Versión clásicaVersión móvil

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

Étude de cas

Texto completo

De la maison du journalier à la maison du régisseur des terres d’un bourgeois

– cas n° 1 journalier (inv. 25)

1Le jeune couple et ses deux enfants viennent de s’installer dans un hameau de Saint-Laurent-en-Gâtine. L’homme travaille comme journalier et la quasi totalité de sa fortune, environ 300 francs, concerne les biens mobiliers. La maison est composée d’une “chambre à feu”, d’un cellier, d’un grenier garni de la récolte de pommes de terre et d’une étable avec une chèvre. L’inventaire des biens est dressé le 19 juin 1860.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, une paire de chenets, une pelle, les pincettes de fer, un soufflet”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) deux seilles et leurs godets”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) un chandelier”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu), deux petites tables en bois blanc garnies d’un tiroir, une maie en bois de guignier, une horloge garnie de ses poids et de ses chaînes en fonte, une armoire en guignier et en peuplier, un buffet en bois blanc, un rouet à filer et un travail”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) deux marmites, une poêle à frire”.

– cas n° 2 journalier (inv. 294)

2Le jeune couple d’une soixantaine d’années exerce le métier de journalier et vit dans une maison située dans un hameau de Monthodon. Peu fortuné, environ 300 francs, il possède un équipement domestique sommaire mais suffisant. Le logement est exigu ce qui oblige l’homme à ranger ses outils dans l’unique “chambre à feu”. L’inventaire des biens est dressé le 22 juin 1897.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une paire de chenets, une pelle, des pincettes, un bouche-four, une crémaillère”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) deux seaux”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux chandeliers”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une maie en guignier, deux tables, un buffet, une horloge, un lit composé de sa couchette en guignier (...), un autre lit semblable au précédent sans rideau, une armoire en guignier”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) deux marmites, quatre casseroles”.

– cas n° 3 journalier (inv. 202)

3Le jeune ménage habite dans un hameau de Beaumont-la-Ronce. La maison est composée de deux chambres meublées chacune d’un lit, au-dessus on trouve les combles qui contiennent les provisions. La fortune mobilière est évaluée à 476 francs 50, somme à peu près équivalente aux deux premiers ménages mais répartie de façon différente. L’inventaire est dressé le 13 mai 1875.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une pelle, une crémaillère, des pincettes, des chenets, un soufflet, un gril, un porte-poêle, une main de fer”
  • l’équipement de l’eau : “(dans l’autre chambre) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux chandeliers, une lampe”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une horloge, un lit (...), une armoire, une maie, un buffet”, “(dans l’autre chambre), un lit (...)”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une casserole”, “(dans l’autre chambre), deux marmites, une poêle à frire”
  • la vaisselle : “(dans la chambre à feu) six tasses à café (...) dix-neuf cuillers, quatorze fourchettes, six cuillers à café”.

– cas n° 4 fermier (inv. 33)

4Après la signature du bail à ferme, le couple a apporté ses meubles, le propriétaire lui fournissant le reste. La prisée est uniquement faite dans la “chambre à feu” de l’exploitation, localisée sur la commune de Monthodon et elle est estimée à 250 francs, le 6 janvier 1866.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, une pelle, des pincettes, un trois-pied, une rôtissoir à pain”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) un chandelier”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une couchette en bois fruitier (...) deux chaises foncées de jonc”.

– cas n° 5 cultivateur et fermier (inv. 271)

5Le ménage est composé d’un couple d’une soixantaine d’années, d’un fils de vingt-six ans et d’une fille de vingt ans. La maison, située dans un hameau de Saint-Laurent-en-Gâtine, comprend deux chambres équipées d’une cheminée, un cellier avec cent vingt-cinq litres de vin et des outils, une écurie où loge le jeune homme qui surveille l’unique cheval, une étable, un “toit” pour les cinq vaches, les quatre chèvres et les deux porcs. La fortune est évaluée à 1250 francs, le 12 février 1897.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une paire de chenets, une pelle, des pincettes, une crémaillère, un bouche-four, un soufflet, un porte-poêle, un gril, un fourneau portatif”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) une grande table en chêne et en bois blanc, une table en bois blanc, une petite table ronde, un banc, une vieille armoire servant de laiterie, une maie en guignier, une autre armoire en guignier, quatre chaises en bois blanc”, “(dans la seconde chambre à feu) une pendule oeil de boeuf, un lit (...) une armoire en noyer, une armoire en bois peint”, “(dans le cabinet) une table ronde, quatre chaises en noyer”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une petite marmite, trois grandes marmites, deux poêles, trois casseroles émaillées”, “(dans le cellier) un chaudron”
  • la vaisselle : “(dans la chambre à feu) vingt verres à boire, vingt et une cuillers en étain, dix-neuf fourchettes, un moulin à café, vingt assiettes”.

– cas n° 6 cultivateur (inv. 105)

6Deux ménages, les parents et leur fils marié et père d’une petite fille, vivent ensemble à Saint-Paterne-Racan. La propriété comprend une “chambre à feu” surmontée d’un grenier, une étable et une écurie. La prisée n’englobe pas les biens des enfants et elle est estimée à 685 francs, le 22 avril 1856.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, des pincettes, une pelle, un morceau de ferraille, une broche en fer”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) un chandelier à résine”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une table en bois de chêne avec une bancelle, une mauvaise maie, une horloge garnie de ses poids, un coffre, une armoire en bois poirier, un bois de lit à quatre quenouilles (...) un coffre, un travail, un basset, un lit (...)”
  • divers : “(dans la chambre à feu) des outils, un fusil à pierre”.

– cas n° 7 cultivateur (inv. 163)

7Le couple et ses deux filles, âgées respectivement de vingt et seize ans, logent dans une pièce unique. Le reste de l’exploitation agricole, localisée dans un hameau de Vouvray, se distribue comme suit : deux celliers, l’un contient la récolte de pommes de terre, l’autre, les provisions enfermées dans des pots en grès et du vin, un hangar abritant une mauvaise charrette et différents instruments aratoires, un coffre rempli de paille et d’avoine, et une écurie avec une chèvre et un âne. La fortune est évaluée à 745 francs, le 26 septembre 1895.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) deux chenets, une pelle, des pincettes, un soufflet, un réchaud, un bouchoir de four”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) un seau en bois”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) une lampe, une lanterne”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) un mauvais fauteuil et six chaises, une huche en bois, une horloge et ses poids, une vieille armoire, une table, un lit en bois dur en mauvais état (...) un bois de lit à bateau en noyer (...), une armoire en noyer, une table en bois blanc”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) deux marmites, une poêle à frire”.

– cas n° 8 cultivateur (inv. 37)

8Le cultivateur s’est remarié et il est père d’une petite fille. Sa propriété est située dans un hameau des Hermites et comprend un logis avec deux chambres dont une seule est équipée d’une cheminée, surmontées des combles, une écurie et une étable. La fortune mobilière est évaluée à 1612 francs, le 30 avril 1868.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, deux chenets, une pelle, des pincettes, une rôtissoir à pain, un gril, deux mains de fer. un porte-poêle, un soufflet, un bouchoir de four”, “(dans le grenier) deux chenets, un gril”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) une seille, un arrosoir en fer blanc, deux seilles et un godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) une lanterne”, “(dans la chambre froide) deux lampes, une lanterne, trois chandeliers en tôle”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une maie en bois fruitier, un placard au-dessus de l’évier, une couchette en fruitier (...) deux tables en bois blanc, six chaises foncées de jonc”, “(dans la chambre froide) une maie en fruitier, deux tables en fruitier, une horloge garnie de ses rouages en cuivre et de ses poids en fonte, une couchette en guignier (...), un buffet à deux corps en fruitier, une armoire en fruitier, une armoire en noyer, huit chaises”, “(dans le grenier) un blutoir à passer la farine, deux vieilles couchettes et deux carrées en bois fruitier, un rouet à filer, une maie en bois de chêne”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) deux marmites, trois poêles à frire”, “(dans la chambre froide) une casserole en caillou”
  • la vaisselle : “(dans la chambre à feu) dix-neuf assiettes (...) douze écuelles en caillou, deux cuillers à potage”, “(dans la chambre froide) dix-huit verres en verre blanc, six tasses à café (...)”
  • divers : “(dans la chambre à feu) un fusil simple à pierre, deux cadres avec sujets religieux, deux vases et une glace”.

– cas n° 9 cultivateur (inv. 250)

9Aidé d’une domestique âgée d’une quinzaine d’années, le couple dirige une exploitation agricole située sur la commune de Saint-Paterne-Racan. Elle comprend un logis avec deux chambres et des combles, des annexes avec une buanderie et des caves. La fortune mobilière est évaluée à 1949 francs, le 8 janvier 1930.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) deux chenets, une pelle, des pincettes, un petit fourneau, un trépied, un petit soufflet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux lampes pigeon", " (dans l’autre chambre à feu) une lampe à pétrole”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une vieille table et sa toile cirée, une petite table, une table rectangulaire, une chaise longue, une table de nuit, un bois de lit en merisier (...) quatre chaises”, “(dans l’autre chambre à feu) un bois de lit en guignier (...) un fauteuil Empire, une maie, une vieille armoire, une table rectangulaire et sa toile cirée”, “(dans la buanderie) un vieux bahut, une maie”, “(dans le grenier) un coffre, une maie, deux petites malles”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) un petit fourneau cuisinière et ses tuyaux, un lot de batterie de cuisine et de vaisselle courante”.

– cas n° 10 vigneron (inv. 128)

10Le jeune couple loge dans une maison troglodytique comprenant une cave à cheminée et une seconde cave avec un pressoir, le tout est situé dans un hameau de Vouvray. La fortune mobilière est évaluée à 1996 francs, le 6 février 1854.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cave à cheminée) une crémaillère, une pelle et des pincettes, une paire de chenets, un réchaud en fonte, un gril, un soufflet”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cave à cheminée) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la cave à cheminée) deux chandeliers de cuivre, le troisième en fer battu, une lanterne en fer blanc”
  • le mobilier : “(dans la cave à cheminée) une petite table ronde en noyer, une couchette en noyer (...) avec roulettes (...) une armoire en noyer, un petit lit (...), un buffet haut et bas en noyer, une pendule comtoise, deux petites tables en bois blanc, dix chaises en bois noyer foncées de paille, quatre en bois blanc foncées de jonc”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cave à cheminée) dans l’évier, deux marmites, une poêle à frire, un pot à bouillon”
  • la vaisselle : “(dans la cave à cheminée) dix assiettes”.

– cas n° 11 vigneron (inv. 151)

11Avec 2051 francs de biens mobiliers, le jeune ménage est installé dans une maison composée de deux chambres, un étage de combles, une boulangerie, une cave à vin. L’inventaire est dressé dans la commune de Vouvray le 6 janvier 1880.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) des chenets, une pelle, des pincettes, un réchaud”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) une seille”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux chandeliers”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) deux petites tables, un lit (...) quatre chaises, un coffre, une armoire en noyer, une table, un coffre, une pendule”, “(dans la seconde chambre à feu) une pendule, une comtoise, un placard, dix chaises, une table, un vieux bahut, un buffet haut et bas en noyer, un lit (...) un matelas (...) une armoire en noyer", " (dans la boulangerie) une maie”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une marmite, une poêle”, “(dans la boulangerie) une marmite, un chaudron”
  • divers : “(dans la chambre à feu) une gravure encadrée, deux vases en porcelaine”.

– cas n° 12 les gens de service (inv. 217)

12Le valet de ferme ne possède rien en propre, excepté ses effets et son linge personnel (inv. 232). Le régisseur des forêts et des terres appartenant au marquis de Beaumont-la-Ronce fait partie des gens aisés du village puisqu’il dispose de 1228 francs de biens mobiliers. Le couple d’une cinquantaine d’années loge dans une maison comprenant un rez-de-chaussée avec un bureau et une cuisine, et un premier étage, avec une chambre à coucher. L’inventaire est dressé le 22 juin 1910.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) la pelle, les pincettes, des chenets, un soufflet”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cuisine) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans le bureau) une lampe à pétrole”, “(dans la cuisine) un bougeoir en fer émaillé et quatre bougeoirs en cuivre, une petite lampe”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la cuisine) un miroir, deux pots à eau, un seau en zinc, une cuvette en fer émaillé”
  • le mobilier : “(dans le bureau) un bureau en bois blanc, une caisse et son bois de chauffage, une armoire en noyer, une table en bois blanc, quatre chaises foncées de paille, une pendule et sa boîte”, “(dans la cuisine) une table en bois blanc et sa toile cirée, six chaises foncées de jonc, un buffet en bois blanc”, “(dans la chambre) un lit bateau (...) un matelas (...) une table de chêne et son tapis, une commode en guignier, une table en acajou avec dessus de marbre, deux chaises foncées de paille, un fauteuil Voltaire”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) un fourneau en fonte et ses tuyaux, deux casseroles en fer et leurs couvercles, trois casseroles en fer émaillé, un pot à lait émaillé, une marmite en fonte, deux casseroles en fer émaillé”, “(dans la buanderie) un chaudron et son support”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) douze cuillers en étain, douze fourchettes en fer, six cuillers à café, douze assiettes creuses, douze assiettes plates, douze verres à boire (...) une salière, un pot à moutarde (...), un presse purée, un moulin à café”
  • divers : “(dans le bureau) quatre vases et divers objets sur la cheminée, une glace et son cadre noir, un tableau, une corbeille, un fusil, un mètre à cuber le bois, une pelle, des pincettes, un soufflet”.

2. De la maison de métier à la maison bourgeoise

– cas n° 13 maçon (inv. 42)

13Le couple, âgé d’environ cinquante-cinq ans, est propriétaire de son logement, composé d’une “chambre à feu et deux cabinets”, avec une cave qui contient les outils de maçon, les fûts remplis de vin et les provisions enfermées dans une potte et des bouteilles en grès. Très pauvre, 279 francs, le ménage habite dans le bourg des Hermites. L’inventaire est dressé le 19 mai 1874.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une paire de chenets en fer, une pelle, des pincettes, un réchaud, une main de fer, un gril, une crémaillère”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le petit cabinet) un seau et son godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) un porte-oribus, un chandelier de fer”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) un lit en différents bois (...) un buffet haut et bas en chêne, deux tables dont une garnie d’un tiroir, huit chaises en bois blanc, une maie en chêne”, “(dans le cabinet) une couchette en guignier (...) une armoire en guignier, une mauvaise horloge”
  • le matériel de cuisson : “(dans le cabinet) une poêle à frire, deux marmites”
  • la vaisselle et le linge de table : “(dans la chambre à feu) dix pots de grès, trois bouteilles d’huile (...) cinq tasses à café (...) quatre plats plats, deux plats creux, un pot à boire en grès, neuf cuillers d’étain, dix fourchettes en fer (...) trente-cinq essuie-mains et torchons, quatre nappes en toile commune”.

– cas n° 14 menuisier (inv. 112)

14L’activité de menuiserie ne suffisant pas à faire vivre le jeune couple et ses trois enfants en bas âge, la femme sert quelques boissons à la clientèle locale dans la cuisine, ce qui peut expliquer la relative abondance de la vaisselle de table. La maison comprend une cuisine, une chambre à coucher, un atelier de menuiserie, au-dessus duquel on trouve un grenier. La fortune mobilière est évaluée à 372 francs, le 5 janvier 1867.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) une paire de chenets, une pelle, des pincettes, une crémaillère, deux grils, une cuisinière”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cuisine) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) une paire de mouchette, quatre chandeliers”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) quatre tables, dix tabourets, quatre chaises le tout en mauvais état, un vieux buffet, un buffet haut et bas en bois blanc”, “(dans la chambre) une mauvaise couchette (...) une vieille armoire, une table ronde”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) une poêle, une lèchefrite, une casserole, deux vieilles marmites, trois cafetières”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) vingt-quatre assiettes en caillou (...) deux carafes, un sucrier, un moulin à broyer le café, deux tasses à café et leurs soucoupes, dix verres à boire, cinq grands verres à patte, huit petits verres à liqueurs”
  • divers : “(dans la cuisine) un litre d’eau de vie”.

– cas n° 15 tonnelier (inv. 195)

15Située dans le bourg de Neuillé-Pont-Pierre, la maison est composée de deux “chambres à feu” ouvrant sur une cour, au fond de celle-ci, on trouve un atelier de tonnellerie surmonté d’un grenier qui contient tout le nécessaire à la profession, plus loin, un cellier avec le “bois de chauffage” et les outils de jardinage. La fortune mobilière est évaluée à 1586 francs, le 1er juillet 1895.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une pelle, des pincettes, des chenets, un réchaud, un gril, une crémaillère, un trépied, un soufflet”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux chandeliers en fer”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une table en bois blanc, huit chaises, un placard, un buffet en guignier”, “(dans la chambre à coucher) un lit en noyer, une table de nuit en noyer, un buffet en noyer, une horloge et ses poids”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une petite casserole, deux marmites”
  • divers : “(dans la chambre à feu) un fusil à piston, trois paires de vases, un petit cadre, un pot de fleurs, une boîte japonaise”

16Dans l’atelier de tonnellerie, le notaire relève la présence d’“une brouette, sept planes, un fouet, deux machines à soutirer (...) deux robinets en cuivre, deux marmites pour fondre la cire, un lot de bondes, une machine à boucher, trois mille collets, une prolonge, un lot de feuillards un demi-hectolitre, un lot de caoutchouc (...) un lot de vieilles douves, un lot de moules, trois pièces de fond de tonnes”.

– cas n° 16 charron (inv. 282)

17Aidé d’une jeune domestique, le couple âgé d’une soixantaine d’années habite le bourg des Hermites. La maison est composée de deux chambres, un cabinet, un atelier de charron accolé au logis. La fortune est évaluée à 472 francs, le 17 juillet 1907.

  • l’équipement du feu : “(dans la chambre à feu) une paire de chenets en fer, une pelle, des pincettes, une crémaillère, un soufflet, un petit fourneau-potager en tôle, un seau à braise, une pelle à main”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le cabinet) un seau”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu)" un chandelier, deux lampes”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) un lit en guignier, une armoire en guignier, un placard à côté de la cheminée”, “(dans la chambre à coucher) un lit (...) une armoire, une horloge, une petite table”
  • le matériel de cuisson : “(dans le cabinet) deux marmites, une poêle à frire”.

18Les deux métier de la chaussure, la cordonnerie et la saboterie, ne permettent ni de vivre de la même façon, ni d’accéder au même niveau de fortune. Le cordonnier s’est pourtant établi dans un gros village, Saint-Christophe-sur-le-Nais, où la clientèle potentielle est importante.

– cas n° 17 cordonnier (inv. 78)

19Peu fortuné, 199 francs de biens, mais propriétaire d’un logement exigu, comprenant une chambre à feu avec un grenier et un cellier, le couple vit dans le bourg de Saint-Christophe-sur-le-Nais. L’inventaire après décès est dressé le 21 novembre 1853.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, une pelle, une paire de pincettes, une paire de chenets en fer, un soufflet, un cagnard”, “(dans le cellier) une petite main de fer”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) deux chandeliers, une lanterne”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) un bois de lit à l’ange (...) une couchette à l’ange (...) un banc en chêne, un autre banc en cerisier, six chaises foncées de jonc, un vieux fauteuil”, “(dans le cellier) une vieille maie, un vieux coffre”
  • le matériel de cuisson : ” (dans la chambre à feu) une vieille marmite, deux poêles, un vieux poêlon”, “(dans le cellier) un chaudron”.

– cas n° 18 sabotier (inv. 45)

20Le couple et ses deux filles vivent dans une maison composée de deux chambres avec un grenier au-dessus et une cave attenante. Dans le bourg des Hermites, l’homme exerce la profession de sabotier, ajoutée à celle de perruquier. La fortune est évaluée à 1699 francs, le 12 octobre 1874.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre principale) une pelle, une paire de pincettes, une paire de chenets en fonte, une main de fer, un poêle en fonte et ses tuyaux, une crémaillère”, “(dans la chambre froide) un gril”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre froide) un seau et son godet”
  • le luminaire : “(dans la chambre froide) une petite lanterne, une lampe à pétrole”
  • le mobilier : “(dans la chambre principale) deux petites tables, quatre chaises en bois blanc, un lit en guignier (...) une armoire plaquée de noyer”, “(dans la chambre froide) un petit placard de bois blanc, une armoire en chêne, un réveil matin, une table en guignier, deux chaises en bois blanc, une chaise en noyer”, “(dans la cave) un dressoir en bois blanc”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la chambre froide) un plat à barbe, six petits tiroirs en bois blanc, neuf rasoirs et différents ustensiles de perruquier”, “(dans la cave) une fontaine et son bassin”.

– cas n° 19 maréchal-ferrant (inv. 283)

21L’apprenti est logé avec l’ensemble de la famille, un couple et trois enfants, dans une maison comprenant une cuisine, une chambre et un cabinet, placé à l’arrière de la seconde pièce. Bien que cet exemple le fasse peu paraître, le maréchal-ferrant fait parti des gens aisés du village de Nouzilly avec une fortune de 1068 francs. L’inventaire des biens est dressé le 26 juin 1907.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) une paire de chenets, une pelle, des pincettes, une crémaillère, un soufflet, un grille-pain, un étouffoir, une pelle à main”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le cabinet) une seille et son godet”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) deux chandeliers en cuivre”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) un réveil-matin, une étagère, une boîte à pain, une table ronde, six chaises”, “(dans le cabinet) deux tabourets, un lit en guignier (...), un matelas (...)”, “(dans la chambre) un lit en noyer, un sommier, un matelas (...) une table de nuit, une descente de lit, une couchette en fer, un matelas (...) six chaises en noyer, une machine à coudre, une armoire en noyer”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) une marmite, un fourneau-cuisinière et ses tuyaux, un fourneau-potager”, “(dans la cabinet) un plat émaillé, deux marmites en fonte, deux casseroles en fer battu, un pot à bouillon en fonte, un four de campagne”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) quatorze verres à pied, seize verres à liqueurs (...) cinq verres à madère, cinq déjeuners, un service à café, douze tasses, trois coquetiers, cinquante-quatre assiettes, douze assiettes à dessert, un moulin à café, un sucrier (...) vingt-quatre cuillers, vingt-quatre fourchettes”, “(dans le cabinet) une coupe lyonnaise”
  • divers : “(dans la cuisine) un thermomètre”, “(dans la cour) une lessiveuse et son fourneau”.

– cas n° 20 meunier (inv. 77)

22Le jeune ménage, avec deux enfants en bas âge, débute dans la meunerie avec une fortune mobilière évaluée à 1639 francs. Localisée dans un hameau de Saint-Christophe-sur-le-Nais, la maison comprend une chambre à feu et un cabinet de chaque côté de la pièce. L’inventaire est dressé le 27 décembre 1853.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) deux landiers, une crémaillère, une pelle à feu, un bouchoir à four, une poignée de fer, un mauvais soufflet”, “(dans l’écurie) deux mains de fer”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le cabinet) un seau garni de son anse et de liens de fer”
  • le luminaire : “(dans la chambre à feu) une lampe”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) une table longue en noyer avec un tiroir, un bois de lit à l’ange en bois blanc (...) une armoire en guignier, un bois de lit à deux chevets en bois blanc (...) une horloge garnie de ses poids en fonte, une petite armoire en bois blanc, six chaises”, “(dans le cabinet) une maie en chêne à deux battants, une couchette en bois blanc”, “(dans l’autre cabinet) un coffre en noyer, deux mauvaises chaises”, “(dans l’écurie) un lit garni d’une ballière, deux draps et un mauvais oreiller, une mauvaise couverture”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une marmite”, “(dans le cabinet) une poêle à frire, une marmite et son couvercle en fonte”, “(dans l’autre cabinet) un chaudron avec une anse en fer”
  • la vaisselle : “(dans la chambre à feu) deux salières en verre, une poivrière en fer blanc”
  • divers : “(dans la chambre à feu) un fusil à piston”.

– cas n° 21 boulanger (inv. 225)

23La maison a un plan de distribution assez complexe puisqu’elle se déploie sur quatre niveaux. Au sous-sol, la cave contient “trois pièces de vin rouge de 222 litres et deux pièces de vin blanc”, au rez-de-chaussée, une cuisine équipée d’une cheminée et d’un évier, une boulangerie, une chambre à coucher et un cabinet attenant, au premier étage, cinq chambres à coucher, surmontées des combles. Propriétaire, le couple est âgé de soixante ans et fait parti des gens fortunés du bourg de Saint – Christophe-sur-le-Nais avec 2239 francs. L’inventaire est dressé le 4 avril 1895.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) une crémaillère, deux chenets, une pelle, des pincettes”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cuisine) deux seaux, un godet”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) une table ronde en guignier, une pendule oeil de boeuf’, “(dans la chambre à coucher au rez-de-chaussée) douze chaises en différents bois, un fauteuil, une table à rallonges, une pendule et son globe, une couchette en noyer (...) un matelas (...) une table de nuit à dessus de marbre, une descente de lit, une vieille armoire en guignier”, “(dans les chambres à coucher au premier étage) une couchette en fer (...) un matelas et deux chaises”, “une couchette en noyer (...) un matelas (...) un bahut, deux chaises, une table de nuit”, “une couchette en noyer (...), une table de nuit, une descente de lit, deux chaises, une table”, “une couchette en noyer (...) une table de nuit en noyer avec dessus en marbre, trois chaises”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) un fourneau en briques et faïence monté sur pieds en bois, un lot de casseroles (...) des cafetières”.

– cas n° 22 épicier (inv. 84)

24Le logement s’écarte du plan traditionnel : les deux pièces au niveau du sol sont séparées par un corridor qui permet l’accès à l’étage de combles où sont entreposés “cinquante doubles décalitres de blé froment (...) un moulin à bluter”. La cave à vin est placée sous la maison et contient “cinquante bouteilles (...) un fût de quart”. “Le cabriolet avec capote en cuir” est abrité dans une écurie avec le cheval. Le magasin d’épicerie est accolé à la première chambre à feu et s’ouvre sur la rue principale de Saint-Christophe-sur-le-Nais. Le jeune couple exerce la double activité d’épicier et de vétérinaire, aussi “divers médicaments, flacons et bouteilles (...) douze volumes ayant rapport avec l’art vétérinaire” ont été prisés dans le corridor de l’habitation. La fortune mobilière est évaluée à 1587 francs, le 10 février 1864.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une crémaillère, une paire de chenets en fonte aux boules cuivre, une pelle, une paire de pincettes, une main de fer, un gril, un grille-pain en fil de fer, un soufflet, un cendrier en tôle”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le corridor) deux seilles et un godet”
  • le mobilier “(dans la chambre à feu) une armoire en noyer, un lit à bateau, une table de nuit, dix chaises en noyer, une petite table carrée en chêne, recouverte d’une toile cirée usée”, “(dans la seconde chambre à feu) une table ronde en noyer, une maie en chêne, un secrétaire en chêne, un bois de lit à bateau”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) une chaudière en cuivre, une chaudière en fer battu, un pot à bouillon, deux petites marmites, une grande marmite”, “(dans le corridor) un poêlon en cuivre, une poêle, une casserole en fer battu, une poêlette en fer battu”
  • la vaisselle et le linge de table : “(dans la chambre à feu) vingt-quatre assiettes de faïence, cinq petites soupières en terre jaune et noire, quatre tasses à café et leurs soucoupes, deux petites tasses (...) cinq salières (...) quatre nappes, six serviettes (...) douze verres, deux pots à l’eau en grès”.

– cas n° 23 cafetier (inv. 218)

25Après avoir exercé le métier de tonnelier, le couple a ouvert un café à Beaumont-la-Ronce avec l’aide d’un fils de quinze ans. Le rez-de-chaussée est occupé par une salle de café, une cuisine et un cabinet, l’accès à la chambre à coucher puis aux combles se fait par un escalier intérieur. Au sous-sol, la cave contient trois stères de “bois de chauffage”. L’inventaire est dressé le 14 décembre 1910 et la fortune est évaluée à 1768 francs.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) deux chenets, une pelle, une paire de pincettes”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la pièce à côté de la cuisine) un broc à eau, une fontaine, un bassin en zinc, un baquet”
  • les ustensiles de toilette : “(sur le palier) une cuvette et son pot, un broc à eau, une vieille table bureau”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) une lampe à pétrole”, “(dans la salle de café) une lampe”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) huit chaises, une table et sa toile cirée, une pendule oeil de boeuf’, “(dans la pièce à côté de la cuisine) une petite table en bois blanc”, “(dans la salle de café) cinq tables de café en bois blanc, cinq bancs, quatorze chaises, quatre tabourets”, “(dans la chambre au premier étage) un lit (...) un matelas (...) une commode à dessus marbre avec un tiroir, une table de nuit avec dessus marbre, une pendule de cheminée, un fauteuil et des chaises recouverts d’étoffe de couleur, une chaise foncée de paille, un lit à bateau (...) un sommier (...) une vieille armoire, une armoire en noyer, une petite table en bois blanc, deux chaises foncées de paille”, “(dans le grenier) deux tables en sapin et leurs tréteaux, des bancs”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) un fourneau à pétrole, une cuisinière et ses tuyaux, une cafetière en fer émaillé”, “(dans la pièce à côté de la cuisine) une casserole en cuivre, quatre petites poêles”, “(dans la cour) un chaudron, une marmite”
  • la vaisselle de table : “(dans la cuisine) cent verres à boire, dix-huit mazagrans, trente-six cuillers, vingt-quatre cuillers à café et à absinthe, vingt-quatre assiettes blanches, deux saladiers, quatre plats creux”, “(dans la pièce à côté de la cuisine) trente-six assiettes blanches, un saladier, trois soupières, cinq plats, une théière”
  • divers : “(dans la salle de café) une glace, deux vases, deux potiches et seize gravures”, “(dans la chambre au premier étage) deux vases, une glace sous cadre noir, deux gravures”.

– cas n° 24 cantonnier (inv. 265)

26Dans le bourg de Monthodon, le cantonnier vit avec son épouse dans un petit logement comprenant une cuisine et une chambre à coucher avec des annexes, le fournil, la cave, la grange et le grenier. Sa fortune est évaluée à 911 francs, le 5 septembre 1887.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) une paire de chenets, une pelle, des pincettes, un réchaud, un soufflet, un gril, une crémaillère, un étouffoir”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) trois chandeliers, une lanterne”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) une petite table en bois blanc, une petite maie en guignier, une horloge, quatre chaises, deux tabourets”, “(dans la chambre) une couchette en guignier (...) une armoire en guignier”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) deux marmites, cinq casseroles”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) douze cuillers, douze fourchettes”.

– cas n° 25 facteur rural (inv. 86)

27Le facteur et sa jeune femme logent au-dessus du bureau de poste de la commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais. L’appartement est composé de deux chambres, dont une est équipée d’une cheminée, et un cabinet. Sa fortune est estimée à 2466 francs, le 11 mars 1864.

  • l’équipement du foyer : “(dans la chambre à feu) une paire de chenets, une crémaillère, deux soufflets, une pelle, une paire de pincettes, dans un placard trois trépieds”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la chambre à feu) deux seilles et un godet”
  • le mobilier : “(dans la chambre à feu) deux petites tables en bois blanc, un tabouret, six chaises en bois blanc, deux placards incrustés dans le mur”, “(dans le cabinet) un coffre”, “(dans la chambre froide) un bois de lit en guignier à bateau (...) un matelas (...) une horloge, deux maies-commodes en bois guignier, une armoire en guignier, un bois de lit en bois beau”
  • le matériel de cuisson : “(dans la chambre à feu) deux pots à bouillon, une casserole en fer”, “(dans le cabinet) deux poêles, trois marmites”.

– cas n° 26 poseur de chemins de fer (inv. 239)

28Un ancien poseur de chemins de fer, âgé de quatre-vingt ans est resté célibataire, il loge dans une maison comprenant une cuisine, une chambre sans cheminée et un cabinet, le tout est surmonté d’un étage de combles. Située à Villebourg, elle est complétée d’une grange, d’un pressoir et d’une cave. La fortune est évaluée à 1238 francs, le 13 juillet 1900.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) des chenets, une pelle, des pincettes, un réchaud, un porte poêle, un soufflet”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) une lampe, deux chandeliers”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) une table en bois blanc, une maie, sept chaises, un petit placard”, “(dans la chambre froide) un bois de lit (...) une petite table, une horloge et ses poids”, “(dans le cabinet) une vieille maie”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) une marmite, deux marmites”, “(dans la cour) un chaudron”.

– cas n° 27 ouvrier-mécanicien (inv. 216)

29Le couple demeure à Beaumont-la-Ronce. La maison comprend une cuisine, une salle à manger, une chambre à coucher, avec un étage de combles. La fortune est estimée à 2613 francs, le 26 septembre 1910.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) un fourneau en fonte, un soufflet, des chenets, une pelle, une paire de pincettes”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cour) un seau en zinc, une bassine”
  • le luminaire : “(dans la salle à manger) deux lampes en cuivre”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la chambre à coucher) une table de toilette en fer et sa cuvette, un seau de toilette, une chaise foncée en paille, un placard en bois blanc, une petite glace”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) une table ronde en bois blanc, une boîte à pain, quatre chaises, une petite chaise”, “(dans la salle à manger) une petite pendule, un vieux garde-manger, une table en bois blanc recouvert d’une toile cirée, une armoire à deux portes (contenant de la vaisselle), dix-huit tabourets foncés de paille, six chaises foncées de paille, un guéridon”, “(dans la chambre froide) un lit bateau, un sommier, un matelas (...) une table de nuit, une commode avec dessus marbre”, “(dans le cabinet) deux tables en sapin, trois tréteaux, quatre banc”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) un fourneau à pétrole, une cocotte en fonte, une casserole, une cafetière en fer blanc”
  • la vaisselle de table : “(dans la cuisine) une saucière, une coupe en verre à fruit, deux vases à gâteau, un plateau en étain”, “(dans la salle à manger) huit verres à sirop, vingt-quatre verres à liqueurs, six assiettes en porcelaine”.

– cas n° 28 instituteur primaire (inv. 164)

30A Vouvray, l’instituteur, son épouse et sa fille de quinze ans logent dans une maison spacieuse. Au rez-de-chaussée, on trouve une cuisine, un petit cabinet, une salle à manger et une chambre à coucher, au premier étage, une autre chambre à coucher et un cabinet qui contient, entre autres, une malle et deux valises. Le logis est complété d’un serre-bois et d’une cave. La fortune est évaluée à 1934 francs, le 3 juin 1899.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) une pelle, des pincettes, deux chenets, un balai, un soufflet, une pelle à main”, “(dans la chambre à coucher) deux chenets, une barre de fer”
  • l’équipement de l’eau : “(dans le cabinet à côté de la cuisine) deux seilles et un godet”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la chambre à coucher au premier étage) une glace, une petite table de toilette”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) une lampe”, “(dans la chambre à coucher) deux lampes avec globe”, “(dans la salle à manger) deux candélabres”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) cinq chaises en noyer, une table ronde en noyer, une bibliothèque en chêne et un lot de volumes”, “(dans la salle à manger) une pendule en marbre noir, six chaises peintes en noir recouvert de reps rouge”, “(dans la chambre à coucher) un petit guéridon, une pendule à socle avec globe, un cabaret comprenant quatre carafons, quinze verres, trois chaises en reps rouge, deux fauteuils avec la même garniture et housses, une commode en noyer, un lit de fer (...) un bois de lit, un sommier, un matelas (...) une table de nuit, une table ronde en noyer”, “(dans la chambre à coucher au premier étage) une pendule sous globe, un secrétaire avec dessus en marbre, un lit (...) un sommier (...) une table de nuit”, “(dans le cabinet au premier étage) une petite table en bois blanc, une chaise”, “(dans la cour) un banc de jardin en bois avec les pieds en fonte”
  • le matériel de cuisson : “(dans le cabinet à côté de la cuisine) un fourneau en fonte, deux fourneaux à pétrole, cinq casseroles émaillées, trois poêles, deux cocottes en fonte, un pot à bouillon, deux chaudrons”
  • la vaisselle de table : “(dans le cabinet à côté de la cuisine) douze verres ordinaires”, “(dans la salle à manger) six tasses, six soucoupes, un sucrier, une théière, six verres, soixante assiettes, dix plats, une soupière, une saucière, deux compotiers, un saladier, douze cuillers, douze fourchettes, une louche, le tout en métal blanc, six petits cuillers à café, douze couteaux de table (...) un lot de tasses, verres et verrerie”.

– cas n° 29 épicier et secrétaire de mairie (inv. 221)

31Tenant une épicerie et ancien secrétaire de mairie de la commune de Beaumont-la-Ronce, le couple et son fils de dix-huit ans vivent dans une maison à étage, au rez-de-chaussée, la cuisine, la salle à manger et le magasin, au premier étage, les deux chambres à coucher. La fortune est évaluée à 1931 francs, le 15 mars 1920.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) un fourneau à charbon de bois, un petit fourneau en fonte, un seau à braise, des pincettes, une pelle, deux chenets”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cuisine) deux brocs, un seau, une bassine en zinc”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la seconde chambre à coucher) une table en bois blanc, une cuvette et un pot à eau”
  • le luminaire : “(dans la salle à manger) deux lampes, une lampe à suspension”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) un placard”, “(dans la salle à manger) une table ronde en bois blanc aux pieds tournés et son tapis, une glace sous cadre noir, un buffet en bois blanc, quatre chaises”, “(dans la chambre à coucher) une armoire, un petit bureau, une armoire à glace plaquée en noyer, une table en bois blanc, un lit de fer (...) un matelas”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) une laitière émaillée, deux pots à bouillon, une cocotte en fonte, trois cocottes en terre, quatre casseroles en émail, une poêle à frire, une poêle à marrons, deux cafetières en terre, deux moules à gâteau”
  • la vaisselle de table : “(dans la cuisine) douze assiettes creuses, douze assiettes plates, huit plats creux, un saladier en porcelaine (...) six bols, vingt-quatre cuillers, vingt-quatre fourchettes, une saucière, une salière, deux pots à moutarde, douze couteaux de table, un service à salade, un dessous de plat, un ravier”, “(dans la salle à manger) un service à café comprenant la cafetière, un sucrier, douze tasses et soucoupes, un service à liqueurs avec plateau en verre vert, une carafe, douze verres à boire, six tasses à café, un beurrier”
  • divers : “(dans la salle à manger) deux statuettes représentant la rose et la marguerite”, “(dans la chambre à coucher) un vase à fleurs”.

– cas n° 30 maire de la commune

32Le maire de Villebourg est propriétaire d’un vaste logement. Le vestibule sert de bureau et permet de desservir la cuisine et les trois chambres, au-dessus, un étage de combles est accessible par un escalier. Les annexes comprennent une buanderie avec tout le nécessaire de lessive, et deux caves. Assez âgé, le couple est aidé par un domestique. La fortune est évaluée à 1331 francs, le 23 mai 1905.

  • l’équipement du foyer : “(dans la cuisine) deux chenets, une pelle, des pincettes, une main de fer, un gril, un porte-poêle, deux triangles, trois broches, une crémaillère, un soufflet,” “(dans la chambre à côté du vestibule) une paire de chenets”, “(dans la seconde chambre froide) un poële et ses tuyaux”
  • l’équipement de l’eau : “(dans la cuisine) une bassine en zinc”, “(dans le vestibule) une seille, un godet, une petite bassine en zinc”
  • le luminaire : “(dans la cuisine) six chandeliers en fer, une petite lampe”
  • le mobilier : “(dans la cuisine) deux tables, trois tabourets, une petite chaise, une petite table”, “(dans la chambre ouvrant sur le vestibule) un tabouret, six chaises, quatre tables, une pendule réveil, une couchette (non garnie), un bureau, une machine à coudre”, “(dans la chambre froide) deux petites tables en noyer, une table ronde en noyer, une couchette en noyer, une table de nuit, une armoire en noyer”, “(dans la seconde chambre froide) une couchette en fresne (...) un petit lit (...) une petite table”, “(dans les combles) un blutoir, une table et deux tréteaux”, “(dans la buanderie) une couchette (...)”
  • le matériel de cuisson : “(dans la cuisine) cinq cafetières, une poêlette, une cocotte en fonte, une casserole en fer, trois marmites”, “(dans la buanderie) un chaudron et trois-pieds”, “(dans la cour) une poêle”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) un moulin à poivre, un moulin à café, deux coupes, trois carafes, seize verres à pied, douze verres à pied, douze petites coupes, vingt-quatre petits verres à pied, cinq mazagrans, douze tasses à café et leurs soucoupes, deux cuillers à vin chaud”.

– cas n° 31 juge de paix et notaire (inv. 136)

33Le couple, âgé respectivement de soixante-cinq ans et cinquante ans, vit à Vouvay, le mari a exercé la profession de juge de paix et de notaire. Au rez-de-chaussée de la maison, le vestibule dessert le salon, la salle à manger, la chambre de la bonne, l’office et la lingerie ; par un escalier, on accède aux différentes chambres : la chambre bleue, la chambre à deux lits, le cabinet de toilette, la chambre du rocher. Au fond du jardin, on trouve le “pavillon” et une remise qui abrite “une voiture dite américaine”. Sa fortune est évaluée à 8185 francs, le 29 octobre 1878.

  • l’équipement du foyer : “(dans le salon) un devant de cheminée en vieux Limoges, un garde-cendres”, “(dans la chambre à deux lits) un garde-cendres, un soufflet”
  • le luminaire : “(dans le salon) une paire de lampes, deux flambeaux candélabres argentés”, “(dans le petit salon) deux flambeaux imitation bronze et deux argentés”, “(dans la salle à manger) une suspension”, “(dans la chambre à deux lits) des candélabres, une paire de flambeaux en bronze doré”, “(dans le cabinet de M.T.) deux flambeaux en bois”, “(dans l’office) trois lampes”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la chambre perse) une toilette en acajou garnie”, “(dans la chambre de bonne) une table de toilette”, “(dans une chambre de réserve) une commode-toilette en acajou”, “(dans la chambre bleue) une table de toilette en bois peint avec sa garniture”, “(dans un cabinet de toilette) deux toilettes en bois blanc peint avec leurs garnitures, une petite table guéridon et une autre, trois chaises paillées, trois glaces, un poële, une baignoire et son appareil de chauffage”, “(dans la chambre du rocher) une table de toilette en bois blanc, un verre d’eau en cristal”, “(dans l’office) une fontaine filtrante”
  • le mobilier : “(dans le salon) une garniture de cheminée, pendule et candélabres, un piano, un tabouret et un porte-cahier, un meuble de salon comprenant un canapé, quatre fauteuils, six chaises en mauvais état, recouvert de velours grenat, une table de milieu et une autre petite, un coffre à bois, un grand fauteuil, deux petites chaises, une étagère à glace, un petit coffre antique pour cartes de jouer”, “(dans le petit salon) cinq chaises en velours, une table à jeu en acajou, deux autres tables à jeu en acajou, une cave à liqueurs”, “(dans la salle à manger) une pendule Louis XV, deux chaises en vieux chêne garnies, douze chaises cannelées et un tabouret en chêne, une table à rallonges en noyer, un buffet-étagère en chêne, une petite table en chêne, une petite table en chêne, une servante et une chaise d’enfant en chêne”, “(dans le vestibule) une console en acajou”, “(dans la chambre perse) un lit en acajou (...) une table de nuit, une table pliante en acajou, un fauteuil et deux chaises en acajou en velours grenat, une commode en acajou, une pendule sous globe et une glace”, “(dans une chambre de bonne) deux lits d’enfant et leur literie”, “(dans la chambre à deux lits) deux lits en noyer, quatre matelas (...) trois fauteuils, quatre chaises paillées, une table ronde, une pendule sous globe et une glace, deux tables de nuit”, “(dans la lingerie) un lit de fer, deux matelas (...) quatre chaises, deux armoires, une glace”, “(dans la chambre de réserve) un lit en acajou avec sommier, un matelas (...) une table de nuit en acajou, une armoire en acajou, un secrétaire en acajou, deux fauteuils et deux chaises en acajou en velours grenat, un guéridon et un tabouret, une glace, une garniture de cheminée (pendule Jeanne d’Arc et deux coupes en bronze)”, “(dans la chambre bleue) un lit en noyer avec sommier, un matelas (...) une armoire en noyer, une table de nuit en acajou, une commode en noyer, un fauteuil en acajou de velours grenat et deux chaises en paille, un petit bureau en acajou, une pendule en faïence de Sarreguemines, une glace”, “(dans la chambre à deux lits) deux lits à palissandre avec sommier, deux matelas (...) deux tables de nuit imitation palissandre, une armoire à glace en palissandre, une table de jeu en palissandre, une table de milieu en palissandre, un chiffonnier secrétaire en palissandre, une commode Louis XV en bois de rose, un canapé, un fauteuil confortable, une chauffeuse, tous deux en acajou et moquette, une chaise imitation palissandre en cuir, deux fauteuils et quatre chaises Louis XV garnis en tapisserie, deux petites chauffeuses, vieux chêne et tapisserie”, “(dans la chambre du rocher) un lit en acajou, un matelas (...) une commode en noyer, deux fauteuils en bois peint”, “(dans le cabinet de M.T.) un bureau et quatre chaises en acajou, une table en bois blanc, six chaises, une pendule”, “(dans le pavillon au fond du jardin) une table de jeu, un divan en bois blanc, deux fauteuils et six chaises, quatre bancs de jardin, quatre fauteuils, deux chaises et deux tables”, “(dans l’office) un buffet”
  • le matériel de cuisson : “(dans l’office) quatre bassines, deux poissonnières, deux plats longs et un ovale, deux petits chaudrons, six plateaux-tourtières, deux moules à gâteau, une bassinoire, six grandes casseroles, six petites, trois bain-marie, deux cuisinières, un moule à caramel, filtre à café et pot à lait en fer battu, trois poêles”
  • la vaisselle : “(dans le salon) douze assiettes en vieux Chine, deux coupes du Japon, une théière en terre belge, une cafetière en faïence du Japon, dessus de table et soucoupes en porcelaine de Chine et Japon”, “(dans le petit salon) un déjeuner en vieille faïence composé de cinq pièces, plateau et coupe en faïence de Strasbourg, deux vases à parfum en vieille terre de pipe (...)”.

– cas n° 32 curé de campagne (inv. 75)

34Dans la petite commune de Villebourg, le presbytère est distribué comme suit : au rez-de-chaussée un salon, une chambre à coucher à usage du défunt, une cuisine et un cabinet attenant, au premier étage, deux chambres à coucher et au-dessus, un étage de combles. La fortune mobilière est évaluée à 1209 francs le 2 juin 1853.

  • l’équipement du foyer : “(dans le salon) deux chenets en fer, une pelle, des pincettes”, “(dans la chambre à feu à côté du salon) une pelle, des pincettes, une crémaillère, une paire de chenets en fonte, une barre de fer, un soufflet”
  • l’équipement de l’eau : “(dans l’évier sous le porche) deux seilles et un godet”
  • les ustensiles de toilette : “(dans la cage de l’escalier, à côté de la cuisine) une fontaine en faïence et son bois, un plat à barbe”, “(dans une chambre à coucher au-dessus du salon) deux cuvettes, un pot à eau, un cadre doré”
  • le luminaire : “(dans le salon) quatre flambeaux argentés”, “(dans la cuisine) deux chandeliers en cuivre”, “(dans la chambre à coucher au-dessus du salon) deux mouchettes, un plateau et six mains de papier”
  • le mobilier : “(dans le salon) un lit à quenouilles (...) une armoire en chêne, quatre chaises, un fauteuil”, “(dans la chambre au-dessus du salon) un bois de lit à deux chevets en guignier (...) un porte-manteau, une table de nuit en noyer, un bois de lit à bateau en noyer, une armoire en noyer, une table en guignier avec un tiroir fermant à clef, six chaises en guignier, trois chaises”, “(dans le cabinet) un bois de lit à deux chevets en noyer”, “(dans la chambre à feu à côté du salon) un secrétaire en guignier, deux horloges, une table de nuit, un bois de lit à deux chevets en noyer (...) un matelas (...), trois chaises, une petite table en noyer, une bibliothèque”
  • le matériel de cuisson : “(dans un cabinet à côté de la cuisine) quatre poêles, deux marmites et un chaudron, un poêlon en cuivre”, “(dans la cuisine) deux réchauds en tôle, sept pots à bouillon”, “(dans la cage d’escalier à côté de la cuisine) un chaudron et un trépied”
  • la vaisselle : “(dans la cuisine) deux pots à l’eau, une cafetière et un filtre, une bouteille à vinaigre, six tasses en terre, un égrugeoir”, “(dans le cabinet à côté de la cuisine) un billot et un paltret (...) sept soupières, quatre mazarines en caillou, trois saladiers en faïence, trois bocaux en verre, six petits pots à rillettes (...) un égoutte-vaisselle”
  • divers : “(dans le salon) une petite glace, un tableau”, “(dans la chambre à feu à côté du salon) trois tableaux à cadre doré et un globe sur lequel se trouve un crucifix doré, un autre crucifix en bois, un vase en terre bleue”.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search