Versión clásicaVersión móvil

Archéologie de la frontière

 | 
Lucas Aniceto
, 
Adrien Delvoye
, 
Léa Hermenault
, 
et al.

Castle or not Castle : les frontières d’un objet dans l’Angleterre du xie siècle

Iris Maer De Souza Taveira

Resumen

Qu’est-ce que c’est qu’un château ? Quels sont les éléments qui permettent de les différencier des forteresses bâties avant les transformations politico-sociales des xe et xie siècles ? Cet article a pour objectif de soulever quelques observations concernant les « frontières » d’un objet et de son approche. Nous nous concentrerons plus spécifiquement sur le contexte médiéval anglais et son rapport avec le contexte français ainsi que ses dépendances vis-à-vis d’autres traditions, telles que celles de Rome et de la Scandinavie.

Texto completo

1Le château, un des symboles majeurs du Moyen Âge est resté dans l’Occident et même ailleurs le support d’un riche imaginaire. S’il est le symbole du romantisme que l’on projette sur la période, il est aussi celui de la violence que l’on met, très souvent, en évidence quand on évoque l’époque médiévale. Si l’on demande à quelqu’un de représenter un château, il est fort probable que cette représentation sera très proche de la morphologie castrale développée dans la seconde moitié du xiiie siècle ou au-delà, comme celle du château d’Harlech, bâti par le roi Edouard Ier d’Angleterre dans la frontière du pays de Galles à la fin du xiiie siècle, celui de Roquetaillade, bâti, à cette même période, avec l’autorisation de ce même roi en Aquitaine, ou celui de Bodiam, construit au début du xive siècle en Angleterre. Néanmoins quen est-il de la représentation des châteaux construits avant la fin de la période médiévale ? Cette question devient encore plus compliquée si on s’intéresse aux premiers châteaux bâtis en Europe.

2Mon objectif sera de souligner les principaux enjeux auxquels on doit faire face quand on essaie d’entrevoir les origines du château. Pour cela, je me concentrerai sur le contexte anglais et sa dépendance du contexte français, notamment la Normandie médiévale. La conquête de l’Angleterre par les Normands en 1066 a apporté des changements politiques importants dans l’île. Un nouveau roi, mais aussi une nouvelle aristocratie et un nouveau système politique connu des historiens sous le nom de féodalisme. C’est à partir de la présence normande en Angleterre que l’on commencera à parler de « château » pour faire référence aux forteresses bâties par les nouveaux seigneurs. Cependant, quels sont les éléments qui nous permettent de parler de « château » dans le contexte anglo-normand du xie et du début du xiie siècle ? Comment les premiers « châteaux » sont-ils matérialisés sur le terrain ? Comment se différencient-ils des forteresses bâties dans la tradition classique romaine et celle du haut Moyen Âge ? En quoi le chastel est-il différent du castrum romain ? Où se trouve la zone frontalière entre les forteresses des premiers siècles du Moyen Âge et celles bâties à partir de l’essor du féodalisme dans le monde anglo-normand ?

Questions historiographiques

3Objet d’étude classique pour la période, le château a été étudié depuis au moins le xixe siècle à travers différents prismes. Pendant la seconde moitié du xixe siècle et une large partie du xxe siècle, le château fut étudié surtout selon une approche politique : qui voyait en lui la matérialisation de l’anarchie dans laquelle la société sombra après la fin de l’Empire carolingien. En France notamment, cette tendance a marqué l’historiographie consacrée à cette période (Flach, 1886-1893 ; Luchaire, 1901-1911 ; Aubenas, 1938 ; Aubenas, 1964 ; Yver, 1955-1956). En ce qui concerne l’Angleterre, le grand débat historiographique est, de longue date, celui portant sur l’existence du féodalisme dans l’île avant l’invasion normande en 1066 (Clark, 1884 ; Round, 1903 ; Armitage, 1912 ; Thompson, 1912). Dans ce débat de l’autre côté de la Manche, le château a occupé et occupe toujours une position privilégiée : fut-il introduit dans l’île par les envahisseurs normands comme outil de guerre et de contrôle du nouveau territoire conquis ou bien les anglo-saxons bâtissaient-ils des châteaux avant l’arrivée des nouveaux seigneurs normands ?

4Ces questions ont fait couler beaucoup d’encre depuis ; et même si, pendant la majeure partie du xxe siècle la tendance qui a prévalu est celle qui défend l’introduction du château en Angleterre avec le féodalisme, par moments, des voix contraires à cette thèse ont fait pencher autrement la balance de ce débat. Des deux côtés de la Manche, le château a vu ses origines attachée à la question de la naissance du féodalisme. Ce fut le cas de la France au moment de la désintégration de l’Empire carolingien dès la fin du ixe mais surtout au xe siècle, et en Angleterre quand Guillaume le Conquérant, après avoir envahi l’île en 1066, devient le nouveau roi avec une nouvelle aristocratie composée de Normands mais aussi de Bretons, de Flamands, etc. (Green, 1997).

5La recherche concernant les châteaux a fait des progrès remarquables dans les quarante dernières années. Le développement de l’archéologie médiévale dans la seconde moitié du xxe siècle, et surtout de la castellologie, a contribué à faire apparaître de nouveaux aspects, donnant ainsi une image plus complexe des châteaux (Archéologie Médiévale, 1981). En réalité, une des plus importantes contributions de l’archéologie médiévale pour l’étude des châteaux fut la recherche consacrée aux premiers châteaux construits en terre et en bois, très mal connus jusqu’à très récemment (Kenyon, 1990).

6Cependant, malgré le développement de la recherche consacrée aux châteaux ces dernières années, notre connaissance des plus anciens, bâtis aux xe et xie siècles, reste assez lacunaire. Le nombre de sites fouillés pour cette période est assez maigre (Renoux, 1987). Trois facteurs expliquent en bonne partie cette situation : l’usage des sites et par conséquent leurs transformations ; l’état des sources disponibles pour ces siècles ; l’insuffisance du nombre des fouilles archéologiques et la petitesse des aires ouvertes : pour des raisons matérielles elles se font presque toujours sur une petite parcelle de territoire alors que les sites s’étendent sur plusieurs hectares. Dans l’état actuel de la recherche sur les sites castraux, nous devons nous contenter d’une esquisse à propos de la morphologie de quelques sites et entrevoir, par le jeu de comparaisons, les lignes générales qui caractérisent ces fortifications.

Fortifications du haut Moyen Âge

7Il faut tenir compte également du fait que la période inaugurée par la fin de la présence du pouvoir romain en France et en Angleterre reste assez mal connue en ce qui concerne l’architecture laïque, alors que si on veut comprendre les origines du château, on doit se pencher sur la période qui précède les transformations socio-politiques qui ont marqué le xe siècle. À partir de quel moment quittons-nous l’époque du castrum de l’Antiquité pour entrer dans l’époque du chastel médiéval ? La réponse à cette question s’avère difficile à cerner.

8Les recherches ont montré qu’à la suite de la fin de l’Empire romain en France et en Angleterre, les villes fortifiées ainsi que les campements militaires ont été utilisés et adaptés aux besoins des populations autochtones qui cherchaient se protéger de la vague des invasions (Dark et Dark, 1997 ; Dark, 2010 ; De Meulemeester et O’Conor, 2007). Par la suite, la stabilité instaurée par l’Empire carolingien aurait conditionné l’existence des fortifications vers les frontières de l’Empire. Il est important de remarquer que dans cette même période les vestiges matériels ainsi que les sources écrites attestent de l’effort des monarques sur le continent et en Angleterre pour contenir les attaques provenant de l’extérieur des frontières. L’imposante digue bâtie par le roi Offa de Mercie, à la frontière du Pays de Galles, au viiie siècle en est un bon exemple. La fortification et construction des burhs par le roi Alfred pour contenir les Vikings est un autre exemple de forteresses collectives anglaises du haut Moyen Âge. Elles attestent de la capacité d’organisation de ces états en vue de mobiliser les ressources afin de protéger les populations des attaques externes. Sur le continent, des recherches archéologiques récentes ont aussi mis en évidence certaines forteresses bâties par Charlemagne pour protéger ses frontières (De Meulemeester et O’Conor, 2007).

Fortifications Vikings

9Un ensemble de structures de surveillance a été découvert sur la côte des Pays-Bas, ainsi que certaines enceintes entourées de fossés vers l’ouest de la Saxe. Il est important de souligner que ce type de fortification combinant des fossés avec une enceinte couronnée parfois d’une palissade en bois remonte à des périodes beaucoup plus anciennes dans différentes régions de l’Europe du nord. Le système de fortification Viking fouillé à Hedeby, au Danemark, a révélé une structure défensive semi-circulaire composée d’une imposante enceinte bâtie en terre, dont les dimensions étaient de 4 à 5 mètres de haut, et entre 5 à 10 mètres d’épaisseur, avec un fossé externe. Ce complexe enfermait un espace de 24 hectares (De Meulemeester et O’Conor, 2007).

10La fouille de la forteresse Viking de Trelleborg, bâtie à la fin du xe siècle par le roi Harald Ier, a montré le même principe d’organisation défensive : un rempart en terre de 5 mètres de haut et de plus de 17 mètres d’épaisseur à la base, un fossé et des palissades enfermaient un espace circulaire de 137 mètres de diamètre, coupé par deux chemins perpendiculaires menant aux quatre portes de la forteresse (Roesdhal, 1987).

11Avec la désintégration de l’Empire carolingien au cours du ixe siècle, le monopole royal sur les forteresses prend fin. L’émergence des châteaux se fait ainsi dans le contexte des invasions Vikings et de l’appropriation du pouvoir régalien par les grands seigneurs qui bâtissent des forteresses afin de fixer leur pouvoir et l’étendre sur le territoire mais aussi pour se protéger de la vague de violence. Cette transition ne se laisse pas voir facilement sur le terrain. L’impossibilité, dans la majorité des cas, d’aborder le site dans son intégralité rend problématique l’association entre elles des données observables dans les parcelles fouillées, et l’occupation continue ainsi que les réaménagements empêchent de dater et parfois de préciser le caractère de l’occupation de certaines zones ou pendant certaines phases. Les fouilles archéologiques ont mis en évidence une diversité morphologique importante pour la période ; cependant, il est possible de voir des principes communs dans les forteresses bâties où aménagées à ce moment-là. Cela dit, même ces résultats doivent être interprétés avec beaucoup de précaution car la méthodologie utilisée dans la fouille de différents sites n’est jamais la même soit en raison de l’état du site, soit en raison de l’existence et de l’état des sources textuelles et de la manière de les croiser avec les données matérielles, soit encore en raison des choix de l’archéologue.

12De façon générale on constate une utilisation et une mise en place de principes très divers de la fortification. Mes observations se limitent ici au contexte de la Normandie et de l’Angleterre.

Le contexte normand

13A la suite des vagues d’attaques, les Vikings se sont installés dans ce qui devint la « Normandie » après la donation de la région par Charles le Simple à Rollon. L’organisation des séjours des nouveaux seigneurs, les ducs normands, s’est faite selon le modèle palatial : à l’intérieur d’un vaste enclos se trouve une série des bâtiments dispersés dont le principal est la grande salle, l’aula ou le grand hall dans la lignée de l’architecture scandinave. Ce complexe subira l’influence de la vague de militarisation au long du xie siècle, qui se traduit par la construction d’enceintes en pierre et l’introduction de la grande tour dans certains cas : celle de Rouen date de la moitié du xe siècle, et le bâtiment aurait servi de modèle pour la Tour Blanche à Londres un siècle plus tard (Renoux, 1987).

14L’étude du site de Notre-Dame-de-Gravenchon a révélé un ensemble architectural ayant appartenu à un aristocrate qui faisait, certes, partie de la haute aristocratie normande, mais qui n’était pas du rang d’un duc. Entre le milieu du xe et le tout début du xie siècle, le site se caractérisait par un enclos à l’intérieur duquel divers bâtiments étaient dispersés, dont une grande salle de dimensions exceptionnelles (27 m de long x 6 m de large) bâtie en bois. Une phase de réaménagements importants a marqué le complexe au cours du xie siècle : un système défensif imposant se met en place avec la fortification du site à travers trois grandes enceintes doublées par des fossés. À l’intérieur de la cour principale du site, la fouille a révélé un ensemble de bâtiments en bois très élaboré : trois vastes constructions disposées en forme de U formant ainsi une cour rectangulaire. D’autres bâtiments complétaient l’ensemble : des cuisines, une galerie, une chapelle, deux logis (Le Maho, 2001).

15Cet exemple s’avère d’autant plus intéressant qu’il montre diverses traditions se mélangeant sur un même site au moment de la genèse du château. Pas de trace d’une motte ici, élément qui va s’établir définitivement à partir de la seconde moitié du xie siècle. Pas de tour non plus. Un complexe de bâtiments qui, même s’il est bâti en bois, rappelle les dispositifs des palais bâtis par les ducs. D’ailleurs, il ne serait pas illégitime de voir dans la construction des grandes salles édifiées dans différents sites normands comme ici, la marque de la tradition scandinave.

Le contexte anglais et l’apport normand

16Il est possible de tenter une comparaison du site de Goltho, dans le Lincolnshire, avec celui de Notre-Dame-de-Gravenchon. Entre la fin du ixe et le début du xie siècle, ce site était constitué d’une enceinte à l’intérieur de laquelle se trouvait un hall long de 24 mètres pour une largeur de 6 mètres — ces mesures correspondent presque exactement à celles de la grande salle du site de Notre Dame de Gravenchon — et d’un fossé d’environ 2 mètres de profondeur et de 5 mètres de largeur. À la suite de la conquête normande, la construction d’une motte dans la cour allait placer le site de Goltho sous l’influence des nouveaux seigneurs normands (Beresford, 1987). Aucun autre site en Angleterre n’a fourni jusqu’à présent le même type d’information que celui-ci, ce qui nous empêche de mieux connaître la nature de ce genre d’occupation de l’aristocratie anglo-saxonne au moment de l’invasion normande. En revanche, malgré la ressemblance que l’on peut voir entre le site de Notre-Dame-de-Gravenchon et celui de Goltho, ce dernier, comme il a déjà été observé, n’a jamais été conçu comme une forteresse dans laquelle un seigneur anglo-saxon pouvait se réfugier contre une attaque.

17En Normandie, au moment des crises de successions du lignage ducal on assiste à des vagues d’édifications de fortifications. En Angleterre, les xe et xie siècles ont été marqués par des menaces constantes de l’extérieur venant des Vikings.

18Les recherches archéologiques ont pu différencier deux types de forteresses utilisées dans ce contexte de militarisation des sites par l’aristocratie normande : le château à motte et celui que l’on appellera, faute d’un meilleur terme, à « enceinte circulaire ».

19La motte consiste en un tertre artificiel construit à partir de la terre provenant du fossé qui l’entoure. La hauteur de ce tertre pouvait varier de 5 à 10 mètres de hauteur de même que les dimensions de la plateforme de la motte, où en général une tour de bois était bâtie. Malgré la fouille de diverses mottes, l’origine de ce principe de fortification reste inconnue. Sur la célèbre Tapisserie de Bayeux – une broderie datée de la fin du xie siècle –, c’est cette typologie de château qui a été retenue pour représenter la totalité des châteaux qui y sont représentés : ceux de Bayeux, de Dinan, de Dol, de Rennes et de Hastings (Douglas, 2004).

20Il est également possible que ce soit la présence de mottes dans les trois forteresses occupées par les Normands amis du roi anglais Edward le Confesseur, qui ait conduit à choisir le terme castel dans l’entrée pour l’année 1051 de la chronique Anglo-Saxonne. Le choix du terme castel par le chroniqueur anglo-saxon semble avoir été un moyen de marquer une différenciation typologique (Willians, 2003). En revanche, même si des mottes sont présentes dans ces trois châteaux (Ewias Harold, Richard’s Castle et le château de Hereford), une étude archéologique n’a pas pu déterminer si ces structures ont été ajoutées postérieurement (Davison, 1966). C’est le cas le plus probable pour les premiers châteaux bâtis en Angleterre au moment de l’invasion. Selon les sources écrites, Guillaume le Conquérant aurait bâti certains châteaux dans un délai d’une semaine ; or des calculs expérimentaux ont indiqué qu’à partir de l’utilisation d’une main-d’œuvre de quinze personnes et d’une moyenne de dix heures de travail par jour une motte moyenne prendrait quarante-deux jours pour être dressée (Pounds, 1990 ; English, 1993). Dans l’imminence de danger dans un territoire ennemi il est plus probable que les premiers châteaux bâtis ont été des « enceintes circulaires » et que des mottes leur aient été ajoutées une fois le royaume soumis aux nouveaux seigneurs.

21L’étude de diverses mottes en Normandie semble indiquer que cette typologie se serait répandue dans la deuxième moitié du xie siècle, voire entre la fin de ce siècle et le début du xiie. L’aristocratie normande aurait bâti dans un premier temps des places-fortes selon le schéma des enceintes couronnées de palissades et entourées de fossés. Ce type de fortification avait pour point central défensif son entrée, protégée en général, mais pas systématiquement, par une tour-porche. Les éléments défensifs employés dans ce type de construction semblent être en partie responsables de la difficulté à laquelle on se heurte pour distinguer un château d’un autre type de résidence. D’ailleurs, les Consuetudines et justicie, célèbre texte datant de 1091, essaient de fixer, à partir de la hauteur du talus et de la profondeur du fossé, les frontières entre les limites d’un simple enclos de manoir et celles d’un château, ce qui évoquait le besoin de l’autorisation (Haskins, 1918). Le caractère défensif du site est clairement l’aspect visé par le texte. Un autre texte, daté du début du xie siècle et d’origine anglaise, offre le profil de ce qui devait être la résidence d’un aristocrate anglo-saxon : un enclos avec une cuisine, une chapelle, d’autres bâtiments, et un burh-geat, une tour-porche (Willians, 2003). Ce dispositif de bâtiments éparpillés à l’intérieur d’une enceinte rappelle celui des « enceintes circulaires ». Une fois de plus on doit réfléchir à la fonction de ces constructions et surtout au degré de fortifications qu’elles présentent.

22Au moment de l’invasion normande en Angleterre, le duché de Normandie semble avoir été un carrefour de différentes traditions concernant l’architecture du pouvoir. Le contexte anglais du milieu du xie siècle est intéressant pour qui désire se pencher sur les origines du château, surtout pendant les vingt premières années de la présence normande. Se côtoient alors des formes architecturales autochtones et étrangères qui se ressemblent mais dont les fonctions et les degrés de fortifications diffèrent considérablement.

23Ces quelques exemples que nous offrent l’archéologie, quelques textes ainsi qu’une source iconographique telle que la Tapisserie de Bayeux, nous permettent de commencer à cerner l’existence d’une zone frontière entre plusieurs types de premiers châteaux bâtis en Angleterre et en France entre le xe et le xie siècle. Prolongeant des morphologies beaucoup plus anciennes et attestées dans d’autres contextes culturels (romain, germanique, scandinave), les premiers châteaux semblent être distincts des forteresses, que l’on trouve dans des contextes assez reculés dans le temps, plutôt identifiables dans leur insertion socio-politique que proprement par leur aspects morphologiques. Le cumul de différents savoir-faire semble s’être matérialisé à travers la continuité de l’utilisation de certains éléments architecturaux composant les fortifications dans le dernier tiers du xie siècle. Par conséquent, si l’on essaie d’établir la frontière entre les premiers châteaux et les forteresses ayant existé auparavant, on doit croiser toujours autant que possible la typologie et l’usage socio-politique de chaque site.

24Dans la première moitié du xiie siècle, le moine Orderic Vital relatant les événements de la période de la Conquête a attribué la victoire normande à l’inexistence des châteaux en Angleterre (Chibnall, 1983). Visait-il la forme ou la fonction de ces structures ?

Bibliografía

Archéologie Médiévale (1981) – Les fortifications de terre en Europe occidentale du xie au xiie siècle, Colloque de Caen, 2-5 octobre 1980, 11, p. 5-123.

Armitage E. (1912) The Early Norman Castles of the British Isles, Londres.

Aubenas R. (1938) – Les châteaux forts des xe et xie siècles. Contribution à l’étude des origines de la féodalité, Revue historique de droit français et étranger, 4e série, p. 548-586.

Aubenas R. (1964) – Quelques réflexions sur le problème de la pénétration du droit romain dans le midi de la France au Moyen Âge, Annales du Midi, p. 371-377.

Beresford, G. (1987) Goltho: The Development of an Early Medieval Manor c850-1150, Londres.

Chibnall M. (éd.) (1983) The Ecclesiastical History of Orderic Vital, Oxford, v.iv, p. 184.

Clark G. T. (1884) Mediaeval Military Architecture in England, Londres.

Dark D. (2010) Britain and the End of the Roman Empire, Stroud.

Dark D. et Dark P. (1997) The Landscape of Roman Britain, Stroud.

Davison B. (1966) Early Earthwork Castles: A New Model, Château Gaillard, 3, p. 37-47

De Meulemeester J. et O’Conor K. (2007) – Fortifications, dans J. Graham-campell, et M. Valor (éd.), The Archaeology of Medieval Europe. vol. 1, Eighth to Twelfth Centuries AD., Aarhus, p. 316-341.

Douglas W. (éd.) (2004) The Bayeux Tapestry, Londres.

English B. (1993) Towns, Mottes and Ring-works of the Conquest, dans A. Ayton et J. L. Price (éd.), The Medieval Military Revolution.State, Society and Military change in the Medieval and Early Modern Europe, Londres, p. 45-61.

Flach J. (1886-1893) – Les origines de l’ancienne France : xe et xie siècles. Tome I, Le régime seigneurial. Tome II, Les origines communales, Paris.

Haskins C. H. (1918) Norman Institutions, Cambridge, p. 281-284.

Kenyon J. (1990)Medieval Fortifications, Londres.

Le Maho J. (2001) – L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame-de-Gravenchon, Notre-Dame-de-Gravenchon.

Luchaire A. (1901-1911) – Histoire de France. Tome II, Les premiers Capétiens, Paris.

Pounds N. J. G. (1990) The medieval Castle in England and Wales – a Social and Political History, Londres.

Renoux A. (1987) – Châteaux et résidences fortifiées des Ducs de Normandie aux xe et xie siècles, Les Mondes Normands (viiiexiie s.), Actes du iie Congrès International d’Archéologie médiévale, Caen 2-4 octobre 1987, p. 113-124.

Roesdhal E. (1987) The Danish Geometrical Viking Fortresses and their context, Anglo-Norman Studies, 9, p. 108-126.

Round J. H. (1903) The Castles of the Conquest, Archaeologia, 58, p. 313-340.

Thompson A. H. (1912) Military Architecture in England during the Middle Ages, Londres.

Willians A. (2003) A Bell-house and a Burgh-geat: Lordly residences in England before the norman conquest, dans R. Liddiard (éd.), Anglo-Norman Castles, Woodbridge, p. 23-40.

Yver J. (1955-1956) – Les châteaux-forts en Normandie jusqu’au milieu du xiie siècle, Bulletin de la société des antiquaires de Normandie, 53, p. 28-115.

Autor

École des Hauts Études en Sciences Sociales, CIHAM.
Sujet de thèse : « Le Château et la société : réalité et représentation. France et Angleterre xe- xiiie siècle ».
Directeur: Étienne Hubert

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search