Version classiqueVersion mobile

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

Espace de vie, espace d’une vie

Texte intégral

  • 1 G., Rudler, Enseignement primaire supérieur : enseignement ménager. Économie domestique, ménage, ja (...)

Une maison habitée est un organisme vivant. Elle a sa constitution particulière, grâce à la distribution de ses pièces, de ses cheminées, de ses portes et de ses fenêtres1.

1. La notion de territoire domestique

1De nombreux traités d’économie ménagère mettent l’accent sur l’analogie entre maison habitée et organisme vivant. Le territoire domestique, et la réflexion qu’elle suscite, découle du fait que tout individu, tout groupe d’individus agit, pense, vit dans un milieu se présentant sous la forme d’un espace à circonscrire, à habiter, à aménager.

2Ce territoire, ou cet espace domestique, est le résultat de la conjugaison de deux interventions : celle du fabricant ou constructeur combinant les contraintes suscitées par le site, les modèles préexistants, leur expérience personnelle ; et celle des habitants qui aménagent cet espace par un double rapport de dépendance et de domination.

3L’approche ethnologique de l’architecture et de l’habitat permet de considérer la maison rurale non seulement par sa façade, ou l’assemblage des formes architecturales qu’elle présente, mais aussi par les relations qu’entretiennent les formes architecturales avec le mode de fonctionnement pris dans un sens large.

  • 2 Jezabelle, Ekambi-schmidt, La perception de l’habitat, Paris, éd. Universitaires, 1972, 188 p.

4Les travaux d’Henri Lefebvre ont démontré que le mode de vie d’un individu ou d’un groupe social se définit à partir de ses pratiques, de ses représentations et des normes qui les régissent. L’habitat est l’un des aspects du mode de vie dont la spécificité s’enracine dans la relation des êtres humains à l’espace. Du niveau global qui est celui des rapports les plus généraux au niveau privé, projection au sol des rapports sociaux, c’est un lieu et un terrain où s’affrontent les stratégies socio-économiques et culturelles. Jezabelle Ekambi-Schmidt a analysé les espaces qui composent l’habitat, établissant un code des objets investis dans le domaine de l’affectif, de l’esthétique et du fonctionnel2.

Logement, espace et territoire domestiques

5Le terme espace est pris ici dans le sens traditionnel comme un :

  • 3 Bonnin et alii, op. cit., 1978, p. I.

6(...) lieu où peut se situer quelque chose, de dimension du réel contenant l’objet (et non constitué par lui) éventuellement structurée par un système de lois permettant d’y situer cet objet3.

  • 4 Albert, DEmangeon, “L’habitation rurale”, Annales de géographie, 161, septembre 1920, p. 352-375 et (...)

7En se référant aux travaux des géographes, il ressort une confusion manifeste de la notion d’habitation. Elle a trop souvent été assimilée à un vaisseau englobant tout ce qui doit assurer l’abri et la survie d’un groupe résident, ou à un outil décrit comme une structure fonctionnant avec un type de production donnée. Albert Demangeon et Paul Vidal de la Blache4 ont négligé le concept d’aménagement de l’espace, de mobilité régie non seulement par l’individu mais aussi par la communauté toute entière.

  • 5 Abraham, Moles et Elisabeth. Rohmer, Psychologie de l’espace, Paris, Casterman, 1972, 162 p., Mutat (...)

8L’étude de cet espace, et des activités qui le concernent, doit-elle se limiter à la coquille, constituée par la structure bâtie de la maison, ou bien s’étendre plus largement aux activités liées au fonctionnement de la vie conjugale en dehors et considérer l’espace destiné à un travail rémunéré ? Le terme de logement implique une opposition totale entre le dedans et le dehors. En milieu rural, le rapport est cependant étroit, il suffit pour s’en assurer d’étudier le déroulement d’actions telles que puiser l’eau, faire la lessive ou chercher le bois de chauffage. Celles-ci ne s’exercent pas dans un espace clos, un espace rigide ; la notion de coquille individuelle et inviolable avancée par Abraham Moles5, s’applique au monde actuel urbanisé mais non pas aux campagnes tourangelles de la fin du XIXe siècle. Le logement s’insère dans un ensemble comportant d’autres espaces qui, eux aussi, exigent une distribution et une affectation plus ou moins strictes des activités.

9Le territoire domestique englobe les lieux à usage d’habitation – le logement – et tous ceux qui n’ont pas été construits et aménagés à des fins résidentielles tels que les espaces de réserve – grenier, grange –, les espaces de travail rémunéré – atelier, boutique –.

10Ce territoire, lié au vécu privé, avec la perception des dimensions, des distances, l’appréhension du temps, est une projection de la famille. Il renvoie à des gestes, des parcours, à la mémoire, à des symboles et des sens, à des contradictions et conflits entre désirs et besoins.

  • 6 Placide. Rambaud, Société rurale et urbanisation, Paris, éd. du Seuil, 1969, 316 p., p. 183-184.

11Ses rapports sociaux, les rapports de parenté, l’héritage, les activités masculines et féminines, les relations avec les autres groupes, la société rurale les organise à partir de la “maison” – espace domestique qui correspond à la fois à l’habitation, les bâtiments d’exploitation et la propriété foncière individuelle ou collective6.

12L’étude du territoire domestique montre la volonté de personnalité et d’originalité dans l’aménagement d’un lieu donné. Si l’agencement des pièces n’est pas forcément choisi par le ménage ; cette contrainte peut le rendre inventif et l’étape d’aménagement est marquée par le jeu du social et du paraître. La création de son propre univers domestique passe inévitablement par la création des points de repère pour soi et pour les autres. Ces points ne changent pas ou très lentement, amenant l’espace à “s’éclater”. L’accent doit être mis sur les degrés de spécialisation, de sociabilité ou de confort. Le statut socioprofessionnel joue aussi un rôle non négligeable, l’appropriation d’un espace étant marquée par le social.

13Pour traiter ce sujet, il est nécessaire de s’interroger sur les façons dont les objets sont associés dans ce territoire : sont-ils regroupés ou dispersés dans la maison ? Sorte de cliché, fixant un moment de la fin de la vie d’une communauté conjugale, l’inventaire après décès permet difficilement de formuler une distinction entre les espaces d’utilisation et de rangement. Cette lacune est partiellement comblée par leur réunion, conséquence de l’exiguïté de la maison ; cependant, certains objets circulent : par exemple, la marmite est accrochée à la crémaillère, placée au coin du feu ou sous l’évier, déposée dans un autre local.

14Cela conduit à considérer trois degrés de circulation de l’objet :

  • la circulation nulle : les objets immeubles, comme le placard, sont établis durablement au moment de la construction de la maison.
  • la circulation exceptionnelle : les objets, tels que l’armoire, le buffet et le lit, sont maintenus à l’emplacement choisi au moment de l’aménagement de la maison.
  • la circulation quotidienne : les objets, de taille réduite et facile à manipuler, telles que la marmite et la bouteille, par exemple, sont déplacés d’un point à l’autre, selon les besoins.
  • 7 Abraham. MOles et Elisabeth, Rohmer, La théorie des objets, Paris, éd. Universitaires, 1982, 196 p. (...)
  • 8 Robert. Creswell, “Contribution ethnologique aux études architecturales de circulation", Études rur (...)

15Il faut ici renvoyer aux travaux d’Abraham Moles et Elisabeth Rohmer précisant le rôle des objets, mobiles et non mobiles7. Le déplacement de l’objet dépend des manières de faire et d’être de l’usager, ce qui n’est pas aisé à appréhender et à mesurer, en partant de la seule source écrite. Les travaux de Robert Creswell en ce domaine, ne semblent pas avoir été suivis ce qui renforce la prise en compte de l’objet dans ce qu’il peut avoir de stable ou de fixé8. Il vrai que l’immuabilité caractérise une grande partie de l’ameublement d’un ménage rural.

16Trois approches sont à privilégier.

17L’usager conçoit l’espace en le divisant, en l’organisant et en le ramenant à lui-même, en matérialisant ses subdivisions. L’analyse de l’interrelation entre l’espace des pratiques et l’espace architectural est caractérisée par des oppositions ou des complémentarités architecturales (foyer/porte), sociales (homme/femme – famille/étrangers), qualitatives (chaud/froid – sombre/clair). Le principe de spécialisation de la pièce est relativement moderne en milieu rural, et s’impose non seulement par la présence de meubles fonctionnels, mais aussi par le décor, la température et le besoin d’isolement. En dissociant la chambre, la cuisine et la salle à manger, l’ordre ancien a t-il été bouleversé ?

18La modernisation a franchi un cap décisif avec la généralisation de l’électrification puis de l’adduction d’eau potable. Comment la pénétration des notions “modernes” entraîne t-elle des transformations dans l’organisation de l’espace ?

19Chaque individu, chaque acte est affecté à un espace donné. La marque sociale apparaît dans la création de frontières ou de barrières matérialisées par des objets ou des rites de passage. Les repères topologiques (foyer, fenêtre, porte, etc.), les limites et les zones, permettent une analyse de l’expérience vécue de la relation avec les lieux.

20A l’intérieur de l’espace, des zones peuvent être définies comme un fragment de l’espace, nées de la présence mais aussi de l’absence d’objets, objets en tant que signes, symboles des gestes de la vie quotidienne et des croyances domestiques.

2. L’espace logement, génération et cycle de vie

21Le patrimoine immobilier rural, formé avant 1850, recouvre-t-il de façon satisfaisante les besoins de la population tourangelle ? Les rapports entre le mouvement démographique et celui de la construction mettent en lumière le problème du supplément de logement nécessité par la croissance de la population. Des besoins en logements nouveaux peuvent résulter de l’évolution démographique interne : développement des groupes âgés comportant essentiellement des mariés ou des veufs, nuptialité élevée ou précocité du mariage qui augmentent le nombre de foyers.

22L’analyse, réalisée auprès de cinq communes témoins, dégage les données suivantes.

  • L’évolution du patrimoine immobilier de Bueil-en-Touraine et de Saint-Laurent-en-Gâtine, communes de moins de 1000 habitants, épouse parfaitement les mouvements démographiques. La baisse régulière ou la succession de baisses et de hausses sont en accord total avec les variations du patrimoine immobilier.
  • A Beaumont-la-Ronce, commune représentant la catégorie des 1000 à 1500 habitants, la satisfaction optima des besoins immobiliers correspond à la baisse constante de la population – exception faite entre 1872 et 1891 – et à la permanence du nombre de logements. Un processus similaire est observé en établissant la moyenne sur l’ensemble des communes concernées.
  • A Saint-Paterne-Racan, commune de 1500 à 2000 habitants, les variations du patrimoine immobilier suivent sensiblement la courbe évolutive de la population.
  • Quant à Vouvray, commune se rapprochant de l’agglomération urbaine, la satisfaction des besoins en logement semble loin d’être effective, et la forte hausse de la population, enregistrée au début du siècle, n’est pas suivie d’une augmentation suffisante du bâti.
  • 9 Louis, Henry, “Structure de la population et besoins des logements”, Population, IV, 1949, p. 433-4 (...)

23Une certaine fluctuation du patrimoine immobilier rural rejoint fréquemment les variations de la population. La situation est loin d’être dramatique et les obstacles qui s’opposeraient à cette adaptation, tels que la relative inertie des activités liées au bâtiment, les mentalités paysannes, paraissent atténués sans toutefois disparaître totalement. En quelque sorte, ces données confirment les réflexions avancées par Louis Henry, dans son article, entre 1881 et 1936, le rythme d’accroissement des besoins était plus rapide que celui de la population9. Cela parait conforme aux communes d’importance réduite ou moyenne, moins pour une commune proche du rythme urbain comme Vouvray.

  • 10 Gustave, Callon, “Le mouvement de population dans le département d’Indre-et-Loire”, Revue générale (...)

24Le phénomène de faible natalité peut expliquer cette baisse de la population rurale, mais le déplacement de la main-d’œuvre des campagnes vers les villes n’en est t-elle pas la cause principale ? L’exode rural découle, en général, de la modernisation des exploitations et de l’afflux des produits manufacturés. Il n’en est rien en Touraine et la raréfaction de la main-d’œuvre est compensée par des apports extérieurs venant des départements limitrophes de la Sarthe et du Loir-et-Cher. La quasi-absence d’une migration des populations campagnardes est mesurée par le faible nombre de petites villes et seul, Château-Renault, gros bourg, fournit peu d’emplois nouveaux. La “machinerie agricole” et l’essor industriel n’engendrent pas un véritable exode rural. En 1846, la population urbaine représente 17,8 % du total et sera de 32,5 % en 192110. Cette augmentation n’est pas créateur de ville et touche essentiellement Tours, Saint-Pierre-des-Corps et Chinon.

25Le phénomène d’agglomération de la communauté villageoise est plus sensible en Val de Loire, environ 45 %, qu’en Gâtine tourangelle, 39 %. Le géographe Paul Vidal de la Blache signalait que les fermes isolées des pays de l’ouest avaient des contacts avec l’extérieur uniquement par leur participation aux événements exceptionnels comme la fête ou la foire. Le taux de la population agglomérée, distinct dans les deux zones naturelles, correspond au taux de sociabilité. En effet, le bourg est le centre de la vie des campagnes, le lieu de rencontre et de contrôle de la société rurale. Toute collectivité exige le contrôle de l’individu par le groupe et paradoxalement, cette surveillance s’exerce plus facilement dans les villages à forte population, de plus de 1000 habitants.

26En 1851 et 1931, bien au-dessus de la moyenne de 42 %, on trouve : Vouvray, chef-lieu de canton et riche village de vignerons, Neuillé-Pont-Pierre, chef-lieu de canton à vocation agricole et artisanale (fabricants de chaises) et Saint-Christophe-sur-le-Nais, centre de faïencerie et de cultures fruitières. Les responsabilités administratives et le regroupement des activités, nécessitant des débouchés autres que ceux d’un noyau restreint comme le village, rendent indispensable le rassemblement des habitants autour de l’église, de la mairie et de la gare. Les populations éparpillées dans les hameaux sont installées dans des zones géographiques retirées ; isolées du reste de la Gâtine tourangelle par de larges étendues boisées. Monthodon, Nouzilly, Saint-Aubin-le-Dépeint et Saint-Laurent-en-Gâtine l’illustrent parfaitement à la fois isolés par la forêt de Beaumont-la-Ronce et entourés de terres labourables.

27L’intensité et l’étendue du réseau de sociabilité et de contrôle de la communauté villageoise influent sur l’aménagement de l’espace privé et sur le rythme de vie du groupe domestique. La participation aux activités des sociétés de musique, de tir ou de chasse, la fréquentation des débits de boissons concurrencent ou même remplacent les veillées, si populaires autrefois, contribuant ainsi à l’évolution de l’espace attribué aux relations de voisinage et de détente.

  • 11 Martine. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1980, 211 p., (Bibliot (...)

28Le logement a été retouché au fil des générations. Les rapports à l’espace, aux meubles, aux seuils et aux communications, aux pratiques qui s’y déroulent ne peuvent être dissociés de l’histoire personnelle du ménage. Celui-ci est défini comme le groupe de personnes unies (ou non) par des liens de consanguinité et/ou d’alliance qui vivent sous le même toit et travaillent à une même entreprise. Martine Segalen a mis l’accent sur le polysémie du terme de ménage qui désigne à la fois la vie en commun d’un couple, ce couple lui-même, la maison et son intérieur et aussi l’entretien de la maison11. Cette confusion sémantique est prise pour signifiante, le ménage doit être étudié comme un tout, en considérant les relations entre ses membres et la maison – complexité des liens qui les unissent, variabilité des situations. Le ménage rural n’est donc pas seulement une communauté biologique et affective mais également une communauté de travail et de survie.

  • 12 Selon les propositions de Peter Laslett, reprises dans Martine Segalen, Sociologie de la famille, P (...)

29D’après notre corpus de 266 inventaires après décès, on observe la distribution suivante12 :

30– le groupe domestique, sans structure familiale, composé d’un célibataire ou d’un veuf seul, représente 0,04 % du total. Dans la société traditionnelle, le célibat et le veuvage sont des états temporaires car le couple est la règle afin d’assurer la conservation et la fructification du patrimoine.

  • 13 Inv. 217, 1910, Inv. 279, 1907.
  • 14 Inv. 88, 1869, Inv. 154, 1880, Inv. 159, 1895, Inv. 218, 1910.

31– le groupe domestique “simple”, composé du seul noyau conjugal, représente 89,16 % du total. Ce pourcentage peut s’expliquer par le faible nombre de grandes propriétés demandeuses de main-d’oeuvre et par l’espérance de vie plus réduite à l’époque. Une fille célibataire, âgée de vingt-neuf ans, continue de vivre chez ses parents, sa mère exerce la profession de joumalière-lingère, elle-même est joumalière-couturière13. Ce peut être aussi un fils ayant le même métier, celui de tonnelier, tanneur ou vigneron14. L’origine géographique du couple, indiquée par le recensement, est conforme à ce que l’on connaît par ailleurs. Les unions se forment dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres : par exemple, Beaumont-la-Ronce, Rouziers, Nouzilly, Cerelles.

  • 15 Inv. 49, 1876, Inv. 278, 1907.
  • 16 Inv. 259, 1850.
  • 17 Inv. 10, 1852.
  • 18 Inv. 39, 1874.
  • 19 Inv. 145, 1882.
  • 20 Inv. 108, 1856.
  • 21 Inv. 103, 1855.
  • 22 Inv. 41, 1874, Inv. 101, 1880.
  • 23 Inv. 140, 1883.
  • 24 Inv. 93, 1877.
  • 25 Inv. 36, 1868.
  • 26 Inv. 54, 1871, Inv. 277, 1907, Inv. 283, 1907.

32– le groupe domestique “élargi”, comprenant un ou deux individus ajoutés au ménage, représente 5,7 %. Ce peut être un des parents, ascendant ou collatéral, des parents proches ou éloignés, des domestiques célibataires. L’installation de la mère, après la mort de son conjoint, chez l’un des enfants n’est pas généralisée. Certains préfèrent rester chez soi, quitte à se rendre des menus services et à recueillir la personne malade ou infirme. Si c’est le cas, ce peut être une mère ou une belle-mère vivant avec le ménage, en général de conditions modestes, journalier ou petit cultivateur15, ouvrier, ne prenant plus une part active à la production et n’ayant plus de responsabilité économique dans le groupe familial. Il peut encore s’agir d’un frère aliéné mais non dangereux recueilli par un couple de cinquante-sept ans et cinquante-cinq ans16, d’un frère veuf cultivateur17, d’un frère célibataire charron18, d’une belle-soeur célibataire19, d’un enfant de l’hospice de Tours mis en nourrice chez un journalier20, de deux enfants d’un hospice de Paris placés chez un cultivateur21, d’une nièce22, d’une jeune domestique de treize ou de quinze ans chez un propriétaire23 ou chez un maître d’hôtel24, d’un domestique âgé, resté célibataire chez un exploitant-cultivateur25, d’un ouvrier charron, maréchal-ferrant ou charpentier vivant avec le ménage26.

33La présence d’un ou de plusieurs domestiques reste un phénomène rare, mais il n’est pas un luxe réservé aux classes les plus aisées. La femme, en charge d’enfants et restée veuve, place son aînée chez un étranger. La jeune enfant n’a souvent pas atteint l’âge de dix ans, néanmoins elle soulage la maîtresse de maison de certaines tâches ménagères, balayer, faire les lits, éplucher les légumes. Elle peut rester dans l’exploitation jusqu’à son mariage, mais fréquemment demeure célibataire (Félicité C.).

  • 27 Inv. 2, 1850, Inv. 105, 1856.

34– le groupe domestique “multiple”, comprenant plusieurs couples vivant sous le même toit, représente 5,1 %. Il se répartit entre 3,8 % de ménages formés du mariage d’un enfant et 1,3 % de ménages de domestiques. Ce peut être deux ménages ayant les mêmes occupations professionnelles, tailleur ou cultivateur27, n’ayant peut-être pas les moyens pécuniaires de s’installer.

35La taille réduite du groupe de résidence, qui transparaît dans les statistiques démographiques, traduit une mentalité plus raisonnée et moins instinctive chez la plupart des tourangeaux. Limitation des naissances et embourgeoisement sont de mise dans une société en plein essor économique, social et intellectuel. Près de 80 % du total de notre échantillon est composé de deux ou quatre individus. Le reste se distribue entre 18,4 % de cinq à sept individus ; 2,3 % de huit et plus, et moins de 0,1 % d’individu isolé. Le retard à la première naissance ou le non remariage des veufs sont autant de moyens reconnus et connus pour limiter les naissances, mais c’est le fait de familles suffisamment nanties. Pour les autres, c’est le caractère tardif du mariage ou des pratiques abortives. L’écart d’âge dans le couple ne dépasse pas dix ans et en moyenne, plus de 50 % des cas, cinq ans. L’âge de l’épouse à la naissance du premier enfant se situe entre vingt et trente ans (plus de 50 % sur le total des inventaires relevés complétés des résultats du recensement de population) et moins de 1 % après trente-cinq ans.

36Le nombre d’individus par maison diminue lentement, mais celui des individus par ménage diminue plus rapidement. La baisse du nombre d’enfants par couple n’est qu’un aspect de la transformation générale des mentalités qui restent la dimension des unités de vie. Il faut attendre 1947 pour obtenir les chiffres nécessaires à une analyse plus rigoureuse qui demeurent à manier avec prudence. Le nombre de ménages et le nombre de maisons ne sont pas deux réalités indépendantes, les variations de l’un pouvant expliquer celles de l’autre. Le nombre de maisons doit évidemment permettre de loger tous les ménages mais le nombre de ménages, c’est-à-dire des unités de vie, est aussi commandé en partie par les possibilités du patrimoine immobilier.

  • 28 Auguste, Chauvigné, op. cit. 1908, p. 125.

37La taille et la composition du groupe de résidence détermine la forme et l’usage de l’espace familial et social. Des économistes et géographes ont signalé le caractère malthusien de la population tourangelle et son repli autour de la cellule conjugale. L’analyse des tableaux récapitulatifs des recensements de la population d’une vingtaine de communes, localisées au nord-est du département d’Indre-et-Loire, a permis de le vérifier. Le nombre de ménages par maison dépasse peu l’unité et le groupe de résidence comprend en moyenne trois ou quatre individus (Fig. 7). Ces chiffres diffèrent peu suivant l’importance démographique de la commune et s’accordent parfaitement avec l’étude d’Auguste Chauvigné qui note une constante décroissance du nombre d’habitants et une augmentation des ménages28.

Fig. 7 Le nombre d’individus et de ménages

Fig. 7 Le nombre d’individus et de ménages

1. Nombre d’individus – 2. Nombre de ménages

source : Les tableaux récapitulatifs des recensements de la population

38La composition de la communauté domestique est fondée à la fois sur le mode d’organisation sociale de la production et sur les liens de parenté, chacun des membres devant jouer un rôle dans l’accomplissement des tâches quotidiennes. En Touraine, la forte proportion de la population à cultiver ses propres terres n’est pas sans conséquence sur la composition du groupe de résidence. Dans les petites exploitations viticoles du Val de Loire, le groupe domestique coïncide avec l’unité conjugale, celle du couple avec un ou deux enfants. La stratégie familiale, suivie par les gros exploitants fonciers du plateau de la Gâtine, tient compte des contraintes d’une maison foisonnante d’enfants et de parents qui ne sont pas compatibles avec la conversion et l’agrandissement du domaine. Il en est de même pour les artisans et les commerçants. Au contraire, les ménages de journaliers et de fermiers, comprenant quatre enfants et plus, vivent modestement d’un lopin de terre et de menus travaux.

39Le mode de faire-valoir apparaît prépondérant pour expliquer la composition des ménages agricoles. Le faire-valoir direct tisse une série de liens affectifs entre le ménage et la maison. On cherche à la conserver et à l’agrandir, sa possession renforce et justifie les stratégies familiales qui, à leur tour, resserrent les liens entre la famille et l’exploitation. Cette accession à la propriété constitue une sorte d’idéal. En Touraine, le mode de transmission, les systèmes de production et l’organisation du travail influent sur les comportements démographiques et vice-versa. Ces derniers jouent un rôle dans la dimension du groupe domestique, et par suite, dans la taille et la structure de la maison.

40En prenant les résultats des recensements successifs d’une dizaine de communes situées au nord de la Loire, on observe une forte oscillation du mouvement de la population. Entre 1851 et 1931, les hausses et les baisses alternent et aboutissent à une diminution du nombre des habitants par village. Philippe Ariès prend l’exemple d’un village tourangeau, Monnaie, et invoque à ce sujet le faible taux de natalité.

  • 29 Philippe, Ariès, “Du village au bourg en Touraine”, Histoire des populations françaises. Paris, éd. (...)

41En un siècle, de 1811 à 1901, le taux de natalité est passé de 25 à 17 pour 1000 (...) en une trentaine d’années, il descend à 13 (...). De 1811 à 1931, la natalité a donc baissé de presque la moitié29.

  • 30 Callon, op. cit., 1933, p. 67 et s., Insee, Population par commune de 1851 à 1968, 24 p.

42Auparavant, Gustave Callon apportait les mêmes conclusions, en relevant que le taux de natalité pour l’ensemble du département passe de 1851 à 1865 de 27 à 20 pour 1000 et de 1866 à 1911 à 17. Ces chiffres sont bien inférieurs aux moyennes générales de la France et cela est manifeste dès 1821 et jusqu’en 1913, puis en 192030. Dans un village du Val de Loire, à Vouvray, Auguste Chauvigné relève la même baisse de la natalité jusqu’en 1906 et va jusqu’à conclure à une dépopulation des campagnes tourangelles. Le taux de mortalité reste à peu près stationnaire jusqu’en 1914, alors que la proportion du nombre des mort-nés par rapport au nombre des naissances diminue légèrement. Ces résultats et l’analyse des structures domestiques montrent que la Touraine septentrionale est composée d’une population exerçant un contrôle des naissances.

43L’ardent désir de ne pas morceler le patrimoine commande la réduction de la cellule conjugale. Les enfants, logés sous le toit parental, sont généralement célibataires ; les ascendants, éventuellement les collatéraux, font office d’aide ménagère ou d’ouvrier agricole. Dans les exploitations les plus importantes de la Gâtine tourangelle, l’introduction d’un étranger, tel que le valet de ferme ou la servante, indique la présence d’enfants n’ayant pas atteint un âge suffisant pour aider au fonctionnement du domaine, le départ d’un fils, la mort d’un conjoint laissant la maisonnée avec un nombre insuffisant de bras. En Touraine, l’usage et l’arrangement concerté veulent que le valet, jeune ou âgé, soit logé au-dehors de la maison dans une annexe, où il peut surveiller les mouvements des bêtes, tout en préservant une part d’autonomie. Toujours mal logé, il couche dans des locaux réservés aux animaux, d’autres encore dans des pièces ou des mansardes insalubres. Selon les études sur le logement en 1950, les chambres affectées sont exiguës, mal aérées, possèdent un aménagement des plus sommaires ; quant au matériel de literie et aux moyens de chauffage, ils sont pratiquement inexistants. La servante loge avec le reste de la maisonnée, elle se voit attribuer un coin de la salle commune ou la pièce la moins recherchée le cabinet peu ou pas éclairé et de petites dimensions. Souvent la gêne ressentie à vivre en promiscuité est atténuée par la fermeture des rideaux de lit, par l’envoi d’un des membres de la communauté dans l’écurie, ou plus tard, par l’appropriation d’une seconde pièce : la chambre.

44La venue d’un enfant réorganise le couple. Peu de couples ne peuvent envisager de vivre définitivement sans progéniture. Il y a un lien étroit entre procréation et communauté. C’est une assurance contre les aléas de la vie, assurance qui varie selon le degré d’aisance. L’économie de l’exploitation est liée au cycle familial. Pendant de nombreuses générations, dans les exploitations agricoles assez petites, la période d’investissements et d’améliorations techniques et économiques a correspondu avec la période où les adolescents pouvaient seconder efficacement leurs parents. Après ce temps de plénitude, vient le problème toujours difficile de la succession, des dots des enfants ou des éventuels partages.

  • 31 Chauvigné, op. cit. 1908, p. 119.

45Sur la commune de Vouvray, l’héritage suit un règlement régulier selon la loi. Du vivant du père, celui-ci procède lui-même au partage de ses biens entre les enfants dans des conditions convenues aimablement. Le père ou la mère, seul ou encore en ménage, avancés en âge ne pouvant plus cultiver leurs biens, les cèdent au fils ou au gendre, ou aux enfants, moyennant une pension viagère qui lui assure l’existence jusqu’au dernier jour. Si l’entente parfaite ne règne pas dans les partages, l’autorité du père ne tranche pas le différend. Le tirage au sort des lots égalisés à l’avance met tout le monde d’accord31.

3. L’architecture du “confort”

  • 32 Alain, Corbin, Le miasme et la joncquille, L’odorat et l’imaginaire social 18e-19e siècles, Paris, (...)

46L’étude de l’architecture du “confort” renvoie à celle de l’hygiène et des commodités. Le mouvement hygiéniste de la fin du XIXe siècle précise les attaques d’un discours idéologique qui masque mal la volonté d’assujettissement de la paysannerie au modèle de la bourgeoisie urbaine. Alain Corbin montre, dans le miasme et la jonquille que cette stratégie hygiénique opère un glissement de l’espace publique vers l’espace privé, mais elle portera essentiellement sur les conditions de salubrité du logement urbain32 .

L’hygiène, le confort et les commodités

  • 33 Logements ’insalubres, Circulaires, instructions, plaintes, enquêtes (1850-1930), (A.D. Indre-et-Lo (...)

47La loi du 13 avril 1850, sur les habitations insalubres, engage les communes de plus de 50 000 habitants, à créer des commissions d’hygiène, comprenant un médecin, un architecte, un membre du Bureau de bienfaisance et du Conseil de prud’homme, seule la ville de Tours sera concernée par cette mesure33. Cette commission a le pouvoir d’imposer aux propriétaires du logement, les travaux d’amélioration comme la percée des fenêtres, la réfection du carrelage ou l’installation d’un évier, elle détermine les causes d’insalubrité (humidité, défaut d’air et de lumière, exiguïté). Cette loi porte uniquement sur la salubrité des logements urbains, loués à des tiers qui se préoccupent plus du prix de leur loyer que d’accroître leur confort.

  • 34 Docteur Giraudet, op. cit., 1853, p. 10-12. Cité par Agnès, Riffoneau, Politique municipale en mati (...)

48Le docteur Giraudet, en tant que membre du Conseil d’hygiène, ayant travaillé sur la question du choléra, étudia la situation de la ville de Tours : (avec) des maisons vétustes et mal bâties, des rues étroites, des cours sans air, un pavé sale et boueux, l’eau stagnante, l’humidité à tous les étages dégagent des gaz nuisibles. Il proposa quelques améliorations nécessaires pour rendre habitable la demeure des plus modestes et pour atténuer autant que possible son insalubrité. Il avança des recommandations “aéristes” en faveur d’une bonne circulation de l’air et de la lumière, d’une ventilation des latrines, et des précautions à prendre avec les combustibles destinés à la cuisson ou au chauffage. Il prôna également le désentassement des familles34.

  • 35 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 26.

49D’après le docteur Millet, pour être salubre, une habitation doit être située dans une bonne exposition, bâtie dans un lieu convenablement aéré, sur un sol sablonneux ou pierreux, et non marécageux, et construite avec des matériaux réfractaires à l’humidité35. Ces propos d’hygiéniste reçoivent peu d’échos dans les campagnes tourangelles.

  • 36 Gustave, Jourdan,Pouvoirs des maires en matière de salubrité des habitations, Paris, Nancy, Berger- (...)

50Dans les zones rurales, sans qu’il y ait la formation d’une commission d’hygiène, le maire a le pouvoir de prescrire toutes les mesures de salubrité publique tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des habitations, à condition de ne pas porter atteinte au droit de propriété, à la liberté du commerce ou de l’industrie. Cette restriction rend son intervention à peu près nulle. Il est constaté le refus des propriétaires d’effectuer les travaux et la mauvaise volonté de représentants municipaux en dépit de la pression des préfets et des médecins36. C’est bien l’échec des commissions des logements insalubres. Les instructions des préfets sont pourtant claires à ce sujet :

  • 37 Guy, Thuillier, Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle en Nivernais, Paris – La Haye, Mouton (...)

51pour le défaut de propreté, les commissions peuvent proscrire le recrépissage des murs et des plafonds, le renouvellement des papiers, des peintures à chaux et à huile. Pour le défaut de lumière, elles doivent faire ouvrir de nouvelles fenêtres et de nouvelles portes, supprimer des croisées à petits carreaux ou des grillages, remplacer des plafonds par des châssis vitrés. Pour le défaut de l’air ou de ventilation on a recours à des vasistas, à des portes ouvrant à moitié. Dans les logements très resserrés, elles doivent faire supprimer des cloisons, des plafonds ou des soupentes (...). Il faut combattre l’excès d’humidité en réparant les murs, en élevant les planchers en contrebas du sol, en renouvelant les carrelages ou les dallages, en supprimant les conduites ou en enduisant les murs d’enduits romains ou bitume, en plaçant des boiseries à quelques centimètres des murs, en aérant les locaux au moyen de cheminées, de vasistas ou de portes 37.

52Ces commissions doivent examiner toutes les causes d’insalubrité : humidité, défaut d’air et de lumière, exiguïté des logements, les causes externes : amas d’immondices dans les cours, fumiers, eaux stagnantes, mauvaise odeur des fosses d’aisance et saleté des escaliers. Mais leurs pouvoirs sont limités aux seuls logements loués à des tiers, et si les propriétaires veulent se nuire à eux-mêmes à l’intérieur de leur domicile, la loi de 1850 ne peut pas les empêcher. Certains maires, d’ailleurs, refusent de créer les commissions prétextant qu’il n’y a pas de logements insalubres dans leur juridiction.

53Le Conseil départemental d’hygiène et de salubrité, créé en 1849, se heurte à des résistances analogues. Il s’est engagé à combattre les tueries particulières, les abattoirs malpropres, les dépôts des matières fécales, la pollution des eaux par les cimetières et les lieux d’aisance. Les inspecteurs départementaux dénoncent la surmortalité dans certaines communes due à l’inobservation des règlements sanitaires – dépôts de fumiers trop près des habitations, mauvais entretien des voies publiques mais ce constat n’est suivi d’aucune amélioration notoire.

54Georges Houssard, président de la Société d’agriculture d’Indre-et-Loire, dans son rapport concernant l’habitation ouvrière de la région, en 1899, mentionne un certain nombre d’insuffisances en matière d’hygiène.

553) Il résulte de la commission que les logements des ouvriers agricoles sont de beaucoup supérieurs à ceux des ouvriers des grandes agglomérations.

564) Il reste beaucoup à faire, surtout du point de vue des installations hygiéniques – souvent des maisons en terre battue, et dont les fenêtres sont trop étroites. Fréquemment, les ménages ouvriers sont entassés dans les logements insuffisants, les ouvriers agricoles habitent généralement dans des logements à un seul étage entourés de jardin dont le loyer payé à terme échu à la fin de chaque année varie de 40 à 100 Frs. Le plus souvent, les impôts des portes et fenêtres sont laissés à la charge des locataires. Les retards de paiement sont d’autant plus rares que les propriétaires emploient leurs locataires qui acquittent ainsi leurs loyers avec le produit de leur travail. Les expulsions sont peu fréquentes.

57La commission a constaté que dans les agglomérations, les règles les plus élémentaires de l’hygiène étaient négligées. Il existe à la campagne des logements insalubres, des trieuses infestées, des égouts empestés, des lavoirs mal entretenus, des fontaines publiques laissées à l’abandon.

  • 38 Georges, Houssard, Enquête sur l’habitation ouvrière, Tours, Arrault et cie, 1899, 31 p.

586) L’administration de la ville de Château-Renault affirme qu’il n’y a pas de logements insalubres mais un grand nombre demanderaient de sérieuses améliorations au point de vue hygiénique : écoulement des eaux ménagères, installation des latrines, aménagement des pompes et des puits qui, trop souvent, ne fournissent qu’une eau potable de mauvaise qualité. Aucune société philanthropique ne s’est occupée de construire des logements aux ouvriers38.

  • 39 Chantal, Beauchamp, Délivrez-nous du mal ! épidémies, endémies, médecine et hygiène au XIXe de l’In (...)

59Au siècle dernier, l’air vicié et malsain a des conséquences sur la santé : la tuberculose, les fièvres, les épidémies trouvent un terrain préparé, et le début du XXe siècle connaît les mêmes inconvénients39.

60Dans sa délibération du 19 novembre 1905, le conseil municipal des Hermites approuve le règlement sanitaire national pris à la date du 5 mars et proposé par le Conseil d’hygiène.

61Art. 1 Dans les constructions neuves, les parois construites en pierre, brique ou bois seront enduites ou tout au moins badigeonnées à l’intérieur à la chaux. Les constructions en pisé ne pourront être élevées que sur une fondation hourdée en chaux hydraulique jusqu’à 30 cm au-dessus du sol.

62Art. 2 La couverture et la sous-couverture à paille des maisons, granges, écuries et étables sont interdites.

63Art. 3 Le sol du rez-de-chaussée, s’il n’est pas établi sur cave devra être surélevé de 30 cm au moins au-dessus du sol du niveau extérieur. Quand il repose immédiatement sur terre plein, le dallage, le carrelage ou le parquet devra être placé de préférence sur une couche de béton imperméable. Le sol en terre battue est interdit.

64Art. 4 La cuisine, pièce commune doit être largement pourvue d’espace, d’air et de lumière. Tout foyer de cuisine doit être placé, sous une hotte munie d’un tuyau de fumée montant à 40 cm au moins au-dessus de la partie la plus élevée de la construction. La cuisine sera munie d’un évier.

65Art. 5 Toute pièce servant d’habitation de jour et de nuit sera bien éclairée et ventilée. Elle sera haute au moins de 2 m 60 sous plafond et d’une capacité d’au moins 25 m3. Les fenêtres ne mesureront pas moins d’un m 1/2.

66Art. 6 Les cheminées, fours et appareils quelconques de chauffage seront aménagés de façon à ce qu’il s’en dégage à l’intérieur de l’habitation ni fumée, ni gaz toxiques et seront pourvus de tuyaux de fumée élevés de 40 cm au moins au-dessus du faîte de la maison. (...)

67Art. 9 L’orifice des puits sera protégé par tout système qui s’opposera à la chute des corps étrangers à l’intérieur. Leur paroi de pierre ou de brique sera hourdée en mortier de chaux hydraulique ou de ciment.

  • 40 Département d’Indre-et-Loire. Compte-rendu des travaux du Conseil départemental d’hygiène et des co (...)

68L’enquête du Conseil supérieur de l’hygiène en 1922 montre qu’il reste toujours beaucoup à faire en matière de pollution des eaux ou d’enlèvement des ordures ménagères40.

  • 41 R. C. M, Vouvray, 10 décembre 1928.

69La loi du 13 juillet 1928 (dite loi Loucheur), est évoquée seulement dans une séance du conseil municipal à Vouvray et à Saint-Laurent-en-Gâtine. L’une est provoquée par l’intervention du maire qui apporte toutes les explications utiles sur le champ d’application et le fonctionnement de la loi Loucheur, relative à la construction des Habitations à Bon Marché41. L’autre est une simple lecture d’une note rédigée par le directeur de la caisse régionale du Crédit agricole, concernant son application dans les campagnes, afin de lutter contre la crise du logement. Le conseil municipal est disposé à fournir les renseignements sur les besoins de la commune. Ce discours officiel est très rarement repris par les municipalités tourangelles.

  • 42 Archambault, seizième lettre.

70A la fin du XIXe siècle, le notaire Léonide Archambault, en mettant l’accent sur l’entassement et le voisinage excrémentiel, montre que le problème existe durablement dans les campagnes. Le rapport entre salubrité et insalubrité parait bien un trait purement culturel, propre aux classes sociales les plus élevées. Outre les carrés de fumier, des entassements multiples d’immondices et ruisseaux s’entrecroisent, se mêlent, coulent vers les cloaques et surtout vers les abreuvoirs communs ou privés42 . Nombreux sont les observateurs, qui l’ont précédé ou suivi, et qui ont confirmé cet état d’insalubrité. Partout des fumiers et des cloaques s’étalent devant les maisons. Pour assainir les villages, ils préconisent de faire combler tous les cloaques placés le long des rues et près des maisons et qui se trouvent constamment remplis d’eau croupie. L’habitude bien ancrée de déposer dans les rues, pour en faire des terreaux et autres engrais, des immondices, pailles et fougères donne dans le commencement des chaleurs, des miasmes désagréables et aide à vicier l’air. Ou encore, des tas de fumier montent la garde devant les portes de nombreuses maisons. Tous ces gens respirent dans une atmosphère pourrie, vivent au milieu d’exhalaisons putrides, au milieu des tas de boues qui entourent leur maison. Hameaux et villages étaient plongés dans des odeurs suffocantes, leurs rues transformées en fosse d’aisance, car les eaux de purin coulaient des étables où on devait patauger et s’embourber. Jusque tard dans le XIXe siècle, les habitants répandent leurs ordures dans la rue. Il est vrai que les immondices recyclés sont utilisés comme engrais pour le champs ou le potager. La notion de microbes pathogènes reste longtemps étrangère d’autant que dans l’expérience de la terre, le paysan a toujours constaté l’effet bénéfique, fécondant même, de l’excrément sur la pousse des végétaux.

71Le docteur Millet décrit les alentours de l’habitation :

  • 43 Docteur Millet, 1862, p. 32.

72(...) on étale de la paille, se mêlant et par le piétinement des animaux et par celui des gens de la ferme avec la boue, formant une sorte de fumier qu’on utilise. Et d’indiquer qu’il serait à souhaiter que les cours qui se trouvent autour de chaque maison fussent pavées de manière à permettre l’écoulement prompt et facile des eaux pluviales et ménagères. L’omission de ces précautions entretient autour de chaque habitation une couche de boue effroyable, des flaques d’eau croupissantes, corrompues, exhalant une odeur des plus infectes43.

  • 44 Usages locaux, Tours, imp. Delis, 1930, 342 p., p. 87.

73A partir seulement de 1930, les Usages locaux mentionnent les règlements sanitaires municipaux, en exécution de la loi du 15 février 1902 sur la protection de la santé publique, contenant des prescriptions sur l’hygiène de l’habitation et en particulier sur les distances à observer pour l’établissement de puits, fosses d’aisance, fosses à purin44.

  • 45 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.

74Les lieux d’aisance communs continuent d’être mal entretenus ou tout simplement absents, mais les tas de fumier ont tendance à être déplacés pour s’éloigner des parties habitables de l’exploitation. Cela nécessite de nombreuses allées et venues. Le fumier s’éloigne de la mare et permet d’abreuver le bétail en limitant le danger de contamination. Vers 1940, dans la région de la Gâtine tourangelle, le fumier n’est plus au milieu de la cour, le purin est canalisé, la mare installée de l’autre côté du chemin. Au Gué d’Amont, à Vouvray, le puits, la porcherie et la plate-forme de fumier sont disposés face à l’habitation prolongée d’une écurie, d’une grange et d’un cellier45. La pente de la cour peut être dirigée vers la grange et le fumier entassé près de l’écurie ou de l’étable, cependant le purin inonde encore souvent les parties basses en dépit de l’évacuation toujours prévue par l’extérieur, et cela jusqu’à la création des fosses à purin.

75Le défaut d’enlèvement d’immondices et de fumiers, le mauvais état des ruisseaux et caniveaux, comme le défaut d’écoulement des eaux ménagères ne disparaît qu’avec l’usage des canalisations. L’écoulement des eaux pluviales et ménagères par les gouttières et tuyaux de descente le long des maisons pour conduire les eaux jusqu’au sol de la voie publique ou privée est considéré comme une appréciable amélioration dès les années trente.

  • 46 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 131.
  • 47 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 88.

76Les usages locaux, à cette époque, prescrivent que le propriétaire entretient les tuyaux de descente établis pour conduire les eaux des toits et des appartements et il répare l’effet produit par les engorgements de ces tuyaux. Mais le locataire répond des bassins ou plombs dans lesquels il déverse ses eaux ménagères, quand ils ont été brisés violemment ou par défaut de précaution. L’usage est reconnu partout sauf dans le canton de Château-Renault46. Il est prescrit dans les conseils d’hygiène de ne pas laisser séjourner l’urine, les eaux de vaisselle et les eaux ménagères dans un logement. Un procédé nouveau connu sous le nom de fosses septiques tend à s’implanter dans les techniques de construction. Ce procédé est admis officiellement, et l’emploi des fosses est réglementé par un arrêté préfectoral du 20 novembre 192547.

  • 48 R.C.M. Sonzay, 20 juin 1930.
  • 49 R. C.M. Vernou, 14 novembre 1935.
  • 50 R.C.M. Monnaie, 30 juillet 1937.
  • 51 R.C.M. Vouvray. 22 septembre 1933.
  • 52 R.C.M. Vouvray, 11 septembre 1932.
  • 53 R.C.M. Vouvray, 10 décembre 1934.

77Le docteur Giraudet préconise le ramassage des ordures, à heures fixes et plusieurs fois par jour dans la ville de Tours. Entre 1850 et 1930, aucune des délibérations du conseil municipal ne portera sur un projet de lutte contre cette puanteur excrémentiel, c’est seulement en 1930 que la municipalité de Sonzay envisage l’installation d’un dépôt d’ordures, en-dehors du bourg. Chaque mois, un préposé passera dans les rues du bourg et procédera à l’enlèvement des ordures qu’il déposera à l’endroit désigné, situé au lieu-dit "Carrières des Landes”. Il sera attribué un salaire de 20 francs par jour pour ce travail 48. En 1935, ce sera au tour de la commune de Vernou. Suite à la réunion des signataires d’une pétition demandant l’enlèvement des ordures ménagères, présidée par M. le Maire, le Conseil émet l’avis de faire présenter aux domiciles des intéressés dans le périmètre desservi une liste qu’ils seront invités à signer acceptant que cet enlèvement sera fait à leurs frais, moyennant une taxe communale ne pouvant dépasser 6 % du revenu imposable49. A Monnaie, les habitants persistant à ne pas déposer leurs ordures à l’endroit désigné et les avertissements ne suffisant pas, la municipalité décide de punir les contrevenants par une amende de cinquante francs50. C’est à Vouvray, que le service d’enlèvement des ordures est le mieux organisé. Effectué toutes les semaines51, à l’aide d’un cheval attelé et avec le concours des cantonniers52, il sera soumis à une taxe prélevée chez tous les propriétaires bénéficiaires53. L’organisation de cette commune, qui se rapproche plus de la taille et de la structure socio-économique d’une ville, ne doit pas faire oublier la désinvolture de nombreux ruraux à l’égard de la propreté et de l’hygiène aussi bien publique que privée.

Humidité, orientation et renouvellement de l’air

78Les vices de construction, l’humidité, le manque d’air et de lumière, l’exiguïté et la malpropreté, l’absence de carrelage, d’évier et de lieux d’aisance, entraînent un taux de morbidité accru. Aux fièvres intermittentes qui affaiblissent l’organisme, s’ajoutent les ravages de la tuberculose qui règne à l’état endémique. L’humidité apparaît pour les médecins de l’époque comme un des grands ennemis de la santé.

79D’après les traités d’économie domestique, le chauffage et la bonne ventilation sont les principaux moyens de lutter contre l’humidité. Les précautions de première nécessité pour les parties basses de la maison en contact presque direct avec le sol, sont de rehausser le sol de l’habitation, de protéger les murs de l’humidité grâce au soubassement en pierres dures et moellons, et d’éviter la construction à flanc de coteau.

80Cette humidité diffuse et insidieuse, joue un rôle dans l’insalubrité et la vétusté du logement. Dépourvue d’une cave sous l’habitation, une marche ou deux exhaussent le niveau du sol du rez-de-chaussée. Un soubassement en pierre dure permet de surélever le sol intérieur par rapport au sol extérieur. Les matériaux employés dans la construction doivent être solides et réfractaires à l’humidité. Les assises des fondations exigent ces deux conditions. Les pierres extraites des carrières sont très humides. Elles ont besoin d’être longtemps séchées à l’air ; les moellons les moins secs sont donc employés dans la partie du bâtiment où le soleil et la ventilation ont le plus d’accès.

  • 54 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 6.

81Pour le docteur Millet, (...) une habitation bien exposée. C’est celle qui offre sa façade principale au sud-est et au levant. L’exposition du sud-est est encore préférable à celle du levant. Dès qu’on a ouvert les fenêtres d’une habitation ainsi exposée, le soleil pénètre à flots dans la maison dès le matin, l’inonde, la réchauffe, et l’air se trouve ainsi purifié, renouvelé. Une fois qu’on a vaqué aux soins du ménage, on ferme les fenêtres aussi bien en été qu’en hiver, en été pour se préserver de la chaleur ; en hiver, pour se mettre à l’abri du froid 54.

  • 55 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.
  • 56 Mono. EAR n° 5, Vouvray, Le petit coteau.

82Par une orientation subordonnée aux vents dominants d’ouest et du sud-ouest, la maison rurale tourangelle sert d’abri et de protection contre les aléas climatiques. Les principales ouvertures sont ménagées sur la façade exposée plein sud, permettant à la salle commune et à la chambre de recevoir la lumière directe du soleil. Dans une closerie de la région vouvrillonne, les pièces ne sont pas froides et même se chauffent facilement grâce à une orientation sud et à la protection des vents du nord et de l’ouest55. La cave et le cellier, orientés au nord, voient la température abaissée par une exposition aux vents froids. Quant à l’orientation ouest, la plus néfaste, elle est réservée aux bâtiments d’exploitation, l’écurie, l’étable, la remise, qui subissent les effets des vents dominants. Dans cette région, les habitations, y compris troglodytiques, sont orientées au sud d’où un ensoleillement maximum et une température constante. Dans les petites vallées, perpendiculaires à la Loire, l’orientation reste nord/sud. Seules les caves et les remises sont encore dans le rocher, l’habitation est sortie de celui-ci pour être installée au sud. Au lieu-dit Petit Coteau, à Vouvray, la bonne orientation de la maison et le petit mur construit devant permet de garder la porte ouverte. Une cave construite derrière la maison, et orientée au sud, forme un matelas d’air isolant contre le froid56.

  • 57 J., Vidal. Manuel d’hygiène rurale et notions élémentaires d’hygiène à l’usage des municipalités, d (...)

83L’insuffisance d’aération et le défaut de pénétration du soleil sont souvent évoqués par les hygiénistes57. Les pièces d’habitation sont peu aérées avec l’emploi de châssis fixes aux ouvertures ; l’aération ne peut se faire que par la porte ouverte et accessoirement, par la cheminée et le trou de l’évier. Mais force est de constater que les habitudes sont de vivre peu à l’intérieur, même en hiver, et les gens s’accommodent de cet air confiné.

84Vers 1850, pour améliorer les fermetures des portes et fenêtres, il est conseillé d’employer attaches et loquets adéquats. Là, intervient une nouvelle fois l’orientation de l’habitation en fonction des vents dominants. Les violentes rafales secouent les volets, ouvrent toutes grandes les fenêtres que fixe à peine une barre de bois, emplissant la maison de pluie et de vent.

85Si le renouvellement de l’air dans la pièce principale est sommairement assuré, il n’en va pas de même dans les autres pièces, la chambre et le cabinet. Ces pièces, disposées en enfilade, rarement séparées par un corridor, semblent peu aérées. Peut-être qu’en s’introduisant dans la sphère la plus intime de la maison l’odeur familiale ne semble plus opportune et même ne serait pas perçu comme un air malsain et vicié ? La sensibilité olfactive, si bien analysée par Alain Corbin, est bien différente selon l’environnement, tant social que culturel.

86Cette combinaison de lumière, aération, humidité indispensable à une bonne hygiène des lieux est évoquée par Odette Bussard dans son traité d’hygiène rurale.

  • 58 Odette, Bussard, Le livre de la fermière. Économie domestique rurale. Paris. J-B. Baillère et fils, (...)

87L’habitation est un abri contre les rigueurs de la nature, elle est destinée à préserver l’homme du froid, de la pluie, du vent, etc. mais ses nombreux avantages à cet égard ne vont pas sans entraîner de sérieux inconvénients : air respirable, toujours mesuré et vicié, lumière insuffisante, encombrement par tous les déchets de l’existence58.

  • 59 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

88Ou encore, auparavant par le docteur Millet : il faut une suffisante quantité de soleil et d’air pur. De là, la nécessité d’ouvrir portes et fenêtres pour renouveler l’air, pour réchauffer, pour purifier ; car les fenêtres ne sont pas seulement destinées à donner du jour, mais elles sont établies dans le but d’assainir la maison59.

89Les surfaces éclairantes sont généralement exposées au sud afin de recueillir le maximum de lumière, mais équipées d’une ou deux fenêtres de dimensions restreintes, et la pièce serait trop sombre sans la lumière venant de la porte ouverte. Il fallait donc choisir entre une semi-obscurité, même pendant la journée et le vent, le froid, la pluie ou la poussière entrant par le seuil. La seule précaution prise est d’empêcher les animaux d’entrer. Ainsi, cette porte d’entrée, en bois plein, est formée de deux panneaux superposés qui se rabattent l’un sur l’autre (le supérieur sur l’inférieur), ce qui permet de ne laisser ouvert que le panneau du haut. L’éclairage jugé insuffisant pour les travaux que l’on a à faire à l’intérieur de la pièce commune n’est jamais amélioré par l’emploi de luminaire dans la journée.

90Les ouvertures contribuent à fixer la physionomie d’un bâtiment. Éléments fonctionnels indiscutables, leur nombre, leurs proportions, leur groupement offrent des combinaisons nombreuses au choix du constructeur. En-dehors d’une préférence esthétique, la technique et l’hygiène interviennent comme le souci d’éclairer. L’étude de la fenêtre est celle de la menuiserie et de la vitrerie qui en assurent la fermeture. Une ethnologie des ouvertures serait passionnante mais elle reste à faire. L’amélioration des conditions d’ouverture et de fermeture des portes et fenêtres appartiennent au domaine du confort et de l’hygiène.

91Assurant le passage de la lumière, de l’air mais aussi du froid, les dimensions des baies relevées dans les trente-six monographies du Chantier d’architecture rurale s’appliquent aux consignes tirées des traités d’hygiène.

  • 60 Louis, Bouchard-huzard, Traité des constructions rurales et de leurs dispositions, Paris, 1868-1870 (...)

92(...) Les fenêtres doivent avoir au moins 0m80 de large sur 1m20 de hauteur et s’ouvrir à 0m60 ou 0m80 au-dessus du pavage des pièces, celles situées au rez-de-chaussée seront munies de volets intérieurs ou extérieurs : nous croyons qu’il serait bon d’armer de barreaux de fer, celles qui s’ouvrent derrière l’habitation (...) Les portes intérieures auront la dimension de 0m70 à 0m90 de large sur 2 m de haut, celles qui donnent au-dehors pourront avoir la même hauteur de 0m80 à 0m90 60.

  • 61 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie et n° 6, Vouvray, L’Echeneau.

93Percées très régulièrement, les fenêtres s’ouvrent généralement sur la principale façade, orientée plein sud, et s’arment, à l’extérieur, d’un contrevent ou de barreaux de fer. Celles-ci sont rarement ouvertes et la ventilation des pièces se fait donc essentiellement par la cheminée et par la porte d’entrée dont le vantail supérieur reste continuellement entrebâillé, ou de conception plus récente, par l’imposte coulissante, placée au-dessus61 .

  • 62 Ét. 4, 1854.
  • 63 Ét. 1, 1859, Ét. 2, 1876.
  • 64 Mono. EAR n° 6,Vouvray, L’Echeneau, n° 53, Sainte-Maure.
  • 65 Ét. 1, 1859 et Ét. 2, 1876.
  • 66 Ét. 4, 1854.

94La petitesse ou l’absence de fenêtres, l’épaisseur des murs résultent d’un souci permanent de protection contre le froid mais aussi de l’inconnu. La croisée de 60/90 et 40/60 de vitrage, en quatre petits carreaux mais aussi de six, neuf ou douze carreaux, est montée sur deux fiches et à deux battants avec, pour fermeture, une simple espagnolette62, un verrou sur platine et sa gâche63. Le linteau de pierre appareillé est fait d’un seul élément et celui intérieur à défaut, par économie ou par esthétique, en bois, de la largeur de l’embrasure64. La pierre est remplacée par la brique dans la région de Château-Renault. Le bas de l’embrasure, carrelée en carreaux de 22 cm65, ou en pierre dure66, sert d’espace de rangement des divers objets utilisés quotidiennement ou non, signalant que les fenêtres sont rarement ouvertes, avec une ouverture intérieure du vantail.

  • 67 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Echeneau.
  • 68 Ét. 2. 1876.

95Il y a très peu d’exploitations agricoles à cour fermée, ceinturées de hauts murs dans la Gâtine tourangelle et le Val de Loire. Dans les exploitations agricoles à cour ouverte, les grilles de défense sont courantes, révélant le besoin de protection contre les intrus. Ces barreaudages, leurs sections et leurs assemblages sont simples : barreaux isolés, scellés haut et bas. A Vouvray, les baies sont protégées par des barreaux de fer, de section de deux centimètres espacés de vingt centimètres dans les plus récentes habitations, et de douze dans les anciennes67. Les barreaux sont scellés dans le linteau et l’appui de fenêtre, par exemple quatre barreaux placés verticalement68. Cette présence de barreaux est très pertinente pour une étude du besoin de sécurité. Ils sont généralement situés du côté du chemin, zone difficilement contrôlable.

  • 69 Archambault, troisième lettre “l’enfant”.

96L’usage est de se barricader soigneusement, la nuit très certainement mais dans la journée tout autant, au moyen de serrure et verrous. Cela a ses inconvénients. (...) comme le logis est abandonné (...), la mère a fermé la porte à double tour et a emporté la clef avec elle dans les champs, en sorte qu’en cas d’accident, il y aurait des difficultés extrêmes à porter secours au nourrisson étroitement enfermé69.

  • 70 Ét. 2,1876.
  • 71 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Echeneau.

97La croisée, à un seul battant, est défendue en-dehors par un contrevent en bois blanc dégradé dans le bas monté sur deux pentures et deux gonds ayant pour fermeture un crochet et un piton, une esse permet de la tenir ouverte70. Le volet de bois s’impose pour se protéger du bruit, de la lumière, du froid et des intrus, option courante dans les nouvelles habitations71.

  • 72 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.
  • 73 Ét. 2, 1876.

98La porte d’entrée est généralement placée sur la façade principale avec les fenêtres. Il peut y avoir deux ou trois marches devant le pas de porte72. Témoignant du passage incessant, le seuil en pierre de tuffeau est creusé en son milieu jusqu’au niveau du passage, au-dessus, les jambages sont écornés et arrondis73.

  • 74 Ét. 1. 1859, Ét. 2, 1876.
  • 75 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.
  • 76 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie.
  • 77 Ét. 4, 1854.

99Cette porte à deux vantaux est dite brisée. La partie basse est montée sur deux pentures et gonds, munie d’un loquet ; la partie haute pareillement montée est garnie d’une main de fer, son loquet poucier et mentonnet, d’une serrure en bois et sa clef, d’un verrou rond, ses anneaux et sa gâche74. Le vantail inférieur, maintenu constamment fermé est destiné à empêcher chiens et volailles d’envahir la pièce. Celui du haut, non vitré autrefois, est laissé ouvert, tant pour donner de la lumière que pour créer l’appel d’un air froid aidant au tirage de la cheminée. Le vantail de bois plein laissé fermé en hiver, pour éviter que le froid rentre dans le logis, assombrit considérablement la pièce d’où l’usage au début du XXe siècle du vitrage de la partie supérieure ou d’une petite imposte de trois ou quatre carreaux fixes surmontant la porte75. Cette imposte coulissante, constamment ouverte, occasionne une ventilation optimale dans une closerie de la région de Vouvray76. La porte vitrée de la cuisine et celle de la salle de café, avec ses deux carreaux à la porte, et deux à l’imposte, ferme avec deux verrous à ressorts, une serrure demi-anglaise à double bouton en cuivre, une clé, une gâche encloisonnée, deux volets sont posés à l’intérieur77.

  • 78 Ét. 4, 1854.

100La distribution par étage n’a guère prévalu dans les campagnes tourangelles. Seule, la maison bourgeoise est composée d’un rez-de-chaussée et d’un étage sur combles. Le rez-de-chaussée, restant le niveau principal, est éclairé avec des baies plus grandes de huit carreaux. Les ouvertures sont la porte-fenêtre avec un mi-vantail en bois plein et une fenêtre à double châssis, armée de barreaux en bois ou en fer, scellés dans le linteau et l’appui. Au premier étage, les fenêtres, avec deux carreaux de moins, sont intentionnellement moins larges. Les pièces communiquent entre elles par une porte intérieure, en général de dimensions plus réduites que celle de la salle principale. Elle peut être à double panneaux, peinte à l’huile de couleur grise foncée fermée par une serrure demi-anglaise, à deux demi-boutons en cuivre et gâche encloisonnée 78.

  • 79 Ét. 1, 1859.
  • 80 Ét. 2, 1876.
  • 81 Ét. 1, 1859.
  • 82 Ét. 2, 1876.
  • 83 Ét. 2, 1876.

101Quant à l’accès au grenier, il est aménagé dans le pignon du bâtiment. Pour l’habiter, il y a une échelle en bois de sapin garnie de douze rouleaux. La porte a pour fermeture une mauvaise serrure en fer et sa clef 79. La porte d’une boulangerie, servant d’habitation, est fermée par une serrure en bois et verrou, dans le jambage droit une contreporte est montée sur deux petits pentures et deux gonds sans autre ferrure80. Les portes des cave, boulangerie, hangar sont montées sur deux pentures et gonds, ayant pour fermeture une serrure en bois et sa clef81. Celle de la grange est fermée par une cheville de bois, une grosse marche en pierre dure brute sépare la cour de l’intérieur du bâtiment82. La porte du toit à porcs est montée sur une petite penture et une patte, ayant pour toute fermeture une cheville en bois et un anneau de fer, le seuil est en bois83.

De la terre battue au carrelage

  • 84 Mono. EAR 57, Auzouer, Cerisay, n° 6, Vouvray, L’Écheneau, n° 44. Monnaie.

102Du plafond au sol, l’habitation évolue considérablement : plafond à poutre centrale avec solives et bousillage d’argile et de paille, murs intérieurs badigeonnés à la chaux, et surtout sol du rez-de-chaussée en terre battue, recouvert vers 1850-1880 de carreaux de briques de seize à vingt-deux centimètres de côté84. Liées au développement des tuileries, les tomettes de terre cuite recouvrent le sol de la principale pièce. Les pièces secondaires peuvent rester en terre battue, notamment l’atelier. Cette terre cuite tendre, de couleur rose, d’aspect rugueuse, casse facilement comme le montrent les états des lieux. Très peu de ces carreaux restent intacts, état du à la surface inégale des carreaux d’autrefois, joint à un poli et un dressement imparfait posés souvent par des carreleurs non professionnels, et à un entretien intermittent.

103Le vide sanitaire étant d’un emploi rarissisme, la préférence va à l’installation du logis au niveau du sol afin de rester au même niveau que les autres éléments du bloc (grange, étable). Cela correspond au désir “paysan” de pénétration de plain pied dans sa sphère intime.

  • 85 Usages locaux, 1930, p. 121.

104Selon les usages départementaux, le carrelage du rez-de-chaussée en carreaux blancs et noirs ou en carreaux céramiques avec les plates-bandes de pierres qui sont au pourtour des murs sont considérés comme faisant partie du carreau, et à la charge du locataire. Dans les chambres du premier étage, le locataire est tenu de réparer les panneaux, lames ou battants de parquet cassés ou enfoncés par violence, pourvu toutefois qu’il ne soit détérioré en grande partie par vétusté ou vice de construction85 . Le dallage ou carrelage de pierre ne se rencontrent que dans les salles communes. Dans les pièces carrelées ou même simplement en terre battue, il n‘y a que les abords des cheminées qui soient dallés ; plus résistante que la terre cuite, la pierre supporte mieux les chocs et l’on peut y fendre du bois.

Le feu et l’eau

105Les dispositifs du feu évoluent en fonction des nécessités domestiques : il s’agit de la cheminée, du potager, sorte de réchaud fixe à charbon de bois, du four nécessaire à la cuisson du pain et de certains aliments.

106Ajouté au fait que la majorité des constructions rurales en Touraine sont antérieures à 1850, la cheminée relève du gros oeuvre de la maison et l’influence de l’occupant sur sa conception n’apparaît pas. La construction primitive de la cheminée nécessite un travail de maçonnerie dont l’importance et la qualité pouvaient seules parer au danger que faisait courir à l’habitation, la présence permanente du feu. Les ouvriers du bâtiment n’ont jamais possédé de grandes connaissances en fumisterie. Le bon et le mauvais fonctionnement d’une cheminée dépend au moins autant du hasard que de la compétence technique de son constructeur. Cet ouvrier intervient à deux moments : celui de l’équilibre de l’ordonnance des façades et celui de l’installation des principaux dispositifs domestiques.

107La cheminée est confondue avec le foyer, avec le centre de la vie domestique alors qu’elle résulte de l’intervention de l’étranger et non de ses occupants. Ce feu détient une fonction domestique multiple : chaleur, éclairage, cuisson, qui prend plus ou moins de l’importance selon la destination de la pièce. En Touraine, exception faite de quelques domestiques logés dans l’écurie, la cohabitation avec le bétail est pratiquement nulle et les bâtiments abritant les animaux sont nettement séparés du reste de l’habitation. Par conséquent, la cheminée est la seule source de chaleur. La disposition et la forme de la cheminée peuvent influer sur le tirage et la ventilation de l’air dans la pièce. Dans la majorité des cas, l’artisan a tenté de résoudre ces problèmes : l’âtre est au niveau du sol, la hotte est d’une hauteur égale ou légèrement supérieure au foyer, l’emplacement de la porte et de la cheminée respecte le principe qui repose sur l’interdiction de les placer diamétralement opposées. Pourtant ces cheminées dégagent beaucoup de fumée et le meilleur moyen de chasser celle-ci est de laisser la porte ouverte.

108Les techniques de construction, les données climatiques, les usages déterminent localement le choix du mur auquel il est adossé. Les façades sont presque toujours exclues en raison de leur manque de hauteur, de leur faible épaisseur, de leur orientation et des nombreux obstacles que les constructeurs auraient du surmonter, notamment les ouvertures, les chaînages et les sommiers d’étage. Les pignons ont pour eux leur épaisseur mais ont pour inconvénient d’être exposés aux pluies.

  • 86 BlOCK, op. cit., 1877, p. 425-426.

109Le dictionnaire administratif de Block interdit, d’une manière absolue, de pratiquer des foyers ou des conduits de fumée dans les murs mitoyens et dans les murs de séparation de deux maisons contiguës, qu’elles appartiennent ou non au même propriétaire. Mais il est permis de pratiquer des conduits de fumée dans l’intérieur des murs de refend en moellons ayant au moins 40 cm d’épaisseur et les murs en briques ayant au moins 37 cm d’épaisseur enduits compris86.

  • 87 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.
  • 88 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie.

110La cheminée est installée presque toujours contre un mur pignon dont l’épaisseur offre la possibilité d’accoler à l’extérieur un four à pain sans empiéter sur le volume intérieur de la maison87, plus rarement, contre un mur de refend formant un volume intégré aux pièces d’habitation. Ce mur de refend reçoit, de part et d’autre, deux cheminées adossées utilisant le même conduit d’évacuation de la fumée et faisant bénéficier du feu deux pièces contiguës88. En Gâtine, les cheminées construites en briques sont situées près du faîtage, contre le pignon avec un conduit en brique souvent apparent. La décoration de la souche est réduite à une modénature très simple, au sommet. Cette opposition entre la brique et la maçonnerie, plus ou moins enduite, les mettent fortement en valeur. Dans les constructions en pierre de taille, la cheminée réalisée dans ce même matériau est intégrée visuellement au pignon, parfois terminée par quelques rangs de briques très plates.

111Le mur de la cheminée formant pignon focalise matériellement et symboliquement l’espace de la maison. Il n’est pas d’usage de placer l’âtre en face de la porte d’entrée mais, de préférence, de l’installer contre un des murs latéraux en raison des commodités d’agencement intérieur de la pièce. L’emplacement comme les dimensions influent sur la puissance calorifique et, par conséquent, l’augmentation de la surface de rayonnement. Il faut donc disposer d’un feu et d’une place correspondant au besoin de cuire le repas du ménage et la nourriture des animaux, comme il est nécessaire de disposer autour du feu d’une aire assez vaste pour s’y installer en famille, et au besoin, avec les voisins, lors de réunions de détente.

112Dans le courant du XXe siècle, l’introduction de nouveaux moyens de chauffage, l’évolution des procédés de construction transforme en meuble ce qui était, de toute évidence, un élément architectural dépendant du gros oeuvre de la maison, au même titre que la maçonnerie de ses murs. Les préoccupations esthétiques, et le désir de personnaliser le décor intérieur auquel il est intégré, donnent une note intime en concordance avec le style de la maison bourgeoise tourangelle.

  • 89 J-L., baudin, Enquête sur les cheminées rurales. Indre-et-Loire, s. d., 12 f. (Archives, musée des (...)

113La cheminée comporte trois parties : la souche extérieure, le conduit de fumée et le foyer89. Dans les logements, prisés dans les inventaires, ayant plus d’une pièce habitable, celle où le feu brûle en permanence est désignée comme chambre à feu. La cheminée, la plus couramment rencontrée, est basse, aux proportions réduites, avec un manteau surmonté d’une tablette d’appui. La faible hauteur de la cheminée ajoutée au nombre réduit des ouvertures limitent les déperditions de la chaleur. La cheminée est composée d’un âtre carrelé et d’un contrecoeur en briques, les jambages diffèrent, en pierre dans les exploitations agricoles, en bois peint dans les maisons à étage. Seules, les cheminées du fournil et de la buanderie n’ont pas de manteau. Une application des règles de construction permet de réduire la déperdition de la chaleur, les dangers d’incendie et les désagréments de la fumée.

114Les trois principaux types de cheminée renvoient aux genres de maisons.

115Adapté aux conditions géologiques et en fonction de l’emplacement des principales ouvertures, le foyer troglodytique est constitué de trois éléments : le four à pain, l’âtre de la cheminée et le fourneau à braises. Creusé entièrement dans le rocher, le four est fermé par une plaque, l’âtre est carrelé et la hotte ainsi que les jambages sont en pierre. Ayant fait l’objet de l’étonnement de bien des voyageurs, le conduit traverse tout le banc de pierre et la souche émerge dans les champs. Lorsque la cheminée a été rajoutée ou lorsque les difficultés d’édification ont paru trop importantes, le conduit peut être accolé au rocher.

  • 90 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Écheneau.

116A Vouvray au lieu-dit l’Écheneau, la principale cheminée réunit, sous la même hotte, le foyer avec son four creusé dans le rocher et le fourneau à braises. Un jambage en pierre de taille sépare les deux parties. Le sol de l’âtre est en carreaux de couleur rouge. Le fond comprend l’ouverture du four à pain et à gauche, l’ouverture du four à braises. La hotte, maçonnerie en pierre formant manteau dans sa partie inférieure, repose sur un linteau de pierre90. La souche émerge du sol dans la petite colline avec un couronnement fait de trois rangs de briques et d’un mitron formé de deux tuiles faîtières avec raccord à la cheminée.

  • 91 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.
  • 92 Mono. EAR 50, cheminées, et n° 10, Saint-Symphorien, La Milletière.

117La cheminée de la maison paysanne est composée d’un manteau droit, plus relevée lorsqu’il y a un four à pain ou descendant plus bas s’il y a un fournil au-dehors, d’un foyer assez large pour pouvoir accrocher la marmite à la crémaillère et disposer des réchauds autour du foyer, avec à côté de celui-ci un potager91. La grande ferme d’un pépiniériste, locataire à la Milletière, commune de Saint-Symphorien, est vraisemblablement du XVIIIe siècle, ancienne propriété des moines. Placée dans la salle commune, la cheminée est en pierre appareillée avec jambages de pierre portant une petite moulure à 0 m 25 du sol. Le sol est en carreaux de terre cuite de couleur rose. Le fond présente l’ouverture d’un four à pain reposant sur un jeu de briques, avec une aire également en briques. La hotte est en pierres appareillées comme la souche, terminée par un couronnement en briques. Le même conduit sert au four à pain92.

  • 93 Mono. EAR n° 50, cheminées, n° 11, Bourgueil, Santenay.

118Dans la salle commune d’une maison vigneronne datée du XVIIIe siècle, le foyer est composé de jambages de pierre dont la partie supérieure est en forme de console à mouluration supportant un linteau en pierres appareillées (partie supérieure formant tablette simplement moulurée). Le sol de l’âtre est en carrelage rouge. L’ouverture d’un four à pain au fond de l’âtre est condamnée. La hotte en pierre avec sa partie supérieure moulurée en corniche et formant forte saillie, est prolongée par une souche en briques à la partie supérieure, en pierres appareillées en dessous, avec un couronnement en briques93.

119La cheminée, rarement unique, dans la maison bourgeoise, s’intègre à un ensemble décoratif intérieur en liaison avec les lambris et les meubles. Elle n’est pas seulement une manifestation d’architecture mais aussi une réalisation d’agencement intérieur. Toute l’organisation et la structuration seront bouleversées avec l’adjonction d’un poêle de fonte. Cette cheminée a la même forme et la même place que dans l’habitation paysanne, et il peut exister encore un four sous le haut du manteau de la cheminée dans la cuisine. A l’étage, les cheminées sont petites et basses, à la mode des villes, parfois construites en tuffeau, moulurées et sculptées, recouvertes de plaques de marbre, ou peintes à l’imitation de ce même marbre (Fig. 8).

120Les usages locaux mentionnent les règles d’entretien de la cheminée :

  1. le propriétaire entretient les murs et la cheminée ainsi que la voûte inférieure, s’il y en a une.
  2. le locataire n’est tenu de réparer que l’aire du four, la bouche et pas la voûte inférieure s’il y en a une (Neuillé-Pont-Pierre, Château-Renault, Neuvy, Vouvray)94.

121Les réparations locatives en 1930 sont similaires à celles imposées en 1888.

  • 95 Assainissement des communes (1870-1937). Eaux : instructions, projets d’adduction d’eau potable, év (...)

122En Touraine, la pollution de l’eau n’éveille pas l’intérêt des municipalités. Les conseillers municipaux traitent le problème de l’eau sous la forme de réparations à effectuer aux lavoirs, de creusements des nouveaux puits. A la fin du siècle dernier, l’action de certains médecins à Tours est à l’origine d’une prise de conscience par la bourgeoisie urbaine, du danger de l’usage des eaux malsaines95. Quelques dizaines d’années plus tard, les notables ruraux chercheront à y remédier. En 1936, un rapport, lu par le Maire de la commune de Reugny, encourage l’installation de l’adduction d’eau potable dans les maisons et témoigne d’un nouvel état d’esprit et d’une volonté d’imiter la ville :

123(...) la population du bourg est d’environ 525 habitants. Son alimentation en eau est assurée par des moyens dangereux, peu commodes et primitifs soit par des puits particuliers alimentés exclusivement par la seule nappe phréatique soit une source collective nommée "la Fontaine

1241. Ces moyens sont dangereux quant à la salubrité publique. D’une part, les eaux de surface qui alimentent les puits sont continuellement exposées à la pollution du fait des fumiers, des fosses à purin et des fosses d’aisance non étanches (...). Il n’y a pas d’égouts. La source collective présente depuis plusieurs années des traces certaines d’infiltrations douteuses. Par temps de pluie, l’eau qu’elle fournit se trouble immédiatement ce qui prouve l’existence de fissures faisant communiquer la nappe superficielle avec celle qui correspond à la source précitée. Dans tous les cas, le danger de pollution est certain si ce dernier peut-être la cause d’épidémies graves en raison des microbes véhiculés par les eaux de surface. D’ailleurs, de nombreuses analyses ont été faites et toutes ont conclu à la présence de germes en raison des microbes véhiculés par les eaux de surface.

Fig. 8 Les cheminées, un dispositif pour le feu

Fig. 8 Les cheminées, un dispositif pour le feu

Type I L’âtre carrelé est légèrement surélevé par rapport au sol en terre battue. La hotte en briques repose sur deux corbeaux. On note l’absence de tablette et la faible profondeur du foyer. Cette cheminée est construite dans une annexe.
Types II et III L’âtre carrelé est au même niveau que le sol. Le contrecœur est en briques. Le manteau peut être recouvert par une menuiserie peinte, moulurée.

Beaumont-la-Ronce dessin R. Schweitz

1252. Ces moyens sont peu pratiques car la plupart des habitants sont dans l’obligation d’aller par tous les temps chercher une petite quantité d’eau à quelques centaines de mètres .

  • 96 R.C.M. Reugny, 16 août 1936.

1263. Ces moyens sont primitifs quant à la lutte des incendies. Il n’y a pas de bouche spéciale et en cas de sinistre, une seule ressource, le vieux procédé à la chaîne (...) 96.

127Les dispositifs assurant l’alimentation en eau sont qualifiés dans les années trente, de dangereux, de peu pratiques et même de primitifs ; ils présentent cependant un caractère d’utilité publique et par conséquent d’utilité pour le fonctionnement de la vie domestique. La cuisine, l’entretien de la maison, l’hygiène corporelle, la lessive sont autant d’actes exigeant la présence de l’eau. En tant que propriété de la collectivité, le lavoir et le puits peuvent jouer un rôle social pour leur usager, la femme le plus fréquemment, qui l’utilise comme un lieu de rencontre et de diffusion des nouvelles. Avec la présence d’un ruisseau ou d’une mare à proximité de la maison, ils deviennent la propriété, individuelle et perdent leur caractère social.

  • 97 Mono. EAR n° 44, Monnaie.

128La réglementation de l’eau est devenue une des préoccupations de la municipalité. Il faut distinguer l’habitat dispersé où la quête de l’eau peut être individuelle. Il n’y a pas d’adduction d’eau dans les écarts avant les années cinquante et encore aujourd’hui, certaines exploitations très isolées sont alimentées par un puits privé. L’eau est puisée dans un ruisseau ou une source proche de la maison, dans un puits pour la boisson et les usages domestiques, dans une mare pour les bestiaux. A Monnaie, l’eau est prise au puits du jardin, l’eau d’arrosage à la rivière à l’extrémité du jardin97.

129L’eau du puits privé, creusé trop peu profondément, baisse souvent en été. Le mauvais entretien des puits et fontaines publiques est souvent rappelé dans les délibérations du conseil municipal. Les fontaines sont mal défendues contre les bestiaux ou encore servent d’abreuvoirs et de lavoirs. Dans les bourgs, les puits sont infestés par les immondices et les déjections déversées dans les jardins. Le manque d’eau, la pénibilité pour s’alimenter en eau ajouté parfois à un surpeuplement, et surtout à l’absence et à la difficulté du nettoyage, accroissent l’insalubrité et favorisent les épidémies.

  • 98 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Les roches, gué d’Amont.
  • 99 Mono. EAR n° 6. Vouvray, l’Echeneau.
  • 100 Mono. EAR n° 37, Vouvray.

130Il peut s’agir d’un puits dans la cour de l’exploitation98, d’un puits commun dans la rue à quelques mètres de la maison99 ou dans un hameau, d’un puits individuel dans la cour ou dans le jardin. Lié aux possibilités naturelles, le puits est creusé jusqu’au niveau de la première nappe souterraine, affleurant sur les bords de la Loire mais profonde de trente à quarante mètres sur les plateaux. Le puits, le plus courant, à margelle circulaire, en pierre, est enfermé par un couvercle en bois. Dans le premier cas, la femme tire l’eau à l’aide d’une fourche d’environ deux mètres, plantée dans le sol, près du puits. Sur cette fourche s’articule une perche formant balancier, munie à une extrémité d’un seau et à l’autre d’un contrepoids100. Dans le second cas, elle se sert d’une poulie en bois autour de laquelle s’enroule une corde ou une chaîne terminée par un crochet, avec ou sans système de fermeture, et portant un seau à son extrémité. Par dessus, il y a une poulie où s’enroule la corde terminée par un crochet, plus souvent un arceau en fer, fixé au bâti soutenant un rouleau de bois muni d’une manivelle.

  • 101 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 132.

131Les poulies, les chaînes et les mains de fer, les tours et les roues des puits sont à la charge des propriétaires. L’entretien des cordes et des seaux sont à la charge du locataire. Dans le canton de Neuillé-Pont-Pierre, le tout est à la charge du locataire101. Ces points d’alimentation et de stockage de l’eau, dont l’isolement et l’étanchéité restent encore mal dominés, sont sous un abri naturel ou maçonné, et comportent une margelle qui peut prévenir les accidents et arrêter les déchets charriés par les intempéries. Quelques points d’eau, dont le nombre aura tendance à s’accroître au début du XXe siècle, sont munis d’une pompe que la femme actionne au moyen d’un bras en fonte, ce qui rend l’opération moins pénible. Amélioration considérable, la pompe à levier remplace la manivelle du puits.

132Avant sa consommation immédiate ou différée, l’eau est conservée dans des seaux en bois et entreposée différemment, suivant la présence ou l’absence d’un évier.

133– Lorsque la salle commune n’est pas équipée d’un évier, le seau rempli d’eau est placé dans un coin, non loin de la porte.

  • 102 Mono. EAR n° 53, Sainte-Maure.
  • 103 Mono. n° 44. Monnaie.
  • 104 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.
  • 105 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.
  • 106 Ét. 4, 1854.

134– pris dans un angle de la pièce ou à proximité du principal accès, l’évier en pierre de tuffeau, avec une margelle, supporte le seau et le godet. Quelquefois, la surface de travail est éclairée par une fenêtre ou complétée par une niche ou encore une série d’étagères ménagées juste au-dessus. Dans ce cas, le mur se trouve considérablement réduit d’épaisseur et passe de soixante à vingt centimètres, ce qui motive un appareillage très sérieux de la pierre employée102. Petit recoin dans la cuisine, sorte de placard pris dans l’épaisseur du mur-façade, il ne sert pas seulement à remiser les vieilles chaussures et les sabots. L’évier peut être éclairé par une petite fenêtre située au-dessus et le ménage y fait sa vaisselle, sa toilette. C’est la bassée, ou bassie, sorte d’évier surmonté de deux ou trois planches servant de dressoir, creusée dans l’épaisseur du mur de façade, toujours dans un petit recoin. L’évier peut être installé dans un cellier, dans une buanderie pour la toilette, éclairé par une petite fenêtre103, dans une laiterie, avec un égouttoir ayant une conduite donnant à l’extérieur ce qui permet le lavage à grandes eaux des ustensiles de la laiterie et même de faire la vaisselle. A Sonzay, un fermier, installé à La Guignière, a construit, à l’extérieur, un petit évier avec un support en bois pour se laver les mains après le travail, le nettoyage de la vaisselle se fait à l’intérieur dans une bassine. S’il n’y a pas de système d’évacuation, l’eau est rejetée par la porte et s’écoule suivant la pente naturelle du sol de la cour104. Avec un système d’évacuation, soit un simple orifice pris dans le mur, soit un siphon complété d’un tuyau de fonte, l’eau canalisée ressort dans la cour ou dans la rue105 (Fig. 9). La grille, très souvent absente, à la jonction du tuyau avec la cuvette, empêche l’obstruction par des matières solides. Progrès notable mais peu suivi, dans la cour de la propriété d’un courtier en vins, ce dernier a fait mettre un caniveau de trois mètres de longueur conduisant les eaux dans un puits perdu en moellons tendres et à secs106.

Fig. 9 L’évier et son système d’évacuation des eaux usées

Fig. 9 L’évier et son système d’évacuation des eaux usées

Beaumont-la-Ronce dessin R. Schweitz

  • 107 Usages locaux, op. cit., 1852, 1888 et 1930.

135D’après les usages locaux, le locataire répond des pierres à laver écornées ou cassées de son fait, s’il n’y avait pas quelque défaut qui en ait causé la détérioration107. Il entretient la grille placée à l’orifice du tuyau propre à recevoir les eaux du lavoir, mais non le tuyau. La soudure de jonction du tuyau à la pierre est à la charge du propriétaire.

4. Vers un éclatement de l’espace de vie

  • 108 Chombartde Lauwe, op. cit.. 1979, p. 145-146.

136Quel que soit le mode juridique d’occupation, les membres d’une famille prennent possession de l’espace intérieur, en le partageant, en réservant des pièces communes et des territoires individuels (chambre, coins, meubles, etc.). Si le plan d’occupation de la maison reproduit la structure de la famille, la disposition des objets reflètent les harmonies, les conflits, les dominances, les affinités et les rejets. L’insuffisance de place dans les logements trop exigus rend l’appropriation de l’espace difficile et conflictuelle. La proximité augmente les aspects affectifs de l’appropriation et diminue souvent les aspects esthétiques. Au contraire, les logements trop grands, dans les classes riches, permettent beaucoup de plaisirs esthétiques, donnent la possibilité d’organiser l’espace suivant les appréciations qu’on en a, facilitent l’appropriation individuelle mais augmentent les distances affectives entre les habitants108.

  • 109 Jean, Cuisenier, La maison rustique : logique sociale et composition architecturale, Paris, PUF, Et (...)

137La disposition spatiale est matérialisée par des éléments (murs, coins et ouvertures) par des meubles fixes ou amovibles, par des qualités ambiantes moins décelables. Tout dispositif spatial dissocie dans l’habitation les lieux où l’on se tient, des lieux traversés, espaces de passage permettant le doublement de la circulation. Tout le dispositif mis en place propose un mode de relations inter-individuelles (homme/femme, parents/enfants), mais induit aussi la dimension économique (espace de travail et de sociabilité large), la dimension sociale (espace d’accueil, de réception et de mise en scène ; sphère publique de représentation/sphère intime réservée aux membres de la famille). Chaque ménage conçoit son espace en le divisant, en l’organisant, et en le matérialisant. L’étude des complémentarités et des oppositions met en lumière l’interrelation entre l’espace meublé et les pratiques. La lecture des traités de construction, comme l’a fait Jean Cuisenier, met en lumière la logique sociale de la disposition et de la distribution du logement109. L’illusion de l’immobilisme de l’habitat rural s’explique en partie par la lenteur et le caractère progressif des modifications toujours onéreuses. Le mode de production agricole évolue insensiblement, mais il est ralenti par la fabrication des matériaux et la construction des bâtiments qui s’effectuent sur une base locale traditionnelle.

La bipartition (avant/arrière, dehors/dedans, propre/sale)

138Dans le bourg, les maisons s’ouvrent sur la rue à l’alignement, et sont accolées les unes aux autres, avec parfois des combles communs, ou séparées les unes des autres par une courette latérale donnant sur un jardin potager à l’arrière. L’accès intérieur est soit direct sur la rue, soit effectué par une porte latérale après franchissement d’une barrière de bois. Cet instrument de défense et de marquage de la propriété est la transition nécessaire entre le dehors et le dedans. Dans les écarts, les haies ou les bosquets qui occultent, par un effet de barrière ou de masse, une partie de la construction, sont rares. La végétation reste ponctuelle : quelques arbres, un petit verger. La cour n’est d’ailleurs pas l’extérieur, elle reste un endroit relativement clos associée aux tâches domestiques réalisées dans la salle commune : le feu avec le bûcher, l’eau avec la fontaine, les fusils ou le vieux fauteuil. La femme a ses activités aux alentours de la maison comme dans le jardin. Cette cour est très rarement fermée par un portail sauf dans la région de Vouvray, constitué alors de deux piliers et d’une forte porte en plein cintre pour les plus anciens, avec des piliers droits et un linteau de bois pour les plus récents. Ces derniers seront supprimés ou modifiés pour le passage des nouvelles machines agricoles.

139Le devant de la maison rurale tourangelle revêt souvent un caractère de représentation de soi, de signe pour autrui et obéit à certaines règles. L’atelier ou la boutique, les pièces à vivre comme la cuisine ou la salle à manger, s’ouvrent fréquemment sur la rue ou sur la place du village. Il n’y a donc pas de contradiction entre cette détermination du visible et de l’invisible et la structure du logement. La façade de la maison est aussi l’expression du rang social des habitants à l’intérieur de la communauté. Pour beaucoup, les moellons de tuffeau et la pierre de taille sont cachés par un crépi sombre, de sable et de chaux rendant les façades semblables les unes aux autres. Pour quelques-uns, la façade sur rue est recouverte d’un lierre luxuriant. Généralement, l’ordonnance des linteaux de la porte et de la fenêtre est régulière et, s’il existe un premier étage, la fenêtre est percée au-dessus de la porte d’entrée. Au contraire, l’arrière exprime un relâchement des codes formels et révèle la vie quotidienne des occupants. A l’intérieur, cette opposition de l’avant et de l’arrière s’exerce avec l’existence d’une seconde pièce destinée à la vie nocturne du couple, ou utilisée pour entasser des objets disparates.

  • 110 Gaston, Bachelard, La poétique de l’espace. Paris, PUF, 1974, 214 p.

140Les espaces de transition entre l’extérieur et l’intérieur indiquent le degré de confort et de protection de l’intimité familiale. Ils sont inexistants dans la plupart des maisons, les passants et les voisins pouvant plonger du regard à l’intérieur du logement par la porte laissée ouverte. Les maisons bourgeoises peuvent comporter une série d’espaces intermédiaires entre la rue et la pièce la plus intime. Le nombre et l’emplacement des ouvertures révèlent une double tendance au sein du groupe domestique, celle de se protéger d’autrui et le besoin naturel de sociabilité, né de l’habitude et de l’usage. Dans la journée, le vantail supérieur de l’unique porte est ouvert en permanence, soulignant la nécessité de conserver un droit de regard sur la communauté villageoise immédiate, et un pouvoir de capter les bruits et les mouvements extérieurs. Quant aux fenêtres, elles sont closes et leur appui encombré de bricoles, ce qui a l’avantage de préserver une certaine intimité domestique. Au cours de la nuit, s’accentue encore le double symbole, admirablement exposé par Gaston Bachelard, celui du nid et de la citadelle110. La maison devient le lieu de la sécurité et de l’ordre, en totale opposition avec l’espace chaotique et disparate de la rue, décrit par le notaire lochois Léonide Archambault. Contre les dangers extérieurs, contre les rôdeurs et les indésirables, le chien fait bonne garde, les fenêtres sont armées de barreaux de fer rond et de contrevents, la porte est solidement fermée par un système de verrous.

141Le seuil est consacré à la séparation entre l’intimité du dedans et les périls du dehors. Le plan de distribution le plus sommaire comporte une ou plusieurs pièces disposées en enfilade, ce qui laisse au lieu d’entrée, le rôle essentiel de réception. La porte devient le point de démarcation matérielle entre l’univers meublé et le monde extérieur, elle concentre les signes du religieux et dispose d’une ou deux marches qui limitent les salissures dans la maison. Le jeu des pièces neutres et communautaires, couloir et vestibule, amène le visiteur à ressentir un nouveau clivage dedans/dehors, une barrière qu’il ne franchit pas sans être invité. Existant uniquement dans les maisons bourgeoises, l’entrée crée un espace neutre, un sas entre le “sale” et le “propre”, permettant de filtrer les visiteurs. L’entrée isole des bruits extérieurs et des opportuns, elle distribue les pièces du rez-de-chaussée mais ne se prête guère à des rangements. Peu d’objets mobiliers y trouvent leur place : une tablette console, un miroir ou une gravure au mur, des appliques. C’est le premier signe du changement de lieu, d’ambiance et de lumière. Selon notre expérience personnelle, dès le seuil de la maison peut se mesurer la bipartition des lieux.

142L’entrée principale permet l’accès direct dans la salle commune. Aucune barrière visuelle, aucune cloison n’arrête le regard de l’étranger. Ce dernier, lorsqu’il est invité à entrer dans les lieux, est de suite plongé dans l’intimité familiale. Dans les maisons bourgeoises, l’entrée donne dans un vestibule, sorte de sas ne recevant aucun meuble. Cette entrée est un lieu pour une conversation brève et debout. L’étranger, et plus encore le familier, n’y demeure que quelques instants. Il est introduit dans la cuisine, puis montant quelques marches, vient s’asseoir dans la salle à manger. En d’autres circonstances, et après avoir franchi la palissade de la cour, contourné la maison, le familier entre directement dans la cuisine et y demeure. Dans un autre cas, l’entrée donne dans un vestibule qui distribue les différentes pièces du bas dont le salon où l’on vient s’asseoir dans un confortable divan. Pour les commerces, comme un café, après avoir traversé le bar et contourné le comptoir, l’étranger vient s’asseoir dans la salle à manger.

143La bipartition sale/propre n’est pas prise comme stratégie. La notion de propreté n’est pas encore devenue un besoin qui s’inscrit dans une stratégie de relégation du travail. Préserver l’habitat de la boue n’est sans doute pas seulement “maintenir propre son intérieur” c’est surtout instaurer une ligne de démarcation rigoureuse entre l’intérieur et l’extérieur, lieu d’exercice d’une “occupation sale”. Le carrelage, sentinelle avancée de la modernité, s’est déjà substitué à la terre battue, mais il représente le minimum des transformations et facilite l’entretien. L’entrée indépendante offre une possibilité de transition entre le sale et le propre, préserve l’intimité de la souillure extérieure mais elle est rare. C’est aussi un moyen d’égaler un statut conforme à celui des gens de la ville. Le rapport sombre/clair est accentué dans les logements anciens. Pour la communauté rurale, habituée à cette pénombre, il ne peut se résoudre que par le percement d’une fenêtre ou son agrandissement.

La conquête de l’étage

144Le double aspect de la maison tourangelle, l’un replié sur le groupe domestique, l’autre ouvert sur le voisinage, est favorisé par l’élévation du niveau de vie et la présence de zones distinctes et complémentaires sur plusieurs niveaux. La dualité du bas et du haut permet une meilleure répartition des activités : la recherche d’intimité et d’isolement est plus facilement réalisable. La maison est distribuée de telle façon que toutes les pièces à vivre sont au même niveau. Un escalier intérieur, souvent accessible par une porte indépendante, permet d’accéder au premier étage où se trouvent deux ou trois chambres et au-dessus le grenier. Il devient le seul lien entre le logement et les locaux de réserve ou du travail du rez-de-chaussée. Le grenier est directement relié à l’extérieur par la poulie qui saille de la lucarne avec une échelle, posée en permanence ou non, rarement par l’escalier de pierre placé en pignon.

145En pénétrant dans l’espace familial et social, le visiteur plonge dans une autre intimité.

146Son itinéraire peut être enfermé dans un logement exigu. Sur deux cent soixante-six maisons inventoriées, soixante-dix étant construites sur un plan de distribution élémentaire, toutes les activités étaient effectuées dans la pièce unique. Le plan traditionnel comporte deux ou trois pièces disposées en enfilade, ce qui laisse à la principale chambre à feu le rôle essentiel d’intermédiaire entre le dedans et le dehors. Liée à un développement de l’espace sur plusieurs niveaux, la disposition du bas vers le haut a été repérée dans trente-quatre maisons inventoriées. L’élévation du niveau de vie et la présence de zones distinctes et complémentaires sur plusieurs niveaux permettent une meilleure répartition des activités et une certaine intimité. Le rez-de-chaussée comprend la cuisine et les pièces à vocation communautaire. L’étage est occupé par la ou les chambres à coucher, avec un coin toilette, utilisées essentiellement le soir, avec pour certains, une ou plusieurs chambres(s) de “réserve” pour les éventuels invités, membres de la famille ou amis.

147Les zones distinctes et complémentaires sur plusieurs niveaux permettent une meilleure répartition des activités et la sauvegarde d’une intimité. Cette bipartition haut/bas définit la possibilité d’un pouvoir d’aménager et d’une symbolique de l’espace meublé. La vie sur un seul niveau peut alors se substituer à une vie sur deux niveaux : c’est la conquête de l’étage. Le ménage B. a agrandit son logement en 1960, un étage est ajouté en surélevant le toit pour permettre l’installation de plusieurs chambres à coucher. Il y a augmentation du volume de la maison, parallèlement à l’augmentation de la taille du ménage qui passe de trois à cinq individus avec la naissance de leurs enfants. Le premier étage devient le lieu privé où l’étranger ne peut pénétrer. Cette séparation des chambres et des autres pièces précède la promotion au rez-de-chaussée du salon et de la salle à manger. Changer de statut, ce peut être aussi fabriquer un nouveau logement. Germaine H., veuve et seule dans sa grande maison, vit dans les pièces du bas, bénéficiant en hiver du chauffage de la cuisinière. Au premier étage, l’atelier de tailleur de son mari est resté tel quel depuis son décès en 1971, les autres pièces sont réservées à la venue des enfants et sont chauffées épisodiquement.

148Les activités journalières se déroulent en bas dans la cuisine et la salle à manger. C’est la dissociation nette entre l’espace diurne et l’espace nocturne, l’interdit du regard étranger, l’intimité assurée. Ce “mieux vivre” que connaît la bourgeoisie locale et les gens de métier, diffère profondément du niveau de vie modeste des cultivateurs et des ouvriers de campagne qui se traduit par un repli sur soi et une distinction assez floue des espaces de vie.

L’intimité conjugale et familiale

149D’après le Moniteur des 21, 26 et 27 avril 1849, l’ordre des corps, l’ordre de la famille, l’ordre des moeurs constituent les trois piliers sur lesquels repose une société de sécurité. Lieu de l’intimité, de la fécondité et du devoir conjugal, la maison est investie d’une valeur sociale et culturelle, qui, en raison de sa possible amélioration sert à la condamnation des vices et des fléaux sociaux.

  • 111 Guy, Barbichon, Espace et sociabilité urbaine. Comparaisons culturelles France-RDA-USA, Paris, rapp (...)

150Si le repli sur la vie familiale va de pair dans certaines classes sociales avec la valorisation croissante de la sphère domestique, présentée comme un refuge et un espace d’intimité, la séparation entre celle-ci et la sphère de travail est loin d’être effective. Les transformations architecturales de la maison et des intérieurs autour de l’intimité du coucher et du couple pour constituer un espace privé et clos ne sont pas réalisées. Guy Barbichon insiste sur la matérialité des frontières de l’intimité à l’intérieur de la maison111. Le domaine privé isole une personne ou un groupe de personnes dans un champ qui lui est propre, par rapport à un entourage. L’inventaire permet difficilement de répondre aux questions sur l’intimité, de définir la notion de repli sur soi, de besoin de s’isoler de son entourage.

  • 112 Inv. 187, 1925.

151L’inventaire, dressé en 1925 à la requête de Julie L. épouse de Jean-Julien M. propriétaire dans un hameau de Chançay, établit la différence entre les meubles appartenant à l’épouse : une table, douze chaises, un bois de lit, un petit buffet et de la vaisselle, ceux de la communauté : une table de nuit, et ceux de la succession : une petite table en guignier, des tasses et soucoupes, un fusil. Cela s’applique à toutes les pièces estimées. L’épouse apporte du mobilier : table, commode, armoire, mais aussi lit de fer et literie ; de l’équipement, chaudron et trépied ; des outils, deux brouettes, une tarare, un entonnoir112. Il n’est pas possible de déterminer la place de chacun car la prisée porte sur une partie du mobilier du couchage, celle de la communauté et non pas de la totalité, encore moins celle appartenant au domestique.

152Les témoignages à ce sujet demanderaient à être approfondis : S’il y a trois enfants, les deux garçons sont ensemble et la fille dans un autre lit (Germaine H.). S’il manque de la place, trois ou quatre lits dans la pièce, parents et enfants dorment ensemble et la chambre sera distincte vers 12-13 ans telle est la situation vers 1920 (Germaine R.).

  • 113 Inv. 18, 1858.
  • 114 Inv. 23, 1860.
  • 115 Inv. 274, 1897.
  • 116 Inv. 11, 1852.
  • 117 Inv. 47. 1874.

153Comment l’intimité conjugale, qui relève essentiellement de la vie sexuelle et familiale, s’exerce-t-elle dans l’espace habité ? L’emplacement des lits renseigne sur la séparation des générations. Elle peut être effective. Pour un couple de quarante-deux ans et leur fils de quinze ans, un des deux lits est placé dans la salle commune et l’autre dans la chambre113. Pour un couple et leur fils célibataire, âgé de quarante ans, les deux lits sont dans la même pièce114. Lorsque l’enfant part, le lit non utilisé n’est pas forcément enlevé. Un couple âgé de soixante dix-sept ans et soixante-neuf ans a deux lits dans la salle commune avec et sans rideaux115 . Le groupe domestique plus complexe composé d’un couple de quarante-et-un ans et trente-cinq ans, avec une fille de treize ans et un couple de domestiques mariés, aménage son intérieur comme suit : un lit dans la salle commune et un dans la chambre, deux lits dans la seconde chambre et un lit dans le grenier116. Un ménage composé d’un couple, ses deux enfants et quatre domestiques non mariés, a placé les lits comme suit : un dans la salle commune, un pour le couple et un autre dans la chambre ; dans une chambre des domestiques, il y a deux lits pour deux domestiques et un lit dans l’écurie composé d’ un vieux bois de lit, une paillasse, une ballière, deux draps de grosse toile et une couverture de laine verte 117.

  • 118 Inv. 216, 1910.
  • 119 Inv. 223, 1920.
  • 120 Inv. 222, 1920.

154En examinant les recensements successifs, le couple, lui chauffeur de quarante-neuf ans, elle débitante de quarante-quatre ans, ont une fille de vingt-quatre ans qui a quitté le foyer deux ou trois ans auparavant. Il n’y a qu’un lit dans la chambre à coucher, lit bateau avec un matelas complété d’une table de nuit, une commode avec dessus marbre et une table de toilette et derrière dans une autre pièce, deux tables en sapin, trois tréteaux et quatre bancs118. Leur fille est peut-être partie en emportant son mobilier. Très souvent, le mobilier demeure, comme chez un couple d’une cinquantaine d’années, exploitant agricole, avec un lit dans la salle commune, un petit lit de fer dans la petite pièce à côté et un second lit dans la chambre à coucher119. Un couple de soixante-dix ans et soixante-huit ans n’a pas ressenti le besoin d’enlever les meubles après le départ des enfants, ou s’agit-t-il d’une séparation nocturne : dans une pièce, deux tables rondes avec deux lits garnis, deux armoires et deux buffets, dans l’autre pièce, un simple bois de lit et des chaises120.

  • 121 Inv. 207, 1895.
  • 122 Inv. 205. 1890.

155Une pléthore de lits est d’un usage courant. Par exemple, ce couple de cinquante-sept et cinquante-cinq ans, possède deux lits garnis avec ses rideaux, un troisième lit dans une autre pièce, mais les chambres du haut ne contiennent rien de très important121. Pour un couple âgé de soixante-neuf ans et soixante-huit ans, il y a un petit lit de fer avec sommier, matelas et un oreiller, un lit en guignier avec rideaux, dans une seconde chambre plus soignée, une table en noyer et son tapis, une commode avec dessus de marbre, un troisième lit avec une table de nuit et un quatrième lit avec le matelas et la paillasse uniquement122.

156Les progrès de l’intimité sont marqués par l’indépendance des pièces qui s’ouvrent sur un couloir d’accès, l’apparition de la chambre qui s’oppose aux autres pièces et comporte un lit et un nécessaire de toilette. Le besoin de confort naît en même temps que celui de l’intimité. Cet anoblissement de l’habitat rural rencontre un obstacle majeur, la proximité des espaces de travail.

Le degré de spécialisation

157La distribution bipartite, démontrée précédemment, et les affectations contribuent à la spécialisation fonctionnelle pièce par pièce, à la mise en place d’opposition structurant l’espace de l’habitat, dans son architecture, ses pratiques et ses représentations. Pièces en enfilade, sans dégagement extérieur, et salle commune commandant tout l’espace démontrent qu’il y a loin de la solution classique de 1900, celle du couloir central. Les pièces paraissent interchangeables et seuls, les meubles leur donnent éventuellement une destination particulière. Dans la plupart des cas, seule la “cuisine” se distingue des autres pièces par la cheminée et l’évier.

158Au regard des enquêtes et des archives consultées, le principe de spécialisation est relativement moderne. La disparition du lit dans la principale chambre à feu et celle des outils commence à être effective vers 1920-1930. Souvent, elle a été envisagée lors du décès d’un parent. Germaine H., épouse d’un tailleur d’habits, refuse de dormir dans la cuisine et le besoin de s’isoler, d’avoir une certaine intimité n’est sans doute pas étranger à son assiduité aux cours d’enseignement ménager pour jeunes filles donnés par l’instituteur de Beaumont-la-Ronce. Convaincre son mari d’enlever le lit dans la principale pièce est la suite logique pour cette femme qui a désiré l’achat d’une chambre à coucher lors de son mariage. Le mobilier de cette chambre comprend l’armoire (qu’elle aurait voulu avec une glace) un lit de milieu et les tables de chevet. Cette première révolution mobilière dans l’espace aménagé est rattachée au besoin de créer un espace spécifique, la chambre à coucher. Le lit de coin si difficile “à faire” selon les anciens est remplacé par un lit de milieu que l’on peut contourner.

159La spécialisation mise en oeuvre, la cuisine puis le salon deviennent dans les riches demeures des pièces particulières. Cette fonctionnalité des espaces permet en se combinant avec la généralisation du confort hygiénique dans le logement bourgeois, de répondre aux valeurs domestiques nouvelles. Cette séparation du public et du privé va s’affirmer, sur le plan de l’organisation de l’espace, par une tendance générale au renforcement de la différenciation fonctionnelle et de l’autonomie de chaque pièce ou partie de l’habitation. Tant que la maison ne s’élève pas d’un étage, la spécialisation des pièces, l’opposition des espaces et les séparations des activités et des individus ne sera pas possible.

  • 123 Inv. 22, 1893.

160Après le décès d’Henri B. Marie-Rosalie reste seule avec une fille de onze ans, Marie. L’inventaire révèle le degré de spécialisation avec la séparation du couple et de l’enfant, un lit dans la salle commune et un lit dans la chambre au couchant de la précédente. Il n’y a pas de rideau au lit de la principale pièce qui est d’ailleurs chauffée par la cheminée. En revanche, le second lit a des rideaux, préservant du froid plus que du regard. La pièce est éclairée par un chandelier et un bougeoir pour se déplacer, contenant huit chaises (pour trois personnes vivant en permanence), le buffet à deux corps en guignier et sa vaisselle, la maie, des couverts (dix-huit cuillers et douze fourchettes), une forte table en chêne et une horloge. L’accès à la seconde chambre se fait par cette première pièce, on y trouve une table en guignier et quatre chaises usées, l’armoire contenant vingt-neuf draps (pour deux lits soient sept changes), une autre table, un fauteuil et la garde-robe du couple123. En 1896, cette veuve de quarante-trois ans vit toujours avec sa fille mais cinq ans plus tard, Marie s’est mariée avec Émile P. ils ont respectivement vingt ans et vingt-huit ans, la mère continue de vivre avec eux. En 1906, ils ont deux enfants, Gaston né en 1903 et une fille Renée de quelques mois. Le ménage se compose alors d’un couple, ses enfants et de la mère. Trois générations et toujours deux pièces. Il faudra attendre quelques années encore pour constater l’agrandissement de la maison.

161La maison rurale présente rarement une spécialisation des pièces tant domestiques que professionnelles, les pièces communiquent entre elles, une partie du mobilier est démontable.

Le degré de sociabilité, de détente et de confort

162Le degré de sociabilité passe par une tentative de canaliser les étrangers dans des lieux précis. La variété des accès et des systèmes de circulation, unique entrée au rez-de-chaussée du bâtiment ou entrée distinct à chaque pièce, entrent en jeu. C’est la tentative de canaliser l’étranger dans des lieux précis par :

  • une chambre ou une salle commune avec alcôve, limitant le regard d’autrui sur ce qui ne doit pas être visible ;
  • des espaces de retrait différenciés liés à la chambre, la cuisine et l’arrière-cuisine ;
  • des pièces disposant d’une double circulation – par enfilade principale ou par dégagement latéral.

163Le cas observé il y a moins de dix années, d’une ancienne commerçante de B. est révélateur en ce domaine. Dans son ancien logement exigu, la vie privée voulait dire la vie avec les familiers, les très proches. S’isoler n’était pas banal pour une personne toujours au travail et on peut se demander si le souhaiter aurait été légitime et perçu comme une revendication possible. Cette revendication demeure marginale pour cette femme qui continue de vivre en permanence dans la cuisine, bien que son logement se prête à une séparation famille et étrangers avec une salle à manger et un étage. Cet ancien dispositif spatial est partiellement adopté par sa fille dans son nouveau logement, démontrant la continuité de certaines formes de sociabilité.

164Au milieu du XIXe siècle, recevoir voisins, amis, étrangers n’exige pas forcément, un espace particulier, le coin de la cheminée suffit. A la promiscuité voulue ou contrainte, propre à décourager toutes aspirations à l’intimité et l’émergence même de la notion de la vie privée, s’ajoutent un mode de socialisation passant d’abord par la famille propre.

  • 124 Berland, op. cit., t. 2, 1909-1902, p. 26 et 27.

165Les longues soirées d’hiver se passaient devant et autour de cette vaste cheminée, près d’un bon feu de chêne qui pétillait dans l’âtre. Mon grand-père et mon père écossaient des haricots, ma grand-mère et ma mère tricotaient des bas et moi, blotti dans le coin à gauche, j’étudiais ma leçon du lendemain à la lumière blafarde d’une chandelle de résine collée dans une tige de fer, à la cheminée, je peux montrer encore sur mes livres de classe de ces années là des taches jaunes, provenant du pétillement de cette matière servant à l’éclairage populaire124.

166Les veillées insèrent le groupe domestique dans les limites de la maison et le maintiennent tourné vers lui-même, vers sa tradition et son code moral. Le folkloriste Jacques-Marie Rougé décrit une veillée tourangelle.

  • 125 Jacques-Marie, Rougé, “Une veillée d’autrefois dans une chaumière des plateaux”, Aux beaux pays de (...)

167Éclairée avec un oribus fiché au mur par deux fourchettes en fer, les convives mangent dans des bols en buis, la soupe est servie dans une soupière en étain, une vieille femme file avec une quenouille, la bru tourne la manivelle du rouet et l’enfant pelotonne le chanvre sur le “travouille” ou le dresse sur le chevalet125.

168A la fin du XIXe siècle, la veillée est toujours l’occasion de réunir les différentes générations, mais le filage est remplacé par les travaux de couture et de raccommodage pour les femmes. Les hommes fabriquent des paniers ou des balais, réparent leurs outils. Elle est aussi synonyme d’entraide entre voisins qui viennent énoller, casser des noix, sur la longue table de la salle commune ou sur des petites planches individuelles en chêne dont on peut voir un exemplaire au Musée des arts et traditions populaires de Chinon. L’énollée, c’est l’invitation de la famille et des voisins à la préparation des noix, prétexte à des réunions, chants et suivis d’un dessert à la fin arrosé d’un vin chaud. C’est le temps de la détente et du travail. Le logement est saisi en tant que lieu d’accueil des voisins et il n’y ait alors plus question de séparation nette de l’espace privé avec l’extérieur. C’est aussi l’occasion de soirées “d’histoires” tout en économisant l’éclairage durant les longues soirées d’hiver.

  • 126 Archambault, lettre “la poésie”.

169J’aime les veillées à la campagne (...) Il m’est arrivé souvent lorsque les paysans fussent convaincus que je ne me moquais pas d’eux, d’écouter les récits des faits surnaturels qu’ils aiment à parler tout en redoutant. C’était souvent le père de famille qui prenait d’abord la parole, un voisin continuait le récit puis chacun racontait son histoire (...). C’était l’âme d’un réprouvé qui, sous la forme du feu follet, courait après les voyageurs de nuit pour demander des prières. C’était le cavalier poursuivi à travers les champs par les loups que le meneux – le mauvais – avait déchaîné ou le mele – le diable – qui ensorcelle (...), ou bien encore la rencontre des lavandières de nuit qu’il ne faut jamais interrompre dans leur travail sous peine de mourir dans l’année. Les enfants tremblaient et ouvraient tout grand les yeux que le sommeil s’acharnait à fermer. Les grand-parents étaient recueillis et silencieux et lorsqu’il s’agissait de partir pour regagner le logis, ils se faisaient la conduite sans avouer que la solitude les effrayait 126.

170Lentement, la maison tourangelle perd son caractère social et les hommes du bourg, bien plus que ceux des hameaux environnants, passent leurs soirées au cabaret, mettant les femmes dans l’impossibilité de se réunir, en dehors du marché, du puits ou du lavoir. Dans les cabarets, l’homme goûte à de nouveaux breuvages, échange des idées d’ordre économique, social et politique, commente les événements du pays, parcourt les journaux tels que la Dépêche du Centre, la Touraine Républicaine ou le Petit Journal de Paris (Gaston P.). Il se détend, en jouant aux cartes, au jacquet et au tric trac, aux dominos, au nain jaune et au billard. Selon Georgette G., ancienne cabaretière, l’ambiance est dominée par le fort brouhaha des conversations et de la musique provenant d’un piano mécanique, installé au fond de la salle. Les formes de sociabilité domestique évoluant, les veillées au coin de l’âtre laissent la place aux soirées dans les cabarets, à la participation à des séances musicales ou artistiques. Seul l’homme en profite et cela a pour conséquence un repliement un peu plus important des femmes, rivées à la maison et à la surveillance des enfants.

171L’enfance de Léon Berland s’est déroulée dans une auberge de Veigné, au sud de la Loire.

172Au premier étage, se trouvait la salle de billard, ah... c’était un billard celui-là, par ses dimensions, une queue de deux mètres était nécessaire (...) quatre quinquets à huile fumeux et empestants, d’un modèle ancien, appliqués contre les murs, en assuraient un éclairage douteux qui ne pouvait soutenir aucune comparaison avec l’éclairage électrique (...)

  • 127 Berland, op. cit., t. 2, 1909-1912, p. 26-27.

173Pendant l’hiver, surtout les notables du pays se donnaient rendez-vous autour de ce colossal billard et y jouaient des parties intéressées127.

174La détente et la rencontre sortent du lieu privilégié qu’est le foyer domestique. On s’amuse entre hommes. Les réceptions sont inexistantes, les visites de parents épisodiques, au premier de l’an ou au carnaval, avec réciprocité dans l’année (Germaine H.). Il faut attendre les grands événements familiaux, communion ou mariage, pour réunir la famille au sens large. Si les veillées ont lieu autour de la cheminée de la salle commune, pour les réunions marquantes, le choix se porte sur la grande chambre où est installée une table recouverte d’une nappe avec les serviettes et la belle vaisselle (Renée C.).

  • 128 Inv. 150, 1880.
  • 129 Inv. 195, 1895.
  • 130 Inv. 35, 1868.
  • 131 Inv. 189, 1925.
  • 132 Inv. 83. 1859.

175La détente, ce peut être la lecture encore peu répandue dans les campagnes. Dans les inventaires, sont prisés une collection du journal du Jeudi en deux volumes reliés128, quelques brochures et cinq feuilletons découpés129, divers livres sur un dressoir et huit bouquins toujours dans la salle commune130, un dictionnaire de Larousse dans la cuisine d’un comptable131, une importante bibliothèque chez un curé, ou encore, chez une distributrice de la poste, une belle bibliothèque en acajou ornée de différents ouvrages historiques, classiques et bouquins, avec un accordéon et sa boîte, les arts, musique et littérature, y sont associés132. Tout le reste de l’ameublement mérite d’être décrit, accentuant le besoin de détente et de confort : bois de lit en acajou, commode en acajou avec dessus marbre, pendule à sujet en faux-bronze, rideau en mousseline brodée, canapé rouge en bois de merisier, le tout agrémenté de petits tableaux et de trois statuettes en plâtre.

Le degré de confort “hygiénique” et de luxe

176Des remarques précédentes, on peut en conclure que l’exiguïté est constante et le confort quasi inexistant. Résultant de l’absence de caves ou de vides sanitaires et de l’emploi de matériaux bon marché, l’humidité est omniprésente, du faible nombre de baies constamment fermées, l’obscurité est générale. La pompe à eau, ou le puits, sont généralement situés au milieu de la cour, parfois commun à plusieurs maisons du bourg. Les espaces collectifs sont constamment engorgés : excréments et immondices s’étalent dans les espaces semi-publics, devant les maisons. Trouve-t-on, à l’intérieur de l’habitation, des espaces où le confort et l’hygiène sont la règle ?

  • 133 Philippe, Perrot, “De l’apport au bien-être. Les avatars d’un superflu nécessaire", Goubert, Jean-P (...)

177Le repli sur l’intimité familiale caractérisé par l’absence d’étrangers, – domestiques ou ouvriers – et par une cellule domestique restreinte ne s’accompagne que rarement d’une recherche d’un “confort” hygiénique et d’un luxe. Celle-ci apparaît à partir du milieu du siècle dernier dans la conception du logement bourgeois. Elle renvoie le plus souvent au superflu et à l’inaccessible133.

178L’apparition du cabinet d’aisance privatif et de la salle de bain suppose comme préalable la mise en place des conditions techniques nouvelles et témoigne également de la transformation des mentalités. Il n’en est rien dans les campagnes tourangelles où l’adduction d’eau potable sera réalisée vers 1950. Pas de local approprié aux seuls usages de la toilette, seulement quelques ménages placent une fontaine ou fontaine-lavabo dans un corridor ou dans la cuisine. Il est moins coûteux de rajouter du mobilier spécifique que de repenser la structure d’ensemble de l’habitat, ce qui suppose une restructuration des rapports familiaux.

  • 134 Inv. 248. 1920.
  • 135 Inv. 89, 1869.
  • 136 Inv. 273.1897.
  • 137 Inv. 218, 1910.
  • 138 Inv. 221, 1920.

179Au début du XXe siècle, certaines maisons bourgeoises sont équipées dans les chambres ou les cabinets d’un mobilier de toilette comprenant une table en bois blanc, pouvant être recouverte d’une toile cirée, une cuvette et un pot à eau, une glace et un petit placard en bois blanc134. Presque tous ces ustensiles de toilette se trouvent, soit dans une des pièces du premier étage, soit sur un palier, toujours au premier étage. Le nécessaire de nettoyage – avec une fontaine en pierre et son bassin, un balai, deux seaux et leurs godets, trois essuie-mains et un torchon – est rangé en bas dans la salle commune135. Au premier étage, on trouve un lavabo en fer émaillé d’une valeur de quinze francs. En sachant que l’armoire vaut vingt francs ou un secrétaire en marqueterie avec dessus de marbre également vingt francs136, c’est une somme importante qui fait hésiter nombre de ménages. Un cafetier a installé sur le palier une vieille table-bureau avec une cuvette et son pot, un broc à eau 137, ou une épicière a placé dans une des chambres, une table en bois blanc, une cuvette et un pot à eau, non loin des deux lits138.

  • 139 Inv. 75, 1853.
  • 140 Inv. 136, 1878.

180Leur répartition dans la maison révèle une organisation rationnelle et une pratique de l’hygiène du corps que les deux exemples suivants illustrent parfaitement. Chez le curé du petit village de Saint-Aubin-le-Dépeint, à proximité de la cuisine, sont placés dans le corridor une fontaine en faïence et son bois, au premier étage, dans une des chambres deux cuvettes, un pot à eau et un cadre doré, dans le corridor un vase de nuit139. Chez un juge de paix, il y a dans toutes les chambres du premier étage, la table, la cuvette et le pot à eau, et dans un cabinet de toilette, deux toilettes en bois blanc peint et leurs garnitures, huit francs, une petite table guéridon et une autre, cinq francs, trois chaises paillées, trois francs, trois glaces, six francs, un poêle, trois francs, une baignoire et son appareil de chauffage cinquante francs140.

181La “salle de bains” est le privilège d’une minorité aisée. La baignoire se veut un meuble mobile sans emplacement fixé. La bourgeoisie rurale du XIXe siècle polarise son attention hygiéniste moins sur les soins du corps lui-même que sur tout ce qui l’entoure et tout spécialement sur l’espace domestique. Les dispositions spatiales nouvelles assurent l’hygiène du logement. Les bâtisseurs portent une attention nouvelle non seulement à l’aération des pièces et à leur volume d’air, mais surtout à la ventilation des habitations. L’hygiène spatiale devient un élément constitutif du logement bourgeois avec l’usage de la “chambre à coucher”, de la cuisine et des zones de circulation : corridor, couloir.

182Le cabinet d’aisance reste inconnu, des fosses et des latrines communes sont creusées dans les jardins, toujours aménagées sommairement. Chacun porte ses excréments dans des seaux à travers le logement pour les déverser dans la cour, ou dans une fosse creusée à cet effet. Une simple cabane de bois, construite à la hâte, au fond du jardin, suffit à se cacher des regards indiscrets, les vases de nuit sont vidés tôt le matin, dans le ruisseau traversant le village ou sur le fumier entassé dans la cour.

183Chez un courtier en vins à Vouvray, l’état des lieux donne une description précise du cabinet d’aisance, beaucoup plus élaboré que dans bien des exploitations agricoles.

  • 141 Ét.4, 1854.

184A l’angle sud-ouest de la cour, (il) est construit en pierre de taille de pays dont le toit en pavillon de charpente en chêne est couvert d’ardoises. L’entrée est formée d’une porte pleine peinte à l’huile fermée de crochet, piton, targette, crampon et deux gonds. Le siège est en pierre de pays, le dessus du siège est en bois en partie pourri. L’aire et le seuil sont composés d’une seule pierre dure141.

185La lutte contre la saleté et la puanteur est d’autant plus difficile qu’il y a pénurie d’eau dans l’espace public et l’absence d’eau courante dans l’habitation.

  • 142 Inv. 288, 1917.
  • 143 Inv. 2, 1850.
  • 144 Inv. 36, 1858.
  • 145 Inv. 82, 1859.
  • 146 Inv. 156, 1890.

186La promiscuité, si caractéristique de l’habitat rural, prévaut sur une recherche esthétique, toujours sommaire. Cette décoration, ce peut être une grande chromo avec son cadre représentant la revue du quatorze juillet près de la cheminée142, des rideaux aux fenêtres, des cadres à photographies, une glace dorée avec quatre tableaux représentant des groupes militaires143, neuf tableaux en bois peint avec des sujets religieux144. Une recherche décorative, plus perceptible, reste exceptionnelle une glace à cadre en bois sculpté et deux vases en porcelaine145, ou encore, un christ en bronze, deux tableaux peints sur toile, une glace, une pendule, un globe, deux vases, deux petits sujets en bronze, une étagère avec un lot de petits bibelots, un porte-cigares à musique, six petits cadres et gravures dans la chambre à coucher d’un propriétaire de Rochecorbon en 1890146. Le logement dit “bourgeois”, plus spacieux, permet les plaisirs esthétiques, donne la possibilité d’organiser l’espace suivant les représentations qu’on en a, facilite l’appropriation individuelle, mais augmente aussi les distances affectives entre les habitants.

  • 147 Inv. 136, 1878.

187L’exemple extrême est donné par l’aménagement de la maison d’un juge de paix en 1878147, féru de musique avec un piano, tabouret et porte-cahier, attiré par l’exotisme avec deux assiettes en vieux chine, deux coupes du Japon, une cafetière en faïence du Japon, appréciant le mobilier en bois précieux, l’acajou d’une console placée dans le vestibule, d’une commode, d’un lit dans la chambre perse, d’un lit avec une table de nuit, d’une armoire à glace, d’une commode-toilette, d’un secrétaire et de deux fauteuils dans la chambre de réserve, le palissandre d’une table, d’une armoire à glace, d’une table de jeu et d’une table de milieu, le bois de rose, d’un chiffonnier-secrétaire, détenant de l’argenterie, deux cafetières, dix-huit couteaux, une truelle, un couvert à salade, une cuiller à beurre, un cuiller à ragoût, trois coulants de serviette, une cuiller à potage, une cuiller à sucre et une pince à sucre, un couvert d’enfant sans marque, douze cuillers à café avec marque J.B., six marqués H.J., quatre cuillers à café marqués N.W., quatre couverts marqués V.A., douze couverts marqués J.S., six avec E.B., prenant plaisir à goûter les vins et liqueurs de sa cave, vin rouge et blanc ordinaire, vin de Joué, de Bourgogne, de Bourgueil et Bordeaux, de Vouvray, d’Espagne. (...), vin de domestique, rhum vieux, cognac et kirsch. Confort, plaisirs de la table et érudition vont de pair. La bibliothèque en acajou comprend soixante-cinq volumes de droit et de littérature : annales du juge de paix, lois et décrets, oeuvres de Voltaire, de J.-J. Rousseau, Thiers, La Fontaine, Bérenger, Balzac, histoire de Francastel...

188Comme la conquête par l’habitant d’espaces naguère alloués au travail, comme la “mise au propre” de l’habitat, l’introduction du confort a des conséquences sur la structure de la maison.

5. S’approprier l’espace

189L’étude des modèles spatiaux permet d’atteindre les différents modes de vie et les rapports sociaux traditionnels en milieu rural. Elle révèle le niveau de vie, le degré d’acculturation ou d’adhésion aux nouvelles valeurs, d’ouverture à l’ensemble de la communauté villageoise, de réceptivité à la modernité. Le principe de découper l’espace domestique pour mieux le percevoir et le caractériser, montre que les différences étaient structurées. Toutefois, ces différences reposent presqu’entièrement sur l’objet, qu’on vienne à l’enlever et les pièces redeviennent des locaux anonymes.

  • 148 Chombart de Lauwe, op. cit., 1979, p. 141-150.

190L’appropriation d’un lieu se fait en référence à l’identité du groupe domestique. Chombart de Lauwe a bien démontré que l’appropriation de l’espace n’est pas un acte individuel isolé. Elle est sociale par excellence car les objets et leur disposition dans l’espace sont porteurs de messages. Cette appropriation est communication. Elle est profondément marquée par les rapports sociaux, l’ensemble des structures sociales, les idéologies148. Il y a donc la notion d’identité et de relation avec autrui qui se reflète dans l’organisation de l’espace. L’image de la maison rurale en Touraine se confond avec l’idée de longévité, l’instinct d’appropriation personnelle, la marque de la communauté villageoise et le continuel souci d’apparence.

191La maison est un produit plus ou moins ancien, souvent antérieur à 1850, somme de relations plus ou moins complexes, des disponibilités du milieu naturel local et des exigences techniques de la collectivité. La maison troglodytique est sans doute un des modèles les plus anciens, témoignant d’une vie traditionnelle révolue et reproduisant la misère d’une société rurale, de plus en plus influencée par les propos de la bourgeoisie locale qui, elle-même, emprunte ses opinions et ses goûts aux citadins et aux hygiénistes. A la fin du XIXe siècle, le mode de construction évolue simultanément avec l’afflux de nouveaux matériaux : l’ardoise angevine devient concurrentielle grâce à l’implantation du réseau ferroviaire ; un nouveau degré d’élaboration de l’agencement interne inscrit une seconde pièce d’habitation.

192Face à l’espace public, la maison se dresse comme catégorie distincte, dans laquelle le groupe domestique appose sa marque de multiples façons. Au cours de son existence, la communauté conjugale peut être amenée à l’agrandir, à la modifier et à la réparer, ce qui suppose une insertion profonde de la vie des occupants dans la maison. Cette maison est d’abord le domaine de la femme : c’est le lieu où elle travaille, où elle élève les enfants, où elle commande éventuellement la domesticité, où elle prépare les repas. Elle règne sur tout l’espace domestique, n’en concédant à l’homme qu’une partie dans laquelle il range ses outils ou stocke ses récoltes. En certains cas, le besoin de considération s’accompagne d’une recherche de luxe. Le souci accordé à l’apparence de l’habitation et à la décoration des pièces de réception atteint essentiellement les ménages exerçant une profession de premier plan, tel le juge de paix, ou une responsabilité à l’échelle de la commune (cas n° 28 à 32). Cette fonction d’apparat répond à la nécessité d’observer un schéma de sociabilité déterminée, c’est aussi une approche de la maison “idéale” des hautes sphères de la société.

193Espace de vie par excellence, la maison tourangelle contient chez les plus aisés, en plus du mobilier utilitaire, l’équipement du foyer, le(s) lit(s), les éléments de rangement, un mobilier superflu de détente et de loisirs.

194Les deux premières catégories d’aménagement, la maison troglodytique et la maison à pièce unique, relèvent du mode de vie d’une catégorie sociale constituée de journaliers et de cultivateurs ou vignerons. Le journalier, homme sans spécialité à la recherche incessante d’un travail, se préoccupe modérément de son intérieur domestique et c’est dans sa maison que l’observateur pourra détailler l’équipement sommaire mais suffisant de la fin du XIXe siècle. Chez les commerçants, les artisans et les individus exerçant une profession libérale, il pourra détailler un mobilier où l’utile et le confort sont étroitement liés. Considérés, à juste raison, comme les agents de la nouveauté, ouverts au marché extérieur, les habitants du bourg se réservent des espaces de vie commune et des espaces d’intimité, où l’isolement et le travail personnel peuvent s’exprimer.

195La maison bourgeoise apparaît comme le modèle parfait de la dissociation des espaces. C’est par la suite que se dessinera l’idée d’un lieu spécifique de résidence, susceptible d’être appropriée et valorisée par la cellule domestique, perceptible dès 1920-1930 dans les milieux les plus aisés. Sa naissance se rapporte d’une part, à la structure du groupe domestique – le groupe conjugal – et d’autre part, à la distinction encore hésitante et imparfaite entre le lieu et le temps de travail, le lieu et le temps de non-travail plus que temps de loisirs.

L’espace troglodytique ou la marginalité149

  • 149 Ce texte a été publié. Arlette Schweitz, op. cit., 1985, p. 265-294.

196La distribution interne de l’habitation troglodytique est simple mais le ménage peut être amené à agrandir ou à modifier son espace de vie, au fur et à mesure que l’incommodité se fait plus durement ressentir. D’une simple cellule, l’espace troglodytique devient plus complexe pour répondre à la fois aux exigences de la séparation entre maîtres et domestiques, aux améliorations du confort ménager et de l’accueil des membres de la famille. Au début du XXe siècle, certains ménages ajoutent à un local creusé dans le rocher une construction bâtie, avec ou sans communication directe. D’après les inventaires après décès, trois types d’aménagement de l’espace troglodytique sont relevés :

  • L’espace domestique simple est totalement pris dans la roche, ou délimité par une façade maçonnée ;
  • L’espace domestique complexe regroupe le logis et plusieurs locaux destinés au stockage ou à la protection du bétail ;
  • L’espace domestique mixte résulte de la combinaison d’un local creusé dans le rocher et d’une construction. Le foyer à usages multiples (cuisson au four et dans l’âtre, éclairage, chauffage) coexiste avec le simple poêle, produisant une chaleur d’appoint.

197Gaston Bachelard associe la maison au double symbole de la citadelle et du nid. L’intérieur troglodytique offre bien ces caractères : sa forme imposée par la morphologie de la roche est ramassée et organisée pour assurer le déroulement des activités domestiques.

198L’accès à cet espace privé et intime est rarement marqué par le franchissement d’une clôture ou d’une cour, et généralement l’entrée principale s’ouvre directement sur le chemin et sur le voisinage. Pour remédier à l’absence de barrière, il est d’usage de s’isoler du sol ou, au contraire, de s’y insérer profondément au moyen d’un escalier de petite volée. Afin de s’abriter du froid et des intempéries et se mettre à l’écart, l’unique fenêtre, basse et étroite, est close, armée de barreaux et parfois cachée par un massif de fleurs. Son appui est souvent encombré d’accessoires, ce qui accentue ce désir de préserver l’intimité. Dans la journée, le vantail supérieur de la porte est ouvert en permanence, pour mieux contrôler les bruits et les mouvements du voisinage immédiat. Au cours de la nuit, la porte est solidement fermée par un verrou et le chien fait bonne garde contre les éventuels dangers extérieurs, les rôdeurs et les indésirables (Fig. 10).

Fig. 10 Les relations de voisinage et de parenté dans une rue d’habitations troglodytiques

Fig. 10 Les relations de voisinage et de parenté dans une rue d’habitations troglodytiques

source : Musée des A.T.P.

199Un des atouts majeurs mais aussi un des inconvénients de l’habitat troglodytique est la remarquable stabilité thermique qui règne à l’intérieur des “caves demeurantes”, où la température se maintient généralement entre dix et quinze degrés tout au long de l’année. La température varie faiblement, elle augmente légèrement lorsque le rocher exposé au sud accumule la chaleur et elle diminue progressivement lorsque les salles s’étendent loin sous le coteau.

200La façade de la cave demeurante est composée d’une paroi appareillée, parfois intégrée à une partie rocheuse épargnée lors du creusement, avec un nombre restreint d’ouvertures : portes, fenêtres, niches, etc. La façade est généralement réalisée avec des matériaux résultant du creusement de l’excavation. Celle-ci est fréquemment protégée par une avancée rocheuse qui permet une protection efficace contre les intempéries et les chutes de pierres. Les fenêtres sont peu nombreuses, de dimensions modestes, souvent une seule ouverture est percée près de la porte et de la cheminée, pour éclairer et aérer la salle, évacuer la fumée des cheminées dont le tirage est défectueux.

201A chaque besoin élémentaire correspond “un lieu” ou un “groupe de lieux”. Certaines tâches domestiques doivent être accomplies à proximité du foyer, d’autres travaux sont salissants et risquent de causer des dégradations, d’autres encore nécessitent de la place ou de la clarté. L’analyse de l’aménagement interne de l’espace troglodytique, à partir du foyer, du “mobilier de support” et du “mobilier contenant” révèle des zones spécifiques selon les sexes et selon les comportements.

202Pour lutter contre le froid et l’humidité ambiante, la femme doit continuellement alimenter le feu. Du reste, l’image de l’âtre et de ses alentours a profondément marqué la mémoire des anciens. La plaque de fonte, nue ou décorée, protège le contrecoeur et renvoie la chaleur du foyer, à une crémaillère à dents est pendue la marmite ou tout autre récipient muni d’une anse ; des bûches, des bourrées ou des sarments de vigne, reposent sur des chenets. Un soufflet peut être accroché dans l’angle, en compagnie de la pelle à feu, de la balayette et des pincettes. Une boîte à sel est accrochée sur un des côtés, préservant le contenu de l’humidité. Un fourneau à braises creusé dans le rocher, ou un fourneau portatif appelé cagnard, permet le réchauffement du repas de la veille. La provision de bois à brûler est entassée dans une autre cave ou dans la cour ; elle est transportée jusqu’à la maison où elle est entreposée à même le sol carrelé, non loin du feu.

203La tablette de la cheminée, à hauteur d’appui, est encombrée d’objets hétéroclites, ayant pour caractéristiques communes de pouvoir être déplacés en différents points de la pièce et d’être employés par les différents membres de la maisonnée. Le ménage y dépose la boîte enfermant les allumettes, le réveil, les verres à boire ou les tasses, le matériel d’éclairage, les outils et les fers à repasser. Au cours de ses longues journées de labeur, la maîtresse des lieux prélève l’eau chauffée dans la marmite, se réchauffe quelques instants durant les hivers rigoureux, prend le chandelier en cuivre ou en tôle lorsque l’obscurité devient trop profonde, vérifie l’heure de peur de se mettre en retard pour l’heure du repas. Cette fonction purement domestique de la cheminée est très souvent complétée par une fonction spirituelle et commémorative qui peut être perçue par la présence des photographies rappelant les principaux événements de la parenté proche, des succès scolaires ou d’un passage sous les drapeaux, des images et des objets pieux.

204Plongée dans une semi-obscurité, l’habitation troglodytique est éclairée au moyen de chandeliers, tout au long du XIXe siècle. Seul, le nombre de luminaires compense en partie le refus de modernité que pourrait exprimer l’absence de l’emploi d’une lampe à pétrole ou d’une lampe à essence. Pour augmenter la clarté et atténuer les effets du mauvais tirage de la cheminée, la porte est laissée ouverte.

  • 150 Inv. 131, 1854.

205Sur une des parois latérales, le coin “sale” et humide est souvent caché derrière la porte. Tout le matériel de cuisson (une ou deux marmites et quelquefois un pot à bouillon et des casseroles), est rangé à même le sol avec une seille remplie d’eau et son godet 150. L’eau est utilisée avec parcimonie pour la rapide toilette du matin, l’entretien de la maison, la vaisselle et la cuisine. A peu de distance de la cave d’habitation, le puits, creusé dans le rocher, joue un rôle social pour l’usager, la femme plus fréquemment, qui en dispose comme d’un lieu de rencontre et de diffusion des nouvelles du village (Fig. 11).

206Contrairement à la maison du notable tourangeau, les locaux ne sont pas affectés à une activité unique et spécifique. L’exiguïté de l’espace troglodytique conditionne la forme et la taille du mobilier, les contraintes de fonctions déterminent son usage.

Fig. 11 Le puits, lieu de rencontre et de diffusion des nouvelles.

Fig. 11 Le puits, lieu de rencontre et de diffusion des nouvelles.

source : Musée des A.T.P.

207L’espace familial et l’espace de travail sont étroitement liés. Pour remédier à l’absence d’une remise, le ménage range les outils, le matériel vinaire et de la lessive dans la pièce principale. Pour pallier l’absence d’un espace de stockage particulier, les denrées alimentaires (l’huile de noix, les fruits séchés) qui requièrent de la chaleur et de la sécheresse, les objets qui craignent une très forte humidité sont regroupés en ce même endroit. Cela accentue l’image d’entassement plus ou moins désordonné ; plus le nombre de caves est élevé, plus les possibilités de choix des lieux de rangement augmentent.

  • 151 Inv. 165, 1899.

208Le sens de la réception s’exprime à la fois par la pratique des veillées et par l’apparition de la chambre de réserve, pièce destinée aux gens de passage, principalement les membres de la famille. Cette hospitalité nouvelle se double d’une recherche de luxe, la chambre doit attirer le regard, alimenter un certain rêve domestique qui, à bien des égards, copie l’intérieur du notable local. Sur la tablette de la cheminée trônent la pendule à sujet doré, la couronne de mariée posée sur un socle en bois et protégée par un globe, les flambeaux à bobèches. Un carafon et six verres peuvent être exposés sur un plateau, de façon à accentuer la conformité aux normes bourgeoises151.

  • 152 Roux, op. cit., 1976.

209Dans le courant du XIXe siècle, le tourangeau cesse de percevoir l’habitation troglodytique comme un espace sécurisant et conforme aux usages locaux, pour ne plus ressentir que le poids des frustrations qu’elle impose par son exiguïté. L’usage de cette forme d’habitat arrive à son terme puisque, d’après les inventaires après décès, la pauvreté et la vieillesse caractérisent ses occupants. L’espace troglodytique a rempli sa fonction primaire, celle d’habiter, et il devient aux yeux des hygiénistes synonyme de tanières. La tanière des paysans, évoquée par La Bruyère, ne mérite sa dénomination que parce que s’est développé un mode citadin raffiné, qui crée, en le révélant, le scandale de la différence des manières d’habiter152. Il fait naître chez certains la désapprobation qui peut aller jusqu’à la répulsion, ce qui conduit à son abandon progressif et définitif. Le cas de la rue des carrières à Beaumont-la-Ronce est intéressant à plus d’un titre. Des habitations creusées dans le rocher, enchevêtrées les unes aux autres, avec des avancées et des reculs, s’y échelonnent tout au long. Vers 1920-1930, elle est jugée comme une rue mal famée et soigneusement évitée par le reste de la communauté villageoise. Aujourd’hui, cette forme d’habitat sert toujours de références aux informateurs qui y voient la parfaite illustration de l’inconfort, de la promiscuité et de l’absence d’hygiène.

210La précarité et la marginalité de l’existence des habitants de la me des carrières sont discernables dans les propos de Gaston P. ancien cultivateur à Beaumont-la-Ronce.

211On ne peut pas dire que ce soit des mendiants. Ils n’avaient pas de vieillesse assurée puisqu’il n’y avait pas d’assurance (...) Ils avaient un bourricot ou n ’importe qui logeait avec eux dans la même pièce (...).

212Des ménages, avec trois ou quatre enfants, tiraient leurs subsistances de la fabrication des balais. Sur le devant de leurs maisons, les hommes liaient des branches de bouleau avec de la ronce, plus tard avec du fil de fer. Ils les acheminaient ensuite sur le bât d’un baudet, vers les casernes de Tours où ils les vendaient pour les corvées des cuirassiers. Au retour de la ville, les hommes dépensaient souvent les maigres ressources tirées de cette vente dans les cabarets des villages traversés, sans se soucier des besoins de leur famille. L’habitation troglodytique et ses formes témoignent d’une vie communautaire très forte, fondée notamment sur une production marginale, telle que les balais à Beaumont – la-Ronce ou la vannerie à Villaines-les-Rochers, et des relations de voisinage et de parenté privilégiées.

  • 153 Inv. 240, 1900.

213L’aménagement de la maison troglodytique résume parfaitement un mode d’habiter empreint de traditionalisme, celui qui, à cause de l’exiguïté des lieux, consacre peu de place à la vie conjugale. La journée se déroule au-dehors, dans les champs et les vignes, et les activités domestiques sont dispersées. Les annexes, creusées dans le rocher et séparées les unes des autres, contiennent du linge, des provisions et des outils, ce qui obligent les occupants à passer continuellement d’un lieu à un autre, du dedans au dehors, chaque fois qu’un besoin nouveau se fait sentir. Plus on s’approche de la fin du siècle dernier, plus l’habitation troglodytique devient l’espace de vie marginal, il n’est plus question de profiter de l’extraction de la pierre locale, et par conséquent d’agencer à peu de frais son logement, choix fréquent dans certains milieux peu fortunés, notamment chez le closier (ouvrier agricole vigneron) et le journalier. Le faible coût de la construction ne semble plus être l’élément essentiel intervenant pour cette minorité, mais bien une marginalité voulue ou forcée. L’habitation troglodytique répond à la grande pauvreté du ménage, à des circonstances familiales particulières et au refus du relatif confort de la maison bâtie. Après le décès de son épouse, Pierre L., retraité des chemins de fer de la Compagnie du Paris-Orléans, décide de quitter la région sarthoise pour s’installer dans une cave d’habitation, située à Saint-Paterne-Racan. Il meurt en 1900, en léguant à ses enfants un mobilier sommaire composé d’une lampe et deux chandeliers, d’une garniture complète de l’âtre, d’une table et trois chaises, d’un lit en bois blanc garni, d’une vieille maie, d’un vieux buffet et d’une vieille horloge153.

  • 154 Inv. 240, 1900.

214Cette forme d’habitat est susceptible de recevoir des aménagements particuliers, soit par l’établissement d’une cloison légère, soit par des adjonctions ultérieures. La présence ou non d’une cloison n’est pas décelable à travers l’analyse des inventaires après décès. En revanche, le remodelage de l’espace à la convenance du ménage peut être éventuellement précisé. Au début du XXe siècle, un certain nombre d’habitations troglodytiques de l’échantillon s’écartent du plan traditionnel : deux caves équipées d’une cheminée et indépendantes l’une de l’autre complétées par des dépendances creusées dans le rocher. Afin sans doute de limiter la cohabitation, un couple de vignerons a installé la domestique, âgée de vingt-six ans, dans une des deux chambres creusées dans le rocher, se réservant l’autre pièce. La pauvreté conjuguée à l’étroitesse des lieux interviennent dans le choix du mobilier marqué par une relative simplicité et un certain traditionalisme. Dans la première cave d’habitation, l’essentiel est composé d’un mobilier modeste : un lit, deux tables et des chaises. La seconde cave, vraisemblablement occupée par le couple, est garnie d’un mobilier un peu plus soigné et diversifié. Cette chambre à coucher est à l’occasion une pièce à vivre, à montrer et à recevoir154.

  • 155 Inv. 146, 1882.
  • 156 Inv. 196, 1895.

215L’attachement affectif à un quartier, à une rue, à une maison et la peur ressentie à l’idée de les quitter peuvent faire admettre l’exiguïté et l’inconfort de l’espace troglodytique. Une solution intermédiaire est envisagée et adoptée ; elle consiste à étendre son espace habitable, en dissociant la cuisine creusée dans le rocher, des chambres construites plus loin. Dans le village de Saint-Paterne-Racan, vers 1890, un couple de vignerons et leur fils de quinze ans ont aménagé leur cuisine dans une cave creusée dans le rocher, les deux chambres sont dans un bâtiment contigu, n’ayant aucune communication avec cette première cellule. La cuisine est équipée d’une cheminée avec un four et éclairée le soir à la chandelle. Une lanterne sert aux déplacements extérieurs, nombreux du fait de l’éclatement de l’espace domestique. Les deux chambres sont garnies d’un lit, l’une est probablement réservée aux parents, car elle est meublée d’une armoire, deux tables, six chaises, une horloge et chauffée par un poêle155. A la même époque, vers 1890, un couple de jardiniers et leur fille de vingt-cinq ans adopte le même principe d’aménagement156.

216La correspondance entre ces deux espaces de vie, situés l’un à Saint-Paterne-Racan, l’autre à Sonzay, est certaine : la séparation du local à cuisiner et des lieux de repos, le faible nombre de meubles compensé par l’emploi d’un dispositif de rangement intégré à la roche, le chauffage d’une ou deux chambres par un poêle, lié à l’absence de cheminée ; tout ceci tend à abaisser les coûts de construction et d’aménagement.

217Les exemples précédents ont été choisis comme représentatifs de la manière dont les plus démunis et les plus marginaux perçoivent leur espace de vie et s’approprient chaque parcelle de l’espace à des fins plus ou moins précises, communautaires ou personnelles. Pauvre en confort, étroit et sombre, l’espace troglodytique n’est pas isolable de son environnement naturel. Il satisfait les besoins humains, tout en tenant compte des contraintes résultant de la présence du rocher. Ce refuge n’est pas synonyme d’isolement et tout dans la disposition des lieux concourt à favoriser la communication et la rencontre avec le voisinage. L’exiguïté favorise le travail au-dehors, l’homme et la femme, ensemble ou tour à tour, exécutent certaines tâches dans la cour ou dans la rue.

218Ayant subi des modifications majeures, au cours du XIXe siècle, l’habitation troglodytique perd sa valeur d’habitation. Au siècle suivant, le tourangeau perçoit ces caves comme des annexes potentielles, le déchargeant des frais de construction et d’entretien. Elles peuvent être un des indices qui permet de mieux saisir les résistances aux changements et à l’accélération du confort domestique, ce peut être aussi une manière de préserver une identité socio-culturelle.

L’espace de l’agriculteur

  • 157 Michel, Laurencin, “Aspects de la situation humaine et économique du département d’Indre-et-Loire à (...)

219Les travaux des champs, la culture de la vigne et l’élevage occupent une grande partie de la population tourangelle : 57,8 % pour notre échantillon et 58, 8 % dans l’étude économique de Michel Laurencin157.

220La taille réduite des ménages s’accorde parfaitement avec le morcellement de la propriété d’après leur étendue, étude effectuée en 1892, qui montre qu’en-dehors de quelques grands domaines, le travail est assuré par la petite propriété. En 1908, toujours majoritaire, le domaine s’étend de un à deux hectares dans la région viticole de Vouvray et de cinq à douze hectares en Gâtine. En 1892, le mode d’exploitation le plus répandu est le faire-valoir direct, 80 % en nombre, puis vient le fermage, 15 %, et très loin derrière le métayage, 5 % ; ces résultats sont confirmés dans l’étude de la Société des Nations en 1939. Notre échantillon ne comporte aucun inventaire de métayer et seulement 7,1 % de fermiers contre 89,6 % de propriétaires. Les données subissent de très légères modifications suivant les régions agricoles. Les petits propriétaires, exploitant eux-mêmes, vivent en Val de Loire et sur les coteaux consacrés aux vignobles, les fermiers occupent les plateaux de la Gâtine. Cette forte proportion à cultiver ses propres terres influe sur la composition du groupe domestique et sur l’aménagement de l’espace de vie. Le paysan préféra agrandir sa propriété et améliorer son outil de travail au détriment des placements mobiliers.

221Le faire-valoir familial porte sur la petite et moyenne propriété, ce qui explique le nombre relativement considérable des bâtiments agricoles et la place prépondérante du logement rural. Selon l’importance du domaine, le chef de l’exploitation le dirige seul ou aidé de ses enfants. Le faire-valoir direct tisse une série de liens affectifs, entre le ménage et la maison : on cherche à le conserver et à l’agrandir, sa possession renforce et justifie les stratégies familiales qui, à leur tour, resserrent les liens entre la famille et l’exploitation, elle impose des charges particulières pour lui maintenir son statut et son “honneur”. Le fermage est une situation d’attente avant la reprise de l’exploitation du père ou du beau-père. Le fermier bénéficie d’un régime juridique différent. Propriétaire du matériel d’exploitation, il règle une fois par an (souvent à la Saint-Michel) son fermage en nature ou en espèces. Parfois, dans le cas de petite propriété exploitée en faire-valoir direct, le cultivateur combine les deux systèmes du fermage et du faire-valoir direct pour agrandir son exploitation. Fermier et propriétaire sont porteurs d’une idéologie familiale et d’une stratégie économique.

222L’installation dans la ferme se règle verbalement ou par un acte sous seing privé, très rarement devant le notaire.

223Un bail passé le 14 juin 1893 entre Jean M. propriétaire-cultivateur à Dissais (Vienne) et Jean M. fermier et Marie-Louise D. sa femme contient une description détaillée de la propriété vouvrillonne, tant en terres qu’en immeubles, avec l’estimation de la surface totale. Le fermage est accepté sous certaines conditions.

  • 158 Bail 1, 1899.

224Les preneurs jouiront des biens à eux affermés en bon père de famille et comme fermiers de bonne foi sans y commettre ni souffrir qu’il y soit soumis aucun abus (...) Ils prendront les dits biens dans leur état actuel et les rendront dans le même état à la sortie. Le couple entre en possession des terres le 1er novembre, pendant six années consécutives. Le payement se fait en espèces : Deux cent quatre-vingt francs que les preneurs s’obligent conjointement et solidairement à payer chaque année au bailleur en deux termes (...) le 24 juin et le 25 décembre158.

225Le travail de la terre est assuré soit :

  • par le groupe domestique qui se suffit à lui-même. Il requiert l’aide de journaliers au moment des grands travaux. Cette main-d’oeuvre se raréfiant, il fait appel aux habitants des départements limitrophes du Loir-et-Cher et de la Sarthe. L’exploitation est gérée en faire-valoir direct. L’entraide entre les membres de la communauté villageoise diminue avec le développement de la mécanisation.
  • par le groupe domestique qui doit chercher sa nourriture à l’extérieur de la propriété. Les journaliers possèdent un lopin de terres insuffisant à leur propre survie. Le système de métayage, dans lequel l’exploitant n’a aucune propriété, pas même celle du matériel (à l’inverse du fermier qui possède ses outils de production) et partage à moitié fruit avec le propriétaire toutes les récoltes, constitue un cadre familial et économique guère plus favorable à une stratégie familiale de promotion. Le closier est un vigneron qui prend à l’année la tâche de façonner les vignes d’un propriétaire dans des conditions et avec des obligations déterminées. Il est logé sur la propriété, avec sa famille, il se nourrit et s’entretient, il est libre de son temps et n’a d’ordres à recevoir que pour la direction des travaux ou leur bonne exécution.
  • par le groupe domestique qui dirige lui-même sa culture, conduisant ses hommes à sa guise, en disposant d’une façon absolue moyennant les engagements annuels des domestiques à gages aidés des journaliers. Dans les très grandes cultures, le rôle du patron ainsi compris passe à un régisseur chargé de l’administration du domaine. Le ou les domestiques perçoivent un salaire forfaitaire. Le ménage de domestiques est une unité de résidence et de travail, mais non pas le cadre d’une promotion économique et sociale de la maison et de ses habitants, cela reste un cadre de survie économique précaire.

226En Touraine, ce sont donc les conditions d’habitat d’une paysannerie, très largement propriétaire et constituée d’une dominante de petites et moyennes exploitations, dans lesquelles toutes les orientations productives sont représentées. Vers 1880, le notaire Léonide Archambault exalte le sentiment de propriété qu’il considère comme un des meilleurs instruments du progrès technique et économique. Ce court extrait a pour principal intérêt de présenter la paysannerie dans ses rapports intérieurs qui sont loin d’être ceux d’une société homogène et égalitaire.

  • 159 Archambault. lettre “les classes sociales”.

227Pour en revenir à nos classes paysannes, nous distinguons entre le journalier et le gros propriétaire. 1° Le tâcheron, c’est-à-dire celui qui pourra attendre quelques temps son salaire, entreprend une portion d’ouvrage ou tâche à ses risques et périls (...) c’est en agissant de cette façon qu’il arrive à gagner les premiers écus qui serviront à payer son premier champ. 2° le closier, le bordier qui exploite une petite étendue de vigne ou de terre. 3 ° les ouvriers de campagne, maçon, charpentier, charron, maréchal comme les travaux sont rares et peu importants, ils cumulent différents états pour vivre plus facilement. Leur travail est grossier mais solide et fait avec économie. 4° les fermiers à moitié ou à prix d’argent, le fermier à moitié est plus humble, n’ayant pas de capitaux d’avance comme il dit. Il fournit son travail et celui de sa famille, tandis que le propriétaire procure la terre (...). Les fermiers à prix d’argent sont maîtres chez eux et abusent souvent de cette position mais dès que vient l’échéance du terme, ils deviennent humbles puisqu’ils ne sont pas en mesure de payer, enfin 5° le petit propriétaire, celui-là est le type de l’homme des champs plus que tout autre (...) tout en cultivant sa bernacle, comme il appelle son petit lieu, il travaille à façon pour les autres159.

228Tout en bas de l’échelle sociale, on trouve le non-propriétaire. Quel que soit leur statut et les modalités de leur emploi, la plupart des ouvriers agricoles possèdent un petit lopin de terre où ils occupent leur temps libre. Il peut s’agir d’éléments marginaux, non intégrés à un groupe domestique, ou plus souvent, de jeunes attendant de s’établir dans leur propre exploitation agricole. En s’intéressant aux étapes de la vie, Léonide Archambault met l’accent sur l’état temporaire de la non possession de biens.

  • 160 Archambault, sixième lettre.

229C’est à cette époque (suite à une brève période de scolarisation) qu’on le (l’enfant) met en place, c’est-à-dire qu’on le loue à l’année, comme berger d’abord, puis comme garçon, puis comme laboureur et lorsqu’il a acquis une certaine réputation avec ce dernier titre, son éducation est terminée, il peut s’établir 160.

230Les tâcherons, closiers, bordiers et journaliers sont, en général, propriétaires de quelques biens : la maison et son jardin, quelques pièces de terre, quelques poules, une ou deux chèvres, parfois une vache. Ils constituent une main-d’oeuvre disponible pour tous les travaux saisonniers de la campagne, louant leurs bras et leur savoir-faire. La préoccupation majeure des journaliers est de nourrir suffisamment leur famille, tout en cherchant à agrandir leurs biens immobiliers. Fermiers et cultivateurs complètent le rapide coup d’oeil, jeté par ce notaire, sur la société paysanne. Éventuellement, le cultivateur joint au profit d’une petite exploitation, l’exercice d’un petit métier, maçon ou tuilier, par exemple. En haut de l’échelle sociale, le gros cultivateur détient des terres, des outils et du bétail en suffisance, il joue un rôle essentiel dans la vie de la communauté, mais ne paraît pas se résoudre à dépenser ses revenus en biens mobiliers.

231En analysant tout à la fois les données réunies dans le mémoire de Léonide Archambault et dans les actes notariés (cas n° 1 à n° 12), on note que les bénéfices matériels, réalisés par les paysans, ne sont pas obligatoirement reportés sur l’amélioration des conditions de vie mais sont très largement destinés à accroître la propriété, seule richesse reconnue en Touraine. La possession de terres constitue un des principaux critères de discrimination sociale et rivalise avec la possession de biens mobiliers dont l’inconvénient majeur est de ne pas pouvoir fructifier et de s’altérer au cours du temps.

  • 161 Inv. 232, 1915.

232En réexaminant les différentes composantes de la société paysanne tourangelle, on observe que le valet vit comme un membre de la maisonnée. Il bénéficie d’une relative sécurité d’emploi, de la nourriture et du logement, mais au décès de son maître, il ne peut pas exiger une part de la propriété ou sa valeur en cas d’héritage, ni une pension en espèces à l’expiration de son engagement. Sa situation précaire l’incite à épargner ses maigres salaires ; ce petit capital doit lui permettre de prendre “femme et ferme”. Dans certains cas, il ne quitte pas son état de célibataire et meurt en laissant peu de biens : quelques hardes et effets personnels161. Le découpage des pièces au sein des ménages est réglé à la fois par la séparation des sexes et du statut de chaque membre, il ne sera modifié que par l’application de la loi Loucheur. Les vachers et bergers qui s’occupent des animaux et doivent les surveiller pendant la nuit, devront être logés, non dans les étables et les bergeries, mais dans un local contigu séparé par une cloison pleine. Son application reçoit une forte résistance de la part des domestiques qui doivent déserter l’écurie et la chaleur dégagée par les bêtes pour gagner une pièce humide et non chauffée ce qui les contraint à sortir par tous les temps pour calmer et rattacher une bête trop nerveuse.

233Le journalier, homme sans spécialité, toujours à la recherche d’un travail, se préoccupe modérément de son intérieur domestique. C’est dans sa maison que l’on trouve l’équipement le plus sommaire mais néanmoins suffisant.

234L’intérieur de la maison du journalier renferme une chambre équipée d’une cheminée et surmontée de combles. Cette forme élémentaire de l’espace domestique répond également à un mode de faire-valoir, celui de la petite propriété de la Gâtine tourangelle, mais elle ne résulte pas de l’importance démographique et de l’agglomération de la communauté villageoise. Elle est signalée sur les communes des Hermites, Saint-Paterne-Racan, Saint-Christophe-sur-le-Nais, Saint-Laurent-en-Gâtine et Monthodon.

235Apparemment, le rez-de-chaussée de ce logement constitue une seule pièce, mais, en fait, il comporte des subdivisions dont la principale renvoie à un partage entre les espaces de jour et l’espace de nuit. Cette frontière entre la partie commune et la partie privée est matérialisée par des chaises paillées de jonc, alignées devant l’alcôve ou les lits garnis de rideaux. Cette partie commune est divisée à nouveau. D’abord, l’entrée, dans le prolongement de la porte, reçoit la réserve d’eau contenue dans une ou deux seilles en bois, deux ou trois marmites, une poêle à frire. En face de cette entrée, ou sur un des côtés, la cheminée, basse et étroite, est complètement équipée (cas n° 1 à n° 3). Au centre de la pièce, trône la table en bois blanc munie d’un tiroir, autour duquel le ménage vient s’asseoir pour prendre ses repas et faire la veillée, en cassant des noix et en arrangeant les citrouilles. L’espace économique est marqué par une série de placards et de niches, une maie remplie des provisions et de la vaisselle ; une armoire renferme les affaires du ménage et les papiers de famille, précieusement conservés dans un tiroir fermant à clef. Les vêtements de travail, les outils et quelques victuailles sont suspendus aux solives, leur usage, leur apparence et leur encombrement, contrastent avec les ustensiles rangés dans les meubles. Le temps est rythmé par les mouvements d’une horloge en bois blanc avec ses poids et ses chaînes en fonte. Sur le linteau de la hotte, au-dessus du foyer, statuettes et images pieuses voisinent avec des photos, des chandeliers et des verres, dans une portion d’espace réservé au souvenir et aux croyances.

  • 162 Inv. 25, 1860, Inv. 294, 1923.

236L’aménagement de la maison du journalier dénote un certain traditionalisme, qui se manifeste par l’éclairage à la chandelle, la cuisson à l’âtre, le filage à la quenouille, enfin, l’absence ou l’exiguïté des annexes qui oblige l’homme à ranger ses outils dans la même pièce à vivre (cas n° 1 et n° 2)162. En général, le journalier est un homme jeune, marié et père de famille, sa fortune n’atteint jamais plus de huit cents francs, somme inférieure à la moyenne générale. Aux Hermites, on relève seize cas de maisons de journaliers comprenant une pièce unique, entre 1850 et 1870, ce chiffre diminue de moitié entre 1870 et 1890, pour disparaître totalement en 1900. La même évolution est observée à Saint-Christophe-sur-le-Nais et à Saint-Paterne-Racan. A la fin du XIXe siècle, le journalier est attiré par les avantages d’un espace de vie plus spacieux et s’attribue une seconde pièce, un cabinet ou une chambre froide dans laquelle il installe un lit ou dépose ses outils.

  • 163 Inv. 33, 1866.
  • 164 Inv. 271, 1897.

237Après l’acceptation d’un contrat écrit ou verbal à fermage à moitié, le bailleur procure les terres, les bâtiments et tout ce qui s’y trouve : le bétail, les instruments aratoires et quelques meubles et ustensiles courants. Le preneur fournit ses bras et ceux de sa famille, et amène le mobilier qu’il a acquis auparavant : les ustensiles à feu, le luminaire, le lit et deux chaises (cas n° 4)163. Le contrat de fermage à prix d’argent stipule l’obligation par le preneur de verser deux fois par an, une somme d’argent fixée d’avance. Présent surtout dans la région d’élevage, notamment aux Hermites et à Saint-Laurent-en-Gâtine, le fermier possède en biens propres, quelques pièces de terre et un cheptel : cinq vaches, quatre chèvres et deux porcs (cas n° 5)164. Sa maison plus coquette diffère de l’extérieur, mais l’intérieur semble comparable à celui du journalier, si l’on s’en tient à la composition du logis et de l’ameublement. La partie réservée à la vie conjugale est des plus exiguës : une ou deux pièces, dont l’une est employée comme une salle à tout faire et l’autre comme un entrepôt des provisions, de la vaisselle et des outils. Dans son logement, on remarque tout ce qui a été repéré chez le journalier, parfois un porte-poêle et un réchaud portatif complètent l’équipement du foyer et les meubles de rangement sont en plus grand nombre. Vers 1900, certains fermiers commencent à s’éclairer avec une lampe à pétrole, leur matériel de cuisson est plus important et plus diversifié : quatre marmites, deux poêles, une casserole ; ils résolvent le problème de la cohabitation des sexes par l’envoi du fils de la maison dans l’écurie (cas n° 5).

238Plus fortuné que le fermier et le journalier, le cultivateur dispose en moyenne de mille francs mais se résout difficilement à dépenser ses revenus en biens mobiliers, préférant les employer à entretenir ou à construire des bâtiments d’exploitation. Il s’occupe de son outillage avant de se soucier de son bien-être. Son exploitation est le centre de ses préoccupations et la vie s’articule autour des activités agricoles, au rythme des saisons. L’homme et la femme ont des rôles distincts mais complémentaires pour en premier lieu, assurer la subsistance de la maisonnée. Une fois ce souci maîtrisé, la recherche du confort passe par l’augmentation en nombre des meubles et de la vaisselle courante.

  • 165 Inv. 163, 1895.
  • 166 Inv. 37, 1868.

239La maison du cultivateur se transforme en suivant un processus constant tout au long de l’existence familiale, depuis les premiers mois du mariage jusqu’à l’approche de la mort (cas n° 6 à n° 9). La maison qu’il occupe marque cette évolution qui, progressive jusqu’au début de la vie matrimoniale de ses enfants, devient alors régressive dans le sens où l’acquisition des biens mobiliers tend à s’arrêter. L’étranger, en s’introduisant chez lui, est surpris d’apercevoir un fauteuil mais celui-ci est usé, il a été probablement acheté dans une vente aux enchères (cas n° 7)165. Vers 1850, la cultivatrice, à la différence de la femme du journalier, a relégué le rouet dans le coin le plus retiré, les combles, en compagnie d’autres objets n’ayant plus de fonction fixée. Le cultivateur comme le journalier ne porte que peu d’intérêt à son intérieur et comme lui, il reste réticent à la mode et aux innovations : la cuisine est faite à l’âtre, le coffre et la maie voisinent avec les armoires et le buffet. Tout donne l’impression d’une organisation plus ou moins calculée des objets utilitaires dans un espace limité et multifonctionnel (cas n° 8)166.

  • 167 Inv. 213, 1905.
  • 168 Inv. 222, 1920.
  • 169 Inv. 49, 1876.

240La maison du gros cultivateur est partagée en deux ou trois pièces. L’appropriation d’une seconde chambre ne répond pas à un besoin d’espace : selon les données statistiques, au moment où la population reste stable, le nombre de pièces au contraire augmente. Cette seconde pièce est toujours accessible de la salle commune : disposition qui disparaît dans la maison du bourg où un vestibule commande les diverses pièces. L’utilisation de cette pièce varie selon la composition du groupe domestique ; ainsi pour un couple âgé ou un couple ayant deux ou trois enfants, le cabinet, petit local sans cheminée et sans ouverture, est utilisé comme une chambre à coucher avec un lit de fer, une pendule, un buffet 167, ou un lit, six chaises, une glace168. Chez Pierre A., cultivateur célibataire, âgé d’une trentaine d’années, le cabinet est une remise à outils et une réserve à vin, la salle commune est meublée du lit, d’une armoire, d’une maie, d’une table et de chaises169. Mais quel que soit l’usage de cette seconde pièce, chambre ou resserre, seule la salle commune est chauffée.

  • 170 Inv. 131. 1854.
  • 171 Inv. 151, 1880.

241Le vigneron, lorsqu’il n’est pas installé dans une maison troglodytique, adopte le même processus d’aménagement. Souvent plus fortuné (jusqu’à 2000 francs de biens inventoriés), il se préoccupe davantage de son intérieur, l’égayant par des bibelots et des fleurs, le parant d’une pendule170 , recherchant le bien-être en garnissant le lit d’un sommier et d’un matelas (cas n° 11)171, mais le reste de l’ameublement ne diffère pas des autres catégories paysannes.

  • 172 Inv. 162, 1895.
  • 173 Inv. 170, 1901.
  • 174 Inv. 31, 1860.
  • 175 Inv. 107, 1906, Inv. 294, 1923.
  • 176 Inv. 170, 1901.
  • 177 Inv. 31, 1860.

242Les artisans ayant “choisi” ce mode d’habiter sont des célibataires : une lingère172, un charron173, des jeunes ménages venant de s’établir174, ou de pauvres ouvriers ruraux175. Vers 1900, le mobilier d’un charron, resté célibataire à quarante-et-un ans, est des plus simples : un lit, une armoire, trois tables, deux chaises, une horloge et un réveil176. Un jeune couple de charpentiers loge dans une maison à pièce unique, il dispose néanmoins de tout l’équipement nécessaire, ce qui le rapproche des autres ménages d’artisans177.

  • 178 Inv. 37, 1868.

243A considérer le plan de la maison de l’ouvrier rural et du petit cultivateur comme une image des relations sociales, deux traits se manifestent dans son ordonnancement qui apporte un témoignage nouveau. Dans l’ordonnance de la maison du petit cultivateur ou de l’ouvrier rural, la salle commune est aussi une pièce de passage intense, ce qui rend difficile l’intimité et l’isolement. L’alternative favorable s’offre avec une pièce terminale dotée d’une seule porte communiquant stratégiquement avec cette première pièce, et destinée au repos du couple ou des enfants adolescents (cas n° 8)178. Le plan relativement ouvert aux membres de la maisonnée oblige à passer dans la pièce où se déroulent les principales tâches quotidiennes. La règle veut que la seconde pièce, soit, selon les cas, un espace interdit au cours de la journée si elle est réservée exclusivement au repos ou bien un espace de circulation et de passage si elle contient des provisions, de la vaisselle et des outils. Ce modèle d’espace de vie, formé de pièces interdépendantes ne renvoie pas à une étape primitive qui ne demanderait qu’à évoluer vers une plus grande différenciation, les bâtisseurs se souciaient peu d’ordonner les parties de la maison en zones fonctionnelles indépendantes. Quelles que soient leur taille, leur forme et leur localisation, les pièces de la maison s’articulent partout de façon identique. Ce n’est donc pas le fait du hasard mais une règle en usage dans la région.

De la maison de métier à la maison bourgeoise

  • 179 Michel, Lheritier, Tableau économique de la Touraine, Paris, l’Action nationale, 1920, 15 p., p. 7.

244En 1866, seulement 30, 6 % de la population tourangelle vit d’une activité non agricole et 29, 2 % pour notre échantillon. En ce domaine, les études chiffrées font défaut car les économistes du siècle dernier étaient plus préoccupés par la situation agricole de l’ensemble du territoire français. Les conséquences de la forte ruralité du département et l’absence d’un exode rural se manifestent dans tous les aspects économiques. L’étude du mouvement de la population des communes retenues montre que les villages dans le nord de la Touraine dépassent très rarement 1500 habitants. Ces caractéristiques démographiques rattachent (...) la Touraine, encore au début du XXe siècle, à la petite ou à la moyenne industrie, à l’industrie d’artisans, plutôt qu’à l’industrie d’usines179.

245L’artisan et le commerçant jouent le rôle d’intermédiaire entre la ville et la campagne. Ce sont les seuls à recourir, pour les besoins de leurs activités, aux multiples possibilités du milieu urbain et ils servent d’intermédiaires et d’initiateurs à la nouveauté jusque dans les hameaux les plus isolés. Plus proche de la paysannerie par leurs fonctions, ils s’en éloignent par leur genre de vie et par leur installation dans le bourg.

  • 180 Gustave, Constant, La terre de Touraine : manuel complet de l’agriculture moderne, Tours, imp. Cent (...)

246Grâce à la création des chemins de fer d’intérêt local, la lente intégration des petites industries rurales, dans les structures de l’économie nationale, se dessine entre 1880 et 1930. La naissance d’une concurrence des produits extérieurs s’accompagne d’un élargissement du marché potentiel. Le géographe Gustave Constant dresse un tableau de la situation de l’artisanat rural en Touraine au début du XXe siècle, la seule véritable industrie citée est située à Château-Renault180. Elle concerne le travail du cuir et emploie sept cents ouvriers répartis sur quinze usines. La révolution industrielle de la fin du XIXe siècle ne désorganise pas encore le monde non agricole et ne réduit pas les petits métiers à l’asphyxie totale.

  • 181 J., A upetit, “Note sur la démographie rurale et l’électrification des campagnes de la Touraine”, A (...)

247A côté de cet artisanat traditionnel, surgissent de nouvelles activités liées à l’installation du chemin de fer et, plus tard, à l’électricité. C’est l’occasion de créer de nouvelles branches professionnelles où s’intègrent des ouvriers tels que le poseur de rail ou l’électricien. L’apparition d’un nouveau marché du travail ne réduit pas les difficultés de recrutement. Le déficit de la main-d’oeuvre artisanale se résorbe en partie par l’augmentation de la force motrice, qui sextuple entre 1913 et 1926, et par l’emploi d’un matériel mécanique plus moderne. Cela oblige l’artisan à contracter des dettes jusqu’aux années vingt, le remboursement ne dépassera pas ses bénéfices. En raison des difficultés de recrutement, le travail artisanal n’est pas une activité complémentaire. Jusqu’à une période avancée, l’introduction des produits manufacturés apportés par le chemin de fer améliore l’outillage de l’artisan et contribue à la normalisation des pièces de rechange. Ces artisans locaux profitent des nouveaux aménagements du paysage rural, de l’amélioration des routes et de l’installation des gares. Ils servent même d’intermédiaire et de catalyseur de l’esprit d’innovation. D’après Aupetit, inspecteur général du travail, la situation numérique de l’artisanat rural en 1926 est satisfaisante en Touraine. Par rapport à 1913, le nombre d’entreprises a quelque peu diminué dans le bâtiment par contre les ateliers mécaniques et d’électricité sont en augmentation181.

248L’ouverture d’un marché agricole et viticole, l’apparition d’une économie d’échanges, obligent le paysan et le vigneron à accepter une nouvelle forme de commercialisation qui supplante la vente directe sur les marchés villageois. Le phénomène d’intermédiaire touche des productions aussi importantes et aussi diverses que la viticulture, avec le courtier en vins, l’élevage, avec les coopératives laitières de Neuvy-le-Roi et Château-la-Vallière, et l’agriculture, avec le maraîcher, le coquetier et le marchand de beurre. Assumer une responsabilité politique n’intéresse ni le commerçant, ni l’artisan, et durant toute la période, la plupart des municipalités seront tenues par les agriculteurs. Ils apparaîtront plutôt comme des innovateurs au plan local.

249L’état des lieux donne souvent une description détaillée des intérieurs. Le visiteur est introduit directement dans la salle à manger ou le salon, ou y pénètre par un corridor. Le salon est une pièce d’apparat munie d’une cheminée avec un mobilier plus recherché, des murs tapissés ou munis de boiseries.

  • 182 Ét. 4, 1864.

250Chez un charpentier, la première pièce éclairée par une croisée garnie de six carreaux et fermée par une espagnolette, s’agrémente d’éléments architecturaux décoratifs, comme une rosace au plafond et une cheminée possédant un chambranle en menuiserie peint en noir. La cuisine, éclairée par une porte à vantail vitré, est équipée d’un potager à quatre trous garnis de réchauds et grils et d’un évier, installé dans un angle et pourvu d’un système d’évacuation des eaux usées. Une des deux portes de la cuisine donne sur un corridor au sol carrelé, l’autre dans une cave creusée dans le roc, accessible par un passage voûté. Un escalier en chêne, muni d’une rampe, conduit aux chambres aménagées au second niveau182.

  • 183 Ét. 3, 1908.

251Chez un maître d’hôtel, après être passé dans la cuisine chauffée par une cheminée et éclairée par une fenêtre à deux vantaux, avec des volets extérieurs, le notaire pénètre dans le corridor par une porte extérieure, garnie d’une imposte, avec à gauche le placard, à deux vantaux soutenu par une console en fer et une planche, qui supporte une fontaine permettant de se rafraîchir. Il y a un fourre-tout sous l’escalier non blanchi, garni de deux étagères. La salle de danse est parquetée, les murs blanchis, les deux bancs sont scellés au mur. La seule fenêtre est composée de deux vantaux, fermant avec une espagnolette et des volets intérieurs. La pièce est chauffée par une cheminée. Au nord de l’escalier, le petit cabinet, lui aussi blanchi, est percé d’une porte vitrée et de deux petites fenêtres à un ou deux carreaux. La salle à manger, au sol carrelé, aux murs blanchis, est éclairée par une fenêtre et ses volets pliants. Le cellier, avec une aire en terre battue, donne sur le corridor. Après avoir monté les dix-sept marches de l’escalier dont la cage est blanchie et le palier carrelé, on accède à un cabinet, situé au-dessus du palier, dont le plafond et les parois sont en plâtre. Les trois chambres ne sont pas équipées de cheminée, deux à la suite l’une de l’autre, au couchant de la cage d’escalier, la troisième au levant. L’aire du grenier, au-dessus de la salle à manger et du cellier, est en terre. Il y a une séparation en planches au milieu avec une porte fermant à l’aide d’une charnière en cuir. Le tout est complété d’une écurie couverte d’un grenier, de cabanes à lapins et d’une buanderie183.

252A la fin du XIXe siècle, un événement majeur intervient dans la vie quotidienne : le tourangeau enlève à la salle commune son caractère polyvalent, en ajoutant une pièce supplémentaire à sa maison et en dissociant plus ou moins l’espace diurne de l’espace nocturne. En Touraine, il est reconnu que cet aménagement n’est pas tributaire d’un seul élément déterminant (par exemple, l’élément géographique ou un progrès technique), mais que c’est plutôt la conjonction de plusieurs éléments d’influence qui tend à le façonner. Aussi, la généralisation d’une forme particulière du groupe domestique, le groupe conjugal, joue son rôle dans la particularisation de l’espace. Le repliement sur la cellule conjugale est à mettre en relation avec l’évolution de la conception de la cuisine qui permet l’individualisation de l’espace de travail en opposition avec l’espace de repos. Cette évolution est plus sensible dans les maisons de métier et les maisons bourgeoises.

253Le modèle d’espace de vie, présenté ci-après, est pleinement soumis à la dualité du dedans et du dehors, de l’avant et de l’arrière, du haut et du bas. Il n’est sans doute pas à rattacher à une catégorie socio-économique bien déterminée, mais il est pourtant porteur du mode de vie d’une certaine élite (cas n° 13 à 32). Il se confirme que la maison tourangelle n’est pas seulement un abri et un refuge, mais également l’expression symbolique de la différenciation et de l’identification sociales.

254Cette troisième forme d’espace domestique va dans le sens d’une extension et, en même temps, d’une spécialisation des espaces. En consultant les inventaires après décès, il ressort deux plans de distribution :

  • le premier schéma de distribution repose sur une distinction du logement, composé d’une cuisine, d’une ou deux chambres à coucher, surmontées d’un étage de combles, et du local destiné à un travail professionnel qui peut être soit accolé à ce dernier, soit installé au fond d’une cour184 .
  • le second schéma de distribution des espaces est beaucoup plus fréquent et renvoie à la conception de la “maison atelier”. La maison comprend au rez-de-chaussée, le bureau, l’atelier ou la boutique et les pièces à vocation communautaire ; au premier étage, une ou plusieurs chambres à coucher disposent d’un coin toilette, le tout est surmonté d’un étage de combles. Il semble que cette maison corresponde à un milieu plus aisé et assumant une certaine position sociale dans le village185.
  • 186 Voici les premières mentions des nouveautés relevées dans notre échantillon : le canapé (Inv.83, 18 (...)

255Sachant que l’emploi des nouveaux éléments mobiliers186, et la recherche d’un bien-être et du confort, présupposent toujours un contact, seule la communauté du bourg peut établir ce contact et servir d’intermédiaire à leur diffusion. Il n’est pas question cependant d’englober l’ensemble des habitants du bourg qui ne réagissent pas tous de la même manière aux nouveautés. En consultant les inventaires après décès, l’espace de vie du maçon, du tonnelier ou du menuisier se rapproche beaucoup plus de celui du journalier. Par leurs obligations professionnelles, le maréchal-ferrant, le boulanger, le cafetier, le juge de paix ou encore l’instituteur, sont plus enclins à recevoir et à accepter la mode et les innovations venues de la ville de Tours. Beaucoup moins méfiants que les paysans décrits précédemment, il y a chez la plupart des habitants du bourg un bourgeois qui sommeille.

  • 187 Inv. 231, 1905.

256Ces nouveaux procédés et ustensiles s’accompagnent d’une spécialisation des espaces, beaucoup plus sensible du fait même du choix d’un mobilier à fonction spécifique : la lampe à suspension, la cuisinière, le fauteuil, le canapé. Le degré de spécialisation des espaces de vie varie bien moins en fonction de leur étendue propre que selon la distribution interne et le mode de vie des occupants. Le maire de la commune de Villebourg, et exploitant agricole, loge dans une maison comprenant une cuisine, séparée par un vestibule, d’une chambre à coucher et d’un cabinet. Par sa fonction et ses importantes responsabilités, il se doit de donner l’exemple à ses concitoyens et tout son intérieur reflète sa position sociale : les espaces sont distincts les uns des autres et reçoivent une destination précise. La cuisine est chauffée par une cheminée équipée très complètement avec deux chenets, une pelle, des pincettes, une main de fer, un gril, un porte-poêle, deux triangles, trois broches et une crémaillère. Il en est de même de l’éclairage, on ne compte pas moins de six chandeliers en fer et une lampe. La fréquence des réunions, accueillant de nombreux participants, est révélée par le nombre de tasses, de mazagrans et de cafetières (trois en fer et quatre en terre). Le point d’eau, avec une seille et un godet, une bassine, est dans le vestibule. Débarras et espace de travail, le “cabinet” est meublé par des chaises, des tabourets, une table, un bureau et une machine à coudre. Dans la chambre à coucher, les meubles les plus nécessaires sont autorisés : un lit et une table de nuit, une table ronde et une armoire. Le domestique, âgé de trente-cinq ans, n’est pas admis dans la maison, et dort dans la buanderie (cas n° 30)187.

257En analysant les inventaires types, on observe que l’activité dont la maison est le lieu, qu’elle soit artisanale (cas n° 13 à 19) ou commerciale (cas n° 20 à 23), entraîne une transformation de l’espace aménagé et des interférences avec la zone affectée à la résidence du groupe domestique. Un jeune facteur et sa femme, par exemple, logent au-dessus du bureau de poste de Saint-Christophe-sur-le-Nais, leur appartement est composé de deux chambres, dont une seule est équipée d’une cheminée, et un cabinet fourre tout. La première pièce est utilisée comme cuisine avec deux tables en bois blanc, un tabouret et six chaises, des placards intégrés au mur. La seconde pièce, servant de chambre à coucher, est meublée d’un lit bateau, une horloge, deux maies-commodes et une armoire en châtaignier.

  • 188 Inv. 218, 1910, cafetier.
  • 189 Inv. 84, 1864, épicier.

258Dans la maison de métier, une ou plusieurs pièces sont affectées à l’activité économique. Parfois, ce peut être toute une partie de la maison, le rez-de-chaussée, qui se voit dévolue à une activité, et par là même, reçoit une ambiance particulière (cas n° 23)188. Toutes les références proposées en annexe, montrent que l’accomplissement d’un travail affecte profondément l’économie de l’espace de vie. Le ménage doit pouvoir effectuer sans contrainte, les gestes nécessaires à la réalisation de son travail : l’exemple de l’achat, du stockage et de la vente des produits d’épicerie oblige le commerçant à repenser son espace habité. Les pièces réservées au stockage sont reléguées à l’arrière, celles pour la vente au devant et le logement rayonne au premier étage, ou, beaucoup plus rarement, dans un bâtiment contigu (cas n° 22)189. Dans l’esprit des occupants d’une maison de métier, les pièces comme les fonctions, s’ordonnent verticalement en rapport avec l’importance respective qui leur est accordée dans une communauté domestique donnée. Une autre référence qui argumente cette spécialisation et cette différenciation des espaces a été relevée dans l’aménagement de la maison d’un régisseur des terres et des forêts du marquis de Beaumont-la-Ronce.

  • 190 Inv. 217, 1910.

259La répartition spatiale des tâches est profondément inscrite dans son logis et chaque pièce a un rôle fixé : la cuisine est équipée d’un fourneau en fonte, associé à un matériel de cuisson élaboré comprenant deux casseroles en fer et leur couvercle, cinq casseroles en fer émaillé. Espace de travail pour la femme, la cuisine sert aussi d’espace pour la toilette, avec un miroir, deux pots à eau, un seau en zinc et une cuvette en fer émaillé. Toujours au rez-de-chaussée, le local de travail pour l’homme est meublé d’un bureau en bois blanc, des chaises, et parfois chauffé comme le signale la garniture du foyer et la réserve de bois. Au premier étage, la chambre conjugale est toujours sans moyen de chauffage, et meublée d’un lit bateau, une commode en guignier, une table en acajou avec dessus de marbre, un fauteuil Voltaire (cas n° 12)190. Le mode de vie d’un régisseur, par ses relations professionnelles avec l’aristocratie locale, se rapproche sensiblement du mode de vie d’un riche artisan ou commerçant.

260Tout, dans l’élaboration de l’agencement d’une maison de métier et d’une maison bourgeoise, marque le souci d’apparence. Toute une gamme de meubles précieux, canapé, guéridon, commode, permettent de “farder” les pièces et de les faire juger par autrui comme le reflet du niveau de vie des occupants.

  • 191 Inv. 164, 1899, instituteur primaire.

261Le mobilier prend une importance croissante dans la fortune du ménage, proportionnelle à sa spécialisation (entre 60 et 80 % de la fortune totale). Les professions que l’on peut qualifier de modestes et peu rémunératrices, telles que la maçonnerie, le charronnage ou la cordonnerie, laissent peu de possibilités à leur détenteur qui doit d’abord subvenir aux besoins du ménage avant de s’intéresser à son intérieur. Pour les autres professions, l’augmentation en nombre du mobilier et son embellissement, selon les normes bourgeoises, correspond à des achats effectués en ville, soit directement, soit, et cela est beaucoup plus fréquent, par l’intermédiaire d’un commerçant, ce qui accentue son rôle de transmetteur des nouveautés. Cet espace de vie est meublé, décoré, isolé, muni ainsi d’une personnalité matérielle et sociale, et chacune des composantes s’offre avec plus ou moins d’insistance à une catégorie de comportements déterminés : la cuisine, la toilette, le repos, la réception, la lecture (cas n° 28)191.

262Le propriétaire a un mode de vie différent du locataire puisqu’il tend à distribuer l’espace définitivement. S’il est assez fortuné, il dispose d’une maison assez grande pour trouver une organisation fonctionnelle de l’espace, mais s’il a des revers de fortune ou si la cellule conjugale éclate, il se replie dans une seule pièce, alors que la salle du rez-de-chaussée tient lieu d’espace de travail, de repos et de rencontre.

263La maison G. située rue des Douves, à Beaumont-la-Ronce, porte en elle l’histoire de la vie d’une famille. Vers 1900, Pierre G. installe son atelier dans la principale pièce au rez-de-chaussée qui sert aussi de pièce pour cuisiner et manger, il occupe le premier étage avec sa femme et ses trois enfants, Léonce, Fernand et Agnès, et loge, de temps à autres, des ouvriers dans les combles. Louise reste seule en 1906 avec ses enfants qui la quittent assez rapidement. En 1926, elle propose à sa fille, Agnès, qui venait de perdre son mari depuis peu, de venir habiter chez elle avec ses deux enfants, Solange et Raymond, nés respectivement en 1920 et 1922. Elle prend en nourrice une petite Marcelle de deux ans. Solange N. se souvient :

264Quand elle a vu ma mère dans la situation où elle était, elle lui dit : “Écoutes, on va vivre ensemble. Je vais arranger cette maison, et comme les enfants sont petits, tu iras travailler. Moi, je vais arranger la grande pièce au rez-de-chaussée”. C’est elle qui a fait faire une pièce à l’arrière, une arrière-cuisine (...) dans les chambres à coucher au-dessus, on ne montait pas, il y avait des meubles, ma grand-mère y avait vécu mais les meubles restaient là et puis allez ! (...) J’avais ma cousine qui a cinq ans de plus que moi, elle venait passer une huitaine de jours en vacances. Elle couchait en haut, il n’y avait qu’elle qui couchait là-haut (...) En haut, il y avait le cabinet de toilette, on avait une table avec une cuvette et le pot. Il fallait monter son seau et puis vider tout cela, on descendait et on remontait (...) Au rez-de-chaussée, on avait des lits de bois, je couchais avec ma mère, et mon frère avait un lit de fer et puis ma grand-mère avait son lit de bois dans la même pièce.

265Après l’éclatement de la cellule conjugale, la maison de métier perd partiellement la verticalité des fonctions et seul le rez-de-chaussée est affecté aux occupations quotidiennes, le premier étage étant réservé aux parents en visite. Il faut encore noter qu’il n’existe pas d’accès direct et qu’il faut sortir pour emprunter l’escalier qui mène au premier étage. Cela montre que la spécialisation des espaces n’est pas totalement acceptée par les tourangeaux et que la maison subit des transformations conjoncturelles (Fig. 12 a, b, c).

266Le cas d’un couple installé chez les beaux-parents paraît similaire, peu de bouleversements durant les années de coexistence. Auguste H. né en 1899 se marie en 1923 avec Germaine, originaire de Rouziers. Ils vécurent avec les beaux-parents, tailleurs d’habits jusqu’à leur mort. De leur mariage sont nés trois enfants dont aucun n’est resté sur place. En-dehors de la chambre à coucher dont elle fit l’acquisition, il n’y eut que peu de transformations dans la maison. Du temps de la belle-mère, le lit de celle-ci demeura dans la cuisine et la vie se déroula sans beaucoup de bouleversements. Germaine dut insister auprès de sa belle-mère devenue impotente, pour qu’elle se décide à utiliser le fauteuil, placé dans une des chambres du haut. A son décès, elle supprima le lit et laissa le fauteuil qui lui sert actuellement à regarder la télévision. Le seul investissement mobilier est l’achat d’occasion d’un petit placard de cuisine.

Fig. 12 L’intérieur d’une maison à étage

Fig. 12 L’intérieur d’une maison à étage

A. évier, B. placard, C. escalier
1. lit
2. petit lit
3. table
4. table ronde
5. fauteuil
6. maie
7. armoire
8. buffet
9. commode
10. cuisinière
11. garde-manger
12. billot
13. machine à coudre

Beaumont-la-Ronce dessin R. Schweitz

267En observant les processus d’aménagement de l’espace, il est possible d’y repérer l’effet du social, conjonction d’une logique individuelle et d’un modèle culturel. Cela contribue à distinguer trois groupes sociaux :

  • les plus défavorisés subissent les contraintes et n’ont qu’une liberté de choix et de liberté d’expression extrêmement limitées ;
  • la catégorie intermédiaire, la plus nombreuse, est plus ou moins satisfaite de son environnement. Elle a des moyens suffisants pour avoir une action de quelque importance sur son espace aménagé.
  • le milieu innovateur peut théoriquement aménager son habitat de manière à trouver une adéquation parfaite entre désirs, options idéologiques, mode de vie et environnement privé. Le couple B. marié en 1950 a reçu en héritage une maison du bourg. Ils ont, au gré de leurs possibilités et des événements familiaux, rajouté un étage, équipé leur cuisine. Actuellement encore, l’escalier intérieur menant à l’étage est en cours d’installation. Déjà en 1930, la mère de Jean B. avait installé le chauffage et s’était fait raccorder, une des premières, au réseau d’eau communal.

Notes

1 G., Rudler, Enseignement primaire supérieur : enseignement ménager. Économie domestique, ménage, jardinage, Paris, F. Juven, 1910, 279 p., p. 24.

2 Jezabelle, Ekambi-schmidt, La perception de l’habitat, Paris, éd. Universitaires, 1972, 188 p.

3 Bonnin et alii, op. cit., 1978, p. I.

4 Albert, DEmangeon, “L’habitation rurale”, Annales de géographie, 161, septembre 1920, p. 352-375 et Paul, Vidal de la Blache, Principes de géographie humaine, Paris, A. Colin, 1922, 327 p.

5 Abraham, Moles et Elisabeth. Rohmer, Psychologie de l’espace, Paris, Casterman, 1972, 162 p., Mutations-Orientations.

6 Placide. Rambaud, Société rurale et urbanisation, Paris, éd. du Seuil, 1969, 316 p., p. 183-184.

7 Abraham. MOles et Elisabeth, Rohmer, La théorie des objets, Paris, éd. Universitaires, 1982, 196 p., p. 118-119.

8 Robert. Creswell, “Contribution ethnologique aux études architecturales de circulation", Études rurales, n° 21, 1966, p. 10-109.

9 Louis, Henry, “Structure de la population et besoins des logements”, Population, IV, 1949, p. 433-446.

10 Gustave, Callon, “Le mouvement de population dans le département d’Indre-et-Loire”, Revue générale du Centre-Ouest de la France, 30, juin 1933, p. 617-653, p. 621.

11 Martine. Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1980, 211 p., (Bibliothèque d’Ethnologie historique), p. 15.

12 Selon les propositions de Peter Laslett, reprises dans Martine Segalen, Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 1981, 283 p., (collection U).

13 Inv. 217, 1910, Inv. 279, 1907.

14 Inv. 88, 1869, Inv. 154, 1880, Inv. 159, 1895, Inv. 218, 1910.

15 Inv. 49, 1876, Inv. 278, 1907.

16 Inv. 259, 1850.

17 Inv. 10, 1852.

18 Inv. 39, 1874.

19 Inv. 145, 1882.

20 Inv. 108, 1856.

21 Inv. 103, 1855.

22 Inv. 41, 1874, Inv. 101, 1880.

23 Inv. 140, 1883.

24 Inv. 93, 1877.

25 Inv. 36, 1868.

26 Inv. 54, 1871, Inv. 277, 1907, Inv. 283, 1907.

27 Inv. 2, 1850, Inv. 105, 1856.

28 Auguste, Chauvigné, op. cit. 1908, p. 125.

29 Philippe, Ariès, “Du village au bourg en Touraine”, Histoire des populations françaises. Paris, éd. du Seuil, 1971, 411 p., p. 31-68, (points Histoire), p. 53-54.

30 Callon, op. cit., 1933, p. 67 et s., Insee, Population par commune de 1851 à 1968, 24 p.

31 Chauvigné, op. cit. 1908, p. 119.

32 Alain, Corbin, Le miasme et la joncquille, L’odorat et l’imaginaire social 18e-19e siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, 334 p., (Collection historique).

33 Logements ’insalubres, Circulaires, instructions, plaintes, enquêtes (1850-1930), (A.D. Indre-et-Loire).

34 Docteur Giraudet, op. cit., 1853, p. 10-12. Cité par Agnès, Riffoneau, Politique municipale en matière d’adduction d’eau, 1830-1875. Le cas de Tours, Université de Tours, maîtrise, 1989, 1 vol.

35 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 26.

36 Gustave, Jourdan, Pouvoirs des maires en matière de salubrité des habitations, Paris, Nancy, Berger-Levrault, 1890, 196 p.

37 Guy, Thuillier, Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle en Nivernais, Paris – La Haye, Mouton, École des Hautes Études en Sciences sociales, 1977, 490 p., p. 319-329.

38 Georges, Houssard, Enquête sur l’habitation ouvrière, Tours, Arrault et cie, 1899, 31 p.

39 Chantal, Beauchamp, Délivrez-nous du mal ! épidémies, endémies, médecine et hygiène au XIXe de l’Indre. l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Maulévrier, Hérault éditions, 1990, 397 p.

40 Département d’Indre-et-Loire. Compte-rendu des travaux du Conseil départemental d’hygiène et des commissions sanitaires des arrondissements de Tours, Loches. Chinon, Tours, Arrault et cie, 1922, 249 p.

41 R. C. M, Vouvray, 10 décembre 1928.

42 Archambault, seizième lettre.

43 Docteur Millet, 1862, p. 32.

44 Usages locaux, Tours, imp. Delis, 1930, 342 p., p. 87.

45 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.

46 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 131.

47 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 88.

48 R.C.M. Sonzay, 20 juin 1930.

49 R. C.M. Vernou, 14 novembre 1935.

50 R.C.M. Monnaie, 30 juillet 1937.

51 R.C.M. Vouvray. 22 septembre 1933.

52 R.C.M. Vouvray, 11 septembre 1932.

53 R.C.M. Vouvray, 10 décembre 1934.

54 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 6.

55 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.

56 Mono. EAR n° 5, Vouvray, Le petit coteau.

57 J., Vidal. Manuel d’hygiène rurale et notions élémentaires d’hygiène à l’usage des municipalités, des écoles et des populations à la campagne, Lyon, Palud, 1886, 240 p.

58 Odette, Bussard, Le livre de la fermière. Économie domestique rurale. Paris. J-B. Baillère et fils, 1929, 468 p., p. 38.

59 Docteur Millet, op. cit., 1862, p. 29.

60 Louis, Bouchard-huzard, Traité des constructions rurales et de leurs dispositions, Paris, 1868-1870, chez Léonce Paget, réed. 1982, 3 vol. p. 36.

61 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie et n° 6, Vouvray, L’Echeneau.

62 Ét. 4, 1854.

63 Ét. 1, 1859, Ét. 2, 1876.

64 Mono. EAR n° 6,Vouvray, L’Echeneau, n° 53, Sainte-Maure.

65 Ét. 1, 1859 et Ét. 2, 1876.

66 Ét. 4, 1854.

67 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Echeneau.

68 Ét. 2. 1876.

69 Archambault, troisième lettre “l’enfant”.

70 Ét. 2,1876.

71 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Echeneau.

72 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.

73 Ét. 2, 1876.

74 Ét. 1. 1859, Ét. 2, 1876.

75 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.

76 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie.

77 Ét. 4, 1854.

78 Ét. 4, 1854.

79 Ét. 1, 1859.

80 Ét. 2, 1876.

81 Ét. 1, 1859.

82 Ét. 2, 1876.

83 Ét. 2, 1876.

84 Mono. EAR 57, Auzouer, Cerisay, n° 6, Vouvray, L’Écheneau, n° 44. Monnaie.

85 Usages locaux, 1930, p. 121.

86 BlOCK, op. cit., 1877, p. 425-426.

87 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.

88 Mono. EAR n° 4, Vouvray, La Caillerie.

89 J-L., baudin, Enquête sur les cheminées rurales. Indre-et-Loire, s. d., 12 f. (Archives, musée des A.T.P.).

90 Mono. EAR n° 6, Vouvray, L’Écheneau.

91 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.

92 Mono. EAR 50, cheminées, et n° 10, Saint-Symphorien, La Milletière.

93 Mono. EAR n° 50, cheminées, n° 11, Bourgueil, Santenay.

94 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 130-131.

95 Assainissement des communes (1870-1937). Eaux : instructions, projets d’adduction d’eau potable, évacuation, épuration. Dactylogramme, 1870-1937, (A.D. Indre-et-Loire).

96 R.C.M. Reugny, 16 août 1936.

97 Mono. EAR n° 44, Monnaie.

98 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Les roches, gué d’Amont.

99 Mono. EAR n° 6. Vouvray, l’Echeneau.

100 Mono. EAR n° 37, Vouvray.

101 Usages locaux, op. cit., 1930, p. 132.

102 Mono. EAR n° 53, Sainte-Maure.

103 Mono. n° 44. Monnaie.

104 Mono. EAR n° 8, Vouvray, Le Gué d’Amont.

105 Mono. EAR n° 57, Auzouer, Cerisay.

106 Ét. 4, 1854.

107 Usages locaux, op. cit., 1852, 1888 et 1930.

108 Chombartde Lauwe, op. cit.. 1979, p. 145-146.

109 Jean, Cuisenier, La maison rustique : logique sociale et composition architecturale, Paris, PUF, Ethnologies, 1991, 380 p.

110 Gaston, Bachelard, La poétique de l’espace. Paris, PUF, 1974, 214 p.

111 Guy, Barbichon, Espace et sociabilité urbaine. Comparaisons culturelles France-RDA-USA, Paris, rapport du Ministère de l’environnement et du cadre de vie, École des Hautes Études en Sciences sociales, Centre d’Ethnologie française, 1982, 220 p.

112 Inv. 187, 1925.

113 Inv. 18, 1858.

114 Inv. 23, 1860.

115 Inv. 274, 1897.

116 Inv. 11, 1852.

117 Inv. 47. 1874.

118 Inv. 216, 1910.

119 Inv. 223, 1920.

120 Inv. 222, 1920.

121 Inv. 207, 1895.

122 Inv. 205. 1890.

123 Inv. 22, 1893.

124 Berland, op. cit., t. 2, 1909-1902, p. 26 et 27.

125 Jacques-Marie, Rougé, “Une veillée d’autrefois dans une chaumière des plateaux”, Aux beaux pays de Loire, Tours, Arrault et cie, 1936, p. 130.

126 Archambault, lettre “la poésie”.

127 Berland, op. cit., t. 2, 1909-1912, p. 26-27.

128 Inv. 150, 1880.

129 Inv. 195, 1895.

130 Inv. 35, 1868.

131 Inv. 189, 1925.

132 Inv. 83. 1859.

133 Philippe, Perrot, “De l’apport au bien-être. Les avatars d’un superflu nécessaire", Goubert, Jean-Pierre (dir.), Du luxe au confort, Paris, Belin, Modernités XIXe-XXe, 1988, 191 p., p. 31-49.

134 Inv. 248. 1920.

135 Inv. 89, 1869.

136 Inv. 273.1897.

137 Inv. 218, 1910.

138 Inv. 221, 1920.

139 Inv. 75, 1853.

140 Inv. 136, 1878.

141 Ét.4, 1854.

142 Inv. 288, 1917.

143 Inv. 2, 1850.

144 Inv. 36, 1858.

145 Inv. 82, 1859.

146 Inv. 156, 1890.

147 Inv. 136, 1878.

148 Chombart de Lauwe, op. cit., 1979, p. 141-150.

149 Ce texte a été publié. Arlette Schweitz, op. cit., 1985, p. 265-294.

150 Inv. 131, 1854.

151 Inv. 165, 1899.

152 Roux, op. cit., 1976.

153 Inv. 240, 1900.

154 Inv. 240, 1900.

155 Inv. 146, 1882.

156 Inv. 196, 1895.

157 Michel, Laurencin, “Aspects de la situation humaine et économique du département d’Indre-et-Loire à la fin du second Empire”, Revue de la Chambre de commerce et d’industrie de Tours et d’Indre-et-Loire, n° 19, 1966.
F.. Louault, L’agriculture tourangelle. Approche économique et géographique, Rennes, Service Régional de statistique agricole, 1979, 119 p.

158 Bail 1, 1899.

159 Archambault. lettre “les classes sociales”.

160 Archambault, sixième lettre.

161 Inv. 232, 1915.

162 Inv. 25, 1860, Inv. 294, 1923.

163 Inv. 33, 1866.

164 Inv. 271, 1897.

165 Inv. 163, 1895.

166 Inv. 37, 1868.

167 Inv. 213, 1905.

168 Inv. 222, 1920.

169 Inv. 49, 1876.

170 Inv. 131. 1854.

171 Inv. 151, 1880.

172 Inv. 162, 1895.

173 Inv. 170, 1901.

174 Inv. 31, 1860.

175 Inv. 107, 1906, Inv. 294, 1923.

176 Inv. 170, 1901.

177 Inv. 31, 1860.

178 Inv. 37, 1868.

179 Michel, Lheritier, Tableau économique de la Touraine, Paris, l’Action nationale, 1920, 15 p., p. 7.

180 Gustave, Constant, La terre de Touraine : manuel complet de l’agriculture moderne, Tours, imp. Centrale de Touraine, 1955, 508 p.

181 J., A upetit, “Note sur la démographie rurale et l’électrification des campagnes de la Touraine”, Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département d’Indre-et-Loire, 1926, p. 8-11.

182 Ét. 4, 1864.

183 Ét. 3, 1908.

184 Cas n° 14, Inv. 112, menuisier ; cas n° 15, Inv. 195, tonnelier ; cas n° 16, Inv. 282, charron ; cas n° 20, Inv. 77, meunier ; cas n° 22, Inv. 84, épicier.

185 Cas n° 12, Inv. 217 régisseur des terres et des forêts ; cas n° 19, Inv. 283 maréchal-ferrant ; cas n° 21, Inv. 225 boulanger ; cas n° 23, Inv.218 cafetier ; cas n° 28, Inv. 164 instituteur primaire ; cas n° 29, Inv. 221 secrétaire de mairie ; cas n° 31, Inv. 136 juge de paix, cas n° 32. Inv. 75 curé de campagne.

186 Voici les premières mentions des nouveautés relevées dans notre échantillon : le canapé (Inv.83, 1859) ; la bibliothèque (Inv.83, 1859) ; la table de toilette (Inv.136, 1878) ; le fauteuil (Inv.75, 1853, Inv.82, 1859) ; le guéridon (Inv.75, 1853, Inv.136. 1878) ; la pendule (Inv.128, 1854, inv.131, 1854) etc.

187 Inv. 231, 1905.

188 Inv. 218, 1910, cafetier.

189 Inv. 84, 1864, épicier.

190 Inv. 217, 1910.

191 Inv. 164, 1899, instituteur primaire.

Table des illustrations

Titre Fig. 7 Le nombre d’individus et de ménages
Légende 1. Nombre d’individus – 2. Nombre de ménages
Crédits source : Les tableaux récapitulatifs des recensements de la population
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 8 Les cheminées, un dispositif pour le feu
Légende Type I L’âtre carrelé est légèrement surélevé par rapport au sol en terre battue. La hotte en briques repose sur deux corbeaux. On note l’absence de tablette et la faible profondeur du foyer. Cette cheminée est construite dans une annexe.Types II et III L’âtre carrelé est au même niveau que le sol. Le contrecœur est en briques. Le manteau peut être recouvert par une menuiserie peinte, moulurée.
Crédits Beaumont-la-Ronce dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 9 L’évier et son système d’évacuation des eaux usées
Crédits Beaumont-la-Ronce dessin R. Schweitz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 10 Les relations de voisinage et de parenté dans une rue d’habitations troglodytiques
Crédits source : Musée des A.T.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 11 Le puits, lieu de rencontre et de diffusion des nouvelles.
Crédits source : Musée des A.T.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 12 L’intérieur d’une maison à étage
Légende A. évier, B. placard, C. escalier1. lit2. petit lit3. table4. table ronde5. fauteuil6. maie7. armoire8. buffet9. commode10. cuisinière11. garde-manger12. billot13. machine à coudre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search