Version classiqueVersion mobile

Les Europe des Européens

 | 
René Girault
, 
Gérard Bossuat

Les « Europe&bsp;» de quelques Belges au XXe siècle

Michel Dumoulin

Texte intégral

1Les pluriels utilisés dans le titre de cette contribution entendent illustrer d’entrée de jeu l’énorme difficulté de définition à laquelle se trouve confrontée toute approche du rapport entre un peuple et ses espaces géographiques, culturels et imaginaires. C’est pourquoi, le plus souvent, le langage préfère entériner la difficulté en utilisant un pronom impersonnel – le « terrible » <on> de la langue française afin de recouvrir à la fois des situations globales et particulières. Ceci pour dire qu’il ne saurait être question, ni ici ni ailleurs, de prétendre décrire ce que fut la vision de l’Europe des Belges au xxe siècle. Bien au contraire, nous nous bornerons fort modestement à tenter d’illustrer ce que purent penser et écrire certains Belges à propos de l’Europe dont nous verrons qu’elle fut effectivement pensée et vécue sur des modes fort différents.

  • 1 Institut de Recherches Internationales sur le Changement Socio-Culturel, Note d'orientation d'un p (...)

2Si l’on en croit un rapport du début des années 1980 intitulé Note d’orientation d’un programme d’information de la Commission des Communautés Européennes sur la base des principales données socioculturelles en Europe, on notait, au sujet de la Belgique, « la montée d’un modernisme teinté de nostalgie et un espace d’opportunité transnationale lié aux avatars de la conscience nationale »1.

3Sans gloser sur la « question belge », la formule alambiquée qui vient d’être citée renvoie évidemment à la situation de décomposition que vit depuis plusieurs décennies l’État/Nation Belgique au profit de la construction d’une structure de régions et communautés constituant un État fédéral. Au delà, les régions et communautés ont tendance, comme ailleurs en Europe, à saisir l’espace d’opportunité transnationale en dépassant donc le niveau de la Nation au profit de ce qu’il est convenu d’appeler, dans le langage commun aujourd’hui, l’Europe, c’est-à-dire celle des Douze.

  • 2 R. Inglehart, J.-R. Rabier, La confiance entre les peuples : déterminants et conséquences, août 19 (...)

4Mais cette Europe n’est pas uniquement institutionnelle. Elle est bien entendu constituée de partenaires au sujet desquels il est indispensable de se demander si les Belges les placent tous sur un même pied d’égalité ou si, au contraire, ils établissent une hiérarchie. A cet égard, les Eurobaromètres de même que certaines études consacrées à l’analyse du degré de confiance des peuples entre eux doivent être invoqués. Ainsi, au début des années 1980 encore, il s’avérait que les Belges accordaient « une plus grande confiance aux Français et aux Suisses qu’à tout autre peuple, mis à part leurs associés de longue date au sein de Bénélux que sont les Luxembourgeois et les Néerlandais »2. Les Méridionaux, en revanche, de même que les Allemands, se situaient très loin dans cette psycho-géographie du monde.

5Cette même psycho-géographie de la confiance, et, donc de la défiance, introduit immédiatement la notion de distinction entre nous et eux, cette frontière essentielle dans l’imaginaire collectif d’une Nation, d’un groupe, d’un individu.

6La frontière entre nous et eux, qui a participé en Belgique comme ailleurs au renforcement, voire à l’exacerbation de la conscience nationale à partir du dernier quart du xixe siècle jusqu’à la première guerre mondiale, est-elle opérationnelle quand il est question de l’idée d’Europe avant comme après le conflit. Autrement dit, et malgré la Nation, existe-t-il, dans certains milieux, le sentiment d’appartenir à une communauté de culture(s) ?

La réponse sera nécessairement imparfaite et partielle

  • 3 H. Keyserling, Analyse spectrale de l’Europe, Paris, 1991, p. 236.
  • 4 P. Morand, Journal d’un attaché d’Ambassade, 1916-1917, Paris, 1963, p. 115

7Dès avant 1914, plusieurs Europes sont pensées à l’intérieur des frontières de la Belgique, des frontières qui, dans le langage courant, utilisent la référence aux autres pour bien marquer le territoire puisqu’il est souvent question, pour désigner la France, de l’outre-Quiévrain, et pour nommer les Pays-Bas, de l’outre-Mœrdijk. Mais cette inscription à laquelle les Belges procèdent, à travers les manuels d’histoire et de géographie, est également pratiquée par les autres qui développent un regard soit « positif » soit « négatif », à l’instar d’Herman Keyserling écrivant que les Pays-Bas, c’est-à-dire la Belgique et la Hollande, sont « la seule région d’Europe où il y ait un culte de la laideur », ajoutant que le Belge est « cruel, rancunier, vindicatif et chicaneur »3 ! Des jugements analogues figurent aussi, en nombre plus élevé, sous la plume de Français : de Baudelaire à Paul Morand qui trouvait que les Belges étaient de « prétentieux imbéciles »4.

  • 5 L’Expansion Belge, 7e année, n° 5, mai 1914, p. 328.

8L’inscription dans des frontières géographiques mais aussi imaginaires, renforce les différences, encourage la création d’une mosaïque, favorise la parcellisation. L’absence d’unité est perçue comme une faiblesse que seule peut compenser la civilisation. C’est ainsi qu’en mai 1914, l’Expansion Belge, revue mensuelle œuvrant, comme son nom l’indique, en faveur d’« une plus grande Belgique » écrivait : « Le sentiment que nous avons de l’Europe peut être comparé au sentiment que les peuples grecs avaient de l’hellénisme : sentiment très net de la supériorité que leur donnait sur les Barbares la beauté de leur sang, la limpidité de leur langue, la grâce de leurs mœurs et la splendeur de leurs dieux. N’est-ce pas là ce qu’éprouve l’Européen à l’égard de la masse confuse des autres hommes ? »5.

9La communauté de civilisation doit conduire à s’unir, d’où un chapelet de discours allant dans le sens d’une union contre quelqu’un ou quelque chose. En effet, l’Europe est menacée. Elle l’est par les États-Unis, avec lesquels, toutefois, il existe une certaine « communauté atlantique » et, surtout, par l’Asie.

  • 6 Louvain-la-Neuve, service des archives, Fonds Godefroid Kurth, note manuscrite intitulée « Les Éta (...)

10Le médiéviste Godefroid Kurth, chrétien engagé, écrit, en 1916 : « L’Europe n’est plus la maîtresse du monde. L’Amérique a surgi, qui a pris hardiment l’hégémonie du Nouveau et qui, par la doctrine de Monrœ nous en a fermé l’entrée. Toute puissance européenne qui s’aviserait de l’oublier déchaînerait une guerre avec les États-Unis. L’Europe ne domine plus davantage l’Extrême-Orient. Là s’est révélé le Japon qui en a exclu d’abord la Russie, qui a profité de la guerre de 1914 pour en exclure l’Allemagne et qui rêve du jour où il en exclura sa chère alliée l’Angleterre. (...) Pour échapper sinon à l’anéantissement du moins à l’humiliation, l’Europe devra serrer les rangs et s’organiser en États-Unis d’Europe. Comme cela elle aura le nombre et on pourra maintenir le prestige de l’Europe et du Christianisme en face des Jaunes »6.

  • 7 Voir par exemple « Le péril jaune », dans Etudes Coloniales, n° 11, 1905, pp. 595-606.
  • 8 J. Leclercq, « L’âme japonaise », dans Revue Générale, avril 1910, p. 593. Ce thème est repris et (...)

11En 1916, le « péril jaune » n’est plus une nouveauté. Il a été régulièrement dénoncé depuis la guerre russo-japonaise7, fournissant ainsi l’occasion de prises de position mettant en exergue le fait que le Japon n’a « étudié notre civilisation et nos sciences que pour mieux lutter contre nous, et maintenant qu’ils nous ont dérobé nos moyens, ils ne seront tout à fait satisfaits que lorsqu’ils auront atteint le but poursuivi : <Mort aux barbares !>8.

  • 9 P. Daye, « L’Europe en morceaux », dans Le Flambeau, 12e année, n° 9, 1er septembre 1929, pp. 95-9 (...)

12Mais le Japon n’est pas seul en cause. Dans L’Europe en morceaux, Pierre Daye écrit en 1929 que faute de défendre l’Europe, « ce serait, en fin de compte, tandis que les nègres feraient danser leurs prisonnières blondes, les bourreaux chinois qui consacreraient nos amphithéâtres à leurs expériences de vivisection et les jardiniers japonais qui viendraient, en souriant, cueillir les roses de nos derniers parterres »9.

13Si les auteurs que nous avons cités appartiennent, dans une très large mesure, à une veine idéologique que l’on peut qualifier de catholique et nationaliste, il n’est pas exclu de découvrir, sous la plume d’un Emile Vandervelde par exemple, que l’« ennemi » n’est plus un peuple ou une race mais plus généralement « la déchéance » qui menace l’Europe comme il le confie à l’hebdomadaire L’Européen du 29 janvier 1930.

14Ce discours de la négation de l’Autre, ciment présumé de l’Europe, coexiste avec des discours que nous qualifierons de positifs.

  • 10 V. Bohet, « Les États-Unis d’Europe », dans Le Flambeau, 12e année, n° 11, 1er novembre 1929, p. 3 (...)
  • 11 G. Vanzype, Le Prologue du drame, Reportages, Bruxelles, 1934, p. 81.

15En règle générale, cette approche se manifeste sur la base d’un constat : celui selon lequel il existe, en Europe même, une diversité exceptionnelle de peuples et de cultures. Ceci permet d’affirmer qu’il n’existe pas une race européenne car comme la demande un professeur de l’Université de Liège en 1929 : « Existe-t-il en Europe un type anglo-franco-germano-hispano-hollando-scandinave saupoudré de slave et d’irlandais ? »10. La réponse est évidemment négative et qui plus est la diversité a conduit « les peuples mitoyens vivant sur les points de l’Europe où les races se rencontrent (à être) éternellement l’enjeu des batailles »11.

  • 12 Idem, p. 117.

16Mais en dépit de ce premier constat, il existe comme une sphère privilégiée, celle d’une certaine société. Ainsi le journaliste belge G. Vanzype, en route pour les Balkans en avril 1913 à bord de l’Orient-Express, souligne-t-il que « ce train n’est d’aucun pays (...). Les employés sont Allemands, Français, Autrichiens ou Belges et ont perdu, par des contacts permanents, tout caractère national bien défini. Ici l’on est en Europe, simplement »12. N’est-ce pas là, soit dit en passant, le discours que l’on peut parfois entendre aux sujet des « eurocrates » bruxellois.

  • 13 Musée de la Littérature, Bibliothèque Royale Albert Ier, Bruxelles, « dossier concernant la fondat (...)

17Mais surtout cette sphère privilégiée, cette « certaine société » est confondue, avant 1914 essentiellement, avec la société internationale, la société cosmopolite. Louis Dumont-Wilden auteur, en 1914 de L’Esprit européen, un essai qui connut un certain succès puisqu’il fut réédité en 1945, décrivant le public auquel il entendait destiner la revue Europe qu’il comptait porter sur les fonds baptismaux avec la complexité de plusieurs personnalités du monde culturel de l’époque écrivait : « Le public international, un public européen, ayant des besoins intellectuels communs, s’étend de jour en jour. Il se composait, il y a cent ans, de quelques milliers de grands seigneurs, de diplomates et de gens de lettres. Il comprend aujourd’hui, en outre, des infinités d’industriels, d’hommes d’affaires, de savants et d’oisifs, plus ou moins curieux des choses de l’esprit. La société mondaine tout entière en fait partie. Il existe un peuple des grands hôtels et des sleeping-cars, comme il existe un peuple des affaires. Ce phénomène a fait naître une mentalité spéciale, un aspect nouveau de l’esprit européen : la société où cet esprit s’est développé aspire à prendre dans le mouvement des idées le rôle directeur d’une élite ; elle rêve d’éclairer les démocraties qui s’organisent, de leur transmettre les acquisitions du passé et de maintenir parmi elles les droits de la civilisation polie. Mais elle n’a pas une conscience très nette de ce rôle »13.

  • 14 E. Vandervelde, Mémoires d’un militant socialiste, Paris, 1939, pp. 94-136 (« Comment je suis deve (...)

18Ce cosmopolitisme n’est pas uniquement présent sous la plume d’un auteur que l’on peut aisément qualifier de libéral. Dans ses Mémoires, Emile Vandervelde consacre un chapitre entier intitulé « comment je suis devenu européen » à retracer voyages, visites et séjours à l’étranger quand bien même et pour l’essentiel ceux-ci le conduisirent essentiellement en France, en Italie et aux Pays-Bas14. N’est-ce pas là un cosmopolitisme réduit à une bien petite Europe ?

  • 15 Voir note 13. La revue est conçue comme devant « refléter l’esprit européen en français, la langue (...)

19Si l’Europe dont il est question est manifestement culturelle – ce qui pose la question de savoir quelle langue doit en être le véhicule privilégié15 – il faut relever qu’une autre Europe trouve aussi ses héraults à travers des considérations plus pragmatiques mettant en exergue la nécessité de s’unir en vue de promouvoir des intérêts communs de nature économique.

  • 16 Annales Parlementaires, Chambre des Représentants, session 1904-1905, pp. 1245-1251

20Tout en signalant au passage l’intérêt que présente La Revue Economique Internationale qui était publiée à Bruxelles, il y a lieu de s’arrêter un instant aux considérations que développait le député Denis, devant la Chambre des Représentants en avril 1905, au sujet du traité additionnel au traité de commerce germano-belge du 6 décembre 1891. S’inscrivant en cela dans la tradition libérale rappelée récemment de magistrale façon par E. Hobsbawn, Denis exposait le point de vue selon lequel la Belgique devrait s’inscrire dans un groupe économique à relations stables dont l’Allemagne serait le lien. Un Zollverein nouveau regrouperait ainsi, autour du Reich, la Belgique, l’Autriche-Hongrie, la Suisse, la Roumanie et la Serbie. Dans le même temps, poursuivait Denis, la Belgique s’incorporant de plus en plus à l’économie générale du monde, participerait à la fois à l’élaboration d’États-Unis d’Europe tout en préparant les États-Unis du monde. Et de terminer en soulignant que, selon lui, l’unification du marché européen, de même que celle du marché mondial, exigeait un effort d’unification de la législation du travail16.

21Cet exposé n’a sans doute rien d’exceptionnel. Le député en est d’ailleurs conscient puisqu’il s’appuie, en les citant, sur les idées émises avant lui par un Gustave de Molinari, un von Kauffman ou un Schaeffle. En revanche, son intervention indique qu’en Belgique aussi, la voie du pragmatisme a été ouverte et qu’une réflexion est à l’œuvre dès avant 1914, qui vise à dépasser le nationalisme économique souvent confondu avec la volonté de puissance.

22La voie du pragmatisme a évidemment connu son plein épanouissement durant l’entre-deux-guerres. Mais ce pragmatisme même est à géométrie variable, attendu qu’il varie en fonction des auteurs que l’on consulte.

  • 17 F. Neyray dans La Nation Belge du 31 mars 1924, reproduit dans Regards sur l’Europe, Bruxelles, 19 (...)
  • 18 Baron Snoy et d’oppuers, « Alliances économiques. États-Unis d’Europe et États-Unis d’Amérique », (...)

23Chez certains, la préférence va à des ensembles regroupant peu de pays. Ainsi, le nationaliste Fernand Neuray explique-t-il dans La Nation Belge en 1924, qu’il faut « associer les nations qui se ressemblent le plus, qui se complètent le mieux et qui ont plus de raisons de s’entendre et de s’accorder que de raisons de se haïr et de se battre. 90 millions de Français, d’Italiens et de Belges, traiteraient bientôt d’égal à égal, à tous égards, avec toutes les Puissances »17. Ce point de vue sélectif se retrouve aussi sous la plume du jeune J.-C. Snoy et d’Oppuers expliquant qu’au point de vue économique, il faut choisir judicieusement ses alliés18.

  • 19 F. Baudhuin, « La Belgique et les projets de M. Briand », dans L’Européen, 2e année, n° 24, 11 jui (...)
  • 20 La Revue Belge, 1er novembre 1930, pp. 276-279 ; A. Melot, « Chronique politique », dans La Revue (...)
  • 21 Nous visons ici la Convention d’Oslo du 22 décembre 1930 et le traité d’Ouchy du 18 juillet 1932 n (...)

24Pour d’autres, l’Europe constituant une communauté, doit être entendue de la manière la plus large possible. « Unifier économiquement le territoire de l’Europe » constitue le but privilégié par l’économiste Fernand Baudhuin19, qui n’est toutefois pas très clair quant à la nature du territoire envisagé. En effet, quand bien même quelques rares auteurs s’interrogent, à l’époque du Plan Briand notamment, sur la place de la Russie des Soviets, il est indubitable que pour l’énorme majorité des commentateurs, voire des acteurs, l’Europe à laquelle il est fait référence est celle des 27 de la SDN20. Mais face à la difficulté, on sait aussi que du côté belge, le pragmatisme encouragera la recherche d’alliances avec d’autres « petits »21.

25La réflexion à géométrie variable fort liée nous semble-t-il, à la conjoncture, a également été encouragée, dans l’entre-deux-guerres, par la crise des démocraties libérales. Sans doute la peur de l’Autre – le Jaune voire le Noir – est-elle bien présente comme cela a été dit mais au-delà, c’est en Europe même que le danger se manifeste.

  • 22 Bruxelles, 1933.
  • 23 J. Destrée, Pour en finir avec la guerre, Bruxelles, 1931, pp. 56-57 ; Les Cahiers de l’Eglantine, (...)

26De Paul van Zeeland dans Regards sur l’Europe 193222 au socialiste Jules Destrée, la Russie soviétique ne fait pas partie de l’Europe. Pour le premier, le critère est celui du système économique et social prévalant en URSS, un système qui conduit au dumping, véritable calamité pour l’économie européenne déjà menacée par la crise. Pour Destrée, le critère n’est pas socio-économique. « L’Europe finit avec la Pologne, écrit-il en 1930, et la Russie, c’est déjà l’Asie. Le rêve Bolchevik, c’est de constituer contre nous la Panasie. Entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, nous risquons d’être étouffés »23.

27Ainsi, l’Europe est-elle territorialement amputée, voire en voie de cristallisation sur des bases géopolitiques et idéologiques qui ne relèvent pas uniquement du cas soviétique, puisque l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie fourniront bientôt l’occasion d’un discours dénonçant les atteintes à la démocratie. Mais on sait aussi que la complaisance sera grande à l’égard des deux totalitarismes.

  • 24 C’est surtout le cas du côté de la Droite nationaliste qui pratique systématiquement l’amalgame en (...)

28Quoi qu’il en soit des réactions face aux fascismes, il est évident que, pour l’essentiel, la situation durant les années 1930 peut être assimilée à une cristallisation qui ne permet d’envisager une coopération qu’entre un certain nombre de partenaires, ce qui sans doute n’a pas exclu quelques généreux élans rapidement qualifiés d’idéalistes, voire de suicidaires, quand il ne s’agissait pas d’efforts criminels24.

  • 25 Un important choix de documents a été publié par J. Gotovitch, sous le titre « Views of the Belgia (...)
  • 26 Belgique, Rapports de la Commission pour l’Etude des Problèmes d’Après-Guerre (CEPAG), 1941-1944, (...)
  • 27 Ibid., p. 132.
  • 28 Ibid., p. 129.
  • 29 Ibid., p. 135.

29Mais la notion d’interdépendance, déjà présente chez Denis en 1905, a continué de faire son chemin en suivant, répétons-le, des itinéraires parfois bien différents. C’est pourquoi, durant la seconde guerre, l’idée d’Europe a sans doute été agitée, et beaucoup agitée, dans la Résistance et dans les milieux belges de Londres25 mais elle n’a débouché, en termes objectifs, que sur une seule décision pratique : celle de constituer le Bénélux, autrement dit un petit noyau face et dans l’interdépendance de plus en plus évidente, depuis que les années 1930 ont brutalement démontré qu’il n’y avait pas de solutions nationales aux crises, que l’idéal de l’amélioration du niveau de vie des travailleurs, compris la protection sociale, passait par la prise en compte des interrelations entre les économies. Comme l’exprime en août 1943 le cinquième et dernier rapport de la Commission pour l’Etude des Problèmes de l’Après-Guerre, présidée à Londres par Paul van Zeeland : « Notre économie est (...) si intimement liée aux mouvements de l’économie internationale que ceux-ci doivent exercer sur notre situation une influence capitale, quoi que nous décidions à l’intérieur de nos frontières »26. Et de poursuivre, non sans avoir évidemment insisté sur l’importance concomitante du marché intérieur, en développant l’idée selon laquelle des groupements régionaux constitueraient autant de points d’appui par rapport auxquels les petits pays auraient un rôle à jouer : « rôle d’animateurs parfois, de modérateurs souvent »27. Parmi ces groupements régionaux, celui de l’Europe occidentale – « l’organisation des Républiques Socialistes Soviétiques formant en réalité un vaste groupement régional, solidement intégré »28 – constituerait un cadre idéal pour la Belgique. Quels en seraient les partenaires ? Et le rapport d’expliquer : « La Belgique aurait un intérêt vital à se rattacher à un groupement régional vaste, cohérent et puissant, qui engloberait les principaux États de l’Europe occidentale »29.

  • 30 Ce discours est partiellement reproduit dans La pensée européenne et atlantique de Paul-Henri Spaa (...)

30Cette approche ira se développant dès la Libération. Le 6 décembre 1944, devant la Chambre des Députés, Paul-Henri Spaak prononce un discours-bilan sur plus de quatre années de politique extérieure de la Belgique. Parlant de l’avenir, il explique : « Je crois aussi, surtout pour les petits pays, pour leur permettre de bien défendre leurs intérêts et leurs droits dans leur vrai cadre géographique, à la nécessité des ententes régionales. (...) Ce que je préconise, ce n’est pas la création en Europe de plusieurs blocs qui s’opposeraient (...) c’est que (...) les ententes régionales soient une sorte d’organe d’exécution de la politique de sécurité collective. Je crois que c’est une expérience nécessaire. (...) Je crois (aussi) que le temps où il était possible de séparer les intérêts politiques du pays de ses intérêts économiques est complètement dépassé. Je crois qu’une bonne politique étrangère est celle qui fait coïncider la sécurité politique et la prospérité économique. Quand on parle d’ententes régionales, s’il est vrai que je suis prêt à m’avancer très loin dans le domaine des engagements politiques et des accords militaires, mon désir profond est de les étayer par des ententes économiques. Ou la Belgique verra s’accroître son espace économique, ou la Belgique connaîtra des heures difficiles30.

  • 31 Papiers Etienne de la Vallée Poussin, Louvain-la-Neuve, Parti Social Chrétien, Congrès National 19 (...)

31Le consensus sur l’entente régionale est large en Belgique. Sans doute se renforce-t-il au fur et à mesure que la tension entre l’Est et l’Ouest s’accentue, tant il est vrai que dans les grandes familles politiques traditionnelles l’heure est à serrer les rangs pour la défense de la civilisation. Dans les conclusions provisoires du rapport politique qu’Etienne de la Vallée Poussin rédige dans la perspective du congrès national du Parti Social Chrétien, réuni à Liège les 19 et 20 juin 1948, nous lisons : le PSC « souhaite que la Belgique donne tout son appui à la création d’une union politique européenne, seule sauvegarde possible de nos traditions intellectuelles et morales, menacées par des idéologies destructrices et par les conflits mondiaux, et seul instrument efficace qui puisse permettre aux peuples européens de poursuivre dans l’avenir leur effort civilisateur »31.

  • 32 H. Carton de Wiart, Chronique de la guerre froide, 1947-1949, Bruxelles, 1950, pp. 391-393. Le poi (...)

32Ce discours, du côté chrétien, est omniprésent. On le trouve chez van Zeeland comme chez Henri Carton de Wiart qui, dans le quotidien La Libre Belgique donne régulièrement, le lundi, entre mai 1947 et août 1949, un article consacré à la situation internationale. Le 18 mai 1948, sous le titre « Une Europe tampon », il cherche à répondre à l’objection selon laquelle tout groupement européen est voué à l’échec, attendu « que l’Europe n’est plus, ni au sens géographique, ni au sens idéologique, ni au sens économique, une entité nettement déterminée ». Et d’argumenter, « sans se perdre dans le rêve ni chercher midi à quatorze heures » en faveur des ententes régionales, car celles-ci « se dessinent d’elles mêmes sur l’atlas entre des États voisins qui obéissent à une même conception de la vie civilisée et à des conditions analogues de production et d’expansion ». Et de conclure, donnant par là raison au poids de la conjoncture : « Attachons-nous (...) à organiser et à développer cette Entente occidentale où notre pays a pris figure de pionnier. Que d’autres États en fassent autant, et dans le même esprit. Pour reconstituer l’Europe morcelée et affaiblie mais encore si riche de substance, je doute fort qu’on puisse trouver mieux »32.

  • 33 Le texte dans La pensée européenne et atlantique, op. cit., 1.1, p. 148-160.

33Du côté socialiste, les choses sont beaucoup moins simples. Les idées que Spaak exprime dans ses discours, à commencer par le célèbre discours du Palais de Chaillot du 28 septembre 1948, dit aussi « le discours de la Peur »33 ne vont pas sans susciter de violentes réactions parmi les militants de base, mais aussi dans certains cercles européistes comme celui des Cahiers socialistes dont les membres, il est vrai, sont pour la plupart issus du Trotskisme.

34Ce serait pourtant commettre une coupable erreur d’optique que d’oublier qu’au moment même où la conjoncture mais aussi le pragmatisme dictaient la constitution d’un noyau qui deviendrait bientôt la « Petite Europe », l’idée d’une Europe la plus large possible, voire celle de la libération des pays placés sous le joug soviétique habitaient les acteurs de la politique extérieure de la Belgique. Citons, à cet égard deux textes significatifs de 1952.

  • 34 Archives du Ministère des Affaires Étrangères de Belgique, dossier NA 14603, dossier général septe (...)

35Le premier texte est celui du procès-verbal d’une entrevue entre Paul van Zeeland, ministre des Affaires étrangères, et plusieurs personnalités membres de la Commission d’Etudes Européennes mise sur pied par le gouvernement afin de préparer le terrain en matière de négociations autour du projet de Communauté Politique Européenne. A la question de savoir comment établir des liens entre les Six et les 15 membres de l’OECE, van Zeeland répondait : « Nous ne sommes liés à aucun chiffre. Il faut donc créer une Communauté Politique Européenne à laquelle le plus grand nombre possible de pays européens peuvent se rallier. Il faut prévoir une possibilité de participation notamment des États Scandinaves. Nous transmettrons par exemple à la CPE tous les pouvoirs que nous avons délégués à l’OECE »34.

  • 35 Rapport del a Commission d’Etudes Européennes instituée près le ministère des Affaires étrangères (...)

36Mais la réflexion, voire, ici les instructions, dépassent un cadre quelque peu élargi. Dans le second texte, le rapporteur de la Commission d’Etudes Européennes, Etienne de la Vallée Poussin, écrit : « La Communauté Européenne est appelée à couvrir un jour toute l’Europe (...). Les six puissances qui participent à la CECA et à la CED (...) peuvent aller de l’avant par leurs propres forces (...). Il est hautement vraisemblable que les autres puissances européennes, situées de ce côté-ci du rideau de fer, solliciteront les unes après les autres l’autorisation d’en faire partie. Quant aux puissances actuellement vassales de l’URSS, il faut espérer qu’elles recouvrent un jour leur liberté. Elles décideront alors librement de leurs destinées »35.

  • 36 A. Renard, « Les bases sociales d’une Relance européenne », dans Synthèses, 10e année, mars 1956, (...)
  • 37 A. Delperée, Politique sociale et intégration européenne, Liège, 1956, sans compter un nombre impr (...)

37Cette conception de l’Europe, cherchant, même timidement, à dépasser la dimension réductrice du bastion, s’est accompagnée, aussi, de réflexions, moins nombreuses il est vrai, sur la dimension sociale. D’André Renard36 à Albert Delperée37, l’Europe doit être un « socle », pour reprendre une expression célèbre, de droits sociaux tissés avec le même soin que les liens économiques et politiques. Dans ce contexte, la réflexion sur l’immigration, plus particulièrement celle des Italiens, a mis en lumière, dans les années 1950, la difficulté qu’il y avait à faire coïncider l’appartenance d’un État et d’une Nation à l’Europe des Six. Que la République italienne ait été membre de la CECA, c’est-à-dire d’une entente régionale, ne fait pas problème. En revanche, que les immigrés italiens puissent partager une partie des attributs de la citoyenneté belge provoquait une sorte de paralysie intellectuelle.

38Ce décalage entre l’État et la Nation, ou pour reprendre l’ancienne expression, entre le pays réel et le pays légal demande aussi à être évoqué en termes de méthodologie de notre sujet. Deux points de vue au moins nous paraissent devoir être évoqués.

  • 38 Signalons au passage que dans le cadre des travaux du groupe 8 du projet Conscience et Identité eu (...)

39Le premier point de vue est celui d’une analyse de l’Europe de la consommation. Nous bornant évidemment à la Belgique, il nous semble indispensable de nous interroger sur la manière dont les Belges ont consommé « étranger » afin de définir un profil et de pouvoir, éventuellement, confronter les résultats avec ceux d’enquêtes analogues dans d’autres pays38.

Le deuxième point de vue sera un peu plus développé

40Le décalage entre l’État et la Nation auquel nous avons récemment fait allusion, de même que l’objet même de la présente esquisse, posent le problème de l’opinion publique. Dès lors, au sujet du concept Europe, il est légitime de se dire que depuis la fin de la seconde guerre mondiale nous disposons d’un instrument, les sondages d’opinion, permettant de saisir ce que le citoyen pense et ressent dans ce domaine comme dans bien d’autres. A y regarder de plus près, il est cependant permis d’émettre quelques remarques qui concernent à la fois la nature de l’information sur l’Europe qui est dispensée, la façon dont cette information est reçue et, enfin, la manière dont elle est « restituée ».

41En n’ignorant pas que l’école – cours d’histoire et de géographie – joue un rôle essentiel, nous admettrons – avant que la télévision ne s’en mêle, que la presse écrite et la radio constituaient les principaux vecteurs d’information. Ne disposant malheureusement pas d’études consacrées à la radio, nous nous bornerons aux journaux.

42Dans son « Rapport sur l’évolution de l’opinion publique en ce qui concerne l’intégration européenne et l’action de la Communauté en Belgique », le Service Information de la CECA formulait, en date du 30 novembre 1955, une série d’observations et de remarques qui nous paraissent mériter d’être reproduites ici, tant elles renvoient à la mise en route d’une procédure visant à mettre en exergue une « certaine » Europe, à savoir celle des Six, tout en soulignant pourquoi les sondages dont nous parlerons ensuite peuvent être aussi déroutants.

Voici donc cet extrait dont on voudra bien excuser la longueur

I. Diffusion des informations

43« Les statistiques dressées par le Service Documentation-Presse qui dépouille l’Argus, montrent que le nombre de coupures oscille mensuellement pour la presse d’expression française, entre 500 et 600 ; pour la presse flamande entre 140 et 160.

44Cette relation, si sommaire soit elle, indique que l’intérêt pour la CECA est plus grand dans le sud du pays où se trouve la majeure partie des industries de base ».

II. Opinion de Presse

45On peut dire que les prises de position, en général favorables, à l’égard de la CECA, viennent des journaux bruxellois, dont la clientèle est généralement répandue dans la capitale et en province.

46En dehors des commentaires et des articles de fonds, les dépêches de Luxembourg sont souvent reproduites telles quelles. Sauf exception, elles sont rarement intégrées dans une perspective qui est de nature à instruire le lecteur. A cet égard, la technicité des dépêches, d’ailleurs excellentes de l’AFP, constitue un obstacle à une connaissance suffisante de la CECA parmi le grand public. <L’interprétation > des faits est déficiente. Beaucoup de journalistes, ou n’ont pas le temps ou n’ont pas le goût ou la compétence pour commenter les nouvelles. A noter que les trois grands journaux belges (...) ne commentent pas les nouvelles CECA (...), connaissent mal la Communauté (...) ou sont hostiles aux institutions supranationales (...). Sont généralement très positifs les journaux dont l’influence est beaucoup plus grande que ne pourrait le laisser supposer leur tirage.

III. Opinion publique

  • 39 Ces rapports existent évidemment pour cinq des six pays membres, le Grand Duché de Luxembourg n'ay (...)

47Il y a des préjugés contre la CECA, il n’existe pas contre elle d’hostilité. Le fait est accepté. Sous une ignorance fréquente, une curiosité qui se mue en sympathie lorsque, en dégageant la signification de la Communauté de son appareil technique, on souligne une idée force. Cette impression résulte du contact avec plusieurs auditoires. Les milieux enseignants belges sont très réceptifs, notamment dans l’enseignement officiel. Des séries de conférences vont être données, et des cours d’histoire et de géographie sur la Communauté sont prévus pour l’année scolaire 1955/1956 (...) »39.

48Forts des éléments de ce rapport, venons-en aux sondages en ne privilégiant qu’un seul exemple parmi d’autres.

49En 1950, l’Insoc pose la question suivante : « On préconise une armée européenne, constituée par les pays qui font partie du Conseil de l’Europe, donc actuellement sans l’URSS et ce qu’on appelle ses satellites. Etes-vous d’avis de créer cette armée ? » Et les « sondés de répondre oui dans 59,1 % des cas, non dans 13,5 % ; 27,4 % déclarant ne pas avoir d’opinion. Mais à la même époque, la question « savez-vous ce qu’est le Conseil de l’Europe ? » recueille les réponses suivantes :

50Bien 13,9 %

51Assez-bien 24,9 %

52Vaguement 35,9 %

  • 40 INSOC, 1950, n° 5, pp. 23 et sv.

53Pas du tout 25,3 %40

54La confrontation entre les réponses aux deux questions et le contenu de la note du service Information de la CECA de 1955 que nous avons longuement citée, constitue somme toute une pierre d’attente dans la perspective de travaux ultérieurs car, en finale, nous avons quelque peu l’impression que rien n’est résolu dans le cas de la Belgique, invitant donc à des études ultérieures prenant en compte d’autres paramètres que ceux auxquels les historiens ont habituellement recours. Ceci pour ne rien dire des sources car, sans parler de la télévision, il reste à examiner de manière systématique, par exemple, la façon dont le Belge – et dans le cas d’espèce le Français – est mis en situation dans ce qu’il est convenu d’appeler 1’ école belge de la bande dessinée.

  • 41 J. Destrée, Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre, Bruxelles, 1912, p. 2 (...)

55De même, il semble évident que dans un pays comme la Belgique, où les sensibilités régionales et communautaires ont été exacerbées de plus en plus au cours de ce siècle, il conviendrait de se pencher de manière décisive à la fois sur la notion de défense/promotion des minorités dans un État national, puis sur le recours à l’Europe, une Europe institutionnalisée à six, douze ou plus encore, en tant qu’instance permettant de dépasser l’État dans une relation entre la supra-nation, l’Europe, et l’infra-nation, la région. A cet égard, il y aurait lieu de relire avec attention ce qu’écrivait le socialiste Jules Destrée en 1912 dans un document qui, en Belgique, est célèbre : sa Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre41. N’y expliquait-il pas qu’internationaliste, il lui paraissait tout autant légitime de « rêver aux États-Unis d’Europe et chérir sa patrie », ajoutant que celle-ci ne pouvait continuer à ignorer le fait wallon, c’est-à-dire une région.

Notes

1 Institut de Recherches Internationales sur le Changement Socio-Culturel, Note d'orientation d'un programme d'information de la Commission des Communautés Européennes sur la base des principaux courants socio-culturels en Europe, 8 mars 1983, p. 10

2 R. Inglehart, J.-R. Rabier, La confiance entre les peuples : déterminants et conséquences, août 1983, p. 33.

3 H. Keyserling, Analyse spectrale de l’Europe, Paris, 1991, p. 236.

4 P. Morand, Journal d’un attaché d’Ambassade, 1916-1917, Paris, 1963, p. 115

5 L’Expansion Belge, 7e année, n° 5, mai 1914, p. 328.

6 Louvain-la-Neuve, service des archives, Fonds Godefroid Kurth, note manuscrite intitulée « Les États-Unis d’Europe », 1916

7 Voir par exemple « Le péril jaune », dans Etudes Coloniales, n° 11, 1905, pp. 595-606.

8 J. Leclercq, « L’âme japonaise », dans Revue Générale, avril 1910, p. 593. Ce thème est repris et développé dans l’ouvrage du même auteur paru à Bruxelles en 1910 sous le titre Chez les Jaunes. Japon, Chine, Mandchourie.

9 P. Daye, « L’Europe en morceaux », dans Le Flambeau, 12e année, n° 9, 1er septembre 1929, pp. 95-96.

10 V. Bohet, « Les États-Unis d’Europe », dans Le Flambeau, 12e année, n° 11, 1er novembre 1929, p. 345.

11 G. Vanzype, Le Prologue du drame, Reportages, Bruxelles, 1934, p. 81.

12 Idem, p. 117.

13 Musée de la Littérature, Bibliothèque Royale Albert Ier, Bruxelles, « dossier concernant la fondation de la revue L’Europe à l'initiative de Louis Dumont-Wilden », brochure de présentation de la revue, pp. 3-4.

14 E. Vandervelde, Mémoires d’un militant socialiste, Paris, 1939, pp. 94-136 (« Comment je suis devenu européen »).

15 Voir note 13. La revue est conçue comme devant « refléter l’esprit européen en français, la langue nécessaire des communications internationales ».

16 Annales Parlementaires, Chambre des Représentants, session 1904-1905, pp. 1245-1251

17 F. Neyray dans La Nation Belge du 31 mars 1924, reproduit dans Regards sur l’Europe, Bruxelles, 1934, p. 137.

18 Baron Snoy et d’oppuers, « Alliances économiques. États-Unis d’Europe et États-Unis d’Amérique », dans Revue Catholique des Idées et des Faits, 10e année, n° 21, 15 août 1930, pp. 7-18.

19 F. Baudhuin, « La Belgique et les projets de M. Briand », dans L’Européen, 2e année, n° 24, 11 juin 1930, p. 1.

20 La Revue Belge, 1er novembre 1930, pp. 276-279 ; A. Melot, « Chronique politique », dans La Revue Générale, juin 1930, pp. 756 et suivantes, et P. Hymans, « L’Union européenne », dans Le Flambeau, 13e année, n° 17 et 19, septembre-octobre 1930, pp. 8-20.

21 Nous visons ici la Convention d’Oslo du 22 décembre 1930 et le traité d’Ouchy du 18 juillet 1932 notamment. Dès 1930, les encouragements se font nombreux, en Belgique, en faveur de ces ententes entre petits pays, en vue, pour reprendre l’expression du Roi Albert, de préparer un « Locarno économique » (lettre d’Albert Ier à Paul Hymans du 3 octobre 1930 reproduite dans les Mémoires de ce dernier, t. II, Bruxelles, 1958, p. 820).

22 Bruxelles, 1933.

23 J. Destrée, Pour en finir avec la guerre, Bruxelles, 1931, pp. 56-57 ; Les Cahiers de l’Eglantine, n° VIII.

24 C’est surtout le cas du côté de la Droite nationaliste qui pratique systématiquement l’amalgame entre partisans d’une union européenne – qu’elle soit politique, économique ou autre – et les pacifistes qui ne placent pas nécessairement en tête de leurs préoccupations cette même union. Parmi les discours les plus virulents, il faut signaler celui de La Nation Belge et de la Revue Catholique des Idées et des Faits qui se déchaîne, en 1934, contre l’Union Jeune Europe.

25 Un important choix de documents a été publié par J. Gotovitch, sous le titre « Views of the Belgian Résistance on the Future of Europe » et « Vîews of Belgian Exiles on the Postwar Order in Europe » dans W. Lipgens (éd.), Documents on the History of European Intégration, vol. l : Continental Plans for European Union, 1939-1945, Berlin – New York, 1985, pp. 215-242, et vol. 2: Plans for European Union in Great Britain and in Exile, 1939-1945, pp. 414-449.

26 Belgique, Rapports de la Commission pour l’Etude des Problèmes d’Après-Guerre (CEPAG), 1941-1944, (slnd), p. 123.

27 Ibid., p. 132.

28 Ibid., p. 129.

29 Ibid., p. 135.

30 Ce discours est partiellement reproduit dans La pensée européenne et atlantique de Paul-Henri Spaak (1942-1972). Textes réunis et présentés par P.-F. Smets, t. I, Bruxelles, 1980, pp. 52-63.

31 Papiers Etienne de la Vallée Poussin, Louvain-la-Neuve, Parti Social Chrétien, Congrès National 1948, Conclusions provisoires du rapport politique, p. 3.

32 H. Carton de Wiart, Chronique de la guerre froide, 1947-1949, Bruxelles, 1950, pp. 391-393. Le point de vue de van Zeeland est exposé dès 1945 dans une conférence consacrée à Belgique et Occident européen, prononcée à Paris le 15 octobre et publiée à Paris aux éditions SPID la même année. Ce texte est également publié aux éditions du Marais à Bruxelles dans la « Collection de la Pierre d’Angle ».

33 Le texte dans La pensée européenne et atlantique, op. cit., 1.1, p. 148-160.

34 Archives du Ministère des Affaires Étrangères de Belgique, dossier NA 14603, dossier général septembre-octobre 1952, procès-verbal de la réunion tenue le 16 octobre 1952.

35 Rapport del a Commission d’Etudes Européennes instituée près le ministère des Affaires étrangères et du Commerce Extérieur, Bruxelles, 1953, p. 11.

36 A. Renard, « Les bases sociales d’une Relance européenne », dans Synthèses, 10e année, mars 1956, n° 118, pp. 344 -347.

37 A. Delperée, Politique sociale et intégration européenne, Liège, 1956, sans compter un nombre impressionnant d’articles portant sur le même sujet, compris la question migratoire.

38 Signalons au passage que dans le cadre des travaux du groupe 8 du projet Conscience et Identité européennes au xxe siècle, une attention toute particulière est portée à ce domaine.

39 Ces rapports existent évidemment pour cinq des six pays membres, le Grand Duché de Luxembourg n'ayant pas fait l'objet d'un rapport, à tout le moins pour l'époque qui retient ici l'attention.

40 INSOC, 1950, n° 5, pp. 23 et sv.

41 J. Destrée, Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre, Bruxelles, 1912, p. 2. Ce texte a d’abord paru dans La Revue de Belgique des 15 août-1er septembre 1912.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search