Version classiqueVersion mobile

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

L’étude du quotidien

Texte intégral

  • 1 Jean, BAUDRILLARD, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, p. 51-52.

Le quotidien, c’est l’humble et le solide, ce qui va de soi, ce dont les parties et fragments s’enchaînent dans un emploi du temps. Et ceci sans qu’on (l’intéressé) ait à examiner les articulations de ces parties. C’est donc ce qui ne porte pas de date ; il occupe et préoccupe et pourtant il n’a pas besoin d’être dit1.

  • 2 Henri, Lefebvre, Critique de la vie quotidienne. Pans, L’Arche éditeur, t. 1, Introduction, reed. 1 (...)
  • 3 Michel, de Certeau, L., Giard, P., Mayol, L’invention du quotidien, Paris, l’Union générale d’éditi (...)

1 Les philosophes, les sociologues et les historiens se sont intéressés à la connaissance du quotidien ; d’importants ouvrages jalonnent la seconde moitié du XXe siècle, notamment la Critique de la vie quotidienne d’Henri Lefebvre2 ou L’invention du quotidien de Michel de Certeau3. Cela renvoie à la notion de durée, à la succession des journées semblables les unes aux autres. L’ethnologie du quotidien repose sur l’étude des activités accomplies régulièrement par la grande majorité des individus d’une société donnée.

  • 4 Daniel. Roche, Le peuple de Paris, Paris, Aubier Montaigne, 1981, 286 p., p. 105.

2Un extrait de l’ouvrage de Daniel Roche, le Peuple de Paris, fondamental pour qui travaille en ce domaine, éclaire la problématique mise en place. Les manières d’habiter doivent être interrogées : d’abord autour de la fonction d’habitation saisie dans ses localisations et son agencement ; ensuite dans ses façons d’utiliser l’espace pour réaliser les besoins biologiques élémentaires : sommeil, chauffage, alimentation ; enfin, pour retrouver les gestes de tous les jours qui s’inscrivent dans le support des mobiliers4.

  • 5 Monique, Eleb-Vidal et Anne, Debarre-Blanchard, Architecture domestique et mentalité. Les traités e (...)

3Tout individu crée un espace personnel, un territoire dont il marque les frontières par des limites symboliques, matérialisées par des murs et des objets. La maison indique l’existence d’un “dedans” et d’un “dehors”, d’un “chez soi” et d’un “chez les autres”. Pour s’isoler du froid et des bruits, pour se protéger des dangers et des regards de la collectivité, l’individu modèle l’espace à son image. Cette “manière d’aménager” reflète la place de l’occupant dans la société, son statut socio-économique, ses appartenances politique et religieuse, ses modes relationnels. De nombreuses études ont portées sur l’architecture domestique à travers les traités d’architectes. Elles concernent les ouvriers et bourgeois des villes, dans une moindre mesure les gens des campagnes5.

  • 6 Suzanne, Roux, La maison dans l’histoire, Paris, Albin Michel, 1976, 297 p.

4Toute description de l’espace habité est celle, statique, de son image à un moment donné. Les changements interviennent peu à peu au fil des années, ils s’opèrent au rythme de la vie et de la mort des habitants, ils s’accélèrent sous la poussée économique. La longueur du temps écoulé préserve l’espace habité de tout bouleversement brutal et assure la permanence de sa diversité. Une part considérable de l’aménagement et du construit en milieu rural est un produit de l’histoire, constitué par des acteurs disparus dont les intentions ne sont plus6. L’importance du passé n’est pas seulement d’avoir infléchi le cours des choses mais d’avoir amené les résultats toujours présents et qui de ce fait pèsent de leur propre poids sur le présent.

  • 7 Philippe, Bonnin, Martine, Perrot et Martin, de la Soudière, L’ostal en Margeride, Paris, éd du CNR (...)

5L’étude de ces espaces domestiques met en évidence les tendances des transformations architecturales. L’évolution récente du logement rural a été marquée par un processus de différenciation et de spécialisation des lieux bien analysé par les ethnologues Philippe Bonnin, Martyne Perrot et Martin de la Soudière en Margeride7. La salle commune a subi de très importantes transformations : remise en état, redistribution partielle ou plus complète de l’espace. Comment s’est manifesté la coexistence d’archaïsmes et de nouveautés si particulière à l’habitat rural ? L’habitat rural a été lentement remanié, il est le témoin majeur des différentes vagues du modernisme. Certaines formes d’habitat délaissées au début du XXe siècle retrouvent une certaine vogue, telles les habitations troglodytiques, mais elles subissent des transformations importantes.

6Pour comprendre le rapport de l’usager avec son espace bâti et aménagé, la démarche proposée relève de l’analyse de sa construction et de sa transformation. Les modifications techniques et esthétiques les plus évidentes se sont opérées avec d’autres, sans doute plus pertinentes et plus révélatrices, celles des structures de l’organisation de l’espace, de la dynamique de l’espace. La maison rurale, plus que d’autres formes d’habitat, est tributaire de ses états antérieurs : sa longévité matérielle, la relative stabilité des valeurs qu’elle incarne et du mode d’habiter qu’elle définit, permettent des reprises sur plusieurs générations. Elle intègre des survivances héritées, tant subies que volontairement perpétuées, en même temps qu’elle s’adapte à son milieu et répond aux pratiques du moment : elle est peut-être plus qu’une autre appelée à se transformer et elle est sujette aux nécessités de la réadaptation. Il s’agit de mesurer les incidences des modes de vie sur les structures de l’habitat rural reposant notamment sur la séparation des fonctions primitives de la salle commune donnant lieu à la création de nouveaux espaces particularisés par leur mobilier.

  • 8 Alain, Morel, “Nouveaux terrains, nouveaux problèmes”, Ethnologies en miroir (textes réunis par I. (...)
  • 9 Guy-Marie (Dora), Oury, A travers la Gâtine tourangelle, Dactylogramme, s. d., 218 p.

7Dans son article “Nouveaux terrains, nouveaux problèmes”, Alain Morel précise la démarche ethnologique8. Le “local” est apparu comme le niveau vers lequel il fallait orienter la recherche pour saisir les processus concrets et donner du sens au vécu parcellaire d’une population représentative. Le choix de la Touraine septentrionale, résulte d’une carence de l’ethnographie régionale. Il y a plusieurs dizaines d’années, Guy-Marie Oury notait dans un de ses manuscrits, déposés à la bibliothèque de la Société archéologique de Touraine, son isolement et son délaissement : La Touraine du nord est un pays oublié (...). La gloire n’a pas franchi les coteaux du fleuve ; au-delà jusqu’aux confins du Maine, c’est un vrai pays de Cendrillon 9. Pays délaissé, pays à défricher, il est pour l’ethnologue un excellent terrain d’investigation.

8Les résultats de recherche dépendent nécessairement de la documentation utilisée, de méthodes d’investigation à la fois historique et ethnographique, du mode d’exploration et des analyses qui s’ensuivent. Il importe donc, dans la mesure du possible, de reconstituer une population sensiblement représentative de l’époque tout en prenant conscience du caractère déformant des sources considérées.

  • 10 Arlette, Schweitz, L’espace domestique en Touraine septentrionale (1850-1930). Les archives notaria (...)

9L’approche des comportements quotidiens, à l’intérieur d’un espace circonscrit, la maison, s’appuie sur la comparaison des patrimoines mobiliers dans le temps, sur la mise en évidence des hiérarchies socioprofessionnelles, sur l’étude des transformations intervenues. Il est nécessaire de faire appel aux méthodes traditionnelles de la démarche ethnographique, en croisant plusieurs sources : les listes nominatives des recensements de population, les travaux des érudits locaux, les enquêtes effectuées par le Musée national des arts et traditions populaires, les archives notariées et les témoignages des anciens10.

10Certaines limites d’une telle documentation peuvent être clairement soulevées. L’échantillon de 294 inventaires après décès, reproduisant la structure socioprofessionnelle de la région considérée, permet la reconstitution de modèles d’espace de vie, tout en faisant ressortir de larges zones d’ombres. Par définition, l’inventaire est un état descriptif et estimatif des biens de la communauté conjugale ; ne sont pas prisés les biens acquis en dehors de la communauté, les biens appartenant aux enfants et aux étrangers vivant sous le même toit, les denrées périssables, les objets sacrés, ceux d’usage intime ou de faible valeur marchande. L’inventaire après décès découle des problèmes de succession. La majorité de la population tourangelle règle ses affaires en-dehors de toute procédure notariale, comme le souligne le chapitre suivant. Il n’en demeure pas moins que cet acte, dressé sous le contrôle d’un notaire, est une source extrêmement précieuse pour un ethnologue du quotidien.

11La documentation semble assez diversifiée pour rendre compte de la complexité des structures et des mutations socio-économiques, tout en ne négligeant pas l’évolution historique générale, et assez homogène pour qu’un regroupement soit possible. La méthode d’analyse reposant sur la confrontation des informations interdit pratiquement les dépouillements exhaustifs sur un grand nombre. Le seul examen du volume global des inventaires après décès entre 1850 et 1930, le confirme puisqu’il correspond au dépouillement de 520 inventaires pour l’étude notariale des Hermites, 311 pour celle de Saint-Paterne-Racan et 193 pour Beaumont-la-Ronce. Plusieurs explorations ont été envisagées, soit l’exploration intensive de points particuliers, soit des sondages dans une zone géographique. C’est la seconde solution qui a été retenu. Pour que l’échantillon soit équilibré dans le temps et dans l’espace, il faut tenir compte de la relativité des données notariales : pour la seule année 1860, l’activité de chaque notaire correspond à l’établissement de deux à seize inventaires. Ce regard global porté sur la société tourangelle, dans son ensemble, paraît être en totale opposition avec la sélection de tel ou tel village, de tel ou tel groupe socioprofessionnel, de tel ou tel niveau de richesse.

12Après des recherches préliminaires et la mise en forme d’un cadre d’analyse, les récits recueillis auprès d’une majorité de femmes originaires de la Touraine, nées vers 1900, donnent un éclairage assez neuf à l’exploitation des inventaires après décès. Cette mémoire reflète des expériences vécues, et à partir de ces faisceaux de souvenirs, il est possible de connaître les différentes façons dont les tourangeaux perçoivent leur espace de vie au cours de la période relativement longue, qui va de 1850 à 1930, et de préciser les changements socio-économiques de la maison, à l’échelle de la collectivité. La plupart des informateurs sont des femmes issues de milieux socioprofessionnels très diversifiés, agriculteur, artisan, commerçant, notable. En effet, toutes les tâches quotidiennes en rapport avec la maison : préparer le feu, faire la cuisine, nettoyer le linge et le raccommoder, tout cet enchaînement de gestes relève du domaine féminin. Les nombreux travaux de Martine Segalen ont démontré, qu’en-dehors des repas et des événements qui rassemblent la collectivité, l’homme n’a pas de justification pour s’y tenir et il ne se trouve guère enclin à s’attarder dans cet univers domestique qu’il ne maîtrise pas.

13La distance entre la vie quotidienne au XIXe siècle et ce qu’il est possible d’en connaître aujourd’hui tend à s’accroître et la fiabilité des témoignages oraux diminue d’autant. Il faut y adjoindre l’écart existant entre notre propre espace de vie et celui du passé à restituer. Issu et pris dans une société de “consommation”, le chercheur peut se définir comme le témoin passif de la période envisagée, témoin qui reste limité aux traces qu’on a bien voulu conserver et exhumer.

  • 11 Le rapport de l’E.M.T. d’Indre-et-Loire a été rédigé par Jacques Barre, Lucien Lepelletier et Jacqu (...)

14Le repérage photographique n’a pas pu être envisagé car le regard d’autrui et ses conséquences – même si le document reste anonyme – est très accentué dans un tel microcosme social. La consultation du carnet de route du chantier 909 Enquête sur le Mobilier Traditionnel rédigé vers 1940 qui avait pour objectif de repérer des meubles en contexte confirme cette impression de terrain. Le meuble assez rare est difficile à découvrir, les paysans dont beaucoup sont très méfiants. Plusieurs refus de laisser photographier leurs meubles ont été essuyés. Plusieurs nous demandaient de ne pas y figurer leur nom 11.

  • 12 Annuaire statistique et commercial du département de l’Indre-et-Loire. Tours, imp. Ladevèze, 1870, (...)

15 L’unité domestique formée d’un espace et de ses occupants s’intègre dans un ensemble plus vaste, le village. Il ne suffit pas d’étudier l’inventaire après décès, c’est-à-dire la description et l’estimation de la maison, il faut encore tenter de la situer dans un contexte plus large : le village et la communauté villageoise. Des documents tels que les registres des délibérations du conseil municipal, les annuaires statistiques et commerciaux et le cadastre permettent d’atteindre cet objectif12.

16Les comptes rendus des débats du conseil municipal reflètent les fluctuations de l’opinion des notables, bien moins celle de l’opinion populaire. Les orientations politico-économiques, prises par les responsables de la commune ne sont pas toujours approuvées par l’ensemble des concitoyens. Toutefois, le choix des thèmes traduit le retard ou l’avancement des mentalités face à l’innovation : l’installation de l’électricité, l’adduction de l’eau potable, l’application de la loi Loucheur sont des indicateurs pour l’étude de l’aménagement de l’espace et des mentalités du monde rural. En Touraine, le rapport des délibérations est toujours rédigé par l’instituteur du village mais les décisions sont prises majoritairement par des agriculteurs, travaillant ou vivant de la terre.

17Les annuaires statistiques et commerciaux du département d’Indre-et-Loire se sont considérablement améliorés dans leur présentation depuis leur création en 1800. D’une liste brève et sèche des principaux habitants de chaque commune, ils sont devenus plus détaillés en introduisant la profession de chaque “notable”. Dès 1880, ce document devient une source incomparable pour analyser à l’échelle communale, les mouvements socio-économiques et le succès ou l’échec de l’installation d’intermédiaires, comme le courtier en vins, pour mesurer l’impact des pouvoirs tant laïques que religieux.

  • 13 Cette observation est le résultat du dépouillement de quelques numéros de la Dépêche de Tours, deve (...)

18Dans un tout autre domaine, la presse locale rassemble les faits divers, les propos des notables, les nouvelles et les anecdotes mais rien sur les gens ordinaires et leurs manières de vivre. L’écrit conserve du quotidien l’inscrit et le prescrit13.

  • 14 Suzanne, Tardieu, Équipement et activités domestiques dans le Mâconnais rural pré-industriel, Paris (...)

19L’histoire s’accélère et ce sont des pans entiers de notre passé, et tout particulièrement de notre quotidien, qui sombre dans l’oubli. Les travaux de Suzanne Tardieu-Dumont ont été à l’origine du désir de recueillir les bribes de l’existence des gens ordinaires, de les comparer entre eux et de les confronter avec les écrits officiels ou non officiels14

20 Au XIXe siècle, la plupart des gens se satisfaisaient du public des veillées ou de l’audience enfermée dans les cabarets ; raconter sa vie ou celle des autres n’intéressait que quelques privilégiés. Un ancien vigneron Léon Berland, reprend la plume vers 1909 après un long silence.

21 (...) Je me repens aujourd’hui de ne pas avoir continué, mais à cette époque, mon fils m’ayant quitté pour habiter Tours. Cette séparation jeta un grand trouble dans mon existence et je cessais d’écrire bien à tort, car il est bien regrettable que les habitants des campagnes n’enregistrent pas les faits locaux, les années prospères, et les mauvaises, les grandes calamités, les événements politiques, sociaux et économiques, l’histoire de la famille (...) Ces archives-là seraient précieuses et intéressantes pour les futures générations à qui elles enseigneraient la marche lente, il est vrai, mais sûre du progrès en toutes choses, et seraient pour elles d’excellentes leçons (...) malgré l’essor donné à l’instruction populaire par la révolution de 1848, sous le ministère Carnot, et dont ma génération profita la première, peu de gens écrivent et surtout à la campagne (...).

22Il se souvient de son enfance qui se déroula dans l’auberge familiale. Je grandissais donc, dans cette vieille auberge où vivaient ensemble, le ménage de mon grand-père "Aunet et celui de mon père.

23 Je la vivais en songe l’existence familiale de plus d’un demi-siècle, que l’on menait dans cette maison du XVIIIe siècle.

  • 15 Léon, Berland, Mémoires d’un vigneron, Manuscrit, 3 vol., t. 2 1909-1912, p. 24 (A.D. Indre-et-Loir (...)

24 On y recevait un grand nombre de voituriers et de marchands de tous genres, qui, pour la plupart, aux heures des repas, me gavaient de sucre, de café, etc. joint à cela l’excessive tendresse de ma grand’mère, auraient fait de moi un bel enfant gâté et capricieux, sans la sévérité venue bien à propos de mon père et de ma mère 15.

25Un autre témoignage, cette fois-ci, rédigé par un notaire lochois, Léonide Archambault, donne une autre dimension de la prise de conscience des transformations engagées dans le monde rural. Il explique les objectifs de son travail :

26 Mon intention est de les (les paysans) étudier sérieusement afin de reconnaître leurs qualités et leurs défauts (...) Jusqu’à présent, on ne s’est guère préoccupé de cette étude et cependant elle est importante (...) Plus que jamais (...) il est indispensable de se rendre compte des tendances des différentes classes sociales. (...) C’est ce qu’on essayera de faire en faisant une étude approfondie des caractères, des moeurs, des tendances et des aptitudes des habitants de nos campagnes. En-dehors de toutes préoccupations politiques, n’est-il pas utile de connaître les classes qui forment les deux tiers de la population de la France.

27les moyens dont il dispose :

28 Par mes fonctions (de notaire), j’ai toujours vécu au milieu des paysans et fait leurs affaires. J’ai connu tous leurs services de famille, j’ai pu saisir leurs pensées dans toutes les visitations de leur vie, les agitations de leur coeur.

29 la manière dont il va l’exposer :

  • 16 Léonide, Archambault, Les paysans, Manuscrit. 1878, 10 vol., Première Lettre.

30 Je vais donc vous parler d’eux et je ne vais pas le faire dans la forme d’un traité ex-professo, ce qui serait lourd, mais simplement, en réveillant mes souvenirs et en les confiant immédiatement au papier 16.

  • 17 Auguste, Millet, Dr, L’ami du cultivateur ou préceptes d’hygiène basés sur la morale, Paris, Victor (...)

31Ce manuscrit, écrit en 1878, bien que reprenant certaines observations du docteur Millet17, reste une source d’informations précieuses pour l’ethnologue.

  • 18 Jacques-Marie Rouge, Le Folklore de Touraine, Tours. Chinon, Loches, Tours, imp. tourangelle, 1923, (...)
  • 19 Daniel, Schweitz, “L’œuvre ethnographique de Jacques-Marie Rougé”, Bulletin de la Société archéolog (...)
  • 20 Jacques-Marie, Rougé, Ceux de Touraine et des pays de la Loire, Paris, Horizons de France, 1941, 13 (...)

32Plus tard, un folkloriste, Jacques-Marie Rougé s’intéressa à la région tourangelle. Son ouvrage, Le folklore en Touraine18, se veut une contribution à une meilleure connaissance du patrimoine régional, tout en cherchant à sauvegarder une part de la mémoire des tourangeaux19. Né à Ligueil en 1873, il s’attacha toute sa vie à observer méthodiquement les usages et les coutumes de la région de Loches et de Tours, il correspondit régulièrement avec Arnold Van Gennep. Il fut membre de la Fédération régionaliste française et de la Société des traditions populaires. Comme d’autres “traditionnistes”, il eut le sentiment profond de la disparition inéluctable des traditions et d’une certaine identité culturelle. Toute année qui s’enfuit, et chaque vieillard qui meurt, emportent avec eux les souvenirs du passé. Nous n’aurons plus bientôt que des miettes et l’âme des terroirs (...) va mourir (...), tout s’en va, tout est presque parti sans espoir de retour 20. L’idée de la création d’un musée du terroir de Loches remonte à 1913, mais il fut inauguré en 1925. Les collections ethnographiques ont été présentées au public dans une des salles de la Porte royale à Loches, où Jacques-Marie Rougé, principal fondateur du musée, tenta de faire une reconstitution de la vie paysanne des tourangeaux vers 1825-1840, illustration d’une partie de son oeuvre de folkloriste.

33Une marge existe entre ces deux folkloristes s’intéressant à leur propre culture et l’ethnologue qui étudie de l’“extérieur”, en cherchant à l’apprécier le plus objectivement possible, en relation avec son contexte et son histoire. L’ethnologie régionale est par essence le prolongement du mouvement folklorique cherchant à sauvegarder une identité culturelle menacée par l’évolution du monde contemporain.

34En s’intéressant au cadre de la vie familiale, historiens et ethnologues ont montré que l’espace intérieur était le reflet des modes de vie, des hiérarchies socio-économiques et des relations entre les membres d’une même communauté. La seconde moitié du XIXe siècle est une période d’ouverture du monde rural aux innovations et aux modes de la ville. En Touraine, non seulement le chemin de fer est réclamé comme un dispensateur de la prospérité, mais il éveille les campagnes à la modernisation, il apporte des commodités et des possibilités alors inconnues. Avant 1900, un dépôt de journaux est installé dans tous les villages tourangeaux. Par la lecture de la Dépêche du Centre ou de la Touraine Républicaine, les notables et quelques artisans et commerçants sont informés des usages citadins, des nouvelles modes vestimentaires et des améliorations du confort domestique. La plupart de ces mutations socio-économiques, entre 1850 et 1930, peuvent être saisies à partir de l’étude des inventaires après décès et des entretiens recueillis.

Notes

1 Jean, BAUDRILLARD, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, p. 51-52.

2 Henri, Lefebvre, Critique de la vie quotidienne. Pans, L’Arche éditeur, t. 1, Introduction, reed. 1958, 267 p., t. 2, Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, 1961, 357 p.

3 Michel, de Certeau, L., Giard, P., Mayol, L’invention du quotidien, Paris, l’Union générale d’éditions, 1980, t. 1. Arts défaire, 369 p., t. 2, Habiter et cuisiner, 316 p.

4 Daniel. Roche, Le peuple de Paris, Paris, Aubier Montaigne, 1981, 286 p., p. 105.

5 Monique, Eleb-Vidal et Anne, Debarre-Blanchard, Architecture domestique et mentalité. Les traités et les pratiques au XIXe siècle. In extenso, n° 5, 1984-1985, 213 p., Architecture de la vie privée, XVIIe-XIXe siècles, Bruxelles, Archives d’Architecture Moderne, 1989, 311 p., L’invention de l’habitation moderne. Paris 1880-1914. Bruxelles, Archives d’Architecture Moderne-Hazan, 1995, 534 p.

6 Suzanne, Roux, La maison dans l’histoire, Paris, Albin Michel, 1976, 297 p.

7 Philippe, Bonnin, Martine, Perrot et Martin, de la Soudière, L’ostal en Margeride, Paris, éd du CNRS, 1983, 342 p.

8 Alain, Morel, “Nouveaux terrains, nouveaux problèmes”, Ethnologies en miroir (textes réunis par I. Chiva et U.J eggle), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1987, p. 151-171.

9 Guy-Marie (Dora), Oury, A travers la Gâtine tourangelle, Dactylogramme, s. d., 218 p.

10 Arlette, Schweitz, L’espace domestique en Touraine septentrionale (1850-1930). Les archives notariales et leurs apports documentaires, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Thèse de doctorat de troisième cycle en anthropologie historique, 1984, 2 vol., dir. S. Tardieu-Dumont.

11 Le rapport de l’E.M.T. d’Indre-et-Loire a été rédigé par Jacques Barre, Lucien Lepelletier et Jacques Perreau.

12 Annuaire statistique et commercial du département de l’Indre-et-Loire. Tours, imp. Ladevèze, 1870, 136 p., Tours, Deslis frères, 1890, 252 p., Tours, Deslis frères, 1910, 534 p., Tours, Deslis frères, 1928, 447 p.

13 Cette observation est le résultat du dépouillement de quelques numéros de la Dépêche de Tours, devenue en 1947, la Nouvelle République du Centre Ouest.

14 Suzanne, Tardieu, Équipement et activités domestiques dans le Mâconnais rural pré-industriel, Paris, Institut d’ethnologie, 1964, 525 p. et “Espace domestique”, L’Aubrac, Paris, CNRS, 1971, t. 3, p. 263-275.

15 Léon, Berland, Mémoires d’un vigneron, Manuscrit, 3 vol., t. 2 1909-1912, p. 24 (A.D. Indre-et-Loire), éd. P. audin, Moi, Léon Berland vigneron de Touraine. Tours, C.L.D., 1995, 204 p. Les mémoires de Léon Berland, originaire de Veigné (1847-1912), retracent son enfance et les grands événements de sa vie.

16 Léonide, Archambault, Les paysans, Manuscrit. 1878, 10 vol., Première Lettre.

17 Auguste, Millet, Dr, L’ami du cultivateur ou préceptes d’hygiène basés sur la morale, Paris, Victor Sarlit, 1862, 135 p.

18 Jacques-Marie Rouge, Le Folklore de Touraine, Tours. Chinon, Loches, Tours, imp. tourangelle, 1923, 204 p.. Tours, Arrault et cie, 1931, 388 p., Tours, Arrault, 1943, 284 p.

19 Daniel, Schweitz, “L’œuvre ethnographique de Jacques-Marie Rougé”, Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLII, 1990, p. 277-296. et “Une source de l’identité tourangelle : le Musée du terroir de Loches”, Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLIII, 1992, p. 679- 702.

20 Jacques-Marie, Rougé, Ceux de Touraine et des pays de la Loire, Paris, Horizons de France, 1941, 134 p. (types et coutumes), p. 130.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search