Version classiqueVersion mobile

La maison tourangelle au quotidien

 | 
Arlette Schweitz

Préface

Alain Corbin

Texte intégral

1Arlette Schweitz nous présente une histoire de la construction des territoires domestiques et de l’agencement des espaces quotidiens de vie dans les campagnes de la Touraine septentrionale. Ainsi dessinée, l’entreprise est nouvelle. Certes, les études consacrées à la maison rurale, au mobilier qualifié de traditionnel, comme les reconstitutions d’intérieurs rustiques, ne manquent pas ; que l’on songe aux innombrables musées de la vie locale. Mais il s’agit, le plus souvent, de présentations statiques, sourdes à la diachronie, qui semblent se référer à une histoire immobile. C’est ici l’étude de l’évolution d’un espace d’habitation, de circulation, de travail, de provision et de conservation qui est proposée ; et, du même coup, celle des frontières qui séparent le public et le privé, celle des changements des représentations de l’espace et du temps que tout cela traduit.

2Qu’il s’agisse de la multiplication des pièces habitables, de la conquête de l’étage par la cellule familiale ou de la dissociation et de l’individualisation d’espaces domestiques longtemps structurés par la disposition des objets – avant que ne triomphe la cloison rigide –, Arlette Schweitz s’impose en permanence de dater. Grâce à elle, le lecteur peut suivre les variations de ces frontières ténues, déterminées par la distribution des meubles et des rideaux. La position du buffet et des chaises, le réaménagement des écrans de tissu, qui assurent l’intimité et masquent le désordre ou le lit défait, disent l’évolution des sensibilités. Ainsi, l’histoire qui est faite devient celle des déplacements subreptices qui s’effectuent, selon des systèmes d’oppositions devenus de plus en plus nets, entre le dehors et le dedans, entre l’espace ouvert, bruyant, instable et un espace permanent, truffé d’interdits, dont la configuration assure le silence et le secret ; entre l’avant destiné au regard et l’arrière au code plus relâché ; entre le bas et le haut, après que s’est effectuée la conquête de l’étage ; entre le coin, qui tend peu à peu à être délaissé, et le milieu où s’installe le lit du jeune ménage. Tout cela constitue autant d’objets subtiles d’histoire, comme l’est la victoire de l’armoire et du buffet sur le coffre et le pétrin.

3Soucieuse en permanence des procédures d’élaboration des sources qu’elle utilise, Arlette Schweitz détecte avec méthode les mécanismes et les itinéraires selon lesquels s’opère la diffusion des usages, toujours consciente de ces décalages qui, parfois, se créent entre les générations et qui juxtaposent des manières d’habiter devenues dissemblables.

4En filigrane de cette histoire des distributions et des agencements se lit l’évolution de l’hygiène intime, scandée par l’implantation des simples cabanes que constituent les nouveaux cabinets d’aisances, par l’installation de niches au-dessus de l’évier et par la fixation de fontaines-lavabos dans la cuisine ou le corridor ; en attendant l’apparition de la table en bois, de la toile cirée (1860), de la cuvette et des pots à eau qui encombrent d’exigus cabinets de toilette.

5Face à la porte d’entrée, l’horloge, comme la pendule de la chambre, atteste qu’en ce milieu aussi, s’avive peu à peu la conscience précise des rythmes journaliers. L’agencement de l’intérieur traduit les variations du besoin et du sens de la provision, le raccourcissement du cycle de l’usure, le réaménagement du statut du déchet. La lampe à pétrole et son abat-jour – en attendant la lampe pigeon – renouvellent peu à peu l’appréciation de la lumière. Arlette Schweitz, chemin faisant, dessine des histoires déjà entamées à propos du milieu urbain : celle des procédures de balayage des sols, celle du rangement, qui se substitue à l’empilement ou à l’accrochage, celle de la mise en ordre de ces innombrables objets, naguère entassés dans la cour, qui suscitent alors tant de conflits de voisinage.

6Au fil des pages, le lecteur perçoit le progrès de la toilette vite faite, le dimanche matin, au-dessus de l’évier, le renouvellement des manières de s’asseoir, la multiplication des cuisinières qui font que la veillée décline ainsi que le repas aux champs et que s’impose peu à peu la modernité du charbon.

7La porte de l’armoire, la garniture de la cheminée, qui se font gardiennes de la mémoire, traduisent l’inquiétude suscitée par la difficile transmission des valeurs patrimoniales et, donc, le besoin de constituer la collection du souvenir familial. C’est, du même coup, l’attitude à l’égard de l’objet ancien qui se modifie. L’histoire de la façon de s’installer est aussi celle des représentations de l’avenir, qu’il s’agisse du repli nostalgique et silencieux ou de l’ouverture résolue, voire ostentatoire, à la modernité. Tout cela n’est rendu perceptible, au cœur de la maison rurale de la Touraine septentrionale, que par une série de signes infimes, patiemment détectés.

8Le déclin de la cohabitation, le besoin grandissant de délimiter les territoires, l’approfondissement des interdits d’accès et l’affaiblissement progressif du caractère social de la maison, le calfeutrement plus précis de la chambre, l’accentuation de la séparation entre lieu de rencontre et lieu de repos, le désir plus fréquent de rester chez soi dont témoignent les veuves : nombreux sont les indices qui, au fil des chapitres, montrent le lent progrès de la notion de personne en ce milieu, trop souvent considéré comme un conservatoire des usages collectifs. C’est ainsi que la maison des campagnes de la Touraine septentrionale devient le miroir de l’adhésion tardive aux valeurs nouvelles et, plus globalement, l’indicateur de la réceptivité à ce qui constitue alors la modernité.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search