Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Buffet Louis Joseph 1818-1898

Éric Anceau

Texte intégral

1 Louis Joseph Buffet naît à Mirecourt (Vosges), le 26 octobre 1818 dans une famille bourgeoise de sensibilité bonapartiste. Son grand-père paternel Claude Joseph (1764-1847), dont le père, originaire du Jura a été officier dans les armées de Turenne, est propriétaire à Tendon (Vosges), maire de sa commune, et juge de paix sous la Révolution ; sa femme épousée le 24 avril 1784, Marie-Thérèse Georgel est une parente proche de l’abbé Georgel, vicaire général du cardinal de Rohan. Du côté maternel, ses grands-parents Louis Moitessier et Françoise née Bléhée sont marchands de dentelles à Mirecourt. Son père, Louis-François Buffet (1791-1864), fait les campagnes d’Espagne et de Russie dans la garde impériale. Officier en mars 1813, il démissionne en 1814, se retire à Mirecourt où il pratique la banque et le commerce. Traitant des salines de l’Est, il préside le tribunal de commerce. En 1829, il acquiert le domaine de Ravenel dont il fait une exploitation modèle. Il est maire de Mirecourt à partir de 1840 et conseiller général des Vosges de 1843 à 1852. En 1849, il est décoré de la Légion d’honneur. Son frère Claude, hussard, est tué à Smolensk. La plus âgée de ses sœurs épouse, en 1813, J.-B. Boulay, neveu du premier comte Boulay de la Meurthe, conseiller d’État et ministre sous Napoléon Ier. Louis-François se marie, le 2 décembre 1817, avec Marie Anne Adélaïde Moitessier (1795-1875) (le contrat de mariage du 2 septembre 1817 établit que le mari apporte 5200 francs et que l’épouse est dotée de 10 000 francs). Le frère de celle-ci épouse la fille du comte de Foucauld, dont Ingres a fait deux portraits. Ils ont deux filles : l’une épouse le comte de Flavigny, l’autre le vicomte Olivier de Bondy.

2Outre Louis Joseph, leur fils aîné, le couple Buffet-Moitessier a deux autres enfants : Adèle (1820-1899) mariée à Octave Houdaille, conseiller à la cour d’appel de Nancy, et Louis Aimé (1821-1900), inspecteur général des ponts et chaussées, marié en 1861 à Marie Anne Philippine Fliche, la fille d’un conservateur des eaux et forêts.

3Louis Buffet épouse le 26 avril 1854 Marie Pauline Louise Target (1833-1905). Cette dernière est la petite-fille de Jean-Baptiste Target, député aux États généraux, président de l’Assemblée nationale en janvier 1790, membre de l’Académie française, la fille de Louis Ange Guy Target préfet du Calvados sous Louis-Philippe et de Pauline Eléonore Lebret du Dézert, et la sœur de Paul Louis (1821-1908), conseiller d’État en 1851, révoqué après le coup d’État, député en 1871, qui donne son nom à un groupe du Centre.

4Le couple a sept enfants : Pierre Paul (1855-1907), propriétaire à Mirecourt, Anne Joseph Paul André (1857-1909), avocat à Paris, directeur du bureau politique du duc d’Orléans et de la Ligue de la Jeunesse royaliste en 1898, impliqué dans l’affaire Dreyfus, condamné en Haute Cour à 10 ans de bannissement puis grâcié le 14 juillet 1905, Paul (1859-1927), propriétaire à Paris, Jean Louis François (1861- 1917), inspecteur des finances à Paris, qui démissionne à la suite de l’affaire de son frère, devient administrateur de sociétés, Marthe Julie, née en 1865, épouse du manufacturier Édouard Gast, Jacques Octave Constant François, (1870-1898), propriétaire au Mexique, et Philippe François Joseph (1873-1929), propriétaire à Paris. Quatre des petits-fils de Louis Joseph Buffet sont morts pour la France pendant les deux guerres mondiales.

5Après avoir fréquenté le collège de Mirecourt, puis l’institution Massin et le collège Charlemagne en 1833, Louis Joseph s’inscrit en 1836 à l’École de droit de Paris. Il passe à la Faculté de droit de Strasbourg et parfait sa connaissance de l’allemand. Sa thèse passée, il s’inscrit au barreau et est admis au stage le 8 mai 1840. Liouville le prend dans son cabinet. Il est 2ème secrétaire de la Conférence en 1843-1844. Avocat à Nancy, il lui arrive de plaider à Paris à la fin de la Monarchie de Juillet. La révolution de Février en fait un sous-commissaire du gouvernement à Mirecourt (10 mars au 17 avril 1848). Il est élu à la Constituante le 2ème sur 11 dans les Vosges en avril 1848. Secrétaire de la commission des finances, il vote à droite, mais approuve la Constitution. Il soutient Cavaignac dans l’élection présidentielle mais se rallie vite au Prince-Président. Il exerce l’intérim de plusieurs ministères puis devient ministre de l’Agriculture et du Commerce jusqu’en octobre 1849, le tour personnel que prend le régime l’amène alors à démissionner. Membre de la réunion de la rue de Poitiers, Buffet est élu à la Législative par les Vosges le 1er sur 9 et siège au Centre droit. En 1850, il fait partie de la commission pour l’élaboration de la réforme électorale. Il reçoit la Légion d’honneur le 28 octobre 1851 après l’avoir refusée le 4 juin 1849. Il proteste contre le coup d’État à la mairie du Xème arrondissement, est incarcéré à Orsay, puis à Vincennes. Il décide de prendre du recul et se retire jusqu’en 1864 à Mirecourt, même si en 1855, Montalembert le convie à prendre place au comité de rédaction du Correspondant. Durant son exil vosgien, il s’occupe de son domaine de Ravenel. Membre du comice agricole de Mirecourt depuis les années 1840, il en devient président en 1853 et le reste jusqu’à sa mort.

6Buffet est conseiller général du canton du Thillot d’août 1863 à 1871. Battu aux élections législatives générales de 1857 et de 1863 dans les Vosges, il doit sa rentrée politique à l’invalidation de l’élection de 1863. Élu en janvier 1864, il est réélu en 1869 et siège donc au Corps législatif jusqu’à la chute de l’Empire. Très actif, il appartient à plusieurs commissions dont celle du budget où il combat les emprunts. Catholique, il obtient le 15 avril 1865, une minorité de 83 voix contre 116 pour défendre le pouvoir temporel du pape. Le 17 mars 1866 il dépose un amendement réclamant le retour des libertés, qui recueille 63 voix contre 206. Ses multiples interventions à la tribune en font l’un des chefs naturels de l’opposition libérale, le Tiers Parti. Il est l’inspirateur du groupe des "116" qui se prononce en juillet 1869 pour la nomination d’un gouvernement responsable. Chef du Centre gauche, il entre dans le gouvernement Ollivier du 2 janvier 1870 en remplacement de Magne aux Finances. Il se montre économe, s’en prend aux monnaies pontificales, renforce le protectionnisme. Son projet de budget de 1871 est vivement combattu par les députés. Au moment du plébiscite, il quitte son poste le 9 avril suivi par son ami Daru (Buffet, élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 10 mai 1890, y succède à ce dernier dont il fait un vibrant éloge). Dans la crise qui conduit à la guerre contre la Prusse, il réclame la communication par le gouvernement de toutes les pièces du dossier. Il vote contre la guerre. Partisan de la légalité, une fois la nouvelle de Sedan connue, il se prononce pour qu’une commission nommée par le Corps législatif exerce le pouvoir.

7Élu représentant en 1871, le premier sur huit par les Vosges, il refuse le ministère des Finances que lui propose Thiers, car il ne veut pas cautionner la mutilation des Vosges et occuper un poste gouvernemental quand on parle de juger ses anciens collègues, derniers ministres de Napoléon III. Député du Centre droit, il devient l’adversaire résolu du chef du pouvoir exécutif. Élu président de l’Assemblée après Grévy en avril 1873, il est réélu six fois jusqu’en mars 1875. Si le régime selon son cœur est la monarchie constitutionnelle, il se rallie aux lois constitutionnelles et à la République, jugeant indispensable de sortir du provisoire. Le 11 mars 1875, il devient vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur. Il obtient l’adoption du scrutin d’arrondissement. Son ministère est aussi marqué par une loi restrictive des libertés de la presse et du colportage. Il démissionne le 23 février 1876 après son échec trois jours plus tôt au 1er tour des législatives dans quatre circonscriptions.

8Buffet n’est pas candidat à l’élection des 75 sénateurs inamovibles et échoue en décembre 1875, mais il est coopté le 16 juin 1876 en remplacement de Ricard décédé, par 144 voix contre 141 à Renouard. Sa première intervention lui permet de combattre la loi sur les maires. Il vote à droite, se prononce pour la dissolution de la Chambre. Il prend la parole plus de 300 fois. Assidu aux séances, il épluche tous les budgets, lutte contre le gaspillage de l’argent public et l’endettement des villes. Il est également l’un des meilleurs défenseurs des intérêts catholiques. Il intervient contre l’article 7 de la loi sur l’enseignement supérieur de 1880 visant les congrégations. Lors des décrets frappant les congrégations non autorisées, il se rend lui-même au couvent des dominicains de la rue Jean de Beauvais afin de protester. Il interpelle sur ce sujet le 15 novembre 1880 et trois jours plus tard. Il déclare que l’application des lois s’apparente à un procédé de malfaiteurs et est rappelé à l’ordre. Le 20 décembre 1880, Buffet proteste contre l’enlèvement par le préfet de la Seine de tout emblème religieux dans les écoles de Paris et obtient 151 voix contre 82 sur un ordre du jour regrettant cet acte. En juillet 1883, il propose de modifier le réglement du Sénat, vote contre la suppression de l’inamovibilité. Il intervient à plusieurs reprises dans le débat algérien et colonial, manifestant de grandes réserves, surtout de nature financière, à la politique d’expansion. En 1882, il s’oppose à la constitution de l’état-civil des indigènes en Algérie jugeant qu’il faut laisser ces derniers tranquilles. En mars 1887, il rejette le principe de la constitution du Sénat en Haute Cour, ce qui créerait une juridiction d’exception, incompétente (c’est elle qui, curieusement, juge son fils, coupable quelques années plus tard, d’attentat contre la sûreté de l’État !). Il est membre de la commission des douanes à la fin de sa vie. Sur sa méthode oratoire, il a pu dire : "Mes discours…, ne portent pas la moindre trace de culture littéraire… Je n’en ai jamais écrit un seul. J’étudie à fond une question, je me pénètre bien de mon sujet, et quand je dois parler un des premiers et que j’ai lieu de croire que mon contradicteur ne me fournira pas lui-même l’ordre de ma réplique, je fais un petit plan, et ensuite je vais comme je peux au petit bonheur". Sa mort survient à son domicile parisien du 2 rue de Saint-Pétersbourg le 7 juillet 1898. Il est enterré à Mirecourt.

Écrits de l’intéressé :

9Ils sont trop nombreux pour être tous cités. Voir baron de Courcel, ouvrage cité infra, pour le détail de ses discours parlementaires, de ses circulaires électorales et de ses travaux académiques.

Bibliographie

Sources et bibliographie :

A.D. Paris DQ 7 12309, état-civil de Paris VIIIème ; A.D. Vosges 1 M 9, 13 M 35, 13 M 36, 13 M 37, 13 M 39, 4 E 309/9, 4 E 309/26, 4 E 309/43, 4 E 309/44, 3 Q Mirecourt ; Mairie et Cimetière de Mirecourt ; Ms 26474, N.A.F. 13531 ff.160-4, 14114 ff.85-92 et 96-99, 14115 f.348, 18445 f.282-3, 24370 f.228, 24677 f.670-4, 25099 f.39 ; B.H.V.P. Ms 1768 Papiers Fiaux fol.435 biog., Ms 3033 f.353 8 1.s. dont une demande d’autorisation de vendre des biens nationaux.

le Charivari, 1849 ; les Portraits de Kel Kun, 1875 ; l’Indiscret, 1875 ; la République des lettres, janvier 1877 ; Revue politique, 1876 ; les Mémoires d’Aujourd’hui, juillet 1883 ; Annales de la Société d’Emulation du département des Vosges, 1845 et 1898 ; duc de Broglie, "M. Buffet. Cinquante années de vie parlementaire", Correspondant, 25 mai et 10 juin 1899 ; Jacques Buffet, Essai d’une synthèse de la vie de Louis-Joseph Buffet, homme d’Etat, 1818-1898, Université de Nancy, Thèse, 1975, 100 p. ; baron de Courcel, "Notice sur la vie et les travaux de M. Buffet" Séances et travaux de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, CLVII, janvier 1902, p. 509-544 et 633-675 ; baron de Courcel, Notice sur la vie et les travaux de M. L. Buffet, Paris, typog. Renouard, 1902, 158 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search