Version classiqueVersion mobile

Les immortels du Sénat, 1875-1918

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Les cent seize inamovibles de la Troisième République

Berthelot Pierre Eugène Marcelin 1827-1907

Texte intégral

1Pierre Eugène Marcelin Berthelot naquit le 25 octobre 1827, au cœur du vieux Paris, comme il se plut à le rappeler devant les félibres réunis à Sceaux en 1903 : "Je suis né en place de Grève, au coin de la rue du Mouton, vers le centre du carré gauche de la place de l’Hôtel de Ville en faisant face à l’édifice". Sa maison natale, dite "maison de la Lanterne", appartenait déjà, sous la Révolution, à son grand-père maternel mais la famille Berthelot n’y resta que peu de temps et c’est dans une autre antique demeure, l’ancienne Maison des Échevins, sise rue des Écrivains, que se déroula l’enfance du petit Berthelot. Si la famille maternelle était parisienne, par le côté paternel, c’est à la Sologne que tenait Marcelin Berthelot. Son grand-père, Jean, avait quitté son pays natal en 1792 pour s’enrôler comme volontaire. Ce fut le prélude d’une solide tradition républicaine au sein de laquelle il grandit ; cette enfance de petit républicain fut ponctuée – dira-t-il – par le "bruit du canon et de la fusillade", marquée par les images "des barricades, des émeutes du règne de Louis-Philippe, de la Révolution de 1848 et des journées de Juin". Au plus profond de sa mémoire étaient enfouies les images des blessés de Saint-Merri et de la rue Transnonain que son père, médecin, avait pansés et soignés.

2Républicains, ses parents n’en étaient pas moins profondément catholiques. Son père était de sensibilité gallicane ; quant à sa mère, Ernestine Sophie Claudine Biard, après avoir été tentée par le saint-simonisme, elle était redevenue catholique "presque avec fanatisme" (Antoinette Langlois-Berthelot). Marcelin Berthelot reçut donc aussi une éducation marquée par la prière, la dévotion à la Vierge et les pratiques de piété. Quand il envisagea de se marier avec Sophie Caroline Niaudet, nièce de Louis Bréguet, appartenant à la religion réformée, un véritable drame familial éclata et il dut attendre près d’une année le consentement de ses parents pour pouvoir enfin convoler en justes noces le 10 mai 1861. Le mariage fut mixte et tous les enfants – quatre fils et deux filles échelonnés entre 1862 et 1872 – furent baptisés dans le sein de l’Église catholique. Ultérieurement, certains deviendront agnostiques et d’autres passeront à la confession de leur mère qui avait beaucoup souffert de la situation imposée par Madame Berthelot mère.

3Enfant, Marcelin Berthelot commença par fréquenter l’école élémentaire communale de son quartier avant d’être inscrit au lycée Henri IV, où il arriva en 1838. Un peu plus tard, il devint pensionnaire et, tout en continuant de suivre les cours d’Henri IV, il fut interne à la célèbre pension Crouzet. C’est là, qu’en 1845, il fit la connaissance de Renan qui était surveillant dans cet établissement depuis sa sortie de Saint-Sulpice. On sait quelle étroite amitié, interrompue seulement par la mort d’Ernest Renan en 1893, lia les deux hommes durant près d’un demi-siècle. Marcelin Berthelot se révéla élève brillant, aussi doué pour les disciplines scientifiques que pour les disciplines littéraires. Il fut lauréat du concours général de philosophie en 1846, année où il devint bachelier-ès-lettres. L’année suivante, il prépara son baccalauréat-ès-sciences mathématiques, tout en suivant une série de cours au Collège de France, notamment les cours de sanscrit d’Eugène Burnouf. C’est également à cette période qu’il se lia avec Claude Bernard. Puis, il entama des études de médecine – qu’il ne mena pas jusqu’à leur terme – et des études de sciences. Licencié en juillet 1849, il entra au laboratoire d’enseignement pratique de chimie de Pelouze à la fin de la même année. Ultérieurement, en 1851, Balard, successeur de Pelouze, le choisit comme préparateur. Marcelin Berthelot soutint sa thèse de doctorat-ès-Sciences en 1854 et, dès l’année 1855, commença la série des synthèses en chimie organique qui fondèrent sa réputation. En 1858, il soutint sa seconde thèse, en pharmacie. Sa double spécialité lui valut d’occuper la chaire de Chimie organique de l’École de pharmacie à partir de 1859. Quatre années plus tard, en 1863, il devint chargé de cours au Collège de France avant d’être nommé professeur en 1865, année durant laquelle il commença ses travaux de thermochimie. Pendant la guerre franco-prussienne, Marcelin Berthelot fit partie du comité scientifique de la Défense nationale, dirigeant les services de fabrication de poudre, de nitroglycérine et de dynamite. En 1873, il fut nommé au comité des poudres et occupa le poste de président de la commission des substances explosives à partir de 1878. Puis ses intérêts de chimiste le menèrent vers la chimie végétale ; il étudia alors le cycle naturel de l’azote dans l’air et la fixation de l’azote par les végétaux. En 1883, fut créée, à son intention, une station de chimie végétale à Meudon.

4Tout au long de sa carrière, les honneurs scientifiques ne manquèrent pas à Marcelin Berthelot ; il reçut de nombreuses distinctions et appartint à diverses institutions et sociétés. Il devint membre la Société de biologie, de la Société chimique, de la Société d’agriculture, pour n’en citer que quelques-unes. Membre de l’Académie de médecine dès 1867, il fut élu à l’Académie des sciences en 1873 et en devint le secrétaire perpétuel en 1889. Outre ses activités d’enseignement et de recherche, il eut quelques liens avec le monde industriel – tout en se montrant d’une extrême négligence dans la prise de brevets. En 1860, la firme Menier le choisit comme consultant.

5Actuellement, certains chimistes remettent en cause la place de Marcelin Berthelot dans l’histoire de la chimie. On lui reproche notamment d’avoir refusé la notation atomique et d’avoir ainsi fait prendre à la chimie française un bon demi-siècle de retard sur la chimie allemande. Mais, de son vivant, même si quelques critiques s’élevaient déjà contre ses travaux et contre le goût du pouvoir et le népotisme que d’aucuns lui prêtaient, il fut considéré comme un immense savant loué et aimé à l’égal d’un Pasteur.

6Durant la Troisième République, Marcelin Berthelot mena, parallèlement à sa carrière scientifique, une carrière administrative et politique. Son républicanisme – qui ne l’avait cependant pas empêché de fréquenter le salon de la princesse Mathilde vers la fin des années 1860 et d’assister à l’inauguration du canal de Suez en 1869 – était connu. Est-ce pour cette raison qu’une poignée d’électeurs de la Seine votèrent pour lui en 1871, alors qu’il n’était même pas candidat ? Il fut nommé inspecteur général de l’Enseignement supérieur en 1876. Élu sénateur inamovible en juillet 1881, il s’inscrivit au groupe de l’Union républicaine et devint président de la commission de l’enseignement primaire, poste qu’il occupait lorsque fut votée la loi Goblet. A deux reprises il occupa un poste ministériel ; de décembre 1886 à mai 1887, il fut ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dans le cabinet Goblet puis, de novembre 1895 à mars 1896, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Bourgeois.

7Marcelin Berthelot écrivit beaucoup, produisant un grand nombre d’articles et de mémoires consacrés à la chimie bien sûr, mais aussi des ouvrages à caractère historique et philosophique. Il publia ainsi Les origines de l’Alchimie en 1884, Science et philosophie en 1886, La Science et la morale en 1895 – ce court texte constituait une réponse au célèbre article de Ferdinand Brunetière paru dans La Revue des Deux Mondes le 1er janvier 1895 sous le titre "Après une visite au Vatican". Il donna Science et Libre Pensée en 1905. En 1901, il fut élu à l’Académie française au siège de Joseph Bertrand.

8 Marcelin Berthelot était également connu pour ses opinions avancées en matière de philosophie et de religion. Ses travaux de synthèse en chimie organique l’amenèrent à se prononcer en faveur du matérialisme, contre le vitalisme ; il était probablement athée. En 1902, les fondateurs de l’Association nationale des libres penseurs de France, à la tête desquels se trouvait Ferdinand Buisson, se tournèrent tout naturellement vers lui pour lui offrir la présidence d’honneur qu’il accepta. En revanche, il était politiquement moins audacieux et resta étrangement silencieux lors de l’Affaire.

9Marcelin Berthelot connut la gloire d’être statufié de son vivant, par le plus célèbre des sculpteurs alors en vie, Rodin, à la demande du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, Dujardin-Beaumetz. En effet, Rodin fixa dans le bronze le fin visage, presque émacié, de Marcelin Berthelot, alors âgé de 78 ans. Deux ans après, le 18 mars 1907, le célèbre chimiste mourut, succombant quelques heures après sa femme à laquelle il avait toujours dit qu’il ne pourrait survivre. Le bruit courut d’ailleurs qu’il avait provoqué sa propre mort pour se soustraire à un veuvage trop cruel. Marcelin Berthelot eut droit à des funérailles nationales. Son corps fut transporté au Panthéon et, les deux époux ayant toujours fait savoir qu’ils n’entendaient pas plus être séparés dans la mort qu’ils ne l’avaient été dans la vie, celui de son épouse pénétra également dans le "Temple des Grands Hommes". Ainsi, c’est par la grâce de l’amour que Sophie Niaudet-Berthelot demeure – en attendant la "panthéonisation" annoncée de Marie Curie – la seule femme présente dans ce sanctuaire républicain que constitue l’ancienne église Sainte-Geneviève. Dix ans après sa mort, Marcelin Berthelot connut les honneurs d’une autre statue, incluse dans un grand monument commémoratif, dû au ciseau du sculpteur Saint-Marceaux. Inaugurée en 1917, l’œuvre fut mutilée sous l’État Français puisqu’elle perdit la statue de Berthelot, envoyée à la fonte – à l’exclusion de la tête, qui put être sauvée – ; ne demeure plus que le muret incurvé de pierre qui en constituait l’arrière-plan et qui est toujours visible dans l’un des petits squares situés devant le Collège de France.

Écrits de l’intéressé :

10"La science et la morale", La Revue Hebdomadaire (18 février 1895), Paris, imp. nouvelle, 1895, 35 p. ; Science et Libre Pensée, Paris, Calmann Lévy, 1905, 411 p.

Bibliographie

Sources et bibliographie :

Acte de la cérémonie de mariage célébrée au temple de l’Oratoire, Société de l’histoire du protestantisme français, CP 26 ; Origines et jeunesse de Marcelin Berthelot, Ms inédit de Mme Antoinette Langlois-Berthelot conservé chez M. Daniel Langlois-Berthelot ; B.H.V.P., série "Actualités", n° 30, dossier "Marcelin Berthelot" ; A.P.P. Ba 960, ibid ; G. M. Debove, Marcellin Berthelot, Éloge prononcé à l’Académie de Médecine, Paris, Masson et Cie, 1915 ; Émile Perrin, La vie d’un savant. Marcelin Berthelot (1827- 1907), préface de Charles Richet, Paris, éd. l’acaccia, 1927, 55 p. ; Marcel Delépine, Marcellin Berthelot, (les conférences faites au Palais de la Découverte, 10 novembre 1940), Alençon, imp. de Poulet-Malassis, 1947, 28 p ; Jean JACQUES, Marcelin Berthelot. Autopsie d’un mythe, Paris, Belin, 1988, 287 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search