Version classiqueVersion mobile

Paris et la Révolution

 | 
Michel Vovelle

Quatrieme partie. Paris et la France revolutionnaire

L’Oise et la révolution parisienne : l’influence et la réception des agents de la capitale en l’an II

Jacques Bernet

Texte intégral

  • 1 Sous l’influence d’adresses venues de Normandie et de Bretagne, le conseil départemental adopta le  (...)
  • 2 Au début de l’été 1793, les sociétés populaires n’étaient même pas présentes dans tous les chefs-li (...)

1De l’été 1793 au printemps 1794, le département de l’Oise, resté fidèle à la Convention mais réputé "tiède", a été vigoureusement repris en main par un certain nombre d’agents parisiens, de passage ou plus durablement installés, dont la tache était en principe d’assurer l’autorité du pouvoir central et l’exécution des lois révolutionnaires. Malgré quelques flottements au sein de l’administration départementale, au cours de la première quinzaine de juin 1793, l’Oise ne s’était pas ralliée aux mouvements "fédéralistes" de la proche Normandie1, mais les autorités locales, dominées par des notables modérés, et les clubs, encore peu nombreux2, se tenaient dans une prudente expectative. Or le département représentait pour la capitale une position économique et stratégique de première importance : il assurait une bonne part de son approvisionnement alimentaire ou en contrôlait les grandes voies d’accès, fluviales et terrestres. Depuis que les Autrichiens se trouvaient aux abords de Saint-Quentin, il était devenu un grand arrière du front tenu par l’armée du Nord, tant pour son ravitaillement que pour sa logistique. La trouée de l’Oise, couloir traditionnel d’invasion, comportait des villes réputées peu sûres, comme Compiègne et Noyon, où il importait de déjouer tout "complot" pouvant faciliter l’avance ennemie. De ce fait les autorités nationales et parisiennes, la Convention et ses comités, le Conseil exécutif provisoire, le département et la puissante Commune de Paris y dépêchèrent leurs hommes : députés montagnards, militants des sections parisiennes, le plus souvent, pour ces derniers, dans la mouvance "cordelière" ou "hébertiste". Ces agents ressentirent un sensible décalage politique entre la capitale et ces pays qu’ils entendaient "mettre à la hauteur". Leurs interventions volontaristes, outrepassant souvent leur mission spécifique, avant tout économique, ne manquèrent pas de provoquer des conflits d’autorité avec les administrations locales et des difficultés avec la population, aux yeux de laquelle ces émissaires "étrangers" incarnèrent la politique révolutionnaire de l’an II Nous tenterons donc d’apprécier leur influence réelle et leur réception, en nous limitant pour l’essentiel aux aspects politiques et religieux.

La hiérarchie des agents civils et militaires

  • 3 Jacques Isoré (1758 – 1839), cultivateur à Rue-Saint-Pierre près de Clermont, avait été président d (...)
  • 4 Les troubles survenus en mars-avril 1793 dans’plusieurs districts (Breteuil, Compiègne, Crépy...) a (...)
  • 5 Cf. Sorel A., Le château de Chantilly sous la Révolution française, Paris, 1872. En 1793-1794, il f (...)

2Rappelons en premier lieu le rôle souvent ponctuel mais décisif des représentants en mission de la Convention, en principe source de toute autorité. La première grande mission montagnarde dans l’Oise fut celle de Collot d’Herbois et Isoré, en août-septembre 1793. La forte personnalité du premier, bientôt membre du grand comité de Salut public de l’an II, confirme l’intérêt porté à la position du département. Son collègue Jacques Isoré, cultivateur du Clermontois et député de l’Oise, y accomplissait sa seconde mission3. Les deux hommes déployèrent une grande activité. Ils accélérèrent le recrutement militaire, qui avait donné lieu à quelques troubles4. Ils mirent en place le système de réquisition de subsistances pour Paris et l’armée du Nord. Ils prirent de vigoureuses mesures de "sûreté générale" : leur arrêté du 17 août, anticipant d’un mois la célèbre "loi des suspects”, fut mis en oeuvre par des "comités de salut public" établis dans les chef-lieux de districts, remplaçant les premiers comités de surveillance, jugés trop timorés, et peuplés des plus chauds patriotes. Les ennemis potentiels ou supposés du régime furent incarcérés dans le Chateau de Chantilly, propriété du prince de Condé, émigré5. Ils s’efforcèrent enfin de "ranimer l’esprit public", en régénérant les clubs ou en impulsant leur création, notamment à Clermont et à Crépy, chefs-lieux de district qui en étaient jusque là dépourvus, tout en épurant les autorités constituées jugées trop tièdes ou peu sûres. Après le départ des deux conventionnels, début septembre, ces taches furent poursuivies par des commissaires départementaux, à qui ils avaient délégué leurs pouvoirs.

  • 6 André Dumont (1765 – 1836), avocat, , fut élu maire d’Oisemont, administrateur du district d’Amiens (...)

3Les troubles consécutifs à l’action de la cavalerie révolutionnaire parisienne, début octobre à Beauvais, amenèrent la Convention à déléguer d’urgence Levasseur de la Sarthe dans le chef-lieu du département. Celui-ci y fut rejoint le 23 octobre par A. Dumont, conventionnel amiénois, déjà chargé de la Somme, qui supplanta rapidement son collègue. Le jeune avocat picard, confirmé dans sa mission dans l’Oise et la Somme en décembre 1793, devait cumuler les deux départements, jusqu’à son rappel à Paris en floréal an II Réputé "terroriste" et surtout déchristianisateur en l’an II6, Dumont sillonna sans cesse son ressort et n’eut qu’une présence intermittente dans notre département. Mais ses interventions furent décisives pour arbitrer les conflits politiques locaux, puisqu’il avait la haute main sur les destitutions et les promotions. Il déléguait ses pouvoirs, dans l’intervalle de ses visites, à des agents sûrs, dont il avait fait ses clients et fidèles exécutants, Bertrand à Compiègne, Quint à Senlis, Girard à Beauvais, agents nationaux de leurs districts respectifs.

4D’autres représentants en mission sont intervenus ponctuellement dans le département en l’an II : Lejeune de l’Indre, chargé de l’Aisne voisine, que l’on vit à Noyon ; Isoré de nouveau, comme responsable de la Commission des approvisionnements de la République et plus particulièrement du ravitaillement de la capitale, à partir de nivôse an II – il eut à ce titre autorité sur les détachements de l’Armée révolutionnaire parisienne – ; enfin du fait de la position géographique du département, les fréquents passages de députés en mission auprès de l’armée du Nord ou chargés de son approvisionnement, donnèrent lieu à quelques autres interventions politiques, notamment de la part de Bollet, conventionnel du Pas-de-Calais.

  • 7 Marie-Benoit Gaulthier (1766 – 1799), ci-devant seigneur de Coutances dans le Clermontois, était ve (...)

5Plus durablement présents, mais aussi plus vulnérables, les agents parisiens de second ordre, avant tout chargés d’une mission économique au profit de la capitale, ont souvent dépassé le cadre de leurs fonctions primitives et incarné, plus que tous autres, l’autorité révolutionnaire parisienne. Commissaires du pouvoir exécutif tels Girard, installé par Collot et Isoré à Beauvais en août 1793 ou Sauveur Chénier, frère des poètes, à Breteuil ; agents missionnés par les comités de Salut public et de Sûreté générale comme Clémence et Marchand, envoyés dans le district de Senlis en septembre, et dans le proche district de Gonesse, en Seine-et-Oise ; commissaires civils chargés de surveiller l’approvisionnement de la Commune de Paris, accompagnés de détachements de l’Armée révolutionnaire : Davesne à Noyon, Renouf à Clermont, M.-J. Décuves à Chaumont-en-Vexin, M.-B. Gaulthier puis H. Bérranger à Compiègne. Souvent jeunes – Girard et Gaulthier étaient nés en 1766, Décuves avait 34 ans –, ils étaient des militants actifs des sections parisiennes, aux tendances "hébertistes". Leur origine n’était pas forcément populaire : Marchand était un ancien prêtre, Décuves ingénieur-géographe, employé au dépôt de la guerre ; le bouillant Gaulthier était même ci-devant seigneur du fief de Coutances, situé à Neuilly-sous-Clermont, et donc originaire de l’Oise. Ce dernier, qui nous fait penser au jeune Rousselin, ami de Danton, envoyé à Troyes à l’automne 1793, avait déjà fait parler de lui dans le département au lendemain du 10 août 1792 : il était venu à la tête d’une troupe parisienne, révolutionner Chantilly et le Clermontois7. Tous ces personnages n’ont certes pas eu le même rôle ni une égale longévité dans leur carrière oisienne, suivant leurs relations avec les autorités locales et leur capacité d’adaptation à la situation. Gaulthier fut rapidement éliminé à Compiègne, Décuves, homme fort à Chaumont, n’a pas échappé à l’épuration consécutive à la chute de la faction "hébertiste" tandis que Girard, bien intégré dans les autorités beauvaisiennes s’est maintenu bien au delà de Thermidor.

  • 8 Cobb R., Les armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements, Paris-La Haye (...)

6Troisième élément parisien, et non le moindre, en effectifs et en poids politique : l’Armée révolutionnaire parisienne, dont l’action est bien connue grace aux travaux de R. Cob8. Ces détachements de sans-culottes parisiens, transformés en soldats politiques, ont traversé tous les districts de l’Oise, entre l’automne 1793 et le printemps 1794, mais ne s’implantèrent durablement qu’à Beauvais (une compagnie de 170 cavaliers commandés par Mazuel et Leclerc, qui intervint aussi à Chaumont, Breteuil, Grandvilliers) ; à Chantilly où une centaine d’artilleurs assurèrent la garde du chateau, prison des suspects ; à Compiègne et Noyon, enfin, villes stratégiques et mal notées par les autorités centrales, où séjournèrent respectivement 114 et 119 fantassins parisiens. Leurs officiers étaient des militants populaires des sections de la capitale, dont certains tentèrent de jouer un rôle politique important dans l’Oise : à Beauvais le cordonnier lyonnais Mazuel, ami de Ronsin et son adjoint Leclerc, ancien prêtre ; à Noyon le capitaine Jean Gasson, de la section Marat, militaire de profession ; à Compiègne son collègue Jean Thunot, menuisier de la section du Panthéon-Français et son lieutenant Boisgirault.

7Les interventions plus ou mois bien coordonnées de ces éléments, l’enchevêtrement complexe des missions, l’incertitude des hiérarchies d’autorité, sans compter les rivalités personnelles et les divisions politiques, créèrent des situations variables d’un district à l’autre, une certaine confusion rendant parfois difficile la mise en place des administrations révolutionnaires comme l’application de leur politique, à quelques lieues de la capitale. On peut y voir l’illustration des tentatives politiques – et de l’échec – du courant "cordelier" à l’automne 1793, en même temps que les limites de la centralisation politique que l’on prête souvent à l’an II

Le rôle politique des agents parisiens

8Commissaires et soldats parisiens tentèrent de contrôler les pouvoirs locaux et d’imposer les mesures révolutionnaires radicales, que leur paraissait nécessiter la situation : économie dirigée, solidarité sociale, terreur et déchristianisation. Mais leur entreprise trouva fort peu de relais autochtones, en l’absence de mouvement populaire organisé, et se heurta le plus souvent au front uni des autorités locales modérées, qui surent en général mobiliser leurs concitoyens contre des ingérences "étrangères" et obtenir l’appui des représentants en mission. Ces luttes politiques provoquèrent des crises aiguës, surtout à Beauvais et Noyon, mais modifièrent le climat politique dans tout le département au cours de l’automne 1793, imposant de manière durable la déchristianisation.

  • 9 A.D. Oise, L IV – 285, premier registre de délibérations du club de Senlis, juillet 1791 – 21 octob (...)
  • 10 A.D. Oise, L IV – 282, second registre de délibérations du club de Senlis. Au cours de cette séance (...)

9Dans presque tous les cas les Parisiens usèrent de la même tactique : investissant les clubs de chefs-lieux de district et s’efforçant de les "régénérer", ils prétendirent leur attribuer des pouvoirs étendus de contrôle politique, en particulier celui d’épurer les autorités constituées. Ce processus peut être suivi dans les délibérations de la société populaire de Senlis, fin septembre-début octobre 1793, avec l’arrivée de Marchand, accompagné de 80 soldats parisiens9. Le commissaire et les sans-culottes de la capitale, bien accueillis dans le club, lui donnèrent un caractère plus militant et anti-clérical ; on envoya des détachements dans les campagnes dépouiller les églises, opérer des destitutions et une centaine d’arrestations, notamment des prêtres. Les soldats parisiens ayant quitté la ville, on déplora que "les aristocrates relèvent la tête" et l’on proposa que "la société s’érige en Armée révolutionnaire qui marchera dans des circonstances périlleuses” (6 octobre). Les artilleurs parisiens restés à Chantilly trouvèrent à Senlis un appui efficace auprès des jeunes officiers de santé de l’hôpital militaire ; leur action conjointe provoqua de vives dissensions dans la société à partir de nivôse an II, mettant en cause les autorités constituées et le "parti" du procureur syndic du district Quint. Deux émissaires du comité de Sûreté générale vinrent enquêter en pluviôse sur’Tapplication contre-révolutionnaire de la loi des suspects", dans les districts de Gonesse et de Senlis. Ils s’en prirent vivement au groupe parisien : "la société populaire de Senlis s’ingérait à cumuler les fonctions attribuées aux autorités constituées et de leur demander compte de leurs opérations, qu’elles ne doivent qu’aux autorités supérieures" (19 pluviôse an II)10. Finalement le conflit fut réglé au profit des autorités senlisiennes par l’intervention de Dumont, qui arrêta la dissolution du club le 17 ventôse an II, recommandant "le respect dû à la loi, aux personnes, aux propriétés, aux autorités constituées, l’ouvrage du peuple, l’ouvrage du souverain, toujours maître de le briser s’il en est mécontent." La société "régénérée" ne compta plus qu’une quarantaine de membres, tous partisans de l’agent national Quint, dont Dumont devait faire son fidèle agent dans le sud du département. Lorsque sa "tyrannie" fut mise en cause, bien après Thermidor, on reprocha paradoxalement à l’agent national d’avoir été l’ami de Marchand et Clémence, arrêtés au lendemain de la chute de Robespierre...

  • 11 Les archives communales de Beauvais ont disparu en 1940. Mais l’on trouve beaucoup de détails préci (...)
  • 12 Cette proposition aurait selon Doyen suscité des "murmures" dans le club. Elle fut cependant conver (...)
  • 13 L’élimination des Hébertistes fut l’occasion d’une fête civique, le 6 germinal an II (26 mars) à Be (...)

10Dans le chef-lieu du département le club, dissous par Collot et Isoré lors de leur second passage dans la ville11, avait été reconstitué le 29 août et compta bientôt quelques 300 membres. La cavalerie révolutionnaire de Mazuel et Leclerc y pénétra en force et lui imprima un nouveau style radical et anti-clérical ; la mise à l’ordre du jour de la Terreur s’accompagna de demandes économiques et sociales. Le 13 septembre Mazuel proposa d’intégrer dans l’Armée révolutionnaire deux escadrons de cavaleries recrutés dans l’Oise et devant partir aux frontières ; on adopta le 20 une motion de Réal, substitut du procureur de la Commune de Paris de passage à Beauvais, demandant la vente en petits lots des biens des émigrés "afin que chaque citoyen malaisé étant à portée d’acquérir une propriété, il jouisse plus particulièrement de la Révolution et en deviendrait de plus en plus le soutien."La crise éclata début octobre, lorsque Mazuel et Girard voulurent imposer la destruction des signes extérieurs du culte12 et surtout l’épuration de la municipalité. Les autorités beauvaisiennes mobilisèrent la garde nationale et les sections contre les Parisiens – ces dernières réclamèrent leur armement. Lors de la séance houleuse du 5 octobre, Girard arracha au club, envahi par les soldats parisiens, une adresse à la Convention déclarant Beauvais en insurrection fédéraliste. Bien que les commissaires devant la porter à Paris eussent été interceptés par la garde nationale, deux émissaires des autorités constituées – dont le procureur général Syndic J.-P. Danjou – furent dépêchés dans la capitale pour en détruire l’effet. Le comité de Salut public les fit arrêter dès leur arrivée et le 8 octobre la Convention, ayant décrété Beauvais en rébellion, y envoya d’urgence un représentant. Arrivé le 11 à Beauvais, le conventionnel Levasseur de la Sarthe y trouva le calme rétabli et démentit la gravité des troubles ; il obtint la fraternisation des Parisiens et des autorités locales, lors d’une grande fête civique, le 20 octobre. C’est pour avoir confirmation de cet apaisement que la Convention, méfiante, adjoignit à Levasseur le conventionnel amiénois André Dumont, alors en mission dans la Somme. Arrivé le 23 octobre à Beauvais, Dumont y supplanta aussitôt Levasseur et prit une série de mesures rigoureuses : destitution de la municipalité, suspension de la garde nationale, en confiant à Mazuel le commandement temporaire de la place ; visites domiciliaires, plus de 300 arrestations, exécution d’un émigré rentré clandestinement, départ accéléré des requis du département, ‘"officialisation" de la déchristianisation, notamment par ses arrêtés sur le dépouillement des églises et surtout l’application du calendrier républicain. En frappant ce grand coup, Dumont avait apparemment donné raison aux Parisiens, mais il avait surtout affirmé son autorité et placé ses hommes aux postes clés. Il fit ainsi de Girard son plus fidèle agent et le plaça à la tête du district, lors de son second passage à Beauvais, à la fin de janvier 1794 ; le commissaire parisien fut par ailleurs investi de larges pouvoirs du représentant en mission et intervint en son nom dans tout le ressort, comme à Bresles en pluviôse, ou dans les districts voisins de Chaumont-en-Vexin, Breteuil, Clermont et Grandvilliers. L’Armée révolutionnaire parisienne fut désormais subordonnée aux autorités constituées épurées, le comité révolutionnaire et la société populaire bien tenus par Girard et ses amis. En se ralliant inconditionnellement à Dumont, Girard resta l’homme fort à Beauvais, jusques et après Thermidor et ne fut éliminé du pouvoir qu’après l’épuration thermidorienne du représentant Pérard en novembre 1794. Les officiers de la cavalerie révolutionnaire, Mazuel et Leclerc, impliqués dans la "conspiration" de germinal tombèrent avec la faction "hébertiste" et cette chute fut d’ailleurs célébrée à Beauvais par une fête civique13.

  • 14 Cf. Bernet J., "Faits et personnages de la Terreur à Noyon, 1793 – 1794", Comptes rendus et mémoire (...)
  • 15 Cette affaire embrouillée témoigne des méthodes de Hennon et des Parisiens : le 5 décembre le club (...)
  • 16 Le 22 décembre la Convention avait donné raison au comité de surveillance contre la société populai (...)
  • 17 On attribua à Hennon une lettre " au citoyen André Dumont, exterminateur de l’aristocratie", où l’a (...)
  • 18 Délibérations du comité de surveillance de Noyon, 15 germinal an II

11Bien qu’un peu plus tardives, les luttes pour le pouvoir à Noyon n’en furent pas moins vives et complexes et les Parisiens y jouèrent un rôle important, en appuyant un groupe révolutionnaire autochtone actif mais fort isolé14. Cette ville occupant une position stratégique, réputée trop tiède, sinon "aristocratique", avait attiré l’attention du pouvoir central. Collot d’Herbois et Isoré, de passage les 7 et 27 août, firent arrêter de nombreux suspects, réactivèrent la société populaire et épurèrent les administrations, plaçant au poste de procureur syndic du district l’arpenteur J. Hennon-Dubois, qui avait dénoncé la ville comme "gangrenée d’aristocratie", dans une lettre publiée par Marat le 21 juin 1793. Avec un petit groupe de Noyonnais -dont le commis du district P.-E. Decaisne, parent de Saint-Just, et le curé Gibert – Hennon prit le pouvoir dans le club et en fit l’instrument de ses ambitions. Il se heurta à la résistance des autres autorités, majorité du district, municipalité et comité de surveillance, qu’il accusa de freiner les mesures de salut public. Fin octobre-début novembre, l’équipe Hennon-Decaisne lança une vaste offensive anticatholique, dès qu’elle eut le feu vert des représentants Lejeune de l’Indre et A. Dumont. Un mouvement d’autant plus violent et isolé que la ville et la région avaient une forte tradition cléricale. Hernon reçut le renfort des Parisiens vers la mi-novembre : le commissaire de la Commune de Paris Davesne et un détachement de 119 soldats de l’Armée révolutionnaire, commandé par le jeune capitaine Jean Gasson, militant de la section de Marat, et que l’on a dit lié à Momoro. Renforcée par ces éléments, la société populaire de Noyon tenta de contrôler tous les pouvoirs, prétendit supplanter et épurer les autorités constituées. Elle envoya ses commissaires, accompagnés de soldats parisiens, dans tout le district, procéder à des arrestations, des visites domiciliaires ou des réquisitions, dépouiller et fermer les églises, forcer les curés à abdiquer, non sans provoquer de multiples incidents de résistance, comme à Attichy, au risque d’allumer de "petites Vendées", notamment à Chiry, Lassigny, Guiscard… Au nom du district et du club, Hennon et Gasson arrêtèrent la destitution et l’arrestation de la municipalité, le 1er frimaire (21 novembre), et la remplacèrent par une commission provisoire de 7 membres, composée de leurs partisans. Le comité de surveillance de Noyon, autre cible du club, la fit immédiatement libérer et réinstaller, si bien que, pendant près de deux mois, Noyon connut une situation fort confuse de "double pouvoir". Chaque parti s’efforça d’obtenir, par ses adresses et ses délégations, un arbitrage de la Convention en sa faveur. Le comité de Salut public chargea Lejeune de l’Indre, alors en mission dans l’Aisne, de débrouiller la situation, mais ce Conventionnel ne put ou ne voulut intervenir dans le ressort de son ombrageux collègue Dumont. Le représentant Bollet, chargé de l’approvisionnement de l’armée du Nord, ne trancha pas davantage lors de son passage le 12 décembre et se contenta d’arrêter le curé Lorenger d’Attichy, pourtant premier abdicataire du district, mais accusé par Hennon de "manoeuvres contre-révolutionnaires"15. Il semble pourtant que les modérés noyonnais aient gagné du terrain auprès des autorités centrales, peut-être par l’intermédiaire du député Coupé16, tandis que l’Armée révolutionnaire parisienne, déjà mise en cause à Compiègne, était rappelée à l’ordre par son état-major. Le comité de surveillance put ainsi destituer et arrêter Hennon-Dubois le 16 janvier 1794, sous prétexte d’une lettre contenant des propos terroristes outranciers et d’une obscure affaire de vol, à l’occasion d’une perquisition17. Cette élimination fut entérinée par Dumont, venu trois jours plus tard à Noyon, et désormais les modérés contrôlèrent totalement les autorités locales qui ne furent même pas épurées à l’époque thermidorienne. L’Armée révolutionnaire rentra dans le rang et fut dès lors subordonnée aux pouvoirs locaux ; le commissaire Davesne, qui semble avoir joué un rôle plus effacé dans cette affaire, se rallia inconditionnellement à Dumont. Refuge des partisans d’Hennon, la société populaire n’eut désormais qu’un rôle marginal et fut peu à peu reprise en main par les autorités constituées. La chute des Hébertistes et le licenciement de l’Armée révolutionnaire parisienne furent chaleureusement approuvés à Noyon, où l’on enquêta sur d’éventuelles ramifications de la "conspiration", non sans volonté de règlements de compte : l’ex curé Gibert fut arrêté, le capitaine J. Gasson inquiété – on rappela ses "dénonciations funestes contre la municipalité"18 – mais put finalement regagner la capitale. La tentative politique conjointe des Parisiens et du petit groupe révolutionnaire picard a donc échoué, victime de son isolement et de la volonté de reprise en main par le comité de Salut public, à l’occasion de l’application de la loi du 14 frimaire.

12A Compiègne aussi, les commissaires et soldats parisiens entrèrent en conflit avec les autorités locales, mais furent d’autant plus aisément contrecarrés puis éliminés qu’ils ne disposèrent d’aucun appui autochtone.

  • 19 Le détachement de Thunot et Boisgirault avait accompli une première mission à Provins en octobre 17 (...)
  • 20 En témoigne ce billet du 14 novembre 1793 au comité de surveillance de Compiègne, à propos de l’arr (...)
  • 21 A côté de basses calomnies sur ses" mauvaises moeurs", Gaulthier fut surtout accusé d’abus de pouvo (...)

13Arrivé à Compiègne début octobre 1793, le commissaire de la Commune de Paris M.-B. Gaulthier, y fut rejoint les 7 et 12 novembre par un détachement de 115 fantassins de l’Armée révolutionnaire parisienne, commandés par le capitaine J. Thunot et le lieutenant Boisgirault, de la section du Théatre-français19. Les Parisiens furent d’abord bien accueillis dans la société populaire, où ils pénétrèrent en masse, et dont ils contribuèrent à radicaliser les séances, comme à Beauvais, Senlis ou Noyon. Leur arrivée coïncidait avec les débuts de la déchristianisation, dont ils furent d’actifs propagateurs et instruments dans le district : au cours de leur mission avec Gaulthier ou des commissaires du district ils opérèrent des perquisitions chez les cultivateurs, dépouillèrent les églises, arrachèrent l’abdication des curés. La présence d’une cinquantaine de soldats parisiens à Pierrefonds, du 10 au 25 novembre, révolutionna le bourg : on célébra une fête civique, on débaptisa les rues et les auberges, on créa une société populaire. A Compiègne les Parisiens organisèrent une fête en l’honneur de Marat et Le Pelletier, de concert avec les Jacobins et les autorités, le 20 novembre. Mais les interventions répressives de l’Armée révolutionnaire provoquèrent bientôt des résistances et des protestations dans les villages, inquiétant d’autant plus les instances locales que Gaulthier prétendait avoir une autorité exclusive sur les opérations. Les méthodes expéditives et l’indépendance du commissaire20 provoquèrent un violent conflit d’autorité avec le district, qui prit sur lui d’arrêter Gaulthier et de demander son rappel à la Commune de Paris, le 25 novembre21. L’Armée révolutionnaire fut mise en cause peu après dans le club : le 3 décembre, un orateur proposa de l’envoyer relever les volontaires sur les frontières. Les officiers parisiens, qui avaient osé stigmatiser le modérantisme des autorités locales au sein même de la société populaire, furent accusés de propos "injurieux et calomnieux contre les autorités constituées et les citoyens de cette commune "et" d’avoir quelquefois agi et souvent menacé d’agir au delà de leur compétence". Thunot et Boisgirault furent à leur tour arrêtés le 15 janvier 1794, puis transférés à Paris, où ils semblent être restés incarcérés jusques et après le 9 thermidor. Un mémoire justificatif envoyé par Thunot à sa section, le 17 février 1794, témoigne du divorce politique et social entre les militants parisiens et les notables compiègnois :

  • 22 A.N., F7 30, d. 1. Les autorités compiégnoises demandèrent le rappel de l’Armée révolutionnaire par (...)

"En arrivant à Compiégne nous n’avons pas été peu surpris de ne voir ni drapeaux tricolores à la façade des maisons, ni les tables des Droits de l’Homme dans aucun comité... de voir au contraire dans les comités révolutionnaires, des prêtres en grand nombre et surtout des nobles... mais encore à la commune et surtout à la société populaire où pendant notre séjour on reçut un ci-devant comte ainsi que madame la comtesse, je ne pus m’empêcher de manifester mon indignation à cet égard, et j’eus le courage de dire à la tribune de la société qu’il fallait écraser des hommes qui de tous temps avaient fait le malheur de la France, ils ne me pardonnèrent pas cette vérité... J’avais encore représenté à la société les infractions faites à la loy du maximum, ils me dirent froidement que cette loy n’était pas mieux exécutée à Paris, j’observais que les denrées entraient bien dans la ville, mais que ce n’était point pour le marché ni pour les sans-culottes, mais bien pour les riches qui le payent au delà du maximum, eh bien, me dirent-ils, donnez-nous les moyens d’avoir des denrées, il m’échappa de leur répondre, donnez-moi une réquisition et je vais investir la ville pour faire sortir les comestibles et les farines des maisons des riches et les faire apporter sur le marché..."22.

  • 23 Les cavaliers révolutionnaires sont arrivés le 9 brumaire à Chaumont-en-Vexin, avec Mazuel et Girar (...)
  • 24 A.D. Oise, L IV – P. V. de la Société populaire de Chaumont-en-Vexin, 27 pluviôse an III.
  • 25 Selon un témoignage ultérieur, du 26 germinal an II : "Il a débuté dans la société des sans-culotte (...)
  • 26 Délibérations communales de Breteuil, 2d registre et Baticle, Nouvelle histoire de Breteuil, Beauva (...)

14Dans les autres districts de l’Oise, où l’Armée révolutionnaire ne séjourna pas de manière prolongée, les commissaires parisiens eurent en général un rôle politique plus ponctuel ou effacé (Renouf à Clermont). On peut cependant citer le cas intéressant de M.-J. Décuves, commissaire pour les subsistances de Paris à Chaumont-en-Vexin. Ce district avait connu des troubles liés au recrutement militaire au début de l’automne 1793 et on y avait envoyé un détachement de cavaliers révolutionnaires, depuis Beauvais, à la fin octobre23. Comme à Noyon, il existait un petit noyau révolutionnaire autochtone, passablement isolé, activement déchristianisateur et qualifié de "terroriste" après Thermidor : le président du district Assézat, curé abdicataire, l’agent national Bachod, un jeune ci-devant. Décuves trouva appui auprès de ces personnages, et joua un grand rôle dans la société populaire ; on lui reprocha de s’être fait nommer membre du comité de surveillance, "qu’en cette qualité il a agi en terroriste et qu’il a jugé tous les citoyens de Chaumont sans les connaître", selon une dénonciation de l’époque thermidorienne24. Accusé de malversations et de collusion avec la faction hébertiste, Décuves fut destitué et arrêté en germinal an II, sur l’ordre de Dumont25. Commissaire du pouvoir exécutif à Breteuil, Sauveur Chénier n’eut pas beaucoup plus de chance et encore moins d’influence : à la suite du passage d’Isoré à Breteuil, qui avait dénoncé le modérantisme des autorités, il rédigea un rapport le 26 ventôse pour demander leur destitution ; il déplorait, avec un menuisier du lieu, la "paralysie" du comité révolutionnaire et de la société populaire, tenus par des hommes de loi, en particulier l’agent national du district. S. Chénier fut arrêté sur l’ordre de Dumont, peu avant la fin de sa mission, mais la municipalité fut épurée le 8 thermidor, sur l’ordre du comité de Salut public26.

  • 27 Les procès-verbaux conservés pour les sociétés populaires de Beauvais et de Senlis attestent la pré (...)

15Trop radicaux et isolés, les commissaires et soldats parisiens n’ont guère réussi à implanter dans l’Oise les pratiques révolutionnaires de la capitale. Ils se sont heurtés le plus souvent aux notables modérés contrôlant les autorités locales, qui n’ont pas eu de mal à isoler ces éléments "étrangers" rendus impopulaires par leurs fonctions répressives et leur mission économique – aux yeux du peuple, ils incarnaient les réquisitions, soit la ponction parisienne sur les ressources alimentaires du département. On peut dire toutefois qu’ils ont été dans nos régions les véritables initiateurs de la déchristianisation, dont les débuts coïncidèrent avec leur arrivée, notamment à Beauvais et Senlis, où elle fut la plus précoce27. C’est d’ailleurs le seul aspect de leur action qui fut vraiment poursuivi et relayé par les autorités constituées, dans la mesure où les représentants en mission dans nos régions particulièrement anti-cléricaux, l’ont reprise à leur compte. A cet égard la persécution anti-catholique peut nous apparaître comme une manoeuvre de diversion, qui de surcroît, comme le craignaient les Robespierristes, contribua largement à diviser et "démoraliser" la population. L’échec des agents parisiens dans un département patriote mais modéré témoigne, à notre sens, du décalage mental et politique entre les militants révolutionnaires de la capitale et la réalité de nos régions, rendant difficile, pour le moins, la greffe de "l’hébertisme", avant même l’élimination politique et physique de cette "faction", au profit de la concentration et de l’unité des pouvoirs révolutionnaires, sous l’autorité de la Convention et de ses agents.

Notes de fin

1 Sous l’influence d’adresses venues de Normandie et de Bretagne, le conseil départemental adopta le 13 juin une première motion de tendance "fédéraliste", stigmatisant les "divisions intérieures" et proposant l’envoi des députés suppléants du département à Bourges "si la Convention n’était pas libre". Deux jours plus tard, le procureur général syndic Jean-Pierre Danjou réussit à renverser la vapeur et fit voter un texte d’allégeance à l’Assemblée : "Non jamais, nous ne donnerons jamais l’idée profondément désastreuse de la dissolution de la Convention... Non, à moins que vous ne le proclamiez, , nous ne croirons que vous n’êtes pas libres..." (17 juin 1793).

2 Au début de l’été 1793, les sociétés populaires n’étaient même pas présentes dans tous les chefs-lieux de districts – Clermont et Crépy en étaient dépourvus. Celle de Beauvais avait rompu depuis janvier 1793 avec les Jacobins de Paris. Dans leur lettre du 19 août au comité de Salut public, Collot d’Herbois et Isoré écrivaient : "Nous avons ranimé l’esprit de quelques sociétés populaires bien languissantes. Celle de Beauvais était presque nulle. Celle de Senlis a été stimulée, mais elle est peu fréquentée, et il faudrait un long séjour de quelques patriotes de Paris pour la rendre vraiment utile." (A. Aulard, Actes du CSP, t. 6) La vague de création massive des clubs correspondit à la fin de l’été et au début de l’automne 1793.

3 Jacques Isoré (1758 – 1839), cultivateur à Rue-Saint-Pierre près de Clermont, avait été président de ce district puis élu Conventionnel de l’Oise. Régicide, il avait été envoyé en mission dans l’Oise et la Seine-et-Marne, le 5 mars 1793, avec Mauduyt, pour surveiller la levée des 300 000 hommes. Après sa mission avec Collot-d’Herbois dans notre département, au cours de l’été 1793, il fut envoyé le 9 septembre auprès de l’armée du Nord pour s’occuper de son ravitaillement. Le 14 nivôse an II il fut encore chargé de se rendre dans les départements approvisionnant la capitale (Oise, Aisne, Seine-et-Marne) et déploya une grande activité dans cette tache.

4 Les troubles survenus en mars-avril 1793 dans’plusieurs districts (Breteuil, Compiègne, Crépy...) avaient avant tout un caractère social, car les jeunes contestaient surtout les modalités de remplacement, prime à la richesse, et les exemptions. Un recrutement complémentaire de 800 hommes, pour la Vendée, en mai 1793, se heurta à une résistance presque générale et n’était pas achevé en août ; Collot d’Herbois et Isoré réprimèrent des mouvements contre le recrutement dans le Noyonnais (affaire Désobeaux d’Attichy) et la cavalerie révolutionnaire de Mazuel intervint en octobre dans le district de Chaumont-en-Vexin.

5 Cf. Sorel A., Le château de Chantilly sous la Révolution française, Paris, 1872. En 1793-1794, il fut le lieu de détention pour quelques 1 000 suspects de l’Oise et de l’Aisne, gardés par un détachement de l’Armée révolutionnaire parisienne. On employa aussi les chateaux de Nointel et Liancourt dans le Clermontois.

6 André Dumont (1765 – 1836), avocat, , fut élu maire d’Oisemont, administrateur du district d’Amiens puis Conventionnel de la Somme. Seul Montagnard de la délégation du département, régicide, il fut envoyé en mission dans la Somme avec Chabot le 24 juillet 1793. Adjoint à Levasseur dans l’Oise en octobre, il fut par la suite chargé de l’organisation du Gouvernement révolutionnaire dans les deux départements (29 décembre 1793). Il fut un des initiateurs de la déchristianisation dans le Pas-de-Calais et la Somme, dès septembre 1793, et fut rappelé à l’ordre, pour ses excès anti-religieux, par le comité de Salut public dès le 27 octobre 1793. Devenu actif "réacteur" après Thermidor, il se défendit d’avoir été terroriste en écrivant "On me demandait du sang, j’envoyais de l’encre". Ce personnage versatile n’a guère inspiré les biographes : Rouge E. de, Le Conventionnel André Dumont, Paris, 1891.

7 Marie-Benoit Gaulthier (1766 – 1799), ci-devant seigneur de Coutances dans le Clermontois, était venu dans l’Oise, du 15 août à la mi-septembre 1792, en s’intitulant délégué du Conseil exécutif provisoire, à la tête d’une troupe de sans-culottes parisiens, qui s’empara du chateau de Chantilly et réquisitionna les chevaux de la ferme Condé de Vineuil, opéra des perquisitions et des saisies dans les chateaux de Nointel, Fitz-James et Houdainville, dans le Clermontois, destitua des municipalités, arrêta des suspects, au grand scandale des autorités départementales, qui portèrent plainte et firent condamner Gaulthier pour vol et exactions par le tribunal de Senlis. Amnistié par la Convention, Gaulthier revint dans l’Oise au titre de commissaire de la Commune de Paris à Clermont puis Compiègne. Après son arrestation à Compiègne, en décembre 1793, il paraît être resté en relations avec la région de Clermont et avoir fréquenté la société populaire de la ville en l’an II. Il se targua à cette époque de ses relations avec Robespierre, mais nous ignorons sa carrière ultérieure. Il mourut assassiné à 33 ans, dans sa propriété clermontoise, en juin 1799.

8 Cobb R., Les armées révolutionnaires, instrument de la Terreur dans les départements, Paris-La Haye, 1963.

9 A.D. Oise, L IV – 285, premier registre de délibérations du club de Senlis, juillet 1791 – 21 octobre 1793. Clémence et Marchand avaient été envoyés en mission par les comités de Salut public et de Sûreté générale dans le district de Gonesse, le 21 septembre 1793, avec 300 soldats parisiens. Le second commissaire arriva à Senlis le 27 septembre avec son détachement, qui intervint notamment à Baron, Saint-Leu d’Esserent, Chantilly, Pont-Sainte-Maxence. Les soldats parisiens quittèrent Senlis le 5 octobre, mais une demi-compagnie d’artilleurs devait séjourner à Chantilly. Marchand revint épisodiquement à Senlis jusqu’au 21 octobre et eut à se disculper, après son retour à Paris en brumaire, de l’accusation d’actes "arbitraires".

10 A.D. Oise, L IV – 282, second registre de délibérations du club de Senlis. Au cours de cette séance, l’officier révolutionnaire parisien Brun répondit aux commissaires : "la société n’a jamais dépassé la ligne de ses pouvoirs, (qu’) elle a toujours usé de ses droits en surveillant les autorités constituées et les malveillants, que quand même son zèle l’aurait entraînée au delà des limites prescrites par la loy, il n’y aurait rien d’étonnant parce qu’elle n’avait pas sous la main la loy relative aux sociétés populaires quoyqu’elle les eût sollicité et le sollicite encore..." (le comité de surveillance de la société)"ne s’est immiscé dans la connaissance des affaires étrangères à ses fonctions que lorsqu’il y a été appelé par les autorités supérieures notamment par le commissaire Marchand et Quint".

11 Les archives communales de Beauvais ont disparu en 1940. Mais l’on trouve beaucoup de détails précis dans Doyen, Histoire de Beauvais, t. 2, 1842. Par ailleurs les A.D. Oise ont conservé une série de procès-verbaux du club régénéré (28 août au 24 septembre 1793), L IV – 187, dossier Michel Tiquet, secrétaire de la société.

12 Cette proposition aurait selon Doyen suscité des "murmures" dans le club. Elle fut cependant convertie en arrêté départemental le 3 octobre et diffusée dans toute l’Oise. On peut considérer qu’il s’agit du premier texte déchristianisateur "officiel" dans notre région, (cf. Dommanget M., La déchristianisation à Beauvais et dans l’Oise, t. 1, Besançon, 1918.)

13 L’élimination des Hébertistes fut l’occasion d’une fête civique, le 6 germinal an II (26 mars) à Beauvais. Girard déclara le lendemain devant le comité de surveillance : "la fête qui a eu lieu hier devait annoncer un nouveau triomphe de la République. J’ai vu, comme d’autres bons républicains, que l’aristocratie en avait tiré une jouissance pour ses manoeuvres ténébreuses... Réfléchissez bien que tel qui hier a montré une joie immodérée sur les événements de la conspiration dévoilée, ne peut être en vrais principes républicains qu’un homme mal intentionné et peut être suspect."

14 Cf. Bernet J., "Faits et personnages de la Terreur à Noyon, 1793 – 1794", Comptes rendus et mémoires de la Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, t. 35, 1980, p. 195-225.

15 Cette affaire embrouillée témoigne des méthodes de Hennon et des Parisiens : le 5 décembre le club de Noyon avait envoyé à Attichy des commissaires accompagnés de soldats révolutionnaires, qui furent accusés d’exactions par la population ; l’ex-curé et maire d’Attichy, patriote prononcé, se plaignit à Noyon et comme secrétaire de la société populaire d’Attichy, rompit son affiliation avec celle de Noyon. Malgré le soutien unanime des patriotes d’Attichy, Lorenger ne fut libéré qu’en fructidor an II

16 Le 22 décembre la Convention avait donné raison au comité de surveillance contre la société populaire, qui prétendait avoir le monopole du visa des certificats de civisme. Le comité libéra en janvier plusieurs "suspects" arrêtés par les Parisiens et réintégra le procureur de la commune et le maire à leur poste. Dans sa lettre du 6 décembre le comité de Salut public avait demandé à Lejeune de faire "retomber tout le poids des mesures sévères sur ceux qu’elles doivent atteindre, qui, en s’arrogeant l’autorité de les prendre, leur enlèvent leur puisant caractère, la justice, pour y substituer le fantôme hideux d’un arbitraire désordonné..." (Actes du CSP, t. 9).

17 On attribua à Hennon une lettre " au citoyen André Dumont, exterminateur de l’aristocratie", où l’arpenteur aurait écrit : "Je suis détesté de la majorité des habitants de Noyon, mais le petit nombre de patriotes me chérit... rien ne se fait pour ainsi dire que ce soit moi qui le fît... tu trouveras 10 à 12 patriotes de mon espèce, qui se joindront à moi et te diront la vérité..." (Délibérations du comité de surveillance de Noyon, 27 nivôse an II).

18 Délibérations du comité de surveillance de Noyon, 15 germinal an II

19 Le détachement de Thunot et Boisgirault avait accompli une première mission à Provins en octobre 1793 (cf. Cobb R., op. cit.).

20 En témoigne ce billet du 14 novembre 1793 au comité de surveillance de Compiègne, à propos de l’arrestation du curé du village de Francières : "Sachant que le fanatisme est une estampille, à laquelle il ne faut qu’une étincelle, j’ai jugé qu’il n’y avait pas un moment à perdre, que le salut public exigeait sa prompte arrestation. Il sera ici cette nuit avec ses outils catholiques, apostoliques et romains, le tout vous en sera remis pour que vous en dirigiez la destination. Je crois que le plus gros paquet sera excellent pour la guillotine, le second pour des canons, le plus petit pour la monnaie."

21 A côté de basses calomnies sur ses" mauvaises moeurs", Gaulthier fut surtout accusé d’abus de pouvoir et d’indiscipline : "... homme privé, et n’ayant qu’une commission de la Commune de Paris, (a voulu) se mettre à la place des autorités constituées..." Libéré vers la mi-décembre, Gaulthier quitta Compiègne après avoir fait ses adieux à la société populaire où il témoigna de "... ses regrets de n’avoir pu assister à ses séances depuis longtemps, sa maladie l’en a privé...". Il fut remplacé par Henri Berrenger, qui eut aussi des ennuis avec les autorités locales quand il prit la défense de l’Armée révolutionnaire inculpée ; il fut menacé d’arrestation, mais défendu par Isoré, en mars 1794,

22 A.N., F7 30, d. 1. Les autorités compiégnoises demandèrent le rappel de l’Armée révolutionnaire parisienne dès la fin février 1794 et le club "applaudit le décret" sur sa dissolution (9 germinal), que l’on s’empressa de mettre à exécution.

23 Les cavaliers révolutionnaires sont arrivés le 9 brumaire à Chaumont-en-Vexin, avec Mazuel et Girard. Ils ont joué un rôle déchristianisateur actif au cours du mois de brumaire, non sans incidents dans les communes rurales. Un petit détachement de 25 hommes resta stationné dans le district au moins jusqu’au début de nivôse an II

24 A.D. Oise, L IV – P. V. de la Société populaire de Chaumont-en-Vexin, 27 pluviôse an III.

25 Selon un témoignage ultérieur, du 26 germinal an II : "Il a débuté dans la société des sans-culottes révolutionnaires de cette commune en homme qui connaît la trituration de la tribune sectionnaire (…) A la séance du 29 ventôse, la lecture des journaux annonce l’arrestation du Père Duchêne, toute l’assemblée témoigne sa surprise et son indignation d’avoir été dupe de ce scélérat ; cela était naturel ; mais Décuves ne le trouva pas tel. Il s’élance à la tribune, témoigne son étonnement avec chaleur. Les aristocrates rient déjà sous cape de voir un Patriote incarcéré, mais on n’est pas toujours coupable pour être accusé..." (A.D. Oise L IV, registre du comité de surveillance de Chaumont-en-Vexin).

26 Délibérations communales de Breteuil, 2d registre et Baticle, Nouvelle histoire de Breteuil, Beauvais, 1891.

27 Les procès-verbaux conservés pour les sociétés populaires de Beauvais et de Senlis attestent la précocité de l’action anti-cléricale puis anti-religieuse des Parisiens dans l’Oise, puisqu’elle remonte à septembre-octobre 1793. L’arrêté départemental du 3 octobre 1793, prônant l’iconoclasme anticatholique, pris sous la pression du club beauvaisien, fut un des premiers textes déchristianisateurs "officiels", mais sa portée resta variable, suivant les districts et les communes. En revanche les arrêtés Dumont-Levasseur du 25 octobre, particulièrement celui qui interdisait de chômer les dimanches et fêtes et d’y célébrer la messe – texte qui fut improuvé par la Convention, au nom de la liberté des cultes – généralisa la déchristianisation dans le département.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/67089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search