Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Entre Orient et Occident

Une migration au temps des croisades : les voyages de pèlerinage

Pierre Racine

Texte intégral

  • 1 J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 13. Le succès de la première croisade do (...)
  • 2 P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête (...)
  • 3 Le passage d’Eusèbe de Césarée (3,24) ne parle que de la découverte de la tombe, sans faire allusio (...)
  • 4 C’est l’élément-clé du pèlerinage mis en avant par P. Maraval, « Aspects spirituels du pèlerinage d (...)
  • 5 Le terme ne fait son apparition qu’après la première croisade selon M. Villey, La Croisade. Essai s (...)
  • 6 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris, 1996, p. 39.
  • 7 A. Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 1987, p. 44.
  • 8 La confusion entre les deux Jérusalem est née très tôt dans l’esprit des chrétiens. Sur cette confu (...)

1Évoquant le royaume latin de Jérusalem, Jean Richard note l’importance qu’y a pris, dès son origine, le mouvement des pèlerins1. Les Lieux saints n’ont pas manqué d’attirer les chrétiens dès la fin de l’Empire romain2. Lorsque Jérusalem devient la Ville sainte du christianisme, après la découverte de la grotte du Saint-Sépulcre, de la colline du Calvaire et l’invention de la Sainte Croix par la mère de Constantin, un culte naît sur les lieux mêmes où s’est manifesté le Rédempteur3. Voir et toucher les objets sacrés attire les pèlerins en mal de pénitence et à la recherche de leur purification4 ; peu à peu, autour des Lieux saints de Jérusalem, ceux-là mêmes où le Christ a vécu, ou liés à des épisodes marquants de l’Ancien Testament appellent les chrétiens à mieux connaître la Terre sainte, le pèlerin est désigné par le terme de peregrinus5. Or le croisé, à la fin du xie siècle, à l’appel d’Urbain II, en vient lui aussi à accomplir l’iter Hierosolymitanum et dès lors devient à son tour un peregrinus6. La Croisade peut être assurément vue sous la forme d’un pèlerinage armé, mettant en mouvement une foule importante d’hommes d’armes attachés à la libération des Lieux saints occupés par les « infidèles ». Sont-ils de véritables pèlerins ? Le profil de l’acte pèlerin réside essentiellement dans la tension vers un au-delà, qu’il soit sacral, élévation vers la transcendance ou les deux ensemble. « Le phénomène pris dans sa totalité, sans en exclure quelque signe que ce soit, et à cette condition seulement, atteint de soi à ces confins mystérieux mais réels où immanence et transcendance communiquent ». A. Dupront situe parfaitement dans ces quelques lignes ce qu’il faut entendre par pèlerinage7. Le croisé ne saurait être assimilé au pèlerin, en marche vers la Jérusalem terrestre, préfiguration de la Jérusalem céleste8. Armé, tendu vers la reconquête par la force des Lieux saints, il ne saurait répondre à la définition de qui s’y rend dans l’état d’esprit de détachement du monde. Il est d’ailleurs significatif que pour la première croisade le terme peregrinus ne soit guère présent dans les récits des chroniques. Le pèlerinage est distinct de la croisade, même s’il y a parfois matière à confusion.

  • 9 En ce sens, le croisé ne peut être assimilé au peregrinus, comme l’a bien fait remarquer E. R. Laba (...)
  • 10 P. A. Sigal, Les marcheurs de Dieu. Pèlerinages et pèlerins au Moyen Âge, Paris, 1974 (U Prisme).
  • 11 F. Garrison, « A propos des pèlerins et de leur condition juridique », dans Mélanges dédiés à G. Le (...)
  • 12 Garrison, « À propos des pèlerins... », op. cit., p. 1170-71.
  • 13 La représentation du pèlerin sur la colonne qui lui est dédiée dans la cathédrale de Plaisance en d (...)

2Peregrinus, dérivé de peragere, désigne à l’origine un individu nomade, vagabond, étranger à l’ordre social, puis détaché d’une société qu’il a quittée pour réaliser l’exercice ascétique et spirituel qu’était la visite pieuse d’un lieu saint9. Marcheur de Dieu, il se rend au sépulcre du Christ, comme d’ailleurs en d’autres lieux saints de la chrétienté10. S’il quitte assurément le monde où il vivait pour se lancer dans sa pérégrination, il n’en est pas moins objet d’une certaine protection juridique11. Un cérémonial accompagne son départ. Un prêtre bénit les insignes et les remet distinctement au voyageur, la bourse en premier lieu, le bâton ensuite. Que ce rituel, dont la description ne remonte pas avant la première moitié du xie siècle, se soit surtout diffusé avec les croisades, peut certes prêter à confusion quant à sa généralisation12. Au temps des croisades, il n’en est pas moins devenu courant. Le bâton, la besace et parmi d’autres attributs la barbe et la chevelure qu’il faut laisser croître, distinguent un tel voyageur, que tente de protéger la législation canonique13.

  • 14 Exemples fournis pour les notaires génois par E. H. Byrne, Genoese shipping in the twelth and thirt (...)
  • 15 Ibn Djubayr, Voyages, trad. M. Gaudefroy Demombynes, 4 vol., Paris, 1952-1967.
  • 16 Voir le texte de Benjamin de Tudèle présenté et traduit par J. Shatzmiller dans Croisades et pèleri (...)

3Les sources à partir desquelles il est possible de reconstituer ce mouvement de migration sont de deux ordres. D’une part, les pèlerins qui se rendent en Terre sainte par mer passent des contrats dans les ports italiens ou provençaux où ils embarquent : Gênes, Venise, Pise, Marseille. Ces contrats se confondent parfois avec ceux des croisés, par exemple pour les croisades de saint Louis, ou avec ceux des marchands14. Les pèlerins voyagent ainsi en compagnie d’hommes de guerre ou de négociants. Y a-t-il eu des navires exclusivement affrétés pour le transport des pèlerins ? Si l’on veut bien constater qu’un musulman comme Ibn Djubayr15 ou un juif comme Benjamin de Tudèle16 ont emprunté des navires génois, il n’est cependant pas certain que des navires n’ont transporté que des pèlerins. À partir de ces contrats, il est permis de reconstituer, vaille que vaille, les conditions de voyage sur le plan matériel (prix, destination, confort).

  • 17 Les récits de pèlerinages ont été rassemblés en éditions récentes, qui peuvent remplacer celles de (...)
  • 18 J. Richard, Les récits de voyage et de pèlerinages, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen (...)
  • 19 A. Graboïs a notamment souligné cet aspect : « Les pèlerins occidentaux en Terre sainte au Moyen Âg (...)
  • 20 Voir le texte de Saewulf et celui de Jean de Wurzbourg dans l’édition de R. B. C. Huygens et J. H. (...)
  • 21 Le recueil de P. Sabino de Sandoli est plus riche de récits pour la période 1250-1300 que pour la p (...)
  • 22 Cette remarque de A. Graboïs (cf. n. 19) est encore plus vraie pour les récits du xiiie siècle.

4La source fondamentale n’en reste pas moins, quant aux conditions spirituelles, les récits de ceux qui ont accompli le pèlerinage17 ; il s’agit d’ailleurs là d’un genre littéraire bien défini, qui débute au ive siècle18. Les relations de pèlerinage répondent ainsi à des règles relativement précises : elles sont prioritairement concentrées sur la visite de la basilique du Saint-Sépulcre. Elles se présentent sous la forme de guides, les voyageurs rappelant les lieux à visiter, avec les légendes qu’ils ont recueillies de la bouche de ceux qui les ont accompagnés pour les diriger dans leur itinéraire en Terre sainte. Il n’est dès lors pas étonnant que ces narrations repassent d’un texte à l’autre, les notations personnelles étant relativement rares19. S’il est vrai que le mouvement des pèlerinages s’est accru après le succès de la première croisade, il faut alors déplorer le petit nombre de textes qui nous est parvenu pour la période du xiie siècle, où se détachent particulièrement les récits de l’Anglo-Saxon Saewulf et de l’Allemand Jean de Wurzbourg20. La réoccupation de Jérusalem par les musulmans en 1187 a pu ralentir les voyages de pèlerinage, étant donné les difficultés nouvelles pour gagner les Lieux saints, mais la deuxième moitié du xiiie siècle n’en est pas moins relativement riche en récits de voyage21. Deux observations doivent être pourtant avancées pour exploiter ce matériel documentaire : d’une part, les récits proviennent en priorité de gens d’Église, évêques, chanoines, moines, tous gens attachés à retrouver les lieux où a vécu le Seigneur, comme à mentionner ceux liés à des épisodes célèbres de l’Ancien Testament, dans la mesure où ils annoncent la vie et la passion du Christ. D’autre part, ce sont des stéréotypes, passant trop souvent de l’un à l’autre sans originalité22. Ils n’en sont pas moins un témoignage indispensable pour reconstituer les mentalités religieuses d’alors, mais il faut rappeler qu’ils traduisent surtout le sentiment de clercs.

  • 23 R. Glaber, Les cinq livres de ses histoires (900-1044), éd. M. Prou, Paris, 1897, p. 106: Ex univer (...)
  • 24 Acta Sanctorum, Iter Richardi Hierosolymitani, Anvers, 1638, p. 988-991. Sur Richard de Saint-Vanne (...)
  • 25 R. Glaber, Les cinq livres..., op. cit.. p. 106.

5Le succès de la première croisade, avec la reconquête des Lieux saints et la constitution du royaume latin de Jérusalem, a certes pu encourager les pèlerinages. Mais le mouvement était déjà fort intense. Raoul Glaber évoque ainsi pour les années 1030-1040 le flot de ceux qui se rendent à Jérusalem : « De l’univers entier, une foule tellement innombrable se mit à affluer au sépulcre du Sauveur à Jérusalem, que jamais auparavant nul n’en eût pu imaginer une semblable. Et ce furent d’abord des gens du bas peuple, ensuite des hommes de moyenne condition, ensuite encore tous les plus grands, rois, comtes, marquis et évêques et enfin, ce qui ne s’était jamais produit, de nombreuses femmes, depuis les plus nobles jusqu’aux plus pauvres23 ». Il faut certes faire la part de l’emphase propre au texte du moine clunisien, mais à l’appui de son récit viennent divers exemples, comme celui de l’abbé Richard de Saint-Vanne qui emmène avec lui sept cents personnes en 1026, bien qu’il se dise las du monde et désirant vivre dans la contemplation24. Raoul Glaber mentionne lui-même le départ du duc de Normandie Robert le Magnifique en 1035, accompagné d’une masse de gens25.

  • 26 F Micheau, « Les itinéraires maritimes et continentaux des pèlerinages vers Jérusalem », dans Occid (...)
  • 27 G. Györffy, Istvan kryàly es müwe (Le roi Étienne et son temps), Budapest, 1977. Sur l’importance d (...)
  • 28 R. Glaber, Les cinq livres..., op. cit., livre III, 1.
  • 29 Hugues de Flavigny, Chronicon, M. G. H., SS, t. VIII, p. 393.
  • 30 Voir Micheau, « Les itinéraires... », op. cit., p. 88 n. 80, p. 103.
  • 31 Adhémar de Chabannes, Chronique, éd. Chavanon, Paris, 1897, p. 178 : Tunc per triennium interclusa (...)

6Les voyageurs qui se rendaient en Terre sainte au xe siècle utilisaient la voie maritime, leur point de départ étant les ports de l’Italie méridionale, Bari, Tarente, Brindisi26, et voyageaient sur des navires musulmans à l’occasion. Or, aux environs de l’an mille se produit un événement capital : la conversion au christianisme du roi de Hongrie, Étienne, qui ouvre aux chrétiens occidentaux la route du Danube pour gagner Constantinople et l’Asie Mineure, avant de se rendre à Jérusalem27. Raoul Glaber, là encore, a été un bon observateur, qui note que de l’Italie ou de la Gaule les pèlerins préfèrent affronter la voie terrestre plutôt que la mer28. Le premier exemple bien connu est celui de Richard de Saint-Vanne, avec ses sept cents compagnons, dont Hugues de Flavigny signale l’expédition29. En combinant sa chronique avec celle d’Adhémar de Chabannes, il est possible de reconstituer son itinéraire, de Verdun par la Bavière, la Hongrie, la Bulgarie et Constantinople, puis Antioche et Jérusalem30. Raoul Glaber avait parfaitement saisi l’importance du changement survenu. La conversion des Hongrois au christianisme s’est alors combinée à d’autres éléments ; le voyage par terre était beaucoup plus lent et sans doute aussi dangereux que celui par mer. Deux éléments semblent cependant avoir contribué à porter les pèlerins à se détourner des anciens itinéraires : les persécutions du calife al Hâkim ont sérieusement nui aux relations maritimes entre les villes italiennes et le Proche-Orient, tandis que les invasions normandes en Italie méridionale détournaient les voyageurs de la région, ce qu’a bien su observer Adhémar de Chabannes31. Dès lors, la route danubienne devenait l’itinéraire préféré de ceux qui voulaient aller prier à Jérusalem, et allait fixer, en grande partie, la route des croisés jusqu’à la fin du xiie siècle.

  • 32 Cf. n. 29.
  • 33 Micheau, « Les itinéraires... », op. cit., p. 86-87 et n. 60-63, p. 100-101.

7Le pèlerinage de l’abbé de Saint-Vanne fait apparaître un autre caractère propre aux pèlerinages du xie siècle, qui ne manque pas de se retrouver d’ailleurs au lendemain des croisades : le voyage collectif sous la protection de gens de guerre. Aux côtés de l’abbé, Hugues de Flavigny note la présence du comte d’Angoulême Guillaume II Taillefer, d’Eudes de Bourges sire de Déols, qui sont des laïcs membres de l’aristocratie guerrière, accompagnés de vassaux32. Il est vrai que les dangers auxquels sont exposés les pèlerins, surtout du fait du brigandage, mais aussi de l’insécurité qui règne en terre musulmane, justifient un tel encadrement et les pèlerinages de Foulque Nerra en ont apporté bien des preuves33. Mais voyager en groupe modifiait le caractère même du pèlerinage, jusqu’alors acte individuel. Par ailleurs, le voyage en groupe ne facilitait pas les relations avec les populations au milieu desquelles passaient et séjournaient ces voyageurs.

  • 34 S. Runciman, « Charlemagne and Palestine », English Historical Review, 50 (1935), p. 609-620. A. Gr (...)
  • 35 J. C. Riley-Smith, The Knights of Saint John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1300, Londres, 1966. (...)

8Une infrastructure s’est d’ailleurs mise en place pour accueillir les pèlerins en Terre sainte, bien avant la première croisade. Des fondations latines, qui pourraient remonter à Charlemagne, offraient ainsi le gîte et le couvert, sans compter les guides pour le séjour en Terre sainte34. Les conditions difficiles, liées à la persécution d’al Hâkim, ont été à la base de la fondation d’établissements hospitaliers, dont le plus connu est l’Hôpital, fondé en 1055 par des marchands d’Amalfi sous le vocable de Saint-Jean, origine de l’ordre fameux des Hospitaliers35. Il avait pour vocation fondamentale l’hébergement, l’aide et la protection des pèlerins. Les structures hospitalières apportaient aux pèlerins la logistique qui les mettait certes à l’écart des autorités et des populations locales mais leur donnait l’impression de pouvoir accomplir leur acte de pénitence sans avoir à redouter d’être victimes de mesures coercitives. L’arrivée de groupes importants appelait désormais la multiplication de ces établissements hospitaliers. Encore faut-il souligner l’isolement qui en résultait pour le pèlerin quant à la connaissance des conditions humaines locales, mais qui lui permettait de conserver à son voyage le caractère ascétique requis.

  • 36 Saewulf part de Monopoli (en Pouille) le 13 juillet 1102, pour se rendre d’abord à Brindisi puis ga (...)
  • 37 Albert d’Aix dans Recueil des Historiens des Croisades. Historiens occidentaux, t. IV, p. 596. Sur (...)
  • 38 J. Richard, « Le transport outremer des croisés et des pèlerins », dans Maritime aspects of migrati (...)
  • 39 L’expédition de Sigurd est rappelée par P. Riant, Expéditions et pèlerinages des Scandinaves en Ter (...)

9Le succès de la première croisade, la fondation du royaume de Jérusalem ont-ils contribué à modifier les conditions des pèlerinages, telles qu’elles se sont mises en place au xie siècle ? Le premier récit qui nous soit parvenu au lendemain de l’établissement des croisés à Jérusalem est celui de l’Anglo-Saxon Saewulf, qui s’est rendu en Terre sainte par mer36. De son voyage, il a laissé une description pittoresque, où ne manquent pas les incidents. Après avoir embarqué à Monopoli, il aborde la Terre sainte à Jaffa et se rend aux Lieux saints. Il est témoin de la tempête qui entraîne la perte de 300 navires de pèlerins et de mille noyés à l’équinoxe de l’automne 1102. Au cours de cet été 1102, selon le récit d’Albert d’Aix, deux cents bateaux auraient amené des pèlerins à Jaffa et ce sont eux qui auraient été victimes notamment de la tempête lors du voyage de retour. Le même Saewulf échappe par ailleurs à la poursuite de navires musulmans. Saewulf naviguait sur un navire chrétien, venu d’Italie. La tempête et les pirateries musulmanes étaient alors les dangers les plus importants que devaient affronter les navires chrétiens en route, ou de retour de Terre sainte. En 1109, Albert d’Aix signale le combat entre une escadre égyptienne et des navires qui, venus d’Anvers et de Flandre, transportaient des pèlerins37. En 1113 ce sont treize buzes qui, avec sept mille pèlerins, se font surprendre par la tempête aux environs de Chypre38. Or de Saewulf aux navires flamands, il s’agit de pèlerins venus des pays du nord, et en 1107-1110 c’est une flotte norvégienne qui transporte le roi Sigurd et son contingent armé39. Il ne s’agit pas ici du départ des villes maritimes italiennes, par lesquelles les hommes d’affaires et les marins approvisionnaient les Francs de Terre sainte.

  • 40 Nous n’avons trouvé à ce jour aucun contrat concernant le transport de pèlerins seuls. Un statut vé (...)
  • 41 Recueil des Historiens des Croisades. Historiens orientaux, t. 1, p. 653.
  • 42 Les contrats génois et marseillais en font foi.
  • 43 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris, 1949, livre IV.
  • 44 Contrat analysé par B. Kedar, « The passenger list of a Crusader ship, 1250, towards the History of (...)
  • 45 G. Jehel, Aigues-Mortes. Un port pour un roi. Les Capétiens et la mer, Roanne, 1985.

10C’est pourtant de Gênes, Venise, Marseille ou Aigues-Mortes que pèlerins et croisés partent au xiiie siècle ; les statuts et contrats de nolis apportent des informations importantes sur le passage des pèlerins en Terre sainte. Y eut-il des navires spécialisés en ce transport ? Aucun texte ne permet de l’affirmer, même si Jean Richard estime qu’il y en eut certainement40. Toujours est-il que les contrats de location de navires concernent autant des marchands que des pèlerins. Faut-il accorder foi au naufrage d’un navire, une nef des Pouilles aux environs de Damiette, avec mille six cent soixante-seize pèlerins, chiffre considérable, qui seraient tombés aux mains des musulmans, tandis que d’autres se seraient noyés41 ? Il semble cependant, mais au xiiie siècle, que des navires transportant un millier de passagers deviennent monnaie courante42. Les statuts marseillais prévoient de réserver le monopole du transport des pèlerins aux seuls patrons de navires locaux, mais les Templiers et les Hospitaliers ont le droit de charger dans le port quatre navires capables de transporter au maximum mille cinq cents personnes43. Le contrat génois de 1250, objet de contestation devant les juges de Messine, portait sur un navire destiné à amener mille cent pèlerins à Damiette, pour rejoindre l’expédition de saint Louis44. Il est permis dès lors d’estimer que toute une infrastructure de transport a été mise sur pied dans les villes maritimes italiennes et provençales, comme en font foi les contrats de construction de navires prévus dans les ateliers de Sampierdarena ou de Marseille en vue de réunir la flotte destinée à faire voile vers l’Orient depuis Aigues-Mortes, devenu le port méditerranéen du royaume de France45.

  • 46 A. Graboïs, « The Crusade of Louis VII, king of France : a Reconsideration », Crusade and Settlemen (...)
  • 47 R. Röhricht, Die Deutschen im Heiligen Lande, Innsbruck, 1894, p. 42.
  • 48 Ibid., p. 43, à partir du récit d’Arnold : Arnoldi Chronica Slavorum, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 186 (...)
  • 49 Sur la ville d’Acre, cf. D. Jacoby, « Crusader Acre in the thirteenth century. Urban Layout and Top (...)
  • 50 Sur le traité de Jaffa et ses conséquences, cf. P. Racine, Federico II di Svevia. Un monarca mediev (...)
  • 51 Les termes Ultramare, Oltremare, ad partes ultramarinas, sont d’usage courant dans les contrats de (...)
  • 52 Le récit de Thietmar, Iter ad Terram Sanctam, a été publié par P. Sabino de Sandoli au t. 3, p. 251 (...)

11La route maritime était certes moins longue, à défaut d’être plus sûre que la voie terrestre. Est-ce à dire que l’itinéraire danubien avait été abandonné ? Si le roi de France Louis VII, puis l’empereur Frédéric Barberousse passent par Constantinople lors des deuxième et troisième croisades, il semblerait que ceux qui se rendaient en Terre sainte étaient loin de se diriger tous vers les ports d’embarquement italiens46. Il est manifeste que les pèlerins venus d’Allemagne sont fort nombreux au xiie siècle, mais il s’agit surtout de grands personnages qui voyagent en groupes, évêques, comtes, margraves notamment dans les récits de chroniques et d’annales. Le duc Welf VI de Bavière, accompagné des comtes palatins et d’un burgrave, en compagnie de quarante-six autres personnages, part ainsi au printemps de Ratisbonne et s’en retourne en juillet par l’Italie47. Il s’agit là d’une des rares traversées maritimes pour des pèlerins venus d’Allemagne. En revanche en 1172 Henri le Lion, dont le retour est signalé en décembre, paraît avoir emprunté la voie terrestre48. Certes, les récits du xiie siècle font tous d’Acre l’entrée dans le royaume latin, après que Jaffa eut été délaissée aux environs de 1110-112049, mais c’est véritablement au xiiie siècle que la route maritime l’emporte définitivement, alors que la Terre sainte n’est plus entre les mains des chrétiens, sauf une mince bande côtière, et que les pèlerinages sont plus ou moins entravés par les musulmans, si l’on excepte la période qui suit le traité de Jaffa en 1229 jusqu’à la reprise de Jérusalem par le sultan d’Égypte en 124450. Les contrats passés à Gênes mentionnent souvent comme destination pour les navires qui se rendent en Orient l’expression Ultramare, sans aucune autre précision51. Or, Ultramare cachait très souvent le port d’Alexandrie, que les notaires génois ne voulaient pas écrire pour ne pas irriter le pape et la Curie, mais Acre est demeurée par ailleurs l’un des points où abordait le pèlerin dès sa visite de la Terre sainte, comme par exemple Thietmar, qui y séjourne d’ailleurs un mois52.

  • 53 Voir par exemple le contrat n° 968 dans Blancard, Documents inédits.... op. cit. par lequel maître (...)
  • 54 A. Jal, « Pacta naulorum des années 1246, 1248-1270 », dans J.B. Champollion-Figeac, Documents hist (...)
  • 55 Blancard, Documents inédits..., op. cit., n° 165, 914. En 1268, les tarifs marseillais sont fixés p (...)
  • 56 La place offerte au pèlerin passager, qui doit fournir son matelas, appelée : locum, stantia ou pla (...)
  • 57 Pernoud, Les statuts de Marseille..., op. cit., livre IV. Nous avons retenu, après vérification, le (...)
  • 58 Richard, « Le transport outre mer... », op. cit., p. 40-41, à partir notamment des Pacta naulorum e (...)

12Les conditions de confort pour le voyage étaient dans l’ensemble médiocres. Le pèlerin devait payer le prix de la traversée, en s’acquittant d’un prix à la place d’après les contrats marseillais53. Les prix convenus en août 1246 par les émissaires de saint Louis lors de sa première croisade étaient de quatre livres tournois, soixante sous tournois et quarante sous tournois, selon l’emplacement sur le bateau54. En 1248, à l’occasion de contrats privés, les prix variaient de quarante-cinq sous tournois à dix-huit sous tournois55. Les contrats génois ou vénitiens ne sont pas toujours aussi précis. Si par ailleurs existent bien des navires en état de transporter un millier et peut-être plus de pèlerins, les contrats génois ne leur offraient qu’un nombre limité de places, cinquante ou cent, à côté des marchands, et encore faut-il souligner que les places qui leur sont assignées sont loin de figurer parmi les meilleures56. Le confort est rudimentaire. Si l’on se réfère aux indications fournies par les Statuts de Marseille, en interprétant les mesures fournies par le texte, chaque passager dispose d’un emplacement de 0,59 m de large sur 1,57 m de long, ce qui laisse supposer que le pèlerin devait faire usage d’un lit suspendu, sans doute pour deux personnes, généralement entre la proue et le mât central57. Le pèlerin, qui aurait dû jouir selon la législation canonique de considération, cédait d’ailleurs la place au marchand, témoignage de l’évolution des mentalités au cours du xiiie siècle. Les pèlerins pouvaient par ailleurs emporter leur nourriture pour le voyage, mais devaient le plus souvent verser là encore une certaine somme pour pouvoir l’embarquer58.

  • 59 Le rôle des Hospitaliers dans l’organisation des pèlerinages a été souligné par L. Schmugge, « Die (...)
  • 60 Voir la localisation de l’Hôpital sur le plan de Jacoby, « Acre à l’époque des Croisades... », op. (...)
  • 61 A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, 19892. M. Barber, The New Knighthood. A histo (...)

13Avec l’accroissement du nombre des pèlerins à l’époque des croisades, considérée par les historiens comme l’époque bénie des pèlerinages, il a fallu poursuivre l’amélioration des infrastructures mises en place au xie siècle. L’ordre des Hospitaliers a largement pourvu à la multiplication des hôpitaux destinés à héberger les pèlerins59. C’est ainsi qu’à Acre un grand centre hospitalier recevait non seulement ceux qui arrivaient ou partaient de Terre sainte, mais il offrait par ailleurs aux pèlerins malades les soins dans une véritable infirmerie60. L’ordre était appelé à se transformer en ordre militaire, mais n’en conservait pas moins son rôle premier d’assistance aux pèlerins. D’autres ordres, créés avant tout pour les besoins militaires de la Terre sainte, Templiers, Teutoniques, se vouaient eux aussi à la défense des pèlerins, mais sans créer un réseau hospitalier semblable à celui des Hospitaliers de Saint-Jean, ni aussi étendu61.

  • 62 Dès le viiie siècle, l’Église s’inquiète de voir les femmes vouloir se lancer dans l’entreprise pér (...)
  • 63 Un contrat génois du 23 février 1250 prévoit certes le transport de cent pèlerins sur un navire mar (...)

14De ces migrations annuelles de pèlerins venant visiter la Terre sainte, les femmes ne représentaient qu’une minorité. Depuis longtemps, l’Église s’était émue de voir les femmes figurer parmi ceux qui partaient pour la Terre sainte62. La longueur du voyage, les fatigues à endurer étaient certes des motifs sérieux allégués pour les rejeter ou à tout le moins pour les décourager. Avec les déplacements collectifs, les gens d’Église redoutaient surtout qu’elles ne viennent semer le trouble, en devenant objets de perversion et de débauche. Certes, sont tolérés les couples mariés, mais sans qu’il y ait un véritable encouragement à leur égard à se lancer dans l’aventure du pèlerinage. Si les gens d’Église sont ainsi plus que réticents à voir des femmes se joindre à ces déplacements, il en va de même pour les patrons de navire. Les contrats conclus à Marseille ou à Gênes le disent clairement, qui excluent les femmes des places réservées aux pèlerins sur les navires en partance pour l’Orient63. Là aussi la crainte de troubles causés par leur présence n’est pas étrangère à de semblables interdictions.

  • 64 Cas général des contrats publiés par L. Blancard et E. H. Byrne.
  • 65 Exemple du chanoine Rorgus Fretellus : P. C. Boeren, Rorgo Fretellus de Nazareth et sa description (...)
  • 66 Ricoldo de Monte Croce, après avoir forcé le passage du Saint-Sépulcre, que lui interdisaient les m (...)

15Le séjour des pèlerins en Terre sainte est clairement décrit dans les récits qui nous ont été laissés par ceux qui s’y sont rendus. Le pèlerinage, c’est d’abord voir, toucher les Lieux saints. Dans ce cadre, l’organisation des voyages est réglée par le système de rotation des navires entre les ports de Méditerranée occidentale et ceux d’outremer. Le départ peut se faire soit entre avril et mai au printemps et le retour à l’automne, donc hors des saisons où sévissent les fortes tempêtes, soit à l’automne, en septembre et octobre avec retour au printemps, le pèlerin séjournant tout l’hiver en Terre sainte64. Les contrats prévoient régulièrement le voyage in eundo et in redeundo, le navire qui transporte les pèlerins les attendant là où il les a débarqués, c’est-à-dire à Acre, notamment quand ils voyagent de conserve avec des marchands. Il arrive ainsi que des pèlerins puissent fêter Noël et Pâques en Terre sainte65. Tous les récits qui nous sont parvenus mentionnent l’ensemble des Lieux saints qu’a pu visiter le pèlerin, depuis son débarquement jusqu’à son retour à Acre. Le pèlerin n’hésite pas à exprimer à l’occasion ses sentiments, ses émotions, surtout devant le Saint-Sépulcre66. Les itinéraires entre les divers lieux où se retrouvent les souvenirs, tant d’ailleurs du Nouveau que de l’Ancien Testament, s’ils peuvent varier selon les guides qui ont conduit tel ou tel pèlerin, n’en reproduisent pas moins des notations stéréotypées de l’un à l’autre venues le plus souvent des guides qui se sont chargés d’accompagner le pèlerin.

  • 67 J. Prawer, « The Seulement of the Latins in Jérusalem », Speculum, 27 (1952), p. 492-507, repris da (...)
  • 68 La littérature historiographique sur le sujet est très abondante. Retenons uniquement ici les œuvre (...)

16Il ne s’agit donc dans l’ensemble que d’une migration saisonnière, d’un simple aller-retour entre les ports italiens ou provençaux et la Terre sainte. Or, un grave problème s’est posé de manière permanente pour le royaume latin de Jérusalem. Dès les origines, ne s’est établi qu’un petit nombre de colons chrétiens, qui prenait en charge et la défense des territoires conquis et le peuplement67. Laissons de côté l’aspect purement commercial des marchands chrétiens, qui se contentaient de jouir des privilèges commerciaux pour leur trafic dans les Échelles du Levant, et qui au sein de leurs quartiers détachaient des facteurs pour leurs entreprises commerciales68. Ceux qui se rendent en Terre sainte sont ou des hommes de l’aristocratie foncière, mais alors ils viennent pour renforcer les garnisons de plus en plus réfugiées dans les châteaux construits pour la sauvegarde des territoires du royaume, ou des ecclésiastiques qui ont fait vœu de se rendre en Terre sainte pour y exercer leur ministère, mais peu d’autres hommes sont venus s’y établir. Concernant les pèlerins, issus pour la plupart des divers milieux sociaux d’Occident, nous ignorons leurs réactions faute de documents aussi parlants que ceux des ecclésiastiques. Il convient donc de se résigner à se référer aux récits des ecclésiastiques venus en Terre sainte pour comprendre en quoi ces voyages de pèlerinage ont largement bénéficié des conditions nouvelles créées par la première croisade, mais aussi en quoi ils n’ont pu renforcer les positions chrétiennes dans le Proche-Orient.

  • 69 Le nom d’Acre est simplement mentionné dans tous les récits publiés par P. Sabino de Sandoli en tan (...)
  • 70 Jacques de Vitry, Lettres de la Ve Croisade, éd. R. B. C. Huygens-G. Suchet Duchaux, Turnhout, 1998 (...)

17La composition même des récits est significative de l’attitude observée par les pèlerins devant la situation qui régnait dans le royaume latin. Tous les récits font débuter la visite de la Terre sainte par le port d’Acre69. Or, de cette ville nul ne donne la moindre description. Une simple mention rapide signale ainsi que le port est le point d’arrivée du navire et son point de départ pour le retour. Les quelques textes concernant Acre, qui d’ailleurs ne font pas partie des récits, sont significatifs, qui décrivent la ville comme un lieu de vie mondaine et profane qui n’a rien à voir avec l’esprit du pèlerinage. Jacques de Vitry, qui en est l’évêque de 1216 à 1225, ne fait que confirmer les impressions de ces voyageurs70. Pour eux, la Terre sainte commence au mont Carmel. Acre, ville profane, ne saurait faire partie de la Terre sainte, objet du désir du pèlerin. L’idéal ascétique du pèlerinage ne pouvait s’accorder avec l’agitation propre à un port, ouvert sur le monde extérieur.

  • 71 Le contemptus mundi fait oublier aux pèlerins la notion du temps : C. Deluz, « Indifférence au temp (...)
  • 72 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, (...)
  • 73 Le pèlerin vit à l’écart du monde de la Terre sainte au sein des établissements mis en place notamm (...)
  • 74 Supra, n. 65.

18Le dédain ainsi manifesté par les pèlerins à l’égard du monde s’inscrit dans la ligne du contemptus mundi, tel qu’il s’était affirmé dans les siècles antérieurs71. Le pèlerin est en quête de son salut personnel et la collectivisation du pèlerinage survenue au xie siècle n’y a rien changé. Aucun des récits ne s’intéresse véritablement à l’« autre ». Au xiie siècle, alors que la Terre sainte est aux mains des chrétiens, les pèlerins qui y passent ne portent aucune attention aux conditions particulières de l’occupation de ces territoires. Il est vrai que les mœurs qui régnaient au sein de la société franque du royaume latin ne les encourageaient guère à y porter leurs regards. Guillaume de Tyr en a d’ailleurs laissé une critique particulièrement sévère72. Les pèlerins du xiie siècle, qui n’étaient peut-être pas aussi liés que ceux du xiiie siècle aux conditions des contrats passés dans les ports de Méditerranée occidentale, étaient beaucoup plus passionnés par les grandes cérémonies des fêtes chrétiennes célébrées en Terre sainte que par les difficultés de vie qui régnaient dans le royaume latin, protégés qu’ils étaient alors par le réseau d’infrastructure logistique mis à leur disposition par les Hospitaliers73. Le chanoine Rorgo Fretellus assiste en 1140 aux fêtes de Noël à Bethléem, se trouve le jour de l’Épiphanie sur le Jourdain, près de Jéricho au moment du Carême et à Jérusalem pour la semaine sainte74. Être présent à Pâques à Jérusalem, à la Pentecôte sur le mont des Oliviers ou à Bethléem à Noël paraissait être un devoir pour tout pèlerin. Les récits oraux qu’en rapportent les pèlerins à leur retour en font foi. L’attachement aux sanctuaires est plus important que celui qui aurait été pourtant nécessaire pour le royaume latin.

  • 75 Il faut voir dans les textes cités supra de Jacques de Vitry et Guillaume de Tyr non des condamnati (...)
  • 76 Burchard de Mont Sion, « Descriptio Terrae Sanctae », dans Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., (...)
  • 77 Pour le récit de Thietmar, supra, n. 52.

19La réalité contemporaine ne semble pas dès lors avoir beaucoup touché ces pèlerins. Leur dédain de la société franque rejoint les sentiments d’un prélat comme Guillaume de Tyr ou Jacques de Vitry à Acre75. Une telle attitude peut s’expliquer par la ségrégation plus ou moins volontaire qui leur est imposée dans les établissements hospitaliers qui les accueillent. Il semblait à ces pèlerins que les Francs établis ne méritaient pas l’honneur qui leur était fait76. Un fossé séparait les Francs de Terre sainte et les pèlerins, qui n’encourageaient pas (à leur retour) leurs compatriotes à s’expatrier pour aller s’établir dans les terres du royaume latin. Le réquisitoire dressé par Guillaume de Tyr ou Jacques de Vitry était assurément le compte rendu d’un certain état de la société de leur temps, qu’ils entendaient combattre. Mais de leur côté les pèlerins, mus par leur désir spirituel de se racheter et d’assurer leur salut, ne voulaient pas devoir entretenir des rapports avec une société qu’ils honnissaient, qui ne correspondait pas pour eux à l’idée qu’ils s’étaient construite d’une société digne de vivre en Terre Sainte. Thietmar, alors que Jérusalem n’était plus entre les mains des chrétiens depuis 1187, s’impatiente en 1217 de devoir attendre à Acre, la ville de Belzébuth, les trêves signées entre Sarrasins et chrétiens pour pouvoir gagner la Terre sainte77.

20Les motifs invoqués par Thietmar pour son voyage en Terre sainte disent assez clairement ce qu’il est venu y faire : « Moi, Thietmar, pour le pardon de mes péchés, je me suis armé de la croix et ai quitté ma maison, en pèlerin, avec mes compagnons.

  • 78 Ibid., p. 254 (éd. Sabino de Sandoli) et p. 930 (éd. C. Deluz).
  • 79 Voir le récit de Wilbrand d’Oldenbourg dans Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., t. 3 p. 236-27 (...)

21Je suis parvenu à Acre après avoir couru, sur mer et sur terre, des dangers qui semblaient bien menaçants à ma fragilité, mais bien minimes en raison de la récompense divine »78. Cette introduction du récit situe fort bien le pèlerin du xiiie siècle, à la recherche de son salut, affrontant les dangers terrestres et maritimes, mais qui n’a en rien l’idée que la Terre sainte était à reconquérir. Certes, il souffre de la situation créée par la perte de Jérusalem et ne saurait s’abstraire totalement des réalités contemporaines. D’autres que lui, tels Willebrand d’Oldenbourg ou Burchard de Mont Sion79, jetteront un regard plus cru sur ceux qu’ils côtoieront brièvement, Arméniens, surtout musulmans, chez qui ils s’empresseront de dénoncer la polygamie. Burchard s’emporte contre les Templiers, qui ont perdu la forteresse de Saphet, clé de la Galilée. Leurs descriptions n’en restent pas moins superficielles.

  • 80 Supra, n. 8.
  • 81 H. de Lubac, Exégèse médiévale, 2 vol., Paris, 1959.
  • 82 Eusèbe de Césarée, dans ses récits datés des années 314-320, signale que des fidèles venus d’un peu (...)
  • 83 C. Vogel, « Le pèlerinage pénitentiel », Revue des Sciences religieuses, 38 (1964) p. 113-153 et da (...)
  • 84 L’acte de pèlerinage suppose le dépouillement de soi, comme l’a bien souligné A. Dupront, « La spir (...)
  • 85 Les Ordres monastiques bénédictins (Cluny, Cîteaux) prônent le retrait du monde, l’isolement du moi (...)

22Aller à Jérusalem, voir et toucher les Lieux saints sans jeter un regard sur le monde environnant, sinon superficiellement, relève ainsi d’une attitude commune d’opposition envers la société franque d’Orient. Sans doute faut-il y voir la confusion qui régnait dans les esprits entre la Jérusalem terrestre et la Jérusalem céleste, qui remonte d’ailleurs loin dans le temps80. L’exégèse allégorique dans ses trois sens, telle que l’a dégagée le père de Lubac, l’opposition Jérusalem-Babylone qui symbolise l’opposition du cloître et du monde, l’Église des saints et la cité du Dieu vivant81, n’a cessé de s’imposer au chrétien médiéval, d’autant qu’elle était développée par les théologiens et qu’elle n’a pu manquer d’apparaître dans les prédications qu’entendaient alors les fidèles. Le discernement entre les deux Jérusalem, la cité élue et la ville maudite, n’a cependant jamais empêché la naissance d’un sentiment religieux profond chez les chrétiens à l’évocation des Lieux saints de l’Ancien et du Nouveau Testament. Dès Constantin, les Lieux saints étaient objet de vénération chez les fidèles82. Certains historiens ont pu rapprocher le pèlerinage de Jérusalem et la croisade, mais le pèlerinage, conçu d’ailleurs comme une pénitence dès le viiie siècle83, ne saurait être assimilé à l’iter du croisé. Partir en pèlerinage signifiait se dépouiller volontairement, et les textes assimilent souvent peregrinus et pauper84. Le pèlerin devait surtout, le long de sa route, prier et se conduire en ascète. Les pèlerins du xiie siècle ont conservé cette mentalité du mépris du monde dans leur voyage outre-mer, dans la ligne du retrait du monde propre aux théories monastiques d’alors85. Dès lors, le pèlerin, même en groupe, et surtout peut-être en groupe, ne pouvait se fondre avec la société franque établie en Terre sainte. Au xiiie siècle, lorsqu’il arrive aux pèlerins de tenter de s’ouvrir sur le monde extérieur, ce n’est que pour en dénoncer les turpitudes et déplorer les maux qui sont à la base du recul des chrétiens devant les musulmans. Cette découverte du monde extérieur ne pouvait qu’être superficielle. Même si les contrats marseillais peuvent donner à penser qu’il y a désormais des gens capables d’entreprendre le pèlerinage sans passer par les institutions hospitalières, la grande masse des pèlerins reste celle issue des milieux relativement humbles.

  • 86 Supra, n. 19.
  • 87 Migne, Patrologie latine, t. CLXXXII, col. 612. G. Constable, « Monachisme et pèlerinage au Moyen  (...)
  • 88 « Peu reviennent meilleurs de leur long voyage » dit, pessimiste, l’auteur des Annales Stadenses : (...)

23Minorité étrangère dans sa patrie spirituelle, dit un historien israélien en parlant des pèlerins occidentaux en Terre sainte86. Plus que minorité, il me semble falloir parler de groupes de passage, attirés par des sentiments religieux dont l’expression s’est en quelque sorte figée au cours des siècles. Le peregrinus est resté celui qui se fixe comme but de peragere, qui va sans se soucier de l’ordre social qui l’entoure. Les pèlerins sont ainsi un groupe socio-religieux, en quête de salut par la visite des Lieux saints. Éviter le plus possible le contact avec le monde extérieur, et les Hospitaliers par leurs établissements le leur permettaient en Terre sainte, telle était la démarche qui s’imposait pour réussir le pèlerinage. Minorité socio-religieuse au sein de la chrétienté, le monde des pèlerins représente une population vagabonde, et l’Église à travers certains de ses représentants, tel saint Bernard, était loin d’encourager une telle pratique. Chez saint Bernard, la Jérusalem céleste en vient à symboliser le destin de l’homme qui se convertit en renonçant au siècle. Jérusalem, symbole de la béatitude éternelle, où l’on entre par une conversion spirituelle et monastique, était assimilée par le saint à son propre monastère87. Dès lors, le voyage corporel à Jérusalem n’a plus de sens dans cette conception propre aux Cisterciens. Mais c’est aussi l’image du pèlerinage qui était censé convertir celui qui l’accomplissait, et qui aurait dû revenir purifié de son long voyage88.

  • 89 Les succès remportés par les Génois et les Pisans, qui ont refoulé la marine musulmane de la mer Ty (...)
  • 90 Jean de Plan Carpin. Histoire des Mongols, intr. L. Hambis, trad. Dom J. Becquet, Paris, 1965. Guil (...)
  • 91 Supra, n. 66.

24La chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291 devait considérablement ralentir le flux des pèlerins se rendant en Terre sainte. Il est certes difficile de vouloir établir le rythme d’une migration aller-retour, telle qu’elle s’est fixée au lendemain de l’an mille. La croisade n’avait certainement fait qu’amplifier le mouvement du xie siècle, et les voyages outre-mer ont été le fait capital de ces déplacements, grâce à la supériorité des marines de la chrétienté occidentale89. Si le xiie siècle a largement bénéficié de la nouvelle conjoncture, il semble que le mouvement se soit déjà ralenti au lendemain de la chute de Jérusalem en 1187. La reprise de Jérusalem, au lendemain de la croisade de Frédéric II, a sans doute relancé le mouvement. Il n’en reste pas moins que le pèlerin demeure celui qui se rend aux Lieux saints dans un geste de pénitence, dont il attend le salut. Il était toujours celui qui, par mépris du monde où il vivait, entendait se rendre à Jérusalem et aux Lieux saints dans un esprit ascétique. Il n’était pas possible à ces voyageurs qui refusaient l’intégration à la société franque du royaume latin de se rendre compte que leur séjour était en grande partie facilité par l’existence du royaume latin. Dès lors, la chute des derniers bastions francs ne pouvait que modifier le rythme et le caractère de cette migration, qu’il faut qualifier de saisonnière. Un nouveau temps s’ouvrait pour les pèlerinages aux Lieux Saints, qui préfigure les récits d’exploration initiés par Jean de Plan Carpin et Guillaume de Rubrouk90 et que les représentants des ordres mendiants, tel Ricoldo de Monte Croce91, leurs héritiers, laissent entrevoir à la fin du xiiie siècle, où pèlerinage et exploration viennent se confondre. Le dédain de 1’« Autre » tend dès lors à s’atténuer et à donner au voyage de pèlerinage un caractère moins stéréotypé. Le sens du sacré tend alors à ne plus isoler le pèlerin des réalités du monde. Une nouvelle mentalité religieuse est en voie de s’affirmer.

Notes

1 J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, Paris, 1953, p. 13. Le succès de la première croisade donne un essor nouveau aux pèlerinages, mais l’auteur souligne les difficultés rencontrées par les pèlerins aux p. 104-105.

2 P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, 1985 ; Id., « I pellegrinaggi dei cristiani nei luoghi santi della Palestina prima della prima crociata », dans Piacenza e la prima crociata, éd. P. Racine, Reggio/E., 1995, p. 35-50.

3 Le passage d’Eusèbe de Césarée (3,24) ne parle que de la découverte de la tombe, sans faire allusion à la Croix, dont l’invention est datée des environs de 340. Sur l’invention de la Croix, cf. S. Borgehammar, How the Holy Cross was found. From Event to Medieval Legend, Stockholm, 1996, qui attribue à Hélène le rôle principal dans l’invention de la Croix par Gélase de Césarée, mais à partir d’hypothèses plus ou moins transformées par H. D. W. Driswers, Helena Augusta, Leyde, 1973, p. 35-72.

4 C’est l’élément-clé du pèlerinage mis en avant par P. Maraval, « Aspects spirituels du pèlerinage durant les premiers siècles », dans Piacenza e i pellegrinaggi lungo la via francigena, éd. P. Racine, Plaisance, 1999, p. 11-20.

5 Le terme ne fait son apparition qu’après la première croisade selon M. Villey, La Croisade. Essai sur la formation d’une théorie juridique, Caen, 1942, p. 86. Il en va de même pour P. Alphandéry et A. Dupront, La Chrétienté et l’idée de Croisade, Paris, 1995, 2, p. 12-13.

6 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris, 1996, p. 39.

7 A. Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 1987, p. 44.

8 La confusion entre les deux Jérusalem est née très tôt dans l’esprit des chrétiens. Sur cette confusion, cf. Alphandéry-Dupront, La Chrétienté... op. cit., p. 23. Le mythe de Jérusalem a fait l’objet d’analyses récentes : A. H. Bredero, « Jérusalem dans l’Occident médiéval », dans Mélanges R. Crozet, Poitiers, 1966, p. 259-271. Jérusalem, Rome, Constantinople : l’image et le mythe de la ville au Moyen Age, sous la direction de D. Poirion, Paris, 1986. Le mythe de Jérusalem du Moyen Âge à la Renaissance, Études réunies par E. Berriot-Salvaclore, Saint-Etienne, 1995. A. Bonnery, M. Mentre et G. Hidrio, Jérusalem. Symboles et représentations dans l’Occident médiéval, Paris, 1998

9 En ce sens, le croisé ne peut être assimilé au peregrinus, comme l’a bien fait remarquer E. R. Labande, « Recherches sur les pèlerins de l’Europe des xie-xiiie siècles », Cahiers de Civilisation Médiévale, 1 (1958), p. 159-169 et 339-347. Pour lui, est pèlerin authentique celui qui à un moment donné s’est résolu à se rendre en un lieu défini et y subordonne l’organisation de son existence. Il met en garde sur le fait d’assimiler iter et peregrinatio : « Pellegrini o crociati ? Mentalità e comportamento a Gerusalemme nel secolo xii », Aevum, 54 (1980), p. 217-230.

10 P. A. Sigal, Les marcheurs de Dieu. Pèlerinages et pèlerins au Moyen Âge, Paris, 1974 (U Prisme).

11 F. Garrison, « A propos des pèlerins et de leur condition juridique », dans Mélanges dédiés à G. Le Bras. Études de droit canonique, 2 vol., Paris-Strasbourg, 1965, p 1165-1189 et J. Brundage, Medieval Canon Law and the Crusader, Madison, 1969.

12 Garrison, « À propos des pèlerins... », op. cit., p. 1170-71.

13 La représentation du pèlerin sur la colonne qui lui est dédiée dans la cathédrale de Plaisance en donne une très bonne illustration.

14 Exemples fournis pour les notaires génois par E. H. Byrne, Genoese shipping in the twelth and thirteenth century, Cambridge (Mass.), 1930 (Monography of the Medieval Academy of America, 5). et pour Marseille par L. Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Âge, 2 vol. , Marseille, 1884 (réimp. anastatique, Genève, 1978).

15 Ibn Djubayr, Voyages, trad. M. Gaudefroy Demombynes, 4 vol., Paris, 1952-1967.

16 Voir le texte de Benjamin de Tudèle présenté et traduit par J. Shatzmiller dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, éd. D. Régnier-Boehler, Paris. 1997, p. 1303-1331. Sur Benjamin de Tudèle, cf. H. Harboun. Les voyageurs du xiie siècle, Aix-en-Provence, 1986, p. 71-140.

17 Les récits de pèlerinages ont été rassemblés en éditions récentes, qui peuvent remplacer celles de la fin du xixe siècle : Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche Orient (ive-viie siècle), Textes choisis, présentés et traduits par P. Maraval. P. Sabino de Sandoli, Itinera Hierosolymitana crucesignatorum, 4 vol., Jérusalem, 1978-1984 (Studium biblicum francescanum, 24).

18 J. Richard, Les récits de voyage et de pèlerinages, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge, fasc. 38). B. Dansette, « Les relations de pèlerinage Outre-Mer des origines à l’âge d’or », dans Croisades et pèlerinages... op. cit. p. 881-889.

19 A. Graboïs a notamment souligné cet aspect : « Les pèlerins occidentaux en Terre sainte au Moyen Âge. Une minorité étrangère dans sa patrie spirituelle », Studi Medievali, 3a s., 30 (1989), p. 16-17.

20 Voir le texte de Saewulf et celui de Jean de Wurzbourg dans l’édition de R. B. C. Huygens et J. H. Pryor, Turnhout, 1994 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 133). Saewulf, marchand anglo-saxon, rejoint en 1120 la communauté monastique de Malmesbury : cf. A. Graboïs, « Anglo-norman England and the Holy land », Anglo-Norman Studies, 7 (1986) p. 132-141. Sur Jean de Wurzbourg, cf. A. Graboïs, « Le pèlerin occidental en Terre sainte à l’époque des Croisades et ses réalités : la relation de pèlerinage de Jean de Wurzbourg », dans Mélanges E. R. Labande. Études de civilisation médiévale, Poitiers, 1974, p. 367-376.

21 Le recueil de P. Sabino de Sandoli est plus riche de récits pour la période 1250-1300 que pour la période antérieure au xiiie siècle.

22 Cette remarque de A. Graboïs (cf. n. 19) est encore plus vraie pour les récits du xiiie siècle.

23 R. Glaber, Les cinq livres de ses histoires (900-1044), éd. M. Prou, Paris, 1897, p. 106: Ex universo orbe tam innumerabilis multitudo cepit confluere ad sepulchrum Salvatoris Jherosolimis quantam nullus hominum prius sperare poetrat. Primitus enim ordo inferioris plebis, deinde vero mediocres, post hec permaximi quicque reges et comites, marchiones acpresules, ad ultimum vero, quod nunquam contigerat, mulieres multe nobiles cum pauperioribus. illuc perexere.

24 Acta Sanctorum, Iter Richardi Hierosolymitani, Anvers, 1638, p. 988-991. Sur Richard de Saint-Vanne, cf. H. Dauphin, Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun, Louvain, 1946. Sur l’interprétation de son voyage, cf. J. Leclercq, « Monachisme et pérégrination », dans Id., Aux sources de la spiritualité occidentale, Paris, 1964, p. 35-90.

25 R. Glaber, Les cinq livres..., op. cit.. p. 106.

26 F Micheau, « Les itinéraires maritimes et continentaux des pèlerinages vers Jérusalem », dans Occident et Orient au xe siècle (Actes du IXe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Dijon, 2-4 juin 1978, Publications de l’université de Dijon, LVII), Paris, 1979, p. 79-104.

27 G. Györffy, Istvan kryàly es müwe (Le roi Étienne et son temps), Budapest, 1977. Sur l’importance de la conversion d’Étienne, cf. A. Gieysztor, « Sylvestre II et les Églises de Pologne et de Hongrie », dans Gerberto, scienza, storia e mito (Atti del Gerberti Symposium, Bobbio, 25-27 luglio 1983), Bobbio, 1985, p. 744-745.

28 R. Glaber, Les cinq livres..., op. cit., livre III, 1.

29 Hugues de Flavigny, Chronicon, M. G. H., SS, t. VIII, p. 393.

30 Voir Micheau, « Les itinéraires... », op. cit., p. 88 n. 80, p. 103.

31 Adhémar de Chabannes, Chronique, éd. Chavanon, Paris, 1897, p. 178 : Tunc per triennium interclusa est via Hierosolimae ; nam propter iram Normannorum, quicumque inveniretur peregrini a Graecis ligati Constantinopolim ducebantur, et ibi carcerati, affligebantur.

32 Cf. n. 29.

33 Micheau, « Les itinéraires... », op. cit., p. 86-87 et n. 60-63, p. 100-101.

34 S. Runciman, « Charlemagne and Palestine », English Historical Review, 50 (1935), p. 609-620. A. Graboïs, « Charlemagne, Rome and Jerusalem », Revue belge de philologie et d’histoire, 59 (1981), p. 792-809.

35 J. C. Riley-Smith, The Knights of Saint John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1300, Londres, 1966. Le texte de base sur l’origine et les débuts des Hospitaliers est celui de Guillaume de Tyr, XVIII, 475.

36 Saewulf part de Monopoli (en Pouille) le 13 juillet 1102, pour se rendre d’abord à Brindisi puis gagner Corfou, Patras et Corinthe, avant de gagner Thèbes à pied. Sur son récit, supra, n. 20.

37 Albert d’Aix dans Recueil des Historiens des Croisades. Historiens occidentaux, t. IV, p. 596. Sur l’incident, cf. J. Richard, « Les bases maritimes des Fatimides, leurs corsaires et l’occupation franque en Syrie », dans Egypt and Syria in the Fatimid, Ayubid and Mameluck Eras, éd. U. Vermeulen et D. Desmet, Louvain, 1998, t. 2, p. 119.

38 J. Richard, « Le transport outremer des croisés et des pèlerins », dans Maritime aspects of migration, éd. K. Friedland, Cologne-Vienne, 1981, p. 33.

39 L’expédition de Sigurd est rappelée par P. Riant, Expéditions et pèlerinages des Scandinaves en Terre Sainte au temps des Croisades, Paris, 1865.

40 Nous n’avons trouvé à ce jour aucun contrat concernant le transport de pèlerins seuls. Un statut vénitien de 1229 prévoit cependant que lorsque des pèlerins affrètent un navire, ils doivent se mettre d’accord avec le patron pour la quantité de marchandises à mettre à bord : Statuti veneziani, éd. R. Predelli et A. Sacerdoti, Venise, 1903. Voir l’analyse d’un contrat vénitien de 1219 par O. Guyotjeannin et G. Nori, « Venezia e il trasporto dei crociati. A proposito di un patto del 1219 », Studi Medievali, 3a s., 30 (1989), p. 309-321.

41 Recueil des Historiens des Croisades. Historiens orientaux, t. 1, p. 653.

42 Les contrats génois et marseillais en font foi.

43 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris, 1949, livre IV.

44 Contrat analysé par B. Kedar, « The passenger list of a Crusader ship, 1250, towards the History of the Popular Element in the Seventh Crusade », Studi Medievali, 3a s., 13 (1972), p. 267-279. Le contrat portait sur le transport de mille cent passagers.

45 G. Jehel, Aigues-Mortes. Un port pour un roi. Les Capétiens et la mer, Roanne, 1985.

46 A. Graboïs, « The Crusade of Louis VII, king of France : a Reconsideration », Crusade and Settlement. Essays presented to R.C. Smail, éd. PW. Edburry, Cardiff, 1989, p. 59-104. Id, « Louis VII pèlerin », Revue d’histoire de l’Église de France, 74 (1978). p. 5-22. E. Eickhoff. Friedrich Barbarossa in Orient. Kreuzzug und Tod Friedrichs, Tübingen, 1977.

47 R. Röhricht, Die Deutschen im Heiligen Lande, Innsbruck, 1894, p. 42.

48 Ibid., p. 43, à partir du récit d’Arnold : Arnoldi Chronica Slavorum, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1868 (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum, 14), p. 21-23.

49 Sur la ville d’Acre, cf. D. Jacoby, « Crusader Acre in the thirteenth century. Urban Layout and Topography », Studi Medievali, 3a s., 20 (1979), p. 1-45, repris avec corrections dans Id., Studies on the Crusader States and on Venetian Expansion, Northampton, 1989, V. Id., « L’évolution urbaine et la fonction méditerranéenne d’Acre à l’époque des Croisades », dans E. Poleggi, Città portuali del Mediterraneo. Storia e archeologia, Gênes, 1989 (Atti del Convegno internazionale di Genova, 1985), p. 95-109, repris dans D. Jacoby, Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean, Aldershot, 1997, V. Id., « Acre à l’époque des Croisades (xiie-xiiie siècles) ; conjoncture et modalités du développement urbain », dans Villes, Histoire et culture, Paris, 1997 (Les Cahiers d’Histoire, 2/3), p. 9-22. Sur le port d’Acre, R. Gertwagen, « The Crusader Port of Acre : Layout and problems of maintenance » dans Autour de la première croisade. Actes réunis par M. Balard, Paris, 1996, p. 553-582.

50 Sur le traité de Jaffa et ses conséquences, cf. P. Racine, Federico II di Svevia. Un monarca medievale alle prese con la sorte, Milan, 1998, p. 258sq. Frédéric II s’est efforcé d’obtenir des musulmans le dégagement de la route Acre- Jérusalem.

51 Les termes Ultramare, Oltremare, ad partes ultramarinas, sont d’usage courant dans les contrats de commende génois pour désigner la Méditerranée orientale et cacher le départ des navires vers les pays musulmans, de façon à contourner les interdits pontificaux.

52 Le récit de Thietmar, Iter ad Terram Sanctam, a été publié par P. Sabino de Sandoli au t. 3, p. 251-295. Une version française, parue sous le titre « Le pèlerinage de maître Thietmar (xiiie siècle) », par C. Deluz, figure dans le recueil Croisades et pèlerinages..., op. cit., aux p. 928-958.

53 Voir par exemple le contrat n° 968 dans Blancard, Documents inédits.... op. cit. par lequel maître Garnier de Marigny loue deux cents places sur la « buse » Saint-Léonard pour un groupe de Bourguignons et de Champenois à quarante-cinq sous la place.

54 A. Jal, « Pacta naulorum des années 1246, 1248-1270 », dans J.B. Champollion-Figeac, Documents historiques inédits, Paris, 1846, t. 1, p. 605.

55 Blancard, Documents inédits..., op. cit., n° 165, 914. En 1268, les tarifs marseillais sont fixés pour quatre classes avec des prix allant de vingt-cinq à soixante sous par personne.

56 La place offerte au pèlerin passager, qui doit fournir son matelas, appelée : locum, stantia ou platea, généralement entre le mât et la proue, n’est pas toujours de qualité comme le souligne J. Richard, « Le transport outremer des croisés et des pèlerins... », op. cit., p. 39-40. Un contrat génois de 1250 concerne une nave qui se rendait à Acre el Tripoli et qui prenait à son bord marchands et pèlerins ; mais le nombre de ceux-ci était réduit à cent et ils n’avaient droit qu’à la partie du navire entre le mât et la proue : R. S. Lopez, el I.W. Raymond, Medieval Trade in the Mediterranean world, New York, 1955, p. 259.

57 Pernoud, Les statuts de Marseille..., op. cit., livre IV. Nous avons retenu, après vérification, les calculs de A. Jal, Archéologie nautique, 2 vol., Paris, 1840, t. 2, p. 425-426.

58 Richard, « Le transport outre mer... », op. cit., p. 40-41, à partir notamment des Pacta naulorum et du statut vénitien de 1229.

59 Le rôle des Hospitaliers dans l’organisation des pèlerinages a été souligné par L. Schmugge, « Die Anfänge des organisierten Pilgerverkehrs im Mittelalter », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 64 (1984), p. 1-83. Sur le développement des Hospitaliers, cf. l’ouvrage de Riley-Smith cité à la n. 35. Le cartulaire, publié par Delaville Le Roulx, Cartulaire des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Paris, 1894, permet de suivre à travers les donations des fidèles, particulièrement les souverains et les grands seigneurs comme les patriarches, la progression des établissements de l’Ordre et de son patrimoine.

60 Voir la localisation de l’Hôpital sur le plan de Jacoby, « Acre à l’époque des Croisades... », op. cit., p. 20-21.

61 A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, 19892. M. Barber, The New Knighthood. A history of the Order of the Temple, Cambridge, 1994. M. L. Favreau, Studien zur Frühgeschichte des deutschen Ordens, Stuttgart, 1974. A. Forey, Military Orders and Crusade, Aldershot, 1994.

62 Dès le viiie siècle, l’Église s’inquiète de voir les femmes vouloir se lancer dans l’entreprise périlleuse des pèlerinages.

63 Un contrat génois du 23 février 1250 prévoit certes le transport de cent pèlerins sur un navire marchand, mais à condition que inter quos non sit aliqua femina : Byrne, Genoese shipping..., op. cit., n° XVIII, p. 85.

64 Cas général des contrats publiés par L. Blancard et E. H. Byrne.

65 Exemple du chanoine Rorgus Fretellus : P. C. Boeren, Rorgo Fretellus de Nazareth et sa description de la Terre Sainte. Histoire et édition du texte, Amsterdam, 1980. Le récit a été composé vers 1140.

66 Ricoldo de Monte Croce, après avoir forcé le passage du Saint-Sépulcre, que lui interdisaient les musulmans, se met à crier avec les pèlerins qui l’accompagnent : Surrexit Dominus ! Spes mea precedet suos in Galilea, au grand étonnement de ceux qui lui avaient interdit l’entrée. Il est pris de compassion au pied de la Croix, et fait surgir les larmes et les pleurs de ceux qui l’avaient suivi : Ricoldo de Monte Croce, Liber peregrinationis (1278-1281), Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., t. 4, p. 272-274. Sur l’attitude des pèlerins à leur arrivée au but, cf. E. R. Labande, « Ad limina : le pèlerin médiéval au terme de sa démarche », dans Mélanges R. Crozet, 1966, t. 1, p. 282-291 et C. Deluz, « Prier à Jérusalem. Permanence et évolution d’après quelques récits de pèlerins occidentaux du ve au xve siècle », dans La prière au Moyen Âge : littérature et civilisation, Aix-en-Provence, 1989, p. 187-210.

67 J. Prawer, « The Seulement of the Latins in Jérusalem », Speculum, 27 (1952), p. 492-507, repris dans Id., Crusader Institutions, Oxford, 1980. Richard, Histoire des Croisades..., op. cit., chap. IV. La création des ordres militaires ne va pas sans apporter une certaine réponse au problème posé par l’implantation « franque » en Terre sainte.

68 La littérature historiographique sur le sujet est très abondante. Retenons uniquement ici les œuvres suivantes : I Comuni italiani nel regno crociato di Gerusalemme, Gênes, 1986 (Collana di fonti e studi, 48). Art. « Italie » dans M. Balard, Les Croisades, Paris, 1988, p. 126-130. M.L. Favreau Lilie, Die Italiener im Heiligen Lande (1098-1197), Amsterdam, 1988. W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2 vol. , rééd. Amsterdam, 1967.

69 Le nom d’Acre est simplement mentionné dans tous les récits publiés par P. Sabino de Sandoli en tant que simple point de départ, sans aucune autre mention.

70 Jacques de Vitry, Lettres de la Ve Croisade, éd. R. B. C. Huygens-G. Suchet Duchaux, Turnhout, 1998, p. 53 voit en Acre « une ville monstrueuse, pleine de turpitudes ». Sur cette position de Jacques de Vitry, cf. A. Graboïs, « Les pèlerins occidentaux en Terre Sainte : d’Accon des croisés à Saint-Jean d’Acre », Studi Medievali, 3a s., 24 (1983), p. 247-264.

71 Le contemptus mundi fait oublier aux pèlerins la notion du temps : C. Deluz, « Indifférence au temps dans les récits des pèlerins du xiie au xive siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 83 (1976), p. 303-313. Une telle attitude remonte aux origines même du pèlerinage : P. Maraval, « Le temps du pèlerin, ive-ve siècles », dans Temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, 1983, p. 479-488.

72 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1986 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, LXII1), p. 969.

73 Le pèlerin vit à l’écart du monde de la Terre sainte au sein des établissements mis en place notamment par les Hospitaliers.

74 Supra, n. 65.

75 Il faut voir dans les textes cités supra de Jacques de Vitry et Guillaume de Tyr non des condamnations, mais le reflet des maux de la société qu’il leur appartenait de combattre et de redresser.

76 Burchard de Mont Sion, « Descriptio Terrae Sanctae », dans Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., t. 4, p. 169-219, dresse un portrait très dur de la société de l’Orient latin, accusée de ne pas être digne d’y vivre. Il rejoint les critiques de Jacques de Vitry au début du siècle.

77 Pour le récit de Thietmar, supra, n. 52.

78 Ibid., p. 254 (éd. Sabino de Sandoli) et p. 930 (éd. C. Deluz).

79 Voir le récit de Wilbrand d’Oldenbourg dans Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., t. 3 p. 236-273. Il était venu en Orient comme représentant d’Otton IV. Pour le récit de Burchard de Mont Sion, supra, n. 76.

80 Supra, n. 8.

81 H. de Lubac, Exégèse médiévale, 2 vol., Paris, 1959.

82 Eusèbe de Césarée, dans ses récits datés des années 314-320, signale que des fidèles venus d’un peu partout avaient pris l’habitude de se rassembler sur le Mont des Oliviers ou dans le jardin de Gethsemani, et de se rendre à Bethléem pour voir la grotte où était né le Christ, et certains se faisaient baptiser dans le Jourdain : Maraval, Récits..., op. cit., Introduction, p. 7.

83 C. Vogel, « Le pèlerinage pénitentiel », Revue des Sciences religieuses, 38 (1964) p. 113-153 et dans Pellegrinaggi e culto dei santi in Europa fino alla prima Crociata, Todi, 1964, p. 139-194.

84 L’acte de pèlerinage suppose le dépouillement de soi, comme l’a bien souligné A. Dupront, « La spiritualité des Croisés et des pèlerins », dans Du sacré..., op. cit, reprenant la contribution donnée au colloque de Todi signalé à la note précédente.

85 Les Ordres monastiques bénédictins (Cluny, Cîteaux) prônent le retrait du monde, l’isolement du moine, appelé à travailler au sein de la communauté.

86 Supra, n. 19.

87 Migne, Patrologie latine, t. CLXXXII, col. 612. G. Constable, « Monachisme et pèlerinage au Moyen Âge », Revue historique, CCLVIII (1977), p. 3-27. J. Leclercq, « Monachisme et pérégrination... », op. cit.

88 « Peu reviennent meilleurs de leur long voyage » dit, pessimiste, l’auteur des Annales Stadenses : MGH, SS, t. XVI, p. 333 et Sabino de Sandoli, Itinera..., op. cit., t. 3, p. 8 : Vix aliquos vidi, immo nunquam, qui redierunt menores, vel de transmarinis partibus, vel de sanctorum liminibus.

89 Les succès remportés par les Génois et les Pisans, qui ont refoulé la marine musulmane de la mer Tyrrhénienne à la fin du xie siècle, ont sans nul doute préparé le chemin aux marins italiens pour se rendre en Méditerranée orientale, notamment au moment de leur participation à la première croisade.

90 Jean de Plan Carpin. Histoire des Mongols, intr. L. Hambis, trad. Dom J. Becquet, Paris, 1965. Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’Empire mongol, éd. R. et C. Kappler, Paris, 1958. Sur ces textes, cf. J. Richard, « Sur les pas de Plan Carpin et de Rubrouck », Journal des Savants, 75 (1977), p. 49-61.

91 Supra, n. 66.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540