Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Fourichon Martin 1809-1884

Bernard Lachaise

Texte intégral

1L’entrée en politique de Martin Fourichon s’effectue avec la proclamation de la République le 4 septembre 1870. Alors âgé de plus de soixante ans – il est né le 10 janvier 1809 –, l’amiral Fourichon devient ministre de la Marine dans le gouvernement de la Défense nationale.

2Fourichon ne paraît pas plus prédisposé pour la vie politique qu’il ne l’était pour une carrière militaire. En effet, Martin Fourichon est originaire du petit bourg de Thiviers, au nord-est de la Dordogne où son père Antoine Fourichon exerce les fonctions de "directeur de la poste aux lettres", comme tous ses ancêtres depuis le début du XVIIème siècle. Malgré la modestie des revenus familiaux, Martin, enfant studieux et appliqué, est envoyé dans un pensionnat privé à Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne) jusqu’à la classe de troisième. A la différence de ses deux frères aînés qui restèrent en Périgord – le plus jeune, Émile, y fut avocat –, Martin choisit la carrière militaire : il fut admis, major de sa promotion, au concours d’entrée au collège royal de la Marine à Angoulême en 1824.

3Au sortir de l’école, l’aspirant Fourichon effectue un voyage de trois ans autour du monde sur "La Bayonnaise". Enseigne de vaisseau en 1829, il commence une remarquable carrière. Pourtant, à ses débuts, après avoir effectué sa première campagne au Levant et participé à la prise d’Alger, le jeune officier – lieutenant de frégate depuis 1831- connaît le "mal du siècle" au point d’être tenté par le suicide. Il trouve alors refuge dans le saint-simonisme pour lequel il s’enthousiasme en 1831 comme en témoigne sa correspondance avec Hoart. Une dizaine d’années plus tard, après avoir parcouru le monde, Fourichon, capitaine de corvette depuis 1843, devient chef d’état-major de la marine à Alger, où il établit des relations étroites avec son compatriote devenu son ami, le maréchal Bugeaud, gouverneur général d’Algérie. Dès lors, Fourichon s’éloigne des idées saint-simoniennes comme le révèlent les lettres échangées avec Enfantin en 1844 au sujet de la politique française en Afrique du Nord, même s’il clôt la dernière par la formule : "Adieu mon cher Enfantin. Soyez persuadé que l’ami, le camarade ne me feront jamais oublier en vous le père et que je respecterai toujours vos opinions alors qu’il ne me sera pas possible de les partager". Au cours des années passées en Algérie, Fourichon se lie toujours plus à Bugeaud. Il épouse en 1846, le jour du mariage de mademoiselle Bugeaud, une amie intime de celle-ci, Anna Mac Leod, d’origine irlandaise.

4Après l’Algérie, Fourichon, nommé capitaine de vaisseau en 1848, est appelé en Guyane dont il devient gouverneur. A son retour, il est promu contre-amiral en 1853 et exerce plusieurs hauts commandements sous le Second Empire. En 1859, il est rappelé dans la Méditerranée avec le grade de vice-amiral, puis il est désigné pour siéger au conseil de l’Amirauté et pour présider le conseil des travaux de la Marine (1864). Quand la guerre éclate en 1870, Fourichon dirige les combats en mer du Nord et bloque la flotte prussienne dans le golfe de Jade. La défaite de Sedan et la chute de l’Empire le conduisent alors brusquement au cœur de la vie politique et l’amiral Fourichon est nommé ministre de la Marine dans le gouvernement présidé par Trochu. A partir du 16 septembre, il fait partie de la "délégation du gouvernement de la Défense nationale, appelée à exercer les pouvoirs de ce gouvernement dans les départements non occupés par l’ennemi", sous l’autorité de Crémieux et en collaboration avec Glais-Bizoin. La mésentente règne au sein de la délégation de Tours qui doit organiser la guerre en province au moins jusqu’à l’arrivée de Gambetta le 8 octobre. De ce dernier devenu l’âme de la résistance, Fourichon aurait dit : " Ce diable d’homme, il me ferait passer au feu ! Je le suivrais partout où il voudrait ! Quelle prodigieuse intelligence de toutes choses, mais surtout quel grand cœur !". Fourichon s’associe alors, à Tours puis à Bordeaux à l’essentiel des décisions prises par la Délégation, en particulier pour les questions coloniales.

5Pourtant, favorable à la paix, il figure, en février 1871, en dixième et dernière position sur la liste conservatrice en Dordogne pour les élections à l’Assemblée nationale. Fourichon est élu, le dernier de la liste, avec 73 293 voix et siège d’abord au Centre droit puis au Centre gauche, à partir de 1873. Orléaniste, il se rallie à la République et vote pour l’amendement Wallon puis pour l’ensemble des lois constitutionnelles de 1875. Dès lors, il se rapproche des gauches, ce qui lui vaut d’être élu parmi les premiers sénateurs inamovibles en 1875. Il est de nouveau ministre de la Marine le 9 mars 1876, poste qu’il occupe dans les deux cabinets Dufaure et Simon jusqu’en mai 1877. Après la crise du 16 mai, ayant reçu la distinction suprême, la grand-croix de la Légion d’honneur, il retrouve les bancs du Sénat et intervient régulièrement, sur des questions diverses, jusqu’à son décès survenu brutalement à Paris le 23 novembre 1884. La presse républicaine périgourdine rend hommage à celui qui avait renoué, pour une courte durée, en 1871, avec son département natal.

Bibliographie

Sources et bibliographie :

A.M. Thiviers, acte de naissance de Martin Fourichon ; contrat de mariage des parents du sénateur, Antoine Fourichon et Jeanne Gai Lambertie (devant maître Lavergne, à Périgueux, le 10 messidor an 11) ; déclaration de succession d’Antoine Fourichon, le 4 décembre 1843 à Thiviers ;

Eloge funèbre de l’amiral Fourichon, 26 novembre 1884, Journal officiel de la République, Débats parlementaires ; Nécrologie de l’amiral Fourichon, L’Avenir de la Dordogne, 26 et 27 novembre 1884 ; Jean Lassaigne, Figures parlementaires. L’apport d’un département à la vie politique française, Paris, éd. du Globe, 1950, 427 p. ; colonel Fr. Reyniers, "Un officier de marine saint-simonien : le lieutenant de frégate, plus tard amiral Fourichon et la campagne du brigantin. Le Dragon aux échelles du Levant en 1833", Actes du 87ème Congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1962, Paris, imp. nationale, 1963 ; colonel Fr. Reyniers, "Le Père Enfantin et le capitaine de corvette Fourichon. Quatre lettres inédites (1844)", Actes du 88ème Congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1963, Paris, imp. nationale, 1964 ; Cent portraits périgourdins, présentés par les membres de la Société Historique et Archéologique du Silhouettes de sénateurs et candidats sénateurs de Loire-Inférieure, Nantes, P. Plédran, 1876, 96 p. (portrait de Fourichon par Albert Maligne).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search