salaires, Schuman et Philip que cela déclenchera le cycle infernal de l’inflation ; non pas, réplique Thorez, si on diminue les profits capitalistes. Ramadier laisse discuter puis conclut : « Les ministres communistes ne semblent plus d’accord avec la politique du gouvernement » ; il convient alors de porter le débat devant l’Assemblée nationale et le Conseil l’autorise donc à poser la question de confiance. Le gouvernement semble condamné car, dans l’esprit de beaucoup, la démission est inévitable ; mais un autre scénario a été finalement arrêté par Ramadier, Auriol et Blum après mûre réflexion. On ne peut risquer une crise gouvernementale qui ferait le jeu de De Gaulle à qui l’on vient de parler haut ! En effet, par qui remplacer Ramadier ? Sur quelle autre majorité s’appuyer ? Quelle autre politique faire ? La solution est offerte par la Constitution elle-même, dont l’article 40 stipule que « le président du Conseil des ministres peut déléguer ses pouvoirs à un ministre... », il peut donc aussi les lui retirer. Ramadier est donc en droit de remercier les ministres communistes sans démissionner lui-même. Léon Blum s’était d’abord opposé à cette solution qui lui paraissait aventureuse ; il s’y rallie, pensant sans doute que ce serait une simple péripétie. « Si le parti communiste surmonte ses difficultés il retrouvera intacte sa place au gouvernement. Si après la crise, les choses une fois rentrées dans l’ordre le PC refusait de prendre sa place (mais alors seulement) le problème politique de majorité se poserait et le gouvernement devrait donner sa démission » écrit-il dans une note à Ramadier135.

232En parfait démocrate respectueux des usages parlementaires, le président du Conseil va faire apparaître au grand jour les discussions gouvernementales et demander en fait l’arbitrage de l’Assemblée, expression de la souveraineté nationale et élément incontournable selon lui.

  • 136 G. Elgey : « La République des Illusions » p 290.

233Le 2 mai, Charles Lussy, président du groupe parlementaire socialiste, interpelle le gouvernement sur la question des salaires et des prix. Jacques Duclos s’engoufre dans la brèche et condamne la politique suivie. Ramadier pose alors la question de confiance en ces termes : « Sur l’ordre du jour qui vient d’être présenté, je pose la question de confiance pour que la situation soit claire et nette. C’est le problème de la solidarité ministérielle qui se trouve soulevé. » L’avertissement est clair. Le vote est fixé au dimanche 4 mai. Ce jour là, les débats s’ouvrent à 10 heures et la confiance est votée par 360 voix contre 186. Tous les communistes, députés et ministres, l’ont refusée ; le PRL s’est abstenu. Ramadier réunit ses collègues à 21 h 15 et demande aux communistes quelle conséquence ils entendent tirer de leur désaccord. Thorez répond qu’il n’a jamais démissionné. Ramadier rappelle alors l’article 40 et conclut : « En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la Constitution, je retire la délégation de pouvoir que j’avais accordée à nos camarades communistes et je les remplacerai ». Silence et stupeur ! Thorez a dit plus tard « je savais que Ramadier préparait un mauvais coup mais jamais je n’aurais pensé qu’il irait jusque là »136.

234L’opinion mesure l’importance de l’événement mais chacun l’interprète à sa façon. « L’Humanité » du 6 mai déclare que les communistes ne peuvent approuver une politique qui s’éloigne de l’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs et prévoit que « le jour viendra où l’on se rendra à la raison et où les conditions seront à nouveau données pour que le Parti communiste puisse fournir à tous les postes le plein de son effort dans l’union ouvrière et républicaine, dans la coopération de tous les démocrates », bref le PC reviendra au gouvernement ; le 8 mai l’organe communiste constate que celui-ci glisse à droite. « Le Figaro » juge que Ramadier s’est conformé à la logique parlementaire, « l’Aurore » (6 mai) que « l’exclusion des communistes libère enfin la politique française et tous les espoirs redeviennent permis si l’on sait pratiquer un socialisme constructif » ; « Franc-Tireur » (8 mai) se demande cependant si, coupé des masses, le ministère Ramadier ne sera pas amené à gouverner contre elles.

  • 137 Année Politique (mai 1947).

235La décision de Ramadier, qui est avant tout une initiative personnelle, le grandit aux yeux du monde politique français et étranger. Il a fait preuve de courage et même plus, semble-t-il, de « culot » ; son entourage était craintif à l’égard de cette solution ; il l’a assumée avec détermination’’ ; André Siegfried écrit que s’affirme l’institution d’un véritable président du Conseil137. C’est qu’en fait Ramadier n’a pas de « complexe » devant les communistes, il n’est pas de ceux qui ont peur de mécontenter les masses souvent supposées à gauche avoir toujours raison ; nous avons vu comment il jugeait les grèves de l’automne 1936 et l’action gouvernementale d’alors et nous verrons comment il gère en 1947 les revendications sociales. On sait aujourd’hui que le 4 mai 1947 est un moment décisif puisqu’il marque la fin du tripartisme et de la coalition issue de la Résistance, le retour des communistes au ghetto. Mais il faudra six mois aux uns et aux autres pour comprendre que cette rupture est définitive. Sur le moment elle est incontestablement vécue par les acteurs et les observateurs comme une péripétie de politique intérieure.

  • 138 Voir L’Histoire N° 100 (mai 1987) : « 1947 : l’année terrible », M. Winock, p 50 à 65 et J.J. Becke (...)

236Ramadier par son geste a simplement joué le jeu du parlementarisme ; rien de plus mais rien de moins. Beaucoup de socialistes, dont G. Mollet et L. Blum, mais aussi les communistes pensent au retour inévitable et souhaitable de la coalition138.

237Seul, Jacques Fauvet se livre le 9 mai, dans « le Monde », à une analyse beaucoup plus fine, synthétique et prémonitoire, des raisons qui ont conduit le PCF à risquer la rupture, lui qui était si bien installé au pouvoir ; il en trouve trois :

  1. démontrer « que si l’on gouverne mal avec les communistes, on ne gouverne pas mieux sans »
  2. arrêter le déclin de son influence dans la classe ouvrière (apparu aux résultats des élections à la Sécurité sociale et dans le déclenchement des grèves) ; « ce mauvais moment passé, le PC ne manquerait pas de remettre ses ministres à la place qu’ils ont si facilement abandonnée »
  3. après l’échec de la Conférence de Moscou, le PC ne veut pas cautionner un rapprochement avec les anglo-saxons, « n’étant plus utiles, ils ont refusé de jouer les utilités. Ils sont partis ». Et J. Fauvet de conclure : « Mais dans cette perspective ils ne sauraient revenir sans qu’un fait nouveau intervienne dans la situation internationale. La cause intérieure de leur départ pourrait rapprocher le moment de leur retour. La cause extérieure l’éloigne ». Saluons la pertinence de cette analyse faite à chaud.

238En effet, conjoncture intérieure et extérieure ne vont désormais cesser de s’entremêler pour rendre la rupture définitive et amener les communistes à attribuer leur exclusion à un ordre américain, ce que l’analyse objective dément comme nous le verrons encore.

239Mais après le 5 mai, il reste à Ramadier à gouverner sans eux, provisoirement croît-on, ou définitivement espèrent certains, si l’on peut trouver un nouveau consensus excluant gaullisme et communisme et qui réalise un socialisme démocratique, une troisième voie, une « troisième force ».

L’impossible « travaillisme français »

240Depuis longtemps Ramadier s’est défini comme un socialiste réformateur ; chef du gouvernement en 1947, pourra-t-il conduire une politique de redressement national avec l’appui des forces sociales, comme le font avec succès les travaillistes britanniques ?

1) – L’idéal de Ramadier : une pratique social-démocrate

  • 139 Voir IIe partie.

241Dès les années 30, il prônait la participation des socialistes au gouvernement pour conduire des réformes sociales en s’appuyant sur le programme de la CGT qui, à l’époque, encadrait majoritairement la classe ouvrière. Ce fut la vraie raison de son passage au néo-socialisme139. La SFIO d’alors était hostile à cette perspective ; mais en 1945, la participation au pouvoir n’est plus un débat doctrinal chez les socialistes mais seulement un débat politique : participer, mais avec qui et pour faire quoi ? Ramadier peut donc considérer qu’en fin de compte son point de vue a triomphé !

  • 140 P. Ramadier : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p 122 à 127.

242Quelques pages écrites en 1960, un peu en forme de testament, éclai rent sa conception de l’exercice du pouvoir140. La première condition de la participation des socialistes au gouvernement est l’élaboration d’un programme qui « n’est pas un exposé doctrinal » mais électoral « faisant apparaître l’objet particulier que le gouvernement va poursuivre »... « Il doit provoquer un vaste mouvement d’opinion non seulement pour permettre la formation d’une majorité favorable mais ensuite pour soutenir le gouvernement dans la réalisation ». Ce programme doit être soucieux des intérêts de la classe ouvrière et refléter l’idéal des socialistes. Mais pour réussir il est « nécessaire de tenir le plus grand compte de l’attitude des syndicats ». En 1935, la CGT était à l’initiative du Comité de Rassemblement populaire, ensuite en 1936 elle « collaborera activement avec le président du Conseil à développer la politique sociale ». A la Libération « la CGT encore unifiée faisait partie du Conseil national de la Résistance et contribua à l’élaboration du programme d’où sortirent les nationalisations de 1945 à 1947 ».

243« Le programme issu de cette collaboration plus ou moins poussée entre syndicat et parti politique est marqué par les préoccupations ouvrières. Ce sont les réformes sociales qui l’emportent nécessairement » ; cependant, estime Ramadier, le programme doit aussi être politique (par exemple définir la politique extérieure...). Cette alliance entre un parti qui établit un programme de gouvernement et les relais sociaux que constituent les syndicats triomphe depuis 1945 en Grande-Bretagne, en Scandinavie et en Belgique. On sait en effet que, dans la paix sociale, ces pays opéreront le redressement d’après guerre en mettant en place le Welfare State qui représente un consensus large et durable.

244En 1947, le président du Conseil rêve donc de mener une politique économique et sociale avec l’assentiment de la classe ouvrière et des relais syndicaux. On pouvait raisonnablement l’envisager puisque, depuis 1944, beaucoup avait déjà été fait et que la politique lancée en janvier par Léon Blum avait été bien accueillie. Ramadier se propose de la continuer. Il s’agit avant tout de casser le processus d’inflation nuisible au pouvoir d’achat de la classe ouvrière et à l’assainissement économique ; Léon Blum avait proclamé une baisse autoritaire des prix de 5 % le 2 janvier ; une autre de 5 % a suivi le 1er mars. Mais cette baisse a pour corollaire le blocage des salaires, le minimum vital étant fixé à 7.000 F, et le taux des allocations familiales relevé de 10 %. Ce coup de frein volontaire ne peut avoir des effets durables que si la production française reprend, notamment celle des produits agricoles qui conditionne le ravitaillement toujours rationné ; quant à la production industrielle, elle souffre d’un déficit énergétique et manque de main d’œuvre. C’est la quadrature du cercle ! Seul un immense sursaut civique et des aides extérieures, dans le cadre du plan Monnet adopté en novembre 1946, permettraient de sortir de l’impasse. Voilà le programme que Ramadier s’emploie à réaliser. Nous verrons combien il aura de difficultés à obtenir pour la France des aides extérieures, ; quant à l’assentiment intérieur, il s’en va rapidement en quenouille au fil des jours. Blum avait un prestige que Ramadier n’a pas, mais surtout le paysage politique national et international se brouille chaque jour davantage. Ainsi le rêve social-démocrate s’avère impossible à réaliser car en France et en 1947, moins que jamais, les conditions nécessaires ne sont réunies.

2)-la réalité : des divisions tous azimuts

245A l’inverse de la Grande Bretagne ou des pays Scandinaves les classes ouvrière et moyenne françaises ne sont pas structurées par un seul grand parti ; mais au moins par deux : le PCF et la SFIO. Alors que jusqu’en 1936, la gauche était surtout représentée par la SFIO, le PC étant marginal, c’est quasiment le contraire en 1945 ; le PC est devenu le premier parti de France et représente pas loin de 30 % des suffrages en 1946 ; la SFIO a perdu du terrain dans la classe ouvrière. La gauche française semble condamnée à être bicéphale tout en appelant à l’action commune. Si depuis 1944 le PCF est un parti de gouvernement, c’est un partenaire, on l’a vu, qui inspire beaucoup de méfiance, et le 4 mai 1947 il s’est mis et on l’a mis volontairement sur la touche. Ainsi une partie des forces de gauche échappe désormais au gouvernement. Ramadier pense pouvoir s’appuyer sur son propre parti, la SFIO, et sur la Confédération syndicale à la direction de laquelle se trouve toujours son vieil ami Léon Jouhaux ; mais ces deux formations rongées par les divisions ne lui seront pas d’un grand secours et le plus souvent lui seront même hostiles. Ramadier ne pourra s’appuyer sur aucun relais social solide et fera seul un véritable parcours du combattant !

  • 141 Se reporter aussi à la communication d’A. Bergounioux au Colloque de Lille sur G. Mollet.

246Depuis 1944, la SFIO est partagée sur les alliances politiques (faut-il gouverner avec le PC ou sans ?) et sur le programme économique (faut-il être plus ou moins dirigiste ?). Autrement dit, veut-on conduire une politique sociale radicale avec le risque de bolchevisation ou une politique plus modérée autour d’une coalition « républicaine » pour l’instant tripartite ? Harcelés sur leur gauche par les communistes, les militants socialistes ont élu en août 1946 une nouvelle direction : Guy Mollet, le jeune vainqueur, tient un langage plus résolu et pense avant tout à la santé de son parti : il ne faut pas se couper de la classe ouvrière, donc il faut rechercher l’alliance privilégiée avec le parti communiste et refuser d’endosser la responsabilité des politiques de compromis avec le MRP. C’est dans cet esprit que G. Mollet défend la nécessité de soutenir la candidature Thorez à la présidence du Conseil en novembre 1946, et que le 4 décembre, en Conseil national, il fait voter une motion interdisant à la SFIO d’entrer dans une alliance politique qui exclurait les communistes141.

247Cependant en 1947 G. Mollet subissait la concurrence de trois autorités morales « incontournables » : Léon Blum, le patriarche qui jouissait encore d’une grande estime et qui pouvait être un recours (cf. en janvier 1947), V. Auriol, le président de la République dont le rôle d’arbitre était essentiel, et enfin, à partir de janvier, Ramadier le nouveau président du Conseil. Blum, Auriol et Ramadier étaient trois militants anciens, amis de surcroît, qui avaient déjà exercé le pouvoir en 1936 et que l’expérience de la guerre avait convaincu de la nécessité d’un « socialisme à l’échelle humaine », c’est-à-dire moins doctrinaire et intransigeant, et avant tout démocratique. Or ces trois personnages influençaient le groupe parlementaire socialiste qui cautionnait leur politique. Aussi, à la SFIO, deux lignes politiques se concurrencent, celle des « gouvernementaux », soucieux avant tout du fonctionnement de la République, acceptant pour cela des alliances au centre et donc des concessions sur le programme, et celle des militants, soucieux de la force de leur parti et donc intransigeants sur les actes. Ramadier appartient à la première, qui n’est pas majoritaire au début de l’année 1947. Ainsi le président du Conseil ne peut-il même pas compter sur son propre parti. Le comble pour un social-démocrate !

  • 142 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 239.

248Le malaise du parti face à l’expérience gouvernementale alimentera la crise des Jeunesses socialistes, qui à son tour renforcera ce malaise, privant à long terme la SFIO de forces de renouvellement142. Ainsi le parti socialiste, qui s’affaiblit depuis la Libération, se divise sur la conduite à tenir ; il ne sera donc pas un relais sûr et inconditionnel pour le président du Conseil. Tout au contraire, il ne cessera d’exercer pressions et critiques sur lui. L’année : 47 est aussi une épreuve de force entre Ramadier et G. Mollet.

  • 143 Cité dans G. Elgey : « La République des Illusions » p 291.
  • 144 Cité dans l’Aveyron Libre du 17 mai 1947.

249Elle commence le 4 mai. Après le résultat du vote parlementaire de confiance, le Comité directeur de la SFIO se réunit pour en tirer les conséquences. Nul doute pour Guy Mollet que le gouvernement ne doive démissionner, mais Léon Blum soutient qu’il doit se maintenir car il y va de la survie du régime républicain lui-même. Cependant G. Mollet est suivi par douze membres sur vingt et un. Mais Ramadier demande à connaître l’opinion du groupe parlementaire : 70 députés se prononcent pour le maintien du gouvernement, 9 contre. Situation intenable : la République contre le régime des partis ! Le Comité directeur se réunit à nouveau et accepte l’arbitrage du Conseil national qui se tient les 6 et 7 mai. or Ramadier a signé, dès le soir du 4 mai, le décret renvoyant les communistes ! Chacun joue donc serré. Et, sans doute parce qu’il n’y avait pas d’autre issue, le Conseil national se prononce pour le maintien du gouvernement, donc soutient Ramadier et désavoue G. Mollet. Le président du Conseil déclare fermement que continuer la politique de déflation jusqu’au succès est la seule façon de défendre la République et à terme le socialisme, même au prix d’une impopularité passagère. G. Mollet craint que hors du gouvernement les communistes par leurs attaques trouvent un écho favorable dans la classe ouvrière et accroissent encore leur force. Il faut donc sauver le parti garant de la République : « On ne sauvera pas la République si l’on transforme le parti socialiste en parti de gestion et si l’on tue les chances du socialisme »143, crainte habituelle mais fondée des doctrinaires à l’égard de la social-démocratie. François Mauriac commente la péripétie : « Le Parti socialiste est un parti cornélien, coincé entre son devoir et son intérêt, il choisit toujours son devoir »144 ; il poursuit sur Ramadier lui-même : « Ce socialiste d’étroite observance n’appartient certes pas à l’espèce de ceux qui se serviraient de la classe ouvrière comme d’une échelle ». Il y avait du romain chez Ramadier, voici maintenant de l’héroïsme cornélien !

  • 145 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 242.

250La défiance entre les dirigeants socialistes du gouvernement et ceux du parti est perpétuelle. Le chef du gouvernement renâcle à s’expliquer devant le Comité directeur et le secrétaire général, qui le harcèlent. Ils déclarera un jour à Gaston Defferre qu’il se moque des décisions du CD !145. La guérilla durera jusqu’à la mise à mort.

251Ainsi Ramadier, homme d’Etat, serviteur de la République et socialiste sincère, n’a même pas bénéficié de l’appui total de sa famille politique.

  • 146 Ramadier : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p 124.

252Il n’a pas non plus été gâté par les forces syndicales autres relais sociaux essentiels. Dans son ouvrage « Les socialistes et l’exercice du pouvoir », il note que « dans les pays où existent des liens très étroits entre le parti socialiste et les organisations professionnelles, le contact s’établit automatiquement », parti socialiste et syndicat agissent de concert et les « décisions qui les opposeraient ne sont pas concevables »146. Mais la situation française, constate-t-il, est bien différente et pour trois raisons : les principes de la Charte d’Amiens, la faible syndicalisation, et la division syndicale. « Le mouvement syndical français joue ainsi un rôle politique très inférieur à celui des autres pays de l’Europe occidentale ».

  • 147 Nerin Gun : « Les secrets des archives américaines » T2.

253Pourtant en février 1947, il est relativement puissant et discipliné par la CGT, partie prenante du programme du CNR et soutien des gouvernements tripartites depuis la Libération. Un rapport reçu d’un informateur jauge, pour l’ambassade américaine à Paris, le rayonnement de la CGT147 : ce syndicat influencerait 9 millions d’électeurs dont trois de femmes -les femmes partageant leur vote entre les communistes et le parti des « curés ». Les communistes reçoivent 4,5 millions de voix de la CGT, les socialistes 1,2, les radicaux 600 000 et le MRP 1 200 000. Un million de travailleurs s’abstiennent de voter. La classe ouvrière française est donc politiquement très divisée, ce que confirment d’une autre manière, les élections à la Sécurité sociale du 24 avril 1947.

254Le nombre des abstentions y est considérables, la CGT est certes majoritaire mais le syndicat chrétien fait son trou. De plus la CGT n’est plus ce qu’elle était ! Puissante centrale dirigée avant la guerre par Léon Jouhaux, grand ami de Ramadier et socialiste réformiste, elle tend à devenir désormais la courroie de transmission du PCF.

255Depuis 1945 en effet, deux courants principaux y cohabitent de plus en plus mal : le courant, à présent majoritaire, dirigé par Benoît Frachon, fait siennes les thèses léninistes qui subordonnent le syndicat au parti politique, en l’occurrence le parti communiste ; mais la tradition syndicale représentée par Jouhaux, Bothereau et Delamarre refuse cette subordination et se borne à définir un programme économique et social que les partis politiques reprennent ou non à leur compte.

  • 148 Voir A. Lacroix-Riz : « La CGT de la Libération à la scission ».

256Ainsi malgré la réunification syndicale issue du Front populaire puis des Accords du Perreux en 1943, les deux courants fondamentaux (ex-unitaire, exconfédéré) existent toujours. Mais le courant communiste s’est considérablement renforcé ; voilà la nouveauté. La CGT s’est ouvertement alignée sur les positions du PCF à deux occasions : référendum constitutionnel de 1945 et campagne revendicative de hausse des salaires à la veille des élections législatives de juin 1946148

257De plus, depuis 1944, la CGT est aux prises avec des contradictions qui attisent les divisions : la situation de pénurie générale rend impatiente la classe ouvrière alors que pour des raisons politiques les dirigeants des deux tendances soutiennent plutôt les gouvernements. C’est pourquoi naissent régulièrement des mouvements revendicatifs assez puissants et spontanés qui embarrassent les gouvernants et les dirigeants syndicaux, et qui entraînent des surenchères entre les deux mouvances socialiste et communiste par souci de popularité ; c’est que les revendications deviennent alors aussi des enjeux de pouvoir dans la confédération.

  • 149 A. Bergounioux : « Force ouvrière » Que sais-je N° 2053 p 10.

258C’est pour combattre l’influence communiste grandissante que, dès février 1945, sont créés les groupes socialistes d’entreprise qui se structurent sous le nom de Force ouvrière et qui, à l’origine des nombreuses grèves de l’hiver 1946 (PTT-Livre), permettent aux socialistes « un succédané d’action politique » contre le PCF149. Mais ces grèves dépassent souvent les dirigeants FO, comme aux PTT en août 1946 où se produit une scission syndicale.

259Cependant en 1946 ni Jouhaux et la tendance F.O., ni les dirigeants socialistes n’envisagent une rupture ; leur objectif est seulement le rééquilibrage de l’influence socialiste au sein de la CGT. Mais à l’évidence c’est jouer avec le feu de part et d’autre que d’exploiter le mécontentement populaire en 1947. Et peu à peu le brasier social va s’enflammer, que Ramadier aura bien du mal à éteindre.

3) – Gérer au mieux le « mouvement giratoire des grèves »150

  • 150 Expression employée par Ramadier dans un discours le 4 juin 1947.
  • 151 Voir A. Lacroix-Riz : « La CGT de la Libération à la scission ».

260A l’inverse de son collègue britannique, Clément Attlee, le président du Conseil français ne disposera d’aucun consensus social pour conduire une politique de redressement économique, et pire, il sera accusé de mener une politique anti-ouvrière. Depuis février le mécontentement est manifeste (grève de la presse et des banques) mais c’est fin avril, avec la grève surprise des usines Renault, qu’un véritable cycle se déclenche qui ne prendra fin qu’en décembre. C’est un aspect spectaculaire de cette « année terrible ». Deux grandes vagues de grèves quasi générales se succèdent, séparées par une période d’accalmie en juillet et août : – le cycle du printemps en mai et juin (Renault – blanchisseries parisiennes – grands moulins de Paris – dockers – SNCF – banques – mines du Nord-Pas de Calais), le cycle de l’automne de septembre à décembre (Peugeot – Berliet – Michelin – minoteries – mines – Marseille – instituteurs – SNCF – PTT – EDF-GDF)151. Ces mouvements de grève dont la principale revendication est l’augmentation des salaires ont frappé les esprits par leur succession presque ininterrompue et par leur violence qui a fait plusieurs morts. Elles sont accompagnées de nombreux sabotages dont certains d’une extrême gravité comme celui du 3 décembre, sur la voie de chemin de fer Paris-Lille, qui fit seize morts. Le caractère dur de ces grèves surprend et inquiète les dirigeants politiques mais aussi syndicaux qui cherchent une explication de leur origine et de leur nature ; sont-elles subversives ?

261On sait aujourd’hui qu’elles furent surtout des grèves « pour le pain », que la population lasse de la pénurie explose spontanément aidée sans doute par quelques éléments trotskystes ou anarchistes comme au départ, chez Renault.

262Ensuite, elles deviennent un enjeu de populairté pour les leaders syndicaux (la CGT emboîte le pas) et enfin un enjeu de pouvoir et d’autorité pour le gouvernement.

  • 152 Discours du 23 mai 1947 à l’Assemblée nationale.

263Envisageons donc l’attitude de Ramadier face à ces mouvements sociaux ; elle dépend bien sûr de son interprétation personnelle des événements. Rappelons-nous qu’il a longuement réfléchi pendant la guerre aux grèves de 1936 , qu’il a compris que celles de juin étaient un phénomène spontané de décompression sociale, résultat d’une longue frustration de la classe ouvrière enfin victorieuse, mais que celles de fin 36 qui se poursuivent en 1937 lui paraissaient injustifiées et sans doute attisées par des manœuvres communistes. Face à cette situation, il approuvait les Accords Matignon, c’est-à-dire la victoire d’une négociation sociale, mais reprochait à Léon Blum un manque de fermeté ensuite pour les faire appliquer, la signature des accords par branches donnant lieu à des grèves selon lui inutiles. De plus, en tant que sous-secrétaire d’Etat à l’Energie, puis comme ministre du Travail, il a fait l’expérience des négociations jouant à l’époque le rôle d’arbitre entre patronat et syndicats, rôle qu’il avait plutôt bien rempli. C’est visiblement fort de cette expérience passée qu’il envisage la situation en 1947 : « Nous avons le sentiment que ces divers mouvements – spontanés dans leur principe, n’en doutons pas – sont exploités... On discerne des mouvements clandestins qui cherchent à donner à ces manifestations un caractère qu’elles n’avaient pas dans leur principe »152. Il accuse l’extrême gauche mais aussi l’extrême droite et dans un autre discours, le 4 juin, il parle d’« un chef d’orchestre clandestin », en qui tout le monde reconnaît le parti communiste.

  • 153 AD 52J155.
  • 154 J.J. Becker : « Le Parti Communiste veut-il prendre le pouvoir ? ».

264La situation est complexe puisque cette mobilisation populaire intéresse plusieurs forces politiques. Un rapport des renseignements généraux du 22 mai 1947153 conclut par l’improbabilité d’un coup de force dans les prochains jours et circonscrit la responsabilité des uns et des autres : « A la faveur de circonstances particulières, trotskystes et anarchistes peuvent dans certaines usines être à la base de mouvements de grève, mais ils ont besoin des « gauchistes » de la SFIO représentés par les groupes socialistes d’entreprise et qui ne perdent aucune occasion de combattre le parti communiste à l’intérieur du mouvement syndical. Livrés à leurs seules forces, ils sont totalement impuissants ». Le rapport poursuit en indiquant que, seul, le parti communiste serait capable de réussir un coup de force mais qu’il n’en estime pas le moment venu. Voilà donc Ramadier averti de la nature de ces grèves qui rappellent celles de l’automne 36. Si donc elles ne constituent pas une menace de Révolution, ce que confirment les études historiques notamment celle de J.J. Becker sur la stratégie du parti communiste154, elles contribuent, comme en 1936, à l’usure du gouvernement, à la détérioration de l’image du régime et retardent le redressement économique ; enfin elles confortent les extrêmes (gaullistes et communistes).

  • 155 Discours à l’Assemblée – 23 mai 1947.

265Pour Ramadier, c’est clair, il faut être ferme, « se méfier de toute cette sorcellerie, des grands sorciers comme des apprentis sorciers... Ni les manifestations de corporatisme, ni les manifestations politiques – tout ce machiavélisme subalterne – ne pourront servir (ses) intérêts (de la classe ouvrière). Nous ne nous laisserons pas ébranler par des menaces de grèves, voire par des grèves »155.

266Ramadier rencontre en mai, avec le ministre du Travail D. Mayer, les représentants des travailleurs et des employeurs.

267Il demande aux Français de la sagesse, de la compréhension et un peu de patience pour ne pas compromettre la politique économique et affaiblir le régime naissant. Mais s’il ne veut pas céder à la démagogie, ses ministres socialistes en particulier ne peuvent se résoudre à gouverner « contre le peuple » ; si bien que le gouvernement donnera l’impression de manier la carotte et le bâton et en fin de compte de manquer de fermeté, d’unité et de cohérence. Citons un exemple significatif : en mai, Ramadier brandit la menace de réquisition contre les ouvriers de la meunerie parisienne qui mettent en danger le ravitaillement de la capitale, alors que D. Mayer, sensible aux sirènes syndicales dont il est proche, négocie et lâche du lest sur les augmentations de salaires.

268Mieux encore, le 6 août le président du Conseil rejette, à la stupeur de tous, les accords conclus entre la CGT et le patronat qui prévoyaient la hausse des salaires de 11 % et la liberté des prix ; mais encore une fois, le 22 août, il y a revirement et la hausse est autorisée !

  • 156 Pour R. Verdier, les socialistes étaient condamnés au compromis et ne pouvaient avoir une ligne pol (...)

269Ramadier fera ainsi figure de père-fouettard, de grincheux mais au bout du compte assez impuissant. D. Mayer (Travail) et E. Depreux (Intérieur) sont au four et au moulin, pris dans les contradictions socialistes : rester fermes mais répondre quand même aux travailleurs ! Ainsi des accords sont conclus çà et là qui augmentent certaines catégories de salaires ou accordent des primes (augmentations déguisées) compromettant la lutte contre l’inflation. Le sentiment général est donc que le gouvernement hésite, tergiverse et finalement cède ; autrement dit, il donne l’impression d’être ballotté par les événements plutôt que de les maîtriser. C’est du reste le sentiment profond des témoins de l’époque156.

270Mais pouvait-il en être autrement, alors que les forces de gauche étaient concurrentes et que les événements extérieurs commençaient à interférer sérieusement dans le champ politique intérieur ? En réalité, la lutte socialo-communiste faisait rage et la CGT en était le théâtre à travers les mouvements de grève. C’est pour stabiliser la situation et s’opposer aux surenchères communistes, populaires mais jugées désastreuses par le gouvernement, que l’idée d’une scission syndicale s’est imposée peu à peu à certains responsables socialistes.

4) – La scission syndicale

  • 157 Voir A. Lacroix-Riz : « la CGT, de la Libération à la scission » et Bergounioux : « F.O. » que sais (...)
  • 158 Témoignages de ses proches : A. Fontanier – P. Huet.
  • 159 ACR dossier 1947, manuscrit : bilan de l’année 47.
  • 160 Voir Tony Judt : « Le marxisme et la gauche française 1830-1981 ».

271Cette question a été étudiée par Alain Bergounioux et Annie Lacroix-Riz qui divergent sur l’interprétation des événements157 : pour A. Bergounioux, la scission n’a pas été vraiment préparée par les socialistes, elles s’est imposée peu à peu à la faveur des luttes sociales de l’année 47 et surtout de celles de l’automne, pour combattre l’influence communiste ; pour A. Lacroix, depuis le début de l’année, cette rupture était préparée, SFIO et gouvernement ont joué le rôle principal. Chacun des deux nous semble en fait avoir un peu raison : le parti socialiste et L. Jouhaux étaient réticents devant une telle solution mais Ramadier en revanche en était plutôt partisan et a cherché maintes fois à convaincre Jouhaux et à le presser d’agir158. Il s’exprime nettement par écrit, en décembre 1947, alors que le gouvernement peut considérer que l’influence communiste a été contenue puisque les grèves se terminent : il pense qu’il faut l’affaiblir définitivement. « On peut se demander, écrit-il, s’il n’est pas nécessaire que le succès soit confirmé soit par un effondrement électoral, soit plutôt par une scission de la CGT, en tout cas par un signe évident de l’affaiblissement communiste »159. Mais Ramadier doit vaincre les réticences de son parti car, estime-t-il, « les socialistes ne sont pas encore complètement libérés de l’hypnose dans laquelle les (tiennent) les communistes ». Or de la scission « par dessus tout dépend la libération du parti socialiste de l’emprise communiste. Le mythe de l’unité ouvrière est encore puissant et les procédés de contrainte, de terreur produisent leur plein effet... Le problème syndical est la clé du problème socialiste ». On ne saurait être plus clair. Pour Ramadier, cette rupture ne serait qu’une péripétie de plus et non pas un drame ; elle permettrait la formation de relais sociaux sur qui s’appuyer. Il est l’homme des ruptures solennelles, il n’a pas la religion du dogme et n’est pas impressionné par le marxisme : en 1921, il dit non au communisme, en 1933 à l’intransigeance de son parti. Mais la majorité des socialistes et même la direction minoritaire de la CGT autour de Jouhaux ne pensent pas comme lui. G. Mollet s’accroche au marxisme et à l’unité ouvrière160, Léon Jouhaux se souvient de la rupture syndicale de 1921 qui s’est alors produite en sa faveur ; mais il en irait autrement en 1947, car en minorité dans la Confédération, il craint d’être laminé. Cependant, à la base, des éléments poussent à la scission par anti-communisme (comme aux PTT par exemple). L’enjeu des grèves est bien pour les dirigeants surtout politique

272C’est à la faveur de la seconde grande vague de grèves de l’automne 47 que la rupture sera consommée. Parties de Marseille et des bassins miniers, ces grèves prennent rapidement un aspect subversif ; le parti communiste semble mener l’assaut, la guerre froide a commencé. Mais peu à peu la base va basculer : en effet dans les centres miniers du Nord et de l’Est la situation s’aggrave entre partisans et adversaires de la reprise du travail ; des bagarres éclatent, des coups de feu sont tirés, les forces de l’ordre interviennent, le sabotage de la ligne de chemin de fer Paris-Lille fait seize morts. Ces excès retournent l’opinion, la CGT demande l’arbitrage de Vincent Auriol, des négociations commencent avec D. Mayer ; et les militants socialistes réclament la scission : les 18 et 19 décembre, la seconde Conférence nationale des groupes F.O. l’officialise. Léon Jouhaux, Bothereau, Bouzanquet et Neumeyer démissionnent du bureau confédéral.

273Ainsi naît la CGT-FO mais avec réticence, dans le drame et l’impréparation. Elle reprend le programme de la vieille CGT d’avant-guerre : liberté, démocratie, indépendance et conventions collectives ; elle se prononce contre le pouvoir personnel et la politique des blocs.

  • 161 Jack Kantrowitz : « L’influence américaine sur F.O. : Mythe ou réalité ». Revue française de scienc (...)
  • 162 « La Forteresse enseignante » : Aubert, Bergounioux, Martin, Mouriaux p 66-67.

274Le nouveau syndicat est-il la force sociale espérée par Ramadier ? Loin s’en faut : il réunit des éléments disparates dont le seul lien est l’ anti-communisme (des anarchistes au corporatistes purs) ; il n’a pas de moyens financiers, d’où l’acceptation des aides des centrales syndicales étrangères (anglaise, belge, suisse et américaine161), ce qui, dans le contexte de guerre froide, jettera la suspicion ; les effectifs d’ensemble diminueront (un million de départs au total) ; les dirigeants F.O. se démarqueront des partis politiques, bref F.O. ne sera jamais un relais pour la SFIO qui au contraire verra son recrutement ouvrier se tarir. La classe laborieuse française semble rebelle à toute unification ; un syndicat de plus est né. En outre la coupure n’est pas nette entre communistes et réformistes : il reste des réformistes à la CGT (par exemple au syndicat du Livre) ; d’autre part la catégorie des enseignants, plutôt réformiste et vivier de militants socialistes, constitue une fédération à part par souci d’unité corporatiste162.

275En 1947, un rassemblement travailliste s’avère impossible en France ; même si la CGT communisante est affaiblie, la CGT-FO socialisante représente peu de chose et n’a pas de lien organique avec la SFIO. La coalition politique et parlementaire de type social-démocrate (SFIO-MRP) qu’on appelle troisième force et qui succède au tripartisme dès mai 1947 ne repose donc sur aucun relais social important. Si le PCF n’est plus un véritable danger puisque que le gouvernement Schuman qui remplace Ramadier maîtrise les grèves, il reste tout de même un opposant très encombrant.

276A l’inverse de celle des pays voisins septentrionaux, la gauche français est en proie aux divisions, à la concurrence et aux surenchères ; le phénomène communiste complique la situation. Il eût fallu sans doute une personnalité exceptionnelle pour rassembler et imposer ; mais l’homme providentiel qui s’est révélé pendant la guerre De Gaulle n’est pas un socialiste ! Et Ramadier à l’évidence n’a pas le charisme nécessaire.

277Ainsi fut-il sans doute le président du Conseil qui connut le plus grand nombre de mouvements sociaux. Sa politique économique était-elle à ce point injustifiable et contraire aux intérêts de la classe ouvrière ? Pas vraiment, puisque rigueur et effort national ont été le lot de tous les pays européens ruinés par la guerre ; la clé du redressement passait par la reprise rapide de la production nationale. C’est pourquoi, devant l’ampleur de la tâche et la sensibilité exacerbée du corps social, les dirigeants français se tournent depuis 1945 vers les Etats-Unis dont ils espèrent compréhension et aide substantielle. Mais le dialogue n’est pas facile avec ce partenaire désormais tout puissant.

Le choix de l’aide américaine

2781947 est l’entrée du monde en guerre froide c’est-à-dire le début de la formation explicite de deux blocs antagonistes américain et soviétique. La méfiance couvait sous la cendre depuis 1944 mais la rupture entre les partenaires de la Grande Alliance devient effective à la suite d’une escalade qui passe par le discours du président Truman le 12 mars 1947, celui du général Marshall le 5 juin, la Conféfence de Pologne du 5 octobre, pour se terminer par le « Coup de Prague » en février 1948. Une nouvelle donne internationale prend forme et la France doit y trouver sa place. Le gouvernement Ramadier se situe donc au moment décisif de l’histoire et à l’heure des choix fondamentaux.

279Dans quelle mesure les décideurs et Ramadier en premier lieu ont-ils été conscients des nouveaux rapports de force, quelle fut leur marge de manœuvre ? Ramadier a-t-il été contraint à une capitulation face aux Américains ? Il s’agit en réalité de faire l’histoire d’une lente prise de conscience, car tout au long de l’année la situation se décante peu à peu, permettant aux uns et aux autres de percevoir plus clairement les enjeux.

280Les « deux Grands » conduisent à leur façon les relations internationales, les anciennes puissances comme la France essaient de se faire entendre et de sauver leurs intérêts en ménageant l’un et l’autre mais l’état de détresse économique va conduire les décideurs à choisir le camp qui leur offre l’aide la plus substantielle et qui véhicule une idéologie majoritairement acceptée. Nous essaierons enfin de savoir si les Etats-Unis ont pesé sur la politique française à travers le président du Conseil.

1) – La France, simple pion pour les « deux Grands »

281En 1947, quelle est la position de la France dans le champ diplomatique et donc sa réelle liberté de manœuvre ?

282La défaite de 1940 et le régime de Vichy ont ravalé la France au rang de puissance secondaire, elle est vaincue et compromise. Le général de Gaulle et la France libre n’auront droit qu’à un strapontin à la Libération. C’est en dehors d’elle qu’à Yalta et à Potsdam les vainqueurs envisagent l’après-guerre. Ils daignent cependant lui octroyer le rang de puissance occupante en Allemagne. A partir de 1945, le ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault, est présent à toutes les conférences à quatre chargées de débattre de l’organisation de la paix. Le point crucial est le sort de l’Allemagne qui divise donc les vainqueurs en deux camps : ceux pour qui elle doit payer (URSS, France), ceux pour qui elle doit être une position avancée des démocraties libérales (Etats-Unis, Grande-Bretagne). L’affrontement bien sûr est surtout bipolaire, mais les deux Grands utilisent des pions, le principal étant la France ; la Grande-Bretagne, elle, est solidement attachée au char de l’oncle Sam.

283La France en effet occupe une situation intermédiaire en 1946-47 : c’est un pays libéral, mais où les communistes sont au gouvernement et qui a accompli d’importantes réformes de structure ; de plus elle est ruinée, donc éventuellement sensible au chantage de l’aide. Bien qu’elle provoque la méfiance des deux grandes puissances par son ambiguïté, elles l’utilisent cependant dans leurs négociations : Staline et Molotov appuient Bidault dans ses revendications pour contrer les alliés anglo-saxons ; ils disposent d’un pion au gouvernement même, Maurice Thorez et ses camarades ministres ; de plus l’opinion française, très anti-allemande, soutient le gouvernement dans la fermeté des revendications et met en sourdine l’anti-communisme jusqu’à la Conférence de Moscou. Quant aux Américains, ils sont parcimonieux pour octroyer les aides sollicitées par la France car ils se méfient de sa politique intérieure, ils craignent à la fois les dangers communiste et gaulliste. De conférence en conférence, aucun accord n’est intervenu sur l’Allemagne en ce début d’année 1947. Mais le gouvernement français a une position unanime sur la question et Bidault compte sur le soutien de Staline quand s’ouvre, le 10 mars, la Conférence à quatre de Moscou.

  • 163 A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne » p 117.
  • 164 Dans G. Elgey : « La République des illusions » p 282.

284Le déroulement de la Conférence illustre parfaitement le rôle de pion qui était celui de la France, ce vainqueur « groggy ». On sait en effet que suite au discours du président Truman du 12 mars, qui demandait au Congrès américain des crédits pour contenir l’expansion du communisme, Staline prend la mouche et répond par des niet à toutes les propositions faites sur l’Allemagne, y compris à celles de la France qu’il avait pourtant toujours soutenues. Bidault, désorienté, amer et lassé, accepte de « ramener un peu de charbon », pas de la Ruhr... mais importé des Etats-Unis ! Il a signé en effet des accords dans ce sens. La plupart des historiens situent à ce moment là le début de l’engagement de la France dans le camp occidental. A. Lacroix-Riz prétend que le choix était fait avant et que l’attitude de Staline provoquée par celle de Truman, fut le prétexte pour Bidault de choisir son camp ouvertement163. Cependant, la majorité des historiens pensent que rien de définitif n’était encore joué. Les archives personnelles de Ramadier ne livrent pas de documents plus éclairants. Le président du Conseil prend acte de l’échec de la Conférence ; le 30 avril, Bidault lui adresse un rapport non équivoque : « Une épreuve de force est désormais inévitable... Tout accord avec la Russie est impossible... C’est une ère nouvelle qui commence. Il faut en tirer toutes les conséquences164 », c’est-à-dire sans doute revoir la politique étrangère dans un sens plus nettement favorable aux Etats-Unis. Désormais en effet, que reste-t-il à faire pour redresser la France si l’on ne peut compter sur le charbon allemand, qui du reste n’est pas la seule denrée nécessaire ? De laborieuses négociations se poursuivent régulièrement depuis 1945 avec les Etats-Unis, les seuls riches de dollars et de produits ; il faut donc les mener à bien, la situation économique et sociale l’exige, et rapidement.

2)-La France implore une aide

285La situation du pays est dramatique deux ans après la Libération. L’année 1947 sera mauvaise, les gelées ont compromis les récoltes de blé, les stocks s’épuisent, la ration quotidienne de pain tombe à 250 g puis 200 g en septembre, la plus basse jamais constatée.

  • 165 Voir la communication de Gérard Bossuat, au colloque Ramadier sur « Ramadier et le plan Marshall ».
  • 166 D’après Auriol : « Journal du Septennat » 11 juillet.

286Mai correspond à la soudure et à la première vague de grèves. « Ramadiète » qui a pris en charge le ravitaillement se penche sur ces chiffres désespérants, évoque la fatalité des intempéries, se refuse aux contrôles draconiens et espère en l’Amérique. Les perspectives pour mai et juin sont angoissantes pour le blé165 ; il reste pour juillet l’équivalent de 10 jours de stocks.166

  • 167 Cité par A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne » p 119.

287Auriol, Ramadier et Bidault se font pressants envers les Etats-Unis. A la sortie de la Conférence de Moscou, Bidault a dépeint à G. Marshall la situation française : ni charbon, ni main d’œuvre, ni crédits promis en mai 1946 par Washington, état désespéré de la trésorerie qui compromet même les importations de blé ; conditions de la BIRD pour accorder un prêt de 250 millions de dollars « assorti de clauses inacceptables qui constitueraient une véritable main mise en tutuelle de notre économie... conditions auxquelles un Etat indépendant ne peut souscrire »...167. Mais Bidault poursuit en indiquant clairement que la France se range aux côtés des américains, mais qu’il faut un peu de temps pour habituer l’opinion publique à revoir les revendications sur l’Allemagne. Malgré ces marques touchantes de bonne volonté, la réponse de G. Marshall est évasive. Cet épisode met en lumière le rapport de forces inégal entre les Etats-Unis et la France depuis 1944, celle-ci quémande, ceux-là chipotent ! En effet les Américains sont obsédés par le spectre de la crise économique d’après-guerre qu’ils ont subie en 1920-21 ; aussi sont-ils très attentifs à la reconversion de leur économie de guerre et ne veulent-ils pas la compromettre par des prêts ou des livraisons intempestifs à l’Europe. Aussi les Accords de Washington signés le 28 février 1945 par Jean Monnet, prolongeant la loi prêt-bail, seront rompus en août par Truman.

  • 168 Nerin Gun : « Les secrets des archives américaines ; Ni de Gaulle, ni Thorez » TII.
  • 169 Nerin Gun p 76.
  • 170 Nerin Gun p 77.

288D’autre part, ils font du sort de l’Allemagne le pivot de leur politique européenne qui consiste à circonscrire au maximum la poussée communiste. C’est pourquoi grande est leur perplexité à l’égard de la situation française comme le reflètent les nombreuses notes diplomatiques168. Inquiets des succès soviétiques, ils acceptent mal les ministres communistes dans les gouvernements belge, italien et français. Pour eux, le PCF, principalement, est le cheval de Troie de Staline. Les non-communistes, de Blum à Bidault ont toutes les peines du monde à convaincre les dirigeants que la France n’est pas « rouge ». Le général de Gaulle les rend aussi méfiants, la vision autoritaire et indépendante du général les gêne ; l’ambassadeur à Paris, Caffery, écrit en note : « Le départ du général de Gaulle nous a surpris. Mais nous ne le regretterons pas. Nous ne souhaitons pas son retour »169. Pour les américains donc, ni Thorez, ni De Gaulle, mais ont-ils confiance dans les leaders socialistes et républicains populaires ? Byrnes, le secrétaire d’Etat, croit en la sincérité de Blum, venu en mars 1946 au nom du gouvernement Gouin relancer les demandes en vivres et en charbon. Byrnes assure : « Nous comprenons l’importance d’un succès de Blum. Mais où trouver l’argent ? Le Congrès est décidé à ne pas lâcher les cordons de la bourse. La banque Export-Import n’a que des ressources limitées. Où trouver les millions de dollars nécessaires ? »170. L’administration ne les trouvera pas en effet, et l’aide sera bien réduite ; on ne retiendra plus tard de ces accords Blum-Bymes que leur aspect culturel (quota de films américains à programmer en France), symbole d’un impérialisme naissant. Ainsi l’Amérique ne veut pas brader son aide à l’Europe ; et il se trouve que la France est un terrain miné. Notons que l’Angleterre, pourtant allié déclaré, ne sera pas non plus abreuvée de dollars.

  • 171 Nerin Gun p 77.
  • 172 Idem.

289Or les hommes politiques français et l’ambassadeur américain lui-même, Caffery, lient étroitement, et sans doute avec juste raison, les difficultés économiques et la conjoncture politique. Déjà en mars 1946, Caffery écrivait : « Chaque jour nuit à Blum et aux socialistes. Et chaque jour perdu aide les communistes car on prétend qu’ils songent sérieusement à descendre dans la rue... »171. A. Philip, ministre de l’Economie nationale, rendant visite fin mars 47 à Caffery, lui dit que « la France est devenue un champ de bataille entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique. Pour que les socialistes puissent chasser les communistes, il faut d’abord que les conditions économiques du pays s’améliorent substantiellement »172. Les leaders du MRP tiennent le même langage et pourtant le gouvernement américain ne semble pas comprendre.

  • 173 Nerin Gun p 99.
  • 174 Cf. G. Bossuat, colloque Ramadier.

290Survient le 4 mai 1947, le renvoi des ministres communistes, dont nous avons à juger s’il fut commandé, provoque en tout cas la surprise à Washington ! Le 12 mai Caffery écrit à Marshall : « La composition du gouvernement Ramadier est, vu les circonstances, la plus favorable que nous puissions espérer... Si nous souhaitons réellement une France très forte démocratiquement, une telle coalition doit avoir les plus grandes chances de succès. Les éléments qui la composent sont orientés vers nous à cause d’une croyance commune dans la dignité humaine et dans la nouvelle notion de liberté, et une crainte profonde, une méfiance instinctive de l’impitoyable poussée expansionniste soviétique... Il est donc dans notre intérêt que le gouvernement Ramadier réussisse. Mais les chances sont aléatoires sans une aide substantielle de notre part »173. Caffery, avocat de la France et en tout cas du gouvernement auprès des autorités américaines, ne semble pas les convaincre rapidement puisqu’il renouvelle ses demandes régulièrement jusqu’à l’automne, et qu’en septembre Ramadier, lassé d’attendre, demandera une aide aux soviétiques (1,5 million de tonnes de blé) ! Communistes ou non au gouvernement, la position américaine semble inchangée à l’égard de la France, ce qui ne plaide pas en faveur d’une quelconque inféodation politique174. Mais le général Marshall va imaginer en juin un plan d’aide à l’Europe entière et la France s’y inscrira au même titre que les autres pays.

3) – L’aide américaine à l’Europe et l’élargissement de la cassure Est-Ouest

  • 175 Dans « Le Monde », 7-8 juin 1987 – article de J. Laloy sur « Le lancement du Plan Marshall ».

291A la Conférence de Moscou, le général Marshall a eu le sentiment que Staline pouvait laisser traîner les choses longtemps et que le temps travaillait peut être pour lui. Après avoir rendu visite aux dirigeants européens alliés et entendu leurs demandes pressantes d’aide, il déclare le 28 avril, dès son retour : « Le patient (l’Europe) agonise, tandis que les médecins discutent »175. Il demande alors à ses collaborateurs d’étudier les moyens d’assurer le relèvement du vieux continent ; le 5 juin, à l’université de Harvard, il prononce un discours dans lequel il déclare que les Etats-Unis doivent aider l’Europe à retrouver une santé économique. Mais l’aide doit être rationalisée ; les Européens doivent se concerter pour définir leurs besoins . On connaît le principe de fonctionnement du « plan Marshall » et les diverses réactions qu’il suscita...

  • 176 Auriol : Journal du Septennat – 11 juin 1947.
  • 177 Auriol : Journal du Septennat – 2 juillet.

292Quelles furent celles de la France ? D’après le Journal d’Auriol176, les dirigeants s’inquiètent d’une éventuelle exclusion de l’URSS et le 14 juin Ramadier lui téléphone pour l’informer que Marshall inclut bien l’URSS, à l’adhésion de laquelle Léon Blum semble croire. Le 2 juillet, le président de la République s’inquiète lui aussi de la position russe à la Conférence de Paris qui se déroule depuis le 27 juin pour discuter les propositions américaines, note que Togliatti, le leader communiste italien, a estimé que les crédits américains étaient indispensables même s’ils relançaient d’abord l’économie américaine. Auriol est déçu de l’attitude de Molotov, des propos de l’agence Tass qui accuse la France et la Grande-Bretagne de vouloir imposer leur domination sur les petits pays, et le plan Marshall d’être un moyen d’ingérence. Bidault a fait remarquer qu’ingérence il y aurait si les Etats-Unis proposaient des accords Etat par Etat. Finalement Léon Blum et Auriol pensent que l’URSS veut se barricader derrière ses satellites. Une note concernant la réunion du Bureau politique du PCF assure que les ordres sont de s’opposer au gouvernement et de continuer les grèves. Ramadier juge que c’est dans la logique internationale177.

293Le 15 juillet, Bidault informe le gouvernement que huit pays de l’Est refusent le plan, que Staline a peur du relèvement allemand et de l’isolement de son pays. Que faire pour atténuer la méfiance réciproque des deux Grands, s’interroge le président de la République, comme sans doute les ministres socialistes ; méfiance qui fait monter la tension en Europe.

  • 178 D’après R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 306-307.

294Le sentiment d’une rupture internationale semble donc perçu par les dirigeants français après la proposition Marshall. Qu’en pensent les partis politiques et l’opinion ? Avec un certain décalage, la même analyse sera faite : le MRP et la droite se précipitent sur l’offre américaine dans l’espoir de sortir du désordre, des grèves et des difficultés économiques, pour éloigner définitivement le spectre du communisme. Les socialistes voient dans ce plan « une déclaration de guerre à la misère », l’occasion de construire une nouvelle Europe en y intégrant l’Allemagne et les pays de l’Est s’ils le désirent, mais ils refusent toute condition politique et militaire178. On sait, peut-être mal d’ailleurs, que l’idéal d’une Europe unie était repris par Blum et les socialistes depuis A. Briand, la guerre ayant encore renforcé cette idée. La presse socialiste, les congrès ou les réunions du Comité directeur ne révèlent aucunement la préoccupation d’un quelconque risque d’inféodation à l’égard de la puissance américaine ; les socialistes se sentent libres des choix politiques ; ce n’est pas pour cela qu’ils le sont réellement !

295Quant au parti communiste, il expose en juin assez favorablement les propositions américaines, pour les critiquer en juillet et les combattre violemment à partir de septembre. « Le gouvernement aux ordres de l’Amérique », « la majorité américaine de la Chambre »... sont désormais les leitmotiv de la presse communiste.

296En septembre donc, la rupture semble consommée, et désormais conjoncture extérieure et politique intérieure vont de pair. En effet, au-delà de l’horizon français, on sait que Staline et Jdanov, ayant interprêté, peut-être à juste titre (?), le plan Marshall avant tout comme une machine de guerre dirigée contre eux, répliquent le 5 octobre par la reconstitution du Kominform ; désormais tous les partis communistes deviennent anti-américains et « anti-social-fascistes »... La cassure est définitive dans les esprits et dans les faits en février 1948 avec le « coup de Prague ».

297La France va choisir d’accepter le plan Marshall ; pour elle, il est avant tout une bouée de sauvetage ; elle comprendra ensuite qu’elle a choisi en même temps son camp ; il ne faut pas inverser l’ordre des choses. A partir de 1948, dans le cadre du plan Monnet, la reconstruction française prendra enfin sa vitesse de croisière grâce à cette bouffée d’oxygène indispensable. En attendant cette issue, Ramadier en 1947 a dû faire face à la détresse du pays et a cristallisé souvent sur sa personne toute la rancœur d’une population lasse d’une vie précaire depuis sept ans ; 1948 verra enfin poindre la sortie du tunnel.

298Ramadier et son gouvernement ont-ils été les valets de l’impéralisme américain, comme la propagande communiste et les raccourcis historiques l’ont laissé ensuite bien souvent entendre ? Le renvoi des communistes en France, mais aussi en Italie et en Belgique, a-t-il été imposé par Washington, et les aides fonction de la politique intérieure des Etats ?

299Essayons de faire un sort à cette affirmation simpliste. N’étant pas dans le secret des dieux, considérons seulement les paroles et les actes des hommes responsables, replacés dans la chronologie, et situons Ramadier dans ce contexte en tenant compte de sa personnalité que maintenant nous cernons bien.

4) – La pression américaine sur la France fut forte mais indirecte

  • 179 V. Auriol, Ramadier, J. Moch dans leurs témoignages postérieurs. Les proches collaborateurs de Rama (...)
  • 180 Voir Nérin Gun : « Le secret des archives américaines », et P. Robrieux : « Le PCF vu par les servi (...)
  • 181 voir A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne ».

300Les historiens ont recherché en vain un document américain qui aurait clairement signifié aux Européens les termes du marché : aide économique contre alignement politique total, et pour la France, la Belgique et l’Italie, pas de communistes au gouvernement. Même s’il existe des rapports ou des propos troublants, il n’est plus possible aujourd’hui d’admettre que les gouvernements européens se soient pliés à des ordres directs, tant la souveraineté des Etats est un concept fondamental des démocraties libérales, surtout quand, comme la France et la Grande-Bretagne, ces Etats étaient, il y a peu, les grandes puissances mondiales. Les décideurs de 1947 ont d’ailleurs toujours affirmé qu’ils n’avaient obéi à aucun ordre étranger179. L’étude des archives américaines révèle également l’extrême prudence du gouvernement de Washington vis-à-vis de la France sur le plan politique pur180, mais en revanche, son extrême fermeté quant aux conditions économiques d’une aide matérielle pour le relèvement de l’Europe181. Là réside probablement l’ambiguïté mais aussi la clé du basculement de la France et de l’Europe de l’Ouest dans ce qui deviendra « le camp américain » ou « atlantique ». En réalité, le processus de la mise en place d’un monde bipolaire a duré un an (mars 1947-février 1948) pendant lequel le gouvernement français a cherché à maintenir une « 3e force » internationale. Mais le dernier mot est en fait revenu aux deux « super puissances » nées de la guerre.

  • 182 A. Lacroix : « Le choix de Marianne » p 79.
  • 183 F. Bloch-Laîné-J. Bouvier : « La France restaurée » p 101.
  • 184 Bloch-Laîné-Bouvier : « La France restaurée » p 91 à 93.
  • 185 R.F. Kuisel, « Le capitalisme et l’Etat » ; cité par J. Bouvier (p 88).

301Essayons tout d’abord de faire revivre le climat de l’époque et de cerner l’état d’esprit des décideurs, pour éviter tout anachronisme. Il faut, d’entrée de jeu, bien noter que l’opinion française et la classe dirigeante (hormis le PCF, et encore peut-être surtout à partir de 1947) n’ont visiblement pas le sentiment du danger d’un impérialisme américain naissant, mais au contraire, celui d’une alliance « naturelle » envers le vainqueur libéral de la guerre auquel nous sommes liés par l’histoire et avec qui nous partageons les valeurs démocratiques. Les travaux d’Annie Lacroix sont révélateurs182 et confirmés par le témoignage récent de F. Bloch-Laîné183, directeur du Trésor de 1947 à 1953, qui écrit : « Le souci de maintenir la France dans la mouvance du monde anglo-saxon a hanté toute la haute administration, toutes nuances confondues, hormis la communiste » ; même au parti socialiste, le rejet du capitalisme n’est que théorique, l’Amérique reste la Terre de la liberté et de la démocratie. On connaît les sentiments de Léon Blum lui-même, d’abord à l’égard de Roosevelt en 1936, puis ensuite son admiration en 1946 pour cette grande démocratie qu’il idéalise un peu naïvement, puisqu’elle se montre plutôt ingrate envers ses requêtes ! Pierre Mendès-France, lui aussi, a témoigné a posteriori du fait qu’à la Libération peu de gens avaient conscience d’un danger américain, et F. Bloch-Laîné signale qu’en 1943 Georges Boris, collaborateur de PMF, mettait, seul, en garde De Gaulle contre les crédits américains accordés à la France libre qui entraîneraient ensuite une inféodation aux intérêts économiques et politiques de la grande puissance184 ; d’où les plans draconiens de Mendès-France en 1944, mais aussi leur rejet car « après la Libération, les libéraux occupèrent les postes financiers et tinrent les mendésistes à l’écart » selon un historien américain185. Il est donc essentiel de constater que les Américains n’ont pas eu à séduire la classe dirigeante française qui leur était tout à fait acquise. Ils étaient le pays de la liberté, les vainqueurs de la guerre, une deuxième fois les sauveurs de l’Europe démocratique et les plus riches de la planète ; ils étaient donc un modèle attirant et non pas répulsif comme l’URSS, malgré ses titres de gloire acquis dans la lutte anti-fasciste. Ainsi la France a-t-elle chu du côté où elle penchait déjà fortement !

  • 186 A. Lacroix : « Le choix de Marianne ».

302Cependant le gouvernement de Washington mit trois ans (1945-48) pour convaincre les dirigeants français et la haute administration de la nécessité de consentir à passer sous les fourches caudines de leurs exigences économiques, qui furent draconiennes sur les crédits et les livraisons de surplus, conçues avant tout en fonction de leur propre intérêt immédiat et à plus long terme, et aussi de leurs exigences politiques en ce qui concerne le sort de l’Allemagne, que les Français voyaient à l’opposé des souhaits américains. Les demandes françaises n’ont jamais été acceptées telles quelles, et A. Lacroix parle avec juste raison de capitulations successives186.

  • 187 Colloque : « la SFIO et la politique étrangère de la France entre 1945 et 1954 ». 26 octobre 1985 ( (...)

303Cependant, la majorité des français, y compris les socialistes et à plus forte raison Ramadier, esprit libre et indépendant de nature, pensent que la France n’a perdu aucune parcelle de sa souveraineté dans ses décisions politiques. D. Mayer témoigne pour son parti de la conscience d’une dépendance matérielle à l’égard des Etats-Unis, mais d’une volonté de constituer une « 3e force » internationale, une Europe unie équidistante entre les deux Grands, d’éviter surtout la division du monde en deux blocs antagonistes dangereux pour la paix et de promouvoir la sécurité collective au niveau mondial. A. Savary jugeait que les Français étaient objectivement dépendants de l’Amérique mais subjectivement libres, puisque les forces de la Résistance avaient triomphé187. C’est ainsi effectivement que semble se présenter la réalité historique.

304Reste le problème communiste qui provoque perplexité et inquiétude outre-Atlantique ; plus qu’une réelle menace, il semble en fait servir de moyen de chantage réciproque : pour les Etats-Unis, la présence des communistes au gouvernement permet d’exercer une certaine pression sur les conditions de l’aide, la France n’est pas un allié sûr puisque le ver (l’œil de Moscou) est dans le fruit ! Mais pour le gouvernement français, au contraire, c’est une bonne raison pour demander avec insistance cette aide qui servirait à juguler la poussée communiste dans le pays ! Nous avons vu que les dirigeants français et l’ambassadeur Caffery lient le calme social et la modération politique au redressement économique. Il n’en reste pas moins vrai que le PCF représentait un pion soviétique au cœur de l’Europe libérale, d’où la réticence américaine. C’est dans ce contexte général que chemine à tâtons, jusqu’en juillet surtout, le gouvernement Ramadier.

  • 188 Ils’agit d’un document secret transmis au comte Sforza ministre italien des Affaires étrangères.

305L’émergence de la nouvelle donne internationale, la conscience d’abord fugitive puis plus précise d’un nouvel ordre des choses apparaît dans un document d’ambassade dès le 29 mars 1947188 :

  • 189 Expression soulignée dans le texte.

306« Nous nous trouvons en présence d’une campagne précise destinée à embrigader Volens Nolens, la France, l’Italie et les autres pays de l’Europe occidentale dans la politique américaine. Le premier objectif que cette campagne se propose en ce qui concerne l’Italie et la France est de nous amener à constituer des gouvernements dont le communisme soit exclu. Ce que les Américains nous disent à tous deux avec de moins en moins d’ambages, c’est : des communistes au gouvernement, pas de crédit, pas de blé, pas de charbon, un gouvernement sans communistes alors on commence à danser ». L’auteur continue en notant que la situation est délicate car les deux pays ont besoin de blé et de charbon, que l’URSS ne peut en fournir et que l’Allemagne est en fait dans les mains des Américains. L’auteur du rapport souhaiterait une position intermédiaire pour son pays, mais pense que ce sera impossible car « nous nous trouvons en face de deux adversaires qui ne connaissent pas les nuances, qui sont tous deux d’une intransigeance très primitive. Tous deux appliquent à leur façon la parole de l’Evangile : celui qui n’est pas avec moi est contre moi. Les Français et Bidault en particulier ont cherché à rester dans cette voie intermédiaire. La conviction qu’il faut prendre position de gré ou de force commence à faire son chemin en France »189

307Ce document montre clairement qu’en mars 1947, la pression américaine est fortement ressentie dans les sphères dirigeantes européennes, de même que le jeu bipolaire des deux Grands ; la nouvelle donne est assimilée. La portée du discours de Truman du 12 mars sur le « containment » est révélée ici dans toute son ampleur. Staline n’a sans doute pas eu tort de la prendre comme un défi, une sorte de déclaration de guerre... froide, d’où son attitude à la Conférence, apparemment les observateurs européens ne s’y pas trompés non plus : les américains sont en train de constituer un camp dont ils voudraient que l’Europe de l’Ouest fasse partie ; mais la présence des communistes dans certains gouvernements les gêne. Le rapport montre bien aussi que les pays européens, France et Italie particulièrement, avaient d’autres projets ; mais, conscients de leur situation de faiblesse, ils se sentent en fait pris au piège du chantage à l’aide économique. Peut-on pour autant conclure que ce document matérialise des pressions explicites et directes dans ce sens, un marché clairement mis en mains : pas de communistes et l’aide suivra ?

  • 190 Nerin Gun – p 97.
  • 191 Témoignage P.H. Teitgen.

308Il paraît impensable que Ramadier et Bidault notamment ne se soient pas posé la question. Voulaient-ils néanmoins se ranger prestement dans le camp américain ? En voyaient-ils l’urgence ou l’intérêt diplomatique ? Le 15 avril suivant, l’ambassadeur Caffery rencontre P.H. Teitgen, le vice-président du Conseil, qui lui fait part avec insistance des doutes de Ramadier quant à une intervention américaine en France dans le cas d’une attaque soviétique : « Ramadier pense qu’en cas de guerre avec les Soviétiques, les Etats-Unis occuperont la Grèce et la Turquie ainsi que l’AFN, mais qu’ils abandonneront la France en se retirant derrière les Pyrénées »190. Le diplomate répond : « J’ai l’impression que les Français anti-communistes sont en train de se distinguer pour ne pas résister avec efficacité à la montée communiste en France et hors de France ». Teitgen répond alors : « Si nous étions sûrs de votre aide nous résisterions et nous prendrions des risques ». « C’est un état d’âme de l’Europe » conclut Caffery. N’oublions pas que c’est l’époque des rumeurs sur de possibles complots communistes en France et qu’une attaque soviétique éventuelle hante les esprits des dirigeants et des stratèges depuis la fin de la guerre. C’était en particulier la crainte de De Gaulle, qui justifiait ainsi la nécessité d’un régime musclé en France191. Mais en avril 1947, on peut apprécier le pessimisme de Ramadier sur un engagement américain en Europe et l’imprécision des réponses américaines à ce sujet, de même que leur superbe ! Nul doute que les inquiétudes sur le contenu réel d’une alliance plus étroite avec les Etats-Unis ne s’expriment alors parce qu’il devient évident, fin avril, qu’il faudra bien tirer les conséquences de l’échec de la Conférence de Moscou et de l’attitude de Staline.

  • 192 Nerin Gun p 101.
  • 193 Nerin Gun p 103. Note fournie à Marshall le 11 juillet par Charles Bohlen et Matthews, l’un spécial (...)

309Peut-on dire du coup, comme il serait tentant, que l’éviction des communistes du gouvernement le 4 mai soit un gage d’obéissance aux vœux américains ? Non, parce que nous avons vu qu’elle intervenait avant tout dans un contexte franco-français, et que beaucoup d’hommes politiques et non des moindres (L. Blum – G. Mollet) souhaitaient leur retour prochain au pouvoir ainsi que les intéressés ! De plus la réaction américaine après le 4 mai est surprise et perplexité, puisque Caffery ne fera le point de la situation que le 12 mai : « Nous nous trouvons devant une situation toute nouvelle, très complexe et sans solution apparente. La composition du gouvernement Ramadier est, vu les circonstances, la plus favorable que nous puissions espérer... Il est donc dans notre intérêt que le gouvernement Ramadier réussisse » ; c’est-à-dire aidons la France matériellement. Mais Caffery se fait rappeler à l’ordre par Marshall qui télégraphie : « Qui est-ce qui raconte à Paris que les Etats-Unis vont aider Ramadier pour soutenir son gouvernement de coalition anti-communiste ? ». Dans un style fort diplomatique, l’ambassadeur lui répond : « Je suggère que nous déclarions que nous n’avons pas changé de politique »192. Le souci de non-ingérence est évident, et l’aide ne sera pas plus généreuse dans les mois à venir. Le renvoi des communistes est enregistré positivement, sans plus. Survenu pour des raisons de politique intérieure, il se trouve qu’il ne tombe pas mal non plus dans la conjoncture internationale ! Le plan Marshall proposé en juin concernera toute l’Europe et la France ne recevra une aide confortable qu’en 1948. Mais le plan, deux mois après le discours de Truman, est ressenti par Staline comme le filet nécessaire à la constitution d’un bloc américain. Il le refuse, au grand soulagement des Américains eux-mêmes, qui hypocritement l’avaient offert à tous. En effet, dès juillet, il semblait clair dans les allées du pouvoir à Washington que l’aide ne pouvait aller au communisme. A propos de la France, un conseiller de G. Marshall lui écrivait le 11 juillet : « Tant que les communistes n’obtiendront pas une influence décisive et ne pourront pas exercer un droit de véto, nous ne devons pas abandonner la France à son sort uniquement par ce qu’il y a un ou deux ministres communistes... Mais si les communistes reviennent saboter notre programme de redressement de l’Europe, alors nous ne devons pas continuer à aider la France »193. L’Europe de l’Est, elle, était déjà sous la coupe des communistes.

310Ainsi à l’automne 1947, les jeux sont faits à l’extérieur et à l’intérieur : Jdanov reconstitue le Kominform et les communistes français mènent l’attaque contre le gouvernement et l’impérialisme américains. Il n’est plus question de participer au gouvernement. Ramadier et ses collaborateurs ont, sous la pression des besoins économiques, mendié l’aide américaine et ce faisant se sont bon gré mal gré insérés dans le camp occidental alors qu’ils auraient préféré faire de l’Europe un 3e pôle international indépendant. Mais la force a eu raison de la faiblesse. Les Etats-Unis n’ont pas vraiment dicté leur volonté à la France, mais leur puissance d’attraction a été suffisante pour la faire capituler en douceur, de même que le reste de l’Europe.

3111947 est donc une césure, c’est l’entrée en guerre froide que les décideurs français ont abordée à reculons mais les yeux ouverts depuis mars.

  • 194 Dans A. Lacroix : « Le choix de Marianne » p 83-84.
  • 195 Bloch-Laîné et J. Bouvier : « La France restaurée ».
  • 196 G. Bossuat : « L’aide américaine à la France après la Seconde Guerre mondiale ». Revue 20e siècle N (...)

312Cependant les conséquences de cet engagement ne sont pas sur l’heure clairement perçues ; à la SFIO, on les juge plutôt heureuses, seul Jean Rous, délégué du Rhône, est préoccupé : « Certes nous demandons du blé, du charbon, mais dans le même temps nous devons construire la maison dans laquelle nous nous trouvons et nous n’acceptons pas d’aller à une espèce de soupe populaire internationale si on nous demande de renoncer à la perspective révolutionnaire qui est la nôtre »194. Ce socialiste pressent juste, car la politique française après le gouvernement Ramadier glissera inexorablement à droite autour de la 3e force, le plan Monnet utilisera l’aide américaine mais, néo-libéral, il enterrera toutes réformes nouvelles et participera sans doute à la restauration de l’ordre ancien. L’esprit de la Résistance s’en est allé en 1947 au plan économique et social195. Le poids des contraintes matérielles a entravé la liberté des décideurs. Cependant la France, grâce à l’aide américaine, entamera son redressement et sa modernisation économique196 tandis que certains hommes politiques, dont Ramadier, vont bientôt rêver de substituer une Europe « européenne » à l’Europe « américaine » issue du plan Marshall. Le résultat est donc loin d’être négatif.

313Pendant que le président du Conseil cherche à sortir son pays de la pénurie, certaines colonies françaises revendiquent leur indépendance ; c’est encore une nouvelle donnée, qui empoisonnera jusqu’à l’agonie la IVe République.

L’amorce ratée de la décolonisation

314Alors que l’Inde et le Pakistan deviennent indépendants le 15 août 1947, les colonies françaises également secouées par la maturation des mouvements nationalistes, se voient signifier par les gouvernements successifs leur appartenance inexorable à l’Union française. La France affaiblie, traumatisée par la défaite de mai-juin 40, ne veut pas lâcher les derniers attributs de sa puissance impérialiste. Les révoltes grondent, durement réprimées, une véritable guerre commence en Indochine ; mais la classe politique, soucieuse avant tout des difficultés « hexagonales », n’envisage pas le problème avec suffisamment de sérieux et met la tête sous l’aile.

315Contentons-nous ici d’essayer d’appréhender les idées et les actes de Ramadier dans ce domaine et en cette année 1947.

1) – Une vision conformiste de l’émancipation coloniale

  • 197 Archives Siman – compte rendu du 19e congrès.
  • 198 Voir le numéro spécial de l’Histoire N° 69 (1984) : « Le temps des colonies ».
  • 199 J. Marseille : « Les colonies, une bonne affaire » Histoire N° 69 (1984).

316La première expression personnelle de Ramadier sur la question coloniale est, à notre connaissance, une intervention faite le 23 avril 1927 à Rodez au 19e congrès franc-maçon des Loges du sud197 ; et c’est une intervention orginale qui pouvait laisser présager une autre évolution de sa pensée. Le congrès avait abordé le thème de « l’intensification de la production coloniale ». Après l’exposé du rapporteur, quelqu’un s’indigne des scandales financiers, un autre participant souhaite qu’on « développe chez les jeunes gens le goût des questions coloniales et que l’on favorise leur établissement aux colonies » ; bref, les banalités classiquesˇ ! C’est alors que le « Frère » Ramadier réveille l’assistance en déclarant émettre de sérieuses réserves et soutenir « qu’il est de l’intérêt de la France de dénoncer l’illusion coloniale ». Il cite l’exemple de l’Angleterre « actuellement menacée dans sa prospérité industrielle par le développement aux colonies d’industries indigènes qui concurrencent la métropole ; une situation semblable pourrait naître à Madagascar et en Indochine » ; d’autre part, poursuit-il, la France n’a pas les moyens financiers de mettre en valeur ces territoires dans lesquels tout est à créer ; il faut consacrer les capitaux à la France elle-même. Cependant faut-il renoncer aux colonies ? Non, dit-il, car elles sont le point de contact des civilisations rivales occidentale et orientale. L’auditoire maçon est apparemment stupéfait et perplexe devant la thèse de Ramadier et le « Frère » Martin révèle que « poussée à sa conclusion logique, elle devrait conduire à l’abandon des colonies, car il reste sceptique sur le rôle de la colonie dans le contact des civilisations ». Finalement, le congrès vote une résolution qui émet le vœu « que l’exploitation de ce domaine soit après de très sérieuses études, limitée à celles des colonies dont l’exploitation nous offre simultanément le plus de ressources et nous demande le minimum de sacrifices... ». Cette discussion est révélatrice de la perplexité des Français devant le fait colonial qui, dès le départ, a provoqué d’ardentes controverses et ensuite surtout des clichés exotiques198. Notons cependant la perspicacité dénuée de sentiment de Ramadier sur l’intérêt strictement économique de nos colonies, intérêt que Jacques Marseille a récemment essayé d’évaluer et qu’il n’estime pas globalement mirifique199. L’intervention de Ramadier ne reflète sans doute pas toutes ses idées sur les colonies, puisqu’elle se borne à l’aspect économique, thème du débat. Cependant elle révèle un solide réalisme en même temps qu’un vague idéalisme, relevé comme tel d’ailleurs par les auditeurs, quand il déclare que le principal intérêt est la rencontre des civilisations.

  • 200 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » et les cahiers de l’OURS : Histoire de la SFIO.

317On sait que Jaurès et les socialistes se sont élevés avec passion contre la conquête coloniale qui asservit les peuples. Cependant après 1920, l’empire français étant une réalité, les socialistes se consolent en voulant croire à l’œuvre civilisatrice donc émancipatrice des gouvernements métropolitains. Les questions coloniales ne passionnent pas les militants socialistes ; très souvent elles sont évoquées en séance de nuit dans les congrès nationaux par quelques spécialistes sous forme de positions théoriques. Léon Blum et Maurice Violette avaient cependant en 1936 proposé en vain un statut progressiste pour l’Algérie200.

  • 201 Ch. A. Ageron : « Le parti colonial »– L’Histoire N° 69 et « France coloniale ou parti colonial » P (...)

318Mais si, pour la plupart des Français, les colonies tiennent de l’exotisme et de l’humanisme, pour le « parti colonial » elles sont avant tout le moyen de faire de bonnes affaires dans le commerce et l’exploitation des richesses du sol et du sous-sol ; « gros colons » ou « petis blancs » constituent un groupe de pression politique en métropole qui a des défenseurs dans presque tous les partis201 ; les IIIe et IVe Républiques ont dû compter avec ce lobby.

319En 1945, dès que les premières émeutes éclatent çà et là (Sétif par exemple), le gouvernement et les Français, non encore remis de la guerre, ne sont pas préparés à comprendre la profondeur et la fatalité de la révolte coloniale.

  • 202 Il gardera toujours cette idée par la suite y compris au moment de la guerre d’Algérie. Témoignage (...)

320Ramadier qui semblait donc assez détaché de la question va, et pour diverses raisons, se faire le défenseur de l’Union française sous la IVe République, au même titre que la plupart des hommes politiques. Le 25 avril 1947, le président du Conseil déclare devant les conseillers généraux aveyronnais qu’il voit dans l’Union française un enjeu pour la France : enjeu de puissance car « la France ne serait q’un petit grain de sable dans le monde si elle se séparait de ses territoires de l’Union française » ; enjeu d’équilibre mondial parce qu’« elle est nécessaire je crois aussi à l’équilibre du monde car tout de même il faut que des forces moyennes subsistent entre les grands gouvernements économiques et politiques qui peuvent se partager le monde ». Dans le contexte international critique de 1947, Ramadier juge nécessaire à la sécurité française la possession de l’Afrique du Nord comme base de repli en cas d’attaque soviétique ; son schéma défensif reste celui de Paul Reynaud en 1940202. Le moyen de garder l’Union française, c’est la confiance dans les vertus nationales : « Il faut que la France soit un centre de rassemblement, que la civilisation française apparaisse aux populations d’Outre-mer comme un point d’attraction, comme un élément de force, de richesse, de culture ».

  • 203 Colloque de l’Institut P. Renouvin sur la SFIO et la politique extérieure.

321Il ressort à l’évidence que Ramadier pense en homme d’Etat soucieux des intérêts de son pays : conserver une puissance donc une indépendance à la France face à la voracité des deux super-grands, tout en traitant les colonisés à la lumière des Droits de l’Homme. C’est ainsi d’ailleurs que la Constitution prévoyait les choses. Dans l’entourage de Ramadier, certains esprits, peut-être plus perspicaces, osaient entrevoir une évolution rapide vers l’émancipation totale, c’est-à-dire l’indépendance. Son propre fils aîné, rentré d’Indochine où il était administrateur pendant la guerre puis bientôt muté en Afrique, poussait à des solutions libérales (il gagnera le PSA en 1958). A la SFIO, Auriol, Blum, Boutbien, Ch. A. Julien, J. Rous, Rosenfeld et G. Mollet étaient en 1947 favorables à une réelle émancipation (déclaration de Blum en décembre 1946 à l’Assemblée) ; mais Marius Moutet, ministre de la France d’Outre-mer, et les administrateurs sur place se laissent influencer par le « parti colonial » partisan de la fermeté. L’ensemble des militants socialistes se sentent d’abord concernés par les affaires intérieures et semblent concevoir un statut évolutif pour les colonies en s’appuyant sur les élus indigènes du Sénat, de la Chambre des députés et de l’Assemblée de l’Union française. Mais Alain Savary jugeait a posteriori que le parti ne s’est pas livré à une analyse de fond sur la question coloniale, si bien qu’il a réagi au coup par coup et sans toujours être complètement informé203.

  • 204 A. Ruscio : « Les communistes français et la guerre d’Indochine ».

322Enfin parce que le fragile équilibre parlementaire ne devait pas être rompu après le départ des communistes, les tenants du parti colonial, MRP, radicaux et droite dans l’ensemble pesèrent d’un grand poids dans les décisions gouvernementales. Les socialistes et Ramadier « flottent » et souvent sont à la remorque de la politique du fait accompli. Il est significatif de constater que les communistes eux-mêmes n’ont pas voulu rompre avec le gouvernement sur l’Indochine, question qui leur tenait pourtant à cœur mais qui était secondaire aux yeux de l’opinion, sensible en revanche à la politique salariale204.

323En 1947 Ramadier va donc aborder les questions coloniales en tant que chef de gouvernement à défaut de le faire pour défendre une conviction nette et profonde issue d’une longue réflexion personnelle. Mais qui en avait réellement une ?

2) – Un gouvernement qui réprime tout en sentant la nécessité des réformes et des accords

324Tandis que l’affaire indochinoise entamée depuis deux ans va s’envenimer, d’autres brasiers menacent de s’enflammer.

La sanglante répression malgache

325Dans la nuit du 29 au 30 mars 1947, alors que l’échec de la Conférence de Moscou préoccupe le gouvernement, à l’autre bout du monde, des insurgés malgaches déclenchent leur guerre d’indépendance. La nouvelle met 48 heures à parvenir en France ; « le Monde » titre le 1er avril : « Un camp militaire français attaqué par des individus armés de sagaies et de coupe-coupe » ; « les troubles de Madagascar » vont désormais faire partie de l’actualité pendant quelques mois. N’étant ni appuyés par la population, ni par les Etats-Unis sur lesquels ils comptaient, les insurgés mènent une guérilla de plus en plus réduite jusqu’en décembre 1948.

  • 205 Voir J.T. Tronchon : « L’insurrection malgache de 1947 ».
  • 206 Cité dans le « Monde » du 29 et 30 mars 1987 par J. de la Guérivière : « Il y a 40 ans l’insurrecti (...)

326La réaction du gouvernement fut double, militaire et politique. Conseillé par l’administration locale soumise aux grands colons et par les militaires revanchards, le gouvernement s’en remet sur le terrain au corps expéditionnaire qui mène une répression « exemplaire »205 : 89 000 morts, tortures, guerre psychologique. Au plan politique, les responsables sont identifiés par les autorités : ce sont les élus du MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache structuré et développé depuis 1946) qui auraient été informés des projets insurrectionnels et n’en auraient pas averti le gouvernement. Les cinq députés malgaches et les cinq conseillers de la République passent en jugement après que le Parlement ait levé leur immunité parlementaire, seuls les communistes et les élus d’Outre-mer s’y sont opposés. Six sont condamnés à mort par la cour criminelle de Tananarive. La sentence ne sera pas exécutée ; il fallait certes calmer les colons mais ne pas massacrer les élites politiques ! En 1960 Mr Rabemananjara et Mr Ravoahangy seront ministres de la République Malgache indépendante ! Le ministre Marius Moutet et les hauts-commissaires à ses ordres s’emploieront à désarmer l’ardeur des colons regroupés dans la Ligue des intérêts franco-malgaches, mais un lourd silence s’étend sur les exactions. Ramadier semble réduire la révolte à une simple querelle clanique puisqu’il déclare : « Les descendants des anciens conquérants, les Hova, caste aristocratique et riche, sont à l’origine des troubles »206. Cette vision réductrice et piètrement colonialiste est-elle sincère ou de circonstance ? On peut estimer que ces événements préfigurent ceux d’Algérie, la répression a maté la révolte, mais a coupé les élites progressistes de la métropole, a figé toute perspective d’évolution et montre que Paris est soumis aux appréciations des colons et des militaires faute d’avoir une politique coloniale bien définie. Le même scénario se reproduira d’un bout à l’autre de l’empire.

L’agitation en Afrique du nord

327Les progrès du sentiment national, hâtés sans doute par la Seconde guerre mondiale, sont à l’origine de toutes les révoltes.

  • 207 Cité par G. Elgey : « La République des illusions » p 503.

328Au Maroc c’est le sultan lui-même qui le 10 avril, à Tanger, fait l’éloge de la Ligue arabe. Ce discours est perçu par le gouvernement français comme un soufflet ; il entraîne le remplacement du résident Eric Labonne, jugé trop libéral, par le général Juin qui reçoit de Ramadier et Bidault des consignes de fermeté : « en cas d’obstruction du Palais », il faut envisager « soit une abdication volontaire, soit une déposition provoquée par l’autorité française elle-même »207. Ces ordres traduisent l’incompréhension de l’état d’esprit des élites indigènes.

329En Tunisie, le 5 août, une grève dégénère en émeute et fait 29 morts. Les réformes voulues par Jean Mons, socialiste, ancien directeur de cabinet de Léon Blum, (et pendant quelques jours celui de Ramadier), tournent court car les colons crient à la trahison. La fermeté à Madagascar, en Indochine, en AFN semble donc la seule réponse immédiate pour colmater les brèches du bateau qui fuit de toutes parts et pour préparer des réformes qu’on sent nécessaires mais qu’on a du mal à élaborer.

  • 208 Les deux partis principaux sont le MTLD de Messali Hadj et l’UDMA de Fehrat Abbas, notables libérau (...)

330C’est dans ce contexte que, pendant l’été 1947, le gouvernement se propose de rédiger un statut pour l’Algérie, qui a joué un grand rôle pendant la 2ème guerre, territoire le plus peuplé de métropolitains et où l’audience des nationalistes s’élargit208. Des émeutes courtes mais violentes avaient en 1945 alerté Paris. Mieux valait donc prévenir que... sévir ! Plusieurs projets sont rédigés :

  • celui des communistes voulait faire de l’Algérie un territoire associé dans le cadre de l’Union française ; une assemblée aurait donc des pouvoir étendus, mais on ne parle pas encore d’indépendance.
  • celui du gouvernement présenté par Edouard Depreux, ministre de l’Intérieur (puisque l’Algérie forme trois départements) d’après les conseils d’Yves Chataigneau, gouverneur général qui a la confiance des musulmans, fait de l’Algérie un département dirigé par un gouverneur général qui représente Paris et une assemblée gérant les intérêts proprement algériens
  • Le projet de la SFIO est plus « gauchiste » que celui du gouvernement et vise le but exprimé par F. Abbas lui-même : ni séparatisme ni assimilation mais présence de la France et prise en compte de la personnalité algérienne209
  • 210 Pour en suivre les péripéties se reporter à la communication de Guy Pervillé au colloque Ramadier.

331Le projet gouvernemental provoque de chaudes discussions : le MRP se dérobe car la plupart des dirigeants sont fort prudents en matière d’évolution des colonies, de même que les radicaux et les indépendants, indispensables pourtant à la coalition gouvernementale. De Gaulle lui-même met son grain de sel en revenant en deçà des promesses faites à Brazzaville en 1944, et se prononce lors d’une tournée en Algérie pour la pleine souveraineté française. Si bien qu’après de nombreuses discussions, Ramadier, désireux d’éviter la crise ministérielle, accepte les conditions restrictives du centre-droit210.

332Un projet bâtard est donc adopté, qui ne satisfait personne mais qui est sans doute une occasion perdue : l’Assemblée territoriale, composée de 90 délégués sera élue au suffrage universel par deux collèges ; celui des Français d’origine (qui sont environ 900 000) et des musulmans ayant acquis la citoyenneté (58 000) sera représenté par 45 délégués, et 45 autres seront élus par le second collège qui représentera toute la population restante (environ 9 millions). L’Assemblée votera le budget des trois départements algériens. Un gouverneur général dépendra du Ministère de l’Intérieur. Le projet gouvernemental a été adopté le 27 août par 320 voix contre 88 opposants de droite et 186 abstentions, celles des communistes et des élus musulmans qui estiment insuffisante la représentation de la population indigène. Ferhat Abbas est déçu car le statut ne fait pas de l’Algérie une terre indépendante (autonomie interne, langue reconnue, drapeau particulier...), dans la mouvance française. Il souhaitait en effet une véritable assemblée représentative et souveraine sauf en matière de diplomatie et de défense. Quand on connaît la suite de l’histoire, on mesure à quel point l’occasion fut alors manquée par les uns et les autres. Un effort méritoire avait été fait par Ramadier pour élaborer une législation qui introduisait une possibilité d’évolution politique si tous les partenaires avaient joué le jeu. Mais c’était sans doute déjà trop tard, le désir d’indépendance devenait impérieux pour les uns alors qu’il épouvantait les autres (d’où le truquage lamentable des premières élections) ; le fossé se creusait au lieu de se combler. Mais en 1947, le sort de l’Indochine était encore plus préoccupant et fut la grande question coloniale de l’année.

L’impossible négociation avec Hô Chi Minh

333Quand Ramadier arrive au pouvoir en janvier 1947, la situation en Indochine est déjà lancée sur une pente glissante. L’accord du 8 mars 1946, conclu entre le chef nationaliste communiste Hô Chi Minh et le représentant du gouvernement Jean Sainteny, qui reconnait la République démocratique du Vietnam, dans le cadre de l’Union française, a été bafoué par les initiatives du haut-commissaire l’amiral Thierry d’Argenlieu qui a créé un gouvernement provisoire de Cochinchine puis dès novembre 1946 a tenté de s’imposer par la force à Haïphong. Depuis décembre, la guerre s’est en fait installée puisque le Vietminh a rispoté contre d’Argenlieu et que le gouvernement de Léon Blum est contraint de soutenir l’armée française contre ces « menées nationalistes ».

  • 211 Cahier de l’OURS N° 180 Mai 1987 p 3.
  • 212 J. Fauvet : « La IVe République » p 132.
  • 213 Voir la communication de C. Sellin, au colloque Ramadier.
  • 214 Cahiers de l’OURS N° 180.

334La SFIO estime injuste le sort « qui a mis ce gouvernement en présence des responsabilités que la situation d’Indochine impliquait. Dans cette douloureuse question il a été unanime pour n’envisager que trois objectifs : faire la paix, conclure un accord définitif, intégrer le Vietnam libre dans l’Union française »211 ; et Jean Rous au Comité directeur du 23 décembre dénonce « la lourde responsabilité du haut-commissaire qui a saboté la politique gouvernementale. D’Argenlieu aurait dû être remplacé depuis longtemps ». Mais pour ne pas provoquer de crise gouvernementale, d’Argenlieu a été simplement appelé à Paris et Léon Blum lui a précisé sa mission. Pour les socialistes et Léon Blum, l’issue est claire : il faut reprendre contact avec Hô Chi Minh et signer des accords définitifs d’indépendance. Mais d’Argenlieu n’en fait qu’à sa tête et, sans en référer à Paris, confère le 1er février 1947 au gouvernement de Cochinchine des pouvoirs plus étendus. Alors que le Comité directeur explose et demande son remplacement, le ministre socialiste Marius Moutet ne désapprouve pas le haut-commissaire. C’est qu’il revient d’une mission en Indochine, convaincu qu’il faut d’abord rétablir l’ordre et que le Vietminh n’est peut-être pas l’interlocuteur valable. Jacques Fauvet écrit : « M. Moutet était revenu d’Indochine en y ayant entendu et vu ce qu’on lui avait dit et montré. Il était parti pour négocier, il est revenu avec la volonté de faire la guerre. Les socialistes le suivent difficilement212 ». C’est un scénario qui se renouvellera ! Ainsi se creusent les divergences entre les responsables socialistes du gouvernement et le parti ; les ministres Moutet et Ramadier sont sensibles aux pressions des modérés qui soutiennent d’Argenlieu et qui sont les porte-paroles du lobby colonial (en particulier, M. Coste-Floret, MRP, ministre de la guerre). Toutefois Ramadier, agacé par le comportement de l’amiral, le rappelle et le remplace le 5 mars par Emile Bollaert, un radical libéral qui reçoit des instructions de négociation unanimes puisque Ramadier propose à Thorez de les signer. C’est donc un acte de fermeté du président du Conseil, et aussi d’ouverture213. Cependant, les opérations militaires ayant réduit la guérilla, et les manœuvres des opposants civils à l’indépendance font naître l’idée qu’Hô Chi Minh n’est peut-être plus représentatif, on dit même qu’il est peut-être mort ! Alors prend forme peu à peu la proposition, soutenue par le MRP et les modérés de négocier avec l’ancien souverain d’Annam, Bao Daï. C’est pourquoi le 18 avril 1947, Ramadier est de nouveau sur la sellette devant le Comité directeur de son parti (alors que cette solution ne l’enthousiasme pas personnellement)214. G. Mollet a reçu une délégation de la République démocratique du Vietnam qui se dit prête à négocier. Ramadier remarque : « Arrêter le combat ne dépend pas de nous, mais de ceux qui sont en face de nous. Avec qui négocier ? Aucune autorité ne s’étend sur une partie importante du pays... Il s’agit de savoir si le parti socialiste veut que la France bâtisse l’Union française, car vous savez bien que le Vietminh est communiste dans sa majorité. Le parti socialiste ne doit pas avoir d’hésitation devant ses responsabilités pour préserver la République et l’Union française. Notre abdication serait l’abdication de la République ». Ramadier s’enferre : « Je suis d’accord pour traiter mais pas n’importe quand et n’importe comment et en tout cas pas comme l’ont fait les Hollandais. Pour nous, derrière d’Indochine, il y a toute l’Union française... Si nous commettions l’erreur colossale de traiter avec Hô Chi Minh et son gouvernement qui ne représentent plus rien, nous serions contraints de refaire la guerre dans quelque temps. Nous devons faire confiance aux hommes que nous avons envoyés là-bas ». C’est net, la France ne lâchera pas son empire colonial. G. Mollet se déclare en désaccord total avec le président du Conseil et lui demande de reprendre contact avec le Vietminh ; mais le président se dérobe : « Je ne pourrais le faire, ce serait trahir les devoirs de ma charge. Ce n’est pas avec Danh (un représentant du Vietminh) et les gens de cette espèce que l’on peut obtenir la paix ». Le divorce est donc consommé sur l’Indochine entre la SFIO qui enverra une délégation vers le Vietminh et Ramadier qui, avec son gouvernement sans communistes, essaiera la solution Bao Daï. On connaît la suite. Notons au passage que G. Mollet, chef du gouvernement en 1956, aura pour l’Algérie la même attitude que Ramadier en 1947 ; c’est que la fonction modifie les points de vue !

  • 215 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 320-321.
  • 216 D’après J. Fauvet : « La IVe République » p 134.

335Roger Quilliot a parfaitement apprécié le sens des choix de Ramadier et Moutet215 : « Ramadier incarne très étroitement les contradictions d’un gouvernement élu dans la ligne de l’expérience Blum mais soumis à la pression de l’Assemblée dont la majorité se situe désormais au centre... Rester c’est composer, temporiser, s’enliser parfois. Partir revient à céder la place à une majorité prête à une politique de force, avec ou sans De Gaulle. Et l’opinion se montrerait surprise d’une crise sur l’Indochine qui ne la préoccupe guère. Ramadier est convaincu qu’à force de souplesse et d’obstination il imposera la paix aux uns et aux autres ». Hô Chi Minh lui-même est conscient de cette situation, qui aurait déclaré à un journaliste américain : « La clef de la situation indochinoise, c’est la politique intérieure française »216. Or le départ des communistes et leur non-retour de plus en plus certain fait peser davantage le poids des modérés, éloigne les négociations, creuse le fossé entre la SFIO et le gouvernement, enlise enfin le pays dans la guerre qui s’inscrira bientôt dans le nouveau contexte international de la guerre froide.

336Ainsi l’année 1947 est-elle aussi une année tournant pour le devenir de l’Union française et Ramadier a agi avant tout en président du Conseil d’une coalition fragile à préserver d’autres périls ; l’Indochine est loin.

337Après avoir envisagé l’action gouvernementale de Ramadier en fonction des problèmes essentiels qui se sont posés à lui, et essayé de comprendre le sens de ses actes, il reste à retracer brièvement l’histoire de la présidence, en dégageant plusieurs périodes où se conjugent tous les événements étudiés séparément.

Le bilan : la République envers et contre tout

338Rarement gouvernement salué à sa naissance par la quasi-unanimité de l’opinion fut par la suite autant critiqué. Son histoire ne fut à partir de mai que la chronique d’une mort annoncée et qui n’en finit pas d’arriver.

339C’est qu’en effet la politique consensuelle définie depuis 1944 ne résistera pas aux épreuves de l’année 1947. Le président du Conseil, comme un capitaine, tente de maintenir le navire républicain hors de l’eau pendant que la tempête fait rage de toutes parts. Son action est en fait plus défensive que constructive, d’où l’impression que Ramadier a subi les événements plus qu’il ne les a maîtrisés. Trois périodes composent sa présidence.

Un gouvernement d’accord général « victime de ses contradictions » (28 janvier- 5 mai 1947)

340Ramadier forme un gouvernement de large union allant des communistes aux indépendants, impose Billoux à la Défense nationale et se présente deux fois devant l’Assemblée. Ces actes lui reviennent en propre et correspondent à ses convictions profondes. Le consensus s’établit sur la poursuite de la politique d’austérité définie par Léon Blum en décembre 1946 et sur les revendications françaises à la future Conférence de Moscou. Ramadier fut le seul président du Conseil investi à l’unanimité. C’est que l’Assemblée est encore portée par la volonté de redressement national issue de la Résistance autour du programme du CNR.

341Mais l’immédiat après-guerre s’éloigne de plus en plus et avec lui les conditions du consensus. La première alerte est enregistrée le 20 mars lors du débat sur les crédits militaires pour l’Indochine, que les communistes ne votent pas. C’est qu’en effet, nous l’avons vu, des tensions profondes existent entre les différentes forces politiques du gouvernement quant aux questions coloniales, économiques et sociales. Cependant les imprécations gaullistes contre le régime et les intérêts internationaux maintiennent la cohésion jusqu’au 30 mars, date de la fin de la Conférence de Moscou. Mais la rupture de la digue sociale par la grève des usines Renault emporte l’union gouvernementale et Ramadier se sépare des ministres communistes. Le tripartisme a vécu. Désormais à la tête d’une coalition plus modérée, le président du Conseil fait face aux éléments de plus en plus déchaînés ; sa boussole : la République parlementaire envers et contre tout.

Le régime d’assemblée contre le régime des partis (6 mai – septembre)

342Il existe au Parlement une majorité pour faire fonctionner la République telle que la conçoivent Auriol et Ramadier, puisque ce premier gouvernement de la IVe République ne sera jamais mis en minorité. Ramadier, une fois investi, sollicitera six fois encore la confiance de l’Assemblée et l’obtiendra toujours, certes avec une érosion de voix.

343Faire fonctionner le régime parlementaire avec l’appui du MRP et des modérés, c’est pour un socialiste accepter des concessions :

  • refuser l’abandon de l’empire colonial tout en cherchant un modus vivendi avec les indigènes
  • renoncer à un dirigisme économique pur et dur
  • continuer la politique de déflation et obtenir l’aide américaine pour sortir du marasme et de la pénurie.

344Ramadier n’a pas eu vraiment à se faire violence pour conduire cette politique qui correspondait assez bien à ses propres convictions peu doctrinaires mais avant tout pragmatiques.

345Faire fonctionner le régime parlementaire, c’est aussi combattre à droite et à gauche ses détracteurs, être ferme à l’égard de De Gaulle, répondre à ses attaques et lui signifier son congé des honneurs républicains ; résister aux surenchères supposées des communistes et rester de marbre devant la vague déferlante des grèves ; enfin, faute d’un consensus social, braver l’impopularité.

346Mener cette politique ingrate, peu glorieuse et qui ne porte aucun fruit rapidement, c’est sans cesse subir les attaques des partis politiques et surtout de son propre parti, la SFIO. Mais la raison d’Etat désormais prévaut face aux convictions du militant, et le calvaire du président du Conseil commence le 4 mai pour ne cesser qu’avec sa propre démission.

  • 217 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir ». A. Bergounioux : « G. Mollet et la rupture du t (...)

347Les rapports entre le gouvernement à direction socialiste et la SFIO, dont le ton a été donné dès le 4 mai, ont été étudiés par Roger Quilliot, Alain Bergounioux et un Cahier de l’OURS en relate les principaux épisodes tandis que le Journal d’Auriol les évoque régulièrement217. Les archives privées n’en conservent pas vraiment la trace, les témoins confirment le malaise permanent à la SFIO et les réticences de Ramadier, voire sa mauvaise grâce à s’expliquer devant le Comité directeur. On peut parler d’un véritable duel Ramadier-Mollet, d’une tension entre le groupe parlementaire et la direction du parti, entre les « vieux » (Blum, Auriol, Ramadier) et les plus jeunes (Mollet, Philip, Gazier, Depreux). Question de génération, d’expérience, de projet politique : pour les uns il s’agit de faire une politique du moindre mal en écornant la doctrine, pour les autres, bâtir un parti fort parce que sans compromission, quitte pour lui à se réfugier dans un splendide isolement. Débat perpétuel autour de l’exercice du pouvoir qui brûle les ailes des partis, de tous les partis. Depuis longtemps déjà, Ramadier a fait le choix de l’intérêt général de préférence à la santé de sa propre formation politique, mais en 1947 G. Mollet inverse les priorités ; d’où les nombreuses crises évoquées en analysant les principaux domaines d’action du gouvernement.

  • 218 Journal du Septennat – 18 août.
  • 219 Journal d’Auriol – 26 août.

348Le congrès de Lyon des 14 et 15 août fut le point culminant du divorce entre le chef du gouvernement et le parti qui condamne presque toute son action. Auriol constate le 17 août que désormais le sort de Ramadier devient difficile, qu’abattu et triste, il veut démissionner ; jamais, lui retorque-t-il encore, toujours pour les mêmes raisons, et furieux, Auriol dénonce « la légèreté extraordinaire du congrès socialiste »218. Prenant le taureau par les cornes, il organise à Rambouillet un déjeuner socialiste le 26 août, qui réunit Ramadier, Blum, Mollet, Mayer, Philip et Gazier. La discussion est vive ; on lave son linge sale en famille ! Auriol prétend fermement qu’après un tel congrès, Ramadier ne peut démissionner car, cela conforterait les thèses gaullistes sur le rôle des partis. Ramadier, ulcéré du fait que le congrès ait qualifié sa politique d’anti-ouvrière, déclare : « Ce jugement est une telle injure que si un adversaire l’avait proféré, je l’aurais giflé ». Ainsi cet homme pondéré et plutôt flegmatique a été profondément blessé. G. Mollet, gêné, dit que c’est tout le gouvernement qui est visé. « Mais, réplique Ramadier, au gouvernement c’est le chef qui est atteint. Il est absurde de porter de tels jugements publics car les adversaires s’en emparent et atteindront ainsi votre parti tout entier. Duclos s’en est déjà servi ». Ainsi deux logiques différentes s’affrontent : celle de l’homme d’Etat et celle du chef de parti, le second a peur de payer l’addition laissée par le premier ! La situation est toutefois décourageante pour Ramadier, qui offre de s’en aller ; mais comment ? A quelle occasion prochaine ? Il propose celle du vote du Statut de l’Algérie, que la SFIO ne soutient pas ; mais Mollet refuse car ce serait un défi au parti. Ramadier conclut alors « il faut que le Comité directeur m’accorde sa confiance ou me foute la paix »219. Auriol, peiné par ses luttes fratricides et par l’état moral de son ami, demande à Mollet de faire voter par le CD une motion d’amitié « car cet homme a fait un effort magnifique où il a mis toute sa foi et toute son intelligence ». Mais point de motion d’amitié, au contraire, des rappels à l’ordre incessants, comme, le 3 septembre : « Je trouve grave que nous ne puissions imposer la discipline du parti au président du Conseil socialiste ». Ainsi, après le congrès de Lyon, Ramadier n’est plus q’un mort en sursis mais l’agonie sera longue car il faut trouver un point de chute qui satisfasse les uns et les autres.

349Si la SFIO veut contrôler Ramadier, les autres partis politiques jouent aussi leur rôle par rapport au gouvernement. Le parti communiste jusqu’en septembre le critique, mais en sourdine, car M. Thorez caresse l’espoir du retour possible d’une majorité de gauche après l’échec de ce gouvernement plutôt centriste. Le MRP mène la vie dure à certains de ses ministres, par exemple à P.H. Teitgen qui doit lui aussi défendre, justifier cette politique, impopulaire parce qu’aucune amélioration significative ne survient dans le quotidien. De Gaulle lui-même, si méprisant à l’égard des partis est contraint d’entrer dans la danse. Et avec le PC, le RPF est l’épouvantail qui seul soude véritablement la coalition au pouvoir.

  • 220 J.P. Rioux : « La France de la IVe République ».

350Reconnaissons à Auriol, Ramadier, Teitgen notamment le mérite d’avoir gouverné à tort ou à raison au-dessus des partis donc souvent contre eux, recherchant un consensus politique qui refuse césarisme et communisme et qu’on appellera bientôt Troisième force, pour essayer de faire vivre ce que J.P. Rioux qualifie de « République du moindre mal »220. Ainsi débute le destin d’une République mal aimée que ses fondateurs voyaient comme un régime d’assemblée et non de partis. Dès août 1947, les jours du gouvernement sont de plus en plus comptés tandis que le paysage politique se recompose.

Une nouvelle donne : Troisième force et alliance occidentale (septembre – novembre 1947)

  • 221 Journal d’Auriol – 15 septembre.
  • 222 Cahiers de l’OURS N° 180 p 15-16.

351En septembre, la popularité des dirigeants est au plus bas parce que les difficultés sont au plus haut. Les crédits américains n’arrivent pas, malgré l’acceptation du plan Marshall par les pays européens. Les rapports préfectoraux sont pessimistes, le divorce est total entre les pouvoirs publics et la population qui réclame plus de fermeté et d’efficacité. C’est peut-être la crise du régime221. Pour la première fois, l’Assemblée elle-même, réticente, n’accorde sa confiance que du bout des lèvres (vote du 6 septembre : 292 voix contre 243). C’est qu’il faut ménager les électeurs qui sont appelés en octobre à choisir les conseillers municipaux ; les critiques se durcissent encore en cette période électorale ! M. Thorez dénonce l’incapacité du gouvernement parce que rien ne peut se construire sans les communistes (comité central des 12, 13 septembre). De Gaulle accuse le système dans lequel chaque parti « cuit sa petite soupe à petit feu dans son petit coin ». G. Mollet et le C.D. ne supportent plus la mauvaise volonté de Ramadier, qui a renouvelé son refus d’appliquer le seul programme de la SFIO et de démissionner puisqu’il jouit de la confiance de l’Assemblée. La base gronde à son tour, les lettres de militants affluent, exprimant leur incompréhension et souvent aussi donnant leur démission222.

352Les deux tours des élections municipales entérinent le mécontentement : le PC se tasse, la SFIO résiste, mais c’est le RPF qui sort vainqueur et cause la surprise avec près de 40 % des suffrages (y compris ceux des radicaux et des modérés, figurant souvent sur des listes communes).

  • 223 Cahiers de l’OURS N° 180 p 17.

353Sentant le danger, Ramadier a procédé le 22 octobre, c’est-à-dire entre les deux tours, à un remaniement ministériel pour « resserrer les boulons » : moins de ministres et renvoi de Tanguy-Prigent et Philip, les deux dirigistes patentés, gage de libéralisme, semble-t-il, propre à retenir les radicaux tentés par les sirènes gaullistes. Il n’en informe pas le Comité directeur dont les membres ressentent mal cette nouvelle provocation. En effet, alors que Ramadier songeait de plus en plus à la démission et que son parti l’y poussait désespérément depuis des mois, la situation générale après les élections l’a fait changer d’avis : c’est que, fort de son succès, De Gaulle demande la dissolution de l’Assemblée nationale ; le gouvernement et les députés s’effraient. C’est pourquoi, le 30 octobre, la majorité d’entre eux approuve le remaniement (300 contre 280), d’autant que s’annoncent des grèves. « Au lendemain de la victoire RPF et à la veille de mouvements de grèves, nous n’avons pas le droit de déserter », déclare le président du Conseil. Encore une fois, la divergence est totale entre lui et le secrétaire général qui estime que la SFIO « doit revendiquer la tête du mouvement républicain avec le MRP, le Rassemblement des gauches et le soutien du PC... » et que « l’heure de Léon Blum est revenue »223.

  • 224 Cité dans le Populaire du 17 octobre.
  • 225 Au C.D. du 22 octobre, l’expression est employée pour la première fois.
  • 226 Le Populaire du 19 octobre.

354Ainsi les deux stratégies sont toujours clairement confrontées l’une à l’autre, celle de Ramadier est de plus en plus qualifiée de « troisième force ». Le 16 octobre, au cours d’un meeting au vélodrome d’hiver, Léon Blum lui-même avait théorisé ce nouveau concept politique : « La majorité des citoyens français ne veulent être ni communistes, ni gaullistes, tout comme la majorité des citoyens du monde ne veulent être ni des protégés des Américains ni des sujets des Soviétiques »224. Au Comité directeur du 22 octobre, l’opportunité d’une telle voie commence à être sérieusement discutée225. Auriol note, le 26, que là où le parti socialiste est allé seul ou avec les radicaux à la bataille électorale, il a gagné ; alors que les listes PC-SFIO ont été battues. Il en conclut qu’une majorité SFIO, MPR et parti radical est toujours possible contre les extrêmes. Mais G. Mollet la qualifie de rassemblement de centre bourgeois, et lui préfère « le rassemblement des travailleurs républicains autour du programme socialiste »226.

  • 227 Ses collaborateurs témoignent de son épuisement physique et moral. Le Journal d’Auriol mentionne qu (...)

355Cependant la conjoncture internationale et les grèves quasi-insurrectionnelles qui se développent vont clarifier les choix : la création du Kominform est l’avant-dernière étape de la division du monde en deux blocs ennemis ; la conséquence première est le durcissement de ton du PCF, qui désormais attaque violemment le gouvernement, renonce à toute idée de participation et se prépare à l’isolement et au harcèlement. Dans l’immédiat, les émeutes éclatent un peu partout ; mais les violences vont peu à peu détourner les grévistes de l’influence communiste, diviser la CGT et renforcer la volonté de mener une politique de « Troisième force » ; même G. Mollet alors s’y rallie. Mais pour faire face à la situation explosive, un changement d’équipe gouvernementale est souhaité à la fois par Guy Mollet, le MRP et Ramadier lui-même qui se sent bien fatigué !227. Dès le 6 novembre, Auriol envisage la succession de son ami.

  • 228 Expression employée par J. Benedetti dans le Midi Libre du 18 octobre 1961 à l’occasion du décès de (...)

356Le départ de Ramadier est donc proche, décidé en somme ; quelle en sera l’occasion ? Ramadier a toujours dit qu’il s’en remettait à l’Assemblée nationale, or il en a toujours obtenu la confiance ! Il faut donc proposer un vote dont l’issue lui serait fatale ; ce serait une sortie conforme aux usages parlementaires. Mais les événements se précipitent. Le 19 novembre, Guy Mollet annonce lors d’un déjeuner avec la presse anglo-saxonne que Léon Blum a accepté la présidence du Conseil. C’était forcer la main à Ramadier de manière peu élégante, mais on avait assez supporté ses incartades ! Le même jour, le plan de lutte contre les grèves proposé par Jules Moch est refusé par le MRP ; la crise gouvernementale est ouverte. Ramadier, lassé, apporte sa démission à l’Elysée à 21 h 15. Auriol cette fois l’accepte. La Constitution avait prévu la procédure de renversement du gouvernement qui n’était pas la démission « à la première sommation »228. Ce n’était pas vraiment le cas, mais cependant c’est, pour cet homme fort, une sortie en faiblesse qui deviendra habitude sous la IVe République. On sait que Blum ne sera pas investi. C’est donc un échec pour les socialistes et G. Mollet. La Troisième force sera dirigée jusqu’en 1951 par le MRP ou les radicaux ; le centre de gravité se déplace donc vers la droite La restauration politique fait place à la rénovation souhaitée en 1944. En pleine bagarre sociale, c’est la fin des illusions.

357Mais c’est aussi l’entrée dans un monde nouveau qui se dessine alors clairement. Le journaliste Rémy Roure écrit dans le Monde le 20 novembre à propos des événements meurtriers de Marseille : « les Aoh Yes ! (qui ont interrompu un discours de Depreux) indiquaient très exactement le sens du débat qui prenait dès lors une valeur internationale. C’était l’aveu naïf que l’émeute de Marseille entrait dans le cadre de l’action du Kominform… Monsieur Paul Ramadier l’Américain, prévenu par câble, avait aussitôt obtempéré aux ordres de Mr Truman (augmentation des tarifs des tramways)… Et si le gouvernement s’opposait au plan Marshall et prononçait « da » au lieu de dire « yes », tout irait le mieux du monde ».

358Tout au long de l’année 47, Ramadier a donc navigué entre les écueils, se gardant à droite et à gauche ; il a fait fonctionner la nouvelle République et a ancré plus ou moins volontairement la France dans le camp occidental. Comment fut-il jugé ? Quelle image de président du Conseil a-t-il laissée ?

Une œuvre et un personnage controversés

359Les Français s’habitueront pendant un an à la silhouette lourde de leur président du Conseil, à ses lunettes rondes et cerclées, à sa barbiche. Caricaturistes et chansonniers s’en donneront à cœur joie. Ses proches peineront à ses côtés pour soutenir son rythme de travail et pour tenter d’aplanir les difficultés qui l’assaillent de toutes parts. Son ami Vincent Auriol le conseillera quasi-fraternellement. Sa santé se dégradera au fil des épreuves, son moral, apparemment étale, enregistrera des blessures profondes. C’est bien sûr le lot commun des hommes politiques, surtout de premier plan, mais le sien fut particulièrement garni ! Dégageons le portrait moral et politique tel qu’il apparut à l’époque, facteur essentiel pour la poursuite de sa carrière.

1) – Un homme courageux, probe et obstiné

  • 229 Les Echos – 12 août 1947.

360Honnêteté et probité sont d’emblée reconnues au président du Conseil : le 18 janvier 1947, le journal l’Ordre se félicitait du choix car Ramadier est capable, et ne fait rien pour soigner sa popularité ; il a fait son devoir au ministère du Ravitaillement sans se soucier de son image. Six mois après, un journaliste des Echos dresse un portrait humoristique en soulignant « qu’il est d’une honnêteté foncière et surtout qu’il n’a aucune ambition personnelle sinon celle de servir au mieux son pays »229. Le courage est noté à propos du renvoi des ministres communistes et le sang-froid au moment des grèves. La classe politique apprécie l’acte, de même que les Américains. Le 29 novembre, après sa démission, Ramadier reçoit d’un membre du comité exécutif de la Fédération républicaine une lettre qui doit exprimer une opinion assez largement partagée par ses pairs : « Vous êtes socialiste et je ne le suis point... Mais je ne puis me retenir de dire ceci : depuis mon enfance (j’ai 70 ans) vous êtes le premier chef de gouvernement – de n’importe quel parti – qui m’ait laissé à ce degré l’impression :

  1. de donner le pas à l’intérêt général sur l’intérêt particulier -souvent sans être suivi ni même compris et c’est précisément l’intérêt particulier qui a été votre pire ennemi.
  2. et surtout de s’être manifestement élevé au-dessus de l’intérêt du Parti... au point que vous me semblez avoir été plus fidèlement soutenu par vos adversaires théoriques que par vos propres amis !... J’en dirai d’ailleurs autant de Mr le Président Vincent Auriol mais son mérite est un peu moindre car lui n’est pas dans la lutte »230.

361C’est bien sûr un jugement à double tiroir. Il confirme que pour les uns Ramadier est un véritable homme d’Etat, mais que pour les autres il n’est pas loin d’être un « social-traître ».

  • 231 Journal d’Auriol – 1er juillet 1947.
  • 232 Depreux à Auriol – Journal – 3 septembre 1947.

362Il a fallu en tout cas bien de l’obstination pour résister aux multiples pressions et sommations. La fureur de G. Mollet suffit à le prouver, de même que le désespoir d’A. Philip, d’Ed. Depreux, d’A. Gazier et parfois même de D. Mayer qui s’usent vainement à le convaincre !231. Mais cette obstination n’est-elle pas parfois de l’entêtement qui en est en somme le dépassement négatif ? On note çà et là des remarques sur les méthodes de travail de Ramadier, qui n’est pas un animateur de l’équipe gouvernementale, mais qui agit souvent sans consulter suffisamment les ministres232. C’est avant tout un homme de dossiers et de méditation, plus que de communication, bien qu’il connaisse beaucoup de monde.

2) – Un comportement peu médiatique

363Le Journal d’Auriol est parsemé de conseils touchants, destinés à améliorer l’image du chef de gouvernement qui ne s’en soucie pas assez ! Le 4 février, il lui suggère de faire comme Roosevelt, d’annoncer lui-même les bonnes nouvelles à la radio, d’expliquer les difficultés, de convoquer les journalistes ; bref, parler, ne pas rester silencieux ! Le 19 mars, une note des renseignements généraux confirme que Ramadier ne s’adresse pas assez à la nation, que la République n’est pas soutenue par un grand courant d’expression. Mais Auriol jubile, le 2 mai, parce que le discours de son ami à la Chambre fut sobre et puissant, et largement acclamé ; et... le 15 juillet parce que Ramadier et Teitgen ont enfin parlé au pays sur les fonctionnaires !

364Cette absence de préoccupation médiatique est sans doute une faiblesse plus qu’une faute car il faut la replacer dans son contexte : la politique-spectacle n’était pas encore la norme. Notons qu’en 1954 P. Mendès-France suivra davantage les judicieux conseils de V. Auriol. Mais il faut lui donner aussi un autre sens : Ramadier n’est pas un meneur d’hommes, un leader, un tribun ; c’est un travailleur solitaire suffisamment flegmatique pour ne point trop se soucier des courbes de popularité, d’autant qu’il est à l’aise dans l’hémicycle.

3) – Flegmatique et manœuvrier ?

  • 233 Les Echos – 12 août 1947.

365« Un surnom de Mr Ramadier commence à s’accréditer et il faut avouer qu’il est bien trouvé : Paul le Chat », ainsi débute le portrait du président dressé à mi-course par un journaliste des Echos le 12 août 1947. « Le chef du gouvernement vient d’administrer, en 48 heures, deux nouvelles preuves de son sens de l’équilibre : que ce soit au sujet de la loi électorale ou du Statut de l’Algérie... Avec une aisance frisant la désinvolture, Mr Paul Ramadier a franchi (les obstacles) et après ce double saut s’est retrouvé bien solidement campé sur ses jambes noueuses de paysan ». Le sens de la manœuvre parlementaire est un des aspects de son art de gouverner souligné par plusieurs observateurs. Le flegme, le calme en toutes circonstances font aussi partie du portrait ; au retour, d’un voyage en avion dans le Lot et Garonne « comme le tonnerre grondait et que l’appareil était aspiré par les trous d’air, que croyez-vous que faisait le président du Conseil ? Il dormait paisiblement, réparant ses forces pour le dur assaut qu’il allait avoir à soutenir l’après-midi même devant l’Assemblée nationale. A l’heure dite, sévère, il faisait son entrée dans la salle des séances de son pas à la fois souple et solide qui caractérise si bien sa personnalité »233. Jean Ferniot écrit aussi le 12 août dans Franc-Tireur, qui ne l’épargne pas, qu’il a « assisté en spectateur ennuyé au congrès de Lyon », qu’il « s’est borné à promettre qu’il étudierait le projet » (le programme socialiste), que peut-être, il manœuvre sentant la crise ministérielle arriver. Le 20 août, dans le même journal, Bernard Lefort juge : « Il n’agit pas, il manœuvre, il ne tranche pas, il parlemente. Il ne décide pas, il coupe la poire en deux, donne le plus mauvais morceau à ses amis et le meilleur à ses adversaires ». D’autres titres expriment le même sentiment : « noyer le poisson indochinois », « histoire de mollusques » etc...

366Le 27 août Depreux déclare à Auriol que Ramadier est flasque ; celui-ci auparavant lui avait avoué, découragé, qu’il n’avait pas d’autorité. Il reconnaît ici implicitement qu’il ne sait pas dynamiser une équipe, son obstination et sa fermeté personnelles ne suffisent pas à emporter l’adhésion des autres ministres.

367Ramadier serait-il donc un homme qui ne gouverne pas mais qui saurait simplement se maintenir, jouant de sa grande connaissance du Parlement ? L’opinion et les journalistes volontiers anti-parlementaires ont tôt fait d’accuser. Nous avons vu combien la porte était étroite et quels choix Auriol, Blum, Ramadier, Teitgen, Bidault notamment avaient faits, choix qui mécontentaient les partis et donc les Français. Mais y en avait-il d’autres ? Chacun ici spéculera à sa guise... Est-ce manœuvre répréhensible pour un chef de gouvernement que d’interrompre une discussion parlementaire pour se livrer certes à des consultations de couloirs, mais qui aboutissent à des concessions et à un vote majoritaire qui permet aussi de poursuivre la route encore quelque temps ? C’est un débat étemel qui sous-tend toutes les démocraties. Mais jusqu’où aller en termes de concessions sans y perdre son âme un jour ou l’autre ? Ramadier a-t-il perdu la sienne ?

4)-Un social-traître ?

  • 234 Journal du Septennat – 22 Juillet – réflexion rapportée par l’ambassadeur français à Prague.
  • 235 La Voix du Peuple : 27 septembre 1947 et du 11 octobre.
  • 236 La Voix du Peuple : 1er novembre 1947.

368Le verdict est tombé de la bouche même de ses propres amis politiques au congrès de Lyon : ce gouvernement mène une politique anti-ouvrière. Le 22 octobre suivant, Jean Rous déclare au Comité directeur socialiste : « Il est temps de mettre fin à cette expérience qui ressemble aux expériences centristes qui ont fait le jeu du pouvoir personnel » ; Ramadier n’est pas « l’homme de la situation en raison de ses méthodes et de ses conceptions ». Est arrivé aux oreilles d’Auriol un jugement de Staline disant à quelqu’un : « Avec Bidault vous pouvez vous entendre mais pas avec Ramadier car c’est un koulak »234. A partir de septembre, les communistes ne font pas dans la dentelle : « faire payer les pauvres », « politique de faillite, de misère et d’inféodation aux trusts américains »235, « contre la classe ouvrière, Ramadier imite les matraquages du fasciste Chiappe »236.

369Donc pour la gauche, Ramadier est bien un social-traître, sentiment conforté par les jugements plutôt modérés de la droite à son égard ; Louis-Gabriel Robinet écrit par exemple le 20 novembre dans le Figaro : « Et parce que Mr Guy Mollet a une revanche à prendre sur Mr Ramadier nous entrons tête baissée dans l’improvisation et l’aventure » ; après sa démission la droite modérée s’inquiète : donc, Ramadier lui inspirait confiance. Lui-même, du reste, reconnaît dans son bilan personnel de l’année 47 que le MRP « fut le groupe le plus fidèle à (son) gouvernement, le plus dévoué à la République, le plus résolu à rejeter les communistes dès lors que ceux-ci se soumettaient à l’obédience russe, jusqu’à sa défaite électorale d’octobre » qui a semé le désarroi dans ce parti et renforcé son aile droite.

370A l’évidence, Ramadier n’a pas appliqué la politique définie par son parti parce qu’il est vrai qu’il ne la jugeait pas raisonnable, mais aussi, parce qu’il fut, pendant dix mois, le chef d’une coalition fragile qu’il estimait être le moindre mal pour la France. Il n’a pas non plus mené cette politique de gaîté de cœur, les conversations avec Auriol l’attestent, il est souvent pessimiste, découragé et bientôt épuisé. De conviction profondément socialiste, il reçoit comme une gifle les accusations de ses amis qui le blessent. C’est que sous la carapace, une réelle sensibilité existe.

371Le président du Conseil apparaît aux yeux de l’opinion comme un honnête homme, serviteur de l’Etat, porté vers le compromis et la conciliation qui frisent pour certains la trahison. Presque au terme de cette étude, l’historien peut juger que Paul Ramadier fut un président du Conseil fidèle en tous points à ses convictions de toujours : respecter la République parlementaire et rechercher un consensus de gouvernement. L’émiettement des familles politiques, le poids du parti communiste, les pratiques partisanes et la rigueur des temps lui ont rendu la tâche particulièrement ardue. Si le qualificatif de « combinard » lui a été parfois attribué, il le partage alors avec tous les hommes politiques de la IVe République (sauf peut-être P. Mendès-France) parce qu’ils ont tous été confrontés aux mêmes données politiques. Quand, en 1958, la République touchera le fond de l’abîme, paralysée par ses contradictions et l’impuissance de sa classe politique, le consensus populaire autour de De Gaulle, réapparu providentiellement, fera redémarrer la machine gouvernementale bloquée. Et un certain renouveau politique, impossible en 1946-47, verra alors le jour. La IVe République prolonge la IIIe, la césure institutionnelle est bien 1958 et non 1946.

Notes

1 J. Fauvet : « Histoire de la IVe République ».

2 Ch. L. Foulon : « Le pouvoir en province à la Libération ».

3 « La Voix du Peuple » 5 mai 1945.

4 Emile Mercadier, Vincent Martinez, Jean Rouzet sont les trois candidats.

5 Les candidats communistes sont en moyenne plébiscités par 66 % des électeurs à Fontvergnes, 51 à Decazeville et 43 à St Roch.

6 « Le Villefranchois libéré » 30 septembre 1945 – successeur du « Narrateur », radical.

7 Témoignage V. Martinez.

8 UDSR : difficile à classer ; plutôt à gauche en 1945, en Aveyron beaucoup de ses élus gagneront la droite par la suite.

9 Archives de l’OURS (dossier Aveyron). Une note de R. Verdier du 12 septembre 1945 signale qu’il faut envoyer un orateur célèbre pour épauler Espinasse face à son adversaire « redoutable ».

10 J. Bastide, député URD en 1936 (élu contre le radical G. Subervie), bâtonnier du barreau de Rodez. Ne sera plus candidat après 1945. Il s’était abstenu le 10 juillet.

11 L’anticommunisme établit une sorte de consensus chez les Français, un réflexe de défense ; voir Berstein – Becker : « Histoire de l’anticommunisme en France ».

12 J. Fauvet : « Histoire de la IVe République » p 64.

13 Lettre du 12 septembre 1946 (OURS) : en juin et septembre 90 % des sections l’avaint placé en 1ère ou 2e position ; une réunion de la C.A. lui a donné la dernière place. Les grognements de la base sont confirmés par R. Albouy, futur secrétaire fédéral.

14 « L’Aveyron libre » 12 octobre 1945.

15 « La voix du peuple » 16 octobre 1945.

16 Il ne fut pas vraiment membre du PC (témoignage C. Ramadier).

17 Il fut déporté à Alger en 1940.

18 « L’Aveyron libre » 26 octobre 1945.

19 Ramadier les ménage cependant, jugeant que leur reculade est surprenante car chez eux aussi le désir de rénovation existe.

20 Rapport du préfet 15 février 1946. ANF1 CIII 1209.

21 « L’Aveyron libre » 6 avril 1946.

22 « L’Aveyron libre » 20 avril 1946

23 « La Voix du Peuple » 27 mai 1946.

24 Voir plus loin p 311…

25 « L’Aveyron libre » 18 mai 1946.

26 9 039 032 oui contre 7 830 369 non et 7 880 119 abstentions (53 % de oui).

27 Témoignage René Albouy.

28 Modalités de l’élection très compliquées. Voir plus loin, les dispositions constitutionnelles p 318…

29 Archives de Mr Mage.

30 AD 52J15.

31 Témoignage Mr Mage.

32 OURS, correspondance avec les Fédérations.

33 Lettre du 31 mai 1945.

34 Archives de l’ OURS – correspondance avec les départements.

35 OURS, lettre du 12 septembre 1946.

36 Archives de Mr Mage.

37 Témoignages dans ce sens : Docteur Testor, Docteur Maynadier, F. Mage.

38 Cahiers de l’OURS N° 170 p 20.

39 OURS : correspondance avec les Fédérations. Lettres du 12 janvier, du 5 juin, du 4 octobre, du 15 octobre 1945.

40 Voir l’analyse de Tony Judt dans : « Le Marxisme et la gauche française ».

41 Voir la communication de Jérôme Jaffré au Colloque G. Mollet de Lille (Presses Universitaires de Lille) : G. Mollet et la conquête de la SFIO en 1946 et son Mémoire à l’IEP « La crise du Parti socialiste et l’avènement de G. Mollet (1944-46) ».

42 D’après R. Quillot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 170.

43 Voir à ce sujet, les actes du colloque G. Mollet, de Lille.

44 Témoignages : D. Mayer, R. Verdier.

45 Compte rendu du 38e congrès national et B.I. La personnalité particulièrement agressive d’Edmond Ginestet expliquerait les rapports socialo-communistes tendus en Aveyron. En effet il n’en va pas de même dans d’autres départements ; par exemple dans celui de Guy Mollet.

46 Archives Mage et témoignages.

47 OURS – correspondance avec les Fédérations. Cette expression confirme encore cette image un peu péjorative d’élu du passé.

48 OURS – correspondance...

49 Témoignage R. Albouy.

50 Témoignage de Colette Rabary, future secrétaire de Ramadier qui a elle-même écrit ce slogan sur les murs !

51 « L’Aveyron libre » 23 février 1946 – article de Ramadier.

52 Archives Mage.

53 Avec 2 fiches des R. G. AN Fl CIII 1209 et AD 52J15.

54 AD 52J15. Rapport sur la situation politique du département.

55 La Voix du Peuple – 26/1/46.

56 Fl CIII 1209 (notons que N. Espinasse lui attribue 7 permanents).

57 AD 52J27 – Profession de foi 21 juin 1946 et voir J.M. Mayeur : « Démocratie Chrétienne »– chapitre 13.

58 Citons, sur le plan local, le cas de V. Martinez.

59 AN F1CIII 1209.

60 Il faudra attendre 1962 et Robert Fabre qui prendra la succession de Ramadier.

61 AD 52J15.

62 Délibérations du Conseil Municipal – année 1946.

63 La Voix du Peuple, 9 février 1946.

64 20 juillet 1946

65 Voir l’Aveyron Libre et la Voix du Peuple – 17 août 1946.

66 La Voix du Peuple – 7 septembre 1946.

67 Celle d’un élu MRP d’après les rumeurs (les voix favorables à Ramadier furent donc : 1PC + 7SFIO + 7Rad + 6UDSR + 1MRP = 22).

68 La Voix du Peuple, 27 octobre 1945.

69 G. Elgey : « La République des Illusions » p. 147.

70 Voir « Vingtième siècle » n° 4 (octobre 1984) – article de Claire Andrieu p. 140 – à propos du colloque de mai 1984 sur les « Nationalisations et formes nouvelles de participation des ouvriers à la Libération ».

71 G. Bouthillier : « La Nationalisation du gaz et de l’électricité en France » – FNSP Paris 1968 (Thèse pour le Doctorat de Recherches).

72 G. Bouthillier : introduction.

73 Cité dans Trotignon : « La France au 20e siècle » T1, p. 305.

74 Bulletin de l’électricité N° 8 – décembre 1986 p. 171.

75 Voir pour le détail des péripéties : G. Bouthillier… p. 214…

76 G. Bouthillier, chapitre : les acteurs.

77 « L’Aveyron Libre » – 23 mars 1946.

78 Cité par R. Quilliot : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p. 122.

79 Selon Mr Fontanier, collaborateur de Ramadier, E. Herriot lui fut reconnaissant de la non-nationalisation de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône).

80 Voir P. Bauchet : « L’évolution à long terme de la nationalisation en France »– Revue 20e siècle n° 4 p. 19.

81 J. Lassaigne : « Constitution de la République française 27 octobre 1946 et lois organiques », Sirey 1947. J. Lassaigne était chef adjoint des secrétaires des débats du Conseil de la République.

82 M. Duverger : « Les institutions politiques » Livre II, p. 466.

83 J. Lassaigne p. 9.

84 Il s’exprime dans « Le Populaire » ; ou bien celui-ci rapporte ses propos à la commission ou à l’Assemblée.

85 Le Populaire du 7 septembre 1946.

86 Le Populaire du 9 septembre 1946.

87 J. Chapsal : « La vie politique en France en 1940 à 1958 » p. 188 et J. Lassaigne p. 81

88 Dans J. Lassaigne p. 36.

89 J. Lassaigne p. 15.

90 J. Lassaigne p. 47.

91 Idem p. 50.

92 M. Duverger : « les Institutions politiques » p. 473.

93 Cité par G. Elgey : « La République des illusions » p. 228.

94 Cité par A. Grosser : « La IVe République et sa politique extérieure » p. 249- 251.

95 A. Siegfried : « De la IIIe à la IVe République » p. 149.

96 Selon J. Fauvet : « La IVe République ».

97 Ramadier était garde des Sceaux dans le gouvernement Blun qui pensait à lui comme possible successeur ; il héritera d’ailleurs d’une partie de son cabinet particulier (selon M. Huet).

98 J. Fauvet : « La IVe République » p. 128.

99 Journal du septennat – 17 janvier 1947.

100 CD (comité directeur), séance du 22 janvier 1947 – OURS.

101 Témoignage, R. Verdier 28 juin 1985.

102 Témoignage, P.H. Teitgen.

103 Journal... 17 janvier.

104 A. Boulloche dans la revue « Terre et hommes du Rouergue » 1969 p. 8.

105 A. Stibio, « l’Ordre », du 18/1/47.

106 AD 52J66.

107 Ezra Suleiman : « Les hauts fonctionnaires et la politique ». R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard : « Quarante ans de cabinets ministériels ».

108 AD 52J66.

109 Témoignages : A. Fontanier, Ph. Huet, Claude Ramadier.

110 Témoignage de F. Missa qui distingue dans le cabinet Ramadier, les carriéristes et les autres, les gauchistes et les droitiers, les plus intimes avec le président, les courtisans...

111 A. Boulloche fut directeur du cabinet qui comptait aussi R. Lhez, A. Fontanier, L. Pécourt liés à l’Aveyron, F. Missa à la Résistance.

112 A. Boulloche dans « Terre et hommes du Rouergue » 1969 – p. 7 (Ramadier avait son appartement avenue Lamarck).

113 Interview du 19 février 1986, de P.H. Teitgen.

114 Raconté dans le détail par A. Boulloche dans « Terre et hommes du Rouergue », 1969.

115 L’Aurore – 21/1/1947.

116 Voir la Communication de P. Ory sur P. Bourdan au Colloque Ramadier.

117 Auriol : le Journal du Septenat 24 janvier 1947.

118 Le Journal de Genève du 25/1/1947. ; Voir aussi Daily Telegraph et Times.

119 Par exemple, l’Aurore, le Monde. Notons que F. Gouin et ses successeurs avaient déjà fait de même.

120 France libre – 29 janvier.

121 Voir p. 242…

122 Journal du Septennat XLIX.

123 « Journal »... Introduction générale LXVIII.

124 « Journal »... Introduction – le Président LXIV.

125 Entretien du 19 février 1986.

126 Entretien du 19/2/86.

127 Voir « R. Schuman » de R. Poidevin.

128 Témoignage d’A. Fontanier, P. Huet ; R. Lhez s’occupait de l’intendance.

129 Discours de Capdenac – dans « Terres et hommes du Rouergue » 1969 p 9.

130 Voir p 244…

131 Témoignage de Mr Fontanier qui a entendu Ramadier relater l’événement à Léon Blum, le dimanche suivant. Le général Bonafé fut laissé dans l’antichambre mais la conversation eut lieu à bâtons rompus. Le général comprend la position du gouvernement et reproche aux socialistes de ne pas l’avoir soutenu en 1946.

132 Témoignage de Mr Fontanier ; une réunion se tint à Matignon entre les ministres socialistes et certains membres du Comité directeur de la SFIO ; mis à part Naegelen, aucun n’eut une position ferme.

133 G. Elgey : « La République des Illusions » chapitre 7.

134 G. Elgey prétend qu’il arriva même avec son chien, or celui-ci ne fut jamais amené à Paris ! (d’après Claude Ramadier).

135 ACR, dossier 1947, il s’agit d’un billet griffoné par L. Blum ; Voir aussi, P. Ramadier : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » (p 153).

136 G. Elgey : « La République des Illusions » p 290.

137 Année Politique (mai 1947).

138 Voir L’Histoire N° 100 (mai 1987) : « 1947 : l’année terrible », M. Winock, p 50 à 65 et J.J. Becker : « Le Parti communiste veut-il prendre le pouvoir ? », et sa communication au colloque Ramadier sur la rupture.

139 Voir IIe partie.

140 P. Ramadier : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p 122 à 127.

141 Se reporter aussi à la communication d’A. Bergounioux au Colloque de Lille sur G. Mollet.

142 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 239.

143 Cité dans G. Elgey : « La République des Illusions » p 291.

144 Cité dans l’Aveyron Libre du 17 mai 1947.

145 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 242.

146 Ramadier : « Les socialistes et l’exercice du pouvoir » p 124.

147 Nerin Gun : « Les secrets des archives américaines » T2.

148 Voir A. Lacroix-Riz : « La CGT de la Libération à la scission ».

149 A. Bergounioux : « Force ouvrière » Que sais-je N° 2053 p 10.

150 Expression employée par Ramadier dans un discours le 4 juin 1947.

151 Voir A. Lacroix-Riz : « La CGT de la Libération à la scission ».

152 Discours du 23 mai 1947 à l’Assemblée nationale.

153 AD 52J155.

154 J.J. Becker : « Le Parti Communiste veut-il prendre le pouvoir ? ».

155 Discours à l’Assemblée – 23 mai 1947.

156 Pour R. Verdier, les socialistes étaient condamnés au compromis et ne pouvaient avoir une ligne politique nette.

157 Voir A. Lacroix-Riz : « la CGT, de la Libération à la scission » et Bergounioux : « F.O. » que sais-je N° 2053.

158 Témoignages de ses proches : A. Fontanier – P. Huet.

159 ACR dossier 1947, manuscrit : bilan de l’année 47.

160 Voir Tony Judt : « Le marxisme et la gauche française 1830-1981 ».

161 Jack Kantrowitz : « L’influence américaine sur F.O. : Mythe ou réalité ». Revue française de science politique N° 4 – août 1978.

162 « La Forteresse enseignante » : Aubert, Bergounioux, Martin, Mouriaux p 66-67.

163 A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne » p 117.

164 Dans G. Elgey : « La République des illusions » p 282.

165 Voir la communication de Gérard Bossuat, au colloque Ramadier sur « Ramadier et le plan Marshall ».

166 D’après Auriol : « Journal du Septennat » 11 juillet.

167 Cité par A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne » p 119.

168 Nerin Gun : « Les secrets des archives américaines ; Ni de Gaulle, ni Thorez » TII.

169 Nerin Gun p 76.

170 Nerin Gun p 77.

171 Nerin Gun p 77.

172 Idem.

173 Nerin Gun p 99.

174 Cf. G. Bossuat, colloque Ramadier.

175 Dans « Le Monde », 7-8 juin 1987 – article de J. Laloy sur « Le lancement du Plan Marshall ».

176 Auriol : Journal du Septennat – 11 juin 1947.

177 Auriol : Journal du Septennat – 2 juillet.

178 D’après R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 306-307.

179 V. Auriol, Ramadier, J. Moch dans leurs témoignages postérieurs. Les proches collaborateurs de Ramadier doutent qu’il aurait accepté de telles pressions.

180 Voir Nérin Gun : « Le secret des archives américaines », et P. Robrieux : « Le PCF vu par les services spéciaux américains » (Le Monde 22 novembre 1981).

181 voir A. Lacroix-Riz : « Le choix de Marianne ».

182 A. Lacroix : « Le choix de Marianne » p 79.

183 F. Bloch-Laîné-J. Bouvier : « La France restaurée » p 101.

184 Bloch-Laîné-Bouvier : « La France restaurée » p 91 à 93.

185 R.F. Kuisel, « Le capitalisme et l’Etat » ; cité par J. Bouvier (p 88).

186 A. Lacroix : « Le choix de Marianne ».

187 Colloque : « la SFIO et la politique étrangère de la France entre 1945 et 1954 ». 26 octobre 1985 (Institut P. Renouvin). Interventions d’A. Savary, D. Mayer.

188 Ils’agit d’un document secret transmis au comte Sforza ministre italien des Affaires étrangères.

189 Expression soulignée dans le texte.

190 Nerin Gun – p 97.

191 Témoignage P.H. Teitgen.

192 Nerin Gun p 101.

193 Nerin Gun p 103. Note fournie à Marshall le 11 juillet par Charles Bohlen et Matthews, l’un spécialiste de l’URSS, l’autre de la France.

194 Dans A. Lacroix : « Le choix de Marianne » p 83-84.

195 Bloch-Laîné et J. Bouvier : « La France restaurée ».

196 G. Bossuat : « L’aide américaine à la France après la Seconde Guerre mondiale ». Revue 20e siècle N° 9 (1986).

197 Archives Siman – compte rendu du 19e congrès.

198 Voir le numéro spécial de l’Histoire N° 69 (1984) : « Le temps des colonies ».

199 J. Marseille : « Les colonies, une bonne affaire » Histoire N° 69 (1984).

200 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » et les cahiers de l’OURS : Histoire de la SFIO.

201 Ch. A. Ageron : « Le parti colonial »– L’Histoire N° 69 et « France coloniale ou parti colonial » PUF 1978.

202 Il gardera toujours cette idée par la suite y compris au moment de la guerre d’Algérie. Témoignage très précis de sa secrétaire Me Rabary.

203 Colloque de l’Institut P. Renouvin sur la SFIO et la politique extérieure.

204 A. Ruscio : « Les communistes français et la guerre d’Indochine ».

205 Voir J.T. Tronchon : « L’insurrection malgache de 1947 ».

206 Cité dans le « Monde » du 29 et 30 mars 1987 par J. de la Guérivière : « Il y a 40 ans l’insurrection malgache ».

207 Cité par G. Elgey : « La République des illusions » p 503.

208 Les deux partis principaux sont le MTLD de Messali Hadj et l’UDMA de Fehrat Abbas, notables libéraux. Sur le statut de l’Algérie, voir la communication de Guy Pervillé, au Colloque Ramadier.

209 Voir R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 261… et pour le détail du projet, dans Cahier et revue de l’ OURS : « Histoire du Parti socialiste SFIO » N° 175 p 14.

210 Pour en suivre les péripéties se reporter à la communication de Guy Pervillé au colloque Ramadier.

211 Cahier de l’OURS N° 180 Mai 1987 p 3.

212 J. Fauvet : « La IVe République » p 132.

213 Voir la communication de C. Sellin, au colloque Ramadier.

214 Cahiers de l’OURS N° 180.

215 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir » p 320-321.

216 D’après J. Fauvet : « La IVe République » p 134.

217 R. Quilliot : « La SFIO et l’exercice du pouvoir ». A. Bergounioux : « G. Mollet et la rupture du tripartisme » colloque G. Mollet-Lille 1986. Cahiers de l’OURS N° 180.

218 Journal du Septennat – 18 août.

219 Journal d’Auriol – 26 août.

220 J.P. Rioux : « La France de la IVe République ».

221 Journal d’Auriol – 15 septembre.

222 Cahiers de l’OURS N° 180 p 15-16.

223 Cahiers de l’OURS N° 180 p 17.

224 Cité dans le Populaire du 17 octobre.

225 Au C.D. du 22 octobre, l’expression est employée pour la première fois.

226 Le Populaire du 19 octobre.

227 Ses collaborateurs témoignent de son épuisement physique et moral. Le Journal d’Auriol mentionne que Ramadier a le cœur atteint, de l’urée et qu’on lui a prescrit trois mois de repos complet (23 novembre).

228 Expression employée par J. Benedetti dans le Midi Libre du 18 octobre 1961 à l’occasion du décès de Ramadier.

229 Les Echos – 12 août 1947.

230 ACR dossier 1947. Lettre signée F. Alicot (?).

231 Journal d’Auriol – 1er juillet 1947.

232 Depreux à Auriol – Journal – 3 septembre 1947.

233 Les Echos – 12 août 1947.

234 Journal du Septennat – 22 Juillet – réflexion rapportée par l’ambassadeur français à Prague.

235 La Voix du Peuple : 27 septembre 1947 et du 11 octobre.

236 La Voix du Peuple : 1er novembre 1947.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search