Version classiqueVersion mobile

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

Les changements dans le quotidien

Texte intégral

  • 1 Dollfus et Geoffroy, 1935, p. IX. ; Jacques, Drake, Les lignes de la banlieue de Tours. Notes sur l (...)

1 Le développement du machinisme, des moyens de communication et de transport, les grands travaux d’aménagement de la capitale tourangelle sont autant de témoins encore visibles des changements du quotidien. L’amélioration des routes et la création du réseau ferroviaire provoquent l’ouverture du monde rural à la culture urbaine, ses perfectionnements et ses modes. Les conséquences des nouvelles perspectives économiques et sociales sont nombreuses et d’une ampleur difficilement maîtrisable. La vie campagnarde a été entièrement transformée par le contact des ruraux avec les villes, par le transport des denrées agricoles, par l’augmentation de la valeur de la propriété, par l’évolution des industries locales et de l’artisanat1.

La construction du chemin de fer

2Bien que la ligne Paris-Orléans soit construite dès 1846 et prolongée jusqu’au coeur de la Touraine, le paysan est toujours rivé à ses terres, seule une partie de la bourgeoisie rurale peut jouir de ces nouvelles facilités. Il n’est pas encore question du transport des voyageurs, mais plutôt de celui des marchandises. La diffusion et la propagation des nouveaux perfectionnements et des modes en cours dans la capitale parisienne auront des effets sur tous les aspects du quotidien (Fig. 28).

3Au début du XXe siècle, les différents projets d’installation du tramway dans les campagnes du nord de la Touraine sont à l’ordre du jour des réunions des conseils municipaux. Les courts extraits de leurs délibérations indiquent la naissance d’un nouvel esprit et avec lui, le désir d’améliorer les conditions de vie et le besoin de se rapprocher de la ville.

  • 2 R.C.M. Sonzay, 3 août 1878.
  • 3 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 3 février 1896.

4A la fin du XIXe siècle, les communications ne paraissent pas la préoccupation majeure des conseillers municipaux : souhait d’établissement d’un chemin de fer de Neuillé-Pont-Pierre à Château-la-Vallière2 mais ce voeu très précoce concerne une région isolée et peu concernée par le Paris Orléans. La proximité d’une gare peut faire l’objet d’une délibération sur l’absence d’arrêt la nuit à Saint-Antoine-du-Rocher, ce qui porte préjudice aux communes environnantes : Beaumont-la-Ronce, Cerelles, Rouziers, Semblançay, Pernay3.

  • 4 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 7 août 1910.

5(...) le trajet adopté par le Conseil général, le 17 août 1909 passant par Epeigné-sur-Dême, Beaumont-la-Ronce, Rouziers, Cerelles (...) et Tours est d’au moins neuf kilomètres plus court que celui partant de (...) Chemillé-sur-Dême et passant par les Hermites, Saint-Laurent-en-Gâtine, Nouzilly (...) Le premier trajet desservirait des contrées beaucoup plus riches et plus peuplées que le second (...) l’ingénieur, chargé d’études sur le territoire de Beaumont, fit part au Maire de son étonnement à voir une commune aussi productive manquant de chemins de fer4.

  • 5 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 11 août 1911.

6Le projet d’un tramway de la Châtre à Tours et traversant la Gâtine tourangelle dans son entier est loin d’être réalisé puisqu’un an plus tard, le Conseil considérant que l’établissement du tramway serait d’une grande utilité pour notre contrée si déshéritée sous le rapport des communications. Que les chemins de fer apportent toujours la richesse dans les pays qu’ils desservent5.

Fig. 28 Communications, information et ouverture d’un nouvel état d’esprit : de la bicyclette au tramway

Fig. 28 Communications, information et ouverture d’un nouvel état d’esprit : de la bicyclette au tramway

La nouvelle ossature ferroviaire est entrevue comme un dispensateur de prospérité, permettant de mieux satisfaire les besoins locaux. Par sa généralisation et son extension, de nouvelles matières premières et produits sont introduits dans les contrées les plus reculées, bouleversant les manières de vivre. Ces nouveaux moyens, la bicyclette et le tramway, élargissent le territoire des connaissances, facilitant les relations entre les villages et les familles, entre les villages et la ville de Tours.

Source : A. Schweitz

  • 6 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 19 août 1913.
  • 7 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 18 mars 1923.
  • 8 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 15 janvier 1925.
  • 9 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 4 mars 1928.
  • 10 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 18 juin 1930.
  • 11 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 31 janvier 1932.
  • 12 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 13 janvier 1935.

7Les communes rurales prennent conscience des nombreuses possibilités offertes par le chemin de fer, Saint-Laurent-en-Gâtine, bénéficiaire du second projet de tramway entre la Châtre, dans la Sarthe, et Tours ne restera pas en-dehors de la bataille et invoquera les mêmes motifs en employant quasiment les mêmes termes. Il (...) prie respectueusement MM. les Conseillers généraux d’Indre-et-Loire de bien vouloir doter les communes de Nouzilly, Saint-Laurent, les Hermites, d’une voie ferrée qu’elle réclame depuis longtemps. La commune de Saint-Laurent très riche au point de vue agricole, tout à fait déshéritée au point de vue des communications demande à être desservie par la ligne secondaire du chemin de fer projetée dans le nord du département (...)6. En 1923, le conseil municipal continue de protester auprès des instances politiques. Le service d’autobus ne dessert toujours pas la commune7. En 1925, sur le point d’aboutir, une subvention annuelle de la municipalité de cent francs est allouée à l’entrepreneur. Affermé par une pétition des habitants qui ont manifesté leur volonté d’obtenir cette ligne d’autobus permettant de rallier Tours, le conseil municipal considère l’isolement complet dû à l’absence de toutes communications avec les environs et notamment avec Tours8. La subvention est renouvelée les années suivantes9. La mise en place du chemin de fer ne semble plus si intéressante de Paris à La Châtre10. Le ralliement à Tours est réalisé, celui pour le marché de Château-Renault est demandé par les habitants de Saint-Laurent-en-Gâtine. La ligne de Neuillé-Pont-Pierre à Château-Renault pourra passer le mardi de chaque semaine vers midi et effectuera le transport des personnes11. En 1935, la route est dans un tel état de délabrement et ne pourra pas être réparée du fait de l’insuffisance des crédits alloués au service des ponts et chaussées. Cela semble causer un préjudice considérable aux habitants de la commune en relations fréquentes avec le centre commercial de Château-Renault12.

8Cette équipée reste dans la mémoire des tourangeaux comme un des moments importants de la vie. On allait une ou deux fois par an à Tours, c’était une affaire. C’est pire que si on partait aux Amériques. Les gens parfois gentils nous emmenaient ou on prenait un car qui partait à huit heures et qui rentrait à sept heures du soir. On l’appelait la Départementale. On y allait avec ma mère, on faisait des courses et puis on allait voir la tante qui était mariée avec mon oncle du chemin de fer (Solange N.).

L’école primaire et l’enseignement ménager

9Tout au long de la période étudiée (1850-1930), l’apprentissage de la vie, tenir la maison, savoir cuisiner, continuent d’être inculqué par la mère, la grand-mère ou la maîtresse, l’école ayant pour principal rôle d’enseigner aux jeunes enfants les rudiments d’écriture et de lecture. Pour une ancienne bonne, j’avais des patronnes, elles passaient le doigt et me disaient ça ce n’est pas fini. J’ai eu de bonnes patronnes qui m’ont bien montré et après j’étais capable de montrer aux autres (D.).

  • 13 Un enseignement scolaire agricole et ménager. Brevets, écoles ambulantes : 1897-1940, Dactylogramme (...)

10Avec les écoles ménagères, créées en 1930, on assiste à un véritable retournement de la situation traditionnelle puisque les jeunes filles apprennent la cuisine “bourgeoise” et reçoivent des conseils d’aménagement pour leur future maison. Une des séances qui s’est tenue à la Préfecture d’Indre-et-Loire, le 30 octobre 1931, met l’accent sur les avantages de l’école ménagère ambulante. La vulgarisation de l’enseignement agricole a un double but, d’une part, préparer les jeunes filles à mieux remplir leur rôle de maîtresse de maison, en développant les connaissances pratiques, d’autre part, leur enseigner le goût de la vie rurale, du travail, de l’ordre et de l’économie, en s’efforçant de leur apprendre à aimer leur intérieur de manière à prévenir l’exode rural. Ces écoles n’obligent pas les élèves à s’éloigner de leur famille, la durée de l’enseignement n’est que de quelques mois, réduisant au minimum les frais d’enseignement. Les écoles peuvent fonctionner dans trois localités au cours de l’année ce qui a pour effet de donner un enseignement à un plus grand nombre. Les cours s’adressent aux jeunes filles de cultivateurs ou non, âgées au minimum de quatorze ans. L’enseignement repose sur la cuisine et le ménage, la laiterie et l’aviculture, la couture, le repassage et la lessive13. Mais ces écoles ménagères ne laissent aucune trace écrite dans les registres de délibérations des communes. Le projet a-t-il été appliqué partout ?

11Dans ce domaine, le rôle des institutions tend à devenir primordial et le particularisme familial et régional va plus ou moins disparaître. La propagation d’un enseignement ménager suit ou accompagne l’extension de l’emploi des nouvelles techniques, dotées de nouveaux moyens (la cuisinière et la lessiveuse), ce qui rend les conseils des anciennes moins efficaces, pour ne pas dire inutiles. Mais jusque là, les bouleversements opérés tant dans les techniques de cuisine et de ménage que dans la recherche d’un certain bien-être et d’un confort, atteint essentiellement les milieux favorisés par leur position sociale, leur niveau de vie et leur ouverture au monde extérieur. L’aménagement de l’espace de vie est une des références les plus significatives de la pénétration des nouveautés dans les campagnes tourangelles.

  • 14 État de l’instruction primaire en 1864 d’après les rapports officiels des inspecteurs d’académie. C (...)
  • 15 R.C.M. Sonzay, 12 novembre 1882, R.C.M. Sonzay, 12 août 1884.

12Le développement de l’enseignement communique aux campagnes des nouveaux modèles culturels. L’instruction du catéchisme, des rudiments d’écriture et de lecture par les religieuses disparaît progressivement avec l’installation de l’instituteur et la création d’une école primaire14. Dès 1880-1890, un certain nombre de communes rurales du nord du département reçoivent les services d’un ou deux instituteurs. Une des communes pionnières en ce domaine semble être Sonzay. Avant 1881, des cours d’adultes sont donnés grâce au grand zèle de l’instituteur et sont toujours maintenus deux ans plus tard15.

  • 16 R.C.M. Monnaie, 9 novembre 1902,
  • 17 R.C.M. Reugny, 6 novembre 1904.
  • 18 R.C.M. Sonzay, 12 novembre 1882.

13Cette volonté d’améliorer leur capital de connaissances touche toutes les classes d’âge et s’étend aux hameaux les plus reculés. Dans le dernier quart du XIXe siècle, des cours d’adultes sont créés qui vont rapidement se généraliser. (...) le Maire expose qu’il serait utile d’organiser un cours d’adultes comme cela existe dans tous les villages16, comme pendant l’hiver 1896-1887 à Vouvray, 1899-1900 aux Hermites, 1900-1901 à Neuillé-Pont-Pierre où le conseil reconnaît que ces cours pour adultes destinés à compléter l’instruction des jeunes sortis de l’école seraient d’une grande utilité, et encore en 1902, à Monnaie, en 1904 à Reugny où l’on précise que le dit cours avec une durée de trois mois et qu’il y aura deux séances par semaine17. Création ne signifie pas fréquentation, mais les délibérations nous informent à ce sujet. (...) dans la commune de Sonzay, les cours d’adultes sont chaque année fréquentés par un nombre considérable et toujours croissant d’élèves 18.

  • 19 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 26 février 1903.
  • 20 R.C.M. Sonzay, 11 novembre 1913.
  • 21 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 22 novembre 1914, 15 janvier 1915.

14Le conseil municipal de Saint-Laurent-en-Gâtine montre que ces cours d’adultes n’existent que par l’intervention du corps enseignant. Malgré la difficulté apparente de fonder un cours d’adultes de jeunes filles à Saint-Laurent, l’institutrice grâce à son zèle et à son dévouement en créa durant l’hiver 1902-1903 qui a été régulièrement suivi par une douzaine de jeunes filles. Il se plaît à reconnaître que l’institutrice et l’instituteur se donnent tout entier aux oeuvres post-scolaires. Chacun d’eux à créer en outre une Amicale qui est très prospère19 ; ou encore en 1913 par lettre, l’instituteur demande l’ouverture pendant l’hiver d’un cours gratuit destiné aux adultes illettrés et à ceux qui ayant terminé leurs études scolaires désiraient compléter leur instruction. Le conseil attendu que cette mesure proposée ne peut que favoriser le progrès de l’instruction de la commune et servir l’intérêt public, félicite l’instituteur 20. Des subventions leur seront allouées 21.

  • 22 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 28 juillet 1920 et Saint-Paterne-Racan, 20 février 1921.
  • 23 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 28 juillet 1920.
  • 24 R.C.M. Saint-Pateme-Racan, 28 février 1926, 10 mars 1927.

15De 1880 à 1914, les municipalités organisent, avec la collaboration de l’instituteur, des cours gratuits pour les adultes désirant compléter leur instruction. Plus tard, en exécution de la loi du 2 août 1918, les communes subventionnent des cours d’enseignement post-scolaire agricole22. Les cours sont donnés par l’instituteur dans l’école publique23. Toutes les communes n’y répondent pas affirmativement. Le 20 février 1921, après lecture par le maire d’une lettre de M. le Préfet qui demande au Conseil de revenir sur sa décision du 23 janvier dernier, au sujet des cours post-scolaires agricoles de Saint-Paterne-Racan, à l’unanimité le Conseil refuse toute participation aux dépenses nécessitées par ce cours. Cela se règle en haut-lieu puisque l’instituteur informe que l’inspecteur d’académie l’a chargé encore cette année de l’organisation d’un cours donné à l’école des garçons les mardi et vendredi de chaque semaine de 19 heures 30 à 21 heures. Des cours supplémentaires à dix francs par élève et par mois sont donnés le soir par l’instituteur et l’institutrice24.

  • 25 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 11 décembre 1934.

16Les années trente voient la création des sociétés d’éducation populaire. (...) La constitution d’une nouvelle société locale dont le Maire président, siège à l’école publique, a pour but d’organiser sous la direction des instituteurs de la commune, des séances éducatives et récréatives particulièrement les veillées d’hiver25. Cette société ne semble pas fonctionner dans tous les villages, sauf à Sonzay où le payement de l’installation électrique du cinéma scolaire, le 5 juillet 1933, est du ressort de la société d’éducation populaire et non de la commune. Entre 1880 et 1930, la priorité n’est plus seulement donnée à l’amélioration du degré d’instruction de la population rurale, mais naît la volonté de la divertir par des lectures et des séances de cinéma. Une étape importante vient d’être franchie, celle de la constitution d’un nouveau capital culturel et de loisirs.

17Autre changement, les habitants des communes de moyenne et de grande importance s’organisent en créant des syndicats professionnels, avec la complicité de la bourgeoisie locale, dépositaire de l’autorité sociale. Dans une société rurale qui s’arrache à une relative autarcie où elle était restée enfermée durant des siècles, seules les actions technicosociales de ces organisations peuvent les aider à assumer ce nouveau destin. Dès 1920, les syndicats agricole et vinicole, de battage, d’élevage introduisent dans le village, le progrès technique et contribuent à l’acceptation des nouveaux procédés. Un véritable mouvement de solidarité envers les plus démunis naît autour des sociétés de secours mutuels. Contre les catastrophes en tous genres, des caisses d’assurance-incendie ou d’assurance bétail sont constituées. Sollicité de toutes parts, le paysan tourangeau voit sa vie tout à la fois secourue et enserrée dans des nouvelles obligations, où l’argent joue un rôle indéniable.

  • 26 Archambault, deuxième lettre.

18Amélioration, nouveauté, organisation sont autant de signes d’une modernité naissante, encore peu perceptibles dans un milieu paysan méfiant par nature. (...) Il arrive souvent qu’un sentiment d’incrédulité, même de moquerie, apparaisse sur les lèvres du paysan, c’est lorsque vous lui parlez de chaos qu’il ne connaît pas. Son premier sentiment alors, est un sentiment de méfiance, il croit que vous voulez vous gausser de lui. Indépendamment de ce sentiment, le paysan est hostile à tout ce qui ne fait pas partie de sa vie, ou à tout ce qui constitue le progrès. Il se gardera bien de faire des expériences agricoles ou autres, il laissera faire le bourgeois voisin et se moquera à petits bruits de toute tentative nouvelle. Il examine cependant, fait son profit de tout ce qu’il voit et après avoir pesé le profit à tirer des nouvelles méthodes, il les suit, mais lorsqu’il est sûr de n’avoir aucun change à courir. Son système est toujours le même, il a le temps et avec cette manière de faire il ne fait jamais école (...)26.

La grande semaine de Tours

19Les pressions du monde urbain et industriel exercées sur le monde rural ressortent très distinctement à la lecture des programmes de la grande semaine de Tours depuis les années vingt et à travers les entretiens. Pour Solange N., la semaine de Tours, il y a des expositions très intéressantes chaque année. Il y a eu un arrêt pendant la guerre et puis ça a repris . Elle a toujours été très importante (...). Moi, je n ’ai rien acheté mais les filles oui. Ils ont réussi à acheter leur cuisine. Et puis cela vient d’autres départements, il y a de la concurrence.

20Longtemps, le marché local continue d’assurer l’écoulement de la production ordinaire et l’achat des objets courants. Il s’intègre au paysage, installé sur la place publique ou dans la principale rue du village. Le nombre considérable des marchés et des foires (notamment à Vernou, Saint-Christophe-sur-le-Nais, Reugny, Sonzay, Monthodon, Beaumont-la-Ronce, Monnaie, Saint-Paterne-Racan, Vouvray), privilégie des courants d’échanges limités et reflète une économie de subsistances. Les surplus des produits de la culture et de l’élevage sont échangés contre les produits de première nécessité : les vêtements, les sabots, la vaisselle et même le superflu. La femme s’enquiert des divers événements, s’informe sur la santé de tel ou tel, des prochaines festivités ou de l’ouverture d’un commerce (Fig. 29).

Fig. 29 Le marché, un lieu d’échanges

Fig. 29 Le marché, un lieu d’échanges

Source : A. Schweitz

21La foire-exposition de Tours, mettant en contact la clientèle avec les fournisseurs de la région, devient lentement l’initiateur de la modernité. Dans la continuité des anciennes foires, telles celles de Bordeaux, Lille ou Lyon, la première grande semaine de Tours est inaugurée le 8 mai 1921 par le ministre du Travail, en présence de Camille Chautemps, maire de Tours. Le comité organisateur donne la première place au machinisme agricole mais tient compte aussi des différentes activités industrielles et commerciales. En 1928, une exposition d’appareils ménagers est destinée à apporter au foyer familial plus de confort et plus d’hygiène. Le public y trouve en fonctionnement les appareils et les nouvelles inventions susceptibles de rendre plus agréables et plus faciles à la maîtresse de maison, les travaux de ménage – aspirateurs de poussière, cireuses électriques, appareils perfectionnés pour la cuisson rapide des aliments et les préparations des repas – réchauds à gaz de tous genres, réchauds électriques, machines à laver, produits d’entretien de tous genres et multiples petits appareils.

  • 27 Fabienne, Cardot, “L’électricité au quotidien”, Histoire générale de l’électricité, Association pou (...)

22En 1923, les applications de l’électricité à la campagne sont présentées pour la première fois dans le cadre d’une exposition. L’électricité au village (...) c’est aussi la vie quotidienne rendue plus agréable, les communes rurales offrant à leurs habitants la plupart des avantages modernes de la ville. En 1936, un salon de la lumière est organisé par le syndicat des électriciens de Tours tant en : lumière, force motrice, groupe électrogène, lampes, moteurs agricoles, réfrigérateurs, T.S.F. En 1954, une maquette dotée d’un matériel électrique, reconstitue la ferme en 1900 où sont rassemblés tous les appareils électriques qui facilitent le travail de la ménagère (...) Un des avantages est de faire gagner du temps et d’éviter de la peine à ceux qui l’utilise (7-16 mai 1954). De nombreux ouvrages de vulgarisation sur les avantages de l’électricité avaient d’ores et déjà été imprimées27.

23Au sein des campagnes tourangelles, les transformations de l’habitat ont remis en cause les schémas anciens. Une des caractéristiques essentielles de cet espace habité est que les changements considérables par rapport à des périodes anciennes n’impliquent pas forcément l’abandon d’un modèle propre.

24Le degré d’appropriation d’un espace donné dépend du nombre de possibilités d’agir mais surtout, des normes sociales, des règles juridiques et des usages sociaux, qui régissent l’emplacement et l’emploi des espaces. Cette prise de possession ne peut être réalisée sans la référence au voisinage et à l’appartenance socioculturelle. Entre 1850 et 1930, le processus de substitution des objets industriels aux objets fournis par l’artisanat local est déjà engagé chez les plus fortunés et les plus ouverts au monde extérieur mais parallèlement, dans les campagnes tourangelles, le mode de vie communautaire, la pression du groupe des cultivateurs, les traditions séculaires et les exigences des parents constituent autant d’obstacles à la disparition d’une relative passivité et d’une obéissance quasi rituelle.

25L’industrialisation diffuse a atteint le monde rural et, sous des apparences inchangées, les villages ne comptent plus qu’une faible proportion d’agriculteurs maîtres des terres et une majorité d’habitants ayant adopté les modes de vie des citadins. La Touraine d’aujourd’hui se partage de façon plus ou moins tranchée entre une campagne urbanisée, où les vieux noyaux villageois de polyculture ou de vignoble conservent leurs structures anciennes au prix d’adaptations modernistes et une campagne profonde aux communes à demi-désertées, où certaines restaurations sont entreprises par un résident de fin de semaine˙. L’avenir de l’habitat rural traditionnel est loin d’être assuré.

  • 28 Arlette, Schweitz, La grange, un outil de production remis en question. Rapport pour le Ministère d (...)

26La Touraine n’échappe pas, bien au contraire, à la tentation de considérer la production et les connaissances des générations précédentes comme dénuées de tout intérêt. Dans un même temps, les prémisses d’un renouveau se sont fait sentir, sous la pression d’élus désireux de valoriser les ressources importantes de la région tourangelle en matière de tourisme et de “bien vivre”28.

Notes

1 Dollfus et Geoffroy, 1935, p. IX. ; Jacques, Drake, Les lignes de la banlieue de Tours. Notes sur les chemins de fer du département de l’Indre-et-Loire, Tours, dactylogramme, 1893, (A.D. Indre-et-Loire).

2 R.C.M. Sonzay, 3 août 1878.

3 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 3 février 1896.

4 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 7 août 1910.

5 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 11 août 1911.

6 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 19 août 1913.

7 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 18 mars 1923.

8 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 15 janvier 1925.

9 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 4 mars 1928.

10 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 18 juin 1930.

11 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 31 janvier 1932.

12 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 13 janvier 1935.

13 Un enseignement scolaire agricole et ménager. Brevets, écoles ambulantes : 1897-1940, Dactylogramme, s. d., s. p., (A.D. Indre-et-Loire).

14 État de l’instruction primaire en 1864 d’après les rapports officiels des inspecteurs d’académie. Complément de la statistique de 1863, Paris, 1866, 2 vol. (Instruction pour les adultes), (A.D. Indre-et-Loire).

15 R.C.M. Sonzay, 12 novembre 1882, R.C.M. Sonzay, 12 août 1884.

16 R.C.M. Monnaie, 9 novembre 1902,

17 R.C.M. Reugny, 6 novembre 1904.

18 R.C.M. Sonzay, 12 novembre 1882.

19 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 26 février 1903.

20 R.C.M. Sonzay, 11 novembre 1913.

21 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 22 novembre 1914, 15 janvier 1915.

22 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 28 juillet 1920 et Saint-Paterne-Racan, 20 février 1921.

23 R.C.M. Beaumont-la-Ronce, 28 juillet 1920.

24 R.C.M. Saint-Pateme-Racan, 28 février 1926, 10 mars 1927.

25 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 11 décembre 1934.

26 Archambault, deuxième lettre.

27 Fabienne, Cardot, “L’électricité au quotidien”, Histoire générale de l’électricité, Association pour l’histoire de l’électricité de France, Paris, Fayard, 1991, p. 459-491.

28 Arlette, Schweitz, La grange, un outil de production remis en question. Rapport pour le Ministère de l’Urbanisme et du Logement, Conseil général d’Indre-et-Loire, Association protectrice des monuments historiques, 1986, 47 p. et 135 pl.

Table des illustrations

Titre Fig. 28 Communications, information et ouverture d’un nouvel état d’esprit : de la bicyclette au tramway
Légende La nouvelle ossature ferroviaire est entrevue comme un dispensateur de prospérité, permettant de mieux satisfaire les besoins locaux. Par sa généralisation et son extension, de nouvelles matières premières et produits sont introduits dans les contrées les plus reculées, bouleversant les manières de vivre. Ces nouveaux moyens, la bicyclette et le tramway, élargissent le territoire des connaissances, facilitant les relations entre les villages et les familles, entre les villages et la ville de Tours.
Crédits Source : A. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 29 Le marché, un lieu d’échanges
Crédits Source : A. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search