Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révolutions

 | 
Clara Filet
, 
Svenja Höltkemeier
, 
Capucine Perriot
, 
et al.

Le phénomène Proto-Élamite et la construction archéologique de la révolution proto-urbaine en Iran du Sud-Ouest

Hugo Naccaro

Résumé

Le tournant des IVe et IIIe millénaires avant J.-C. en Iran du sud-ouest est marqué par une révolution majeure : celle de l’apparition de l’État et de l’écriture. Elle est plus précisément la période d’aboutissement de la révolution proto-urbaine, résultat d’un long processus, commencé dès le Ve millénaire.
Le terme « proto-élamite » a été, dans un premier temps, une dénomination issue de la philologie. Il permettait de définir une écriture différente de la tradition sud mésopotamienne qui apparaît à la toute fin du IVe millénaire en Iran du sud-ouest. Cette dénomination a par la suite acquis une connotation archéologique (période, culture et « civilisation »). À partir du modèle d’expansion proto-urbaine sud mésopotamien dit d’ « Uruk » (IVe millénaire), le terme proto-élamite a également permis de désigner un phénomène de même nature en Iran entre 3300/3100 et 2800/2600 av. J.-C.. Ces deux phénomènes (Uruk et proto-élamite) sont nettement différenciés : chronologie, culture matérielle, écriture, originalité artistique. Cependant ils sont indubitablement liés. De nouvelles découvertes et recherches poussent aujourd’hui différentes écoles à remettre en cause la construction archéologique du « phénomène Proto-Élamite ». En effet, l’emploi de cette terminologie a été utilisé afin de désigner une théorique généralisation de la « révolution urbaine » sur une aire géographique très importante et sur un temps relativement court. Cette construction permet d’illustrer les bouleversements radicaux dans l’évolution des sociétés iraniennes à cette période, visibles au travers des restes archéologiques. Cependant elle pose de nombreux problèmes méthodologiques.
L’objet de cet article est de tester l’existence du concept du « phénomène proto-élamite » comme « phénomène proto-urbain » en Iran du sud-ouest. Nous aborderons ainsi son historiographie complexe, son analogie fragile avec le phénomène urukéen, en nous appuyant sur nos recherches en stratigraphie urbaine et sur le matériel.

The end of the fourth millennium BC in southwestern Iran is characterized by a major revolution : the emergence of state and writing. This period is the outcome of the “Proto-Urban Revolution” and the result of a long process beginning from the 5th millennium.
The term “Proto-elamite” originally referred to a script system, different from the Mesopomian one, at the end of the fourth millennium. It is currently used to describe a period, a “culture” and a “civilization”. Based on the Uruk model and its proto-urban expansion from south Mesopotamia (IV
th millennium), the term has also been used to refer a parallel phenomenon in Iran between 3300/3100 and 2800/2600 BC. These two phenomena (Uruk and Proto-Elamite) are clearly different: chronology, material culture, script, artistic originality. Nevertheless they are undoubtedly connected. New discoveries and studies have lead several scholars to a deconstruction of the Proto-Elamite phenomenon, whose terminology was used to define a theoretical generalization of the “Urban Revolution” over a large area and on a short time. This idea suggests a significant change in Iranian society, which is supported by the archaeological evidence. Nevertheless, there are some methodological problems.
The present contribution aims to test the “Proto-Elamite phenomenon” concept as a proto-urban phenomenon that might have developed in southwestern Iran. The complex historiography of the Proto-Elamite phenomenon and particularly its analogy with the Uruk phenomenon will be discussed based on archaeological evidence.

Texte intégral

1Une révolution sociale, politique, technique et économique majeure bouleverse les sociétés de Mésopotamie méridionale (actuel Irak du Sud) et d’Iran du Sud-Ouest au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère. Elle est marquée par l’apparition de la ville, de l’État et de l’écriture, faisant de la transition entre ces deux millénaires une période charnière dans la réflexion évolutionniste, entre préhistoire et histoire.

  • 1 On peut citer l’ouvrage de J.-D. Forest qui illustre parfaitement l’application de ces théories dan (...)

2Les changements considérables qu’ont connus les communautés proche-orientales à la fin du IVe millénaire av. J.-C. ont été regroupés sous ce que G. Childe appelait dans les années 1950, la « révolution urbaine » (Childe, 1950), selon lui, deuxième grand tournant de l’évolution humaine après la néolithisation. L’auteur liait l’urbanisation, la naissance de l’État et de l’écriture, conséquences d’une accentuation des processus de centralisation et de hiérarchisation (nouvelle architecture, perfectionnement du système bureaucratique, production en masse de poteries standardisées). Dès lors, le Proche-Orient a fait office de laboratoire pour l’application des théories néo-évolutionistes nées de l’anthropologie américaine (Yoffee, 2005, p. 4-41 ; Butterlin, 2012). La fin du IVe millénaire constituait ainsi la charnière entre les étapes de la « chefferie complexe » et de la « Cité-État »1.

3Aujourd’hui, nous savons que le processus d’urbanisation a été le fruit d’une longue évolution qui a commencé dès le Ve millénaire en Mésopotamie. La communauté scientifique parle actuellement de sociétés et de centres « proto-urbains », portant ainsi les marques d’un système urbain/étatique toujours en évolution et en expérimentation, mais déjà bien présent au sein des cultures sud-mésopotamiennes et d’Iran du Sud-Ouest dans la deuxième moitié du IVe millénaire. L’évolution stricte de ces centres en « Cités-États » a été remise en cause récemment par P. Butterlin (Butterlin, 2012, p. 188). Si les termes ont changé, les différentes théories associées à cette période, bien que plus nuancées, ne se sont pas réellement écartées de la vision techniciste de Gordon Childe, centrée sur les mutations technologiques accompagnant l’urbanisation.

  • 2 La question de l’expansion urukéenne a fait l’objet de nombreux travaux et d’une historiographie co (...)

4La « révolution urbaine » a été matérialisée en Mésopotamie par la culture méridionale dite d’Uruk. Celle-ci connaît à partir de la deuxième moitié du IVe millénaire une expansion considérable. Des réseaux d’échanges sont alors mis en place sur une aire géographique très importante allant jusqu’au Sud de l’Iran2. Ces derniers sont vecteurs de diffusion du système économique mis au point dans les centres proto-urbains sud-mésopotamiens et d’unification matérielle. Une partie de l’Iran se voit alors le témoin de l’adaptation de nombreuses innovations venues d’Irak du Sud.

  • 3 Ce sont essentiellement les travaux de prospection qui ont servis de base aux théories sur l’appari (...)
  • 4 « The phrase Proto-Elamite phenomenon will be used here, as it is deliberately vague and ambiguous, (...)

5Contrairement au Sud de la Mésopotamie et à la Susiane, qui ont constitué le cœur de la recherche sur l’apparition de l’État3, le plateau iranien est resté en dehors de ce débat. L’Iran de la fin du IVe millénaire et notamment le phénomène Proto-Élamite tient en effet une place à part au sein du schéma « classique » : chefferie complexe obeidienne/Uruk/Cité-État Sumérienne. Néanmoins, le phénomène dit Proto-Élamite daté de 3200-2900 av. J.-C. a vocation à occuper une place plus importante dans ces réflexions. Il est, en effet, encore fréquemment considéré comme la manifestation d’une des premières « civilisations » iraniennes (Sumner, 1986 et 2003, p. 1-2). Cependant, comme le rappelle C. Petrie, le terme de phénomène est avant tout « utilisé comme une expression délibérément vague et ambigüe, reflétant surtout le manque d’un modèle uniforme et qui ferait consensus »4 (Petrie, 2013a, p. 15).

6Qu’est-ce que la compréhension du phénomène Proto-Élamite peut apporter au débat sur l’évolution des sociétés proto-urbaines ? Le phénomène Proto-Élamite peut-il être considéré comme un nouveau cycle proto-urbain ? En quoi l’historiographie de ce phénomène et ses données archéologiques montrent-elles que l’analogie avec l’expansion urukéenne est très fragile ?

La construction du phénomène Proto-Élamite : une historiographie complexe

  • 5 Notre but ici n’est pas d’exposer dans le détail l’historiographie de la question Proto-Élamite mai (...)

7Les nombreux problèmes liés au phénomène Proto-Élamite s’expliquent en grande partie par la construction progressive et complexe de sa signification actuelle5. A. Abdi est revenu sur cette question, et notamment sur la transformation du terme : « de l’Écriture à la Civilisation » (Abdi, 2003).

  • 6 Il semble être avéré que ce système ne représente pas un précurseur dans la genèse de l’écriture él (...)
  • 7 Culture de céramique peinte sud-mésopotamienne qui suit celle d’Uruk, découverte dans les années 19 (...)

8Lors de la campagne de fouilles de 1898-1899, menée sur l’Acropole de Suse, J. de Morgan découvre deux tablettes d’argiles inscrites. L’épigraphiste de la Délégation Française en Iran, le père V. Scheil, identifie alors un système d’écriture indépendant du cunéiforme akkadien, déjà connu à l’époque (Scheil, 1905) (Fig. 1). Celui-ci est désigné « Proto-Élamite», pensant qu’il s’agissait d’un stade ancien de l’écriture Élamite (du IIe millénaire av. J.-C.)6. Par la suite, à partir de cette dénomination philologique, le terme a acquis un sens chronologique, puis culturel voire politique. Dans le deuxième tiers du xxe siècle, la « Période/culture/civilisation » proto-élamite a été longtemps rapprochée de l’univers mésopotamien dit de « Jemdet Nasr »7.

Figure 1. Tablette proto-élamite provenant de l’Acropole de Suse, avec empreinte de sceau-cylindre au verso, fouilles J. de Morgan, 1901. Musée du Louvre, Sb 2801.

Figure 1. Tablette proto-élamite provenant de l’Acropole de Suse, avec empreinte de sceau-cylindre au verso, fouilles J. de Morgan, 1901. Musée du Louvre, Sb 2801.

Hugo Naccaro (avec l’autorisation et la courtoisie de François Bridey et Mahmoud Alassi, Musée du Louvre, département des Antiquités orientales).

  • 8 Le terme « phénomène » pour désigner l’ensemble des faits archéologiques observés à cette période e (...)

9Lors de la profusion des fouilles en Iran dans les années 1960 et 1970, des textes et sceaux-cylindres faisant écho à ce qui avait été défini comme Proto-Élamite sont retrouvés sur un grand nombre de sites du plateau iranien, matérialisant l’existence d’un « phénomène » très étendu8 (Fig. 2).

Figure 2 : Carte de l’Iran, où figurent les sites présentant des tablettes proto-élamites et les principaux sites iraniens au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère

Figure 2 : Carte de l’Iran, où figurent les sites présentant des tablettes proto-élamites et les principaux sites iraniens au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère

Carte de Hugo Naccaro ; fond de carte : Martin Sauvage (CNRS, USR 3225, Nanterre).

  • 9 « Proto-Elamite Studies Revolutionned » (Abdi, 2003, p. 148).

10Comme le dit A. Abdi, la compréhension du phénomène Proto-Élamite a été « révolutionnée »9 par les recherches dans la région du Fars. La découverte du site de Tall-e Malyan (ancienne Anshan, capitale Élamite au IIe millénaire av. J.-C.), effectuée par W. Sumner de l’Université de Pennsylvanie, a profondément changé l’interprétation du « phénomène Proto-Élamite ». Les fouilles ainsi que d’importants travaux de prospections dans la région ont ainsi permis d’identifier une culture matérielle inédite appelée « Banesh ». Cette dernière était alors associée à des textes proto-élamites, dans les sondages profonds de Tall-e Malyan (Nicholas, 1990 ; Sumner, 2003). Le site, par sa taille très importante, apparaissait alors comme le centre d’un phénomène de grande ampleur.

11Nous avons regroupé de façon simplifiée dans un tableau, les principaux courants historiographiques associés au « phénomène Proto-Élamite » (Fig. 3). Ainsi, nous pouvons observer, dans un premier temps, que le débat est dominé par l’idée d’un « internationalisme mésopo-iranien » sous l’influence du rapprochement avec la culture de Jemdet Nasr. Les travaux de J. Caldwell (Caldwell, 1968) et de D. Whitcomb (Whitcomb, 1971, p. 60-73) illustrent ce courant, utilisant le terme d’« oikouménê ». C. Lamberg-Karlovsky et M. Tosi, abandonnant ce dernier, se rattachent également à l’idée d’un internationalisme, mais basé principalement sur l’économie en introduisant le concept de « sphères d’interactions » dans un monde proche-oriental connecté (Lamberg-Karlovsky et Tosi, 1973). T. F. Potts, qui va encore plus loin, fait du phénomène Proto-Élamite la matérialisation d’une réorientation commerciale d’un même système partagé avec le monde sumérien (Potts, 1994, p. 53-86).

Figure 3 : Tableau simplifié des théories sur le phénomène Proto-Élamite selon différents auteurs (avant les années 2000)

Figure 3 : Tableau simplifié des théories sur le phénomène Proto-Élamite selon différents auteurs (avant les années 2000)

Hugo Naccaro.

  • 10 Sur cette question de la dualité entre Suse et les Hautes Terres voir l’article de P. de Miroschedj (...)
  • 11 L’importance de la région de la Susiane avait déjà été particulièrement soutenue par Lamberg-Karlov (...)

12Poussés par la volonté de s’écarter des modèles trop mésopo-centrés, les spécialistes se sont attachés à souligner l’originalité iranienne du monde Proto-Élamite. Les travaux fondamentaux de P. Amiet (Amiet, 1986, p. 91-119), W. Sumner (Sumner, 1986) et J. Alden (Alden, 1982), publiés après la fermeture de l’Iran ont forgé la vision actuelle du phénomène Proto-Élamite. Malgré le caractère très différent de leurs thèses, ces auteurs s’accordaient sur le fait que Tall-e Malyan et le Fars étaient bien le centre d’un phénomène fondamentalement iranien, faisant écho au phénomène urukéen sud-mésopotamien. Sous l’influence de P. Amiet, l’ancienne idée du dualisme Basses/Hautes Terres, s’est alors imposée de nouveau au cœur des débats (Amiet, 1979 et 1986)10. Enfin, à cette vision centrée sur les « Hautes Terres » s’est vu opposer une école dite « sceptique », marquée notamment par la vision de D. T. Potts, laissant le rôle moteur de ce phénomène à la Susiane, et préférant ainsi qualifier la période de « Suse III » (Potts, 1999, p. 71-75)11.

  • 12 Celle-ci reste cependant essentiellement marquée par la recherche occidentale. La conférence a été (...)

13Aujourd’hui, la recherche sur le phénomène Proto-Élamite connait un nouvel élan. Les données inédites, issues des fouilles effectuées au cours des années 2000 par les chercheurs iraniens, apportent des informations essentielles et relancent le débat sur la question Proto-Élamite. Une partie de ces dernières a été rendue publique à la conférence de Cambridge en 2009, consacrée au IVe millénaire en Iran12. Dans la conclusion du colloque, C. Petrie définit alors le phénomène Proto-Élamite comme un « vernis », masquant les diversités locales (Petrie, 2013b, p. 401). Des différentes interventions, il en est ressorti une vision quelque peu hétérogène, non consensuelle. L’article de B. Helwing attire particulièrement notre attention. L’auteure propose un nouveau modèle politique original (Helwing, 2013a). En effet, contrairement à la vision prédominante des publications récentes, qui tendent à déconstruire l’idée d’une entité Proto-Élamite (Petrie, 2013b, p. 401 ; Desset, 2014, p. 15-16), l’auteure élabore un système lié à la montée en puissance de nouvelles élites sur le plateau iranien. Ces dernières, qui avaient été en contact étroit avec les sociétés proto-urbaines du Khuzestan, se seraient imposées suite à la chute des réseaux urukéens. Elles opèrent ainsi une réorganisation commerciale en Iran (Helwing, 2013a, p. 101).

  • 13 Comme le souligne très justement A. Abdi (Abdi, 2003, p. 151, note 6), ce « mésopo-centrisme » est (...)

14Quoi qu’il en soit, le terme proto-élamite a été vidé de son sens. L’approche qui s’était finalement imposée, celle d’un phénomène construit sur l’analogie avec l’Uruk mais centré sur la culture de Banesh et le site de Tall-e Malyan, est de plus en plus contestée. On constate une historiographie complexe biaisée par les problèmes de mésopo-centrisme13, de diffusionnisme, et de dualisme. On peut observer une vision cyclique de la recherche, qui oscille entre la définition d’un phénomène global (lié à l’Uruk/Jemdet Nasr), ou original et proprement iranien.

Les « faits » observés : les données archéologiques

15L’intérêt qu’a suscité la question Proto-Élamite, illustrée par une historiographie riche et complexe, est avant tout dû à la portée de sa position dans le débat évolutionniste proche-oriental. En effet, malgré l’absence de consensus sur sa nature, la diffusion sur le plateau iranien d’un certain nombre d’indices associés à la « révolution proto-urbaine » (production de masse, architecture monumentale, système bureaucratique, nouvelle iconographie) est avérée, et pose de nombreuses questions.

16Les données archéologiques associées au phénomène Proto-Élamite semblent difficilement constituer une entité homogène. Elles paraissent plutôt être le résultat de plusieurs dynamiques, qui reflètent une très grande hétérogénéité de ce qu’on lie par abus de langage à la « culture » proto-élamite. Chacun des différents ensembles d’indices archéologiques principalement administratifs, architecturaux et céramiques présentent des dynamiques qui leur sont propres.

  • 14 Notons l’importance d’un nouveau corpus de textes proto-élamites découverts près de Téhéran sur le (...)

17Le terme proto-élamite désigne avant tout un système d’écriture. Ces textes sont marqueurs d’un système administratif et bureaucratique complexe aux côtés des sceaux-cylindres (Fig. 1). Aujourd’hui, on dispose d’un corpus de près de 1600 tablettes inscrites (Dahl, 2009, p. 24). Elles enregistrent presque exclusivement des transactions administratives locales. Les tablettes ont été retrouvées sur une très grande partie du plateau iranien14 (cf. Fig. 2). Néanmoins, notons que ces dernières n’ont pas été découvertes sur tous les sites où une occupation dite « proto-élamite » a pu être identifiée. À ce jour, il semble établi que le système d’écriture proto-élamite dérive du premier stade proto-cunéiforme de la période d’Uruk, hypothèse défendue notamment par P. Damerow et R. Englund (Damerow et Englund, 1989). Tout porte à croire que la genèse de ces textes s’est effectuée dans l’Ouest de l’Iran, entre Suse et l’Ouest du Zagros central. Pour H. Pittman, dont les travaux portent sur les sceaux-cylindres, l’influence des Hautes Terres et du Fars est également limitée. On assiste, selon l’auteure, à la formation d’un système original dans l’Ouest de l’Iran à la fin du IVe millénaire, dès les niveaux Suse II/Uruk (Pittman, 2013, p. 325-334).

  • 15 La thèse d’un abandon à Suse pose de nombreux problèmes (Butterlin, 2003, p. 305 et Dittmann, 1986, (...)
  • 16 B. Helwing met en avant les ruptures stratigraphiques dans les séquences de Tepe Sialk et Tepe Yahy (...)
  • 17 Notons néanmoins les récents travaux de F. Desset sur cette question, qui identifie un modèle commu (...)

18L’évolution architecturale et notamment stratigraphique montre des changements significatifs. En effet, au sein des sites présentant une occupation dite « proto-élamite » on observe des ruptures stratigraphiques majeures. Ces dernières, antérieures à l’apparition de tablettes et de céramiques liées à la culture de Banesh, peuvent matérialiser un abandon : comme par exemple à Suse sur le chantier de l’Acropole I (Le Brun, 1971)15 (Fig. 4). On observe également de nouvelles occupations ou réoccupations : comme à Tall-e Malyan dans les sondages profonds ABC (Sumner, 2003) et TUV (Nicholas, 1990). Pour B. Helwing, les différentes ruptures stratigraphiques observées dans les séquences de plusieurs sites illustrent des changements brutaux au sein des sociétés du plateau iranien (Helwing, 2013a, p. 96-99)16. Aucun site présentant une occupation continue entre l’époque d’Uruk (deuxième tiers du IVe) et celle dite « proto-élamite » n’est documenté (ce qui aurait permis de mieux comprendre la transition entre ces deux périodes). Bien que les évidences soient peu nombreuses, une architecture puissante a pu être identifiée, par exemple à Tall-e Malyan ou Tepe Yahya (Mutin, 2013, p. 51-55). Enfin, à Tepe Arisman, une planification urbaine a été repérée (Helwing, 2013a, p. 99-101). Néanmoins, aucun modèle architectural commun ne semble être caractéristique des occupations dites proto-élamites17.

Figure 4 : Coupe stratigraphique du chantier de l’Acropole I de Suse, transition IVe-IIIe millénaires

Figure 4 : Coupe stratigraphique du chantier de l’Acropole I de Suse, transition IVe-IIIe millénaires

DAO Hugo Naccaro d’après Le Brun, 1978, p. 178, fig. 28.

19La céramique constitue selon nous, avec la stratigraphie, l’une des meilleures pistes de réflexion pour aborder la question Proto-Élamite. En effet, les différentes traditions de poteries de la transition IVe-IIIe millénaires sont encore mal définies en Iran ; leur étude peut véritablement apporter des éléments de répnse. La définition d’une culture céramique dite « proto-élamite » pose énormément de problèmes. Pourtant, il est clair que plusieurs types standardisés ou présentant une décoration spécifique sont récurrents dans les niveaux datant du tournant des IVe et IIIe millénaires sur de nombreux sites iraniens (Fig. 5).

  • 18 Ce qui permettait d’alimenter la thèse d’une expansion de type « Uruk » venant du Fars et de Tall-e (...)
  • 19 Par exemple, les porteries Fig. 5 : 1, 2 et 5.
  • 20 Des bols à bord biseauté (bevelled rim bowls) et des plateaux (low-sided trays) se retrouvent dans (...)
  • 21 B. Mutin fait la distinction entre la céramique qu’il appelle « Proto-Élamite » et de nombreuses au (...)

20La définition d’un assemblage céramique « type », lié au phénomène Proto-Élamite, a longtemps été rapproché de la culture céramique dite du Banesh Moyen18. Celle-ci a été introduite par les travaux de prospection dans la Kur River Basin (Fars) par W. Sumner (Sumner, 1972) et J. Alden (Alden, 1979), et confirmée par les fouilles de Tall-e Malyan. Cependant, cette « tradition » est bien plus difficilement identifiable en dehors de cette région. En effet, des formes définies comme Banesh Moyen semblent être mêlées à des céramiques peintes « liées au style Jemdet Nasr » sur certains sites (Helwing et Neumann, 2013, p. 44-46 ; Mutin, 2013, p. 82-83)19. De plus, une importante partie de la « culture céramique » du Banesh Moyen semble incorporer des « reliquats » hérités de l’Uruk20. De manière générale, l’influence de la culture sud-mésopotamienne sur le plateau semble avoir été très largement minimisée. Par exemple, les bols à bord biseauté, Leitfossil urukéens, se retrouvent sur une grande partie du plateau (Potts, 2009 ; Helwing, 2013b ; Desset et al., 2013). Ces différentes céramiques se nichent au sein d’assemblages locaux très divers mais encore mal étudiés. La récente publication par B. Mutin montre la diversité des traditions céramiques présentes dans les niveaux dits proto-élamites d’un site comme Tepe Yahya21.

21La céramique associée au phénomène Proto-Élamite est une question complexe qu’on ne peut pas exposer dans le détail ici, mais retenons qu’on observe un matériel relativement standardisé récurrent sur plusieurs sites iraniens au tournant des IVe et IIIe millénaires. Néanmoins, celui-ci est dans le détail d’une grande hétérogénéité, où les traditions céramiques d’Uruk, de Jemdet Nasr, du Banesh Moyen et locales s’entremêlent. Cette vision est sans doute fortement biaisée par de gros problèmes de datation. Quoiqu’il en soit, le matériel céramique lie les régions de l’Ouest, le Fars et une grande partie du plateau iranien de façon incontestable.

Figure 5 : Exemples de poteries dites « proto-élamites »

Figure 5 : Exemples de poteries dites « proto-élamites »

1 : Jarre peinte de Tepe Arisman (d’après Helwing, 2011, Fig. 14 : 1) ; 2 : Jarre peinte de Tall-e Malyan (d’après Nicholas, 1990, Pl. 14 : a, b) ; 3 : Jarre peinte de Tall-e Malyan (Nicholas, 1990, Pl. 16 : m) ; 4 : Jarre à bandes peintes de Tall-e Malyan (Sumner, 2003, Fig. 25 : a) ; 5 : Jarre peinte de Suse (Le Brun, 1971, Fig. 64 : 8 ), 6 et 7 : Bols à bord biseauté de Tall-e Malyan (Nicholas, 1990, Pl. 13 : k, l) ; 8 et 9 : Bols à bord biseauté de Tepe Yahya (Mutin, 2014, Fig. 3.3 : 17,18) ; 10 : Plateau de Tall-e Malyan (Sumner, 2003, Fig. 13 : a (détail)) ; 11 et 12 : Plateaux de Tepe Yahya (Mutin, 2014, Fig. 3.7 : 9,10).

DAO Hugo Naccaro.

Interprétation : un nouveau cycle proto-urbain ?

22La définition du phénomène Proto-Élamite construite sur l’analogie avec l’expansion urukéenne est le résultat d’une historiographie complexe, et ne peut être employée au vu des preuves matérielles rapidement présentées ci-dessus. Cette vision a été forgée par l’influence de certains auteurs qui se sont attachés à montrer l’originalité iranienne de ce phénomène en opposition avec la vision globale des années 1960 et 1970. Il n’y a pas « d’entité culturelle proto-élamite » comparable à celle d’Uruk. Nous rejoignons C. Petrie en la nécessité de ne plus voir les assemblages matériels dits proto-élamites comme un « package » (Petrie, 2013b, p. 401). Les différentes données céramiques, comme administratives, ont des dynamiques qui leur sont propres.

23Si l’analogie d’une expansion culturelle comme celle qu’avait connue la Mésopotamie au cours du IVe millénaire, avec comme « cœur » Tall-e Malyan est à remettre en question, la déconstruction du phénomène Proto-Élamite et de son expansion semble mener à une impasse. Il nous parait en effet difficile de reléguer le phénomène Proto-Élamite à la simple invention et à l’utilisation d’une technique administrative comme le propose F. Desset (Desset, 2014, p. 15-16). L’emploi du terme de « vernis » par C. Petrie pour qualifier le phénomène (Petrie, 2013b, p. 401), s’il reflète peut être mieux la réalité matérielle, minimise la portée historique et évolutionniste d’un certain nombre d’évidences (alimentaires, administratives, iconographiques) qui se retrouvent sur une grande partie du plateau iranien. Les différentes données dessinent, comme l’a démontré B. Mutin, une sphère commune sur toute une aire ouest-iranienne ; certes d’une grande hétérogénéité par l’influence d’autres cultures matérielles, mais qui indique le partage d’un certain nombre d’activités et de traits culturels/sociaux (Mutin, 2013, p. 196-197). Ces dernières sont liées (ou issues) en grande partie aux évolutions venues du système proto-urbain sud-mésopotamien et de Susiane de la fin de la deuxième moitié du IVe millénaire. La présence de ces pratiques aux importantes dynamiques d’expansion, tout comme les nouvelles modalités d’occupation au sein des sites, témoigne d’un profond changement des sociétés de l’Ouest de l’Iran. Le phénomène Proto-Élamite semble bien être la manifestation d’un nouveau cycle proto-urbain en fort lien avec l’Uruk mais dont la nature, les acteurs et les modalités de cette expansion répondaient à des problématiques qui n’avaient rien à voir avec ce dernier. La réorientation des réseaux commerciaux a sans doute joué un rôle très important et, en ce sens, nous remettons en avant un point qui avait déjà était soulevé par T. F. Potts (Potts, 1994, p. 53-86) et plus récemment par B. Helwing (Helwing, 2013a).

  • 22 La question du nomadisme, de la montée au pouvoir de ces principaux acteurs au IVe millénaire et de (...)

24L’étude du phénomène Proto-Élamite, peut, dans une certaine mesure, apporter des éléments de réflexion sur l’évolution des sociétés proto-urbaines et sur les liens entre l’apparition de la ville et l’adaptation d’un système organisationnel proto-étatique. Comme le souligne très justement S. Pollock, il est important de trouver des modèles alternatifs à ceux appliqués en Mésopotamie (Pollock, 2013). Le rôle du nomadisme et de la mobilité occupent une place très importante au sein du débat (Sumner, 1986 ; Alizadeh, 2010 ; Alden 2013)22. La nature des acteurs du transfert technologique et l’adaptation de nouvelles pratiques au sein de sociétés à l’organisation politique et économique très différentes de celles connues en Mésopotamie ou en Susiane posent également de nombreuses questions.

25La dénomination archéologique du phénomène Proto-Élamite a été le fruit d’une longue et complexe historiographie ; vision cyclique de la recherche, qui oscille entre internationalisme et « originalité iranienne ». Ce regard biaise notre réflexion sur les nombreuses et diverses dynamiques d’évolution socio-économique de cette époque en Iran. Il est certain, que le terme a aujourd’hui perdu son sens (phénomène/horizon/nébuleuse), il reflète la méconnaissance de cette période. Il est nécessaire de s’écarter du modèle de l’étape proto-urbaine sud-mésopotamienne qui ne peut pas s’appliquer en Iran.

26Vers 2800 av. J.-C., les preuves archéologiques que nous avons pu mentionner ici disparaissent. L’utilisation de l’écriture sur le plateau iranien cesse alors pendant six cents ans, avant de réapparaître à la fin du IIIe millénaire avant notre ère.

Bibliographie

Abdi K. (2003) – From Écriture to Civilization: Changing Paradigms of the Proto-Elamite Archaeology, dans N. F. Miller et K. Abdi (éd.), Yeki Bud, Yeki Nabud: Essays on the Archaeology of Iran in Honor of William M. Sumner, Los Angeles, p. 140-151.

Adams R. McC. (1981) – Heartland of Cities: Surveys of Ancient Settlements and Land Use on the Central Floodplain of the Euphrates, Chicago.

Alden J. R. (1979) – Regional Economic Organization in Banesh Period Iran, thèse de doctorat, University of Michigan.

Alden J. R. (1982) – Trade and Politics in Proto-Elamite Iran, Current Anthropology, 23-6, p. 613-640.

Alden J. R. (2013) – The Kur River Basin in the Proto-Elamite Era, dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 207-232.

Alizadeh A. (2010) – The Rise of the Highland Elamite State in Southwestern Iran ‘Enclosed’ or Enclosing Nomadism?, Current Anthropology, 51-3, p. 353-383.

Amiet P. (1979) – Alternance et dualité, essai d’interprétation de l’histoire élamite, Akkadica, 15, p. 2-22.

Amiet P. (1986) – L’âge des échanges inter-iraniens, 3500-1700 avant J-C, Paris.

Butterlin P. (2003) – Les temps proto-urbains de Mésopotamie. Contacts et acculturation à l’époque d’Uruk au Moyen-Orient, Paris.

Butterlin P. (2012) – Archéologie et sociologie, le cas de l’Orient ancien, dans S. A. De Beaune et H.-P. Francfort (éd.), L’archéologie à découvert, Paris, p. 184-193.

Caldwell J. R. (1968) – Pottery and the Cultural History of the Iranian Plateau, Journal of Near Eastern Studies, 27-3, p. 178-183.

Childe V. G. (1950) – The Urban Revolution, Town Planning Review, 21, p. 99-115.

Dahl J. (2009) – Early Writing in Iran, A Reappraisal, Iran, 47, p. 23-31.

Damerow P. et Englund R. K (1989) – The Proto-Elamite texts from Tepe Yahya, Cambridge Massachussetts.

Desset F. (2014) – An Architectural Pattern in Late Fourth Millennium BC Western Iran: A new Link between Susa, Tal-i Malyan, and Godin Tepe, Iran, 52, p. 1-18.

Desset F., Vidale M. et Alidadi Soleimani N. (2013) – Mahtoutabad III (Province of Kerman, Iran): An Uruk-Related Material Assemblage in Eastern Iran, Iran, 51, p. 17-54.

Dittmann R. (1986) – Betrachtungen zur Frühzeit des Südwest-Iran. Regionale Entwicklungen vom 6. bis zum Frühen 3 Vorchristlichen Jahrtausend, Berlin.

Forest J.-D. (1996) – Mésopotamie. L’Apparition de l’État, Paris.

Finkbeiner U. et Röllig W. (éd.) (1986) – Ğamdat Naṣr Period or Regional Style, Wiesbaden.

Helwing B. (2011) – Proto-Elamite Pottery from Areas A, C, D and E, dans A. Vatandoust, H. Parzinger et B. Helwing (éd.), Early Mining and Metallurgy on the Central Iranian Plateau. Report on the First Five Years of Research of the Joint Iranian-German Research Project, Mainz-am-Rhein, p. 196-251.

Helwing B. (2013a) – Some Thoughts on the Mode of Culture Change in the Fourth Millennium BC Iranian Highlands, dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 93-105.

Helwing B. (2013b) – Bevelled Rim Bowls, dans M. Lebeau (éd.), Arcane Interregional, Ceramics, Turnhout, p. 31-39.

Helwing B. et Neumann G. (2013) – Local Painted Ceramics in Western Iran, dans M. Lebeau (éd.), Arcane Interregional, Ceramics, Turnhout, p. 35-76.

Hessari M. (2011) – New Evidence of the Emergence of Complex Societies Discovered on the Central Iranian Plateau, Iranian Journal of Archaeological Studies, 1-2, p. 35-48.

Johnson G.A. (1973) – Local Exchange and Early State Development in Southwestern Iran, Ann Arbor.

Lamberg-Karlovsky C. C. (1978) – The Proto-Elamites on the Iranian Plateau, Antiquity, 52, p. 114-120.

Lamberg-Karlovsky C. C. et Tosi M. (1973) – Shahr-i Sokhta and Tepe Yahya: Tracks on the Earliest History of the Iranian Plateau, East and West, 23(1-2), p. 21-58.

Le Brun A. (1971) – Recherches stratigraphiques à l’Acropole de Suse, 1969-1971, Cahier de la Délégation Archéologique Française en Iran, 1, p. 163-216.

Le Brun A. (1978) – Suse, chantier Acropole I, Paléorient, 4, p. 177-192.

Miroschedji P. de (2003) – Susa and the Highlands: Major Trends in the History of Elamite Civilization, dans N. F. Miller et K. Abdi (éd.), Yeki Bud, Yeki Nabud: Essays on the Archaeology of Iran in Honor of William M. Sumner, Los Angeles, p. 17-38.

Mutin B. (2013) – The Proto-Elamite Settlement and Its Neighbors. Tepe Yahya Period IVC, Oxford et Oakville.

Nicholas I. M. (1990) – The Proto-Elamite Settlement at TUV, Malyan Excavation Report, vol. 1, Philadelphia

Petrie C. (2013a) – Ancient Iran and its Neighbours: the State of Play, dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 1-24.

Petrie C. (2013b) – Ancient Iran and its Neighbours: Emerging Paradigms and Future Directions, dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 387-411.

Petrie C. (éd.) (2013) – Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford.

Pittman H. (2013) – Imagery in Administrative Context: Susiana and the West in Fourth Millennium BC, dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 293-336.

Pollock S. (2013) – Scales, Difference, and Mobility dans C. Petrie (éd.), Ancient Iran & its Neighbours. Local Development and Long-Range Interactions in the Fourth Millennium BC, Oxford, p. 379-383.

Potts T. F. (1994) – Mesopotamia and the East. An Archaeological and Historical Study of Foreign Relations ca. 3400 – 2000 BC, Oxford.

Potts D. T. (1999) – The Archaeology of Elam: Formation and Transformation of Ancient Iranian State, Cambridge.

Potts D. T. (2009) – Bevel-Rim Bowls and Bakeries: Evidence and Explanations from Iran and the Indo-Iranian Borderlands, Journal of Cuneiform Studies, 61(1), p. 1-23.

Rothman M. S. (éd.) (2001) – Uruk Mesopotamia and Its Neighbors, Santa Fe.

Scheil V. (1905) – Documents en écriture proto-élamite, Mémoires de la Mission archéologique de Perse 6, Paris.

Sumner W. (1972) – Cultural development in the Kur River Basin: An Archaeological Analysis of Settlement Patterns, thèse de doctorat, University of Pennsylvania.

Sumner W. (1986) – Proto-Elamite Civilisation in Fars, dans U. Finkbeiner et W. Röllig (éd.), Ğamdat Naṣr Period or Regional Style, Wiesbaden, p. 199-211.

Sumner W. (2003) – Early Urban Life in the Land of Anshan: Excavations at Tal-e Malyan in the Highlands of Iran, Philadelphia.

Whitcomb D.S. (1971) – The Proto-Elamite Period at Tall-Ghazir, Iran, mémoire de licence, Emory University.

Yoffee N. (2005) – Myths of the Archaic State, Cambridge.

Notes

1 On peut citer l’ouvrage de J.-D. Forest qui illustre parfaitement l’application de ces théories dans la recherche en archéologie proche-orientale (Forest, 1996) ; voir également sur cette question l’article de P. Butterlin (Butterlin, 2012).

2 La question de l’expansion urukéenne a fait l’objet de nombreux travaux et d’une historiographie complexe présentée et critiquée par P. Butterlin dans sa thèse (Butterlin, 2003) ; voir également la publication de la conférence de Santa Fe (Rothman, 2001).

3 Ce sont essentiellement les travaux de prospection qui ont servis de base aux théories sur l’apparition de l’État ; voir en ce sens les travaux de R. McC. Adams en Mésopotamie du Sud (Adams, 1981) et G. A. Johnson pour la Susiane (Johnson, 1973).

4 « The phrase Proto-Elamite phenomenon will be used here, as it is deliberately vague and ambiguous, reflecting the lack of a unifying and consensual model ».

5 Notre but ici n’est pas d’exposer dans le détail l’historiographie de la question Proto-Élamite mais de montrer les problèmes associés à cette dernière. Pour un résumé complet voir Petrie, 2013a, p. 15-19.

6 Il semble être avéré que ce système ne représente pas un précurseur dans la genèse de l’écriture élamite (Dahl, 2009, p. 24 ; Potts, 1999, p. 73-74).

7 Culture de céramique peinte sud-mésopotamienne qui suit celle d’Uruk, découverte dans les années 1920.

8 Le terme « phénomène » pour désigner l’ensemble des faits archéologiques observés à cette période et lié aux tablettes proto-élamites a été utilisé pour la première fois par D. Whitcomb (Whitcomb, 1971, p. 69-73).

9 « Proto-Elamite Studies Revolutionned » (Abdi, 2003, p. 148).

10 Sur cette question de la dualité entre Suse et les Hautes Terres voir l’article de P. de Miroschedji (Miroschedji, 2003) ; également Butterlin, 2003, p. 184-186.

11 L’importance de la région de la Susiane avait déjà été particulièrement soutenue par Lamberg-Karlovsky (Lamberg-Karlovsky, 1978) ; les travaux de H. Pittman sur la glyptique renforcent nettement la vision de D. T. Potts (Pittman, 2013, p. 325-336).

12 Celle-ci reste cependant essentiellement marquée par la recherche occidentale. La conférence a été publiée sous la direction de C. Petrie (Petrie (éd.), 2013).

13 Comme le souligne très justement A. Abdi (Abdi, 2003, p. 151, note 6), ce « mésopo-centrisme » est particulièrement visible dans le colloque de Tübingen en 1983 (Finkbeiner et Röllig, 1986) et dans la thèse de T. F. Potts (Potts, 1994).

14 Notons l’importance d’un nouveau corpus de textes proto-élamites découverts près de Téhéran sur le site de Tepe Sofalin (Hessari, 2011).

15 La thèse d’un abandon à Suse pose de nombreux problèmes (Butterlin, 2003, p. 305 et Dittmann, 1986, p. 133-142 et 296-297).

16 B. Helwing met en avant les ruptures stratigraphiques dans les séquences de Tepe Sialk et Tepe Yahya et a identifié un déplacement de l’occupation sur site de Tepe Arisman (Helwing, 2013a, p. 97).

17 Notons néanmoins les récents travaux de F. Desset sur cette question, qui identifie un modèle commun sur trois sites à l’Ouest (Desset, 2014).

18 Ce qui permettait d’alimenter la thèse d’une expansion de type « Uruk » venant du Fars et de Tall-e Malyan.

19 Par exemple, les porteries Fig. 5 : 1, 2 et 5.

20 Des bols à bord biseauté (bevelled rim bowls) et des plateaux (low-sided trays) se retrouvent dans ces assemblages (cf. Fig. 5 : 6-12).

21 B. Mutin fait la distinction entre la céramique qu’il appelle « Proto-Élamite » et de nombreuses autres traditions céramiques qu’on retrouve sur le site de Tepe Yahya (Mutin, 2013, p. 57-143).

22 La question du nomadisme, de la montée au pouvoir de ces principaux acteurs au IVe millénaire et de leurs rôles dans les changements culturels posent de nombreux problèmes que nous n’aborderons pas ici (voir Petrie, 2013b, p. 401-404 ; Pollock, 2013).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tablette proto-élamite provenant de l’Acropole de Suse, avec empreinte de sceau-cylindre au verso, fouilles J. de Morgan, 1901. Musée du Louvre, Sb 2801.
Crédits Hugo Naccaro (avec l’autorisation et la courtoisie de François Bridey et Mahmoud Alassi, Musée du Louvre, département des Antiquités orientales).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Figure 2 : Carte de l’Iran, où figurent les sites présentant des tablettes proto-élamites et les principaux sites iraniens au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère
Crédits Carte de Hugo Naccaro ; fond de carte : Martin Sauvage (CNRS, USR 3225, Nanterre).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 3 : Tableau simplifié des théories sur le phénomène Proto-Élamite selon différents auteurs (avant les années 2000)
Crédits Hugo Naccaro.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 4 : Coupe stratigraphique du chantier de l’Acropole I de Suse, transition IVe-IIIe millénaires
Crédits DAO Hugo Naccaro d’après Le Brun, 1978, p. 178, fig. 28.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 5 : Exemples de poteries dites « proto-élamites »
Légende 1 : Jarre peinte de Tepe Arisman (d’après Helwing, 2011, Fig. 14 : 1) ; 2 : Jarre peinte de Tall-e Malyan (d’après Nicholas, 1990, Pl. 14 : a, b) ; 3 : Jarre peinte de Tall-e Malyan (Nicholas, 1990, Pl. 16 : m) ; 4 : Jarre à bandes peintes de Tall-e Malyan (Sumner, 2003, Fig. 25 : a) ; 5 : Jarre peinte de Suse (Le Brun, 1971, Fig. 64 : 8 ), 6 et 7 : Bols à bord biseauté de Tall-e Malyan (Nicholas, 1990, Pl. 13 : k, l) ; 8 et 9 : Bols à bord biseauté de Tepe Yahya (Mutin, 2014, Fig. 3.3 : 17,18) ; 10 : Plateau de Tall-e Malyan (Sumner, 2003, Fig. 13 : a (détail)) ; 11 et 12 : Plateaux de Tepe Yahya (Mutin, 2014, Fig. 3.7 : 9,10).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

Auteur

Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, ED 112
UMR 7041 ArScAn – VEPMO
Thèse sous la direction de Pascal Butterlin, « La Mésopotamie du Sud et l’Iran du Sud-Ouest : évolutions des sociétés proto-urbaines au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère »

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter