Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Entre Orient et Occident

Les marchands catalans installés en Égypte et en Syrie-Palestine aux xive et xve siècles : essai d’évaluation1

Damien Coulon

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées : ACA :
    Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone)
    ADB : Archives Diocésaine (...)
  • 2 Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens au Moyen Age, Paris, 1968, p. 143 ; F. Lane, Venise une (...)
  • 3 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », Studi Storici 38 (...)

1La présence de communautés marchandes occidentales installées dans les principaux centres de négoce du Levant a constitué un instrument déterminant de l’expansion commerciale européenne à la fin du Moyen Âge. L’établissement à Alexandrie et Damas de facteurs membres des grandes familles vénitiennes engagées dans le trafic avec l’Égypte et la Syrie a ainsi permis d’y expédier des biens par un simple système de commission, beaucoup plus rapide que celui des colleganze, qui imposait de faire accompagner les marchandises2. De même, les Génois n’avaient pas non plus négligé l’espace mamlûk, avec lequel ils avaient établi de solides liens commerciaux notamment par le biais de la traite des esclaves pontiques,3.

  • 4 « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », dans Sociétés et compagnies de comm (...)
  • 5 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo xv, 2e éd., Nap (...)

2La stratégie adoptée par les Catalans, commerçant eux aussi activement avec les Mamlûks, n’apparaît cependant pas aussi nettement, puisqu’elle reste pour le moins controversée. Cl. Carrère a, par exemple, déjà affirmé depuis longtemps qu’aucun marchand catalan ne s’était installé en Égypte ou en Syrie : « point de facteur à demeure, ni même de correspondant, alors que les Barcelonais s’installent si volontiers partout », précise-t-elle4. Pourtant, plusieurs autres historiens d’horizons divers ont relevé la présence de Catalans remplissant bien de telles fonctions dans ces contrées. M. Del Treppo a, par exemple, noté le cas d’un négociant, correspondant de son frère, qui devait payer une lettre de change à Alexandrie, en 1416 ; de son côté E. Ashtor a relevé dans les sources vénitiennes la trace de modestes communautés n’excédant pas une vingtaine d’individus, installés à Alexandrie et secondairement à Damas, également au début du xve siècle ; enfin, rappelons que M. Saez Pomés avait, quant à elle, déjà mentionné depuis de nombreuses années l’existence d’un document signalant la présence de 300 à 400 prisonniers catalans en Égypte, à la suite du sac d’Alexandrie par le roi de Chypre Pierre 1er, en octobre 1365, et auquel des marins et des marchands catalans avaient participé5. Faut-il voir dans ces déductions contradictoires une manifestation supplémentaire du débat relatif au déclin catalan, opposant précisément Cl. Carrère et M. Del Treppo - la première défendant la thèse d’une diminution précoce des activités économiques de Barcelone (à partir du milieu du xive siècle), le second celle d’un réel dynamisme de ce port jusqu’au milieu du xve siècle ? Ou cette divergence de vue résulte-t-elle seulement d’une approche méthodologique distincte, voire d’une interprétation erronée de la documentation ?

I. Des déductions hâtives ?

3Examinons tout d’abord le document cité par M. Saez Pomés. Il s’agit en fait des instructions d’une ambassade destinée au Saint-Siège, un an après le sac d’Alexandrie, et qui avait pour but de solliciter l’autorisation d’envoyer dans le port égyptien quatre nefs - deux barcelonaises et deux majorquines. Celles-ci devaient rapatrier les captifs « sur le point de renier leur foi chrétienne », ainsi que leurs marchandises, évaluées à un montant, vertigineux, de 400 000 florins d’Aragon. La politique d’interdits pontificaux de commerce avec l’Égypte et la Syrie, renforcée après la conquête des États latins par les Mamlûks à la fin du xiiie siècle, imposait en effet une telle démarche auprès du pouvoir pontifical.

  • 6 Cf. A. Lopez de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandria y Damasco en el reinado de Pedro (...)

4Il est cependant surprenant de constater que, dans les instructions de l’ambassade destinée au sultan du Caire lui-même - datées de juin 1366 -, aucun chiffre relatif aux prisonniers, ni à la valeur totale des marchandises n’est précisé, pas plus que dans les autres documents relatifs au départ de cette ambassade, pourtant concernée au premier chef par cette question6. Ce décalage flagrant entre les deux séries d’instructions indique en fait clairement que des arguments judicieusement choisis, et selon toute vraisemblance exagérés, accompagnent la requête auprès du pape afin de la rendre plus pressante et plus convaincante. Il serait donc pour le moins imprudent de déduire de cet effectif de « 300 à 400 » prisonniers, l’existence d’une importante communauté de marchands catalans en Égypte.

  • 7 Levant Trade, op. cit., p. 229-233
  • 8 Ibid. p. 231, n. 198 et p. 232, n. 206
  • 9 Nicolau Sant Père : ibid. p. 226 ; Antoni de Sori, ibid., App. 6 p. 536 et 538 (départs pour Alexan (...)
  • 10 Comme l’indique également E. Ashtor lui-même, rappelant que Nicolau San Pere s’était fait connaître (...)
  • 11 Voir F.Thiriet, Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, 3 vol., Paris, (...)
  • 12 Cl. Carrère, Barcelone centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), 2 vol., Paris-La H (...)

5E. Ashtor a, quant à lui, tenté de démontrer leur présence durable en Égypte et en Syrie, à partir de leur mention parmi les actes des notaires vénitiens ayant instrumenté à Damas et Alexandrie au cours du xve siècle7. Il cite même nommément quelques-uns d’entre eux, tel « Nic. Sampier », qui vendit une esclave à Alexandrie en août 1416, ou Antoni de Sori, dont E. Ashtor affirme qu’il résida dans le port égyptien au moins entre 1400 et 1406, puisque ce personnage figure dans plusieurs contrats instrumentés par le notaire vénitien Antonello de Vataciis au cours de ces deux années8. Or, comme le signale E. Ashtor lui-même dans d’autres passages de Levant Trade in the Later Middle Ages, ces deux individus sont en fait des patrons de navires, ce que confirme d’ailleurs la documentation barcelonaise9. Le premier est même bien connu, puisqu’il s’agit du fameux pirate catalan Nicolau Sant Pere, qui défraya la chronique dans les eaux de Méditerranée orientale entre 1416 et 142010. Plusieurs réclamations du Sénat vénitien témoignent également de ce qu’il avait en réalité établi à Rhodes sa base arrière, avec la bienveillance des Hospitaliers11. Sa présence à Alexandrie n’était donc que passagère ; Nicolau Sant Pere y écoulait sans doute une partie du butin saisi au cours d’un de ses nombreux exploits de pirate ou participait peut-être au trafic des esclaves pontiques et grecs, dont le système mamlûk avait si grand besoin, et qui parvenaient en grand nombre dans l’île des Hospitaliers, à mi-chemin entre la mer Noire et l’Égypte. Ces deux personnages constituent donc des contre-exemples flagrants qui invitent à douter de la méthode utilisée par E. Ashtor pour conclure à la présence d’une petite communauté de commerçants catalans durablement installée à Alexandrie et à Damas. Comme ces deux patrons de navire, les autres marchands catalans apparaissant dans les minutiers de notaires vénitiens établis dans ces deux cités avaient en fait fort bien pu conclure un contrat lors d’un simple passage en Égypte ou en Syrie, où ils se rendaient en effet régulièrement comme l’attestent les très nombreux contrats de commande barcelonais des xive et xve siècles12.

  • 13 A. Garcia-M.T. Ferrer, Assegurances i canvis maritims medievals a Barcelona, 2 vol. , Barcelone, 19 (...)
  • 14 La commende investie en change citée par M. Del Treppo fait explicitement référence à l’opération d (...)
  • 15 M. Del Treppo ajoute pour confirmer son hypothèse, que le contrat ne stipulait pas que Lleonard Cre (...)
  • 16 Cf. ACA, Cancill.Reg. 2387, fol. 142v ; voir en outre D. Coulon, « Un tournant dans les relations c (...)
  • 17 Les opérations commerciales prévues pour Alexandrie en mars 1416 ne sont pas contradictoires avec c (...)

6Quant au type de transaction auquel M. Del Treppo fait allusion, il ne s’agit pas en fait d’une véritable lettre de change, mais d’un change confié en commende, par son bénéficiaire, un type de contrat assez courant dans le trafic de Barcelone avec le Levant13. Ces accords reposaient sur la conclusion de deux contrats successifs : un change maritime, qui était ensuite investi en une commende. Il était en outre fréquent dans le cadre de ces opérations que le payeur du change et le commanditaire qui emportait la somme vers le Levant et s’engageait à y importer des biens vers la Catalogne, fussent deux personnes différentes. Or, ce payeur se trouvait généralement à Barcelone au moment où le contrat était conclu, puisqu’il promettait lui-même de remettre le montant de la transaction lors du change maritime qui précédait la commende. Telle est précisément la démarche suivie dans l’accord cité par M. Del Treppo : Lleonard Crestià s’était bien engagé le 17 mars 1416 à remettre une somme à risque maritime, alors que la commende avait été conclue dès le lendemain14. Ce marchand ne constitue donc pas plus que les Catalans mentionnés par E. Ashtor un exemple de facteur commercial installé en Égypte15. En outre, au moment où ces contrats furent conclus, celui qui n’était encore que le prince héritier Alphonse avait ordonné à tous les sujets de la Couronne d’Aragon de quitter les territoires do sultan de Babylone, depuis le 31 juillet de l’année précédente, afin de pouvoir mener à bien une expédition de course qu’il préparait16. A la date du 17 mars 1416, à supposer que Lleonard Crestià ait effectivement résidé à Alexandrie, il aurait disposé de tout le temps nécessaire pour être informé de la nouvelle et obtempérer17.

  • 18 Garcia-Ferrer, Assegurances, op. cit., t. II, n° 115 (20.1.1400); il est bien précisé à propos de B (...)
  • 19 AHPB, Bn Nadal, Manual de comandes 1395-1406, fol. 49r-51v (18 au 28 novembre 1399).

7Du dernier cas analysé, retenons surtout qu’une somme ou des marchandises devant être remises en Égypte ou en Syrie par (ou à) une personne absente au moment de la signature du contrat à Barcelone ne signifient pas que celle-ci résidait effectivement dans ces pays. C’est encore ce que montre l’exemple tout à fait symptomatique de Berenguer Pomar, bénéficiaire d’un change maritime, qui se trouvait à Damas au moment de la conclusion de l’accord, comme le stipule la minute notariale elle-même18. Ainsi, tout porte à croire que ce marchand était installé dans la capitale syrienne, or il n’en est rien ; il avait en fait reçu une dizaine de commendes à destination de la Syrie, deux mois plus tôt, à Barcelone19. Berenguer Pomar venait donc tout juste de parvenir à Damas au moment où fut instrumenté le change maritime, d’où son absence signalée, mais il n’avait aucunement l’intention de s’établir dans la capitale syrienne, puisqu’il allait devoir rendre compte à Barcelone de la série des commandes qu’il avait reçues initialement.

8C’est donc avec la plus grande circonspection qu’il importe d’utiliser les informations relatives à la présence de marchands en Égypte et en Syrie, révélées par les contrats notariés.

II. Quelques cas de sujets de la Couronne d’Aragon installés en Égypte et en Syrie

  • 20 ACA, Cancill. Reg. 2360, fol. 168v-169r (7.1.1413).
  • 21 AHPB, Bn Nadal, Manual de comandes 1404-1410, 12vl.
  • 22 ADB, RC. 45 fol. 94r-95r; RC. 49 fol. 74r-v et RC. 49 fol. 131r-v.
  • 23 Le seul consul des Catalans alors en poste en Égypte et en Syrie en 1413 résidait à Alexandrie; c’e (...)

9Pourtant, de très rares documents semblent bien attester de l’établissement durable de sujets de la Couronne d’Aragon en Égypte et en Syrie. Dans un document de chancellerie de 1413, le roi Ferdinand Ier faisait prendre des dispositions pour récupérer les biens, d’une valeur de 3 500 livres de Barcelone, en possession du marchand Lluίs Des Cavall, décédé à Beyrouth, et confisqués par Miquel Andreu, Joan Rosselló et Arnau de Matamala, trois sujets du roi qualifiés d’hostes e factors de Catalans en Barut20. Ces trois personnages étaient donc probablement établis dans ce port, où ils jouaient bien un rôle de correspondants. Mais on notera avec intérêt qu’ils n’agissaient pas pour le compte de marchands capitalistes précis restés à Barcelone ou en Catalogne. Ils n’étaient pas non plus d’actifs négociants animant les échanges entre cette région et le Levant, car des trois, seul le nom de Miquel Andreu apparaît dans les très nombreux contrats du début du xve siècle, en tant que marchand itinérant, pour une modeste somme investie de seulement 35 livres21. Mais l’un des deux autres, Arnau de Matamala, n’est pas non plus un inconnu puisqu’il exerça la fonction de scribe de navire au cours d’au moins trois voyages vers le Levant entre 1392 et 140322. Ces trois personnages ne présentent donc pas le profil attendu de facteurs commerciaux. En revanche, l’expression qui caractérise leurs fonctions à Beyrouth indique clairement qu’ils tenaient lieu de correspondants pour l’ensemble des Catalans, peut-être - mais c’est là pure hypothèse - dans le cadre des institutions consulaires, qui étaient aussi collectivement destinées aux marchands du Principat23.

  • 24 De plus, les derniers membres du groupe accompagnant le consul sont simplement qualifiés de « chrét (...)

10Un autre témoignage relatif aux facteurs commerciaux catalans installés en Syrie est fourni par le dernier consul catalan dans ce pays, Pere de Quintana, qui avait dû prendre la fuite face aux armées de Tamerlan à la fin de l’année 1400. Il explique en effet que, depuis Damas, il avait gagné Beyrouth, cum meis famulis et factoribus et cum aliquibus aliis christianis. Il était donc bien accompagné par sa suite et des facteurs personnels, qui vivaient avec lui dans la capitale syrienne au moment de l’approche des troupes de Tamerlan ; mais comme précédemment, ces individus ne correspondaient pas davantage au modèle plus attendu de représentants au service d’un marchand bailleur de fonds, resté en Catalogne24.

  • 25 Cf. J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410) », dans (...)
  • 26 Une commende datée d’août 1407 indique qu’il avait alors entre 20 et 25 ans ; cf. J. M. Madurell et (...)
  • 27 Sa propre lettre datée du 1er avril 1410 révèle qu’il était arrivé à Alexandrie seulement trois moi (...)

11En fait, les seuls véritables facteurs commerciaux catalans résidant assurément en Égypte et agissant pour le compte de marchands restés à Barcelone sont des correspondants de la compagnie Datini, qui représentaient la succursale barcelonaise de cette société toscane. Deux lettres issues des Archives de cette firme et datées de 1410 fournissent en effet des indications sur l’état du marché d’Alexandrie et le cours des principales denrées échangées. L’auteur de la première est bien connu, puisqu’il s’agit de Lluís Sirvent25. Nous savons qu’à cette date, il avait entre 23 et 28 ans26 ; ce poste stratégique ne constituait donc apparemment qu’une étape au début d’une longue carrière. Ces deux missives permettent en outre de calculer la durée du séjour de Lluís Sirvent, qui exerça en fait la fonction de représentant de la compagnie moins d’une année à Alexandrie27. Mais l’élément le plus symptomatique à souligner au travers de ces deux lettres est bien le fait que si quelques rares marchands du Principat tenaient effectivement le rôle de facteurs commerciaux en Égypte, ils n’agissaient finalement pas pour le compte d’intérêts catalans, du moins d’après la documentation à notre disposition.

  • 28 Cl. Carrère, qui avait dépouillé un nombre de sources encore plus considérable, était elle aussi pa (...)

12Ces quelques exemples relevés parmi le grand nombre de documents dépouillés28 prouvent certes que de rares individus pouvaient assumer la tâche de représentants commerciaux en Égypte ou en Syrie, mais celle-ci ne paraît pas en définitive répondre à un besoin impératif pour les négociants catalans engagés dans le trafic avec le Proche-Orient mamlûk.

III. Autres indices de communautés réduites, au rôle commercial limité

  • 29 L’intérêt des minutes du notaire vénitien d’Alexandrie, Niccolo Turiano, avait déjà été souligné pa (...)
  • 30 ACA, Procesos en folio, Leg. 129 n° 18, fol. 25v.
  • 31 Cf. Ashtor, Levant Trade, op. cit., p. 140 n. 234-235, 148 n. 305, 151 n. 318, 162 n. 406 et 408, 1 (...)
  • 32 Cf. Barcelone centre économique, op. cit., p. 121.
  • 33 Cf. ADB, RC. 48 fol. 32r-33v (nef de Guillem Passadores et de Francesc Fogassot). Un autre ( ?) per (...)

13Trois autres indices confirment ce constat décisif. Les Catalans ne disposaient en effet pas de notaire dans ce pays, à la différence des Vénitiens qui purent compter sur les services d’au moins un d’entre eux à Damas, ainsi que de huit à Alexandrie, au cours du xve siècle29. Les minutiers d’un éventuel tabellion catalan qui se serait établi un temps dans l’une de ces deux cités ont certes pu disparaître, mais nous savons qu’un marchand catalan ayant cru sa dernière heure venue à Alexandrie en 1375, ne put faire appel qu’au scribe du navire sur lequel il était arrivé, pour faire rédiger son testament30. Enfin, la présence assez régulière de marchands du Principat parmi les contrats instrumentés par des notaires vénitiens à Damas et Alexandrie, au moins pendant les deux premiers tiers du xve siècle31, tend également à démontrer qu’ils ne disposaient pas de leurs propres tabellions dans ces villes. Cl. Carrère a certes relevé l’existence d’un certain Guillem Pere de Costabella, scriptor mercatorum christianorum auprès du dernier consul catalan de Damas, Pere de Quintana, qui fut notamment chargé d’enregistrer les doléances de ce dernier après sa fuite de Syrie, à la fin de l’année 140032. Mais en fait, Guillem Pere de Costabella n’était autre que le scribe du navire qui avait précisément ramené le consul à Barcelone, au moment du siège de Damas par Tamerlan33. Il ne s’agissait donc pas d’un véritable notaire public, agissant au nom de l’autorité royale. L’absence de l’un d’entre eux à Damas et Alexandrie constitue donc un indicateur supplémentaire d’une communauté catalane plutôt réduite dans ces deux cités.

  • 34 Cf. AHPB, J. Nadal, Manual de Comandes 1388-1389, fol. 13v2 (corail ; Damas) ; Bn Nadal, Manual de (...)

14Quelques documents indiquent en outre que, si des marchandises particulièrement pesantes n’étaient pas vendues et ne pouvaient donc être rembarquées pour une autre destination sans frais supplémentaires importants, elles devaient être laissées sur place, à Damas en particulier, au consul des Catalans lui-même34. Nul doute que s’il s’était trouvé dans cette ville des correspondants commerciaux catalans, c’est bien vers eux que les négociants se seraient alors tournés en priorité pour assumer cette tâche de stockage.

  • 35 Alarcón et García, Documentos arabes, op. cit., n° 153, clauses 16 et 29. Sur les transactions à la (...)
  • 36 Alarcón et García, Documentos árabes, op. cit., n° 153, clauses 11, 15, 19 et 20.
  • 37 Cf. A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldania de Babilonia », (...)

15Enfin, cette absence de facteurs commerciaux catalans est confirmée par plusieurs témoignages de contacts directs entre les marchands itinérants du Principat et les négociants ou courtiers égyptiens et syriens, en dépit d’une documentation pourtant largement tributaire des contrats de commende, desquels ces derniers sont par nature exclus. Plusieurs dispositions d’un traité conclu entre le roi Alphonse le Magnanime et le sultan Barsbây en 1430 le montrent aussi avec évidence : deux articles font allusion à la présence d’un interprète au moment des transactions qui ont généralement lieu à la douane, en Syrie ou en Égypte35. Les accords de même que les litiges entre Catalans et Mamlûks font également l’objet de plusieurs articles destinés à en fixer de façon précise les modalités de règlement36. Il est certes dans la nature même d’un traité bilatéral de définir les relations que sont amenés à entretenir les sujets appartenant aux deux États engagés ; mais dans les traités conclus en 1290 et 1293, seuls les rapports diplomatiques entre souverains étaient envisagés, laissant dans l’ombre les aspects commerciaux. Et en plus de cet accord de 1430, nous disposons de témoignages assez nombreux de contacts commerciaux directs entre marchands catalans et mamlûks37, en tout cas bien plus abondants que le nombre relevé de sujets de la Couronne d’Aragon installés en Égypte ou en Syrie.

  • 38 ACA, BG Reg. 1065, fol. 84r-85v, 16 mars 1388 (Azmet Pupis, résidant à Saragosse, frère d’Inte et d(...)
  • 39 Voir les études relatives au Dret de la Porta, que payaient les musulmans qui souhaitaient quitter (...)
  • 40 Aucun des très nombreux contrats de commende ne précise par exemple que des marchandises pouvaient (...)
  • 41 Cf. Coulon, « Le commerce barcelonais », op. cit., p. 226. On notera en outre que dans les deux doc (...)

16Parmi ces documents, une attention toute particulière doit être portée à deux cas révélant l’existence de correspondants commerciaux ou de truchements musulmans installés à Damas, et dont certains membres de la proche famille étaient des coreligionnaires sujets de la Couronne d’Aragon38. Ces personnages soumis à l’autorité du sultan du Caire jouaient donc un rôle d’intermédiaire privilégié avec les marchands catalans, mais sans doute exceptionnel. Il est certes vraisemblable que les nombreux musulmans de la Couronne candidats à l’installation en Égypte ou en Syrie39 disposaient de parents déjà établis sur place, d’où le choix de ces destinations. Mais de là à déduire que tous profitaient de cette situation pour jouer un rôle commercial, c’est un pas que la documentation barcelonaise ne permet absolument pas de franchir, puisqu’elle ne livre aucune trace de cette fonction, mis à part les deux cas cités40. L’origine saragossaine de ces deux familles invite certes à remettre en cause le degré de représentativité des sources barcelonaises dans ce domaine ; mais par ailleurs, la distance et le peu de liens commerciaux entre le royaume d’Aragon proprement dit et la Catalogne, dans le strict cadre du négoce de Barcelone avec le Levant41, jette le doute sur l’existence de nombreux exemples de ce type.

Conclusion

  • 42 À lui seul, le notaire Bernat Nadal a instrumenté plus de 1000 commendes pour ces destinations entr (...)
  • 43 À ce sujet, voir Carrère, « Barcelone et le commerce d’Orient », op. cit., p. 367 et Barcelone cent (...)

17Si quelques négociants catalans se sont bien établis sur le territoire mamlûk, ce fut donc en très petit nombre et pour y jouer un rôle commercial discret. Mais ce constat essentiel ne constitue pas, malgré les apparences, un argument en faveur de la thèse du déclin des activités commerciales de Barcelone aux xive et xve siècles, puisque les Barcelonais entretinrent également des échanges réguliers avec l’Égypte et la Syrie, portant sur d’importants volumes de marchandises, comme en témoignent les très nombreux contrats barcelonais. Comment résoudre alors cette apparente contradiction ? La réponse réside en fait dans l’analyse des techniques commerciales, largement dominées par les contrats de commende. On retrouve en effet par milliers ce type d’accord pour l’Égypte et la Syrie, dans les archives notariales de Barcelone, jusqu’à une époque assez tardive - essentiellement jusqu’à la guerre civile catalane des années 1462-147242. À défaut de pouvoir disposer de facteurs commerciaux sur place, à Alexandrie et Damas, les Catalans ont donc eu recours aux aller-retour incessants de marchands itinérants entre les deux rives de la Méditerranée, dans le cadre des commendes, malgré la rigidité et le relatif archaïsme de ce type de contrat. A l’inverse les lettres de change, qui sont pourtant très souvent utilisées par les Barcelonais vers les autres destinations, sont absentes des relations avec l’Égypte et la Syrie, précisément parce qu’elles supposent de pouvoir compter sur la présence de facteurs commerciaux43.

  • 44 Cf. « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto », op. cit., p. 339-353 ; G. Petti Balbi estime (...)
  • 45 Le premier registre du droit des arsenaux (1417-1433) fait état du départ de plusieurs navires cata (...)
  • 46 Il s’agit de maître Pere Beriguera, notaire public agissant per auctoritat reyal à Rhodes en 1405 ; (...)

18Les conditions dans lesquelles s’inscrivait ce trafic étaient donc bien différentes de celles dont bénéficiaient les Vénitiens ou les Génois. Car des marchands de ces deux cités s’étaient bien installés à Damas et Alexandrie, où ils jouaient effectivement le rôle de correspondants commerciaux, comme l’attestent de manière indubitable la présence des notaires vénitiens, nécessaire au bon fonctionnement de leurs activités, ainsi que les récents travaux de G. Petti Balbi, relatifs aux Génois d’Alexandrie44. C’est sans doute parce qu’ils s’étaient lancés plus tard que leurs concurrents génois ou vénitiens dans le commerce avec l’Égypte et la Syrie que les Catalans ne s’étaient pas implantés en nombre dans les principales cités marchandes de ces pays. Ils avaient en fait préféré se replier sur les têtes de pont chrétiennes du commerce en Méditerranée orientale que constituaient Constantinople et les îles de Chypre, et surtout de Rhodes, où l’ordre des Hospitaliers était précisément dominé par les Catalans et les Aragonais, à partir des années 1420. Tel est du moins ce que l’on peut déduire du rôle de plus en plus actif tenu par l’île des chevaliers de Saint-Jean dans les courants d’échanges animés par les marchands du Principat45, mais également de la présence d’un notaire catalan à Rhodes - le fait n’est pas fortuit - signalée dans un testament46. Il faudrait bien évidemment brasser une documentation beaucoup plus vaste, centrée sur Rhodes, afin de pouvoir avancer des chiffres sûrs concernant les marchands catalans présents dans cette île, ce qui permettrait ainsi d’éviter le travers consistant à confondre marchands de passage et facteurs commerciaux installés à demeure. Cette étude, comme de nombreux aspects des relations commerciales lointaines des Catalans au bas Moyen Âge, reste encore à réaliser.

Notes

1 Abréviations utilisées : ACA :
Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone)
ADB : Archives Diocésaines de Barcelone
AHCB : Archives Municipales de Barcelone
AHPB : Archives Notariales de Barcelone
BG : Bailîa General (section des ACA)
Cancill : Cancillerîa (
ection des ACA)
RC : Registrum Communium (section des ADB)
RP MR : Real Patrimonio, Mestre Racional (section des ACA)
2. Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens au Moyen Age, Paris, 1968, p. 143 ; F. Lane, Venise une république maritime, Paris, 1985, p. 197-204 et Storia di Venezia, t. III, Rome, 1997, p. 568-569.

2 Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens au Moyen Age, Paris, 1968, p. 143 ; F. Lane, Venise une république maritime, Paris, 1985, p. 197-204 et Storia di Venezia, t. III, Rome, 1997, p. 568-569.

3 G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », Studi Storici 38, 2 (1997), p. 339-353. Sur la traite des esclaves entre mer Noire et Proche-Orient mamlûk par les Génois, voir Ch.Verlinden, « Mamelouks et traitants », dans Économies et Sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à É. Perroy, Paris, 1973, p. 737-747 et A. S. Ehrenkreutz, « Strategic implications of the Slave Trade between Genoa and Mamlûk Egypt in the second Half of the Thirteenth Century », dans Islamic Middle-East 700-900, A. Udovitch éd., Princeton, 1981.

4 « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », dans Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien, Actes du Huitième Colloque International d’Histoire Maritime (Beyrouth, 1966), Paris, 1970, p. 367.

5 M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo xv, 2e éd., Naples, 1972, p. 83 ; E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Levant in the xivth Century », Journal of European Economie History, V (1976), p. 564 et Levant Trade in the later Middle Ages, Princeton, 1983, p. 229-233; M. Saez Pomés, « Los aragoneses en la conquista saqueo de Alejandria por Pedro I de Chipre », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon, V (1952), p. 381 - 82.

6 Cf. A. Lopez de Meneses, « Los consulados catalanes de Alejandria y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon, VI (1956), doc. VI; M. Saez Pomés, « Los aragoneses en la conquista... », op. cit., doc.VI-VII et XII.

7 Levant Trade, op. cit., p. 229-233

8 Ibid. p. 231, n. 198 et p. 232, n. 206

9 Nicolau Sant Père : ibid. p. 226 ; Antoni de Sori, ibid., App. 6 p. 536 et 538 (départs pour Alexandrie en 1400 et 1403). Pour la documentation barcelonaise, voir ACA; Cancill. Reg. 2397, fol. 127v-128r (Antoni de Sori) ; AHPB ; Belirmunt, Manual de comandes 1414-1417, fol. 26v-27r, Brocard, Manual août 1415-mars 1416, fol. 2r-4v ; ACA ; Cancill. Reg. 2464, fol. 116v (Nicolau Sant Pere).

10 Comme l’indique également E. Ashtor lui-même, rappelant que Nicolau San Pere s’était fait connaître par la capture d’une coque vénitienne à Beyrouth dès juillet 1416; cf. Levant Trade, op. cit., p. 226.

11 Voir F.Thiriet, Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, 3 vol., Paris, 1958-1961, n° 1644 (5 avril 1417), n° 1648 (4 mai 1417), 1669 (28 juillet 1417) et n° 1690 (7 avril 1418).

12 Cl. Carrère, Barcelone centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), 2 vol., Paris-La Haye, 1967, t. I, p. 155, n. 2 et D. Coulon, « Le commerce barcelonais avec la Syrie et l’Égypte, d’après les actes du notaire Tomàs de Bellmunt (1402-1416) », dans Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, M. Balard et A. Ducellier dir., Paris, 1998, p. 203-206.

13 A. Garcia-M.T. Ferrer, Assegurances i canvis maritims medievals a Barcelona, 2 vol. , Barcelone, 1983, t. I, p. 69-71 et Carrère, Barcelone centre économique, op. cit., t. I, p. 154. Dans cette transaction en deux contrats, des marchandises devaient bien être rapportées à l’endroit même où le change avait été remis, ce qui la distinguait nettement d’une lettre de change.

14 La commende investie en change citée par M. Del Treppo fait explicitement référence à l’opération de change préalable, instrumentée par le notaire Bernât Sans le 17 mars 1416 (mais aucun minutier de ce notaire n’a été conservé pour la période comprise entre 1407 et 1419) ; cf. AHPB ; Lledó, Manual de comandes 1407-1417, fol. 67v2 (18 mars 1416). Le bénéficiaire du change, Bernat de Belloch, exerçait quant à lui les fonctions de scribe de la nef qui devait emporter la somme confiée ; il est donc évident dans son cas qu’il ne résidait pas à Alexandrie.

15 M. Del Treppo ajoute pour confirmer son hypothèse, que le contrat ne stipulait pas que Lleonard Crestià devait voyager sur le même navire que le marchand preneur de la commende, d’où il déduit que Lleonard Crestià devait résider à Alexandrie ; cf. I mercanti catalani, op. cit. p. 83. Mais aucun contrat de change confié en commende ne précise de quelle façon le débiteur devait se rendre sur les lieux de la transaction.

16 Cf. ACA, Cancill.Reg. 2387, fol. 142v ; voir en outre D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale : la nouvelle politique d’Alphonse le Magnanime (1416-1442 environ) », dans La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo. XVIe Congrès International d’Histoire de la Couronne d’Aragon (Naples, 1997), sous presse, § 1.1.1.

17 Les opérations commerciales prévues pour Alexandrie en mars 1416 ne sont pas contradictoires avec cet objectif de course, puisque le navire de Bernât Roger qui devait conduire cette expédition, était bien parti chargé de marchandises, dans un premier temps débarquées dans le port égyptien, pour mieux tromper la vigilance des Mamlûks ; voir Coulon, « Un tournant », op. cit., § 1.1.1. Or c’est bien sur ce même navire qu’embarque le preneur de la commende investie en change dont il est ici question ; cf. AHPB ; Lledó, Manual de comandes 1407-1417, fol. 67v2.

18 Garcia-Ferrer, Assegurances, op. cit., t. II, n° 115 (20.1.1400); il est bien précisé à propos de Berenguer Pomar qui iam est in dictis partibus ultra marinis, in civitate Damasci.

19 AHPB, Bn Nadal, Manual de comandes 1395-1406, fol. 49r-51v (18 au 28 novembre 1399).

20 ACA, Cancill. Reg. 2360, fol. 168v-169r (7.1.1413).

21 AHPB, Bn Nadal, Manual de comandes 1404-1410, 12vl.

22 ADB, RC. 45 fol. 94r-95r; RC. 49 fol. 74r-v et RC. 49 fol. 131r-v.

23 Le seul consul des Catalans alors en poste en Égypte et en Syrie en 1413 résidait à Alexandrie; c’est pourquoi il existait peut-être une structure d’accueil à Beyrouth, composée de ces trois hostes e factors de Catalans, puisque toutes les marchandises destinées à la Syrie étaient débarquées dans ce port.

24 De plus, les derniers membres du groupe accompagnant le consul sont simplement qualifiés de « chrétiens » et non de Catalans ou même de sujets de la Couronne d’Aragon ; faut-il en conclure qu’il ne se trouvait pas parmi eux assez de candidats à l’expatriation pour compléter l’entourage du consul, qui devait donc les chercher parmi les autres communautés chrétiennes ? Ou doit-on plus simplement en déduire que ces autres chrétiens avaient simplement pris la fuite avec Pere de Quintana ? Son témoignage reste malheureusement trop obscur sur ce point, pour trancher avec certitude.

25 Cf. J. Ainaud, « Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410) », dans Homenaje a Jaime Vicens Vives, 2 vol., Barcelone, 1965, t. I, p. 334 doc. III. Ce marchand barcelonais s’était spécialisé, entre autres, dans les contrats de change et les commendes à destination du Levant au cours des années 1410-1420 ; cf. AHPB ; Brocard, Manual juin-nov. 1411, fol. 30v, 33v-34r, 37v2, 38r, 39v, 40r 42r, et 43r ; Manual août 1415-mars 1416, fol. 4r, 16r et 60r-v ; Manual décembre 1416-juin 1417, fol. 85v ; Manual, mai-octobre 1419, fol. 10v-11r, 28r et 34v, etc. Il patronna plusieurs navires vers le Levant au cours de la décennie suivante ; cf. ACA ; RP MR, Reg. 2910/1, fol. 1r, 2v, 3v, 5r, 6r, 7r, 9r-17v, 20r, 21r et 24v ; puis il fut chargé de missions diplomatiques auprès du sultan du Caire en 1429-1430 et 1441 ; cf. Los documentos arabes diplomâtieos de la Corona de Aragón, éd. M. A. Alarcón et R. Garcia de Linares, Madrid, 1940, n° 153 ; ACA ; Cancill. Reg. 2647, fol. 148r-v et Reg. 2695, fol. 137v-138r.

26 Une commende datée d’août 1407 indique qu’il avait alors entre 20 et 25 ans ; cf. J. M. Madurell et A. Garcia, Comandas comerciales barcelonesas de la baja Edad Media, Barcelone, 1973, n° 174.

27 Sa propre lettre datée du 1er avril 1410 révèle qu’il était arrivé à Alexandrie seulement trois mois auparavant, soit le 26 décembre 1409, tandis que son collègue Pere Salvany l’avait remplacé quelques mois plus tard, dès le 27 novembre 1410 ; cf. Ainaud, « Quatre documents », op. cit., doc. III et IV. Le calcul de la durée de ce séjour part évidemment du principe que Père Salvany avait bien remplacé Lluís Sirvent dans le rôle de facteur de la succursale barcelonaise de la compagnie Datini à Alexandrie, ce qu’aucun document n’indique explicitement. Mais on voit mal pourquoi la société aurait envoyé simultanément un second facteur dans cette ville, alors que Lluís Sirvent explique bien que l’activité économique se trouvait particulièrement ralentie du fait des exactions fiscales du sultan ; cf. Ainaud, « Quatre documents », op. cit., doc. III. De toute façon, nous savons que dès octobre 1411, Lluís Sirvent avait bien regagné Barcelone, où il se spécialisa dans l’envoi de changes vers le Levant ; cf. supra.

28 Cl. Carrère, qui avait dépouillé un nombre de sources encore plus considérable, était elle aussi parvenue au même constat d’un nombre très réduit, voire inexistant, de facteurs commerciaux en Égypte et en Syrie; cf. «Barcelone et le commerce de l’Orient», op. cit., p. 367.

29 L’intérêt des minutes du notaire vénitien d’Alexandrie, Niccolo Turiano, avait déjà été souligné par R. H. Bautier, «Les sources de l’histoire du commerce international en Méditerranée (xiie-xve siècle)», dans Les sources de l’histoire maritime en Europe, du Moyen Âge au xviiie siècle (Actes du Quatrième Colloque d’Histoire Maritime), éd. M. Mollat, Paris, 1962, p. 152. On trouvera la liste de ces neuf notaires et la référence précise de leurs minutiers dans Ashtor, Levant Trade, op. cit., p. 562 et B. Doumerc, « Les marchands du Midi à Alexandrie au xve siècle », Annales du Midi, 171 (1985), p. 269-284 et « Documents commerciaux en langue d’oc enregistrés à Alexandrie par les notaires vénitiens (fin xive-début xve siècle) », ibid., 178 (1987), p. 227-244. Un minutier du notaire Servodio Peccator a fait l’objet d’une publication; cf. Servodio Peccator, notaio in Venezia e Alessandria d’Égitto (1444-1449) éd. F. Rossi, Venise, 1983.

30 ACA, Procesos en folio, Leg. 129 n° 18, fol. 25v.

31 Cf. Ashtor, Levant Trade, op. cit., p. 140 n. 234-235, 148 n. 305, 151 n. 318, 162 n. 406 et 408, 164 n. 440, 198 n. 520, etc. Doumerc, « Les marchands du Midi », op. cit., p. 275 n. 48, 277 n. 64 et 66, 278 n. 70-71, 281 n. 88 et 93, etc. ; Id., « Documents en langue d’oc », op. cit. doc. VIII. Servodio Peccator, op. cit., n° 11, 12, 15, 19 et 31.

32 Cf. Barcelone centre économique, op. cit., p. 121.

33 Cf. ADB, RC. 48 fol. 32r-33v (nef de Guillem Passadores et de Francesc Fogassot). Un autre ( ?) personnage homonyme apparaît également dans les mêmes fonctions, puis comme patron de navire emportant également des commendes pour l’Égypte et la Syrie, au cours des années 1380 ; cf. ADB ; RC. 40 fol. 140r-v (1380) ; RC. 39, fol. 188v-189r (1382) ; C. Vela, « Les espècies orientais » dans Els grans productes del comerç medieval : el sector de l’alimentació. 16è curset d’Història Medieval (Barcelone, mars 1998), sous presse, doc. 14 et 15 (1384 ?) et AHPB ; J. Nadal, Manual de Comandes 1388-1389, fol. 22v-37r (1389). Qu’il s’agisse ou non de la même personne, rien n’indique non plus dans ce parcours une formation de notaire. Ce cursus est au contraire très proche de celui de Pere de Quintana lui-même, qui exerça les fonctions de patron de galée destinée à Beyrouth et Alexandrie en 1395, soit juste avant d’être nommé consul à Damas.

34 Cf. AHPB, J. Nadal, Manual de Comandes 1388-1389, fol. 13v2 (corail ; Damas) ; Bn Nadal, Manual de Comandes 1393-1397, fol. 43v2 (corail ; Damas).

35 Alarcón et García, Documentos arabes, op. cit., n° 153, clauses 16 et 29. Sur les transactions à la douane, voir l’article 15 et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, 2 vol., rééd. Amsterdam, 1967, t. II p. 451.

36 Alarcón et García, Documentos árabes, op. cit., n° 153, clauses 11, 15, 19 et 20.

37 Cf. A. López de Meneses, « Correspondencia de Pedro el Ceremonioso con la soldania de Babilonia », Cuadernos de Historia de España XXIX-XXX (1959), doc. XI (11/09/1364) ; Id., « Los consulados catalanes de Alejandria y Damasco en el reinado de Pedro el Ceremonioso », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon VI (1956), doc. XII (17/06/1379), XXVII-XXVIII (10/01/1386), XXXV (2/10/1392). Voir également ACA ; Procesos en folio, Leg. 129 n° 18, fol. 9r et 29r (1375) ; ACA ; Cancill. Reg. 2585, fol. 130v (9/10/1416) et Reg. 2645, fol. 34v (14/05/1425). Voir enfin AHCB ; Arxiu Notarial IX.13, Documents mercantils 1421-1449, document de 5 folios 1433-1434.

38 ACA, BG Reg. 1065, fol. 84r-85v, 16 mars 1388 (Azmet Pupis, résidant à Saragosse, frère d’Inte et d’Abrasim, sarraceni, mercatores civitatis Damasci omnibus mercatoribus submissis nostris in dicta civitate Damasci mercantiliter agentibus) et ibid., fol. 116r-v, 4 février 1390 (Abrahim el Pradiel, habitant à Saragosse, frère de Jucef, truchement à Damas). Documents aimablement communiqués par M. D. López Pérez et D. Duran Duelt. Ces deux cas sont connus grâce à l’autorisation royale d’émigrer en Syrie, délivrée aux membres de la famille jusque-là restés dans la Couronne d’Aragon.

39 Voir les études relatives au Dret de la Porta, que payaient les musulmans qui souhaitaient quitter le royaume, à partir de Barcelone ; cf. D. Romano, « Musulmanes résidentes y emigrantes en la Barcelona de los siglos xiv y xv », Al-Andalus, XLI (1976), p. 49-87 ; voir en particulier les tableaux des p. 68-81. La principale destination choisie était Alexandrie ; il s’agissait alors d’une émigration définitive ; cf. p. 62 et graphique p. 87. Sur ce thème, voir également les travaux de M. T. Ferrer i Mallol, « La redempció de captius a la Corona catalano-aragonesa », Anuario de Estudios Medievales, 15 (1985), p. 237-297 (voir en particulier le tableau III p. 283-284) ; « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al Paîs Valencià durant la Baixa Edat Mitjana », dans L’expulsió dels moriscs : consequències en el monislàmic i el mon cristià, Barcelone, 1994, p. 19-26 ; et sa contribution à ce Colloque : « Les phénomènes migratoires parmi les musulmans sujets de la Couronne catalano-aragonaise pendant le Moyen Age ». Enfin, parmi les documents apparemment inédits, voir ACA ; RP MR, Reg. 321, fol. 16r (départ d’une centaine de musulmans sur la coque d’Agusti Pallares et de Ramon Sabater, en 1343).

40 Aucun des très nombreux contrats de commende ne précise par exemple que des marchandises pouvaient être laissées en dépôt auprès de ces musulmans installés sur place ; nous avons au contraire constaté que ce rôle était dévolu au consul des Catalans ; cf. supra.

41 Cf. Coulon, « Le commerce barcelonais », op. cit., p. 226. On notera en outre que dans les deux documents cités, le choix de ces musulmans de la Couronne d’Aragon de s’installer à Damas mit nécessairement fin, à terme, à ce rôle d’intermédiaire privilégié.

42 À lui seul, le notaire Bernat Nadal a instrumenté plus de 1000 commendes pour ces destinations entre 1393 et 1410 ; au sujet du grand nombre de ces accords pour l’Égypte et la Syrie, voir également Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. I, p. 155 n. 2.

43 À ce sujet, voir Carrère, « Barcelone et le commerce d’Orient », op. cit., p. 367 et Barcelone centre économique, op. cit., t. I, p. 158-164.

44 Cf. « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto », op. cit., p. 339-353 ; G. Petti Balbi estime que cette communauté était réduite, davantage en tout cas que celle de Venise, et avance le nombre d’une quinzaine de représentants entre 1472 et 1475 ; cf. p. 350. Les estimations d’E. Ashtor concernant le nombre des représentants d’autres cités marchandes à Damas et Alexandrie, doivent elles aussi être appréhendées avec la même réserve que celles indiquées pour les Catalans, puisqu’elles ont également été établies à partir des mentions de marchands apparaissant parmi les actes des notaires vénitiens ; cf. Levant Trade, op. cit., p. 125-126, 133-135, tabl. VII, p. 142 et p. 253 ; on notera en effet les importantes variations des effectifs d’une même communauté, d’une année à l’autre, qui reflètent sans doute davantage le mouvement des marchands de passage, que la présence de facteurs installés à demeure ; cf. tabl. VII, p. 142.

45 Le premier registre du droit des arsenaux (1417-1433) fait état du départ de plusieurs navires catalans ou du chargement d’importantes quantités de marchandises vers l’Égypte et la Syrie, depuis Rhodes ; cf. ACA ; RP MR, Reg. 2910/1, fol. 2v3, 5v4, 6v4, 9r2, 10r3, 10v 1-4, 1 lr2, 14v3, 15v3, 16r3 et 33v3. Mais bien entendu, rien ne prouve que les négociants ayant participé à ces activités depuis l’île des chevaliers de Saint-Jean étaient bien des facteurs commerciaux installés à demeure. On trouvera cependant un indice plus sûr dans le fait que le pirate catalan Nicolau Sant Pere avait installé sa base arrière à Rhodes avec la bienveillance des Hospitaliers (supra), dont l’ordre était à cette époque récemment dominé par les frères aragonais et catalans. C’est également depuis Rhodes que Guillem de Cabanyelles et Pere de Gualbes faisaient respecter l’interdiction du roi Alphonse V de commercer avec l’Égypte et la Syrie, après l’expédition de course organisée contre Alexandrie en 1416 ; supra et ACA ; Cancill. Reg. 2740. fol. 95v-96r (4/05/1419).

46 Il s’agit de maître Pere Beriguera, notaire public agissant per auctoritat reyal à Rhodes en 1405 ; ce notaire est inconnu aux archives notariales de Barcelone et dans les autres fonds d’archives de cette ville contenant des minutes ; cf. AHCB ; Arxiu Notarial III. 1, 1405. Document aimablement communiqué par D. Duran Duelt.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540