Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vérité

 | 
Jean-Philippe Genet

Partie 5. La vérité dans la communication politique

Veritas à la cour de Philippe le Bel de France : Pierre Dubois, Guillaume de Nogaret et Marguerite Porete

Elizabeth A. R. Brown

Texte intégral

1Au commencement du xive siècle le mot et le concept de veritas possédaient (comme ils le possèdent toujours) toute une gamme de significations. Le mot lui-même était lourd de connotations morales et spirituelles à cause de son importance dans la Bible, le testament juif (l’Ancien Testament) ainsi que le testament chrétien (le Nouveau Testament). Presque trois cents références à la vérité et à ce qui est vrai se trouvent dans l’ensemble de ces Écritures saintes. Au Moyen Âge, les connotations éthiques inévitables du mot veritas et de ses dérivés influençaient nécessairement la compréhension de toute formulation où ils apparaissaient, même celles qui ne concernaient pas directement la morale ou le salut.

2En insistant toujours sur l’importance des contextes bibliques mis en jeu par le mot veritas, je voudrais considérer brièvement des passages clés de la Bible concernant la vérité, puis me concentrer sur deux sens de veritas que l’on trouve dans les actes et les écrits de Philippe le Bel, ses officiers et ses conseillers. Ces deux significations étaient à mon avis fondamentales dans la pensée non seulement du roi et de ses conseillers mais aussi de leurs contemporains. En conclusion, je traiterai des rôles joués par les chroniqueurs parisiens et dyonisiens dans la diffusion des vérités – ainsi que des demi-vérités et des mensonges – formulées par le roi et ses conseillers.

  • 1 Pour iustitia, Ps. 35 (36):6-7, Ps. 84 (85):11-12 ; pour iudicium, Tobit 3:2 (et omnia iudicia tua (...)
  • 2 Iustitia tua, iustitia in eternum et lex tua veritas : Ps. 118 (119):142.
  • 3 Misericordia et veritas custodiunt regem, et roboratur clementia thronus eius : Prov. 20:28.
  • 4 Quoniam non est in ore eorum veritas, cor eorum vanum est : Ps. 5:10.
  • 5 Provide autem de omni plebe viros potentes et timentes Deum, in quibus sit veritas et qui oderint (...)

3Les références à veritas abondent dans l’Ancien Testament, et surtout dans les Psaumes. Veritas s’y trouve la compagne et le complément de iustitia, iudicium, pax, misericordia et equitas1. Veritas est la loi éternelle de Dieu2. Avec la miséricorde, la vérité protége le roi, tout comme la clémence renforce son trône3. La personne qui n’a pas la vérité dans la bouche se révèle vaine de cœur4. Ceux qui gouvernent, ceux qui exercent du pouvoir sur d’autres doivent être « des hommes puissants qui craignent Dieu, en qui la vérité réside et qui détestent l’avarice5 ».

  • 6 Ego sum via et veritas et vita. Nemo venit ad Patrem, nisi per me (Jean 14:6) ; et spiritus est qu (...)
  • 7 Multa habeo de vobis loqui et iudicare, sed qui misit me verax est, et ego que audivi ab eo hec lo (...)
  • 8 Sanctifica eos in veritate. Sermo tuus veritas est. Sicut me misisti in mundum, et ego misi eos in (...)
  • 9 Dixit ergo eis Iesus, Si Deus pater vester esset, diligeretis utique me ; ego enim ex Deo processi (...)
  • 10 Quia lex per Mosen data est, gratia et veritas per Iesum Christum facta est : Jean 1:17.
  • 11 Sicut est veritas in Iesu (Ephes. 4:21) ; Dicebat ergo Iesus ad eos, qui crediderunt ei, Iudeos : (...)
  • 12 Vobis enim datum est nosse mysterium Dei, ceteris autem in parabolis, ut videntes non videant et a (...)
  • 13 Jean 17:17-19 (voir note 8 ci-contre).
  • 14 Est veritas Christi in me, quoniam hec gloriatio non infringetur in me in regionibus Achaie : 2 Co (...)
  • 15 Semper discentes, et numquam ad scientiam veritatis pervenientes. Quemadmodum autem Iannes et Mamb (...)
  • 16 Et a veritate quidem auditum avertent, ad fabulas autem convertentur : 2 Tim. 4:4.
  • 17 Jean 8:42-48 (voir note 9 ci-contre).
  • 18 Qui commutaverunt veritatem Dei in mendacium et coluerunt et servierunt creature potius quam Creat (...)
  • 19 Fuerunt vero et pseudoprophete in populo, sicut et in vobis erunt magistri mendaces, qui introduce (...)
  • 20 In domo Patris mei mansiones multe sunt ; si quo minus dixissem vobis, Quia vado parare vobis locu (...)

4Le Nouveau Testament aussi exalte la vérité et insiste fortement sur sa prééminence. Le Christ est proclamé veritas, via, et vita6. Dieu est dit verax7 et son discours veritas8. Il a transmis au Christ la vérité que ce dernier a annoncée au monde9. Ainsi, comme la Loi fut donnée par Moïse, de même « la grâce et la vérité ont été faites par Jésus-Christ10 ». Veritas est en Jésus, et il transmet à ses disciples la vérité qui les libère11. Il leur a dit : « Il vous a été donné de connaître le mystère de Dieu, mais aux autres en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient pas et qu’entendant, ils ne comprennent point.12 » Avant de mourir, le Christ demanda à Dieu de sanctifier ses disciples in veritate13. Saint Paul, et sans doute les autres disciples, pouvaient donc croire que la vérité du Christ était en eux – comme, de fait, saint Paul le proclama à propos de lui-même14. En revanche, les gens qui ne peuvent pas arriver à la connaissance de la vérité et qui s’opposent à la vérité sont dits « corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi » et insensés15. « Ils détourneront l’oreille de la vérité et se tourneront vers les fables.16 » Le Christ les a appelés enfants du diable, de Satan, dénoncé comme homicide et menteur17. Semblablement, saint Paul a condamné ceux qui « ont changé en mensonge la vérité de Dieu et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement18 ». Saint Pierre aussi a mis les fidèles en garde contre « les maîtres menteurs qui introduiront les sectes pernicieuses et renient Dieu », par qui sera calomniée « la voie de la vérité », la via veritatis19. Tels gens, clairement, ne trouveront jamais de demeure dans la maison de Dieu20.

  • 21 S. Bourmeau, V. Giret, A. Schwartzbrod, « Michel Rocard : “La politique exige beaucoup de mensonge (...)
  • 22 Rom. 3:4 (voir note 7 ci-dessus).

5Au xive siècle ces passages de la Bible étaient connus partout et par cœur. On aurait accueilli avec horreur la déclaration récente de Michel Rocard selon laquelle « la politique exige beaucoup de mensonges » et ses efforts pour se disculper en affirmant que, lui, avait « menti moins que la moyenne21 ». Bien sûr, en comparaison avec Dieu, vérité suprême, chez qui le mensonge n’existe pas, tout être humain est menteur22. Cependant, on considère que l’être humain est tenu de rechercher la vérité, de faire tout ce qu’il peut pour l’atteindre et pour résister à la tentation de mentir.

6Tournons-nous maintenant vers Philippe le Bel et ses contemporains, et leurs emplois de ces mots, en particulier de veritas. À leur époque, comme aujourd’hui, la vérité, le vrai, signifiait fondamentalement ce qui est réel, ce qui existe, ce qui se déroule effectivement, par opposition à ce qui est fictif ou faux, ce qui est inventé, ce qui est voilé.

7La recherche de la vérité, tout comme sa proclamation, supposent donc l’existence d’une réalité externe qui existe indépendamment de ceux qui cherchent à la connaître. Pour ceux qui croient (et croyaient au Moyen Âge) que Dieu et le Christ sont et incarnent la vérité, la conviction que cette réalité existe, soutenue et certifiée par la puissance divine, justifie tous leurs efforts et leur confère un sens moral primordial. De ce fait, leurs entreprises prennent en quelque sorte la dimension d’un pèlerinage menant au salut. Inversement, ceux qui sont censés avoir l’obligation de rechercher la vérité, s’ils y manquent, s’opposent à Dieu et à Jésus-Christ, et en conséquence, compromettent gravement leur rédemption et leur salut.

  • 23 Inquir[ere] diligenter veritatem […] et ablata ab ipsis dampnis fac[ere] restitui. Voir BNF, Doat (...)
  • 24 Occultare vel violentare satagunt veritatem […] satagentes ne de suis excessibus siue gestis verit (...)
  • 25 J. Glénisson, Les enquêteurs-réformateurs…, op. cit., p. 269-273, nos 25-32 ; E. A. R. Brown, « Un (...)

8Cette veritas était ce que cherchaient les juges royaux et le parlement de Paris. Elle était l’objectif des enquêtes lancées par Alphonse de Poitiers, par Louis IX, par Philippe le Bel, et par leurs successeurs. Le 2 septembre 1296, en mandant un de ses clercs et un de ses milites de s’informer des excès des officiers royaux dans le Rouergue et de les punir suivant ses instructions, Philippe le Bel les requit « de s’enquérir de la vérité et de faire restituer tout ce qui avait été saisi23 ». Presque sept ans plus tard, ses mandements à ses commissaires étaient plus éloquents, plus littéraires, et même chargés d’intonations bibliques. Considérons ses instructions aux envoyés royaux à Carcassonne et à Béziers, datées du 6 mars 1303. Le roi y proclamait son désir que « la certitude de la vérité lui soit révélée », et que « la vérité ne puisse succomber ni la fausseté prévaloir ». Quant aux officiers coupables, leur défaut était d’avoir essayé de « cacher et violenter la vérité ». Le roi les accusait de s’être efforcés d’éviter que « la vérité illumine leurs excès et agissements, et que, par conséquent, la justice parvienne à ses effets contre eux24 ». Le ton avait changé, sans doute à la suite des pressions exercées sur Philippe le Bel par Boniface VIII et le désir du roi de convaincre le monde et de montrer au pape qu’il était un roi bon et juste, inspiré par Dieu et parfaitement capable de gouverner son royaume25.

9Tout officier qui servait le roi partageait sa responsabilité concernant le bon gouvernement du royaume et la probité de ceux qui agissaient en son nom. Au moins pour certains d’entre eux, l’obligation de rechercher la vérité impliquait le devoir de faire connaître au roi et aux autres les méfaits et les délits qu’ils découvraient. Bien sûr, le roi aurait dû lui-même avoir connaissance de ces fautes. Mais dans le cas contraire, la personne qui s’était aperçue de la vérité ne pouvait pas se dispenser de la proclamer, même si c’était le roi lui-même qui était dénoncé.

  • 26 R. Scholz, Die Publizistik zur Zeit Philipps des Schönen und Bonifaz’ VIII. Ein Beitrag zur Geschi (...)
  • 27 Pierre Dubois, De recuperatione Terre Sancte. Traité de politique générale par Pierre Dubois, Avoc (...)
  • 28 Si ergo hoc facit ex certa sciencia dominus rex, mendax est ; et per mendacium, quod absit, Deum n (...)
  • 29 Cuius rei plenam veritatem expedit pervenire ad noticiam regie maiestatis, quoniam ignorancia, que (...)
  • 30 Tamen hec scribere volui, sequens doctrinam Philosophi qui ait quod : Omnes professores veritatis (...)

10Considérons le témoignage de Pierre Dubois, avocat et officier de Philippe le Bel, propagandiste dévoué de la monarchie26. Ses traités, et surtout son chef-d’œuvre, De recuperatione Terre Sancte, révèlent à quel point sa pensée était saturée des notions bibliques de veritas et à quel point il croyait que toute personne manquant au devoir de faire connaître la vérité commettait un pêché sinon mortel, du moins très grave27. Dubois reprenait les mots de l’Évangile de Jean en déclarant que si le roi prenait l’argent de l’église pour la défense du royaume quand il n’en avait pas besoin, il était un menteur et par son mensonge niait Dieu et se montrait fils du diable, père du mensonge et des menteurs – tandis que ceux qui disaient la vérité étaient fils de Dieu. Selon Dubois, tout catholique savait que faire des demandes ultra necessitatem était peccatum mortale et que ce péché ne pouvait pas être pardonné sans restitution de tout ce qui avait été pris indûment28. Concernant l’obligation de faire connaître la vérité, il abordait le sujet en attaquant sévèrement les mutations monétaires. Il était expédient, déclarait-il, que la pleine vérité soit révélée au roi. L’ignorance n’excuse pas le péché, continuait-il, car l’offense cachée peut être équiparée au dol29. Évoquant les fraudes commises pour obtenir un service militaire illégitime, Dubois affirmait que le roi pourrait facilement découvrir la vérité s’il lançait une enquête, mais lui-même, Dubois, hésitait à en faire la recommandation. S’il le faisait et si la chose venait à être connue, avouait-il, il craignait les attaques ad mortis periculum et l’hostilité de ses amis et parents. Mais, cela dit, il craignait plus encore la réprobation divine. Comme « patron juré des causes du roi », Dubois croyait pécher mortellement s’il cachait la vérité, « au péril et au préjudice spirituel et temporel du roi et de ses sujets ». Pour expliciter ses motivations, il citait la parole du « Philosophe », selon laquelle « les dévots de la vérité doivent préférer la vérité à l’amitié », et la maxime en vertu de laquelle « Il vaut mieux accepter le supplice pour la vérité que des récompenses pour l’adoration ». Mais encore une fois, c’était le texte de l’Évangile de Jean concernant le mensonge et le diable qui était crucial pour le persuader que ceux qui mentaient au préjudice d’un autre péchaient mortellement30.

  • 31 E. A. R. Brown, « Représentations de la royauté dans les Livres de Fauvel », dans J. Blanchard (éd (...)
  • 32 E. A. R. Brown, « Représentations de la royauté… », art. cité, p. 216-227 ; La chronique métrique (...)

11Pierre Dubois était exceptionnellement consciencieux, franc et courageux, mais il n’était pas le seul à se croire tenu d’annoncer la vérité et de s’opposer au mensonge et à la fraude. Pareillement, les clercs de la chancellerie royale qui rédigeaient l’histoire de Fauvel pour dénoncer le mauvais gouvernement et les néfastes prétentions des ministres de Philippe le Bel (et surtout d’Enguerran de Marigny) placèrent au début du manuscrit qui contient cette histoire une complainte d’amour insistant sur la nécessité de déclarer la vérité au lieu de se taire31. Ce que les œuvres recueillies dans le manuscrit fr. 146 de la Bibliothèque nationale de France réussirent à faire. Après les « livres de Fauvel » (attribués à Gervais Du Bus, l’ancien chapelain d’Enguerran de Marigny), on y trouve les dits politiques et satiriques attribués à Geffroi de Paris, des chansons d’amour qui insistent sur les dangers de l’amour charnel, attribuées au tristement célèbre Jehannot de Lescurel, enfin une chronique métrique des années 1300 à 1316, attribuée elle aussi à Geffroi de Paris, qui commente et critique amèrement les événements survenus en France sous le gouvernement de Philippe le Bel. Dans toutes ces œuvres, les clercs de la chancellerie royale exposaient plus ou moins directement la vérité souvent sordide des événements récents32.

  • 33 2 Cor. 11:10 ; voir ci-dessus note 14.

12Passons maintenant au second sens de veritas que je voudrais aborder, un sens qui n’a rien (ou pas grand-chose) à voir avec celui dont je viens de parler. Ce sens est fondé sur et dérive des déclarations du Christ à propos des pouvoirs que, grâce à lui, ses disciples avaient sur terre. D’après saint Luc, le Christ avait annoncé à ses disciples qu’ils possédaient le don de connaître le mysterium Dei. Selon saint Jean l’Évangéliste, après son dernier discours à ses disciples, Jésus avait demandé à Dieu son Père de les sanctifier in veritate, une prière que Dieu n’avait certainement pas rejetée. Ce sens reflète aussi l’influence de la conviction de saint Paul que « la vérité du Christ » était en lui – veritas Christi [est] in me33.

  • 34 Voir l’article de C. Grellard dans le présent ouvrage et sa citation de Jean Buridan, Quæstiones s (...)

13Douée d’une imagination fertile, d’une forte confiance en soi et de prétentions suffisamment grandes, une personne vivant longtemps après saint Paul pouvait se croire le vrai disciple du Christ. Comme saint Paul, elle pouvait en conclure qu’elle aussi possédait en elle-même la veritas Christi, qui lui permettrait de connaître la vérité sans la rechercher au-dehors et l’autoriserait à annoncer cette vérité au monde. Cette vérité proviendrait du cœur de ce disciple et réfléchirait ses propres sentiments, ses convictions internes, sans tenir compte des preuves, des faits ou de la logique. Comme Christophe Grellard (et Jean Buridan [1292-1363]) nous le rappellent, il se trouvait des philosophes qui croyaient que « celui qui connaîtrait par une certitude parfaite ce qu’il doit faire, comment, par quels moyens, quand (et ainsi de toutes les autres circonstances), celui-ci n’aurait jamais besoin de délibérer34 ».

  • 35 E. Armstrong et al., More Real ? Art in the Age of Truthiness, catalogue d’exposition (SITE Santa (...)
  • 36 Je voudrais exprimer ma gratitude envers F. Kelley et P. Kelley pour nos discussions fructueuses à (...)

14En 2006, Stephen Colbert a inventé un mot pour décrire cette sorte de vérité, cette sorte d’assurance de connaître la vérité. En invoquant le dicton Videri quam esse cher à Eschyle, à Cicéron, à Caton et à Machiavel, il l’a nommée truthiness ou veritasness35. Comme équivalent français, je propose le néologisme « véritude », un mot qui suggère la certitude dont est investie la vérité venue du cœur et non du cerveau36. Cette véritude n’est pas mensongère, car la personne qui découvre la véritude dans son cœur est convaincue de sa vérité et n’a pas besoin de supports externes pour confirmer ce qu’il sait instinctivement. Dans ces conditions, le but d’une enquête ou d’un procès provoqués par cette certitude est de manifester ce qui est déjà connu avant le lancement de l’investigation. Pour ce faire, tous les moyens possibles sont licites, y compris la torture.

  • 37 Sur Nogaret, voir S. Nadiras, Guillaume de Nogaret et la pratique du pouvoir, thèse, École nationa (...)
  • 38 Pour Bernard Saisset, consulter J. Théry, « Philippe le Bel… », art. cité, p. 16. Pour Guichard, v (...)
  • 39 BNF, lat. 10919, fol. 236 v (Frater Hugo de Cabilone nepos visitatoris & frater Girardus de monte (...)
  • 40 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous. Cf. les accusations semblables con (...)
  • 41 Pour ce discours, voir J. Coste, Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des (...)

15À quel personnage de la cour de Philippe le Bel peut-on penser en décrivant ces détenteurs de la véritude ? La réponse est facile : Guillaume de Nogaret, un homme complexe, conseiller et serviteur de Philippe le Bel qui domina à la cour mais qui, par son astuce, évita le sort d’Enguerran de Marigny et mourut de sa belle mort le 11 avril 1313, un an et sept mois avant son maître37. Le pouvoir exercé par Nogaret se fonda en grande partie sur l’impression d’assurance, d’omniscience et d’autorité qui émanaient de sa personne. Toujours persuadé de détenir la vérité, il n’hésitait pas à attaquer les personnes dont la culpabilité lui apparaissait certaine. On pense à Bernard Saisset, évêque de Pamiers, à Guichard, évêque de Troyes, à Boniface VIII et à sa mémoire, et surtout aux Templiers. Concernant Bernard Saisset, Guichard et les Templiers, Nogaret lui-même, souvent de sa propre main, confectionna des accusations de plus en plus fantaisistes à leur encontre38. Il était probablement responsable de l’article d’accusation, ajouté à un registre que je pense préparé pour lui et sous sa direction, selon lequel le neveu du visiteur de l’Ordre (« ou plutôt de la secte ») du Temple et un autre Templier, avec plusieurs complices, templiers aussi, avaient conçu un complot pour tuer le roi39. Concernant Boniface, Nogaret savait sans doute possible qu’il avait été latro non pastor, perfectus hereticus, destructeur de l’unité de l’église du Christ, déterminé à exterminer le royaume et le roi de France qui servait le Christ, et – notez bien – corrupteur de la vérité du Seigneur : deprauabat veritatem Domini40. Le 12 mars 1303, Nogaret invoqua la diatribe de saint Pierre contre les maîtres menteurs en dénonçant Boniface comme mendaciorum magister, hereticus manifestus, horribilis symoniacus et blasphémateur de la via veritatis41.

  • 42 Cette phrase paraît trois fois dans Arch. nat., J 491B, no 797bis, éd. dans E. A. R. Brown, « Mora (...)
  • 43 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous (quod causa mea immo christi pocius (...)
  • 44 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous ; cf. aussi Arch. nat., J 491B, no  (...)
  • 45 E. A. R. Brown, « Moral Imperatives… », art. cité, p. 20.
  • 46 Omnipotens dominus / negotia dirigat in bonum / ad honorem suum & dominj nostri Regis / & rectific (...)
  • 47 Ibid., p. 23 ; Arch. nat., J 491B, no 797ter, commence ainsi. Voir aussi ci-dessus note 38.

16L’assurance et la confiance de Nogaret reposèrent sur et émanèrent de sa croyance d’être inspiré par le zèle de Dieu et de l’église catholique, d’être qualifié, de façon unique, pour défendre le corpus Christi, la Sainte-Mère Église, la foi et la vérité. Ses écrits le montrent : il était persuadé de travailler pro ueritate et in Christi negocio42 ; persuadé que sa cause était la cause du Christ et la cause de la foi43 ; persuadé aussi que tous ceux qui travaillaient avec lui et le soutenaient faisaient de même44. Il croyait que si Dieu n’avait pas approuvé son action, Il serait intervenu pour l’empêcher d’agir45. Il était convaincu que Dieu tout-puissant guidait son entreprise contre la mémoire de Boniface VIII, pour son propre honneur (i.e. l’honneur de Dieu) et celui du roi de France, et aussi pour remettre l’église sur le droit chemin (rectificatio ecclesie) et pour promouvoir la paix et le salut des fidèles46. On comprend donc pourquoi beaucoup des mémoires qu’il copia de sa propre main commencent par les mots In nomine domini nostri Ihesu Christi amen47. Comme il se pensait inspiré par la vérité de Dieu et de Jésus-Christ, les documents dans lesquels il communiquait ses conclusions et ses demandes devenaient des textes consacrés et approuvés par la divinité.

  • 48 S. Nadiras, Guillaume de Nogaret en ses dossiers…, op. cit., p. 75-76.

17Un mémoire adressé au roi, écrit par Nogaret lui-même, montre à quel point ses convictions étaient fondées sur les textes du Nouveau Testament. Dans ce texte, Nogaret s’efforce par tous les moyens de convaincre le roi de continuer la campagne pour obtenir la condamnation de la mémoire de Boniface VIII et pour justifier les actions faites par Nogaret lui-même. Il n’est pas surprenant que le mot veritas y figure onze fois (et le negotium Christi, ici neguocium Christi, comme Nogaret lui-même épelait le mot48, deux fois). Les premières phrases du mémoire disent tout :

  • 49 E. A. R. Brown, « Moral Imperatives… », art. cité, p. 30.

Le Christ est la verité, et celui qui nie la vérité nie le Christ, et celui qui se retire de la vérité se retire du Christ, et celui qui se retire du Christ ou de la vérité n’est pas fidèle mais profane et ne tient pas la voie de Dieu, surtout s’il modifie la vérité délibérément. Dieu et tous les saints l’écrivent et le disent49.

  • 50 Cf. note 43 ci-dessus.

18Voilà. Nogaret puisait à l’Évangile de saint Jean et aux déclarations de saint Paul pour créer un nouvel Évangile, un Évangile de Nogaret. Insistant sur l’importance du neguocium christi, Nogaret souligna auprès du roi les conséquences qu’auraient son abandon. Y renoncer, ce serait se rendre inapte au royaume de Dieu, pécher mortellement, risquer d’être démis par Dieu. Pour Nogaret, donc, le neguocium christi était le neguotium noguareti, ou, vice versa, le neguocium noguareti était le neguocium christi50.

  • 51 J. R. Strayer, The Reign of Philip the Fair, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 30. V (...)

19Nogaret savait bien comment transmettre au grand public sa véritude. Dans les assemblées, lors des audiences devant le pape et les cardinaux, furent prononcés des discours que Nogaret sans doute composa, même s’ils étaient souvent dits par Guillaume de Plaisians, son compatriote, lieutenant et porte-parole, que Joseph Strayer nommait aussi son « ombre51 ».

  • 52 I. Guyot-Bachy, « Expediebat ut unus homo moreretur pro populo. Jean de Saint-Victor et la mort du (...)
  • 53 Il faut souligner aussi la possibilité (sinon la probabilité) qu’une chronique représente le trava (...)

20Les assemblées, les allocutions, les persécutions contre les victimes et les ennemis de Nogaret sont racontées par les chroniqueurs du temps. Peu d’entre eux commentèrent ou critiquèrent ces événements. De ce point de vue la chronique métrique du MS fr. 146 (où se trouve aussi Fauvel) est exceptionnelle, tout comme, dans un moindre mesure, la chronique de Jean de Saint-Victor, laquelle contient ça et là des réflexions négatives (ou du moins semi-négatives) sur les faits décrits52. Une étude comparée approfondie des chroniques françaises écrites vers 1300 nous manque, mais il est clair que ces textes diffèrent beaucoup les uns des autres. Chacun est conditionné par les préjugés de son auteur, son intelligence, sa crédulité, son sens critique, son cynisme, son scepticisme, la nature de ses contacts avec les sources d’information dont il disposait, la fiabilité et l’honnêteté de ces sources, sa passion pour la vérité ou, inversement, pour la véritude, les pressions exercées sur lui afin de lui imposer une perspective (ou une version d’un événement) plutôt qu’une autre. La liste pourrait être allongée encore mais suffit à suggérer la circonspection avec laquelle chaque chronique doit être examinée53.

  • 54 E. A. R. Brown, « The Prince Is Father of the King : the Character and Childhood of Philip IV of F (...)

21Concernant les informations et les opinions, les véritudes, que Guillaume de Nogaret et Philippe le Bel voulaient diffuser auprès du public et pour la postérité, le centre historiographique sur lequel ils pouvaient compter était l’abbaye de Saint-Denis. On sait que Guillaume de Nangis modifia sa chronique latine universelle pour satisfaire à la volonté de Philippe le Bel de faire disparaître l’idée de reditus, de facon à établir que le lignage capétien était aussi légitime que celui des Carolingiens et que les trois races royales avaient été directement liées l’une à l’autre, fût-ce par les femmes54.

  • 55 Sur Guillaume, voir S. L. Field, The Beguine, the Angel, and the Inquisitor. The Trials of Marguer (...)
  • 56 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe, and the Chroniclers of Saint-Denis », Media (...)

22Le roi et Nogaret n’étaient pas les seuls, à la cour capétienne, à cultiver les liens avec les chroniqueurs de l’abbaye. Il me semble clair que le dominicain Guillaume de Paris, nommé inquisiteur de France en 1303/1304 et ensuite, fin 1305, choisi par Philippe le Bel comme confesseur55, était une des sources préférées des moines qui continuaient les chroniques latine et française de Guillaume de Nangis depuis sa mort en 130056.

  • 57 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, avec les continuations de cette chronique (...)

23Je n’ai pas de preuves absolues des liens entre Guillaume de Paris et les historiens de l’abbaye. Il me paraît significatif, cependant, qu’une continuation dyonisienne de la chronique latine universelle de Guillaume de Nangis soit la seule à raconter les poursuites menées par Guillaume contre deux Juifs convertis en 1307, peu après l’expulsion qui eut lieu en 1306. Cet épisode est rapporté immédiatement après le récit de l’arrestation des templiers le 13 octobre 1307 à l’initiative de Philippe le Bel, dans laquelle Guillaume était fort impliqué, ce qui lui valut la désapprobation et la censure du pape Clément V57. Par contraste, la longue narration des procès contre les juifs mettait Guillaume en valeur, confirmant son orthodoxie et sa dévotion à l’église.

  • 58 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe… », art. cité, p. 325-326 et 340-344.

24Il est possible que Guillaume ait transmis aux chroniqueurs dyonisiens l’histoire d’une fausse prophétesse de Metz qui résidait avec des béguines flamandes, avait adressé de fausses prédictions à Philippe le Bel et à son entourage pour le dissuader d’attaquer les Flamands et avait ourdi avec ces derniers l’empoisonnement de Charles de Valois. Une version très développée de cette histoire apparaît à l’année 1304, dans une continuation de la Chronique universelle latine de Guillaume de Nangis. Long de plus de mille mots, le récit est riche de détails suggestifs, qui incluent une épître écrite en lettres d’or adressée à Charles de Valois au nom de Jésus-Christ. L’épisode ne figure pas ailleurs que dans d’autres chroniques écrites à Saint-Denis, où il est très abrégé et modifié de façon à être expurgé de détails peu crédibles. Même si Guillaume de Paris n’est pas la source de cette histoire fantaisiste, son traitement par les chroniqueurs de Saint-Denis montre à quel point ces derniers remaniaient et transformaient les éléments de leurs récits58.

  • 59 Ibid., p. 318-336. Voir aussi S. L. Field, The Beguine…, op. cit., p. 233-235 (trad. anglaise du p (...)

25Passons maintenant à l’histoire de Marguerite Porete et de son compagnon Guiard de Cressonessart, qui n’apparaît que dans deux chroniques contemporaines des événements, l’une et l’autre dyonisiennes. Le premier et le plus long des récits se trouve dans la Continuation de la Chronique universelle latine de Guillaume de Nangis, tandis que la Continuation de la Chronique française des rois de France de Guillaume de Nangis contient le second, fondé sur le premier mais remanié et abrégé59.

  • 60 La photographie est l’œuvre de M. Bilham, du Visionaire Studio, Las Vegas. Je la remercie de ses c (...)
  • 61 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe… », art. cité, ainsi que ead., « Jean Gerson (...)
  • 62 M. Barber, The Trial…, op. cit., p. 153-184.

26Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de Marguerite et de Guiard, il suffit de savoir que si vous les aviez googlés le 26 avril 2013, vous auriez trouvé soixante-douze pages de références à eux et à leur triste sort (y compris une photographie de l’exécution de Marguerite)60. En bref, Marguerite est censée avoir été la première femme brûlée pour avoir écrit un livre hérétique, dans lequel elle avançait des idées sur la relation de l’âme avec Dieu qui seraient bientôt condamnées au Concile de Vienne, en 1311-131261. L’instrument de sa chute et de sa condamnation aurait été l’inquisiteur Guillaume de Paris, responsable de sa livraison au bras séculier avant son exécution près de Paris le 1er juin 1310. Sa mort aurait été exemplaire et aurait suscité la sympathie de tous les observateurs. Le même jour, à la suite, le supplice du feu aurait été infligé à un apostat juif converti, inculpé d’avoir craché sur des images de la Vierge. Quant à Guiard de Cressonessart, accusé d’hérésie puis repenti, Guillaume de Paris l’aurait condamné à la prison perpétuelle. Tous ces épisodes avaient pour effet d’attirer l’attention sur Guillaume de Paris, qui n’avait eu aucune part dans le supplice collectif subi par de nombreux Templiers au mois de mai 1310 sur ordre de Philippe de Marigny, archevêque de Sens et frère d’Enguerran, raconté par tous les chroniqueurs contemporains62.

  • 63 E. A. R. Brown, « Jean Gerson, Marguerite Porete… », art. cité.

27Telle une première Jeanne d’Arc, Marguerite Porete connut assez vite une renommée impressionnante. Mais sa gloire a beaucoup augmenté depuis 1944, année où une dévote chercheuse romaine, Romana Guarnieri, la proclama l’auteure d’un traité mystique, Le mirouer des simples ames anienties et qui seulement demourent en vouloir et desir damour, jusqu’alors considéré anonyme et probablement l’œuvre d’un homme. Ainsi s’explique le grand nombre de références à Marguerite Porete sur Internet, un nombre en augmentation jour après jour63.

  • 64 C.-V. Langlois, « Les papiers de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians au Trésor des c (...)

28Il me semble indubitable que les renseignements sur Marguerite Porete et son compagnon, ainsi que sur le juif conversus apostat, ont été fournis aux chroniqueurs de Saint-Denis par Guillaume de Paris. Pourquoi ? À cause des concordances entre le récit dyonisien et six documents confectionnés sans doute pour et sous la direction de Guillaume de Paris, qui furent conservés parmi les papiers de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians puis saisis après leurs morts64.

  • 65 Je remercie A. Friedlander pour ses communications du 3 et du 5 juillet 2012, dans lesquelles il r (...)
  • 66 Pour le moment, voir J. Rogozinski, « Ennoblement by the Crown and Social Stratification in France (...)

29Au premier abord, l’existence de ces six documents (qui contiennent sept actes datés entre mars et octobre 1310) suggère que tout ce que les chroniques dyonisiennes rapportent est vrai. On peut être sceptique à propos de la paternité du Mirouer des simples ames, mais pourquoi contester l’autorité de six documents contemporains ? Diverses raisons portent à le faire, et surtout des problèmes diplomatiques et d’ordre factuel présentés par chacun des documents. Selon Alan Friedlander, l’historien de Bernard Délicieux (et je suis d’accord avec lui), aucun des documents n’aurait convaincu ni impressionné un ecclésiastique du xive siècle qui connaissait les procédures de l’inquisition65. De plus, aucun des « faits » allégués dans les documents ne peut être confirmé par d’autres traces. Enfin, le seul notaire connu impliqué dans la confection des actes fut Jacques de Vertus, de Virtuto, qui certifia deux des documents. C’était un homme d’une réputation douteuse, bâtard et serf de naissance, prêt à tout faire pour échapper à ses origines et pour se promouvoir, qui à la fin de sa carrière fut annobli pour ses services et sa dévotion aveugle aux intérêts de la monarchie66.

  • 67 S. L. Field, The Beguine…, op. cit., surtout p. 209-231 ; id., « The Master and Marguerite : Godfr (...)

30Les documents posent de nombreuses difficultés, que j’espère un jour étudier plus en détail. Peu d’historiens les ont reconnues, mais elles sont admises par Sean L. Field, qui néanmoins vient de publier un livre sur l’affaire de Marguerite Porete qui en présente un récit cohérent et crédible sans aborder les problèmes documentaires67. Comme ce livre en témoigne, de même que la grande quantité de publications sur Marguerite Porete, sa vie et son Mirouer des simples ames, l’existence réelle du personnage est universellement admise. Les grands traits, plus ou moins précis, de son itinéraire le sont aussi, ainsi que l’attribution à Marguerite du Mirouer, malgré les problèmes présentés par les documents et le manque de preuves qui leur soient extérieures.

  • 68 Pour John Playfair, voir son compte rendu, « Art. III. Essai Philosophique sur les Probabilités. P (...)

31Pourquoi cette absence de sens critique ? Pourquoi la réception presque universelle d’une histoire inspirée par l’approbation de sa « véritude » plutôt que par la démonstration de sa vérité ? Comme Jeremy Bentham (1748-1832) et John Playfair68 (1748-1819) l’affirmèrent au commencement du xixe siècle, il y a dans l’homme une tendance irrésistible à croire au témoignage. Selon Bentham,

  • 69 Jeremy Bentham, Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais. Théorie des peines et des récompenses (...)

le témoignage s’étant trouvé vrai dans le plus grand nombre de cas pour le passé, nous avons un penchant à nous y fier pour le présent et pour le futur. De là, en un mot, la disposition à croire […] S’il en était autrement, les affaires sociales ne marcheraient plus ; tout le mouvement de la société serait paralysé ; nous n’oserions plus agir69.

  • 70 E. Morris, A Wilderness of Error : the Trials of Jeffrey MacDonald, New York, Penguin Press, 2012, (...)

32De plus, tout comme l’homme veut accepter le témoignage, il désire en tirer une narration claire et précise de ce qui est attesté. Pour ce faire, il choisit parmi les « faits » rapportés ceux qui sont les plus susceptibles de faciliter la construction d’une histoire logique. Les « faits » difficiles et récalcitrants sont mis de côté, rejetés. Une fois établi, raconté et répété, le récit acquiert une puissance formidable, une extraordinaire résistance au soupçon et au doute70. On préfère l’accepter, le diffuser, quitte à faire (si nécessaire) de petites modifications, plutôt que l’abandonner.

  • 71 F. Rich, The Greatest Story Ever Sold : the Decline of Truth from 9/11 to Katrina, New York, Pengu (...)
  • 72 N. Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock (Parti pris), 200 (...)
  • 73 G. Kessler, « The Biggest Pinocchios of 2012 », The Washington Post, 21 décembre 2012.

33Mais il faut protester, comme l’a fait autrefois John Playfair. Même si la croyance aux témoignages est nécessaire pour vivre en société, on ne doit pas pour cette raison abandonner tout sens critique. Dans un âge de post-truth et de post-fact politics71, de l’ubiquité de l’histoire bling-bling72, de l’attribution des prix Pinocchio aux candidats à l’élection présidentielle américaine ainsi qu’aux entreprises aggressives et abusives73, il faut lutter âprement pour protéger et promouvoir la vérité contre la puissance de la véritude.

Appendice : copie d’une requête adressée par Guillaume de Nogaret à Philippe le Bel demandant son aide pour obtenir une audience devant le pape Clément V afin de justifier ses actions contre Boniface VIII

34Paris, Archives nationales, J 491B, no 797ter. Sur parchemin de bonne qualité ; simple réglage en haut et à la marge gauche ; 206 mm (de large) × 305 mm (de long). Au verso dans une main du xviiie siècle : « Copie de requeste de guillaume nogaret au roy pour luy faire obtenir audiance du pape clement pour sa justification de ce quil a fait contre le pape boniface. » Dans cette édition, je suis l’orthographe et la ponctuation du document, en substituant des virgules pour les barres employées par le scribe.

35In nomine domini nostri ihesu christi amen.. Significat et proponit Regie Celsitudini, Guillelmus de Nogareto, miles vester, quod idem guillelmus, zelo dei, fidei que catholice, ardens ad deffenssionem corporis christi, videlicet sancte Matris ecclesie, quam Bonifacius tunc de facto presidens, Cum de iure non posset, eo quod esset latro non pastor, qui per hostium non Intrarat [sic] ad ipsum Regimen, eius operibus, iuxta doctrinam domini, testimonium ad hec prestantibus Manifeste, Necnon perfectus hereticus qui diu latuerat, sed finaliter eius peruersa doctrina, necnon operibus dampnatis detectus, qui et si pastor fuisset, deprauabat veritatem domini, ac eius ecclesie vnitatem, destruere properans, Regnum francorum, Regnum a domino benedictum, et exterminare vos christi Seruum, ipsius Regni, regem legitimum, inciuiliter, ac eciam sine causa, In tanto necessitatis articulo, vbi ecclesie humilitas non preualebat quo casu, iuxta Sanctorum patrum regulas, occurri habuit per exteram potestatem, vbi per principem aliquem secularem, ecclesiam deffendi paratum non erat, Mora que modici temporis, eciam vnius diei, erat irreparabile periculum allatura, legitima fretus auctoritate, dicto bonifacio, pro ueritate restitit, cum fidelibus et deuotis ecclesie Romane, quam dictus Bonifacius captiuabat, ipsum a Morte deffendens, Generalis concilij iudicio presentandum, ac erga eum karitatem exercens, Iuxta preceptum domini, esto eciam quod uerus pastor, ne in se, populum que dei, Manu furiosi Seuiret, quod perperam facere nitebatur.

36Item proponit, quod beate Memorie, Dominus Benedictus proxime papa deffunctus, zelum meum, causam que iustam mej processus ignorans, per fautores errorum dicti Bonifacij deceptus, contra me socios que meos, qui in christi, mecum, negocio laborarunt, quos complices appellauit, ex predictis nos Reos, sacrilegos, & in excommunicacionis Incidisse Sentenciam, per formam edicti, nobis prorsus inauditis, non vocatis, Inciuiliter, Salua sancte Matris ecclesie Reuerencia nunciauit, et nos per formam edicti citauit, ut nos eius conspectui presentaremus, pro meritis Sentenciam audituri, Sed post huiusmodi processus noticiam, me coram eo non potui presentare propter eius decessum qui breuiter Superuenit, propter quod legitimas deffenssiones meas, super premissis coram vobis ut meo domino ac iudice temporali, nec non coram officiali parisiensi, cum sedem vacantem apostolicam adire non possem legitimis impedimentis detentus, legitime publicaui.

37Item proponit quod prouiso Regimini Sancte matris ecclesie de persona Sanctissimi patris domini clementis nunc Summi pontificis Semper clamaui, volens eius adire Sanctitatem, ad deffendendum me legitime de premissis, ad honorem dei, sancte Matris ecclesie, salutem que animarum eorum, qui decepti propter ignoranciam iusticie cause mee, scandalizantur in me, in Suam [sic] perniciem animarum, paratus si quod abssit [sic] reperirer in quoquam culpabilis de predictis, penitenciam recipere Salutarem, ac Sancte ecclesie humiliter obedire mandatis, sed dominus summus pater predictus, deceptus ignorancia cause mee, faciem Suam, auertit a me. In tantum quod causa Mea immo christi pocius & fidei remanet derelicta, faucibus eorum, qui sunt errorum Bonifacij predicti fautores dilaceror, in diuini nominis Iniuriam & contemptum, graue que periculum ecclesie Sancte dei, ut ostendere sum paratus.

38Cum igitur probaciones habeam deffenssionum mearum legitimas, in hac causa fidei que processu temporis possent non esse, mei que intersit dictum processum licet nullum de iure dicti domini Benedicti irritum nunciari, meque ut innocentum, de facinoribus michi impositis absolui, Celsitudo que vestra Regia in causa fidei, necnon deffenssionis veritatis & ecclesie sic[ud] est in proposito cuiquam non debeat defficere, Maxime Michi, qui fidelis uester sum & homo ligius, michi que fidem in tanto periculo seruare tenemini, sicud [sic] ego vobis et Regno uestro Seruaui, cum Insuper ad vos Iudicem meum et dominum ex debito iusticie pertineat Scire super hiis ueritatem, ut si Sim culpabilis puniari legitime, Si sim Innocens Remaneam absolutus, in fide qua christo tenemini, uestris que Subditis et fidelibus, Maxime contra iusticiam sic oppressis, vestram Requiro clemenciam, ut apud dominum Summum pontificem, audienciam michi prestari faciat, ad proponendum & ad ostendendum deffenssiones meas legitimas, ut michi possit fieri iusticia Super eis, tam per Sedem apostolicam, quam per vestram magnificenciam, quatenus ad eam pertinere potest & debet.

Notes

1 Pour iustitia, Ps. 35 (36):6-7, Ps. 84 (85):11-12 ; pour iudicium, Tobit 3:2 (et omnia iudicia tua iusta sunt, et omnes vie tue, misericordia, et veritas et iudicium) ; pour pax, 4 Reg. 20:19 (sit pax et veritas in diebus meis), Is. 39:8 ; pour misericordia, Tobit 3:2, Ps. 24 (25):10, Ps. 107 (108):5, Prov. 14:22, Prov. 20:28 ; pour equitas, Is. 59:14-15. Je voudrais remercier vivement mon collègue J. Théry de son aide pour la correction de mon français et de ses suggestions très utiles.

2 Iustitia tua, iustitia in eternum et lex tua veritas : Ps. 118 (119):142.

3 Misericordia et veritas custodiunt regem, et roboratur clementia thronus eius : Prov. 20:28.

4 Quoniam non est in ore eorum veritas, cor eorum vanum est : Ps. 5:10.

5 Provide autem de omni plebe viros potentes et timentes Deum, in quibus sit veritas et qui oderint avaritiam, et constitue ex eis tribunos : Exode 18:21.

6 Ego sum via et veritas et vita. Nemo venit ad Patrem, nisi per me (Jean 14:6) ; et spiritus est qui testificatur quoniam Christus est veritas (1 Jean 5:6).

7 Multa habeo de vobis loqui et iudicare, sed qui misit me verax est, et ego que audivi ab eo hec loquor in mundo (Jean 8:26) ; Est autem Deus verax, omnis autem homo mendax (Rom. 3:4).

8 Sanctifica eos in veritate. Sermo tuus veritas est. Sicut me misisti in mundum, et ego misi eos in mundum, et pro eis ego sanctifico meipsum, ut sint et ipsi sanctificati in veritate : Jean 17:17-19.

9 Dixit ergo eis Iesus, Si Deus pater vester esset, diligeretis utique me ; ego enim ex Deo processi et veni, neque enim a me ipso veni, sed ille me misit. Quare loquellam meam non cognoscitis ? Quia non potestis audire sermonem meam. Vos ex parte diabolo estis, et desideria patris vestri vultis facere. Ille homicida erat ab initio, et in veritate non stetit, quia non est veritas in eo ; cum loquitur mendacium, ex propriis loquitur quia mendax est et pater eius. Ego autem si veritatem dico, non creditis mihi. Quis ex vobis arguet me de peccato ? Si veritatem dico vobis, quare non creditis mihi ? Qui ex Deo est, verba Dei audit. Propterea vos non auditis, quia ex Deo non estis : Jean 8:42-47 ; voir aussi Rom. 3:4 (voir note 7 ci-dessus).

10 Quia lex per Mosen data est, gratia et veritas per Iesum Christum facta est : Jean 1:17.

11 Sicut est veritas in Iesu (Ephes. 4:21) ; Dicebat ergo Iesus ad eos, qui crediderunt ei, Iudeos : Si vos manseritis in sermone meo, vere discipuli mei eritis, et cognoscetis veritatem, et veritas liberabit vos (Jean 8:31-32).

12 Vobis enim datum est nosse mysterium Dei, ceteris autem in parabolis, ut videntes non videant et audientes non intelligent : Luc 8:10. Voir aussi Matt. 13:11 et Marc 4:11, et l’article de B. Grévin dans le présent ouvrage.

13 Jean 17:17-19 (voir note 8 ci-contre).

14 Est veritas Christi in me, quoniam hec gloriatio non infringetur in me in regionibus Achaie : 2 Cor. 11:10.

15 Semper discentes, et numquam ad scientiam veritatis pervenientes. Quemadmodum autem Iannes et Mambres restiterunt Moysi, ita et hi resistunt veritati, homines corrupti mente, reprobi circa fidem ; sed ultra non proficient : insipientia enim eorum manifesta erit omnibus, sicut et illorum fuit : 2 Tim. 3:7-9.

16 Et a veritate quidem auditum avertent, ad fabulas autem convertentur : 2 Tim. 4:4.

17 Jean 8:42-48 (voir note 9 ci-contre).

18 Qui commutaverunt veritatem Dei in mendacium et coluerunt et servierunt creature potius quam Creatori, qui est benedictus in secula : Rom. 1:25.

19 Fuerunt vero et pseudoprophete in populo, sicut et in vobis erunt magistri mendaces, qui introducent sectas perditionis, et eum qui emit eos Dominum negant, superducentes sibi celerem perditionem. Et multi sequentur eorum luxurias, per quos via veritatis blasphemabitur : 2 Peter 2:1-2.

20 In domo Patris mei mansiones multe sunt ; si quo minus dixissem vobis, Quia vado parare vobis locum : Jean 14:2.

21 S. Bourmeau, V. Giret, A. Schwartzbrod, « Michel Rocard : “La politique exige beaucoup de mensonges” », Libération, 2 décembre 2012, disponible sur Internet. Selon l’article, M. Rocard remarqua à propos de F. Hollande : « Le mensonge n’est pas sa tasse de thé ». Je remercie J.-P. Genet de m’avoir signalé cet article.

22 Rom. 3:4 (voir note 7 ci-dessus).

23 Inquir[ere] diligenter veritatem […] et ablata ab ipsis dampnis fac[ere] restitui. Voir BNF, Doat 176, fol. 143, pour leur commission, et ibid., fol. 217-226, pour les ordonnances promolguées par les deux commissaires, confirmées par Philippe le Bel le 6 avril 1297, et publiées le 11 juin 1297. Voir J. Glénisson, Les enquêteurs-réformateurs de 1270 à 1328. Contribution à l’étude des commissaires royaux, thèse, École nationale des chartes (Positions des thèses de l’École des chartes, 1946, p. 81-88), p. 262, no 10, qui édita la commission dans ibid., p. 328, no 2. Je remercie le bien regretté J. Glénisson de m’avoir confié une copie de sa thèse. Voir aussi R. Telliez, Per potentiam officii : les officiers devant la justice dans le royaume de France au xive siècle, Paris, Champion 2005, surtout p. 73-125. Dans Gouverner par l’enquête au xiiie siècle. Les restitutions de Louis IX (1247-1270), thèse soutenue à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne en 2012, M. Dejoux ré-examine le fonctionnement des enquêtes du xiiie siècle. Voir son livre Les enquêtes de saint Louis. Gouverner et sauver son âme, Paris, Presses universitaires de France, 2014, et son article « Gouverner par l’enquête en France, de Philippe Auguste aux derniers Capétiens », French Historical Studies, 37, 2014, p. 271-302.

24 Occultare vel violentare satagunt veritatem […] satagentes ne de suis excessibus siue gestis veritas elucescat ac per consequens suum consequi nequeat effectum iusticia contra eos ; Nos itaque summo desiderio affectantes ut de huiusmodi gestis & meritis vel demeritis offic[ialium] predictorum ipsa nobis veritatis pateat certitudo […] quod veritas succombere nequeat, nec sibi falsitas preualere : Arch. nat., JJ 35, fol. 16 v, no 55 ; JJ 36, fol. 18 v, no 53 ; C. de Vic, J.-J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, avec des notes et les pièces justificatives, éd. par A. Molinier, Toulouse, Privat, 1872-1893, X, preuves, col. 411-413, no 121. Sur les échos de la rhétorique pontificale dans les mandements royaux à partir de 1301, voir J. Théry, « Allo scoppio del conflitto tra Filippo il Bello di Francia e Bonifacio VIII : l’affaire Saisset (1301). Primi splunti per una rilettura », dans G. Minnucci (éd.), I poteri universali e la fondazione dello Studium urbis. Il pontefice Bonifacio VIII dalla Unam sanctam allo Schiaffo di Anagni. Atti del Convegno di studi Roma – Anagni, 9-10 maggio 2003, Bologne, Monduzzi (Archivio per la storia del diritto medioevale e moderno, Miscellanee, 1), 2008, p. 21-68 (47) ; J. Théry, « Philippe le Bel, Pape en son royaume », L’Histoire, 289 : Dieu et la politique. Le défi laïque, 2004, p. 14-17.

25 J. Glénisson, Les enquêteurs-réformateurs…, op. cit., p. 269-273, nos 25-32 ; E. A. R. Brown, « Unctus ad executionem justitie : Philippe le Bel, Boniface VIII, et la Grande Ordonnance pour la réforme du royaume (du 18 mars 1303) », dans S. Menegaldo, B. Ribémont (éd.), Le roi fontaine de justice. Pouvoir justicier et pouvoir royal au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, Klincksieck (Circare. Jus & litterae, 3), 2012, p. 145-168.

26 R. Scholz, Die Publizistik zur Zeit Philipps des Schönen und Bonifaz’ VIII. Ein Beitrag zur Geschichte der politischen Anschauungen des Mittelalters, Stuttgart, Enke (Kirchenrechtliche Abhandlungen, 6/8), 1903, p. 375-443.

27 Pierre Dubois, De recuperatione Terre Sancte. Traité de politique générale par Pierre Dubois, Avocat des causes ecclésiastiques au bailliage de Coutances sous Philippe le Bel, publié d’après le manuscrit du Vatican, éd. par C.-V. Langlois, Paris, Picard (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire, 9), 1891. L’introduction reste toujours utile pour la vie et les ouvrages de Dubois. Consulter aussi pour les notes et le commentaire de W. I. Brandt, le traducteur, P. Dubois, The Recovery of the Holy Land, New York, Columbia University Press (Records of Civilization, Sources and Studies, 51), 1956. L’édition récente par A. Diotti ne diffère guère de celle de C.-V. Langlois, dont les erreurs suggèrent la nécessité d’une réédition : De recuperatione Terre Sancte. Dalla « Respublica Christiana » ai primi nazionalismi e alla politica antimediterranea, Florence, Olschki (Testi medievali di interesse dantesco, 1), 1977.

28 Si ergo hoc facit ex certa sciencia dominus rex, mendax est ; et per mendacium, quod absit, Deum negans, efficitur filius Dyaboli, qui est pater mendacii, et omnes mendaces filii eius ; sicut omnes veraces, in quantum tales, filii Dei nuncupantur ; ut hec per multas sacras Scripturas probantur, maxime in epistola ad Titum [et in canone] c. XI, q. III, c. [LXXVIII] : Quatuor modis corrumpitur iudicium, cum capitulis sequentibus. Quod autem in exigenda ultra neccessitatem sit peccatum mortale nonquam remittendum nisi restituatur exactum ultra neccessitatem, patet omnibus fidem catholicam tenentibus : Pierre Dubois, De recuperatione…, op. cit., p. 117, chap. 124 (Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana [ci-dessous BAV], Vat. lat. 1642, fol. 37). La référence de Dubois à l’épître à Tite est surprenant, car Paul n’y mentionne la vérité et le mensonge que dans l’adresse. Cf. l’emploi de cette figure par Pierre Dubois, dans son traité La pueble du royaume de France, BNF, lat. 10919, fol. 106-108 v (107 v-108), éd. par E. Boutaric, « Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale et autres bibliothèques, 20/2, 1862, p. 83-237 (175-179 [178]). Sur necessitas, les impôts et la restitution, voir mes articles, « Cessante Causa and the Taxes of the Last Capetians : the Political Applications of a Philosophical Maxim », Studia Gratiana (Post Scripta), 15, 1972, p. 565-587 ; et « Taxation and Morality in the Thirteenth and Fourteenth Centuries : Conscience and Political Power and the Kings of France », French Historical Studies, 8, 1973, p. 1-28 ; réimpr. dans E. A. R. Brown, Politics and Institutions in Capetian France, Aldershot, Variorum (Variorum Collected Studies Series, 350), 1991, nos II et III.

29 Cuius rei plenam veritatem expedit pervenire ad noticiam regie maiestatis, quoniam ignorancia, que crassa foret et supina, peccatum nullatenum excusaret, nam lata culpa dolo equiparatur : Pierre Dubois, De recuperatione…, op. cit., p. 123, chap. 135 (BAV, Vat. lat. 1642, fol. 39).

30 Tamen hec scribere volui, sequens doctrinam Philosophi qui ait quod : Omnes professores veritatis plus debent adherere veritati quam amicitie, et quod duo sunt opera sapientis : Primum, non mentiri de quibus novit ; secundum, mentientem manifestare posse. Et in canone legimus : Melius est pati pro veritate supplicium quam pro adulatione emolumentum. Certum est quod omnes mentientes in preiudicium alterius mortaliter peccant, et sunt Dyaboli filii Deumque negant suo facto, secundum testimonium Apostoli, qui omnibus que perversa sunt factis Deum asserit negari, et omnes veraces filii Dei vocantur. Cum autem ego sim patronus causarum domini regis, eidem per iuramentum astrictus, crederem mortaliter peccare, si tacerem veritatem premissorum, in tantum periculum et preiudicium spirituale et temporale domini mei et innumerabilium suorum subditorum : Pierre Dubois, De recuperatione…, op. cit., p. 125-126, chap. 136 (BAV, Vat. lat. 1642, fol. 39 v-40). Pour Omnes professores veritatis, voir H. Guerlac, « Amicus Plato and Other Friends », Journal of the History of Ideas, 39, 1978, p. 628-633, et L. Tarán, « Amicus Plato, sed magis amica veritas : from Plato and Aristotle to Cervantes », Antike und Abendland, 39, 1984, p. 93-124, réimpr. dans id., Collected Papers (1962-1999), Leiden/Boston, Brill, 2001, p. 1-46. Pour Melius est pati, voir Gratien, C. 11, q. 3, c. 81 (Melius est autem pro ueritate pati supplicium quam pro adulatione beneficium, attribué par Gratien à saint Augustin). Je remercie K. Pennington de m’avoir aidé (encore une fois) à trouver la source de cette citation. Pour l’emploi par Dubois du c. 78 de C. 11 q. 3 de Gratien, voir note 28 ci-contre.

31 E. A. R. Brown, « Représentations de la royauté dans les Livres de Fauvel », dans J. Blanchard (éd.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque organisé par l’Université du Maine les 25 et 26 mars 1994, Paris, Picard, 1996, p. 215-235 (216) ; E. A. R. Brown, « Rex ioians, ionnes, iolis : Louis X, Philip V, and the Livres de Fauvel », dans M. Bent, A. Wathey (éd.), Fauvel Studies. Allegory, Chronicle, Music, and Image in Paris, Bibliothèque nationale de France, MS Français 146, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 53-72. Le mot livres employé dans le titre du roman de Fauvel prend un sens particulier en relation avec l’emploi du même mot pour désigner les premiers registres reliés du parlement de Paris : M. Morgat-Bonnet, « Au cœur des Tournelles : la fabrique des premières archives du Parlement », dans O. Descamps, F. Hildesheimer, M. Morgat-Bonnet (éd.), Le Parlement en sa cour. Études en l’honneur du professeur Jean Hilaire, Paris, Champion (Histoire et archives. Hors-série, 11), p. 393-424 (401-402, 409, 412-413, 414, 415).

32 E. A. R. Brown, « Représentations de la royauté… », art. cité, p. 216-227 ; La chronique métrique attribuée à Geffroy de Paris. Texte publié avec introduction et glossaire, éd. par A. Diverrès, Paris, Faculté des Lettres (Publications de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg, 129), 1956 ; Six Historical Poems of Geffroi de Paris Written in 1314-1318, Published in their Entirety for the first Time From MS. fr. 146 of the Bibliothèque Nationale, Paris, éd. par W. H. Storer et C. A. Rochedieu, Chapel Hill, University of North Carolina (University of North Carolina Studies in the Romance Languages and Literatures, 16), 1950 ; J. Dunbabin, « The Metrical Chronicle Traditionally Ascribed to Geffroy de Paris », dans M. Bent, A. Wathey (éd.), Fauvel Studies…, op. cit., p. 233-246 ; E. H. Roesner, « Labouring in the Midst of Wolves : Reading a Group of Fauvel Motets », Early Music History, 22, 2003, p. 169-245.

33 2 Cor. 11:10 ; voir ci-dessus note 14.

34 Voir l’article de C. Grellard dans le présent ouvrage et sa citation de Jean Buridan, Quæstiones super Ethicorum.

35 E. Armstrong et al., More Real ? Art in the Age of Truthiness, catalogue d’exposition (SITE Santa Fe, 8 juillet 2012-6 janvier 2013 ; Minneapolis Institute of Arts, 3 mars-9 juin 2013), Munich/New York, DelMonico Books, 2012, p. 23, 26 et 34-35. Je remercie P. Stansky et M. Vaizey de nos fructueuses discussions à propos de cette exposition.

36 Je voudrais exprimer ma gratitude envers F. Kelley et P. Kelley pour nos discussions fructueuses à ce sujet. Cf. l’expression certitudo veritatis, invoquée par Roger Bacon et par Thomas d’Aquin, employée par Philippe le Bel (voir note 24 ci-dessus), et aussi par le pape Clément V dans un mandement concernant Guichard de Troyes du 9 août 1308 : BNF, lat. 10919, fol. 143 v, éd. d’après un vidimus (Arch. nat., J 438, no 3bis) par A. Rigault, Le procès de Guichard, évêque de Troyes (1308-1313), Paris, Picard (Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des chartes, 1), 1896, p. 269-270, no XII. Je suis reconnaissante à A. Provost pour ses aimables conseils concernant ce document.

37 Sur Nogaret, voir S. Nadiras, Guillaume de Nogaret et la pratique du pouvoir, thèse, École nationale des chartes, 2003 (Positions des thèses de l’École des chartes, 2003, p. 161-168), et sa thèse de doctorat d’histoire, Guillaume de Nogaret en ses dossiers. Méthodes de travail et de gouvernement d’un conseiller royal au début du xive siècle, thèse dirigée par C. Gauvard, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2012, ainsi que les articles recueillis dans B. Moreau (éd.), Guillaume de Nogaret. Un Languedocien au service de la monarchie capétienne. Actes du colloque de Nîmes (20 janvier 2012), Nîmes, Lucie Éditions (Patrimoine des régions), 2012, surtout ceux de S. Nadiras (« Guillaume de Nogaret et les communautés d’habitants : autour de quelques dossiers d’affaires », p. 31-51 ; « Pièces justificatives. Le dossier Lunellium de Guillaume de Nogaret (été 1295) », p. 53-69 ; « Itinéraire de Guillaume de Nogaret : les déplacements du légiste », p. 169-173) ; et de J. Théry (« Le pionnier de la théocratie royale : Guillaume de Nogaret et les conflits de Philippe le Bel avec la papauté », p. 101-117). Voir aussi J. Théry, « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des “perfides Templiers” et la pontificalisation de la royauté française », La vie en Champagne, no spécial : Les Templiers dans l’Aube, 2013, p. 175-214 ; id., « Allo scoppio… », art. cité, p. 44-46 ; id., « Philippe le Bel… », art. cité ; E. A. R. Brown, « Moral Imperatives and Conundrums of Conscience : Reflections on Philip the Fair of France », Speculum, 87, 2012, p. 1-36 (16-26) ; ead., « Guillaume de Nogaret et les textes : les registres JJ 28 et JJ 29 », dans B. Moreau, J. Théry (éd.), La royauté capétienne et le Midi au temps de Guillaume de Nogaret, à paraître ; ead., « Philip the Fair and his Ministers : Guillaume de Nogaret and Enguerran de Marigny », dans W. C. Jordan, H. Barak, J. Phillips (éd.), The Capetian Century, à paraître ; ead., « Réflexions sur Philippe le Bel », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, à paraître.

38 Pour Bernard Saisset, consulter J. Théry, « Philippe le Bel… », art. cité, p. 16. Pour Guichard, voir Arch. nat., J 438, no 8, écrit par Nogaret, qui commence In nomine dominj nostri ihesu christi amen ; éd. par A. Rigault, Le procès de Guichard…, op. cit., p. 270-275, no XIII ; et A. Provost, Domus diaboli : un évêque en procès au temps de Philippe le Bel, Paris, Belin, 2010, p. 215, 219-220 et 305-306. Pour les Templiers, l’évidence est moins directe, mais voir M. Barber, The Trial of the Templars, 2e éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 144-145 et 299-300. La citation de Jean 14.5 dans les lettres de convocation des villes à l’assemblée de Tours/Poitiers en 1308 contre les Templiers me semble révéler l’influence de Nogaret : Documents relatifs aux États généraux et assemblées sous Philippe le Bel, éd. par G. Picot, Paris, Imprimerie nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1901, p. 490-491 (490), no DCLX (Christus est nobis via, vita et veritas. Quis ergo potest ipsum negare, per quem et in quo subsistimus, quin nos destruere satagat […]. Diligamus ergo nos talem Dominum salvatorem, qui sic nos prius dilexit, qui sumus unum corpus, simul regnaturi cum eo […]).

39 BNF, lat. 10919, fol. 236 v (Frater Hugo de Cabilone nepos visitatoris & frater Girardus de monte claro / milites / ordinis seu secte templi vna cum quibusdam suis complicibus eiusdem secte conceperant occidere Regem). Ce court passage fut édité par H. Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, Münster in Westfalen, Verlag der Aschendorffschen buchh., 1907, vol. 2, p. 74-75, no 50 (75 ; « 1307 Ende »), avec une liste de templiers fugitifs donnée précédemment dans le registre, fol. 84 v. Je remercie J. Théry de m’avoir signalé l’édition du passage par H. Finke. Sur ce manuscrit, autrefois le registre JJ 29 du Trésor des chartes, voir E. A. R. Brown, « Guillaume de Nogaret et les textes… », art. cité.

40 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous. Cf. les accusations semblables contre Bernard Saisset, décrites par J. Théry, « Philippe le Bel… », art. cité, p. 16.

41 Pour ce discours, voir J. Coste, Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins (1303-1311). Édition critique, introductions et notes, Rome, L’Erma di Bretschneider (Pubblicazioni della Fondazione Camillo Caetani, Studi e documenti d’archivio, 5), 1995, p. 103-122, surtout p. 112, 114, 116 et 118, et pour la citation de l’épître de Pierre, note 19 ci-dessus ; une copie du discours se trouve dans BNF, lat. 10919, fol. 176-178 v. Dans une assemblée tenue devant le roi le 24 juin 1303, le dominicain Renaud d’Aubigny insista sur la vérité des accusations en défendant le roi et en attaquant Boniface, « car verité n’a cure de flatterie, ne de vileinie, si com jeo ne parole pur flaterie du roy ne pur dire vilenie a pape, mais pur la bone conscience du roi desclarer et pur prononcier son bon renom, e qe vous sachiez qe ceo qe il fet, il fet pur salvation de vos almes » : J. Coste, Boniface VIII en procès…, op. cit., p. 186-197 (195-196) (dépêche contemporaine d’un agent des Frescobaldi au comte de Pembroke, Aymer de Valence). Dans une lettre à propos de la poursuite de la mémoire de Boniface VIII, datée de Fontainebleau en février 1311, Philippe le Bel, sans doute influencé par Nogaret et reprenant le discours prononcé par Guillaume de Plaisians le 13 juin 1303 au Louvre, déclara que la domus regia Francie était veritatis directrix ac Ecclesie auxiliatrix : Pierre Dupuy, Histoire dv differend d’entre le pape Boniface VIII et Philippes le Bel Roy de France […], Paris, Cramoisy, 1655, p. 296-300 (297) ; et pour la réunion du 13 juin 1303, J. Coste, Boniface VIII en procès…, op. cit., p. 142 (directrix semper veritatis extiterit regia domus sua). Dans cette même lettre de février 1311, Philippe le Bel exprimait sa conviction que veritatis […] Dei spiritu reuelante, vox quedam avait inspiré les accusations contre Boniface : Pierre Dupuy, Histoire dv differend…, op. cit., preuves, p. 296.

42 Cette phrase paraît trois fois dans Arch. nat., J 491B, no 797bis, éd. dans E. A. R. Brown, « Moral Imperatives… », art. cité, p. 33-36. Voir aussi Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous, où le mot veritas apparaît quatre fois. Ce dernier acte est un mémoire de Nogaret, copié par l’un de ces clercs, dans lequel il sollicite l’aide de Philippe le Bel pour obtenir une audience devant le pape Clément V pour justifier et expliquer ce qui s’était passé à Anagni, en vue d’obtenir du pape l’absolution pour ses propres actes. Dans une supplication à Clément V, Nogaret déclara que [tenebatur] quisque Catholicus in tanto necessitatis articulo, corpus sanctum [Ecclesie] contra dictum Bonifacium curandum defendere, & animam suam exponere pro eodem, cum Ecclesia sit firmamentum veritatis, secundum Apostolum, Iesus Christus, Dominus noster, sit via, veritas et vita, quam veritatem, nedum quilibet clericus, sed quisque Catholicus laicus tenetur vsque ad mortem et sanguinem defendere, & mori, si sit neccesse, pro ea : Pierre Dupuy, Histoire dv differend…, op. cit., preuves, p. 305-315 (ici p. 309) (Coffre de Boniface no 793). Cette supplication commence In nomine Domini nostri Iesu Christi, Amen : ibid., p. 305.

43 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous (quod causa mea immo christi pocius & fidei remanet derelicta).

44 Arch. nat., J 491B, no 797ter, éd. dans l’Appendice ci-dessous ; cf. aussi Arch. nat., J 491B, no 797bis.

45 E. A. R. Brown, « Moral Imperatives… », art. cité, p. 20.

46 Omnipotens dominus / negotia dirigat in bonum / ad honorem suum & dominj nostri Regis / & rectificacionem ecclesie / & quietem & salutem deuotorum suorum Amen. Amen. Amen. : Arch. nat., J 491B, no 797. Voir aussi mon analyse d’une lettre qu’il écrit à Étienne de Suzy en 1303, dans « Moral Imperatives… », art. cité, p. 18-20.

47 Ibid., p. 23 ; Arch. nat., J 491B, no 797ter, commence ainsi. Voir aussi ci-dessus note 38.

48 S. Nadiras, Guillaume de Nogaret en ses dossiers…, op. cit., p. 75-76.

49 E. A. R. Brown, « Moral Imperatives… », art. cité, p. 30.

50 Cf. note 43 ci-dessus.

51 J. R. Strayer, The Reign of Philip the Fair, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 30. Voir surtout les discours contre les Templiers prononcés par Guillaume de Plaisians devant Clément V à Poitiers en juin 1308, décrits par M. Barber, The Trial…, op. cit., p. 105-115. Le pape refusait de recevoir Nogaret, excommunié ; cf. l’explication offerte dans ibid., p. 107 (because he remained personally obnoxious to the pope as a result of the attack on Boniface VIII at Anagni). J. Coste attribue à Plaisians plus d’initiative que ne le font la plupart des chercheurs : Boniface VIII en procès…, op. cit., p. 124-132.

52 I. Guyot-Bachy, « Expediebat ut unus homo moreretur pro populo. Jean de Saint-Victor et la mort du roi Philippe V », dans F. Autrand, C. Gauvard, J.-M. Moeglin (éd.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 59), 1999, p. 493-504 ; ead., Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor. Un historien et sa communauté au début du xive siècle, Turnhout, Brepols (Bibliotheca Victorina, 12), 2000, p. 421-454.

53 Il faut souligner aussi la possibilité (sinon la probabilité) qu’une chronique représente le travail de plusieurs collaborateurs, dont les points de vue pouvaient différer. Dans un article publié en 2006, S. Menache a insisté sur some of the challenges posed by fourteenth-century chronicles, qu’elle traita globalement au lieu d’analyser et de suggérer des explications aux différences entre les récits contemporains : « Chronicles and Historiography : the Interrelationship of Fact and Fiction », Journal of Medieval History, 32, 2006, p. 333-345. Dans un article à paraître, « Les assemblées de Philippe le Bel : la promotion d’une image d’un gouvernement consultatif et consensuel », je traiterai des efforts de Philippe le Bel et de ses ministres, ainsi que de Charles de Valois, pour influencer les chroniqueurs. A. Wathey décrit les moyens littéraires employés par Charles de Valois pour salir la réputation d’Enguerran de Marigny, dans « Gervès du Bus, the Roman de Fauvel, and the Politics of the Later Capetian Court », dans M. Bent, A. Wathey (éd.), Fauvel Studies…, op. cit., p. 599-613 (602).

54 E. A. R. Brown, « The Prince Is Father of the King : the Character and Childhood of Philip IV of France », Mediaeval Studies, 49, 1987, p. 282-334 (312-315), réimpr. dans E. A. R. Brown, The Monarchy of Capetian France and Royal Ceremonial, Aldershot, Variorum (Variorum Collected Studies Series, 345), 1991, no II ; ead., « La généalogie capétienne dans l’historiographie du Moyen Âge : Philippe le Bel, le reniement du reditus et la création d’une ascendance carolingienne pour Hugues Capet », dans D. Iogna-Prat, J.-C. Picard (éd.), Religion et culture autour de l’an Mil : royaume capétien et Lotharingie. Actes du colloque Hugues Capet 987-1987. La France de l’an Mil. Auxerre, 26 et 27 juin 1987 – Metz, 11 et 12 septembre 1987, Paris, Picard, 1990, p. 199-214 ; ead., « Vincent de Beauvais and the Reditus Regni Francorum ad Stirpem Caroli Imperatoris », dans S. Lusignan, M. Paulmier-Foucart, A. Nadeau (éd.), Vincent de Beauvais : intentions et réceptions d’une œuvre encyclopédique au Moyen Âge. Actes du XIVe colloque de l’Institut d’études médiévales, organisé conjointement par l’atelier Vincent de Beauvais (A.R.Te.M., Université de Nancy II) et l’Institut d’études médiévales (Université de Montréal), 27-30 avril 1988, Saint-Laurent/Paris, Bellarmin/Vrin (Cahiers d’études médiévales. Cahier spécial, 4), 1990, p. 167-196.

55 Sur Guillaume, voir S. L. Field, The Beguine, the Angel, and the Inquisitor. The Trials of Marguerite Porete and Guiard de Cressonessart, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2012, p. 63-84 (surtout p. 82-83) et 172-175 ; et X. de La Selle, Le service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve siècle, Paris, École des chartes (Mémoires et documents de l’École des chartes, 43), 1995, p. 264-265.

56 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe, and the Chroniclers of Saint-Denis », Mediaeval Studies, 75, 2013, p. 307-344, ainsi que ead., « Jean Gerson, Marguerite Porete and Romana Guarnieri : the Evidence Reconsidered », Revue d’histoire ecclésiastique, 108, 2013, p. 693-734.

57 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300, avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, éd. par H. Géraud, Paris, Renouard (Publications de la Société de l’Histoire de France, 33, 35), 1843, vol. 1, p. 360-364 ; S. L. Field, The Beguine…, op. cit., p. 63-84 (surtout p. 73-83). La description de ces événements (y compris la persécution des juifs) dans la continuation de la Chronique de Géraud de Frachet, écrite par Richard Lescot après 1329, est fondée sur cette continuation de la Chronique universelle latine de Guillaume de Nangis : Recueil des historiens des Gaules et de la France, éd. par M. Bouquet et al., Paris, Palmé, 1738-1904, vol. 21, p. 1-70 (29-30) : J. Lemoine (éd.), Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364), Paris, Renouard (Publications de la Société de l’Histoire de France), 1896, p. ij-iij, xx-xxj, xxxj-xxxiv, xxxix, où Lemoine confondait la continuation de la Chronique française de Guillaume de Nangis (jusqu’à 1316, conservée dans BNF, fr. 10132, entre autres MSS), avec les Grandes chroniques de France, pour la continuation desquelles furent employées les continuations des Chroniques française et latine de Guillaume de Nangis, ainsi que celle de la Chronique de Géraud de Frachet. Pour la continuation de la Chronique de Frachet entre 1300 et 1303, Lescot employa la version de la continuation de la Chronique universelle latine de Guillaume de Nangis (jusqu’en 1368) conservée dans deux manuscrits qui appartenaient à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, BNF, lat. 11729 et lat. 13703-13704, au lieu de la continuation jusqu’en 1303 dans BNF, fr. 5703. Voir Chronique latine de Guillaume de Nangis…, op. cit., vol. 1, p. 310-335, et vol. 1, p. xlvij ; et aussi L. Delisle, « Mémoire sur les ouvrages de Guillaume de Nangis », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 27/2, 1873, p. 287-372 (340-341). Les passages sur les juifs sont absents de la version de la continuation de la Chronique universelle latine de Guillaume de Nangis jusqu’à 1308 conservée dans Berne, Burgerbibliothek, MS 70, fol. 194-195 v [male pour 193-194 v], où l’exposé de l’attaque contre les Templiers est plus dévéloppé que le récit dans la continuation éditée par H. Géraud, Chronique latine de Guillaume de Nangis…, op. cit., vol. 1, p. 360-363. Sur le manuscrit de Berne, voir L. Delisle, « Documents parisiens de la bibliothèque de Berne », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 23, 1896, p. 224-298 (248-265). Je traiterai de ces chroniques en plus grand détail dans E. A. R. Brown, « Les assemblées… », art. cité.

58 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe… », art. cité, p. 325-326 et 340-344.

59 Ibid., p. 318-336. Voir aussi S. L. Field, The Beguine…, op. cit., p. 233-235 (trad. anglaise du passage de la Continuation latine) et 236-237 (trad. anglaise du passage de la Continuation française, incorporée ultérieurement dans les Grandes chroniques de France). Pour la continuation de Géraud de Frachet (ibid., p. 235-236), voir note 57 ci-dessus.

60 La photographie est l’œuvre de M. Bilham, du Visionaire Studio, Las Vegas. Je la remercie de ses conseils, ainsi que de la copie de la photographie qu’elle m’a expédiée. Sur Internet, la Vierge de l’Annonciation (de Palerme) d’Antonello da Messine est identifiée comme un portrait de Marguerite Porete.

61 E. A. R. Brown, « Marguerite Porete, John Baconthorpe… », art. cité, ainsi que ead., « Jean Gerson, Marguerite Porete… », art. cité.

62 M. Barber, The Trial…, op. cit., p. 153-184.

63 E. A. R. Brown, « Jean Gerson, Marguerite Porete… », art. cité.

64 C.-V. Langlois, « Les papiers de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians au Trésor des chartes », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, 39/1, 1909, p. 211-254 (notamment p. 216 ; p. 226, no 129 ; p. 238, no 395 ; p. 241, no 460).

65 Je remercie A. Friedlander pour ses communications du 3 et du 5 juillet 2012, dans lesquelles il remarqua : There are certainly oddities and deficiencies in the dossier of Marguerite’s condemnation (and Guiard’s) ; [the documents] are all deficient in some way. I doubt if there are any that really meet the protocols. Cf. H. A. Kelly, « Inquisitorial Deviations and Cover-Ups : the Prosecutions of Margaret Porete and Guiard of Cressonessart, 1308-1310 », Speculum, 90, 2014, p. 936-973.

66 Pour le moment, voir J. Rogozinski, « Ennoblement by the Crown and Social Stratification in France 1285-1322 : a Prosopographical Survey », dans W. C. Jordan, B. McNab, T. F. Ruiz (éd.), Order and Innovation in the Medieval West : Essays in Honor of Joseph R. Strayer, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 273-291 et 500-515 (surtout p. 284-285 et 512-513, note 101), et Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois (1328-1350). Extraits des registres de la chancellerie de France, éd. par J. Viard, Paris, Champion (Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France. Documents, 11, 12), 1899-1900, vol. 1, p. 267-273. Je suis très reconnaissante à O. Canteaut, qui m’a aidé à reconstruire la carrière de Jacques de Vertus, que j’espère retracer dans une publication future.

67 S. L. Field, The Beguine…, op. cit., surtout p. 209-231 ; id., « The Master and Marguerite : Godfrey of Fontaines’s Praise of The Mirror of Simple Souls », Journal of Medieval History, 35, 2009, p. 136-149 ; id., « Guido of Collemezzo’s Extraccio de dictis Bernardi et quibusdam aliis super Evangelio “Missus est angelus Gabriel” », Mediaeval Studies, 74, 2012, p. 143-162 (surtout p. 142-145 et 154-155) ; H. A. Kelly, « Inquisitorial Deviations… » art. cité ; S. Piron, R. E. Lerner, S. L. Field (éd.), Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Paris, Vrin (Études de philosophie médiévale, 102), 2013 ; D. C. Dubois, Spiritual Practice and Learned Traditions in Marguerite Porete’s Mirouer des simples ames, thèse, Baltimore, Johns Hopkins University, 2012 ; ead., « From Contemplative Penitent to Annihilated Soul : the Recasting of Mary Magdalene in Marguerite Porete’s Mirror of Simple Souls », Journal of Medieval Religious Cultures, 392, 2013, p. 149-172 ; et aussi les articles de S. Piron (« Marguerite Porete et son Miroir : perspectives historiographiques » et « Marguerite, entre les béguines et les maîtres », respectivement p. 9-23 et 69-101), J. Van Engen (« Marguerite [Porete] of Hainaut and the Medieval Low Countries », p. 25-68), R. E. Lerner (« Addenda on an Angel », p. 197-213), W. J. Courtenay (« Marguerite’s Judges : the University of Paris in 1310 », p. 215-232) et S. L. Field (« William of Paris’s Inquisitions against Marguerite Porete and her Book », p. 233-247), dans S. Piron, R. E. Lerner, S. L. Field (éd.), Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes…, op. cit.

68 Pour John Playfair, voir son compte rendu, « Art. III. Essai Philosophique sur les Probabilités. Par M. le Comte Laplace [Pierre-Simon, marquis de Laplace], Chancelier, &c. Paris, 1814 », The Edinburgh Review, or Critical Journal : For April 1814 […] Sept. 1814, 23/46, 1814, p. 320-340 (328), réimpr. dans The Works of John Playfair, Esq. […], éd. par J. G. Playfair, Edinburgh, Constable, 1822, vol. 4, p. 423-463. Ma reconnaissance sincère à D. Spadafora pour ses conseils sur Playfair.

69 Jeremy Bentham, Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais. Théorie des peines et des récompenses. Traité des preuves judiciaires, trad. par É. Dumont, Bruxelles, Vogel et Schulze, 1829, p. 254 (« Chapitre VII. Des fondements de la persuasion positive, ou des raisons de croire »), et, sur ce passage, R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS (Recherches d’histoire et de sciences sociales, 79), 1998, p. 139-147. Voir aussi J. Théry, « Une hérésie d’État… », art. cité, p. 9 ; je remercie J. Théry d’avoir partagé avec moi ses réflexions sur ces textes.

70 E. Morris, A Wilderness of Error : the Trials of Jeffrey MacDonald, New York, Penguin Press, 2012, p. 17 et 480 ; et D. Carr, « Prying Open the Ultimate Cold Case », The New York Times, 2 septembre 2012 (The Arts and Leisure Section, 1, 14).

71 F. Rich, The Greatest Story Ever Sold : the Decline of Truth from 9/11 to Katrina, New York, Penguin Press, 2006 ; id., « Fantasyland », New York, 19 novembre 2012, p. 18-23.

72 N. Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock (Parti pris), 2009.

73 G. Kessler, « The Biggest Pinocchios of 2012 », The Washington Post, 21 décembre 2012.

Auteur

Professeur émérite, The City University of New York (Brooklyn College and the Graduate School)

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540