Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Picard Louis Joseph Ernest 1821-1877

Éric Anceau

Texte intégral

1Louis Joseph Ernest Picard naît le 24 décembre 1821 dans l’ancien IIIème arrondissement de Paris. Il appartient à une famille bourgeoise originaire de Pont-de-l’Arche (Eure) et implantée dans la capitale depuis la fin du XVIIIème. Son père, André Louis Henry, a alors 40 ans et dirige une maison de banque. Il décède en 1845. Sa mère, Louise Galathée, est née à La Guadeloupe en 1803 d’un armateur bordelais devenu exploitant agricole dans l’Aisne. Le frère aîné de son père, Nicolas Marie Hilaire, est capitaine de cavalerie, officier de la Légion d’honneur. Ernest a lui-même un frère Eugène Arthur, né en 1825 à Paris, avocat, riche propriétaire terrien dans le Gers, en Seine-et-Oise et dans les Basses-Alpes. Il est sous-préfet au début du Second Empire puis démissionne en 1859 pour protester contre la loi de sûreté générale. Il échoue aux élections législatives de 1869 et à celles de 1871. Il finit par être élu en 1876, siège au Centre gauche mais est battu en 1877 ; l’invalidation de son adversaire lui permet d’être réélu en 1878 puis en 1881. Il est opportuniste. Sa tentative pour entrer au Sénat en 1885 se solde par un échec ; il échoue pareillement pour retrouver un mandat de député en 1885 et 1889.

2Au collège Rollin de la 6ème à la philosophie (1835-1842), Ernest est plusieurs fois distingué au concours général et se lie à son condisciple Aldebert de Chambrun, député de 1857 à 1870, député en 1871 puis sénateur de 1876 à 1879. A l’École de droit, il fait la connaissance d’Émile Ollivier qui devient son ami le plus proche. Premier prix de droit romain et licencié en 1844, il préfère continuer ses études dans un premier temps et est reçu docteur en 1846. Il débute au barreau à la fin de la Monarchie de Juillet puis devient secrétaire du célèbre avocat parisien et bâtonnier, Félix Liouville. En octobre 1860, il épouse sa fille, Sophie. Il entre ainsi dans une famille de parlementaires. Le frère de son beau-père, Joseph Adolphe (1806- 1882), professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences, est élu à la Constituante en 1848. D’autres Liouville sont députés, dont l’un des beaux-frères d’Ernest, Henry (1837-1887), médecin et chercheur de renom, élu de la Meuse de 1876 à sa mort.

3De son union avec Sophie naissent deux fils : André qui fait des études historiques mais meurt jeune et Paul Ernest, secrétaire général de la Banque de France au début du siècle.

4Picard, avocat, est secrétaire de la Conférence en 1848 ; il préside la Conférence Molé. Dans un premier temps, il a pour clientèle la bourgeoisie orléaniste puis défend sous le Second Empire des journalistes qui passent devant la 6ème Chambre correctionnelle. Il plaide dans le procès des Treize. En août 1866, il siège au conseil de l’Ordre. Lié à Havin, il devient actionnaire et rédacteur du Siècle ; il entre dans son conseil de surveillance. Élu le 9 mai 1858 député de la Seine, il s’attire la rancœur du directeur qui provoque son départ (avril 1859). Membre du groupe des Cinq (les députés d’opposition à l’Empire durant la 2ème législature), il se fait une spécialité des questions de finances et d’administration. Le Paris d’Haussmann trouve en lui son plus virulent adversaire. Il est réélu au Corps législatif en 1863 et 1869. En 1865 il réplique en pleine séance à d’Havrincourt qui vient de faire l’apologie du coup d’État, "le 2 décembre est un crime !". Surnommé par la presse le "spirituel député de la Seine", il est réputé pour ses bons mots. Par exemple, il accueille le remplacement de Morny par Walewski à la tête du Corps législatif par un "Chassez le "naturel", il revient au galop !". Très actif, il multiplie les amendements, les demandes d’interpellation, les interruptions. Dans la 4ème législature, il admet la possibilité de s’accommoder avec l’Empire et est le chef des dix sept députés de la "gauche ouverte". Comme il prône l’abstention lors du plébiscite (avril 1870), Picard passe pour vouloir succéder au pouvoir à Ollivier. Il a fondé en juin 1868 l’Électeur libre avec son frère. Le premier numéro est saisi. Le journal devient quotidien peu avant la chute de l’Empire et Picard le quitte dès le 5 septembre 1870, laissant la direction politique à son frère. Il est le rédacteur de la proclamation de la République. Membre du gouvernement de Défense nationale et ministre des Finances, il est partisan de la convocation immédiate d’une nouvelle assemblée. Il se montre économe, ne veut pas engager l’avenir par un emprunt. Le 31 octobre, alors qu’il est retenu prisonnier par la foule à l’Hôtel de Ville, il parvient à s’échapper et fait libérer ses collègues. Il est l’un des premiers à réclamer un armistice pour obtenir des conditions plus avantageuses de la part de Bismarck. Il accompagne finalement Jules Favre le 25 janvier 1871 pour traiter de la capitulation avec le vainqueur puis s’occupe d’obtenir des banquiers parisiens les 200 millions de la contribution de guerre. Le 8 février 1871, Paris ne le choisit pas comme représentant, mais la Meuse l’élit 5ème sur 6 (la Seine-et-Oise l’a également désigné). Il démissionne alors de son poste ministériel mais obtient l’Intérieur le 19 février (il en rêvait depuis fort longtemps !). Il procède à un vaste remaniement préfectoral, combat la Commune et l’insurrection des villes de province. Vainqueur, il démissionne fin mai pour ne pas avoir à mener la répression et parce que la presse lui est devenue trop hostile. Un décret le nomme gouverneur de la Banque de la France (5 juin 1871) mais il refuse et préfère le poste de ministre de France à Bruxelles (10 novembre 1871). Il est plus souvent à Versailles qu’en Belgique, ce qui explique le surnom que lui trouve un de ses collègues : "ambassadeur entre Paris et Bruxelles”. En juillet 1872, il fait aboutir le traité de commerce franco-belge mais finit par démissionner en mai 1873. Partisan de Thiers, il est inscrit au Centre gauche et soumet à son groupe une proposition tendant à la proclamation de la République comme gouvernement définitif de la France, au renouvellement par tiers de l’Assemblée et à la création d’une 2ème Chambre (11 janvier 1872) ; il n’ est pas suivi. Il revient à la charge le 7 décembre mais il est à cette époque "un chef victorieux plus respecté peut-être que suivi". Il est élu conseiller général de la Meuse (canton de Montiers-sur-Saulx) en août 1873 et le reste jusqu’à sa mort. Très hostile à la politique du duc de Broglie, il interpelle le gouvernement sur son attitude à l’égard des bonapartistes et contribue à sa chute. Membre de la dernière commission des Trente en 1875, il prend une part active à la discussion de la loi électorale.

5Élu sénateur inamovible le 10 décembre 1875, le 16ème sur 75 par 50,43 % des votants, il siège au Centre gauche. Le Times écrit alors : "Le robuste bon sens, l’esprit et le tact que déployait M. Picard quand il était député de l’opposition sous l’Empire feront de lui l’un des hommes les plus influents du Sénat". En fait son rôle est effacé ; il intervient sur des questions secondaires. Partisan depuis longtemps du bicaméralisme, il s’attache alors surtout à déterminer les rapports entre les deux chambres. Le 7 avril 1876, il est délégué de la Gauche républicaine auprès de la commission permanente des trois groupes de gauche au Sénat. Il se montre hostile aux constitutionnels. En novembre 1876, nostalgique, il songe à rouvrir son cabinet d’avocat. Il s’éteint dans son appartement du 22 quai du Louvre (Paris Ier), le 13 mai 1877, trois jours avant l’orage.

Écrits de l’intéressé :

6Ils figurent dans les différents fichiers et catalogues de la B.N. (discours, manifestes…)

Bibliographie

Sources et bibliographie :

A.D. Paris V 2 E 2023, V 3 E tables décennales ; A.D. Meuse 33 M 30 ; B.H.V.P. Ms 1396 fol.124 (adhésion à la consultation de Maître Audral) ; B.N.N.A.F. 13553 f.24, 14119 f. 161-4, 18166 f.71, 24369-24373 : discours, rapports, articles et plaidoiries, 25188 f.73, 25195 ff.281-4 ;

Léon Bérard, Éloge d’Ernest Picard, discours prononcé à l’ouverture de la conférence des avocats, Paris, Alcan-Lévy, 1903 ; Jules Favre, "Notice sur Ernest Picard", Discours parlementaires, Paris, Plon, 1882, t. 1 ; Jean-Camille Fulbert-Dumonteil, Les Députés de la Seine, Portraits intimes, Paris A. Le Chevalier, 1869, 180 p. ; Hector Pessard, Mes Petits Papiers, Paris, Calmann-Lévy, 1887, 1ère série ; Maurice Reclus, Ernest Picard, 1821-1877 : Essai de contribution à l’histoire du parti républicain d’après des documents inédits, Paris, Hachette, 1912, 363 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search