Version classiqueVersion mobile

Présence de Babeuf. Lumières, révolution, communisme

 | 
Alain Maillard
, 
Claude Mazauric
, 
Éric Walter

Deuxième partie. Babeuf et la Picardie

Babeuf et les jacobins de Noyon 1791-1792

Jacques Bernet

Texte intégral

  • 1 Archives IML, Moscou, f. 223, inv. 1, n° 139. Voir Daline, Gracchus Babeuf, 1785-1794, Éditions du (...)

1Animateur des luttes populaires en Picardie, dans les premières années de la Révolution, Babeuf ne pouvait rester indifférent à l’essor des clubs patriotiques auxquels il assignait d’ailleurs un rôle de premier plan dans ses projets politiques et sociaux, comme l’atteste une référence de ses « lueurs philosophiques », manuscrit rédigé en 1790-1791 et conservé dans le célèbre fonds de Moscou : « l’affaire majeure de toutes les sociétés politiques, c’est de prendre les mesures propres à donner le plus d’espérance que la force sera continuellement en activité... et sera dirigée vers le bien et contre le mal »1.

  • 2 Selon E. Coet, Histoire de la Ville de Roye, t. 1, p. 439, un « club des Amis de la Révolution » au (...)
  • 3 Voir J. Bemet, « La Sociabilité politique révolutionnaire en Picardie », Revue du Nord, n° 4, 1989  (...)
  • 4 Voir G. Braillon, Le Clergé du Noyonnais pendant la Révolution, Société archéologique, historique e (...)

2Cependant le militantisme jacobin de Babeuf fut assez tardif et semble-t-il marginal dans son activité. Babeuf ne paraît pas avoir pu ou voulu créer lui-même un club à Roye2 ; il se contenta d’adhérer à la Société des Amis de la Constitution de Noyon, où il fit toutefois un certain nombre d’interventions remarquées entre le printemps et l’été 1791, au moins. Cette relative timidité du futur Tribun du peuple en ce domaine s’explique sans doute par la faiblesse de la sociabilité politique en Picardie dans la première période de la Révolution : les clubs patriotiques ne furent ni précoces ni véritablement populaires en 1790-1791, dans l’aire d’activité militante de Babeuf. Limitées à quelques villes administratives, les premières sociétés jacobines à Amiens ou Beauvais, en mai et juillet 1790, et à Compiègne, Breteuil, Montdidier ou Péronne, en février et mars 1791, restèrent longtemps dominées par des notables modérés, pour le moins peu ouverts aux préoccupations et aux pratiques révolutionnaires du Tribun3. Le choix de Noyon s’explique très certainement par des considérations sociopolitiques, autant que par des raisons de commodité géographique. Babeuf avait eu l’occasion de se rendre à Noyon au moment de la coalition contre les aides, qui avait notamment touché la ville au printemps 1790, mais c’est surtout en raison de la publication du Correspondant Picard chez l’imprimeur Devin, à l’automne de la même année, qu’il avait été amené à faire de cette vieille ville épiscopale, à la limite des trois départements picards, son principal centre de rayonnement politique sur l’ancienne province. De plus, à Noyon les « partis » étaient assez tranchés depuis 1789 : aux « aristocrates » regroupés autour de l’évêque-comte de Grimaldi et les chanoines de la cathédrale, s’opposait un noyau actif de « patriotes », animé plus particulièrement par des curés militants comme Jacques-Michel Coupé de Sermaize, élu Président du district en 1790 ou l’abbé Gibert, seul curé de la ville à avoir prêté serment à la Constitution civile du Clergé en janvier 1791 – une affaire qui devait entraîner bien des remous politiques dans la ville privée de son évêché par la réforme4.

  • 5 L. Mazière, Noyon de 1789 à 1799, Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, t. XV (...)
  • 6 Cité par L. Mazière, op. cit.

3De ce fait, Noyon fut vraisemblablement la première commune de l’Oise, sinon de la Picardie, à créer une société patriotique : le premier « club des patriotes » de la ville aurait été fondé de manière spontanée dès l’été 1789, selon les historiens locaux5. On en trouve en tout cas une mention explicite dans les délibérations de la commune à la date du 18 juin 1790, avec le procès-verbal d’une cérémonie organisée à la mémoire de B. Franklin, où prit la parole en son nom un dénommé Gellée, ancien secrétaire du grand homme et beau-frère du futur Conventionnel Saint-Just6. La société noyonnaise comptait alors 17 membres, dont une majorité d’hommes de loi, d’administratifs et de marchands. Nous ignorons quels rapports Babeuf put entretenir avec ce club initial qui fut réorganisé par l’abbé Coupé et intégré au réseau jacobin au printemps 1791. Officiellement recréée le 25 mars 1791, la Société des Amis de la Constitution de Noyon s’aboucha rapidement avec sa consoeur beauvaisienne, dont elle sollicita l’appui pour s’affilier à la société-mère parisienne, en mai 1791. Dès sa recréation, le club de Noyon adopta un style militant et se fixa des objectifs politiques tranchant assez nettement avec les positions et les pratiques des premiers clubs picards, qui ressemblaient plutôt à des versions publiques des anciennes loges maçonniques, de style et de public mondains. Coupé s’en démarqua dans son discours inaugural :

Non, cette association généreuse ne sera pas un vain spectacle, un ridicule écho de nouvelles, ni un désoeuvrement stérile ; mais elle sera une école du patriotisme et de vertu. Telles étaient autrefois au champ de Mars les assemblées du Peuple-Roi ; telles étaient sous les Éphores celle de cette cité magnanime et austère qui a le plus honoré l’humanité […] les principes sur lesquels la société est établie : l’égalité primitive, l’intérêt général, la volonté commune, qui décrète les lois, et la force de tous qui constitue la souveraineté. Les Droits de l’Homme que nous avons repris en sont la conséquence immédiate et le premier bienfait de notre Constitution.

  • 7 A.D. Oise, Beauvais, L IV-230, Délibérations de la société des Amis de la Constitution de Beauvais.
  • 8 V. Daline, G. Babeuf, op. cit., chapitre IX, « Babeuf et le mouvement agraire de 1790- 1792 », p. 3 (...)

4Malheureusement les activités des jacobins noyonnais de la première époque ne nous sont connues que par des sources indirectes limitées, car les archives propres du club – comme celles de la commune, aujourd’hui – ont complètement disparu. On se contentera donc de recouper les informations fournies par la correspondance de la société noyonnaise avec ses voisines, en particulier Beauvais7 – et le propre témoignage de Babeuf, d’après les papiers conservés à Moscou et exploités par V. Daline8.

  • 9 Cité par G. Braillon, Un Conventionnel picard, Coupé de l’Oise, op. cit

5Selon ce dernier, Babeuf adhéra à la société de Noyon en mai 1791, peu après sa libération des prisons de Montdidier, où l’avait conduit son action dans l’affaire de Davenescourt. Nous ignorons le contenu des premières interventions de Babeuf dans le club, mais il semble qu’elles aient coïncidé avec sa radicalisation politique : le 5 mai 1791, la société beauvaisienne reçut une adresse des Jacobins de Noyon à l’Assemblée nationale demandant l’extension du serment civique à tous les fonctionnaires publics et la suppression du traitement des curés réfractaires (il est vrai que dans l’ancienne cité épiscopale déchue, le refus de serment de la plupart des curés urbains et d’une bonne moitié des prêtres ruraux de district avait créé de grosses divisions politico-religieuses). Une semaine plus tard, le 12 mai, une autre correspondance noyonnaise demandait l’appui des Beauvaisiens pour s’affilier aux Jacobins de Paris, et l’on peut supposer que ce fut sur une suggestion de Babeuf, car le club avait attendu près de deux mois pour prendre cette initiative, d’ordinaire plus précoce lors de la fondation des sociétés en 1790-1791. On sait aussi que le club de Beauvais avait reçu à même époque la fameuse pétition de Méry, « sur les fiefs et champarts », rédigée par Babeuf. Il en est question lors de la séance du 22 mai, mais la discussion, plusieurs fois repoussée, tourna court faute, soi-disant, de rapporteur – plus probablement parce que les Jacobins de Beauvais ne voulaient pas prendre parti dans cette affaire – ce qui indique assez bien le décalage politique entre Babeuf et les notables modérés. Enfin, le 13 juin 1791, une autre adresse noyonnaise envoyée à Beauvais prenait position contre le suffrage censitaire, mais nous ignorons quel fut le rôle de Babeuf dans cette prise de position. En effet, selon son propre témoignage, il se tint éloigné des activités du club pendant près de deux mois, occupé qu’il était à rédiger la défense des inculpés de Davenescourt. Il semble donc que le relais militant ait été largement pris par Coupé et ses amis : le 2 juin, le club de Noyon avait adressé à toutes les communes du district une circulaire les incitant à créer, au moins dans chaque canton, « des sociétés des Amis de la Constitution alliées à celle de Noyon, pour l’instruction des habitants éloignés de la ville », tout en incitant les ruraux à « se méfier des ci-devant Seigneurs toujours auprès de la Cour, [qui] font semblant de se rapprocher de nous9 ».

  • 10 V. Daline, G. Babeuf, op. cit., p. 335.
  • 11 Lors de sa séance du 23 juin 1791, la société des Amis de la Constitution de Beauvais adopta une ad (...)

6L’annonce de la fuite de Louis XVI à Varennes provoqua une grande effervescence dans la région, à la fin du mois de juin 1791. Babeuf, qui déclara professer des opinions républicaines dès avant cet événement majeur, tenta vainement d’entraîner le club noyonnais sur la position des Cordeliers : « Lors de la fuite de Capet à Varennes, j’ai proposé dans le club de Noyon, dont j’étais membre une adresse tendant au gouvernement républicain. N’ayant pas pu faire passer cette adresse, j’osai seul proclamer la République dans tout mon département par un écrit imprimé dont les aristocrates firent l’objet de la dénonciation honorable », devait écrire Babeuf lui-même10. Or cette intervention, qui eut cependant un certain écho dans l’Oise, notamment dans la société de Beauvais11, date des tous premiers jours de juillet 1791, car on a conservé le manuscrit de son projet, avec la date du premier de ce mois :

  • 12 V. Daline, op. cit., p. 334.

Les Républicains, et ils sont nombreux, affirment que ces vieux préjugés, ces mots immensément stipendieux de trône, de couronne et de monarchie, ne sont plus qu’un vain son, un fantôme dangereux, qui sera, si on le laisse subsister, le point de ralliement de tous les traîtres, de tous les mécontents, de tous les conspirateurs. Ils disent que nous sommes république par le fait... et que le moment favorable est venu de prononcer ce mot sublime et d’apprendre à la Nation que tel est son gouvernement…12

  • 13 V. Daline, op. cit., p. 337
  • 14 Ibid., p. 338.

7Après la dure répression de la manifestation républicaine organisée par les Cordeliers au champ de Mars à Paris, le 17 juillet 1791, Babeuf, très impressionné par cet événement, prit dans le club de Noyon la défense des « martyrs du patriotisme », tout en stigmatisant la traîtrise des partisans de La Fayette, qui avaient déserté le club des Jacobins pour fonder un concurrent modéré au couvent des feuillants. Tout en demeurant partisan des Cordeliers et fermement républicain, le tribun royen incita les sociétaires de Noyon à rester fidèles aux Jacobins et à refuser les Feuillants qui « avaient le dessein de dissoudre les Jacobins, d’attirer à eux tous les clubs y affiliés, de les soumettre, par conséquent, de manière que la dissolution entière de tous ces mêmes clubs était implicitement opérée […] c’est ainsi que le côté gangrené du Sénat faisait passer sans opposition tous ses écrits inciviques, et qu’on parvenait peut-être à consacrer le projet d’établissement du Long Parlement ». A ce moment Babeuf prônait le ralliement aux leaders jacobins parisiens en citant « les Robespierre, les Péthions, abbé Grégoire, Buzot, etc... membres honorables de la Diète nationale, qui n’ont jamais dévié la cause de la Patrie13 ». On sait aussi que le 27 juillet – mais cela fut-il fait au nom du club noyonnais ? – Babeuf écrivit à J.-B. Massieu, député à la Constituante et évêque constitutionnel de l’Oise, par ailleurs membre des clubs de Beauvais et Compiègne, pour lui reprocher son adhésion aux Feuillants : « ... de vrais patriotes ont marqué de la surprise de vous voir aussi abandonner les incorruptibles Robespierre et Péthion, les abbés Grégoire et les Buzot, pour vous rapprocher des Malouet, des Chapelier, des Liancourt, des Dandré… »14.

  • 15 Sur les rapports entre Babeuf et Coupé : voir V. Daline, op. cit, p. 339, passim.

8Les efforts de Babeuf furent sur ce point couronnés de succès : le club de Noyon devait rester, à l’instar de presque toutes les sociétés de l’Oise, dans l’orbite jacobine, au terme du débat interne de l’été 1791, même s’il n’adopta pas d’emblée une position républicaine et salua, le 14 septembre 1791, par une messe et un Te Deum, l’annonce de l’acceptation de la Constitution par le roi. À cette époque Babeuf avait soutenu l’élection du curé Coupé comme représentant de l’Oise à la Législative, lors de l’assemblée électorale du 29 août 1791 à Beauvais. N’ayant pu briguer un poste de représentant à l’Assemblée nationale, Babeuf espérait alors devenir une sorte de secrétaire parlementaire du curé noyonnais, dont il appréciait les vertus sociales et la fermeté politique. La correspondance très active entre les deux hommes, de l’automne 1791 à février 179215, montre comment Babeuf tenta de faire de Coupé son porte-parole à l’Assemblée, notamment en matière sociale. Il ne fait pas de doute que ces liens politiques aient été noués dans le cadre du club de Noyon, dont Coupé avait été le principal animateur et, fréquemment, le Président. Cependant le brave curé de province se trouva quelque peu perdu à Paris et, même s’il siégea dans les rangs des démocrates et s’inscrivit aux Jacobins de Paris, il devait rapidement décevoir Babeuf, qui avait pourtant largement contribué à sa formation politique. Réélu triomphalement à la Convention en septembre 1792, Coupé devait être un élément discret, mais très efficace, du groupe montagnard robespierriste, tant par ses missions que son travail parlementaire, sensiblement orienté sur les questions économiques et sociales, puisqu’il fut le rapporteur de la loi sur le maximum général en septembre 1793.

  • 16 Un sociétaire de Noyon, de passage dans le club de Beauvais le 29 décembre 1791, y exalta le « patr (...)
  • 17 Voir G. Ikni, « L’arrêt de bateaux de grains sur l’Oise et l’Aisne en février 1792 », Annales histo (...)
  • 18 SAC de Beauvais, 16 février 1792 : deux lettres du club de Noyon sur les troubles de circulation su (...)

9Babeuf ne semble pas avoir continué à fréquenter le club de Noyon, après le départ de Coupé ou en tout cas l’automne 1791. Mais les jacobins de Noyon maintinrent leur activité, alors que maints clubs, comme celui de Compiègne, furent dissous suite à l’hémorragie massive de leurs adhérents modérés. Comme à Senlis à la même époque, la société accueillit des jeunes volontaires stationnés – en l’occurrence ceux du remuant bataillon de l’Yonne – qui contribuèrent incontestablement à la radicaliser, dans une ville toujours marquée par les affrontements politico-religieux16. En février 1792 – à l’occasion des graves troubles survenus sur l’Oise et l’Aisne, entre Noyon et Compiègne, où des dizaines de milliers de ruraux, craignant la disette, avaient arrêté la circulation des grains17 – les Jacobins de Noyon s’employèrent, de concert avec Coupé à la Législative, à trouver une solution pacifique au conflit, tout en justifiant les inquiétudes populaires18. Cette position « avancée », hostile à la législation libérale en vigueur, pourrait témoigner d’une persistance de l’influence des idées babouvistes dans le club qu’il avait fréquenté et qui se distingua incontestablement de ses homologues picards, à cette époque de la Révolution, par ses vues politiques et sociales nettement plus radicales, même si le tribun royen n’avait pas réussi à emporter l’adhésion de ses membres et de ses leaders à l’ensemble de ses positions.

Notes

1 Archives IML, Moscou, f. 223, inv. 1, n° 139. Voir Daline, Gracchus Babeuf, 1785-1794, Éditions du Progrès, Moscou, 1987, p. 267-300 = texte cité p. 298.

2 Selon E. Coet, Histoire de la Ville de Roye, t. 1, p. 439, un « club des Amis de la Révolution » aurait été créé « au commencement de la Révolution ». On n’en trouve cependant aucune autre mention, avant la création d’une « société fraternelle et populaire » dans la commune en octobre 1793.

3 Voir J. Bemet, « La Sociabilité politique révolutionnaire en Picardie », Revue du Nord, n° 4, 1989 (spécial Bicentenaire).

4 Voir G. Braillon, Le Clergé du Noyonnais pendant la Révolution, Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, 1987, 323 p.

5 L. Mazière, Noyon de 1789 à 1799, Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, t. XV, Noyon, 1899 ; G. Braillon, Un Conventionnel picard, Coupé de l’Oise (1737- 1809), Noyon, 1983.

6 Cité par L. Mazière, op. cit.

7 A.D. Oise, Beauvais, L IV-230, Délibérations de la société des Amis de la Constitution de Beauvais.

8 V. Daline, G. Babeuf, op. cit., chapitre IX, « Babeuf et le mouvement agraire de 1790- 1792 », p. 301-384.

9 Cité par G. Braillon, Un Conventionnel picard, Coupé de l’Oise, op. cit

10 V. Daline, G. Babeuf, op. cit., p. 335.

11 Lors de sa séance du 23 juin 1791, la société des Amis de la Constitution de Beauvais adopta une adresse de défiance à l’égard de Louis XVI : « Un prince qui fuit son peuple pour revenir l’opprimer est un traitre et un parjure ; un Roy qui brise le sceptre des lois pour prendre la voie du despotisme est un tyran... »

12 V. Daline, op. cit., p. 334.

13 V. Daline, op. cit., p. 337

14 Ibid., p. 338.

15 Sur les rapports entre Babeuf et Coupé : voir V. Daline, op. cit, p. 339, passim.

16 Un sociétaire de Noyon, de passage dans le club de Beauvais le 29 décembre 1791, y exalta le « patriotisme des volontaires de l’Yonne » et loua leur zèle contre « l’aristocratie des prêtres réfractaires » (registre de la SAC de Beauvais).

17 Voir G. Ikni, « L’arrêt de bateaux de grains sur l’Oise et l’Aisne en février 1792 », Annales historiques compiégnoises, n° 5, 1979.

18 SAC de Beauvais, 16 février 1792 : deux lettres du club de Noyon sur les troubles de circulation sur l’Oise et l’Aisne mentionnent une pétition des citoyens de Noyon à l’Assemblée nationale « pour demander que la loy relative à la circulation des grains pour les frontières soit de même applicable à l’intérieur ».

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search