Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Entre Orient et Occident

Tentatives de migration individuelle dans les territoires sous domination vénitienne - une approche

Doris Stöckly

Volltext

1En parlant du commerce maritime de Venise nous sommes amenés à affirmer que la migration n’était pas l’objectif primordial de l’expansion vénitienne en Méditerranée. Pourtant, un nombre considérable de Vénitiens installés à Famagouste, à Négrepont, à La Tana ou en Crète apparaît dans les actes notariés. Il y a donc lieu de parler de migration et d’en étudier de plus près les conditions.

2Le premier souci de la Sérénissime était d’offrir le support nécessaire à ses marchands afin qu’ils profitassent au maximum du commerce maritime effectué sous son égide. C’est la raison pour laquelle la cité intervenait régulièrement en privilégiant, réglementant et subventionnant. Dans les comptoirs du pourtour méditerranéen, les hommes d’affaires trouvaient l’infrastructure nécessaire à leurs affaires, voire des conditions privilégiées mises à leur disposition par leur Commune.

3Au cours de son expansion, Venise prit possession de territoires entiers qu’il fallait désormais administrer et gérer pour le profit de la Commune : leur contrôle requérait de nouvelles stratégies quant au personnel déployé. Si dans un comptoir la Commune n’avait besoin d’envoyer que quelques officiers pour s’occuper des relations avec les autorités locales et assurer une certaine sécurité de droit, le contrôle de vastes territoires comme la Crète demandait l’établissement permanent d’un grand nombre de gens qui, non seulement organisaient l’administration, mais garantissaient l’autorité à long terme.

  • 1 Malgré la différence de terminologie, les différences de statut entre la domination d’un territoire (...)

4Nous ne distinguerons ces différents types d’établissements - comptoirs et dominia (les vastes territoires dominés par Venise) - que dans la mesure où ils ont pu attirer des gens avec des objectifs divers : il est bien différent de s’installer dans une ville commerciale ou en tant que cultivateur1.

5Nous ne nous intéressons pas ici aux déplacements d’hommes armés censés s’installer en feudataires, comme les organisa Venise pour occuper l’île de Crète, et plus tard Chypre, donc migration mise en œuvre et contrôlée par l’État. Nous ne traiterons pas non plus des familles qui se sont établies en tant que seigneurs sur un territoire ou une île du dominium vénitien. Nous souhaitons nous pencher sur la migration individuelle vers un comptoir vénitien ou vers l’un des dominia de la Sérénissime en vue d’un établissement durable. Il faut distinguer la migration temporaire, visant prioritairement les comptoirs, de la migration définitive dirigée également vers la campagne d’un dominium. On parlera de migration temporaire pour les marchands qui passaient un temps déterminé dans les comptoirs. Ils y bénéficiaient des facilités et de l’infrastructure ainsi que des privilèges et des franchises économiques, obtenus par la Sérénissime pour les citoyens. Dès le moment où ils ne voyageaient plus avec leurs marchandises, ils confiaient leurs affaires à des facteurs, qui étaient de préférence des compatriotes. Même s’ils y restaient pour des périodes prolongées, ils rentraient en général à l’issue de leur mission. Les notaires, qui instrumentaient avant tout pour leurs compatriotes sur place, sont également à inclure dans le groupe des migrants temporaires. Il existe même des exemples de notaires ayant changé de résidence à plusieurs reprises. Il en est ainsi de Moretto Bon, lequel instrumenta à Trébizonde, à La Tana et à Venise. Sur place, ils devaient vivre parmi leurs compatriotes dans un quartier fermé, sans guère s’adapter au mode de vie des habitants du pays d’accueil. Ils ne produisaient rien et vivaient a priori des ressources de leur pays d’origine.

6Ce qui nous intéresse ici est la migration définitive. Les sources nous montrent des personnages vivant durablement dans les territoires sous domination vénitienne, à Modon, Négrepont, en Crète et plus tard à Chypre.

  • 2 D. Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle », (...)

7Jusqu’à présent, la migration individuelle a moins attiré l’attention des chercheurs et les études se sont davantage concentrées sur le statut juridique des migrants, sans analyser des cas individuels2. Cela est dû, entre autres, au problème des sources. Les personnages d’origine modeste, et peu ambitieux, ont laissé bien moins de traces dans les documents officiels que les militaires confrontés aux problèmes d’occupation du sol, ou les marchands bénéficiant des privilèges négociés par la Commune.

8Nous nous intéressons ici à ces migrants individuels, à leurs motivations, leurs stratégies et leurs perspectives. Dès le début du xive siècle, les actes notariés nous montrent des Vénitiens et des Italiens établis dans tous les territoires et comptoirs vénitiens concernés. Qui sont ces hommes qui prennent l’initiative de quitter Venise, où vont-ils, que font-ils ? Tout en sachant qu’un nombre considérable de migrants n’a peut-être pas laissé de traces écrites, nous voudrions tenter de clarifier les conditions dans lesquelles pouvait se dérouler leur émigration. Venise est-elle intervenue dans leurs projets ? A-t-elle offert le même appui à tous les migrants ? Leurs tentatives furent-elles couronnées de succès ? En outre se pose la question des différences entre immigration dans un comptoir - Candie, Famagouste, La Tana - et dans un territoire - la Crète et l’île de Chypre.

9S’il reste difficile de donner des réponses définitives, on indiquera néanmoins les grandes lignes qui jalonnent le cadre d’une recherche plus détaillée, qui reste encore à faire.

10Les migrants individuels apparaissent surtout dans les actes de notaires et plus rarement dans les registres du Sénat de Venise. Or, il n’est pas toujours évident de distinguer entre gens de passage et migrants. Pour ce faire, se différencient les habitatores - les résidents - des mercatores, qui devaient être la plupart du temps des gens de passage. Les documents nous facilitent la tâche en spécifiant pour les non-résidents qu’un personnage est ad presens in civitate. Nous avons relevé les personnes portant des noms italiens, vénitiens avant tout. Les autres nations servent d’exemple : quand il n’y a pas de Vénitien, on présume que les migrants de statut social moyen devaient se ressembler dans toutes les nations. Les autres Italiens n’ont pas profité d’éventuels privilèges réservés aux citoyens vénitiens, ce qui a pu les influencer quant au choix de leur nouveau pays. Nous n’avons pas prêté attention à leur point de départ. Du moment qu’ils sont qualifiés de « Vénitien, habitant à », il n’y a donc pas de distinction à effectuer entre les fugitifs de la Palestine établis à Chypre depuis longtemps et un artisan venu directement de Venise.

  • 3 Benvenuto de Brixano, notaio in Candia 1301-1302, éd. Raimondo Morozzo della Rocca. Venise. 1950 (F (...)

11Pour cette première étude, nous avons utilisé les actes de Benvenuto de Brixano, notaire à Candie entre 1301 et 1302, Nicola de Boateriis, qui instrumenta à Famagouste de 1355 à 1365, et de Moretto Bon, notaire à Trébizonde et La Tana entre 1403 et 1408. Les extraits des registres du Sénat concernant la Crète entre 1428 et 1453, édités par Hippolyte Noiret, ont également fourni des informations3. Les exemples tirés de ces sources sont donc répartis - avec de grandes lacunes - sur un siècle et demi. Il sera intéressant de voir si l’on constate une évolution.

12Les personnages les mieux illustrés par nos sources sont quatre hommes d’affaires visant à monter une entreprise en Crète. Ils montrent un profil différent de celui des migrants présentés par les actes notariés. Entre 1428 et 1453, ils soumettent un par un au Sénat des demandes de privilèges pour leurs projets. Regardons-y de plus près :

  • 4 Noiret. Documents, op. cit., 24 juillet 1428, 324sq. ; 11 janvier, 13 juillet et 26 août 1431, 347- (...)
  • 5 Noiret, Documents, op. cit., 16 mars 1429, p. 327 sq.
  • 6 Ibid., 31 juillet 1442. p. 402.
  • 7 Ibid., 2 mars 1453, p. 439.sq.

13Marco de Zanono4 demande en 1428 le privilège de production exclusive du sucre à La Bicornie, Pietro Querini fils de Francesco5 veut monter avec ses associés en 1429 une entreprise d’extraction d’alun, Tommaso Querini6 et ses associés envisagent en 1442 d’introduire l’arbre à mastic, et Pietro Manolesso7 espère ouvrir une saline en 1453. Toutes leurs demandes sont acceptées à quelques petits changements près. Ils obtiennent donc des conditions de départ privilégiées et l’appui officiel pour leurs différentes entreprises.

Comment s’organisent-ils ?

  • 8 Jacoby, « La production », op. cit., p. 170, parle à son égard de sujet vénitien originaire de la r (...)

14Nous n’avons d’informations supplémentaires que pour Marco de Zanono, qui servira d’exemple pour étudier la manière dont un individu s’organisait pour débuter une nouvelle existence dans le cadre défini par la Commune. Zanono. civis fidelis noster8, veut monter une plantation de canne à sucre et demande le privilège exclusif pour sa production. Le Sénat le lui accorde le 24 juillet 1428 pour dix ans à partir de la première cuisson, parce qu’il juge ce projet avantageux pour toute la Commune. La concession sera cependant annulée si dans les deux années à venir il n’a pas mis en route la plantation. Il obtient des privilèges spéciaux comme le libre transport du sucre sans être contraint d’utiliser les convois commerciaux, l’exemption des droits de douane pour l’importation des instruments de travail, le droit de poursuivre et de punir les travailleurs fugitifs et celui de porter des armes pour protéger ses hommes et ses biens. Par ailleurs, il n’est pas tenu de faire contrôler ses livres de comptes.

  • 9 La source dit Calogeros ; pour la localisation, voir Jacoby, « La production », op. cit., p. 176.

15En novembre 1431, le Sénat lui attribue encore d’autres facilités : il obtient le droit de louer les terres attribuées par la Commune au monastère de Saint-Jean-de-Patmos9 et sous-louées alors à des vilains, dès qu’elles se libèreront. Zanono semble convaincu de la réussite de son projet car il propose de payer 10 % de plus pour la location. Il augmente aussi de 20 % le prix pour des champs des cavalerie et des sergenteries qu’il envisage d’acheter. En outre, il reçoit la permission d’édifier deux moulins car il assure ne pas porter préjudice à ceux déjà en fonction. Pour lui éviter les longs voyages de La Bicornie à La Canée, le châtelain reçoit le droit exceptionnel de juger jusqu’à 50 hyperpères toute affaire concernant le sucre au lieu des 10 ordinaires. Zanono demande 100 hyperpères et obtient en outre la permission de faire appel au Duca et au conseil de Candie à concurrence de 50 ducats, pour éviter les longs voyages à Venise. Pour mieux s’assurer contre tout dommage que viendraient à subir ses plantations fragiles, Zanono demande que toute personne, y compris les propriétaires d’animaux entrant sur ses champs, soit punie de 3 hyperpères et contrainte à réparer le dommage.

  • 10 Le danger dans les campagnes crétoises semble avoir été réel et plus répandu, car nous avons connai (...)

16La production du sucre semble être sujette à des jalousies et des dangers particuliers qui mènent à un soutien renforcé de la part de l’État. Le Sénat décrète que le district, c’est-à-dire la collectivité des habitants de la région de La Bicornie et de La Canée, sera tenu de rembourser tout dommage causé par le feu au cas où les malfaiteurs ne seraient pas arrêtés. Zanono bénéficie donc de privilèges exceptionnels qui suscitent l’envie de ses voisins, au point que dans sa peur d’être tué par ses ennemis il se fait promettre qu’un assassin éventuel subira la peine de mort10.

17Zanono est-il exceptionnellement privilégié ou trouvons-nous d’autres personnes ou entreprises dans la même situation ?

18La concession accordée en 1429 à Pietro Querini pour l’extraction de l’alun est beaucoup moins détaillée, mais elle ressemble fort à celle de Zanono : comme la Commune et l’île en profiteront, on lui accorde un privilège exclusif pour dix ans à partir des premiers travaux d’extraction. S’il n’amorce pas son entreprise dans les deux ans à venir, le privilège sera annulé.

  • 11 Ibid, p. 178.

19Plus de dix ans plus tard, en 1442, le privilège de Tommaso Querini pour introduire en Crète l’arbre à mastic est accordé sur le même schéma, excepté le droit exclusif, qui est attribué pour vingt ans. Cela s’explique par la durée de la croissance des arbres. Il demande explicitement à obtenir les mêmes conditions privilégiées que Marco de Zanono quatorze ans plus tôt11. Tommaso dispose de deux ans pour commencer sa plantation ; les terrains qu’il utilisera doivent être achetés à l’amiable et non pas confisqués.

20Vingt ans plus tard, en 1453, Pietro Manolesso propose de produire sur ses propres terrains - dans le territoire de Réthimno - du sel dont manque l’office du sel crétois. On lui accorde, à perpétuité, les mêmes conditions de prix que pour le sel communal. Marco Zanono est particulièrement favorisé par le Sénat mais, tout comme lui, les trois autres entrepreneurs sortant de l’ordinaire des migrants reçoivent un soutien extraordinaire.

21Nous pouvons supposer que les quatre entrepreneurs vivent tous dans l’île - et non pas en ville - ils peuvent donc être considérés comme des migrants. Zanono est installé à la Bicornie, car à plusieurs reprises, il a recours aux juges locaux et demande des allègements en raison des distances entre la Bicornie et La Canée, voire Venise. Les deux Querini achètent ou louent les terres nécessaires à leurs entreprises. On peut supposer qu’ils s’y installent également. Manolesso, en revanche, doit être arrivé avant la demande du privilège, car il possède déjà le terrain nécessaire à la production du sel. Nous pouvons donc supposer que tous les entrepreneurs vivant sur l’île sont installés plutôt à la campagne. Ils peuvent donc être considérés comme des migrants.

22Vu l’envergure de leurs affaires, ils doivent faire partie des couches sociales aisées. Deux d’entre eux sont issus du patriciat, sont dits nobilis vir (Pietro Querini et Pietro Manolesso) - Zanono est simplement civis ; quant à Tommaso Querini, nous n’avons aucune information. Il en résulte qu’aussi bien des nobles de souche ancienne que des citoyens plus modestes cherchent à investir dans les terrains d’outre-mer, en l’occurrence en Crète.

  • 12 Thiriet, La Romanie, op. cit.. p. 330-333 ; Jacoby, « Citoyens », op. cit., p. 174 et n. 51.
  • 13 L. Mas Latrie, Documents nouveaux servant de preuves à l’Histoire de Chypre sous le règne des princ (...)

23Pour Chypre, nos documents ne révèlent pas d’immigrants-entrepreneurs. Les Corner, l’une des grandes familles nobles de Venise, sont pourtant arrivés vers le milieu du xive siècle. Nous ne connaissons pas les détails relatifs à leurs débuts dans l’île et nous ne savons pas si la fabrication de sucre a initialement été l’entreprise d’un seul membre de la famille, qui aurait bénéficié de conditions particulières attribuées par le Sénat12. Durant la deuxième moitié du xve siècle le soutien considérable de l’État est cependant manifeste dans les sources13. D’autres exemples d’immigrés à Chypre seraient nécessaires pour comparer l’attitude du Sénat envers les différents entrepreneurs. Il faudrait avant tout pousser l’étude plus loin dans le temps pour inclure également l’époque du protectorat vénitien et ainsi comparer les deux îles dans des conditions extérieures à peu près identiques.

24Les migrants n’ont pas tous été entrepreneurs et il incombe de les comparer à d’autres migrants individuels apparaissant dans les actes notariés.

25La plupart des Vénitiens installés à Chypre, en Crète ou à La Tana, ne porte pas de noms de grandes familles vénitiennes. Il doit s’agir de personnes d’extraction moyenne, voire modeste. Nous trouvons un Sur, un Avonal, un Bançono, un Bartholomei, mais également un Gritti, un Ghisi, un Quirini, un Cocho, tous qualifiés de civis venetus, mais jamais de nobilis vir. Il est fort possible qu’il s’agisse ici de bâtards de grandes familles qui ont essayé de se trouver une existence en dehors de Venise ; une étude plus détaillée des branches des clans vénitiens permettrait d’y voir plus clair. Il en va de même pour Marco de Zanono, dont les relations familiales pourraient éventuellement expliquer les privilèges du Sénat. Les gens portant des noms de patriciens sont souvent des hommes d’affaires de passage dans les comptoirs. Il apparaît que, tout au long de la période observée, les personnes de couches moyennes ont quitté Venise en plus grand nombre, tandis que les patriciens ont fait fortune dans le commerce maritime. Or, il faudrait étudier les actes notariés pour savoir s’ils sont représentatifs ou si d’autres sources apportent une lumière différente sur les migrants. Il serait éventuellement possible de distinguer des phases d’arrivée de personnes issues de différentes couches sociales.

Où s’installent-ils ?

  • 14 Brixano nos 12, 72, 521, 551.

26Il semble naturel que les grands centres d’activités comme Candie ou Famagouste aient principalement attiré les migrants puisqu’on y dresse des contrats devant notaire. Il est donc clair que les actes notariés contiennent en première ligne des hommes proches du comptoir. Mais tout comme pour Zanono et Manolesso, les actes de Brixano montrent aussi des personnes résidant dans d’autres secteurs de l’île de Crète : Francesco Dono à La Canée, Domenico Benedetto au Castrum Malvusini (Monovaxie), Bartolomeo Zanchani habitant Belvedere, Pietro de Clugio, fils de feu Domenico, à Milopotami14.

  • 15 Pour le xiiie siècle, les études sur Chypre s’accordent à dire que le nombre de Latins qui se trouv (...)

27A Famagouste, il y a un nombre considérable d’immigrants au moins dès le milieu du xive siècle, mais à l’exception des Corner nous n’en trouvons pas ailleurs dans l’île. La question est de savoir si l’absence d’immigrants vénitiens en campagne chypriote est due au fait que Venise, à cette époque, n’a d’influence directe que sur les comptoirs. Il faudrait voir si la situation change sous le protectorat vénitien et si les migrants s’installent davantage à la campagne15.

  • 16 Bon, nos 36, 31, 37.

28Pour La Tana, les actes de Moretto Bon montrent des hommes installés à long terme dans ce comptoir. Giacomo Foscarini, dit Zarcaso (Circassien), et Rubertus de Contis, un autre Italien habitator Tane, vendent en 1408 des esclaves à des Vénitiens de passage et Luca de Fiorenza habitator in Tana y fait son testament le même jour16. Nous ne les voyons pas acquérir des terrains et ils se sont tous établis dans l’enceinte de la ville. La Tana est un comptoir sans arrière-pays accueillant pour les Italiens. Rien que la distance de Venise et la différence de culture ont dû constituer pour les migrants italiens un obstacle plus important que dans les territoires en Egée.

29A travers les actes de Boateriis nous voyons aussi des Vénitiens immigrés dans d’autres territoires sous domination vénitienne : Francesco de Miolo de Veneciis à Négrepont (36) ou le Génois Nicolo Dondi comme habitalor Rhodi (39).

Que font-ils ?

30Nous trouvons donc dans tous les territoires du dominium vénitien en Méditerranée orientale des immigrés à titres divers. Mis à part les officiers envoyés par la Commune, il est assez rare que nous apprenions quelque chose sur leurs occupations. Les documents ne nous renseignent pas davantage sur leurs motivations.

  • 17 Brixano, nos 169, 195.
  • 18 Boateriis, nos 25, 80, 81, 83, 102.

31Les comptoirs attirent des artisans qui assurent les besoins quotidiens des habitants. Ainsi nous trouvons des artisans immigrés à Candie et à Famagouste : Johannes de Clugia et Marco Belo sont forgerons17, Nicolo Longovardo est maçon. A Famagouste, Zanin Vido, vénitien, est orfèvre et Zulian Sur, marangonus venetus, y fait son testament. Il souhaite même y être enterré18.

  • 19 Richard, « Peuplement », op. cit., p. 165.
  • 20 Brixano, nos 510, 511, 512, 523, 524, 547.

32À Chypre au xive siècle, les Latins résidents étaient avant tout des officiers du roi ou des marchands bourgeois, très peu se livraient à l’agriculture19. Cela se confirme dans les trois cent trente actes de Nicola de Boateriis en 1360. En Crète, en revanche, les propriétaires de terrains et de maisons, ainsi que les cultivateurs, étaient assez nombreux au début de ce même siècle20 : Giacomo de Priuli habitator Candide loue à Nicolo da Molin, habitator Petrochefalo et producteur de vin, un jardin avec des arbres, cultivé auparavant par Asterius. Et Andréa Barbo donne toutes ses terres et maisons en Crète comme garantie pour son emprunt de quarante hyperpères. Giacomo Mudazio construit un moulin et Nicolo Venier loue à Mesari celui qu’il tient en location d’Alexandre Cauco. On est amené à postuler que les cultivateurs, tout comme les entrepreneurs, arrivent seulement après la mainmise vénitienne sur le territoire entier de l’île. La différence de situation entre la Crète et Chypre s’expliquerait donc par la date à laquelle les actes ont été conclus. Au moment où Benvenuto Brixano (1300) était à Candie, la Crète entière était sous domination vénitienne, tandis que Boateriis (1360) instrumentait dans un comptoir en territoire étranger, Chypre n’étant pas encore sous le protectorat de la Sérénissime.

  • 21 La proposition en 1478 d’un décret incitant 100 familles nobles à immigrer à Chypre n’a pas été vot (...)

33Comme il a été dit précédemment, il faudrait comparer la situation de la Crète avec celle de Chypre après 1489 pour voir si les petits cultivateurs et les entrepreneurs arrivent en plus grand nombre et s’ils s’installent davantage sur le territoire21. L’étude de plusieurs notaires et un échantillon plus grand seraient nécessaires pour élaborer des résultats plus fiables, car deux notaires peuvent avoir une clientèle spécifique mais différente l’une de l’autre, et les soixante ans qui les séparent peuvent également avoir eu une influence sur les conditions politiques dont dépendaient les migrations.

34Les cultivateurs et les artisans figurant dans les actes notariés ne sont pas mentionnés dans les registres du Sénat. Contrairement aux entrepreneurs voulant monter une exploitation plus importante, ils ne bénéficient pas d’aide particulière de la part des institutions officielles. Or, tout comme les migrants privilégiés, les gens modestes subissent la réglementation assez stricte de la vie quotidienne dans les dominia : les instances juridiques, par exemple, sont exactement définies et les taxes strictement fixées.

  • 22 Jacoby, « La production », op. cit., p. 178.sq.

35Il est difficile de savoir si les tentatives de migration ont été couronnées de succès. Même pour les grands entrepreneurs, on dispose de peu d’informations. Pour Marco de Zanono, nous pouvons au moins déduire qu’il n’a pas réussi à long terme, puisque les voyageurs de la fin du xve siècle ne parlent plus de production de sucre22.

36Les Corner à Chypre sont à peu près les seuls dont nous connaissions le succès de leur entreprise. Il faudrait élargir notre recherche à d’autres exemples et d’autres sources pour aboutir à des résultats plus généraux et plus fiables ! Pour l’instant nous ne pouvons que suggérer des pistes de recherche. Le nombre de veuves, relativement important dans les actes notariés, pourrait être une petite indication, car les femmes qui restent seules dans l’île après la mort de leur mari sont bien intégrées. Cela n’est pourtant valable que si elles ne sont pas membres de familles indigènes.

  • 23 Jacoby, « Citoyens », op. cit., p. 182.sq.

37Pour Chypre, le nombre de départs effectifs après l’ordre officiel en 1374 de quitter l’île, en raison de problèmes avec le roi, serait un moyen de mesurer le succès de l’immigration23. Mais nous stagnons dans les suppositions en attendant que ces questions soient étudiées de plus près.

Conclusion

38Entre 1300 et 1450 environ, nous trouvons dans tous les territoires sous domination vénitienne des migrants établis. Pour les comptoirs, nous n’avons pas constaté de différences entre les deux îles tout au long de la période envisagée. Il y a pourtant des différences entre comptoirs et territoire, entre la Crète et Chypre, pour les dominia notamment. En Crète nous trouvons, au début du xive siècle, des artisans et des commerçants dans les comptoirs ainsi que des cultivateurs ou des entrepreneurs sur tout le territoire. A Chypre, en revanche, nous ne trouvons au milieu du xive siècle pratiquement pas de cultivateurs immigrés, ni même d’entrepreneurs. L’immigration se concentre sur le port de Famagouste, les Corner constituant une exception. Cela indique que la situation politique - protectorat sur tout le territoire ou engagement dans des comptoirs uniquement - a influencé la migration. Un échantillon plus grand de migrants et notamment une étude élargie à l’époque du protectorat vénitien sur Chypre et aux années précédant la mainmise vénitienne sur la Crète permettraient une comparaison et devraient mener à des résultats plus significatifs. On verrait si à Chypre, une fois le protectorat vénitien établi, il y a eu - comme en Crète - plus d’immigration d’entrepreneurs et de cultivateurs. L’exemple des Corner d’Episkopi le laisse supposer.

39Les actes notariés utilisés pour notre étude nous informent avant tout sur des gens plus modestes, artisans ou cultivateurs, qui possèdent des maisons dans les comptoirs, mais également des moulins et des terres en campagne. Nous savons très peu de chose sur ces migrants individuels. Une étude plus détaillée de ces actes, qui permettrait de suivre sur une plus grande durée les individus, procurera peut-être les informations recherchées. D’autres sources, comme les testaments par exemple, fourniront un complément de recherche.

40Les quelques personnages sortant de l’ordinaire avec leur projet d’établir une entreprise de plus grande envergure bénéficient d’une aide spéciale de la part de l’État. Leur exemple montre que la Sérénissime ne se contente pas seulement de contrôler et de soutenir le commerce maritime, mais qu’elle assure également les bases de subsistance de ses citoyens dans les territoires sous sa domination, si elle entend en tirer profit elle-même. Venise est en mesure de fournir le soutien et les garanties nécessaires à l’établissement de ses citoyens et elle en montre la volonté. Son administration forte et centralisée permet même dans les comptoirs et les territoires lointains d’organiser et de diriger la vie des citoyens.

41Ceci est tout aussi valable pour les gens modestes, dans la mesure où leur feudataire est concerné ou privilégié ou tout simplement par la protection ou la mise à disposition de l’infrastructure facilitant la migration. Je pense à l’établissement sur place d’un délégué du pouvoir politique garantissant une certaine sécurité pour les nouveaux venus et le fonctionnement régulier et assuré du système de transport commercial afin d’écouler la production agricole. Malgré cela, ou plutôt exactement pour ces raisons-là, nous trouvons tout au long du xive, et jusqu’au milieu du xve siècle, des migrants vénitiens dans tous les territoires dominés.

42Bien des questions restent en suspens. Il reste à savoir plus exactement qui migrait dans les territoires autour de la Méditerranée, quelles familles et avec quelles motivations ? Il serait intéressant de suivre ces migrants pour savoir si leurs tentatives ont été couronnées de succès et pour voir si, et comment, ils s’intégraient. On pourrait ensuite élargir la recherche et comparer la migration vénitienne et l’accueil des migrants en territoire vénitien et ces mêmes phénomènes dans d’autres cités méditerranéennes, Gênes ou Pise. Voilà encore beaucoup de travail en perspective !

Anmerkungen

1 Malgré la différence de terminologie, les différences de statut entre la domination d’un territoire et un comptoir en terre étrangère semblent dans l’ensemble avoir été négligeables. F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge : Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien, 193, Paris, 1959 (Bibliothèque de l’Ecole Française d’Athènes et de Rome), p. 182.

2 D. Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle », Byzantinische Forschungen, 5 (1977), p. 159-188 et J. Richard, « Le peuplement latin et syrien en Chypre au xiiie siècle », Byzantinische Forschungen, 7 (1979), p. 157-173.

3 Benvenuto de Brixano, notaio in Candia 1301-1302, éd. Raimondo Morozzo della Rocca. Venise. 1950 (Fonti per la storia di Venezia, sez. III/1 ) ; Nicola de Boateriis, notaio in Famagosta e Venezia (1355-1365), éd. Antonino Lombardo Fonti per la storia di Venezia, sez. III/6, Venise, 1973 ; Moretto Bon, notaio in Venezia, Trebisonda e Tana (1403-1408), éd. Sandro de’ Colli, Fonti per la storia di Venezia, sez. III, Venise, 1963 ; H. Noiret, Documents inédits pour servir à l’histoire de la domination vénitienne en Crète de 1380 à 1485 tirés des archives de Venise, Paris, 1892 (Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome 61).

4 Noiret. Documents, op. cit., 24 juillet 1428, 324sq. ; 11 janvier, 13 juillet et 26 août 1431, 347-350, 352-354 ; F. Thiriet, « Villes et campagnes en Crète vénitienne aux xive-xve siècles », dans Actes du IIe Congrès international des Études du Sud-Est européen, Athènes 1970, 2, Athènes, 1972, p. 451 et avant tout D. Jacoby, « La production du sucre en Crète vénitienne. L’échec d’une entreprise économique », dans Rhodonia, Mélanges M. Manousaka 1, Réthimno. 1994, p. 167-180. Pour la nationalité de Zanono, voir infra, n. 8.

5 Noiret, Documents, op. cit., 16 mars 1429, p. 327 sq.

6 Ibid., 31 juillet 1442. p. 402.

7 Ibid., 2 mars 1453, p. 439.sq.

8 Jacoby, « La production », op. cit., p. 170, parle à son égard de sujet vénitien originaire de la région de Padoue ou de celle de Trévise.

9 La source dit Calogeros ; pour la localisation, voir Jacoby, « La production », op. cit., p. 176.

10 Le danger dans les campagnes crétoises semble avoir été réel et plus répandu, car nous avons connaissance d’autres cas de dommages subis par des biens et des personnes : vol de vaches, menace de blessure par des flèches en 1322, attaques sur des officiers qui escortent des malfaiteurs en 1328 ou meurtre de Marco Venier en 1327 ; F. Thiriet, « L’exploitation rurale en Romanie gréco-vénitienne », Études sur la Romanie gréco-vénitienne (xe-xve siècle), 13 (1977) p. 52sq. et 41 ; voir aussi Jacoby, « La production », op. cit., p. 178.

11 Ibid, p. 178.

12 Thiriet, La Romanie, op. cit.. p. 330-333 ; Jacoby, « Citoyens », op. cit., p. 174 et n. 51.

13 L. Mas Latrie, Documents nouveaux servant de preuves à l’Histoire de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan. Paris, 1882 (Mélanges historiques du ministère de l’instruction publique, 4), p. 396sq.

14 Brixano nos 12, 72, 521, 551.

15 Pour le xiiie siècle, les études sur Chypre s’accordent à dire que le nombre de Latins qui se trouvent dans l’île est négligeable et qu’on ne peut pas savoir s’ils y ont résidé en permanence. Il semble clair que la migration définitive suivait celle des croisés et des marchands et attendait donc l’établissement des Italiens sur les côtes de la Méditerranée ; Richard, « Peuplement », op. cit., p. 158 ; Jacoby, « Citoyens », op. cit., p. 164sq.

16 Bon, nos 36, 31, 37.

17 Brixano, nos 169, 195.

18 Boateriis, nos 25, 80, 81, 83, 102.

19 Richard, « Peuplement », op. cit., p. 165.

20 Brixano, nos 510, 511, 512, 523, 524, 547.

21 La proposition en 1478 d’un décret incitant 100 familles nobles à immigrer à Chypre n’a pas été votée. L’État n’a donc pas envoyé activement de citoyens avant le protectorat ; L. de Mas Latrie. Histoire de l’Ile de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, 3, Paris, 1881, p. 822sq.

22 Jacoby, « La production », op. cit., p. 178.sq.

23 Jacoby, « Citoyens », op. cit., p. 182.sq.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540