Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolutions

 | 
Clara Filet
, 
Svenja Höltkemeier
, 
Capucine Perriot
, 
et al.

Révolution de l’architecture domestique du Proche-Orient protobyzantin (iv-viie siècle) : culture de l’élite au détriment de la culture classique ?

Marius Dumas

Résumé

L’habitat urbain du Proche-Orient protobyzantin se distingue dans le domaine archéologique par une architecture domestique principalement monumentale. Le luxe et le caractère ostentatoire affichés des résidences, ont amené les archéologues à les assigner à une élite urbaine. L’état de conservation parfois surprenant des vestiges, a permis de relever de nombreuses caractéristiques susceptibles de qualifier chacune des époques, notamment lorsqu’il était possible de dresser une chronologie suffisamment précise pour isoler certaines transformations, au gré des réfections et des travaux qui se sont déroulés tout au long de la longue existence de ces demeures.
Pendant la période protobyzantine, l’architecture domestique évolue, rompant avec son organisation initiale. En effet, les puissants n’hésitèrent pas à se confronter aux anciens plans de leurs demeures et à les repenser afin qu’ils correspondent davantage à de nouveaux besoins, stimulés par le fait d’amener dans la sphère privée des prérogatives initialement attachées à la sphère publique.
Les transformations ont été jugées, tantôt en des termes de continuité ou d’évolution : tel le maintien de certaines composantes antiques au sein des phases les plus tardives ; tantôt en des termes plus dépréciatifs : synonymes de régression. En peu de mots de causer l’aliénation de l’héritage gréco-romain, quitte à négliger les éléments constitutifs de l’époque protobyzantine, qui fut même qualifiée de période de transition entre l’Antiquité et le Moyen-Age.
Toutefois, il semble qu’aucun archéologue n’ait encore envisagé ces transformations en termes de révolution. Révolution au sens que les profondes mutations appartenant à l’Antiquité tardive imposaient de s’affranchir du carcan traditionnel imposé par la culture hellénistique, gréco-romaine et même indigène.
Là, semble se terrer quelques innovations propres à cette période, terreau d’une véritable révolution : révolution des lieux du pouvoir, de son expression, tant dans son architecture que dans son exercice, à l’instar du développement des salles triconques dans les maisons attribuées aux « élites ».

Urban habitat of the Early Byzantine period is distinguishable in archaeological domain by an essentially monumental domestic architecture. The luxury and ostentatious features of residences, brought archaeologists to attribute them to an urban elite. The sometimes surprising state of the conservation of the remains, has identified many characteristics that could qualify each era, especially when it was possible to provide a sufficiently precise chronology to isolate certain transformations, according to the repairs and work that took place throughout the long existence of these houses.
In the Early Byzantine era domestic architecture evolves, breaking its initial organization, to meet the convenience of its occupants. Indeed, the powerful did not hesitate to confront the old plans of their houses and redesign them so that they were more relevant to new needs, stimulated by the bringing into the private sphere the prerogatives attached initially to the public sphere.
The transformations were sometimes found to be continuous and evolutionary as they maintained certain ancient components in the later stages ; sometimes, in the most disparaging terms, they were synonymous with regression. In short, they caused alienation of the greco-roman heritage, whilst neglecting elements of the Early Byzantine period, which was called a transition period between Antiquity and the Middle Ages.
However, it seems that no archaeologist has yet considered these changes in terms of revolution. Revolution in the sense that the profound changes belonging to late antiquity imposed to overcome the traditional constraints by Hellenistic, Greco-Roman and even indigenous culture.
To be discovered it seems are innovations specific to this period, which were a breeding ground of revolution : a revolution of the places and expression of power, both in architecture and in how power was exercised, as in the development of the facilities in triconch rooms assigned to the “elite”.

Texte intégral

Introduction

1Les changements opérés dans le cadre urbain des grandes villes du Proche-Orient se transposent durant l’Antiquité tardive dans l’architecture domestique. Les causes sont liées aux profondes mutations qui s’observent à l’échelle sociale, politique, économique et religieuse.

  • 1 Si l'on excepte les quelques publications sur les maisons d'Antioche et ses environs issues des fou (...)
  • 2 Dont la destination principale était initialement tournée vers la vie publique et politique de la c (...)

2L’intérêt des archéologues pour l’architecture domestique de l’Antiquité tardive, en plein essor depuis les années 19701 (Lassus, 1938 ; Lavin, 1962 ; Stillwell, 1941), a permis de mettre en valeur l’emprunt de nombreux éléments structuraux traditionnellement attachés aux bâtiments civiques de la ville2 et dans l’habitat privé, tel que de grands palais ou résidences. Les mutations relevées, ont souvent été interprétées à l’aune d’un déclin ou d’une rupture et perçues comme révélatrices de la déchéance des cités, de la faillite de la culture antique, ou du passage d’un idéal classique à une ville déjà tournée vers le haut Moyen-Âge (Dumas, 2013). Toutefois, il faut remarquer que l’architecture domestique protobyzantine est particulièrement difficile à appréhender, du fait de la durée extrêmement longue d’utilisation des maisons, qui fait qu’elle ne possède pas, il faut le préciser, d’édifices que l’on pourrait qualifier comme appartenant en propre à l’Antiquité tardive.

3Il convient de rappeler qu’un archéologue, s’il veut analyser efficacement l’habitat urbain, doit en avoir dégagé au préalable une surface continue suffisante. Cela n’a malheureusement pas été le cas dans les principales cités des diocèses d’Orient ou d’Asie, exceptée des villes comme Apamée (Balty et Balty, 1984 ; Balty, 1984) et Éphèse (Efes, Erdemgil, Evre, et Ozeren, 1987 ; Foss, 2010). En d’autres termes, les grandes villes d’Orient « restent une affligeante terra incognita sur le plan archéologique » (Lauffray, 1958 ; Cabouret, Gatier et Saliou 2004 p. 7-8).

4Le but de la présente étude est de présenter quelques éléments de réflexion qui peuvent servir l’analyse de l’architecture domestique du Proche-Orient protobyzantin. La méthode bannira les termes ayant trait à des considérations péjoratives ou mélioratives, car le propos est d’interpréter dans la démarche la plus objective les changements nets, dont l’amplitude large a fait apparaître autant de prétendues fractures. Les précédentes analyses, si échafaudées a priori que les synthèses en ont été biaisées par des notions renvoyant intrinsèquement à une comparaison diachronique (Morvillez, 2004). Dans la balance de la place des époques antérieures ou postérieures à la période protobyzantine, les thèses concluaient inévitablement, trop facilement peut-être, par les vocables évolution, régression ou au mieux, transition. Il est évident qu’il a été fait peu de cas de la période protobyzantine dont la richesse et la complexité ont longtemps été déniées.

5Dans la deuxième moitié du xxe, l’emploi du qualificatif de « tardive » pour plaider son lien à l’Antiquité posait, pour la première fois, les prémisses d’une définition autonome de la période.

6Dès lors, de quelle manière présenter les transformations relevées dans l’architecture domestique de la période protobyzantine, jadis dépeintes dans la bibliographie en autant de fractures et cassures qui abattirent l’Antiquité ?

7Si le contexte ne s’y prêtait pas, serait-il possible de décrire nûment, en faisant fi de tout jugement et de toute connotation, comme révolutionnaire, les transformations apportées à l’architecture domestique du Proche-Orient au cours de l’Antiquité tardive ?

8Suivons-nous le développement d’une culture de l’élite au détriment de la culture classique ?

Nouvelle architecture ?

9L’utilisation d’éléments architecturaux hérités de l’Antiquité gréco-romaine dans l’architecture domestique protobyzantine résulte de l’assemblage de nouveaux modes, terreau fertile où l’innovation puise les sucs nourrissants.

Salles principales

10L’aménagement fréquent, parfois multiple, de l’abside dans le mur opposé à l’entrée des salles les plus importantes, satisfait aux besoins de représentation et de réception.

11Les salles de banquet à abside, déjà connues depuis le ier siècle apr. J.-C. par Pline l’ancien, ne deviennent communes qu’à la fin du iiie siècle, avant d’être une caractéristique de l’architecture protobyzantine. L’un des plus anciens exemples connus est la maison de la table servie à Antioche datée du iiie siècle apr. J-C.

12La diffusion du type de salle à abside a été favorisée par l’adoption d’un nouvel équipement dans l’organisation du banquet intérieur : le stibadium (lit demi-circulaire) et du sigma (table demi-circulaire qui est associée au stibadium ou le stibadium lui-même), qui amorce l’évolution du triclinium traditionnel (disposition des lits en Π ou U) en salle polylobée, par la multiplication de lits autour de la table à manger.

  • 3 La salle à alcove est un équipement endémique au Hauran. Voir aussi le palais de l'Evêque dans la m (...)

13Ainsi, on différencie deux plans principaux : le premier précédemment cité et caractéristique de l’antique triclinium puis le second, utilisé en particulier pendant l’Antiquité tardive, remplaçant les anciens triclinia, constitués d’une table en sigma logée dans l’abside du « triclinium », et qui annonce la salle triconque et les autres formes architecturales innovantes des plus beaux palais de Constantinople et des provinces du diocèse d’Orient (Fig. 1), par la répétition de l’abside dans un même plan. Le palais dit de Trajan à Bosra dans la province d’Arabie (Piraud-Fournet, 2003 et 2010), par l’installation d’une pièce à alcôve3 (Villeneuve, 1997) dans la salle tripartite principale de l’étage du corps de bâtiment nord, offre une solution innovante grâce à l’interpénétration des caractéristiques régionales et gréco-romaines. La salle éponyme de la maison triconque d’Aphrodisias dans le diocèse d’Asie (Berenfeld, 2009), se caractérise par un plan trilobé. En Thrace, le Palais du Lausos à Constantinople (Bardill, 1997) et en Numidie, la Maison de Bacchus à Djemila (antique Cuicul), ont la prouesse de combiner dans la même salle de réception jusqu’à sept absides.

Fig. 1. Salles à absides d’Orient

Fig. 1. Salles à absides d’Orient

Composition M. Dumas.

14Lorsque le stibadium (Fig. 2) est maçonné (Ellis, 1997, p. 47) il impose à la salle de fonctionner exclusivement comme salle de dîner, mais les cas retrouvés sont rares. En l’absence d’équipement spécifique, la fonction de la salle peut-être attestée par le pavement de mosaïque, ce qui n’empêche nullement une utilisation ultérieure pour d’autres affectations, si l’on considère que les lits sont amovibles. L’évolution du triclinium répond bien à une adaptation architecturale. Les salles de dîner deviennent bien des salles de réception.

Fig. 2. Stibadium et sigma

Fig. 2. Stibadium et sigma

D’après G. Åkerström-Hougen, 1974.

15Prodrome d’une architecture audacieuse, la polyvalence des salles à abside(s) jouit d’une qualité remarquable : la capacité à servir à la fois d’espace de réception, d’audience et de salle de banquet. La place privilégiée qu’elles occupent dans le plan des maisons suffit à les considérer comme pièces principales, voire même supérieures, puisque si la maison s’avérait trop petite pour comporter en outre une cour à péristyle, la grande salle de réception et le triclinium lui seraient privilégiés (Ellis 1997, p. 42). Un triclinium de taille, richement orné, dont l’intérieur emploie de nombreux artifices architecturaux, était plus important qu’un péristyle, pour donner au visiteur une impression grandiose du maître de la maison. Le décor composé d’éléments soigneusement agencés, tels que les mosaïques du triclinium dont les emblema et les inscriptions placés stratégiquement à l’entrée honorent l’hôte dans les thèmes abordés parfois teintés d’héroïsme sur les pavements et les sculptures (Au sujet des décorations, et des représentations de triclinium consulter Åkerström Hougen, 1974 p. 101-117).

16L’essor considérable des salles de représentation, de réception ou de banquet, dans les maisons provinciales (Ellis, 1988, p. 571) d’importants propriétaires fonciers, palais et résidences, fléchit paradoxalement la spécialisation de leur fonction et indique que le type n’était plus seulement l’apanage des puissants ou des notables, mais probablement aussi de nouvelles élites provinciales.

Cour intérieure

  • 4 Alors que de nombreux exemples montrent, que son usage reste déterminant dans la circulation au sei (...)

17Le changement le plus saillant de l’architecture domestique à l’Antiquité tardive est l’évolution de la maison à péristyle, et d’un point de vue plus général, de l’emploi de la cour comme son élément essentiel et moteur. Classiquement, tout le plan d’une maison est régi autour d’une cour centrale qui en régule les différents accès et espaces. L’infléchissement de la cour à péristyle a été interprété comme un symptôme particulièrement percutant pour expliquer la fin de l’Antiquité (Ellis, 1988)4. Le prétendu abandon de cet élément primordial révélerait les transformations décisives et constitutives au cours de la période protobyzantine.

18Les dernières constructions connues de maisons à péristyle dans la partie orientale de l’Empire remontent, au plus tard, aux années 550 pour la Maison du Fauconnier à Argos (530-550) ou à la fin du vie apr. J.-C. pour la maison de Hermione dans le Péloponnèse. En Syrie, la dernière construction connue est datée par une inscription de 578 de notre ère à El-Hayat, dans le Hauran (Fig. 2). La plupart des maisons du Hauran ou du massif calcaire appartenaient vraisemblablement à des fermiers, mais les plus développées d’entre elles, dénommées résidences par le fait de leur envergure, appartenaient certainement aux gérants de ces domaines, qui éventuellement possédaient en ville une demeure comparable à celles retrouvées dans les riches propriétés foncières de l’arrière-pays. Évoquer l’éclipse de la cour à péristyle, même si le fléchissement est net et notable, n’est donc pas permis. L’usage de la cour à portiques n’a pas disparu à la fin du vie siècle, mais il n’est plus réservé à des maisons interprétées comme aristocratiques ou à de grands dignitaires politiques, militaires ou religieux, puisque son utilisation se prolonge dans les résidences de riches marchands, de grands propriétaires fonciers, ou même d’artisans. Le rôle de la cour à péristyle, caractéristique des maisons de plan gréco-romain, semblable à un vestibule à ciel ouvert, à un triclinium de plus en plus massif, dont l’importance tend à s’accroître, a changé : tout en conservant sa fonction de distribution dans le plan, il n’en est plus l’organe central.

19Cependant, bien qu’elle ne soit pas nécessairement à péristyle, la cour demeure durant toute la période le centre du foyer et de la vie quotidienne de la maison. Dans bien des cas, elle est privilégiée pour servir de réserve, d’entrepôt, ou pour l’installation d’équipements utilitaires comme la cuisine ou les ateliers. Dans les maisons à deux niveaux, le rez-de-chaussée est habituellement utilisé pour les installations de services ou d’ateliers, tandis que sont situés à l’étage les quartiers de résidence. Une nette séparation entre le piton (salle pour dormir) et le triclinium (utilisé pour les repas communs et les divertissements) reste la norme. La cour possède une fonction importante pour servir de barrière entre la vie privée et la vie publique (Ben-Dov, 1985 ; Hirschfeld, 1995 ; Sodini, 1997, p. 505 ; Sodini et Tate, 1984).

20Les maisons de la Sardis protobyzantine ont été ainsi décrites, qu’elles n’ont pas été identifiées à des magasins, mais à des quartiers d’habitations en raison de la cour intérieure qui servait aussi comme atelier, invitant à formuler l’hypothèse que les commerçants et artisans vivaient probablement dans leurs boutiques (Crawford, 1990). La cour reste corollairement l’élément privilégié dans la plupart des types d’habitats.

21La révolution ne réside pas tant dans l’usage de la cour comme élément régisseur de la maison, mais de sa reprise par les franges plus modestes de la société urbaine à des fins étrangères au prestige ou à l’ostentation. Le rôle prépondérant et moteur de la cour dans la distribution et la circulation entre les différents espaces de la maison, loin de s’éteindre, s’étend pendant l’Antiquité tardive.

22Un phénomène nouveau, tout à fait caractéristique de la période apparaît dans les alentours du IVe siècle : la réduction et la multiplication des cours à péristyle. Le phénomène est d’un intérêt particulier, car il met en exergue les ressorts qui animent les évolutions de l’architecture domestique de la couche sociale urbaine la plus aisée dans le Proche-Orient protobyzantin. La Maison aux fontaines de Béryte (Perring, 2003 ; Thorpe, 2007) (Fig. 3) est l’archétype de maison dans laquelle, au gré des remaniements successifs, se développe le phénomène. Le plan du dernier état de la maison illustre la complexification à l’extrême du plan, que seule l’émergence de nouveaux besoins peut expliquer, dans un type de demeure inédit appelé en raison des caractéristiques relevées : la « Maison Complexe » (Dumas, 2013). Complexe, car le plan est constitué d’éléments exogènes et constitutifs des architectures publique, religieuse, civile, palatiale ou domestique. Le type est novateur, car la résidence est le fruit de l’incorporation en un seul ensemble unitaire, de constructions et d’espaces pourtant hétérogènes entre eux. Les rues ou chemins deviennent des corridors, les corridors deviennent des vestibules, les jardins ou espaces vierges deviennent des cours, les pièces réunies forment des salles principales pour former une bâtisse cossue. Le bâtiment d’aspect inhomogène s’apparente à une véritable domus. Les alternances savamment orchestrées entre les nombreuses parties et les multiples accès ont été si subtilement codifiées, que qualifier le plan de dédaléen ne serait qu’à peine exagérer. L’effet devait être saisissant, tant la diversité des équipements réussit à imposer au visiteur l’ostensible opulence de l’hôte.

23Mais alors qui sont ces élites ou ces prétendants qui en reprennent les codes et le vocabulaire ?

Fig. 3. L’insula de la Maison aux Fontaines

Fig. 3. L’insula de la Maison aux Fontaines

En a) vers 350 ; En b) entre 525 et 550.

D’après R. Thorpe 2007.

Nouvelles élites, nouveaux besoins

24L’étude des éléments constitutifs de l’architecture gréco-romaine montre que les transformations à l’œuvre dans l’architecture domestique du Proche-Orient protobyzantin répondent aux besoins des élites nouvelles et au rôle qu’elles jouent dans la cité, telles que l’évêque dont la résidence utilise le même répertoire architectural de grands dignitaires (triclinium, cours, jardins, fontaines, etc.), des riches marchands et même des parvenus (Mosaïque de la Jalousie dans une des maisons de Béryte) (Sodini, 1989, pp. 425-426 ; Alpi, 2012).

25La reprise des codes attachés à l’expression du pouvoir, par l’emploi d’éléments architecturaux traditionnellement dévolus aux bâtiments publics, civils ou aristocratiques, dans l’habitat des puissants et des grandes fortunes, souligne l’émancipation de quelques habitants du carcan de la culture classique, mais en réutilisant paradoxalement les principes.

26Au cours de l’Antiquité tardive, la maison n’est jamais seulement résidentielle. Comment alors distinguer (Ellis, 2006 ; Lavan, 1999, 2001 ; Sodini, 2003), le praetorium (palais du gouverneur), de l’episcopeion (palais de l’évêque) de la grande résidence privée (Lavan, Özgenel et Sarantis, 2007) ? Aucune forme d’habitat ne se distingue de manière nette, par l’emploi d’éléments structuraux et architecturaux spécifiques tels que les absides, les salles d’audience, les salles de réception et les fontaines monumentales, entre autres.

27Le plan de la basilique romaine autrefois utilisée pour les audiences impériales ou comme assemblées civiles n’a-t-il pas été repris dans les églises ?

28Pour comprendre les mutations de l’architecture domestique urbaine, il faut se pencher sur le lien des illustris, un rang spécifique à la cour avec les riches maisons provinciales syriennes du ve et du vie siècle. À l’instar de Libanios à Antioche, certains aristocrates ont eu tendance à se retirer de la cour vers les provinces et, en utilisant leur influence directe à Constantinople, ont pu devenir des patrons extrêmement puissants, jusqu’à supplanter les gouverneurs locaux, tout en continuant de vivre dans la maison classique à péristyle (Ellis, 1988).

Circulation et Prévarication

29Les empiétements et la subdivision des plans ne sont pas anarchiques ou aléatoires, mais témoignent au contraire d’un certain degré de planification. La circulation, élément primordial des plans initiaux antiques, demeure une constante, mais se complexifie au gré des réfections par une codification plus prononcée. Les procédés hérités de l’antiquité tels que l’entrée en chicane, l’aménagement d’un portique, d’une cour à péristyle, d’un vestibule d’entrée, d’une avant-salle, ajoutés à la redistribution des espaces intérieurs accentuent l’aspect hermétique de la maison et le niveau d’intimité des différents espaces. De cette manière, le visiteur ne nécessite pas d’entrer dans les autres pièces pour se rendre à la salle principale d’audience. Les chambres d’apparat, d’un facile abord depuis l’extérieur de la demeure, sont propices à l’ostentation du pouvoir, par l’utilisation d’artifices architecturaux, d’agréments ou de décors, telle que la présence d’une alcôve surélevée, de statues nichées dans les murs, de mosaïques ou la présence de fontaines.

30Les salles de réception, situées dans un endroit privilégié de la maison se distinguent des salles d’audience, car à l’inverse de celles-ci, elles sont nettement coupées de l’extérieur. La plupart sont accessibles depuis la cour à péristyle ou sont même isolées à l’étage d’un des corps du bâtiment. Le plan impose de rentrer dans ce qui constitue le cœur de l’habitat (bien que les appartements privés puissent être situés à l’étage) pour accéder dans les lieux propices aux éventuelles relations privilégiées de mode gréco-romain.

31L’utilisation accrue des pièces de passage, qu’illustrent le nombre important de seuils à franchir dans les vestibules et les corridors, établit la complexe hiérarchisation entre les différentes parties de la maison.

32Le phénomène de blocage des entrecolonnements des cours à péristyle résulte de la réorganisation des circulations selon des problématiques différentes (accès ou perspectives visuelles) (Fig. 4). Les restaurations successives des maisons d’Apamée, dont le péristyle de la cour est utilisé au moins jusqu’à la fin du vie siècle, sont de bons exemples. Les tremblements de terre de 526 et 528 puis les raids perses de 573 et 613 ne suffiront pas à les démolir totalement. Les maisons ont été systématiquement relevées, leurs façades et péristyles ont été remontés en grand appareil, certes parfois de manière désordonnée, mais masqués de toute manière par un épais enduit, tandis que le reste est élevé en moellon et en arase de briques de manière bien caractéristique de la période. L’adoption de certains partis pris architecturaux et/ou décoratifs, analogues d’une maison à l’autre, argue en la faveur d’une planification commune. Les restaurations des maisons ne peuvent seulement être décrites comme l’ayant été à une échelle massive et collective. À l’instar des maisons du quartier suburbain de Daphné restées sans protections jusqu’aux invasions perses, tout cela donne l’idée d’une période de prospérité, qui colle effectivement aux descriptions d’Antioche fournies par Libanios).

Fig. 4. Plan de la Maison aux Consoles avec l’indication des principales circulations et des fermetures du péristyle

Fig. 4. Plan de la Maison aux Consoles avec l’indication des principales circulations et des fermetures du péristyle

En bleu, les principales circulations. En rouge, clôture de péristyle. En vert, clôtures de chancels.

D’après J.-Ch. Balty 1997.

33Les maisons rurales ou urbaines palestiniennes et syriennes ont conservé la prédominance d’un caractère commun à toutes les époques et ce malgré les dimensions des bâtiments : le rôle prédominant de la cour comme élément central dans le système de circulation de la maison. Le système de circulation le plus répandu impose avant d’accéder aux différentes pièces réparties entre le rez-de-chaussée et l’étage, de pénétrer dans la cour après être passé par un vestibule, dont l’accès depuis l’entrée principale est en chicane. De la sorte, l’intimité de la maison est conservée et empêche toute indiscrétion depuis la rue. Il s’agit d’un mécanisme très ancien déjà repris dans les maisons dites aristocratiques d’Orient.

Grignotage et empiétement

34Les modifications profondes de l’aspect antique des cités protobyzantines sont conséquentes à la restructuration profonde de l’urbanisme. Les grignotages et empiétements successifs, achèvent la subdivision de l’habitat et la segmentation du parcellaire urbain. L’agrandissement de la surface domestique de l’habitat, acte le démembrement de la trame urbaine héritée du plan primordial de la ville. L’extension simultanée ou consécutive d’un bâti qui lui est immédiatement voisin, parce qu’il occasionne le fractionnement de l’un au détriment de l’autre et qu’il travestit les fonctions des parties concernées, caractérise le processus à l’œuvre dans le remodelage de l’habitat.

  • 5 A ce propos consulter les travaux de Saliou, 1994, 1996, 1997 ; Saradi -Mendelovici 1998, 1994

35Pendant l’Antiquité tardive, les remaniements ont altéré durablement, il est vrai, l’aspect et l’organisation de la trame urbaine des cités, dont beaucoup en Orient sont de fondations hellénistiques. Depuis le grignotage des bâtiments publics tels que les marchés, jusqu’à l’attaque du système viaire, ils ont soumis les cités soumises aux contingences des profondes transformations au crépuscule de la ville antique classique5.

Changement des mœurs

36Les transformations à l’origine de la métamorphose de l’aspect des cités orientales à partir du ive siècle apr. J.-C., renvoient à la perte du rôle traditionnel des bâtiments antiques dans la communauté urbaine. Les grands bains publics et les théâtres semblent avoir largement disparu au milieu du vie siècle. Le phénomène de grignotage des bâtiments privés sur d’anciens édifices publics acte de facto leur obsolescence.

37A Éphèse, le tremblement de terre aux alentours de 500 apr. J.-C., marquera la conversion du prytanée et de la basilique comme carrière à destination de nombreux travaux édilitaires, parmi eux la colonnade, la construction d’églises ou de maisons privées. Le marché romain de Gerasa ou macellum a été comblé par des maisons. À Scythopolis, le déclin des réunions dans les conciles de la ville montre que leur place n’était plus au centre de la vie publique.

  • 6 « C’est au moment où l’eau se fait plus rare que les potentiores de la ville l’utilisent à leurs se (...)

38Les restaurations de l’ère justinienne n’ont fait que mettre au jour, dans les villes qui ont eu à subir de nombreuses catastrophes dans un court laps de temps, un ajustement des habitudes qui indique un changement des mœurs. La mainmise de certains habitants qui se sont accaparés des pans entiers de l’espace public paraît en ce sens particulièrement révélatrice. L’installation de bains privés dans les demeures de nombreuses villes semble démontrer la perte de lien social dans l’organisation de la cité (et même peut-être de cohésion) en concurrençant les bains publics alors en pleine déshérence. À Apamée leur construction coïncide avec la destruction de l’aqueduc (sous le dernier tremblement de terre de 526-528 apr. J.-C.) qui alimentait la ville en eau. C’est probablement à cette période que s’accélèrent les constructions de citernes permettant d’accroître les réserves à un moment ou les besoins s’accentuent (J.-C. Balty 1997, p. 295)6. Les cas cités attestent bien d’un retournement dans les mentalités : la perte de l’évergétisme antique, comme l’établit la reprise d’anciens éléments structuraux des édifices publics dans les demeures privées.

39La combinaison dans une même demeure d’éléments constitutifs de l’architecture domestique tels que la salle de dîner avec des équipements issus de l’architecture civile ou publique comme les chapelles ou les bains, est exceptionnelle. Un tel assemblage, qui ne se retrouve que dans un nombre limité de résidences, attribuées précisément pour cette raison, à des leaders provinciaux et plus rarement à de grands parvenus ou à de nouvelles fortunes économiques, est caractéristique de l’Antiquité tardive.

40La transposition d’éléments architecturaux dévolus à la sphère publique vers la sphère privée laisse présumer que le lieu du déroulement de l’activité politique n’est plus le même ou que l’exercice du pouvoir n’est plus l’apanage seulement d’une élite aristocratique. Les prétentions affichées lors de reconstructions notamment dans la formation de gigantesques maisons aux aspirations palatiales, paraissent en ce sens révolutionnaires, dès l’instant où elles s’expriment hors de la tradition évergétique. Les reconstructions ont de commun que les profits contribuent moins à la grandeur de la cité qu’à l’avantage tiré par ceux qui en sont à l’origine.

Conclusion

41L’étude invite à parler de (R)évolution au sens où l’analyse des cas exposés indique que l’architecture domestique de la période protobyzantine est en perpétuelle évolution, quitte à rompre avec les fondements hérités de l’Antiquité. La reprise dans l’architecture privée d’éléments et composants caractéristiques de l’architecture publique, civile ou palatiale, qui faisaient parfois la fierté de toute une ville et œuvraient comme marqueur identitaire, que ce soit les plans ou les spolia à proprement parler, souligne la volonté des notables de s’offrir un écrin à la mesure de leurs prétentions, et aussi, probablement, qu’ils en possédassent les moyens politiques et économiques. En substance, en raison de la forme et le sens du discours utilisé, par l’accaparement d’un vocabulaire architectural si symbolique que celui du pouvoir des bâtiments publics, il est supposé un ajustement dans l’expression des puissants, repris ensuite par les couches sociales qui postulaient elles aussi à plus de grandeur.

42Que ce soit les villas suburbaines d’Antioche ou les grandes maisons du Hauran, l’architecture évolue au gré des nouveaux besoins des habitants ; elle y répond. Elle permet l’émancipation pendant l’Antiquité tardive par une apparente vulgarisation de la rhétorique de la puissance, de par sa plus grande accessibilité.

43Les maisons à péristyles (Ellis, 1988), traditionnellement décrites comme l’idéal de la maison romaine dans la bibliographie, voire comme étant le type d’habitat vers lequel se tourne un aspirant aristocrate, tendent à disparaître progressivement au cours de l’Antiquité tardive. En définitive, il s’avère que leur disparition progressive a été surinterprétée. En effet, il a été sous-entendu que, si la population arrête de vivre à la romaine, c’est le monde antique qui s’effondre. Or, c’est parce que l’habitat urbain évoluait fondamentalement dans le cadre de la culture gréco-romaine, que les profondes mutations ayant été à l’œuvre au cours de l’époque protobyzantine l’ont transfiguré. Même si les graves transformations exercées directement sur la structure même de l’habitat urbain ont eu des conséquences durables, d’abord à l’échelle de l’insula, puis par leur extension à l’échelle de la ville tout entière, ne considérer que le constat sans en préciser les multiples causes serait admettre erronément la responsabilité seule de l’époque protobyzantine aux changements de l’aspect antique des cités, et constituerait en soi une erreur. D’autant que le glissement de l’exercice politique depuis les édifices civils et publics vers les bâtiments privés, a paradoxalement contribué à maintenir bon nombre d’éléments constitutifs de l’architecture civile, par la migration en nombre de ces équipements dans la sphère privée.

44Cette conclusion se vérifie par le témoin vivace qu’offre la conservation d’éléments antiques dans les maisons de notables, dans les espaces dédiés à la représentation des puissants, mais dans un appareil plus confiné, plus feutré, où se mêlent toujours ostentation et représentation dans les salles d’audience, richesse et générosité dans les triclinia.

45Lors d’occasions, le cérémonial demeure, mais il a été modelé. En effet, bien qu’il ne soit pas pertinent de parler du rite de la salutatio (salut matinal des clients) en Orient, il semble que la tradition se soit maintenue dans les maisons d’inspirations gréco-romaines, mais les « cérémonies » autrefois d’ordre public se déroulaient, cette fois, dans les salles d’apparat de ces vastes demeures privées (J.-C. Balty, 1997, p. 295).

46Certains des éléments architecturaux (abside, cul-de-four, salle à alcôve) et équipements (stibadium) ont contribué à offrir à la civilisation byzantine son architecture innovante, voire baroque, à l’instar des salles polyabsidées, qui demeurent l’une de ses plus profondes caractéristiques.

47La continuelle appréhension de la période protobyzantine à partir de l’Antiquité classique eut l’effet de l’exclure in extenso, car elle lui refusa toute autonomie. Or, en recentrant l’étude autour de l’habitat, celui attribué aux élites notamment, il est apparu que les notables et leurs besoins se sont développés dans un contexte différent. L’expression de leur puissance s’agissant de l’Orient protobyzantin, est quant à elle marquée par une période de prospérité. Plutôt que de conclure en une culture de l’élite au détriment de la culture classique, il est préférable de considérer une (R)évolution complexe, fruit d’évolutions et de détachements dans les formes architecturales héritées de l’antiquité gréco-romaine, puis des nouveaux usages possibles et exploités dans l’habitat par les notables, dans une architecture réinventée et affranchie des multiples contraintes.

Bibliographie

Akerström-Hougen G. (1974) – The Calendar and Hunting Mosaics of the Villa of the Falconer in Argos. A Study in Early Byzantine Iconography. Stockholm.

Alpi F. (2012) – La mosaïque de la jalousie dans le centre-ville de Beyrouth. Dossier d’archéologie, n° 350, p. 80-81.

Balty J. et Balty J.-C. (1984) Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1973-1979. Aspects de l’architecture domestique d’Apamée. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29, 30 et 31 mai 1980. Bruxelles.

Balty J.-C. (1984) – Notes sur l’habitat romain, byzantin et arabe d’Apamée : rapport de synthèse, dans J. Balty et J.-C. Balty (éd.), Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1973–1979. Aspects de l’architecture domestique d’Apamée. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29, 30 et 31 mai 1980, Bruxelles, p. 471-508.

Balty J.-C. (1997) – Palais et maisons d’Apamée, dans C. Castel, M. al Maqdissi, et F. Villeneuve (éd.), Les maisons dans la Syrie antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam. Pratiques et représentations de l’espace domestique. Actes du colloque international, Damas, du 27 au 30 Juin 1992, Beyrouth, p. 283-295.

Bardill J. (1997) – The Palace of Lausus and Nearby Monuments in Constantinople: A Topographical Study. American Journal of Archaeology, 101(1), p. 67-95.

Ben-Dov M. (1985)In the Shadow of the Temple: the Discovery of Ancient Jerusalem. Jerusalem.

Berenfeld M. L. (2009) – The Triconch House and the Predecessors of the Bishop’s Palace at Aphrodisias, American Journal of Archaeology, 113, p. 203-229.

Cabouret B., Gatier P.-L. et Saliou C. (2004)Avant-propos, dans B. Cabouret, P.-L. Gatier et C. Saliou (éd), Antioche de Syrie, histoire, images et traces de la ville antique. Actes du colloque international, Lyon, Maison de l’Orient et de Méditerranée, 4-6 octobre 2001, Topoi. Orient-Occident, supp. 5, p. 7-8.

Crawford J. S. (1990)The Byzantine Shops at Sardis. Cambridge.

Duval N. (1984) – Les maisons d’Apamée et l’architecture palatiale de l’antiquité tardive, dans J. Balty et J.-C. Balty (éd.), Apamée de Syrie, Bilan des recherches archéologiques 1973–1979, Aspects de l’architecture domestique d’Apamée, Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29, 30 et 31 mai 1980, Bruxelles, p. 447-470.

Dumas M. (2013) – L’habitat des élites dans l’Orient protobyzantin, mémoire de Master 2, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Efes M., Erdemgil S., Evre A. et Ozeren O. (1987)Les maisons du flanc à Ephèse. Istanbul.

Ellis S. P. (1988)The End of the Roman House, American Journal of Archaeology, 92 (4), p. 565-576.

Ellis S. P. (1997)Late-antique Dining, Architecture, Furnishings and Behaviour, dans R. Lawrence et A. Wallace-Hadrill (éd.), Domestic Space in the Roman World: Pompeii and Beyond, Portsmouth, p. 41-51.

Ellis S. P. (2006)Middle Class Houses in Late Antiquity, dans L. Lavan (éd.), Social and Political Life in Late Antiquity,1, p. 413-437.

Festugière A. J. (1959) – Antioche païenne et chrétienne ; Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie. Paris.

Foss C. (2010)Ephesus after Antiquity: a Late Antique, Byzantine, and Turkish City, Cambridge.

Hirschfeld Y. (1995)The Palestinian Dwelling in the Roman-Byzantine Period, Jerusalem.

Lassus J. (1938)Une villa de Plaisance à Yaqto, dans R. Stillwell (éd.), Antioch on-the-Orontes, The excavations, 1933-1936, vol. II, Princeton, p. 95-147.

Lauffray J. (1958) – L’urbanisme antique au Proche-Orient. Second international Congress of Classical studies. Copenhague, p. 7-26.

Lavan L. (1999)Residence of Late Antique Governors: a Gazetter, Antiquité tardive, 7, p. 135-164.

Lavan L. (2001)The Praetoria of Civil Governors in Late Antiquity, dans L. Lavan (éd.), Recent Research in Late Antique Urbanism, Portsmouth, Rhode Island, p. 39-56.

Lavan L., Özgenel, L., et Sarantis, A. C. (2007)Housing in Late Antiquity: from Palaces to Shops, Leyde, Boston.

Lavin I. (1962)The House of the Lord: Aspects of the Role of Palace Triclinia in the Architecture of Late Antiquity and the Early Middle Ages, The Art Bulletin, 44(1), p. 1-27.

Morvillez E. (2004) – L’architecture domestique à Antioche dans l’Antiquité tardive : conservatisme ou modernité́ ? dans Antioche de Syrie, histoire, images et traces de la ville antique, Actes du colloque international de Lyon, 4-6 octobre 2001, Topoi., suppl. 5, 2004, p. 271-287.

Piraud-Fournet P. (2010) – Un palais épiscopal à Bosra, dans M. al-Maqdissi, F. Braemer, et J. M. Dentzer (éd.), Hauran V : la Syrie du Sud du néolithique à l’antiquité tardive : recherches récentes. Actes du colloque de damas 2007, vol. I, Beyrouth, p. 289-302.

Perring D. (2003) – The Archaeology of Beirut: a Report on Work in the Insula of the House of the Fountains, Journal of The Society of Antiquaries, 83, p. 195-229.

Piraud-Fournet P. (2003) – Le "Palais de Trajan" à Bosra, Présentation et hypothèses d’identification", Syria, 80, p. 5-40.

Piraud-Fournet P. (2010) – Un palais épiscopal à Bosra, dans M. al-Maqdissi, F. Braemer, et J. M. Dentzer (éd.), Hauran V : la Syrie du Sud du néolithique à l’antiquité tardive : recherches récentes, Actes du colloque de Damas 2007, vol. I, Beyrouth, p. 289-302.

Saliou C. (1994) – Les lois des bâtiments : voisinage et habitat urbain dans l’empire romain : recherches sur les rapports entre le droit et la construction privée du siècle d’Auguste au siècle de Justinien, Paris.

Saliou C. (1996) – Le Traité d’urbanisme de Julien d’Ascalon : droit et architecture en Palestine au VIe siècle, Paris.

Saliou C. (1997) – La maison urbaine en Syrie aux époques romaine et byzantine, d’après la documentation juridique, dans C. Castel, M. al Maqdissi, et F. Villeneuve (éd.), Les maisons dans la Syrie antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam. Pratiques et représentations de l’espace domestique. Actes du colloque international, Damas, du 27 au 30 Juin 1992, Beyrouth, p. 313-327.

Saradi-Mendelovici H. (1994) – The Dissolution of the Urban Space in the Early Byzantine Centuries: The Evidence of the Imperial Legislation, Symmeikta, 9, p. 295-308.

Saradi-Mendelovici H. (1998) – Privatization and Subdivision of Urban Properties in the Early Byzantine Centuries: Social and Cultural Implications, The Bulletin of the American Society of papyrologists, 35 (1-2), p. 17-43.

Sodini J.-P. (1989) – Les groupes épiscopaux de Turquie (à l’exception de la Cilicie) Actes du XIe congrès international d’archéologie chrétienne, Volumes I et II, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève, Aoste, 21-28 septembre 1986, Rome, p. 404-426.

Sodini J.-P. (1997) – Habitat de l’Antiquité tardive (2), Topoi : Orient-Occident, 7 (2), p. 435-577.

Sodini J.-P. (2003) – Archaeology and Late Antique Social Structure, dans L. Lavan et W. Bowden (éd.), Theory and Practice in Late Antique Archaeology, Leyde, p. 25-56.

Sodini J.-P., et Tate, G. (1984) – Maisons d’époque romaine et byzantine (II-VIe siècles) du massif calcaire de Syrie du Nord, Etude typologique, dans J. Balty et J.-C. Balty (éd.), Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1973–1979, Aspects de l’architecture domestique d’Apamée, Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29, 30 et 31 mai 1980, Bruxelles, p. 377- 430.

Stillwell R. (1941) – Antioch on-the-Orontes. III. The Excavations, 1937-1939, Princeton.

Thorpe R. (2007) – Excavations of The Insula of The House of the Fountains in Beirut, Lebanon, http://www.academia.edu/207798/Excavations_of_The_Insula_of_The_House_of_the_Fountains_in_Beirut_Lebanon, consulté le 25 février 2017.

Villeneuve F. (1997) – Les salles à alcôve dans les maisons d’époque romaine et byzantine en Syrie, particulièrement dans le Hauran, dans C. Castel, M. al Maqdissi, et F. Villeneuve (éd.), Les maisons dans la Syrie antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam. Pratiques et représentations de l’espace domestique, Actes du colloque international, Damas, du 27 au 30 Juin 1992, Beyrouth. p. 268-282

Notes

1 Si l'on excepte les quelques publications sur les maisons d'Antioche et ses environs issues des fouilles de la fin de la première moitié du xxe siècle, qui restent difficilement utilisables, l'architecture romaine en Orient n'avait guère retenu l'attention des spécialistes. Pour notre sujet, l'article de Lavin est précurseur.

2 Dont la destination principale était initialement tournée vers la vie publique et politique de la cité

3 La salle à alcove est un équipement endémique au Hauran. Voir aussi le palais de l'Evêque dans la même ville.

4 Alors que de nombreux exemples montrent, que son usage reste déterminant dans la circulation au sein des maisons et qu’il n’est pas seulement réservé à la couche sociale la plus haute de la société

5 A ce propos consulter les travaux de Saliou, 1994, 1996, 1997 ; Saradi -Mendelovici 1998, 1994

6 « C’est au moment où l’eau se fait plus rare que les potentiores de la ville l’utilisent à leurs seuls profits ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Salles à absides d’Orient
Crédits Composition M. Dumas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2. Stibadium et sigma
Crédits D’après G. Åkerström-Hougen, 1974.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. L’insula de la Maison aux Fontaines
Légende En a) vers 350 ; En b) entre 525 et 550.
Crédits D’après R. Thorpe 2007.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 4. Plan de la Maison aux Consoles avec l’indication des principales circulations et des fermetures du péristyle
Légende En bleu, les principales circulations. En rouge, clôture de péristyle. En vert, clôtures de chancels.
Crédits D’après J.-Ch. Balty 1997.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8172 – Orient & Méditerranée
Thèse sous la direction de Dominique Pieri, « Les salles Triconques pendant l’Antiquité tardive (Orient et Occident du IIIe au VIIe siècle apr. J.-C.) »

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter