Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et société à Byzance (viiie-xiie siècle)

 | 
Sophie Métivier

27. Évêques, clergé, État et société locale

Béatrice Caseau, Vincent Déroche et Benjamin Moulet

Texte intégral

  • 1 Le texte, perdu, est connu par de rares mentions, dont celle faite par le document ici présenté : v (...)
  • 2 Regesten der Kaiserurkunden des ostrômischen Reiche von 565-1453, éd. Fr. Dôlger, t. 2 : Regesten v (...)
  • 3 C'est peut-être pour contourner l'interdiction de versement en numéraire, peut-être par précaution (...)

La législation canonique définie, à la fin du VIIe siècle, au concile in Trullo et reprise par le concile de Constantinople de 861, entend affirmer la spécificité de la fonction et du statut des clercs par rapport aux laïcs. Elle rappelle que l'évêque, premier des clercs, contrôle le sacré, au sens le plus large (encadrement du culte, accès au sanctuaire dans l'église, etc.). Bien que la construction d'oratoires et de chapelles à l'intérieur des maisons des notables soit tolérée, l'Église entend, par l'intermédiaire de ses évêques, contrôler la pratique privée du culte chrétien, veillant à ce que les rites, comme le baptême, ne s'y déroulent pas sans la présence du clergé, gage pour elle de l'orthodoxie de la cérémonie.
Cette même législation a interdit aux clercs toute activité strictement laïque, l'exercice de métiers lucratifs, ainsi que le trafic des ordres et des sacrements. Malgré les condamnations vigoureuses du patriarche Taraise (784-806) et des Pères du concile de Nicée II (787), on assiste à un regain de pratiques simoniaques. Mal attestée par les sources sauf dans les prescriptions conciliaires, la simonie est mentionnée dans la Vie de Luc (ca 879-ca 979), qui fut rédigée par l'un de ses disciples. Renouant avec la tradition ancienne des saints stylites, Luc passa plus de quarante ans au sommet d'une colonne à Chalcédoine. Issu de l'aristocratie du thème des Anatoliques, il s'était engagé dans une carrière militaire, tout en ayant été ordonné prêtre. Ce fut à son retour de l'armée, vers 925-926, qu'il souhaita devenir évêque. Il demanda à son père une aide financière pour « acheter » l'important siège de Sébastée (métropole d'Arménie Seconde, 11e siège de la hiérarchie ecclésiastique) au prix de 100 pièces d'or. Évoquant successivement, comme pour un jeu de mots, l'« évêché » qu'occuperait Luc et la « métropole céleste » promise au saint, l'hagiographe précise que Luc donna l'argent aux pauvres avant de se retirer au monastère, puis à Chalcédoine.
Au début du XIIe siècle, le décret du patriarche Nicolas III Grammatikos (1084-1111) traite encore des rapports entre les clercs et l'argent. La décision qu'il promulgue est prise, conformément au fonctionnement de l'Église mésobyzantine, par le « synode permanent » (synodos endèmousa) qui, composé des métropolites et archevêques présents à Constantinople et présidé par le patriarche, supplante l'instance conciliaire. Il tente de régler la question de la rémunération du clergé par les laïcs et les clercs inférieurs en même temps que de concilier la législation ecclésiastique et la législation impériale. Puisque la grâce de Dieu ne peut se vendre ni s'acheter, un décret du patriarche Alexis Stoudite (1025-1043)1 limita les versements des clercs inférieurs pour les protéger contre tout abus des évêques, et interdit les versements des laïcs. Les décrets impériaux d'Isaac Ier Comnène en 1059 et d'Alexis Ier Comnène en 10852 rétablirent un versement des laïcs, en nature cette fois3. Contre toute vraisemblance, le présent décret prétend qu'il n'y a pas de contradiction entre les deux législations, ni non plus entre le décret du patriarche Alexis et les précédents décrets du synode permanent, et maintient le statu quo - les limitations d'Alexis tempérées par les décrets impériaux. Le kanonikon est littéralement ce qui est fixé par le canon, et désigne ici trois versements différents : un versement annuel des clercs inférieurs ; un autre plus important du clerc consacré au consécrateur (à savoir l'évêque) ; enfin, les versements des laïcs pour les services liturgiques à l'intention de leurs personne et familles, versements qui traditionnellement n'avaient pas de montants fixes et dépendaient de la fortune de chaque contributeur. Les citations scripturaires servent à justifier le principe même du versement : en théorie, on ne paie pas pour la consécration ou le sacrement, mais pour l'entretien du célébrant qui ne peut vivre sans revenus.
Le canon 17 du concile de Nicée I (325) avait réglementé pour les membres du clergé un rapport avec l'argent différent de ce qui existait dans la société de l'époque, en s'appuyant sur le Nouveau Testament. Zônaras, l'un des canonistes du XIIe siècle qui commentèrent les canons des conciles, tout en maintenant l'interdit du prêt à intérêt pour les membres du clergé évoque les manières dont le droit canonique a été détourné pour diverses entreprises commerciales et rappelle les pratiques de l'usure autorisées par le droit civil (entre 3 et 12 % maximum, suivant le type de prêt et autrefois selon la qualité du prêteur).
Acteur religieux, politique et économique de la société byzantine, l'évêque est, aux côtés des représentants du pouvoir civil, le second pôle de l'autorité provinciale. Tout autant chef spirituel qu'administrateur temporel des biens de l'Église et de la cité dont il a la charge, il veille à défendre les intérêts de son Église comme les siens propres, face aux exigences et prétentions du fisc, à l'image d'Ignace le Diacre, métropolite de Nicée dans les années 820, et de Théophylacte, archevêque d'Ochrida au début de la période comnène. Ignace le Diacre (ca 780/790-ap. 847), dont on conserve une soixantaine de lettres, ainsi que plusieurs Vies de saints, se plaint, dans l'une de ces lettres, de la fuite des parèques qui exploitaient les terres de la métropole et qui contestèrent les modalités du partage des fruits, puisque la Loi agraire, que la métropole applique, prescrit une répartition différente des récoltes entre le propriétaire et les cultivateurs (voir p. 85). Pour justifier de sa bonne foi, Ignace argue du paiement de la synônè (taxe imposée pour contribuer à la fourniture des armées) dont son Église ne peut plus s'acquitter par manque de revenus. En 1088/1089, pour l'écarter de Constantinople, Alexis Ier Comnène nomme archevêque d'Ochrida en Bulgarie Théophylacte, ancien disciple de Michel Psellos et précepteur du porphyrogénète Constantin Doukas, fils de Michel VII (1067-1078). Théophylacte (ca 1050-ap. 1126), à l'extrême fin du XIe siècle, s'indigne contre l'un de ses parèques, Lazare, qui s'est allié aux percepteurs du fisc pour le calomnier auprès de l'empereur Alexis Ier Comnène. Confronté aux réclamations du fisc et aux agissements de son parèque, l'archevêque souhaite pouvoir se défendre, laver sa réputation et garantir la survie économique de son Église.

Bibliographie
1-4 : G. Dagron, « Le christianisme byzantin du VIIe au milieu du XIe siècle », dans Histoire du christianisme, t. 4 : Évêques, moines et empereurs (610-1054), dir. G. Dagron, P Riché, A. Vauchez, Paris 1993, p. 9-348. Id., « Remarques sur le statut des clercs », Jahrbuch der ôsterreichischen Byzantinistik 44, 1994, p. 33-48. E. Herman, « Le professioni vietate al clero bizantino », Orientalia Christiana Periodica 10, 1944, p. 23-44. E. Papagiannè, Ta oiko-nomika tou eggamou klèrou sto Byzantio, Athènes 1985.
5 : D. Gofas, « The Byzantine Law of Interest », dans The Economic History of Byzantium from theSeventh through theFifteenth Century, éd. A. E. Laiou, Washington D.C. 2002, t. 3, p. 1095-1104. A. E. Laiou, « God and Mammon: Credit, Trade, Profit and the Canonists », dans Byzantium in the 12th Century. Canon Law, State and Society, éd. N. Oikonomidès, Athènes 1991, p. 261-300. Ead., « The Church, Economic Thought and Economic Practice », Orientalia Christiana Analecta 251, Rome 1996, p. 435-464.
6-7 : M. Kaplan, « Quelques remarques sur la vie rurale à Byzance au IXe siècle d'après la correspondance d'Ignace le Diacre », dans The Dark Centuries of Byzantium (7th-9th c.), éd. É. Kountoura-Galakè, Athènes 2001, p. 365-376. Id., « L'évêque à l'époque du second iconoclasme », dans Monastères, images, pouvoirs et société à Byzance. Nouvelles approches du monachisme byzantin. Le second iconoclasme et ses suites, dir. M. Kaplan, Paris 2006, p. 183-205.
9 : A. Harvey, « The Land and Taxation in the Reign of Alexios I Komnenos: the Evidence of Theophylakt of Ochrid »,
Revue des Études byzantines 51, 1993, p. 139-154. M. Mullett, Theo-phylact of Ochrid. Reading the Letters of a Byzantine Archbishop, Aldershot 1997

Droit canon et encadrement épiscopal du culte privé (fin VIIe-fin IXe siècle)

1. Canons 31 et 59 du concile in Trullo (691-692)

1Canon 31 : Qu'on ne doit pas sans l'autorisation de l'évêque célébrer dans les oratoires qui se trouvent à l'intérieur d'une maison privée

2Les clercs qui célèbrent la divine liturgie dans les oratoires qui se trouvent à l'intérieur des maisons privées, nous ordonnons qu'ils le fassent avec l'accord de l'évêque du lieu ; si un clerc ne respecte pas cela, qu'il soit déposé.

3Canon 59 : Qu'il ne faut pas faire de baptême dans un oratoire qui se trouve à l'intérieur d'une maison privée

4Qu'on ne fasse pas de baptême dans un oratoire privé qui se trouve à l'intérieur d'une maison ; mais que ceux qui ont été jugés dignes du baptême immaculé se rendent dans les églises publiques pour y recevoir ce don. Si quelqu'un est convaincu de n'avoir pas observé nos prescriptions, s'il est clerc qu'il soit déposé, s'il est laïc qu'il soit excommunié.

  • 4 Traduction revue par B. Moulet.

Éd. trad.4 P.-P. Joannou, Discipline générale antique (IIe IXe s.), t. I, 1 : Les canons des conciles œcuméniques, Rome 1962 (Pontificia Commissione per la redazione del codice del diritto canonico orientale. Fonti IX), p. 162, p. 195.

2. Canon 12 du concile Premier et Second (861)

5Des clercs qui célèbrent dans des oratoires privés sans le consentement de leurs évêques

  • 5 Il s'agit du concile in Trullo.

6Le sixième saint concile œcuménique5 condamne à la déposition les clercs qui contre l'avis de l'évêque célèbrent la sainte messe ou baptisent dans les oratoires se trouvant à l'intérieur d'une maison privée, et nous approuvons cela, nous aussi ; car dans ce temps où l'église va le droit chemin, confesse la parole de la vérité et enseigne l'honnêteté de la vie et y veille, il serait malsonnant et impie d'accorder à ceux qui vivent dans la grossièreté et l'indiscipline de rompre la beauté de son bon ordre, en s'infiltrant dans les maisons privées, et de la remplir de beaucoup de troubles et de scandales.

7C'est pourquoi le présent saint synode protégé de Dieu, de plein accord avec le sixième saint concile œcuménique, a décidé que ceux qui veulent célébrer dans les oratoires, se trouvant à l'intérieur des maisons privées, doivent y être autorisés, l'autorisation étant accordée, évidemment, par l'évêque du lieu. Si donc à l'encontre de ces canons, des clercs osaient sans le consentement de l'évêque pénétrer dans les maisons privées et y célébrer la messe, qu'ils soient déposés et que ceux qui communient avec eux soient excommuniés.

Éd. trad. P.-P. Joannou, op. cit., t. I, 2 : Les canons des synodes particuliers, p. 469-470.

Le clergé et l'argent

3. Le prix d'un évêché : Vie de Luc le Stylite

  • 6 F. Vanderstuyf traduit l'expression lambanei chrysinous hékaton par « il en obtint cent pièces d'ar (...)

8Luc vient à peine de réaliser ce que s'était proposé son insatiable charité, que, le souci de l'aumône embrasant comme d'un feu le désir de son cœur, il ne souffre point de contenir inactive cette louable et bienheureuse passion, mais il imagine un stratagème de son invention qui, en lui procurant des ressources, devait l'aider dans son noble dessein. Avec des paroles persuasives, ayant donné à son père comme prétexte que, désireux d'un évêché, il convoite celui de la ville appelée Sébastée, il lui demande, en vue de la caution habituelle, et il en obtient cent pièces d'or6, qu'aussitôt après les avoir reçues il distribue aux nécessiteux. En fait, il souhaitait, il désirait très ardemment non point d'obtenir un évêché de passage, mais de ne pas manquer la métropole céleste et son pontificat sans fin.

Vie de Luc le Stylite, c. 17, éd. trad. F. Vanderstuyf, PO 11, fasc. 2, 1914, p. 207-208.

4. La rémunération (kanonikon) des évêques : déclaration synodale du 15 novembre 1101

9Le 15 du mois de novembre, 10e indiction, sous la présidence du très saint patriarche œcuménique Nicolas, dans le petit sékréton, en la présence des métropolites très chers à Dieu d'Ancyre, de Cyzique, de Claudioupolis, de Christianoupolis et de Russie, et des archevêques de Léontopolis, de Sougdaïa et de Rhousion, et en la présence des archontes impériaux.

10Certains des évêques très chers à Dieu dans leurs sièges ont jugé qu'ils subissaient un tort non petit du fait du décret synodal édicté sous le défunt patriarche kyr Alexis, car il paraissait contredire les sacrés chrysobulles impériaux promulgués ensuite dans toutes les cités de Voikouménè. Ce décret synodal prescrit en effet qu'on ne peut demander au titre du kanonikon qu'une seule pièce d'or au prêtre, et rien aux diacres et sous-diacres ; quant à chacun de ceux qui sont ordonnés, le lecteur paie une pièce d'or, le diacre trois pièces de cette catégorie, et le prêtre trois autres identiques à celui qui les consacre au titre de sa nourriture, car si l'Évangile est sans salaire, il n'est pas sans frais. Mais les chrysobulles promulgués par les pieux [empereurs] ont ajouté ensuite une certaine augmentation aux honoraires versés par les impétrants, et, classant comme kanonikon les prémices dues par les laïcs, ils fixèrent qu'on les prélèverait sur chacun en fonction de son aisance et qu'elles seraient versées aux très pieux prêtres. Mais lorsqu'ils [les évêques] parurent devant le synode, produisirent les prescriptions impériales et supplièrent qu'on lise en outre les décrets synodaux plus anciens, il apparut qu'ils n'en subissaient aucun préjudice dans la perception des kanonika. Quant au fait que les [décrets] synodaux passent pour empêcher de percevoir le kanonikon sur les laïcs, il n'est même pas fait mention de cette interdiction dans les textes. Comment ce qui ne subit aucune interdiction d'aucun côté pourra-t-il rencontrer une opposition lors de sa réalisation ? Les divins empereurs, prenant apparemment en compte les circonstances, ont ménagé la considération due aux évêques en soumettant les laïcs à cette contribution en nature. C'est pourquoi il a paru très juste que les évêques perçoivent de deux côtés, des prêtres et des laïcs, ce qui a été fixé au titre du kanonikon, car, comme le dit le divin Apôtre, personne n'est soldat à ses propres frais ; le berger qui paît ses troupeaux n'a pas interdiction de se nourrir de leur lait, ni celui qui plante une vigne prohibition de cueillir ses fruits. Et l'ancienne Loi prescrit de prélever les fruits dans une corbeille et de les apporter au temple de Dieu ; là, le prêtre les prendra des mains du porteur, et les placera devant l'autel, les bénira et priera, et ainsi l'auteur de l'offrande sera béni, lui et sa maison, et sa terre et le reste de ses biens. S'il en allait ainsi avec eux [scil. les anciens Hébreux], comment n'obtiendrait-on pas une bénédiction plus grande lorsque la divine [religion] est plus sainte et plus parfaite ? Par conséquent, puisque le décret prononcé en synode et le divin ordre impérial qui a suivi ne se contredisent en rien, il a été décidé de ne rien leur ajouter de supplémentaire ; tout ce qui a été prescrit aux prêtres comme versement en nomismata le sera en nomismata, et tout ce qui n'est pas [en nomismata] le sera par analogie avec les sommes fixées dans les prescriptions impériales, et que rien de plus ne soit versé par le consacré pour la nourriture du consécrateur. De même pour [ce que doivent verser] les laïcs, en nomismata, en nature et en argent, selon ce qui a été prescrit. Ainsi, en effet, on ne paraîtra pas violer les anciennes décisions synodales, ni enfreindre les prescriptions fixées par ordre impérial, mais les deux, harmonisées entre elles, seront maintenues sans obstacle, dans toutes les contrées et cités. Ceci a été produit et certifié comme d'usage, et édicté le mois de mai de la 10e indiction.

11Signature : Pierre, humble diacre et chartulaire de la très sainte Grande Église de Dieu.

12Moi, Nicétas, diacre et chartophylax de la très sainte Grande Église de Dieu, ayant comparé la présente copie (ison) avec l'original qui m'a été produit et l'ayant trouvée conforme en tout point, je l'ai signée et marquée du sceau.

  • 7 Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., n0970 [942], du 15 novembre 1101 (...)

Éd. PG 119, col. 860-8647. Texte traduit du grec par V. Déroche.

5. L'Église byzantine et l'usure : commentaire de Zônaras au canon 17 de Nicée I

13Canon 17 de Nicée I

  • 8 Ps 14 (15), 5.
  • 9 Littéralement le centième par mois, soit 12 % par an.

14Nombreux sont ceux qui, bien que inscrits au canon, poussés par la convoitise et l'appât de gains honteux, ont oublié la parole divine qui dit « il n'a pas donné son argent à intérêt8 », et lorsqu'ils prêtent de l'argent, ils réclament les centièmes (hèkatostè)9 ; le saint et grand concile a jugé juste que, si quelqu'un, après cette décision, est pris à réclamer des intérêts, par le moyen d'une transaction ou par un autre procédé, ou s'il réclame un taux de 50 % (hèmiolia) ou s'il médite sur tout autre moyen d'obtenir un gain honteux, il sera déposé du clergé et son nom sera rayé du canon.

15Zônaras :

  • 10 Dt 23, 20.
  • 11 La livre compte bien 72 nomismata mais il n'y avait pas 100 pièces à la livre auparavant. Zônaras s (...)

16L'ancienne Loi a interdit à tous le prêt à intérêt. Elle dit en effet : «ne prêteras pas avec intérêt ton argent à ton frère10. » Si dans la Loi la moins accomplie, on a légiféré de la sorte, cela vaut a fortiori pour la Loi la plus achevée et la plus spirituelle. [...] Tous doivent se détourner de prêter à intérêt et, si cela n'est pas approprié pour tous, combien plus pour ceux qui sont consacrés. Lesquels doivent montrer l'exemple aux laïcs et les inciter à la vertu. C'est pour cette raison que le canon interdit à ceux qui sont inscrits au canon, c'est-à-dire aux membres du clergé, de réclamer l'hékastotè soit l'intérêt centésimal (hékatostiaios). Les taux d'intérêt sont variés, mais l'hékastotè est plus lourde que les autres. En effet, alors que, aujourd'hui, les livres comptent jusqu'à soixante-douze pièces d'or, pour les anciens, il y avait cent pièces par livre11. L'intérêt des 100 pièces d'or (nomismata) était de douze pièces (nomismata). Pour cette raison, il était appelé intérêt centésimal, parce qu'il était réclamé sur cent pièces. Le concile, ayant donc interdit aux clercs de recevoir des intérêts, fixe une pénalité pour ceux qui ne respectent pas le canon. Il est dit que le saint concile a jugé à juste titre que, si quelqu'un, après cette décision, est pris à recevoir des intérêts par le moyen d'une transaction, c'est-à-dire ayant négocié l'intérêt comme un contrat, ou par un autre procédé, [il sera déposé]. En effet certains, pour échapper à l'accusation de recevoir des intérêts, donnent de l'argent à ceux qui en ont besoin et concluent un accord avec eux pour partager le gain. Et ils ne s'appellent pas prêteurs mais partenaires, quoique ils ne partagent pas les pertes, mais mettent seulement en commun les gains. Le canon interdit toutes ces pratiques et ordonne de déposer ceux qui usent de tels artifices, ou qui imaginent toute autre méthode pour obtenir un gain honteux ou qui réclament les hémiolai. Ayant parlé plus haut de l'intérêt centésimal qui est le plus élevé, comme il a été dit, le canon parle ensuite aussi du plus léger, l'hémiola, qui est la moitié du tout, c'est-à-dire [la moitié] de 12 nomismata, qui constituent l'intérêt le plus complet et le plus entier de l'hékastotè.

G. A. Rhallès, M. Potlès, Syntagma tôn theiôn kai hierôn kanonôn, t. 2, Athènes 1852, 1966, p. 151-152. Texte traduit du grec par B. Caseau.

Gestion et défense des intérêts des Églises épiscopales

6. Ignace le Diacre, métropolite de Nicée : Lettre à Grégoire, spatharocandidat12

  • 12 Titulaire de la dignité de spatharocandidat, Grégoire est responsable de l'administration civile, e (...)
  • 13 Ou : odieux.

17La contrariété qui s'abat maintenant sur votre bonté indulgente et patiente fut insufflée par mon esprit vaniteux. Si j'ai négligé mon devoir, ô imitateur de Dieu, daignez me pardonner et ne pas m'affliger d'une violente tempête, moi qui suis ballotté sur une mer de désarroi et qui recherche un phare brillant qui me guiderait jusqu'à un port sûr. Quant aux événements qui ont eu lieu, j'ai reçu un rapport selon lequel certains des parèques qui ont fui protestent frénétiquement contre notre Église du fait qu'ils auraient souffert une injustice sur le montant du produit qu'ils ont, comme locataires, récolté sur ses terres. Sûrement, votre Prudence chère à Dieu sait que notre Église ne nourrit pas un seul bœuf de labour, qu'elle n'a jamais attelé un train de culture, qu'il soit d'une seule pièce ou de plusieurs, ni même n'a pleinement graissé un soc après l'avoir rougi au feu. Non, elle alloue sa terre à ceux qui en font profession et attend de Dieu, le pourvoyeur de la moisson, la récolte qu'elle partage de façon juste avec eux en vertu de la loi agraire. Nous vous supplions donc vivement qu'elle ne soit pas privée de son droit et de la part qui lui revient, mais que, après qu'elle ait pris note [de la récolte] et se soit fait compter sa part, le reste de la récolte aille à ceux qui, par contrat, ont labouré la terre. Ne laissez pas l'Église tomber sous ce joug supplémentaire13, alors que la corvée de provision de blé lui a été imposée par le Trésor et qu'elle est surchargée par de nombreuses dépenses . En effet si elle souffre également de cette affliction, elle ne récoltera bientôt que pauvreté ; faites que Dieu nous empêche de voir cela, alors que nous avons votre très ardent et vif secours pour votre assistance et protection.

7. Ignace le Diacre : Lettre au même

  • 14 Mt 5, 39.
  • 15 Rm 12, 19.
  • 16 Spirituellement : l'économe qui a déserté le service de l'Église pour une fonction civile est dans (...)

18J'en suis sûr, ou plutôt j'ai toutes les preuves que cet homme, inspiré par l'inventeur du mal, est inconscient et oublieux de ses précédentes offenses, et que tout ce que j'ai fait ou subi a été inutile. C'est la preuve de la perfection chrétienne, en effet, de ne tenir aucun compte de sa propre douleur, et de ne pas la faire payer à celui qui l'a causée14. S'il en est ainsi, et puisque je sais que vous avez embrassé de façon digne et parfaite la profession des chrétiens, montrez-le par la prudence empreinte de pardon qui vous caractérise et laissez place au courroux de Dieu (ainsi que notre bienheureux et premier enseignant Paul l'a dit15) pour ce qui concerne l'ineptie de notre économe, et ne laissez pas son offense peser sur l'Église. En effet, ayant pris sur ses épaules le fardeau de sa folie, il s'est enfui. L'Église ne doit pas être éprouvée pour ce qu'elle déplore, ni ne doit payer ce qui est au-delà de ses capacités. Au contraire, elle doit être soulagée par votre bienveillante consolation pour ce qui lui est déjà arrivé, et ne doit pas souffrir des dommages causés par un autre homme. Il en sera ainsi si, grâce à votre noble Sympathie, l'économe de l'Église retourne à sa tâche afin de ne pas causer le complet désastre des affaires de l'Église. La pénitence lui suffira. Ne le laissez pas malade16, faites que sa maladie soit guérie par votre soin judicieux - une heureuse issue que je souhaitais voir même avant d'écrire cette lettre. Quant à la clé de Yoikonoméion, où se trouve entreposée la nourriture préparée pour la foule que vous régissez, je vous l'ai envoyée, si bien que vous pourrez ouvrir la porte et, après avoir vérifié le contenu, le distribuer comme votre méticuleuse Excellence le jugera.

19Puisse notre Seigneur Dieu, chorège et dispensateur généreux de toutes choses, vous ouvrir l'entrée de Son royaume par les prières de Pierre, le chef des apôtres et détenteur des clés du paradis, et vous libérer de vos péchés, afin que vous puissiez atteindre ce que vous désirez le plus, et la fin éternelle que vous espérez.

8. Ignace le Diacre : Lettre au même

  • 17 L'édition Mango donne hèmin, « à nous », attribuant ainsi à Ignace un conflit avec le curateur ; ma (...)
  • 18 Lc 1, 79.

20Voici, le curateur que vous cherchiez tant vient à vous ! Que vous l'ayez cherché par désir de sa compagnie ou par volonté de le menacer, nous vous concédons le privilège d'être seul à le savoir, puisque j'ignore ce qu'il en est. S'il n'avait pas les deux jambes malades et ne palliait cette faiblesse à l'aide d'un bâton, il aurait déjà été expédié, avec l'économe, vers l'établissement des parèques. Puisque cependant il est incapable, du fait de son infirmité, de se déplacer lui-même, comment un homme castré à moitié mort pourrait-il résister à la violence des autres - pour qui je peux dire ceci seulement, que je suis reconnaissant à Dieu que vous17 n'ayez pas eu la force de l'emporter contre un eunuque qui, en plus, est boiteux ? Telle est votre sollicitude à notre égard, si grande est pour nous votre aide ! Car à moins que vous ignoriez que l'Église et ses affaires diminuaient sans cesse du fait de l'absence de quelqu'un pour la sortir de la difficulté, il aurait peut-être pu arriver que certains disent que ces ordres ont été donnés de façon insensée par votre distinguée Éminence. Maintenant, cependant, que tous ceux qui administrent les affaires de l'Église en ont été éloignés par vos soins, se tiennent à vos côtés chaque jour et servent humblement les empereurs, que reste-t-il à faire ? Rien, sûrement, excepté que je dois me présenter moi-même et assumer la responsabilité pour les fugitifs. Gardez donc vos chaleureux encouragements, particulièrement à l'égard de l'Église, et élevez-la, boiteuse qu'elle est, au-dessus du ferme rocher de votre secours ; garantissez-lui une inébranlable fondation si bien que Dieu, en guidant vos pas vers Lui, puisse écarter de votre chemin chaque obstacle et chaque pierre18, et vous ouvre une grande et accessible entrée dans Son royaume ; par les prières de sa Mère, la Théotokos, et de tous les saints qui ont eu Sa faveur depuis le début des temps.

The Correspondence of Ignatios the Deacon, éd. trad. C. Mango, St. Efthymiadis, Washington D.C. 1997 (CFHB 39), p. 28-32. Textes traduits du grec par B. Moulet.

9. Théophylacte, archevêque d'Ochrida : Lettre au panhypersébaste Bryennios, le gendre du basileus (ca 1097-1104)19

  • 19 Nicéphore Bryennios (ca 1064/1080-ca 1136/1137) épousa la fille aînée d'Alexis Ier, Anne Comnène, v (...)
  • 20 Les calomnies rapportées sur Théophylacte à l'empereur Alexis.

21[.] La cause de tout cela20, c'est la voracité et la méchanceté des agents du fisc (praktores) : ne supportant pas que le tranchant de ma langue sectionne la trame de leur injustice, ils ont conçu la douleur et engendré l'iniquité. Tantôt c'est personnellement qu'ils sont intervenus contre mon néant auprès de notre très puissant basileus, créant l'inexistant, parant pompeusement le mensonge, assurant que nous avions une puissance invincible et tentant de le convaincre que les Briarée et les Typhon légendaires aux cent bras ou aux cent têtes n'étaient que des bagatelles comparés à nous, avec le dessein de réduire auprès de lui notre crédit, dont l'acuité en s'enfonçant dans leur cœur les faisait frémir et jugulait leur pouvoir. Tantôt c'est aussi par personnes interposées qu'ils brandissaient leur calomnie, ces gens dignes du Tartare : en dressant contre nous Lazare, un parèque de notre église, qui, aspirant à plus de liberté, désirait secouer le joug de sa parékie, et en lui enseignant tout ce qu'il devait dire, ils ont rempli les oreilles du basileus et noirci son cœur qui jusqu'alors nous était favorable.

  • 21 Province de Macédoine occidentale.
  • 22 Ps 7, 6.

22Or donc, depuis que ce Lazare a vu qu'en ce qui le concernait ses inventions descendaient au fil de l'eau, tandis que pour nous l'exacte réalité devait lutter contre le courant, il ne cesse d'user de sa nature contre nous ; or une nature de Bulgare est nourricière de toutes les malices. Comme il ne lui suffit pas d'entraîner à la guerre contre nous des complices d'Ochrida, il parcourt toutes les autres contrées de la Bulgarie21 et cherche avec une extrême diligence toute personne qui serait montée contre nous pour avoir été condamnée pour hérésie ou entravée de liens ecclésiastiques pour polygamie ou mariage illégitime, et comme il en a découvert beaucoup, il les ameute contre nous, prétendant que ce sont des Ochridiotes qui ont beaucoup souffert à propos de champs et de vignobles dont nous les aurions dépouillés. Comme il a découvert même en ville des personnes qui ont besoin du basileus pour d'autres motifs, il les pousse à brailler en chœur de manière à discréditer mon nom. Il sait en effet qu'il me frappe au cerveau rien qu'en faisant appel contre l'archevêque au basileus avec de grands cris qui ont pour effet de souiller ma réputation ou, pour te citer les paroles de l'Esprit, de la reléguer dans la poussière22.

  • 23 Ville située à l'est d'Ochrida où Théophylacte trouve refuge pour échapper aux pressions du fisc.
  • 24 Chôrion dont il est question plus loin dans le texte.
  • 25 Probablement nommé Iasitès.

23Récemment il a ainsi prétendu avoir été victime d'un incendie dont je serais l'auteur, quoiqu'il n'en eût nullement été victime par la faute de qui que ce soit et qu'il n'eût rien qu'il pût perdre. De fait, comme il ne travaille pas, mais furète partout, fait métier de se frotter aux agents du fisc et n'a en vue, comme les chiens domestiques et voraces, qu'une chose : ce qu'ils lui jetteront s'il aboie d'abord contre quelqu'un et s'il aboie ensuite pour quelqu'un, il est plus nu qu'une écrevisse. Aurait-il d'ailleurs éprouvé un incendie que cela ne me concerne en rien, pas plus que ce qui se passe en Libye n'intéresse les Indiens de Nysse. J'étais, en effet, absent d'Ochrida à l'époque où il dit avoir éprouvé ce sinistre d'ailleurs inexistant et je me trouvais une nouvelle fois à Pélagonia, victime d'une grave maladie23. D'ailleurs, quelles fables n'aurait pas racontées et garanties sous serment celui qui s'oppose à des faits aussi évidents ? Néanmoins c'est jusqu'au basileus, homme pourtant très réfléchi et peu accessible aux mensonges, que ce scélérat attendrissait. Que n'a-t-il pas inventé, quels sanglots n'a-t-il pas poussés, quel serment n'a-t-il pas prêté pour dramatiser cet incendie et pour persuader qu'il a éprouvé ce sinistre de la main de l'archevêque à titre de vengeance pour sa bienveillance à l'égard du fisc que celui-ci avait tondu ? Il a même juré que mes chemins ruissellent de fromage et mes collines de lait, que je regorge de je ne sais combien de talents pour mes approvisionnements, que ma richesse est immense, que j'ai un train de satrape, mieux, que les richesses des Mèdes comparées à celles de l'archevêque auraient paru minables et que les palais de Suse et d'Ecbatane étaient de simples cabanes à côté de mes demeures à étages et de mes maisons bien aérées où durant l'été je tempère la fournaise de ma sensualité, toutes choses qui sont à coup sûr inventions d'une pensée démoniaque et fictions d'une langue qui n'a appris qu'à médire. En effet, hormis la terre en question24, il a été reconnu que je ne détenais aucune terre fiscale, quoique j'eusse été l'objet d'une enquête vexatrice et que j'eusse rendu des comptes. Qu'on ne me juge donc pas par défaut en admettant spontanément comme dignes de foi les calomnies de l'agent du fisc25 à mon endroit, mais contre le rapport de ce dernier qu'on attende aussi la défense de la partie ecclésiastique.

  • 26 Mesure de surface correspondant à la terre cultivable par un attelage de bœuf.
  • 27 Impôt sur les bêtes ne servant pas au labour.

24Voilà ce que je demande surtout à ta majesté : je ne demande rien d'insolite ni d'étrange pour la personne sacrée et très divine du basileus, mais ce qu'elle réserve à tous et toujours, je demande que cela me soit aussi réservé et ne soit pas devancé par les propos de l'ennemi et du vindicatif. S'il dit qu'il a procuré des gains au fisc sur le compte des klèrikoi, Hippoklèïdès s'en moque. Je décline en effet toute responsabilité pour les raisons suivantes : premièrement, ils ne nous rapportaient rien auparavant, mais jouissant chacun de l'exemption d'un zeugarion26 ils versaient au fisc l'excédent ; ensuite, ils n'avaient pas à payer avant cela la dékatôsis27 pour toutes les bêtes et un juge bienveillant n'aurait pas, je suppose, considéré cela comme un larcin au détriment du fisc, mais comme une libéralité impériale imprécisée dont les bénéficiaires jouissaient largement ; et maintenant que cette libéralité a reçu une limite et une fixation connues, naturellement tout ce qui dépasse la spécification a été remis au fisc et a ajouté à la réclamation un certain volume ; troisièmement, ce qui mérite des larmes, la plupart n'ont pas bénéficié de la non-imposition pour un zeugarion ni de l'exemption décidée pour les bêtes ; au contraire, des zeugaria et des bêtes leur ayant été ajoutés par celui qui est davantage un katagrapheus qu'un anagrapheus, pour dire une plaisanterie, non seulement on leur réclama une taxe sur des lieux pour lesquels ils étaient légitimement exempts d'impôts, mais on leur réclama encore davantage.

25Ils ont encore souffert pour d'autres capitations de très graves injustices. En effet, pour les moulins les klèrikoi ont versé le double des laïcs, et pour ce que les Bulgares appellent dans leur langue des strougai et qu'un Grec appellerait des canaux, où l'on peut se procurer du poisson, à propos de ceux-ci ils sont injustement taxés bien plus que le commun du peuple, et « le fidèle et le pieux » a manigancé tout cela afin que les gains du fisc pris sur les klèrikoi fussent grossis et que je fusse accusé de causer un aussi grave préjudice annuel à mon bienfaiteur et protecteur [le basileus Alexis], moi l'ingrat et l'insatiable. Je dois dire la même chose à propos des impôts qu'il a réclamés aux gens de l'Église, car eux aussi ont fait l'objet d'une réclamation très injuste. Comme ce sont des moines et des eunuques consacrés - mais il y a aussi des laïcs dont le nombre, je crois, ne dépasse pas cinq - qui tous ne détiennent rien qui regarde le fisc, comment pourraient-ils être considérés comme imposables ? Non, non, un basileus ne peut pas tolérer cela.

  • 28 C'est-à-dire pour les parèques qui ne possèdent ni feu ni lieu comme pour les parèques qui possèden (...)
  • 29 Impôt sur les bêtes de labour.
  • 30 Puisque l'Église est déchue de son droit de propriété sur ce chôrion, devenu bien du fisc, le recen (...)

26Quant à moi, il m'a imposé de façon si grandiose, pour ne pas déshonorer l'ampleur de ma dignité, que pour des moulins depuis longtemps démolis il a tout réclamé et pour des moulins en bon état le double des Bulgares ; pour une parcelle marécageuse qui nous donne une maigre pêche de poissons il m'a forcé à payer treize nomismata tricéphales, alors que j'en ai retiré une quantité de poissons qui ne valait pas plus d'un nomisma et ce, quand tous les autres ne sont taxés chacun que d'un nomisma pour des endroits semblables. De plus, alors que l'Église jouissait par faveur impériale de l'exemption de cinq animaux gros et petits, les hommes déjà cités ont payé la dékatôsis à propos du tout petit nombre d'animaux qu'ils avaient et que je leur avais donnés à titre de modeste consolation. Et, pour taire la plupart des injustices, de peur que je ne sois considéré comme le flûtiste arabe du proverbe, il a rendu l'ordonnance récemment accordée par votre bonté vaine en tous points : à propos du chôrion [village] en menaçant de mille manière les chôritai de leur fixer des impôts dépassant les possibilités de chacun au cas où ils choisiraient de nouveau l'archevêché comme propriétaire, et en commettant l'autre méfait de ne pas remettre à l'Église les [parèques] excédentaires du chôrion pour lesquels elle doit payer l'impôt selon l'ordonnance impériale. Quand nous demandons, en effet, qu'ils soient recensés chacun selon ses ressources et qu'ils nous soient remis, il se fâche et s'emporte contre notre seule demande en disant : « Même si j'exige en temps voulu que l'Église verse pour un aktèmôn comme pour un zeugaratos28, vous payerez autant bon gré mal gré. Qui en effet a résisté à ma volonté ? Qui me jugera si j'estime à tant celui qui vaut tant ? » Je savais certes pour ma part que la très sage Judith chantait à propos de Dieu seul : « Tu m'as dit et ils furent créés ; tu as pensé et ils furent présents » ; mais, lui qui prétend partager cette béatitude, qui est-il, quel homme, de quelle valeur, de quelle grandeur, lui sous qui on étendra le matelas de sa fiente ? Il ajoute encore ceci : à propos des parèques qui sont donnés à l'Église, dont il a augmenté le nombre en les recensant très injustement, il ne cédera à l'Église rien d'autre que le zeugologion seul29. Et il menace de maintenir toutes les autres capitations, ce qui n'est manifestement pas la teneur de l'ordonnance concernant la remise du chôrion. Et il agit ainsi pour que, dégoûté, je sois à cause de cela plus accommodant en ce qui concerne la succession du chôrion et qu'ainsi Lazare, le plus charmant de ses compagnons, devienne le propriétaire. Pour ce qui est de la remise de la terre, il tronque la mesure du cordeau et encore, pour ce qui est du calcul de la surface, il procède avec une extrême ignorance30. Car comment connaître ses règles d'arpentage, et pourquoi recenser le nombre de mes grains de sable et de mes gouttes de pluie ? De toute manière, pour tout lieu, motif, temps, affaire et personne, « cet homme très juste » échafaude contre moi torts et dommages et il s'ingénie à accumuler des griefs grâce auxquels il sait parfaitement que ses propres plans réussissent.

27Contre eux tous je demande que me soit réservé à moi aussi un droit de défense, comme je l'ai dit, et que les propos de cet homme ne soient pas agréés comme des oracles. Car, les ombres une fois dissipées, la vérité arrachera le masque du lion et montrera qu'il camouflait un singe difforme. Par-dessus tout, je demande qu'une ordonnance soit délivrée qui m'accorde en l'espèce sortie et délivrance sans obstacle pour que je ne sois pas la proie du découragement, car ma force n'est pas une force de pierre. Plût au ciel que je fusse mort avant l'heure, moi qui n'ai commis absolument aucune faute ni contre Dieu, sur ce point du moins, ni contre votre majesté, autant que je sache.

Éd. trad. P. Gautier, dans Id., Nicéphore Bryennios, Histoire, Bruxelles 1975 (CFHB 9), p. 322-332.

Notes

1 Le texte, perdu, est connu par de rares mentions, dont celle faite par le document ici présenté : voir Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, t. 1 : Les actes des patriarches, fasc. II-III : Les regestes de 715 à 1206, éd. V. Grumel, Paris 1936-1947, 2e éd. revue par J. Darrouzès, Paris 1989, no 851.

2 Regesten der Kaiserurkunden des ostrômischen Reiche von 565-1453, éd. Fr. Dôlger, t. 2 : Regesten von 1025-1204, 2e éd. I! Wirth, Munich 1995, nos 943-944, 1127.

3 C'est peut-être pour contourner l'interdiction de versement en numéraire, peut-être par précaution en cas d'inflation monétaire.

4 Traduction revue par B. Moulet.

5 Il s'agit du concile in Trullo.

6 F. Vanderstuyf traduit l'expression lambanei chrysinous hékaton par « il en obtint cent pièces d'argent » ; il s'agit pourtant bien d'or, soit 100 nomismata.

7 Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., n0970 [942], du 15 novembre 1101 ou peut-être de 1086.

8 Ps 14 (15), 5.

9 Littéralement le centième par mois, soit 12 % par an.

10 Dt 23, 20.

11 La livre compte bien 72 nomismata mais il n'y avait pas 100 pièces à la livre auparavant. Zônaras se trompe sur ce point mais non pas dans la phrase suivante sur le taux de 12 %.

12 Titulaire de la dignité de spatharocandidat, Grégoire est responsable de l'administration civile, et peut-être judiciaire, du thème de l'Opsikion.

13 Ou : odieux.

14 Mt 5, 39.

15 Rm 12, 19.

16 Spirituellement : l'économe qui a déserté le service de l'Église pour une fonction civile est dans le péché, conçu comme maladie spirituelle (qui explique la pénitence dont vient de parler Ignace).

17 L'édition Mango donne hèmin, « à nous », attribuant ainsi à Ignace un conflit avec le curateur ; mais il est plus simple de supposer une faute de iotacisme et de rétablir hymin, « à vous » : Ignace remercie Dieu que Grégoire n'ait pas eu l'occasion de faire violence au curateur.

18 Lc 1, 79.

19 Nicéphore Bryennios (ca 1064/1080-ca 1136/1137) épousa la fille aînée d'Alexis Ier, Anne Comnène, vers 1097 ; il reçut alors la dignité de panhypersébaste, puis fut promu césar en 1111.

20 Les calomnies rapportées sur Théophylacte à l'empereur Alexis.

21 Province de Macédoine occidentale.

22 Ps 7, 6.

23 Ville située à l'est d'Ochrida où Théophylacte trouve refuge pour échapper aux pressions du fisc.

24 Chôrion dont il est question plus loin dans le texte.

25 Probablement nommé Iasitès.

26 Mesure de surface correspondant à la terre cultivable par un attelage de bœuf.

27 Impôt sur les bêtes ne servant pas au labour.

28 C'est-à-dire pour les parèques qui ne possèdent ni feu ni lieu comme pour les parèques qui possèdent maison et bétail.

29 Impôt sur les bêtes de labour.

30 Puisque l'Église est déchue de son droit de propriété sur ce chôrion, devenu bien du fisc, le recenseur établit un praktikon, soit le cadastre de la terre et les taxes qui y sont levées.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site