Version classiqueVersion mobile

Questionner les circulations des objets et des pratiques artistiques

 | 
Jean-Philippe Garric

Partie 2 : Imaginaires et sociétés

Expérimentation contre réalisme. La controverse de l’avant-garde théâtrale des années 1960 : le cas du Centro de Experimentación Audiovisual de Buenos Aires

Experimentation versus realism: the dispute of the Argentine theatrical avant-garde in the 1960s. The case of the Centro de Experimentación Audiovisual in Buenos Aires

Florencia Dansilio

Résumé

L’ouverture du Centro de Experimentación Audiovisual (CEA), au sein de l’Instituto Torcuato Di Tella de Buenos Aires, et surtout de sa salle de représentation en 1964, permet d’affirmer une nouvelle position dans le circuit du théâtre local. Celle-ci revendique l’actualisation de la scène argentine à travers l’expérimentation des conventions théâtrales et l’échange avec d’autres disciplines artistiques, regardant avec fascination les propositions esthétiques des collectifs du off-Broadway comme le Living Theater, ainsi que les tendances avant-gardistes du théâtre européen. Cependant, les pièces qui se produisent au CEA réveillent une forte résistance de la part des artistes confirmés du théâtre indépendant qui, depuis les années 1950, prônent l’affirmation d’un « réalisme argentin » en dialogue avec les problématiques locales. Pour eux, l’avant-garde artistique est nécessairement liée à la politique, et le fait que l’Instituto Di Tella soit financé par des fonds privés ainsi que par des bourses provenant des États-Unis réaffirme leur méfiance envers des propositions artistiques qu’ils trouvent très assujetties aux canons étrangers. À partir du traitement des fonds du CEA des archives Di Tella à Buenos Aires et de la critique culturelle de l’époque, cet article vise à analyser les controverses autour de l’idée d’avant-garde dans le théâtre argentin pendant les années 1960. Quels sont les arguments artistiques et politiques qui structurent la discussion entre réalistes et expérimentaux ? Comment s’articulent, dans chacun de ces deux camps, les spécificités locales et les influences étrangères ? Peut-on analyser le rôle de l’Instituto Di Tella à la fois en tant que « passeur » de nouvelles tendances internationales et comme « médiateur » des inquiétudes artistiques locales ?

Texte intégral

  • 1 « Templo heterodoxo », Visión, 30 août 1968, p. 46-47.
  • 2 Le Centro de Experimentación Audiovisual (CEA) fut créé à la fin de l’année 1963 et s’installa da (...)
  • 3 Mémoire ITDT-CEA 1965-1966, Buenos Aires, Archivos ITDT-CEA, Bibilioteca de la Univesidad Torcuat (...)

1Le « temple hétérodoxe »1. Ainsi la revue Visión surnommait-elle, en 1968, l’Instituto Torcuato Di Tella de Buenos Aires (ITDT) et plus particulièrement le Centro de Experimentación Audiovisual (CEA), un espace dédié à la création et à la présentation de spectacles scéniques expérimentaux2. L’appellation correspondait au parti pris artistique que le centre défendait publiquement : la recherche d’un théâtre novateur, au-delà des traditions locales, inspiré par les tendances esthétiques diverses provenant des métropoles, qui puisse actualiser le langage et les pratiques créatives de la scène argentine. Entre 1965 — date du premier spectacle — et 1970 — année de la fermeture définitive de l’institut —, le CEA occupa une place d’exception dans le paysage théâtral de l’époque. Tout d’abord par sa salle de spectacles, d’une conception novatrice et équipée d’une technologie audiovisuelle alors inédite en Argentine. Ensuite par sa programmation, orientée vers des spectacles expérimentaux souvent créés par de jeunes artistes débutants, et accompagnée d’un discours fervent en faveur du renouveau artistique que Roberto Villanueva, à la tête du CEA, réitérait à chaque ouverture de saison et lors de ses entretiens avec la presse. Enfin, du fait même de la singularité de l’institut, dédié aux arts contemporains, financé par les fonds privés de la riche famille Di Tella et bénéficiaire de nombreuses aides financières provenant de fondations nord-américaines (Ford, Rockefeller, American Economic Association). Le CEA s’est ainsi positionné comme le fer de lance du renouvellement théâtral en Argentine, promouvant, selon les mots de son directeur, un « théâtre vif et actuel », à partir d’une attitude « de recherche positive » qui regarde « vers l’avenir »3.

  • 4 « Instituto Di Tella. Teatro de vanguardia o mero snobismo ? », Primera Plana, 29 décembre 1964.
  • 5 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998
  • 6 Béatrice Joyeux-Prunel, Les avant-gardes artistiques 1918-1945. Une histoire transnationale, Pari (...)

2S’agit-il d’une véritable « avant-garde » théâtrale, ou bien, d’un « simple snobisme », se demandaient les médias de l’époque, face au tourbillon provoqué par « le théâtre du Di Tella » dans le milieu intellectuel de Buenos Aires4. Depuis une perspective sociologique, il est effectivement justifié de parler d’avant-garde pour les artistes rassemblés dans le creuset du CEA. Suivant l’approche de Pierre Bourdieu, ceux-ci ont fait « exister une nouvelle position au-delà des positions établies5 », et même — pourrait-on ajouter — « en avant » de ces dernières, visant à l’actualisation du champ à travers l’introduction d’une différence, d’une nouveauté. D’après Béatrice Joyaux-Prunel, qui s’est intéressée à la période de l’entre-deux-guerres, par avant-garde il faut entendre « des groupes d’artistes qui […] s’exprimèrent en rupture avec les modes de penser la culture et les arts de leur époque, valorisaient l’innovation esthétique, réclamaient une reconnaissance et entendaient participer à l’aventure internationale de la modernité6 ». En ce sens, le CEA et ses participants consolident une position avant-gardiste selon trois directions. D’abord, en rompant avec la tradition du théâtre local, trop restreinte, d’après eux, aux codes du réalisme. Ensuite, en valorisant l’innovation à travers l’adoption de méthodologies de création non conventionnelles (improvisation, écriture collective) et la convergence du théâtre avec d’autres disciplines artistiques (musique, arts visuels, performance). Enfin, par le désir de rapprocher la scène argentine des tendances avant-gardistes apparues dans des métropoles comme Paris ou New York, avec une fascination pour les expériences performatives des nouvelles compagnies nord-américaines comme le Living Theatre, ou le théâtre de l’absurde européen, ou encore le Théâtre Laboratoire de Jerzy Grotowski.

  • 7 Osvaldo Pellettieri (dir.), Teatro argentino de los ‘60. Polémica, continuidad y ruptura, Buenos (...)
  • 8 Ce « théâtre indépendant » est une particularité du champ théâtral argentin. Depuis les années 19 (...)
  • 9 Les années 1960 argentines sont une décennie marquée par un esprit de révolte (culturelle, politi (...)
  • 10 Dans un contexte international marqué par la guerre froide, où le choc entre les puissances nord- (...)

3Une fois la programmation du CEA intégrée au paysage culturel de la ville, un conflit n’a pas tardé à apparaître : le centre est devenu le catalyseur d’un désaccord entre une tendance défendant l’idée d’actualisation esthétique à travers l’expérimentation et d’autres positions qui aspiraient, elles aussi, à un renouvellement de la scène argentine mais en conservant un ancrage prédominant dans la réalité locale7. Le théâtre expérimental de l’Instituto Di Tella a suscité de fortes résistances parmi les artistes du « théâtre indépendant » qui, depuis les années 1950, s’assignaient la mission de représenter les enjeux sociaux particuliers de l’Argentine8. Ces désaccords esthétiques se confondaient avec la politique, dans un pays qui vivait un puissant moment de modernisation et d’essor culturel en même temps qu’il sentait la menace d’un retour conservateur et répressif, que le coup d’État militaire de 1966 n’a fait que confirmer9. Pour les défenseurs du réalisme, considérant que l’avant-garde artistique était nécessairement liée à une position politique, le fait que l’Instituto Di Tella soit financé par des fonds privés ainsi que par des bourses provenant des États-Unis, dans le contexte de la guerre froide10, réaffirmait leur méfiance envers un mouvement qui leur apparaissait plus « snob » que révolutionnaire. En revanche, pour les tenants d’un théâtre expérimental, la priorité était de trouver des moyens de création et de représentation plus en phase avec l’époque.

  • 11 Pour ce travail, trois archives ont été consultés à Buenos Aires (Argentine) : d’abord, les fonds (...)

4Ainsi, le débat entre ces deux tendances n’était pas fondé sur la nécessité d’une actualisation, mais sur la façon de la mener : quelle direction adopter pour un théâtre d’avant-garde dans un pays périphérique, au bord d’une crise politique et sociale, comme l’était l’Argentine à la fin des années 1960 ? À partir d’une consultation approfondie des archives du Centro de Experimentación Audiovisual de l’Instituto Di Tella de Buenos Aires, ainsi que d’une lecture de la presse de l’époque11, cet article analyse le rôle du centre en tant que dynamiseur de la scène argentine, et la polémique autour de l’idée même d’avant-garde. Quels sont les arguments de la controverse entre le nouveau théâtre expérimental et les défenseurs du réalisme ? Comment s’articulent, dans ce désir de renouveau et de rupture, les spécificités locales et les influences du circuit international ?

Le « Centre du tourbillon »12

  • 12 « El Centro del remolino », Primera Plana, 20 septembre 1966, p. 75.
  • 13 « […] ce centre de “hautes études musicales” fut décisif pour la formation de dizaines de jeunes (...)
  • 14 Un mode de consécration artistique déployé par le CAV fut la création d’un Prix international, qu (...)
  • 15 L’Instituto Di Tella comportait d’autres dépendances, comme par exemple un laboratoire photograph (...)

5Situé rue Florida, dans le centre-ville de Buenos Aires, le Centro de Experimentación Audiovisual est le dernier des trois centres d’expérimentation, de création et de diffusion artistique ouverts au sein de l’Instituto Torcuato Di Tella (1958-1971). Comme le Centro de Artes Visuales (CAV), dirigé par Jorge Romeo Brest de 1960 à 1969, et le Centro Latinoamericano de Altos Estudios Musicales (Claem), avec à sa tête Alberto Ginastera entre 1962 et 1971, ce troisième lieu a pour mission de « mettre à jour » les arts de la scène, notamment le théâtre et la danse. Les trois centres fonctionnent comme des plateformes formatrices pour les jeunes artistes argentins. Ils ont également une fonction d’ouverture vers l’extérieur : soit en invitant des artistes latino-américains — comme ce fut le cas du Claem13 —, soit en promouvant des artistes locaux sur le circuit international — comme l’a fait avec succès le CAV14 —, ou encore en permettant que soient diffusées en Argentine des créations en provenance de l’étranger. À ce dernier effet, une médiathèque et une bibliothèque spécialisées en sciences sociales et en arts ont mis à la disposition de la population locale de précieuses sources contemporaines de documentation15.

  • 16 Roberto Villanueva, dans « El Centro del remolino », art. cité.
  • 17 La salle disposait notamment de six projecteurs de diapositives, avec des objectifs modulables de (...)
  • 18 Maria Fernanda Pinta, Teatro expandido en el Di Tella. La escena experimental argentina en los an (...)
  • 19 Ibid., p. 52-53.

6La nouveauté apportée par le CEA, et sûrement l’un des facteurs qui ont donné à l’institut sa vitalité, fut la création d’une salle de spectacle spécialement adaptée au projet artistique que défendait Roberto Villanueva : « J’ai demandé aux réalisateurs du projet [architectural] quelque chose à l’image d’un plateau de télévision : pas seulement pour y caser la boîte noire du théâtre traditionnel, mais également pour encourager les créateurs à travailler en fonction [de l’espace] afin de rechercher des formes nouvelles16. » Dans cette salle, d’une capacité modulable de 244 places — permettant différentes dispositions du public —, dotée d’une technologie audiovisuelle moderne17, ont été programmés 88 spectacles (théâtre, danse, concerts, happenings, conférences, cycles de cinéma) entre 1965 et 197018. Ce lieu fut l’atout spécifique du CEA, qui n’offrait pas de bourses, contrairement au Claem, ni ne bénéficiait de prix nationaux et internationaux comme le CAV. Selon Maria Fernanda Pinta, alors que les deux autres centres visaient l’international, l’activité du CEA était plus ancrée dans le milieu local : vitrine des activités de l’institut mais également « boîte de résonance » d’un phénomène culturel global, le CEA proposait « une notion plus large du spectacle, qui introduisait un changement dans la conception de l’activité théâtrale » ainsi que dans « les formes traditionnelles du divertissement, de l’art et de la communication »19.

  • 20 Le Grupo Florida fut, lors des années 1920, un rassemblement informel d’intellectuels à vocation (...)
  • 21 A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit.

7La localisation géographique de l’Instituto Di Tella a été cruciale pour la visibilité de l’activité du CEA. En plein centre-ville, la rue Florida, qui avait été dans les années 1920 l’épicentre de la bohème lettrée portègne20, redevenait un lieu de rencontre pour les artistes et les intellectuels21. Autour du bâtiment de l’institut [fig. 1] et des trois centres d’art se concentraient plusieurs lieux particulièrement fréquentés par la jeunesse : des facultés — comme celle, historique de philosophie et de lettres, et celle, plus récente, de sociologie —, de nombreux bars et cafés, des galeries d’art, des librairies comme Verbum et Galatea, la bibliothèque Lincoln — fournie en revues sur les nouveautés de l’art et le théâtre nord-américain —, le cinéma Lorraine, d’autres salles de théâtre indépendant, etc. Dès son ouverture en 1964, avec des cycles de cinéma et de poésie, le CEA attire l’attention de la presse :

  • 22 « Cuatro paredes y un techo », Primera Plana, 29 décembre 1964.

Jusqu’à très peu, il était courant d’entendre dire que Buenos Aires était une ville menacée par la disparition de ses théâtres […] Mais lentement, comme un animal souterrain aux contours imprécis, la fièvre est de retour […]. La rue Florida montre un imprévisible changement de façade culturelle : la traditionnelle rue des galeries devient également la rue des théâtres22.

Fig. 1 : Façade de l’Instituto Di Tella, Florida 936, Buenos Aires

Fig. 1 : Façade de l’Instituto Di Tella, Florida 936, Buenos Aires

© Humberto Rivas

8Trois saisons de spectacles plus tard, le centre fait partie de la vie culturelle de la ville :

  • 23 « Templo heterodoxo », art. cité, p. 46-47.

Le Centro de Experimentación Audiovisual est aujourd’hui un succès de la vie culturelle portègne. Depuis qu’il a présenté en 1965 ses premières audaces dans la sphère théâtrale, un tourbillon d’enthousiasme et de diatribes a assailli la rue Florida et les rues adjacentes23.

  • 24 « Bigotazos a la hora del cambio », Análisis, 371, 22 avril 1968.

Décrié au départ, insulté maintes fois, objet de moqueries, le Centro de Experimentación Audiovisual peut se prévaloir à ce jour de nombreux résultats positifs ; il ne faut pas négliger l’intérêt qu’il a éveillé dans un public de plus en plus large, et l’influence dynamique — esthétique, plus généralement culturelle — qu’il exerce sur le milieu artistique de Buenos Aires24.

  • 25 « La pomme folle ». Le mot espagnol manzana (« pomme ») est utilisé pour désigner un pâté de mais (...)
  • 26 O. Terán, Nuestros años sesentas, op. cit., p. 85.
  • 27 Beatriz Sarlo cité dans John King, El Di Tella y el desarrollo cultural argentino en la década de (...)

9La « manzana loca »25, dénomination choisie par la presse pour désigner les rues autour de l’Instituto Di Tella [fig. 2], devient ainsi un lieu incontournable du champ intellectuel des années 196026. Selon Beatriz Sarlo, cette zone peut être comprise « à la manière dont Bourdieu a pensé certains quartiers de Paris qui, à un moment déterminé, deviennent l’épicentre de l’activité culturelle d’avant-garde ou de la modernité27 ». Dans ce contexte géographique et culturel, le CEA tint lieu de vitrine privilégiée pour les artistes expérimentaux, d’appel d’air pour la circulation de nouveaux publics, et de nouvel objet fétiche pour la critique théâtrale de l’époque. Mais quelle était donc la singularité de l’activité de cette salle qui a provoqué tant « d’enthousiasme et de diatribes » au cours des années 1960 ?

Fig. 2 : Carte de la « manzana loca » realisé par Miguel Brascó pour la Revue Claudia, novembre 1968

Fig. 2 : Carte de la « manzana loca » realisé par Miguel Brascó pour la Revue Claudia, novembre 1968

Un théâtre « qui regarde vers l’avenir »

  • 28 Ana Longoni et Mariano Mestman, dans leur étude sur les arts visuels du Di Tella, s’accordent ave (...)
  • 29 Mémoire ITDT-CEA 1965-1966, op. cit.

10Le projet développé au sein de l’Instituto Di Tella n’a pas donné naissance à une ligne esthétique nouvelle, mais a rassemblé des expériences diverses, menées auparavant de façon dispersée, en mettant à disposition des artistes un cadre idéal28. En cela le rôle du directeur du Centro de Experimentación Audiovisual fut fondamental [fig. 3]. Issu d’une formation en architecture et d’une pratique du théâtre universitaire, fasciné par l’avant-garde new-yorkaise et surtout par Jerzy Grotowski, mais ne pouvant cependant se prévaloir d’une expérience théâtrale confirmée — à la différence des dirigeants des deux autres centres —, Roberto Villanueva prend en main le CEA avec trois objectifs : expérimenter dans le domaine des rapports entre le son et l’image ; promouvoir les jeunes artistes d’avant-garde relevant des performing arts ; et moderniser le théâtre local, en phase avec les évolutions esthétiques internationales29.

Fig. 3 : Roberto Villanueva à l’Instituto Di Tella, s. d.

Fig. 3 : Roberto Villanueva à l’Instituto Di Tella, s. d.

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

  • 30 Par exemple, dans le programme du spectacle Ugh ! de Cecilia Barbosa, Roberto Villanueva écrit : (...)
  • 31 Roberto Villanueva, dans Mémoire ITDI-CEA 1965-1966, op. cit, p. 9.

11Les projets de création scénique choisis par le directeur du centre pour la programmation de sa salle ne mettaient pas en avant le texte, conférant plus d’importance à d’autres dimensions (plastique, corporelle, sonore), brouillant parfois les frontières séparant le théâtre des autres arts comme la danse, la musique, la performance ou les arts visuels. Par ailleurs, lors de la présentation des spectacles dans les programmes, Roberto Villanueva insistait sur le processus de création plus que sur l’œuvre achevée, ainsi que sur l’acceptation de l’erreur comme élément intrinsèque à l’attitude de recherche que le centre, en tant que « laboratoire », défendait30. Les pièces ne sont pas des « œuvres d’art » mais des « épreuves », explique-t-il dans les rapports d’activité du CEA : « la réalisation d’épreuves est essentielle pour mener ce travail. C’est pour cela que nous faisons des spectacles expérimentaux. Ceux-ci ne veulent pas démontrer quelque chose. Ils posent des questions. Parfois, de nouvelles questions31. »

12Le projet artistique était justifié par l’existence d’un fort décalage entre les enjeux du monde contemporain et les outils du théâtre local. Selon Roberto Villanueva, il fallait d’urgence moderniser la scène argentine, en la reliant aux transformations du théâtre dans le monde occidental. Ainsi, les idées de « mise à jour », de « nouveauté » et la revendication de la figure du « jeune artiste » sont récurrentes dans les textes institutionnels qu’il signait.

  • 32 Ibid.

Dans un monde complexe en train de changer radicalement […] il faut de nouveaux outils de représentation. Tout simplement parce qu’il y a des nouvelles réalités et de nouveaux rapports entre les choses à représenter, ainsi que de nouvelles possibilités pour le faire. […] Pour les spectacles programmés dans la salle, nous cherchons à faire converger les différentes tendances ou cheminements que prend aujourd’hui l’expérimentation. Des collectifs ou des artistes seront invités à travailler avec les possibles ouverts par les ressources techniques et humaines de la salle. Une opportunité pour les jeunes créateurs d’avant-garde qui, sans cela, ne pourraient pas réaliser leurs spectacles de laboratoire. […] Depuis le Centre nous envisageons un travail qui regarde vers l’avenir32.

  • 33 Silvia Sigal, Intelectuales y poder en la década del sesenta, Buenos Aires, Puntosur, 1991.
  • 34 A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit., p. 40.
  • 35 Une revue importante pour la critique culturelle fut Primera Plana (1962-1969), qui a accordé une (...)

13La ligne artistique du Centro de Experimentación Audiovisual rejoint l’imaginaire « modernisateur » qui, depuis la fin des années 1950, agitait les différentes sphères de la culture argentine33. À la suite de la fin de la période péroniste, le pays a connu un renouvellement accéléré du champ intellectuel et artistique. Les historiens Ana Longoni et Mariano Mestman en soulignent trois manifestations : la création de nouvelles institutions ou le renforcement des projets de renouvellement dans celles déjà existantes ; l’émergence de nouveaux producteurs culturels, plutôt jeunes, qui introduisent dans le champ de nouvelles esthétiques et d’autres formes de reconnaissance artistique ; enfin, l’apparition d’un nouveau public, curieux et instruit, en quête de nouveauté34. Le CEA répond à ce désir général de modernisation, aussi bien du côté des artistes que de celui du public. Autrement dit, le fait que le centre ait pu programmer une moyenne de quinze productions par saison entre 1965 et 1970, rassembler un public suffisant pour ces spectacles souvent très expérimentaux [fig. 4], et jouir d’une présence importante dans la presse écrite35 montre l’effervescence culturelle de la période, sans laquelle il aurait été difficile de maintenir une telle institution.

Fig. 4 : Salle de spectacle du CEA et son public, 1969

Fig. 4 : Salle de spectacle du CEA et son public, 1969

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

  • 36 Andrea Giunta, Vanguardia, internacionalismo y política. Arte argentino en los anos sesenta, Buen (...)
  • 37 Stuart W. Little, Off-Broadway: The Prophetic Theater, New York, Coward, McCann & Geoghegan, 1972
  • 38 Joseph Wesley Zeigler, Regional Theatre: The Revolutionary Stage, Minneapolis, University of Minn (...)
  • 39 Jean Jacquot (dir.), Les voies de la création théâtrale, t. 1, Paris, Éditions du CNRS, 1970.
  • 40 M. F. Pinta, Teatro expandido en el Di Tella, op. cit., p. 37.
  • 41 Hans-Thies Lehmann, Le théâtre postdramatique, Paris, L’Arche, 2002.

14Le « regard vers l’avenir » que défendait le CEA correspond également à l’évolution du théâtre occidental dans un contexte d’internationalisation des circuits artistiques36. Tandis que se développait à New York le théâtre off-Broadway37 — qui inventait de nouvelles formes de production et de création en soutenant des compagnies non profit pour faire face à la commercialisation et à la standardisation du théâtre, et inspirait les salles régionales nord-américaines à se lancer dans l’aventure de l’expérimentation38 —, et alors qu’émergeaient en Europe des tendances néo-avant-gardistes remettant en question les principes du théâtre moderne39, le CEA aspirait lui aussi à participer à cette tendance contemporaine. Maria Fernanda Pinta, dans son étude sur la scène expérimentale en Argentine pendant les années 1960, émet l’hypothèse que les productions montées à l’Instituto Di Tella ont marqué le passage entre un théâtre moderne (ou dramatique) et un théâtre postdramatique40, en un processus parallèle à celui qui se déroulait dans d’autres capitales occidentales à l’époque41.

Expérimentation contre réalisme : les termes de la controverse esthétique

15Le projet de l’Instituto Di Tella a eu une résonance importante pour un grand nombre de jeunes artistes en quête de nouveaux formats d’expression théâtrale, car il a ouvert un espace inexistant jusqu’alors. La scène argentine de l’époque était divisée entre un théâtre « commercial », orienté vers le divertissement du grand public, un théâtre public — encore soumis aux héritages de la tradition espagnole — et les pièces produites par les artistes du théâtre indépendant — qui défendait une vision avant-gardiste depuis son apparition vers les années 1930.

  • 42 Nestor Tirri, Realismo y teatro argentino, Buenos Aires, Ediciones La Bastilla, 1973.
  • 43 Ibid., p. 128.
  • 44 L’une des premières propagatrices de la méthode du maître russe fut Hedy Crilla, une comédienne h (...)
  • 45 Les pièces de Ricardo Halac (Soledad para cuatro, 1960 ; Estela de madrugada, Fin de diciembre, 1 (...)

16Ces derniers se préoccupaient de développer une dramaturgie nationale, reposant sur la production de textes, et des modalités de jeux locales, recherchant au sein d’ateliers autogérés des langages plus adaptés aux possibilités et singularités expressives des comédiens argentins. Les procédures mises en place à l’intérieur des ateliers, explique Nestor Tirri, se rapprochaient davantage d’une démarche « scientifique », en partant de « bases techniques et non théoriques », ainsi que le voulait le réalisme, voire le naturalisme42. Le résultat de cette recherche menée par le théâtre indépendant lors des années 1950 fut un corpus d’auteurs dramatiques défenseurs d’une tendance réaliste appelée « réalisme réflexif ». Bien qu’il soit difficile de synthétiser les caractéristiques d’un vaste ensemble de pièces, nous pouvons identifier au moins trois constantes de ce courant réaliste. Premièrement, la problématique des œuvres est très souvent centrée sur les conflits de la classe moyenne, ainsi que sur une frustration liée à l’échec du projet péroniste. Deuxièmement, la figure de l’anti-héros en tant que personnage principal de la pièce est récurrente : « Le héros est remplacé par des êtres plutôt médiocres qui vivent et rendent explicite leur frustration43. » Troisièmement, le travail de l’acteur, fondé sur la méthode Stanislavski44, ainsi que les choix de mise en scène favorisent « un critère de vérité » plus proche du naturalisme que du réalisme45.

17Dans un article publié en 1964 dans la revue Teatro XX sous le titre « À la recherche de la réalité perdue », un représentant du nouveau réalisme argentin, Germán Rozenmacher, explique au cours d’un dialogue avec ses amis Roberto Cossa et Yiair Mossian sa position face à la création théâtrale en Argentine :

  • 46 German Rozenmacher, dans « Dialogo a 3 voces : a la búsqueda de la realidad perdida», Teatro XX, (...)

Que l’esthétique de la pièce soit en rapport avec la société et la réalité est, à mon avis, une condition fondamentale ! […] Je cherche à exprimer la vérité contemporaine […] Je veux écrire du théâtre comme le fait l’homme de science : en travaillant sur la réalité. Et la seule manière de le faire c’est de m’engager dans cette réalité. […] Mais je ne veux pas non plus écrire un pamphlet ou donner des solutions ; comme disait Tchékhov, il faut donner une approche correcte de la réalité46.

  • 47 Roberto Cossa, dans « Dialogo a 3 voces», art. cité.

Tant chez les auteurs que chez les spectateurs, il existe la nécessité d’enquêter sur nous, de trouver une expression argentine, de trouver quelque chose qui soit spécifiquement argentin à partir du monde que l’on connaît, avec modestie, pour arriver après aux grandes synthèses47.

18La tendance expérimentale apparaît sur la scène locale contre ce théâtre réaliste et une série de formes qui lui sont associées : la centralité du texte, la logique de la trame, le principe de vraisemblance avec la réalité. Ainsi, aux conventions du drame bourgeois, qui fut l’antagoniste privilégié du théâtre d’avant-garde européen, les artistes expérimentaux argentins rajoutent le refus des canons esthétiques qu’adopte à ce moment-là le réalisme réflexif. Pour eux, ce dernier était trop assujetti à la réalité dont il s’inspirait et qui l’éloignait des tendances novatrices émergeant ailleurs. En 1966, Roberto Villanueva, interrogé sur le théâtre expérimental et sa réticence face aux textes théâtraux, répondait :

  • 48 « Disparen sobre le Instituto », Primera plana, s/r, 1966, p. 104-105.

Au siècle dernier, le théâtre se structurait à partir des mots. Tout le spectacle était adressé à l’intellect au détriment des autres facultés de l’homme. Notre objectif est de s’adresser à l’homme dans son intégralité. Cette réaction est déjà à l’œuvre dans d’autres disciplines artistiques. Le théâtre retournera aux mots une fois que le spectateur aura été familiarisé avec les autres éléments, qui doivent s’équilibrer avec le texte, qui ne sont pas des éléments auxiliaires. Ce théâtre gouverné par les mots on le retrouve chez Shaw, Tchékhov, Pirandello, tous de grands auteurs, mais je ne conseille pas de le pratiquer aujourd’hui48.

  • 49 Silvina Alejandra Diaz, La productividad de las poéticas de Artaud y de Grotowski en el teatro po (...)

19En analysant la programmation du CEA, il est possible d’identifier au moins trois tendances de ce mouvement expérimental49. Tout d’abord, les pièces qui s’inspirent du théâtre de l’absurde, avec les mises en scène de Jorge Petraglia — Lutero de John Osborne, 1965 ; Krapp de Samuel Beckett, 1968 — et les textes de Griselda Gambaro — El Desatino, 1965 et Los siameses, 1967, également adaptés par Petraglia [fig. 5 et 6]. Sans sacrifier la centralité du texte, ces œuvres opèrent un premier déplacement vers la valorisation de la mise en scène comme intervention signifiante indépendante des mots, et vers une réflexion sur l’expérience de la représentation en tant qu’élément fondamental pour la construction du sens de la pièce. En ce qui concerne la structure dramatique, nous pouvons repérer certaines caractéristiques typiques du théâtre de l’absurde, comme le retardement antinaturel de l’action et des dialogues, les structures circulaires ou encore la discontinuité dans le développement dramatique de l’histoire. Ce glissement vers l’absurde ne constitue pas un éloignement des sujets qui préoccupent les auteurs du théâtre réaliste : dans ces pièces, la critique envers le conformisme de la classe moyenne argentine, l’irruption de la violence au sein de la société argentine et l’abus de pouvoir dans la vie sociale et intime sont des thématiques fortes.

Fig. 5 : Photographie de la pièce Ubu encandenado d’Alfred Jarry, 1968. Marilu Marini (Mère Ubu) et deux autres acteurs

Fig. 5 : Photographie de la pièce Ubu encandenado d’Alfred Jarry, 1968. Marilu Marini (Mère Ubu) et deux autres acteurs

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

Fig. 6 : Photographie de la pièce Los Siameses de Griselda Gambaro, 1967. Roberto Villanueva et deux autres acteurs.

Fig. 6 : Photographie de la pièce Los Siameses de Griselda Gambaro, 1967. Roberto Villanueva et deux autres acteurs.

Crédit photo Jorge Fizson © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

  • 50 Ces pièces du collectif ont suscité une certaine polémique dans la presse, du fait justement du r (...)

20La deuxième tendance est représentée par les œuvres issues de processus de création collective inspirés des méthodes du Living Theatre ou d’autres compagnies du off new-yorkais des années 1960, ainsi que par le Théâtre Laboratoire de Grotowski. C’est le cas des pièces de la compagnie Grupo Lobo de Carlos Traffic — Tiempo Lobo, 1968 et Tiempo de fregar, sous la coordination générale de Roberto Villanueva, 1969 [fig. 7 et 8]. Dans celles-ci, le spectacle est issu d’improvisations et de dynamiques rituelles, qui structurent les différents moments de l’œuvre. De plus, l’un des axes de ce type de recherche vise à explorer d’autres formes de représentation et de rapport avec le public, en franchissant souvent la frontière entre la salle et la scène50.

Fig. 7 : Programme de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969

Fig. 7 : Programme de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

Fig. 8 : Photographie de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969

Fig. 8 : Photographie de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

  • 51 « Au Living Theatre, aux poètes » disait la dédicace signée par Mario Trejo dans le programme de (...)
  • 52 Le projet Artaud 66 proposait quatre mises en scène : Severa vigilancia de Jean Genet, Los Cenci (...)

21Dans cette ligne se situent également les propositions de Mario Trejo et sa compagnie Teatro de La Tribu (Libertad y otras intoxicaciones, 1967 ; La reconstruccion de la Opera de Viena precedida de El proceso Godard /Variaciones Wittgenstein, 1968) [fig. 9 et 10]. Ici, l’intertextualité vaut singularité, avec un ensemble de références hétérogènes — toutes associées à des positions d’avant-garde (superposition de textes, reproduction d’images, dédicaces51). Dans ces deux créations, Trejo fait bon usage des ressources techniques et du foisonnement disciplinaire de l’Instituto Di Tella : il sollicite les possibilités audiovisuelles de la salle, invite les musiciens du Claem à composer et enregistrer la bande-son et rassemble une distribution pluridisciplinaire d’artistes (comédiens, danseurs et musiciens). Les spectacles d’Alberto Cousté — Artaud 66, 1966, inspiré de l’œuvre d’Antonin Artaud52 —, et ceux de la compagnie TIM Teatro de Carlos Mathus — Cuarto de espejos et Molto Vivace, 1967 — sont d’autres exemples de cette même tendance expérimentale.

Fig. 9 : Programme de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967

Fig. 9 : Programme de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

Fig. 10 : Photographie de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967

Fig. 10 : Photographie de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

22Enfin, une troisième tendance regroupe les happenings, c’est-à-dire des performances conceptuelles, spontanées et éphémères, mêlant public et artistes, réalisées dans différents espaces de l’institut et même en dehors, dans la rue Florida. Distinctes d’un travail strictement « théâtral », ces expériences ont été surtout proposées par les artistes visuels associés au Centro de Artes Visuales tels Marta Minujin, Roberto Jacoby, Oscar Masotta ou le Français Jean-Jacques Lebel. Le premier de ces happenings programmés par la salle, lesquels ont eu lieu surtout pendant les années 1966 et 1967, a été Simultaneidad en simultaneidad de Marta Minujin, suivi de Prune Flat de Robert Witmann — réalisé par Marta Minujin, Marucha Bo, Marilu Marini et Leopoldo Maler —, et d’un cycle de conférences intitulé Acerca (de) : Happenings. Ce type d’événements a eu un fort retentissement, salué par la presse people et moqué par la presse culturelle [fig. 11]. Face aux critiques, Roberto Villanueva répondit :

  • 53 « El Centro del remolino », art. cité, p. 75.

Je suis au courant qu’à Buenos Aires circule un certain mépris concernant les activités de l’Instituto Di Tella ; beaucoup de gens disent que nous sommes des snobs qui produisons du snobisme pour la consommation d’autres snobs. Mais en vérité, la seule chose que nous essayons de faire est de nous tenir à l’avant-garde du processus artistique, au centre de la dichotomie entre l’ordre et l’aventure53.

Fig. 11 : Caricature des happenings parue dans la revue Primera Plana, 13 décembre 1966

Fig. 11 : Caricature des happenings parue dans la revue Primera Plana, 13 décembre 1966

© Hémérothèque du Congreso de la Nación, Buenos Aires

  • 54 N. Tirri, Realismo y teatro argentino, op. cit., p. 12.

23Les dramaturges et metteurs en scène identifiés sous le terme de réalisme réflexif, ainsi que des journalistes proches de ce réseau, se sont montrés très critiques face à l’exaltation de l’expérimentation menée à l’Instituto Di Tella et notamment face à l’effet de mode provoqué par les happenings. Pour Nestor Tirri, intellectuel proche du théâtre indépendant, les pratiques de l’Instituto Di Tella, bien qu’« audacieuses », étaient le plus souvent « le produit de frivolités esthétiques de mode » et leur succès devait plus à la conjoncture qu’à la qualité des œuvres54. Les critiques les plus répétées reprochaient aux spectacles leur qualité douteuse, soulignant leur manque d’aboutissement et de clarté.

24La controverse entre ces deux positions esthétiques possède sa propre chronologie. Tout d’abord, dans la première moitié des années 1960, le débat s’articule autour du propos artistique des pièces : ce fut le cas avec El Desatino de Griselda Gambaro, de manière emblématique. Mais le désaccord entre deux visions de l’avant-gardisme théâtral local virera progressivement au politique, avec la radicalisation des positionnements liés à la répression militaire que connut le pays à partir de 1966.

Profaner la réalité : le cas de El Desatino de Griselda Gambaro

  • 55 Roberto Villanueva, « Prólogo », dans Grielda Gambaro, El Desatino, Buenos Aires, Centro de Exper (...)

25El Desatino (« la folie » ou « l’absurdité » en espagnol) de Griselda Gambaro fut la deuxième pièce programmée par le CEA [fig. 12 et 13]. Écrite sous l’influence du théâtre de l’absurde, dont les codes étaient accentués par la mise en scène de Petraglia, elle a été le déclencheur de la polémique opposant réalistes et expérimentaux. « El Desatino ne reproduit pas une réalité. Il ne s’agit pas non plus d’en inventer une, mais plutôt de créer une co-réalité avec des éléments réels librement traités », dit Roberto Villanueva dans le prologue de l’édition papier de la pièce55.

Fig. 12a : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

Fig. 12a : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

Fig. 12b : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

Fig. 12b : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

Fig. 13 : Photographies de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

Fig. 13 : Photographies de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966

© Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella

  • 56 Griselda Gambaro, dans « El atino desatinado », Confirmado, 9 septembre 1965.
  • 57 Osvaldo Pellettieri, « El teatro argentino actual (1960-1987) », Cuadernos Hispanoamericanos, 459 (...)

26Celle-ci traite de la violence dans les relations de proximité (familiale ou amicale). Le protagoniste principal, Alfonso — interprété par Petraglia lui-même — se réveille un matin les pieds entravés. Désespéré, il sollicite l’aide de sa mère et de son meilleur ami Luis pour sortir de cette situation. Mais ceux-ci, au lieu de lui venir en aide, développent une attitude hostile à son encontre et profitent de son immobilité pour le soumettre à toutes sortes de brutalités psychologiques. D’après Griselda Gambaro, El Desatino est « une critique virulente de la docilité de l’homme, de tout ce qu’il doit céder dans son quotidien et qui le mène à une perte indigne de son libre arbitre56 ». Dans l’édition de la pièce ainsi que dans le programme, il est explicitement fait référence au théâtre de l’absurde européen. D’après Osvaldo Pellettieri, l’œuvre marqua un point d’inflexion dans le développement d’un courant local de l’absurdisme qui ne se contentait pas d’appliquer des codes venus de l’étranger mais déployait une recherche formelle singulière adaptée au contexte argentin57.

  • 58 Cesar Magrini, « Al publico no se lo subestima », El Cronista Comercial, août 1965.

27Dès la première de la pièce, le 28 août 1965, la presse se divise entre ceux qui encensent la singularité de El Desatino et ceux qui la rejettent. Les critiques portées sur la pièce étaient aussi dirigées contre l’Instituto Di Tella. Dans un lapidaire article paru sous le titre « Il ne faut pas sous-estimer le public », Cesar Magrini estima scandaleux que l’institut, disposant de ressources importantes, se concentrât sur la création de ce type de spectacle au « snobisme facile », au détriment d’un « théâtre sérieux ». Tous les participants de El Desatino, disait-il, « semblent investis de tout et n’importe quoi, sauf de sérieux »58. Les détracteurs de la pièce se concentrèrent sur le texte, où « tout est clair et obscur à la fois », sur la violence apparemment « injustifiée » et sur une direction d’acteurs — qui échappait aux codes réalistes — abondante en cris, chuchotements, torsions corporelles, etc. À la structure de l’œuvre et à sa dramaturgie s’ajoutait donc un désaccord profond quant à la technique de jeu, ainsi que le montrent les deux extraits d’articles ci-dessous :

  • 59 Ibid.

Il faudrait interdire à Leal Rey [le comédien qui jouait le personnage de Luis] l’accès à n’importe quelle scène, après ce qu’on l’a vu faire. C’est incroyable qu’après être arrivés à une certaine maturité théâtrale en Argentine, certains insistent encore avec ce type d’aventures personnelles, égocentriques, absolument injustifiées. La seule exception est Lilian Riera [la comédienne interprétant la mère d’Alfonso] qui, malgré la direction médiocre et histrionique de Petraglia, apporte à son rôle des moments de grâce authentique et de talent59.

  • 60 « Danza macabra », Primera Plana, 7 septembre 1965.

La mise en scène de Jorge Petraglia (exceptionnel aussi dans le rôle d’Alfonso) est très juste et exemplaire dans le genre : une élocution disloquée, une caractérisation féroce des personnages, une inventivité incessante… Lilian Riera, dans le rôle de la mère, est particulièrement exceptionnelle : désarticulée […] elle est grotesque, une Parque démentielle, un monstre infatigable et inoubliable60.

  • 61 Jorge Andrés, « Originalidad y humor », Teatro XX, 2 septembre 1965.

28Le sommet de cette polémique eut lieu l’année suivante, au début de 1966, quand la revue Teatro XX décida d’attribuer à El Desatino le prix de la meilleure pièce de l’année. Ce choix a profondément divisé le comité d’édition de la revue. Il y avait d’un côté ceux qui défendaient l’œuvre en tant qu’exemple réussi de modernisation du langage théâtral. « El Desatino est sûrement la création la plus importante sur la condition humaine que le théâtre argentin nous a donné depuis longtemps », écrit un critique de l’époque, ajoutant qu’« El Desatino contient une grande dose d’un ingrédient souvent oublié par notre dramaturgie, parfois très imbibée dans la transcendance : l’humour »61. De l’autre côté, se trouvait notamment deux membres du comité éditorial de la revue, Pablo Espinosa et Edmundo Eichelmbaum, qui allèrent jusqu’à donner leur démission. Dans des lettres publiées par Teatro XX, ils expliquent leur décision :

  • 62 Pablo Espinosa, « Dos renuncias », Teatro XX, 3 avril 1966.

Il est absurde de voter pour El Desatino, qui n’est qu’une expression irrationnelle et réactionnaire […]. Donner le prix de la meilleure pièce de l’année à El Desatino de Griselda Gambaro signifie s’incliner devant l’abstraction, devant la profanation de la réalité, devant l’irrationnel, et cela, aujourd’hui, dans notre milieu, dans notre situation historique particulière, c’est être réactionnaire […]. Ce type d’expériences irrationnelles, qui cherchent une justification au travers de phrases farfelues qui n’ont aucun fondement théorique digne d’être considéré, est une conséquence directe de la dissipation propre aux jeux d’enfants. Elle ne peut passer pour originale et courageuse que devant les yeux d’un public distrait62.

  • 63 Edmundo Eichelbaum, « Dos renuncias », Teatro XX, 3 avril 1966.

Je ne prétends pas que ma vision sur le théâtre soit celle qui contient la vérité, tout simplement je ne souhaite plus partager une publication avec ceux qui ont reconnu de grandes qualités, par exemple, à El Desatino de Griselda Gambaro […]63.

  • 64 M. F. Pinta, Teatro expandido en el Di Tella, op. cit., p. 181.

29Dans cette opposition il est possible d’identifier deux types d’arguments. Tout d’abord, ceux qui révèlent une incompatibilité formelle : entre les codes défendus par le théâtre réaliste et ceux développés par l’absurdisme local. Ensuite, ceux qui tiennent à un désaccord méthodologique : entre la poursuite d’une « singularité » locale, en lien direct avec la réalité argentine, et une recherche en soi, inspiré par les apports venus de l’étranger. Selon Maria Fernanda Pinta, la polémique autour de El Desatino, qui resurgit avec d’autres pièces présentées par l’Instituto Di Tella l’année suivante — par exemple El niño envuelto de Norman Briski et Bonino aclara ciertas dudas de Jorge Bonino —, reflète le débat idéologique qui a divisé le milieu intellectuel argentin des années 1960 : « la recherche d’un style propre (national) en opposition à la reproduction acritique des modèles venus d’ailleurs à la mode64 ». La polémique suscitée par El Desatino, qui a toutefois été relativisée par les principaux concernés quelques années après, montre comment les divergences formelles et méthodologiques qui ont opposé « réalistes » et « expérimentaux » lors des années 1960 étaient amplifiées par la singularité de l’Instituto Di Tella et son importance à l’époque, lesquelles provoquaient des tiraillements au sein du théâtre indépendant, dans un contexte politique de plus en plus tendu.

Du débat esthétique au conflit politique

  • 65 En novembre 1966 une « opération municipale » ferma plus de sept théâtres de la capitale, sous pr (...)
  • 66 A. Longoni, Vanguardia y revolución, op. cit.

30Quelques mois après l’apex du débat autour de El Desatino, l’Argentine subit un nouveau coup d’État, suivi de l’instauration d’un gouvernement militaire. Sous le mandat du général Juan Carlos Onganía, l’activité artistique, en particulier celle qui était associée aux tendances contestataires, est sévèrement réprimée. Plusieurs théâtres doivent fermer leurs portes et d’autres en sont régulièrement menacés65, des expositions d’art sont interdites, les contrôles policiers se multiplient, des œuvres sont censurées, la vie même de certains artistes est en danger. Tout le climat d’essor culturel qui avait marqué les premières années de la décennie est violemment bouleversé, ce qui déplace les termes de la discussion sur le rôle de l’avant-garde : les considérations formelles laissent la place à des questions explicitement politiques et notamment éthiques autour de la création théâtrale. L’idée d’un « art pour l’art » dans un contexte de privation des libertés et de répression croissante perd son sens alors que nombre d’artistes s’engagent dans des voies plus contestataires66.

  • 67 Cette autonomie a été, comme on l’observe souvent dans les phénomènes artistiques, très relative. (...)
  • 68 « Face à la lutte de masses latino-américaine, les États-Unis et 19 États latino-américains ont s (...)
  • 69 Frances Stonor Saunders, The Cultural Cold War: The CIA and the Word of Arts and Letters, New Yor (...)
  • 70 D’autres institutions latino-américaines ont reçu des financements dans le cadre de cette politiq (...)

31Le positionnement de l’Instituto Di Tella est encore une fois critiqué. Ses sources de financement notamment posent question. Est-il nécessaire de consacrer autant d’argent pour satisfaire les visions d’une élite d’artistes dans un moment aussi critique ? Le soutien financier étranger, provenant de fondations nord-américaines, n’est-il pas une forme de néocolonialisme ? D’une part, le fait de disposer de sources de financement propres conférait à l’institut une certaine autonomie face aux politiques du gouvernement militaire, puisque lui était ainsi assurée une certaine pérennité dans un contexte de fermeture progressive des lieux culturels67. D’autre part, le fait de recevoir des aides économiques importantes de la part de fondations nord-américaines était mal perçu par les artistes les plus engagés. D’autant qu’une autre partie des sommes touchées par l’institut dérivait de l’Alliance pour le progrès68. Créé en 1961 par John Fitzgerald Kennedy pour renforcer la coopération économique et sociale entre les États-Unis et l’Amérique du Sud, ce mécanisme assorti de subventions faisait partie d’une stratégie visant à contrarier l’influence de l’Union soviétique sur le continent69, surtout après la révolution cubaine de 1959 et la fascination qu’elle exerçait au sein des gauches latino-américaines70.

  • 71 Jean Vilar, dans Germán Rozenmacher, « Lugares comunes », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p (...)
  • 72 Germán Rozenmacher, « El Malentendido », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p. 64.

32La question économique s’insère rapidement dans le débat politique. Ainsi, aux premiers détracteurs de l’Instituto Di Tella, se rajoutent des opposants provenant des cercles intellectuels et des organisations de gauche. Ces derniers critiquent le fait de promouvoir une « fausse avant-garde » et de donner l’illusion que Buenos Aires est devenue un centre mondial de la culture, alors que les œuvres présentées par l’institut leur apparaissent plutôt comme émanant d’une mouvance très élitiste et désengagée du contexte. Dans un long article paru dans la revue Ilustrados en avril 1970 sur l’état de la création théâtrale en Argentine, Rozenmacher aborde le sujet des tendances avant-gardistes. Partant d’une réflexion de Jean Vilar en visite à Buenos Aires — « Dans mon pays, sous la catégorie d’avant-garde nous trouvons parfois des spectacles très réactionnaires71 » —, le dramaturge se pose la question : « À l’avant-garde de qui se positionnent ici les avant-gardistes ? Qui est à l’arrière-garde et que signifie exactement ce mot72 ? »

  • 73 Rodolfo Walsh, dans G. Rozenmacher, « El Malentendido » art. cité, p. 65
  • 74 Ibid.
  • 75 D’ailleurs, on peut s’étonner que la politique culturelle nord-américaine ait soutenu les adorate (...)

33Dans le même article, Rozenmacher évoque aussi les propos de l’écrivain Rodolfo Walsh, l’une des figures de l’engagement artistique, assassiné par les militaires en 1977, pour qui « la démythification de l’homme masqué s’est transformée en une subtile technique pour masquer la réalité argentine73 ». La référence implicite à Artaud — le « masque » étant un élément conceptuel majeur de sa pensée sur le théâtre — n’est pas anodine, car le théoricien français était au cœur du principe expérimental du projet défendu par Roberto Villanueva à la tête du CEA. Mais Walsh va encore plus loin dans sa critique de l’avant-garde locale : « L’essor de l’Instituto Di Tella coïncide avec l’émergence du gouvernement militaire, et malgré les positions révolutionnaires des spectacles quant à leur forme […] ils sont devenus un exutoire du système, une sorte d’attitude révolutionnaire inoffensive et institutionnalisée74. » L’écrivain met l’accent sur l’un des paradoxes du théâtre expérimental de l’Instituto Di Tella, à savoir qu’à la différence des autres scènes avant-gardistes, dont celle du off new-yorkais à ses débuts75, il est né et s’est développé au sein d’une institution jouissant d’une centralité dans le champ culturel local et largement pourvue en ressources économiques.

34Suivant une dynamique circulaire, les critiques politiques à l’encontre de l’institut rejaillissent sur le plan esthétique. Walsh fut un des ceux qui ont introduit l’idée de néocolonialisme dans la réflexion théâtrale, ainsi que la critique d’un objectif de modernisation à tout prix :

  • 76 Rodolfo Walsh, dans G. Rozenmacher, « El Malentendido » art. cité, p. 65.

Je ne crois pas dans la séparation entre la forme et le contenu : mais sans doute les « avant-gardistes » ont transformé leurs simulacres en une simple avant-garde de formes. En ce sens, je crois dans l’avant-garde des contenus : si nous avons encore la moitié de notre histoire et la moitié de notre réalité à connaître et à digérer, comment peut-on se satisfaire d’un transfert mécanique de problèmes métropolitains vers les pays néocolonisés comme l’Argentine76 ?

  • 77 Roberto Cossa, l’un des dramaturges de référence de la tendance réaliste, affirme : « S’il faut r (...)
  • 78 G. Rozenmacher, « Ese camino difícil », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p. 67.
  • 79 Ibid.
  • 80 Roberto Cossa, dans G. Rozenmacher, « Crítica a los críticos », Siete días Ilustrados, 20 avril 1 (...)
  • 81 G. Rozenmacher, « Ese camino difícil », art. cité., p. 67.

35Néanmoins, vers la fin de la décennie, les représentants du réalisme réflexif, qui avaient considéré avec mépris El Desatino quelques années auparavant, ont relativisé l’existence d’une véritable dichotomie entre réalistes et avant-gardistes77. « Pour certains, dit Rozenmacher, l’heure est venue de trancher en faveur d’un théâtre politique78 », et cela a concerné les deux camps. Mais alors, quel est-il donc, ce théâtre politique sud-américain ? Pour le définir, il s’agit tout d’abord de ne pas se laisser abuser par « les fausses oppositions qui traversent le théâtre local79 ». Rozenmacher invite à un rassemblement, une collectivisation des savoirs et des manières de faire. À la fin des années 1960, les questionnements sur l’avant-garde glissent donc de l’affrontement dichotomique — national/étranger, traditionnel/avant-garde — vers une réflexion sur les moyens de dépasser le colonialisme culturel tout en acceptant et en intégrant ce qui vient d’ailleurs. « Notre chemin, prévoit Roberto Cossa, consistera à assimiler les expériences esthétiques des métropoles et à les utiliser pour notre libération80. » Dans un même esprit, Rozenmacher affirme : « Toutes les techniques peuvent servir après qu’elles ont été colonisées, détruites, transformées selon les besoins de la réalité américaine, dont la clé est le mélange, l’hybridité, le métissage81 », ce qui concerne aussi bien Armando Discépolo que Beckett ou Artaud.

Réflexion finale

36La controverse entre les « réalistes » et les « expérimentaux » a accompagné le développement de l’avant-garde théâtrale en Argentine pendant toutes les années 1960. L’Instituto Di Tella et le Centro de Experimentación Audiovisual, sous la direction de Roberto Villanueva, furent les catalyseurs des inquiétudes artistiques locales et tinrent en même temps un rôle de médiation au regard des expérimentations qui se déroulaient à l’étranger. Pendant les premières années d’existence du CEA, l’opposition entre deux conceptions du théâtre marquait fortement les débats : l’une avide de modernité et de renouvellement dans les formes, qui s’inscrivait dans un moment d’ouverture pour le pays, l’autre formellement plus conservatrice, inquiète par le contenu des pièces, et proche du réalisme voire du naturalisme. Les arguments de cette opposition touchaient aux aspects esthétiques des œuvres — les codes de direction d’acteurs et de mise en scène — ainsi qu’aux méthodes suivies — les manières de concevoir un processus de création. Le débat est devenu rapidement politique, car il portait une réflexion sur le rôle de l’art dans un contexte de tension croissante : à quoi bon un théâtre d’avant-garde qui tourne le dos aux enjeux politiques et sociaux du pays où il s’insère ?, se demandaient certains, réclamant que le renouveau des formes s’accompagne de celui des contenus.

37À la fin de la décennie, l’environnement politique dramatique ne pouvait plus être absent d’une discussion portant sur l’esthétique : le besoin d’actualiser le théâtre local a rejoint l’idée révolutionnaire de recherche d’une émancipation vis-à-vis de ce qui était identifié comme un néocolonialisme culturel. La crise politique traversée par l’Argentine et les autres pays de la région, consécutive à l’instauration durant les années 1970 de régimes militaires répressifs, a entravé le développement naturel des expérimentations artistiques. Au cours de cette période, la communauté théâtrale a été complètement désarticulée avec la fermeture de théâtres, de revues, l’exil de nombreux artistes et le repli des autres vers leur espace privé. Néanmoins, l’analyse des débats passionnés autour de l’idée d’avant-garde pendant les années 1960 montre comment les oppositions virulentes, loin de figer les dichotomies, ont permis que se dessinent des cheminements de traverse. On peut aujourd’hui se demander s’il est possible de trouver des traces de l’Instituto Di Tella dans les expériences théâtrales alternatives qui se sont fait jour lors de la décennie 1980 ; et si le débat quant au rôle d’une avant-garde locale n’a pas semé les premières graines d’une pensée et d’une pratique décoloniale du théâtre, développée des années plus tard par les générations d’artistes suivantes.

Notes

1 « Templo heterodoxo », Visión, 30 août 1968, p. 46-47.

2 Le Centro de Experimentación Audiovisual (CEA) fut créé à la fin de l’année 1963 et s’installa dans les locaux de l’Instituto Torcuato Di Tella (ITDT) de la rue Florida en 1964. Les premières activités programmées furent des projections audiovisuelles — dont le cycle Cine Corto Argentino 1958-1964 en décembre 1964, le cycle Poesía argentina, le cycle de cinéma polonais et le cycle New American Cinema en 1965, ce dernier réalisé en coordination avec la Cinemateca Argentina et présentant une vaste sélection de films réalisés par la Film-Makers’ Cinématheque de New York. Les spectacles suivirent dès 1964, avec Villancicos de Naviadad, une création mêlant projections et musique. La première pièce théâtrale produite par le CEA et présentée dans la salle fut Lutero de John Osborne, mise en scène par Jorge Petraglia le 6 mai 1965. Voir Mémoire ITDT-CEA 1964, Buenos Aires, Archivos ITDT-CEA, Bibilioteca de la Univesidad Torcuato Di Tella.

3 Mémoire ITDT-CEA 1965-1966, Buenos Aires, Archivos ITDT-CEA, Bibilioteca de la Univesidad Torcuato Di Tella, p.9. Sauf mention contraire, les traductions des citations sont de l’auteure.

4 « Instituto Di Tella. Teatro de vanguardia o mero snobismo ? », Primera Plana, 29 décembre 1964.

5 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998.

6 Béatrice Joyeux-Prunel, Les avant-gardes artistiques 1918-1945. Une histoire transnationale, Paris, Gallimard (Folio Histoire), 2019.

7 Osvaldo Pellettieri (dir.), Teatro argentino de los ‘60. Polémica, continuidad y ruptura, Buenos Aires, Ediciones Corregidor, 1989.

8 Ce « théâtre indépendant » est une particularité du champ théâtral argentin. Depuis les années 1930, il revendique d’être artistiquement novateur et, autant que possible, indépendant des contingences politiques et économiques du circuit commercial. Les formes esthétiques ainsi que les modalités d’organisation du  théâtre indépendant ont évolué au cours de son histoire, en lien avec les différents contextes sociaux et politiques. Sous la notion d’indépendance, on retrouve souvent la notion de « théâtre d’art » — qui suppose l’exigence artistique comme axe prioritaire — et celle de « théâtre d’avant-garde » — qui suppose l’idée de changement et par conséquent d’un progrès dans l’évolution formelle de l’art théâtral (et de la société elle-même). Selon les contextes, le théâtre indépendant a été également associé à une autre notion qui est celle du « théâtre politique ». L’indépendance théâtrale se voulait aux origines un refus de l’ingérence de l’idéologie dominante, représentée soit par une conception entrepreneuriale et capitalistique du théâtre soit par les directives d’un régime politique très marqué à droite. Pour une analyse plus approfondie de cette notion, voir Florencia Dansilio, La théâtralité retrouvée. Étude socio-esthétique du théâtre indépendant à Buenos Aires (1983-2003), thèse de doctorat en sociologie, université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, 2017.

9 Les années 1960 argentines sont une décennie marquée par un esprit de révolte (culturelle, politique, intellectuelle) et en même temps par une tension sociale croissante qui aboutit à l’instauration d’un régime répressif. La fin des années 1950, suite au deuxième mandat de Juan Domingo Perón qui s’est achevé en 1955, a été un moment d’essor culturel et de réactivation des mouvements intellectuels, ainsi que d’engagement de la jeunesse dans des groupes politiques de gauche. Mais le gouvernement d’Arturo Frondizi (1958-1962) et celui d’Arturo Illia (1963-1966) ont été renversés par deux coups d’État militaires. Le second, qui a placé à la tête du pays le général Juan Carlos Onganía, a conduit à l’instauration d’une dictature militaire conservatrice (1966-1973), hostile à toute activité intellectuelle et artistique sous prétexte de lutte « antisubversive » face à la menace communiste. Ce contexte a fortement influencé la discussion intellectuelle et les différents positionnements des artistes quant à la notion d’avant-garde. Voir Oscar Terán, Nuestros años sesentas. La formación de la nueva izquierda intelectual en la Argentina 1956-1966, Buenos Aires, Puntosur Editores, 1991.

10 Dans un contexte international marqué par la guerre froide, où le choc entre les puissances nord-américaine et soviétique entraînait des conséquences — et des ingérences directes — sur la réalité politique des pays latino-américains, le positionnement des artistes et des intellectuels était traversé par ces dichotomies, notamment suite à la montée de la répression et à l’arrivée des militaires au pouvoir dans la deuxième moitié des années 1960. Ana Longoni synthétise le processus de politisation des arts en Argentine à cette époque de la manière suivante : « L’avant-garde comme révolution, la révolution comme expérimentation, un art pour la révolution, et enfin la révolution comme impératif qui exclut l’art et pousse les artistes vers la politique tout court. » (Ana Longoni, Vanguardia y revolución. Arte e izquierdas en la Argentina de los sesenta-setenta, Buenos Aires, Ariel, 2014, p. 12)

11 Pour ce travail, trois archives ont été consultés à Buenos Aires (Argentine) : d’abord, les fonds du Centro de Experimentación Audiovisual et du Centro de Artes Visuales dans les archives Di Tella à la Universidad Torcuato Di Tella, ensuite, l’hémérothèque du Congreso de la Nación, enfin la bibliothèque Luis Ordaz à l’Instituto de Historia del Arte Argentino y Latinoamericano de la Facultad de Filosofía y Letras de l’Universidad de Buenos Aires.

12 « El Centro del remolino », Primera Plana, 20 septembre 1966, p. 75.

13 « […] ce centre de “hautes études musicales” fut décisif pour la formation de dizaines de jeunes compositeurs d’Amérique latine. Venus de régions souvent éloignées des pôles de la culture savante, installés dans la capitale argentine pendant deux ans grâce à de confortables bourses, ceux-ci purent suivre les cours d’Aaron Copland, Olivier Messiaen, Luigi Nono, Luis de Pablo, Luigi Dallapiccola, Krysztof Penderecki, Iannis Xenakis, Vladimir Ussachevsky ou John Cage, pour ne citer que quelques-unes de ces célébrités qui, dans certains cas, découvrirent à leur tour grâce à ce voyage ce qui se passait au sud de l’équateur. » (Esteban Buch, « L’avant-garde musicale à Buenos Aires : Paz contra Ginastera », Circuit. Musiques contemporaines. 17/2, 2007, p. 11)

14 Un mode de consécration artistique déployé par le CAV fut la création d’un Prix international, qui avait pour vocation d’inscrire Buenos Aires dans la scène internationale. Selon Anna Longoni : « […] le Di Tella assura la visite de critiques et d’artistes étrangers, ainsi que l’organisation de cycles d’arts visuels et de spectacles de la scène artistique européenne, nord-américaine et latino-américaine, ainsi que l’envoi et l’organisation d’expositions d’artistes locaux à l’étranger. Cela supposait une collaboration rapprochée avec les centres mondiaux de l’art […], pensée comme une mise à jour des productions locales avec les processus artistiques centraux [développés dans les autres métropoles]. » (Ana Longoni et Mariano Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”. Vanguardia artística y política en el 68 argentino. Buenos Aires, Eudeba, 2008 [2002], p. 45)

15 L’Instituto Di Tella comportait d’autres dépendances, comme par exemple un laboratoire photographique, un département graphique et une maison d’édition.

16 Roberto Villanueva, dans « El Centro del remolino », art. cité.

17 La salle disposait notamment de six projecteurs de diapositives, avec des objectifs modulables de 100 à 160 mm de distance focale, synchronisés à une bande-son stéréophonique ; un système de reproduction sonore d’une puissance de 100 watts, ainsi qu’un système d’enregistrement complet ; un système d’éclairage de 24 réflecteurs indépendants de 1 000 watts de puissance. Mémoire ITDT-CEA 1964, op. cit.

18 Maria Fernanda Pinta, Teatro expandido en el Di Tella. La escena experimental argentina en los anos 60, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2013, p. 213-227.

19 Ibid., p. 52-53.

20 Le Grupo Florida fut, lors des années 1920, un rassemblement informel d’intellectuels à vocation avant-gardiste, autour de la revue Martín Fierro dont les bureaux se trouvaient au croisement des rues Florida et Tucumán, dans le centre-ville de Buenos Aires. Écrivains pour la plupart d’entre eux, dont le jeune Jorge Luis Borges ou Oliveiro Girondo, ils voulaient explorer les ruptures avant-gardistes de la métrique et de la rime dans la poésie.

21 A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit.

22 « Cuatro paredes y un techo », Primera Plana, 29 décembre 1964.

23 « Templo heterodoxo », art. cité, p. 46-47.

24 « Bigotazos a la hora del cambio », Análisis, 371, 22 avril 1968.

25 « La pomme folle ». Le mot espagnol manzana (« pomme ») est utilisé pour désigner un pâté de maison en langage courant, mais c’est également un clin d’œil à New York, The Big Apple, ville-référence pour les artistes du Di Tella.

26 O. Terán, Nuestros años sesentas, op. cit., p. 85.

27 Beatriz Sarlo cité dans John King, El Di Tella y el desarrollo cultural argentino en la década del 60, Buenos Aires, Asunto Impreso Ediciones, 2007 [1985].

28 Ana Longoni et Mariano Mestman, dans leur étude sur les arts visuels du Di Tella, s’accordent avec John King (El Di Tella…, op. cit.) sur le fait que l’institut et ses centres furent plus des articulateurs et promoteurs de tendances qui existaient déjà que des initiateurs de l’avant-garde : A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit., p. 45.

29 Mémoire ITDT-CEA 1965-1966, op. cit.

30 Par exemple, dans le programme du spectacle Ugh ! de Cecilia Barbosa, Roberto Villanueva écrit : « Chaque saison, dans la salle du CEA, sont créés des spectacles dont le point commun est la recherche de nouvelles formes de représentation scénique. Ce “théâtre de laboratoire en quête de public” est une attitude active qui ne contredit pas l’autre théâtre mais le vitalise. » (Archivos ITDT-CEA, Bibilioteca de la Universidad Torcuato Di Tella)

31 Roberto Villanueva, dans Mémoire ITDI-CEA 1965-1966, op. cit, p. 9.

32 Ibid.

33 Silvia Sigal, Intelectuales y poder en la década del sesenta, Buenos Aires, Puntosur, 1991.

34 A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit., p. 40.

35 Une revue importante pour la critique culturelle fut Primera Plana (1962-1969), qui a accordé une place centrale aux activités de l’Instituto Di Tella dans la section « Arts et spectacles ». Lors de ces années a également été créée la revue spécialisée Teatro XX sous la direction de Kive Staiff, qui décernait un prix annuel de théâtre. Talia (1957-1979) fut encore une autre revue spécialisée importante qui, pendant les années 1960, élargit son activité à la publication de pièces théâtrales d’auteurs nationaux.

36 Andrea Giunta, Vanguardia, internacionalismo y política. Arte argentino en los anos sesenta, Buenos Aires, Silgo XXI, 2015.

37 Stuart W. Little, Off-Broadway: The Prophetic Theater, New York, Coward, McCann & Geoghegan, 1972.

38 Joseph Wesley Zeigler, Regional Theatre: The Revolutionary Stage, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1973.

39 Jean Jacquot (dir.), Les voies de la création théâtrale, t. 1, Paris, Éditions du CNRS, 1970.

40 M. F. Pinta, Teatro expandido en el Di Tella, op. cit., p. 37.

41 Hans-Thies Lehmann, Le théâtre postdramatique, Paris, L’Arche, 2002.

42 Nestor Tirri, Realismo y teatro argentino, Buenos Aires, Ediciones La Bastilla, 1973.

43 Ibid., p. 128.

44 L’une des premières propagatrices de la méthode du maître russe fut Hedy Crilla, une comédienne hongroise émigrée en Argentine, qui élabora des ateliers à partir d’une relecture de la méthode Stanislavski.

45 Les pièces de Ricardo Halac (Soledad para cuatro, 1960 ; Estela de madrugada, Fin de diciembre, 1965), Germán Rozenmacher (Réquiem para un viernes a la noche, 1964), Roberto Cossa (Nuestro fin de semana, 1964 ; Los días de Julián Bisbal, 1966 ; La pata de la sota, 1967), Carlos Somigliana (Amarillo, 1964), Ricardo Talenski (La fiaca, 1967), Juan Carlos Gené (Se acabó la diversión, 1967) ou encore Carlos Gorostiza (¿Y a qué jugamos?, Los prójimos, 1966) sont emblématiques d’un corpus cohérent qui va constituer le courant réaliste réflexif pendant les années 1960.

46 German Rozenmacher, dans « Dialogo a 3 voces : a la búsqueda de la realidad perdida», Teatro XX, 2 juin 1964.

47 Roberto Cossa, dans « Dialogo a 3 voces», art. cité.

48 « Disparen sobre le Instituto », Primera plana, s/r, 1966, p. 104-105.

49 Silvina Alejandra Diaz, La productividad de las poéticas de Artaud y de Grotowski en el teatro porteño de la década del sesenta y la conformación de la Antropologia teatral en Buenos Aires, thèse de doctorat en théorie et histoire du théâtre, Facultad de Filosofia y Letras, Universidad de Buenos Aires, 2007.

50 Ces pièces du collectif ont suscité une certaine polémique dans la presse, du fait justement du rapport avec les spectateurs qu’elles provoquaient. « Aimés ou pas, les spectacles que présente la salle d’expérimentation audiovisuelle de l’Institut sont, comme Socrate le disait de lui-même, le taon qui pique et qui tient réveillé l’homme. » (Dayed, « “Tiempo de Fregar”, en el Di Tella : El problema de la comunicación », Clarín, 6 avril 1969). « La proximité d’un acteur avec la salle est perçue avec méfiance parce qu’on peut attendre n’importe quel excès et ceci, qui serait acceptable dans une représentation privée où tous connaissent les règles du jeu, est inacceptable quand on fait appel à la communauté et quand on fait payer les places. Ce qui se passe sur la scène du Di Tella — et à l’occasion en dehors de celle-ci — est d’une monotonie surprenante. Les interprètes marchent comme des ‘‘zombies”, ils disent des incohérences, parfois ils essayent d’engager les spectateurs dans l’action. Dans le programme, le directeur du Centre nous informe qu’il s’agit d’un spectacle ou plutôt d’une étape dans le processus de création du groupe. Il serait plus intéressant que le groupe se fixe des défis plus ambitieux que celui de se rouler par terre. » (J. P., « Tristeza y alienación en espectáculo de frustración », La Prensa, 28 mars 1969)

51 « Au Living Theatre, aux poètes » disait la dédicace signée par Mario Trejo dans le programme de Libertad y otras intoxicaciones. « À Jean-Luc Godard, Chris Marker, Bernando Bertolucci » dédiait-il La reconstruccion de la Opera de Viena… (Voir Fig. 11).

52 Le projet Artaud 66 proposait quatre mises en scène : Severa vigilancia de Jean Genet, Los Cenci d’Antonin Artaud, Orlando Furioso du marquis de Sade et Hamlet de William Shakespeare, inspiré du travail du Royal Shakespeare Experimental Group dirigé par Peter Brook, Charles Marowits et Peter Hall.

53 « El Centro del remolino », art. cité, p. 75.

54 N. Tirri, Realismo y teatro argentino, op. cit., p. 12.

55 Roberto Villanueva, « Prólogo », dans Grielda Gambaro, El Desatino, Buenos Aires, Centro de Experimentación Audiovisual del Instituto Torcuato Di Tella, 1966, p. 7-8.

56 Griselda Gambaro, dans « El atino desatinado », Confirmado, 9 septembre 1965.

57 Osvaldo Pellettieri, « El teatro argentino actual (1960-1987) », Cuadernos Hispanoamericanos, 459, 1988, p. 161.

58 Cesar Magrini, « Al publico no se lo subestima », El Cronista Comercial, août 1965.

59 Ibid.

60 « Danza macabra », Primera Plana, 7 septembre 1965.

61 Jorge Andrés, « Originalidad y humor », Teatro XX, 2 septembre 1965.

62 Pablo Espinosa, « Dos renuncias », Teatro XX, 3 avril 1966.

63 Edmundo Eichelbaum, « Dos renuncias », Teatro XX, 3 avril 1966.

64 M. F. Pinta, Teatro expandido en el Di Tella, op. cit., p. 181.

65 En novembre 1966 une « opération municipale » ferma plus de sept théâtres de la capitale, sous prétexte de problèmes dans l’infrastructure. Plus de trente autres salles ont été également menacées de fermeture, dont celle du Di Tella avec pour motif un défaut technique dans son réservoir d’eau.

66 A. Longoni, Vanguardia y revolución, op. cit.

67 Cette autonomie a été, comme on l’observe souvent dans les phénomènes artistiques, très relative. Bien que l’institut ait continué à fonctionner sous la dictature d’Onganía, il a dû faire face à plusieurs interventions de la police et au climat répressif qui touchait toutes les sphères du champ culturel. En 1970, Roberto Villanueva fait état d’une diminution considérable du nombre de projets reçus par le CEA. Des raisons financières mais également politiques conduisent à la fermeture de l’institut et de ses trois centres entre 1970 et 1971.

68 « Face à la lutte de masses latino-américaine, les États-Unis et 19 États latino-américains ont signé en 1961 la Charte de Punta del Este en Uruguay, où ils ont défini un accord pour garantir une “révolution en liberté”, sous l’axe du développement économique et social. Cette stratégie politique ouvre la porte à de nombreuses subventions que les fondations nord-américaines ont destinées à l’Amérique latine, comme celles qui ont été reçues par l’Insituto Di Tella et d’autres institutions destinées à la modernisation culturelle. » (A. Longoni et M. Mestman, Del Di Tella a “Tucuman Arde”, op. cit., p. 46)

69 Frances Stonor Saunders, The Cultural Cold War: The CIA and the Word of Arts and Letters, New York, The New Press, 2013.

70 D’autres institutions latino-américaines ont reçu des financements dans le cadre de cette politique internationale des États-Unis, par exemple : la Métalurgica Matarazzo à San Pablo (Brésil), le General Electric à Montevideo (Uruguay), l’Acero del Pacifico à Santiago (Chili) ou l’Instituto Nacional de la Cultura à Lima (Pérou).

71 Jean Vilar, dans Germán Rozenmacher, « Lugares comunes », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p. 62

72 Germán Rozenmacher, « El Malentendido », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p. 64.

73 Rodolfo Walsh, dans G. Rozenmacher, « El Malentendido » art. cité, p. 65

74 Ibid.

75 D’ailleurs, on peut s’étonner que la politique culturelle nord-américaine ait soutenu les adorateurs latino-américains du théâtre off new-yorkais qui était, à l’époque, constamment censuré et surveillé pour son propre positionnement politique. C’était le cas de la compagnie du Living Theatre qui était l’une des principales références de l’Instituto Di Tella, et qui a dû batailler judiciairement pour se produire à New York, notamment à partir de la présentation de The Brig, pièce en opposition nette à la guerre du Vietnam, au point de finir par s’exiler en Europe.

76 Rodolfo Walsh, dans G. Rozenmacher, « El Malentendido » art. cité, p. 65.

77 Roberto Cossa, l’un des dramaturges de référence de la tendance réaliste, affirme : « S’il faut revendiquer quelque chose de la dramaturgie des années 1960 c’est la vitalité de la polémique… Nous ne croyions pas au Di Tella… Et pourtant, combien de leurs images sont restées dans nos mémoires et ont contribué à nos travaux ultérieurs ? C’était une époque très vivante, très intense, et aussi très confuse. De toute façon, je crois que la clarté nous fait défaut pour analyser cette dichotomie : ce n’était pas une véritable dichotomie entre ceux qui suivaient absurdement des modes étrangères [absurdos extranjerizantes] et les naturalistes médiocres et nationaux [naturalistas chatos y nacionales], ce n’est pas la vérité, ce n’était pas comme ça. » (Roberto Cossa cité dans O. Pellettieri [dir.], El teatro argentino de los’60, op. cit., p. 20)

78 G. Rozenmacher, « Ese camino difícil », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p. 67.

79 Ibid.

80 Roberto Cossa, dans G. Rozenmacher, « Crítica a los críticos », Siete días Ilustrados, 20 avril 1970, p.66.

81 G. Rozenmacher, « Ese camino difícil », art. cité., p. 67.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Façade de l’Instituto Di Tella, Florida 936, Buenos Aires
Crédits © Humberto Rivas
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 2 : Carte de la « manzana loca » realisé par Miguel Brascó pour la Revue Claudia, novembre 1968
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-2.png
Fichier image/png, 934k
Titre Fig. 3 : Roberto Villanueva à l’Instituto Di Tella, s. d.
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 4 : Salle de spectacle du CEA et son public, 1969
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 5 : Photographie de la pièce Ubu encandenado d’Alfred Jarry, 1968. Marilu Marini (Mère Ubu) et deux autres acteurs
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 6 : Photographie de la pièce Los Siameses de Griselda Gambaro, 1967. Roberto Villanueva et deux autres acteurs.
Crédits Crédit photo Jorge Fizson © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 7 : Programme de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 8 : Photographie de la pièce Tiempo de fregar de Grupo Lobo, 1969
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 9 : Programme de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 10 : Photographie de la pièce Libertad y otras intoxicaciones de Mario Trejo, 1967
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 11 : Caricature des happenings parue dans la revue Primera Plana, 13 décembre 1966
Crédits © Hémérothèque du Congreso de la Nación, Buenos Aires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-11.png
Fichier image/png, 639k
Titre Fig. 12a : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 12b : Programme de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 13 : Photographies de El Desatino de Griselda Gambaro, 1966
Crédits © Archivos Di Tella, Universidad Torcuato Di Tella
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/63107/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

Florencia Dansilio est sociologue de l’art, docteure de l’université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, où elle a également enseigné en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) en sociologie. Elle a rédigé une thèse portant sur les reconfigurations du champ théâtral à Buenos Aires pendant la période postdictature. Un ouvrage issu de cette thèse est à paraître bientôt chez L’Harmattan sous le titre Le théâtre argentin contemporain. Sociologie d’une révolution artistique (1983-2003). Elle est, entre 2018 et 2019, chercheuse responsable du projet « Après Démos » pour le Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale (Démos) de la Philharmonie de Paris. Actuellement elle codirige le Plateau de recherche-création au Campus Condorcet porté par l’école universitaire de recherche (EUR) Arts, Technologies, numérique, médiations humaines et Création (ArTeC). Ces recherches se focalisent sur l’interaction entre les pratiques artistiques, notamment le théâtre et la musique, et la politique en Amérique latine et en France.

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search