Version classiqueVersion mobile

Clergés, communautés et famille des montagnes d’Europe

 | 
Serge Brunet
, 
Nicole Lemaitre

Partie V. Au temps des rivalités confessionnelles

La mobilisation des catholiques haut-savoyards durant l’entre-deux-guerres

Corinne Bonafoux

Texte intégral

  • 1 A. Palluel-Guillard, C. Sorrel et alii, La Savoie de la Révolution à nos jours, xixe-xxe siècle, Re (...)

1La spécificité montagnarde en matière religieuse est un objet d’investigation qui s’est révélé quelque peu ardu. Si le milieu montagnard se caractérise au minimum par des contraintes physiques liées au climat et aux difficultés de communication, il voit son originalité décroître avec un certain nombre de progrès techniques aux xixe-xxe siècles. Le milieu n’a pas une spécificité atemporelle, et celle-ci tend à s’amenuiser à l’époque contemporaine. De ce point de vue, l’entre-deux-guerres se situe à un moment intermédiaire où les Alpes sont déjà relativement bien desservies par les routes et les chemins de fer mais où la pénétration reste lente1. Aussi, il ne s’agit pas pour nous d’observer la mobilisation catholique dans ce diocèse pour en étudier la précocité ou le retard, mais plutôt de proposer le cas original d’une terre d’altitude appartenant aux zones de chrétienté, mais dont le vote républicain a été précoce et majoritaire.

  • 2 Dans sa déclaration d’investiture, Édouard Herriot dessine son programme qui comporte l’application (...)
  • 3 Corinne Bonafoux-Verrax, À droite de Dieu, la Fédération nationale catholique, Paris, 2004.

2Dans la succession des événements qui ont dressé les catholiques pour défendre leurs libertés ou leurs acquis, la lutte contre le Cartel des gauches en 1924 a été la plus massive et la plus efficace. En effet, alors que les principaux coups avaient été portés au début du siècle avec les lois de 1901, 1904 ou 1905, la mobilisation des catholiques est beaucoup plus forte en 1924, bien que les projets du Cartel reviennent essentiellement à la laïcité d’avant-guerre2. Ce n’est pas le lieu d’examiner ici les raisons de ce paradoxe. D’autre part, cette mobilisation n’est pas retombée après le recul du Cartel et a pris la forme d’une organisation durable, la Fédération nationale catholique, sorte de mouvement hybride entre ligue de défense des libertés religieuses et Action catholique3. Cette organisation nationale est construite selon un schéma pyramidal d’unions paroissiales elles-mêmes regroupées en unions diocésaines qui nous donne la possibilité d’étudier les réalités du terrain.

Les zones de montagne dans la mobilisation catholique

3L’étude et la régionalisation des manifestations et de l’implantation des unions diocésaines croisent identités religieuses et appartenances politiques. De ce fait leur localisation ne se confond pas avec la carte de la pratique religieuse en France même s’il est patent que les superpositions entre les deux sont nombreuses.

  • 4 L’abbé Bergey est vice-président de la Ligue des droits des religieux anciens combattants et présid (...)
  • 5 Documentation Catholique, t. 13, 1925, col. 1524-1525.

4Excepté l’Alsace-Lorraine, qui pour des raisons évidentes fut à la fois l’origine et le cœur de la contestation, celle-ci partit aussi très vite des montagnes. C’est ce que relate d’ailleurs un des protagonistes, l’abbé Bergey4 : « Au sanctuaire landais [Buglose] accoururent douze à quatorze mille personnes. Ce fut le signal. Les Basses-Pyrénées prirent feu à leur tour. Dix-huit mille basques descendirent des montagnes. »5

  • 6 Une manifestation réunit le 5 octobre 1924 à Pau 18 000 personnes et 21 000 à Bayonne, le 26 octobr (...)

5Selon le récit de l’abbé Bergey, ce furent ensuite Agen, Pau et Rodez qui répondirent « au formidable écho venu de nos montagnes. Dès lors, le feu prit partout »6. L’abbé Bergey exagère quelque peu « l’écho venu des montagnes », en réalité les zones de montagne présentent des situations très diverses de mobilisation catholique. Certaines unions diocésaines comme celles de Mende ou de Chambéry présentent des effectifs et une activité très médiocres. Les raisons en sont multiples, de nombreuses paroisses de forte pratique religieuse et à l’activité agricole prédominante voient peu la nécessité d’agir contre le socialisme, la franc-maçonnerie et s’intéressent peu au politique qui est un des ressorts de cette action catholique première façon. Des catholiques voient parfois ces structures comme une nouveauté qui éveille leur méfiance, c’est le cas du diocèse de Mende. Surtout, l’activité suppose un soutien de l’évêque, ce qui justement n’est pas acquis à Mende où la Ligue des catholiques du Gévaudan est finalement remplacée par la Fédération départementale agricole.

  • 7 Implantée dans le diocèse du Puy, elle publie aussi un journal.
  • 8 Bulletin officiel de la Fédération nationale catholique (BOFNC), février 1926, p. 24.

6Plusieurs diocèses de montagne offrent, à l’inverse, des modèles d’organisation et de mobilisation. L’Union des hommes catholiques de la Haute-Loire compte plus de 30 000 adhérents dans les années 19207. Le diocèse de Rodez atteint le chiffre estimable de 25 000 adhérents en 1927, mais très rapidement ne paie plus ses cotisations. Dans les Alpes, le diocèse de Grenoble a été un des premiers à s’organiser. Au début de l’année 1925, 145 paroisses ont déjà formé leur union paroissiale, un an plus tard, ce chiffre est passé à « 421 groupant 11 000 adhérents tous cotisants »8. L’activité de la Ligue dauphinoise d’Action catholique est intense, en moins d’un an elle a distribué 85 000 tracts, des milliers d’affiches et donné des centaines de conférences. Une cartographie des manifestations ou des effectifs des unions diocésaines montre cependant que les régions de l’Ouest dépassent les diocèses montagnards.

L’Union diocésaine de Haute-Savoie : une mobilisation massive

  • 9 L’enquête initiée par Mgr Rendu en 1845 concerne 109 paroisses sur 290 que comptait alors le diocès (...)
  • 10 Christian Sorrel, « Savoie et Haute-Savoie », dans Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire (...)

7La Haute-Savoie est ce que l’on appelle une terre de chrétienté dont la pratique est unanime quasiment partout, non seulement au xixe siècle comme l’a en partie mesuré l’enquête de Mgr Rendu9, mais aussi dans un long premier xxe siècle, même si des décrochages ont déjà heu, notamment dans les terres ouvertes aux influences extérieures comme le Genevois10.

  • 11 Jean-Marie Mayeur, « Religion et politique, géographie de la résistance aux inventaires (février-ma (...)
  • 12 Justinien Raymond, La Haute-Savoie sous la IIIeRépublique, Paris, p. 979.

8Malgré l’emprise d’un catholicisme vivace, la troisième République a recueilli précocement le suffrage des Savoyards, ce qui constitue sans doute une des originalités du tempérament savoyard, catholique et républicain. De ce fait, les lois de 1901 et de 1905 ont été accueillies sans trop d’émotion et les inventaires se sont généralement déroulés sans heurt majeur11. Les incidents qui se produisent ont lieu dans les paroisses d’altitude, « plus précisément dans les montagnes préalpines et dans les parties élevées de l’avant-pays »12. Aussi, je voudrais m’attarder sur l’organisation des Haut-Savoyards durant l’entre-deux-guerres qui semble marquer une certaine mutation dans le comportement du diocèse.

9Rapidement, le diocèse d’Annecy apparaît comme un des fleurons de la FNC et est cité en exemple. Son succès tient d’abord à l’ampleur du recrutement, à l’intensité de la mobilisation, mesurable aux meetings tenus tous les deux ans, mais aussi au nombre de conférences et multiples initiatives.

Les effectifs

  • 13 La proportion des jeunes adhérant à l’ACJF est du même ordre, 5 000 sur 20 000 jeunes au total. « N (...)
  • 14 L’Union diocésaine (UD) compte 14 000 adhérents en 1931. Pour 1933, 13 668 cotisants sur 280 parois (...)
  • 15 Réunion mensuelle pour les membres du comité paroissial et deux fois l’an pour l’ensemble des membr (...)
  • 16 Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

10Pour apprécier l’importance des effectifs de l’Union diocésaine, il faut rappeler que la Haute-Savoie compte alors une population de 231 000 habitants avec une population masculine de 113 000 dont environ 80 000 électeurs. En réalité le vivier de recrutement est plus étroit que celui des électeurs, car sans chercher à y retrancher les hommes les plus âgés il faut au moins en soustraire les hommes de moins de trente ans qui restent à l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF). Dès 1926, le nombre d’adhérents cotisants s’élève à 13 750 qu’il faudrait rapporter au nombre d’hommes adultes entre trente et soixante-cinq ans. Cela nous donne une proportion qui est de l’ordre d’un homme sur cinq13. Par ailleurs, la solidité de l’Union haut-savoyarde se manifeste dans le temps et dans le tirage du bulletin, Le Clocher savoyard, qui tire à 13 800 exemplaires. Malgré un essoufflement du mouvement à l’échelon national, elle garde ses effectifs dans les années 193014. Certes, cette vue d’ensemble correspond à des situations diverses sur le terrain et selon les tempéraments des divers pays du diocèse. Sur 299 paroisses, 240 ont formé une union paroissiale mais une cinquantaine n’existe que très formellement tandis que 150 tiennent des réunions très régulières15. L’organisation de l’Union diocésaine d’Annecy est assez exemplaire, puisque la direction nationale incite son président à exposer ses grandes lignes lors de l’assemblée générale en 192716. Non seulement elle a réussi à grouper un homme sur cinq, mais elle maintient une activité permanente grâce aux meetings bisannuels d’une part et à une multiplicité de conférences d’autre part.

Meetings et conférences

  • 17 Lettre du Comité diocésain d’Annecy à M. Guibal, 11 mai 1925, Arch. dioc. d’Annecy, 1K, La Roche-su (...)

11Les congrès qui tiennent lieu d’assemblée générale pour l’ensemble de l’Union diocésaine se tiennent tous les deux ans, le deuxième dimanche du mois de mai. Ils drainent une population nettement supérieure au nombre d’adhérents de l’UD. Aussi le lieu est-il soigneusement choisi, en fonction des capacités d’accueil et des contraintes de transport. De ce fait, Annecy, « qui est à l’extrémité sud du diocèse, géographiquement mal placée pour la concentration facile des paroisses »17, a été rarement choisie.

  • 18 Ibid.
  • 19 Arch. dioc. d’Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.
  • 20 Les organisateurs revendiquent 25 000 participants pour cette journée du 14 mai.
  • 21 Lettre du 15 avril 1929, Arch. dioc. d’Annecy, 1K Annemasse.

12Pour le premier congrès, le choix se porte sur La Roche-sur-Foron, « gros canton central au croisement des lignes d’Annecy, du Fayet et de Thonon-Annemasse, avec un petit séminaire dont les vastes cours se prêteront très bien au meeting. La Roche est à une heure de chemin de fer d’Annecy ou une demi-heure d’auto »18. En mars 1927, Annemasse est d’abord pressentie, « pour faciliter le rassemblement des hommes des vallées les plus reculées »19, mais c’est finalement Annecy qui est retenue. Les meetings suivants se tiennent à Annemasse en 1929, à Thonon en 1931 et à nouveau à La Roche en 193320. Toutes ces villes sont desservies par le chemin de fer avec des trains habituels et des trains spéciaux mais ceux-ci sont refusés en 1929 pour le meeting d’Annemasse : « Notre service central nous informe qu’il ne lui est pas possible de prévoir de trains spéciaux pour des manifestations susceptibles de revêtir un caractère politique sans autorisation ministérielle ; or, cette autorisation n’a jamais été accordée. »21

  • 22 Arch. dioc. d’Annecy, CD 1935.
  • 23 Lettre de Lalanne du 6 juin 1925, Arch. dioc. Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.

13Pour rejoindre les gares de départ, les hommes des petites paroisses partent « à pied, à cheval et en voiture », selon un inventaire établi scrupuleusement par le curé de chaque paroisse. En 1929, pour se rendre à Annemasse, ils sont 40 à descendre d’Abondance, 80 de Chamonix ou de La Clusaz et 200 du Grand – Bornand qui ne compte que 1 705 habitants. Il faut souligner les difficultés dans un diocèse où 65 paroisses, soit près de 22 % du total, se situent à une altitude supérieure à 800 mètres et quinze d’entre elles à plus de 1 000 mètres. L’union paroissiale de Bonnevaux note en mars 1935 : « La grande distance qui nous sépare d’Annecy (100 km) ne nous permet pas d’espérer un grand nombre de participants au meeting du 2 juin cependant l’union paroissiale y sera représentée par un ou deux membres. »22 Malgré des distances accrues et des communications difficiles, les divers meetings sont suivis par une assistance nombreuse et représentent, selon le président diocésain, un beau succès « pour un diocèse de montagne aux relations difficiles »23.

  • 24 Arch. dioc. d’Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.

14Outre les transports, une autre difficulté semble avoir consisté dans le choix des orateurs. L’évêque et le président diocésain se dépensent sans compter pour obtenir la venue de personnalités de premier plan, notamment de députés. Le Comité diocésain justifie ses exigences par les mentalités locales : « Nos paysans simplistes seront toujours favorablement impressionnés par le nom d’un député en activité. » Enfin, le calendrier doit veiller à ne pas empiéter sur les périodes d’intenses travaux agricoles encore que le Comité prévienne les objections en rappelant que Dieu bénira d’autant plus les travaux des champs s’ils s’arrêtent ce dimanche-là. Il ajoute un argument qui confirme que les hommes se rendent seuls aux meetings : « Les femmes ont su veiller sur la maison et les récoltes pendant la guerre, que ne feront-elles pas pendant une petite journée ? »24

15Ces réunions rencontrent un écho important dans la presse régionale alliée. Le Réveil social savoyard du 30 avril 1927 consacre toute sa une au futur meeting sous le titre « Assemblée générale des hommes catholiques ». Il récidive le 7 mai 1927 avec une nouvelle une : « Annecy fera entendre dimanche la voix de la Savoie catholique », et la photo du général de Castelnau et de Xavier Vallat.

  • 25 Commande de 5000 tracts « La presse... ça presse », et de 5 000 autres « Attention à la mauvaise pr (...)

16Les congrès diocésains permettent de rassembler une grande partie des adhérents du diocèse et donnent une impulsion ainsi qu’une impression de force mais c’est la propagande au quotidien qui assure l’activité et la formation des hommes. Brochures et tracts sont régulièrement distribués comme le montrent les commandes de 5 000 tracts par quinzaine25. Sur l’ensemble du diocèse, 45 conférences sont données par an en moyenne. Les conférenciers viennent de Paris ou le plus souvent du cru, comme le docteur Voisin de Cruseilles, le chanoine Clavel, l’abbé Terrier ou encore les membres responsables de l’Union diocésaine comme Ducrot et Lalanne.

  • 26 Lettre du curé de Cluses, 9 novembre 1936.

17Avant d’arrêter le choix des communes où seront données les conférences, avis est pris auprès du curé. Plusieurs jugent ces conférences inutiles, comme le curé de Saint-Julien qui écrit qu’il ne pourrait grouper plus d’une quarantaine d’hommes car « le socialisme comme doctrine n’a que très peu de partisans dans notre région, si on excepte le petit village de Châble à 6 km de Saint-Julien. [...] Quatre conférences ont déjà été données à Saint-Julien en 1926 et chaque fois, les hommes sont venus en très petit nombre ». D’autres curés annoncent les conférences en chaire et se rendent à la conférence avec leurs paroissiens comme à Faverges, Ugine ou Cluses. Le public paraît peu actif : « Personne n’a demandé la parole pour poser des questions ou réclamer des explications à la fin de la conférence. »26 Si l’auditoire est le plus souvent jugé par ceux qui rendent compte au président Lalanne, il est assez restreint, une centaine de personnes ; le jugement est très élogieux et partout l’orateur semble avoir produit une forte impression

  • 27 Lettre de Lalanne à G. Desombre du 17 août 1938. Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1937-1938.

18Toutefois dans les années 1930, les conférences deviennent moins nombreuses. Les conférenciers de la FNC sont parisiens et coûteux, du fait qu’il est difficile de donner plusieurs conférences par jour car seul un horaire en fin de journée convient à des hommes actifs. Par ailleurs, la tentative de reconquérir des paroisses ingrates avec une « mission laïque » passe par une autre stratégie. Les conférences y sont remplacées par des causeries amicales autour d’un verre : « Comme local, nous avons évité un local paroissial et choisi une salle commune, le plus souvent un café. »27

  • 28 Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1937-1938.
  • 29 Ibid.

19L’importance des effectifs et le dynamisme des activités varient beaucoup d’une paroisse à l’autre. Il serait possible de dresser une cartographie qui ferait apparaître les bastions catholiques. Il faudrait alors la comparer aux résultats électoraux et l’on verrait que l’identité républicaine et catholique est largement remise en cause. En l’absence de cette cartographie, on peut mettre en valeur quelques paroisses comme Bellevaux dont les comptes rendus notent laconiquement : « Comme toujours assistance nombreuse malgré la neige. »28 Morzine : « Une des plus belles réunions de la campagne (d’action), auditoire très nombreux, toutes les paroisses représentées. »29 Les différences spatiales n’empêchent toutefois pas de noter une évolution dans le comportement politico-religieux des Haut-Savoyards et pour tout dire un certain glissement à droite.

L’imbrication politico-religieuse : élections et députés catholiques

  • 30 Léon Berthet à Annecy, E. Favre à Bonneville, Fernand Davis à Saint-Julien et Jules Mercier à Thono (...)
  • 31 L’Union républicaine devient L’Union républicaine et sociale à partir de 1930.
  • 32 En 1919, ont été élus quatre candidats de droite, René Bartholini, Albert Crolard, Louis Perollaz ( (...)
  • 33 Il représente l’Union diocésaine aux côtés du président Lalanne à l’assemblée générale de la FNC le (...)
  • 34 En 1936, malgré le contexte national, trois circonscriptions sur quatre sont emportées par la droit (...)

20Dès les débuts de la troisième République, la Haute-Savoie envoie fidèlement à la Chambre des députés de fervents républicains : même aux élections de 1906 qui suivent les inventaires, les quatre députés sortants républicains sont réélus alors qu’ils avaient accentué dans leur programme leur adhésion à la laïcité30. Un premier changement est décelable en 1919, la droite s’organise au sein de l’URD et se dote d’un hebdomadaire31. La liste de droite emporte de peu les quatre sièges, avec guère plus de 50 % des votants. Après le retour de balancier de 1924, la droite s’installe plus durablement à partir de 192832. Avec le scrutin d’arrondissement, le département s’est vu octroyer un siège supplémentaire. En 1928, dans les quatre circonscriptions, on trouve un candidat qui représente les catholiques et qui a souscrit au programme de libertés religieuses soutenu par la FNC. Deux parmi eux sont élus, Félix Braise et Alexis Caillies, très proches de la FNC dont ils reprennent les revendications. Alexis Callies appartient au comité directeur de l’Union diocésaine des hommes catholiques de Savoie33. Les élections de 1932 et 1936 confirment le glissement de la Haute-Savoie vers la droite34.

21En 1928, pour la première fois, les libertés religieuses ont été un élément clé de la campagne électorale. Toutefois, les questionnaires envoyés après les élections pour analyser la situation renvoient une image plus nuancée. Ces questionnaires sont remplis par archiprêtré et non par paroisse. On ne sait qui s’est chargé de ce travail assez fastidieux, un laïc ou le curé.

  • 35 Réponse de Faverges.

22Les enquêtes impulsées par le siège de la FNC et scrupuleusement menées sur le terrain nous permettent en partie de connaître l’opinion des catholiques haut-savoyards. Ces questionnaires portent sur l’école unique, la presse et le danger socialiste, chaque thème comprenant une vingtaine de questions. À la question « Que pense-t-on de l’école unique dans vos milieux ruraux, fonctionnaires, bourgeois, cultivés ? », l’archiprêtré de Megève répond : « Pas d’opinion dans les milieux ruraux, opposition dans les autres milieux. » À Faverges, celui qui remplit le questionnaire note : « Je n’ai jamais entendu parler de l’École unique dans le milieu rural où je vis, ni dans les réunions électorales de ces dix dernières années. »35 Le rédacteur continue en déplorant les lois prises sans jamais avoir été réclamées par personne, du moins à la campagne.

  • 36 Réponse de Megève, Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

23Les milieux ruraux sont-ils plus sensibilisés à la question du socialisme ? C’est ce que cherchent à cerner les questionnaires : « Se rend-on compte à l’heure actuelle du danger socialiste ? » « Le pays, à part les ouvriers employés aux ardoisières de Plunat est foncièrement rural et catholique, traditionaliste et anticommuniste. [...] Les paysans manifestent peu d’attention aux problèmes politiques », répond-on à Megève36. Selon l’avis de l’archiprêtré de Menthon-nex-en-Bornes : « Nos paysans catholiques lisent La Croix, donc ils sont bien renseignés. » L’archiprêtré d’Abondance ne voit sans doute pas vraiment l’intérêt des questions, ses réponses sont des plus laconiques. Il indique l’existence d’un seul instituteur socialiste dans l’archiprêtré. La question « Quelle a été l’émotion produite dans l’archiprêtré au sujet du malaise alsacien ? » ne donne lieu à aucun commentaire car on ignore à quoi il est fait allusion par l’expression de « malaise alsacien ».

24Si les catholiques haut-savoyards sont relativement mobilisés et si la question religieuse compte davantage dans l’entre-deux-guerres qu’au début du siècle, les réponses aux questionnaires montrent aussi à quel point la politique reste loin de leur univers quotidien.

Conclusion : des contraintes spécifiques

  • 37 Lettre du 14 novembre 1926, Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

25L’exemple de la mobilisation des catholiques en Haute-Savoie, au sein d’une Union diocésaine qui dépend d’une organisation assez largement centralisée, n’offre pas de grande spécificité. Les acteurs soulignent certes les difficultés liées aux distances et surtout aux difficultés de transport qui rendent parfois aléatoire l’assistance à une réunion ou un meeting. Ils font aussi référence comme ailleurs au calendrier des travaux des champs. Le doyen de Viry note à propos d’une conférence donnée dans sa paroisse : « L’auditoire a été très restreint à cause de l’urgence des travaux des semailles [...]. Dans les paroisses rurales, si on veut regrouper une assistance convenable, il faut faire donner des conférences en hiver, après la cessation des travaux des champs. »37

  • 38 Lettre du 25 janvier 1935 de Lalanne au curé-archiprêtre de saint-Julien. Arch. dioc. d’Annecy, Com (...)

26Mais ces réunions qui ont parfois été appelées de « plein hiver » sont très difficiles à suivre pour toutes les paroisses d’altitude à un moment où les routes sont enneigées. Pour répondre à cette situation, l’Union diocésaine d’Annecy a choisi d’éclater le comité diocésain en plusieurs organes se réunissant dans des lieux divers afin de faciliter la participation aux représentants des paroisses éloignées. Une lettre du président Lalanne confirme ce point : « Notre réunion régionale de plein hiver du Comité diocésain, destinée à éviter un trop long déplacement aux délégués éloignés durant la mauvaise saison, aura lieu à Saint-Julien pour l’archiprêtré de Saint-Julien. [...] Nous comptons sur votre présence qui vous évite le déplacement d’Annecy. »38 Ailleurs, la FNC a parfois tenté de créer un niveau intermédiaire entre l’union paroissiale et l’Union diocésaine, notamment en passant par le canton mais le diocèse d’Annecy, relativement à sa taille, est un des rares à réussir cette déconcentration.

27L’étude de l’Union diocésaine d’Annecy a montré que ce sont les similitudes qui l’emportent. Cela ne doit pas nous étonner, les montagnes ne sauraient constituer dans ces années de l’entre-deux-guerres un isolat. L’ont-elles jamais été d’ailleurs ?

  • 39 Il s’agit de Mgr du Bois de la Villerabel, évêque d’Annecy de 1921 à 1940.

28On y trouve une Union diocésaine importante qui rassemble un homme sur quatre ou cinq. Le nombre d’adhérents correspond à des cotisants et à une réelle activité. Faut-il y voir un tempérament régional ou plutôt la main de l’évêque très favorable à la FNC39 ? D’autre part, il y a la volonté de mettre en place un niveau intermédiaire entre le diocèse et la paroisse qui est ici l’archiprêtré (ailleurs le canton) et qui s’explique notamment par l’éloignement (en temps plus qu’en distance) entre de nombreuses paroisses et le siège de l’association à Annecy. Ce maillon est pris en compte dans la composition du comité diocésain puisque chaque archiprêtré doit être représenté, ce qui accroît considérablement la composition du Comité diocésain. Dans une certaine mesure, le diocèse de montagne demande un maillage plus serré.

29Enfin, l’adhésion aux thèmes politico-religieux défendus inlassablement par la FNC sur l’ensemble du territoire trouve une traduction au plan électoral et retouche un peu l’image originale d’une chrétienté républicaine, c’est-à-dire votant radical. Après avoir envoyé un certain nombre de députés républicains à la Chambre, il semble que les Haut-Savoyards aient donné leurs voix à la droite conservatrice. On pourrait émettre l’hypothèse qu’une fois le régime républicain bien établi, ils reviennent à un vote qui correspond mieux à leurs convictions profondes.

Tableau I. La pratique religieuse des catholiques en Haute-Savoie

Nombre catholiques Pascal % Messal %
HAUTE-SAVOIE 121 101 60 48
Abondance 2 283 82 69
Alby-s/Chéran 3 094 52 39
Annemasse 3 974 52 39
Biol (Le) 3 205 74 63
Boëge 2 231 65 55
Bonneville 6 844 47 35
Chamonix-Mt Blanc 3 828 43 36
Cluses 8 166 52 37
Cruseilles 3 031 79 67
Douvaine 4 682 60 47
Évian-les-Bains 8 714 56 48
Faverges 4 345 49 38
Frangy 2 527 63 54
Reignier 4 922 46 33
Roche-sur-Foron 4 418 62 48
Rumilly 4 025 73 50
Saint-Gervais-les-Bains 5 136 38 29
Saint-Jeoire 3 503 61 46
Saint-Julien-en-Genevois 6 711 58 48
Sallanches 7 041 67 56
Samoëns 1 872 65 50
Seyssel 2 779 55 45
Taninges 2 782 67 49
Thônes 4 831 86 83
Thonon-les-Bains 13 315 55 48
Thorens-Glières 2 842 77 63

D’après F.-A. Isambert et J.-P. Terrenoire, Atlas de la pratique religieuse des catholiques en France, Paris, 1980.
Les chiffres reflètent la situation des années 1950 et début des années 1960.

Tableau II. Les meetings de manifestation dans les diocèses de montagne

5/10/1924 Pau 18 000
26/10/1924 Rodez 7 000
26/11/1924 Mende 8 000
13/4/1925 Bergerac 13 000
18/4/1925 Castres 12 000
19/4/1925 Aurillac 10 000
24/5/1925 Clermont-Ferrand 15 000
24/5/1925 Le Puy 25 000
21/6/1925 La Roche-sur-Foron 18 000
12/7/1925 Cahors 6 000
13/9/1925 Aurillac 8 000
11/10/1925 Grenoble (La Tronche) 10 000
18/10/1925 Aurillac 12 000
15/10/1925 Belfort 12 000
2/12/1925 Castres 12 000

Tableau III. Élections de 1924

  • 40 Contre Charles Anthonioz.
Gauche Droite
1919 René Bartholini ;
Paul Taponnier
Louis Perollaz († en cours de mandat) ;
Albert Crolard (dép. sortant)
Élection partielle des 13 et 27 février
1921
Jacques Duboin40
1924 Duboin ; Paul Jacquier
(passé d’élu et de ministre) ;
Étienne Antonelli
(d’origine corse et socialiste)
1928 Alexis Callies à Annecy ;
Félix Braise à Bonneville ;
Paul Taponnier à Saint-Julien ;
Dufour à Thonon

Bartholini René, propriétaire du domaine de Coudrée à Sciez, neveu du député bonapartiste de Thonon sous l’Empire ; Taponnier, Paul, officier du 230e régiment d’infanterie, combattant d’Orient et de Verdun ; Perollaz, enfant de Magland, professeur licencié de philosophie au collège communal de Beaune (Côte-d’Or) Louis.

Notes

1 A. Palluel-Guillard, C. Sorrel et alii, La Savoie de la Révolution à nos jours, xixe-xxe siècle, Rennes, 1986, p. 251-255.

2 Dans sa déclaration d’investiture, Édouard Herriot dessine son programme qui comporte l’application stricte de la loi de 1901, en clair l’expulsion des religieux et religieuses des congrégations non autorisées rentrées en France au moment de la guerre pour servir leur pays ; la suppression de l’ambassade près le Saint-Siège et enfin l’application de toute la législation française aux trois départements recouvrés.

3 Corinne Bonafoux-Verrax, À droite de Dieu, la Fédération nationale catholique, Paris, 2004.

4 L’abbé Bergey est vice-président de la Ligue des droits des religieux anciens combattants et président de la Ligue des prêtres anciens combattants.

5 Documentation Catholique, t. 13, 1925, col. 1524-1525.

6 Une manifestation réunit le 5 octobre 1924 à Pau 18 000 personnes et 21 000 à Bayonne, le 26 octobre, 7 000 à Rodez.

7 Implantée dans le diocèse du Puy, elle publie aussi un journal.

8 Bulletin officiel de la Fédération nationale catholique (BOFNC), février 1926, p. 24.

9 L’enquête initiée par Mgr Rendu en 1845 concerne 109 paroisses sur 290 que comptait alors le diocèse. Les résultats se trouvent dans le fonds Rebord des Archives de l’Académie salésienne d’Annecy.

10 Christian Sorrel, « Savoie et Haute-Savoie », dans Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français xixe-xxe siècles, t. 4, sous presse.

11 Jean-Marie Mayeur, « Religion et politique, géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales ESC, 1966, p. 1259-1272.

12 Justinien Raymond, La Haute-Savoie sous la IIIe République, Paris, p. 979.

13 La proportion des jeunes adhérant à l’ACJF est du même ordre, 5 000 sur 20 000 jeunes au total. « Note sur l’ACJF », Arch. dioc. d’Annecy, carton FNC 1925-1928.

14 L’Union diocésaine (UD) compte 14 000 adhérents en 1931. Pour 1933, 13 668 cotisants sur 280 paroisses. Ils sont encore 13 430 en 1936 et 12 775 en 1938. Durant les années de guerre, l’UD continue à fonctionner et à percevoir souscriptions et cotisations avec 8508 adhérents en 1941.

15 Réunion mensuelle pour les membres du comité paroissial et deux fois l’an pour l’ensemble des membres.

16 Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

17 Lettre du Comité diocésain d’Annecy à M. Guibal, 11 mai 1925, Arch. dioc. d’Annecy, 1K, La Roche-sur-Foron.

18 Ibid.

19 Arch. dioc. d’Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.

20 Les organisateurs revendiquent 25 000 participants pour cette journée du 14 mai.

21 Lettre du 15 avril 1929, Arch. dioc. d’Annecy, 1K Annemasse.

22 Arch. dioc. d’Annecy, CD 1935.

23 Lettre de Lalanne du 6 juin 1925, Arch. dioc. Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.

24 Arch. dioc. d’Annecy, 1 K, La Roche-sur-Foron.

25 Commande de 5000 tracts « La presse... ça presse », et de 5 000 autres « Attention à la mauvaise presse ! ». Mille tracts « Pourquoi je suis contre l’école unique » et 6 000 tracts « Paysan » sur le danger du socialisme et du communisme dans les campagnes. Demande du 28 juillet 1926, Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

26 Lettre du curé de Cluses, 9 novembre 1936.

27 Lettre de Lalanne à G. Desombre du 17 août 1938. Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1937-1938.

28 Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1937-1938.

29 Ibid.

30 Léon Berthet à Annecy, E. Favre à Bonneville, Fernand Davis à Saint-Julien et Jules Mercier à Thonon.

31 L’Union républicaine devient L’Union républicaine et sociale à partir de 1930.

32 En 1919, ont été élus quatre candidats de droite, René Bartholini, Albert Crolard, Louis Perollaz (décédé en 1921, il est remplacé aux élections partielles de février 1921 par un candidat de gauche, Jacques Duboin), Paul Taponnier. En 1924 trois candidats de gauche sont élus, Étienne Antonelli, Jacques Duboin, Paul Jacquier. En 1928, Alexis Callies (Annecy) et Félix Braise (Bonneville) sont élus pour la droite. Jacquier et Étienne Antonelli pour la gauche mais avec très peu de voix d’avance.

33 Il représente l’Union diocésaine aux côtés du président Lalanne à l’assemblée générale de la FNC le 23 novembre 1927. Il a donné plusieurs conférences dans les unions paroissiales notamment en 1925-1926.

34 En 1936, malgré le contexte national, trois circonscriptions sur quatre sont emportées par la droite.

35 Réponse de Faverges.

36 Réponse de Megève, Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

37 Lettre du 14 novembre 1926, Arch. dioc. d’Annecy, FNC 1925-1928.

38 Lettre du 25 janvier 1935 de Lalanne au curé-archiprêtre de saint-Julien. Arch. dioc. d’Annecy, Comité diocésain 1935.

39 Il s’agit de Mgr du Bois de la Villerabel, évêque d’Annecy de 1921 à 1940.

40 Contre Charles Anthonioz.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search