Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Maleville Guillaume Jacques Lucien de marquis de 1805-1889

Bernard Lachaise

Texte intégral

1Né dans une famille de juristes et de parlementaires, Guillaume Jacques Lucien de Maleville s’inscrit dans la double tradition familiale. Né à Domme, au sud-est de la Dordogne, en Sarladais, le 20 août 1805, il est le fils aîné de Pierre Joseph Maleville, et de Justine de Liborel. Sa famille, très aisée, appartient à la bourgeoisie locale, mais son grand-père est anobli sous l’Empire par des lettres patentes de 1808-1810 qui font de lui un comte, puis un baron. Sous la Restauration enfin, Louis XVIII lui accorde, en 1817, le titre de marquis.

2Son grand-père paternel Jacques de Maleville (1741-1824) fut le premier juriste et parlementaire d’une longue lignée : élu député de la Dordogne au Conseil des Anciens sous le Directoire, il fut surtout un des rédacteurs du Code civil et siégea au Sénat en 1806, avant d’être nommé pair de France par les Bourbons en juin 1814. Son grand-père maternel, François Joseph Guillaume de Liborel (1739-1829) fut aussi membre du Conseil des Anciens, de la cour de cassation et baron d’Empire. Son père, Pierre Joseph (1778-1832), fils aîné de Jacques de Maleville, avocat puis magistrat sous l’Empire, fut élu représentant de la Dordogne dans la Chambre des Cent-Jours en 1815 avant de reprendre sa carrière de magistrat et d’être nommé à son tour pair de France en 1825, à titre héréditaire, en remplacement de son père décédé. A l’exception du jeune frère, Louis Charles qui choisit le métier des armes et mourut à Solférino en 1859, les autres membres de la famille de Guillaume de Maleville furent liés au monde juridique : ainsi, ses deux beaux-frères, Claude Perrot de Chezelles et Jean-Baptiste Lascoux furent l’un conseiller à la cour d’appel et l’autre à la cour de cassation.

3Guillaume de Maleville entre à son tour, très jeune, en 1826, dans la magistrature, où il exerce pendant près de quarante ans. Il débute comme juge auditeur à Reims puis conseiller auditeur à la Cour de Paris en 1830 et devient conseiller à Bordeaux en 1835. Membre le plus fortuné de ce tribunal (il paye 2249 francs de cens), il sollicite en 1840, un poste de président de Chambre à Bordeaux, en vain malgré le soutien de son compatriote le général Bugeaud qui écrit alors : "Quoiqu’on puisse dire dans ce siècle où l’amour de l’égalité pousse les principes jusqu’à l’absurde, les descendants illustres auront toujours du prix…". Aussi, c’est à Paris à partir de 1843 que Guillaume de Maleville poursuit sa carrière.

4Marié depuis le 19 mai 1831 avec Joséphine Louise Boucher-Desnoyers, fille du baron Desnoyers, membre de l’Institut, premier graveur du roi, et père de deux enfants, un fils, Jacques Joseph Ernest qui s’allia plus tard à la famille de Beaupoil de Saint-Aulaire et une fille, Marie qui épousa le baron Arthur de Bastard de Saint-Denis, Guillaume de Maleville ne tarde pas à prendre la suite de la carrière politique de son père, victime du choléra en 1832. Il entre au conseil général de la Dordogne et il est élu membre de la Chambre des députés en 1837, puis trois fois réélu. En 1839, il est fait chevalier de la Légion d’honneur. A la Chambre, Maleville vote avec la majorité ministérielle. En 1846, il abandonne son siège de député, car il est nommé à la Chambre des pairs.

5La chute de la monarchie en 1848 met fin pour de longues années à la carrière politique de Guillaume de Maleville qui reprend ses activités de magistrat avant de solliciter sa retraite en 1865. Pourtant, en 1868, il tente lors d’une élection partielle provoquée par le décès du bonapartiste, Timoléon Taillefer, de retrouver un siège mais échoue face à Alexandre Dupont de Bosredon, victime de manœuvres de l’administration préfectorale. La véritable rentrée politique de Guillaume de Maleville n’eut lieu qu’après la chute du régime napoléonien. Le 8 février 1871, l’ancien parlementaire de la Monarchie de Juillet, figure sur la liste conservatrice de la Dordogne et il arrive en huitième position parmi les dix élus, obtenant 75241 voix sur 97443 suffrages exprimés.

6A l’Assemblée nationale, Guillaume de Maleville siège dans les rangs monarchistes, avec le Centre droit présidé par Saint-Marc Girardin. Mais à partir de 1873, il évolue vers le Centre gauche. Il illustre le ralliement rapide de beaucoup d’orléanistes à la République selon l’exemple de Thiers et il vote l’amendement Wallon ainsi que l’ensemble des lois constitutionnelles en 1875.

7Enfin, le 21 décembre 1875, Guillaume de Maleville devient, à l’extrême fin du scrutin, le dernier des soixante-quinze sénateurs inamovibles élus par l’Assemblée. Désormais, le sénateur Maleville se partage entre la Dordogne où il habite, à Domme, son château de Caudon et Paris. En Périgord, il est à partir de 1878 maire de sa commune natale. Au Palais du Luxembourg, il siège au Centre gauche et vote contre la dissolution de la Chambre en mai 1877. Mais en 1880, il vote avec la droite contre l’article 7 de la loi sur l’enseignement supérieur qui frappe les congrégations non autorisées et se prononce en faveur de la révision en mars 1889. Jusqu’à sa mort, Maleville intervient régulièrement dans les débats du Sénat, en particulier sur les questions juridiques. Le 24 décembre 1889, il meurt dans son hôtel, avenue d’Antin, à Paris. Sa succession révèle une bonne situation de fortune : pour le seul bureau d’enregistrement de Domme – ce qui exclut les biens immobiliers parisiens – elle fait apparaître un total de communauté de 560 613 francs dont les revenus de 129 hectares de terres, 146 575 francs en actions et 85 947 francs en obligations.

8 Au Sénat, le 14 janvier 1890, l’éloge du défunt rend hommage à ce magistrat "distingué" et au "vétéran de nos assemblées parlementaires", à "l’homme toujours fidèle à la cause libérale… qui n’hésita pas à se rallier loyalement et sans arrière-pensée aux institutions républicaines ".

Bibliographie

Sources et bibliographie :

Contrat de mariage de Maleville et Boucher-Desnoyers, le 14 mai 1831, devant Maître Florent à Paris ; A. N. BB6 II 275 dossier de magistrat ; A.D. Dordogne, succession de Guillaume de Maleville. Déclaration du 12 juin 1890 (Domme) ;

André-Jean Tudesq, Les grands notables en France 1840-1849. Etude historique d’une psychologie sociale, Bordeaux, imp-lib. Delmas, 1964, 2 vol. ; Noël Becquard, "Les conseillers généraux de la Dordogne en 1830", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, n° 111, p. 63 ; Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1966, (Notice sur Desnoyers) ; L’Avenir de la Dordogne, 28 décembre 1889 (nécrologie) ; Eloge funèbre de M.d e Maleville, Journal officiel de la République. Débats parlementaires, 14 janvier 1890.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search