Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Conclusion

Volltext

1« S’il faut entendre par migrations le déplacement massif et durable d’un important groupe d’hommes d’une région à une autre, je dois bien répondre qu’il n’y a pas de migrations en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge ». Faut-il à la fin d’un colloque si riche ajouter foi aux propos, quelque peu paradoxaux, de Robert Fossier, qui réduiraient à néant le sens de notre démarche ? La modicité des effectifs mis en cause, le caractère des déplacements limités à la périphérie de l’Occident, la faiblesse de leurs conséquences sociales justifieraient qu’on ne puisse parler de migrations au Moyen Âge, surtout, bien sûr, en comparaison de l’époque contemporaine, où le déplacement des hommes a revêtu une tout autre ampleur.

2Et pourtant, l’ensemble du monde méditerranéen médiéval a connu une extrême mobilité des hommes, individus ou groupes. Encore faut-il s’entendre sur la terminologie. Loin d’être pure mobilité, coupant en deux univers antithétiques la vie de ses acteurs, la migration doit être entendue en termes de flux, s’accompagnant parfois de reflux : allers-retours de ces marchands s’expatriant pour un temps donné vers les comptoirs de la Méditerranée orientale, de ces mercenaires catalans ou castillans cherchant à rentrer au pays après des années de services auprès des Mérinides, ou de ces Occidentaux venant renforcer les armées byzantines avant de repartir vers leur pays d’origine. Mais on peut aussi s’interroger sur les nuances qui séparent le pur et simple déplacement de la migration et de la diaspora. En ce qui concerne le phénomène migratoire, les études ici rassemblées mettent en évidence l’invalidité de conceptions anciennes, voyant les migrations humaines comme des phénomènes purement mécanistes, résultant du contact entre des zones de « trop-plein » démographique et d’autres, plus ou moins lointaines, qui seraient sous-peuplées. L’installation de Coumans en Hongrie, les déplacements des Arméniens, l’émigration des juifs espagnols après 1492 sont la conséquence de phénomènes politiques et sociaux complexes, pesant de manière spontanée ou contrainte sur ces groupes humains, et non d’une poussée irrésistible vers des espaces vides d’hommes. Le concept de diaspora, généralement réservé à l’essaimage juif, est-il applicable à d’autres peuples se dispersant vers des lieux d’accueil multiples ? Parler d’une diaspora italienne ou arménienne au Moyen Âge est loin de faire l’unanimité. Pourtant, la formation de communautés stables, d’origine italienne, des rives de la mer Noire à l’Angleterre, et la dispersion des Arméniens vers l’Italie, la France ou la Riviera criméenne, après la chute de la Petite Arménie au pouvoir des Mamlûks, ne sont-elles point comparables à la diaspora des juifs espagnols essaimant au Maghreb, en Égypte ou dans les territoires balkaniques de l’empire ottoman après le décret d’expulsion de 1492 ?

3La terminologie précisée, l’enquête a cherché à définir les espaces concernés, foyers de diffusion, itinéraires suivis et zones d’accueil, bien qu’il soit difficile de distinguer entre espaces et motivations, celles-ci conditionnant en grande partie ceux-là. Les migrations forcées sont liées à la formation des États-nations, en quête d’identité, et se traduisent par des déportations massives : celle bien sûr des juifs espagnols, après la reconquête de Grenade, mais aussi parfois celle des populations musulmanes dans l’Espagne de la Reconquista. Bien que les traités de capitulation aient reconnu le droit des musulmans à conserver leurs biens, la couronne d’Aragon voit dans le départ des « conquis » une source de revenus certaine et une possibilité d’homogénéisation religieuse et politique, à laquelle s’oppose bien souvent une noblesse inquiète des effets d’un dépeuplement qui vide la péninsule au profit du Maghreb et de l’ensemble des pays d’islam. Mais il faut aussi évoquer le sort de ces populations frontalières entre empire byzantin et califat abbasside, trop souvent victimes des razzias et déplacées au hasard des conquêtes de l’un et l’autre camp.

4Plus considérables, au Moyen Âge comme en notre temps, sont les migrations économiques ou migrations de travail. Elles ont été largement mises en valeur au cours de nos débats. Évoque-t-on le manque de ressources du pays natal ? Le choc de la misère pousse, on le sait, nombre de Balkaniques à prendre les chemins de l’exil. Mais en est-il différemment de ces Coumans qui viennent, à l’appel de Bela IV de Hongrie, chercher des terres en Pannonie, de ces Syriens qui vont travailler la canne à sucre sur les domaines des Hospitaliers ou des Corner en Chypre, des Bulgares d’Asparouch, première vague d’immigration dans le pays auquel ils ont donné leur nom ? L’attirance d’un pays d’accueil disposant de terres libres, de conditions de vie meilleures, ainsi que les besoins en main d’œuvre pour des travaux de force ou des opérations de repeuplement ont suscité de vastes migrations dont le Drang nach Osten, ici hors de notre champ d’étude, mais aussi la péninsule Ibérique de la Reconquête et les Marches d’Italie ont été les réceptacles. Il en va différemment avec les migrations des marchands, liées à un processus de colonisation et de dynamisme commercial : mobilité cyclique ou saisonnière d’hommes d’affaires accompagnant les convois (mude à Venise), installation temporaire ou permanente de rameaux des clans familiaux gardant une assise ferme en métropole, tout en participant à l’essor des comptoirs d’outre-mer, seuls ou en famille, accompagnés ou non d’une suite d’artisans, d’aventuriers et de mercenaires. Car il faut englober aussi les gens de guerre, apatrides pour qui ne comptent que l’aventure et l’appât du gain : mercenaires latins au service de Byzance, « gens du roi de France » allant défendre les lambeaux de chrétienté en Terre sainte, « soudoyers » hispaniques constituant la suite armée des souverains maghrébins. Il y a là parfois une mobilité de rupture qui fait transgresser les frontières politiques et religieuses, tout en soulignant l’importance des facteurs économiques et des rééquilibrages, sans cesse remis en cause par les aléas de la conjoncture.

5À ces motivations complexes correspondent des itinéraires qui s’entrecroisent dans l’ensemble du monde méditerranéen. Le migrant choisit généralement la voie de terre qui ménage l’espoir du retour : s’il en est ainsi des mercenaires gardant la nostalgie de leur pays natal, que dire de ces pèlerins partant pour une Jérusalem qu’ils identifient comme la terre du salut et comme le but de leur cheminement dans une existence tout entière tournée vers le ciel ? La voie maritime est, en revanche, synonyme d’une rupture plus grande : la peur des périls de la mer et des hommes, si profondément ressentie au Moyen Âge, s’ajoute au déchirement d’un départ, bien souvent conçu sans retour. Toutefois la longue expérience des échanges maritimes favorise l’expatriation des Latins outre-mer : au fond de la mer Noire, Tana se repeuple après la guerre vénétogénoise et les stratégies commerciales favorisent les migrations familiales aussi bien au Maghreb que dans les lointains comptoirs génois et vénitiens d’outre-mer. Ces migrations internationales, qui ne font bien souvent que prolonger le vaste mouvement d’inurbamento des cités-États italiennes, entraînent une modification importante des caractéristiques des personnes en cause, un changement de statut, parfois de citoyenneté, tandis que se pose nécessairement pour elles le problème des liens à maintenir avec la métropole d’origine, ultime refuge lors du déclin des empires d’outre-mer.

6On mesure, à ces évocations, les conséquences multiples des migrations médiévales. La plus éclatante est la formation des colonies et des comptoirs, à laquelle nos colloques précédents ont donné le plus vif éclairage. Si l’on connaît assez bien leur organisation institutionnelle, leur vie sociale et leur activité économique, le nombre des migrants qui, à une époque donnée, viennent se juxtaposer aux indigènes, nous échappe en grande partie. S’intègrent-ils au milieu local, sont-ils progressivement assimilés au point d’en adopter les valeurs et les normes, ou bien au contraire constituent-ils une communauté close, compacte et structurée dans un isolement topographique et culturel spécifique ? La réponse dépend de la nature du milieu local, comptoir sous la souveraineté d’un prince oriental, ou colonie directement administrée par la métropole d’Occident.

7Qu’il soit cité, région ou royaume, le foyer de départ subit nécessairement le choc en retour de la migration. Les pages qui précèdent ont évoqué la catastrophe humaine et économique provoquée par le décret d’expulsion des juifs hispaniques. La noblesse catalane s’est opposée à la politique royale favorisant le départ des musulmans après la Reconquête. La migration suivie de retours offre des effets plus contrastés. L’expérience acquise outre-mer par de jeunes marchands en apprentissage enrichit la connaissance des milieux lointains et favorise le mouvement des affaires. Les sou-doyers, de retour au pays, rapportent les techniques militaires, font connaître voies et itinéraires, s’approprient des parcelles de richesse de l’Autre (soieries et bijoux, quasi-monnaies, rapportés d’Orient par les Normands). Il en est tout autrement lorsque le retour des expatriés est massif. Les Vénitiens, chassés par l’avance ottomane des territoires d’outre-mer, réclament à leur patrie la récompense des services rendus et se voient bien souvent opposer le refus du patriciat métropolitain qui les ignore. La migration de retour se heurte alors au repli frileux d’une société recroquevillée sur ses privilèges.

8Migrations et diasporas révèlent ainsi un système de valeurs et montrent comment les groupements humains assurent la continuité et le renouvellement de leurs propres structures, tout en s’adaptant aux changements imposés par la conjoncture. Du Moyen Âge jusqu’à notre temps, les caractéristiques des migrations affichent une grande permanence. Le monde méditerranéen fut et demeure le lieu de profonds bouleversements humains que seule une différence d’échelle sépare aujourd’hui de ceux d’hier. Problèmes et solutions restant identiques, il nous appartenait de jeter quelque lumière sur les mouvements migratoires du passé pour mieux comprendre le monde contemporain. Le Centre Européen d’Art et de Civilisation Médiévale de Conques, sous la direction d’Hervé Fournier, en nous accueillant dans ses murs prestigieux, a compris le sens de notre démarche. Que tout son personnel trouve ici l’expression de nos remerciements les plus chaleureux !

9M.B. - A.D.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540