Version classiqueVersion mobile

La plume et le sabre

 | 
Michel Biard
, 
Annie Crépin
, 
Bernard Gainot

Deuxième partie. Le sabre. Études sur l’armée Textes réunis par Annie Crépin

Destins de combattants de l’Empire : l’exemple des Vauclusiens

Natalie Petiteau

Texte intégral

  • 1 J. P. BERTAUD, Valmy, la démocratie en armes, Paris, Julliard, collection Archives, 1970 ; « Voies (...)
  • 2 Sur ce thème, voir A. CRÉPIN, La conscription en débats ou le triple apprentissage de la nation, de (...)

1Alors que la reconstitution des batailles demeure le domaine de prédilection de bien des érudits passionnés par l’histoire de la période 1799- 1815, les travaux de Jean-Paul Bertaud montrent comment il est possible de placer les hommes des armées au cœur d’une Histoire digne de ce nom, c’est-à-dire d’une histoire qui aide à comprendre l’être humain dans ses valeurs, d’une histoire qui permette aussi de mieux saisir un moment majeur de ce qui a conduit au monde présent1. Il est vrai que l’on oublie trop souvent que les années 1799-1815 sont à l’orée de l’ère contemporaine : en en situant toujours l’étude dans le court terme, on a fini par oublier l’ampleur de leur ombre portée sur le XIXe siècle. Or qui mieux que les vétérans des armées napoléoniennes peut témoigner de cette ombre portée ? Parce qu’il semble important de s’interroger sur le rapport des Français à l’Empire, il paraît utile de connaître le devenir de ceux qui, après tout, ont joué un rôle essentiel dans ce que beaucoup se plaisent à appeler l’épopée napoléonienne. Dans quelles conditions ont-ils servi la patrie et comment celle-ci les a-t-elle renvoyés dans leurs foyers ? À quel point leur passage par l’armée a-t-il favorisé leur intériorisation de l’idée nationale2 ? Dans quelle mesure ont-il transmis, durant une existence qui s’est parfois prolongée au delà de 1870, l’idée que leur jeunesse était celle d’une épopée ? Si la réalité ne correspond pas à la légende, si tous les soldats de l’Empire ne sont pas devenus les Goguelat de Balzac, il faut alors se demander pourquoi l’image légendaire a eu plus de force que cette réalité.

  • 3 J’ai apporté une première réponse à cette question d’ordre méthodologique dans « Un groupe sociopro (...)
  • 4 Toutefois, les demandes de secours formulées par les vétérans ont fini par constituer de volumineux (...)
  • 5 Le choix de ce département a tout simplement été motivé par le fait que, étant en poste à l’Univers (...)
  • 6 Toutefois, les cartons regroupant les pensionnés du Vaucluse ne comprennent aucun militaire pension (...)

2Reconstituer le destin des hommes qui ont combattu durant les guerres napoléoniennes aux rangs des officiers subalternes ou des hommes de troupes n’est pas sans poser d’importants problèmes méthodologiques3. Rares sont en effet les sources laissées par ces anonymes qui n’ont pas trouvé de bâton de maréchal dans leur giberne4. Il convient donc de s’intéresser tout d’abord à ceux qui ont laissé le plus de traces dans les archives administratives : ainsi, le destin des militaires dotés d’une pension en raison de la longueur de leurs services ou de la gravité de leurs blessures peut être partiellement reconstitué grâce aux dossiers conservés au Service historique de l’Armée de Terre. Mais il importe, à l’historien du social, de croiser les renseignements offerts par ces sources militaires avec ceux que contiennent les sources traditionnelles de l’histoire sociale. Or, pour faire des recoupements avec les archives de l’enregistrement ou avec les actes notariés, pour repérer les vétérans sur les listes nominatives de recensement de la Monarchie de Juillet ou du Second Empire, il est indispensable de travailler sur des corpus constitués au plan départemental. Par chance, les dossiers de pensions de la série 2 Yf du Service historique de l’Armée de Terre sont essentiellement classés par département, ce qui a permis, par un dépouillement systématique des cartons du Vaucluse5, de constituer un fichier de 393 individus, fichier comprenant donc, en raison de la nature de la source, hommes du rang, sous-officiers et officiers subalternes6, fichier ne retenant que les hommes qui ont fait l’une au moins des campagnes du Consulat et de l’Empire. Cependant, travailler sur les seuls pensionnés, c’est prendre en compte une catégorie relativement privilégiée et c’est donc négliger le destin de ceux qui sont obligés de réaliser leur réinsertion sans bénéficier d’aucune aide du gouvernement. Un autre échantillon a donc été constitué, à partir des registres de contrôles de troupes d’un régiment qui avait été repéré pour accueillir nombre de Vauclusiens : le 52ème régiment d’infanterie de ligne présente en effet régulièrement des cohortes provenant de ce département. Un travail sur les 148 Vauclusiens incorporés le 11 juillet 1807 a donc également été engagé, impliquant notamment une recherche, dans les listes nominatives de recensement, des soldats susceptibles d’être rentrés dans leur commune natale. Pour ce faire, des échantillons plus restreints encore, ont été constitués : à l’échelon du canton de Lisle-sur-Sorgues pour tenter de retrouver les disparus de cette cohorte, à l’échelon de la commune du Thor (canton de Lisle-sur-Sorgues) pour observer les modalités de la réinsertion, tant des pensionnés que des hommes du 52ème de ligne, nés ou domiciliés dans cette commune.

Approches des réalités du service

  • 7 Voir en annexe le tableau n° 1.
  • 8 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.
  • 9 Voir en annexe le tableau n° 1.
  • 10 Voir en annexe le tableau n° 1.

3Sur les 393 pensionnés du Vaucluse, plus de 58 % sont restés de simples soldats7. Il existe donc, au delà, une forte minorité pour laquelle l’entrée dans l’armée a permis d’accéder à des fonctions d’encadrement plus ou moins modestes. Outre deux chefs de bataillon, le corpus comprend en effet 24 capitaines, 21 lieutenants et 12 sous-lieutenants, soit 14,5 % d’officiers subalternes. Quant aux sous-officiers – adjudants, sergents et maréchaux des logis, donc – ils représentent, eux aussi, un peu plus de 14 % du corpus. Mais si officiers subalternes et sous-officiers sont relativement nombreux parmi les pensionnés du Vaucluse, c’est parce que ce sont ces catégories, précisément, qui ont le plus de chances d’obtenir une pension. Les hommes qui ont atteint ces grades ont, bien évidemment, accompli un temps de service plus long. La moyenne du temps de service parmi les hommes du rang est en effet de moins de sept ans, tandis que pour les gradés, quels qu’ils soient, elle est de plus de seize ans. Du reste, derrière le temps moyen se cachent des réalités fort diverses. À une durée de service particulièrement longue pour ceux qui sont sortis du rang, tel Dominique Bernard, engagé en 1793, devenu sergent, rayé des cadres après avoir été blessé à Eylau8 , s’oppose un temps de service souvent très court pour ceux qui se sont engagés après 1799 et sont restés de surcroît au rang des hommes de troupe : ces derniers ne servent en effet en moyenne que pendant trois ans et demi9. Il semble donc que l’image du soldat de l’Empire ayant fait toutes les campagnes napoléoniennes soit à rectifier : en dépit du fait que la durée du service est illimitée en temps de guerre, elle ne concerne pas forcément tous les hommes de troupes, souvent renvoyés précocement dans leurs foyers du fait de leurs blessures. Par ailleurs, le corpus des pensionnés du Vaucluse confirme qu’il est plus difficile de sortir du rang après 1799 : si l’on prend en compte, en effet, les seuls militaires engagés après 1799, ce sous groupe est constitué à 91 % d’hommes de troupes10

  • 11 S.H.A.T., 2 Yf 45 087, copie d’un certificat du ministère de la Guerre du 4 octobre 1811.
  • 12 Voir en annexe le tableau n° 4.
  • 13 S.H.A.T., 2 Yc 435, registre des contrôles de troupes du 52e régiment d’infanterie de ligne.
  • 14 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6899 : il s’agit de Jean-Joseph Vestil.

4Affrontés à la difficulté de sortir du rang, ces hommes sont par ailleurs victimes des dysfonctionnements de la trésorerie du ministère de la Guerre. Les dossiers révèlent en effet les arriérés de solde au moment de la libération du service. Ainsi Jean-Joseph Julian, mis en retraite à l’âge de 24 ans, en octobre 1811, à la suite d’une blessure grave à l’épaule droite, n’a touché aucune solde de juin 1810 à mai 181111. Mais là n’est pas la plus dure des réalités du service. Plus de 28 % des Vauclusiens engagés dans le 52ème régiment d’infanterie de ligne ont été prisonniers de guerre : si, pour deux d’entre eux, la mort dans les prisons étrangères est attestée12, presque tous leurs camarades, à trois exceptions près, n’ont jamais réintégré leur régiment13 : les silences des registres de contrôle de troupes laissent ainsi imaginer combien sont morts sur les pontons anglais sans que jamais leurs familles aient pu savoir quel fut leur destin. Au total, 32 % des hommes de cette cohorte ont disparu sans laisser plus ample trace dans le registre de contrôle de leur régiment. Toutefois, après une recherche systématique dans les tables de déclaration de succession du canton de Lisle-sur-Sorgues, l’un des cinq militaires du canton engagés en 1808 et rayés, sur les contrôles de troupes du 52e régiment d’infanterie de ligne, pour longue absence, a été retrouvé dans son village natal14.

  • 15 Voir en annexe le tableau n° 3.
  • 16 Je rappelle que les hommes de troupes représentent 58,3 % de l’ensemble des pensionnés vauclusiens  (...)
  • 17 Voir en annexe le tableau n° 3.
  • 18 J. F. LEMAIRE, Les blessés dans les armées napoléoniennes, Paris, chez l’auteur (Lettrage distribut (...)
  • 19 Voir en annexe le tableau n° 4.

5Enfin, plus de 16 % des pensionnés vauclusiens sont rentrés chez eux avec un membre en moins15 : sur ces 66 vétérans durement touchés par les combats, 74 % sont des hommes de troupes, qui se trouvent ainsi sur-représentés dans ce corpus des blessés les plus gravement atteints16. Notons de surcroît que 10 % des vétérans vauclusiens ont perdu la vue, cela notamment en raison de l’ophtalmie d’Égypte : du reste, 31 de ces 39 aveugles sont des hommes engagés avant 179917. Par ailleurs, les blessures par coup de feu sont les plus fréquentes et affectent près de la moitié des pensionnés vauclusiens, tandis que trois d’entre eux seulement ont été victimes d’un coup de lance : on voit bien là l’effet du recours massif à l’artillerie voulu par Napoléon18. Quant à l’observation d’une cohorte du 52ème de ligne, elle révèle comment 32 % des incorporés vauclusiens de juillet 1807 sont morts à l’armée ou en étant prisonniers19. De toutes façons, une fois rentrés dans leurs foyers, les anciens militaires ne sont pas forcément en position d’oublier leur passé de soldat.

Poids du passé militaire et indifférence des gouvernements

  • 20 S.H.A.T., Xy 240, registre des décès à l’Hôtel royal des Invalides, 1822-1832.
  • 21 S.H.A.T., 2 Yf 44 949, lettre du commissaire ordonnateur de la 8e division militaire au ministre de (...)
  • 22 S.H.A.T., 2 Yf 44 776.
  • 23 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, lettre du vicomte Lenoir au comte Jourdan, gouverneur général des Invalides, (...)

6En parallèle aux vingt suicides qui ont été enregistrés à l’Hôtel royal des Invalides à Paris, entre 1822 et 183220, révélateurs, sans doute, d’une impuissance à vivre plus longuement une existence détruite par la guerre, il faut remarquer les traumatismes psychologiques dont les vétérans vauclusiens ont été affectés. Joseph Anthome (ou Automne) est atteint d’une grave perte de la raison : peu après avoir quitté l’armée, en juin 1809, il est admis à l’hospice des insensés d’Avignon pour cause de démence, du 13 septembre 1809 au 30 septembre 181121. De même, Denis Genin, lors de sa mise à la retraite en 1805, est jugé atteint d’« une faiblesse considérable dans le système nerveux » et d’« une aliénation d’esprit »22. Quant à Pierre-Louis Bouche, qui n’a été admis à la succursale des Invalides d’Avignon qu’avec peine, il semble finalement perdre la raison : ses absences prolongées sont pardonnées « par la suite de sa situation mentale »23.

  • 24 Voir en annexe le tableau n° 1.
  • 25 Sur la législation en vigueur et la position des vétérans dans la société française voir N. PETITEA (...)

7Reste que nombreux sont ceux qui rentrent apparemment intacts psychologiquement : en revanche, de tous les hommes du rang compris dans ce corpus des 393 pensionnés, un seul a obtenu sa pension pour ancienneté de service, tous les autres sont pensionnés en raison de leurs blessures ou de leurs infirmités. De plus, 12 % sont affectés par de douloureux rhumatismes, fruits des longues marches et des pénibles nuits passées dans l’humidité et le froid. De toutes façons, tous sont condamnés à se contenter de très modestes pensions. Si les archives de la guerre n’ont conservé, par essence, que le souvenir d’une minorité de privilégiés dotés de soldes de retraite, elles n’en révèlent pas moins combien celles-ci ne sont qu’une aide bien médiocre apportée à ces hommes qui ont donné plusieurs années de leur vie pour le service de la nation, tandis qu’une partie de leurs concitoyens, par le fait du tirage au sort et du remplacement, échappait à cette difficile existence. Sur cet échantillon de 393 vétérans, la moyenne des pensions n’est en effet que de 300 francs annuels, ce qui est inférieur au salaire d’un journalier. De plus, pour les seuls hommes du rang, cette moyenne tombe à 152 francs, et même à 139 francs si l’on prend en considération uniquement les simples soldats engagés après 179924. Manifestement, les gouvernements successifs n’ont pas eu le souci d’assurer aux serviteurs de la patrie une existence honorable. Et, de cela, l’Empire est tout aussi responsable que la Restauration puisque la législation en vigueur après 1815 reste globalement celle qui était déjà appliquée sous Napoléon25.

  • 26 S.H.A.T., 2 Yf 44 890.
  • 27 S.H.A.T., 2 Yf 44 944.
  • 28 S.H.A.T., 2 Yf 44 582.
  • 29 S. H.A.T., 2 Yf 44 653.
  • 30 S.H.A.T., 2 Yf 44 649.
  • 31 S.H.A.T., 2 Yf 44 617.
  • 32 S.H.A.T., 2 Yf 44 575.
  • 33 S. H.A.T., 2 Y f 44 955
  • 34 S.H.A.T., 2 Yf 44 777, lettre de Jean-Pierre Chaffard au ministre de la Guerre, Permis, novembre 18 (...)
  • 35 S.H.A.T., 2 Yf 44 955, lettre de Pancrace Parraud au ministre de la Guerre, Monteux, 12 avril 1847.
  • 36 S.H.A.T., 2 Yf 45 104, lettre de Pierre-Bruno Gleyze au ministre de la Guerre, Cairanne, 19 janvier (...)
  • 37 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.

8De surcroît, les pensions ne sont pas forcément versées régulièrement : Étienne Rabanin, retraité en août 1802, reste 23 mois sans toucher ce à quoi il a droit26. Pierre Arlaud, retraité en 1800, réclame en 1808 le paiement de sa solde de retraite qu’il n’a toujours pas touchée27. De même, Jean-Baptiste Montagard, capitaine retraité en septembre 1809 par suite de blessures, ne touche toujours pas de solde de retraite en juillet 181028. Jean-Joseph Avias, rappelé en activité durant les Cent Jours dans un bataillon de vétérans, ne parvient à être remis en jouissance de sa pension qu’en août 181629. Et il en va de même pour Pierre Raymond30 ou Antoine Vigne31. Joseph-Guillaume Mouret, retiré en 1810 avec, lui aussi, le grade de capitaine, est demeuré en 1818 pendant plus de sept mois sans toucher sa solde de retraite32. L’Empire comme la Restauration n’ont donc guère ménagé les vétérans, le régime des Bourbons a même opéré des retraits de pension, en 1815 notamment : en est par exemple victime Jean-Pierre Chaffard, qui a refusé, il est vrai, en janvier 1815, de rejoindre une compagnie de vétérans. Pancrace Parraud a été affronté à une situation tout à fait semblable : prié d’entrer au service de la vétérance en dépit de ses infirmités et de ses deux enfants en bas âge, il refuse finalement de se plier à cette exigence et perd sa pension33. 1830 a alors été pour ces vétérans un temps de nouvel espoir, on les voit en effet réclamer alors du nouveau gouvernement la régularisation de leur situation34 : ce n’est cependant qu’en 1837 que Pancrace Parraud est de nouveau mis en jouissance de sa modeste retraite de 126 francs par an35. D’autres espèrent que l’avènement de Louis-Philippe puisse leur permettre d’obtenir une augmentation de pension36. Tous ces Français apprennent alors à traiter avec l’administration, et à constituer pour ce faire leurs archives personnelles, ce qui n’est pas forcément chose facile : outre les cas de ceux qui ont égaré leurs papiers durant les campagnes, on voit Dominique Bernard perdre toutes ses pièces officielles dans les graves inondations qui affectent Avignon en 184037.

  • 38 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, lettre du maire de Bédarrides, 25 octobre 1825.
  • 39 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.
  • 40 S.H.A.T., 2 Yf 45 040, lettre de Bernard au ministre de la Guerre, s.l.n.d. (tampon du Ministère du (...)
  • 41 N. PETITEAU, « Un lieu d’ observation du destin des vétérans de l’Empire : la succursale d’Avignon  (...)
  • 42 P. SASSIER, Du bon usage des pauvres. Histoire d’un thème politique (XVIe-XXe siècle), Paris, Fayar (...)
  • 43 S. H.A.T., 2 Yf 44 955.
  • 44 S. H.A.T., 2 Yf 44 915.
  • 45 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6899, table des successions et absences du canton de Lis (...)

9De toutes façons, ces pensions sont souvent d’un montant tellement modique qu’elles ne permettent pas d’échapper à l’indigence, surtout lorsque les séquelles des blessures empêchent finalement tout travail complémentaire : il en va ainsi pour Pierre-Louis Bouche qui, en dépit d’une retraite de 134 francs, obtient, en 1825, un certificat d’indigence du maire de sa commune38. Certains parviennent toutefois à obtenir des secours en complément de leur solde de retraite : Dominique Bernard, jouissant d’une pension de 227 francs, obtient, en 1858, un secours supplémentaire de 60 francs39. Pour d’autres encore, la solidarité entre les frères d’armes et le soutien des officiers supérieurs jouent un rôle primordial : en 1844, une lettre de Bernard, officier supérieur en retraite, soutient la demande d’admission aux Invalides d’Agricol-Mathieu Jourdan, en précisant que ce dernier ne subsiste que grâce à la générosité de ses vieux camarades d’armes40. Car la succursale des Invalides, ouverte à Avignon à la fin de la Révolution, est une autre bouée de sauvetage pour ces vétérans : mais il s’agit là encore d’un privilège réservé à ceux qui ont servi suffisamment longtemps ou ont été blessés assez gravement41. Finalement, la sollicitude des gouvernements, préférant substituer le travail à l’aumône42, se manifeste surtout par le biais des emplois réservés qui peuvent être une aubaine pour les soldats retirés, assurés ainsi d’un revenu complémentaire régulier : ainsi Pancrace Parraud est garde-champêtre de la commune de Monteux43. Ambroise-Jérôme Dominique, invalide, doté d’une pension de cent francs, occupe lui aussi, en 1850, un emploi de garde-champêtre44. Et il en va de même pour Esprit-Louis Bérard, qui complète les 150 francs de sa retraite grâce à ses fonctions de garde-champêtre de la commune du Thor45. Mais pour beaucoup, la réinsertion après l’armée pose la difficile question du retour à la situation antérieure au service.

Les difficultés de la réinsertion

  • 46 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, demande pour entrer aux Invalides, en 1823.
  • 47 S.H.A.T., 2 Yf 44 971, certificat du maire de Velleron, 12 juillet 1826.
  • 48 S.H.A.T., 2 Yf 44 687, lettre de Charles Guichard, fils de Jean Guichard, au ministre de la Guerre, (...)

10Revenir à une vie en tous points identique à celle menée antérieurement est de toutes façons souvent impossible par le simple fait que les bouleversements des décennies de la Révolution et de l’Empire, en incitant à faire des choix politiques, ont fait connaître aux Français du début du XIXe siècle de nouvelles dimensions de leur vie citoyenne : ainsi, Pierre-Louis Bouche, en 1815, a donné des preuves d’attachement « à l’auguste famille des Bourbons en suivant au pont de la Drôme Monseigneur le duc d’Angoulême »46. Toutefois, même si certains vétérans ont fait preuve de royalisme, tous restent sous l’observation constante des autorités : lorsque Michel Courbet, en 1826, demande son admission à la succursale des Invalides, enquête est faite auprès du maire de sa commune qui atteste que ce militaire mérite l’attention du gouvernement parce qu’il s’est toujours rendu avec empressement aux fêtes et cérémonies dédiées aux membres de la famille royale47. Mais, au royalisme de quelques-uns, à la loyauté de beaucoup, répond le bonapartisme d’une minorité agissante. C’est sa fidélité à Napoléon qui vaut d’ailleurs à Jean Guichard d’être assassiné le 23 juillet 181548. Quant à Simon Gelin, si cette même fidélité ne lui vaut pas une mort violente, elle lui impose en tout cas une existence mouvementée, comme en atteste du moins son propre témoignage, adressé au ministre de la Guerre en septembre 1830 :

  • 49 S.H.A.T., 2 Yf 44 586, lettre de Simon Genin au ministre de la Guerre, Valence, 10 septembre 1830.

« Qu’il me soit permis de vous informer que j’ai fait dans le temps des réclamations sur cette injustice, sans aucun résultat, ayant une mauvaise note contre moi, celle d’avoir commandé dans les Cent Jours le bataillon mobilisé des fédérés d’Avignon dont les suites ont été la perte de ma fortune par l’incendie et le vol, obligé de m’expatrier et d’errer pendant deux années dans les campagnes de l’Isère et de la Drôme pour ne pas tomber sous les coups des assassins qui ont désolé la ville d’Avignon »49.

  • 50 S.H.A.T., 2 Yf 44 899.
  • 51 S.H.A.T., 2 Yf 45 083, lettre de Sylvain Poirier au ministre de la Guerre, Lyon, 10 avril 1816.
  • 52 S.H.A.T., 2 Yf 44 955.
  • 53 Voir en annexe le tableau n° 2.
  • 54 S.H.A.T., 2 Yf 44 638, 2 Yf 44 683, 2 Yf 45 107.
  • 55 S. H.A.T., 2 Yf 44 780.
  • 56 S.H.A.T., 2 Yf 44 657.

11Fort heureusement, les difficultés de la réinsertion n’imposent pas à tous ce paroxysme de l’errance. Reste que l’engagement dans l’armée a induit pour une partie d’entre eux une mobilité géographique, constitutive des modalités de la réinsertion pour une minorité. Jean-Pierre Bernier, né dans les Hautes-Alpes, s’installe à Avignon50. Sylvain Poirier, né dans le département de l’Indre, semble s’être établi à Avignon après avoir quitté l’armée en 1801, après quoi il demande, en 1816, à toucher sa pension à Lyon, où il est ouvrier charpentier51. À l’intérieur du département, Pancrace Parraud s’est déplacé de Bonnieux à Séguret, où il se trouve en 1837, puis à Monteux, où il est garde-champêtre en 1847, puis à Caumont, où il réside en 1854, et enfin à Buisson, où il est retiré en 1858, avant de partir pour Paris à l’hôtel des Invalides52. Au total, près de 32 % des hommes sortis du rang et plus de 20 % des simples soldats compris dans ce corpus des pensionnés, ont connu une mobilité géographique. On observe notamment une mobilité à l’échelon européen pour cinq d’entre eux53. Joseph-Antoine-Vincent Caire, né à Rome, entré au service comme enfant de troupe en 1792, prend sa retraite en 1811 à Carpentras avec le grade de lieutenant et une pension de 600 francs. Le sergent Alexis Hatto, né en Autriche, à Vienne, se retire, après un service de plus de sept ans, à Avignon. Jean Vinzio, né à Milan en 1750, entré au service en 1772, quitte l’armée après plus de 30 ans de service pour se retirer lui aussi à Avignon54. En revanche, le caporal Antoine-Dominique Arnaud, retiré initialement, en 1809, dans sa commune natale de Malaucène, part ensuite à La Haye puis, en 1813, à Zwol, chef-lieu du département des Bouches-de-l’Yssel, où il entre au service du préfet55. Par ailleurs, si Louis Durand prend sa retraite dans sa ville natale d’Orange, il n’en a pas moins rencontré sa femme en Bavière, à la faveur des campagnes auxquelles il a participé ; elle l’a du reste suivi un temps aux armées avant que la discorde ne brise le couple56.

  • 57 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 700, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, dé (...)
  • 58 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 685, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, dé (...)
  • 59 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 689, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, dé (...)
  • 60 S.H.A.T., 2 Yf 45 087, lettre de Jean-Joseph Julian au ministre de la Guerre pour demander son admi (...)
  • 61 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 691, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, dé (...)
  • 62 S.H.A.T., 2 Yf 45 042, lettre de Charles Porte au ministre de la Guerre, Le Thor, 4 janvier 1827.
  • 63 S.H.A.T., 2 Yf 45 056, certificat du maire de Jonquières, 28 mai 1845.
  • 64 S. H.A.T., 2 Y f 44 758.
  • 65 S.H.A.T., 2 Yf 44 587, certificat de l’inspection des officiers jouissant du traitement de réforme.

12Mais pour bien des vétérans, le retour à la vie civile est synonyme, bien sûr, de retour à la terre natale et à sa culture. Ainsi, au Thor, parmi les huit vétérans constituant l’échantillon communal, Étienne Robert se trouve à la tête d’un capital foncier de plus de 20 000 francs, formé de cinq parcelles de terres labourables, non affermées, d’une surface totale de plus de 4 hectares57. Jean-Joseph Vestil, qui avait été rayé du registre des contrôles de troupes pour longue absence, cultive la garance et la vigne sur une exploitation de près de deux hectares : ses sept parcelles, avec la maison dont il est propriétaire, constituent un capital immobilier de plus de 8 000 francs58. Jean-Joseph Julian, marié et père de quatre enfants, exploite également lui-même ses trois parcelles de terres labourables, couvrant ensemble 65 ares. Ajoutées à la valeur de sa maison, elles composent un capital de plus de 2 600 francs59. Cependant, dès l’âge de 40 ans, en 1826, il souhaite renoncer au travail de la terre en raison des maux dont sa blessure le fait souffrir60. Ainsi, le retour à la terre est parfois opéré avec réticence ou regret. Charles Porte, qui ne possède plus, au moment de son décès, en 1851, qu’une parcelle de moins de neuf ares, estimée à une valeur de 120 francs61, meurt à Paris, en l’Hôtel des Invalides, où il a été admis en 1843, ce qu’il demandait depuis 182562. Le retour à la terre n’a donc été parfois qu’une solution momentanée, comme en témoignent les destins d’autres pensionnés, hors du Thor : Pierre-Louis Bouche reprend son métier de cultivateur dans son village natal de Bédarrides, après avoir été congédié de l’armée à la suite d’une blessure reçue en 1807. Mais, en 1825, le maire de sa commune atteste que les infirmités consécutives à ses blessures rendent pour lui de plus en plus difficile ce travail de la terre. De même Joseph Fages, après avoir repris une vie de paysan dans sa commune de Jonquières, souhaite renoncer, dès 1845, à cette réinsertion, « ses infirmités l’empêchant de travailler »63. Mais la difficulté à reprendre son existence antérieure peut aussi être le fait des artisans urbains : Antoine-Charles Boutin travaille à Avignon dans l’industrie de la soie depuis son retour de l’armée en l’an 9. Cependant, réformé avec une vue très faible, il déclare, en 1829, ne plus pouvoir continuer à vivre de son travail64. De même, l’ex-capitaine Michel Claude, quand bien même il a quitté l’armée, en octobre 1800, après 9 ans de service, sans aucune blessure, ne parvient pas à reprendre son métier de tailleur de pierres par le fait que son corps se trouve usé par ses successives campagnes65.

  • 66 S.H.A.T., 2 Yf 45 012.
  • 67 S.H.A.T., 2 Yf 44 660.

13Ainsi, les témoignages contenus dans les dossiers de pension soulignent que, dans une société pourtant habituée à contraindre les corps aux fatigues du travail de la terre ou de l’artisanat, les misères de la guerre ont laissé des séquelles telles que les plaintes et le renoncement au travail qui a fait vivre des générations d’ancêtres apparaissent désormais recevables. Certes, la nature même de la source ici utilisée relègue dans le silence des archives tous ceux qui se sont réinsérés sans contestation dans une existence semblable à celle de leurs pères. Il n’en faut pas moins noter comment une minorité de Français fait son entrée dans l’ère contemporaine en découvrant qu’il existe une administration auprès de laquelle il est possible d’exprimer son refus de se résigner à une existence où les peines quotidiennes se trouvent accrues par les conséquences des années de service données à la patrie. Manifestement, la conscription a conduit à exprimer l’idée selon laquelle être citoyen c’est avoir des devoirs mais aussi des droits. Ne serait-ce que celui de pouvoir recommencer sa vie sur une terre nouvelle : le fils de Jean-Pierre Barré, au nom des services de son père et des siens, demande sous le Second Empire une concession en Algérie66. Plus facile est en revanche la réinsertion par des fonctions d’encadrement des populations : Jean-Joseph Gavary, ancien sous-lieutenant d’infanterie légère, après avoir quitté l’armée en septembre 1809, ouvre une petite école à Cavaillon67.

  • 68 S.H.A.T., 2 Yf 44 921.
  • 69 N. PETITEAU, « Les soldats de l’Empire de la guerre à la paix : souffrance de l’oubli, mémoire des (...)
  • 70 S.H.A.T., 2 Yf 44 921.
  • 71 Sur ce thème, voir P. SASSIER, Du bon usage des pauvres, op. cit., p. 184.
  • 72 Ce travail, déjà entamé, n’est pas encore suffisamment avancé pour qu’il soit possible ici d’en uti (...)

14Toutefois, à bien analyser le discours des vétérans, il apparaît, en Vaucluse du moins, que les individus s’identifient alors bien peu par leur profession. Nombreux sont les dossiers où les lettres de réclamation d’une admission aux Invalides ou d’un secours ne mentionnent pas la voie de réinsertion dans la vie civile, ce qui en dit long, semble-t-il, sur le fait qu’ils se pensent avant tout comme militaires retraités mais délaissés par la société. Ils ne manquent d’ailleurs pas, en revanche, de souligner leur détresse humaine, tel Pierre-Louis Bouche qui justifie sa demande d’entrée aux Invalides en se disant « sans père, ni mère, ni parents »68. Or, comme dans les demandes de secours adressées au souverain69, les discours contenus dans les dossiers de pension montrent des vétérans refusant d’être perçus comme des mendiants. Pierre-Louis Bouche toujours, fort disert dans ses requêtes, ironise en demandant s’il doit « être réduit à mendier son pain pour prix d’honorables services et de ses souffrances »70. Là encore, il apparaît que, pour ces hommes qui ont connu une intégration nationale radicale par l’enrôlement dans les armées, l’intériorisation du sentiment de citoyenneté induit une espérance fondamentale : celle de voir la nation remplir à son tour ses devoirs envers ceux qui ont bien voulu se plier, en leur temps, aux leurs. Ils ne réclament ni le droit au travail, ni la distribution d’une aumône71, mais ils attendent une légitime récompense du service rendu à la patrie, sans pour autant savoir formuler de façon explicite ces devoirs de la nation. En attendant, ils n’en sont pas moins pour la plupart réinsérés dans la société de leur village natal où ils ne se trouvent pas forcément démunis de tout bien propre. Les premières recherches menées sur la commune du Thor révèlent en effet que ces vétérans sont souvent des propriétaires fonciers plus ou moins modestes qui, en dépit de leur destin spécifique, ne se trouvent donc sans doute pas isolés dans la communauté de village. Reste à poursuivre ces recherches en utilisant systématiquement les actes notariés de façon à repérer achats de terre, notamment, mais aussi, entre autres, manifestations de solidarité au sein du groupe72 qui sont, à l’occasion, attestées, on l’a vu, par certains dossiers de pension.

***

  • 73 N. PETITEAU, « Un groupe socioprofessionnel oublié : les vétérans du Premier Empire », op. cit.
  • 74 P. SASSIER, Du bon usage des pauvres, op. cit., p. 201.
  • 75 Le XIXe siècle fait en effet la promotion de la charité individuelle : ibid., p. 251.

15En examinant le destin des vétérans pensionnés, l’historien n’observe que les plus privilégiés des soldats retraités. Pourtant, ces derniers se sentent souvent bien mal récompensés du sang et des larmes versés pour leur nation. De fait, leur existence quotidienne, une fois opéré leur retour à la vie civile, n’est en fait guère plus enviable que celle de l’ensemble de leurs frères d’armes73. À l’heure où le pauvre est l’ouvrier des manufactures74, aucune attention n’est réellement portée au sort des vétérans qui, en réaction, mettent implicitement en cause des pratiques caritatives abusivement fondées sur les initiatives individuelles75. Ce groupe socio-professionnel est en effet plongé par la société dans un gigantesque oubli qui a pu encourager leur rejet de la royauté restaurée : la légende de leur enthousiasme bonapartiste renverrait donc à des prises de position politique par défaut. A posteriori, ces hommes ont pu idéaliser un régime qui, faute de leur offrir une situation matérielle enviable, leur a permis un temps de s’enivrer de gloire, ivresse elle aussi goûtée sans doute bien davantage avec le recul du temps que sur des champs de bataille, où la réalité de la vue des compagnons morts ou blessés s’imposait sans doute tout autant que celle des victoires, dont les enjeux étaient bien mal saisis. Ainsi se serait affirmée, dans une partie du groupe, l’identité dont témoigne Le médecin de campagne...

Tableau n° 1 : Présentation générale du corpus des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 1 : Présentation générale du corpus des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 2 : Approche de la mobilité géographique des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 2 : Approche de la mobilité géographique des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 3 : Blessures des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 3 : Blessures des pensionnés du Vaucluse

Tableau n° 4 : Destin des Vauclusiens engagés le 11 juillet 1807 dans le 52e régiment d’infanterie de ligne

DEVENIR DU MILITAIRE EFFECTIFS PROPORTION DU CORPUS
tué au combat 11 7,4 %
mort à l’hôpital 29 19,6 %
mort des suites de ses blessures 5 3,4 %
réformé 12 8,1 %
muté dans un autre régiment 18 12,2 %
disparu 48 32,4 %
déserteur 7 4,7 %
retraité 15 10,1 %
congédié 1 0,7 %
42 prisonniers de guerre (28,4 %), dont morts prisonniers 2 1,4 %
100,0 %

Source : S.H.A.T., 2 Yf 44 541 à 45 109

Notes

1 J. P. BERTAUD, Valmy, la démocratie en armes, Paris, Julliard, collection Archives, 1970 ; « Voies nouvelles pour l’histoire militaire », Annales historiques de la Révolution française, n° 219 (1975), p. 66-94 ; La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, R. Laffont, 1979 ; La Vie quotidienne des soldats de la Révolution, Paris, Hachette, 1985 ; en collaboration avec W. SERMAN, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 1998.

2 Sur ce thème, voir A. CRÉPIN, La conscription en débats ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de la République (1798-1889), Arras, Artois Presses université, 1998.

3 J’ai apporté une première réponse à cette question d’ordre méthodologique dans « Un groupe socioprofessionnel oublié : les vétérans du Premier Empire », Cahiers d’histoire, 1 (1998), p. 25-45.

4 Toutefois, les demandes de secours formulées par les vétérans ont fini par constituer de volumineux dossiers, par exemple dans les archives de la Maison du duc d’Orléans puis de Louis-Philippe : voir N. PETITEAU, « Les soldats de l’Empire de la guerre à la paix : souffrance de l’oubli, mémoire des souffrances », à paraître dans les actes du colloque La souffrance sociale, Lyon, 3-4 décembre 1999, sous la direction de C. I. BRELOT.

5 Le choix de ce département a tout simplement été motivé par le fait que, étant en poste à l’Université d’Avignon, les archives départementales du Vaucluse sont celles où j’ai le plus aisément la possibilité de travailler. Des recherches sont par ailleurs menées sur les départements du Doubs et du Nord.

6 Toutefois, les cartons regroupant les pensionnés du Vaucluse ne comprennent aucun militaire pensionné après 1812 alors que la série 2 Yf va officiellement jusqu’en 1817. On peut donc supposer que d’autres dossiers de pensions de Vauclusiens sont disséminés de façon aléatoire dans d’autres cartons.

7 Voir en annexe le tableau n° 1.

8 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.

9 Voir en annexe le tableau n° 1.

10 Voir en annexe le tableau n° 1.

11 S.H.A.T., 2 Yf 45 087, copie d’un certificat du ministère de la Guerre du 4 octobre 1811.

12 Voir en annexe le tableau n° 4.

13 S.H.A.T., 2 Yc 435, registre des contrôles de troupes du 52e régiment d’infanterie de ligne.

14 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6899 : il s’agit de Jean-Joseph Vestil.

15 Voir en annexe le tableau n° 3.

16 Je rappelle que les hommes de troupes représentent 58,3 % de l’ensemble des pensionnés vauclusiens : voir en annexe le tableau n° 1.

17 Voir en annexe le tableau n° 3.

18 J. F. LEMAIRE, Les blessés dans les armées napoléoniennes, Paris, chez l’auteur (Lettrage distribution), 1999, p. 27.

19 Voir en annexe le tableau n° 4.

20 S.H.A.T., Xy 240, registre des décès à l’Hôtel royal des Invalides, 1822-1832.

21 S.H.A.T., 2 Yf 44 949, lettre du commissaire ordonnateur de la 8e division militaire au ministre de la Guerre, Marseille, 17 janvier 1812.

22 S.H.A.T., 2 Yf 44 776.

23 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, lettre du vicomte Lenoir au comte Jourdan, gouverneur général des Invalides, Avignon, 25 mars 1831.

24 Voir en annexe le tableau n° 1.

25 Sur la législation en vigueur et la position des vétérans dans la société française voir N. PETITEAU, « Les soldats de l’Empire de la guerre à la paix : souffrance de l’oubli, mémoire des souffrances », art. cit., et EAD., « Le retour de guerre : destin de vétérans après 1815 », dans Colloque de l’Institut Napoléon, Armée, guerre et société à l’époque napoléonienne, 17-18 novembre 2000, à paraître en 2001.

26 S.H.A.T., 2 Yf 44 890.

27 S.H.A.T., 2 Yf 44 944.

28 S.H.A.T., 2 Yf 44 582.

29 S. H.A.T., 2 Yf 44 653.

30 S.H.A.T., 2 Yf 44 649.

31 S.H.A.T., 2 Yf 44 617.

32 S.H.A.T., 2 Yf 44 575.

33 S. H.A.T., 2 Y f 44 955

34 S.H.A.T., 2 Yf 44 777, lettre de Jean-Pierre Chaffard au ministre de la Guerre, Permis, novembre 1832 ; 2 Yf 44 955, lettre de Pancrace Parrot au ministre de la Guerre, Séguret, décembre 1834.

35 S.H.A.T., 2 Yf 44 955, lettre de Pancrace Parraud au ministre de la Guerre, Monteux, 12 avril 1847.

36 S.H.A.T., 2 Yf 45 104, lettre de Pierre-Bruno Gleyze au ministre de la Guerre, Cairanne, 19 janvier 1832.

37 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.

38 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, lettre du maire de Bédarrides, 25 octobre 1825.

39 S.H.A.T., 2 Yf 44 708.

40 S.H.A.T., 2 Yf 45 040, lettre de Bernard au ministre de la Guerre, s.l.n.d. (tampon du Ministère du 14 juin 1844).

41 N. PETITEAU, « Un lieu d’ observation du destin des vétérans de l’Empire : la succursale d’Avignon », à paraître dans les Annales du XVIe Congrès national de généalogie, Marseille, 5-8 mai 2001.

42 P. SASSIER, Du bon usage des pauvres. Histoire d’un thème politique (XVIe-XXe siècle), Paris, Fayard, 1990, p. 261-262.

43 S. H.A.T., 2 Yf 44 955.

44 S. H.A.T., 2 Yf 44 915.

45 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6899, table des successions et absences du canton de Lisle-sur-Sorgues.

46 S.H.A.T., 2 Yf 44 921, demande pour entrer aux Invalides, en 1823.

47 S.H.A.T., 2 Yf 44 971, certificat du maire de Velleron, 12 juillet 1826.

48 S.H.A.T., 2 Yf 44 687, lettre de Charles Guichard, fils de Jean Guichard, au ministre de la Guerre, Gordes, 8 avril 1818.

49 S.H.A.T., 2 Yf 44 586, lettre de Simon Genin au ministre de la Guerre, Valence, 10 septembre 1830.

50 S.H.A.T., 2 Yf 44 899.

51 S.H.A.T., 2 Yf 45 083, lettre de Sylvain Poirier au ministre de la Guerre, Lyon, 10 avril 1816.

52 S.H.A.T., 2 Yf 44 955.

53 Voir en annexe le tableau n° 2.

54 S.H.A.T., 2 Yf 44 638, 2 Yf 44 683, 2 Yf 45 107.

55 S. H.A.T., 2 Yf 44 780.

56 S.H.A.T., 2 Yf 44 657.

57 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 700, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, déclaration de succession d’Étienne Robert, 6 avril 1870.

58 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 685, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, déclaration de succession de Jean-Joseph Vestil, 19 août 1841.

59 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 689, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, déclaration de succession de Jean-Joseph Jullian, 2 juin 1847.

60 S.H.A.T., 2 Yf 45 087, lettre de Jean-Joseph Julian au ministre de la Guerre pour demander son admission à l’hôtel des Invalides, Le Thor, 22 novembre 1826.

61 Archives départementales de Vaucluse, 19 Q 6 691, enregistrement du canton de Lisle-sur-Sorgues, déclaration de succession de Charles Porte, 5 août 1851.

62 S.H.A.T., 2 Yf 45 042, lettre de Charles Porte au ministre de la Guerre, Le Thor, 4 janvier 1827.

63 S.H.A.T., 2 Yf 45 056, certificat du maire de Jonquières, 28 mai 1845.

64 S. H.A.T., 2 Y f 44 758.

65 S.H.A.T., 2 Yf 44 587, certificat de l’inspection des officiers jouissant du traitement de réforme.

66 S.H.A.T., 2 Yf 45 012.

67 S.H.A.T., 2 Yf 44 660.

68 S.H.A.T., 2 Yf 44 921.

69 N. PETITEAU, « Les soldats de l’Empire de la guerre à la paix : souffrance de l’oubli, mémoire des souffrances », op. cit.

70 S.H.A.T., 2 Yf 44 921.

71 Sur ce thème, voir P. SASSIER, Du bon usage des pauvres, op. cit., p. 184.

72 Ce travail, déjà entamé, n’est pas encore suffisamment avancé pour qu’il soit possible ici d’en utiliser les premiers résultats.

73 N. PETITEAU, « Un groupe socioprofessionnel oublié : les vétérans du Premier Empire », op. cit.

74 P. SASSIER, Du bon usage des pauvres, op. cit., p. 201.

75 Le XIXe siècle fait en effet la promotion de la charité individuelle : ibid., p. 251.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Présentation générale du corpus des pensionnés du Vaucluse
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/64639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau n° 2 : Approche de la mobilité géographique des pensionnés du Vaucluse
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/64639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau n° 3 : Blessures des pensionnés du Vaucluse
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/64639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search