Version classiqueVersion mobile

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

S’installer, se meubler, travailler

Texte intégral

  • 1 Pierre, Reyniel, “Intérieur”, Touraine, 6, 15 mars 1913, p. 203.

Intérieur.
C’est toute la vie à décrire :
Voici la chaise pour s’asseoir
Devant la table pour écrire
Alors qu’on est tout seul, le soir.
Voici, là-bas, la grande armoire
aux nombreux petits tiroirs pour
Garder, mieux que notre mémoire,
Les vers et les lettres d’amour (...)
Un fauteuil près de la fenêtre
Pour rêver quelquefois un peu
Puis, pour l’heure où le soir pénètre
Un siège bas auprès du feu.
Vous reconnaissez mon domaine ?
Il n’est pas long à parcourir,
Mais suffit à la vie humaine,
Car voici le lit pour mourir1.

1 Le poème de Pierre Reyniel illustre la permanence de certains traits dominants de l’organisation de l’espace de vie. L’artiste crée son intérieur suivant ses propres structures d’esprit et de personnalité, il projette son rapport à la société. L’aménagement de cet espace révèle ses activités, une table pour écrire, des tiroirs pour enserrer ses vers, ses modes relationnels, un fauteuil pour rêver, lui donne une identité. Par leurs écrits, les poètes et les romanciers se construisent un univers personnalisé mais n’en va-t-il pas de même pour le reste de la population ?

L’espace du quotidien

2L’interprétation intime de la vie de famille et de l’activité professionnelle est, en quelque sorte, l’analyse de l’agriculture comme mode de vie plutôt que comme métier, en insistant sur la cohésion de la famille terrienne, l’esprit de discipline et l’aspiration à se perpétuer sur place.

3La dimension essentielle du bâti passe par le concept d’habitabilité, dépendant d’une part des dispositions et du décor de la pièce, d’autre part des images que ceux-ci véhiculent. Le surpeuplement des maisons, ne prendra fin que fort récemment dans le siècle et très relativement encore. La notion d’habitabilité peut être mesurée par une confrontation des recensements de la population avec nos propres données. Il faut attendre 1946 pour que soit introduit la question du nombre de pièces par maison et, comme le notait Lucienne Cahen, les normes du logement ont évolué suivant les recensements.

  • 2 Lucienne, Cahen, “Évolution et conditions du logement en France depuis 100 ans”, Études et conjonct (...)

4En 1946, on entend par pièce d’habitation, tout compartiment d’une maison, séparé des autres par des cloisons allant jusqu’au plafond et destiné à être régulièrement utilisé pour y dormir, y demeurer ou y prendre ses repas (salon, salle à manger ou salle commune) à l’exclusion des pièces destinées à un usage particulier (cuisine, alcôve, couloir, entrée) 2.

5Les consignes, adressées aux enquêteurs de l’INSEE, ne peuvent pas être appliquées au monde rural où la distinction entre la pièce destinée à un usage particulier et la pièce destinée à un usage diversifié n’est pas pertinente. Il faut alors rechercher une autre définition plus proche du mode de vie des campagnes. Ici, toute pièce est considérée comme habitable dès qu’elle contient un ou plusieurs des éléments mobiliers comme le lit, l’armoire et la table, qui n’ont pas de rapport direct avec un travail professionnel rémunéré. Il faut ajouter à la liste précédente, le cabinet et la cuisine, et exclure la boutique, l’atelier et l’écurie dont l’usage de pièce à vivre demeure tout à fait exceptionnel, renvoyant à moins de 1 % de l’échantillon notarial.

6En examinant les quatre diagrammes établis à vingt ans d’intervalle, on observe une rupture vers 1870. A partir de cette époque, le nombre de pièces habitables par logement est de 2 ; en 1946, il progresse, il sera de 2,6. Plus on avance dans le temps, plus la proportion de logements à pièce unique diminue (Fig. 13).

Fig. 13 Le nombre de pièces habitables

Fig. 13 Le nombre de pièces habitables

source : 266 inventaires après décès

7La salle commune, ou principale chambre à feu, est le noyau central du logement et joue un rôle tout à la fois socio-économique et symbolique, qu’il s’agit d’évaluer en analysant les différentes formes d’utilisation de l’espace domestique. Unique, cette pièce abrite l’ensemble des activités liées au déroulement de la vie de ses occupants, et c’est à partir des années 1870-1890 que le logement s’organise autour de deux pièces. La désignation de cuisine ou de chambre à feu résulte de la concertation du notaire et des témoins requérants. En examinant le contenu des pièces, on constate que la cuisine est un local destiné en priorité à la préparation des repas et qu’elle dispose souvent d’un évier, que la chambre froide se distingue de la chambre à feu par l’absence de tout élément de chauffage fixe (la cheminée), qu’enfin, le cabinet est une pièce aveugle, sans ouverture vers l’extérieur et aux dimensions réduites. En ajoutant les pièces complémentaires, comme la salle à manger et le salon, quatre catégories de logement peuvent être dégagées.

8Composé d’une pièce unique, ayant des fonctions multiples, le logement exigu représente près de 50 % entre 1850 et 1870, et moins de 10 % entre 1910 et 1930. Sa disparition progressive avantage exclusivement le logement à deux pièces qui passe d’environ 15 % à près de 70 % du patrimoine immobilier rural des années 1910-1930. Composé de deux pièces, le logement intermédiaire est fréquemment rencontré dans notre échantillon. Une certaine spécificité fonctionnelle se manifeste soit par la dissociation du local de préparation avec celui de la consommation des repas, soit par la séparation plus ou moins nette de la vie diurne et nocturne des occupants. Le logement étendu comporte une salle commune ou une cuisine, une ou plusieurs chambres. Représentant moins de 5 % de notre échantillon, le logement très étendu est construit autour d’une série de pièces dont la destination est relativement fixée comme le salon, la salle à manger ou le bureau.

9Chaque pièce d’une habitation conditionne d’une façon différente le déroulement de la vie du groupe domestique et son relevé, dans l’inventaire après décès, est une première approche de l’espace du quotidien. Le contenu de la salle commune, de la chambre et du grenier est le plus couramment prisé, les plus faibles pourcentages (moins de 10 % du total) renvoient au contenu des locaux à usage très spécialisé (buanderie, fournil, salon, serre-bois...). C’est le résultat de la combinaison des données tirées de l’inventaire après décès, et notamment de la présence d’objets destinés à un usage précis (le cuvier pour la lessive, la pelle à four pour le pain), avec les informations fournies par l’enquête ethnographique. Le vestibule et le corridor sont des lieux de passage dont la fonction est mal définie, ne constituant pas véritablement une pièce, ils indiquent une certaine complexité spatiale et une nette séparation des actes de la vie. Signe d’une certaine aisance, les trois quarts des occupants d’une maison comprenant un vestibule ou un corridor possèdent une fortune nette supérieure à 1500 francs, entre 1850 et 1930.

10La destination attribuée à une pièce varie en fonction des besoins et des choix personnels. Les contraintes de l’espace ne viennent pas de la surface habitable mais plutôt de la structure même de la pièce qui empêche des aménagements. Le percement de portes, de fenêtres et la présence d’une cheminée en occupant des pans de murs réduisent alors l’espace disponible pour disposer les meubles et les objets.

1. Du regroupement à l’éclatement de l’espace-logement

11Étudier le plan d’un logement, c’est analyser les rapports entre la vie d’une famille et le cadre qu’elle a pu se donner ou que la société lui a imposé. Lorsque le ménage s’installe dans un logement existant, sa disposition intérieure est une contrainte avec laquelle il faut composer. Mais plus ou moins vite, les habitants vont changer les dispositions, voire les reprendre complètement pour les adapter à leur mode de vie particulier. L’inventaire après décès, révélateur de la vie des anonymes, présente une sorte d’image de la vie quotidienne à un moment donné, met l’accent sur des modes de vie qui évoluent en partie par mimétisme d’un groupe social dominant et par dépréciation des pratiques d’un groupe supposé inférieur. A la fin du siècle dernier, Baudrillart décrit l’intérieur tourangeau, propre et coquet :

  • 3 Baudrillart, op. cit., 1888, t. 2, p. 148.

12Le paysan tourangeau a toujours aimé son chez soi, et ce goût n ’a fait que s’accroître et se répandre. Le petit cultivateur soigne sa maison avec une sorte de passion. Presque partout des rideaux blancs aux fenêtres bien fermées, un jardinet avec des fleurs, des meubles de noyer entretenus soigneusement, un lit, une grande armoire, une huche à pain, quelques chaises, une table et un berceau. On reçoit là l’impression d’une propreté domestique qui est, en effet, une des qualités et l’un des principaux traits des campagnes de la Touraine. On regrette seulement dans quelques localités que les deux ou trois pièces du rez-de-chaussée ne soient pas assez élevées pour être garanties de l’ humidité 3

De la salle commune à la cuisine

13La salle commune, comme pièce où se concentrent les activités culinaires mais aussi du repos et du travail, définit un espace où l’on peut déchiffrer nombre d’indices de la culture familiale et de son style de vie. Si les chambres ou pièces secondaires sont assez exiguës, c’est la grande salle qui est la pièce principale et ancestrale, le foyer et le siège de la vie quotidienne.

14La salle commune est d’une superficie moyenne de 35 à 40 m2 dont les dimensions les plus courantes sont de 6 m de profondeur, 6 à 7 m en façade. Elle est subdvisée en trois zones. La première est le lieu des communications avec l’extérieur pour le passage des personnes, de l’entrée de l’air et de la lumière par la fenêtre et la porte, de l’évier et de la réserve d’eau destinés à la consommation placés latéralement, la ou les portes donnant accès aux pièces contiguës lorsqu’il en existe. La seconde zone est celle de la convivialité, avec la cheminée et le potager, la circulation reste réduite puisque la grande table, les bancs et les sièges obstruent le passage et invitent à l’immobilité du moins pour les hommes et les visiteurs. Pour les femmes, cela reste la zone de cuisson des repas face à la cheminée ; les meubles nécessaires au rangement de la vaisselle et à la préparation et conservation des plats, le buffet et la maie. La troisième zone, la plus intime, la plus sombre et la plus chaude, sans ouverture sur la façade postérieure orientée généralement au nord, est consacrée au repos. Un ou deux lits placés le long du mur parallèles aux solives du plafond, complètent l’aménagement.

  • 4 Mono. EAR n° 37, Vouvray.
  • 5 Mono. EAR n° 33, Montlouis, La Milletière.
  • 6 Mono. EAR n° 17, Bourgueil, Restigné.
  • 7 Mono. EAR n° 33, Montlouis, La Milletière.

15En Touraine, vers 1940, les pièces peuvent être partagées en deux par des cloisons, pour augmenter le nombre de chambres, et donner à celles-ci plus d’intimité4, la partition est réalisée soit parallèlement à la façade, soit perpendiculairement. Dans le premier cas, il peut s’agir d’une simple alcôve5, ou bien la pièce est éclairée en perçant une ouverture dans la façade postérieure6. La partition perpendiculaire à la façade entraîne un bouleversement total de l’aménagement interne7. Il faut laisser d’un côté le foyer, le potager et l’évier, aménager une entrée ou réserver un couloir d’accès aux chambres. Mais jusque tard dans le siècle, les activités essentielles sont rassemblées dans une pièce unique : la toilette à l’évier, chaque jour pour la femme, moins souvent pour l’homme, préparation des repas sur la cuisinière, repas autour de la table en bois recouverte de toile cirée, sommeil dans l’alcôve séparée de la salle par un rideau. Cette pièce est le domaine propre à la femme, celui sur lequel elle règne et qu’elle agence à son gré. C’est aussi le lieu du sale, l’endroit où un certain désordre peut être toléré parce que le linge et la vaisselle s’y accumulent avant de connaître les indispensables mais longues procédures de nettoiement.

16Les expressions les plus couramment employées par le notaire, pour désigner ce lieu, sont chambre à feu, ou chambre à feu servant de cuisine et de chambre à coucher, l’informatrice la signale plutôt par le terme de cuisine. C’est en ce lieu que la famille vit, se réunit, mange, dort.

17Le notaire Léonide Archambault, dans une de ses lettres, dépeint l’intérieur de la maison rurale vers 1880. Il reprend un texte tiré d’un petit fascicule, publié à Tours en 1873, Un peu d’hygiène, s’il vous plaît par le bonhomme des champs, médecin de campagne.

  • 8 Archambault, seizième lettre.

18(...) la pièce principale de plain pied avec la cour ou la rue communique avec elle par une porte brisée, fermée par les deux parties superposées dont l’inférieure, appelée barrau, est quelquefois fermée en hiver, l’autre ouverte tout le jour en toutes saisons. Ici, la cuisine avec sa grande cheminée fumeuse, une petite croisée, à côté de la porte, demeure fermée nuit et jour, l’appui en est d’ailleurs encombré par de petits ustensiles de ménage. Dans cette pièce, il y a un ou deux grands lits avec ciel et rideaux ouverts dans l’état de vacuité, hermétiquement tirés sur les dormeurs, surtout sur les malades, privés ainsi d’air pur, accablés sous le poids des couvertures épaisses de hardes entassés pêlemêle, et ensevelis au trois quarts dans la plume. Ou bien encore, il y a deux grands lits et même un ou deux autres petits lits sans rideau, enclavés dans la ruelle et à l’occasion un berceau en-dehors. Puis on y voit la grande table longue où mange la famille et les employés, une armoire à linge, un buffet avec un dressoir à vaisselle, la mette, deux coffres à vêtements pour les deux sexes, l’un de ces coffres adossés au bord, l’autre au pied d’un des grands lits, quelques chaises, deux bancs pour la table, et dans un coin, près de la porte, avec tous ses accessoires visqueux, l’évier se déversant dehors en bavant contre la façade. (...) Au-dessus de la tête, l’espace est constellé d’objets disparates (...) sur deux perches sont suspendues les grands barons appétissants au nez comme à l’oeil, partout ailleurs sont accrochés les paniers (...), poêles à frire, poêlons, faucilles, chapeaux et souliers, bottes d’oignons et d’échalotes. La pendule alsacienne bat la mesure là-haut entre un lit et la cheminée, illustrée celle-ci par l’imagerie d’Épinal et fièrement parée d’une ou deux carnassières. (...) N’oublions pas la bibliothèque, elle est encore chez nous le moins envahissant des meubles du logis (...) établie sans aucun frais de menuiserie, sur le coin le plus obscur de la cheminée8. Pas de place perdue, il faut tirer parti au maximum de la surface bâtie. Il reste qu’il existe des coins sombres dont on fait des débarras, des resserres, sortes de réserves d’espace. L’aire de la salle commune est passablement encombrée comme le plafond.

19D’autres descriptions ont été publiées par des érudits locaux, montrant l’importance et la centralisation d’un tel espace. Au travers de la salle commune, les familles s’inscrivent dans le temps de la lignée, de la mémoire généalogique, moins en tant qu’espace social.

20Si nous pénétrons dans ces demeures campagnardes en nous reportant au temps où vivaient nos grands-pères, à l’époque des vendanges et à l’heure du repas du soir, à la tombée de la nuit, la ménagère, aidée de la fille aînée, rentrées toutes les deux de bonne heure, préparent le repas. La “javelle" flambe joyeusement dans l’âtre spacieux au travers des landiers de fer forgé et devant la plaque de fonte où la flamme lèche les armoiries de l’ancien seigneur et maître.

21L’ancêtre, vieilli et songeur des besognes passées, gît souvent dans un angle où son siège accoutumé demeure.

22Au-dessus, le fusil barre le trumeau de la cheminée, la lampe à huile ou “l’oribue” de résine pend avec sa mèche fumeuse et, sur la tablette, s’étalent les grosses vaisselles de “caillou de Tours”.

23Le lit de ménage est dans un angle, son bois sombre se détache sur l’ocre clair du rocher et s’ensevelit sous la serge verte des rideaux qui pendent du plafond. En face s’étend la “maie" qui, son grand couvercle étant soulevé, sert de pétrin pour confectionner le pain qu’on cuit tous les mois dans le four, dont la gueule s’ouvre au fond de la cheminée.

24Au milieu, la table massive s’élève entre les bancs de bois et porte la vaisselle de caillou qui a succédé aux écuelles de bois (...)

  • 9 Chauvigné, op. cit., 1908, p. 76-79.

25Dans la classe plus aisée des riches faisant-valoir, le mobilier s’agrémentait dans la chambre à coucher, d’une commode Louis XV venue d’héritage, ou un peu plus tard, d’un mobilier aux cuivres simples mais coulés dans le style du Premier Empire9.

26L’image, laissé par Maurice Bedel, est quelque peu empreinte de nostalgie.

  • 10 Maurice Bedel, La Touraine, Paris, J. de Gigord, 1930, 179 p. (Gens et pays de chez nous), p. 162.

27Il y a toujours un peu de feu dans l’âtre sous la cendre. On brûle des javelles de vigne ou des bûchettes de chêne et d’ormeau têtard. Sur la tablette de la cheminée, on a placé tantôt une chromo espagnole du Sacré Coeur, un ou deux fossiles d’oursins qu’on appelle des oignons pétrifiés, tantôt la photo jaunie d’un cuirassier en casque ou d’un fantassin en képi pompon, tantôt quelques plumets de géranium dans un vase étroit de faïence blanche décoré de motifs décorés, le tout très marqué de salissures de mouches10.

28La description commune aux “hostelleries” de l’époque reflète un manque d’espace ou plus souvent l’absence d’un besoin de séparer vie privée et vie publique.

29A l’intérieur de la maison, on entrait d’abord dans une grande salle, qui comme dans presque toutes les hostelleries de cette époque, servait de cuisine, salle à manger, buvette, et chambre à coucher des hôteliers dont l’alcôve occupait toujours un angle de ces vastes pièces.

30Cette première chambre était traversée par une poutre énorme soutenue par un gros pilier où était fixé un long clou, servant à accrocher les fouets des marchands de bestiaux.

31Au pied de ce poteau, était placée la table de famille.

32Et cette vaste et haute cheminée, au large foyer avec la vieille plaque aux armes des ducs de Montbazon, les deux grands chenets de la même époque, et le rôtissoir, aux mouvements d’horloge, avec les longues broches, et la casse, immense bassin étamé, qui recevait le jus des viandes rôtissant sur la broche.

  • 11 Berland, op. cit., t. 2, p. 24.

33A un clou, à droite de la porte, le fusil est accroché11.

34Ces différents textes, insistent sur l’importance d’un élément architectural symbole de la maison, la cheminée, qui même si elle a perdu depuis longtemps sa place au centre de la pièce, garde toute son importance domestique.

35Quant au notaire, il commence toujours un inventaire mobilier par une description détaillée de la garniture de la cheminée, du foyer à la tablette supérieure. Situé à proximité de la porte donnant dans le jardin ou la cour, l’évier peut être surmonté d’une niche dans laquelle la maîtresse de maison range tout ce qui lui est nécessaire : torchons, chiffons, ustensiles de toilette, plaçant dessous les marmites et les bassines. Au centre, à un emplacement fixé, la table ronde ou longue, parfois protégée par une toile cirée, n’est jamais encombrée de bricoles, celles-ci étant déposées sur une seconde table, de taille réduite, ou sur la cheminée et l’entablement de la fenêtre. Les vêtements de travail, des outils et quelques provisions sont suspendus aux solives, leur usage, leur apparence et leur encombrement ne permettent pas leur rangement dans un meuble. La pièce est éclairée par une fenêtre unique, constamment fermée ; le vantail supérieur de la porte est laissé ouvert pour atténuer le mauvais tirage de la cheminée et augmenter la clarté. L’essentiel de l’ameublement, dans la salle commune, comprend un ou deux lits, souvent dissimulés derrière un rideau (surtout si la maîtresse de maison n’a pas pris le temps de les faire), un buffet rempli de vaisselle, une maie pour le pain et les provisions, et une ou plusieurs armoires remplies des affaires du ménage et des papiers de famille, précieusement conservés dans un tiroir fermant à clef. Les souvenirs bien en vue, exposés aux membres de la famille et aux étrangers, souvenirs d’un événement public : adhésion à une société musicale locale, participation à un mariage, contrastent avec les souvenirs et les documents plus intimes, cachés au fond d’une armoire.

36A la fois espace de présentation et de rangement, la salle commune, dans ce qu’elle a d’essentiel dans la vie domestique, demande une analyse en soi. Les cinq monographies extraites du chantier 909 Enquête sur le Mobilier Traditionnel, ouvert dans les années quarante par le Musée national des arts et traditions populaires en donnent une image précise. Cette enquête a l’avantage d’éviter toute interprétation finalisée : uniquement descriptive, se bornant au relevé des éléments directement observables, conduite d’après des instructions normalisées, elle relève exactement les caractéristiques matérielles de la pièce jusque dans les moindres détails. Tout dans l’observation a été mis sur le même plan de signification, cette enquête a l’avantage d’être une base de comparaison permettant de mesurer l’évolution de l’aménagement de l’espace. A partir des dossiers ouverts, il est possible d’intégrer à la fois le discours des usagers et des éléments suite à notre enquête de terrain, et donc de retrouver au-delà des objets, les pratiques de l’espace habité.

37Ces rapports à l’espace, aux meubles, aux seuils et aux communications, aux pratiques qui s’y déroulent, les repas, le sommeil, l’hygiène ne peuvent pas être dissociés d’un monde où se mêlent l’histoire personnelle du groupe domestique et l’histoire de la culture traditionnelle du monde rural dans ses relations, encore ténues, avec le monde urbain.

  • 12 Mono. EMT n° 75. Saint-Christophe-sur-le-Nais, La Touche.
  • 13 Mono. EMT n° 153, Chaveignes, La Vieillerie.

38L’étude des manières d’aménager l’espace, c’est-à-dire la mise en relation des objets, est une approche de la compréhension de la vie privée. Une microanalyse de l’exploitation permet de saisir le “vécu”. Volontairement, les cinq monographies ne suivent aucun ordre préétabli, il nous a paru préférable de les présenter en partant de la forme la plus simple12 pour atteindre la forme la plus élaborée13. Chaque exemple signifie en soi une manière de vivre et celle-ci coexiste avec les autres à un moment donné, sans qu’il soit question d’une hiérarchie basée sur des critères actuels et personnels (Fig. 14).

– Monographie n° 99. Bourgueil, hameau de la Lande.

39La famille G. est propriétaire d’une petite exploitation agricole située sur la commune de Bourgueil depuis 1824. Une date, “1724”, est inscrite sur le linteau de la porte du principal bâtiment. Ce dernier, construit en pierre locale et couvert de tuiles, comprend une salle commune, flanquée d’une chambre de chaque côté.

40Centre de la vie domestique, la salle commune est équipée d’une cheminée et d’un évier ; elle commande l’accès extérieur par deux portes s’ouvrant sur le jardin et sur la cour, et l’accès aux deux chambres. La répartition des objets dans l’espace repose sur un choix raisonné de l’usager, il s’agit d’une attribution particulière à chaque mur de la pièce. Contre le mur nord, l’usager a placé les objets liés au chauffage : la cheminée, le bois à brûler et la chauffeuse ; contre le mur est, les meubles de rangement, des vêtements avec le portemanteau, des provisions avec la maie en noyer à pieds droits, de la vaisselle avec le buffet-haut Louis XVI, acheté avec la maison ; contre le mur sud, l’évier et l’accès au puits, la seule fenêtre éclairant l’ensemble de la pièce ; contre le mur ouest, les sièges alignés et la cuisinière. La table ronde détient une position centrale et est placée à égale distance des différents éléments indispensables au bon fonctionnement de la vie domestique : la cheminée, l’évier, le buffet. La plupart des meubles sont hérités de la famille de l’épouse, originaire de Continvoir, à seize kilomètres de Bourgueil. Les deux autres pièces sont des chambres à coucher meublées, l’une d’un buffet bas, d’un lit et de chaises paillées, l’autre, d’un lit, de deux armoires, d’une table et d’un fauteuil garni de tissus.

41La règle suivie dans ce logement repose sur une recherche d’espace libre, les sièges, les seuls meubles pouvant facilement être déplacés, sont rangés contre un mur, sur une recherche d’espace bien éclairé, deux sièges placés sous la fenêtre, enfin sur un aménagement raisonné et calculé.

– Monographie n° 89, Villiers-au-Bouin, hameau les Chantreaux.

42Occupée primitivement par un ménage d’ouvriers agricoles, la maison, en pierre et torchis, est composée d’une salle commune et d’une chambre. L’hypothèse d’une extension du logement, par la transformation d’une écurie en chambre à coucher, est suggérée par la forte épaisseur du mur, environ 1 m 30. Cette hypothèse est confortée par le percement d’un accès contigu à la cheminée, ce qui tend à augmenter la fragilité de la construction. La chambre est meublée d’un lit dit “Renaissance”, d’une table ronde, d’une table rectangulaire et de quatre chaises, d’une armoire Louis XV.

43L’espace de vie précédent était construit à partir d’une tentative de rangement fonctionnel et calculé, et d’une large ouverture vers le monde extérieur, attestée par la présence de deux portes et une fenêtre. Dans cet exemple, l’aménagement de l’espace de vie repose sur l’essai d’une limitation raisonnée de chaque espace, la frontière étant concrétisée par l’emploi d’une cloison, de rideaux de lit et d’une armoire. L’ensemble forme un écran visuel, il laisse aux différents membres de la famille une certaine autonomie d’action. Utilisant une surface minimale, l’évier est engagé dans le mur nord de la pièce, à proximité immédiate de l’unique accès à la cour. Juste au-dessous de la zone de lumière, la maie et le siège, qui lui sont associés, constituent sans doute un espace de travail. En face, sur la face sud, le lit à rouleau pour une personne avec des chaises alignées contre une armoire. Les deux autres façades opposées sont occupées, l’une avec la porte donnant sur la chambre, ancienne écurie, et la cheminée, l’autre, avec un lit à rouleau dans une alcôve avec des rideaux, des chaises en ligne contre la cloison de l’alcôve et une armoire Louis XV.

44Le faible nombre d’ouvertures, la présence de ces écrans créés par l’installation de deux armoires et par l’emploi d’une cloison et de rideaux, rendent cet espace de vie particulièrement clos et saturé. Ces deux caractères sont fréquemment rencontrés dans les maisons rurales de la fin du XIXe siècle. L’agrandissement du lieu d’habiter n’entraîne pas un transfert de l’espace nocturne dans la chambre puisque la salle commune demeure le lieu de la concentration des activités domestiques : manger, se chauffer, dormir.

– Monographie n° 87, Villiers-au-Bouin, les Chantreaux.

45Le couple d’une quarantaine d’années avec deux enfants d’une dizaine d’années, vit dans cette exploitation agricole. Elle appartient à la famille du mari depuis cinq générations. C’est l’exemple de l’introduction du confort et en même temps de l’usage traditionnel de dormir dans la principale pièce. La partie habitation comprend une salle commune avec un sol carrelé et des murs blanchis à la chaux et une chambre. La salle commune est équipée d’une cheminée et d’un évier, elle commande à la fois l’accès extérieur et l’entrée dans la chambre.

46Dans cet exemple, l’évier n’est pas placé dans un coin de la pièce mais reste voisin de la porte. L’association des éléments mobiliers découle du rôle dont la femme les a chargé : au nord-ouest, la huche à pain, la table de cuisine, la cuisinière à deux foyers, le placard et un siège couvrent un espace destiné plus spécialement à la préparation et à la cuisson des aliments ; au nord-est, la cheminée et la réserve de bois ; à l’est, le buffet contenant la vaisselle de table ; au sud, le lit à rouleau avec une table de nuit, et l’armoire. Ce lit est occupé par la domestique, la chambre est réservée au couple. Une table longue (210 sur 90), entourée de sept chaises, trône au milieu de la pièce, c’est peut-être le vestige d’un mobilier plus ancien. On note l’absence de la maie, substituée dans sa fonction de réserve à pain, par une huche.

– Monographie n° 75, Saint-Christophe-sur-le-Nais, ferme de la Touche.

47La propriété, venant du grand-père de Madame F., a des origines révolutionnaires. Limitée par des murs en moellons et terre, couverte d’une toiture de tuiles plates et d’ardoises, l’habitation comprend trois pièces habitables : une salle commune et deux chambres à coucher. Un ménage de vachers y logeait aussi. L’espace de travail est équipé d’un évier avec son placard, une table et une chaise, d’une cheminée associée à un poêle et une cuisinière ; une armoire à vêtements sépare les deux lits.

48Le trait remarquable de cet aménagement repose sur la position du buffet et des deux chaises qui marque la frontière ténue entre le dehors représenté par la porte et l’espace le plus intime de la maison, le lit. La table rectangulaire (160 sur 71) avec ses trois sièges, sont au centre de la pièce, face à l’entrée. De cette manière, le maître de maison, assis à l’un des bouts de la table, avait la possibilité de suivre le déroulement des opérations à l’intérieur comme à l’extérieur.

– Monographie n° 153, Chaveignes, ferme de la vieillerie.

49Dans cette exploitation agricole, réside un couple avec une fille, des domestiques et valets de ferme. Il détient cette propriété des parents et grand-parents. C’est l’exemple d’une famille de souche paysanne assez aisée possédant une ferme très importante, éloignée d’un kilomètre du bourg et dont l’ensemble des bâtiments sont disposés autour d’une cour. Le bâtiment principal de cette grosse exploitation agricole se développe sur deux niveaux : au rez-de-chaussée, la vaste salle commune est flanquée d’un atelier de bricolage, et, sans doute, d’une chambre ou d’une salle à manger ; au second niveau, plusieurs chambres. Le vestibule, prolongé par un couloir, assure la communication entre l’extérieur et les différentes pièces, tandis qu’un escalier distribue l’étage supérieur. L’examen de la pièce principale révèle une diversification fonctionnelle, supposée d’ores et déjà par la distribution interne de l’habitation.

50L’abondance du mobilier de rangement : deux buffets, deux armoires et une série de placards, l’utilisation conjointe de la cheminée, de la cuisinière et d’un fourneau à cinq foyers, l’éloignement de l’évier par rapport à l’entrée principale, ce qui allonge le parcours journalier pour la quête de l’eau, confiée vraisemblablement à une domestique, sont autant d’éléments signalant l’aisance des occupants. La table principale a toujours une position centrale et fixée, une seconde table, plus petite, et deux chaises, sont placées sous la fenêtre. L’absence d’un lit et l’abondance du mobilier de cuisine constituent les deux principaux critères de différenciation entre la salle commune et la cuisine.

51La description précise de chaque façade relève ses caractéristiques : sur la face est, de droite à gauche, la porte d’entrée donnant sur le couloir, la machine à coudre, deux armoires Louis XV, un buffet haut Louis XV ; sur la face nord, la porte donnant sur le jardin potager, une cuisinière, un “potager” avec dessus en céramique, cinq orifices carrés remplis de braises, un trépied supportant les récipients à chauffer ; sur la face ouest, deux placards muraux, une cheminée, un buffet bas Louis XIII, et la porte donnant sur l’atelier de bricolage ; sur la face sud, une petite table devant la fenêtre, la pierre à évier encastrée dans le mur au-dessus de laquelle est placé un œil de boeuf ; au centre de la pièce, une grande table rectangulaire, des fauteuils et chaises bonne femme.

Fig. 15 Cinq exemples de salle commune

Fig. 15 Cinq exemples de salle commune

1. cheminée, 2. cuisinière, 3. potager, 4. poêle, 5. coffre en bois, 6 évier, 7. placard, 8. table, 9. buffet, 10’. armoire, 11. huche, 12. pétrin, maie, 13. lit, 14. chauffeuse, 15. porte-manteau, 16. oeil de bœuf, 17. machine à coudre, 18. T.S.F.

source : Enquête sur le Mobilier rural, Indre-et-Loire

52A bien des égards, la salle commune se confond avec la pièce à “vivre”, la cuisine, quant à elle, a une vocation de lieu de travail et une fonction très précise : les travaux qui entourent les repas. De conception récente, la cuisine prend tout son sens, au début du XXe siècle, avec la disparition du lit et reste liée à l’évolution du mode de vie qui, de l’union étroite entre vie diurne et vie nocturne, se transforme en séparant nettement les différents actes du quotidien.

53La cuisine, consacrée exclusivement à la préparation et à la consommation des aliments, est relevée chez des ménages d’artisans, de commerçants ou de cultivateurs aisés, propriétaires de leur logement et possédant une fortune mobilière dépassant 1 500 à 2 000 francs. De création récente, puisque près de la moitié relève de la période s’écoulant entre 1910 et 1930, la cuisine naît, le plus souvent, d’un agrandissement de l’habitation ou d’un cloisonnement de la surface existante. Outre une cheminée et un sol carrelé facilitant le nettoyage quotidien, elle possède un accès direct avec l’extérieur réduisant d’autant le parcours pour puiser l’eau. Cette spécificité fonctionnelle devient courante avec une distribution interne plus complexe, se développant sur plusieurs niveaux.

54L’extrait d’un inventaire, dressé le 27 janvier 1920, à la requête de la veuve de Pierre G. propriétaire, cultivateur et cafetier, vivant dans le bourg du petit village de Bueil-en-Touraine, nous détaille avec précision l’intérieur d’une cuisine :

  • l’espace foyer-cuisine : la cheminée est équipée des chenets, une pelle, des pincettes, un soufflet, un gril sur la tablette, un fer à repasser, trois lampes à pétrole, deux chandeliers, une lampe à essence, un réveil matin sur le côté de la cheminée, un fourneau à pétrole, une cuisinière, deux marmites et une poêle.
  • l’espace de rangement de la vaisselle une table (avec) un lot de cuillers en étain, fourchettes enfer, cuillers à café en fer (...), une maie (avec) un lot de vaisselle courante (...), un buffet à deux corps, en guignier (avec) un moulin à café, un filtre, deux cafetières, deux salières, six tasses à café et soucoupes, deux soupières, un sucrier, vingt-quatre assiettes, trois bols et autres articles ne méritant pas description, trois cuillers à potage, douze cuillers à soupe, douze fourchettes en métal, six couteaux de table, douze verres à boire, six verres à liqueurs, une passoire, trois bols, trois coquetiers, une râpe, un entonnoir, un filtre, une cafetière, un lot de plats, casseroles, des soupières, des saladiers, des assiettes et de la vaisselle courante.
  • l’espace de la toilette : une fontaine-lavabo (...), une bassine, un broc à eau14.

55La cuisine regroupe les activités liées à l’eau, au feu, à la table et à la vaisselle, le lit et l’armoire ont disparu et sont mis dans une pièce particulière, la chambre à coucher.

56Encore rare, la souillarde constitue une sorte d’alcôve ou pièce mitoyenne ouverte sur la salle-cuisine où se range et se nettoie la vaisselle. Les seaux remplis d’eau y sont entreposés. La pierre d’évier évacue les eaux usées vers la cour, la vaisselle courante y est lavée, et les ustensiles sont mis à sécher sur les étagères disposées le long des murs. La femme peut y pratiquer les petits lavages, le matériel laitier d’usage familial y est stocké, mêlé parfois aux ustensiles d’usage professionnel de plus grandes dimensions. Lavage, rangement d’ustensiles, accomplissement des travaux ménagers ou laitiers sont les fonctions de la souillarde. Adjonction tardive, la souillarde est la première tentative d’individualisation de l’espace-cuisine. A ce stade, elle ne comporte pas encore de foyer, celui-ci requérant un espace de trop grandes dimensions pour l’installer, mais seulement l’évier, une longue étagère de pierre et des niches.

57La salle commune demeure, par excellence, le lieu conservateur des pratiques anciennes. Les exemples, qui suivent, ont été relevés il y a une dizaine d’années dans le village de Beaumont-la-Ronce pour les deux premiers, dans la ville de Tours pour le troisième.

58Dans l’unique pièce d’habitation semi-troglodytique, Germaine R. a du en quelque sorte créer une mise en scène par le groupe d’armoires dont la fonction n’est pas spécifiquement de ranger et de cacher le contenu mais bien de séparer le fond de la pièce occupée par deux grands lits, du reste ouvert vers l’extérieur. C’est la coupure entre deux mondes opposés. Tout l’espace est aménagé de façon à économiser les gestes. D’un côté de la porte, le seau à charbon est entreposé entre la cheminée et la cuisinière, de l’autre, il y a encore très peu de temps, la seille remplie d’eau et la bassine étaient posées à même le sol. Au-dessus de l’évier, l’étagère sert au rangement des torchons. L’opposition entre la zone de cuisson et la zone de préparation et de lavage des aliments est fixée par la présence d’une table. Celle-ci est recouverte d’une toile cirée et en partie encombrée d’objets (réveil, journal et tasse à café). Sur le mur latéral, le placard en bois teinté contient les provisions et la vaisselle. En 1981, elle dispose de l’eau courante, d’où la suppression de la seille en bois et l’installation d’un nouvel évier mais les habitudes ménagères restent réunies en un même lieu : toilette à évier, préparation du repas sur la cuisinière, repas autour de la table recouverte d’une toile cirée (Fig. 15).

59Restant toujours la pièce de séjour unique dans une maison à étage, la cuisine est toujours orientée autour de la cuisinière à bois, même si la cuisinière à gaz a été ajoutée pour Germaine H., restée seule à la mort de son mari. Il n’est toujours pas question d’une image rationnelle de la cuisine modèle car les éléments de cet équipement ont été visiblement achetés à des époques différentes bien qu’il y ait une organisation précise. La pièce intègre des éléments de modernité tout en conservant les éléments anciens : placard, cuisinière à bois et cheminée.

Fig. 15 Un espace troglodytique à Beaumont-la-Ronce (août 1981)

Fig. 15 Un espace troglodytique à Beaumont-la-Ronce (août 1981)

a. La structure de l’espace se fait à partir de la table. Plus l’étranger s’en approche, plus il est imprégné de l’atmosphère des lieux. En face de l’entrée, le fond de la pièce et le mobilier forment un espace caché et privé. Trois armoires créent un écran visuel, au-delà duquel sont placés les lits.
b. Après avoir monté les trois marches, l’étranger est immédiatement invité à s’asseoir sur une chaise face à la cheminée. Il bénéficie de la lumière provenant de la porte et de la fenêtre, et ne voit pas le “coin sale”.
c. L’espace est aménagé de façon à économiser les gestes. D’un côté de la porte, les réserves de bois et de charbon sont entreposées près de la cheminée et de la cuisinière. De l’autre, la seille remplie d’eau et la bassine sont posées à même le sol. Au-dessus de l’évier, l’étagère sert au rangement des torchons. L’opposition du feu et de l’eau est fixée par la présence de la table. Celle-ci est recouverte d’une toile cirée et en partie encombrée d’objets. Sur le mur latéral, le placard en bois teinté contient les provisions et la vaisselle.

60S’il est admis que la cuisine est assez grande, qu’on peut y manger en famille, qu’il n’est pas possible de voir dans la cuisine quand on entre, alors peut fonctionner l’opposition entre cuisine et vie quotidienne, et la salle à manger devient la pièce à séjourner. L’ameublement de la cuisine d’un jeune couple, ayant deux enfants, est disposé de telle sorte qu’il facilite la succession rationnelle des opérations : préparation des aliments, cuisson, service de table, enlèvement et nettoyage de la vaisselle, rangement de la vaisselle. Mais cette ré-appropriation ne signifie toujours pas spécialisation. Et encore actuellement, Emmanuel fait ses devoirs, il a beau avoir une chambre, il n’y a pas moyen de l’envoyer dans sa chambre. Il a un bureau dans sa chambre mais pas question. La cuisine est aussi pour Marie-Hélène S.G., 32 ans, la pièce de travail puisqu’institutrice, elle a disposé son meuble classeur dans cette même pièce. Le meuble classeur est occupé par moi principalement à part les papiers de Ruys, le reste par mes cahiers, mes livres tout ça. La cuisine, c’est la pièce à tout faire. On a fait un choix de ne pas la faire trop petite. On aurait pu décaler les murs et faire une plus petite cuisine et une plus grande salle à manger. Mais la cuisine, c’est là où tu es. Le soir, j’arrive, Emmanuel fait ses devoirs. Obligatoirement dans la cuisine, tu trouves tout.

61Durant la seconde moitié du XIXe siècle et surtout au début du siècle suivant, un événement majeur intervient dans la vie quotidienne : le tourangeau enlève à la salle commune son caractère polyvalent en construisant une pièce supplémentaire ou en divisant la surface existante. La généralisation d’une forme particulière du groupe domestique – la cellule conjugale – joue un rôle dans la particularisation de l’espace. La salle commune, débarrassée de ses lits clos, perd sa fonction de chambre mais n’en reste pas moins l’espace le plus valorisé et le plus essentiel. La cuisine salle commune est le lieu de vie unique, le mobilier culinaire est disposé dans toute la pièce, mêlé aux éléments de la vie sociale. Équipée d’une cheminée et d’un évier, c’est là que se déroulent et se préparent les repas. En ce lieu, sont regroupés l’équipement du foyer, la table, le buffet et la maie contenant la vaisselle et les provisions ; quant à l’armoire et au lit, ils ont disparu et sont placés dans une pièce particulière : la chambre à coucher.

La chambre et le cabinet

  • 15 Arlette, Schweitz, “De la salle commune à la chambre à coucher”, Actes du séminaire Inventaires apr (...)

62A la fin du XIXe siècle, on observe une évolution tendant à valoriser la zone privée et un besoin grandissant de délimiter les territoires, non plus par des meubles mais par des parois rigides. L’appropriation d’une seconde pièce dans la maison tourangelle est un indicateur de cette nouvelle tendance à une privatisation de l’espace, qui est à mettre en relation avec le repliement sur la cellule conjugale, avec la création de nouveaux loisirs (les sociétés de musique, les cabarets). Lentement, le territoire domestique est modifié dans sa structure et on observe une répartition nette et définitive des tâches, les zones affectées au repos ne se confondent plus avec ceux du travail, de l’entrepôt des provisions et des outils, les zones d’intimité avec les zones collectives. La séparation du lieu de repos et du lieu de rencontre traduit un besoin d’élargissement de l’espace de vie, la salle commune ne suffisant plus15.

  • 16 Mono. EAR n° 17, Bourgueil, Restigné.

63Lorsque la salle commune est située à un pignon et non pas au centre de l’habitation, cela impose la traversée de toutes les chambres pour atteindre la plus éloignée. Le cas de ces pièces en enfilade implique une certaine gêne encourue et le non-usage de la chambre en-dehors de la nuit. Le fait qu’une chambre ne dispose pas d’une porte de communication intérieure, ou qu’elle soit étroite, est l’indice d’un changement d’affectation de la pièce, ancienne écurie ou boulangerie, salle commune destinée à une autre famille16. Ne disposant pas toujours de cheminée, la chambre n’est pas chauffée mais elle jouxte la salle commune, communiquant directement avec elle, pour lui emprunter sa chaleur.

  • 17 Jacques, Fréal, L’architecture paysanne en France : la maison, Paris, Serg, 1977, 375 p., p. 30.

64La chambre, principalement utilisée par les maîtres de maison pour y dormir, peut éventuellement servir de chambre à recevoir. C’est la pièce la plus intime et la plus formelle de la maison ; elle bénéficie en priorité des améliorations du mobilier : fauteuil, table de nuit, commode. Dans les milieux les plus modestes, la chambre est meublée d’un ou de deux lits, une table ronde, de chaises, d’une armoire et de tout ce qui ne trouve pas sa place dans la pièce principale, comme la vaisselle, par exemple. Dans les milieux les plus aisés, notamment les riches commerçants, la chambre devient véritablement la pièce à coucher, la belle chambre comme l’a désignée Jacques Fréal17. Généralement, comme l’affirment les témoignages recueillis les chambres servaient pour se coucher et encore ! Quand on était petite, on avait une chambre mais on couchait dans la chambre des parents (C. et Élie C.).

65Espace de prestige, la chambre recèle tout ce qui peut évoquer le raffinement et l’élégance, comme le signale les flambeaux, la glace et son cadre doré, les vases et la pendule, disposés sur l’appui de la cheminée. Espace interdit et sacré, la chambre n’est jamais un endroit où les enfants peuvent jouer, même par temps de pluie. Posés sur la table de nuit ou fixés au-dessus du lit, un christ et un bénitier témoignent du besoin d’être secouru et protégé. Ce peut être un bénitier en porcelaine blanche ramené d’un pèlerinage, un Christ, une Vierge (Georgette G.). Sur la cheminée et sur la commode sont présentés les cadeaux de mariage, la couronne de mariée posée sur un coussin de velours rouge et protégée par un globe en verre, des photographies et des objets évoquant un voyage, un pèlerinage ou un être disparu. Cette couronne sera déposée dans le cercueil de la défunte. Ainsi en était-il pour la mère et la belle-mère de Mme R. mais les générations suivantes nées après 1900 semblent beaucoup plus réticentes à suivre cette coutume (Élie C.). Ce pouvait être aussi, sous un globe, le bonnet tourangeau de la grand-mère, originaire de Nouzilly, amidonné avec soin. Ce n’est donc pas seulement la couronne de mariée mais le souvenir d’un être cher en même temps qu’un bel ouvrage (Renée C.). Il y avait très rarement des tableaux de valeur mais plutôt de simples dessins sur un carton représentant un Président de la République, un roi d’un pays lointain, très peu d’images populaires mais des photos de famille (Renée C.).

  • 18 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 23.

66Espace de l’intimité et du silence, la chambre est meublée par un ou deux lits garnis ou non de rideaux, toujours placés dans un renfoncement. Parfois, dans un autre renfoncement, une table en bois blanc avec son broc et sa cuvette, servent à la toilette quotidienne. Espace clos où la fenêtre est rarement ouverte, elle communique directement avec la salle commune ou la cuisine, très rarement avec l’extérieur. De là, la recommandation du docteur Millet prend tout son sens il faut proscrire les fruits des chambres à coucher, éviter de faire sécher le linge18. Pôle nocturne de la vie, pièce de silence et de repos, pièce la plus investie par le souvenir et par les objets religieux, le lit où l’on repose mais qui est aussi le lieu qui voit les naissances et les morts, occupe encore rarement une position centrale. Espace marqué par la femme, elle est garnie d’une table à ouvrage ; c’est aussi un espace de détente comme le suggère encore un fauteuil et un guéridon sur lequel repose un vase ou un bibelot. C’est une pièce d’appoint pour le repas de baptême ou de mariage, réunissant la famille. Des tables y étaient installées, solennité accentuée par une cheminée ouvragée, la présence de cadeaux de mariage, des vases, des photographies d’ancêtres.

  • 19 Inv. 184, 1917.
  • 20 Inv. 82, 1859, Inv. 89, 1869, Inv. 156, 1890, Inv. 159, 1895, Inv.178, 1917, Inv. 187, 1925.
  • 21 Inv. 280, 1907.

67La chambre peut être considérée comme un élément de prestige, comme la traduction de l’élévation du niveau de vie et une façon de s’éloigner de la promiscuité constante de la salle commune. Lorsqu’il y a une seconde chambre, elle peut être soigneusement décorée, avec une cheminée équipée de sa pelle et ses pincettes, une petite pendule, une table avec dessus en marbre, un lit avec sa table de nuit et sa descente de lit, une armoire, un bas de buffet avec un service à café, des vases, bien qu’il y ait une “salle à manger”19. On y trouve un fauteuil20, du mobilier de toilette21.

  • 22 Inv. 184, 1917.

68Dans les maisons bourgeoises, se développent sur un étage, des chambres de réserve, attendant la venue d’un membre de la famille, d’un ami. C’est bien la vie sur deux niveaux, avec l’installation des chambres à coucher au premier étage qui permettent peut-être d’oublier les origines terriennes. Il y a donc augmentation du volume, alors que l’on constate une diminution sensible de la taille de la famille. C’est l’opposition bas/haut déjà décrite. Si l’on entre encore de plain pied au rez-de-chaussée, le premier étage devient le lieu de l’intimité, où l’on ne monte que pour dormir, où l’étranger n’est pas invité. La distance entre parents et enfants augmente. C’est le renforcement de la pudeur, l’élévation du seuil de gêne qui contraint les gens à rééquilibrer les distances affectives. Pour suivre la mode de la ville et imiter le raffinement bourgeois, le ménage leur porte autant de soin : une cheminée garnie d’une pelle et des pincettes, une pendule, une table recouverte de marbre22. Elle peut parfois être la plus belle chambre avec un lit de coin, une table ronde, une armoire à glace et des chaises, un tapis de table (H.).

  • 23 Inv. 155, 1890.

69Dans une vaste maison bourgeoise à Vouvray, la première chambre du premier étage est occupée d’un lit de fer garni, d’une commode en noyer avec dessus marbre, une armoire, une glace. La seconde chambre est meublée par un lit garni avec une table de nuit, une commode en acajou, une table en bois blanc, un nécessaire à toilette avec une table, une cuvette et un pot, une table à ouvrage, une pendule, deux tabourets, huit chaises avec des gravures encadrées23 .

  • 24 Archambault, seizième lettre.

70Pour le notaire Archambault, le cabinet est une chambre plus petite, peu ou point éclairée, (...) jamais chauffée, et elle est loin d’exister toujours. Invariablement humide et froide, elle sert à fourrer ce qui ne peut absolument pas tenir dans la première. C’est un magasin aux légumes, aux fruits, aux vêtements et au linge sale. La balayeuse y respecte les araignées et les moisissures. C’est le rez-de-chaussée des rats du grenier 24.

  • 25 Inv. 285, 1917.
  • 26 Inv. 15. 1852.
  • 27 Inv. 164, 1899.
  • 28 Inv. 14, 1852, Inv. 172, 1902, Inv. 273, 1897, Inv. 289, 1927.
  • 29 Inv. 20, 1858, Inv. 38, 1874, Inv. 115, 1876.
  • 30 Inv. 227, 1895.
  • 31 Inv. 197, 1908.
  • 32 Inv. 159, 1895.

71Les critères qui permettent de distinguer la chambre du cabinet, sont les dimensions réduites de la pièce, l’absence de baie et la nature du mobilier. Il constitue un espace à destination multiple et imprécise : un débarras pour cette couturière de Monthodon qui y entasse une bicyclette, un tiroire, un garde-manger, une planche à repasser et sa couverture25 ; une arrière-cuisine, peut-être l’ancêtre de la souillarde, avec une vieille huche contenant de la vaisselle, une poêle à frire, des outils, deux futailles, un baquet et deux seilles26 ; un local de travail pour un instituteur à Vouvray avec une bibliothèque en chêne avec un lot de volumes, une table et cinq chaises, un équipement du foyer, un fourneau en fonte, deux petits fourneaux à pétrole et de menus objets, poêle, cocotte, pot à bouillon27 ; une chambre occupée par un(e) domestique qui l’a meublée d’un lit de fer et sa garniture, des chaises et des tabourets, d’une armoire28 ; un dépôt de marchandises et d’outils29. A l’étage, il change de fonction et devient le lieu de la toilette avec une table en bois blanc sur laquelle le ménage a posé une cuvette et un pot à eau, au-dessus un placard rempli de linges et une glace (inf. 11) ; le lieu où dorment les jeunes enfants30. Avec un lit et une armoire, la pièce sans chauffage est agréablement agencée avec huit chaises en guignier, une table ronde aux pieds tournés, des rideaux aux fenêtres, un guéridon, un cadre31 ou encore deux tables et deux armoires avec un lit garni et une bibliothèque et son lot de livres32.

La salle à manger et le salon

72Dans les maisons les plus riches, l’espace s’est déjà dilaté, démultiplié et des lieux d’accueil, la salle à manger et le salon, expriment cette volonté d’ouverture et ce renouveau de la tradition d’hospitalité. Ils témoignent, selon les ménages, de la bienséance et de la sociabilité, de la parade et de la magnificence, de la commodité et de l’intimité familiale.

  • 33 Inv. 221, 1920.
  • 34 Inv. 238, 1925.
  • 35 Inv. 280, 1907.

73En communication directe avec le salon et en rapport facile avec la cuisine, la salle à manger est une pièce utilisée au moment des repas exceptionnels. Espace de prestige, démontrant l’aisance des propriétaires, la cheminée, bien que rarement utilisée, est garnie d’une paire de chenets, de la pelle et des pincettes, avec au-dessus, une glace, une pendule et des flambeaux. Si la composition du foyer ressemble à ce qui a pu être signalé pour la chambre, la salle à manger en diffère par l’absence du lit et la présence d’une grande table aux pieds tournés posée sur un tapis, d’un buffet, où une épicière, secrétaire de mairie, a rangé un service à café et un service à liqueurs33. Cette table de milieu est éclairée par une lampe à suspension. Une table à ouvrage, un fauteuil et un guéridon avec un phonographe et un lot de disques donnent à la salle à manger une seconde fonction : celle de détente34. Chez les cafetiers, elle est employée pour les grands banquets avec deux grandes tables rondes, deux tables rectangulaires, douze chaises à grand dossier foncées de paille, une lampe en cuivre, à suspension et son globe35. Cette salle à manger dite bourgeoise, rarement utilisée en-dehors des réceptions, ne modifie pas la localisation des activités quotidiennes. La salle à manger, outre sa dimension de représentation sociale, se voit investie de fonctions diverses, sanctuaire de la famille, lieu des grandes occasions, des repas de fête ou de famille, le coin bureau peut s’y introduire ainsi que l’activité de détente.

  • 36 Inv. 88. 1869.

74L’inventaire de la salle à manger d’un tanneur installé à Saint-Christophe-sur-le-Nais présente toutes les caractéristiques évoquées précédemment. Outre l’équipement de la cheminée, on y relève une pendule, deux chandeliers argentés, une lampe, une glace, avec une table ronde en noyer recouverte d’un tapis en toile cirée avec huit chaises en noyer foncées en paille, une table à ouvrage, un buffet en bois blanc contenant douze verres à boire, douze verres à champagne, soixante assiettes en porcelaine, une soupière, un beurrier, une grande soupière, deux sucriers, douze tasses à café, un huilier, une cafetière, un réchaud, six plats, une carafe, un pot à eau, un panier à verres36.

75Aujourd’hui, les caractéristiques sont les mêmes. La salle à manger bien dissociée du salon d’apparat a une fonction de représentation chez un des notables dont le statut social auprès de la hiérarchie locale est reconnue. Il est vrai qu’il faut recevoir pour que le besoin s’en fasse ressentir. Le couple B. a marqué les espaces. La salle à manger, accessible du vestibule, est équipée d’une belle cheminée en marbre, et meublée en ancien, provenant pour la plupart d’héritages : la table ronde au milieu de la pièce posée sur un tapis. Dans un coin en évidence puisque dans l’axe de la porte, un homme debout, petite armoire en pointes de diamant, contient la vaisselle. Les chaises à dossier en cuir sont alignées le long du mur, signalant la faible fréquence des lieux. Toujours dans le petit village de Beaumont-la-Ronce, pour Solange N., il s’agit d’une “salle à manger d’apparat”, assez austère et glacée, c’est une pièce que l’on montre mais qui est rarement utilisée. Le buffet Henri II et les chaises autour de la grande table sont restés au même emplacement depuis le décès de l’ancien propriétaire donateur de la maison, vers 1960. Ils ont fait refaire les revêtements muraux par un des gendres, il y a quelques années. En revanche, une femme seule, vivant en permanence chez elle, recevant épisodiquement sa famille a d’autres modalités d’installation qu’un couple voisinant fréquemment. Mme P., âgée de soixante-dix ans, a acheté sa première salle à manger au moment de son installation en 1980 à Tours, celle-ci est meublée d’un long buffet, d’une grande table et d’une douzaine de chaises en skaï rouge, d’un petit canapé sur le côté et de quelques plantes. Cette pièce est chauffée uniquement lorsque les enfants viennent la voir, elle y entasse le linge à repasser mais continue de vivre dans la cuisine où se trouvent la télévision et son fauteuil.

  • 37 Arlette, Schweitz, (collab.), Etre bien dans ses meubles : une enquête sur les normes et les pratiq (...)

76Comme l’explique une de ses filles, Marie-Hélène S.G. 32 ans : mes parents ne sont pas habitués à la salle à manger. Elle sert quand mes soeurs viennent manger, quand elle reçoit quelqu’un (j’ai été reçu dans la cuisine). Elle s’habitue à se mettre dans la salle à manger pour prendre le thé. Ce n’est pas naturel. La télévision est dans la cuisine et, de ce fait, elle ne vit pas dans la salle à manger. La salle à manger est restée un luxe, elle y va le dimanche si elle a de la visite. Moi, j’ai dit la télévision, c’est dans la salle à manger, je n’en veux pas dans la cuisine 37.

  • 38 Inv. 88, 1869.
  • 39 Inv. 89, 1869.

77Le salon introduit au sein même de la maison, le partage entre la sphère privée et la sphère publique. Salon d’apparat, il devient un indicateur du statut social acquis dans la hiérarchie sociale locale, la cheminée du salon devient un élément caractéristique qu’il ne faut pas confondre avec l’âtre paysan de la cuisine-salle commune. Elle peut être réservée aux grandes occasions de la vie familiale ou sociale, elle n’est plus cette “pièce inutile et sans âme”. C’est le lieu le plus noble de la maison, l’endroit que l’on montre qui ne sert que dans des occasions exceptionnelles pour les repas de fête ou pour accueillir l’hôte de passage, à qui il est souhaité faire honneur ou avec qui le maître de maison désire s’entretenir en particulier. Pièce de création récente, pièce de prestige, pour lequel est utilisé un ensemble mobilier spécial, constitué le plus souvent en table, chaises, vaisselier. C’est un choix de riches étoffes, velours, reps, c’est la présence d’un mobilier raffiné en bois précieux, palissandre, acajou, des objets d’art, vases en porcelaine avec un bouquet en fausses fleurs recouvert d’un globe en verre38. Pièce à vocation communautaire, les sièges, chaises et fauteuils, marquent ce désir de détente et de récréation, entretenu par l’installation d’un piano ou d’une table de jeu39.

  • 40 Inv. 81.1859.

78Le salon contient entre autres, un garde-cendres en fer, une glace à cadre doré, deux flambeaux en cuivre argenté, une table ronde en chêne, une vieille table de jeu, six chaises en noyer foncées de paille, deux fauteuils garnis en peluche rouge, un coussin rempli de plumes de poule, un tableau en tapisserie. Dans un placard incrusté dans le mur, des draps, serviettes et nappes, dans le second, des assiettes, des plats plats et creux, une soupière et un saladier, dans le troisième ouvrant dans la cuisine, un étouffoir en tôle, des pots à bouillon, un dessus de table en toile cirée, des cuillers et fourchettes, douze verres et le panier à verres40.

79Le salon est un espace qui protège l’intimité. Le mobilier du mur du fond, à l’opposé de la porte, offre la meilleure impression au visiteur dès son entrée. Dans ces lieux, toute une mise en scène est mise en jeu par l’ensemble du mobilier. Entre les deux guerres, le salon s’impose comme signe d’aisance mais la confusion du vocabulaire, salle à manger-salon, traduit bien l’ambivalence des fonctions. Aujourd’hui, il accueille des meubles de famille ou achetés chez les antiquaires, l’argenterie rangée dans une des vitrines, les objets en cuivre et les tapisseries suspendues aux murs, le parquet y est ciré. Dans une autre maison, c’est la pièce d’apparat qui ne sert pas, le rouet y est ciré et exposé, objet désormais vidé d’usage et de sens.

  • 41 Inv. 238, 1925.
  • 42 Inv. 228, 1905. Inv. 231, 1905.
  • 43 Inv.79, 1859, Inv. 113, 1867, Inv. 147, 1886.
  • 44 Inv. 129, 1854, Inv. 155, 1890.

80Sans que l’on puisse considérer le corridor ou le vestibule comme une pièce à part entière, ils ont pour fonction de marquer la séparation entre les différents espaces et appartiennent à la distribution interne des maisons bourgeoises à plusieurs niveaux. C’est la pièce où le visiteur accède en premier, souvent il s’agit d’un simple couloir donnant sur la salle à manger et le salon, voire sur l’escalier, c’est-à-dire une pièce ayant surtout un rôle de protection vis-à-vis d’un espace extérieur porteur d’inconnu, de craintes, de dangers, vis-à-vis du “regard” extérieur du contrôle social sur la vie familiale. Présente dans les intérieurs bourgeois, l’entrée est le signe de la revendication d’une appartenance de classe mais c’est également un espace libre qui sert indifféremment de lieu de travail avec un bureau, une chaise, des casiers pour les livres41, de point d’eau avec la seille et son godet, la bassine en zinc42, de débarras, un fourneau, des seaux et des bassines, des cuillers à pot, un entonnoir, des bouteilles, des marmites43. Y sont aménagés des placards pour ranger les draps en toile, les serviettes, les torchons, les tabliers, les nappes et les taies d’oreillers44. Elle est aussi une barrière contre le froid.

81Dans la bourgeoisie rurale, l’usage de la salle à manger s’établit et sert de salle de réception. Quand le couple est fortuné et qu’il a de la place, on trouve le salon, les chambres à coucher se multiplient, l’intimité individuelle est garantie par la création de couloirs. Ce partage de la maison, cette spécificité des fonctions des pièces, a pour conséquence une certaine stabilisation de l’espace. Même si les pièces ne comportent pas toujours des éléments dont les attributions sont précises, psychologiquement l’espace est distribué et fixé. Zone neutre entre le privé et l’extérieur, la nécessité d’une entrée ou d’un couloir est d’autant plus fortement ressentie que l’extérieur est vécu négativement comme agression et contrainte, avec un désir de séparation à caractère symbolique.

Les locaux périphériques et leurs usages domestiques

  • 45 Archambault, seizième lettre.

82Jusqu’à une époque récente, l’aménagement des bâtiments d’exploitation a été la principale préoccupation des paysans tourangeaux. La mère de Germaine R. répétait sans cesse : Bon sang ! Les vaches sont mieux logées que nous ! et ce choix paraissait justifié puisque la maison, on y rentrait pour manger (...) dans les chambres, on y allait uniquement pour coucher. Le notaire Archambault avait déjà noté, vers 1880-1890, une amélioration dans l’aménagement de la maison, il remarquait néanmoins la petitesse, l’obscurité et la saleté des maisons paysannes du pays lochois45.

  • 46 Émile et Camille, Guillot, L’hygiène dans la construction et l’habitation : la maison salubre, Pari (...)

83Certains travaux domestiques comme faire le pain, fabriquer le beurre et le fromage, faire la lessive, pour la plupart spécifiquement féminins, ou à participation masculine, ont besoin d’un emplacement particulier : le fournil, la buanderie et la laiterie. L’aménagement de locaux à usage spécialisé libère la salle commune mais ces constructions, si elles existent, sont de faibles dimensions et viennent se greffer en appentis ou en pignon de l’habitation et des dépendances à dominante économique. Fréquemment, le pain est acheté par les enfants au retour de l’école, la lessive faite dans la cour, non loin du principal foyer, le beurre et le fromage fabriqués dans la cuisine ou la salle commune. Les espaces, privilégiés et spécifiques d’une fonction, indispensables à la bonne marche d’une exploitation, comme le signalent les différents traités d’hygiène, sont rares et le faible nombre recensé dans notre échantillon, le confirme46.

  • 47 Inv. 179, 1917.
  • 48 Inv. 224, 1895.
  • 49 Inv. 179, 1917.
  • 50 Inv. 156, 1890.

84La buanderie contient tout ce qui est nécessaire à la lessive et au savonnage. Assez rare, elle est mentionnée dans les inventaires datant de l’extrême fin du XIXe siècle, chez les exploitants agricoles et les artisans. En visitant la buanderie, le notaire répertorie les ustensiles nécessaires à la lessive, mais aussi la récolte d’un cultivateur47, ou un lit à sangle avec sa garniture et une table ronde48, ou bien encore une table, un établi, une bascule49. Assimilée à un second espace domestique, la buanderie est un local pour la lessive, un atelier de bricolage et une réserve des aliments consommés par le bétail. C’est le lieu de l’eau incontestablement, avec une baignoire, une lessiveuse, un cuvier, deux seaux en fer blanc, deux arrosoirs, un petit cuvier, un grand seau en fer blanc, mais aussi, un petit fourneau en fonte et un autre petit fourneau et ses tuyaux, deux échelles, une brouette, un lot d’outils de jardinage, chez un propriétaire habitant Vouvray en 189050.

  • 51 Ét. 1, 1859, Ét. 2, 1876.
  • 52 Inv. 103, 1855.
  • 53 Inv. 8, 1852.
  • 54 Inv. 190, 1884.
  • 55 Inv. 74, 1853.

85Le fournil ou boulangerie, local où se fabrique le pain domestique, sert à la fois de buanderie et de cuisine pour les animaux. Éclairé par des baies s’ouvrant sur la cour ou le chemin, il est équipé d’un évier et d’une cheminée dans laquelle est placé le four51. La fabrication du pain étant devenu, vers 1850, l’affaire des professionnels, même dans les plus petits villages tels que Bueil-en-Touraine ou Saint-Aubin-le-Dépeint, le fournil devient un local à tout faire, subsistant dans les hameaux les plus reculés et les exploitations agricoles les moins touchées par le progrès. Le fournil ou la boulangerie sert à la cuisson du pain et des pâtisseries, à sécher les fruits. Il offre une multitude de possibilités : le cultivateur y loge ses chèvres et ses vaches52, un autre y installe un lit garni, occupé par son frère aidant à la marche de l’exploitation53. Adossé à la salle commune mais sans communication directe, le fournil devient un local de rangement pour l’équipement de cuisine trop encombrant, dans une armoire, le notaire a répertorié des pots, des bouteilles, un moulin à café, un moulin à farine, une baratte, une marmite54. Plus on s’éloigne du centre de la maison, plus le contenu du fournil se modifie et celui-ci devient une réserve d’outils et d’ustensiles de laiterie accrochés parfois à la porte, dix-sept pots à lait, deux couloirs en fer blanc55.

  • 56 Inv. 225, 1895.
  • 57 Inv. 28, 1860.
  • 58 Inv. 151, 1880.
  • 59 Inv. 74, 1853.

86Dans une boulangerie professionnelle, installée à Saint-Christophe-sur-le-Nais, il y a un pétrin, une boîte à pain, un étouffoir, un lot de pelles de four et des paillons, et autres ustensiles estimés à cent francs (un lit garni a une valeur de quatre-vingt francs)56. Chez un aubergiste aux Hermites en 1860, tout le matériel nécessaire est inventorié avec un moulin à passer farine, une bascule en bois ferré, un pétrin et son couvercle en chêne, une pelle en chêne, deux étouffoirs en tôle, une chaudière et son couvercle en cuivre, deux rouables, une petite pelle de fer, un bouchoir de four à bascule monté et garni de la chaîne, un double décalitre en bois, quarante-deux paillons longs et ronds, deux corbeilles, deux plateaux ronds en tôle à pain béni, un bassin en cuivre et une claie en clisse en bois, deux tables en bois blanc, une paire de balance en cuivre, un balancier et une série de poids57. A la différence des deux exemples précédents, la boulangerie n’a plus de fonction précise, le ménage possède encore deux pelles de four avec un lot d’outils à usage de vigneron, pour la lessive, le cuvier et la selle, le baquet avec d’autres objets qui n’ont plus leur place dans la principale pièce, un lot de poteries, des chenets, une chaise58 ; ou encore, au bout de la ferme, deux maies en chêne, trois chaises, des paniers, une faux et son battement, un fléau et à la porte, dix-sept pots à lait et deux couloirs en fer blanc59. La fabrication du pain disparaît, mais on continue à préparer le beurre et à sécher les fruits comme des prunes.

  • 60 Inv. 172, 1902.
  • 61 Inv. 13, 1852.
  • 62 Inv. 52, 1876.
  • 63 Inv. 286, 1917.
  • 64 Inv. 278, 1907.

87La laiterie, local où est déposé le lait immédiatement après qu’il soit tiré et où il est conservé jusqu’à son emploi ou jusqu’à sa transformation partielle en beurre ou en fromage, est généralement située non loin de la cuisine dont elle constitue une sorte de prolongement, mais elle peut être aussi installée près de l’étable. Exigeant la plus rigoureuse propreté, son sol est carrelé et ses murs recouverts d’un enduit facilitant son entretien. C’est seulement dans la région d’élevage de Château-Renault que la laiterie joue pleinement son rôle dans le fonctionnement économique de l’exploitation. Les exploitations possèdent un nombre de têtes de bétail recensé par le notaire : sept vaches, deux taureaux, trois chèvres60 ; quatre vaches, trois génisses, un veau, un taureau, une chèvre61. L’équipement d’une laiterie comprend des éléments de rangement les plus courants : la maie, le coffre, la laitrie renferment les pots en grès, les jattes, les faisselles en terre ou en fer blanc, la baratte, les seaux à traire ou trayoir. Souvent, il n’y a pas de pièce spécifique, après avoir traversé un cabinet servant de chambre (occupé par une armoire et un lit garni), on entre dans le cabinet servant de laiterie, occupé par des paillons, une futaille, un chaudron pour la vaisselle mais aussi une pote à crème et trente-sept pots de grès62. Plus spécialisée, la laiterie d’un cultivateur des Hermites contient une écrémeuse, un vieux buffet, un baquet, douze pots à lait, une crémière, trois pots à crème, deux tinettes en grès, un petit billot, un paîtrait et un panier à beurre63. Il peut s’agir aussi d’un cellier servant de laiterie avec des marmites et chaudrons, deux crémières, un grand plat, onze faisselles en grès, deux crémières en fer blanc avec sa table, cinq pots en grès et une tinette à crème, une baratte avec volant en fonte, son billot mais aussi deux cents cinquante litres de cidre et deux fûts, un pot à bouillon, un plat à rôti et des fûts vides64.

L’espace de stockage

88Nés de la peur de manquer, d’un besoin de se constituer des réserves et de la désapprobation collective à tout ce qui peut ressembler à un gâchis, à une destruction gratuite, le grenier, la cave et le cellier sont des locaux où le ménage, à tour de rôle, travaille plus ou moins longtemps.

89Le grenier est caractérisé par sa chaleur et sa sécheresse qui favorisent le stockage des denrées domestiques et la conservation des objets craignant l’humidité. Cet espace sous les combles est un territoire privé et personnel, rarement fréquenté par des étrangers, souvent accessible par une échelle, rangée sous le hangar ou dans l’écurie. Il est en totale opposition avec la cave de plain pied, fraîche et humide, qui peut devenir le lieu de réjouissance, en certaines circonstances : les vendanges notamment.

  • 65 Suzanne, Tardieu, op. cit., 1972, III, p. 273.

90Dans son étude dans l’Aubrac, Suzanne Tardieu décrit le grenier comme un lieu d’entrepôt : y prennent place les objets, les meubles qui entrent en désaffection, et dont on ne serait se résoudre à se défaire (...) une réserve, un lieu dans lequel sèchent les fruits, les légumes65.

  • 66 Inv. 194, 1895.
  • 67 Inv. 95, 1877.
  • 68 Inv. 104, 1856.
  • 69 Inv. 54. 1871.
  • 70 Inv. 93, 1877, Inv. 148, 1886, Inv. 218, 1910.
  • 71 Inv. 249, 1920.

91Désaffection, le terme est approprié car le grenier regorge d’objets qui peuvent encore servir, sans toutefois être en usage : une vieille maie, une vieille futaille, un berceau et sa ballière, une vieille porte de bahut, une boîte et sa guitare. Autant d’objets, autant de qualités dont est doté le grenier, celle de l’oubli si bien exprimée par Gaston Bachelard. Ces objets sont abandonnés temporairement, jamais définitivement, et le contenu du grenier d’un tonnelier en est une preuve avec une couchette, au cas où un membre de la parenté viendrait s’installer à l’improviste, un petit cuvier pour le lavage hebdomadaire, un rouet à filer, témoin d’une activité presque totalement disparue. Trois objets, trois époques : l’événementiel, le périodique et le passé. Réserve d’objets, le grenier est aussi un lieu de conservation des provisions : noix, fruits cuits ou séchés, vinaigre contenu dans des pots en grès66. Il sert à la fois de réserves pour les grains et le fourrage, destinés à la vente ou à la consommation du bétail et de la volaille, entassées à même le sol planchéié ou carrelé, ou rangées dans des poches ou des sacs en grosse toile. On y entrepose aussi les matériaux utiles à l’artisan, comme les bois de chêne, de sapin et de peuplier d’un charron67, les tuiles d’un couvreur68, les planches de guignier d’un charpentier69 ou bien les tables et les tréteaux pour les grands banquets des cafetiers et hôteliers70. Le grenier est un local d’attente avant la grande lessive semestrielle, la maîtresse de maison va y étendre son linge essangé sur des cordes ou des tréteaux. Garde-meuble et réserve, c’est aussi le lieu où peuvent dormir les domestiques dès qu’une cohabitation est mal supportée71. Le témoignage d’une femme de Nouzilly conforte cette définition des livres dans un placard, quelques vieilles ferrures, malles en osier ou en bois, un tas d’orge et d’avoine, des paquets de ficelle, de l’ail, de l’oignon, un fût à vinaigre, des poires séchées, des prunes. Suffisant pour préserver les provisions domestiques, le grenier peut être complété par un ou plusieurs locaux lorsque la grandeur de l’exploitation l’exige.

  • 72 Inv. 14, 1895, Inv. 199, 1908.
  • 73 Inv. 151, 1880.
  • 74 Inv. 88, 1869.
  • 75 Inv. 271, 1897.

92Lieu de réserve et de conservation du vin et des provisions, nécessitant une température ambiante constante et assez basse, la cave creusée dans le rocher et le cellier construit de plain-pied sont pourvus de compartiments destinés à recevoir les bouteilles pleines, de chantiers pour recevoir les barriques. Il n’y a pas de bâtiment réservé au pressoir sauf à Sonzay, commune à dominante agricole72. Quels que soient les pays et leur vocation agricole, les locaux de fabrication et de conservation sont confondus et la présence d’un pressoir n’empêche pas de loger les fûts remplis du vin de la dernière récolte, les outils, les ustensiles de lessive et tous les aliments à conserver. Il est difficile de distinguer le vin destiné à la consommation domestique de celui faisant l’objet d’une commercialisation, les quantités s’échelonnent entre quelques litres, conservés dans des bouteilles en verre noir, et plusieurs centaines de litres enfûtés. Chez les plus fortunés, les réserves de vin sont importantes, un fût et cent vingt litres de vin rouge73 ou encore quatre cents bouteilles de vin blanc bouché du pays et deux cents bouteilles de vin rouge de pays, avec pour la prochaine livraison, huit fûts vides et trois cents bouteilles74. Les milieux concernés par une consommation quasi journalière sont de gros vignerons, quelques artisans et des cafetiers. La situation se modifie vers 1890 et des petits cultivateurs peu fortunés entreposent dans leur cave, des quantités plus importantes de vin enfûté, bien moins en bouteilles : cent vingt-cinq litres de vin rouge avec cinq futailles et trente bouteilles en verre75. Ce vin est une gâterie des dimanches et des jours de fête ; la boisson et la bouete, voire même l’eau, restant les boissons les plus consommées.

  • 76 Inv. 25, 1860, Inv. 76, 1853, Inv. 82, 1859, Inv. 229, 1905.
  • 77 Inv. 285, 1917.
  • 78 Inv. 44, 1874.

93Dans ce local, la femme va tous les jours prendre un morceau de porc, un pot de rillettes, les restes du repas de la veille laissés dans un garde-manger. Lorsque cette cave est aménagée sous l’habitation, sa fonction est exclusivement celle de la conservation du vin mis en fûts et posés sur des chantiers76. Le cellier a sensiblement les mêmes attributions et bien qu’il ne paraisse pas un local idéal, de part sa structure et l’absence de cheminée, il est tout au moins un entrepôt des ustensiles de lessive : un tréteau, une bassine, une chaudière en fonte, un charrier, une boite à laver77. L’inventaire de la cave d’un cafetier donne une idée précise des boissons consommées à la fin du XIXe siècle : Deux litres de vermouth, deux litres d’absinthe, deux litres de cognac, un litre de sirop de groseille et un litre de curaçao, quatre-vingt huit bouteilles de vin blanc, un fût avec cent vingt-cinq litres de vin rouge de la dernière récolte, deux autres fûts avec quinze litres de vin blanc, un petit fût avec six hectolitres de rhum, deux fûts vides78

  • 79 Inv. 91, 1872.
  • 80 Inv. 81, 1859.
  • 81 Inv. 152, 1880.

94La cour est un espace de circulation entre les annexes et l’habitation, de transition entre l’économique et le domestique. Elle est encombrée d’une série d’objets hétéroclites, attendant d’être utilisés : le matériel de lessive (la selle, le cuvier, les tréteaux), les vieux meubles (un buffet, un bahut), les instruments tractés et les voitures (une brouette, une charrette, un tombereau), si la remise n’est pas suffisante, l’échelle d’accès au grenier, le bois de chauffage. La cour d’une exploitation à Saint-Christophe-sur-le-Nais est encombrée d’un cuvier, deux fûts de quart, l’un rempli de vin et l’autre vide, vingt-cinq bouteilles de vin blanc, onze bouteilles vides, quatre coins de fer, un moulin à farine, des outils – une scie, un râteau, une cognée, une pioche –, un lit d’écurie, un lot de bois, une pelle, quatre poelles, cinquante carreaux, des fagots, un râteau, un maillet, dix-huit planches de guignier et de chêne, un cheval et une mangeoire79. Des points d’eau sont aménagés à l’extérieur de la maison, dans un placard avec deux marmites, et leurs couvercles, deux poêles, des outils, une bouteille en terre, une cruche en terre, un seau et son godet, un arrosoir80. Dans la cour d’un café à Vouvray, le consommateur peut jouer au jeu de palets, au jeu de tonneau et ses palets, se reposer sur un banc de jardin, un petit banc en bois peint avec une vieille table ou un des neuf tabourets. La cour conserve sa fonction de réserve avec un cuvier, un baquet à trois pieds, une selle, une vieille table et ses deux tréteaux, un petit lot de charbon de bois et de charbon de terre dans deux caisses, un véhicule à bras et une brouette81.

95La cour, c’est aussi le lieu de dépôt des ordures, les WC de la collectivité et le notaire Léonide Archambault nous en livre une description pittoresque :

  • 82 Archamb ault, seizième lettre.

96La cour. Au milieu de l’habitation et des servitudes sont les fumiers à ciel ouvert. A l’entrée se trouve la fosse, l’abreuvoir alimenté par les eaux pluviales. La pente de l’enceinte se dirige vers ce réservoir dont l’eau est ainsi entretenue sale et fétide par le purin qui s’y perd en partie. Autant que l’exploitation peut fournir de chanvre, d’ajonc et de bruyère, tout l’espace laissé libre pour l’amas d’engrais, revêtu d’une forte couche de ces matières que l’on étale jusque sur les chemins aboutissant à la ferme. Le piétinement des bestiaux et des gens, les tassent et les broient. Les pluies les imprègnent et les pourrissent. Leur absence laisse voir le sol qu’ils recouvrent inégalement (...) Bien avant qu’on se décide à les enlever, elle forme une couche bourbeuse et infecte. Toutefois, c’est sur le sol même de l’habitation que le pourrissage a sa plus grande intensité. Les matières (...) sont d’abord pour les parties solides, les balayures de la maison, les épluchures et les déchets de légumes, les liquides imprévues outre les eaux pluviales, les eaux ménagères fourmes par l’évier non moins abondantes, jetées directement par leur porte. (...) Dès que la première digestion du frugal souper jointe aux fatigues de la journée appesantit les paupières, avant de monter au lit, chacun apporte à son tour, son dernier trait au petit fumier que j’appelle le paillasson du sol en l’arrosant d’une manière intime et personnelle (...) et dès l’aurore recommence le même défilé, la bannière au vent82.

97La cour n’est pas l’extérieur, elle reste un endroit relativement clos où se retrouvent les activités qui se déroulent dans la salle commune, le feu avec le bûcher, ou l’eau avec le puits. Vis-à-vis de la cour, la maison ne se défend pas pareillement, un rideau voile la fenêtre qui donne sur la route, celle sur la cour n’en porte pas.

  • 83 Ét. 4, 1854.

98L’état d’une cour au devant des bâtiments peut être jugé par le notaire comme satisfaisant en nivellement, bornée par un rang de six tilleuls âgés de six ans, clos du côté de la route par un mur d’un mètre trente-cinq de hauteur dans lequel est percé un portail composé de deux piliers en pierre de taille, d’une porte à deux vantaux en chêne dont les panneaux inférieurs sont en bois blanc et la partie supérieure à claire-voie. Le tout est peint à l’huile et chaque pilier est garanti à l’extérieur par une borne en pierre de pays83.

L’espace de production économique

99La liaison étroite entre le mode de production et le mode d’habiter demeure tout au long du siècle dernier et il n’est toujours pas question d’un espace “chez soi”, d’un espace spécifique à la cellule conjugale. Les lieux de travail, le bureau, la boutique, l’atelier, la salle de café et l’écurie, comportent aussi des zones d’appropriation personnelle.

  • 84 Inv. 88, 1869.
  • 85 Inv. 220, 1915.

100Dans les maisons à étage, le bureau est un local de travail encore peu courant au XIXe siècle. Deux formes d’aménagement ont été relevées : le bureau austère et tourné exclusivement vers le travail avec un bureau, une table ronde et des chaises84 et le bureau marqué par l’empreinte féminine avec le bureau, une statuette, deux sujets en bronze, un guéridon et une potiche85. La place du travail professionnel à la maison n’est pas neutre. La pièce, dénommée “bureau" plutôt que chambre, indique que ce n’est pas tant un problème de cloisons ou de tuyauteries que d’ameublement, de livres et de papiers. Ce n’est donc pas le constructeur qui décide mais le ménage occupant. Une des premières conditions est d’avoir plusieurs pièces habitables. Encore rare jusqu’à l’entre-deux-guerres, le bureau est rendu nécessaire par l’accroissement des tâches de gestion.

  • 86 Inv. 44, 1874.
  • 87 Inv. 224, 1895.
  • 88 Inv. 88, 1869.
  • 89 Inv. 173, 1902.

101S’opposant au reste de la maison, le cabaret est un lieu de rencontre et de détente pour les hommes. C’est un espace de loisir à part entière. La salle de réunion est meublée d’une série de tables, de bancs, de chaises paillées et de tabourets, chauffée avec un poêle, et éclairée par plusieurs lampes à suspension. Les hommes y viennent pour boire des alcools et des liqueurs, curaçao, anisette, raspail, prunelline, absinthe, vermouth86, pour parler et jouer au billard87, aux cartes88, aux quilles et aux boules. Le cabaretier est en même temps cultivateur, cordonnier, épicier ou débitant de tabac, trente-deux paquets de cigarettes, cent paquets de tabac ordinaire et maryland, douze paquets de cigares, sept kilogrammes de tabac à fumer et à priser89. Ces petits cabarets ne manquent pas dans les villages, entre 1880 et 1930, pas moins de cinq dans les petits villages et jusqu’à seize à Saint-Paterne-Racan et Monnaie. Le notaire Archambault les dénonce comme des lieux de débauche et de démoralisation :

  • 90 Archambault, treizième lettre, les cabarets.

102Ils sont souvent au café, c’est une des causes de la démoralisation de nos campagnes, c ’est là que le paysan entend développer les théories nouvelles qu’il ne comprend pas et qu’il ajoute les liqueurs fortes qu’il apprécie trop. C’est là qu’il prend goût à l’atmosphère (...) produit par les fumées de tabac et les émanations alcooliques et qu’il se dégoûte de l’air vivifiant des champs. Là qu’il désapprend la vie claire et calme de la famille, au milieu du brouhaha (...). Il faut reconnaître que l’homme des champs était complètement en dehors de la vie locale et politique (...). Les cabarets et les cafés sont des lieux de réunion, sans doute les endroits choisis sont mauvais. Ils ne peuvent être pires car au lieu de leur instruire la saine morale et les vrais principes politiques, ils n ’apprennent que les théories subversives de toute autorité, mais enfin ils se mettent dans ses endroits au courant des événements quotidiens du pays90.

  • 91 Inv. 111, 1867, Inv. 152, 1880, Inv. 195, 1895.
  • 92 Inv. 84, 1864.

103Situés au rez-de-chaussée de la maison, l’atelier et le magasin sont éclairés par une croisée vitrée et s’ouvrent sur la rue. Lorsque l’outillage de l’artisan ou les denrées du magasin d’un commerçant font partie de la communauté conjugale, le notaire en donne le détail91. Chez un épicier, il répertorie tous les produits de première nécessité, les ustensiles domestiques et la vaisselle courante92.

  • 93 Inv. 163, 1895.
  • 94 Inv. 169, 1893.

104Selon les possibilités et les nécessités socioprofessionnelles, la maison tourangelle est complétée par des locaux nécessaires à la protection des animaux et de la basse-cour : écurie, étable, porcherie, poulailler, des locaux abritant le matériel agricole souvent de valeur non négligeable, les instruments aratoires comme la grange et la remise. L’écurie et l’étable sont des locaux de protection du bétail, le hangar et la remise abritent les instruments aratoires, les charrettes et les tombereaux, les récoltes de blé et de seigle93. Le hangar d’un entrepreneur de battage à Reugny en 1893, abrite une carriole à ressort, un tombereau, une locomotive système Gérard, sa batteuse et ses accessoires estimés à mille six cents francs, une autre locomotive avec le même système d’une valeur de mille quatre cent francs, une batteuse à trèfle, de quatre cent cinquante francs94.

2. S’ÉQUIPER POUR TRAVAILLER AUTREMENT

105A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, des modifications commencent à apparaître dans le domaine du mobilier au sens large, y compris l’équipement ménager. Des appareils ménagers plus spécifiques sont installés (voire la cuisinière) sans modification appréciable du logement, mais déclenchant des transformations plus insidieuses qui influent sur le mode d’occupation des locaux. Les transformations ont été effectuées, dans un ordre assez constant : le feu et la cuisine puis l’électricité et l’eau sur l’évier. Les objets sont disposés dans l’espace construit suivant une hiérarchie des valeurs, reflétant les harmonies, les conflits, les dominantes, les affinités, les rejets. Porteurs de symboles, ces objets évoquent un monde caché et se rattachent à l’imaginaire. Ils sont aussi investis d’affectif dans la mesure où ils ont appartenu à des êtres chers ou ont été donnés par eux.

S’éclairer

106Jusque tard dans la journée, la lueur de la cheminée éclaire la pièce, il faut attendre la quasi-obscurité pour que la lampe soit allumée avec un morceau de papier enflammé dans le feu, du bois d’amourette ramassé dans les champs, conservé précautionneusement dans un bocal placé au-dessus de la cheminée, ou une simple allumette. L’avancement des techniques, le souci d’économie et de luminosité, le danger de chaque méthode interviennent dans le choix du luminaire.

107En milieu rural, l’éclairage a bien plus d’importance que l’on ne croit. Durant la saison hivernale, le travail des champs cesse de bonne heure et les soirées sont longues. Les veillées se déroulent autour de la lampe, et chacun raconte une histoire à tour de rôle, les femmes raccommodent, les hommes fabriquent les paniers et les balais, les enfants cassent des noix. Les enfants pouvaient être chargés de surveiller le bon fonctionnement de l’éclairage.

  • 95 L. Berland, op. cit., t. 2, p. 26-27.

108Néanmoins, j’avais une consigne à observer, à l’entrée des clients, je me précipitais sur le chandelier à la chandelle de suif, que j’allumais à la résine et déposais sur la table accompagné des mouchettes présentées sur un plateau, cinq minutes après, il fallait moucher la chandelle, c’est encore moi qui était chargé de le faire ce dont je m’acquittais assez bien, mais ce qui devenait comique, c’était lorsque la veillée se prolongeait, j’épiais le moment où mon grand-père et mon père sommeillaient et laissaient échapper les haricots, alors je prenais un petit bâton que je trempais dans la résine bouillante pris de la flamme, pour faire des fils de résine, en les étirant cela m’amusait fort mais il arrivait parfois que le flambeau tombait à terre et se brisait laissant toute la famille dans l’obscurité (...)95. La vie persiste bien au-delà du jour et l’intensité de l’éclairage est la condition indispensable pour cette activité. On ne pouvait pas travailler à tâtons (Germaine R.).

  • 96 Belèze, op. cit., 1876, I, p. 242.

109Quelques ménages tourangeaux s’éclairent encore avec un oribus ou rouzine, chandelle de résine munie d’une mèche en chanvre, maintenue par un porte-oribus fixé à l’intérieur de la cheminée, sorte de fourchette en fer formée de deux petites tiges rondes, tordues en leur milieu, réunies en pointe à leur extrémité inférieure, puis disjointes et aplaties à la partie supérieure pour supporter l’oribus. Les inventaires montrent que son usage a totalement disparu vers 1870 et qu’il s’accompagnait toujours d’un ou de plusieurs chandeliers en fer ou en tôle. La chandelle de suif répand une odeur désagréable, en dégageant beaucoup de fumée et des gaz carbonés (...) ; la lumière qu’elle donne, est rougeâtre, vacillante (...), la mèche s’allonge très promptement (...) il faut la moucher fréquemment96. Les mouchettes, qui servent à sectionner la partie charbonnée de la mèche, sont rarement prisées dans les inventaires examinés. Ce sont des ciseaux dont l‘une des branches est munie d’une coupelle recevant les déchets de mèche et qui sont disposées à portée de la main.

  • 97 Inv. 84, 1864.

110D’après le dictionnaire de la vie pratique de Belèze, dans le commerce, on reconnaît les chandelles dites des 5, des 6 et des 8. Cette numérotation correspond au nombre de chandelles contenues dans une livre, les paquets étant de cinq livres (soit approximativement 2,500 kg). La chandelle de 6 est la plus usitée car elle éclaire huit heures, celle de 8 seulement six heures. L’inventaire du magasin d’un épicier mentionne cinq kilogrammes de chandelles, ce qui équivaut à soixante chandelles de 697. En considérant qu’une bougie dure deux jours et plus, c’est une réserve de cent vingt jours qui est mise en vente. Pendant les chaleurs, ces chandelles coulaient et se perdaient ; on revenait alors à l’éclairage à huile. Autre défaut reconnu, le suif brûlant plus rapidement que la mèche celle-ci finit par charbonner et il faut régulièrement la moucher, c’est-à-dire faire sauter la partie carbonisée.

  • 98 Tardieu, op. cit., 1964 , p. 88.

111Un progrès notable vient d’être réalisé, avec l’apparition de la bougie stéarique, composée de graisse animale traitée par la chaux, sans odeur, et dont la mèche se consume entièrement, sans qu’il soit besoin de la moucher à chaque instant. Elle donne une lumière plus blanche. Cette bougie est maintenue par un chandelier en tôle, en fer blanc ou en cuivre, beaucoup moins fréquemment, par un bougeoir. Cent cinquante-trois ménages s’éclairent avec un ou plusieurs chandeliers et seulement trois ménages avec un bougeoir. Le bougeoir est un chandelier spécialisé, muni d’une anse, d’un manche ou d’une queue destiné à en faciliter le transport, et d’un large plateau pour recueillir les coulées qui s’accroissent normalement du fait même du transport98. Chacun se contente de souffler sur la bougie et l’éteignoir, petit ustensile conique, est très peu utilisé.

112Disposant d’un système de protection, la lanterne est un accessoire qui permet de rejoindre les annexes ou le lieu de la veillée, à la tombée de la nuit (Germaine R.). Elle est en tôle de forme parallélépipède ou cylindrique, avec des vitres protégées des chocs par des petits barreaux de fer. Elle peut être suspendue ou tenue à la main. Les domestiques, logés dans l’écurie, s‘en servent parce qu’elle paraît moins dangereuse qu’une lampe à pétrole et beaucoup plus pratique qu’un chandelier qui s’éteint au moindre courant d’air. Non utilisée, la lanterne est dissimulée dans un placard ou posée sur la tablette de la cheminée.

113Le passage des combustibles solides aux combustibles liquides se situe vers 1880, avec l’introduction de l’huile tirée des mauvaises noix, et dix ans plus tard, de l’essence et du pétrole. L’acétylène, obtenu par la décomposition du calcium et de l’eau, est très peu employé, en raison de son appareillage compliqué et des risques d’explosion.

  • 99 Henri-René d’, Allemagne, Musée du luminaire à l’Exposition Universelle de 1900, Paris, J. Schmit, (...)

114Concurremment aux chandelles en suif avec leur mèche grossière, fumant beaucoup et laissant dans la pièce une odeur désagréable, sont utilisées les lampes à huile avec un réservoir pour l’huile et un appareil de combustion. La lampe à bascule en cuivre est considérée comme une fantaisie. La lampe Carcel, du nom de son inventeur, donne une lumière plus intense. L’huile est projetée jusqu’au bec quinquet par une pompe aspirante et refoulante actionnée par un système d’horlogerie. Dit encore “modérateur”, sa lumière peut être abaissée de façon à ce qu’elle n’éclaire pas plus et ne brûle pas plus d’huile qu’une veilleuse ordinaire ; pour avoir plus de lumière, il suffit de relever le verre et la mèche. Selon les chroniques de l’époque, l’huile arrive avec une régularité parfaite, elle donne une lumière égale et éclatante mais le coût élevé limite son utilisation99.

  • 100 Inv. 249, 1920.

115La lampe à pétrole est souvent considérée comme un moyen d’éclairage plus économique. Pourtant, ces lampes, souvent offertes comme cadeau de mariage (Jeanne D.), excitent la convoitise des fermiers. Celui qui pouvait avoir une lampe à pétrole, ce n ’était pas rien. Il était jalousé (Amandine M.). Pour réduire le danger de renversement, la base de la lampe est assez large, pour atténuer la violence de la lumière, s’y ajoute un abat-jour100. La lampe à suspension règle ce double problème, fixée au plafond, elle peut être montée ou descendue au moyen d’une poulie et d’un contrepoids. D’un plan d’éclairage horizontal, on passe alors à un plan d’éclairage vertical, mais ce système se rencontre chez des gens qui étaient plus à la hauteur (D.). Elle peut être allumée avec une allumette ou un papier enflammé dans la cheminée. L’éclairage à la lampe exige toujours une grosse consommation de pétrole pour des ménages modestes. Ne fallait-il pas à la famille G. cinq litres de pétrole par semaine ce qui obligent à suivre des horaires stricts, à vingt-et-une heures tout était éteint (André G.).

116La lampe pigeon à essence minérale ne présente aucun danger de feu, elle peut tomber, la mèche s’éteint. Cela la rend pratique pour vaquer dans la maison et puis la lampe à pétrole, on risquait de casser le verre, elle ne bougeait pas (Élie C.). Son usage comme lampe d’appoint se diffuse très largement vers 1920-1930, facilitant l’accès nocturne dans les chambres.

117Lampes, lanternes et leurs accessoires doivent être dans un état constant de parfaite propreté, sans quoi une partie notable de lumière aurait été perdue inutilement. C’est une des occupations de la femme, le samedi.

118L’acétylène, hydrocarbure gazeux produit par l’action de l’eau sur le carbure de calcium, donne une lumière blanche et très éclairante. Mais une odeur nauséabonde et le danger d’une détonation justifient les réticences à l’installer. En 1919, un réparateur d’outillage agricole, demeurant à Sonzay, utilise le gaz d’éclairage ; l’appareil, placé dans un petit réduit, éclaire le logement. Le notaire fait de même (B.).

119A la même époque, un cafetier de Nouzilly le fait installer : On avait un appareil (...) très gros derrière le café. On ne voyait pas cela ailleurs, c’était des lampes à pétrole. On mettait du carbure roux qui tombait tout doucement dans la cloche. Cela faisait du gaz (...). Partout, dans la salle à manger, la salle mais pas dans les chambres, on s’éclairait à la bougie (...) On mettait quatre ou cinq kilos de carbure, cela éclairait presque aussi bien que l’électricité (Georgette G.). Sa difficulté et son coût d’installation, le danger d’explosion rendent ce système d’éclairage peu compétitif. On était les seuls dans le village et peut-être dans le canton (B.).

  • 101 Inv. 280, 1907.
  • 102 Inv. 44, 1874.
  • 103 Inv. 199, 1908.

120Chaque ménage s’équipe en luminaire selon ses besoins et ses moyens. Les allers et venues de la clientèle d’un café influent sur le nombre et le type de lampes. Dans un café, il y a trois lampes à pétrole et deux petites lampes pigeon sur la cheminée (Félicité C.), ou encore, en 1907, un cordonnier-débitant éclaire sa salle à manger avec une lampe en cuivre, sa suspension et son globe, et son café avec une lampe à suspension, deux chandeliers en cuivre, une bougie à alcool 101. Plus le nombre de pièces d’un logement augmente, plus le nombre de lampes est élevé : quatre chandeliers en cuivre dans la principale chambre, huit chandeliers en fer dans la cuisine, une lampe à pétrole et une lanterne d’écurie dans le cabinet102. Dans la pièce unique d’un petit propriétaire, il n’y a qu’une lampe à pétrole (...) une lanterne (dans un placard)103. Chaque pièce est éclairée de façon à ce qu’on n’ait pas besoin de transporter la lumière pour passer de l’une à l’autre.

  • 104 Inv. 198, 1908.
  • 105 Inv. 147, 1886, Inv. 27, 1860.

121L’équipement le plus complet d’un ménage au début de ce siècle comprend une ou deux lampes à pétrole éclairant la salle commune, un chandelier pour vaquer aux occupations à l’intérieur de la maison, une lanterne pour sortir dans la cour et aller surveiller le bétail, une petite lampe à essence, posée sur la table de nuit dans la chambre104. La veilleuse ou veilloir, en porcelaine ou en buis, est un accessoire peu usité, relevé dans la chambre d’un aubergiste et d’un tailleur105.

122En 1980, au moment des coupures d’électricité, la lampe à pétrole est toujours employée dans les localités reculées de la Gâtine. Il n’est pas possible de se défaire d’un objet aussi nécessaire dans la maison. Une lampe à pétrole qui fuit, est ressoudée, ou devient un objet de garniture. Cela reste un ustensile de dépannage aujourd’hui (Germaine H.).

123Au début du XXe siècle, de nombreux traités sur l’électricité à la ferme paraissent mais celle-ci est appréhendée plus du point de vue scientifique que pratique ou même industriel. C’est un objet presque magique, mystérieux. Son installation, assez tardive dans la période étudiée, ne modifie pas l’espace social et familial à ses débuts. C’est toujours autour de la grande table commune éclairée par une seule bougie que se réunit la famille, et se prennent les repas.

  • 106 R.C.M. Reugny, 8 juin 1905.
  • 107 R.C.M. Reugny, 26 novembre 1911.
  • 108 R.C.M. Vouvray 16 février 1909.
  • 109 R.C.M. Reugny, 30 août 1907, Beaumont-la-Ronce, 6 février 1920.
  • 110 R.C.M. les Hermites, 21 décembre 1913.
  • 111 R.C.M. 15 mars 1914.

124Le processus d’électrification des campagnes tourangelles est un des éléments essentiels de ce changement. En 1905, le conseil municipal de Reugny désigne Louis E. pour s’occuper de l’entretien des vitres des réverbères, et ainsi les tenir dans le meilleur état de propreté de manière à donner une lumière aussi intense que possible 106. En 1911, la commune a déjà choisi l’éclairage publique à l’électricité107, alors que Vouvray continue d’employer l’acétylène et que le conseil refuse le projet d’électrification comme moins avantageux108. La première guerre mondiale ralentit le processus d’électrification des zones rurales mais la prise de conscience de son utilité est d’ores et déjà bien engagée. En règle générale, les propositions d’installation de l’éclairage publique viennent de la ville de Tours109 ou d’une région voisine, par l’intermédiaire de la Société d’électricité de la vallée du Loir110, ou de la Société d’électricité du Loir-et-Cher111.

  • 112 R.C.M. Reugny, 18 février 1917.
  • 113 R.C.M. Sonzay, 11 novembre 1913.
  • 114 R.C.M. Sonzay, 26 septembre 1928.
  • 115 R.C.M. Vernou, 15 mai 1913.
  • 116 R.C.M. Vernou, 23 juin 1913.
  • 117 R.C.M. Vernou, 9 décembre 1931.

125Les premiers éclairages sont placés à l’entrée du bourg112, installés dans les écoles et appartements des instituteurs113, dans les gares114. Certaines communes sont réticentes à l’installation de l’électricité dans les lieux publics. La municipalité rejette la demande de l’instituteur du bourg de Vernou qui désire installer l’éclairage dans sa classe et ses appartements, lui-même s’engageant à payer les frais d’éclairage115. Ce refus est mis en parallèle avec la maison du garde-champêtre, éclairée quant à elle mais en tant qu’employé de la commune, ses services sont réclamés de nuit comme de jour, requérant d’avoir sous la main un éclairage prompt116. En 1930, la demande de l’instituteur est soumise à l’approbation du conseil municipal afin que lui soit acheté pour une somme de neuf cents francs, l’installation électrique qu’il a installé dans les classes et les appartements et dont les fournitures lui appartiennent. Le conseil ne peut répondre à son désir : cette installation ayant été faite par Monsieur P. pour une satisfaction personnelle et son successeur n’ayant pas manifesté le désir que cette installation subsiste. En 1931, cinq lampes sont installées dans l’école mixte117. Une quinzaine d’années s’écoulent, ce laps de temps a permis la prise de conscience des municipalités de l’intérêt de l’électrification dans les bâtiments publics.

  • 118 R.C.M. Sonzay, 24 juillet 1921.
  • 119 R.C.M. Saint-Paterne-Racan, 19 août 1923.

126Les tarifs d’installation sont aussi sujets à des conflits. Entre la commune de Sonzay et la Société électrique de Touraine, dont le siège est à Tours, il y a contestation du prix de base du courant électrique, l’augmentation ne paraissant nullement justifiée et (...) la plupart des communes intéressées se refusent à son droit à accepter ces prétentions et il parait indispensable de créer une conférence intercommunale pour avoir des moyens de défense commune 118. Pour lutter contre les fraudes et supporter la lourde charge financière, les communes se constituent en syndicat intercommunal, regroupant, par exemple, Saint-Paterne-Racan, Saint-Christophe-sur-le-Nais et Neuvy-le-Roi119.

  • 120 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 28 mars 1926.
  • 121 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 1er mai 1927.
  • 122 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 20 juin 1929.
  • 123 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 6 avril 1930.
  • 124 R.C.M. Reugny, 16 août 1935.
  • 125 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 16 décembre 1928.

127La mise en commun des disponibilités des municipalités, ou à l’intérieur d’une même commune, parait indispensable. A Saint-Laurent-en-Gâtine, les membres du conseil municipal passent chacun dans une partie de la commune afin de connaître le nombre de lampes nécessaires à chaque foyer ainsi que les sommes qui peuvent être prêtées par les habitants pour couvrir les frais de l’installation électrique120. Tous les habitants n’étant pas d’accord, cela oblige des modifications au tracé primitif des lignes121. Une réunion est organisée pour informer les habitants de la somme versée à fonds perdu sans intérêt par les usagers 122. La contribution sera interrompue dès 1930 par suite de l’approbation des subventions de l’État123. L’électrification des écarts s’impose : l’exécution promise à maintes reprises à nos populations rurales ne peut être différée. L’impatience de certains est telle qu’ils se décideraient au montage d’installations autonomes si une décision n’intervient pas dans les plus brefs délais 124. Le prix d’une installation privée est très élevé, le branchement coûte 761 francs 50, d’après un devis, celle du rez-de-chaussée 254 francs, celle à l’étage 1047 francs125.

  • 126 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 12 septembre 1934.

128Les villes sont plus avantagées ou, tout au moins, sont considérées comme telles : les tarifs établissent des prix prohibitifs pour les habitants alors que ceux-ci plus que ceux des villes auront besoin de courant à bas prix pour améliorer un peu les conditions de leur rude existence. Que le courant électrique, objet de luxe par eux aujourd’hui devront leur être distribué comme objet de première nécessité, et taxé comme tel. Il demande à ce qu’il y ait des tarifs régionaux basés sur l’ensemble de l’exploitation du réseau concédé et non plus sur les chiffres de la population locale, l’abaissement des tarifs devant entraîner une reprise générale du mouvement d’électrification et l’extension de la consommation du courant126.

129Tarifs élevés, réticence à la nouveauté, et dangerosité, tels sont les freins reconnus par les conseils municipaux pour l’installation de l’électricité.

  • 127 R.C.M. Saint-Paterne-Racan, 13 décembre 1925.
  • 128 R.C.M. Vouvray, 15 octobre 1922.
  • 129 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 6 mars 1933.

130Les travaux d’électrification sont longs et débutent après une enquête publique127. Ils ne sont pas toujours sans danger, la commune de Vouvray demande à la Société électrique du Loir-et-Cher, de déplacer une ligne à haute tension : (...) le Conseil municipal considérant que l’accident survenu le 12 septembre a été causé par la Société électrique du Loir-et-Cher qui n’a pas pris les mesures de sécurité que lui impose la loi de la traversée du bourg de Reugny. Considérant que des accidents dus à la rupture des fils conducteurs de la ligne à haute tension se sont déjà produits à plusieurs reprises sur le territoire de la commune (...) demande le déplacement d’urgence de la ligne électrique à haute tension dans toutes les parties où la canalisation passe au-dessus des immeubles, l’enlèvement des poteaux et des fermes supportant cette canalisation et scellés sur les murs ou sur les toitures des particuliers128. Les pannes fréquentes chez les usagers entraînent le remplacement du transformateur par un plus puissant129.

131Le cap décisif pour l’acquisition de l’équipement ménager et la modernisation de l’habitat, c’est assurément l’installation de l’électricité qui va bouleverser les routines, améliorer les conditions d’existence, transformer les rythmes quotidiens. Prendre l’exemple de la commune de Beaumont-la-Ronce, c’est mettre en évidence le processus long et difficile de l’électrification d’une commune de moyenne importance.

132La question de l’éclairage électrique sur la commune de Beaumont-la-Ronce est évoquée pour la première fois, le 6 février 1920, sur la proposition d’un électricien de Tours, mais elle n’est suivie d’aucune prise de décision. Le 26 juillet 1925 démarre le projet de distribution d’énergie, au cours de la réunion d’un groupement d’études qui aboutit à la formation d’un syndicat intercommunal rassemblant Louestault, Marray, Les Hermites, La Ferrière, Saint-Laurent-en-Gâtine, Monthodon, Le Boulay et Beaumont-la-Ronce. En 1929, le projet de l’Union électrique du Centre, soumis et accepté par le syndicat, doit desservir 2890 habitants, répartis sur les huit communes, dont 671 à Beaumont-la-Ronce, soit un peu plus des deux tiers de la population. En 1931, les bâtiments communaux, l’église et le logement du garde-champêtre bénéficient de l’éclairage électrique. A la même époque, les habitants du bourg commencent à l’installer comme l’ancien propriétaire du café “des trois marches”, tenancier et coiffeur : Il y avait des lampes partout et surtout dans la petite séparation pour faire coiffeur. Pour les cheveux, c’est important (Georgette L. 76 ans) ou encore les parents de Mme Le D. dont le père était chef d’une entreprise de battage. Voyageant beaucoup tant en France qu’à l’étranger, il n’aurait pas accepté d’habiter cet endroit sans électricité. Entre 1931 et 1937, un second puis un troisième programme d’électrification concernant les écarts sont débattus au conseil municipal mais la guerre interrompt les travaux qui ne seront terminés que vers 1950.

133L’électricité vient donc se surajouter au bâtiment, les parents de Gaston P. exploitant à la Grange, hameau de Beaumont-la-Ronce, ont fait poser trois lampes dans la maison et une à l’extérieur. Simple branchement lumière avec un très petit nombre de prises de courant pour la radio T.S.F. et le fer à repasser, les travaux s’élèvent à plus de 400 francs. Quant aux habitants de la Trémaillère, ils ne disposeront de l’électricité qu’en 1950. Eloignés ou non du réseau principal, certains habitants rejettent catégoriquement cette nouveauté quelque peu onéreuse, c’est ainsi que la grand-mère de Solange N. refusa de la faire installer jusqu’à sa mort en 1960. Quelques dizaines d’années plus tard, la plupart durent renforcer leur installation pour s’équiper d’un chauffage individuel et de toute une gamme d’appareils ménagers. L’âge n’est pas toujours un frein à la novation. Germaine H., veuve et âgée de quatre-vingt trois ans, a refait l’électricité dans sa chambre en 1987, il est vrai en même temps que la réfection de la toiture de la grange. Ce n’est pas toujours le cas, puisque Solange N. sur les conseils d’un artisan local, n’envisage aucune amélioration. On m’a dit qu’il ne fallait pas changer, les tuyaux sont tout en cuivre. Cela n ’existe plus. Je n ’ai aucun problème.

134L’électricité, parent pauvre du bâtiment, doit être le moins cher possible, sans modification marquante dans les intérieurs. Jusqu’en 1940, les entreprises privées suffisent à satisfaire les besoins domestiques. On brûle peu de courant comme on utilise avec parcimonie le gaz, le bois et l’eau. Deux sortes d’obstacles limitent la diffusion de l’électricité : l’esprit d’épargne des agriculteurs et leur fidélité aux anciens usages. Cette lenteur de l’évolution des techniques, et par conséquent des modes de vie, résultent de l’importance de la superficie de la commune de Beaumont-la-Ronce, 3200 ha et de la dispersion de l’habitat, près de 50 % de la population vit dans des écarts, ce qui obligent l’édification de kilomètres de lignes pour desservir un nombre restreint d’abonnés, consommateurs de peu d’énergie et généralement réticents aux nouveautés.

135Il faut compter sur l’insuffisance d’énergie, le déplacement des lignes de haute tension pour respecter les mesures de sécurité, les tarifs d’exploitation trop élevés pour un produit considéré de première nécessité. Au début, le courant étant insuffisant, les plombs sautaient. Il fallait qu’ils donnent de la force sur les lignes comme ils l’ont fait. Ils continuent d’ailleurs, forcément il est tiré de plus en plus d’électricité. Il n ’y a que cet hiver (en 1987) de grand froid que cela a flanché. Cela n’a duré que quelques heures (Solange N.). Encore aujourd’hui, les exploitations agricoles, situées en bout de ligne, ou les habitations particulièrement vétustes, telles les caves troglodytiques situées rue des Carrières à Beaumont-la-Ronce ne disposent toujours pas d’un courant suffisant, ce dernier reste faible et irrégulier. Une baisse de tension oblige à une utilisation successive et non simultanée de deux équipements, comme la machine à laver et le téléviseur, et des coupures de courant dans les tranches horaires critiques, de 12-14 heures et 18-20 heures sont toujours à craindre.

136L’installation de l’électricité, c’est le bouleversement des choses à la même place, des allumettes et de la lampe à pétrole, des tâches anciennes comme nettoyer les lampes le samedi et renouveler des mèches, la fin des odeurs et les salissures. Il faut tenir un statut social privilégié pour ne plus salir. Les premières installations concernent les pièces du bas, et les bâtiments annexes, beaucoup plus tard, les chambres de l’étage. L’ampoule viendra prendre la place exacte de la lampe à pétrole en suspension, exerçant la même fonction, l’éclairage de la table de réunion, de travail ou de repas. La priorité donnée à l’éclairage se situe vers 1920- 1930 après bien des réticences de la part de l’autorité municipale et des habitants eux-mêmes. L’électricité sera sollicitée pour rallonger les journées déjà bien longues en hiver comme en été.

137Le discours porté sur l’électrification rurale n’a guère varié. Il faut porter dans les campagnes les bienfaits de l’électricité afin de détourner le paysan du mirage de la ville. C’est l’amélioration de la productivité agricole et la libéralisation des bras, tels sont les avantages présentés dans les foires de Tours. Cette électricité permet de faire disparaître l’huile, les taches de pétrole, les odeurs de gaz et surtout les risques d’incendie. Cela bouleverse les routines, améliore les conditions d’existence, transforme les rythmes quotidiens. Cette diffusion de la lumière électrique va inciter les habitants à divers travaux de propreté (tapisserie, peinture, plâtrerie) complétés pour certains par des dépenses en faveur de l’ameublement ou d’appareils ménagers.

Se chauffer et s’approvisionner en eau

  • 130 Gaston, Bachelard, La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1949, rééd. 1979, 184 p.
  • 131 Inv. 253, 1865.
  • 132 Inv. 127, 1854.

138Le feu est le symbole de la vie et de l’intimité, de la permanence et de l’autarcie130. S’y opère la cuisson des aliments pour la famille et quelquefois pour les bestiaux. On s’y chauffe, c’est autour du foyer que l’on se groupe pour travailler et faire la veillée en profitant de la chaleur et de la lumière qu’il répand. C’est là que sont groupés non seulement les instruments nécessaires à la bonne marche du foyer mais aussi des instruments de cuisine, une partie du luminaire et menus objets, cinq tasses et leurs soucoupes, deux verres à boire, une petite glace et un cadre doré131, un fer à repasser, une lanterne et un mauvais chandelier en fer battu132.

139Allumer le feu et aller chercher l’eau au puits font partie de ces nombreuses corvées quotidiennes confiées à la femme, qu’elle soit domestique ou maîtresse. Cette tradition séculaire sera profondément modifiée par l’installation de l’eau courante dans la maison et l’emploi d’un nouvel équipement, poêle et cuisinière. Le feu exige toute une série d’interventions relatives à son allumage, à son entretien et à la récupération des braises et des cendres. L’approvisionnement en eau requiert du temps et un effort parfois épuisant qui sera en partie atténué avec l’emploi de la pompe.

  • 133 Inv. 187, 1925.
  • 134 Inv. 2, 1850.

140Jusque vers 1920, la cheminée est la principale source de chaleur et de cuisson des aliments. Elle est placée sous l’autorité de la ménagère. Celle-ci va chercher la provision de bois, fagots de sarment ou de branches fournies par la taille des haies, dans la cour, voire le grenier, ou exceptionnellement dans le serre-bois. Elle la transporte dans un panier en osier jusqu’à la salle commune. Le bois est entreposé dans une caisse ou à même le sol carrelé, non loin de la cheminée, afin qu’il perde toute humidité. Casser des brindilles et allumer le feu laissent toujours des résidus qu’elle peut enlever à l’aide d’une balayette et d’une pelle à main. La femme dispose sur les chenets des bûches, des fagots ou bourrées, quelques poignées de paille et les coquilles de noix cassées à la dernière énollée ; des braises soigneusement gardées ou une allumette suffisent à allumer le feu. Ces allumettes, achetées dans l’épicerie du village ou par contrebande, sont enfermées dans des boîtes, en bois ou en fer, posées sur la tablette de la cheminée, endroit inaccessible pour les jeunes enfants. Produit dangereux, l’allumette chimique ou phosphorique s’enflamme au moindre frottement ; produit précieux, elle reste dans la mémoire des tourangelles sous la forme d’histoires de contrebandiers. Dans une salle de café, quatre porte-allumettes, deux en fonte et deux en faïence, sont utilisés pour allumer le feu et la pipe des clients133. Les réserves sont cachées dans une armoire de la salle commune seize boîtes d’allumettes chimiques 134. Tout au long de la journée, la femme est obligée d’ajouter des bûches, d’activer le feu avec les pincettes. Posée sur les chenets, une barre de feu ou parfois une simple queue de poêle usagée coupée par le maréchal-ferrant, empêche les bûches de rouler à l’extérieur du foyer. A la fin de la journée, elle a soin de couvrir les braises incandescentes avec une marmite usagée ou un étouffoir, sorte de cloche en fonte. Dans un cendrier ou un sac de grosse toile, elle recueille les cendres froides qui servent à fertiliser le jardin potager, à récurer les marmites et à faire la lessive semestrielle.

  • 135 Pour la fonction exacte des éléments du foyer, se reporter à l’étude de Suzanne Tardieu, op. cit., (...)
  • 136 Inv. 77, 1853, Inv. 92, 1872, Inv. 99, 1877.

141La production du feu est marquée par un certain nombre d’opérations, l’allumage, l’entretien et la récupération, et par l’emploi d’un équipement approprié. Environ 60 % des ménages utilisent un équipement du foyer composé des chenets, des pincettes, d’une pelle à feu et d’un soufflet à main135. Le landier, sorte de chenet de grande taille muni ou non d’un panier à l’extrémité du haut montant, est un accessoire peu usité, du fait sans doute de la conformation de la cheminée tourangelle, basse et étroite136. Le garde-feu, sorte de grille, protège les alentours de la cheminée, dans le salon de quelques ménages aisés. Deux sortes d’équipements du foyer coexistent selon la destination des pièces :

  • l’équipement sommaire du salon et de quelques chambres composé de la pelle, les pincettes et les chenets 137, ou deux chenets, une pelle, une paire de pincettes et un soufflet138.
  • l’équipement, tourné vers les activités culinaires, de la salle commune ou de la cuisine composé d’ une crémaillère, une paire de chenets en fonte aux boules en cuivre, une pelle, une paire de pincettes, une main de fer (...) un soufflet, un cendrier en tôle 139.

142A l’intérieur ou plus rarement à l’extérieur d’un des pieds-droits de la cheminée, dans l’angle formé avec le contrecoeur ou le mur, un petit fourneau à charbon de bois, le cagnard ou fourneau portatif, sert à réchauffer les aliments préalablement cuits à la crémaillère ou à les cuire à feu doux.

143La cheminée subit une évolution qui tend de plus en plus à la suppression du foyer, du feu de l’âtre. On a d’abord diminué la largeur des cheminées, puis on a cessé d’utiliser le four à pain d’un entretien onéreux et difficile. Vers 1920, les boulangers des bourgs commencent à faire des tournées jusque dans les fermes isolées. Quelques rares familles ont continué à se servir du four à pain pour sécher des fruits. A la même époque, on commence à acheter des cuisinières que l’on adapte sur le côté de la cheminée, sans supprimer l’âtre. Elles ont l’avantage de chauffer la pièce, mais elles consomment du bois qui doit être cassé et scié en petits morceaux. Considérées pendant longtemps comme des appareils d’appoint, elles ont permis la diffusion et l’emploi des casseroles.

  • 140 Inv. 2, 1850, Inv. 88, 1869.
  • 141 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

144Avec la diminution du personnel dans l’exploitation agricole, personnel qui se limite à la famille, ou tout au plus, à une bonne ou un valet, l’alimentation devient plus recherchée mais oblige la maîtresse de maison à plus de travail, or le fourneau permet des cuissons simultanées et d’avoir de l’eau en permanence, faisant gagner du temps. Malgré l’introduction de la cuisinière et du poêle, la femme continuera longtemps à faire la cuisine dans la cheminée, les hommes viendront s’y chauffer et s’y sécher et les enfants garderont longtemps l’habitude de s’ asseoir sur la marmite près d’elle, provoquant parfois des incidents. Les habitudes, la peur de la nouveauté entretiendront l’idée que l’âtre est plus pratique, qu’il s’allume mieux, qu’il cuit plus vite et que la cuisine y est bien meilleure. On abandonne seulement la crémaillère140. Pourtant les écrits des médecins sont de véritables apologies à la nouveauté. En hiver, on combat l’humidité par un poêle installé au milieu de la chambre. Le chauffage d’un poêle sèche mieux que le feu d’une cheminée. Il est soit en faïence, soit en fonte, on a soin de placer sur le dessus un vase plein d’eau, afin de diminuer l’aridité de la chaleur. En général, les cheminées paraissent mal faites, mal confectionnées, elles fument toujours, ce qui est une des causes d’insalubrité et de refroidissement141.

145L’eau est tout aussi indispensable à la vie de la maisonnée ; la ménagère doit se la procurer, la transporter dans une seille en bois ou en fer galvanisé, et l’utiliser avec modération pour les différents travaux ménagers.

146Avant d’être utilisée, l’eau est stockée dans des seaux et entreposée dans un coin de la salle commune, non loin de la porte d’entrée. Si la pièce est équipée d’un évier, pris dans un angle ou à proximité du principal accès, le seau est placé sous l’évier avec les récipients de terre ou de bois, les marmites et les bassines. Il arrive qu’il y ait rupture plus ou moins nette entre cet espace-cuisine et l’espace de stockage. La seille peut être rangée au-dehors, dans un placard avec une cruche et divers outils, démontrant qu’il peut exister une dissociation entre la réserve d’eau domestique et le lieu d’utilisation. C’est peut être une première tentative d’individualisation de la zone de travail, ancêtre de la souillarde.

  • 142 Inv. 37, 1868.
  • 143 Inv. 131, 1851.

147La pièce peut être équipée d’un évier pris dans l’épaisseur du mur. Celui-ci est divisé en deux parties : la partie supérieure est occupée par une niche, dans laquelle sont rangés les instruments de cuisine ou des instruments de ménage, la vaisselle courante, les torchons ; au-dessous, une ou deux seilles, un baquet et différents récipients. Cette niche peut être remplacée par une fenêtre qui éclaire l’espace réservé aux travaux domestiques les plus salissants. Les deux exemples illustrent cet aménagement : deux seilles et un godet dans le placard au-dessus dix-neuf assiettes, cinq plats plats, six plats creux en caillou, douze écuelles en caillou, deux cuillers potagers en fer battu, un couvercle en fer blanc, un briquet et une petite glace, deux marmites et leurs couvercles en fonte, trois poêles à frire142 ; (...) dans l’évier derrière la porte, deux marmites, deux pots à bouillon, deux assiettes, deux cafetières, une seille à eau, quatre pots de grès143 .

  • 144 Ceci est confirmé par l’absence de délibérations du conseil municipal à ce sujet. Comme dans le Mâç (...)

148L’eau, il en fallait trois ou quatre seaux tous les matins pour la vaisselle, laver les légumes, les pots à eau pour la toilette, faire la soupe. On la laissait sur l’évier avec un torchon dessus, un rideau pour dissimuler le tout, une bassine sous l’évier (Elie C.). Travail de la femme car les hommes ne sont pas là, et il y a nécessité d’alimenter la maison en eau. Ce n’était pas rien de tirer l’eau du puits, on prenait des seaux le plus grand possible, d’une contenance de vingt à vingt-cinq litres. Pour descendre cela, à vingt mètres, avec une manivelle, il fallait trente ou trente-cinq tours de manivelle (Gaston P.) et puis on déversait dans un second seau (D.). Le puits à balancier avec une chaîne ou une perche permet de descendre ou de remonter le seau. Grâce à un contrepoids placé à l’autre extrémité de la perche, ces deux mouvements demandent un effort plus léger, mais il faut ensuite porter les seaux de huit à dix litres. La cruche est d’un emploi peu courant dans les villages retenus (quinze cas) et avec elle, l’utilisation de la fontaine publique144. Le seau rempli d’eau est posé sur l’évier, ou dans un coin de la salle commune si la maison n’en dispose pas, très rarement dans les autres pièces, le corridor (un cas), la chambre à coucher (trois cas).

  • 145 Inv. 197, 1908.
  • 146 Inv. 81, 1859.

149Parfois, le seau est placé à l’extérieur de la maison auprès du puits, avec une bassine, une grande et une petite cruche145, ou bien encore rangé dans une petite armoire mise dans la cour, en compagnie d’une cruche, d’une bouteille en terre et des outils. Cet exemple de la dissociation de la réserve d’eau domestique et du lieu de la préparation des repas demeure tout à fait exceptionnel146. Les ustensiles à eau sont en nombre très limité : une ou deux seilles, un godet auxquels viennent s’ajouter une cruche ou un baquet. Pour économiser l’eau, on se lave les mains à la fosse et on se sert du godet.

150Il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour que l’installation de l’eau potable à domicile devienne une pratique courante. Jusque là les moyens traditionnels continueront de s’imposer dans les campagnes tourangelles. Cette nouveauté, qu’est l’eau courante, est restée longtemps ignorée, peut-être à cause du relatif désintérêt que lui portent les municipalités, composées exclusivement d’hommes. On débat difficilement au sein des conseils de cette occupation essentiellement féminine et improductive que représentent la quête et le transport de l’eau.

  • 147 R.C.M. Vernou, 1er février 1932.
  • 148 R.C.M. Vernou, 18 avril 1937.
  • 149 R.C.M. Vernou, 13 mars 1939.
  • 150 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 21 mars 1937.
  • 151 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 8 août 1937.

151A Vernou, les premiers projets d’adduction d’eau potable, l’un fourni par le Génie rural, l’autre par le service vicinal, sont soumis à l’approbation du conseil municipal, en 193 2147. Cinq ans plus tard, le service des ponts et chaussées étudie la possibilité d’une collaboration, sous la forme d’un syndicat, entre les communes de Vouvray, Vernou et Rochecorbon148. En 1939, l’installation n’est toujours pas commencée et le conseil demande à l’ingénieur en chef du Génie de se concerter avec le maire pour que les travaux soient d’abord exécutés dans l’agglomération et qu’une extension soit envisagée149. La même hésitation face à une participation de la commune aux frais d’installation est relevée dans les délibérations des conseils municipaux de Vouvray et de Monnaie. L’existence de la Compagnie des eaux de Saint-Symphorien, dans la banlieue de Tours, justifie cette relative précocité des projets, qui est loin d’être à l’ordre du jour dans l’ensemble des communes de la Gâtine tourangelle. Seul, le conseil municipal de Neuillé-Pont-Pierre délibère sur les possibilités d’adhérer à un syndicat intercommunal et discute des avantages, tant au point de vue de l’hygiène qu’au point de vue social, d’une distribution d’eau potable à domicile. Les autres communes refusent l’adhésion à un syndicat, d’autant que les subventions accordées par l’Etat et le département leur paraissent insuffisantes150. Le maire évoque l’impureté des eaux des puits, causant de nombreuses maladies151.

152En 1936, un rapport, lu par le maire de la commune de Reugny, encourage l’installation de l’eau potable dans les maisons. Il témoigne du nouvel état d’esprit et de la volonté d’imiter la ville. Nombre de médecins, par leur action, sont à l’origine de cette prise de conscience du danger des eaux malsaines. Les anciens dispositifs (puits et fontaine) sont qualifiés de dangereux pour la population, car les eaux y sont exposées à la pollution par la présence des fumiers, des fosses à purin et des fosses d’aisance non étanches. Ils sont peu pratiques car la plupart des usagers sont dans l’obligation d’aller chercher, par tous les temps, une petite quantité d’eau à quelques dizaines de mètres. Il faut attendre les années 1940-1950, pour que l’adduction d’eau potable soit à peu près partout installée. Elle a été précédée d’une véritable campagne d’affiches dans les villages qui évoque le gain de temps, la diminution de la fatigue, les progrès réalisés dans le domaine de l’hygiène et de la propreté.

Aller chercher l’eau du puits
occasionne fatigue et perte de temps.
Pouvoir facilement prendre l’eau
non loin de chez soi devient un jeu d’enfant.
Laver son linge dans la mare lointaine
et l’exposer aux poussières de la route,
c’est vouloir la maladie chez soi.
Laver son linge dans une buanderie
pourvue d’eau sous pression.
c ’est avoir sans fatigue du linge bon et propre.

153A Beaumont-la-Ronce, l’installation de l’eau à l’évier a connu sensiblement les mêmes étapes. En 1936, l’avant-projet de distribution d’eau potable, sous la forme d’un syndicat intercommunal, n’est pas retenu, la commune étant suffisamment pourvue de puits et de pompes, l’eau ne manque pas et elle est potable. En 1945, le service du génie rural propose de faire une étude gratuite d’un projet d’adduction et de distribution d’eau potable après une série de décès inexpliqués, on y évoque la Choisille, rivière qui traverse entièrement le bourg, les douves du château et le cimetière implanté au centre du bourg. C’est en considération de l’hygiène et du bien-être que donne l’eau dans l’habitation rurale et l’équipement des campagnes que le Conseil municipal décide l’installation. Le captage de l’eau ayant été fait par anticipation, par un commando de prisonniers à charge de les nourrir et de les loger, les travaux d’adduction ont véritablement démarré en 1946. En 1959, c’est l’édification d’un château d’eau de 200 m3, le choix des compteurs et la fixation de son prix de vente. En 1963, les habitants de l’Encloître apportent leurs bras et se transforment en terrassiers afin d’implanter le réservoir d’une contenance de 200-250 litres et la pompe inemployée depuis le raccordement de l’école au réseau communal. L’équipement n’étant plus réglementaire et en trop mauvaise état pour permettre un bon fonctionnement des machines à laver, le conseil municipal décide de raccorder le hameau au réseau collectif en 1980. Certains hameaux restent en-dehors du tracé du réseau communal de distribution car leur desserte constitue une dépense hors de proportion avec le service rendu. Ces hameaux ou maisons trop isolés utilisent une distribution individuelle d’eau sous pression, solution technique la plus économique au problème de desserte. A la Rainière, par exemple, ce sont encore aujourd’hui des installations individuelles : un puits actionné avec une pompe électrique installé par les propriétaires. Des ententes, résultat d’une cohabitation d’un ou deux siècles, permettent de puiser l’eau chez le voisin, tel est le cas à La Rainière, Verneuil, Pommier vert, à charge pour eux de vérifier régulièrement la teneur en nitrate. Cela oblige les accédants à acquérir un terrain de 4000 m2 minimum afin que le puits individuel et l’assainissement soient éloignés de 35 m de l’habitation.

154Le retard de l’adduction d’eau est la conséquence des possibilités de ressources hydrauliques de la commune, du niveau des revenus des habitants, des structures socioprofessionnelles et de la politique locale d’équipement. L’équipement en eau, laissé à l’initiative individuelle, met nettement en valeur les clivages sociaux. L’installation de l’eau dans une maison située rue des Prés sera faite après le décès de l’ancien propriétaire en 1958. Ce dernier se servait toujours de la pompe à l’évier et d’un puits construit dans la cave. Les anciens ne voyaient pas l’utilité de faire une aussi importante dépense (Solange N.). René F. fait raccorder en 1960 sa nouvelle résidence secondaire au château d’eau, l’installation est entièrement à sa charge, son voisin le plus proche ayant refusé d’y contribuer. Dans les années soixante, l’eau du robinet commence à se généraliser mais le chauffe-eau, l’équipement sanitaire et l’emploi de la machine à laver ne le seront que bien plus tard.

De l’âtre à la cuisinière

  • 152 Ariane, Bruneton, “L’alimentation rurale béarnaise au XIXe s.”, Revue de Pau et du Béarn, 5, 1977, (...)

155L’ethnologue s’intéresse plus particulièrement aux processus d’acceptation ou de refus des nouveaux produits et ustensiles dans une société rurale en mutation permanente. Pendant longtemps, le cloisonnement des régions implique une rigidité de l’éventail des choix alimentaires. L’idéal de l’autosubsistance répond aux conditions économiques et aux usages. Ariane Bruneton note que les traits fondamentaux de l’alimentation traditionnelle peuvent se résumer par une forte autoconsommation fondée sur les produits du jardin et de la basse-cour, des techniques culinaires très simplifiées, des comportements et des habitudes alimentaires relativement homogènes et uniformes152. Avec le XXe siècle et l’ouverture sur d’autres régions, les conduites et les choix alimentaires changent et se transforment.

  • 153 Arlette, Schweitz, “Changer de cuisine en Touraine”, Alimentation et régions, Actes du colloque int (...)

156Cet affaiblissement du modèle ancien de consommation correspond à la substitution d’équipement moderne aux ustensiles fournis par l’artisanat rural. Les différents ménages adoptent avec plus ou moins de réticence le poêle-cuisinière en fonte pour compléter le foyer de la cheminée et les meubles de rangement pour aménager la nouvelle pièce en cuisine153.

157Par sa composition, son matériau et sa forme, et par sa position dans l’espace, l’ustensile de cuisine répond à la nature de son contenu, à des exigences fonctionnelles et à des habitudes alimentaires. Le matériel nécessaire au traitement des aliments est généralement centralisé dans la salle commune ou la cuisine, ce qui permet de réduire le parcours quotidien de la femme. Néanmoins, elle doit prendre les légumes séchés dans le grenier, la boisson ou le reste du dîner à la cave. Les repas journaliers et les festins nécessitent une vaisselle appropriée qui aura tendance à se développer au fur et à mesure de l’élargissement des fondements de l’alimentation quotidienne, voire l’introduction du café, du sucre et de la viande de boucherie. Les aliments préparés et non consommés sont conservés dans des récipients en bois, en terre cuite ou en grès, plus rarement en verre. Ils sont mis dans des locaux adaptés, renvoyant à la fréquence d’utilisation, à la recherche du frais et du sec, aux usages. Par exemple, la boîte à sel est toujours accrochée sur le côté de la cheminée ou posée sur sa tablette, le buon à huile et le vinaigrier peuvent être rangés dans la cuisine, la cave ou le grenier.

  • 154 Inv. 196, 1895.

158Avant d’être directement consommées ou de subir un temps de cuisson, les denrées sont lavées dans un baquet ou une bassine, broyées et pilées dans un mortier, râpées, moulues, filtrées. Cette préparation à cru nécessite un nombre restreint d’ustensiles. Dans les campagnes tourangelles, l’importance est donnée à la cuisson des aliments, moins à leur apprêt. Cette relative absence des objets s’explique aussi par l’usage multiple du pot et l’oubli volontaire du priseur, conséquence de sa faible valeur. A partir de 1895, le notaire ne les estimera plus que par ensemble la batterie de cuisine, les objets ne méritant pas description. La passoire et le mortier sont employés par un petit nombre de ménages. Leur absence dans l’inventaire correspond à la fois à la modicité de leur prix et à leur remplacement par un autre ustensile, un plat en bois par exemple154. En opposition avec le reste de l’équipement nécessaire aux activités culinaires, l’entonnoir, en bois ou en métal, nécessaire au transvasement d’un liquide d’un récipient à l’autre, est rangé indifféremment dans une des pièces de la maison ou dans une annexe.

  • 155 Agnès, Desquand, Boire et manger en Sancerrois au temps de la cuisine à l’âtre, Bourges, imp. Desqu (...)

159Cuisiner à l’âtre, c’est avoir la possibilité de choisir, selon les besoins, et en fonction des habitudes locales, entre l’utilisation de la flamme, de la braise, des cendres chaudes ou de la chaleur rayonnante, entre plusieurs façons de placer les aliments par rapport à la source de chaleur155.

160Les moyens traditionnels, l’âtre et le réchaud portatif, déterminent les techniques et le temps de cuisson. La mémoire des anciens a été profondément marquée par l’image de l’âtre et de ses alentours. Une plaque de fonte, nue ou décorée, protège le contrecoeur et renvoie la chaleur du foyer ; à une crémaillère à dents est pendue la marmite ou tous autres récipients munies d’une anse, contenant l’eau de vaisselle à chauffer, la soupe à cuire, les légumes à bouillir, des bûches reposent sur des chenets en fer, la pelle à feu, la balayette et des pincettes sont suspendues par des croissants. Environ 50 % des ménages tourangeaux cuisinent sur un second foyer, appelé cagnard. Ce fourneau portatif, en terre ou en fonte, comprend dans sa partie supérieure, une grille à charbon de bois et à sa base, un cendrier. L’avantage d’un tel procédé est de permettre une cuisine plus fine, de réchauffer pu de maintenir au chaud les mets préparés dans la marmite (Renée C.). Économiques, parce qu’ils permettent de récupérer les braises, ils présentent des surfaces chauffantes supplémentaires mobiles.

161Progrès notable en matière de cuisson et de chauffage, la cuisinière concurrence la cheminée et le fourneau portatif. Vers 1880, la cuisinière rend possible la cuisson de plusieurs denrées, grâce à une série de foyers. La femme peut l’allumer plus rapidement et utiliser n’importe quel combustible, des bûchettes ou du charbon. Elle continue pourtant à tirer parti de la cheminée, et par conséquent la corvée de bois reste à l’ordre du jour. Pendant les premiers temps de l’adoption de ce nouveau procédé de cuisson, au moment où il est encore en alternative, il est toujours en concurrence avec le foyer. Les femmes reprochent à la cuisinière de cuire trop vite et de dénaturer le goût des aliments, idéalisation a posteriori, vivacité d’une tradition qui a toujours établi une relation entre le temps de cuisson et la qualité du plat. Cette forte résistance de la part des femmes de la campagne s’explique par le fait d’un changement dans leur manière de vivre, en supprimant les veillées, en achetant un nouveau matériel, en adoptant la batterie de cuisine instruments à fond plat, tels que cocotte, faitout et poêle à manche court, et en employant un combustible étranger à la production régionale.

162Du point de vue économique, le charbon n’est pas produit sur place comme le bois ; il doit être importé de régions éloignées, en fonction des besoins grandissants de la consommation. L’arrivage de ce combustible va être facilité par la création de nouvelles lignes de chemins de fer. Cette nouveauté dans la cuisine s’accompagne d’une modification des structures socioprofessionnelles et de la création d’un nouveau métier. Sonzay est la première commune à accepter ce progrès, puisque dès 1890, un marchand de charbons a pignon sur rue. Toujours en se référant à l’annuaire statistique et commercial du département, elle est suivie en 1925, par Saint-Paterne-Racan, Reugny et Vouvray.

  • 156 Mono. EMT n° 99, Bourgueil, La Lande et n° 153, Chaveignes, La Vieillerie.
  • 157 Mono. EMT n° 87, Villiers-au-Bouin, Les Chantreaux.
  • 158 R.C.M. Vouvray, 25 février 1924.

163La cuisinière occupe n’importe quelle place dans la salle commune ou la cuisine, sous la fenêtre156, près de l’âtre157. Mais à cause d’une certaine méfiance et du désir d’utiliser l’âtre, les tuyaux de la cuisinière se raccordent au conduit de la cheminée de façon à dégager celle-ci : on la place de côté ou loin en avant. Toutefois, le tuyau d’évacuation doit être dirigé de façon à avoir accès à la cheminée et les autorités municipales ont prescrit une réglementation précise. Au sujet des tuyaux formant cheminée d’une cuisinière située à côté de la cheminée de la cuisine du presbytère, le Conseil décide que M. le Curé pourra envoyer les tuyaux de la cheminée en dessous du plancher, où s’il persiste à vouloir replacer les tuyaux dans le grenier, il devrait faire placer ces tuyaux de manière qu’ils soient à distance légale (0,16) des poutres 158.

  • 159 Inv. 227, 1895.
  • 160 Inv. 189, 1925.

164Si les premiers appareils de cuisson propres à remplacer l’âtre, le poêle garni de ses tuyaux et la cuisinière, apparaissent dès 1880, ces deux nouveautés concernent les maisons les plus aisées et les mieux équipées. Vers 1920-1930, les plus modestes l’achètent mais souvent d’occasion. Les femmes, habituées à régler la chaleur du feu, soit en tisonnant, soit en déplaçant le récipient de façon à assurer une cuisson douce et continue des aliments, ont du mal à se familiariser avec des gestes autres que ceux appris de longue date. Notables et gens de métier l’adoptent rapidement, ils en reconnaissent les qualités. La rapidité de cuisson du nouvel équipement permet aux cabaretiers de répondre à la demande croissante des cultivateurs, de plus en plus séduits par les possibilités offertes sur les marchés et les foires. Vers 1895, un maître d’hôtel du petit village de Bueil-en-Touraine, continue de tirer parti du feu de la cheminée puisque celle-ci est équipée de deux chenets, une pelle, des pincettes, une main de fer, une grille, une crémaillère, un porte-poêle, un soufflet, une pelle à main, un réchaud et un trépied et elle se complète d’un fourneau en tôle et ses tuyaux, cinq marmites et un petit fourneau à pétrole159. En 1910, la cuisine à l’âtre n’est toujours pas abandonnée par un maréchal-ferrant de Saint-Paterne-Racan et par deux cultivateurs-cafetiers de Reugny et de Bueil-en-Touraine. Renoncer à la cheminée aurait en effet provoqué un bouleversement trop brutal des habitudes et des mentalités rurales, attachées notamment à la pratique des veillées. Seul, le ménage d’un comptable, installé à Vouvray, renonce à la cheminée en 1925, et fait l’acquisition d’un nouveau matériel cinq casseroles, un faitout, une cocotte160.

165Les modes de cuisson sont les plus révélateurs du savoir technique de la femme. Contrairement à la cuisson domestique du pain qui disparaît presque totalement dès 1860, la cuisine à l’âtre se maintient dans un grand nombre de maisons, chez les agriculteurs notamment jusque vers 1930, époque de l’installation généralisée des cuisinières à bois. Un des changements les plus importants, quoique peu spectaculaire et très progressif, se manifeste au cours du XIXe siècle, il consiste en la raréfaction de certaines cuissons à la flamme, au bénéfice de l’utilisation croissante de la braise, en particulier pour les plats les plus élaborés, plats que l’on confiera ensuite aux premières cuisinières. Le plat unique est remplacé par des plats variés, la cuisson mijotée du cagnard est remplacée par une cuisson plus rapide. Par contre, la cuisine la plus simple continue de se faire au-dessus de la flamme.

166La place tenue par des objets nouveaux change, pour les membres de la famille, les habitudes d’occupation de l’espace et la manière de la partager, mais aussi les rythmes quotidiens. La cuisinière, il fallait toujours l’astiquer avec la toile émeri, tâche réservée à la fille de la maison. C’était une comédie épouvantable, je me rappelle ma grand-mère, elle faisait la soupe dans la cheminée mais la cuisinière, elle ne s’en occupait pas tellement et puis il y avait les cuivres, la bouilloire et le robinet (B.).

167La préférence marquée pour les aliments cuits, les fruits mêmes ne sont-ils pas rarement consommés crus, permet de considérer le foyer comme la zone indispensable à l’élaboration culinaire.

  • 161 Suzanne, Tardieu, et Hélène, Tremaud, Essai de classification des techniques de cuisson des aliment (...)
  • 162 Paul, Martellière, Glossaire du vendômois, Orléans, Herluison, 1893, 366 p. ; Bernard, Edeine, La S (...)

168Tous les procédés de cuisson sont utilisés : ces aliments sont rôtis à la broche, frits dans une poêle, cuits sur un gril, longuement préparés dans une marmite, mais ils ne tiennent pas la même place dans tous les milieux sociaux. Chaque cuisson requiert un matériel approprié161. Le procédé extrême consiste à cuire dans la braise ou la cendre chaude, c’est le cas des pommes de terre et des châtaignes. Ustensile courant (environ 50 % des utilisateurs), le gril permet d’exposer directement à la flamme, le boudin et le hareng consommés au déjeuner du matin. Le grille pain ou rôtissoire à pain, mentionné dans la région de Château-Renault, permet de hasler le pain en lui redonnant une certaine fraîcheur. En l’absence d’un ustensile approprié, on a recours à des objets plus modestes qu’on trouve à portée de main. Une fourchette ou un couteau suffisent à présenter au feu le pain, témoignant de la simplicité des ustensiles de cuisine et de la pluralité des usages. La place peu importante de la viande rôtie dans l’alimentation rurale se vérifie par le petit nombre de broches ou de rôtissoires. Seulement 7 % des ménages de notre échantillon emploient une broche à rôtir, simple tige de fer qui permet une présentation au feu de la pièce sur toutes ses faces, complétée d’une lèchefrite ou d’un plat à rôtir. La rôtissoire et ses broches, coquille en terre ou en fonte, constitue un progrès dans le sens où elle permet une cuisson plus commode. Mais un procédé plus courant, n’exigeant pas d’ustensile spécifique, est signalé en Touraine, comme dans le Vendômois, en Sologne et dans le Sancerrois. Il consiste en une corde terminée par un crochet de bois auquel est attachée la pièce à rôtir que la femme fait tourner à l’aide d’un bâton162. Pratique simple s’il s’en faut, qui prouve la complémentarité des sources écrites et orales. Souvent, la maîtresse de maison laisse le soin de surveiller la cuisson à l’un des enfants, pour mieux vaquer à ses autres occupations.

169La seconde technique utilise indirectement la flamme, l’aliment baigne dans un corps gras, beurre ou saindoux, déposé dans une poêle en fer. Cela suppose l’emploi d’une crémaillère ou d’une servante sur laquelle repose le récipient sans anse, ou d’un trépied en fer. Les deux procédés sont employés en Touraine : quarante et une mentions de porte-poêle et quarante de trépied.

  • 163 Rougé, op. cit., 1931, p. 10.
  • 164 Daniel, Schweitz, Les ustensiles en céramique dans l’équipement domestique pré-industriel du Centre (...)

170La poêle, la marmite et le trépied sur lequel on les pose, sont les plus répandus : signe de l’importance du potage dans la nourriture de l’immense majorité des tourangeaux et de l’unicité du matériel en toutes régions. La marmite pendue à la crémaillère est l’image même du foyer et chacun dispose de deux récipients et plus, de taille différente. Dans le pays de Lussault, la jeune fille qui accroche sa marmite à la crémaillère les deux pieds en avant renvoie les amoureux 163, objet symbolique s’il en est. La poêle à frire, lourde et encombrante, peut être posée sur un porte-poêle ou servante, lui-même accroché à la crémaillère ou mis sur un trépied, sans qu’il y ait une distinction sociale ou régionale. Munie d’une longue queue que l’on pose sur une bûche encore entière, sur une barre de fer elle-même placée sur des chenets, ou sur un des barreaux de la chaise, elle permet de se tenir éloigné des flammes pendant les cuissons très prolongées à feu très vif. Quand on ne s’en sert pas, la poêle est accrochée sur le côté de la cheminée, posée sous l’évier ou rangée dans une pièce annexe, le cabinet. Pour des cuissons rapides, pour cuire les bouillies et les céréales, réchauffer les aliments ou faire chauffer les liquides164, neuf ménages utilisent le poêlon, placé directement sur la braise ou posé sur un trépied. Ce récipient à fond plat, à parois relativement plus élevées que le poêle, muni d’un manche creux, est vraisemblablement confondu avec la casserole en terre, en fer battu ou en fer émaillé. En effet, plus d’un tiers des ménages utilisent une ou plusieurs casseroles qui ne sont pas obligatoirement associées à une cuisinière.

  • 165 Deux marmites avec leur couvercle dans la salle commune ; un chaudron dans la cour (Inv. 10, 1850)  (...)

171La cuisson par immersion consiste à placer l’aliment dans de l’eau préalablement chauffée ou non, dans une marmite pendue à la crémaillère ou devant la flamme, dans un pot en terre ou en fonte. Ordinairement, un ménage dispose d’une marmite propre pour faire la soupe, d’une petite marmite pour le café et d’un chaudron pour les animaux (Georgette G.). En Touraine, la distinction entre la marmite et le chaudron porte essentiellement sur leur fonction ; le lieu d’utilisation privilégié du chaudron est l’annexe, la buanderie et le fournil, local où se déroule la lessive et la cuisson des aliments pour les animaux165.

172Lorsque la femme veut décrocher, sans se brûler, le récipient pendu à la crémaillère, ou soulever le couvercle pour surveiller la cuisson, elle prend une pièce de fer recourbé, appelé main de fer ou poignée de fer. Auxiliaire indispensable de tous les récipients, le couvercle empêche l’évaporation des liquides, active la cuisson et protège les aliments de la fumée et de la suie. L’écumoire et la cuiller à pot interviennent après la cuisson. Près de 1/5 des ménages, d’après les inventaires, utilisent une écumoire pour retirer les légumes et les autres aliments du récipient ; la plupart se servent de la cuiller à pot, ou cuillère potagère, pour tourner et remuer les aliments en cours de cuisson, les extraire et les déposer dans les assiettes. Au début du XXe siècle, les ustensiles de cuisson les plus usuels sont la casserole, le pot à bouillon, la cocotte, la casserole pour faire bouillir le lait, le plat en terre pour mettre au four (B.).

Des habitudes alimentaires aux manières de table

  • 166 Guy Thuillier, op. cit., 1977.

173Une des difficultés relevées par Guy Thuillier est le manque de témoignages précis sur les modes alimentaires des différents groupes sociaux et professionnels et la diversité des traditions très fortes d’une région à l’autre suivant les structures sociales et les niveaux des revenus166. Les documents chiffrés sont fragmentaires et toute une partie de la consommation traditionnelle relève de l’autoconsommation. Les obstacles, les résistances aux transformations tiennent à des habitudes séculaires, à des traditions d’épargne, à des décalages de générations. Toute augmentation du revenu ne se traduit pas nécessairement par une mutation des consommations, tant par les habitudes de privation que par le poids de l’autoconsommation.

174Très souvent la cuisine régionale est assimilée aux spécialités gastronomiques, les rillettes et les pruneaux de Touraine, mais la distance est grande entre celles-ci et la nourriture ordinaire prise à la va-vite, dont le seul but est de se remplir le ventre et qui y parvient sans apprêt, ni recherche. Cette cuisine quotidienne exige une préparation minimum, préparation destinée à rendre les aliments le plus profitables et à en améliorer le goût dans la mesure où l’amélioration recherchée n’entraîne pas de changement par rapport au goût attendu et traditionnel. La seule préoccupation n’est pas d’associer les aliments dans les meilleures conditions de dosage et d’assaisonnement mais de les faire cuire dans les meilleures conditions de temps, d’économie et d’efficacité. Le manque de temps résultant du fait que la femme travaille comme son mari dans les champs, le nombre de personnes à nourrir, les maigres ressources incitent également à simplifier la préparation des repas et l’on accorde peu d’attention à la façon de cuire les morceaux de viande, mélangeant par exemple boeuf et porc par souci d’économie. Les seuls changements apportés à la cuisine ont lieu entre les repas d’été et les repas d’hiver, à l’occasion des fêtes, la nourriture devient également plus riche, plus abondante et relativement plus raffinée.

175La cuisine rurale est simple et répétitive. Les travaux agricoles décident du nombre et du lieu des repas. Horaire, ce terme suggère une idée d’exactitude : cela n’est de règle que dans les domaines où le personnel est nombreux, obligeant à suivre une certaine discipline. Chez les vignerons, les journaliers et ceux qui travaillent à leur compte, entourés d’une communauté réduite, les repas sont improvisés en fonction du temps libéré par les travaux. Une expression populaire que l’on retrouve dans beaucoup de régions est pleine de sens travailler d’un soleil à l’autre. Cette durée du travail variait avec les saisons, très longue en été, plus courte en hiver.

176La cuisine quotidienne comporte cinq repas, d’importance inégale : le petit déjeuner entre cinq et sept heures du matin, la collation de neuf heures, le goûter entre onze heures et midi, le petit goûter entre seize et dix-sept heures et le souper entre dix-neuf heures et vingt-deux heures. Seul, le repas du soir réunit tous les membres de la communauté. Le docteur Millet, donne sommairement la composition de chaque repas.

  • 167 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 40.

177En se levant, dès le matin, un peu de pain et boire un peu de vin, à neuf heures, la soupe, un peu de pain soit avec du fromage, soit avec un fruit, à midi ou treize heures, le principal repas composé de la soupe grasse et du bouilli ou soupe maigre, à quatre heures, du pain avec un fruit et du fromage, à huit heures, le souper avec de la viande, soit avec des légumes, des fruits ou de la salade167.

178Ces préparations peuvent relever d’une seule personne. Madame R. se rappelle avoir préparé des repas réunissant dix ou douze personnes, au déjeuner, grand déjeuner, goûter et souper et cela sans aucune aide.

  • 168 Arlette, Schweitz, “Les systèmes alimentaires en Touraine et en Sologne”, 29ème journées nationales (...)

179L’enquête de la Commission des recherches collectives (C.R.C. 3), lancée en 1937, sur “l’alimentation populaire paysanne traditionnelle” donne une impression d’ensemble sur le département d’Indre-et-Loire168.

  • 169 C.R.C.3 Indre-et-Loire.

180A la collation, c’est une soupe au pain, la panade, une soupe au lait et à l’oseille, une soupe de légumes, ou des harengs crus avec ou sans beurre. Le goûter est composé d’une soupe ou d’un bouillon de potée, dite soupe grasse, du porc chaud cuit au pot et servi avec des légumes : haricots, navets, carottes, choux et pommes de terre, depuis 1910, s’y ajoutent des salsifis, des tomates, des petits pois, du fromage et des fruits de saison. Pendant les travaux de moisson et de fenaison, le réveillon est apporté aux travailleurs par le vacher. Ce petit goûter est composé d’une trempée au vin ou au lait, de fromage dur ou mou, des fruits de saison, ou bien encore, d’une fromagée, fromage battu avec de la crème, de l’ail, du poivre et du sel. Le souper, dont l’heure varie avec le coucher du soleil, est composé d’une soupe à la crème ou au lait, de pommes de terre et de lard, en hiver on mange des châtaignes cuites à l’eau, en été de la salade à l’huile de noix. Le dimanche et les jours de fête, ce sont des omelettes avec des pommes de terre, des oignons, des champignons et du lard169.

181Les plats reviennent régulièrement les mêmes jours de toutes les semaines en remplaçant seulement un légume par un autre selon les saisons, et on n’hésite pas, à l’occasion des grands travaux, à servir le même plat plusieurs jours de suite. Il y a du fromage mais rarement un dessert, parfois des fruits cuits, des fruits frais, des noix, du miel. L’alimentation des enfants ne fait pas l’objet de préoccupations spéciales, elle est hâtivement préparée et souvent très sommaire.

182Vers 1850, s’installe l’habitude d’acheter son pain au boulanger ou tout au moins de le faire cuire dans le four de la boulangerie. Ce pain n’est pas payé en numéraire mais les cultivateurs l’échangent contre des céréales. Quelle que soit la richesse du ménage, le matériel de panification a quasiment disparu des maisons.

  • 170 C.R.C. 3 Indre-et-Loire.
  • 171 Rougé, op. cit., 1931, P- 42.

183Si l’essor économique favorise la disparition progressive de la valeur symbolique des aliments. Les aspects rituels du pain perdurent encore longtemps, bien qu’il n’y ait plus de fabrication domestique du pain. Il n’est donc pas investi de la seule valeur de consommer, il se donne à consommer. Le parrain et la marraine ont coutume d’offrir à leur filleul un cochelin, pain long et fendu par moitié170. Les ménages continuent de faire cuire, au four des boulangers, le pain pétri par eux-mêmes, et ils marquent les paillonnées de pâte avec des fiches en papier, sur lesquelles est inscrit le nom ou le signe. Ces indications sont disposées en croix, pour préserver le pain d’une mauvaise cuisson et des maléfices171. Cette pratique disparaît à l’époque où le boulanger commence à faire sa tournée deux à trois fois par semaine, distribuant son pain de froment, toujours peu salé et peu levé. Ce pain entre dans la fabrication de plusieurs trempées au lait ou au vin dit miotte, miettée, panée. Liées à la cuisson du pain, tartes et galettes constituent l’essentiel des pâtisseries familiales qui cuisent le samedi, parfois le mercredi pour les enfants. Les femmes n’achètent des pâtisseries qu’aux fêtes, noces et communions, par manque de temps ou peut être par manque de confiance en leurs qualités de cuisinière.

  • 172 Rougé, op. cit., 1931. p. 47.
  • 173 Rougé, op. cit., 1931, p. 65
  • 174 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 34.

184Dans certaines circonstances, à la Chandeleur, la femme prépare la soupe dorée, faite de tranches de pain très minces trempées dans du lait sucré et froid, puis retrempées dans des oeufs entiers bien battus. Quand les tranches sont imbibées, elle les fait dorer dans la poêle, elle sucrait et on les mangeait chaud172. Insensiblement, s’achemine le temps de la confection des desserts. On mange toujours pour satisfaire sa faim mais, les jours de fête, la gourmandise est de mise, avec la cordé, gâteau composé de pâte de pain trempé dans du lait ayant la forme d’une corde grossièrement trempée, la fouace, galette à pâte épaisse, sèche ou beurrée, à Noël avec du beurre et du fromage de chèvre. Porteur de symbole, la fouace de nô, devient l’accompagnement de la relation entre garçon et fille. En Touraine, les jeunes gens prennent une fouace et s’en vont dans un coin où ils tournent et retournent la galette, jusqu’au moment où l’un d’eux brise brusquement la pâte toute chaude. Il examine le dessous du gâteau, et celui ou celle qui a dans son morceau la patte de chat, empreinte faite par un dé dans la fouace, entraîne l’autre et c’est l’indice d’un mariage qui doit s’accomplir dans l’année173. La fouée ou fouace est fort indigeste. Nous avons vu plusieurs fois des femmes ayant mangé cette pâtisserie chaude, et qui ont failli mourir d’indigestion174. Toutes ces pâtisseries sont prétextes à la fête et à la farce, telle la casse-muse, sorte de brioche à pâte légère, au milieu de laquelle on enferme du fromage frais ; le jour du Carnaval, on s’en jette à la figure, le fromage collant au museau. La gourmandise peut être responsable de graves inconvénients. Quand on boulange la veille de Noël, on fait un petit pain rond qu’on laisse plus cuire que les autres. Suspendu au plafond de la cuisine, il s’y conserve d’une année à l’autre sans chenovir. Dès qu’une vache est malade, surtout pour le vêlage, la fermière fait manger du pain de Nô après l’avoir ramolli dans de l’eau chaude.

  • 175 Rougé, op. cit., 1931, p. 44.

185A base de pommes de terre, de lard et des légumes de saison, la soupe est une des principales composantes du repas quotidien. La femme la prépare dans une marmite et la réchauffera pour les repas suivants sur le cagnard ou réchaud portatif. Cette soupe est servie directement de la marmite à l’assiette creuse du convive, ou versée d’abord dans une soupière (d’après notre échantillon, quatre-vingt trois ménages possèdent une soupière). En Touraine, la panade est une soupe avec du pain recuit175.

186La potée comprend toujours de l’eau, du lard et des légumes reflétant les quatre saisons. La soupe de lard est quotidienne, le lard est remplacé le dimanche par une pièce plus noble (jambon, épaule, saucisses chez les plus pauvres). Le “pot au feu’’ avec de la viande de boeuf, celle qui convient le mieux, est rare. On y ajoute un peu de veau ou de mouton, du sel et quelques légumes, tels que carottes, navets, poireaux et oignons brûlés. La première soupe au vermicelle est objet d’étonnement. Un des enfants de M. avait refusé d’en manger car elle croyait qu’il s’agissait de vers de terre.

187Les préoccupations alimentaires du catholicisme imposent de faire maigre pendant près de cent cinquante jours par an ce qui entraîne une valorisation du poisson. Cette abstinence n’est pas suivie de façon similaire : en Touraine, la friture de gardons et d’ablettes, les écrevisses, les tanches et les carpes pour les familles fortunées, les oeufs et les laitages pour les autres. L’alose de la Loire et le brochet sont réservés aux jours de fête malgré l’abondance des poissons de rivière, le tourangeau se contente de poisson de mer séché ou salé : hareng, saur ou salé, et merlu, consommé au petit déjeuner. Le hareng a été, jusqu’à la fin du XIXe siècle, un des éléments de base de l’alimentation. Il est avec le sel, le seul produit acheté couramment n’ayant pas une origine locale. Peu à peu, la morue, les poissons de mer frais en hiver, les conserves de poissons, le saumon en particulier remplacent les harengs saurs ou salés, harengs frais frits avec des oignons. Cette consommation augmentant, des marchands ambulants passent une ou deux fois par semaine et vendent des poissons communs, harengs, maquereaux, rougets, quelques coquillages et crustacés, moules et crevettes. L’huître, peu appréciée par les agriculteurs, commence à paraître sur la table des classes bourgeoises, commerçantes et fonctionnaires.

188Toute alimentation distingue les repas ordinaires où les légumes l’emportent, des repas extraordinaires qui interrompent la routine quotidienne et privilégient la volaille, le gibier et surtout la viande.

189Les poulets, les lapins et les dindons sont destinés à la vente sur le marché local, ils peuvent apporter un changement ou une amélioration au menu des repas de fête. En Touraine, la volaille est rôtie à la broche ou cuite avec des navets, le canard ou l’oie est engraissé pour l’époque des moissons, du carnaval ou de la Saint-Martin. On tue l’oie le jour du carnaval, une moitié est mangée et l’autre mise dans la graisse et conservée jusqu’au jour de Pâques. Il y a souvent du moisi. La technique du poulet à la ficelle est courante : la volaille est suspendue devant le feu à l’aide d’une ficelle maintenue par un crochet au début de la cuisson, elle est attachée par le cou, puis par les pattes. Le corps de la volaille est enduit de beurre, un plat en dessous reçoit le jus. Le bois employé doit être très sec : au début, le feu est doux, puis augmenté progressivement. on fait tourner le poulet à la main, la ficelle tendue entretient le mouvement qui ne doit pas cesser. Un jeune poulet est cuit en une heure, un poulet d’arrière-saison en une heure et demie. Mais selon les témoignages, il vaut mieux vendre un dindon huit à dix francs, ou un poulet quatre ou cinq francs que de le manger.

190La cuisine quotidienne est celle du mijoté, des soupes qui cuisent toute une matinée en attendant le retour de la ménagère travaillant aux champs. L’apport important de la viande et la petite quantité des légumes servis créent le contraste nécessaire entre les festins et les repas quotidiens. Plus l’événement a de l’importance, plus le nombre de plats augmente. Tous les enquêteurs du C.R.C. 3 soulignent l’augmentation progressive des viandes et l’établissement des boucheries. Le jour du marché, on se rend au cabaret pour y manger la viande de veau et du gibier. Jusqu’au début du XXe siècle, les aliments de base ont peu varié : la soupe (au pain), les légumes (haricots, pommes de terre) et le fromage puis la viande est devenue plus abondante et surtout plus variée. Par ordre décroissant, on mange : porc, boeuf et veau, volaille, lapin, chevreau, gibier, poissons de rivière toujours très abondants mais consommés moyennement : brochet, carpe, perche.

191La préparation des mets quotidiens sont le plus souvent extrêmement simple puisque la seule viande employée est le porc : cuit au pot-au-feu avec les légumes. C’est la source essentielle de protides et lipides animaux, présents dans la soupe biquotidienne et rentrant dans un grand nombre de préparations : boudins, andouilles, jambons. Une des spécialités tourangelles, les rillons ou grillons étaient faits avec des morceaux de porc, maigres et gras, poitrine et lard, coupés et cuits dans une cocotte avec du saindoux au feu de bois. Entiers, ils sont égouttés, salés et poivrés. Ces rillons sont consommés froids ou chauds. Les rillettes, placées dans des pots en grès recouverts de saindoux pour mieux les conserver, sont consommées au petit déjeuner et au casse-croûte. Le boudin blanc est composé de porc haché et de mie de pain trempée dans du lait et des oeufs. La carbonade ou carbonée est faite avec le foie, le moue et le sang du cochon fraîchement tué.

192Longtemps considéré comme une nourriture de luxe réservée à ceux qui ne se limitaient pas exclusivement aux produits directs de leur exploitation, c’est après guerre qu’on prend l’habitude d’acheter une fois par semaine du boeuf au boucher. Il est consommé les dimanche et lundi en alternance avec le porc. Quant au mouton, qualifié de viande pour gens de ville, il est mangé de façon accidentelle. Le veau, considéré comme peu avantageux, est servi uniquement les jours de fête. Le gigot de chèvre est très prisé au moment des vendanges, alors qu’il est rejeté dans d’autres régions comme en Sologne. Les comportements alimentaires à l’égard de la consommation de viande de cheval s’expliquent par des interdits religieux. L’église catholique s’opposa longtemps à l’hippophagie, cette viande accusée d’être vectrice de maladies, n’est consommée qu’en période de disettes et de guerres, ce fut le cas lors du premier conflit mondial.

  • 176 Rougé, op. cit.. 1931, p. 28.

193Les produits du jardin, légumes et fruits, sont rarement consommés crus. Les haricots, les tomates et les asperges sont séchés ou mis en bouteille, les raisins, les poires, les pruneaux sont séchés et protégés dans un boudronne ou boudroune, récipient de différentes capacités fabriqué avec des tresses de paille entremêlées de viorne, clématite sauvage. Elle a la forme pansue et un couvercle qui la ferme hermétiquement176 Les châtaignes jouent un rôle alimentaire d’appoint, elles sont bouillies ou grillées directement dans la braise ou dans un gréloire, récipient en terre cuite dont la panse est perforée.

194Chacun se nourrit des produits de la ferme et en premier lieu des légumes du jardin : pois, fèves, haricots verts, haricots en grains, asperges, choux, pommes de terre, salades dont le pissenlit, la mâche des vignes et le cresson. Vers 1910, la gamme des légumes s’étend : épinards, céleri, carottes. La saison n’est plus le seul ordonnateur. La soupe ne constitue plus le seul pôle autour duquel s’articule l’ensemble du repas. Le rôle des conserveries augmente la diversité de choix. On commence à pratiquer la culture sous châssis ce qui permet d’obtenir des primeurs : radis, salades et pommes de terre nouvelles. Jusqu’en 1914, on ne connaît que les rosés des prés, ensuite avec l’installation du médecin et de l’instituteur, on apprend à connaître d’autres sortes de champignons : cèpes, chanterelles, morilles, que l’on fait frire au beurre ou à l’huile de noix. La châtaigne, bouillie à l’eau ou grillée, devient plus une friandise qu’un aliment. Le plat d’oseille ou d’épinard apparaît rarement sur la table : deux ou trois fois dans le courant des mois de mai et de juin avec des oeufs durs ou le rôti. Ce met n’est pas préparé en raison du temps très long que demande son épluchage et puis cette nouveauté est déclarée trop fade. L’oseille est pourtant restée longtemps la seule feuille cuite à l’eau assaisonnée au beurre et à la crème sous le nom de farce à l’oseille.

  • 177 René, Coursault, Le folklore de la Touraine, Paris, G-P. Maisonneuve et Larose, 1972, 98 p. (Contri (...)

195En Touraine, le lait, et plus souvent la crème, n’est guère employé que dans la soupe. Il est ajouté au chocolat réservé au matin de Noël et au café le matin du jour de l’an. Ces laitages constituent l’alimentation des petits enfants. Les bébés sont nourris au sein et au lait de vache jusqu’à deux ans. Partout où il y a des vaches, les enfants boivent du lait tous les jours. Le premier aliment solide est une bouillie légère faite de lait et de farine, ajoutée de crème et de beurre. Avec les mêmes éléments mais en remplaçant la farine par du pain, on confectionne la panade. Par la suite, les soupes, les purées, les oeufs brouillés avec du lait, le fromage et les fruits constituent l’essentiel de l’alimentation enfantine. Les oeufs peuvent être conservés dans des tinettes avec de la chaux vive et de l’eau, formant à la surface une pellicule opaque de carbonate de calcium, ou enveloppés dans du papier177.

  • 178 Jean-Jacques, Hermadinquer, “Histoire de la vie matérielle. Essai de cartes des graisses de cuisine (...)

196L’utilisation préférentielle de graisses animales renvoie en partie à l’obtention plus facile que celle des graisses végétales dont l’extraction requiert des procédés techniques relativement élaborés. La graisse de porc, l’huile de noix et le beurre constituent les principaux fonds de cuisine178. On fait une provision de beurre pendant l’été, au moment où il est le plus abondant et le moins cher. Le beurre fondu est épuré et coulé dans des petits pots de grès, le tout protégé par un linge de toile bien propre et un couvercle. Il est utilisé concurremment avec le beurre frais en hiver, il peut être rance, on l’utilise tout de même. La cuisine tourangelle est faite au beurre et à la graisse de porc, graisse blanche et graisse grise (graisse n’ayant pas été épurée, au goût prononcé). Cette graisse peut être livrée fondue dans des sachets en papier parcheminé, par le charcutier. Ce détail en sachets montre un progrès notable dans la préparation et la livraison de la marchandise. Quant à l’huile de noix, elle est utilisée pour les fritures de poissons, les pommes de terre et les salades. L’huile tirée des noyers, presqu’exclusivement employée autrefois, est peu à peu remplacée par l’huile d’arachide d’un prix plus modique. Elle est conservée dans des bouteilles en terre hermétiquement fermées avec de la terre glaise.

197Il y a peu d’épices pour relever la cuisine, exception faite du sel et du poivre. Tous les condiments viennent du jardin : ail, sarriette, laurier, thym, persil, cerfeuil, oignon. L’oignon figure cru uniquement pour accompagner le hareng, au petit déjeuner du matin. Une frottée d’ail relève le goût de la chicorée, de la frisée, du cresson, ou d’une croûte de pain. Il est haché menu dans le fromage frais avec de la ciboule.

198Avec le pain, le fromage et la soupe, les fruits constituent un aliment essentiel, qu’ils soient apprêtés ou non. En Touraine, les arbres fruitiers nombreux permettent de varier les fins de repas : pommes, poires, raisins, prunes (mirabelles, reines-claudes). Conservés sur des claies à la cave, les fruits sont cuits avec du vin ou passés au four. Une préférence va à ces fruits tapés. Les renommés pruneaux de Tours, le pruniau issu de la prune de Sainte-Catherine, sont séchés au soleil ou au four. Ratatiné, ridé, le pruneau est mis dans des boudronnes.

199La Touraine, région viticole, doit son renom à des vins blancs (Vouvray, Montlouis) et des vins rouges (Bourgueil, Restigné, Cravant, Chinon). Cette idée du bien boire et du bien manger si souvent évoquée par les poètes et les écrivains de passage a tendance à nous faire oublier que les boissons les plus courantes à cette époque sont l’eau, le vin coupé d’eau et la bouete, boisson faite à belle eau pure sur du marc de pomme et de raisin mais aussi avec des cormes, des cerises, de la prunelle ou de la poire. Dans chaque petite exploitation, il est d’usage de mettre dans un tonneau au début de l’hiver pommes ou poires coupées sur lesquelles est versée de l’eau. Quelques jours suffisent et la boisson est consommable. En allant à la cave, on a soin d’apporter un broc plein d’eau que l’on verse dans le fût avant de retirer une égale quantité de liquide. Cette boisson quasiment inépuisable perd sa saveur. Le vin reste une gâterie des dimanches et des jours de fête, un luxe réservé au maître de maison. Il est consommé pendant les travaux d’été par les riches vignerons mais la plupart se contentent de la boisson ou de la bouete. Le même procédé est employé pour faire la piquette, le moût du raisin après la vendange est mis dans un tonneau sur lequel on verse de l’eau de façon à le recouvrir puis au bout de quelques jours on soutire une boisson assez aigrelette et on remet de l’eau pour compenser cette diminution. Des recettes paysannes l’utilisent dans leur composition : la rôtie, soupe au vin rouge, chaud et sucré, et la miotte, soupe au vin rouge non chauffé mais sucré au miel. D’autres boissons peuvent être citées. On mettait des feuilles de fresnes macérées avec de l’eau et du sucre, cela pétillait, ou encore, avec des feuilles de cormier, de figue (plus rare).

200Dans les auberges à la fin du XIXe siècle, c’est le vin à la française, c’est-à-dire, du bon vin rouge chaud et bien sucré, assaisonné d’un peu de cannelle, c’était l’extra de cette époque, les apéritifs et digestifs n’étant pas encore inventés, les clients ne se portaient pas plus mal.

  • 179 Berland, op. cit., t. 2, p. 26.

201Toutes les mixtures plus ou moins hygiéniques ne sont venues pour compromettre la santé, que beaucoup plus tard, aussi le stock de liqueurs qui garnissaient l’étagère de ma grand-mère n’était pas considérable on y trouvait du cassis, de l’anisette, du punch au rhum, du curaçao, du rhum et du bon cognac, et encore cet assortiment était-il réservé aux clients de la ville, les campagnes ne connaissaient que le vin et le café179. Il faut rappeler que la consommation de boissons alcoolisées est un acte éminemment social. Les temps de “débauche” sont nombreux, aux dimanches et aux fêtes viennent s’ajouter les jours de foire.

  • 180 Inv. 11, 1852.
  • 181 Inv. 29, 1860.

202La nourriture donne lieu à la constitution de réserves : les rillettes sont conservées dans des petits pots en grès, les morceaux de porc dans des tinettes, les jambons fumés accrochés aux solives de la pièce, les haricots séchés dans le grenier. Si le lieu de la cuisine est le foyer, les fonctions alimentaires investissent toute la maison, et notamment la fonction de conservation. Employé pour l’assaisonnement de la soupe et des légumes, étalé sur des tartines, le beurre salé se conserve plus longtemps que le beurre fondu. La provision est mise dans des pots en grès, en attendant d’être vendue sur le marché dominical, ou troquée chez l’épicier contre des produits de première nécessité. Le saloir et le pot à rillettes sont rangés dans un endroit frais, la maie placée dans la salle commune ou la cave. On trouve : dans la cuisine (...) cinq pots en grès remplis de rillettes, trois pots de graisse, un pot en grès et deux kilogrammes de beurre180 ; dans un cellier (...) deux tinettes en grès, un pot en grès, quatre futailles181. La provision d’huile de noix est conservée dans une bouteille en terre, rangée dans un placard, ou montée dans le grenier. Un ménage dispose d’environ un ou deux litres et le contenu du récipient doit être consommé assez rapidement. Le vinaigre, fait de mauvais vin au contact de la “mère”, est conservé dans un fût ou une bouteille en grès et déposé dans la salle commune ou le grenier, endroit où la température est assez élevée. Le sel, vendu brut par l’épicier du village, est réduit en poudre dans un égrugeoir et déposé dans une salière ou boîte à sel, placé près d’une source de chaleur. Pour éviter de renouveler trop fréquemment sa provision de sel, la femme achète d’assez grosses quantités enfermées dans des sacs de toile (Germaine R.).

L’introduction de nouvelles denrées

203Les achats de produits d’épicerie, de viande de boucherie se font au bourg et le jour du marché, auprès des commerçants qui font la tournée en voiture. Les habitudes alimentaires, lorsqu’elles passent à des aliments d’importation ou qu’elles deviennent plus complexes, provoquent un bouleversement. Cet autoconsommation caractérisant l’alimentation du XIXe siècle, est modifiée par l’installation de nombreux marchés hebdomadaires, des épiceries qui servent d’intermédiaires entre la ville et le village. C’est sans conteste dans les communes dépassant 1000 habitants et vivant des riches cultures viticoles et fruitières que les commerçants sont les plus nombreux, jusqu’à dix-sept épiciers à Saint-Christophe-sur-le-Nais, Vernou et Vouvray. Environ sept épiciers s’installent dans chaque village, certains doivent pratiquer d’autres métiers, tels que cabaretier ou cordonnier. Dès 1880, un circuit de commercialisation des produits est constitué avec le marchand de vins en gros, le marchand de volailles, le marchand de beurre et le coquetier. Dans les boutiques s’accumulent les objets les plus variés, ustensiles, aliments et boissons. C’est là qu’on achète le sucre, qui remplace peu à peu le miel, des oignons pour améliorer le goût des aliments courants, mais aussi le poivre utilisé pour la préparation des saumures, la moutarde, les épices et le café. Tout cela dénote un niveau de vie qui s’élève, des habitudes qui changent. L’habitant du bourg peut se permettre des aliments considérés jusque là comme luxueux et inaccessibles. L’épicier fait sa tournée et ramasse le beurre, les oeufs, les volailles et au lieu de payer les denrées en numéraire, il les échange contre de la vaisselle, des produits d’entretien, des tissus et des produits alimentaires dont chacun a besoin. D’après un inventaire d’épicerie, dressé en 1864, on découvre toutes les denrées étrangères à la production locale qui deviennent accessibles aux plus riches :

  • le poisson : une barrique et des sardines
  • la viande : un kilogramme de pied de boeuf
  • les céréales : cinq kilogrammes de riz, un kilogramme de petit mil
  • les sucreries : deux pains de sucre pesant dix-huit kilogrammes, deux boîtes à réglisse, six douzaines de biscuits, cinq cents grammes de pastilles de gomme, un kilogramme de dragées et de bonbons, quatre kilogrammes et cinq cents grammes de chocolat
  • les condiments : une boîte d’oignons, un kilogramme de poevre, deux kilogrammes de farine de moutarde, huit litres d’huile de noix, un kilogramme d’huile d’olive, vingt-cinq kilogrammes de sel
  • le café : cinq kilogrammes de café, cinq kilogrammes de café en grains182.

204L’artisan et le commerçant sont les seuls à consommer une nourriture qu’ils n’ont pas produite. Opulents ou bien modestes, ils doivent acquérir les aliments par l’intermédiaire de l’épicier ou en ville. Ils sont plus sujets aux achats de plaisir : café, chocolat, sucreries. Le moulin à café est employé chez quelques cafetiers, gros propriétaires et bourgeois, mais ils préfèrent le faire moudre par l’épicier plutôt qu’acquérir un ustensile. Subissant les influences extérieures à la région et accordant une plus grande importance à leur rang qu’à leur appartenance culturelle, ce sont les premiers à consommer des boissons excitantes, produits de luxe vers 1880-1890 à cause de leur nouveauté. Toutes les denrées, produites en-dehors de la communauté, entrent lentement dans les habitudes alimentaires mais les comportements ne sont pas encore guidés par la gourmandise et le goût. Les contraintes de toutes sortes demeurent encore trop fortes.

La recherche du goût bourgeois

205L’amélioration du niveau de vie et l’apparition de nouvelles denrées à la fin du XIXe siècle n’ont pas fait disparaître les préparations de base traditionnelles. De nouveaux mets n’ont été introduits que très lentement. Quelqu’ait été leur richesse respective, c’est entre les agriculteurs isolés dans les fermes et les hameaux, et les habitants des villages que les disparités sont les plus nombreuses. Dans les bourgs, on cuisine avec plus de soin et c’est souvent grâce aux artisans et aux commerçants que les plats les plus recherchés et les plus variés se sont répandus.

206L’imitation a commencé dans la proximité des modèles, près des villes et seulement là où existait un milieu favorable, une clientèle et des artisans, c’est-à-dire dans les bourgs. Ces artisans, ces commerçants, ces redistributeurs vivant de la campagne, ne sont pas, comme les agriculteurs, limités à consommer leur propre production, l’achat des produits venus d’autres régions leur est plus facile. L’extension des chemins vicinaux, l’amélioration des routes ont intensifié les relations : le passage de la voiture du boulanger ou de l’épicier en est un exemple. Un groupe social peut ressentir un véritable complexe d’infériorité à l’égard d’un autre et considérer tout ce que cette société admirée possède comme supérieur aux éléments correspondants de sa propre culture. Il empruntera tout ce qu’il peut à ce modèle, c’est la voie ouverte à l’adoption générale des nouveautés.

  • 183 Mireille, Bachelard, Foires et marchés en Touraine. Blois, le Clairmirouère du temps, 1981, 239 p„ (...)

207La foire est l’exceptionnel, événement de rupture avec la monotonie du quotidien, c’est une journée d’échange, de circulation d’argent et de consommation. Mireille Bachelard note un essor sensible du réseau commercial au XIXe siècle : de 225 foires en 1810, leur nombre passe à 273 en 1850 pour atteindre au début de ce siècle 400 ; quant aux marchés, ils sont au nombre de 32 en 1822 et approchent la centaine en 1912183.

208Avec une brouette, à dos ou en carriole, le marchand ambulant porte à domicile les denrées coloniales : caisses de café, fûts d’olives, sucre, savons parfumés, eau de Cologne. Lentement, le monde rural accède aux produits que consomment les élites locales, en premier lieu les épices lointaines si prisées. Ces marchands ambulants sont à l’origine de la fondation des maisons d’épicerie en gros comme celle des frères Mallein, rue de la Scellerie à Tours.

209Le marchand ambulant passait vendre du café, du chocolat. On y achetait aussi des harengs saurs, des sardines salées, de la morue que l’on faisait frire (Suzanne F.).

210J’ai connu particulièrement plusieurs types de ces marchands ambulants qui conduisaient eux-mêmes leur voiture de marchandises, et les vendant au détail à domicile, ils furent les fondateurs d’importantes maisons de commerce qui existent encore aujourd’hui (...) M. Billaut de Sepmes (...) toujours monté sur le devant de sa charrette, chargée de fûts d’eau de vie, cognac, rhum, liqueurs fines, etc. (...) il s’empressait de revêtir une tenue devenue légendaire dans la contrée ; chapeau haut de forme, garni d’une toile cirée froncée au-dessus, blouse de toile brillante toujours neuve, pantalon de drap noir, et gros souliers ferrés ; telle était la tenue ordinaire des commerçants vers la moitié du XIXe siècle, sauf la toile cirée particulière à M. Billaut.

211Ensuite il remplissait ses bidons et allait détailler sa marchandise chez les châtelains et principaux habitants du pays, métier pénible qui procura à son auteur une jolie fortune (...)

212Une des premières maisons d’épicerie en gros de Tours a été fondée dans la rue de la Scellerie (...) par les frères Mallein venus des environs de Grenoble. Je les ai vus maintes fois conduisant leur voiture lourdement chargée de denrées coloniales et alimentaires qu’ils portaient eux-aussi, à domicile, chez les gens riches, à dos, ou avec une brouette.

  • 184 Berland, op. cit., t. 2, p. 30.

213Je vois encore ces grandes caisses de café qui sentaient bon, ces gros fûts d’olives qu’ils ne sortaient qu’avec une longue cuillère bien étamée, et le sucre, savons parfumés, eau de Cologne, miel, etc. (...)184.

214La diffusion d’un nouveau goût requiert un contact et du temps que seul le cabaret est à même de procurer. Le cabaretier s’avère un véritable intermédiaire culturel, participant à la culture populaire mais intégrant des éléments de la culture dominante. Pendant l’hiver, les notables du pays se donnent rendez-vous autour d’un billard tout en buvant le vin à la française, vin rouge chaud et sucré, assaisonné de cannelle. Après avoir réglé leurs affaires sur les marchés et les foires, les paysans s’y retrouvent et se mettent à lire le journal. En général, le stock de liqueurs qui garnit les étagères est peu important : vermouth, absinthe, cassis, anisette, curaçao, rhum et cognac, encore est-il réservé aux clients de la ville, les gens de la campagne ne connaissant que le vin et le café. Dénoncés comme des lieux de débauche, le nombre des cabarets augmente fortement : on ne compte pas moins de cinq cabarets par petit bourg et jusqu’à seize à Saint-Paterne-Racan et Monnaie, cette surabondance obligeant le tenancier à pratiquer un autre métier, tels que cordonnier, cultivateur ou débitant de tabac. La diffusion des alcools et du tabac est bien liée à l’installation de cabarets, alors qu’ils s’introduisent dans les familles bien plus tard. La consommation de nouveaux choix alimentaires n’implique pas qu’on l’adopte dans la vie courante.

215L’aubergiste, le cabaretier tient dans le pays une place considérable. Tout événement, tout incident a sa répercussion au café : un baptême y implique une station et la consommation de quelques bouteilles comme le mariage, l’enterrement, les réunions du conseil municipal, celle des pompiers ou de la société de secours mutuels.

216Les femmes de notables, de fonctionnaires, d’instituteurs étant plus disponibles, sont attirées par toutes les nouveautés. La complexité du voisinage créant une certaine émulation, les contacts avec la ville entraînent l’adoption des façons de faire différentes.

La vaisselle et les manières de table

  • 185 Frédéric, Lange, Manger ou les jeux et les creux du plat, Paris, éd. du Seuil, 1975, 157 p., p. 24.

217On ne mange pas n’importe quoi, n’importe comment, n’importe quand. On mange les aliments de son choix, on les mange avec des ustensiles, dans un endroit fixé d’avance, sur une surface plate, la table et à des heures fixe185.

218Le repas est une pause dans le travail mais n’est ni un lien, ni un moment de sociabilité hormis à l’occasion des fêtes. Le repas quotidien est silencieux et l’on est disponible à autre chose qu’à manger. En Touraine, patron et domestiques, font table commune. Seulement, le patron se place avant les ouvriers et se sert le premier, les femmes comme les hommes (Fig. 16). Exception est faite au moment des battages, où les femmes mangent dans la cuisine, les hommes prennent leur repas dans la grange.

219Le repas quotidien ne comporte pas de cérémonial particulier, les membres du groupe domestique s’installent autour d’une table nue ou couverte d’une toile cirée. Cette protection est adoptée dès 1860, d’abord par les cabaretiers, ensuite par l’ensemble de la population qui la juge pratique et facile à nettoyer. Le maître de maison se sert, puis les autres suivent chacun à leur tour, la femme s’occupe uniquement du service des enfants en bas âge. A la différence d’autres régions, l’homme rentre souvent déjeuner chez lui, par suite de la proximité de la propriété mais aussi des habitudes tourangelles. Germaine R., originaire d’un petit village du Loir-et-Cher, fut assez déconcertée lorsqu’elle s’installa en Touraine, après son mariage, par l’application d’un horaire de travail différent. En effet, il n’est pas d’usage de faire la sieste après le déjeuner et l’homme repart dans les champs vers 13 heures 30-14 heures. Comme seule explication, elle invoque le retard des méthodes de cultures.

Fig. 16 L’homme à table

Fig. 16 L’homme à table

Chacun a son assiette et on ne puise plus avec sa cuillère, tour à tour, dans la marmite posée sur la table. Dans cette scène, qui évoque “le déjeuner d’un paysan”, un homme d’un certain âge, coiffé de son chapeau, est assis à l’une des extrémités de la table nue. Il est en train de couper un morceau de la miche de pain avec son couteau. Devant lui, sont placés l’assiette, le verre et la bouteille de vin fermée par un bouchon de liège. La scène se déroule dans une pièce exiguë : au fond, le lit est recouvert d’une garniture à motifs fleuris et de quelques vêtements, devant ce lit, trois chaises alignées, sur la tablette de la cheminée, sont rangés divers objets, la plupart en verre, des images pieuses sont fixées au manteau.

source : Musée des A.T.P.

  • 186 Inv. 4, 1850.
  • 187 Inv. 200, 1875.

220La progression des techniques entraîne la disparition des repas pris aux champs, la modification des horaires de travail et des lieux de repas. Le matériel destiné à la consommation des repas hors de la maison fait double emploi avec le précédent. Le porte-dîner186, appelé pornier, en terre ou en bois, est remplacé par un simple pot recouvert d’une assiette creuse (Renée C.). La gourde complète l’attirail d’un garde-particulier de la forêt de Beaumont-la-Ronce avec : un fusil double, deux pistolets à balle, une carnassière, une boîte à poudre, un couteau de chasse187.

  • 188 C.R.C. 3, Indre-et-Loire.

221Indice de la cohésion sociale, le repas s’oppose à tout changement brutal pour présenter toujours à ses participants la même image. Le convive retrouve par le repas la société qui lui est familière. Un certain nombre d’usages se sont perpétués comme celui de manger la viande ou l’omelette sur des morceaux de pain, les tailloirs d’autrefois, et celui de faire la miotte qui consiste à tremper un morceau de pain dans du vin coupé d’eau et de sucre, versée dans un plat où tous les convives se servent à tour de rôle188.

  • 189 ROUGÉ, 1931, p. 154 et 559. Le pain placé à l’envers sur la table ou dans la maie fait courir les c (...)

222L’usage des ustensiles de cuisine et de consommation est sévèrement codifié. Les plus délicats à manipuler, les lames et tous les objets qui tranchent, coupent ou piquent, sont l’objet de croyances. Chaque homme possède son couteau de poche et c’est la maîtresse de maison qui coupe le pain et le distribue aux enfants avec son couteau de cuisine. Avant d’entamer la miche, elle a pris la précaution de faire une croix sur le dos du pain. Cette peur superstitieuse qui règne sur tout le déroulement du repas, est signalée par des interdictions connues dans d’autres régions : placer un couteau et une fourchette en croix, mettre le pain à l’envers, renverser le sel189. Il faut écarter tout danger et éviter tout malheur.

  • 190 Inv. 84, 1864.
  • 191 Inv. 156, 1890.

223La vaisselle ne paraît pas aussi rudimentaire qu’en d’autres régions : une ou plusieurs soupières, des plats, des assiettes, des verres, des fourchettes en fer et des cuillères en étain. Chez la plupart des ménages de journaliers, on remarque l’abondance de la vaisselle, cinq soupières, trois plats et vingt-quatre assiettes, la faible variété de ses composantes (assiettes, plats, soupières, saladier) et l’apparence simple de celles-ci (en terre jaune et noire, en faïence blanche)190. La possession de vaisselle renvoie à l’indispensable et à la simplicité dans le décor. Le superflu ne concerne qu’une minorité sociale, les métiers du commerce et la bourgeoisie locale. Parfois, la vaisselle de fête, ou vaisselle de la Saint-Mathieu, diffère de la vaisselle ordinaire par son lieu de rangement, la grange, par ses composantes (un moutardier, un compotier, une carafe), par son matériau (du cristal, de la porcelaine). En voici un exemple : six plats, dix compotiers, quatre bouteilles, un moutardier, quatre tasses, deux salières, trois carafes en cristal, un huilier en verre ordinaire, deux plats creux, cent seize assiettes en porcelaine, six plats en porcelaine, une soupière, douze pots de faïence et douze de verre191.

  • 192 Inv. 152, 1880.
  • 193 Inv. 75, 1853.

224Le repas peut être considéré comme une ouverture sur un monde social qu’il fixe, stabilise et explique. Pour les occasions de fête et certains repas dominicaux, la nappe et les serviettes sont sorties de l’armoire ou du buffet. Le stock de linge de table varie selon les milieux, il est très important chez les cabaretiers qui possèdent jusqu’à soixante dix-neuf serviettes et dix nappes192, chez les familles fortunées, susceptibles de formuler des invitations autour d’une table garnie, voire sept nappes en toile commune (...) quarante et une serviettes (...) deux nappes en coton193. Dans l’ensemble, et conséquence de l’apparition de la toile cirée, les ménages disposent d’un lot de torchons, de quelques-uns à une trentaine, les différences en nombre résultant plus d’un jeu des héritages que des fluctuations de fortune.

  • 194 Inv. 248, 1920.
  • 195 Inv. 240, 1900.
  • 196 Inv. 137, 1878.

225La vaisselle en terre commence à se diversifier et devient service de table. Le couteau de table devient une nécessité pour un aubergiste qui doit répondre à la demande croissante des consommateurs194, un signe d’une ouverture d’esprit résultant d’un métier du voyage, pour cet employé de la compagnie des Chemins de fer d’Orléans195, ou encore révélateur d’un contact permanent avec un milieu aisé pour un jardinier attaché au château de Marmoutier. Ce dernier possède douze couteaux de table, onze cuillers d’étain, douze fourchettes de fer196. C’est surtout la dissociation du piqué et du tranché. Le couteau de table au bout arrondi ne sert plus qu’à couper, et l’autre fonction est assurée par la fourchette. Si la lame emmanchée apparaît à la fin du XIXe siècle, les hommes continuent de préférer leur couteau de poche. Quant à la cuiller à café, elle demeure réservée à quelques familles bourgeoises, alors que plus d’un tiers des ménages de notre échantillon utilisent des tasses.

  • 197 Inv. 156, 1890.
  • 198 Inv. 84, 1864.

226Pour la présentation de certains mets, une minorité sociale proche des habitudes citadines emploie une vaisselle que l’on peut qualifier de spécialisée. Le saucier pour le jus des viandes rôties, la coupe à fromage ou le compotier sont d’ordinaire remplacés par un bol, une assiette ou un plat. La notion de service peut transparaître avec l’utilisation du plateau et du porte-plat, si nécessaire dans un logement où les pièces ont des fonctions bien marquées, la cuisine et la salle à manger. Un moutardier, un service à liqueurs, un service à café 197 confortent encore cette idée du bien – manger et du bien-présenter. Apparaissant vers 1900, le service de table est loin d’être en usage chez les cultivateurs qui continuent d’acheter leur vaisselle dépareillée à l’épicerie du village198, au fur et à mesure de leurs besoins. Il faut admettre que les dîners de famille et autres invitations sont les occasions d’adopter de nouveaux aliments et par conséquent de nouveaux équipements.

  • 199 Inv. 9, 1852.

227Généralement, la vaisselle de fête se distingue par le lieu de rangement. La dispersion entre deux ou trois endroits ne peut pas se justifier par le seul indice d’encombrement. Dans les milieux les plus modestes, tel ce journalier décédé en 1850, le nécessaire de cuisine est rangé dans un placard aménagé dans un mur. Vaisselle, équipement de l’âtre, et denrées alimentaires s’y trouvent : treize pots, un buon en grès, deux bouteilles en verre noir, deux plats creux, deux assiettes en caillou, quatre assiettes en fayence, une casserole en terre, trois verres en verre blanc, une boîte à sel 199. La vaisselle se diversifiant, s’enrichissant de nouveaux ustensiles, il fallait chercher un meuble de rangement plus adapté, le buffet. Les fourchettes et les cuillers sont rangées dans le tiroir, les plats, les soupières, les assiettes sur les étagères. Le buffet-vaisselier, meuble où les objets font l’admiration des hôtes de passage, ne semble pas courant. Pendant longtemps, une vieille armoire, un coffre ou une maie servent au rangement de la vaisselle et des provisions.

  • 200 Inv. 289, 1927.

228Un cultivateur possède un équipement de cuisine en 1927 considéré comme moderne : dans une vieille armoire servant de placard (...) sept pots en grès, six pots de grès, six pots de confiture, une soupière, deux bocaux, un carafon (...) dans un buffet, vingt-quatre assiettes, vingt-quatre verres à boire, deux plats en fer, huit plats en terre, deux saladiers, deux soupières, quatre bols (...) et menus objets de vaisselle200.

Les travaux ménagers

  • 201 Arlette, Schweitz, “Les travaux ménagers d’autrefois”. Magazine de la Touraine, avril 1986, p. 5-16

229Le volume et la dispersion des sources à traiter, souvent discontinues, n’offrent pas de prise à une étude du travail domestique. Les documents notariés ne se prêtent guère à une présentation détaillée du quotidien et des gestes qui lui sont associés, puisqu’on ne peut pas atteindre plus d’un quart de l’échantillon total. Plusieurs hypothèses sont à avancer : le désintérêt du priseur pour tous les ustensiles de faible valeur pécuniaire, l’abandon d’une activité qui était jusqu’alors quotidienne comme la fabrication du pain, ou bien encore la frontière floue entre ce qui a trait au domestique, dépendant de la communauté des biens, et non domestique, entre ce qui peut relever d’une autoconsommation et ce qui peut être rattaché au fonctionnement économique de l’exploitation, comme la fabrication du beurre et du fromage. Néanmoins il est certain que des opérations, telles que faire la lessive et le repassage, entretenir la maison, sont caractérisées par les deux termes d’obligation et de quotidien201.

230L’acte banal et quotidien, effectué par la ménagère, n’a laissé que peu de traces dans notre environnement actuel. Quelques édicules (lavoir, puits, fontaine), quelques maisons abandonnées et, surtout, la mémoire de nos anciens nous rappellent les modes de vie d’antan, les mentalités d’une époque révolue et éclipsée notamment par l’adoption d’un équipement domestique moderne, par l’installation d’un réseau ferroviaire ouvrant les campagnes aux modes de la ville, par la propagation d’un enseignement ménager dans les contrées les plus reculées. Une grande part du travail féminin a pour cadre l’exploitation, les bâtiments annexes et leurs abords.

231C’est en cycles (journalier, hebdomadaire ou semestriel) que s’organisaient autrefois les activités domestiques. Bon nombre de tâches n’ont pas de répartition sexuelle très nette. Aussi, la femme n’était-elle pas confinée aux seules besognes improductives de son foyer. Contribuant souvent aux travaux des champs, elle se charge encore de soigner la basse-cour et de traire les vaches ou les chèvres (Fig. 17). Par ailleurs, il arrive qu’elle soit employée dans le cadre de travaux ménagers augmentant sensiblement les revenus du ménage ; les emplois lui étant proposés entrent le plus fréquemment dans la trilogie lavage-repassage-cuisine. A ces laborieuses tâches journalières, s’ajoutent donc d’autres corvées périodiques. Tous les travaux sont érigés en véritables tabous pour l’homme. La preuve en est : le remariage rapide après le veuvage, les soins des enfants par une tante, une grand-mère et des servantes, l’interdit de faire la lessive ou de nettoyer la maison.

  • 202 Alain, Corbin, “Le grand siècle du linge”, Ethnologie française, n° 3, juillet-septembre 1986, p. 2 (...)

232Le XIXe siècle est le “grand siècle du linge”202. Toutes les deux ou trois semaines, le linge de corps et les vêtements de travail sont lavés dans un baquet et rincés à la mare ou à la rivière. La laverie se renouvelle plus souvent lorsque le stock de linge est réduit à quelques pièces et que la famille comprend des enfants en bas âge. Les pauvres ménages de journaliers et d’ouvriers agricoles, qui ont un besoin immédiat de leurs linges et vêtements sont eux aussi obligés de faire leur lessive plus souvent. Les femmes se contentent de tremper le linge dans l’eau de la mare, souvent souillée, sans aucun savonnage, faute de ressources.

233La buée, comme disent les anciens, a lieu deux ou trois fois par an, selon la richesse de la maison. Le moment de faire cette grande lessive devient un événement. Elle détourne la maîtresse de maison des autres préoccupations qui ne manquent pas. La grande lessive est un travail pénible. Les femmes s’en souviennent et gardent des souvenirs tout à la fois de la dureté de la tâche et des rencontres joyeuses et bruyantes entre voisines, à la cadence des battoirs. Elle peut mobiliser le village une semaine entière. Cette buée, (du vieux français buer : lessiver), est faite au passage entre la belle et la mauvaise saison : soit au printemps, aux sorties des intempéries hivernales, soit en automne, une fois les travaux des champs terminés.

Fig. 17 Les tâches quotidiennes de la femme

Fig. 17 Les tâches quotidiennes de la femme

Les tâches féminines, nombreuses et pénibles, rythment toute une journée. La femme scie les bûches et les rondins à la scie ordinaire, les plus gros morceaux sont débités à la hache et les souches irrégulières, sont fendues avec des coins. L’opération se déroule dans la cour, non loin de la porte laissée ouverte, ce bois est ensuite transporté jusqu’à la maison où il servira à l’allumage du feu. Les femmes ne sont pas confinées à des besognes domestiques improductives, elles s’occupent du bétail.

source : Musée des A.T.P. et A. Schweitz

  • 203 Léon Pineau, Revue des Traditions populaires, 1904, p. 430-431.
  • 204 Dr Raphaël, Blanchard, Revue des Traditions populaires, 1889, p. 44.

234Faire la lessive représente un acte entouré de toutes sortes d’interdits. Le respect des interdits religieux reste absolu pour qui veut ne pas être montré du doigt. On ne lessive pas le dimanche, et de préférence pas le vendredi. Toute transgression à ces croyances est immédiatement suivie de malheur. A Courçay, l’analogie entre le linceul et le drap oblige la femme à ne pas lessiver durant la semaine sainte, car cela équivaut à laver son suaire. Dans la région de Preuilly, il est interdit de laver son linge le jour de Notre Dame (le 25 mars), parce que les morts reviennent tous les ans à pareille époque sur le lavour et ne s’en vont qu’avec l’aube203. Pour obtenir du beau temps, il est d’usage de donner un morceau de pain à un pauvre à l’intention de Sainte Baudruche204.

235La buée a lieu en-dehors ou dans une pièce spécialement préparée parce que ça sentait mauvais et qu’il y avait beaucoup de buée. Ce peut être la chambre à four, le fournil, un appentis ou un coin de la grange mais aussi la chambre principale. Après s’être procuré l’eau nécessaire et avoir allumé le feu dans la cheminée, la femme va chercher les cendres, conservées depuis la dernière lessive dans un endroit sec. Ces cendres jouent un rôle essentiel dans les opérations de nettoyage du linge, grâce au carbonate de soude qu’elles renferment. Selon les réactions chimiques, les carbonates de potasse et de soude, qui se combinent avec les acides des corps gras, les saponifient. Pour obtenir le maximum d’effet et le meilleur résultat, il suffit que le liquide circule rapidement et que la température s’élève graduellement. Les cendres bien froides sont recueillies dans un cendrier, une marmite usagée, hermétiquement fermée, ou un sac de toile. Elles sont prêtes à être employées après qu’elles aient été tamisées pour en éliminer les charbonnettes et les corps étrangers, comme des peaux de châtaigne. Celles provenant du four de boulanger sont les plus prisées, car elles proviennent des fagots formés par des branchages qui contiennent plus de carbonate de soude que les troncs.

236Un travail préparatoire est nécessaire. Jusqu’au jour fixé, le linge sale est étendu sur des tréteaux ou des cordes dans un local sec et aéré ; l’espace sous les combles convient parfaitement à cet usage. La femme a eu soin d’essanger le linge, c’est-à-dire d’enlever les taches et les souillures avec un peu de savon et de l’eau tiède.

237Le cuvier, encore appelé jaille ou buée, est porté sur des tréteaux non loin d’un chaudron ou d’une chaudière, rempli d’eau préalablement mis à chauffer. Toute l’opération se déroule dans la salle commune ou dans un local équipé d’une cheminée, comme le fournil ou la buanderie. En Touraine, il n’y a pas de locaux spécifiques à une occupation et la buanderie est à la fois un local à faire la lessive, un atelier de bricolage et une réserve des aliments consommés par le bétail. Le linge préalablement savonné, est disposé dans le cuvier : le linge le plus sale au fond, les draps de lit et les serviettes au milieu, le linge personnel dessus. Ce cuvier, en bois de noyer, cerclé de fer, est percé dans sa partie inférieure d’un trou obturé par un bouchon de paille, et plus tard par un robinet de bois ou chantepleure, qui règle l’écoulement de l’eau de lessive, la lessu. Sous l’orifice, la femme a placé un baquet ou une tinette, destiné à recevoir le liquide saponifiant. La mise en cuve terminée, le linge est recouvert d’une pièce de grosse toile, appelée cendrier ou charrier, sur laquelle la laveuse étale les cendres de bois. Elle a pris soin d’y ajouter des colliers d’iris, ramassés l’été précédent, qui viennent parfumer le linge lessivé. Le coulage peut commencer : la femme puise l’eau avec un godet, pourvu d’un long manche, avec un poêlon ou un pot, et la verse sur le charrier. L’eau imbibe la couche de cendres, dissolve les sels solubles, notamment les carbonates de potasse, s’infiltre à travers le linge, arrive au fond et s’écoule lentement dans un baquet. L’eau est recueillie et reversée dans la chaudière. Elle s’échauffe lentement et peut être à nouveau utilisée. La laveuse recommence l’opération pendant plusieurs heures, jusqu’à ce que l’eau sorte à peu près claire.

  • 205 Revue des traditions populaires, 1908, p. 224.
  • 206 Inv. 4, 1850.
  • 207 Inv. 195, 1895.

238Une coutume tourangelle veut que sitôt le cuvier débarrassé du linge, on doit l’enlever des tréteaux, car si la maîtresse de maison se trouvait en mal d’enfant dans l’année, elle y resterait aussi longtemps que le cuvier serait vide sur ces tréteaux205. Si la plupart des femmes effectuent elles-mêmes cette corvée, d’autres en revanche, plus fortunées, font laver leur linge en le confiant à des lavandières professionnelles qui viennent avec leur matériel : la boîte à laver et le battoir. Cela explique le faible nombre d’ustensiles de lessive relevé dans l’inventaire. Quant à la selle et au cuvier, la femme a coutume de les louer à l’approche de la lessive semestrielle, chez les tonneliers du village ou tout autre artisan (Renée C.). Cette formule de location correspond à la présence de quatre selles à lessive dans la cave d’un boucher206 et de deux cuviers chez un tonnelier207, et le nombre limité qui a pu être recensé : cinquante-cinq cuviers. Payées à la journée, ces femmes enlèvent les différentes pièces du cuvier et les placent dans des sacs en grosse toile ou des paniers en osier, qu’elles transportent sur des brouettes jusqu’au lavoir. C’est là qu’a lieu la seconde phase de cette grande lessive ; au coulage succède le lavage proprement dit.

239La construction des lavoirs date du milieu du XIXe siècle : jusqu’alors, la femme ira laver et rincer son linge dans la Loire, la rivière ou la fosse. La laveuse emporte avec elle le matériel nécessaire : le pain de savon, les brosses, la boîte à laver, le battoir et la selle à laver. Elle se met à genoux dans la boîte à laver, caisse garnie de paille, ce qui l’empêche de se mouiller au cours du travail. De préférence, elles utilisaient des battoirs usagés, parce que moins lourds. Elle tend le linge à bout de bras, le laisse flotter dans l’eau froide et commence à le frotter et le presser sur la selle, planche de bois dépourvue d’aspérités, avec la brosse à chiendent. Elle le rince en le tordant et en le frappant avec un battoir en bois, pour le débarrasser de l’eau de lessive. La besogne va bon train, accordant les langues et les battoirs. Pour rendre moins pénible le travail, la laveuse peut travailler debout ; elle brosse et bat le linge sur la selle, posée sur des tréteaux. Ce fut là un progrès apprécié par toutes les laveuses qui, exposées aux refroidissements, ont les mains déformées par les engelures et souffrent de rhumatismes articulaires, tant la besogne est rude bien que bruyante et joyeuse (Fig. 18).

  • 208 Inv. 173, 1902.
  • 209 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

240Le linge étant bien essoré, il faut le faire sécher. La femme étend le linge sur les prés ou les haies, en l’étirant le plus possible, pour qu’il soit exposé aux rayons du soleil, et à proximité de la maison, de peur que des indigents ou des nomades le volent. Lorsque le temps ne le permet pas, elle l’étend sur des cordes dans le grenier, un lot de cordes à étendre chez un débitant208. Mais on évitera de faire sécher le linge mouillé, en l’étendant sur des cordes dans la chambre, ou en le mettant devant le feu sur le dos des chaises209. Plus que la technique elle-même du blanchissage, c’est la place dont disposent les femmes pour laver, sécher, ranger le linge qui préoccupe les hygiénistes.

241Les laveuses attachent une grande importance à leur savoir-faire ; il est difficile de leur faire adopter de nouvelles méthodes. Vers 1900, l’introduction de la lessiveuse sera une innovation d’importance. Elle s’accompagnera de nouveaux textiles, tel que le coton, remplaçant avantageusement la toile de chanvre jugée trop rugueuse. Le rythme de deux lessives est rompu pour devenir hebdomadaire, la ménagère n’étant plus obligée d’accumuler le linge sale pendant plusieurs mois, ce qui s’accordait mal avec l’hygiène. La saponification devient meilleure puisque l’usage de la lessiveuse entraîne la généralisation de l’emploi des cristaux de soude. Le bouillage s’opère avec la lessiveuse, disposée sur le foyer ou sur la cuisinière, et consiste à l’ébullition directe du linge plongé dans l’eau du savon. Cela ne supprime pas le savon et le rinçage. La femme retire le linge de la lessiveuse, le pose sur une planche dans un baquet et le frotte avec du savon et une brosse. Elle le rince à l’eau claire en le portant s’il le faut jusqu’à la rivière. Vers 1920, apparaîtront les premières machines à laver à manivelle.

  • 210 R.C.M. Monnaie, 26 juin 1921.
  • 211 R.C.M. Monnaie, 6 juin 1926.
  • 212 R.C.M. Monnaie, 1929.

242Le lavoir occupe une place importante dans la vie du quartier ou du village. Les municipalités délibèrent peu sur ce sujet sauf à Monnaie où l’on indique un nettoyage périodique des lavoirs et fontaines tous les mois et cela pendant six mois de l’année210, on y fait des réparations211, comme le placement d’une barre en bois pour le linge avec scellement dans les murs, surélévation de la pompe afin d’y adapter un tuyau avec croisillons et placement de buses de 0 mètre 20 pour faciliter la vidange212.

Fig. 18 La lessive

Fig. 18 La lessive

source : A. Schweitz

243Le souci majeur de la ménagère est d’obtenir un linge bien blanc, et de le conserver longtemps. Les draps, les oreillers et les traversins sont confectionnés par la femme, dans une pièce de toile. Ils doivent servir toute une vie et même aux générations suivantes. Les torchons sont ourlés et marqués des initiales du propriétaire.

244Le repassage est fait à des moments perdus par la maîtresse de maison ; parfois elle fait appel à une repasseuse, experte dans l’art de faire les plis et d’empeser avec de l’empois d’amidon. Elle utilise la table de la salle commune recouverte d’une couverture, puis plus tard la planche à repasser. Au début du XIXe siècle, elle se sert d’un fer, sorte de boîtier où est mise une pierre spécialement chauffée dans le feu, remplacé par le fer à braises. Vers 1880, la ménagère utilise des fers plats en fonte ou en fer, qu’elle fait chauffer devant le foyer, mais ils se couvrent souvent de cendres, ce qui peut salir le linge. Mis sur un cagnard ou sur la cuisinière, les fers chauffent plus également et le procédé est moins dispendieux. Le travail fini, les draps et le linge sont soigneusement pliés et rangés dans les armoires.

245Le nettoyage de la vaisselle est jugé comme une tâche monotone, sans cesse à refaire, et ne donnant aucune satisfaction de création, comme la préparation du repas. Les dispositions ne permettent pas de faire la vaisselle à l’évier, elle est donc placée à terre, près du chaudron rempli d’eau chaude, faite dans une bassine ou un seau réservé à cet effet, avec un morceau de bois entouré de chiffons. Elle est égouttée avant essuyage sur une claie de bois suspendue au-dehors, sur l’évier, et beaucoup plus rarement dans un panier. Il arrive cependant que les ustensiles employés pour un usage spécifique (cuire la soupe et les légumes, faire le café) ne soient jamais lavés mais seulement trempés dans une eau très chaude. Certaines méthodes traditionnelles sont appliquées selon le contenu du récipient. Les récipients ayant contenu des graisses sont mis à bouillir quelques minutes afin de faire disparaître les corps gras qui ont pénétré dans les tressaillures de la glaçure et les pores de la terre cuite. Les récipients peuvent également être frottés avec de la cendre froide prise dans le foyer à l’aide d’un chiffon humide, avant d’être rincés à l’eau bouillante, puis frottés à nouveau avec une poignée d’orties. Ils peuvent être aussi mis à bouillir dans une eau contenant de la cendre de bois ou des plantes aromatiques : laurier, genièvre, iris, etc. ou passés au vinaigre. Lorsque les aliments ont attaché au fond du pot à cuire, celui-ci est frotté avec un chiffon saupoudré de sable fin, ou de gros sel. La suie, recouvrant la paroi des récipients à cuire, peut être nettoyée avec une poignée d’orties. Les fonds de casseroles étaient grattés avec des petits morceaux de tuiles, puis des cendres, on allait les frotter sur la terre dans un tas de sable (C.).

  • 213 Archambault, seizième lettre.

246Balayer, épousseter et cirer les meubles sont des opérations limitées par le temps que la maîtresse de maison peut leur consacrer. L’éducation des enfants, la participation aux travaux des champs, les soins donnés au cheptel, la préparation des repas limitent le temps de nettoyage. Dans la semaine, la femme se contente de ranger et d’enlever certains objets aux regards indiscrets. Une cloison sépare du reste de la pièce l’évier, où s’entasse la vaisselle de la veille (Amandine M.), les rideaux dissimulent le lit défait. Tous les jours, la salle commune est nettoyée à l’aide d’un balai en paille de riz, un balai en boule, en bouleau ou en bruyère, que la femme cache derrière une porte (André G., Suzanne F.). Quand vient le samedi, elle nettoie les chambres à l’aide de chiffons, de brosses en crin ou en chiendent, elle lave le carrelage, astique les meubles, fait briller les lampes et les cuivres de la cuisinière. Les meubles brillent sous les frictions assidues des ménagères. On se mire dans le panneau de l’armoire, le carreau est balayé tous les jours. Ce n ’est pas de trop d’une fois vraiment car chaque jour, il reçoit l’empreinte des sabots qui arrivent des champs, de l’étable213.

  • 214 Rougé, op. cit., 1931, p. 159. En balayant une "place" (chambre) on ne doit pas pousser les "bourri (...)
  • 215 Rougé, op. cit., 1931, p. 56.
  • 216 Rougé, op. cit., 1931, p. 59-60.

247La poussière ramassée en balayant la place n’est pas mise au feu mais hors de la maison, il ne s’agit pas de la pousser simplement mais de la ramasser et de la jeter poliment à la porte214. A l’époque du Carnaval, les balayures sont jetées dans le foyer au lieu de la porte pour se préserver des puces215. Le jour de Pâques reste le grand jour : tout doit être propre, lavé et frotté dans la maison. Ce jour-là on doit mettre ses plus beaux habits216.

  • 217 Docteur Millet, op. cit., 1862 , p. 29.
  • 218 Inv. 84, 1864.

248Les conseils des hygiénistes sont plus ou moins suivis. Il faudra balayer et nettoyer la maison avec attention, enlever la poussière, non seulement sur les meubles, mais encore dessous, aller chercher dans les coins et dans les recoins tout ce qui peut être une cause d’insalubrité afin de s’en défaire (...) on ne laissera jamais séjourner, pour quelque raison que ce soit, la plus petite quantité d’ordures dans la chambre217. Tous les ustensiles nécessaires à l’entretien de la maison sont vendus par l’épicier, que ce soient : des brosses à chiendent, des balais et des balayettes en jonc, des éponges et du savon218.

L’hygiène du corps

  • 219 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 43.

249La question est posée par le docteur Millet : comment soigner son corps, entretenir ses vêtements dans les habitations exiguës, humides et mal aérées ? Tous les matins, les hommes, les femmes et les enfants se laveront le visage avec de l’eau froide en été, avec de l’eau tiède en hiver, ils nettoieront avec soin leurs yeux et leurs oreilles219.

  • 220 Yvonne, Verdier, op. cit., p. 21.
  • 221 Georges, Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris, éd. du Seu (...)

250C’est la sueur qui lave220. Les réalités quotidiennes les plus intimes, celles relatives à l’hygiène corporelle, sont soumises au silence. Les témoins hésitent à évoquer ce domaine et résument la situation par ces mots on était tout de même propre (Amandine M.). Au cours de l’époque étudiée, la notion de propreté corporelle évolue mais la plupart des tourangeaux se contentent d’une toilette sommaire et rapide dans la semaine, un peu plus poussée le dimanche. Il faut effacer la crasse des parties visibles, les mains et le visage221. Cette toilette est effectuée au-dessus de l’évier ou près d’un seau rempli d’eau (Amandine M.). Il n’y a rien de meilleur que de se laver à l’eau froide selon Mme C. Mais la dureté à suivre les règles d’hygiène est bien réelle. Lorsque s’éteignait la cheminée, il y avait 0° dans l’évier et 4° ou 5° dans la pièce ou encore, on voulait se débarbouiller où n’importe, il y avait de la glace dans l’évier (Gaston P.).

  • 222 Jean-Pierre, Goubert, La conquête de l’eau, Paris, R. Laffont, 1986, 302 p. (Les hommes et l’histoi (...)
  • 223 Mono. EAR n° 37, Vouvray.
  • 224 Mono. EAR n° 44, Monnaie.

251La banalisation de l’hygiène corporelle est liée à l’apparition d’un nouvel équipement individuel (la baignoire, le bidet et la fontaine) et collectif (l’adduction de l’eau potable), au logement et à son confort (la distribution des pièces sur plusieurs niveaux, le cabinet de toilette), à l’éducation (l’apprentissage de la propreté), aux mentalités de la collectivité devant la malpropreté222. Vers 1940, l’évier de la salle commune sert pour la cuisine, la toilette se fait dans la chambre, sur une table dans une cuvette en faïence223. A la même époque, la buanderie-toilette permet de conserver la salle commune dans un constant état de propreté, tous les lavages se faisant ailleurs224.

  • 225 Inv. 159, 1895.
  • 226 Inv. 149, 1880, Inv. 159, 1895.
  • 227 Inv. 88. 1869, Inv. 89, 1869, Inv. 227, 1895.
  • 228 Inv. 246, 1920, Inv. 248, 1920, Inv. 250. 1930.

252L’usage de prendre des bains est pratiquement inconnu sauf chez un des plus importants notables de la riche commune de Vouvray, le juge de paix. Vers 1880, après avoir délaissé la baignoire en bois, mise dans un bâtiment au fond du jardin, il utilise une baignoire et son appareil de chauffage225. La baignoire s’intègre difficilement à la maison rurale et le triomphe de la salle de bains en ville vers 1900 est loin d’être effectif ailleurs. Le bidet, article de toilette que l’on retrouve chez les bourgeoises et les prostituées de Tours, créant un étonnant trait d’union entre ces deux mondes si opposés, est employé par deux femmes de vignerons âgées de soixante ans226. La proximité de la ville de Tours et les facilités de transport entre la capitale tourangelle et Vouvray, ont sans doute joué un rôle dans la connaissance de l’hygiène intime. Pour faciliter les ablutions quotidiennes, quelques ménages utilisent la fontaine ou fontaine-lavabo, placée dans la cuisine ou dans le corridor227. Ce dernier ustensile de toilette semble se généraliser chez les cultivateurs vers 1910-1920 dans la zone nord-est de la Touraine, proche des centres sarthois de production de la faïence228.

  • 229 Inv. 154, 1880, Inv. 160, 1895.
  • 230 Rougé, op. cit., 1931, p. 206.

253Les hommes portent des cheveux longs et choisissent les jours d’assemblée pour se les faire couper par le perruquier (Amandine M.). Les soins des cheveux sont l’affaire du coiffeur, installé dans tous les villages. Les hommes se rasent eux-mêmes mais les ustensiles, plat à barbe et rasoir, n’apparaissent jamais dans l’inventaire après décès tourangeau du fait de leur faible valeur pécuniaire229. L’hygiène de la bouche est inexistante et ils n’utilisent pas de brosse à dents, encore moins les soins du dentiste, préférant les remèdes populaires mettre une gousse d’ail dans l’oreille (...) pour calmer les maux de dents230. Cette propreté s’applique à ce qui se voit, les mains, le visage et certaines pièces du vêtement. L’enfant doit cirer ses galoches avant de partir à l’école, et à l’aide d’un chiffon enfoui dans une de ses poches, il les fait briller à son arrivée dans la cour (Renée C.).

  • 231 Rougé, op. cit., 1931, p. 3.
  • 232 Rougé, op. cit., 1923, p. 111.

254Les caractères généraux de l’hygiène corporelle sont encore aggravés par les mentalités paysannes. Les préjugés, la prégnance des habitudes séculaires et les croyances populaires renforcent cette tradition. Celle-ci porte sur le monde de l’enfance : Il ne faut pas couper les ongles aux petits enfants, en leur coupant les ongles, on leur couperait l’esprit jusqu’au bout des ongles. (...) Il ne faut pas faire regarder les enfants dans une glace, ils seraient muets. (...) Il ne faut pas les peser, ils ne profiteraient plus231. Elle révèle le maintien de la médecine populaire. Pour guérir, il faut faire une neuvaine sans consulter le médecin. Les malades peuvent être guéris par la prière bénie que le guérisseur donne lui-même à distance à un tiers, prière que le malade doit porter sur lui suspendue à son cou, jour et nuit, cousue entre deux morceaux d’étoffe232. Autant de règles, autant d’interdits expliquent la lenteur du progrès de l’hygiène corporelle. Le pouvoir de guérir des médecins reste limité par la science médicale et les techniques insuffisantes. En l’absence de médecine officielle, une pléiade de rivaux peut prétendre à des guérisons aussi efficaces.

255Le vêtement et les ustensiles de toilette témoignent du rapport existant entre l’individu et son corps. Ces objets le protègent, le parent et lui donnent une identité. Ils dépendent à la fois de l’univers intime et publique du tourangeau.

  • 233 Inv. 109, 1856.
  • 234 Inv. 110, 1867.

256Les hardes et effets ne sont pas toujours compris dans l’inventaire, le requérant peut les reprendre avant la prisée, en alléguant le fait qu’ils sont sa propriété personnelle, la garde-robe du défunt peut être vendue avant toute procédure notariale, afin de régler les frais de maladie et d’enterrement. Il peut y avoir dissimulation comme le suggère la présence de divers vêtements à usage de femme et des enfants dans le grenier en 1856233 ou de faible valeur les chiffons ou fringues, un lot de quatre francs 234.

257En ouvrant le placard, l’armoire, ou plus rarement le coffre ou la commode, c’est toute la fortune en linge de table, draps et vêtements qu’on découvre. Comme le remarque Daniel Roche, dans Le peuple de Paris, la part de la garde-robe du couple est en proportion inverse selon les niveaux de fortune, le pourcentage a tendance à diminuer dans les classes les plus aisées.

  • 235 Archambault, dix-septième lettre.
  • 236 Ve . 1 à 13.
  • 237 Archambault, dix-septième lettre.
  • 238 ArchambaulT, dix-septième lettre.

258La séparation entre vêtement de travail et vêtement d’apparat repose l’un, sur l’aspect fonctionnel, le second sur un rapprochement avec le modèle bourgeois. Bien que la blouse de travail puisse être ornée de dessins brodés en coton rouge, elle doit être commode et épouser parfaitement les mouvements du corps. (...) Elle descend jusqu’en dessous du genou, en plis flottants, attendu qu’elle n’est pas serrée. Les manches larges jusqu’au bas du coude se serrent au poignet afin de ne jamais embarrasser les gestes du travail 235. En toutes circonstances, le vêtement doit être solide, car il va accompagner son propriétaire tout au long de sa vie et même il continuera d’être mis après sa mort, comme les ventes aux enchères en font foi236. (...) Ils sont gardés une vie toute entière (...). Ils sont fanés, ils ne sont pas usés237. La mode pénètre difficilement les campagnes tourangelles et à la fin du XIXe siècle, les hommes continuent de porter le pantalon à pont. Il a grand peine à adopter la braguette, il est très ami du grand pont qui florissait sous la Restauration238. Le vêtement prend en compte l’utile et le solide, bien moins la mode. Le système de vente révèle une tendance marquée pour la fabrication locale : la couturière, le tailleur et le sabotier ont suffisamment de commandes pour vivre de leur travail, alors que le marchand de chaussures est installé dans un seul village, Saint-Christophe-sur-le-Nais. Le fripier intervient très peu dans la circulation du vêtement entre les membres de la communauté, les gens des campagnes préfèrent les ventes organisées par le notaire, ce qui leur permet sans doute de situer la proximité géographique et généalogique de l’ancien détenteur.

  • 239 Archambault, dix-septième lettre.

259La garde-robe masculine est composée de six à huit catégories de vêtement : il possède deux à cinq caleçons, vingt à quarante chemises de grosse toile, une dizaine de pantalons, deux à cinq gilets de coton, de laine ou de satin, une ou deux blouses en coton ou en toile, remplacée par un tablier de travail pour les artisans et les commerçants, une veste en drap ou en droguet, un paletot ou une redingote, et différents accessoires : une casquette, un chapeau, des bonnets de coton, des cravates, des mouchoirs de poche. Les hommes n’ont pas abandonnés les bas de laine ou de coton pour les chaussettes, ni les souliers pour les bottes. Pour le travail des champs, ils chaussent des sabots en noyer, garnis de paille, chez eux des chaussons. Ces derniers, de faible valeur, ne sont pas prisés car (...) ils sont confectionnés par la ménagère (...) et l’étoffe a été prise dans les vêtements. Ils possèdent tous une paire de souliers, mais les bottes en cuir munies de clous à tête saillante pour ralentir leur usure, sont rares et sont apparentées à un meuble de famille qui se transmet de père en fils après avoir été acheté souvent d’occasion aux voisins ou chez un sabotier dans un moment d’aisance239.

  • 240 futaine, futame : étoffe croisée dont la chaîne est en fil et la trame en coton, Henry, Havard,Dic (...)
  • 241 Inv. 196, 1895.
  • 242 Inv. 16, 1852.
  • 243 Inv. 6, 1850.
  • 244 Inv. 44, 1874.
  • 245 Archambault, dix-septième lettre.

260La garde-robe féminine est composée de six pièces : les jupons en coton, en laine ou en futaine blanche240, les robes en drap bleu, en indienne, les chemises, les tabliers, les bonnets et les coiffes, et une série d’accessoires : le fichu, le châle, les bas et les mouchoirs de poche. Selon la condition sociale, le degré de fortune et l’âge de la femme, le tissu et la couleur du tablier varient : en soie noire pour une femme âgée de soixante ans241, en marinus ou en coton pour une fermière de cinquante ans242, en coton rouge, violet, bleu ou noir pour une riche propriétaire243. Vers 1880, le corset baleiné qui comprime le buste, entre dans la toilette d’une jeune aubergiste244 mais en général, la femme en ignore l’usage comme elle ignore l’usage de la culotte. En outre, à l’exception de certains gants sans doigt mais munis d’un pouce tricoté en grosse laine, la femme ne porte pas de gants, investis d’un sens symbolique, où se mêlent frivolité et luxe. La faraude va à la messe avec des gants de coton mais dès qu’elle s’est mariée, elle ne met plus ce luxe qu’elle a trouvé en tout temps gênant245.

  • 246 Rougé, op. cit., 1931, p. 15.
  • 247 Archambault, dix-septième lettre.

261La mode est aux cheveux tirés en arrière et ramassés en chignon246, ils sont dissimulés sous un bonnet ou gouline, sous une coiffe, les jours d’assemblée et le dimanche. C’est une injure pour elle de montrer la chevelure, aussi dans leurs querelles qui dégénèrent souvent en bataille, c’est presque toujours au chignon qu’elles s’attaquent, et elles sont heureuses quand elles ont enlevé la caillonne de leur adversaire247.

  • 248 Inv. 6, 1850.
  • 249 Inv. 146, 1882.

262Certaines femmes prennent l’habitude de changer de bonnet chaque jour, et il n’est pas rare qu’elles en possèdent jusqu’à dix-huit248. La distinction entre les riches et les coquettes est marquée par le choix du tissu de la coiffe : drap, droguet, serge. Réservée à la messe et aux grands événements de la vie, la coiffe est ornée de broderies qui informent la communauté sur son statut social. Une jeune fille, tant qu’elle n’est pas mariée, n ’a droit qu’à une seule rose (...). Dès qu’elle est mariée, qu’elle a perdu ses ailes, elle peut avoir plusieurs roses (André G.). Selon Jacques-Marie Rougé, cette broderie de roses ou de grosses fleurs, est relativement récente et ne devait pas être en usage avant 1870. Les veuves et les femmes d’un certain âge portent une coiffe de couleur noire249. Ces coiffes et ces bonnets sont laissés au soin de la lingère dont la réputation dépasse parfois les limites de la commune (Renée C.). La mode du chapeau, au début du XXe siècle, s’introduit très lentement et Saint-Paterne-Racan est le seul village où s’installent la modiste et le chapelier.

  • 250 Nom donné à diverses pierres qui prennent le poli, Nouveau Larousse Illustré, 1926.
  • 251 Inv. 199, 1908.
  • 252 Inv. 195. 1895.
  • 253 Inv. 113, 1895.
  • 254 Inv. 114, 1867.

263Les femmes des campagnes tourangelles aiment les bijoux qu’elles reçoivent par le jeu des héritages mais aussi juste avant le mariage. Le fiancé a coutume de lui offrir une gourmette, un sautoir et une bague (Renée C.). Les plus coquettes se parent d’une oeillère250, une paire de boucles d’oreilles, une croix en or avec un coeur de même métal que retiennent un peu plus haut les deux branches du cordonnet qui passent autour du cou. Ces bijoux sont enfermés dans un coffret ou un tiroir de l’armoire. Presque tous les hommes des campagnes possèdent une montre en or (ou en argent) à remontoir avec chaîne251 et jusqu’à trois pour un tonnelier de Sonzay252 ; ou encore, une agrafe en argent et une croix en or253, une croix en or et une paire de boucles 254. La possession de bijoux reste très rare, ou peut être facile à dissimuler.

264L’inventaire de la garde-robe d’un couple de fermiers à Saint-Laurent-en-Gâtine, vers 1850, regroupe les différentes pièces du vêtement masculin et féminin, décrites précédemment :

  • 255 Inv. 16, 1852.

265à usage d’homme, dix-neuf chemises de toile commune, trois pantalons en droguet, deux pantalons en coton, une veste en droguet, une veste en drap, une veste en coton, trois gilets d’étoffe, un gilet d’indienne, un pantalon en coton, une veste en drap bleu, un pantalon en drap bleu, un gilet de satin, deux blouses en toile et en coton, trois cravates en indienne, un chapeau en coton, une paire de souliers, deux bonnets de coton et deux paires de bas d’une valeur de quatre-vingt dix-sept francs (...) à usage de femme, une robe en drap bleu, trois robes en coton, une robe en indienne, un jupon en futame blanche, un jupon en toile, une robe en marinus, un tablier en marinus, deux tabliers en coton, deux bonnets de mousseline, quatre serre-têtes et une corbeille en osier, deux paires de bas de laine et deux de coton, deux coiffes en droguet, une paire de souliers, une croix en or et une chaîne d’une valeur de quatre-vingt et un francs255.

Fig. 19. Filage et raccommodage

Fig. 19. Filage et raccommodage

En 1904, le filage fait partie du folklore tourangeau et on peut lire au bas de la carte postale “vos grand’mères !”. Sur les dix-neuf rouets relevés dans les inventaires, douze sont relégués au grenier et quatre dans les annexes. Vers 1850, dans la région des Hermites, quelques vieilles femmes filent au rouet et ses fuseaux, au rouet et son dévidoir, ou au travail dans la salle commune.
Cette femme, dont les pieds sont posés sur une chaufferette ou chauffe-pied, semble raccommoder quelques pièces de vêtements posées sur ses genoux. Le foyer est éteint mais elle s’est toute même installée à proximité, sur le côté, on remarque la balayette servant à repousser les résidus à l’intérieur de la cheminée.

source : A. Schweitz

  • 256 Inv. 175, 1902, Inv. 180, 1917, Inv. 182, 1917.
  • 257 Inv. 12, 1852.

266On laisse le soin de fabriquer les différentes pièces de vêtement, sauf les chemises, à la couturière ou au tailleur (Germaine H.), mais les travaux de couture et de raccommodage occuperont les veillées (Fig. 19). Toutes les fournitures de mercerie sont rangées dans un tiroir de l’armoire, beaucoup plus rarement, dans une table à ouvrage. Les premières machines à coudre apparaissent vers 1905, leur prix élevé, environ quarante francs, équivaut à l’achat d’une armoire, ce qui les rendent encore peu courantes et seules les couturières de la région de Vouvray éprouvent le besoin d’en acquérir256. Quant au rouet, il est relégué dans les annexes, dans un cellier, un travail et plusieurs fuseaux, un kilogramme de laine grasse, un kilogramme de chanvre dans le grenier, un rouet257.

3. Un meuble pour la vie ?

  • 258 Suzanne, Tardieu, Le mobilier rural traditionnel français, Paris, Aubier-Flammarion, 1976, 216 p., (...)

267Suzanne Tardieu nous donne une définition du meuble. C’est tout le matériel déplaçable, mais cependant à position habituellement fixe (...) dont le matériau constitutif est essentiellement le bois (...)258.

268Dans sa description d’un intérieur tourangeau, Baudrillart insiste sur son aspect coquet mais rapidement il en donne des limites bien connues dans le milieu agricole : l’amour de la terre.

269Le paysan tourangeau a toujours aimé son chez soi, et ce goût n’a fait que s’accroître et se répandre, le petit cultivateur soigne sa maison avec une sorte de passion. Presque partout des rideaux blancs aux fenêtres bien fermées, un jardinet avec des fleurs, des meubles de noyer entretenus soigneusement, un lit, une armoire, une huche à pain, quelques chaises, une table et un berceau. On reçoit là l’impression d’une propreté domestique qui est, en effet, une des qualités et l’un des principaux traits des campagnes de la Touraine. On regrette seulement dans quelques localités que les deux ou trois pièces du rez-de-chaussée ne soient pas assez élevées pour être garanties de l’humidité (...).

  • 259 Baudrillart, op. cit., 1888, p. 148 et 150.

270Les placements mobiliers n ’ont pas pris un grand développement chez les petits cultivateurs fidèles, souvent peut être jusqu’à l’excès, à la maxime salutaire en elle-même que la meilleure des caisses d’épargne est la terre259.

271Le meuble est l’élément essentiel de l’espace domestique tant par sa valeur que pour son importance fonctionnelle et affective. Toutes les activités vitales s’y rattachent : le sommeil, le repas, le rangement. Les inventaires, avec un certain nombre de réserves évoquées précédemment, permettent une approche tant quantitative que qualitative : la présence ou non des différents meubles, leur valeur, leur évolution dans le siècle. Le meuble est conçu en fonction de son usage bien plus qu’en fonction des normes artistiques. Cet usage et son emplacement sont fixés à l’avance par une codification spatiale qui entérine les fonctions de chaque pièce et en même temps renforce son caractère de représentation ou d’intimité.

La fabrication traditionnelle

  • 260 Denise, G lück, dir., Le meuble régional en France, Exposition au Musée national des arts et tradit (...)

272Les éléments du décor, son évolution en fonction des styles historiques renvoient forcément aux problèmes économiques et sociaux liés à l’artisan et aux conditions de production260. Par exemple, le menuisier travaille-t-il en priorité chez le client ? Le futur usager a-t-il des exigences particulières ? Comment et pourquoi apparaissent, se transforment ou disparaissent certains types de meubles ?

  • 261 R-G., Clairet, “Meubles du Val de Loire”, La maison française, avril 1948, p. 22-47 ; André. Mailfe (...)

273La ville de Tours connaît une longue tradition dans l’ébénisterie, aux XVe et XVIe siècles avec des écoles de sculpteurs et de peintres, des ateliers de huchiers, tapissiers, brodeurs et orfèvres. La construction et l’installation des propriétés princières ont entretenu dans les villes et dans les bourgs une pléiade d’artistes habiles, qui ont su mettre au point des modèles solides bien adaptés aux besoins de leur clientèle. La proximité d’une clientèle aisée de châtelains et de bourgeois dans les riches vallées et les vignobles du Val de Loire, toutes deux friandes de nouveautés donne un mobilier de bonne facture, de justes proportions, élégant et discret dans son ornementation. Dans les pays plus frustres où landes et forêts dominent, le mobilier est plus épais et plus sobre261.

274Certains meubles, le banc et la chaise, peuvent être réalisés par des fabricants ambulants venus d’Italie, qui séjournent quelques temps dans les villages, et exécutent les commandes prévues parfois depuis très longtemps (Amandine M.). Mais la plupart sont l’affaire de menuisiers professionnels établis. Le menuisier utilise largement les matériaux locaux que les forêts fournissent abondamment. Les essences de bois sont très variées : le plus répandu et de premier choix le cerisier, (merisier et guignier), aux tons chauds et colorés, fournit avec le noyer, adopté dès la Renaissance, le travail le plus soigné pour l’armoire, le buffet, les petits meubles et les sièges. Le chêne est réservé aux coffres et pétrins, à l’armoire quant elle est d’allure plus commune et plus simple. Le chêne restera longtemps en faveur dans certains pays proches des grandes forêts, dominant dans les meubles les plus anciens mais cela vient surtout de son aptitude à traverser les siècles. Dans les intérieurs bourgeois, le fresne, verni ou encaustiqué et lustré, donne des reflets dorés équivalents au citronnier très à la mode du temps de Charles X. Les meubles précieux, comme la commode, sont exécutés en acajou dès que les billes de bois exotiques commencent à remonter de Nantes par bateau.

275Le client fournit le bois, coupé dans son verger et séché dans son grenier, avant le mariage des enfants. Les meilleures planches servent à la façade, les autres au bâti. Il est fréquent de rencontrer des meubles, composés de bois différents : noyer, merisier pour la façade ; chêne ou même sapin pour le reste, mais sans recherche systématique de contraste de bois. Seul l’acier intervient dans la garniture des meubles, deux ou trois fiches à cuve comme charnières dans les modèles courants, poignées des tiroirs, entrées de serrures, longues plaques d’acier, ajourées, découpées, polies, atteignant jusqu’à quarante ou cinquante centimètres, ce qui entraîne souvent une disproportion et une surcharge dans l’ornementation.

276Exécutés à la commande, les meubles peuvent s’assortir. C’est là une coutume assez rare : lits, armoires, buffets et tables, exécutés dans les mêmes bois, reçoivent la même décoration. Ils sont payés à longue échéance par le ménage, en remerciement l’artisan joint à l’ensemble un petit meuble, souvent une petite table à ouvrage. Le meuble est commandé chez le menuisier, pas forcément sur catalogue mais de préférence à la façon de en décrivant le meuble d’un voisin. Et le menuisier savait comment faire.

277Souvent, le bois est acheté chez les marchands de bois en gros, anciennement acheté sur pied. Le sciage de long est exécuté par des équipes d’ouvriers qui se déplacent de village en village. Puis le débardage est effectué par chariots à grumes, sur de grandes distances, par voies ferrées et par camions. Des hangars, situés à proximité de l’atelier, permettent d’y conserver le bois. Pour les plus petites entreprises, des greniers au-dessus de l’atelier et de l’habitation suffisent. Les bois sont aussi placés directement à l’air libre dans la cour ou le jardin. Les plateaux en magasin sont posés verticalement, isolés par des cales de bois pour faciliter la circulation de l’air, retournés, chaque année, en vue d’un séchage également réparti. Le bois séjourne ainsi une ou deux années.

  • 262 Mono. EMT n° 48, 53. 78. Le rapport de l’E.M.T. d’Indre-et-Loire a été rédigé par Jacques Barre, Lu (...)
  • 263 Mono. EMT n° 48, Chançay.
  • 264 Mono. EMT n° 48, Chançay.

278L’atelier du menuisier est installé dans un endroit quelconque262. Il peut être divisé en deux partie : l’une, donnant sur la rue, est une pièce contenant le ou les établis, une cheminée pour le séchage et le collage du bois, les différentes fournitures en quincaillerie, serrurerie et tous les outils à main ; l’autre, ouvrant sur la cour, communique avec la précédente, l’arrière de l’atelier contient trois machines-outils et un établi pour l’affûtage de la scie à ruban263. Dans ces entreprises de petite importance, l’artisan travaille seul, parfois avec ses enfants, quelques-uns travaillent avec des compagnons et des apprentis. L’activité se déroule avec l’aide de plusieurs générations, trois chez B. de Chançay, successeur de son père et dont les quatre enfants sont menuisiers264. La fête de la corporation, organisée à la sainte Anne, le 26 juillet, existe encore dans les années vingt. Les ouvriers réveillent le patron au son du clairon, lui offrent une gerbe et un travail d’ébénisterie fait en commun. Après un bon repas, l’après-midi se passe en jeu et concours de pêche sur les bords de la Loire. En 1940, l’atelier de B. à Chançay ferme toujours le 26 juillet mais ce jour est marqué par un repas pris en famille.

279Bien que les bois fruitiers se prêtent facilement au travail de la gouge et du ciseau, les meubles tourangeaux les plus courants sont assez austères. Les femmes sont là pour le confirmer. L’utile n’est pas fait pour la beauté, de plus les gens voyageaient peu donc on ne voyait pas trop ailleurs, ou encore, ce n’est pas comme en Bretagne. La Bretagne n’a pas le travail d’ici, que ce soit en Loir-et-Cher ou en Touraine, c’est brut. En Bretagne, il avait le temps d’“amignonner" comme on dit tandis que là c’est le travail. Même le menuisier, cela ne lui vient pas à l’idée (Germaine R.). Le travail minutieux de l’ornement exige une connaissance approfondie des techniques et une parfaite maîtrise du matériau : ici, le décor peut paraître secondaire et augmente le coût de la fabrication. Des motifs géométriques et végétaux (panier fleuri, éventail, rosace ou coquille) sont appliqués sur les panneaux, les montants et les traverses. Les entrées de serrure combinent une finesse des ciselures, traitée par des motifs géométriques ou des feuillages stylisés, et une ingéniosité remarquable. Pour manoeuvrer le système de verrouillage, il faut connaître le secret des allers et retours de la clef qui permet aux peignes d’enclencher un jeu de ressorts d’une grande complication (Fig. 20).

280D’après l’Enquête sur le Mobilier Traditionnel, il est difficile de définir un type de meuble particulier à chaque région géographique : Val de Loire, Gâtine, bien que l’influence poitevine se fasse ressentir avec les armoires à pointes de diamant Louis XIII, ou l’influence angevine avec les armoires et buffets hauts à chantournement de style Régence. Les styles Louis XV et Louis XVI reçoivent l’agrément de nombreux tourangeaux et traduisent une recherche d’élégance et d’équilibre dans les proportions.

Fig. 20 Le mécanisme d’une serrure d’armoire

Fig. 20 Le mécanisme d’une serrure d’armoire

dessin R. Schweitz

281Cette enquête sur le mobilier traditionnel, dans le département de l’Indre-et-Loire, menée dans les années 1940, a permis de réunir cent cinquante-quatre monographies. Bien qu’incomplète puisqu’elle ne touche pas toutes les régions de la Touraine, notamment le pays lochois, et que certains types de meubles sont sous-représentés, par exemple, le lit, elle n’en demeure pas moins d’une grande richesse documentaire. En effet, il serait impossible d’accomplir une tâche semblable aujourd’hui, car de nombreux meubles ont disparu ou ont subi de profondes modifications.

  • 265 Bedel, op. cit., 1930, p. 162.

282Vers 1930, Maurice Bedel signalait la disparition du mobilier populaire en Touraine, et l’introduction de nouvelles formes plus élaborées, exécutées en-dehors du village. Il n’est plus guère attaché au particularisme du mobilier. Le menuisier du village ne lui monte plus de belles et fortes armoires en bois fruitiers, à fiches charnières et à serrure d’acier, de façon Louis XV ; et l’on ne voit presque plus d’armoires Louis XIII à pointes de diamant dans les maisons paysannes ; la Touraine en eût toujours le goût : elles étaient en noyer ou en cerisier, elles brillaient dans la pénombre de la pièce, elles sentaient bon la cire et le linge frais ; l’armoire à glace en est venue à bout265.

283Les enquêteurs de l’E.M.T. insistèrent sur les difficultés rencontrées par les artisans-menuisiers.

284Le bois touché par les artisans est à peine suffisant à la réparation, la plus grande partie est utilisée pour les besoins de première importance (entretien des bâtiments, cercueils).

  • le manque de transport, difficulté de débardage. Le contingentement des produits annexes tels que la colle, les clous, la cire.
  • la clientèle “non éduquée" est tournée vers la fabrication clinquante des meubles parisiens.
  • le prix en apparence élevé du meuble fabriqué par l’artisan est comparé à celui fait en série.
  • le manque de main-d’oeuvre, les difficultés sociales pour la formation des apprentis.

285Des coopératives pour alimenter l’artisan en matière première, des lois pour la protection de l’artisanat, la création de modèles par un groupe d’artistes sélectionnés, la réforme des lois sociales attachées à l’apprentissage pour dédommager l’artisan de la perte de temps et de matériaux, sont les mesures envisagées.

Les modes d’acquisition

286Les meubles s’inscrivent dans une histoire personnalisée du groupe domestique et, en même temps, dans une histoire collective du monde rural et de ses contacts avec le monde urbain. L’espace domestique est composé d’éléments structurels fixés avant l’installation du ménage étudié mais la communauté introduit de nouveaux éléments : les biens mobiliers, révélateurs de leurs manières de vivre.

  • 266 Martine, Segalen, et Jocelyne, Chamarat, Amours et mariages de l’ancienne France, Paris, Berger-Lev (...)
  • 267 Co. 2, 1850.

287Les rites de mariage, recensés en détail par Martine Segalen266, et la richesse des familles se manifestent dans les façons de s’installer. Les jeunes mariés se mettent en ménage : les uns, avec des meubles d’occasion, achetés dans les ventes aux enchères publiques, ou des meubles donnés par la famille, les autres avec des meubles neufs, fabriqués pour la circonstance par le menuisier local. Jusqu’aux environs de 1920, un à trois menuisiers travaillent à la commande dans chaque village, et fabriquent lits, armoires, buffets. En simplifiant à l’extrême, le couple crée son nouveau cadre de vie en s’aidant du réseau familial restreint : la jeune femme apporte son trousseau, les hardes, linge et bijoux à usage personnel, le jeune homme apporte une somme d’argent, 250 francs en numéraire et 140 francs en objets mobiliers267. L’entourage familial offre les chaises, les draps et le linge de table. Ce n’est pas comme aujourd’hui, les invités à un mariage n’étaient pas obligés d’apporter des cadeaux, seuls le parrain et la marraine y étaient tenus (Jeanne D.).

Héritage, don et récupération

288Au cours de la vie conjugale, les biens mobiliers vont s’accroître grâce aux héritages successifs de parents proches ou éloignés et permettre ainsi la constitution d’un véritable patrimoine mobilier. Pour certains individus âgés de souche rurale, le réseau de parenté et d’affaire a servi de relais de transmission d’un mobilier ancien et usagé, comme l’illustrent les deux exemples suivants. Resté célibataire, Gaston P. ancien cultivateur à la Grange avait repris l’exploitation familiale, héritant de tout l’ameublement plus que centenaire. Il n’a commandé aucun meuble puisque le patrimoine lui suffisait. Privée de son mari pendant la guerre et ayant tout perdu après un incendie provoqué par les allemands, sa sœur avec ses deux enfants sont revenus vivre avec lui. C’est la transmission du patrimoine mobilier familial et seule, l’acquisition de l’équipement ménager a été nécessaire. Germaine H., âgée de quatre-vingt trois ans, a toujours vécu dans les meubles de ses beaux-parents, sauf ceux de la chambre à coucher. Ses enfants grandissants, elle n’a donné aucun meuble, prétextant de leur usure.

289Quand les derniers occupants d’une maison se retirent pour cause de décès ou de vente, ils ne laissent pas forcément une coquille vide. Solange N. a hérité de la maison de son ancien employeur avec tout l’ameublement en 1965, elle-même possédait peu de biens, quelques bricoles. L’ancien propriétaire, marchand de bestiaux, l’avait lui-même acheté en 1903 avec tout son mobilier. En emménageant dans les lieux, le couple N. n’a pas investi de sa propre personnalité et de son style de vie, mais il a du se ré-approprier le patrimoine existant et, seule, la chambre à coucher a été acquise. C’est en quelque sorte l’exemple d’une transmission entre trois ménages n’ayant aucun lien de parenté. Disposant de biens mobiliers relativement importants, le couple N. s’est défait de quelques meubles qui ne l’intéressent pas, de bricoles comme une vieille maie en chêne en les offrant à une de leurs filles installée dans une maison ancienne de Tours. Ces paroles révèlent une certaine distance affective à l’objet, sans doute est-ce le fait de les avoir reçu sans qu’aucune histoire personnelle n’y soit attachée.

290L’héritage est un mode de transmission propre aux ménages de souche rurale, n’ayant pas ou peu changé de résidence, et ayant exercé une activité sur place. La donation d’un ou de quelques meubles de l’ancienne chambre d’enfant n’est pas forcément liée à un décès mais plutôt à une installation.

291S’il y a peu de circulation entre la parenté, les ménages utilisent souvent les opportunités diverses en vue d’obtenir gratuitement des meubles. Le couple R. en achetant le café-hôtel de Beaumont-la-Ronce en 1975, bénéficia des meubles des chambres, lit et armoire. Seule, la salle à manger a été achetée d’occasion, et la chambre à coucher fabriquée par le menuisier du village. Afin de remplacer un siège usé, Léonce P. récupéra un fauteuil d’une de ses filles, celle-ci venant de changer son salon. Placé au même endroit que le précédent, dans la cuisine et près de la télévision, le fauteuil est habillé d’une housse pour cacher la misère. Il y a rarement détournement fonctionnel mais plutôt changement de l’aspect extérieur dans la qualité et le ton du tissu.

  • 268 Inv. 23, 1860.
  • 269 Inv. 48, 1874.
  • 270 Inv. 153, 1880.
  • 271 Inv. 247, 1920.

292Le grenier et toutes les pièces annexes sont des lieux de stockage des objets et meubles non utilisés par manque de place, pour cause de départ d’un enfant. On hésite à se débarrasser, la préférence étant que cela reste en famille. Le meuble servira à la génération suivante. Il arrive que la récupération soit momentanée à l’occasion d’une installation. Par la suite, ils seront restitués et serviront à d’autres membres de la famille. Par exemple, un fils, célibataire de quarante ans, vit avec ses parents laboureurs dans un hameau situé aux Hermites. Quelques meubles sont entreposés dans le hangar un buffet à un corps en bois fruitier, une table en bois fruitier, une crémaillère, pelle et chenets268, ou encore, au-dessus du cellier deux très mauvais lits avec une ballière, une paillasse, une autre ballière et une couverture269. La cave et le grenier sont des lieux propices au stockage. Un lot de chiffons, deux vieilles couvertures à repasser, un lot de vêtements, un vieux fauteuil (mais aussi) deux chenets, pelle, pincettes, bouche-four et une table prisés trois francs, vingt cuillers et fourchettes270, un lot d’outils de terrassier, de jardinier, et de menuisier avec un vieux bahut, une vieille maie et une vieille table271.

  • 272 Re. 3, 1850.

293Les meubles peuvent être la seule richesse d’une domestique qui fait établir une reconnaissance de mobilier, une couchette avec son garnissage, un coffre fermant à clef, six vieilles chaises, un buffet à deux corps et une table 272.

Le meuble neuf

294S’installer dans ses meubles, dans des meubles neufs, paraît être un usage plus fréquent dans les milieux les plus aisés ; c’est le cas de Madame F, fille d’un réparateur de matériel agricole à Sonzay, qui reçoit, en 1926, une chambre complète ou ménage avec un lit, une armoire, une table de nuit et une table ronde, fabriquée par un de ses oncles, menuisier à Chanceaux-sur-Choisille. Le coût de l’ensemble est évalué à plus de 4000 francs, somme importante pour l’époque. Plus qu’un signe de richesse, l’acquisition de biens meubles, au début de la vie conjugale, marque les différences sociales. Les gens aimaient bien se faire faire des meubles neufs (...). Cela les classait (Suzanne F.).

295La rupture entre les générations viendra plus tard, au moment où les jeunes ménages n’appartiendront plus seulement à ce réseau serré de relations personnelles, où la matrice de l’amitié et de la familiarité n’existera plus. Dès les années quarante, les enquêteurs de l’E.M.T. le signale. La clientèle paysanne est attirée par le clinquant et les prix proposés sur les catalogues de Paris et se tourne vers les grosses entreprises de mobilier. Les maisons venaient sur place livrer le mobilier et se débarrasser des vieux meubles traditionnels. Et le menuisier de campagne devant cette concurrence s’est tourné vers la réparation du meuble, puis vers la menuiserie du bâtiment (portes, fenêtres, escaliers, etc.) pour finir par alimenter à des prix dérisoires, les grosses entreprises parisiennes en fabriquant pour elles les parties de meubles.

Le meuble d’occasion

296Pendant leur installation, les ménages doivent acquérir de nouveaux biens. Ils doivent adopter de nouvelles habitudes, réaménager leur espace de vie au fil des naissances et des départs des enfants. Ayant peu de moyens financiers, un budget grevé par l’achat des terres ou l’entretien du logement, ils se tournent en majorité vers un choix raisonnable, celui à bon marché.

297L’usage de s’installer dans ses propres meubles ou des meubles provenant des proches n’est pas aussi fréquemment observé dans les milieux les plus modestes. Il n‘est pas rare que les jeunes couples achètent le nécessaire dans les ventes aux enchères publiques ou chez un brocanteur, sorte de menuisier réparant les meubles pour les revendre. On avait été chez un brocanteur de Semblançay, et le ménage est toujours là (...) des gens plus ou moins menuisiers qui retapaient les meubles (...). Les parents et grand-parents vivaient presque l’un chez l’autre, ou l’un à côté de l’autre, beaucoup de choses restaient dans la famille (Suzanne F.).

298Le brocanteur est implanté dans quelques grosses bourgades telles que Vouvray, Saint-Paterne-Racan ou Neuillé-Pont-Pierre. Quant aux ventes, réalisées sous le contrôle d’un notaire, elles attirent de nombreuses personnes qui n’hésitent pas à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres comme cette femme de Nouzilly qui allait à Monnaie, Villedômer ou Crotelles (Jeanne D.).

  • 273 Ve. 1,2, 3,4,7, 8, 10, 12, 13.
  • 274 Ve. 6, 11.
  • 275 Ve. 13, 1850.

299Les ventes mobilières, ou ventes de meubles aux enchères publiques, sont procédées par le notaire, assisté du greffier. Elles sont liées à la succession à la requête d’un veuf ou d’une veuve273, d’un propriétaire274, se déroulent sur un à trois jours, de préférence le dimanche après-midi ou tout autre jour chômé, dans la maison même, avec des témoins désignés. La vente est annoncée par des placards apposés aux endroits voulus par la loi certifiés par huissier et par des publications faites pendant trois dimanches consécutifs à l’issue de la messe de Nouzilly, Monnaie, Crotelles, Beaumont-la-Ronce et Rouziers275. La vente par adjudication est faite devant une assemblée réunie devant la maison. Par ce biais, les jeunes ménages s’installent en achetant vaisselle, chaises, table, armoire après avoir lu les affiches à la mairie, sur les places publiques. La vente durait entre deux et cinq heures et puis l’acheteur passait chez le notaire, pour faire inscrire la mention “payé” sur l’acte (D.).

  • 276 Catalogue des objets d’art et d’ameublement du château de Beaumont-la-Ronce., 1906, sp. (A.D. Indre (...)
  • 277 Ve. 11, 1893.
  • 278 Ve. 2, 1850.

300La vente d’une partie du mobilier du château de Beaumont-la-Ronce, réglée par un notaire de Tours, Maître Chauvin, assisté d’un expert, est restée dans la mémoire des gens. Elle a pourtant eu lieu en 1906 ! Les gens venaient de loin pour acheter une table, une commode mais beaucoup (d’objets) retournèrent au château (Amandine M.). Cette vente figure sur un catalogue imprimé276. Elle ne suit pas un ordre préalable mais des regroupements d’objets sont opérés. Les petits objets ou de peu de valeur sont vendus aux enchères les trois premiers jours : batterie de cuisine, objets garnissant la buanderie ou les greniers ; meubles des chambres de domestiques, linge de maison et de service sur deux jours ; mobilier plus encombrant et de valeur situé dans la salle à manger, le bureau et les chambres à coucher ; trois autres jours pour les petits objets d’art, argenterie, diamants, tableaux, gravures, miniatures, cuivres, porcelaines ; une journée pour l’équipement, voitures, harnais, plants de serres, chaises de jardin ; une autre journée pour le stock de vin en bouteilles, vins fins et liqueurs ; enfin la vente est clôturée par la collection de minéraux et la bibliothèque. Cette vente très exceptionnelle paraît bien éloignée de celle d’un locataire de l’Escheneau à Vouvray dont l’estimation ne dépasse pas la somme de 198 francs 20277 ou encore celle d’un petit propriétaire de 192 francs 45278.

301Parallèlement à ce circuit institutionnalisé, des objets isolés comme une cuisinière ou une commode, peuvent changer de propriétaire après une discussion plus ou moins longue entre le vendeur et la personne intéressée (B.).

302Pour les plus anciens, ayant cohabité de longues années avec leur belle-famille, le moindre achat est marqué par son utilité. Il ne peut être question de faire fructifier le patrimoine mobilier au désavantage des terres. Germaine H. acheta un petit placard à un brocanteur, pour y ranger la vaisselle et les provisions. Face à la porte d’entrée, ce meuble détient une place prépondérante dans le champ visuel. Lié à la disparition d’un coffre ou d’une maie peu pratique pour un rangement ordonné, le couple n’a pas ressenti la nécessité d’acquérir un meuble neuf et d’aspect moderne.

303L’acquisition de la chambre à coucher est souvent liée au mariage et à l’installation en couple. C’est l’association entre la chambre à coucher et l’intimité, mais aussi l’expression d’un besoin de personnaliser les lieux. Sa possession cimente le lien conjugal nouvellement créé. Le désir très prononcé de posséder un ensemble homogène en style et en qualité incite le couple N. à s’adresser au brocanteur de Louestault, à l’antiquaire. Les 4000 francs que ce ménage d’ouvrier et de femme de service a du débourser pour un lit, une armoire à glace et deux tables de chevet est une importante dépense. Les deux métiers d’antiquaire et de brocanteur sont souvent confondus l’un et l’autre par les informateurs, gage de la confiance et de la renommée du vendeur. Le ménage C. a eu recours à ce même brocanteur pour le mobilier de sa salle à manger. L’ensemble de son mobilier a d’ailleurs été acquis à bon marché, selon une trajectoire familiale bien déterminée. Le premier lit conjugal provient de la chambre de jeune homme et sera repris par la suite par un des quatre enfants après que le couple ait acheté leur nouvelle chambre à un voisin quittant le village. La rotation des différents meubles d’occasion est importante, on rachète par le même circuit, soit à un brocanteur, soit à une personne mais toujours à un familier. Les premiers meubles de la cuisine de Robert C. le buffet laqué blanc, la table et les chaises bistrot ont été choisis chez un brocanteur de Monnaie. La distance entre ces deux villages ne dépasse pas une dizaine de kilomètres. Il n’est pas question de mode mais d’affaire, des possibilités financières et de la connaissance du vendeur. Autre exemple, le couple R. en s’installant à Beaumont-la-Ronce en 1975 ne possédait pas de salle à manger et, pour en faire l’acquisition, il s’adressa à une personne de connaissance à Nouzilly, où se situe son exploitation laitière.

304Hier comme aujourd’hui, dans cette communauté relativement fermée, un équilibre règne entre les différents aspects de la vie sociale et économique. Les ménages, préférant faire travailler le village, ont recours à des familiers. Le contrôle du voisinage est très accentué. Le brocanteur, installé à Louestault à quelques kilomètres de Beaumont-la-Ronce, rayonne sur un territoire familier. Aujourd’hui, son fils, devenu antiquaire à Tours, assure en quelque sorte la relève, ajoutée à une ascension sociale. Cela traduit la résistance organisée à toute innovation, saisie comme pouvant détruire l’équilibre fragile de la structure socio-économique du village.

305Cette manière de se meubler à bon marché auprès des relations, et par l’intermédiaire de professionnels, influent sur le mode de payement. Les ménages ne s’adressent pas à une importante firme mais à des individus, et la confiance mutuelle prévaut à l’achat direct et comptant. Comme Robert C. le remarque on n’avait pas la politique du risque, on n ’aimait pas le crédit et puis on est marqué par les moeurs terriennes ce qui fait que l’aventure, on n’aime pas trop.

306Le souvenir attaché à l’objet est peu marqué dans le discours des membres de cette communauté de souche rurale. Il s’explique en partie au regard des nombreuses ventes mobilières aux enchères qui se déroulaient dans les campagnes tout au long du XIXe et au début du XXe siècles. Sans l’avoir vécu, beaucoup se souviennent de la célèbre vente des meubles du château de la marquise de Beaumont-la-Ronce en 1906. Les meubles déposés sur le trottoir, perdant leur âme parce que sortis de leur contexte, étaient adjugés à la criée par un notaire. Les badauds venaient de partout, parcourant à pied ou en carriole des dizaines de kilomètres. Cela se vendait au plus fort comme à la foire aux bestiaux. Le notaire, en s’adressant à la foule massée, faisait monter les enchères mais les meubles les plus beaux étaient achetés par l’antiquaire (C.). L’usager donnant la préférence aux meubles d’occasion n’investit pas dans l’objet un lien affectif, un souvenir d’enfance ou un lieu familier. C’est d’abord l’objet fonctionnel, et la ré-appropriation devient obligatoire. Cet achat d’occasion n’est pas toujours bien admis. Il n’est pas toujours lié à une trajectoire professionnelle mais bien plus souvent à un changement de résidence et à l’agrandissement des lieux. Le couple P. a acheté la salle à manger quand il est arrivé à Tours dans leur nouvelle maison, disposant d’une pièce de réception. Cette transaction a été conclue avec une vieille personne ayant mis sa propriété en viager. C’est la table d’aspect massif, en bois clair qui plaisait à son époux. Le buffet est considéré aujourd’hui comme un meuble peu pratique et trop imposant mais elle n’envisage pas de s’en défaire. Le prétexte de son âge, soixante-dix ans, est un faux problème puisque le changement de domicile a eu lieu il y a moins de dix ans. Cette affaire n’en était pas une mais elle durera ce que durera la vie de cette femme. La même erreur a été faite pour la chambre à coucher mais cette fois-ci achetée neuve. Le défaut d’assemblage du meuble n’entraîne pas la mise à l’écart définitive du mobilier.

Les manières de s’approprier les meubles

307Le mobilier constitue un ordre, une permanence et une familiarité pour celui qui y vit. Le choix d’un ensemble homogène transparaît dans l’achat de la chambre à coucher ou de la salle à manger. Les goûts esthétiques et les repères de l’histoire familiale, difficilement exprimés par nos informateurs, affirment cette tendance à le conserver pour la vie.

308Certains meubles sont fixés une fois pour toutes dans leurs fonctions et dans leurs places à l’intérieur du logement. L’exemple d’un fauteuil placé dans une des chambres d’hôte de la maison du tailleur H. est significatif. Sa mère, devenue paralytique et vivant avec eux, refusa pendant longtemps de s’asseoir dans ce siège, ne voulant pas qu’il soit descendu dans la cuisine. Sa place était là-haut dans la chambre. Aujourd’hui, Germaine H. regarde la télévision assis dans ce même siège recouvert d’un coussin crocheté. Cette télévision est posée sur la cuisinière à fuel, inutilisée depuis de longues années mais qu’elle ne s’est pas résolue à jeter. Le meuble se veut un objet durable et solide, sa vieillesse caractérisée est acceptée. Il est rarement remplacé au cours d’une vie et dans tous les cas jeté en dernière extrémité. C’est le repère où vont s’accrocher les lambeaux d’une mémoire familiale.

309Sans détailler l’organisation spatiale où le mobilier et la construction s’intègrent selon une cohérence, une remarque doit être faite en ce qui concerne la place des sièges. Dans les espaces les plus anciens, les sièges ne gravitent pas forcément autour de la table. Alignés devant le lit, ils forment une barrière symbolique, adossés au mur, ils marquent le manque de place. Aujourd’hui, le lit a disparu et l’espace tout entier est investi comme le montre les sièges placés autour de la table, dans la plupart des intérieurs visités.

Le meuble contenant

310Sa fonction essentielle est de contenir le linge et les effets du ménage, la vaisselle ou les provisions. Son emplacement dans la maison est réglé par son utilisation.

311La niche et le placard s’intègrent souvent à l’agencement intérieur de la maison rurale. Dépendant des biens immeubles, ils n’interviennent pas dans l’établissement de l’inventaire qui, par définition, est une description et une estimation des biens meubles d’une communauté. Les possibilités financières limiteront longtemps les ménages les plus modestes à l’acquisition des seuls coffres, meubles de rangement élémentaires et peu coûteux dont le volume des objets à ranger était proportionnel à la fortune.

312Les modes de rangement évoluent dans le sens d’une plus grande commodité et d’une spécialisation. Le succès du rangement ordonné sur un empilement ou un accrochage est bien amorcé au milieu du XIXe siècle. L’armoire et le buffet ont succédé au coffre et dans une moindre mesure, au pétrin qui a déjà perdu sa fonction initiale, celle de la préparation du pain. La stabilité et la permanence, si désirées par le tourangeau, déjà peu enclin à la mobilité géographique et socioprofessionnelle, ont prévalues pour la fabrication de meubles se développant en hauteur, et par conséquent beaucoup moins maniables. Assurer le rangement des provisions, du linge et des vêtements, de la vaisselle paraît être une des préoccupations majeures du ménage.

  • 279 Inv. 257, 1850.
  • 280 Inv. 265, 1887.
  • 281 Inv. 103, 1855.
  • 282 Inv. 16, 1852.

313Le coffre est constitué d’un bâti rectangulaire et massif, en chêne, assez développé en hauteur, avec des pieds droits. Son apparence trapue est atténuée par la mouluration qui ceinture son corps et par le travail soigné de la serrure. Il est muni d’un couvercle horizontal à charnière (Fig. 21). Cela reste donc un meuble lourd, massif, mal commode puisqu’on ne peut rien poser dessus. Les coffres sont ouvrés soit par des artisans qui travaillent au château voisin, soit par le menuisier local qui bénéficie aussi de ce voisinage aux idées particulièrement fécondes. Environ 20 % des coffres, relevés dans les inventaires après décès, sont placés dans les annexes. Considéré comme désuet ou vétuste, il est relégué dans le grenier, et il abrite les récoltes279, dans le fournil, et il permet à l’homme de ranger ses outils280. Logé dans un coin de la salle commune, il contient les ustensiles de laiterie chez quelques cultivateurs qui ne disposent pas d’un local approprié281. Très exceptionnellement, il est utilisé pour ranger les hardes et les effets de la fille, chez un pauvre cultivateur de Saint-Laurent-en-Gâtine. Le ménage possède peu de meubles, les vêtements du couple sont dans un basset, en différents bois, garni de deux tiroirs et deux tablettes et la vaisselle, dans un placard au-dessus de l’évier282. C’est le seul et unique meuble des domestiques de la ferme, il suivait l’homme ou la femme lorsqu’il changeait de place. Le coffre n’apparaît pas comme le meuble exemplaire de rangement de la vaisselle. Un placard au-dessus de l’évier, muni de planches reste le choix d’aménagement le plus simple. Jugé vétuste et désuet dans les autres intérieurs domestiques tourangeaux, le coffre tient une place importante dans l’espace troglodytique et continue d’être employé pour le rangement des vêtements ou des ustensiles de laiterie.

Fig. 21 Le coffre

Fig. 21 Le coffre

h. 77 1. 124 p. 65 chêne dessin R. Schweitz

314Fabriqué en noyer ou en chêne, le pétrin a la forme d’un coffre, muni d’un couvercle supérieur et de pieds droits ou tournés. Il peut être sobrement décoré, d’un éventail et de deux plumes s’achevant sur une rosace. Les montants sont écoinçonnés et cannelés sur l’angle (Fig. 22). Le pétrin, la maie ou mette, sert toujours aux environs de 1850 à pétrir le pain hebdomadaire, comme l’atteste la présence de la pelle et du rouable dans ce même lieu. Ce mode de rangement révèle la pauvreté du ménage et ses hésitations devant des formes plus élaborées et par conséquent plus coûteuses. La fabrication domestique rappelle l’éloignement par rapport au bourg et met en valeur la méfiance que l’on peut avoir pour des produits fabriqués en dehors de soi. Avec l’établissement d’un ou de plusieurs boulangers par village et leur passage dans les hameaux, il a perdu sa première fonction pour seulement garder celle de meuble à provisions. On y mettait le lard, le fromage frais et les rillettes (Élie C.), dans les exploitations agricoles, éloignées du bourg, la femme ajoutait les pains de six livres, il y avait le stock (Suzanne F.) et quelquefois le sel dans des petits pots en grès (André G.). En opposition avec le buffet encombré par la vaisselle de la saint Mathieu, celle des jours de fête, le pétrin, placé ordinairement dans la pièce principale ou dans la chambre, contient la vaisselle courante, avec le beurre et les restes de la cuisine.

Fig. 22 Le pétrin

Fig. 22 Le pétrin

h.70 1.120 p.60, noyer, plateau ouvrant, pieds tournés, équerre découpée dessin R. Schweitz

  • 283 Inv.87,1864.
  • 284 Inv.79, 1859.

315Le dressoir ou dressouer est une série d’étagères fixées au mur ou posées sur le sol, parfois incluses dans un bâti de bois. Ce dressoir, meuble à étagères qui sert à montrer les biens en vaisselle, a disparu presque totalement au milieu du XIXe siècle un dressoir en bois blanc peint en rouge avec quatre bouteilles en verre noir, trois pots en grès, six assiettes en caillou, deux bouteilles à huile, deux plats en terre jaune, une cafetière en terre brune, deux cuillers à pot, une marmite et son couvercle, une poignée, un vilebrequin283 ou encore un dressoir incrusté dans le mur avec douze bouteilles, un chandelier en cuivre, trois casseroles et deux plateaux en fer blanc, une râpe, une écumoire, un petit entonnoir, le tout estimé à cinq francs cinquante284. Après une rapide incursion dans les inventaires du début du XIXe siècle, leur usage parait plus fréquent bien que limité aux catégories les plus aisées. Aussi, il n’y avait pas de vaisselier ou de dressoir (dans la région de la Ferrière). Ici les gens ne sont pas riches. (Renée A.). Le témoignage d’une ancienne fermière de la commune de Sonzay est édifiant sur les devoirs d’une bonne ménagère. Les dressoirs, c’est bien joli mais cela ramasse la poussière (Suzanne F.). Toujours placés dans la pièce principale ou dans la chambre, leur usage marque l’ancienneté de l’ameublement formé sans doute par des héritages successifs. D’aspect rudimentaire, de peu de valeur, ils servent au rangement de la batterie de cuisine et de la vaisselle.

316Dans leur présentation comme dans leur fonction, le coffre, la maie et le dressoir signalent la pauvreté du ménage et sa réticence devant des formes plus élaborées, comme le buffet et l’armoire. Les paysans tourangeaux paraissent plus attachés à l’héritage du passé et les habitants du bourg moins réticents devant les nouveautés qui leur sont proposées : la huche ou le garde-manger.

317La huche ou boîte à pain remplace le pétrin dans sa fonction de conserver. Elle est utilisée par sept ménages, sur deux cents soixante-six, ayant les mêmes particularités, celles de ne pas posséder de maie et de vivre dans le bourg. Par ses dimensions, la femme peut facilement le déplacer selon les besoins mais le meuble est toujours localisé dans les pièces destinées à la préparation des repas. Les différences entre le pétrin, appelé généralement maie, met ou mette, et la huche sont reconnues. On la bougeait comme on voulait (...). Le problème n’était pas le même, on achetait du pain tous les jours, tandis qu’à la campagne, dans la maie, il y avait trois ou quatre pains (B).

318Le garde-manger, de création récente, n’a pas une place précise dans la maison : dans la salle commune, la chambre, le cabinet, le cellier et la laiterie. Les femmes le qualifient d’élément indispensable au bon déroulement de la vie domestique et le considèrent comme l’ancêtre du frigidaire actuel (Gilberte L.). On y mettait la viande, des fois, les légumes. Il fallait un garde-manger avec ces mouches (Germaine R.).

319L’accumulation des biens domestiques et le besoin grandissant de leur ordonnance requièrent l’emploi de meubles spécifiques : le buffet et l’armoire. Dans le monde rural traditionnel, l’entassement et l’annoncellement des objets les plus variés ne sont jamais ressentis comme gênants. Toutefois, une nouvelle tendance est née, celle de la séparation des vêtements et du linge de corps, des effets du couple de ceux des enfants. L’armoire symbolise le “dedans” et avec lui, le propre et l’intime, quant au “dehors”, il se rapporte au sale et à tout ce qui est nécessaire à l’ensemble de la maisonnée. L’espace dans lequel elle s’inscrit fait obstacle à la perception d’ensemble. Derrière l’armoire peut se cacher un lit.

  • 285 Inv. 50. 1876.
  • 286 Guillaume, J anneau, Le meuble populaire français, Paris, SERG/Berger Levrault, 1977-1980, 2 vol., (...)

320Tout au long du XIXe siècle, la vaisselle se diversifie et son rangement exige un meuble adapté : le buffet. Les fourchettes et les cuillers sont rangés dans les tiroirs, vaisselle, verres, pots en terre, plats et soupières, tous les ustensiles et objets utilitaires en faïence grossière, en terre cuite, sur les étagères. Un buffet bas à deux vantaux fermant à clef contient dix bouteilles en verre noir, trois pots de grès, une bouteille de grès, trois paillons, deux verres, une tasse à boire, un marteau, une paire de tenailles, un ciseau à froid, un coin de fer, une serpe285. Le buffet, à un ou deux corps, est introduit plus tardivement chez les ménages les plus modestes, qui continueront, jusqu’au début du XXe siècle, d’employer le placard et la maie pour la conservation des aliments et le rangement de la vaisselle. On distingue le buffet dont le plateau supérieur est à hauteur d’appui ou buffet bas, appelé basset dans le nord de la Gâtine, et le buffet à deux corps superposés (Fig. 23). Le soin apporté à la finition de ces meubles s’accompagne rarement d’une abondance de motifs décoratifs et l’exemple d’un buffet à deux corps, en merisier, fabriqué dans la région de Vouvray, est exceptionnel, avec une ove entre les tiroirs, une étoile au sommet de chaque porte, un éventail sur chaque traverse, et une rouelle sur deux extrémités de la traverse. Le bahut se distingue des deux autres formes par un corps inférieur plus important par ses dimensions que celui qui le surmonte286, il est d’un usage peu fréquent dans cette région.

321La forme et les attributions rendent le buffet à la fois utilitaire et décoratif. N’observe-t-on pas un nombre restreint de dressoirs, meubles de fabrication simple, servant à la présentation extérieure de la vaisselle, à mettre en rapport avec cette abondance de buffets, meubles où la vaisselle est enfermée mais ayant un aspect extérieur soigné ?

  • 287 Inv. 179, 1917.
  • 288 Inv. 184, 1917.
  • 289 Inv. 221, 1920.
  • 290 Albert, Maumené, dir., Vie à la campagne. Maisons, jardins, meubles des bords de la Loire, vol. 84, (...)

322Le buffet est placé dans des locaux destinés à la préparation des repas, dans le fournil lorsqu’il devient trop vétuste287. C’est aussi un meuble de salle à manger qui contient un service complet en faïence, deux plateaux, un service à café288 ou bien un service complet, trois services à café289. Signe d’une certaine aisance, le buffet-vaisselier, en merisier, exposé au musée du terroir à Loches est composé de deux corps, celui du bas fermé par deux portes et garni de planches intérieurement, celui du haut, a des étagères devant lesquelles sont disposées des petites traverses, permettant de poser la vaisselle produite par les différents ateliers tourangeaux, notamment Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours290. Ce meuble devient à la mode à la suite de la diffusion de la vaisselle décorée qui flattait la vue comme les images des colporteurs, belle vaisselle dont on se sert dans les grandes occasions, exposée au regard de tous les visiteurs reçus dans la salle commune.

Fig. 23 Le buffet

Fig. 23 Le buffet

h.94 1.132 p.93, merisier, deux portes à traverse supérieure chantournée, une cannelure sur faux dormant, traverse chantournée, entrée de serrure, à l’intérieur deux tiroirs et deux tablettes.

Dessin R. Schweitz

  • 291 Tardieu, op. cit., 1976, p. 52.

323La laiterie, local pour la conservation du lait et la fabrication du beurre et du fromage, existe dans quelques exploitations du nord de la Touraine, mais souvent les fermiers se contentent d’un buffet qu’ils nomment laiterie. Localisé dans la région d’élevage de Château-Renault, il peut se rattacher à la traite picarde, sorte de buffet se développant en longueur pour entreposer le matériel laitier291.

  • 292 Inv. 38. 1874.

324Partout présente, l’armoire et son contenu symbolisent le propre et le caché, en totale opposition avec les vêtements sales ou les objets posés à même le sol qui sont laissés à portée de main. Sur les tablettes de l’armoire, la femme a soigneusement empilé le linge de maison et les vêtements, dans les tiroirs fermant à clef nommés liettes, les bijoux, les papiers de famille et l’argent, tout ce que l’on veut mettre à l’abri des regards, tout ce qu’il n’est pas souhaitable de laisser à l’extérieur. Il peut y avoir distinction entre la garde-robe du couple rangée dans deux armoires distinctes292. Pour les plus modestes, les effets des parents et des enfants sont réunis. Les plus simples et les plus démunis disposent de placards. Toujours associée au lit, l’armoire est un objet social, affirmant le rang des maîtres de la maison, tant par son décor que par son contenu, elle doit être montrée à des éventuels visiteurs et signale l’aisance du ménage. Elle met en valeur de manière ostentatoire la prospérité du ménage. A l’intérieur de la porte, le ménage a coutume d’inscrire les dates marquantes et les comptes du mois, de fixer les photographies de certains êtres chers disparus. Elle est, en quelque sorte, la gardienne de la mémoire intime de la famille et complète la garniture de la cheminée. C’est un meuble fermé, haut et large, axé sur la verticale. Fabriquée dans du noyer ou du guignier, l’armoire est l’œuvre d’un artisan local qui l’a décorée de motifs figurés sur les traverses, comme un bouquet ou une guirlande de fleurs. Les vêtements sont suspendus pour limiter le lavage ou le nettoyage sommaire, mis dans un portemanteau (Germaine R.) ou tout simplement posés sur une chaise.

325L’armoire à glace et la commode sont montrées à certains visiteurs pour qu’ils puissent reconnaître les qualités de la ménagère et l’aisance du couple.

  • 293 Inv. 89. 1869.

326Considérée comme un meuble de luxe, la commode est réservée à la bourgeoisie aisée. Il y avait des gens qui avaient des commodes mais pas nous, pas des malheureux comme nous (Amandine M.). Certains en possèdent jusqu’à quatre293 car elle permet un certain type de rangement. On y mettait des vêtements qui étaient allongés dans les tiroirs pour ne pas les chiffonner (Germaine R.). En noyer, avec trois tiroirs superposés à boutons ou à poignées, c’est un meuble de la chambre à coucher. De fabrication récente et d’un prix élevé, elle n’est jamais reléguée dans les annexes de la maison. Sa hauteur, environ 0 mètre 70, est celle des meubles d’appui et c’est sur le dessus, recouvert de marbre, que le couple peut rassembler les souvenirs des événements familiaux les plus marquants : la couronne de mariée protégée sous un globe en verre, le témoignage d’un passage sous les drapeaux. En 1859, un propriétaire de Saint-Christophe-sur-le-Nais, a installé une commode dans la chambre, elle contient deux rideaux des alcôves en coton blanc mais les draps et les effets à usage de femme continuent d’être rangés dans un placard. Son utilisation subira des changements profonds dès qu’elle sera jugée comme un meuble ordinaire. On y rangera la lingerie et des affaires de couture.

  • 294 Inv. 83, 1859.
  • 295 Inv. 89, 1869.

327Les almanachs et les livrets de colportage sont entassés sur un coin de la cheminée, ou amassés dans un coffre au fond du grenier, en attendant d’être brûlés. La fréquentation des livres exige un meuble approprié : la bibliothèque. Exécuté dans un bois solide, le chêne, ou dans un bois précieux, l’acajou, ce meuble ne suppose pas un lieu fixé selon des règles données, il est installé dans des pièces aussi différentes qu’une salle commune, une cuisine, une chambre ou un bureau. La parfaite maîtrise de la lecture, sous-jacente à la possession d’une bibliothèque, atteint des milieux socio-économiques très éloignés les uns des autres : un cultivateur, un vigneron, un instituteur, mais ils ont en commun une attention toute particulière pour leur mobilier (entre 50 et 80 % de la fortune totale). Le notaire indique rarement la taille et la collection inventoriée, une bibliothèque en acajou, ornée de différents ouvrages historiques, classiques et bouquins294, et encore moins les titres et les ouvrages, une bibliothèque avec dessus ouvragé contenant environ cent cinquante ouvrages295.

328De facture soignée, l’horloge est fine et droite avec des motifs floraux sculptés. L’horloge à gaine en vogue chez les bourgeois, reste très rare dans les fermes. Rythmant le temps, le mécanisme de l’horloge est incorporé dans un simple caisson en noyer ou en fruitier. Cette horloge est placée souvent dans la salle commune, face à la porte dont le vantail supérieur est continuellement ouvert, ce qui permet de vérifier l’heure sans être obligé d’entrer dans la pièce. La pendule, appelée aussi oeil de boeuf, apparaît souvent dans les maisons tourangelles. Lorsqu’il y a coexistence des deux formes, l’horloge est mise dans la salle commune et la pendule dans la chambre mais, peu à peu, un autre dispositif les remplace, beaucoup plus maniable : le réveil.

Le meuble support

329En suivant les propositions de Suzanne Tardieu, la seconde catégorie de meubles a pour fonction essentielle de supporter, soit le corps d’un individu, dans une position étendue ou assise, soit la vaisselle ou divers objets. Comme le meuble contenant, son emplacement dans la maison est réglé par son utilisation, la structure et la taille du groupe domestique, les activités socio-économiques des détenteurs.

  • 296 Albert, B abeau, La vie rurale dans l’ancienne France. Paris, Didier et cie, 1883, 334 p.

330Le lit, ce sanctuaire de la vie domestique, comme l’a qualifié Albert Babeau296, est un meuble secret et fermé par des rideaux. Ces derniers protègent du froid et maintiennent une certaine chaleur dans une pièce mal chauffée ; ils forment un écran aux bruits et aux regards indiscrets. C’est le gros investissement dans la maison, constituant le seul endroit confortable de la maison : il est chaud, ses couettes sont moelleuses et ses rideaux permettent l’intimité. Le lit est valorisé par tous les symboles qui y sont attachés, de la naissance à la mort (Fig. 24).

331Ce lit revêt des formes variées : lit à quenouilles ou à baldaquin, lit à l’ange, lit d’alcôve ou à deux chevets, lit bateau ou matelot, fauteuil-lit, lit d’enfant, berceau, lit à sangles, lit-cage, lit pliant. Mais dans la majorité des cas, la dénomination exacte n’est pas formulée dans l’inventaire ou par l’informateur.

Fig. 24 Le lit

Fig. 24 Le lit

h.97 1.193 larg 107, noyer, lit bateau avec façade apparente dessinant un cintre concave, les quatre pieds sont munis de roulettes.

Dessin R. Schweitz.

  • 297 Tardieu, op. cit., 1976, p. 98.
  • 298 Janneau, op. cit., 1981, p. 276.

332Imités de l’ameublement des châteaux du Val de Loire, le lit à baldaquin et le lit à quenouilles se caractérisent par quatre côtés qui se prolongent en hauts montants, en colonnes supportant un plafond en bois. Des rideaux sont disposés tout autour et peuvent s’attacher le long des montants 297. Le lit à quenouilles est composé d’un bois de lit ou châlit prolongé par quatre colonnes ou deux panneaux de bois pour les modèles les plus anciens qui supportent un ciel de lit sur lequel sont fixés des rideaux et parfois un tour de lit. Le lit à l’ange se distingue des deux précédents par l’absence de ces quatre montants ou quenouilles, le ciel est fixé directement au plafond. Il a dominé dès le XVIIIe siècle dans les intérieurs bourgeois. Le lit d’alcôve ou lit à deux chevets est surmonté d’une flèche d’où tombent les rideaux. Le lit bateau ou matelot, avec une façade parallèle au mur dessinant un cintre concave298, est généralisé au milieu du XIXe siècle (Fig. 24).

333Les bois les plus employés pour la confection de la couchette sont le noyer et le guignier (sorte de cerisier) (Fig. 25). Progrès notable de cette période, les pieds des lits de coin, comme les désignent nos informateurs, sont garnis d’un système de roulettes, ce qui facilitent leur déplacement.

Fig. 25 La nature du bois de lit

Fig. 25 La nature du bois de lit

source : 266 inventaires après décès

  • 299 Belèze, op. cit., 1876, p. 1029.
  • 300 Rougé, op. cit., 1943, p. 18.
  • 301 Inv. 89, 1869.

334Dès 1850, c’est l’apparition et le succès du lit de fer, se généralisant vers 1890. Réservé aux jeunes enfants et surtout localisé dans la région viticole, notamment à Vouvray, le lit de fer a l’avantage de ne pas donner asile aux punaises, de pouvoir être démonté et transporté facilement et de n’exiger que très peu de soins d’entretien299. Le berceau en osier ou plomb est posé sur quatre pieds de bois, à flèche avec armature d’osier soutenant des rideaux en cotonnade blanche à petites fleurs300. Le lit à sangles est un berceau avec des ouvertures pratiquées sur les côtés, servant au passage des sangles. Le lit-cage est un lit de fer entouré de barreaux capables d’éviter les éventuelles chutes de l’enfant. Le lit-pliant est un meuble d’appoint pour un propriétaire de Saint-Christophe-sur-le-Nais qui possède également un berceau et trois petits lits, placés dans un cabinet et une chambre au premier étage301.

335Inutilisé, le mobilier d’enfant est rangé dans le grenier, souvent il circule entre les membres d’une même famille, se prête entre voisins. Il y couchait longtemps jusqu’à ce qu’il y en ait un autre qui prenne la place (André G.). La substitution rapide du lit de fer au berceau est justifiée par ses caractères de solidité, de maniabilité et de faible coût. Félicité C. témoigne : J’ai toujours connu, à l’époque, le lit de fer. J’ai vu le berceau chez les gens aisés, plus riches (...). Vous savez dans les fermes, les maisons particulières, c’était moins fragile que le berceau. Et puis, le berceau, cela revient cher, le pourtour et tout cela.

  • 302 Inv. 45, 1874.
  • 303 Inv. 44, 1874.
  • 304 Inv. 153, 1880.
  • 305 Inv. 12, 1852.

336Dans les inventaires, le lit fait l’objet d’une description et d’une estimation précises : un lit de fer, une paillasse en toile, une ballière, un lit de plumes, un traversin ensouillé de coutil, deux draps en toile commune, deux couvre-pieds garnis de laine, rideaux en indienne bleue à fleurs, une couronne en bois de guignier prisé cinquante cinq francs302 ; un lit composé de sa couchette en bois de guignier, une paillasse en toile à carreaux, un matelas en laine, un lit et un traversin de plumes ensouillés de coutil, deux draps de toile commune, un couvre-pieds en laine, un rideau en coton blanc prisé cent trente francs303 ; un lit composé d’une couchette, une paillasse, deux lits de plumes, deux draps en toile commune, une couverture de laine verte, un couvre-pieds ouaté, un traversin, deux oreillers, des rideaux en toile jaune avec flèche304 ; deux draps et un couvre-pieds, un berceau, une petite ballière, le tout prisé douze francs305.

337La garniture du lit est nécessaire pour satisfaire aux besoins d’isolement du sol, de l’humidité, du froid et des bruits. Une paillasse et (ou) une ballière, sac de toile bourré, l’un de paille de seigle, l’autre d’avoine, tiennent toute la longueur de la couchette en noyer. Un ou deux lits de plumes de poule, appelés couettes, sont disposés dessus. Vers 1900, certains ménages les remplacent par le sommier et le matelas, plus confortables et exigeant moins de temps de travail (B.). Il fallait faire le lit tous les jours, parce que la couette (...) s’aplatit, alors que le matelas, on fait le lit et on le retape mais pas tous les jours. La priorité donnée aux bêtes fait que les lits n’étaient pas forcément faits mais cachés par les rideaux ou la couverture renvoyée (Germaine R.).

338Dans les chambres non chauffées, la couette reste longtemps le complément indispensable du matelas, car c’était plus chaud, plus douillet. La literie comprend une paire de draps en grosse toile, un ou deux traversins, un ou plusieurs oreillers, une ou plusieurs couvertures en laine ou en coton, un couvre-pieds en indienne, un édredon, et très exceptionnellement une descente de lit posée sur le sol chez les ménages d’artisans ou de commerçants.

  • 306 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 24.
  • 307 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 118.

339La distinction entre couette et édredon réside dans l’arrangement du lit : l’édredon est au-dessus, la couette est en contact avec la paillasse et le drap du dessous ; différence aussi dans son contenu : le premier est rempli de plumes d’oies, le rendant plus léger, le second est garni de plumes de poules (B). L’oreiller est utilisé par les cultivateurs les plus riches et encore s’en servent t-ils lorsqu’ils sont malades306. Le lit d’un malade est une chose de la plus haute importance, il se doit d’être ni trop dur ni trop mou. Nous repoussons le lit de plumes, connu plus particulièrement en Touraine sous le nom de couette, et que l’on trouve dans tous les ménages, et nous préférons le matelas. Le malade sera autant que possible placé au milieu de son lit ; sa tête sera tenue élevée à l’aide d’un traversin et d’un ou plusieurs oreillers, suivant le cas, assez durs, assez résistants. Il y aura des couvertures en nombre suffisant selon la saison dans laquelle on se trouve307.

340Vers 1920, la mode du lit de milieu connaît un vif succès chez les jeunes ménages qui délaissent le lit de coin, moins large, environ un mètre vingt. Cela modifie à la fois l’aménagement des chambres et l’apparence du lit qui, jusqu’à présent, comportait des éléments décoratifs sur la façade apparente et seulement sur cette façade.

  • 308 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 24.

341Le lit n’est pas un meuble ouvert. S’il est situé dans une pièce où circulent les différents membres du groupe domestique, il est clos par des rideaux dans la journée ; la nuit, la cohabitation des groupes d’âge et de sexe nécessite sa fermeture. Ce n’était pas refermé comme aujourd’hui, on fait une séparation, on était enfermé avec un rideau. Le passage du logement exigu au logement à deux pièces entraîne l’abandon progressif du lit à rideaux, ou tout au moins l’abandon d’un usage quotidien de s’enfermer. Le rideau protège du froid et maintient une certaine chaleur dans des pièces rarement chauffées (Amandine M.). Comme le souligne le docteur Millet, il n’y a pas d’alcôves en Touraine mais des lits à ciel et à quenouilles munis d’épais rideaux de serge verte, et dans lesquels on a pris soin de s’enfermer en été comme en hiver. En été pour se préserver des mouches, en hiver pour se mettre à l’abri du froid mais confinés dans un air méphitique et malsain308. La chambre n’était chauffée que dans le cas d’une personne malade, le lit est rarement chauffé et on se chauffait comme on pouvait ! (Suzanne F.).

342La prisée de l’inventaire est extrêmement précise en ce qui concerne le lit. Les lits d’enfant ne sont pas toujours garnis de rideaux. Est-ce un oubli ou bien n’ont ils pas un caractère indispensable ? Il serait bien audacieux d’avancer une réponse, mais l’usage des rideaux ne devait pas être limité au seul besoin de se réchauffer. Les rideaux du lit règlent les problèmes de chaleur et de promiscuité et ils peuvent être investis d’un rôle symbolique. Les couleurs de la garniture du lit semblent avoir été soigneusement choisies par le ménage et elles ne dépendent pas uniquement des possibilités du marché local. Pour la literie des adultes, deux couleurs dominent, le vert et le rouge, pour les enfants et les jeunes filles, le blanc. Daniel Roche, dans son étude sur le peuple de Paris, avait noté les mêmes dominantes de couleur dont le caractère symbolique n’est pas à négliger. Le vert est le signe de la jeunesse, de la gaieté et de la fécondité, le rouge, celui du courage et de la richesse, le blanc, signe de la pureté et de la virginité, employé pour le berceau et le lit des jeunes filles, quant au gris, il est réservé aux ménages les plus modestes. Le gris, cela ne salissait pas trop. Les couvertures, c’était pareil (Amandine M.). Le lit est dans le coin le plus obscur dans la salle commune, le plus loin possible du courant d’air qui circule entre la porte et la cheminée. Meuble imposant, signe de richesse et rôle social important, plus il est élevé, plus il comporte de couettes, plus la famille passe pour être aisée.

  • 309 Rougé, op. cit., 1923, p. 95.
  • 310 Rougé, op. cit., 1923, p. 65.
  • 311 Segalen, op. cit., 1981, p. 58.

343Son emplacement n’est pas seulement réglé par des problèmes d’arrangement raisonné et calculé du mobilier, il peut être un moyen d’éloigner le malheur et la mort de la maison. Les soliveaux sont posés de façon à être vus en long, en entrant dans la pièce. Ils ne doivent jamais être en travers du lit309. D’autres rites favorisent la fécondité du couple. On doit emporter un petit tison de la jouannée (feu de la saint Jean) et le mettre sous son lit, pour que les poules pondent310. La poule et le soulier incarnent la femme dans sa connotation sexuelle311.

  • 312 Inv. 259, 1850.
  • 313 Inv. 16, 1850.
  • 314 Inv. 77, 1853.

344Le lit du domestique se traite à part, se différencie t-il du reste de l’ameublement ou prête t-on une relative attention à son arrangement ? Dans ce domaine, l’inventaire nous informe assez peu sur sa composition, car il n’appartient pas toujours à la communauté conjugale mais peut être la propriété du domestique. Lorsqu’il est placé dans une chambre ou un cabinet, il ne se distingue pas de l’ensemble du mobilier. En revanche, le lit d’écurie composé d’une ballière et d’un oreiller312 est fabriqué par le fermier lui-même. Ce peut être aussi un lit avec une ballière en toile commune, un traversin en toile commune, deux draps complété d’un vieux coffre, dans lequel il a enserré ses vêtements, et qui lui sert en même temps de table de nuit313. Souvent, ses affaires sont rangées dans un placard de la maison314. Il est fait de planches, une paillasse, un bon lit de plumes avec des draps (Germaine R.) et lorsqu’il y a plusieurs domestiques, les lits sont superposés (Germaine R., Amandine M.).

  • 315 Inv. 78. 1853.
  • 316 Inv. 105, 1856.
  • 317 Inv. 77, 1853, Inv. 80, 1859.

345Tout au long de la période étudiée, les formes de sociabilité domestique évoluent et avec elles, les façons de s’asseoir. Le banc est associé à la table longue dans quelques exploitations agricoles et dans les cabarets. L’esprit utilitaire a prévalu à sa fabrication, souvent confiée à des artisans de passage. Ce banc est placé auprès de la cheminée de la principale pièce, à proximité de la table ou bien relégué dans la buanderie, le cabinet, où il devient un siège de réserve, employé lors des réunions familiales ou de voisinage. Il s’intègre toujours avec d’autres accessoires à l’ameublement tourangeau : un banc en chêne, et un autre en cerisier, six chaises en jonc et un fauteuil315. L’escabeau, dénommé bancelle lorsqu’il se développe en longueur, sert à la traite des vaches, dans la région à dominante d’élevage. Il est placé dans la salle commune316, ou dans la chambre317. Le tabouret, siège mobile, formé d’un plateau soutenu par trois ou quatre pieds est mis fréquemment dans la salle commune ou la chambre. Cela prend moins de place, on le mettait sous la table (Germaine H.).

346Peu nombreux dans le département, les chaisiers ont une production “traditionnelle” avec une clientèle qui n’est pas seulement locale mais diffuse sur les départements voisins, comme le souligne l’Enquête sur le Mobilier traditionnel.

347Les bois utilisés, le merisier, le hêtre et le noyer, sont achetés dans les scieries environnantes. Le paillage est fait en paille de rauche (rauchette, rouchette, sorte d’herbe poussant au bord des marécages et des étangs) et surtout en paille de seigle. Le hêtre vient de la forêt de Jupilles (Sarthe), le noyer de tout le département de l’Indre-et-Loire. En 1904, cette industrie emploie une main-d’oeuvre essentiellement féminine, à Neuillé-Pont-Pierre, Saint-Christophe-sur-le-Nais et Château-la-Vallière. En 1910, on comptait six patrons à Neuillé-Pont-Pierre employant une vingtaine d’ouvriers. Les chaises étaient vendues quarante-cinq francs la douzaine alors qu’elles valaient seulement trente francs dans les Ardennes, la Meuse et en Belgique, ce qui entraîna l’interruption de l’industrie vers 1914.

348L’atelier d’un chaisier est exigu, servant en même temps de boutique, des chaises sont suspendues au plafond. L’outillage est plus simple que celui du menuisier, avec la scie à ruban, ses outils à main (ciseaux à bois, bédane, gouge, plane, râpe, rabots, guimbarde, varlope, vilebrequin, racloir), et ses outils fixes (établis, étaux, selles d’assemblage, four à pédale et chèvre).

349Les étapes de la fabrication d’une chaise sont bien décrites par les enquêteurs de l’E.M.T. Le bois est reçu débité en planches. Après avoir effectué le traçage des pieds du siège, des appuis du dossier au moyen de gabarits en bois ou en carton, l’artisan travaille les pieds du devant puis de derrière, les dressant à la varlope, les passant à la guimbarde, préparant les barres à l’aide de la guimbarde et de la plane. Il procède au montage de la chaise, les barreaux étant achetés tout prêts. Ces barreaux tournés sont appelés blasons tournés. La chaise obtenue, sans le fond, est remise au rempaillage. Ce travail est effectué à domicile par des femmes qui ne se livrent pas à cette tâche toute la journée. Elle se sert de la paille du pays autour de laquelle s’enroule de la paille de seigle blanchie d’une façon spéciale. Elle emploie la mouille pour la rendre plus facile à travailler, fend chaque brin qui est alors enroulé autour de la paille non travaillée. Terminée, la chaise est vernie au tampon. Les chaisiers connaissent le paillage et le cannelage mais préfèrent laissés cette besogne aux femmes. Quelques-uns sculptent eux-mêmes les palmettes des chaises directoire.

350En noyer, en guignier ou en bois blanc, la chaise est dite “rustique”. Le fauteuil à siège est façonné en jonc soit par des ouvriers nomades venus d’Italie (Félicité C.) soit par des chaisiers établis à Neuillé-Pont-Pierre.

351La chaise d’enfant apparaît très peu dans les inventaires et la plupart du temps : on avait des chaises avec une couverture dessus et s’il gigotait trop, il se trouvait sous la table et puis tout le monde était content (Germaine R.). A la différence de la chaise, siège utilisé quotidiennement et par tout le monde, le fauteuil est un meuble de parure (Germaine H.) placé dans la chambre, le salon ou la salle à manger des gens fortunés (Fig. 26).

Fig. 26 Le fauteuil et la fortune des détenteurs

moins de 500 francs 6
500 à 1500 francs 18
1500 à 3000 francs 5
plus de 3000 francs 17

source : 266 inventaires après décès

352Le bas de chaque montant du fauteuil capucine, qui soutient l’accoudoir en retrait, s’encastre non pas dans un barreau latéral supérieur, mais dans une sphère chevillée et fixée sur un barreau. C’est une des caractéristiques de la chaise du Val de Loire (Fig. 27).

Fig. 27 Le fauteuil et la chaise

Fig. 27 Le fauteuil et la chaise

h. 87 siège h.34 1.56 p.48. Fruitier, pieds droits reliés les uns aux autres par deux barreaux, un seul à l’arrière, accotoirs supportés par des montants tournés, dossier à trois traverses découpées, siège paillé. Collection Germaine H. h.89 siège h.44 1.42 p.40. Fruitier, pieds avants droits reliés par une traverse tournée, deux barreaux de chaque côté et un seul à l’arrière, dossier à deux traverses. Collection Germaine H.

dessin R. Schweitz

  • 318 Inv. 59. 1851.
  • 319 Inv. 137, 1878.

353Assez rare en Touraine, la chaise grand-mère ou chauffeuse, fabriquée en acajou, comporte un très haut dossier et un siège bas. L’avantage de ce meuble, placé dans la salle commune d’un vigneron318 et dans la chambre d’un juge de paix319, est de permettre à la femme de disposer autour d’elle, sur le sol, tous les objets dont elle peut avoir besoin et de tenir l’enfant à la hauteur du foyer, tout en le démaillotant et en le changeant.

  • 320 Inv. 159, 1895.

354Si le tabouret et le banc reculent devant la chaise et le fauteuil, le canapé dévoile un nouveau besoin de faste et de confort. Mis dans un salon ou dans la chambre, il contribue à marquer la frontière économique entre la bourgeoisie économique et aisée et la majorité laborieuse, comme une chauffeuse, deux chaises, et un petit coffre en acajou avec un fauteuil recouvert en tissu rouge dans une chambre mansardée au premier étage320.

355L’espace destiné au repas est fixé par son mobilier et ses ustensiles de table. Il est bien certain que les rapports entre les convives et les objets de la table font l’objet d’un stricte usage, mais c’est la table qui requiert l’attention première des participants. Être admis à table traduit une promotion dans le groupe et parallèlement l’attribution des tâches engagent plus de responsabilité.

  • 321 Inv. 267, 1887.
  • 322 Inv. 150, 1880.

356Maîtresse du dispositif, la table prend place entre la cheminée et la fenêtre, parallèlement à celle-ci si elle est rectangulaire, ou plus au centre de la pièce si elle est ronde. La table démontable, avec un châssis fait de planches et de tréteaux, qui était dressée en cas de besoin, n’existe que dans les habitations troglodytiques, et encore en très petit nombre. Elle révèle une mobilité des lieux de repas et l’absence d’une fixité de l’ameublement. Cette table sur tréteaux est peu stable d’autant que le plateau léger n’est pas fixé aux tréteaux. Sa présence dénote aussi un choix raisonné, comme dans une salle de danse d’un aubergiste, deux tables, neuf bancs et une grande table à châssis321 ou encore, une table ronde en noyer sur châssis pliant dans la salle commune d’un maître-tuilier de Vouvray possédant aussi une table à jouer322 .

357Pour trancher le pain ou la viande, la table est complétée par un billot ou plotte. Placée au centre de la pièce principale, la table longue que l’on destine à divers usages est flanquée d’un ou deux bancs, désignés parfois comme bancelles. Faite d’une pièce de noyer ou de chêne, étroite, épaisse et longue, (78 x 186 x 74 ou 73 x 163 x 69), la table est bien portée sur quatre pieds trapus, reliés et soutenus par des traverses. Par ses dimensions, elle est souvent placée au centre de la pièce principale. Le chef de l’exploitation, employant un personnel saisonnier, se tient à l’un des bouts et peut surveiller la porte d’entrée tout en ayant l’oeil sur le foyer où se prépare le repas.

358La table longue et nue, en chêne, est recouverte d’une toile cirée pour ne pas manger sur le bois. Cette protection, adoptée vers 1860 par les cabaretiers, va rapidement être acceptée par l’ensemble de la population qui la juge pratique et facile à nettoyer. En remplaçant la nappe si coûteuse, elle isole la surface plane des objets. Pour certains, elle sera mise uniquement le dimanche (Suzanne F.) Accentuant ce caractère de propreté et de netteté, cette table, en général, n’est jamais encombrée d’objets, ceux-ci sont déposés sur une seconde table, de taille plus réduite, ou sur la cheminée et l’entablement de la fenêtre. La table est vidée de tous les objets en-dehors des repas, rarement agrémentée d’un vase à fleurs. Après le repas, rien ne restait (...), la table de cuisine en bois blanc était lavée à grandes eaux, la table du repas recouverte d’une toile cirée était débarrassée.

  • 323 Inv. 21, 1858.
  • 324 Inv. 5, 1850.

359La table aux liettes, avec un ou deux tiroirs, devient courante. Le tiroir contient en plus des couverts, des outils un ciseau, une lime, un marteau, une paire de tenailles, vingt cuillers d’étain, six fourchettes 323, elle peut être fermée à clef : une table en bois fruitier avec un tiroir muni d’une clef renfermant trente-huit cuillers d’étain, quatorze fourchettes en fer324.

  • 325 Revue des traditions populaires, 1908, p. 224.

360Par suite de la disparition du personnel saisonnier, la table est de dimensions plus réduites, de forme ronde, avec ou sans rallonges dès 1860. Elle reflète mieux la taille et la structure de la famille tourangelle regroupant le couple avec un ou deux enfants. Elle modifie les manières de table en supprimant tout désir de préséance et lorsqu’elle est complétée des chaises, enlève tout privilège du nombre. Fabriquée en bois fruitier, noyer ou bois blanc, elle est rarement munie d’un tiroir, les couverts étant déjà rangés dans un buffet et le pain mis dans la maie. Ses usages sont toujours liés à la préparation et la consommation des repas, aux travaux de couture, aux devoirs des enfants, à la comptabilité de l’artisan ou du commerçant. Elle est placée à proximité de la source de chaleur, la cheminée ou d’une source de lumière, la fenêtre, dans la salle commune, la chambre ou le cabinet. Une seconde table lui est adjointe, mise sous la fenêtre ou près du foyer pour que la personne puisse bénéficier de la chaleur et de la lumière. Cette forme dominante du rond et du rectangulaire est liée à une croyance relevée par Jacques-Marie Rougé dans le pays lochois, qui associe la forme carrée au malheur et à la mort325. Là encore, les croyances restent vivaces.

  • 326 Inv. 184, 1917.

361La table de la salle à manger est de forme ronde ou ovale, à quatre ou six pieds souvent tournés, et se coupant en deux pour être agrandie par des rallonges326.

362La table de toilette est une simple table en bois blanc sur laquelle sont posés le pot et la cuvette. La table de nuit, en guignier ou en noyer, est souvent adjointe, dès 1860, au lit dans la chambre à coucher. Parfois, la tablette est recouverte de marbre, ronde ou carrée, et encombrée par un réveil, la lampe pigeon et par tous les accessoires nécessaires au repos. A l’intérieur, le ménage a rangé le pot de nuit, qui est mis sous le lit lorsqu’il ne dispose pas de ce meuble.

  • 327 Janneau, op. cit., 1981, p. 57.

363En Val de Loire, le secrétaire, meuble bourgeois, est construit en merisier, supporté par des pieds galbés en escargot, le meuble ouvre à deux étages de trois tiroirs sur lesquels s’élève, en retrait sur eux, un serre-papiers, couvert du volet à pente accusée327. Il est employé par des artisans : sabotier, tailleur d’habits, maréchal-ferrant, ou des commerçants : aubergiste, charcutier. Les cultivateurs se contentent d’un bureau, simple table, ou d’un bureau-pupitre, simple plateau rectangulaire, avec tiroirs et pieds-droits. Les quelques tables à ouvrage, ou travailleuses, relevées sont toujours placées dans la chambre.

364Les contraintes d’espace et de fonctions déterminent l’emploi du mobilier. L’exiguïté d’un logement conditionne la taille et la forme des meubles comme l’exemple de la table pliante a pu nous le montrer alors que la généralisation de certains types de meubles, notamment la commode et la table de nuit, est à rattacher à l’espace disponible, à la présence ou non de la chambre à coucher.

365Bien qu’elle soit constatée sur l’ensemble des communes retenues, la diffusion des formes nouvelles du mobilier progresse lentement à la fin du XIXe siècle, et concerne essentiellement les milieux sociaux privilégiés. Comme tend à le montrer la localisation du lit de fer et du sommier, certains villages du Val de Loire, notamment Vouvray, sont plus enclins à accepter les formes nouvelles. Le mode de vie des ruraux et avec lui les rapports de l’homme et des objets évoluent lentement sous la poussée des transformations du mobilier. L’évolution des meubles est influencée par des événements économiques, les pétrins et les maies ont pu disparaître à peu près complètement avec le développement des boulangeries professionnelles. La table de ferme, longue et rectangulaire, voit ses dimensions diminuer et sa forme s’arrondir à mesure de la réduction de l’équipe des travailleurs et de l’emploi des machines agricoles. Cette gamme de meubles continue d’être en nombre réduit correspondant à l’utilitaire et la place du confort ou du luxe n’apparaît quasiment pas.

Notes

1 Pierre, Reyniel, “Intérieur”, Touraine, 6, 15 mars 1913, p. 203.

2 Lucienne, Cahen, “Évolution et conditions du logement en France depuis 100 ans”, Études et conjonctures INSEE, 10-11, octobre-novembre 1957, p. 984-1376.

3 Baudrillart, op. cit., 1888, t. 2, p. 148.

4 Mono. EAR n° 37, Vouvray.

5 Mono. EAR n° 33, Montlouis, La Milletière.

6 Mono. EAR n° 17, Bourgueil, Restigné.

7 Mono. EAR n° 33, Montlouis, La Milletière.

8 Archambault, seizième lettre.

9 Chauvigné, op. cit., 1908, p. 76-79.

10 Maurice Bedel, La Touraine, Paris, J. de Gigord, 1930, 179 p. (Gens et pays de chez nous), p. 162.

11 Berland, op. cit., t. 2, p. 24.

12 Mono. EMT n° 75. Saint-Christophe-sur-le-Nais, La Touche.

13 Mono. EMT n° 153, Chaveignes, La Vieillerie.

14 Inv. 248, 1920.

15 Arlette, Schweitz, “De la salle commune à la chambre à coucher”, Actes du séminaire Inventaires après décès et ventes de meubles. Apports à une histoire de la vie économique et quotidienne. XIVe-XIXe (éd. M., Baulant, A-J., Schurmann, P, Servais), tenu dans le cadre du Congrès International d’Histoire économique, Bern, 24-29 août 1986, Louvain-la-Neuve, Academia, 1988, 391 p., p. 319-332.

16 Mono. EAR n° 17, Bourgueil, Restigné.

17 Jacques, Fréal, L’architecture paysanne en France : la maison, Paris, Serg, 1977, 375 p., p. 30.

18 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 23.

19 Inv. 184, 1917.

20 Inv. 82, 1859, Inv. 89, 1869, Inv. 156, 1890, Inv. 159, 1895, Inv.178, 1917, Inv. 187, 1925.

21 Inv. 280, 1907.

22 Inv. 184, 1917.

23 Inv. 155, 1890.

24 Archambault, seizième lettre.

25 Inv. 285, 1917.

26 Inv. 15. 1852.

27 Inv. 164, 1899.

28 Inv. 14, 1852, Inv. 172, 1902, Inv. 273, 1897, Inv. 289, 1927.

29 Inv. 20, 1858, Inv. 38, 1874, Inv. 115, 1876.

30 Inv. 227, 1895.

31 Inv. 197, 1908.

32 Inv. 159, 1895.

33 Inv. 221, 1920.

34 Inv. 238, 1925.

35 Inv. 280, 1907.

36 Inv. 88. 1869.

37 Arlette, Schweitz, (collab.), Etre bien dans ses meubles : une enquête sur les normes et les pratiques de “consommation" du meuble. Rapport pour la Mission du patrimoine ethnologique, Ministère de la Culture, sous la direction de M. Segalen, Centre d’Ethnologie française, 1990, 232 p.

38 Inv. 88, 1869.

39 Inv. 89, 1869.

40 Inv. 81.1859.

41 Inv. 238, 1925.

42 Inv. 228, 1905. Inv. 231, 1905.

43 Inv.79, 1859, Inv. 113, 1867, Inv. 147, 1886.

44 Inv. 129, 1854, Inv. 155, 1890.

45 Archambault, seizième lettre.

46 Émile et Camille, Guillot, L’hygiène dans la construction et l’habitation : la maison salubre, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1914, 619 p„ A., Rochoix et A., Tapernoux, Hygiène des milieux ruraux, Paris, Vigot, 1943, 267 p.

47 Inv. 179, 1917.

48 Inv. 224, 1895.

49 Inv. 179, 1917.

50 Inv. 156, 1890.

51 Ét. 1, 1859, Ét. 2, 1876.

52 Inv. 103, 1855.

53 Inv. 8, 1852.

54 Inv. 190, 1884.

55 Inv. 74, 1853.

56 Inv. 225, 1895.

57 Inv. 28, 1860.

58 Inv. 151, 1880.

59 Inv. 74, 1853.

60 Inv. 172, 1902.

61 Inv. 13, 1852.

62 Inv. 52, 1876.

63 Inv. 286, 1917.

64 Inv. 278, 1907.

65 Suzanne, Tardieu, op. cit., 1972, III, p. 273.

66 Inv. 194, 1895.

67 Inv. 95, 1877.

68 Inv. 104, 1856.

69 Inv. 54. 1871.

70 Inv. 93, 1877, Inv. 148, 1886, Inv. 218, 1910.

71 Inv. 249, 1920.

72 Inv. 14, 1895, Inv. 199, 1908.

73 Inv. 151, 1880.

74 Inv. 88, 1869.

75 Inv. 271, 1897.

76 Inv. 25, 1860, Inv. 76, 1853, Inv. 82, 1859, Inv. 229, 1905.

77 Inv. 285, 1917.

78 Inv. 44, 1874.

79 Inv. 91, 1872.

80 Inv. 81, 1859.

81 Inv. 152, 1880.

82 Archamb ault, seizième lettre.

83 Ét. 4, 1854.

84 Inv. 88, 1869.

85 Inv. 220, 1915.

86 Inv. 44, 1874.

87 Inv. 224, 1895.

88 Inv. 88, 1869.

89 Inv. 173, 1902.

90 Archambault, treizième lettre, les cabarets.

91 Inv. 111, 1867, Inv. 152, 1880, Inv. 195, 1895.

92 Inv. 84, 1864.

93 Inv. 163, 1895.

94 Inv. 169, 1893.

95 L. Berland, op. cit., t. 2, p. 26-27.

96 Belèze, op. cit., 1876, I, p. 242.

97 Inv. 84, 1864.

98 Tardieu, op. cit., 1964 , p. 88.

99 Henri-René d’, Allemagne, Musée du luminaire à l’Exposition Universelle de 1900, Paris, J. Schmit, 1900, 88 p., p. 63.

100 Inv. 249, 1920.

101 Inv. 280, 1907.

102 Inv. 44, 1874.

103 Inv. 199, 1908.

104 Inv. 198, 1908.

105 Inv. 147, 1886, Inv. 27, 1860.

106 R.C.M. Reugny, 8 juin 1905.

107 R.C.M. Reugny, 26 novembre 1911.

108 R.C.M. Vouvray 16 février 1909.

109 R.C.M. Reugny, 30 août 1907, Beaumont-la-Ronce, 6 février 1920.

110 R.C.M. les Hermites, 21 décembre 1913.

111 R.C.M. 15 mars 1914.

112 R.C.M. Reugny, 18 février 1917.

113 R.C.M. Sonzay, 11 novembre 1913.

114 R.C.M. Sonzay, 26 septembre 1928.

115 R.C.M. Vernou, 15 mai 1913.

116 R.C.M. Vernou, 23 juin 1913.

117 R.C.M. Vernou, 9 décembre 1931.

118 R.C.M. Sonzay, 24 juillet 1921.

119 R.C.M. Saint-Paterne-Racan, 19 août 1923.

120 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 28 mars 1926.

121 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 1er mai 1927.

122 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 20 juin 1929.

123 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 6 avril 1930.

124 R.C.M. Reugny, 16 août 1935.

125 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 16 décembre 1928.

126 R.C.M. Saint-Laurent-en-Gâtine, 12 septembre 1934.

127 R.C.M. Saint-Paterne-Racan, 13 décembre 1925.

128 R.C.M. Vouvray, 15 octobre 1922.

129 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 6 mars 1933.

130 Gaston, Bachelard, La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1949, rééd. 1979, 184 p.

131 Inv. 253, 1865.

132 Inv. 127, 1854.

133 Inv. 187, 1925.

134 Inv. 2, 1850.

135 Pour la fonction exacte des éléments du foyer, se reporter à l’étude de Suzanne Tardieu, op. cit., 1964, p. 74-81. Toutefois, pelle et pincette sont souvent réunies dans la garniture du foyer en Touraine, bien moins dans le Mâconnais. Le tisonnier est absent dans les deux équipements.

136 Inv. 77, 1853, Inv. 92, 1872, Inv. 99, 1877.

137 Inv. 78, 1853.

138 Inv. 75, 1853.

139 Inv. 84, 1864.

140 Inv. 2, 1850, Inv. 88, 1869.

141 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

142 Inv. 37, 1868.

143 Inv. 131, 1851.

144 Ceci est confirmé par l’absence de délibérations du conseil municipal à ce sujet. Comme dans le Mâçonnais, le procédé classique est l’utilisation du puits (Tardieu, op. cit., 1964, p. 92).

145 Inv. 197, 1908.

146 Inv. 81, 1859.

147 R.C.M. Vernou, 1er février 1932.

148 R.C.M. Vernou, 18 avril 1937.

149 R.C.M. Vernou, 13 mars 1939.

150 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 21 mars 1937.

151 R.C.M. Neuillé-Pont-Pierre, 8 août 1937.

152 Ariane, Bruneton, “L’alimentation rurale béarnaise au XIXe s.”, Revue de Pau et du Béarn, 5, 1977, p. 191-197.

153 Arlette, Schweitz, “Changer de cuisine en Touraine”, Alimentation et régions, Actes du colloque international “Cuisines, régimes alimentaires, espaces régionaux”, Nancy, 24-27 septembre 1987, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1989, p. 157-173.

154 Inv. 196, 1895.

155 Agnès, Desquand, Boire et manger en Sancerrois au temps de la cuisine à l’âtre, Bourges, imp. Desquand, 1977, 547 p.. p. 361.

156 Mono. EMT n° 99, Bourgueil, La Lande et n° 153, Chaveignes, La Vieillerie.

157 Mono. EMT n° 87, Villiers-au-Bouin, Les Chantreaux.

158 R.C.M. Vouvray, 25 février 1924.

159 Inv. 227, 1895.

160 Inv. 189, 1925.

161 Suzanne, Tardieu, et Hélène, Tremaud, Essai de classification des techniques de cuisson des aliments. Dactylogramme, octobre 1944, 3 p. (Archives, Musée des A.T.P.).

162 Paul, Martellière, Glossaire du vendômois, Orléans, Herluison, 1893, 366 p. ; Bernard, Edeine, La Sologne. Contribution aux études d’ethnologie métropolitaine, Paris, La Haye, Mouton, 1974, 4 vol., 1069 p. ; Agnès, Desquand, L’équipement domestique du Sancerrois aux 19e et 20e siècles. Le foyer et la cuisine à l’âtre, Mémoire de l’Ecole du Louvre, 1972-1976, 4 vol.

163 Rougé, op. cit., 1931, p. 10.

164 Daniel, Schweitz, Les ustensiles en céramique dans l’équipement domestique pré-industriel du Centre de la France (XIVe-début XXe siècle, Paris, EHESS, Thèse de doctorat de troisième cycle, 1983, 2 vol., p. 47.

165 Deux marmites avec leur couvercle dans la salle commune ; un chaudron dans la cour (Inv. 10, 1850) ; une petite marmite, une marmite dans la salle commune ; un chaudron (...) une selle à lessive dans la cour (Inv.266, 1887).

166 Guy Thuillier, op. cit., 1977.

167 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 40.

168 Arlette, Schweitz, “Les systèmes alimentaires en Touraine et en Sologne”, 29ème journées nationales de diététique, 26-28 avril 1988, Marseille, Revue française de diététique, “Nutrition jadis ici et ailleurs”, 125, 2 ème trim. 1988, p. 29-36.

169 C.R.C.3 Indre-et-Loire.

170 C.R.C. 3 Indre-et-Loire.

171 Rougé, op. cit., 1931, P- 42.

172 Rougé, op. cit., 1931. p. 47.

173 Rougé, op. cit., 1931, p. 65

174 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 34.

175 Rougé, op. cit., 1931, p. 44.

176 Rougé, op. cit.. 1931, p. 28.

177 René, Coursault, Le folklore de la Touraine, Paris, G-P. Maisonneuve et Larose, 1972, 98 p. (Contributions au folklore des provinces de France, 10), p. 56.

178 Jean-Jacques, Hermadinquer, “Histoire de la vie matérielle. Essai de cartes des graisses de cuisine de France”, Annales E.S.C., 3-4, juillet-août 1961, p. 741-771.

179 Berland, op. cit., t. 2, p. 26.

180 Inv. 11, 1852.

181 Inv. 29, 1860.

182 Inv. 84, 1864.

183 Mireille, Bachelard, Foires et marchés en Touraine. Blois, le Clairmirouère du temps, 1981, 239 p„ p. 20.

184 Berland, op. cit., t. 2, p. 30.

185 Frédéric, Lange, Manger ou les jeux et les creux du plat, Paris, éd. du Seuil, 1975, 157 p., p. 24.

186 Inv. 4, 1850.

187 Inv. 200, 1875.

188 C.R.C. 3, Indre-et-Loire.

189 ROUGÉ, 1931, p. 154 et 559. Le pain placé à l’envers sur la table ou dans la maie fait courir les chats dans la maison, ou renvoie les amoureux quand il y a une fille à marier dans la maison (...). La personne qui perd du sel dans sa maison viendra le ramasser quand elle sera morte. (...) ou encore mettre le pain à l’envers empêche les amours.

190 Inv. 84, 1864.

191 Inv. 156, 1890.

192 Inv. 152, 1880.

193 Inv. 75, 1853.

194 Inv. 248, 1920.

195 Inv. 240, 1900.

196 Inv. 137, 1878.

197 Inv. 156, 1890.

198 Inv. 84, 1864.

199 Inv. 9, 1852.

200 Inv. 289, 1927.

201 Arlette, Schweitz, “Les travaux ménagers d’autrefois”. Magazine de la Touraine, avril 1986, p. 5-16.

202 Alain, Corbin, “Le grand siècle du linge”, Ethnologie française, n° 3, juillet-septembre 1986, p. 299-310.

203 Léon Pineau, Revue des Traditions populaires, 1904, p. 430-431.

204 Dr Raphaël, Blanchard, Revue des Traditions populaires, 1889, p. 44.

205 Revue des traditions populaires, 1908, p. 224.

206 Inv. 4, 1850.

207 Inv. 195, 1895.

208 Inv. 173, 1902.

209 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

210 R.C.M. Monnaie, 26 juin 1921.

211 R.C.M. Monnaie, 6 juin 1926.

212 R.C.M. Monnaie, 1929.

213 Archambault, seizième lettre.

214 Rougé, op. cit., 1931, p. 159. En balayant une "place" (chambre) on ne doit pas pousser les "bourriers” dehors mais bien les “ramousseler” dans un coin et les jeter poliment à la porte. Autrement, le bonheur de la maison sortirait en même temps.

215 Rougé, op. cit., 1931, p. 56.

216 Rougé, op. cit., 1931, p. 59-60.

217 Docteur Millet, op. cit., 1862 , p. 29.

218 Inv. 84, 1864.

219 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 43.

220 Yvonne, Verdier, op. cit., p. 21.

221 Georges, Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris, éd. du Seuil, Points Histoire, 1985, 282 p„ p. 54.

222 Jean-Pierre, Goubert, La conquête de l’eau, Paris, R. Laffont, 1986, 302 p. (Les hommes et l’histoire), Guy, Thuillier, “Hygiène et salubrité en Nivernais au XIXe s”, Revue d’histoire économique et sociale, 3, XLV, 1967, p. 306-325.

223 Mono. EAR n° 37, Vouvray.

224 Mono. EAR n° 44, Monnaie.

225 Inv. 159, 1895.

226 Inv. 149, 1880, Inv. 159, 1895.

227 Inv. 88. 1869, Inv. 89, 1869, Inv. 227, 1895.

228 Inv. 246, 1920, Inv. 248, 1920, Inv. 250. 1930.

229 Inv. 154, 1880, Inv. 160, 1895.

230 Rougé, op. cit., 1931, p. 206.

231 Rougé, op. cit., 1931, p. 3.

232 Rougé, op. cit., 1923, p. 111.

233 Inv. 109, 1856.

234 Inv. 110, 1867.

235 Archambault, dix-septième lettre.

236 Ve . 1 à 13.

237 Archambault, dix-septième lettre.

238 ArchambaulT, dix-septième lettre.

239 Archambault, dix-septième lettre.

240 futaine, futame : étoffe croisée dont la chaîne est en fil et la trame en coton, Henry, Havard,Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration depuis le XIIIe jusqu’à nos jours, Paris, éd. Baranger, 1887-1890, 4 vol., t. II, p. 989.

241 Inv. 196, 1895.

242 Inv. 16, 1852.

243 Inv. 6, 1850.

244 Inv. 44, 1874.

245 Archambault, dix-septième lettre.

246 Rougé, op. cit., 1931, p. 15.

247 Archambault, dix-septième lettre.

248 Inv. 6, 1850.

249 Inv. 146, 1882.

250 Nom donné à diverses pierres qui prennent le poli, Nouveau Larousse Illustré, 1926.

251 Inv. 199, 1908.

252 Inv. 195. 1895.

253 Inv. 113, 1895.

254 Inv. 114, 1867.

255 Inv. 16, 1852.

256 Inv. 175, 1902, Inv. 180, 1917, Inv. 182, 1917.

257 Inv. 12, 1852.

258 Suzanne, Tardieu, Le mobilier rural traditionnel français, Paris, Aubier-Flammarion, 1976, 216 p., (la tradition et le quotidien), p. 8.

259 Baudrillart, op. cit., 1888, p. 148 et 150.

260 Denise, G lück, dir., Le meuble régional en France, Exposition au Musée national des arts et traditions populaires, 19 octobre 1990 – 25 février 1991, Paris, Réunion des musées nationaux, 1990, 189 p., p. 139-149.

261 R-G., Clairet, “Meubles du Val de Loire”, La maison française, avril 1948, p. 22-47 ; André. Mailfert, Les meubles de l’École de la Loire d’après l’oeuvre de Jean-François Hardy, Orléans, Pigelet et cie, s. d., 58 p. ; Lucie, Oliver, “Le mobilier des pays de Loire”, Art et décoration, 198, mars-avril 1977, p. 108-114.

262 Mono. EMT n° 48, 53. 78. Le rapport de l’E.M.T. d’Indre-et-Loire a été rédigé par Jacques Barre, Lucien Lepelletier et Jacques Perreau.

263 Mono. EMT n° 48, Chançay.

264 Mono. EMT n° 48, Chançay.

265 Bedel, op. cit., 1930, p. 162.

266 Martine, Segalen, et Jocelyne, Chamarat, Amours et mariages de l’ancienne France, Paris, Berger-Levrault, 1981, 175 p. (Arts et traditions populaires), p. 111-131.

267 Co. 2, 1850.

268 Inv. 23, 1860.

269 Inv. 48, 1874.

270 Inv. 153, 1880.

271 Inv. 247, 1920.

272 Re. 3, 1850.

273 Ve. 1,2, 3,4,7, 8, 10, 12, 13.

274 Ve. 6, 11.

275 Ve. 13, 1850.

276 Catalogue des objets d’art et d’ameublement du château de Beaumont-la-Ronce., 1906, sp. (A.D. Indre-et-Loire).

277 Ve. 11, 1893.

278 Ve. 2, 1850.

279 Inv. 257, 1850.

280 Inv. 265, 1887.

281 Inv. 103, 1855.

282 Inv. 16, 1852.

283 Inv.87,1864.

284 Inv.79, 1859.

285 Inv. 50. 1876.

286 Guillaume, J anneau, Le meuble populaire français, Paris, SERG/Berger Levrault, 1977-1980, 2 vol., p. 237.

287 Inv. 179, 1917.

288 Inv. 184, 1917.

289 Inv. 221, 1920.

290 Albert, Maumené, dir., Vie à la campagne. Maisons, jardins, meubles des bords de la Loire, vol. 84, 15 décembre 1933, 58 p., Albert, Maumené, Les beaux meubles régionaux des provinces de France, Paris, C. Moreau, 1976, 249 p.

291 Tardieu, op. cit., 1976, p. 52.

292 Inv. 38. 1874.

293 Inv. 89. 1869.

294 Inv. 83, 1859.

295 Inv. 89, 1869.

296 Albert, B abeau, La vie rurale dans l’ancienne France. Paris, Didier et cie, 1883, 334 p.

297 Tardieu, op. cit., 1976, p. 98.

298 Janneau, op. cit., 1981, p. 276.

299 Belèze, op. cit., 1876, p. 1029.

300 Rougé, op. cit., 1943, p. 18.

301 Inv. 89, 1869.

302 Inv. 45, 1874.

303 Inv. 44, 1874.

304 Inv. 153, 1880.

305 Inv. 12, 1852.

306 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 24.

307 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 118.

308 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 24.

309 Rougé, op. cit., 1923, p. 95.

310 Rougé, op. cit., 1923, p. 65.

311 Segalen, op. cit., 1981, p. 58.

312 Inv. 259, 1850.

313 Inv. 16, 1850.

314 Inv. 77, 1853.

315 Inv. 78. 1853.

316 Inv. 105, 1856.

317 Inv. 77, 1853, Inv. 80, 1859.

318 Inv. 59. 1851.

319 Inv. 137, 1878.

320 Inv. 159, 1895.

321 Inv. 267, 1887.

322 Inv. 150, 1880.

323 Inv. 21, 1858.

324 Inv. 5, 1850.

325 Revue des traditions populaires, 1908, p. 224.

326 Inv. 184, 1917.

327 Janneau, op. cit., 1981, p. 57.

Table des illustrations

Titre Fig. 13 Le nombre de pièces habitables
Crédits source : 266 inventaires après décès
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 15 Cinq exemples de salle commune
Légende 1. cheminée, 2. cuisinière, 3. potager, 4. poêle, 5. coffre en bois, 6 évier, 7. placard, 8. table, 9. buffet, 10’. armoire, 11. huche, 12. pétrin, maie, 13. lit, 14. chauffeuse, 15. porte-manteau, 16. oeil de bœuf, 17. machine à coudre, 18. T.S.F.
Crédits source : Enquête sur le Mobilier rural, Indre-et-Loire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 15 Un espace troglodytique à Beaumont-la-Ronce (août 1981)
Légende a. La structure de l’espace se fait à partir de la table. Plus l’étranger s’en approche, plus il est imprégné de l’atmosphère des lieux. En face de l’entrée, le fond de la pièce et le mobilier forment un espace caché et privé. Trois armoires créent un écran visuel, au-delà duquel sont placés les lits.b. Après avoir monté les trois marches, l’étranger est immédiatement invité à s’asseoir sur une chaise face à la cheminée. Il bénéficie de la lumière provenant de la porte et de la fenêtre, et ne voit pas le “coin sale”.c. L’espace est aménagé de façon à économiser les gestes. D’un côté de la porte, les réserves de bois et de charbon sont entreposées près de la cheminée et de la cuisinière. De l’autre, la seille remplie d’eau et la bassine sont posées à même le sol. Au-dessus de l’évier, l’étagère sert au rangement des torchons. L’opposition du feu et de l’eau est fixée par la présence de la table. Celle-ci est recouverte d’une toile cirée et en partie encombrée d’objets. Sur le mur latéral, le placard en bois teinté contient les provisions et la vaisselle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 16 L’homme à table
Légende Chacun a son assiette et on ne puise plus avec sa cuillère, tour à tour, dans la marmite posée sur la table. Dans cette scène, qui évoque “le déjeuner d’un paysan”, un homme d’un certain âge, coiffé de son chapeau, est assis à l’une des extrémités de la table nue. Il est en train de couper un morceau de la miche de pain avec son couteau. Devant lui, sont placés l’assiette, le verre et la bouteille de vin fermée par un bouchon de liège. La scène se déroule dans une pièce exiguë : au fond, le lit est recouvert d’une garniture à motifs fleuris et de quelques vêtements, devant ce lit, trois chaises alignées, sur la tablette de la cheminée, sont rangés divers objets, la plupart en verre, des images pieuses sont fixées au manteau.
Crédits source : Musée des A.T.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 17 Les tâches quotidiennes de la femme
Légende Les tâches féminines, nombreuses et pénibles, rythment toute une journée. La femme scie les bûches et les rondins à la scie ordinaire, les plus gros morceaux sont débités à la hache et les souches irrégulières, sont fendues avec des coins. L’opération se déroule dans la cour, non loin de la porte laissée ouverte, ce bois est ensuite transporté jusqu’à la maison où il servira à l’allumage du feu. Les femmes ne sont pas confinées à des besognes domestiques improductives, elles s’occupent du bétail.
Crédits source : Musée des A.T.P. et A. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 18 La lessive
Crédits source : A. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 19. Filage et raccommodage
Légende En 1904, le filage fait partie du folklore tourangeau et on peut lire au bas de la carte postale “vos grand’mères !”. Sur les dix-neuf rouets relevés dans les inventaires, douze sont relégués au grenier et quatre dans les annexes. Vers 1850, dans la région des Hermites, quelques vieilles femmes filent au rouet et ses fuseaux, au rouet et son dévidoir, ou au travail dans la salle commune.Cette femme, dont les pieds sont posés sur une chaufferette ou chauffe-pied, semble raccommoder quelques pièces de vêtements posées sur ses genoux. Le foyer est éteint mais elle s’est toute même installée à proximité, sur le côté, on remarque la balayette servant à repousser les résidus à l’intérieur de la cheminée.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 20 Le mécanisme d’une serrure d’armoire
Crédits dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 21 Le coffre
Crédits h. 77 1. 124 p. 65 chêne dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 22 Le pétrin
Crédits h.70 1.120 p.60, noyer, plateau ouvrant, pieds tournés, équerre découpée dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 23 Le buffet
Légende h.94 1.132 p.93, merisier, deux portes à traverse supérieure chantournée, une cannelure sur faux dormant, traverse chantournée, entrée de serrure, à l’intérieur deux tiroirs et deux tablettes.
Crédits Dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 24 Le lit
Légende h.97 1.193 larg 107, noyer, lit bateau avec façade apparente dessinant un cintre concave, les quatre pieds sont munis de roulettes.
Crédits Dessin R. Schweitz.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 25 La nature du bois de lit
Crédits source : 266 inventaires après décès
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 27 Le fauteuil et la chaise
Légende h. 87 siège h.34 1.56 p.48. Fruitier, pieds droits reliés les uns aux autres par deux barreaux, un seul à l’arrière, accotoirs supportés par des montants tournés, dossier à trois traverses découpées, siège paillé. Collection Germaine H. h.89 siège h.44 1.42 p.40. Fruitier, pieds avants droits reliés par une traverse tournée, deux barreaux de chaque côté et un seul à l’arrière, dossier à deux traverses. Collection Germaine H.
Crédits dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67809/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search