Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Entre Orient et Occident

Les migrations liées aux plantations et à la production du sucre dans la Méditerranée à la fin du Moyen Âge

Mohamed Ouerfelli

Texte intégral

1La culture de la canne et la production du sucre sont des activités qui se sont répandues de la Méditerranée à l’Atlantique. Elles ont drainé des hommes, des techniques et un trafic intense, ce qui a permis de conquérir de nouveaux marchés et d’étendre la consommation de ce produit de luxe. La recherche du sucre a suscité de véritables entreprises coloniales et cela n’a pu se faire que grâce à un nouvel apport, en particulier le déplacement d’une main-d’œuvre experte dans la plantation des cannaies et le raffinage du sucre, ainsi que la présence sur place d’entrepreneurs et de marchands capables d’acheminer ce produit vers les centres de consommation. C’est précisément cette question des déplacements liés aux plantations et à la production du sucre que nous voudrions aborder dans cette étude, tout en insistant sur l’importance des exemples de Chypre et de la Sicile, sans pour autant négliger ceux de la péninsule Ibérique.

Dans la Méditerranée orientale

  • 1 A. de Candolle, Origine des plantes cultivées, Paris, 1883, p. 122-123.
  • 2 J. Masuel, Le sucre en Égypte, Paris, 1937, p. 12-13; E. Ashtor, A social and economic history of t (...)
  • 3 L. Hautecoeur-G. Wiet, Les mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 97.
  • 4 Marco Polo, La description du monde, texte intégral en français moderne avec introduction et notes (...)
  • 5 S. D. Goitein, A mediterranean society, vol. I : Economic foundations, Berkeley-Los Angeles, 1967, (...)

2D’origine asiatique, plus précisément issue de l’archipel indien, la culture de la canne à sucre a été introduite en Perse sassanide sous Chosroes Ier Anouchirvan (531-579)1. Les Arabes l’ont diffusée après les conquêtes du bassin oriental de la Méditerranée. L’Égypte, la Syrie et plus tard Chypre étaient les principaux centres dans lesquels se sont développées les plantations de canne à sucre2. À la suite de la mise en place de nouvelles techniques permettant le raffinage du sucre, techniques qui ont émigré de l’Extrême-Orient et de la Perse pour se diffuser dans le monde méditerranéen, cette culture n’a cessé de s’étendre sur toutes les régions fertiles où l’eau était abondante. L’Égypte est devenue, après le xie siècle, le principal producteur et exportateur du sucre, les Égyptiens prétendant même être ceux qui ont enseigné l’art de raffiner le sucre aux différents peuples3, fait corroboré par le témoignage de Marco Polo, lequel atteste la présence dans la cour du Grand Khan « des gens de Babylonie, qui, allant dans ce pays, enseignèrent à le raffiner (le sucre) avec la cendre de certains arbres »4. D’après les documents de la Geniza du Caire du xie siècle, certaines raffineries valaient plus de mille dinars et employaient un grand nombre d’ouvriers5.

  • 6 R. P. Abel, « Exploration de la vallée du Jourdain », Revue Biblique, 7 (1910), p. 553.

3En Syrie-Palestine, les plantations de canne à sucre se sont étendues sur tout le littoral, de Tyr jusqu’à la vallée du Jourdain, et le sucre de Syrie, dit de Damas, était réputé et concurrençait celui d’Égypte. Les plantations de Tyr et de Tripoli étaient les plus importantes. Or, dans cette dernière ville, des Persans s’étaient établis dès le viie siècle à la suite d’une politique de repeuplement des côtes, entreprise par le calife omeyade Muâwya Ibn Abî Soufiyân6.

  • 7 N. Deer, The history of sugar, I, Londres, 1949, p. 74.
  • 8 Abel, supra, n. 6.
  • 9 Deer, supra, n. 7.

4La connaissance de la canne à sucre par les Latins remonte au déclenchement des croisades : Foucher de Chartres cite cette espèce de roseau autre que le miel, plantée à Laodicée7 ; Guillaume de Tyr mentionne des plantations à Tyr8. Dans la vallée du Jourdain, et d’après Jacques de Vitry, « on voit du miel en abondance qui vient de la canne à sucre »9.

  • 10 Ch. Verlinden, « De la colonisation médiévale italienne au Levant à l’expansion ibérique en Afrique (...)
  • 11 Id., « Dal Mediterraneo all’Atlantico », dans Contributi per la Storia economica, Istituto internaz (...)
  • 12 H. Prutz, Kulturgeschichte der Kreuzzüge, Berlin, 1883, p. 606 : il est enregistré dans les statuts (...)
  • 13 R. Röhricht, Regesta Regni Hierosolymitani MXCVII-MCCXCI, Innsbrück, 1893, p. 289-299, doc. n° 1114 (...)
  • 14 Assises de Jérusalem, II : Assises de la Cour des Bourgeois, publiées par le comte Beugnot, Paris, (...)

5Après l’établissement des États latins au Levant, les communautés marchandes, en particulier les Italiens, avaient obtenu en guise de récompense pour l’aide apportée aux croisés, des villages et des terres exploitées par des paysans musulmans, dont l’activité liée à la production du sucre était florissante, et pour laquelle les Latins n’avaient qu’à assurer la continuité10. Compte tenu de l’importance du commerce du sucre et des bénéfices qui en résultaient, seigneurs et marchands s’étaient investis dans la production du sucre, en développant les plantations. Des taxes sur l’exploitation des domaines étaient acquittées en sucre11. Vers la fin du xiie siècle, les ordres militaires et religieux, les Templiers et les Hospitaliers, sont apparus eux aussi comme des entrepreneurs en exploitant les villages des environs de Tripoli12. En revanche, les plantations les plus importantes étaient détenues à Tyr par des Vénitiens qui y disposaient d’un certain nombre de villages13, dont la main-d’œuvre autochtone et experte dans le raffinage du sucre assurait la production, ce qui a permis aux Vénitiens de se livrer au commerce de ce produit et d’acheminer une bonne partie de la production vers la métropole. D’ailleurs les Assises de Jérusalem, probablement rédigées entre 1173 et 1180 sous le règne de Baudouin IV, prévoient toute une taxation frappant le commerce du sucre14.

  • 15 Nuovi documenti del commercio veneto del sec. xi-xiii, a cura di A. Lombardo e R. Morozzo della Roc (...)

6Parallèlement aux marchands italiens qui venaient jusqu’au Levant charger les produits orientaux, les seigneurs latins exportaient eux aussi du sucre. En effet, le 1er juin 1185, le sénéchal Jocelin obtint du roi de Jérusalem Baudouin IV, le droit de faire le commerce du sucre et du miel à Acre, avec la possibilité d’exporter sans payer de taxes15. Les prémices d’un système d’exploitation de type colonial étaient déjà en place là où les Latins jouaient le rôle de fournisseurs d’une « denrée coloniale ». Bref, les Latins ont continué avec succès la culture et la production du sucre et ils ont donné un nouvel élan aux rapports commerciaux entre l’Orient et l’Occident.

  • 16 L. Macheras, Chronique de Chypre, trad. E. Miller et C. Sathas, Paris, 1882, p. 17.
  • 17 Ibid. p. 18.
  • 18 Ibid.

7Une fois les chrétiens d’Occident installés dans l’île de Chypre, à la fin du xiie siècle, le roi Guy de Lusignan fit appel, d’une part aux seigneurs d’Europe, leur promettant des concessions et des fiefs16, et d’autre part aux Syriens, pour la mise en valeur et l’exploitation des riches domaines, leur accordant des privilèges comme le droit de ne payer que la moitié des taxes, ainsi que l’exemption des impôts payés par les Grecs17. Macheras rapporte qu’après cet appel « des Syriens et des Latins vinrent en grand nombre se fixer en Chypre ». Mieux encore, les Syriens ont demandé le privilège d’avoir leur propre tribunal18.

  • 19 J. Richard, « Le peuplement latin et syrien en Chypre au xiiie siècle », Byzantinische Forschungen. (...)
  • 20 L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, v (...)
  • 21 Ibid, p. 498 : les chrétiens de Beyrouth ont été attaqués par l’armée mamelûke, certains d’entres e (...)
  • 22 J. Richard, « Une économie coloniale ? Chypre et ses ressources agricoles au Moyen Âge », Byzantini (...)
  • 23 S. M. Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery (...)
  • 24 Richard, « Le peuplement latin et syrien en Chypre », op. cit, p. 166.
  • 25 L. de Mas Latrie, Histoire, op. cit., I, p. 103.
  • 26 J. Pagezy, Mémoires sur le port d’Aigues-Mortes, II, Paris, 1896, p. 365.
  • 27 Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés... », op. cit., p. 174-176.
  • 28 Ibid, p. 175.
  • 29 J. Richard et Th. Papadopoullos, Le livre des remembrances de la Secrète du royaume de Chypre (1468 (...)
  • 30 Ibid.

8Cette première vague d’émigration syrienne vers l’île de Chypre était probablement peu importante et n’a intéressé qu’un nombre limité de paysans libres et surtout de marchands, motivés par l’esprit de profit et l’espoir d’avoir une meilleure situation après les promesses du roi de Chypre19. Avec les dernières offensives mamelûkes sur les possessions latines, les guerres permanentes et les dévastations systématiques, les habitants des côtes syro-palestiniennes fuirent leurs villages et partirent à la recherche d’autres endroits où il n’y avait pas de guerre, alors que les chrétiens, particulièrement les Syriens, partaient vers l’île de Chypre. En effet, en 1289, le sultan mamelûk al-Ashraf Khalîl ordonna l’assaut de la ville de Tripoli, que beaucoup d’habitants avaient désertée pour se réfugier à Chypre, transportés par l’amiral génois Benedetto Zaccaria20. Mais la grande migration syrienne vers l’île de Chypre, composée essentiellement de paysans de condition libre, eut lieu après la chute de Saint-Jean d’Acre en 129121. Les Latins, seigneurs, hommes d’affaires, guerriers, ordres militaires et religieux ou petites gens, dépossédés de leurs domaines et revenus, se réfugièrent à Chypre. Privés de leurs plantations et de la production du sucre dont ils étaient les entrepreneurs, ils allaient alors investir massivement pour créer leurs propres domaines22. Une entreprise qui, de prime abord, nécessitait une organisation de l’utilisation de la terre, du capital et de la main-d’œuvre afin de produire du sucre pour l’exporter. Les Syriens, en qualité de paysans, étaient les seuls à connaître les procédés de culture et de raffinage du sucre, puisque ce sont eux qui en assuraient la production en Syrie-Palestine. En revanche, les Latins en Terre sainte n’intervenaient qu’avec leurs capitaux et assuraient l’exportation de ce produit vers l’Europe23. Les Syriens étaient, en majorité, des chrétiens24. Leur nombre était important, en particulier à Nicosie et à Famagouste25, alors que leur présence dans le sud-ouest de l’île était strictement liée au travail du sucre. Les documents de la deuxième moitié du xve siècle nous font connaître les Syriens en qualité de main d’œuvre experte, c’est-à-dire des maîtres sucriers, travaillant dans les domaines du roi, grand propriétaire terrien et producteur de sucre depuis le début du xive siècle. On le voit confier, le 5 mars 1351, à Raymond Serraliery de Narbonne demeurant à Montpellier, six cents caisses de poudre de sucre - une quantité énorme pour l’époque - provenant de ses domaines, afin de les vendre à Aigues-Mortes ; la cargaison a été chargée sur un navire provençal dont le patron était Pierre Palma26, qui détenait les plantations de Paphos - Emva, Lemva, Kouklia et Achelia –, de Lapithos – Lefka et Morphou –27, région dans laquelle se sont installés les paysans syriens travaillant dans les plantations de canne à sucre, notamment dans le village de Syrianokhori28. Le 5 juillet 1468, Francesco Coupiou, un maître sucrier d’origine inconnue, s’engagea au service du roi pour le raffinage du sucre de tous les domaines royaux, excepté celui de Morphou, pour un salaire de 150 ducats d’or par an, outre une provision alimentaire mensuelle29. Le nouveau maître promettait de rentabiliser la production avec des procédés permettant un meilleur résultat que celui obtenu à Venise, d’améliorer la qualité du sucre et d’augmenter les quantités raffinées par jour, à moindres frais que ceux que pratiquaient ses prédécesseurs syriens lesquels, jusqu’en 1468, étaient au service du roi et détenaient, semble-t-il, le monopole du raffinage du sucre dans les domaines royaux. On lui accorda alors une période d’essai d’un mois à Kouklia, pour juger de ses capacités en la matière30.

  • 31 Mas Latrie, op. cit., III, p. 297-298 ; Jacoby. « Citoyens, sujets et protégés... », op. cit., p. 1 (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 J. Richard, « Une famille de « Vénitiens blancs » dans le royaume de Chypre au milieu du xve siècle (...)
  • 34 L’Égypte au commencement du xve siècle d’après le traité d’Emmanuel Piloti de Crète (1420), avec in (...)
  • 35 J. Combes, « Un marchand de Chypre, bourgeois de Montpellier », dans Études médiévales offertes à M (...)
  • 36 Ibid, p. 35.

9Les Syriens travaillaient également dans les plantations des Corner à Piskopi. En effet, en 1368, trois paysans syriens habitant dans ce domaine, probablement des maîtres sucriers, quittaient Piskopi après que les plantations eurent été endommagées, à la suite du détournement des eaux du fleuve Kouris par les Hospitaliers, et allaient s’installer sur une terre de Guillaume d’Acre, qu’ils prenaient à ferme pour dix ans31. Les préoccupations de cette communauté ne se limitaient pas au travail agricole ; les Syriens étaient également propriétaires de domaines. Venise, en particulier, les avait assimilés en leur accordant le statut de Vénitiens blancs32. Ils étaient également marchands et certains d’entre eux atteignirent le sommet de la hiérarchie sociale, comme par exemple la famille nestorienne des Lakhan, qui assurait une bonne partie du trafic entre Famagouste et les côtes syriennes33, où les caravanes arrivaient d’Extrême-Orient. Les chargements d’épices et les marchandises locales étaient ensuite conduits par des navires vers Famagouste34. D’autres s’adonnaient au commerce des épices, comme Josef Zafet, un marchand bourgeois de Famagouste35. Sa présence est mentionnée le 17 novembre 1358 au port d’Aigues-Mortes, avec une cargaison d’épices et de sucre d’une valeur de quinze mille florins, transportée par la coque Sainte-Marie, commandée par Pierre Roger36.

  • 37 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p. 513.
  • 38 L. Balletto, « Presenze catalane nell’isola di Cipro al tempo di Giacomo II d’Aragona », Medioevo, (...)
  • 39 J. Richard, Chypre sous les Lusignan : documents chypriotes des archives du Vatican (xiv-xve siècle (...)
  • 40 Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery », op (...)
  • 41 S. F. Raiteri, Genova e Cipro : l’inchiesta su Pietro de Marco capitano di Genova in Famagosta (144 (...)
  • 42 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p. 27.

10Les Hospitaliers, fugitifs après la chute de Saint-Jean d’Acre, avaient fini par se réfugier à Chypre37. Après s’être installés dans la partie occidentale de l’île, ils construisirent un quartier et un hôpital à Limassol38 et depuis les possessions de cet ordre ne cessèrent de s’élargir39. Grâce à leur expérience en Terre sainte ainsi qu’aux plantations du village de Kolossi, les Hospitaliers connaissaient déjà le profit d’une telle entreprise, destinée à l’exportation40, et ainsi devenaient-ils des producteurs de vin, de céréales et surtout de sucre41. N’ayant pas les moyens suffisants pour assurer l’exportation du sucre, l’Ordre affermait les récoltes aux marchands vénitiens42.

  • 43 Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery », op (...)

11La production du sucre était un travail à la chaîne allant de la préparation de la terre à l’irrigation, des semences à la récolte, du transport aux dernières opérations du raffinage pour l’obtention du produit final. Une main-d’œuvre nombreuse et variée était indispensable pour venir à bout de toutes ces étapes. Les propriétaires des plantations dans l’île de Chypre, tout comme dans toutes les plantations des régions méditerranéennes, employaient non seulement une main-d’œuvre experte et libre, mais avaient également recours à la population locale, composée de parèques et de francomates. Ces derniers étaient obligés de servir dans les plantations pour une période déterminée, sorte de corvée imposée aux paysans grecs pour entretenir les canaux d’irrigation et accomplir d’autres travaux dans les plantations de canne à sucre43. Dans ce cas, il s’agissait d’un déplacement local et saisonnier, lié aux labours et aux récoltes.

  • 44 Macheras, Chronique de Chypre, op. cit., p. 81-82.

12En raison d’une faible croissance démographique, due à l’arrêt au cours du xve siècle des migrations qui, depuis le xiie siècle, alimentaient l’île, et à la suite des enlèvements répétés des paysans par les pirates, Chypre était toujours en quête d’une main-d’œuvre capable d’assurer une production destinée, en partie, à l’exportation. A ce propos, Macheras rapporte qu’en 1364 les Chypriotes hésitèrent à attaquer trois galères de pirates turcs ayant fait une descente sur les côtes de l’île, puisque « les vaisseaux ennemis étant remplis de paysans (emmenés comme esclaves) ceux-ci pourraient se noyer »44.

  • 45 Richard, « Une économie coloniale ? », op. cit, p. 341, n. 40.
  • 46 L’Égypte au commencement du xve siècle, op. cit.. p. 79.
  • 47 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p.458-459, n. 1 (le 30 janvier 1419) : il est dit dans une déci (...)
  • 48 F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, III, Paris, 1961, (...)
  • 49 Thiriet, Régestes..., op. cit., doc. n° 3000 : 22 septembre 1455.

13En 1396, la famille Corner obtint du roi un privilège l’autorisant à ramener 50 francomates pour les employer dans son domaine de Piskopi45. Le recours aux esclaves était inévitable pour remédier à cette insuffisance de main-d’œuvre ; dans ce cas, il ne s’agissait pas d’un emploi massif d’esclaves comme ce fut plus tard le cas dans les plantations des îles atlantiques et des Amériques, mais, pour Chypre, il était question de captifs, en général des musulmans enlevés par les pirates et réduits en captivité. En 1415, après avoir effectué des razzias sur les côtes égyptiennes, surtout celles d’Alexandrie, le roi de Chypre Jean II de Lusignan réussit à enlever mille cinq cents Sarrasins. Le sultan mamelûk al-Mu’ayad envoya le consul catalan Antoine Amallier en guise d’ambassadeur auprès du roi de Chypre, lui demandant la libération des prisonniers. Jean II lui répondit que les mille cinq cents Sarrasins emmenés par lui étaient d’une grande nécessité pour l’île, en raison du besoin de laboureurs et de planteurs de cannes pour produire du sucre46. Il est évident qu’au moment des tensions entre le sultanat mamelûk et le royaume de Chypre, la piraterie était très dynamique et les Chypriotes procédaient à l’enlèvement des habitants des côtes syro-égyptiennes. Les captifs, réduits en esclavage, étaient employés dans les plantations du roi. Les Corner achetaient beaucoup d’esclaves sarrasins emmenés en Chypre par les pirates47 et allaient jusqu’à l’enlèvement des esclaves travaillant dans les plantations du roi, comme l’atteste une plainte déposée par Jean II en 143648. Or, une sorte de rivalité s’était installée entre les propriétaires des plantations, qui se vengeaient les uns des autres. Ainsi, en 1455, Venise exprimait son mécontentement vis-à-vis du roi de Chypre à la suite des dévastations du domaine de Giovanni Corner à Piskopi où « les travailleurs et les serfs ont été molestés et enlevés », demandant d’indemniser les Corner pour ces pertes49.

  • 50 Macheras, Chronique de Chypre, op. cit., p. 106.
  • 51 Ibid., p. 109.
  • 52 N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, IV, documents p (...)
  • 53 Mas Latrie, Histoire, op. cit.. II. p. 458-459.

14Le nombre de Sarrasins ramenés en Chypre semble être important. On jetait la lumière sur ce groupe pendant les périodes de paix entre mamelûks et Chypriotes, puisqu’il constituait un point fondamental dans les négociations entre eux. Le sultan mamelûk demandait toujours la libération de ses sujets. Pour lui plaire, le roi de Chypre ordonnait parfois leur libération. En 1366, on parle d’un grand nombre de Syriens et d’Egyptiens que le roi comptait envoyer au Caire et il est dit dans l’ordre du roi que « tous les Sarrasins qui s’étaient faits chrétiens volontairement pouvaient, s’ils le voulaient, aller au Caire en accompagnant les ambassadeurs ; même liberté était donnée à tous ceux qui étaient venus de Syrie »50. Ils étaient transportés sur une galère appartenant au roi d’Aragon, une sayette et deux naves51. De son côté, le gouvernement vénitien, en vue d’améliorer ses relations avec le sultan, toujours tendues en raison des actes des pirates, et afin de protéger ses intérêts commerciaux en Égypte et en Syrie, s’évertuait dès qu’il le pouvait à racheter les sujets du sultan vendus en Crète ou en Chypre52. En 1419, la Seigneurie envoya des lettres à ses consuls de Damas et de Chypre pour racheter les Sarrasins dont la plupart avaient été achetés par Jean Corner, sans doute pour travailler dans ses plantations53

  • 54 Cette récompense était le résultat de l’aide financière que Corner a apportée au roi lors de sa tou (...)
  • 55 Mas Latrie, Histoire, II, p. 373 : le 2 juillet 1378 : le Conseil des Pregadi de Venise donne ses o (...)
  • 56 D. Stöckly, « Le transport maritime d’État à Chypre, compléments des techniques coloniales vénitien (...)
  • 57 Archivio di Stato di Venezia: Senato Misti 45 (année 1400), fol. 17r ; Misti 48 (année 1409), fol. (...)
  • 58 N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle (documents polit (...)
  • 59 Ibid., p. 36 : les frères Mathieu et Ambroise Contarini, Vénitiens, envoyèrent des lettres au Sénat (...)

15Pour conquérir le marché sucrier de Chypre, des marchands poussés par l’appât du gain s’étaient expatriés pour traiter les affaires, entre autres celles du sucre. Installés à Chypre durablement ou occasionnellement, ils se montrèrent intéressés par le commerce du sucre dont les marchés de consommation en Europe s’étendaient toujours davantage. Les Corner étaient les marchands vénitiens les plus puissants puisqu’ils possédaient, comme on l’a vu, leurs propres plantations à Piskopi, village concédé par le roi de Chypre Pierre de Lusignan à Federico Corner après 136154. Ils assuraient parallèlement la production et l’exportation du sucre vers la métropole, en tout cas depuis 137855. Les convois des galères marchandes de Venise assuraient régulièrement le transport des marchandises56, bien qu’il fût parfois permis aux navires désarmés de charger le sucre de Chypre57. Au milieu du xve siècle, les documents mentionnent à plusieurs reprises Marc et son frere André Corner, autorisés par les Génois à charger d’importantes quantités de sucre sur des galères vénitiennes58. Malgré les problèmes qui surgissaient de temps à autre avec les Hospitaliers, les Génois ou même avec le roi, cette famille parvint à contrôler les affaires commerciales de l’île, en particulier le marché du sucre et bénéficia de la protection de la Seigneurie. Au milieu du xve siècle, Marc Corner devint une personnalité influente et les Génois accusèrent Venise de vouloir conquérir l’île par les Corner59.

  • 60 Mas Latrie, Histoire, op. cit., III, p. 393.
  • 61 Id., « Documents nouveaux servant de preuves à l’histoire de l’île de Chypre », dans Mélanges histo (...)
  • 62 Id., Histoire, III, p. 178.
  • 63 Ibid., III, p. 180.
  • 64 Ibid., III, p. 27.
  • 65 Ibid., III, p. 88-89.
  • 66 Ibid., III, p. 90.

16Un autre exemple de famille vénitienne installée à Chypre est celui des Martini, des Vénitiens blancs. Par l’affermage des plantations des domaines royaux et de ceux des Hospitaliers, ces derniers assuraient une bonne partie des exportations du sucre chypriote. Un acte du 8 mai 1461 stipulait que Pierre de Martini avait acheté la récolte des casaux de Kouklia et d’Achelia pour dix ans60. Le roi l’obligeait cependant à lui payer une somme de cinq mille six cent vingt-huit ducats, le menaçant de lui enlever l’affermage des poudres de sucre du domaine royal. Mieux encore, il allait jusqu’à la confiscation de ses marchandises à Cérine, ce qui avait provoqué la colère de la Seigneurie. Cette dernière promulgua l’interdiction à tous les Vénitiens d’acheter les sucres provenant des domaines royaux61. De même, en 1467, les Martini durent se plaindre du roi au sujet des dettes qu’ils avaient contractées, en demandant au gouvernement vénitien d’intervenir pour leur apporter satisfaction. L’affermage des casaux étant arrivé à terme, le roi, dans le dessein d’améliorer ses relations avec la Seigneurie, décida de le prolonger avec les mêmes conditions62, tout en promettant de régler les dettes au terme de trois ans, une partie devant être déduite des récoltes de Kouklia et d’Achelia63. Les Martini passaient également des contrats d’achat avec l’ordre des Hospitaliers, et le premier accord de vente pour quatre ans date du 9 février 1445, à raison de vingt-huit ducats de Rhodes et de seize aspres le cantare64. Le contrat fut renouvelé en 1449, en 1450 et en 1454. Certaines conditions n’ayant pas été remplies par les Hospitaliers, ceux-ci décidèrent, en 1464, d’indemniser Jean de Martini ; le nouvel accord stipulait la vente de huit cents cantares de poudre de sucre, au poids de Rhodes et au prix de vingt-cinq ducats ? le cantare65. À la demande de Jean de Martini et à ses propres frais, les Hospitaliers devaient transporter le sucre à Limassol ou à Piskopi, les deux principaux ports de chargement du sucre vers Venise. Or, le Grand Maître décida de renoncer à cet accord et de ne livrer que la moitié de la marchandise à Martini. Ce dernier ne pouvait plus obtenir les quatre cents cantares qu’en fonction d’un nouvel accord, et ce après avoir réglé un certain différend concernant le poids66.

Dans la Méditerranée occidentale

  • 67 L. Chiarelli, Sicily during the Fatimid age, thèse dactylographiée, university of Utah, 1986, p. 13 (...)
  • 68 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia del basso Medioevo », dans (...)
  • 69 H. Bresc, « La canne à sucre dans la Sicile médiévale », dans La cãna de azucar en el Mediterraneo, (...)

17Cette zone de la Méditerranée avait connu, elle aussi, une activité liée à la production du sucre, caractérisée par son intensité à la fin du Moyen Âge. La Sicile venait en tête de ces régions par la précocité de l’implantation de la culture de la canne à sucre, introduite par les Arabes après la conquête de l’île par les Aghlabides au ixe siècle. Elle avait bénéficié de l’apport des paysans musulmans installés dans l’île67, lesquels avaient apporté leur soutien au développement des activités agricoles en introduisant de nouvelles cultures et techniques d’irrigation68. Avec la conquête de l’île par les Normands, des ravages avaient eu lieu à la suite de la destruction des installations hydrauliques, de la désertification des campagnes et la déportation de la communauté musulmane à Lucera entre 1220 et 124069. L’agriculture sicilienne fut profondément touchée et les recettes de l’État connurent une nette diminution.

  • 70 D’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicila del basso Medioevo », op. cit.,(...)
  • 71 J. L. A.Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, t. V, part. 1, Paris, 1857, p. (...)
  • 72 C. Trasselli, « Produzione e commercio dello zucchero in Sicilia dal xiii al xix secolo », Economia (...)
  • 73 Huillard-Bréholles, Historia diplomatica, op. cit., p. 571 ; Trasselli, « Produzione e commercio de (...)
  • 74 J. E. Martinez Ferrando, Jaime II de Aragon, Barcelone, 1948, II, p. 19-20, doc. n° 33.
  • 75 C. Carrère, Barcelone : centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), Paris-La Haye, 19 (...)

18Pour remédier à cette situation décadente et accroître la production agricole, l’empereur Frédéric II entreprit une politique visant à attirer des paysans et des colons en Sicile, en leur offrant des privilèges et de meilleures conditions de vie et de travail70. Entre autres activités atteintes par la crise, celle de la production du sucre ; les secrets du raffinage semblaient être perdus. En 1239, le Secreto de Païenne, Oberto Fallamonaco, fit venir des juifs marocains pour rendre fructifères les palmiers de l’empereur71 et proposa à Frédéric II d’introduire de nouvelles cultures orientales72. Soucieux de restaurer la prospérité des plantations de la Sicile, ce dernier écrivait à son secrétaire le 15 décembre de la même année : « Ici et selon votre conseil, nous avons envoyé des lettres à Ricardo Filangieri (baile de Jérusalem), pour qu’il puisse nous trouver deux hommes sachant comment faire du sucre et qu’il les envoie à Palerme pour les raffineries de sucre. Vous faites vite pour envoyer ces lettres au même Ricardo et, quand les deux hommes sont arrivés, vous devez les recevoir et leur demander de produire du sucre, vous devez leur demander aussi d’enseigner aux autres pour que cet art ne soit pas facilement oublié à Palerme »73. La politique de Frédéric II échoua et c’est seulement à partir de 1370 que les plantations commencèrent à connaître une grande extension. La Sicile, qui s’était initialement servie du modèle oriental en appelant des experts du Levant, devait servir plus tard d’exemple pour les entrepreneurs désirant investir dans la production du sucre. C’est ainsi que le roi d’Aragon James II, pour introduire la culture de la canne à sucre, écrivit à Bartolomeo Tagliavia, le 21 décembre 1305 : il lui demanda de trouver en Sicile deux esclaves sarrasins sachant cultiver le coton et la canne à sucre et de lui envoyer les semences des deux plantes74. Au xve siècle les Barcelonais désirant raffiner le sucre brut importé de Valence firent eux aussi appel aux sucriers palermitains pour apprendre les techniques du raffinage du sucre75.

  • 76 H. Bresc, « Pour une histoire des Albanais en Sicile xive-xve siècles », Archivio Storico per la Si (...)
  • 77 S. Epstein, An island for itself, Cambridge, 1992, p. 219.
  • 78 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, Caltanissetta-Rome, 1982, p. 238 : cinquante ouvrier (...)
  • 79 Epstein, An istand for itself, op. cit., supra n. 77.
  • 80 H. Bresc, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile 1300-1450, Rome, 1986, p. 250.
  • 81 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 82.
  • 82 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 251.
  • 83 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit, p. 83.
  • 84 Ibid., p. 205.
  • 85 Bresc. « Pour une histoire des Albanais... », op. cit., p. 529.
  • 86 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit.. p. 240 : il s’agit d’un artifice pour les moulins à sucre (...)
  • 87 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 205.
  • 88 Bresc, « Pour une histoire des Albanais », op. cit., p. 528.
  • 89 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 232.
  • 90 C. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, II, Italie-colonies italiennes du Levant-Levant (...)

19Pour faire face au développement de l’agriculture sicilienne destinée essentiellement à l’exportation et en raison de l’insuffisance de la main-d’œuvre, des immigrés étaient appelés à prendre part à la production. Dès lors, on voyait s’installer certains groupes autour des raffineries de sucre pour y travailler. Il s’agissait, avant tout, d’une migration intérieure. Des ouvriers attirés par les salaires élevés comparés à ceux des ouvriers employés dans les autres secteurs de l’agriculture76, assuraient les différents travaux dans les plantations et les raffineries. La plupart des laboureurs venaient des montagnes du nord de Madonie et du nord-est du Valdemone à Palerme ; ceux du centre et du sud-ouest étaient attirés par les plantations de la partie occidentale de l’île77. La raffinerie de Ficarazzi offre un bel exemple de cette diversité de provenance des ouvriers employés en 149378. Parfois il s’agissait moins de migrations que de mouvements temporaires vers les plaines pour effectuer uniquement les labours et les récoltes79. En revanche, la main-d’œuvre experte était essentiellement fournie par la ville de Palerme. Pionnière en la matière par rapport aux autres régions siciliennes, elle servait de modèle et envoyait ses maîtres sucriers et ses nouvelles techniques dans tout l’espace sicilien80. Par ailleurs, des immigrés venaient de l’extérieur, comme en attestent ces exemples : de la péninsule Ibérique, le Catalan Paolo Servent était employé, en 1383, dans le trapetto de Domenico Adamo de Monreale où il devait adescere et demostrare artem zuccari iuxta posse suum, de qua dictus Paul us est expertus81. De même, le maître Antonius Zorura de Barcelone était recruté en 1443 en tant que maçon pour la construction de l’aqueduc de Ficarazzi82 ; de Gênes, Cipriano Doria fut embauché à Carini, en 1383, par Giovanni Cannamela dans sa plantation pour vingt-deux tari dix par mois83 Le maître Pietro Zucco était cuisinier au trappeto de Vescovo à Patti84. D’Albanie, un certain nombre de familles étaient venues s’installer pour travailler à Palerme en tant qu’ouvriers agricoles. En 1413, Petrus de Biasio était recruté en qualité de magasinier dans une raffinerie de sucre pour un salaire de sept onces par mois85. De Lombardie, en 1434, l’ingénieur Antonio del Filippo de Crémone proposait aux propriétaires des raffineries une nouvelle technique permettant l’amélioration de la production86. Un contrat du 4 décembre 1489 stipulait qu’Aloisio di Michele de Sant’Agata, de Naples, serait employé au trappeto de Manfredi La Muta « pour tous les services possibles » à vingt tari par mois87, et bien d’autres immigrés du Piémont, quelques Toscans ainsi que des Calabrais qui alimentaient toute la Sicile en ouvriers agricoles88, assuraient tous les travaux pénibles dans les plantations. A la fin du xve siècle (le 8 février 1493), on vit Giovanni li Chichuni et un Palermitain transporter deux cents caisses d’engrais de Palerme à Ficarazzi89. L’esclavage, bien qu’il ait été un phénomène rare en Sicile, est mentionné. Tel est le cas de l’esclave turc Mustafa, loué en 1462 par son maître Johannes Planchininu à Nicolas, fils de feu Julien de Bononia, pour travailler dans une raffinerie de sucre au salaire de vingt tari par mois90.

  • 91 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 76.
  • 92 G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese, l’emigrazione dei Pisani i (...)
  • 93 F. Lionti, Codice diplomatico di Alfonso il Magnanimo, I, 1416-1417, Palerme, 1891, p. 11, doc. n° (...)
  • 94 Ibid., p. 111-112, doc. n° 162 et 164.
  • 95 Petralia, Banchieri e famiglie mercantili, op. cit., p. 266.
  • 96 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 71
  • 97 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 214.

20À cela, il faut ajouter les migrations d’entrepreneurs partant à la recherche de terrains pour les mettre en valeur. Ainsi, Baudo di Golisano, immigrant de Collesano, se rendait à Madonie, s’associait avec Simone de Garofalo et louait, en 1383, un terrain pour planter la canne à sucre91. Des membres de la famille des Vernagalli, l’une des grandes familles marchandes de la noblesse pisane, passèrent en Sicile, après la conquête florentine de Pise92. Giacomo et Antonio, quant à eux, s’installèrent à Palerme et obtinrent, par la suite, la citoyenneté palermitaine, par un privilège de l’Infant Jean daté du 24 mars 141693. Outre l’activité marchande qu’ils menaient dans la capitale sicilienne, les deux freres s’intéressaient également au domaine de la production du sucre. Après avoir obtenu, en 1415, la permission des jurats de Palerme, Giacomo construisit, l’année suivante, un trappeto dans la contrée de Terrachina. Il y acheta des maisons à Manfredo de Blando en emphytéose, mais rencontra l’opposition de ses voisins concernant la construction de l’entrée de la raffinerie et une certaine Cunta revendiqua ses droits sur ces maisons94. En 1428, les Vernagalli signalaient aux officiers florentins l’incendie de leur trappeto et la perte de trois mille florins95. La famille palermitaine de Bellacera, qui cultivait la canne à sucre à Palerme, installa une raffinerie de sucre dans le fief d’Aci qui fonctionna jusqu’en 143596. Son déplacement était probablement dû à la lourde taxation imposée par la gabelle du sucre sur les producteurs de Palerme. Or, cette famille n’était pas la seule à émigrer avec ses plantations pour échapper aux impôts. Toutefois, l’émigration d’un certain nombre de familles avait permis le développement des activités sucrières dans la partie orientale de l’île, d’une part, et la diminution des revenus de la gabelle du sucre, d’autre part. En 1457 le roi Alphonse, conscient de cette situation, ordonnait d’imposer les taxes sur tous les producteurs de l’île, exception faite pour quelques trappeti détenus par ses proches97.

  • 98 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 251-252.

21Ces courants migratoires ayant alimenté la Sicile à la fin du Moyen Âge avaient renforcé le peuplement de certains châteaux tels que Brucato, Bonfornello, Roccella et les alentours de la ville de Palerme. Les installations liées à la production du sucre étaient devenues des centres d’attraction pour un certain nombre de groupes cherchant du travail et désirant s’installer98.

  • 99 M. E. Mallet, The Florentine galleys in the fifteenth century, Oxford, 1967, p. 124.
  • 100 Bresc, « La canne à sucre dans la Sicile médiévale », op. cit., p. 45.
  • 101 S. Epstein, Potere e mercanti in Sicilia secolo xiii-xvi, Turin, 1996, p. 211.
  • 102 Petralia, Banchieri e famiglie, op. cit., p. 272.
  • 103 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel xv secolo, parte II, I banchieri e i lor (...)
  • 104 Ibid., p. 272-273.
  • 105 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 249.
  • 106 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 211
  • 107 Petralia. Banchieri e famiglie, op. cit., p. 185.
  • 108 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., supra n. 104.
  • 109 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 217.
  • 110 C. Trasselli, « Lineamenti per una storia dello zucchero siciliano », Archivio storico per la Sicil (...)
  • 111 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 242.
  • 112 J. Heers, Gênes au xve siècle : activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 425-426.
  • 113 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit.. p. 220.

22L’importante expansion des plantations, l’augmentation des structures des entreprises engagées dans l’activité sucrière, ainsi que l’incapacité d’assurer l’exportation vers les marchés de consommation, nécessitaient un capital fort élevé que l’aristocratie et la bourgeoisie siciliennes n’étaient plus en mesure de fournir. Cela allait permettre au capital étranger de s’infiltrer et de prendre part à cette activité. Pisans, Vénitiens, Génois, Florentins et Catalans, entrepreneurs marchands ou banquiers, étaient attirés par l’appât du gain que rapportait cette activité. Les premiers semblant s’être lancés dans la plantation des cannaies furent des marchands et des banquiers pisans, en nombre élevé99. En effet, au début du xive siècle, les Pisans investissaient dans l’économie des jardins. Ainsi, Dinus Baldoynus louait-il, en 1329, les terres de l’abbaye de San Salvatore à Grotticella où il créa une plantation de canne à sucre100. Les Pisans finançaient l’activité sucrière en tant que banquiers tandis que les marchands avançaient de l’argent aux producteurs pour être livrés en sucre. Mais l’intervention directe des entrepreneurs étrangers n’eut lieu qu’à partir de la deuxième moitié du xve siècle avec l’expansion des plantations vers la partie orientale de l’île101. Giovanni de Vivaya, Pisan émigrant à Palerme, entra en contact avec Giovanni Miraballi, l’un des grands banquiers du roi Alphonse le Magnanime102. Ils installèrent ensemble une compagnie commerciale et bancaire103, tandis que Giovanni de Vivaya s’associait parallèlement avec le Palermitain Federico de Migliaccio en mai 1449 pour former une société à capital initial de mille onces, investis dans la plantation des cannes et le raffinage du sucre. Mieux encore, il devait se joindre au Pisan Piero del Campo pour constituer une nouvelle entreprise pour la production du sucre après 1450. Dans la contrée de la Sambuca, il loua des terrains appartenant à la famille Speciale et acheta en emphytéose le trappeto et les magasins de la famille des Olivella, dans le quartier palermitain de Seralcadi104. En 1450, Pietro Gaytani, marchand et haut fonctionnaire originaire de Pise, se trouva dans l’incapacité de poursuivre la production en raison de difficultés financières et emprunta cent cinquante six onces à la famille Miglaccio105. Il implanta une raffinerie de sucre à Tripi et demanda aux autorités la permission de construire un aqueduc pour irriguer ses plantations en 1452106. La famille des Gaytani s’associa aux Settimo et Agliata, Pisans émigrés en Sicile, pour constituer l’une des banques les plus puissantes de Sicile en cette deuxième moitié du xve siècle ; celle-ci s’intéressait aux activités bancaires et au commerce international, aux spéculations sur le marché du sucre sicilien et au financement de la production107. Les Pisans, marchands, banquiers et entrepreneurs, tissaient donc un réseau de relations complexes et solides, qui leur permettait de s’imposer sur le marché sicilien, notamment celui du sucre. L’aristocratie palermitaine, toujours en difficulté, empruntait de l’argent. Les Carbono, une famille de notaires, ainsi que les barons de Carini, obtenaient respectivement en 1452 et 1458 des prêts des Campo et des Vivaya108. Le marchand florentin Pietro Rindelli et son partenaire Goffredo Rizari, juriste catanais, sont également mentionnés à Aci entre 1441 et 1448 en tant que propriétaires de raffineries109. A Palerme, le banquier Pietro Afflitto, d’origine amalfitaine, détenait sa propre raffinerie au début du xve siècle110 mais, en difficulté, avait dû la céder à un Génois membre de la famille des Spinola111. Or, les Génois présents en Sicile, dont le nombre était plus ou moins important, étaient intéressés par le commerce des céréales, des viandes et des fromages plutôt que par celui du sucre112. C’est ce qui explique leur absence sur le marché sicilien même si, à la fin du xve siècle, les documents mentionnent Filippo Doria qui, profitant de la faillite des Campo, avait pris en charge leur trappeto et s’était lancé dans la production du sucre113.

  • 114 Sur le rôle important des marchands florentins en Sicile : M. del Treppo, I mercanti catalani e l’e (...)
  • 115 Chronique d’Antonio Morosini : Extraits relatifs à l’histoire de France, éd. et trad. L. Dorez, Par (...)
  • 116 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 185-186 : un acte du 6 mars 1448 prévoit q (...)
  • 117 Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel xv secolo, op. cit., p. 335.
  • 118 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 209. Ibid., p. 192, 235.
  • 119 Ibid., p. 192, 235.

23En revanche, les marchands les plus intéressés par le commerce du sucre sicilien étaient les Florentins et les Vénitiens. Il fallait passer par eux pour assurer l’acheminement du sucre vers les grands marchés de consommation114 ; depuis le début du xve siècle, la Sicile représentait en effet une escale importante pour les galères florentines et vénitiennes, tant à l’aller qu’au retour. Les chargements étaient destinés à l’Europe du Nord ; à leur retour du voyage des Flandres et notamment d’Aigues-Mortes, les galères vénitiennes rapportaient du sucre pour la métropole115. L’emprise des Vénitiens sur le sucre sicilien tendit à s’affirmer vers la fin du xve siècle malgré leur attachement au marché oriental. Les marchands vénitiens, pour s’assurer la livraison des cargaisons à la muda des Flandres, passaient des contrats d’achat à long terme, ce qui contraignait les marchands siciliens ou pisans opérant à Palerme à acheter le sucre à un prix parfois très élevé116. L’exemple le plus significatif de Vénitiens traitant les affaires du sucre en Sicile est celui des frères Sebastiano et Lorenzo Emiliano117 : à la fin du xve siècle, les producteurs du sucre étant en difficulté en raison de la chute des prix et de la concurrence redoutable du sucre madérois, les Emiliano finançaient les plantations de Ficarazzi appartenant à Pietro et Antonio Campo, de 1489 à 1491118, leur attribuaient des crédits et des avances d’argent sur les récoltes à venir pour assurer le chargement des galères vénitiennes119.

  • 120 J. Guiral-Hadziiossif, Valence : port méditerranéen au xve siècle (1410-1525), Paris. 1986, p. 480.
  • 121 Ibid, p. 408 : en 1420, le roi leur concède la liberté de « commercer sur terre et sur mer avec tou (...)
  • 122 A. Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft 1380-1530, Stuttgart-Berlin, 19 (...)
  • 123 Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger, op. cit., I, p. 296 ; cf. J. Guiral, « Le sucre à Val (...)
  • 124 D. William et J. Phillips, « Sugar production and trade in the Mediterranean at the time of the cru (...)
  • 125 Y. Auffray et J. Guiral, « Les péages dans le royaume de Valence (1494) », Mélanges de la Casa de V (...)

24En Espagne, pour satisfaire aux besoins des grands marchés européens, la recherche du sucre avait suscité de véritables entreprises coloniales. Les cas de Valence et de Grenade méritent un intérêt particulier. Pour Valence, il avait fallu attendre le début du xve siècle pour voir débuter la production du sucre sous l’impulsion du pouvoir politique et des compagnies étrangères. Les plantations des régions d’Oliva et de Gandia, les plus importantes de tout le Levant ibérique, étaient détenues par l’aristocratie120. La Grande compagnie commerciale des Ravensburg, établie depuis 1420 pour faire du commerce121, s’était chargée d’exporter le sucre de Valence vers l’Allemagne, les foires de Lyon et de Genève. Pour mieux assurer son succès, cette compagnie s’était lancée dans l’affermage des plantations. En 1460, elle obtint du roi l’autorisation de construire une raffinerie aux environs de Gandia où elle loua une terre de Hugo de Cardona pour créer sa propre plantation122. Entre 1455 et 1477, les Allemands exportaient chaque année à peu près six mille charges de sucre (766,8 tonnes)123. Les tentatives de poursuite de cette production menées par cette entreprise échouèrent en raison de l’arrivée en masse du sucre de Madère et de la chute des prix. En 1477, la compagnie était obligée d’abandonner définitivement son projet124. Toutefois, Valence était l’une des premières régions méditerranéennes ayant connu ce phénomène - l’emploi d’un grand nombre d’esclaves dans les plantations de canne à sucre ; à la fin du xve siècle, la traite des noirs, ramenés d’Afrique par les Portugais et les Castillans, s’intensifia et ce, d’une part pour subvenir au besoin d’une main-d’œuvre de plus en plus rare, d’autre part pour baisser le coût de la production125.

  • 126 M. del Treppo, « Assicurazioni e commercio a Barcellona nel 1428-1429 », Rivista storica italiana, (...)
  • 127 J. Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident (xve siècle) », Le (...)
  • 128 J-E. L. de Coca Castaner, « Malaga » colonia » genovesa (siglos xiv y xv) », Cuadernos de Estudios (...)
  • 129 R. Arié, L’Espagne musulmane aux temps des Nasrides (1232-1492), Paris, 1990, p. 361-362 ; cf. B. K (...)
  • 130 Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident (xve siècle) », op. c (...)

25Les Génois, éliminés de leurs possessions orientales, s’orientèrent vers la Méditerranée occidentale126. Ils réussirent à conquérir les marchés des royaumes musulmans, surtout celui de Grenade. Cette dernière enclave musulmane, disposant d’un arrière-pays riche en produits agricoles, suscitait l’intérêt des hommes d’affaires génois, implantés en grand nombre127. Au milieu du xve siècle, les Grenadins produisaient beaucoup de soie, de fruits secs et de sucre128. Les Génois, installés dans les principaux ports du royaume, Malaga et Alméria, assuraient l’acheminement de ces produits vers les grands centres de consommation129 et exportaient le sucre, d’abord à Gênes ; ainsi en 1445 vit-on Filippo Spinola charger trois cent six caisses de sucre d’une valeur de neuf mille lires et deux cent quarante caisses en 1455, puis en Flandre et en Angleterre, et enfin en Orient, à Chio et à Péra130.

  • 131 J. E. Ruiz, « Genova e la Spagna nel Basso Medioevo », La Storia dei Genovesi, 5 (1984), p. 59.
  • 132 Descobrimentos portugueses : documentos para a sua historia, publicados e prefaciados por João Mart (...)
  • 133 Descobrimentos portugueses, op. cit., p. 221, doc. n° 214 : 8 mai 1409 ; cf. Guiral, « Le sucre à V (...)

26Cette implantation sur le marché grenadin avait permis aux Génois d’accentuer leur emprise sur l’Occident méditerranéen d’une part, et d’ouvrir la route vers les marchés de l’Europe du Nord, et également vers les îles atlantiques d’autre part131. Toujours soucieux d’étendre leur domination sur ces régions, et intéressés par l’ouverture de nouvelles perspectives nécessaires pour la prospérité de leur commerce, les Génois allaient créer de nouvelles plantations, d’abord au sud du Portugal puis dans les îles atlantiques. Le 16 janvier 1404 Giovanni della Palma, marchand génois, obtenait un privilège pour planter la canne à sucre dans l’Algarve132. Cinq ans plus tard, il l’implantait à Loulé avec ses fils Nicolau et Francesco à la suite de la demande du roi du Portugal Jean Ier133.

27Cette perspective occidentale devait ouvrir les portes à un mouvement migratoire massif vers les îles atlantiques où s’était déplacée toute une population d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs, où parmi les Italiens les Génois constituaient l’élément moteur.

Notes

1 A. de Candolle, Origine des plantes cultivées, Paris, 1883, p. 122-123.

2 J. Masuel, Le sucre en Égypte, Paris, 1937, p. 12-13; E. Ashtor, A social and economic history of the Near East in the middle ages, Londres, 1976, p. 243; Id., « Levantine sugar industry in the later Middle Ages-an example of technological decline », Israel Oriental Studies, 7 (1977), p. 227.

3 L. Hautecoeur-G. Wiet, Les mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 97.

4 Marco Polo, La description du monde, texte intégral en français moderne avec introduction et notes par L. Hambis, Paris, 1955, p. 233.

5 S. D. Goitein, A mediterranean society, vol. I : Economic foundations, Berkeley-Los Angeles, 1967, p. 81.

6 R. P. Abel, « Exploration de la vallée du Jourdain », Revue Biblique, 7 (1910), p. 553.

7 N. Deer, The history of sugar, I, Londres, 1949, p. 74.

8 Abel, supra, n. 6.

9 Deer, supra, n. 7.

10 Ch. Verlinden, « De la colonisation médiévale italienne au Levant à l’expansion ibérique en Afrique continentale et insulaire : analyse d’un transfert économique, technologique et culturel », Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, fascicule 63-64 (1983-1984), p. 104.

11 Id., « Dal Mediterraneo all’Atlantico », dans Contributi per la Storia economica, Istituto internazionale di Storia economica F. Datini, Prato, 1975, p. 39.

12 H. Prutz, Kulturgeschichte der Kreuzzüge, Berlin, 1883, p. 606 : il est enregistré dans les statuts de Roger de Molinis en 1181 que le Prieur de Monte Pellegrino a souscrit à l’Hôpital de Jérusalem une quantité de sucre : Prior Montispelerini mitat in Jerusalem duo quintali zucari pro confïciendiis leccuariis, sirupis et aliis medicinis ad opera infirmorum. Et totidem etiam quintalia zucari mitat baylivius de Tabarie.

13 R. Röhricht, Regesta Regni Hierosolymitani MXCVII-MCCXCI, Innsbrück, 1893, p. 289-299, doc. n° 1114 ; cf. J. Prawer, « Étude de quelques problèmes agraires et sociaux d’une seigneurie croisée au xiiie siècle », Byzantion, XXII (1952), p. 14-15 ; un traité conclu en 1123 entre les barons et la Commune de Venise stipule que dans le cas de la conquête de Tyr, les Vénitiens obtiennent un tiers de la ville et des terres, ibid., p. 11-12.

14 Assises de Jérusalem, II : Assises de la Cour des Bourgeois, publiées par le comte Beugnot, Paris, 1843, p. 174 : articles 15 et 16 ; p. 175 : article 17 ; p. 176 : article 40.

15 Nuovi documenti del commercio veneto del sec. xi-xiii, a cura di A. Lombardo e R. Morozzo della Rocca, Venise, 1953, p. 42-43, doc. 37.

16 L. Macheras, Chronique de Chypre, trad. E. Miller et C. Sathas, Paris, 1882, p. 17.

17 Ibid. p. 18.

18 Ibid.

19 J. Richard, « Le peuplement latin et syrien en Chypre au xiiie siècle », Byzantinische Forschungen. 7 (1979). p. 167, rééd. dans Croisés, missionnaires et voyageurs : les perspec tives orientales du monde latin médiéval, Londres, 1983 ; cf. D. Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle », Byzantinische Forschungen, 5 (1977), p. 167.

20 L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, vol. I, Paris, 1861, p. 484.

21 Ibid, p. 498 : les chrétiens de Beyrouth ont été attaqués par l’armée mamelûke, certains d’entres eux ont été réduits en esclavage et les autres ont obtenu du sultan l’autorisation et le choix soit de regagner leur ville soit d’aller à Chypre.

22 J. Richard, « Une économie coloniale ? Chypre et ses ressources agricoles au Moyen Âge », Byzantinische Forschungen, 5 (1977), p. 346-347 ; rééd. dans Croisés, missionnaires et voyageurs, op. cit.

23 S. M. Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery », dans La Cãna de azucar en el Mediterraneo, Actas del Segundo Seminario internacional, Casa de la Palma, Montril, 17-21 septembre 1990, Grenade, 1991, p. 34.

24 Richard, « Le peuplement latin et syrien en Chypre », op. cit, p. 166.

25 L. de Mas Latrie, Histoire, op. cit., I, p. 103.

26 J. Pagezy, Mémoires sur le port d’Aigues-Mortes, II, Paris, 1896, p. 365.

27 Jacoby, « Citoyens, sujets et protégés... », op. cit., p. 174-176.

28 Ibid, p. 175.

29 J. Richard et Th. Papadopoullos, Le livre des remembrances de la Secrète du royaume de Chypre (1468-1469), Nicosie, 1983, p. 19-20, doc. n° 35 : la provision mensuelle consiste en « IIII mus dou froment et III metres de vin et VIII mus d’orge et IIII pièces dou fourmage », cf. Mas Latrie, Histoire, op. cit., III, p. 218-220.

30 Ibid.

31 Mas Latrie, op. cit., III, p. 297-298 ; Jacoby. « Citoyens, sujets et protégés... », op. cit., p. 174.

32 Ibid.

33 J. Richard, « Une famille de « Vénitiens blancs » dans le royaume de Chypre au milieu du xve siècle : les Audeth et la seigneurie de Marethasse », dans Croisés, missionnaires et voyageurs, op. cit., p. 91.

34 L’Égypte au commencement du xve siècle d’après le traité d’Emmanuel Piloti de Crète (1420), avec introduction et notes par P. H. Dopp, Le Caire, 1950, p. 54.

35 J. Combes, « Un marchand de Chypre, bourgeois de Montpellier », dans Études médiévales offertes à Monsieur le Doyen Augustin Eliche, Montpellier, 1952, p. 33-39.

36 Ibid, p. 35.

37 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p. 513.

38 L. Balletto, « Presenze catalane nell’isola di Cipro al tempo di Giacomo II d’Aragona », Medioevo, Saggi e Rassegne, 20 (1995), p. 58-59.

39 J. Richard, Chypre sous les Lusignan : documents chypriotes des archives du Vatican (xiv-xve siècles), Paris, 1962, p. 67-68.

40 Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery », op. cit., p. 33.

41 S. F. Raiteri, Genova e Cipro : l’inchiesta su Pietro de Marco capitano di Genova in Famagosta (1448-1449), Gênes, 1984, p. xiii ; cf. Balletto, « Presenze catalane nell’isola di Cipro al tempo di Giacomo II d’Aragona », supra n. 38.

42 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p. 27.

43 Greenfield, « Cyprus and the beginning of modem sugar cane plantations and plantation slavery », op. cit., p. 36.

44 Macheras, Chronique de Chypre, op. cit., p. 81-82.

45 Richard, « Une économie coloniale ? », op. cit, p. 341, n. 40.

46 L’Égypte au commencement du xve siècle, op. cit.. p. 79.

47 Mas Latrie, Histoire, op. cit., II, p.458-459, n. 1 (le 30 janvier 1419) : il est dit dans une décision du Conseil vénitien que Jean Corner a acheté ces esclaves pour les faire travailler dans ses plantations de canne à sucre à Piskopi.

48 F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, III, Paris, 1961, doc. n° 2422 (6 août 1436) : des Vénitiens ont enlevé les esclaves. Ce sont les Corner qui essayaient sans doute par tous les moyens de faire face à un manque de main-d’œuvre au moment où leurs plantations ont connu une grande extension.

49 Thiriet, Régestes..., op. cit., doc. n° 3000 : 22 septembre 1455.

50 Macheras, Chronique de Chypre, op. cit., p. 106.

51 Ibid., p. 109.

52 N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, IV, documents politiques », Revue de l’Orient Latin, 4 (1896), p. 309 : le 12 novembre 1409, une lettre adressée par Biaise Delfino, consul d’Alexandrie, au duc de Crète, dans laquelle il lui demande de libérer les Sarrasins capturés par le duc de l’Archipel. En décembre 1409, par crainte des représailles du sultan d’Égypte, les Vénitiens sont allés jusqu’à dépenser deux mille ducats d’or pour racheter les Maghrébins (Saracenorum Magrabinorum), cf. p. 310-311 ; et le 20 novembre 1410, le doge de Venise donne ses ordres au duc de Crète pour envoyer une lettre au duc de l’Archipel, afin qu’il arrête de soutenir les pirates qui portent atteinte au commerce vénitien avec la Syrie et l’Égypte, cf. p. 319-320.

53 Mas Latrie, Histoire, op. cit.. II. p. 458-459.

54 Cette récompense était le résultat de l’aide financière que Corner a apportée au roi lors de sa tournée en Europe à la recherche d’alliés contre les musulmans. Depuis cette concession, on voit les Corner investir d’importantes sommes d’argent pour l’achat du matériel comme par exemple un chaudron en cuivre, d’une valeur de mille six cents livres, importé de Venise : cf. F. Lane, Venise : Une république maritime, Paris, 1985, p. 203-204 et 198.

55 Mas Latrie, Histoire, II, p. 373 : le 2 juillet 1378 : le Conseil des Pregadi de Venise donne ses ordres pour envoyer une coque pour charger les poudres de sucre de Piskopi ; en même temps, elle doit emmener la princesse Valentine de Milan à Chypre.

56 D. Stöckly, « Le transport maritime d’État à Chypre, compléments des techniques coloniales vénitiennes (xiiie-xve siècle) : l’exemple du sucre », dans Coloniser au Moyen-Age, sous la direction de M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1995, p. 137.

57 Archivio di Stato di Venezia: Senato Misti 45 (année 1400), fol. 17r ; Misti 48 (année 1409), fol. 82r ; le 9 décembre 1432, le Sénat autorise le transport sur les navires privés (navigia disarmata) des poudres de sucre restées en souffrance sur les quais des ports crétois : cf. E Thiriet, Régestes, op. cit., III, doc. n° 2305.

58 N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle (documents politiques) », Revue de l’Orient Latin, 6 (1898), p. 408-409 : entre le 20 janvier 1439 et le 9 février 1440, les Corner firent trois chargements de 560 à 580 caisses de sucre et de poudres de sucre ; cf. p. 424 ; cf. N. Jorga, « Notes et extraits... », Revue de l’Orient Latin, 7 (1899), p. 45.

59 Ibid., p. 36 : les frères Mathieu et Ambroise Contarini, Vénitiens, envoyèrent des lettres au Sénat de Venise demandant des explications sur ces rumeurs, auxquelles le Sénat répondit en niant toute prétention de ce genre, leur demandant de rassurer leur correspondant génois Balthazar de Vivaldi.

60 Mas Latrie, Histoire, op. cit., III, p. 393.

61 Id., « Documents nouveaux servant de preuves à l’histoire de l’île de Chypre », dans Mélanges historiques, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, Paris, 1882, p. 393.

62 Id., Histoire, III, p. 178.

63 Ibid., III, p. 180.

64 Ibid., III, p. 27.

65 Ibid., III, p. 88-89.

66 Ibid., III, p. 90.

67 L. Chiarelli, Sicily during the Fatimid age, thèse dactylographiée, university of Utah, 1986, p. 133.

68 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia del basso Medioevo », dans Commercio, finanza, funzione publica, stranieri in Sicilia e Sardegna nei secoli xiii-xv, a cura di M. Tangheroni, Naples, 1989, p. 23.

69 H. Bresc, « La canne à sucre dans la Sicile médiévale », dans La cãna de azucar en el Mediterraneo, op. cit., p. 45.

70 D’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicila del basso Medioevo », op. cit., p. 11.

71 J. L. A.Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, t. V, part. 1, Paris, 1857, p. 535.

72 C. Trasselli, « Produzione e commercio dello zucchero in Sicilia dal xiii al xix secolo », Economia e Storia, 2 (1955), p. 331.

73 Huillard-Bréholles, Historia diplomatica, op. cit., p. 571 ; Trasselli, « Produzione e commercio dello zucchero », op. cit., p. 332.

74 J. E. Martinez Ferrando, Jaime II de Aragon, Barcelone, 1948, II, p. 19-20, doc. n° 33.

75 C. Carrère, Barcelone : centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), Paris-La Haye, 1967, I, p. 386-387 ; les documents de la fin du xive siècle attestent également de la présence de maîtres sucriers palermitains résidant à Barcelone, ce qui pourrait indiquer la présence d’ateliers destinés au raffinage du sucre brut. Un acte, instrumenté à Barcelone le 10 décembre 1399, nous fait savoir que Barthomeo Saragossa passe un contrat avec Nicholau de Xich, de Palerme mais résidant à Barcelone, pour lui apprendre le raffinage du sucre au prix de vingt florins.

76 H. Bresc, « Pour une histoire des Albanais en Sicile xive-xve siècles », Archivio Storico per la Sicilia orientale, 68 (1972), p. 529 ; rééd. dans Politique et société en Sicile xiie-xve siècles, V, Londres, 1990.

77 S. Epstein, An island for itself, Cambridge, 1992, p. 219.

78 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, Caltanissetta-Rome, 1982, p. 238 : cinquante ouvriers dont onze de Polizzi, sept de Petralia, quatre de Golisano, quatre de Cefalù, un de Geraci, de Trapani, un de Gênes et de bien d’autres provenances.

79 Epstein, An istand for itself, op. cit., supra n. 77.

80 H. Bresc, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile 1300-1450, Rome, 1986, p. 250.

81 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 82.

82 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 251.

83 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit, p. 83.

84 Ibid., p. 205.

85 Bresc. « Pour une histoire des Albanais... », op. cit., p. 529.

86 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit.. p. 240 : il s’agit d’un artifice pour les moulins à sucre dont le coût ne dépasse pas douze tari par machine.

87 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 205.

88 Bresc, « Pour une histoire des Albanais », op. cit., p. 528.

89 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 232.

90 C. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, II, Italie-colonies italiennes du Levant-Levant latin-Empire Byzantin, Genève, 1977, p. 231.

91 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 76.

92 G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese, l’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989, p. 264.

93 F. Lionti, Codice diplomatico di Alfonso il Magnanimo, I, 1416-1417, Palerme, 1891, p. 11, doc. n° 10.

94 Ibid., p. 111-112, doc. n° 162 et 164.

95 Petralia, Banchieri e famiglie mercantili, op. cit., p. 266.

96 Trasselli, Storia dello zucchero, op. cit., p. 71

97 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 214.

98 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 251-252.

99 M. E. Mallet, The Florentine galleys in the fifteenth century, Oxford, 1967, p. 124.

100 Bresc, « La canne à sucre dans la Sicile médiévale », op. cit., p. 45.

101 S. Epstein, Potere e mercanti in Sicilia secolo xiii-xvi, Turin, 1996, p. 211.

102 Petralia, Banchieri e famiglie, op. cit., p. 272.

103 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel xv secolo, parte II, I banchieri e i loro affari, Palerme, 1968, p. 207.

104 Ibid., p. 272-273.

105 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 249.

106 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 211

107 Petralia. Banchieri e famiglie, op. cit., p. 185.

108 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., supra n. 104.

109 Epstein, An island for itself, op. cit., p. 217.

110 C. Trasselli, « Lineamenti per una storia dello zucchero siciliano », Archivio storico per la Sicilia Orientale, 69 (1973), p. 40 ; sur les activités de ce banquier amalfitain en Sicile cf. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel xv° secolo, op. cit., p. 101-128, en particulier p. 126-127.

111 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 242.

112 J. Heers, Gênes au xve siècle : activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 425-426.

113 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit.. p. 220.

114 Sur le rôle important des marchands florentins en Sicile : M. del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 1972, p. 273.

115 Chronique d’Antonio Morosini : Extraits relatifs à l’histoire de France, éd. et trad. L. Dorez, Paris, 1898-1901 : vol. II, p. 96-97 : 9 juillet 1416 ; p. 191 : 22 juillet 1420 (1130 carats de sucre) ; p. 215 : 12 juillet 1422 ; p. 295 : 1425 ; p. 325-327 : l’une des deux galères vénitiennes rentrant d’Aigues-Mortes se brisa sur le bas-fond de Némie et perdit dans l’eau cent quatre-vingts caratels de sucre et cent cinquante bottes de vin grec, ainsi que d’autres marchandises précieuses ; p. 339 : 26 octobre 1428 (120 carats de sucre) ; vol. III, p. 313 : août 1430 (360 caratels de sucre). Tous ces chargements se faisaient dans le port de Palerme.

116 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 185-186 : un acte du 6 mars 1448 prévoit que Filippo Agiata, marchand et banquier pisan, vend au Vénitien Matteo Contarmi une quantité de sucre d’une seule cuisson qu’il doit livrer au mois de mai. Une fois le temps de la livraison arrivé, pour charger la marchandise sur la muda de Flandres, Agiata, ne trouvant pas de sucre sur le marché, est obligé de l’acheter à un prix presque double.

117 Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel xv secolo, op. cit., p. 335.

118 Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, op. cit., p. 209. Ibid., p. 192, 235.

119 Ibid., p. 192, 235.

120 J. Guiral-Hadziiossif, Valence : port méditerranéen au xve siècle (1410-1525), Paris. 1986, p. 480.

121 Ibid, p. 408 : en 1420, le roi leur concède la liberté de « commercer sur terre et sur mer avec tous les états aragonais, ainsi que leurs associés, leurs facteurs et leurs procureurs... ».

122 A. Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft 1380-1530, Stuttgart-Berlin, 1923, vol. 1, p. 297 ; cf. Deer, The history of sugar, op. cit., p. 82.

123 Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger, op. cit., I, p. 296 ; cf. J. Guiral, « Le sucre à Valence aux xve et xvie siècles », dans Manger et boire au Moyen Âge, Nice, 1985, p. 123.

124 D. William et J. Phillips, « Sugar production and trade in the Mediterranean at the time of the crusades », dans The Meeting of two worlds, éd. V. P. Goss, Kalamazoo, 1986, p. 401.

125 Y. Auffray et J. Guiral, « Les péages dans le royaume de Valence (1494) », Mélanges de la Casa de Velazquez, 12 (1976), p. 155, 159-160.

126 M. del Treppo, « Assicurazioni e commercio a Barcellona nel 1428-1429 », Rivista storica italiana, 70 (1958), p. 78.

127 J. Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident (xve siècle) », Le Moyen Âge, 63 (4e série, XII) (1957), p. 88 ; rééd. dans Société et économie à Gênes (xive-xve siècles), VII, Londres, 1979.

128 J-E. L. de Coca Castaner, « Malaga » colonia » genovesa (siglos xiv y xv) », Cuadernos de Estudios médiévales, 1 (1973), p. 138-139.

129 R. Arié, L’Espagne musulmane aux temps des Nasrides (1232-1492), Paris, 1990, p. 361-362 ; cf. B. Kedar, Merchants in crisis : Genoese and Venetian men of affairs and the fourteenth century depression, Londres, 1976, p. 121 ; sur l’importance du port de Malaga et de son arrière-pays, en particulier la production et l’exportation du sucre d’après les archives de Francesco Datini: cf. F. Melis, « Malaga sul sentiero economico del xiv e del xv secolo ». Economia e Storia, 1956, p. 19-59 et 139-163.

130 Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident (xve siècle) », op. cit., p. 110-111.

131 J. E. Ruiz, « Genova e la Spagna nel Basso Medioevo », La Storia dei Genovesi, 5 (1984), p. 59.

132 Descobrimentos portugueses : documentos para a sua historia, publicados e prefaciados por João Martins da Silva Marques, vol. I, 1147-1460, Lisbonne, 1944, p. 217, doc. n° 208 ; Y. Renouard, « L’Infant Henri le Navigateur dans l’histoire de l’Occident », dans Études d’Histoire médiévale, Paris, 1960, p. 1073, cf. Ch. Verlinden, « La colonie italienne de Lisbonne et le développement de l’écono-mie métropolitaine et coloniale portugaise », dans Studi in onore di Armando Sapori, Milan, 1957,1, p. 620 ; cf. G. Pistarino, « Famiglie genovesi in Portogallo », dans Dibattito su grandi famiglie del mondo genovese fra Mediterraneo ed Atlantico, Atti del Convegno Montoggio, 28 ottobre 1995, Gênes, 1997, p. 41.

133 Descobrimentos portugueses, op. cit., p. 221, doc. n° 214 : 8 mai 1409 ; cf. Guiral, « Le sucre à Valence », op. cit., p. 122.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540