Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et société à Byzance (viiie-xiie siècle)

 | 
Sophie Métivier

35. Tarente, une ville byzantine de l'Italie méridionale

Annick Peters-Custot

Texte intégral

Tarente est une ville stratégique de l'Italie byzantine, qui, après avoir été occupée par les Arabes de 871 à 880, puis reconquise par l'empire, fut l'objet de l'attention des autorités byzantines. C'est une ville latine avec une importante minorité grecque (où la papauté a empêché, à la fin du IXe siècle, la nomination d'un évêque grec par les autorités byzantines), et la ville provinciale byzantine la mieux documentée par des chartes du haut Moyen Âge.
Parmi les documents proposés, le premier traite de la concession d'un monastère (probablement impérial) à un laïc, comme récompense de ses services, et en vue de faire fructifier les biens de cet établissement religieux. Même si le terme n'est pas mentionné, et même si les clauses sont un peu particulières (il s'agit d'une concession transmissible au fils du bénéficiaire), il semblerait que l'acte transcrive une concession en charistikè, qui serait alors la première du genre qui nous soit connue (999). Les deux documents suivants reflètent des réalités plus spécifiquement italiennes : le testament de Gemma permet d'appréhender la richesse d'une famille de notables provinciaux, mais aussi la relative liberté juridique des femmes byzantines ; l'inscription sur la reconstruction de Tarente témoigne de la difficile histoire des villes de l'Italie byzantine et de l'intérêt que les autorités byzantines portaient au contrôle de la côte adriatique de l'Italie méridionale.

Bibliographie
V von Falkenhausen, « Taranto in epoca bizantina », Studi medievali Serie 3a, 9, 1968, p. 133-166. Ead., La dominazione bizantina nell'Italia méridionale dal ix all'xi secolo, Bari 1978. J. Gay, L'Italie méridionale et l'Empire byzantin depuis l'avènement de Basile Ier jusqu'à la prise de Bari par les Normands (867-1071), Paris 1904. J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome 1993.
1 : M. Kaplan, « Les monastères et le siècle à Byzance : les investissements des laïques au XIe s. », Cahiers de Civilisation médiévale 27, 1984, p. 71-83. N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (IXe-XIe s.), Athènes 1996.

1. Concession du monastère de Saint-Pierre de Tarente en charistikè au spatharocandidat Christophore (novembre 999)

1Sigillion fait par Grégoire Trachaniôtès, protospathaire impérial et catépan d'Italie, et donné à toi, Christophore dit Bochomakè, spatharocandidat, au mois de novembre, indiction 13.

  • 1 Paysans exemptés
  • 2 Pince et moule à sceau.

2+ Puisque nous avons constaté que toi, ledit Christophore, en fidèle et honnête sujet (doulos) de notre saint empereur et le nôtre, tu t'es battu pour le service de sa sainte basileia et tu as mené la guerre contre les misérables Agarènes, que tu as supporté de nombreux bouleversements et dommages et que tu es passé près de la mort nous, constatant que tu en avais assez fait, nous t'avons donné en dédommagement ... le monastère Saint-Pierre tel qu'il est intégralement, avec ses exkoussatoi1 ses trois barques et ses pêcheries. Que tu en sois le maître jusqu'à la fin de ta vie, à toi Christophore, et [de celle du] moine Théophile, ton fils légitime, et que tu le conserves, pour que tu l'embellisses, l'administres pour votre usage sans le ruiner. Nous avons donc rédigé toutes ces clauses au nom de notre puissant et saint empereur, de manière à ce que le transfert (paradosis) de ce monastère reçoive l'insigne bulle d'or (chrysoboulleia), afin que d'autres, voyant cela, avancent du même zèle et luttent au service de leur saint empereur. C'est pourquoi, pour assurer la confiance et la sécurité pleine et entière des bénéficiaires, nous avons donné ce présent sigillion qui est le nôtre, scellé de plomb par notre propre boulotèrion 2, et souscrit de notre propre main, au mois et à l'indiction susdits.

3+ Grégoire Trachaniotès, protospathaire et catépan d'Italie.

Éd. F. Trinchera, Syllabus Graecarum membranarum, Naples 1865, no 10, p. 9. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

2. Testament de Gemma, veuve du topotérète Nicéphore (mars 1049)

4Moi, Gemma, femme du défunt chartulaire et topotérète Nicéphore, oppressée par une grave maladie, étendue sur mon lit et ayant senti plus clairement que jamais le pouvoir de la mort, je dispose de tout pendant que je suis en possession de tous mes moyens et saine d'esprit. Je veux qu'après que j'ai quitté cette vie mortelle, la vénérable église (ekklèsia) de Saint-Barthélemy ait en donation et comme bien propre le jardin tout entier qui est situé derrière elle, les ruines, tout ce qui les entoure et les grottes, c'est-à-dire tout ce qui est en possession de mes neveux Léon, Kyriakos et Génésios, pour toujours et à jamais. Car c'est pour la consolation de ceux qui vont à l'avenir desservir l'église, que j'ai accordé en donation le jardin, les ruines et les grottes, mais la possession de cette église, je l'ai accordée à mes trois neveux. Et tout ce que je demande, c'est que tous ceux qui à l'avenir offriront le sacrifice non sanglant fassent mémoire de moi dans les prières faites à Dieu. Pour que tout soit bien pour moi, j'ajoute à ce don fait à l'église la maison où demeure Eugéneia et où elle demeurera aussi longtemps qu'elle vivra. Voici la donation faite à l'église.

5La maison qui est appelée la Grande maison, telle qu'elle est avec l'étable, je la laisse à mon neveu Kyriakos. L'autre maison, celle où je suis couchée, je la donne telle qu'elle est à Consta et Pierre, les fils de mon neveu Léon ; mais ils ne disposent pas d'accès à cette maison par l'ouest, mais par l'est et le nord, du côté de la place et de la rue, et ne devront jamais avoir un nouvel accès à travers la propriété de leur oncle Kyriakos.

  • 3 La petite mer, ou Piccola mare, est un toponyme qui rappelle que Tarente est située au bord de la m (...)

6Voici maintenant mes dispositions. Puisque j'ai par avance donné à mon cher neveu Léon la maison de mes aïeux et les bâtiments équipés, l'escalier et la moitié de toute la cour, qu'il possède ces biens comme il les a possédés, comme un don de la bienveillance que j'ai pour lui. L'autre maison qui est située là, à côté de la maison de Basile de Caïa, et qui lui est mitoyenne, je la laisse, avec son accès, à mon neveu Génésios. Je laisse à mon neveu André la cabane où demeure André Makros, près du champ qui est au vieux marais et près de la petite mer3, ainsi que l'autre champ qui est à Saint-Marc. Je lui laisse également la cour qui est de l'autre côté de cette cabane. J'avais donné auparavant la moitié de la cabane à Nicéphore, mais maintenant je lui donne l'autre moitié. Le terrain que j'ai donné par écrit à Manuel à l'endroit du four, j'ordonne qu'il lui appartienne pour toujours selon cet écrit. La cabane où demeure Risa ma domestique, qu'elle soit son héritage pour toujours. La cabane que j'ai donnée dans un acte écrit à Pierre, le mari d'Oulita, qu'il l'ait en héritage inaliénable. La moitié de la maison où vivait Risa, je la donne à Sabbatios. Je laisse la vigne de Lamakanisia à l'église Saint-Barthélemy. À Nicéphore, je laisse ma vigne de Katasoula, ainsi que le tiers de l'autre vigne, les deux autres tiers, je les laisse à Manuel. Et tous les champs qui sont à Kassoula, je les laisse à mes trois serviteurs, à savoir Nicéphore, Pierre et Manuel. La vigne que Nicéphore possède au vieux marais, je la donne à Risa. Mais tout le reste de ce que je possède en dehors, situé dans les autres champs et lieux, je le laisse à mes trois neveux Léon, Kyriakos et Génésios mais Léon seul en aura la moitié, et Kyriakos et Génésios, l'autre moitié. Voilà comme je laisse tous mes biens.

  • 4 Récipient de voyage.
  • 5 Manteau ou cape.
  • 6 Kolyba/ kolybon : gâteau liturgique fait de grains de froment bouillis et de fruits secs, préparé p (...)

7Mais voilà comment je distribue les récipients à vin. Le récipient que Léon a dans sa maison, qu'il le garde, je le lui donne, mais l'autre je le donne à Kyriakos et l'autre encore, qui est le plus petit de tous, et qu'on appelle amaxinon4, à Génésios, l'autre à Nicéphore et le plus grand à Manuel. Le sagion5 doublé, je le lègue à Génésios, le plat au bon Léon, le coffre simple et le coffre-banc, je les lègue à Oulita. La tablette à écrire et l'oreiller, je demande qu'on les vende, tout comme l'armoire et l'autre coffre-banc, et que leur valeur soit consacrée au salut de mon âme. Le bœuf noir que Manuel détient, qu'il le garde, mais la génisse et le bouvillon sont pour Pierre. Qu'on vende le reste des bœufs et que leur valeur soit donnée pour le salut de mon âme. Le petit de l'ânesse, je le donne à Dourota, quant aux deux ânesses je veux qu'elles soient vendues et que leur prix serve au salut de mon âme. Il faut vendre la vigne qui est à Martzanellon, et l'autre qui est à Poulbetzanon et que le prix qu'elles rendent soit distribué entre les prêtres et les pauvres. De même, j'ordonne la vente de la roue du char et que le prix aille aux pauvres. Que mon esclave Marie soit affranchie sur ma tombe et qu'elle ait en héritage son lit et quatre mesures (modioi) de blé de la moisson à venir. De la même récolte, Eugéneia aura quatre mesures, Sabbatios huit, et le reste sera vendu par mon exécuteur testamentaire (épitropos) et réparti entre les pauvres. Les huit ballots de laine seront donnés au tisserand pour qu'il en fasse des tentures pour l'église. Mais la laine qui est déjà tissée doit être donnée aux fils de mon neveu Léon, à savoir Consta et Pierre. La table et les deux vases liturgiques vont à Léon mon neveu pour le service du kolybon6 en mémoire de saint Barthélemy.

8J'institue mon bon neveu Léon comme exécuteur testamentaire afin qu'il respecte bien et selon ma volonté toutes les choses dont j'ai disposé, afin que tout soit accompli comme c'est écrit et qu'il paie en plus au fisc 24 folleis. Qu'il en reçoive une digne récompense de Dieu.

9Ces dernières volontés ont été écrites dignement de la main de Jean Kourkos, au mois de mars, indiction 2, l'an 6557, en présence des témoins :

10+ Théophane, fils de Léon, témoin

11+ Ermangardos, fils de Blattôn, témoin

12+ Léon, humble prêtre, témoin

13+ Jean, fils de Léon Mèdiaporka, témoin présent

14+ Léon, prêtre par la volonté de Dieu, témoin

15+ Théophane, fils de Jean Komitos [le comte Jean ?], témoin

16+ Génésios, notaire, présent au moment de ces dispositions (diataxis), de ma propre main

17+ Kalos, fils de Domnandos, j'ai recopié la présente copie (isotypos) d'après l'acte original (prototypos) du début à la fin, et l'ai signé de ma propre main.

18+ Oursos, fils du prêtre Nicolas, j'ai examiné l'original et l'ai trouvé en tout point semblable à la copie, que j'ai signée.

19+ Basile, fils de Léon, j'ai examiné l'original et l'ai trouvé en tout point semblable à la copie, que j'ai signée.

Éd. trad. G. Robinson, History and Cartulary of the Greek monastery of St Elias and St Anastasius of Carbone, t. 2/1, Rome 1929 (Orientalia Christiana XV/2, 53), no IV, p. 150-157. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

3. Inscription grecque commémorant la reconstruction des murs de Tarente (vers 967)

  • 7 Nicéphore Hexakionitès, magistre, arrivé à Bari en 965-966 pour diriger les thèmes de Langobardie e (...)
  • 8 Nicéphore II Phocas (963-969).

20Tu as vu naguère dans quelle situation malheureuse je me suis trouvée. Je fus, oui, très illustre et resplendissante et dotée de nouveaux remparts. Ceux-ci, pourtant, dans des circonstances pénibles, ne furent pas en mesure d'assurer mon salut. Maintenant, par une heureuse fortune, j'ai été à nouveau restaurée. C'est au couchant que Nicéphore7, architecte éminent, a d'abord jeté les fondements. Puis, s'avançant jusqu'au bout, il a construit l'édifice que tu es en train de regarder. Nicéphore8, en effet, autocrator tout-puissant et pieux, me voyant effondrée - car des barbares de Libye et, jadis, les Sarrasins venus d'Afrique, me rasèrent au sol - m'a redressée de façon remarquable et a enjoint à Nicéphore, constructeur de remparts fort renommé en ce temps-là et d'une très grande valeur, de m'équiper des choses indispensables en usant de son savoir-faire.

Éd. trad. A. Jacob, « La reconstruction de Tarente par les Byzantins aux IXe et Xe siècles. À propos de deux inscriptions perdues », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 68, 1988, p. 13-14.

Notes

1 Paysans exemptés

2 Pince et moule à sceau.

3 La petite mer, ou Piccola mare, est un toponyme qui rappelle que Tarente est située au bord de la mer, le long d'une rade.

4 Récipient de voyage.

5 Manteau ou cape.

6 Kolyba/ kolybon : gâteau liturgique fait de grains de froment bouillis et de fruits secs, préparé pour les morts le samedi de la première semaine de carême ou pour un office célébré pour un défunt, et, une fois béni, distribué aux assistants (L. Clugnet, Dictionnaire grec-français des noms liturgiques en usage dans l'Église grecque, Paris 1895, p. 85-86).

7 Nicéphore Hexakionitès, magistre, arrivé à Bari en 965-966 pour diriger les thèmes de Langobardie et de Calabre.

8 Nicéphore II Phocas (963-969).

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site