Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Grévy Jules Philippe Louis Albert 1823-1899

Éric Anceau

Texte intégral

1Les trois frères Grévy marquent les débuts de la Troisième République. L’aîné, tout d’abord, François Jules Pole (1807-1891), est avocat, commissaire de la République dans le Jura en 1848, membre de la Constituante puis de la Législative, député de 1868 à 1870 ; il préside la gauche fermée à la fin du Second Empire. Représentant en 1871, neuf fois président de l’Assemblée nationale jusqu’au 3 avril 1873, réélu député et président de la Chambre en 1876, il est le premier Président de la République authentiquement républicain (élu le 30 janvier 1879, réélu le 28 décembre 1885). Il doit démissionner le 2 décembre 1887 en raison de l’implication dans l’affaire des décorations de son gendre, le député Daniel Wilson, marié en 1882 à sa fille unique Alice. Le second des trois frères, Paul Louis Jules (1820- 1914), général de division en 1880, représente le Jura au Sénat à partir du 15 août de la même année. Réélu à plusieurs reprises jusqu’en 1906, il reste vice-président de la commission de l’armée de 1891 à 1905. Comme ses collatéraux, Jules Philippe Louis Albert voit le jour à Mont-sous-Vaudrey (Jura). Né le 24 août 1823, il est le benjamin de six enfants puisqu’il a également trois sœurs : Jeanne Etiennette Othilie née le 23 brumaire an XII, Louise Nicole Caroline née le 22 fructidor an XIII et Joséphine Juliette Prothade Françoise née le 16 juillet 1817.

2C’est le grand-père paternel, Nicolas (1736-1812), fils de Claude Grévy et de Marguerite Courcenet, cultivateurs à Aumont, qui s’installe à Mont-sous-Vaudrey en achetant la propriété de la Grangerie pendant la Révolution. Partisan des idées nouvelles, il entre au conseil de directoire du district de Poligny et devient juge de paix du canton de Grozon.

3Le père, François Hyacinthe, est né le 22 novembre 1773 à Rathier, hameau de Montholier (Jura). Chef de bataillon volontaire de l’an II, il fait toutes les guerres jusqu’au Consulat puis rentre chez lui où il exploite son domaine et une tuilerie. Il meurt à Mont-sous-Vaudrey en juin 1857. Sa femme Jeanne Gabrielle, fille de Jean-Joseph Planet (1756- 1792) et de Marie Charlotte Françoise Villot (1754-an VII), est née le 7 août 1782 à Poligny (Jura) et décédée le 26 décembre 1855 à Mont-sous-Vaudrey.

4Albert Grévy, marié à Marie Cambeur (1830-1919), a un fils né en 1853, Léon Louis Gabriel, maître des requêtes au Conseil d’État, dont l’épouse, Louise, née en 1866, est la fille du sénateur Labiche. Ils font d’Albert le grand-père de deux garçons et deux filles.

5Après être passé par l’École de droit de Paris, Albert Grévy devient avocat dans cette ville (1850-1852) et participe à la Conférence Molé en 1851. Installé ensuite à Besançon, avocat et bâtonnier, il dirige là l’opposition démocratique, collabore au Doubs. Dans une série de conférences au Grand-Théâtre de Besançon en 1870, il critique le recours au plébiscite. Il s’engage dans la guerre contre la Prusse puis exerce à partir du 6 octobre 1870, la fonction de commissaire général dans le Doubs, le Jura et la Haute-Saône. Élu représentant du Doubs en 1871, le premier sur six, il se montre très actif, prône l’union de toutes les fractions de la gauche de l’Assemblée (il préside la Gauche républicaine depuis 1874), est plusieurs fois rapporteur de projets de loi (sur la presse, sur la levée de l’état de siège). Il joue un grand rôle dans la préparation du vote des lois constitutionnelles. Député de la 1ère circonscription de Besançon en 1876, il préside encore la Gauche républicaine puis cède cette fonction, tout en demeurant membre du comité de direction du groupe en 1877. Vice-président de la commission du budget la même année, membre de plusieurs autres commissions, il préside celle de révision et de codification des lois sur la presse. Il est réélu aux élections d’octobre 1877. On le trouve encore dans des commissions ; il est appelé à présider celle qui enquête sur les actes du gouvernement du 16 mai.

6Le 15 mars 1879, Albert Grévy reçoit la direction civile et politique de l’Algérie à titre provisoire puis est confirmé le 15 septembre. Ce premier essai de gouvernement civil, qui plus est au profit du frère du Président de la République, entraîne de vives critiques dans les rangs des conservateurs. Grévy est confronté en outre à de grosses difficultés : insurrection kabyle de Batna, conflit avec l’autorité militaire, dissentiments avec le secrétaire général de l’Algérie qui finit par démissionner. Suite à des interpellations à la Chambre (22 avril 1880 ; mars 1881), le gouverneur doit se défendre en qualité de commissaire du gouvernement. Les décrets de rattachement du 6 septembre 1881 lui enlèvent la plupart de ses attributions en rattachant chacun de ses services aux ministères. Il essaie de défendre sa position puis démissionne et est remplacé le 26 novembre 1881.

7Le 6 mars 1880, Grévy est élu par 152 voix, sénateur inamovible en remplacement de Crémieux, décédé. Toujours membre de la Gauche républicaine, il entre dans les commissions des finances, des chemins de fer et des colonies. Il vote à gauche, pour le divorce et l’expulsion des princes, pour la nouvelle loi militaire et le scrutin d’arrondissement. Il s’abstient pourtant au moment du vote de la procédure à suivre contre le général Boulanger. Il est éclaboussé par le scandale de Panama et le gouvernement demande aux Chambres d’autoriser sa poursuite (20 décembre 1892). Il obtient un non-lieu (7 février 1893). Ces problèmes auxquels s’ajoute l’altération de sa santé le tiennent dès lors éloigné des affaires du Sénat. Il se retire dans la propriété familiale de Mont-sous-Vaudrey où il s’éteint le 10 juillet 1899.

Écrits de l’intéressé :

8Cours de droit administratif d’après le programme des connaissances exigées à la Faculté de Paris pour le deuxième examen de licence, Paris, Marescq et Dujardin, s.d., np. ; Études sur les mémoires et défenses judiciaires, publiés pendant les XVIIème et XVIIIème s. par des écrivains étrangers au barreau, Paris, imp. de Lacour 1851, 30 p.

Bibliographie

Sources et bibliographie :

A.D. Jura 1 J 82, 19 J 74, 27 J 5, 3 E 5518 à 5523, QP 4472 et QP 4478 Maison familiale de Mont-sous-Vaudrey (siège actuel de l’Union départementale des sapeurs-pompiers du Jura) et cimetière communal ;

des ouvrages consacrés à son frère Jules, peuvent fournir de précieux renseignements sur Albert et le milieu familial : D. Frémy, Quid des présidents de la République et des candidats, Paris, Fayard, rééd. 1987, 720 p ; Pierre Jeambrun, Jules Grévy ou la République debout, Paris, Tallandier (Figure de proue), 1991, 464 p. ; Bernard Lavergne, Les deux présidences de Jules Grévy, Paris, Fischbacher, 1966, 531 p. ; Paul Lesourd, Les Présidents de la République dans l’histoire de France, Paris, éd. Internationales, 1960, 240 p ; Michel Sementery, Les Présidents de la République française et leur famille, Paris, Christian, 1982, 379 p. ; Adrien Dansette, Histoire des présidents de la République, Paris, Amiot-Dumont, 1953, 289 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search