Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Dumon Jean-Baptiste Augustin Joseph 1820-1900

Texte intégral

1Fils de Jean-Joseph Dumon et d’Aglaé Candelon, Jean-Baptiste Augustin Joseph naquit le 20 septembre 1820 à Agen. Ayant intégré l’École polytechnique, il en démissionna dès sa sortie, en 1841, alors qu’il était sous-lieutenant. Il vint vivre dans le Gers où sa famille possédait de vastes vignobles. Il résidait à Séailles, dont il fut le maire jusqu’à sa mort et siégea au conseil général comme élu du canton d’Éauze. Élu aux élections du 8 février 1871, il siégea à l’extrême droite sans jamais être monté à la tribune. Le 11 décembre 1875, il prit place parmi les inamovibles grâce à la collusion établie entre la gauche et les légitimistes. Il vota la proposition du duc de La Rochefoucauld tendant au rétablissement de la Monarchie ainsi que la dissolution de la Chambre après le 16 mai 1877 et, jusqu’à la fin de sa vie, il se tint à l’extrême droite. Lorsqu’il mourut le 4 novembre 1900 à Seailles, Armand Fallières le présenta comme " un des adversaires les plus loyaux mais les plus déterminés de nos institutions”.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search