Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de la frontière

 | 
Lucas Aniceto
, 
Adrien Delvoye
, 
Léa Hermenault
, 
et al.

La Campanie archaïque, espace de frontières entre Grecs, Étrusques et indigènes ?

Archaic Campania, Border Area/Area of Borders between Greeks, Etruscans and Indigenous People?

Ségolène Maudet

Résumé

La Campanie archaïque a souvent été analysée comme une zone frontière des mondes grecs, étrusques et phéniciens. On commence par présenter les débats historiographiques sur l’analyse spatiale du monde grec, entre une vision centre-périphérie et un monde en réseaux. Les exemples archéologiques de Pithécusses et de Calatia permettent ensuite d’analyser dans le détail la complexité des processus à l’œuvre, entre interactions culturelles et stratégies aristocratiques. Le thème de la frontière permet ainsi de mettre en évidence les enjeux liés au tournant historiographique récent, tout en soulignant les limites de notre compréhension de ces phénomènes, notamment en dehors des élites et de leur riche mobilier funéraire.

Studies about archaic Campania often presented it as a frontier zone, where Etruscans, Greeks, Phoenicians interact with local populations in a peaceful way. This article will study the historiographical debate concerning the spatial analysis of such an area, since the traditional periphery center model has been recently seriously challenged by the use of the network theory. Two archeological examples will then be discussed, Pithekoussai and Calatia. The existence of multiples cultural interactions between the populations can be seen through the study of some graves. Those graves, however, mostly belong to members of the élite. Studying the archaic Campania through the “frontier” framework highlights the limits of the “network turn”, and shows that the interactions may mostly have concerned members of the élite in each society.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La période archaïque désigne ici par commodité les siècles entre le début des colonisations grecque (...)
  • 2 L’expression provient des travaux de l’historien américain H. White sur la zone des Grands Lacs, où (...)

1La Campanie archaïque1 est-elle une zone de frontières ? Cette idée a notamment été développée par I. Malkin, qui étudie la Campanie archaïque comme exemple d’une zone de « Middle Ground2 », « une zone frontière pour les Grecs et les Etrusques, où ils se mélangeaient avec les élites locales » (Malkin, 1999, p. 172). L’installation de Grecs, venant probablement en grande partie d’Eubée, au milieu du viiie siècle, les met en effet en contact avec des populations non-grecques, ausones ou opiques (Cerchiai, 1995).

2La Campanie à l’époque archaïque est ici délimitée dans mon étude comme un territoire qui s’étend entre le fleuve Garigliano, au nord, et le fleuve Sele, au sud. Elle est composée de deux plaines, séparées par un massif montagneux qui se prolonge avec la péninsule amalfitaine : la plaine campanienne proprement dite, et la plaine autour de Pontecagnano, aujourd’hui de Salerne (Fig. 1).

Fig. 1. Carte de la Campanie archaïque

Fig. 1. Carte de la Campanie archaïque
  • 3 « Frontiers remain dynamic, but ill-defined zones of power », Whittaker, 2004, p. 6.

3Le thème de cette journée invitait à s’interroger sur l’idée d’une archéologie de la frontière. La frontière est en effet une notion qui, dans l’espace, peut renvoyer à de nombreuses réalités, de la ligne de démarcation nette à la zone de conflits. On privilégie ici l’idée d’un espace aux limites floues, caractérisé par son caractère marginal vis-à-vis d’ensembles politiques ou culturels définis, où les « zones de pouvoir » sont « mal définies »3.

  • 4 Voir la définition dans Horden et Purcell, 2000, p. 10 et p. 54-55.

4Interpréter la Campanie archaïque comme un espace de frontières peut ainsi se révéler une perspective pertinente, à condition de bien définir ce que l’on entend par ce concept de frontière. Le modèle du « Middle Ground » nous semble présenter plusieurs limites. Pour comprendre la complexité des phénomènes d’échanges mais aussi les rapports de force à l’œuvre dans la Campanie archaïque, il est nécessaire de repartir d’une étude attentive des données archéologiques et d’envisager la Campanie comme une micro-région4, avec des caractéristiques propres, ce qui est esquissé dans cet article avec deux exemples concrets, Pithécusses et Calatia.

  • 5 Sans ignorer les débats liés à l’emploi de ce terme, et les connotations qu’il entraîne, on le cons (...)

5Dans cet article, nous commencerons donc par revenir dans une première partie sur l’historiographie des études sur la frontière dans le cas des colonies grecques5. Deux approches se sont succédé, l’une insistant sur la frontière comme espace conflictuel dans un contexte colonial, l’autre mettant en avant les possibilités d’interactions et d’échanges liées aux marges, dans le cadre d’un modèle d’analyse en termes de réseaux. Dans une seconde partie, nous présenterons l’intérêt d’une approche fondée sur l’étude des échanges concrets, à travers la prise en compte du matériel archéologique et un changement d’échelle d’étude. Cette approche sera illustrée par deux exemples campaniens : la composition de la population du site grec de Pithécusses, et quelques tombes prestigieuses du site opique de Calatia.

La frontière comme espace d’affrontement ou de contacts pacifiques : bilan historiographique

La « frontier history » et les colonies grecques

6Un renouvellement important des études sur les cités grecques a été apporté par l’introduction des concepts de la frontier history, développée aux États Unis pour analyser les zones de contacts entre Indiens et colons américains, dans le cas des rapports entre les colonies grecques et les populations indigènes (Lepore, 1968).

  • 6 Voir l’étude fondatrice de F. de Polignac : Polignac, 1984. Voir également la synthèse très utile d (...)
  • 7 Au-delà de la chora, territoire agricole essentiel à la définition de la cité, s’étend l’eschatia, (...)

7Les études sur la cité grecque sont marquées à cette époque par une prise en compte accrue de son inscription dans l’espace. Les cités coloniales ont largement contribué à ce renouveau, avec le développement des prospections et des études sur le territoire agricole, ainsi que les réflexions sur l’affirmation territoriale des cités, par exemple grâce à des sanctuaires de frontière6. On trouve ici deux échelles d’analyse de la frontière : d’une part, les frontières du territoire de la cité grecque, l’eschatia7, d’autre part, une frontière plus culturelle, presque de civilisation, entre le monde grec et les cultures indigènes.

  • 8 Voir également, dans cette tradition, le travail fondamental de C. R. Whittaker sur les frontières (...)
  • 9 Voir les réflexions fondamentales de F. Barth : Barth, 1998.

8L’étude de la frontière se fait alors souvent dans une tradition d’histoire économique et sociale8, avec une prise en compte de l’importance de l’agriculture et donc du territoire agricole. Dans le cas de cités coloniales, les Grecs doivent conquérir puis défendre leur territoire. Comme nouveaux arrivants, ils deviennent des concurrents potentiels pour l’accès aux terres les plus fertiles ou les mieux situées sur les axes d’échange. Cet enjeu économique est marqué par des rapports de force entre populations grecques et indigènes, qui aurait souvent conduit à un asservissement d’une partie de la population indigène. Les colons grecs étendent alors peu à peu leur territoire agricole au détriment des populations locales (Lepore, 1973). La zone de frontière devient un front pionnier, marqué par une inégalité entre les populations en présence, et la frontière prend un sens plus étendu. Il s’agit ici de la mise en contact de deux cultures ou de deux civilisations différentes9.

9Dans cette perspective, la Campanie a parfois été présentée comme un espace particulier, où l’isolement des Grecs aurait été plus fort que, par exemple, dans les colonies fondées plus au sud (Esposito, 2012). Des modes de contact plus égalitaires auraient alors émergé, différents de ceux que l’on peut reconstituer dans d’autres zones de fondations coloniales grecques à l’époque archaïque (Lepore, 2000).

  • 10 Ces centres ont probablement été fondés par de petits groupes venus d’Étrurie au début du ixe siècl (...)

10C’est bien l’éloignement des Grecs de Cumes et de Pithécusses par rapport à d’autres centres grecs qui expliquerait le développement de contacts plus pacifiques. Les Phéniciens, présents notamment à Pithécusses (Docter, 2000b), peut-être de façon permanente, sont eux aussi en marge des aires d’influence phénicienne, y compris des centres d’Occident : Carthage, les colonies d’Espagne et de Sardaigne. Dans cette perspective, les populations dites étrusques10 de Capoue ou Pontecagnano sont également isolées par rapport aux grands centres étrusques (Cerchiai, 1995, p. 12-18 et p. 36-68) : les conditions de rapports originaux entre populations diverses seraient ainsi réunies.

  • 11 Les « aires culturelles » peuvent être définies comme les aires de diffusion d’un fait de culture, (...)

11Durant cette phase, la Campanie apparaît de fait comme un territoire méditerranéen présentant une coexistence de plusieurs populations, chacune en marge des aires culturelles11 dont elles sont issues (Fig. 2).

Fig. 2. Carte de la Méditerranée archaïque

Fig. 2. Carte de la Méditerranée archaïque

Dépasser une analyse centre-périphérie : l’apport des réseaux pour repenser la frontière

12Analyser la Campanie archaïque comme espace de frontières repose cependant sur plusieurs postulats contestables, qui sont maintenant à présenter.

13L’idée même de pouvoir identifier, pour des populations connues seulement par l’archéologie, des aires culturelles d’origine, est très problématique. L’analyse des contextes campaniens montre également la mixité fondamentale des cultures matérielles, où les éléments villanoviens et de la culture des tombes à fosse sont mêlés (Cuozzo, 2012, p. 189-190).

14Ensuite, l’idée même d’une hiérarchie entre centre et périphérie est difficilement applicable pour l’époque archaïque, et en particulier pour un monde grec avant tout défini par son unité linguistique, culturelle, et dont la structure serait polycentrique (Dana, 2012). Considérer la Campanie comme une marge du monde grec se base sur une division entre espaces centraux et espaces périphériques, qui reste également liée à une vision négative de la culture grecque coloniale.

15Cette conception hiérarchisée de l’espace archaïque, grec en particulier, a été remise en cause par les travaux d’I. Malkin, qui ont montré la pertinence d’une conception d’un monde grec colonial en réseau, sans hiérarchie entre les sites, qu’il s’agisse de colonies ou de métropoles (Malkin, 2011).

16Ce caractère réticulaire serait caractéristique de la Méditerranée grecque, et permettrait d’en expliquer plusieurs aspects, notamment culturels et religieux (Malkin, 2005). Cette grille d’analyse permet notamment de valoriser l’indépendance des colonies grecques vis-à-vis des métropoles, et l’importance, pour le monde grec, des liens culturels et religieux qui les unissent.

  • 12 Je reprends ici l’analyse du modèle initial de White dans Bertrand et Planas, 2011, p. 15.

17Son analyse de la Campanie comme « Middle Ground » s’inscrit dans ce programme plus général, et systématise l’idée d’une singularité campanienne dans la rencontre entre Grecs et indigènes, déjà développée par E. Lepore. Dans son article, I. Malkin insiste ainsi sur la mise en place d’une culture hybride, avec la diffusion de l’alphabet grec et des mythes homériques. L’un des intérêts de ce modèle est de dépasser une vision « antagoniste » de la frontière12, lieu d’une confrontation inéluctable (Malkin, 1999, p. 172). Il s’agit également de privilégier l’idée d’une zone de contacts multiples, au lieu de raisonner en termes d’acculturation unidirectionnelle (Malkin, 1999). Cette étude est cependant avant tout menée dans une perspective d’histoire culturelle et religieuse, basée sur des sources littéraires ou épigraphiques, et envisage avant tout les échanges entre Grecs et Étrusques.

Des « sociétés de frontière »13 complexes et diverses dans la Campanie archaïque : l’apport des données archéologiques

Les limites théoriques et méthodologiques du « Middle Ground »

18Le modèle du « Middle Ground » tel qu’appliqué par I. Malkin présente plusieurs limites. La Campanie semble avant tout l’espace de rencontre de deux grandes civilisations extérieures, les Grecs et les Étrusques, mais cet espace reste étrangement abstrait, ses habitants oubliés. Le modèle conceptuel du réseau, qui irrigue la pensée de Malkin, entraîne en effet une sorte de déterritorialisation des sites, puisque c’est leur connexion avec les autres sites grecs qui importe, plutôt que leur ancrage territorial local. On comprend mieux alors pourquoi le « Middle Ground » est si pacifique : en laissant de côté les enjeux liés à la terre, c’est une source majeure de conflit qui est évacuée (Zurbach, 2008).

  • 14 Je remercie d’ailleurs le Professeur Cerchiai d’avoir eu la générosité de me communiquer le texte d (...)

19Le modèle de Malkin semble ensuite étrangement hors du temps, ce qui va de pair avec l’oubli du territoire. L. Cerchiai a d’ailleurs proposé récemment une étude critique de ce modèle, en soulignant que le « Middle Ground », s’il a existé, désigne une situation brève, située dans la seconde moitié du viiie siècle (Cerchiai, à paraître)14. Les conditions violentes de l’installation grecque à Cumes, telles que rapportées par les sources littéraires, rappellent que l’arrivée des Grecs est porteuse de conflits dès le départ (Mele, 2009).

  • 15 On distingue alors des zones où l’on écrit grec, étrusque et osque. Voir Cerchiai, 1995, p. 102-103

20Le « Middle Ground » permettrait enfin la création d’une culture commune, hybride. Cette idée tend à effacer le maintien de frontières entre groupes culturels ou ethniques, ce que l’apparition d’inscriptions révèle au viie siècle15. Les processus d’échanges et d’interactions ne conduisent pas à une dilution des spécificités, mais à la construction d’identités collectives complexes, à étudier dans la diversité de ces « sociétés de frontières » (Bertrand et Planas, 2011).

21Pour cela, le recours aux données archéologiques et à une approche de micro-histoire apporte beaucoup, comme le montrent les travaux de M. Dietler. Sa thèse sur la basse vallée du Rhône à l’époque archaïque replace ainsi l’arrivée des Grecs, à la fin du viie siècle avec la fondation de Marseille, dans une étude plus vaste de la société et de l’économie des groupes indigènes de la région (Dietler, 2005).

22C’est dans cette perspective que l’on va maintenant présenter deux sites campaniens, Pithécusses et Calatia. L’étude de quelques contextes archéologiques révèle en effet la complexité des phénomènes d’échanges culturels et économique à l’œuvre dans cet espace de frontières.

Pithécusses, un comptoir commercial multiethnique ?

  • 16 Voir par exemple Greco, 1994 ; D’Agostino, 1994.
  • 17 Voir l’état des lieux dans D’Agostino, 2009, p. 171-172. Sur les hypothèses récentes de B. D’Agosti (...)
  • 18 Plus de 700 tombes de la nécropole sont publiées dans Buchner, 1982, et Ridgway, 1993. L’habitat es (...)

23Le site de Pithécusses a longtemps été conçu comme un emporion, établissement à vocation commerciale et artisanale16, dont la cité agricole et aristocrate de Cumes serait le pendant17. Les travaux récents insistent cependant sur la stérilité de telles oppositions, notamment à une époque où les structures de la cité grecque sont mal connues18 (Fig. 3).

Fig. 3. Les sites archéologiques de San Montano à Ischia

Fig. 3. Les sites archéologiques de San Montano à Ischia

24« Fondation coloniale grecque d’un type particulier », Pithécusses accueille des populations diverses (D’Agostino, 1994). Cette mixité à l’intérieur de la cité est rare, même si d’autres exemples se trouvent dans la Méditerranée archaïque, particulièrement dans les espaces phéniciens. Pithécusses et la Campanie sont idéalement situés à l’intersection de plusieurs routes d’échanges, notamment celle qui mène aux gisements de minerai de fer situés plus au nord, sur l’île d’Elbe, ce qui explique en partie la fréquentation du littoral par les Grecs et les Phéniciens (Ridgway, 1993).

  • 19 Ce symbole représente un triangle, en dessous duquel se trouvent deux lignes. Il s’agit dans l’espa (...)

25La présence phénicienne à Pithécusses, aujourd’hui largement admise, est corroborée par de nombreux éléments de la culture matérielle. Plusieurs vases phéniciens ont été trouvés dans des contextes funéraires ou d’habitat, reconnaissables à leur engobe rouge et à leurs formes particulières. Quelques contextes funéraires précis appuient cette idée. La tombe 575 par exemple contenait une amphore de transport, provenant de Rhodes, île marquée par la présence phénicienne. Cette amphore, qui contenait le corps d’un enfant, est incisée d’un graffiti commercial en araméen et d’un symbole funéraire19. Ces éléments pourraient indiquer la présence d’un groupe de Phéniciens à Pithécusses (Docter, 2000).

26La présence de groupes familiaux de haut rang, originaires d’Italie du Sud, a été soulignée par B. D’Agostino puis L. Cerchiai, à partir de tombes contenant du matériel lié au monde de l’artisanat. La tombe 678, surnommée « la tombe du charpentier » du fait de la présence de nombreux outils liés au travail du bois, est ainsi interprétée comme celle d’un membre de l’élite originaire d’Italie du Sud. L’association surprenante au premier abord d’outils artisanaux dans une tombe riche trouve des parallèles, justement, dans plusieurs sites indigènes d’Italie du Sud (Cerchiai, 1999).

Calatia, un centre opique à la culture mixte ?

  • 20 On peut cependant citer la thèse de C. Albore Livadie : Albore Livadie ,1974, et sa publication de (...)

27Le site de Calatia (Fig. 4) est situé à proximité de Capoue, dans l’arrière-pays campanien. Il reste assez mal connu, car la majorité des tombes fouillées n’ont pas encore fait l’objet de publications20. Il semble cependant qu’il s’agisse d’un site opique, dont la culture matérielle présente très vite de grandes affinités avec celle du grand centre voisin, Capoue. Plusieurs tombes ont fait l’objet d’une publication soignée (Laforgia, 2003). Le mobilier funéraire, composé de nombreuses importations, montre l’insertion des élites locales dans les circuits d’échanges campaniens, et l’adoption rapide de céramique grecque ou étrusque dans une stratégie de prestige.

Fig. 4. Le site de Calatia

Fig. 4. Le site de Calatia

28La tombe 190, retrouvée dans la nécropole sud-occidentale, est datée du dernier quart du viiisiècle av. J.-C. Il s’agit de l’inhumation en fosse d’un jeune garçon, peu de temps après l’arrivée des Grecs. Parmi la quarantaine d’objets découverts dans cette sépulture, plusieurs sont des objets importés témoignant de la densité des échanges de ce petit centre : de la céramique de Corinthe, de la vaisselle en bronze de Chypre et d’Étrurie. Un vase produit localement imite la céramique des Pouilles, signe d’échanges culturels réguliers. La production céramique de Cumes et de Pithécusses, les sites grecs voisins, est également bien représentée (Laforgia, 2003, p. 145-152).

  • 21 Voir sur la présence de ces objets en Campanie Albore Livadie, 1983.

29Cette tombe illustre donc bien les échanges à échelle régionale ou méditerranéenne auxquels prenait part la cité, mais aussi le dynamisme de la production céramique locale, qui intègre des formes et décorations venues de toute l’Italie. Les éléments importés sont pleinement intégrés au mobilier funéraire, avec des emprunts pluriels, tant à l’espace grec qu’aux idéologies funéraires orientales et égyptiennes. On trouve en effet à Calatia, dans d’autres tombes, de nombreuses amulettes d’origine orientale, probablement apportées par les marchands phéniciens21.

30La présence grecque en Campanie a ainsi conduit à de nombreux échanges, d’objets, de techniques, de pratiques, avec les populations indigènes, mais celles-ci étaient déjà insérées dans des circulations d’hommes et de biens à l’échelle méditerranéenne. L’étude détaillée de chaque site révèle surtout la complexité des phénomènes en jeu : les sites grecs eux-mêmes sont composites, ce qui tend à affaiblir l’idée d’une frontière ethnique, à l’échelle du site ou de la région.

Conclusion

31L’idée même d’une région qui accueille la rencontre de la Grèce et de l’Étrurie, comme le pensait Malkin, est ainsi à réviser en profondeur : il y a une vraie spécificité des communautés installées en Campanie, qui intègrent très tôt de multiples apports extérieurs. S’il y a une frontière initiale, sa porosité est manifeste, mais on n’assiste pas pour autant à la création d’une culture hybride commune empruntant surtout aux Grecs.

  • 22 Voir D’Agostino, 1996. Je remercie J. Zurbach de m’avoir indiqué cette référence.

32La frontière n’est-elle pas alors plutôt sociale ? Il faut étudier ce que signifient concrètement ces circulations. Quels sont les membres des sociétés concernées qui ont accès à ces échanges, et dans quelle mesure cela modifie-t-il leurs pratiques quotidiennes (Esposito et Pollini, 2013) ? Il reste très difficile de répondre à ces questions, mais elles demeurent essentielles pour interpréter la présence de ces objets importés dans les tombes (Gras, 2000). Les contextes étudiés sont avant tout les tombes de membres de l’élite, à Pithécusses comme à Calatia. Des rapports réguliers ont certes associé très tôt les élites grecques, indigènes et villanoviennes. L’hypothèse de l’asservissement par les Grecs de Cumes de groupes indigènes pour cultiver le territoire22 rappelle cependant que les interactions pacifiques entre élites peuvent aller de pair avec des rapports de force plus violents.

  • 23 Voir les réflexions sur le territoire de Capoue dans Cristofani, 1995 et sur le territoire de Cumes (...)

33Il faut enfin rappeler les limites de nos connaissances archéologiques. Notre ignorance de l’étendue des territoires des grandes cités campaniennes rend de fait invisibles les enjeux liés à d’éventuelles frontières. Ce type d’études a donné des résultats très intéressants dans le cas d’autres colonies comme Paestum, plus au sud en Campanie, fondée à la fin du viie siècle av. J.-C. ou des colonies ioniennes (Esposito, 2005 ; Pollini, 2008). Il sagit d’un domaine à explorer, notamment pour mieux comprendre les rapports entre les deux grands centres de Cumes et de Capoue, qui se partagent la riche plaine campanienne23.

  • 24 Voir les travaux du projet Euploia sur la Lycie et la Carie antiques, présentés dans Brun, 2013.

34Étudier la Campanie comme espace de frontières a également montré l’intérêt d’une étude à l’échelle régionale24 : les spécificités de l’espace campanien le distinguent du reste de l’Italie, ce qui invite à réfléchir aux frontières de cette micro-région, culturelles, géographiques ou économiques.

Bibliographie

Albore Livadie C. (1974) – La nécropole préromaine de Calatia : recherches sur l’âge du fer en Campanie, thèse de doctorat, université de Paris X-Nanterre.

Albore Livadie C. (1982) – La tomba 201 della necropoli sud-occidentale di Calatia, dans Maddaloni. Archeologia, Arte e Storia, Maddaloni, p. 13‑40.

Albore Livadie C. (1983) – Gli aegyptiaca in Campania : I contesti archeologici, dans Civiltà dell'antico egitto in Campania : per un reordinamento della collezione egiziana del museo archeologico nazionale di Napoli : raccolta di studi in occasione della mostra allestita nel museo archeologico nazionale, Napoli, Giugno-Settembre 1983, Naples, p. 43-51.

Barth F. (éd.) (1998) – Ethnic groups and boundaries : the social organization of culture difference, Long Grove.

Bertrand M. et Planas N. (2011) – Introduction, dans M. Bertrand et N. Planas (éd.), Les sociétés de frontière : de la Méditerranée à l’Atlantique (xvie-xviiie siècles), Madrid, p. 1‑20.

Brun P. (2013) – Dynamiques de la Méditerranée antique : le cas de la Lycie et de la Carie, dans P. Brun, L. Cavalier, K. Konuk et F. Prost (éd.), EUPLOIA. La Lycie et la Carie antiques. Dynamiques des territoires, échanges et identités. Actes du colloque de Bordeaux 5, 6, 7 novembre 2009, Bordeaux, p.11-16.

Buchner G. (1982) – Die Beziehungen zwischen der euböischen Kolonie Pithekoussai auf der Insel Ischia und dem nordwestsemitischen Mittelmeeraum in der zweiten Hälfte des 8. Jhs V. Chr., dans H. G. Niemeyer (éd.), Phönizier im Westen : die Beiträge des Internationalen Symposiums über "Die Phönizische Expansion im Westlichen Mittelmeerraum" in Köln vom 24. bis 27. April 1979, Mayence, p. 277-298.

Casevitz M. (1993) – Les mots de la frontière en grec, Travaux de la Maison de l’Orient, 21, p. 17‑24.

Cerchiai L. (1995) – I Campani, Milan.

Cerchiai L. (1999) – I vivi e i morti: i casi di Pithecusa e di Poseidonia, dans Confini e frontierà nella grecità d'Occidente : atti del trentasettesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 3-6 Ottobre 1997, Tarente, p. 657-679.

Cerchiai L. (à paraître), – Integrazioni e ibridismi campani : Etruschi, Opici, Euboici tra VIII e VII sec. a.C., dans Ibridazione e integrazione in Magna Grecia : atti del 54° Convegno Internazionale di Studi sulla Magna Grecia, Tarente.

Cristofani M. (1995) – Tabula capuana: un calendario festivo di età arcaica, Florence.

Cuozzo M. (2012) – Gli Etruschi in Campania, dans G. Bartoloni (éd.), Introduzione allEtruscologia, Milan, p. 189‑226.

D’Agostino B. (1994) – Pitecusa, un’apoikia di tipo particolare, dans B. D’Agostino, et D. Ridgway, (éd.), Apoikia : i più antichi insediamenti Greci in Occidente: funzioni e modi dellorganizzazione politica e sociale: scritti in onore di Giorgio Buchner, Naples, p. 19‑27.

D’Agostino B. (1996) – L’incontro dei coloni greci con le genti panelleniche della Campania, dans G. Pugliese Carratelli (éd.), Greci in Occidente, Catalogo della mostra, Venezia, Palazzo Grassi, marzo – dicembre 1996, Milan, p. 209‑214.

D’Agostino B. (2009) – Pithecusa e Cuma allalba della colonizzazione, dans Cuma. Atti del quarantottesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 27 settembre - 1 ottobre 2008, p. 170-196.

D’Agostino B. (2011) – Pithecusae e Cuma nel quadro della Campania di età arcaica, Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Institut, Römische Abteilung, 117, p. 35‑53.

Dana M. (2012) – Le « centre » et la « périphérie » en question : deux concepts à revoir pour les diasporas, Pallas. Revue d’études antiques, 89, p. 5776.

Dietler M. (2005) – Consumption and colonial encounters in the Rhône basin of France : a study of early iron age political economy, Lattes.

Dietler M. (2010) – Archaeologies of colonialism : consumption, entanglement and violence in ancient Mediterranean France, Berkeley.

Docter, R. F. (2000) – Pottery, grave and ritual I : Phoenicians of the first generation in Pithekoussai, dans G. Bartoloni et L. Campanella (éd.), La ceramica fenicia di Sardegna : dati, problematiche, confronti : atti del primo Congresso internazionale sulcitano, Sant'Antioco, 19-21 settembre 1997, Rome, p. 135-149.

Esposito A. (2005) – Entre Sybaris et Tarente: archéologie d’une frontière ; identités, mythes et territoires dans le Golfe de Tarente (ixe-ve siècles avant J.-C.), thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Esposito A. (2012) – La question des implantations grecques et des contacts précoloniaux en Italie du Sud : entre emporia et apoikiai, Pallas. Revue d’études antiques, 89, p. 97‑121.

Esposito A. et Pollini A. (2013) – La visibilité des classes subalternes dans les sources archéologiques. Considérations sur quelques cas d’étude en Grande Grèce, Ktèma, 38, p. 117-134.

Gras M. (2000) – Donner du sens à l’objet: archéologie, technologie culturelle et anthropologie, Annales. Histoire, Sciences sociales, 55, p. 601-614.

Greco E. (1994) – Pithekoussai : Emporion o Apoikia?, dans B. D’Agostino et M. Bats, Apoikia: i più antichi insediamenti Greci in Occidente: funzioni e modi dellorganizzazione politica e sociale: scritti in onore di Giorgio Buchner, Naples, p. 11‑18.

Horden P. et Purcell N. (2000) – The corrupting sea: a study of Mediterranean history, Oxford.

Laforgia E. (2003) – Il Museo archeologico di Calatia, Naples.

Lepore E. (1968) – Per una fenomenologia del rapporto città-territorio in Magna Grecia, dans La città e il suo territorio. Atti del settimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 1967, Naples, p. 29-66.

Lepore E. (1973) – Problemi dellorganizzazione della chora coloniale, dans M. I. Finley (éd.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris, p. 15‑47.

Lepore E. (2000) – La Grande Grèce: aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne : quatre conférences au Collège de France (Paris, 1982), Naples-Paris.

Malkin I. (1999) – A Colonial Middle Ground : Greek, Etruscan and Local Elites in the Bay of Naples, dans C. L. Lyons et J. K. Papadopolos (éd.), The Archaeology of Colonialism, p. 151-181.

Malkin I. (2005) – Networks and the Emergence of Greek Identity, dans I. Malkin (éd.), Mediterranean Paradigms and Classical Antiquity, Londres-New York, p. 5674.

Malkin I. (2011) – A small Greek world : networks in the Ancient Mediterranean, Oxford.

Mele A. (2009) – Cuma in Opicia tra Greci e Romani, dans Cuma : atti del quarantottesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 27 settembre - 1 ottobre 2008, Tarente, p. 67-177.

Polignac F. de (1984) – La naissance de la cité grecque : cultes, espace et société, viiie-viie siècles avant J.-C., Paris.

Pollini A. (2006) – Bibliographical note on the study of the territory in Magna Graecia, WORKSHOP di archeologia classica Paesaggi, costruzioni, reperti, vol. 3, p. 3756.

Pollini A. (2008) – Frontières et territoires en Grande Grèce : archéologie et histoire des représentations, thèse de doctorat, Université Paris Ouest-Nanterre.

Ridgway D. (1993) – The first Western Greeks, Cambridge.

Rousset D. (1994) – Les frontières des cités grecques. Premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 5, p. 97‑126.

Whittaker C. R. (1994) – Frontiers of the Roman Empire : a Social and Economic Study, Baltimore.

Notes

1 La période archaïque désigne ici par commodité les siècles entre le début des colonisations grecques et les guerres médiques, soit du début du viiie siècle à la fin du vie siècle. Tous les siècles sont à entendre ici « avant notre ère. ».

2 L’expression provient des travaux de l’historien américain H. White sur la zone des Grands Lacs, où avant l’expansion américaine les Indiens et les marchands européens vivaient en relative harmonie. L’usage de la force ne profitant à aucun des partenaires, la cohabitation a plutôt donné lieu à des emprunts culturels, et à l’émergence d’une culture originale, dans la vie de tous les jours comme dans les occasions rituelles. Voir Malkin, 1999.

3 « Frontiers remain dynamic, but ill-defined zones of power », Whittaker, 2004, p. 6.

4 Voir la définition dans Horden et Purcell, 2000, p. 10 et p. 54-55.

5 Sans ignorer les débats liés à l’emploi de ce terme, et les connotations qu’il entraîne, on le conserve ici par commodité.

6 Voir l’étude fondatrice de F. de Polignac : Polignac, 1984. Voir également la synthèse très utile d’A. Pollini : Pollini, 2006.

7 Au-delà de la chora, territoire agricole essentiel à la définition de la cité, s’étend l’eschatia, les terres les plus éloignées. Voir Casevitz, 1993, et l’état des lieux critique de D. Rousset : Rousset, 1994.

8 Voir également, dans cette tradition, le travail fondamental de C. R. Whittaker sur les frontières de l’Empire romain : Whittaker, 1994.

9 Voir les réflexions fondamentales de F. Barth : Barth, 1998.

10 Ces centres ont probablement été fondés par de petits groupes venus d’Étrurie au début du ixe siècle, même si on observe une intégration rapide de groupes indigènes (Cerchiai, 2008 ; D’Agostino, 2011a). Dans cette hypothèse, les Étrusques de Campanie sont alors dans une zone marginale par rapport aux grands centres étrusques.

11 Les « aires culturelles » peuvent être définies comme les aires de diffusion d’un fait de culture, « la distribution spatiale d’objets matériels […], de constructions […], de styles […] », donc avant tout « une aire de diffusion d’indicateurs ». En cela, l’aire culturelle est toujours une construction par le chercheur. Voir l’article « Aire culturelle » d’A. Turco dans Lévy et Lussault, 2003, p. 66.

12 Je reprends ici l’analyse du modèle initial de White dans Bertrand et Planas, 2011, p. 15.

13 Bertrand et Planas, 2011.

14 Je remercie d’ailleurs le Professeur Cerchiai d’avoir eu la générosité de me communiquer le texte de son intervention au colloque de Tarente en 2015 avant la parution définitive.

15 On distingue alors des zones où l’on écrit grec, étrusque et osque. Voir Cerchiai, 1995, p. 102-103.

16 Voir par exemple Greco, 1994 ; D’Agostino, 1994.

17 Voir l’état des lieux dans D’Agostino, 2009, p. 171-172. Sur les hypothèses récentes de B. D’Agostino, voir D’Agostino, 2011b, p. 69-72.

18 Plus de 700 tombes de la nécropole sont publiées dans Buchner, 1982, et Ridgway, 1993. L’habitat est en revanche mal connu, voir en dernier lieu D’Agostino, 2011b.

19 Ce symbole représente un triangle, en dessous duquel se trouvent deux lignes. Il s’agit dans l’espace phénicien occidental d’un symbole religieux lié à la mort et à la vie après la mort. Voir la présentation des analyses dans Buchner, 1982, p. 293.

20 On peut cependant citer la thèse de C. Albore Livadie : Albore Livadie ,1974, et sa publication de la tombe 201 : Albore Livadie, 1982.

21 Voir sur la présence de ces objets en Campanie Albore Livadie, 1983.

22 Voir D’Agostino, 1996. Je remercie J. Zurbach de m’avoir indiqué cette référence.

23 Voir les réflexions sur le territoire de Capoue dans Cristofani, 1995 et sur le territoire de Cumes dans Mele, 2009, p. 108-109.

24 Voir les travaux du projet Euploia sur la Lycie et la Carie antiques, présentés dans Brun, 2013.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la Campanie archaïque
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 2. Carte de la Méditerranée archaïque
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 3. Les sites archéologiques de San Montano à Ischia
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 4. Le site de Calatia
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 820k

Auteur

Université Paris I Panthéon Sorbonne, Università degli Studi di Salerno
Laboratoire ArScAn (UMR 7041) – Université Franco-Italienne
Sujet de thèse : « Les échanges en Campanie (viiie - vie siècles av. J-C.) : essai d'histoire économique à partir du matériel céramique »)
Directeurs de thèse : SCHNAPP, Alain, PROST, Francis et PONTRANDOLFO, Angela

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter