Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Entre Orient et Occident

Un exemple de transfert logistique lié à la défense de la Terre sainte : le passage en Orient de Guillaume de Roussillon (1275)

Pierre-Vincent Claverie

Texte intégral

  • 1 P.-V. Claverie, « Un aspect méconnu du pontificat de Grégoire X : les débuts de sa politique orient (...)
  • 2 C. Marshall, « The French Regiment in the Latin East. 1254-1291 ». Journal of Medieval History, 15 (...)
  • 3 P. Roger, La noblesse de France aux croisades, Paris, 1845 (réédition anastatique, Rennes, 1998), p (...)
  • 4 Cet acte rédigé en ancien français ne comporte pas la formule de date finale qui concluait très cer (...)

1La mort de saint Louis devant Tunis en 1270 constitue pour beaucoup d’historiens la dernière étape d’un processus engagé en 1095 au moment du concile de Clermont. Les apports récents de l’historiographie des croisades pondèrent ce jugement hâtif1. L’avènement du pape Grégoire X en 1271, alors qu’il effectuait un pèlerinage en Terre sainte, reste la preuve la plus évidente de la survie de l’esprit de croisade à la fin du xiiie siècle. Les rois de France Philippe le Hardi et Philippe le Bel continuèrent du reste à entretenir des troupes en Orient jusqu’à la chute finale d’Acre en 1291. L’historien anglais Christopher Marshall, qui a étudié il y a peu l’histoire de ces contingents soldés par la couronne de France depuis 1254, paraît ne pas avoir eu connaissance de leur organisation logistique. Une ordonnance royale établie à Paris durant le printemps 1275 comble cependant cette lacune en livrant de précieuses informations sur le passage en Orient du nouveau commandant de ces troupes. Guillaume de Roussillon2. Ce document publié au xixe siècle par l’historien Paul-André Roger vient d’être réédité à Rennes en annexe de son ouvrage sur La noblesse de France aux croisades3 La valeur historique de ce livre est quasi nulle en raison des nombreux faux de la collection Courtois qui encombrent ses pages. Le texte de l’ordonnance établie en faveur de Guillaume de Roussillon provient pour sa part d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France consulté par Claude Ménard puis Du Cange au xviie siècle4. La plupart des mesures décrétées en 1275 afin de venir en aide à la Terre sainte trouvent leur origine dans les campagnes victorieuses réalisées par le sultan d’Égypte Baïbars à partir de 1265. Ses conquêtes réduisirent en effet en moins de six ans les colonies franques de Syrie à une mince frange littorale, qu’entérina la paix décennale de Césarée signée le 22 avril 1272 entre le sultan mamelouk et le roi Hugues III de Chypre.

La situation de la Terre sainte au lendemain du concile de Lyon II

  • 5 La guerre de Saint-Sabas ou la querelle d’Acre des années 1279-1285 restent les exemples les plus é (...)
  • 6 Claverie, op. cit. en n. 1, p. 287-299.
  • 7 Paris, AN, J 303, n° 29 (notification des exécuteurs testamentaires d’Alphonse).

2L’ordonnance de 1275 est le seul document juridique que nous possédions sur l’organisation des troupes françaises stationnées en Orient. Le chef de ce contingent occupait depuis 1254 à la suite de Geoffroy de Sergines la charge de sénéchal du royaume de Jérusalem. Cet office permettait au « capitaine des gens du roi de France » d’exercer une autorité civile au sein du royaume d’Acre, parcouru de nombreuses querelles internes dans la seconde moitié du xiiie siècle5. L’accession du placentin Tebaldo Visconti au trône de Saint-Pierre permit entre 1271 et 1273 de renforcer avec près de 1 300 hommes les troupes confiées au nouveau sénéchal de Jérusalem, Jean de Grailly. Le règlement de ces mercenaires ou soudoyers était en général pris en charge par la papauté ou la royauté lorsque le besoin s’en faisait sentir. Nous avons récemment montré comment ces transferts de capitaux s’effectuaient en soulignant le caractère temporaire des avances consenties par Philippe le Hardi6. Ce dernier bénéficia d’une rentrée d’argent inespérée au mois de juillet 1273 en héritant d’Alphonse de Poitiers 16 000 marcs d’argent voués à la défense de la Terre sainte7.

  • 8 Le chroniqueur arabe Ibn al-Furât nous permet de placer avec certitude en 1274 cet événement surven (...)
  • 9 L. Cadier, Le registre de Jean XXI (1276-1277) (publié en annexe des registres de Grégoire X), Pari (...)

3Un tel système impliquait l’envoi de missions diplomatiques, relayées tous les deux ou trois ans par le transfert en Orient d’un nouveau corps expéditionnaire doté de fonds importants. C’est ainsi que les chevaliers Gilles de Sancy et Pierre d’Amigny avaient débarqué à Acre à la fin de l’année 1273 avec 700 arbalétriers voués à servir sous les ordres du chevalier occitan Olivier de Termes, arrivé sur place quelques mois auparavant. La mort d’Olivier le 12 août 1274 dut entraîner la nomination de Guillaume de Roussillon dans les semaines qui suivirent, les troupes françaises se trouvant privées de chef à la suite de cette disparition soudaine8. Le sénéchal de Jérusalem Jean de Grailly, qui était venu assister au concile de Lyon II à la fin de l’année 1273, n’était en effet pas encore rentré à cette date en Orient9. Le départ de Guillaume de Roussillon pour la Terre sainte fut organisé au début de l’année 1275 par les grands officiers royaux auprès desquels le pape Grégoire X avait dépêché un envoyé spécial en 1273. L’ambassade de Guillaume de Mâcon semble avoir ouvert la voie au cardinal-légat Simon de Brie qui depuis le printemps 1273 séjournait en France afin de récolter des fonds à la suite de l’archevêque Pierre de Corinthe.

  • 10 Les Gestes des Chiprois, éd. G. Raynaud, Genève, 1887, p. 176-177, § 339 ; Chronographia regum Fran (...)
  • 11 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêque (...)

4L’ordonnance de Guillaume de Roussillon s’inscrit dans ce cadre comme le résultat direct des tractations engagées par le cardinal de Sainte-Cécile avec les chambrier et connétable de France en vue du passage en Orient de troupes soldées as deniers de l’Yglise. L’envoi en Orient de plusieurs experts militaires au printemps 1274 favorisa l’aboutissement de ce projet cher à Érard de Vallery et Humbert de Beaujeu, qui connaissaient la Terre sainte pour y avoir combattu entre 1249 et 1254. Érard de Vallery vouait « une fervente dévotion » au pays pour n’avoir pas craint de revenir combattre en 1265 et 1271 aux côtés du comte de Nevers puis du prince Édouard d’Angleterre10. C’est à l’occasion de cette dernière expédition que le chambrier de France paraît avoir sympathisé avec ses futurs partenaires, Tebaldo Visconti et Jean de Grailly. Erard de Vallery et Humbert de Beaujeu durent méditer durant l’automne 1274 sur la personnalité à désigner pour succéder à Olivier de Termes à la tête des troupes françaises d’Acre. Leur choix se porta vraisemblablement au début de l’année 1275 sur le chevalier dauphinois Guillaume de Roussillon, dont la famille apparentée aux comtes de Savoie était alors en pleine ascension. Son frère cadet, Aymar, venait en effet d’être nommé archevêque de Lyon au mois d’avril précédent par le pape, qui reconnaîtrait le 30 septembre suivant son plus jeune frère, Amédée, comme évêque de Valence et de Die11.

La préparation du passage de Guillaume de Roussillon

  • 12 J. Viard, Les grandes chroniques de France, t. VIII, Paris, 1934, p. 53.
  • 13 H. Chevalier, op. cit., t. II, col. 313-914, n° 11372 (sentence du 30 janvier 1275).
  • 14 Et est devisié icy quels gaiges chacun doit avoir.
  • 15 Croistre et admenusier.
  • 16 Claverie, op. cit. en n. 1, p. 298-299 ; L’estoire de Éracles empereur et la conqueste de la terre (...)

5C’est indubitablement à Paris où le trésorier du Temple Jean Ier de Tour gérait les comptes du roi et de l’Église de France que l’ordonnance de 1275 fut établie à la fin du printemps au moment du mariage de Philippe le Hardi avec Marie de Brabant12. Guillaume de Roussillon venait de mettre ses affaires en ordre en récupérant grâce à un recours en justice son château d’Annonay occupé injustement par un damoiseau du nom d’Eustache de La Mastre13. Simon de Brie, Érard de Vallery et Humbert de Beaujeu-Montpensier se réunirent afin de stipuler par écrit les obligations confiées au nouveau « capitaine des gens du roi de France ». Un contingent de 100 cavaliers et de 300 sergents fut attribué à cette occasion à Guillaume de Roussillon. Cette force mobile paraît avoir été assez homogène, les troupes montées comprenant 40 archers, 30 arbalétriers ainsi que 30 sergents à cheval. Une somme d’argent forfaitaire, dont nous ignorons le montant, fut débloquée en vue des dépenses de l’année à venir. L’acte original comportait en effet des développements financiers que notre copie ne détaille pas14. Ces fonds semblent avoir été très importants, dans la mesure où Guillaume de Roussillon reçut l’autorisation d’augmenter ou de réduire outre-mer la solde de ces troupes en fonction de ses besoins réels15. L’origine purement ecclésiastique des sommes confiées à Guillaume de Roussillon ne fait aucun doute au vu d’un arrêté de comptes du 21 octobre 1283 confirmant le témoignage de l’Estoire d’Éracles16. Simon de Brie dut prélever ces fonds dans les 40 994 marcs d’argent collectés depuis 1270 par l’évêque d’Évreux, Philippe de Chaource, puis l’abbé de Saint-Denis, Matthieu de Vendôme. Ces fonds commençaient alors à être renforcés par les premiers versements de la décime instituée par la papauté au concile de Lyon pour une durée de six ans.

6L’organisation financière du passage de Guillaume de Roussillon constitue le cœur des instructions formulées par le conseil de la croisade présidé par le cardinal de Brie. Le troisième article de l’ordonnance mentionne deux enveloppes financières distinctes, remises à Guillaume de Roussillon afin de régler les dépenses de son hôtel et de financer le transfert de ses troupes. Un autre poste concerne l’entretien des mercenaires arrivés en Terre sainte à la fin de l’année 1273. Le bouteiller de France Jean d’Acre semble avoir coordonné cette opération selon le quatrième article de l’ordonnance avec Érard de Vallery et Humbert de Beaujeu. Fils de l’ancien roi de Jérusalem Jean de Brienne, Jean d’Acre était alors en France plus que quiconque attaché à l’idée de croisade. Il avait dans cette optique représenté Philippe le Hardi auprès de la papauté en 1272 avec une détermination qui avait même dépassé l’empressement du souverain pontife !

  • 17 Les formes modernes de politesse rencontrées à l’égard de ces deux chevaliers dans le texte publié (...)
  • 18 Recueil des Historiens des Croisades, Lois, t. II, Paris, 1843, p. 467-468 : Documents arméniens, t (...)
  • 19 Recueil des Historiens des Croisades, Lois, t. II, p. 470 (Le prénom Gilles semble être devenu à la (...)
  • 20 Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 9 778 (Regestrum Philippi Augusti emporté par saint L (...)

7L’ordonnance de 1275 invite Guillaume de Roussillon à diriger les troupes françaises déjà stationnées en Terre sainte avec l’aide de deux seigneurs locaux, Guillaume de Picquigny et Milon de Haïfa (Miles de Cayphas)17. Guillaume de Picquigny, demi-frère de l’ancien châtelain de Jaffa Gérard de Picquigny, était un homme courageux qui s’était illustré en 1270 en maîtrisant l’assassin du seigneur de Tyr, Philippe de Montfort18. Milon ou plutôt Gilles de Haïfa, comme l’appellent Les Lignages d’Outremer ainsi qu’un diplôme de 1269, était aussi un ancien vassal de Philippe de Montfort, passé au service de son fils Jean après sa disparition. Gilles semble avoir été au même titre que Guillaume de Picquigny un Poulain de Terre sainte du fait des origines orientales de son père Geoffroy d’Estrun19. La mort prématurée de ce dernier au moment de la bataille de La Forbie avait conduit son épouse Helvis à se remarier par deux fois. Gilles de Haïfa dut être sensibilisé au service de la monarchie capétienne par son second beau-père, Jean de Valenciennes, qui percevait depuis 1254 une rente annuelle de 40 puis 60 livres parisis en échange de son hommage inconditionnel au roi de France20.

  • 21 J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 299.
  • 22 Cf. sur les différentes graphies de ce nom F. Dcbrabandere, Verklarend Woordenboek van de Familienn (...)
  • 23 J. H. Pryor, « In subsidium Terrae Sanctae: Exports of Foodstuffs and War Materials from the Kingdo (...)
  • 24 J. Delaville Le Roulx. Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre (1100-1310). Paris. 1904, p. 41 (...)
  • 25 R. Filangieri, I registri della cancellaria angioina ricostruiti, t. XI (1273-1277), Naples, 1958, (...)
  • 26 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten », dans Festschrift Percy Ern (...)

8Le cinquième article de l’ordonnance de 1275 traite des dépenses à effectuer en Terre sainte en cas de nécessités. Guillaume de Roussillon est prié de consulter les principales autorités du pays avant d’armer une flotte ou d’engager des mercenaires. On retrouve dans cette liste le maître du Temple, Guillaume de Beaujeu, celui de l’Hôpital, Hugues Revel, auxquels les rédacteurs de l’ordonnance associent le patriarche de Jérusalem, Thomas Agni de Lentini, et le roi de Chypre Hugues III. Cette liste proche de celle édictée en 1272 par Grégoire X à l’occasion du passage en Orient de Thomas de Lentini mentionne le roi de Chypre à la suite de divers personnages qui attestent de l’effritement de son pouvoir21. On trouve parmi ces dignitaires un templier brabançon proche des rois de France, frère Arnoul de Wezemaal22, qui remplissait alors l’office de maître d’hôtel de Philippe le Hardi, ainsi que l’ancien maréchal de l’Hôpital, Guillaume de Courcelles. Arnoul III de Wezemaal, qui devait diriger à la fin du siècle les baillis du Temple de Reims puis de Brie, connaissait bien la situation en Orient pour avoir approvisionné Acre en céréales en 1271 et 1274 à partir du royaume de Sicile23. L’expérience de l’ancien maréchal de l’Hôpital Guillaume de Courcelles se fondait pour sa part sur une présence continue en Terre sainte de plus de 27 ans. Il avait été choisi à ce titre à la fin de l’année 1273 pour représenter son ordre au concile de Lyon II qui devait s’ouvrir le premier mai suivant24. Ce dernier semble avoir gagné la métropole rhodanienne au mois de janvier 1274 en compagnie d’Arnoul de Wezemaal et des chevaliers Jacques Vidal et Enguerrand de Journy, détachés par la couronne hiérosolymitaine25. Les fiançailles de Marie de Brabant avec Philippe le Hardi amenèrent Arnoul de Wezemaal à entrer au service du roi de France dans les mois qui suivirent, en raison de l’attachement de sa famille d’origine ministérielle à la cour brabançonne, où lui-même avait occupé un temps les fonctions de maréchal26.

  • 27 C. d’E.-A., Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du xixe siècle, t. (...)
  • 28 Claverie, « La cristandiat en mayor peril ou la perception de la question d’Orient dans la Catalogn (...)
  • 29 Claverie, op. cit., en n. 1, p. 301.

9La fin de l’ordonnance de 1275 détaille la procédure à suivre en cas de décès prématuré de Guillaume de Roussillon. Le chevalier sarthois Aubert de Baigneux, qui apparaît comme son aide de camp, le remplacera si cette disparition survient sur mer. Ce personnage pourrait être un ancêtre de la famille mancelle de Baigneux de Courcival dont la plus ancienne mention ne dépasse pas l’année 136327. La clause qui prévoit son entrée en fonction pourrait laisser transparaître un état de santé chancelant chez Guillaume de Roussillon, si l’on ne gardait à l’esprit les dangers inhérents à la navigation médiévale en Méditerranée. Les navires d’une même flotte n’arrivaient pas toujours à bon port comme l’atteste encore en 1307 le naufrage d’une ambassade chypriote traversant le Dodécanèse. Seul un sacristain de Famagouste parvint à survivre à cette catastrophe qui compromit temporairement les démarches diplomatiques développées en Europe par le régent Amaury de Tyr28. Le soin apporté par notre ordonnance à nommer un successeur à Guillaume de Roussillon vise probablement à prévenir tout conflit hiérarchique en cas de disparition de son navire amiral Aubert de Baigneux devra attendre d’être confirmé dans sa charge avant de remplir avec l’appui de Guillaume de Picquigny et de Gilles de Haïfa la mission confiée à son prédécesseur. Un mémoire développant certains aspects délicats de cette mission dut être remis concomitamment à Guillaume de Roussillon. Nous savons que la papauté procédait traditionnellement de cette façon à la fin du xiiie siècle en conférant à ces recueils d’instructions plus ou moins développés le titre de libelle ou de remembrance29.

La postérité de l’ordonnance de 1275

  • 30 Estoire d’Éracles, t. II, p. 467 (source ultérieure du Vénitien Marino Sanudo) ; J. Pagezy, Mémoire (...)

10Le passage en Orient de Guillaume de Roussillon fut organisé durant l’été 1275 dans le midi de la France d’où Guillaume devait partir. Ce dernier parvint à enrôler parmi ces troupes montées 40 chevaliers et 60 sergents à cheval, modifiant sensiblement les prescriptions imposées par l’ordonnance réglementaire. Cela n’est guère étonnant à une époque où les archers montés se monnayaient à prix d’or. Quatre compagnies d’arbalétriers à pied comblèrent ce déficit après l’intercession des fils de Guglielmo Boccanegra, qui avait attiré à Aigues-Mortes entre 1265 et 1268 une importante communauté génoise disposée à servir la France. Cet ancien capitaine du peuple condamné à l’exil en 1262 avait du reste passé un contrat écrit avec Philippe le Hardi au mois de mai 1272 afin de ceindre Aigues-Mortes de remparts, moyennant l’abandon par le roi de la moitié de ses droits sur cette ville au terme d’une campagne de travaux de dix ans30.

  • 31 Ces derniers s’étaient empressés d’annoncer la nouvelle au roi le 6 janvier 1275 dans l’espoir de s (...)
  • 32 Dom Pacotte, Annales d’Aigues-Mortes, Montpellier, 1878, p. 44 ; C. Gaier, « Quand l’arbalète était (...)

11Il serait bien illusoire, quoi qu’il en soit, de vouloir opposer les chiffres rapportés par l’Estoire d’Éracles aux prescriptions de l’ordonnance qui demeurent floues d’un point de vue statutaire. Son quatrième article prête par exemple le titre de sergents aux sept compagnies d’arbalétriers transférés en Orient à la fin de l’année 1273. Il paraît plus pertinent de voir dans ce texte une sorte de loi-cadre, modifiée au cours de l’été 1275 en fonction des effectifs recrutés avec l’aide de Niccolò, Rainerio et Ottobono Boccanegra, qui avaient succédé à leur père à la fin de l’année 127431. Le châtelain d’Aigues-Mortes, Jean de Brie, dut superviser comme en 1273 l’enrôlement de ces compagnies d’arbalétriers génois à vocation défensive dont la compétence presque triséculaire (puisque nées vers 1012) n’était plus à démontrer32.

  • 33 Pagezy, op. cit., p. 354-355, n° XXVIII (sur l’exemption des pèlerins gagnant la Terre sainte pro d (...)

12Le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes, Jean Garel, veilla à l’exonération de ces combattants de la Croix protégés institutionnellement par la monarchie. Les troupes placées sous le commandement de Guillaume de Roussillon appareillèrent, dans ces conditions, à la fin du mois de septembre pour parvenir à Acre après trois à quatre semaines de navigation33.

  • 34 Cet ecclésiastique manifestement présent au concile de Lyon II arrête en effet sa narration peu apr (...)
  • 35 M. A. rens, De oorkonden der abdij Tongerloo, t. I, Tongerloo, 1948, n° 223, p. 297-299 ; Paris, AN (...)
  • 36 Annales de Terre sainte, dans Archives de lOrient latin, t. II B, Paris, 1884, p. 457, col. A (Gui (...)
  • 37 Sa nomination officielle eut lieu d’après les registres angevins de Naples le 14 octobre 1282 (cf. (...)

13Le chevalier dauphinois mourut deux ans plus tard sans avoir eu l’occasion de briller beaucoup en Orient comme le signalent les dernières pages de l’Estoire d’Éracles, probablement rédigées par son chapelain34. Frère Arnoul de Wezemaal était à cette date déjà rentré en Europe, où il régla une partie de ses dettes envers l’abbaye de Tongerloo le premier novembre 1275 avant de confirmer un an plus tard les deux traités de Vitoria signés par Philippe le Hardi et Alphonse X de Castille afin d’aplanir la succession de Ferdinand de La Cerda35. L’ordonnance édictée par Simon de Brie nous permet de résoudre une ultime contradiction entre deux sources divergentes qui prêtent à Guillaume de Roussillon comme successeur Guillaume de Picquigny ou Gilles de Haïfa36. Il semble en réalité qu’une direction collégiale conduite par Aubert de Baigneux ait assuré l’intérim en attendant l’arrivée du nouveau sénéchal de Jérusalem Eudes Poilechien en 128237.

Annexes

Document annexe

[1275 Avant le 31 octobre - Paris]38

Simon [de Brie], Érard de Vallery et [Humbert de Beaujeu], connétable de France, confient à Guillaume de Roussillon un contingent de 100 cavaliers et de 300 sergents à pied, destinés à défendre la Terre sainte en vertu de certaines directives.

A. Original perdu.

B. Copie de la Renaissance figurant dans un « registre » de la Bibliothèque royale consulté par Claude Ménard puis Du Cange.

a. Claude Ménard, Histoire de S. Loys, IX du nom, roy de France, par messire Jean sire de Jonville, séneschal de Champagne, Paris, chez Sébastien Cramoisy, 1617, p. 314-315, d’après B.

b. Charles du Fresne, Sieur Du Cange, Histoire de S. Louys, IX du nom, roy de France, écrite par Jean, sire de Joinville, sénéchal de Champagne, Paris, chez Sébastien Mabre-Cramoisy, 1668, p. 381, d’après B. et a.

c. Paul Roger, La noblesse de France aux croisades, Paris, Derache et Dumoulins Libraires, 1845 (réédition anastatique, Rennes, La Découvrance, 1998), p. 158-159, d’après b. (version modernisée).

C’est l’ordonnance que ly legaz Symons, messire Erard de Valery et ly connestables de France ont faite de gens que ly roiz et ly legats envoyent outremer, dont messire Guillaume de Roussil[l]on est cheveteine. Premierement, l’on baille audict Guillaume C. hommes a cheval, c’est a sçavoir XL. archers, XXX arbalestriers et XXX sergens a cheval. Item, l’on luy baille trois cens sergens a pied. Et pour tous sa gens mener et conduire, l’en baille audit [Guillaume de Roussillon...]39 certaine somme d’argent pour tout un an. Et est devisié icy quels gaiges chacun doit avoir. Et quand ly dit Guillaume vendra en la terre d’outremer, il pourra les gages ausdits gens croistre et admenusier selon ce que mestier sera, et qu’il verra qu’il sera a faire. Item, l’en luy baille deniers pour les despens de son hostel et pour son passage et de tous les autres dessus dits ; et de ce il en doit ordonner selon sa leauté, selon ce qu’il verra a faire. Item, de ces deniers que l’on ly baille, il doit aider et soustenir les sergens que ly sire de Valery, ly boutilliers de France et ly connestable ly envoyerent, et ly legats dessusdits, de ceux qu’il verra qui feront a retour. Et l’aide et la souslevance qu’il fera, il leur doit faire par le conseil M. Guillaume de Piquegny et M. Mille de Cayphas. Item, s’ainsi estoit que par le Soudan ou autre grand necessité, il feust mestiers qu’il feist autres grandes mises et despens, ou en galies ou en sodoers retenir ou autrement, il le doit faire par le conseil ly maistre le Temple, de frere Arnoul [de] Wisemale, et le maistre de l’Hospital, et frere Guillaus de Corcelles, et par le conseil au patriarche, et par le conseil au roy de Cypre, se il estoit present, et aux deux devantdits chevaliers. Item, ils ont ordonné que si ledit Guillaume de Roussillon mouroit, dont Dieux le deffende, et il mourust sur la mer, messire Aubert de Baignex demourera en son lieu jusques a tant qu’il soit ordonné. Et quand il sera, ledit Aubert et messire Guillaume [de] Piquegny et messire Mille de Cayphas tendront lesdits gens et feront ou leu dudit Guillaume de Roussillon jusques a tant qu’ils ayent fait sçavoir au roy et au legat, et qu’ils en ayent remendé leur voulonté. Et s’aisin estoit qu’il mourust outremer, ledit Aubert et ly deux chevaliers tendront lesdits gens comme dit est par dessus.

Notes

1 P.-V. Claverie, « Un aspect méconnu du pontificat de Grégoire X : les débuts de sa politique orientale (1271-1273) », Byzantion, 68 (1998), p. 281-310 ; N. Housley, The Later Crusades. From Lyons to Alcazar (1274-1580), Oxford, 1992 (notamment).

2 C. Marshall, « The French Regiment in the Latin East. 1254-1291 ». Journal of Medieval History, 15 (1989), p. 301-307; Id., Warfare in the Latin East, 1192-1291, Cambridge, New York, Port Chester. Melbourne et Sydney, 1994 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought: 4th Serie, 17), p. 77-83.

3 P. Roger, La noblesse de France aux croisades, Paris, 1845 (réédition anastatique, Rennes, 1998), p. 158-159.

4 Cet acte rédigé en ancien français ne comporte pas la formule de date finale qui concluait très certainement les six articles de l’ordonnance originale, aujourd’hui perdue. Nous avons été incapable de retrouver à la Bibliothèque Nationale la trace de ce texte inconnu des légistes de l’Ancien Régime (cf. infra Document annexe).

5 La guerre de Saint-Sabas ou la querelle d’Acre des années 1279-1285 restent les exemples les plus éclatants de cette agonie politique (cf. P.-V. Claverie, « L’ordre du Temple au cœur d’une crise politique majeure : la Querela Cypri des années 1279-1285 », Le Moyen Âge, 104 (1998), p. 495-511).

6 Claverie, op. cit. en n. 1, p. 287-299.

7 Paris, AN, J 303, n° 29 (notification des exécuteurs testamentaires d’Alphonse).

8 Le chroniqueur arabe Ibn al-Furât nous permet de placer avec certitude en 1274 cet événement survenu selon Marino Sanudo le 12 août 1275 (cf. Marino Sanudo, Liber secretorum fidelium super Terrae sanctae recuperatione et conservatione, dans J. Bongars, Gesta Dei per Francos 1095-1420, t. II, Hanovre, 1611 (reproduction anastatique de J. Prawer, Toronto-Buffalo et Jérusalem, 1972), chap. XII, p. 226 ; U. et M. C. Lyons, Ayyubids, Mamlukes and Crusaders, t. II, Cambridge, 1971, p. 160, § 204). Le grand maître de l’Hôpital Hugues Revel ne signale pas de plus cette mort dans un bilan de l’année en cours adressé le 30 septembre 1275 au roi Édouard Ier d’Angleterre (cf. Bibliothèque de l’École des Chartes, 52 (1891), p. 53-55, n° 1).

9 L. Cadier, Le registre de Jean XXI (1276-1277) (publié en annexe des registres de Grégoire X), Paris, 1898 (BEFAR, série 2), p. 3, n° 4.

10 Les Gestes des Chiprois, éd. G. Raynaud, Genève, 1887, p. 176-177, § 339 ; Chronographia regum Francorum, éd. H. Moranvillé, Paris, 1891, t. I, p. 3 ; Claverie, op. cit. en n. 1, p. 308.

11 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du xiie siècle au milieu du xive siècle, Rome, 1994 (BEFAR, 282), p. 374-375 ; U. Chevalier, Regeste dauphinois, t. II, Valence, 1913, col. 927-928, n° 11 461. Les sièges de Valence et de Die furent unifiés cinq jours avant cette confirmation.

12 J. Viard, Les grandes chroniques de France, t. VIII, Paris, 1934, p. 53.

13 H. Chevalier, op. cit., t. II, col. 313-914, n° 11372 (sentence du 30 janvier 1275).

14 Et est devisié icy quels gaiges chacun doit avoir.

15 Croistre et admenusier.

16 Claverie, op. cit. en n. 1, p. 298-299 ; L’estoire de Éracles empereur et la conqueste de la terre d’Outremer, dans Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux, t. ii, Paris, 1859, p. 467 (désormais appelée Estoire d’Éracles).

17 Les formes modernes de politesse rencontrées à l’égard de ces deux chevaliers dans le texte publié par Ménard puis ses successeurs ne doivent pas remettre en question son authenticité. L’éditeur a tout simplement suivi la leçon d’un manuscrit tardif où l’abréviation M. utilisée au Moyen Âge à la place de messire ou monseigneur a été restituée de façon erronée.

18 Recueil des Historiens des Croisades, Lois, t. II, Paris, 1843, p. 467-468 : Documents arméniens, t. II, Paris, 1906, p. 776, § 374.

19 Recueil des Historiens des Croisades, Lois, t. II, p. 470 (Le prénom Gilles semble être devenu à la suite de notre personnage emblématique de la famille de Cayphas) ; R. Röhricht. Regesta regni Hierosolymitani, Innsbruck, 1893, p. 356-357, n° 1366; J. L. La Monte, « Chronology of the Orient latin », Bulletin of the International Comitee of Historical Sciences, 12 (1943), p. 159.

20 Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 9 778 (Regestrum Philippi Augusti emporté par saint Louis en Orient), fol. 191v, col. b (rente instituée par saint Louis en avril 1254 à Acre) ; R. Fawtier, Registres du Trésor des Chartes, t. I, Paris, 1958, p. 371, n° 1848 (mention d’un accord financier conclu entre Jean de Valenciennes et Louis IX en janvier 1267).

21 J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 299.

22 Cf. sur les différentes graphies de ce nom F. Dcbrabandere, Verklarend Woordenboek van de Familiennamen in België en Noord-Frankrijk, t. II, Bruxelles, 1993, p. 1502

23 J. H. Pryor, « In subsidium Terrae Sanctae: Exports of Foodstuffs and War Materials from the Kingdom of Sicily to the Kingdom of Jerusalem, 1265-1284 », Asian and African Studies, 22 (1988), p. 132. L’auteur prête à Arnoul de Wezemaal à la suite des registres angevins de Sicile (fort corrompus) le patronyme de Ursemali.

24 J. Delaville Le Roulx. Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre (1100-1310). Paris. 1904, p. 410-411 ; Estoire d’Éracles, t. II, p. 464 ; E. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, réédition de G. Mollat, t. III. Paris, 1921, p. 150. Le concile débuta en fait avec six jours de retard.

25 R. Filangieri, I registri della cancellaria angioina ricostruiti, t. XI (1273-1277), Naples, 1958, p. 136, n° 224 (sauf-conduit du 16 janvier 1274).

26 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten », dans Festschrift Percy Ernst Schramm, éd. P. Classen et P. Scheibert t. I, Wiesbaden, 1964, p. 307.

27 C. d’E.-A., Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du xixe siècle, t. II, Évreux, 1904, p. 205-206. Les ruines du château de Baigneux (arr. Le Mans, cant. Ballon) sont encore visibles de nos jours à proximité du village de Courceboeuf (cf. C.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, 1979, p. 377).

28 Claverie, « La cristandiat en mayor peril ou la perception de la question d’Orient dans la Catalogne de la fin du xiiie siècle », dans Les templiers en Pays catalan, Perpignan, 1998 (« Història ». IX), p. 119-120.

29 Claverie, op. cit., en n. 1, p. 301.

30 Estoire d’Éracles, t. II, p. 467 (source ultérieure du Vénitien Marino Sanudo) ; J. Pagezy, Mémoires sur le port d’Aiguesmortes, Paris, 1879, p. 263-265, n° XI, p. 351-358, n° XXVIII (cf. sur toutes ces questions G. Jehel, Aigues-Mortes : un port pour un roi : les Capétiens et la Méditerranée, Roanne-Le Coteau, 1985, p. 137-149).

31 Ces derniers s’étaient empressés d’annoncer la nouvelle au roi le 6 janvier 1275 dans l’espoir de se dégager des obligations contractées par leur père moyennant 5 000 livres tournois de dédommagement (cf. Pagezy, op. cit., p. 358-365, n° XXIX - vidimus du 3 mars 1275 du sénéchal Jean Garel -, p. 365-368, n° XXX-XXXI - quittances des fils et de la veuve de Guglielmo Boccanegra en date des 26 mars et premier avril 1275 pour un montant de 4 500 puis 4 734 livres tournois).

32 Dom Pacotte, Annales d’Aigues-Mortes, Montpellier, 1878, p. 44 ; C. Gaier, « Quand l’arbalète était une nouveauté. Réflexions sur son rôle militaire du xe au xiiie siècle », Le Moyen Âge, 99 (1993), p. 201-229 (réédition dans Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, 1995 (Bibliothèque du Moyen Âge), V, p. 159-182).

33 Pagezy, op. cit., p. 354-355, n° XXVIII (sur l’exemption des pèlerins gagnant la Terre sainte pro deffensione (sic) fidei christiane) ; Marino Sanudo, op. cit. en n. 8, t. II, p. 226.

34 Cet ecclésiastique manifestement présent au concile de Lyon II arrête en effet sa narration peu après la mort de son maître en 1277 (cf. Estoire d’Éracles, t. II, p. 478, 481).

35 M. A. rens, De oorkonden der abdij Tongerloo, t. I, Tongerloo, 1948, n° 223, p. 297-299 ; Paris, AN, J 599, n° 12 et 14 (traités du 7/11/1276); M. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, t. III, Paris, 1868, p. 243, n° 9875 (sceau d’« Arnaud de Visemale »). Arnoul de Wezemaal mourut une quinzaine d’années plus tard, le 14 août 1291 (cf. Langlois, op. cit., p. 45, not. 2 ; Bulst-Thiele, op. cit., p. 307-308).

36 Annales de Terre sainte, dans Archives de lOrient latin, t. II B, Paris, 1884, p. 457, col. A (Guillaume de Piquegny) ; Estoire d’Éracles, t. II, p. 478 (Mile de Cayphas).

37 Sa nomination officielle eut lieu d’après les registres angevins de Naples le 14 octobre 1282 (cf. Filangieri, op. cit., t. XXVI (1282-1283), Naples, 1979, p. 62, n° 76).

38 Ce document dépourvu de date est ipso facto antérieur à l’arrivée de Guillaume de Roussillon en Orient, que les sources placent à la fin du mois d’octobre 1275. Notre édition reprend le texte de a. publié par Ménard à partir d’une copie non identifiée de la Renaissance. Cette édition n’aurait pu aboutir sans les conseils avisés de Mme Labory de l’IRHT, à qui va toute notre gratitude.

39 Mots non lus par l’éditeur.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540