Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et société à Byzance (viiie-xiie siècle)

 | 
Sophie Métivier

34. La Calabre méridionale byzantine

Annick Peters-Custot

Texte intégral

La Calabre méridionale, au contraire de la Pouille, est entièrement hellénisée dès le Xe siècle et l'organisation sociale et économique de la région, pour autant qu'on le sache, présente les mêmes caractéristiques que le reste de l'empire. Toutefois, la Calabre a longtemps vécu dans une large indépendance de fait : en raison de la menace que les Bulgares faisaient courir à l'empire au Xe siècle, il y eut, pendant des décennies, un relatif « désengagement » byzantin. La région fut durablement éprouvée par les offensives lombardes et arabes. En revanche, à la suite de l'écrasement de l'Empire bulgare sous le règne de Basile II (976-1025), l'autorité impériale eut à nouveau les moyens de mener une politique de restauration dans les thèmes d'Italie du Sud. Oppido (Hagia Agathè dans son appellation grecque) fait partie de ces villes nouvelles ou refondées au tout début du XIe siècle, où se manifesta cette reprise en main de l'Italie méridionale par les autorités impériales. Il s'agit d'un jeune évêché, établi probablement lorsque Basile Boiôannès était stratège de Calabre, autour de 1025. La cité abritait également les agents d'une administration resserrée dans de petites circonscriptions, caractéristiques de l'aménagement administratif de l'ensemble de l'Italie byzantine au XIe siècle.
Les documents proposés sont des copies médiévales d'actes de la pratique, extraites d'un cartulaire où seul le dispositif des actes est retranscrit. Ils ont été copiés au dos du brébion de la métropole de Reggio. Les dates mentionnées pour les deux premiers documents, en l'absence de tout élément sûr de datation, sont déduites de recoupements avec d'autres documents du même fonds mentionnant des personnages communs.

Bibliographie
V von Falkenhausen, La dominazione bizantina nell'Italia méridionale dal ix all'xi secolo, Bari 1978. W. Holtzmann, D. Girgensohn, « Oppido und Bova », Quellen und Forschungen aus italienischenArchiven undBibliotheken 45, 1965, p. 419-428. J.-M. Martin, « Les thèmes italiens : territoire, administration, population », dans Histoire et culture dans l'Italie byzantine : acquis et nouvelles recherches, dir. A. Jacob, J.-M. Martin, G. Noyé, Rome 2006, p. 517558. G. Noyé, « Économie et société dans la Calabre byzantine (IVe-XIe siècle) », Journal des Savants, 2000, p. 209-280.

1. Donation de biens familiaux à l'Église cathédrale d'Oppido (vers 1051-1053)

  • 1 « Catholique », à savoir cathédrale.
  • 2 Expression consacrée désignant les Pères du premier concile de Nicée, érigés au rang de gardiens de (...)
  • 3 Le sens de ce terme est obscur. Si on le rapproche du mot ektagiatika, il s'agirait de la part offi (...)

1+ Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Moi, Manddaranès Logaras, fils de Konddéna, qui ai tracé de ma propre main le signe de l'honorable et vivifiante croix, j'affirme faire, volontairement, en toute connaissance de cause, de mon propre chef et sans contrainte, ni par force ou pression, ni par ignorance du fait ou légèreté ... ni pour une circonstance matérielle qui permette de ne pas respecter l'acte, une pure donation et parfaite concession au temple très sacré de l'Église catholique1 de l'évêché du bourg fortifié (asty) d'Oppido de la part que j'ai reçue de l'héritage de mes parents, qui s'étend dans l'éparchie des Salines, au village (chôrion) de Dapidal-bon, et qui est composée des vignes, des champs (chôraphia), des bois, des arbres fruitiers, des châtaigniers et des chênes ... Je reconnais ledit héritage ... de votre présente sainte Église ... de l'Église catholique d'Oppido. Que personne ne détruise impunément cette pure donation, ni moi, ni les ayants droit et héritiers. Si quelqu'un ose détourner cette action que j'ai entreprise, qu'il soit rejeté par Dieu tout-puissant et par les 318 Pères théophores2, et qu'il soit condamné pour prévarication contre la sainte croix à payer 36 nomismata ; et que cette pure donation que j'ai fait rédiger reste fermement établie. En ce qui concerne les parts de mes enfants et de mes neveux Konddobasilès, ils les conserveront tant qu'ils verseront Vektagè3 à l'évêque ; en cas de non versement, ces parts reviendront à l'Église, à défaut de quoi ils verseront 36 nomismata.

2Fait en présence des témoins :

  • 4 Prêtre local chargé, théoriquement, de la pastorale dans la Sicile musulmane. Sa présence en Calabr (...)

3+ Nicolas, protopape de Sicile4, reconnu comme témoin, j'ai souscrit de ma main la présente donation.

4+ Jean Skaparès, prêtre, j'ai souscrit cette donation. + Basile prêtre, j'ai souscrit de ma main. + . prêtre, j'ai souscrit de ma main. + Théodore diacre, j'ai écrit la croix.

5+ Théodore Berbikarès, j'ai souscrit du signe de la sainte croix. + Théodore Agrappidis, prêtre, j'ai souscrit.

Éd. A. Guillou, La Théotokos de Hagia-Agathè (Oppido) (1050-1064/1065), Cité du Vatican 1972 (Corpus des actes grecs d'Italie du Sud et de Sicile. Recherches d'histoire et de géographie 3), no 7, p. 61-62. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

2. Donation à l'Église cathédrale d'Oppido (1051-1053)

  • 5 Subdivision administrative de la tourma, elle-même subdivision du thème.

6+ Signe [de croix] de la main de Nikètô, fille de Berbikarès. Moi, qui ai tracé le signe de l'honorable croix, je reconnais faire cette pure concession et donation au temple sacré de la très sainte Mère de Dieu de l'Église catholique de la ville fortifiée (asty) d'Oppido, de tout l'ensemble foncier (hypostasis) que je reconnais posséder, avec la vigne, dans le territoire du droungos5 de Boutzanon, des biens que j'ai par achat depuis très longtemps. Et je paierai (?) ... pour la fête de la sainte Église. [Pour tout contrevenant] ... une amende de 36 nomismata. Écrit au mois de décembre, indiction .

7+ Léon Berbikarès, témoin, j'ai souscrit. + Constantin Kaloradès, témoin. + Basile Kéradès, témoin.

I Ibid., no 8, p. 64-65. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

3. Acte de garantie et de donation concédé à la cathédrale d'Oppido concernant un ensemble foncier au lieu-dit Boutzanon (juin 1053)

8+ Signe [de croix] de la main de Nicétas, fils du prêtre Michel surnommé Kondos.

9+ Signe [de croix] de la main de Georges .

10+ ... [10 lettres] Nicolas ...

11+ Signe [de croix] de la main de ... [15 lettres]

  • 6 Adjoint du protopape, un membre du clergé cathédral qui a des fonctions essentiellement liturgiques

12Nous, qui avons tracé ci-dessus la croix digne et vivifiante ., affirmons reconnaître en présence de Dieu et des hommes ... que, du cadeau (eulogia) reçu de nos parents ., rien ne doit léser l'Église catholique de la sainte Théotokos d'Oppido . et que le bien (hypostasis) que nous possédions dans le lieu même de Boutzanon, nous reconnaissons qu'il est propriété de la sainte Église . ; et dans ce même bien-fonds, sur les domaines avec les arbres fruitiers, que nous avons dans ce même lieu, nous t'offrons et te donnons à toi, Nicolas, le très aimé de Dieu évêque du kastron de Hagia Agathè, c'est-à-dire Oppido une vigne située au-dessus de la tour ... Ces biens avec les arbres fruitiers susdits confinent à Théodore . puis à Kyriakos vers l'ouest ... seront désormais la part de l'Église. Celui qui [violera] ... cette reconnaissance et garantie faite par nous . et maudit par Dieu tout-puissant et par les 318 Pères théophores, qu'il verse une amende de 36 nomismata au fisc, et qu'ainsi elle soit valide et ferme. La présente donation a été écrite au mois de juin, indiction 6, en présence de Nicolas, protopape de Sicile, de Basile, prêtre et deutéreuôn 6, de Nicolas, prêtre, de ... prêtre, de Léon Berbikarès et de Nicolas, son frère, de Jean Gémellarès, de Daniel Maurokontarès et de Xénios Maurokontarès.

I Ibid., no 22, p. 101. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

4. Donation à l'Église cathédrale d'Oppido (septembre 1054)

13+ Signe [de croix] de la main de Constantina, fille de Komètos. Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Je fais acte de pure donation et parfaite concession au temple très sacré de la très sainte Mère de Dieu de l'Église catholique de la ville fortifiée d'Oppido. Des biens que j'ai reçus de mes parents et qui sont au village (chôrion) de Boutzanon avec les vignes, les arbres fruitiers et ce que je reconnais posséder dans ce village même, avec les six vieux pieds de mûriers, et les vignes, les arbres fruitiers et le reste je veux que la sainte Église en ait une moitié . et que Léon Albaké en ait l'autre . ; Michel, fils du protospathaire Basile, aura la moitié de la vigne située derrière le four, l'autre moitié de celle-ci appartenant à la sainte Église. Quant à Pierre Boukarinos mon fils adoptif, qui s'était engagé par écrit à subvenir à mes besoins dans ma vieillesse et ma débilité et qui, au lieu des ., s'est montré insolent à mon égard, méprisant et plein de reproches . et toutes choses similaires, j'annule [les dispositions que j'avais prises précédemment pour lui] . et je l'exclus complètement de la propriété et des biens (hypostasis) de la famille, parce qu'il n'a rien fait de bien pour moi .... S'il apparaît qu'un contrevenant aura détourné la présente disposition que j'ai prise, qu'il soit maudit par le Seigneur Dieu tout-puissant et par les 318 Pères théophores, qu'il soit anathème Maranatha, et qu'il verse au fisc 36 nomismata. Et que cette donation faite par moi demeure stable et ferme. Écrit au mois de septembre, indiction 8, an 6563, en présence des témoins :

14+ Nicolas archiprêtre.

15+ Christophore Maurokontarès témoin.

16+ Jean Koulouridos +

17+ Nicolas, fils de Viola, témoin.

18+ Galatès Maurokontarès, témoin.

I Ibid., no 30, p. 130-131. Texte traduit du grec par A. Peters-Custot.

Notes

1 « Catholique », à savoir cathédrale.

2 Expression consacrée désignant les Pères du premier concile de Nicée, érigés au rang de gardiens de l'orthodoxie.

3 Le sens de ce terme est obscur. Si on le rapproche du mot ektagiatika, il s'agirait de la part officielle de la contribution financière des parties d'un procès servant à la rémunération des agents judiciaires (N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance [iXe-Xfe s.], Athènes 1996, p. 89, p. 281), ce qui n'a pas grand sens ici. L'éditeur du texte, André Guillou, estime qu'il s'agirait plutôt d'une taxe « que l'on verse contre un droit de jouissance d'un bien » et dont il aurait repéré un autre exemple dans un document calabrais daté de 1054 (La Théotokos de Hagia Agathè, p. 60, n. 7).

4 Prêtre local chargé, théoriquement, de la pastorale dans la Sicile musulmane. Sa présence en Calabre méridionale atteste la permanence des liens entre les deux régions les plus complètement hellénisées de l'« extrême Occident » byzantin.

5 Subdivision administrative de la tourma, elle-même subdivision du thème.

6 Adjoint du protopape, un membre du clergé cathédral qui a des fonctions essentiellement liturgiques.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site