Version classiqueVersion mobile

Militaires en République, 1870-1962

 | 
Olivier Forcade
, 
Éric Duhamel
, 
Philippe Vial

2. Les grandes crises nationales et l’appel de la politique

L’épuration dans l’armée, mythe et réalité

Claude D’Abzac-Épezy

Texte intégral

  • 1 La commission d’intégration et de réintégration de l’armée de Terre (commission Matter) a étudié 6  (...)

1De toutes les grandes crises qui rythment les rapports entre les militaires et le pouvoir politique au xxe siècle, l’épuration tient une place à part, à la fois par la singularité du contexte, par les passions qu’elle provoque et par la profondeur du bouleversement qu’elle suppose. Son étude est donc un passage obligé au sein de ce travail collectif sur les « militaires en République ». Elle s’impose avec d’autant plus de force que l’épuration se situe à l’issue de la seule période non républicaine de tout le champ historique couvert par cet ouvrage. De juillet 1940 à août 1944, des militaires ont joué un rôle politique dans un État français qui avait rompu avec le principe de la démocratie, d’autres ont simplement obéi à un régime considéré comme illégitime par la France Libre. L’épuration vise donc clairement à sanctionner l’attitude des militaires à l’égard de la politique, pendant ces années noires. Et cela ne peut manquer de susciter des passions, des indignations et des déceptions, qui provoquent une profonde crise morale au sein de la société militaire et une cassure durable entre l’armée et la nation. Cette crise et cette cassure sont encore accentuées par l’importance du phénomène : alors que les autres crises militaires du xxe siècle n’affectent qu’une frange minoritaire de l’armée, l’épuration a une toute autre portée et apparaît comme un véritable bouleversement en profondeur. Si les procédures judiciaires ne touchent que quelques centaines de militaires, d’active ou de réserve, une très grande partie des officiers des trois armées doivent se plier aux procédures d’épuration administrative de l’année 1945, avant d’être touchés par le dégagement des cadres de 1946 et 19471.

  • 2 Il est parfois difficile de savoir qui relève de chaque juridiction. La Haute Cour, telle que la co (...)

2Pourtant, malgré son importance, l’épuration reste un épisode très mal connu de l’histoire des armées. Si on entend par épuration toutes les procédures d’exclusion et les sanctions qui ont frappé les militaires ayant fait, de 1940 à 1944 de « mauvais » choix politiques, on est contraint de constater qu’il n’y a pas une épuration mais des épurations dont certaines ne s’affirment pas toujours comme telles. L’ensemble de ces mesures s’étend sur près de dix années, de 1943 à 1953 et comprend trois aspects distincts : l’épuration judiciaire, la plus connue, avec les grands procès en Haute Cour, la multitude de petits procès devant les cours de justice et les chambres civiques, et enfin les tribunaux militaires2. Il est encore impossible, dans l’état actuel d’ouverture des archives, de dresser un bilan de l’épuration judiciaire dans l’armée. Seule la Haute Cour, qui a jugé seulement cent cas, peut se prêter à une étude exhaustive. Les tribunaux civils ont fait l’objet de statistiques, mais il est impossible de distinguer, parmi les condamnés, ceux qui faisaient partie de l’armée. Quant aux tribunaux militaires, leurs archives, lorsqu’elles ont été conservées, demeurent encore inaccessibles.

  • 3 La circulaire n° 5600, Forces armées Guerre, cabinet militaire, P, du 2 octobre 1946 demande que to (...)
  • 4 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale du 19 mai 1949, p. 2704 et 2705, réponse du secré (...)

3Malgré une plus grande ouverture des archives, l’épuration administrative n’est pas tellement mieux connue car elle est particulièrement complexe, à la fois dans ses fondements juridiques et dans ses règles d’application. Pour les années 1944 et 1945, on dénombre pas moins de soixante-dix notes de base fixant les règles essentielles pour sa mise en œuvre, et ceci uniquement pour l’armée de Terre ! Les archives nominatives, lorsqu’elles existent3, se présentent comme des suites ininterrompues de listes, de catégories de classement, de réclamations et de rapports volumineux émanant de dizaines de commissions différentes. Bien sûr, il y a des statistiques globales, le plus souvent calculées à l’occasion d’une question parlementaire, mais elles sont établies de telle manière que leur interprétation s’avère le plus souvent difficile, voire impossible4.

  • 5 Sur ce sujet cf. G. Jourdren (contrôleur général), Le dégagement des cadres, mémoire droit, Paris, (...)
  • 6 Par note 17076 SEG/CAB/EMP/CH du 8 juin 1954, les jeunes officiers exclus de l’armée au titre de la (...)
  • 7 Raoul Girardet, La crise militaire, Paris, F.N.S.P. Armand Colin, p. 22 ; Jérôme Bodin, Les Officie (...)

4Le même problème d’exploitation des sources se pose pour la troisième forme d’épuration : le dégagement des cadres. Celui-ci commence en 1946 et prévoit une réduction drastique des effectifs des militaires, rendue nécessaire par le retour à la paix. En tant que tel, ce n’est pas à proprement parler une épuration, cependant, l’attitude politique pendant la guerre 1939-1945 compte parmi les critères de sélection des officiers. Malgré quelques études sérieuses5, ce dégagement des cadres de l’après-guerre reste mal connu et son importance numérique sujette à controverse. En effet, nombre d’officiers alors exclus ont été réintégrés peu de temps après pour aller combattre en Extrême-Orient6. Au total, il est permis de dire que la recherche historique de longue haleine qu’impose un tel sujet n’a jamais vraiment été faite. A tel point que de nombreux travaux, y compris les plus solides doivent faire une large place à l’étude des perceptions de l’épuration7. Celles ci sont, certes, essentielles, mais elles ne peuvent être qu’inachevées, faute de pouvoir comparer les représentations avec la réalité et de mesurer ainsi l’ampleur de la recomposition de la mémoire. En réalité, seule la mise en parallèle de la réalité et des mythes peut permettre de mesurer la profondeur de la crise qu’a subie l’armée française.

5La présente étude ne peut prétendre réaliser définitivement cette comparaison indispensable entre la réalité de l’épuration et le discours qui l’a accompagnée. Elle a seulement pour ambition de mettre en lumière, à travers quelques exemples, la distance qu’il peut y avoir entre le phénomène de l’épuration et les mythes qu’il a suscités. En effet, malgré de grands principes de rupture avec le passé, de violentes passions, une dramaturgie nourrie d’injustice et de trahison, l’épuration ne semble pas briser le corps des officiers et celui-ci ne paraît pas se renouveler en profondeur. Ne serait-ce donc alors qu’une cérémonie formelle, un rite expiatoire destiné justement à masquer la continuité sous une apparence de rupture ? Même si l’état de la recherche ne permet pas de conclure, elle autorise néanmoins certaines réflexions et remises en question.

Les principes

  • 8 Parmi les principales études : Robert Aron, Histoire de l’épuration, Paris, Fayard, 1954, 2 vol. 19 (...)

6L’histoire de l’épuration française est maintenant assez bien connue8. La chronologie adoptée par presque tous les auteurs ayant travaillé sur ce sujet, distingue trois périodes. Pendant la première période qui précède la Libération, le C.F.L.N. puis le G.P.R.F. posent les grands principes et prennent les premières mesures exemplaires contre les vichystes présents en Afrique du Nord. La deuxième période commence quelques mois avant la Libération et s’achève quelques semaines après, elle est marquée par l’épuration immédiate extra-judiciaire, également appelée épuration sauvage. La troisième période commence avec la restauration de l’État en métropole, c’est l’épuration légale.

Les principes d’une épuration impitoyable

  • 9 Discours du 8 août 1943, Casablanca (Place Lyautey) Charles de Gaulle (général) Discours et Message (...)

7Les textes de base qui fondent l’épuration de l’armée sont les mêmes que pour toute l’administration. Dès le printemps 1943, un comité d’études composé de huit anciens parlementaires réunis à Londres élabore les premiers éléments de législation sur l’épuration. Ils décident le principe d’une épuration totale en « écartant des postes gouvernementaux ou administratifs » tous ceux qui n’ont « pris aucun risque dans la Résistance française ». Peu de temps après, le général de Gaulle affirme solennellement que « Le pays, un jour connaîtra qu’il est vengé »9. Ces principes sont immédiatement appliqués en Afrique du Nord où une commission d’épuration est créée par ordonnance du 18 août 1943. Elle a pour mission de « provoquer les sanctions adéquates contre tous les élus, fonctionnaires et agents publics qui, depuis le 16 juin 1940, ont, par leurs actes, leurs écrits ou leur attitude personnelle, soit favorisé les entreprises de l’ennemi, soit nui à l’action des Nations Unies et des Français résistants, soit porté atteinte aux institutions constitutionnelles ou aux libertés publiques fondamentales ». Tous les fonctionnaires, ou agents des services publics ayant travaillé sous les ordres du gouvernement de Vichy sont donc concernés par l’ordonnance du 18 août. Celle-ci prévoit néanmoins que des différences seront établies entre ceux qui se sont bornés à exécuter des ordres et les instigateurs de la collaboration. Le 3 septembre 1943, le C.F.L.N. prend la décision de faire traduire Pétain en justice. Pour se couvrir, les fonctionnaires ne pourront plus arguer de l’obéissance à un chef d’État inculpé. Ces législations de base sont complétées peu à peu : le 3 octobre, une ordonnance crée un tribunal militaire d’armée à compétence particulière pour juger toutes les infractions commises dans les camps de détention ou centres de séjour surveillés ; le 21 octobre, les compétences de ce tribunal militaire sont étendues aux crimes et délits contre la Sûreté intérieure ou extérieure de l’État, commis « dans l’exercice de leurs fonctions par les membres ou anciens membres de l’organisme de fait se disant gouvernement de l’État français » ainsi que les officiers généraux et les membres des « groupements antinationaux ». Le tribunal d’armée, extension du conseil de guerre, peut donc juger tous les membres du Gouvernement, les responsables et les grands exécutants de la politique de collaboration. La présidence de ce tribunal militaire d’exception d’Alger est confiée à un aviateur, le général Pierre Weiss. Il est assisté dans sa tâche par un autre aviateur, le général Cochet, et par le général Tubert, connu pour ses sympathies à l’égard des communistes.

  • 10 Robert Aron, Histoire de l’épuration, t. 1, Paris, Fayard, 1967, p. 246.

8Très vite, le C.F.L.N. va montrer sa détermination à épurer le personnel politique et militaire de façon inflexible. Le premier prévenu qui comparaît devant le tribunal militaire est Pierre Pucheu, l’ancien ministre de l’Intérieur. Le général Weiss, au terme d’un réquisitoire impitoyable, demande la peine de mort le 11 mars 1943. Le 20 mars, Pucheu est fusillé. Sa mort marque, par une sentence exemplaire, le début de l’épuration judiciaire. Peu de temps après s’ouvrent les procès des volontaires de la Phalange Africaine qui ont combattu avec les troupes de l’Axe entre novembre 1942 et mai 1943. Leur chef, le colonel d’aviation Sarton du Jonchay, s’est envolé pour la métropole avec tout son état-major. Ceux qui restent, les médiocres soutiers de la collaboration armée, pris par l’avance des troupes alliés, se voient infliger des sentences sans indulgence. Le lieutenant-colonel Christofini et sept soldats, dont deux musulmans sont condamnés à la peine capitale, immédiatement exécutée. Les autres subissent des sanctions très lourdes. Ceux qui en échappent sont les soldats qui peuvent faire valoir leur passivité ou leur lâcheté dans le combat avec les Allemands. Ceux qui meurent sont les plus courageux, ceux qui se sont bien battus, avec zèle et acharnement. Dès 1943, l’épuration se présente donc comme une négation des valeurs militaires, les plus partagées : l’honneur et le courage au combat, mais aussi de la plus intangible d’entre-elles : l’obéissance et la subordination absolue au pouvoir politique. Le colonel Loiseau, commissaire du gouvernement s’interroge pendant le procès Christofini : « Un officier est-il astreint dans tous les cas à obéir ? La discipline est-elle toujours la force principale des armées ou n’a-t-elle pas été dans ce rôle, supplantée par l’indiscipline et le libre arbitre ? ». Puis il affirme : « Un officier doit savoir conserver sa personnalité. Il a le droit de juger de l’aspect politique de ce qui l’entoure.10 »

  • 11 Geo London, L’Amiral Esteva et le général Dentz devant la Haute-Cour de Justice, Lyon, Roger Bonnef (...)
  • 12 Bodin, op. cit., p. 201. Henri Amouroux, La Grande histoire des Français après l’occupation, La pag (...)

9Les procès des grands chefs militaires, qui commencent à Alger en mai 1944 pour se poursuivre à Paris au printemps 1945, renouvellent les mêmes questions et reproduisent la même inversion de valeurs. L’amiral Derrien, coupable d’avoir obéi aux ordres de Vichy en laissant Bizerte aux Allemands, est jugé à huis clos par le Tribunal militaire d’Alger qui le condamne aux travaux forcés à perpétuité. Par la suite, tous ceux qui ont eu des responsabilités, même s’ils affirment avoir obéi à un ordre, doivent passer devant la Haute-Cour. Weygand, en captivité en Allemagne depuis son arrestation, le 12 novembre 1942, est incarcéré dès son retour en France et son cas soumis à la commission d’instruction. Les premiers procès devant cette juridiction témoignent de la volonté de juger les exécutants avant même les responsables politiques. Esteva et Dentz se réfugient derrière leur logique d’obéissance au pouvoir de fait, ce qui ne les empêche pas d’être condamnés tous deux pour trahison. Esteva à la détention perpétuelle et à la dégradation militaire, Dentz à mort11. Ce général malade et âgé passe six mois dans la cellule des condamnés à mort, avant de voir sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité le 24 octobre 1945. Il meurt deux mois plus tard à l’infirmerie de Fresnes. Les mauvais traitements infligés à ce vieux général en font vite un martyr auprès des officiers français, eux mêmes sévèrement, et souvent arbitrairement, menacés par l’épuration administrative12.

Renouveler l’armée

10En effet l’épuration ne se contente pas des têtes, elle veut frapper aussi les exécutants. Ce que l’on appelle d’habitude épuration administrative de l’armée recouvre deux mesures juridiquement distinctes mais confondues dans la pratique, et qui visent :

  1. La mise à l’écart des cadres compromis sous Vichy ;

  2. L’intégration des cadres ayant participé à la Libération à l’exclusion de tous les autres.

  • 13 Ordonnance du 27 juin 1944 relative à l’épuration administrative sur le territoire de la France mét (...)

11La première série de mesures se situe dans la droite ligne des principes d’épuration mis au point à Alger. L’ordonnance du 27 juin 1944 fixe les bases de l’épuration administrative en métropole selon les mêmes critères qui présidaient aux textes de septembre 1943 promulgués en Afrique du Nord. La liste des délits susceptibles de sanctions est identique et concerne en fait tous les instigateurs de la politique de collaboration ainsi qu’un grand nombre d’exécutants13. L’épuration administrative ne se substitue pas à l’épuration judiciaire : ses sanctions sont, au pire, l’exclusion définitive de la fonction publique ou de l’armée, sans bénéfice de pension, assorti de blâmes officiels et de perte des décorations. Mais tout fonctionnaire suspect peut être immédiatement suspendu avec la moitié de son traitement en attendant le résultat de l’épuration judiciaire, à la suite de laquelle, des décrets ministériels individuels déterminent les sanctions administratives.

  • 14 Discours du 6 juin 1944, Charles de Gaulle, Discours et Messages, Paris, Plon, 1970, t. 1, Pendant (...)

12Les règles qui fixent les droits à la réintégration sont différentes. En principe, tous les officiers et sous-officiers qui n’ont pas répondu aux appels du général de Gaulle du 6 juin 1944 sont exclus de l’armée. Effectivement le jour du débarquement, prenant le contre-pied d’Eisenhower qui demandait aux fonctionnaires français de rester à leur poste, le chef du G.P.R.F. s’est adressé solennellement à tous les Français et surtout aux militaires, anciens militaires et agents de la fonction publique et les a sommés : « De combattre par tous les moyens dont ils disposent » et « d’obéir aux ordres que je serai amené à promulguer »14.

  • 15 Instruction n° 10 010/Cab de M. le commissaire à la guerre, 27 août 1944, S.H.A.T. 13P47 et 9 P133.
  • 16 Le Goyet (colonel), « Libération de la France, l’unification des forces armées », Revue historique (...)

13Les militaires qui n’ont pas répondu à l’appel direct du Général, sont sanctionnés par l’instruction ministérielle n° 10 010 du 27 août 1944. Tous les officiers de carrière qui n’appartiennent pas aux forces armées du G.P.R.F (c’est-à-dire ne servant pas régulièrement ni dans les unités constituées en Corse ou sur le sol de l’empire, ni dans les F.F.I.) sont placés d’office en position de disponibilité. S’ils désirent réintégrer les cadres actifs, ils doivent souscrire une déclaration sur l’honneur détaillant leur attitude depuis le 23 juin 1940. Des commissions de réintégration sont créées pour examiner tous les dossiers individuels15. Concrètement, ces deux mesures distinctes dans les textes, épuration administrative et réintégration touchent exactement les mêmes individus. Tous ceux qui n’ont pas répondu à l’appel du 6 juin sont de facto convaincus d’avoir favorisé la politique de collaboration et nui à l’action des forces alliées. Ils doivent donc subir l’épuration administrative. C’est pourquoi, par ordonnance du 22 septembre 1944, l’épuration et la réintégration sont confiées aux mêmes commissions, chargées de l’examen de tous les rapports individuels des militaires restés en métropole16.

14Le travail des commissions d’épuration est à peine achevé, à la fin de l’année 1945, que s’ouvre une période de dégagement des cadres, qui s’étend sur les années 1946 et 1947. Celui-ci ne doit pas être confondu avec l’épuration. En principe, c’est juste une mesure technique qui vise à inciter les volontaires à partir d’eux-mêmes et à exclure les cadres les moins bien classés de leur grade. Pourtant le dégagement des cadres va outrepasser sa fonction et prendre l’allure d’une session de rattrapage pour l’épuration.

Le dégagement des cadres : une nouvelle épuration

  • 17 Ordonnance n° 45 2606 du 2 novembre 1945, cit. in Jérôme Bodin, Les Officiers français, grandeur et (...)
  • 18 Pour l’armée de Terre, en mars 1946, 101 officiers ont demandé à bénéficier de l’ordonnance du 2 no (...)
  • 19 Maurice Vaisse, Jean Doise, Diplomatie et outil militaire, politique étrangère de la France 1871-19 (...)
  • 20 Loi n° 46607 du 5 avril 1946 portant fixation du budget général (dépenses militaires) de l’exercice (...)
  • 21 Sur ce sujet Cf. G. Jourdren (contrôleur général), Le dégagement des cadres, mémoire droit, Paris, (...)
  • 22 Lois du 23 decembre 1946 (commission de la Hache, réduction de 50 000 emplois publics), Journal Off (...)

15Une première ordonnance entame le processus de dégagement des cadres en novembre 194517. Se fixant pour objectif un rajeunissement général « pour favoriser l’entrée dans l’armée active des jeunes officiers ayant appartenu aux forces qui menèrent les combats pour la Libération », le texte ménage un certain nombre de facilités financières aux officiers les plus anciens qui souhaitent quitter l’armée. Il propose dans ce but une pension à jouissance immédiate aux cadres de plus de quinze ans de service et une retraite calculée sur le grade immédiatement supérieur pour les officiers de plus de vingt-cinq ans de service. Cependant, très peu de départs volontaires sont enregistrés18. Or il faut faire vite : les 7 et 11 février 1946, le comité de Défense nationale décide de réduire de moitié les effectifs de l’armée de Terre qui sont encore de huit cent dix-huit mille hommes, et ceci sans toucher aux effectifs d’Indochine et d’Afrique du Nord19. Le Gouvernement met donc au point le 8 mars 1946, un plan de compression des dépenses et de réduction du personnel qui se traduit par l’adoption d’un budget militaire pour 1946 où figurent des dispositions extrêmement dures concernant le dégagement des cadres20. Cette loi est nettement moins favorable que l’ordonnance de novembre 1945 : elle généralise la possibilité de dégagement d’office et diminue les avantages consentis aux agents dégagés, surtout à ceux qui ont moins de quinze ans de service. Lorsque ces derniers sont mis d’office en non-activité, ils perçoivent une solde de dégagement (égale aux deux tiers de leur solde d’active), mais seulement pendant un an. Les officiers plus anciens peuvent être dégagés d’office mais ils gardent certains avantages pécuniaires prévus dans l’ordonnance de novembre 1945221. Telle quelle, la loi d’avril 1946 est incontestablement la plus dure que les officiers français aient connue depuis celle de 1815 qui avait mis à la demi-solde les officiers de l’Empire. Comme ce dégagement des cadres de l’armée s’inscrit dans un vaste ensemble de réduction du nombre de fonctionnaires, aucune mesure de reconversion dans le secteur public n’est favorisée22. Tout cumul de la solde de départ et d’un emploi public est prohibé. Nous sommes bien loin des mesures de dégagement de 1940 qui avaient ouvert toutes grandes les portes de l’administration aux officiers exclus de l’armée.

  • 23 L. Roblin, La reconstitution organique et technique des forces aéronavales françaises, mémoire, S.H (...)

16L’armée de l’Air et la Marine doivent suivre ce vaste mouvement de déflation. La première, forte de cent cinquante-cinq mille quatre cent dix hommes en juillet 1945, doit ramener ses effectifs à soixante et un mille hommes en juin 1946 et atteindre cinquante neuf mille cinq cents hommes début 1947. Il faut donc licencier près de mille deux cents officiers et un millier de sous-officiers avant la fin de l’année 1946. Pour la Marine, le dégagement est nettement moins drastique, car le recrutement de nouveaux officiers en 1944 et 1945 n’a pas été aussi poussé que dans les autres armées23.

  • 24 N° 5201 CAB MIL du 8 juin 1946, S.H.A.T. 2R92.

17Comment choisir les officiers destinés à être dégagés ? La méthode classique est de désigner des commissions de classement chargées d’établir des listes de mérite et de ne retenir, dans chaque grade, que le sommet de la liste correspondant exactement aux effectifs budgétaires alloués. Ce système avait fonctionné en 1940. En 1946, trois commissions de dégagements des cadres sont donc créées, mais leurs principes d’appréciation ne sont pas seulement techniques. Les commissions sont invitées à se prononcer sur l’attitude patriotique observée de 1940 à 1945. Il y a donc un glissement d’attributions très net : les commission de dégagement doivent officiellement compléter le travail des commissions d’épuration et d’éliminer tous ceux qui n’ont été gardés dans l’armée que parce qu’il fallait bien des professionnels pour terminer la guerre24.

Les passions

  • 25 Capitaines T & A, « Les officiers », La Nouvelle Critique, n° 107, p. 60.

18Tout semble donc réuni, à la Libération, pour opérer un vaste renouvellement de l’armée française, avec élimination des « vichystes corrompus » et intégration des « forces vives de la nation », issues de la Résistance. L’espoir d’une véritable table rase de la vieille armée hante toute une frange de l’opinion et se manifeste dans de nombreux textes, créant une sorte de légende résistantialiste de l’amalgame et de l’épuration. Un article de la Nouvelle Critique, publié en 1959, évoque bien l’idée que la gauche communiste se faisait du devenir de l’armée au moment de la Libération : « Rappelons les réalités et les possibilités de l’immédiat après-guerre 1945-1946. D’un côté un corps d’officiers affaibli par les séquelles de l’esprit munichois et de la défaite de 1940, par la trahison et les mystifications de Vichy (et notamment par le serment à Pétain), par les épreuves de la captivité, par les intrigues et les manœuvres de division du gaullisme ; parmi eux, un grand nombre d’éléments de valeur, avec leur connaissance et leur expérience, et un grand courant d’aspiration à un renouveau authentique ; du côté du peuple, la grande armée de la Résistance, avec ses cadres issus pour la plupart de la classe ouvrière et de la paysannerie, avec ses racines profondément plongées dans la nation, avec ses milliers d’officiers volontaires pour l’intégration dans l’active, avec la possibilité d’opérer ainsi par un amalgame rappelant celui des armées de l’An II, un renouvellement et une revitalisation du corps des officiers français. On connaît le bilan de l’opération : ce qui a prévalu, c’est la volonté acharnée de refuser au maximum ces possibilités.25 »

Naissance d’une double légende

  • 26 *** (colonel de Virieu), « L’armée française, passé, présent, conditionnel », Esprit, mai 1950, p.  (...)
  • 27 Général Ruby, « L’épuration dans F Armée » Défense de l’Occident, Janvier-février 1957, p. 99.
  • 28 *** « Le vide militaire français », Les Écrits de Paris, n° 52, février 1949.
  • 29 Ibid., p. 46-47.

19A côté de ce discours résistantialiste centré sur l’espoir d’une vaste démocratisation de la caste militaire, un autre discours, plus secret, court au sein de l’armée et de ce qui reste de la droite nationaliste. Celle d’une armée brisée, disloquée sciemment par un pouvoir infiltré par les communistes et contrainte de se séparer de ses meilleurs éléments. Ainsi, le colonel de Virieu, dans un article, pourtant très modéré, de la revue Esprit, parle de l’épuration comme d’un « holocauste qui privait l’armée d’hommes expérimentés pour leur substituer des soldats de fortune »26. Plus virulent, un autre officier, Edmond Ruby déplore dans Défense de l’Occident le démantèlement de l’armée française au nom de parti-pris idéologiques27. Encore plus passionné, un auteur anonyme étale sa rancœur en février 1949 dans la revue de droite Les Écrits de Paris : selon lui, l’épuration fut menée par des « communo-résistantialistes », et le général de Gaulle « obéissait docilement aux épurateurs en révoquant d’un coup plusieurs milliers de ses camarades coupables de fidélité à leur serment ». Ainsi il soutient que l’épuration et le dégagement ont abouti à une sélection des F.F.I. aux dépends des autres officiers, ce qui a entraîné, « médiocrité et gabegie » et à la reconstitution d’une armée « où la majorité des sous-lieutenants n’ont pas leur certificat d’études »28. Les armes techniques, Marine et aviation ne sont pas épargnées : l’auteur n’hésite pas à affirmer « dans l’armée de l’Air, où l’emprise rouge a été plus intense, c’est pire, car là, la compétition technique est vitale... Une épuration sectaire a écarté en majorité des compétences professionnelles pour les remplacer par des “résistants” ou des cadres subalternes nommés systématiquement officiers dont on peut dire que leur valeur technique et professionnelle était faible et l’est restée. Ces médiocres peu utiles encombrent en outre l’avancement qu’aucune méthode ne règle plus. (...) Pour ne citer qu’un exemple, peut-on admettre qu’un ex-maquisard, n’ayant pas fait de service militaire, ni jamais piloté, étiqueté aviateur par soi-même, se retrouve trois ans plus tard comme non navigant, capitaine, d’état-major de l’armée de l’Air ? Pareil cas, nullement unique, juge un système.29 »

  • 30 Jean Planchais, Une histoire politique de l’armée, t. II, 1940-1967, de de Gaulle à de Gaulle, Pari (...)

20Ces écrits reflètent une grave crise morale de l’après-guerre chez les officiers, également bien mise en valeur par les historiens et chroniqueurs de l’armée française. Ainsi Jean Planchais mesure bien l’impact psychologique de cette politique du personnel lorsqu’il écrit : « Le dégagement sera considéré comme une injustice, une insulte à une armée victorieuse, la victoire de l’extrême-gauche sur une élite irréprochable. Il sera déterminant dans le repli des cadres sur eux-mêmes, au cours des années suivantes.30 »

Des statistiques faussées ?

  • 31 Marcel Vernoux (général), « La crise du recrutement des cadres et ses solutions », Revue de Défense (...)

21Cependant, le double discours, « communo-résistantialiste » d’une part, « vichy sso-militaire » de l’autre, aboutit paradoxalement à un résultat semblable : l’exagération de l’ampleur réelle de l’épuration et de l’intégration des F.F.I. Les militaires qui écrivent dans les revues n’hésitent pas à avancer des chiffres totalement déraisonnables. Edmond Ruby affirme que dans la seule armée de Terre, le nombre des officiers victimes de l’épuration et du dégagement des cadres s’élèverait aux alentours de vingt mille, ce qui représente les deux-tiers des cadres actifs de cette armée. D’autres avancent des chiffres plus modérés, comme le général Marcel Vernoux qui comptabilise quinze mille officiers et trente mille sous-officiers exclus de l’armée de Terre, soit la moitié de l’armée, mais il est persuadé que la démocratisation voulue par les communistes a réellement eu lieu. Il soutient ainsi que « les officiers ayant dû quitter l’armée en 1946 sortaient des grandes écoles dans la proportion de 50 à 60 % suivant les armes. Après le dégagement les anciens élèves de ces mêmes écoles n’étaient plus que 10 à 25 % dans les rangs actifs »31. La politique du personnel dans les trois années d’après guerre aurait donc bien réussi à éliminer les élites et à promouvoir « les obscurs et les sans grades ».

  • 32 Claude d’Abzac-EPEZY, L’Armée de l’Air de Vichy, 1940-1944, thèse de doctorat d’histoire, Universit (...)
  • 33 Ordonnance de non-lieu du 6 mai 1948. Cf. Lottman, op. cit., p 317.

22Toutefois, cette exagération de l’ampleur du renouvellement de l’armée n’est pas seulement portée par le discours de militaires écrivant dans les revues de droite. Les chiffres officiels de l’épuration fournis par le ministère peuvent être également considérablement enflés, car le gouvernement doit satisfaire une opinion de gauche pressée de voir l’armée connaître sa révolution sociale. Dès son entrée en fonctions, le 23 novembre 1945, le ministre des armées, le MRP Edmond Michelet, est attaqué par la gauche sur sa politique d’épuration. Un ancien membre du cabinet militaire de Charles Tillon, le colonel P.M. Levy, orchestre en octobre 1946, une campagne de presse dans Franc Tireur, L’Ordre, l’Humanité, Le Populaire où il accuse ouvertement le ministre de défendre les vichystes32. Après le départ des ministres communistes du gouvernement, l’opposition à la politique d’épuration de Michelet devient plus ostensible encore. Il faut rappeler que le non-lieu accordé par la commission d’instruction de la Haute Cour au général Weygand entraîne la démission du seul membre communiste de cette commission, Marcel Willard, qui estimait que le seul fait d’avoir conseillé un armistice en juin 1940 était un crime33.

  • 34 Raoul Girardet, La Crise militaire française, op. cit., p. 22, Journal officiel, débats parlementai (...)
  • 35 Amiral Gabriel Auphan, Jacques Mordal, La Marine française pendant la Seconde Guerre mondiale, Pari (...)

23Dès début de l’année 1946, Michelet est donc amené à justifier perpétuellement sa politique d’épuration jugée trop laxiste par son aile gauche. Devant l’Assemblée nationale, le 4 avril 1946, il affirme : « Le ministère des Armées est au premier rang de l’État tant pour le nombre et le pourcentage de fonctionnaires frappés par les mesures d’épuration que pour le nombre de résistants intégrés dans ses cadres ». Il évalue ainsi à plus de onze mille le nombre des officiers issus de la résistance et des forces françaises combattantes dans intégrés dans l’armée active34 et, parallèlement, il insiste sur l’ampleur de l’épuration. Ne va-t-il pas jusqu’à affirmer, à la tribune de l’Assemblée, qu’il a, lui ou ses prédécesseurs, éliminé 97 % des officiers généraux de la Marine ? Même les auteurs militaires qui dénoncent à corps et à cri l’injustice de l’épuration, trouvent le procédé outré. C’est le cas de l’amiral Auphan et de Jacques Mordal qui écrivent dans leur Histoire de la Marine : « Ce chiffre, d’ailleurs exagéré, n’a sans doute été prononcé que pour donner satisfaction à une opinion malveillante. Il est significatif, quoi qu’il en soit, qu’un ministre ait pu avancer que sur le corps des officiers généraux qui comprenait en 1939, cent vingt-trois amiraux ou assimilés, quatre ou cinq seulement aient été jugés dignes à la Libération d’être maintenus dans les cadres de l’activité. Il n’est pas moins attristant de penser qu’une déclaration semblable ait été acceptée partout sans un geste de protestation.35 »

  • 36 CAB/MIL/GUE/P du 13 juillet 1946, S.H.A.T. 6P18.

24Dans ce contexte politique tendu, doit-on accepter sans réserve les chiffres produits alors par le cabinet du ministre ? Une note du 13 juillet 1946 laisse croire en effet que l’armée s’est largement épurée, puisque dix mille deux cent soixante-dix officiers ont été justiciables de l’épuration, parmi eux, quatre mille n’ont pas été réintégrés. La même note déclare « l’armée a largement ouvert ses portes aux éléments des F.F.I. » car on compte, en 1946, douze mille vingt-cinq officiers nouvellement venus à l’armée dont sept mille sept cents F.F.I.36. Il faut pourtant réexaminer ces chiffres, énoncés dans un contexte passionnel et se pencher sur la réalité de l’épuration administrative et du dégagement des cadres à la lumière des archives disponibles.

La continuité

25Devant la difficulté à étudier l’ensemble des archives de l’épuration militaire, nous avons choisi d’approfondir l’exemple d’une seule armée, l’armée de l’Air, en espérant que le résultat de cette recherche permettrait d’apporter un éclairage nouveau et un élément de comparaison pour l’étude des deux autres armées. Or nous avons abouti à un résultat surprenant : loin de retrouver ce vaste renouvellement du personnel, énoncé dans les principes juridiques, dénoncé ou souhaité dans les discours de droite ou de gauche, les chiffres que nous avons mis à jour donnent l’image d’une épuration administrative particulièrement clémente et d’un dégagement élitiste avant d’être politique. Au total une armée où la continuité « élitiste » l’emporterait sur le renouvellement « démocratique ».

Une épuration administrative relativement clémente : l’exemple de l’armée de l’Air

  • 37 Pour le personnel navigant le congé d’armistice était le plus souvent remplacé par le congé du pers (...)
  • 38 P. 646, S.H.A. A. ZI 1402.
  • 39 Assemblée consultative provisoire, Commission de Défense nationale, séance du 6 décembre 1944. Comp (...)
  • 40 Rapport du général Cochet, président de la Commission d’épuration de l’armée de l’Air, s.d. [1945] (...)

26Juste après la Libération, et conformément aux ordonnances sur l’épuration administrative, une commission d’épuration et de réintégration dirigée par le général Cochet est chargée d’examiner les dossiers de tous les officiers d’aviation, en activité ou en congé, restés en métropole entre 1942 et 1944, soit trois mille deux cents officiers en tout. Sur ce total, mille six cents sont en congé d’armistice et mille six cents sont en activité37. Ce dernier chiffre peut paraître surprenant, mais il ne faut pas oublier que, contrairement à une croyance tenace, l’armée française n’a pas été totalement dissoute après novembre 1942. Dans l’armée de l’Air, il reste environ quinze mille hommes en activité à la Libération qui ont servi dans la Défense aérienne du Territoire, alors placée sous l’autorité de la Luftwaffe. La gravité des faits de collaboration imputée à ces hommes conduit le ministre de l’Air, Charles Tillon à décider une épuration impitoyable qui doit être le prélude à une véritable démocratisation de l’armée. Dès son entrée en fonctions, il crée à son cabinet une mission chargée d’enquêter sur les faits de collaboration dont il confie la présidence à un officier juif, victime des mesures raciales de Vichy, le colonel Lévy. Celui-ci après des recherches extrêmement poussées dans toutes les archives, rend un rapport sans complaisance où il préconise l’exclusion définitive de plus de trois-cent officiers de l’armée de l’Air, lourdement compromis, et la comparution en justice de cinquante-neuf autres38. Cependant, dès la fin de l’année 1944, Charles Tillon assouplit son discours révolutionnaire et préconise une épuration plus modérée. Alors que les principes énoncés à la Libération exigeaient l’exclusion globale des non résistants, qu’ils aient occupé ou non un poste de responsabilité, le ministre communiste déclare devant la commission de Défense nationale de l’Assemblée que la commission d’enquêtes « est guidée par deux principes essentiels : se montrer très ferme et même implacable à l’égard des chefs contre lesquels des griefs peuvent être retenus, parce qu’ils se sont révélés de mauvais chefs en ne donnant pas l’exemple. Par ailleurs, se montrer très coulante à l’égard des hommes qui se sont seulement trompés »39 La commission Cochet, suivant les principes édictés par le ministre décide donc « de frapper ceux qui ont eu des responsabilités par leurs fonctions et par leurs actes »... « D’être impitoyables envers ceux qui par leur grade auraient pu donner l’exemple », mais de « réintégrer le maximum de subalternes, même parmi ceux qui, bien que n’ayant pas eu une conduite irréprochable, n’occupaient cependant pas des postes où ils pouvaient prendre ou suggérer des décisions »40. Contrairement à la « légende noire » véhiculée par les militaires, ceux qui ont obéi passivement se voient donc absous.

27Le résultat statistique de ce parti pris de clémence ne peut manquer d’étonner. Au total, la commission Cochet décide l’exclusion de l’armée de l’Air de huit cent vingt-six officiers sur les trois mille deux cents restés en Métropole, soit 25 %, ce qui peut représenter un taux d’épuration raisonnable. Mais qui sont les officiers sanctionnés ? On pourrait supposer que ceux qui sont restés en activité de 1942 à 1944 seraient exclus en priorité, tout particulièrement ceux qui ont combattu pour les Allemands dans les unités de D.C.A. ferroviaire, dans les services de guet ou les pompiers de l’Air, or c’est tout le contraire qui se passe. Sur les mille six cents officiers restés en activité jusqu’en 1944, mille cinq cent-huit soit 94 % sont rappelés, dont deux cent-vingt-sept avec avancement réduit. En revanche, sur les mille six cent officiers en congé d’armistice, seulement huit cent seize sont réintégrés, soit 51 % du total. En définitive, à part quatre-vingts officiers d’active, sanctionnés pour avoir occupé des postes à l’état-major de l’armée de l’Air de Vichy ou du secrétariat général à l’aviation de 1940 à 1944, l’épuration touche en priorité ceux qui ont déjà été exclus de l’armée de l’Air en 1940 ou en 1942, sur leur demande ou d’office. L’épuration administrative ne fait donc qu’entériner les dégagements des cadres opérés par Vichy. Ceux qui ont refusé de servir l’État français, qui ont demandé leur congé d’armistice en 1940 ou en 1942, ne sont réintégrés que dans la proportion de un sur deux alors que ceux qui ont servi Vichy jusqu’en septembre 1944 sont maintenus en activité pour 94 % d’entre eux.

  • 41 Le ministre de l’Air à M. le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la Républiq (...)

28La relative clémence de cette épuration administrative peut se comprendre lorsqu’on se replace dans le contexte politique et militaire de l’époque de la Libération. L’objectif principal de la France est alors de reprendre sa place parmi les vainqueurs. Pour cela, il est indispensable de participer au maximum à la guerre contre l’Allemagne jusqu’à la victoire finale. L’armée de l’Air est en plein réarmement, grâce à l’aide des Alliés elle est assurée d’obtenir des avions modernes, mais elle doit fournir des pilotes et des spécialistes, officiers et sous officiers. Les forces aériennes françaises venues d’Afrique du Nord et celles qui combattent en Grande-Bretagne ou en Union Soviétique forment une armée de quarante huit mille huit cents hommes dont mille sept cent-neuf officiers. Pour atteindre les objectifs du plan de réarmement aérien, baptisé plan VIII, il faut arriver à quatre-vingt-cinq mille hommes, soit multiplier les effectifs par deux. Or l’armée de l’Air est une armée de spécialistes qui forme un corps techniques professionnalisé, long à mettre en place. On ne peut la recréer ex nihilo, surtout si l’on désire qu’elle soit apte au combat en quelques mois. Force est donc de faire appel aux anciennes formations de Vichy, quelles qu’aient été leurs compromissions avec l’occupant. Il y a donc une contradiction totale entre la volonté d’épuration sévère et le besoin de recréer rapidement une armée efficace. Le réalisme militaire l’emporte donc sur les principes de ségrégation politique. Même Charles Tillon insiste, dans une lettre de décembre 1944, adressée au général de Gaulle, sur la nécessité de conserver dans l’armée de l’Air des spécialistes, même ceux qui sont compromis sous Vichy car eux seuls sont « capables de s’assimiler presque immédiatement aux divers emplois »41.

29On peut donc comprendre que l’épuration administrative proprement dite ait souffert des besoins urgents de personnel dus à l’état de guerre. Le manque d’officiers incitait à l’indulgence. Mais, une fois la guerre finie, lorsque les armées françaises doivent se débarrasser de ce surcroît d’officiers et de sous-officiers recrutés pendant les combats, ne peut-on supposer que les critères politiques ont joué un rôle déterminant dans le choix de ceux qui devaient rester ? C’est ce qu’ont toujours prétendu les chroniqueurs militaires. Cette hypothèse est-elle confirmée par les archives ?

Le dégagement dans l’armée de l’Air : un repli élitiste

30Reprenons l’exemple de l’armée de l’Air. Forte de cent cinquante-cinq mille quatre cent-dix hommes en juillet 1945, elle doit ramener ses effectifs à soixante et un mille hommes en juin 1946 et atteindre cinquante-neuf mille cinq cents hommes début 1947. Il faut donc licencier près de mille deux cents officiers et un millier de sous-officiers avant la fin de l’année 1946.

  • 42 Arrêté portant organisation de la commission de dégagement des cadres de l’armée de l’Air, Paris, l (...)

31Le 6 avril 1946, le chef d’état major général, le général Bouscat crée une commission de dégagement des cadres de l’armée de l’Air, placée sous la direction du général Guillot. Le choix de ce président, membre des Forces françaises combattantes, du vice-président, le général Bonneau, déporté, ainsi que d’autres membres : le lieutenant-colonel Pouyade et le capitaine Albert, combattants du régiment Normandie-Niemen ou le lieutenant-colonel Janicot, des F.T.P., montre bien la volonté de n’y faire figurer que des combattants « irréprochables », propres à s’ériger en véritables juges42.

  • 43 Brouillon du discours de Bouscat aux membres de la commission de dégagement des cadres, 10 avril 19 (...)

32C’est en effet un jugement, et non une appréciation technique que demande le général Bouscat dans son premier discours aux membres de la commission, le 10 avril 1946. Le critère de choix ? C’est l’expérience « Expérience de quoi ? Expérience du caractère, expérience du sens du devoir, expérience du sens national, expérience de la valeur militaire, expérience du sens civique. Qui peut nier que les plus dignes et les plus aptes, et par conséquent ceux qu’il faut choisir tout d’abord sont ceux qui, dans les circonstances les plus difficiles ont manifesté quels qu’en soient les risques qu’ils possédaient toutes ces qualités ? C’est donc sur ces bases que vous jugerez »43.

  • 44 Ministère des Armées, E.M.G.A. et Inspection générale de l’armée de l’Air, Ordre général n° 4, 24 a (...)
  • 45 N° 799/EMGA/CEM du 23 juillet 1946, contenant les propositions Guillot et les propositions du minis (...)

33Bouscat invite donc la commission à se prononcer avant toute chose sur l’attitude patriotique observée de 1940 à 1945. Ces principes sont officiellement transmis à toute l’armée de F Air dans un ordre général où Bouscat déclare que le classement des officiers sera d’abord fondé sur le comportement pendant la guerre, puis sur l’aptitude professionnelle et générale, et enfin sur le potentiel militaire44. Il y a donc un glissement d’attributions très net : la commission de dégagement est invitée officiellement à prolonger, voire à corriger le travail de la commission d’épuration du général Cochet. Les méthodes de travail de la commission Guillot s’inspirent parfaitement de ces principes. A la fin du printemps 1946, elle est en mesure de donner au ministère des Armées les premières listes de personnel à conserver quoi qu’il arrive (734 noms) ou à dégager systématiquement (255 noms). Mais, très vite, au vu des premiers résultats, un désaccord va éclater entre l’état-major de l’armée de l’Air, dont dépend la commission, et le cabinet Air de Michelet qui s’oppose aux critères de jugement adoptés. Le 23 juillet 1946, Michelet fait envoyer à l’état-major de l’armée de l’Air ses propres propositions de classement qui ne correspondent pas aux choix de la commission Guillot : le ministre a choisi de maintenir dans les cadres une soixantaine d’officiers qui avaient été désignés pour être dégagés en toute circonstance45. Les arguments invoqués ? Des arguments techniques, car ces officiers sont considérés comme indispensables dans les postes qu’ils occupent.

  • 46 Le général d’armée aérienne Bouscat, chef d’état-major général et inspecteur général de l’armée de (...)
  • 47 « Pourquoi le général Bouscat veut-il démissionner ? Les officiers résistants le savent bien », Fra (...)

34Le général Guillot, indigné par ces procédés, menace de démissionner, il est appuyé par le général Bouscat, chef d’état-major général de l’armée de l’Air46, et la querelle est même relayée par la presse de gauche47. Cependant, dès que Bouscat quitte ses fonctions en septembre 1946, pour être remplacé par Gérardot, une dernière commission, dite commission Davet, réintègre quatre-vingts officiers dégagés par la commission Guillot.

  • 48 Pour répondre à cette question, toutes les archives du service du personnel de l’armée de l’Air ont (...)
  • 49 Annuaire des anciens élèves de l’école de l’Air, A.E.A. (Association des anciens élèves de l’école (...)
  • 50 L’article 8 de la loi du 5 avril 1946 stipule que les officiers pourront sans condition d’anciennet (...)

35Le dégagement des cadres dans l’armée de l’Air, n’est donc pas fondé sur des critères politiques. Qui sont donc les huit cent quatre-vingt-douze officiers exclus de l’armée de l’Air entre 1945 à 194848 ? L’élite des officiers, ceux du recrutement direct, et tout particulièrement les jeunes promotions de l’école de l’Air sont maintenus en service49, et, contrairement aux volontés affichées par Bouscat et la commission Guillot, le dégagement n’a pas sélectionné les plus patriotes, mais les plus brillants : les dispositions de la loi de dégagement du 5 avril, touchent essentiellement les « vieux » sous-lieutenants, lieutenants et capitaines qui profitent des possibilités de pension prévues dans les articles 6 et 7 et de la loi : quatre cent vingt-quatre officiers sont ainsi mis à la retraite dont trois cent trente-quatre sont en dessous du grade de commandant. On constate donc que 38 % des dégagés de l’armée de l’Air sont des officiers subalternes de plus de quinze ans de service, issus des sous-officiers d’active, ils ont été promus officiers en 1945, pour avoir combattu avec les F.F.I. Par ailleurs, deux cent vingt-trois officiers, en majorité subalternes, de moins de quinze ans de service sont radiés des cadres sur demande pour bénéficier de la solde de réforme (article 8). Ce sont les grades de lieutenants et sous-lieutenants qui sont les plus touchés, mais l’étude des âges montre que ces officiers sont relativement âgés. On peut donc supposer qu’il s’agit là d’officiers de réserve « activés » en 1945, eux-aussi au titre des F.F.I. et dégagés un ou deux ans plus tard50. Naturellement, la « haute armée », celle qui est issue des écoles de recrutement direct, est un peu touchée, elle aussi. Quatre-vingt-cinq officiers navigants sont mis d’office en congé du personnel navigant. Il s’agit pour l’essentiel d’officiers supérieurs qui partent dans des conditions financières tout à fait acceptables. Par ailleurs, cent cinquante-deux jeunes officiers subalternes (vingt capitaines, quatre-vingt-dix lieutenants, quarante-deux sous-lieutenants) sont mis d’office en non activité. Ils doivent partir avec une maigre indemnité de départ, mais peuvent être à tout moment rappelés au service. La grande majorité d’entre-eux seront effectivement réintégrés trois à quatre ans plus tard, lorsque le besoin de cadres pour l’Extrême-Orient se fera sentir.

  • 51 Claude d’Abzac-ÉPEZY, L’armée de l’Air de Vichy, 1940-1944, op. cit., p. 617.

36Si l’on cherche donc à faire un bilan de la politique du personnel de l’armée de l’Air dans les quatre années qui suivent la Libération, on constate que la réalité se situe aux antipodes des clichés véhiculés par les principes et des discours. L’épuration n’a pas été impitoyable, mais au contraire relativement clémente. On n’a pas sanctionné ceux qui ont simplement obéi, mais presque exclusivement les officiers occupant les postes de décision. Le dégagement des cadres ne s’est pas fait selon des critères politiques, mais selon des critères professionnels et ceux qui ont été renvoyés en priorité ne sont pas les « collaborateurs » mais bien au contraire ceux qui ont été intégrés en 1945, c’est-à-dire ceux qui figuraient dans les statistiques sous l’étiquette « F.F.I. »... Cette dénomination, il faut le préciser ne désignait pas des maquisards nouvellement venus à l’armée, mais, le plus souvent des sous-officiers ou des officiers de réserve, souvent âgés, demeurés en activité sous Vichy jusqu’en 1942, voire jusqu’en 1944 et réintégrés massivement dans la nouvelle armée de l’Air au moment de la Libération, lorsque le besoin urgent de cadres pour réaliser le plan VIII poussait à des promotions rapides et peu contrôlées51.

Hypothèses pour l’armée de Terre

  • 52 Chiffres extraits du Journal Officiel, débats de l’Assemblée nationale du 19 mai 1949, p. 2704 et 2 (...)

37L’exemple de l’armée de l’Air peut-il permettre d’apporter un regard nouveau sur les chiffres de l’épuration et du dégagement des cadres habituellement utilisés ? Peut-on imaginer qu’un scénario semblable ait pu se reproduire dans les deux autres armées ? En l’état actuel des recherches, on peut simplement s’autoriser à formuler des hypothèses. Les chiffres les plus couramment reproduits sur l’épuration dans les armées sont très probablement exacts, si l’on en croit la vérification que nous avons faite pour une partie d’entre eux dans les archives du service du personnel de l’armée de l’Air.52

  • 53 C’est l’interprétation que donne M. Bodin : « de 34 000 officiers, l’armée de Terre n’en comptait p (...)

38Cependant, des chiffres exacts, présentés d’une certaine manière, peuvent induire presque volontairement à une interprétation erronée. L’examen de ces statistiques donne à penser que l’armée s’est renouvelée, car il y a eu d’une part des exclusions et d’autre part, des réintégrations, les uns remplaçant les autres53. Or l’exemple de l’armée de l’Air montre qu’une fois au moins, il est avéré que ce sont les mêmes individus qui ont été d’abord intégrés, souvent au titre des F.F.I., puis exclus en vertu des lois de dégagement des cadres. Il n’y a donc guère de renouvellement. Dans la Marine, le remplacement des élites semble également très faible. Comme pour l’armée de l’Air, près de 93 % des officiers demeurés en activité en métropole de 1942 à 1944 sont maintenus dans les cadres : la technicité du métier limite, par nécessité, les intégrations d’officiers résistants, sans expérience. Le seul sang nouveau, en 1945, provient du maintien en activité d’officiers de réserve issus de la Marine marchande, mais il est tout à fait probable que ces derniers ont été dégagés prioritairement en 1946.

  • 54 Bodin, op. cit., p. 202.
  • 55 La note du 13 juillet 1946 (arch. cit.) comptabilise 12 183 « officiers nouvellement venus à l’armé (...)
  • 56 « L’intégration dans les réserves a conféré un grade d’officier de réserve à chacun des 24 000 offi (...)
  • 57 Note pour les directions d’armes et de services, n° 004745/CAB MIL/GUE/ du 20 juin 1946, signée Ély (...)

39Dans l’armée de l’Air et la Marine, c’est donc la stabilité du corps des officiers et le repli élitiste qui dominent en 1946 et 1947. Peut-on imaginer qu’une telle chose ait pu se produire pour l’armée de Terre ? Il faut naturellement prendre en compte la spécificité de cette armée par rapport aux deux autres : un certain nombre d’armes qui la composent n’exigent pas une très haute technicité, comparable à celle de l’Air ou de la Marine et peuvent donc supporter des intégrations massives de personnel peu formé. Cependant, il n’est pas exclu qu’un certain nombre d’officiers F.F.I. intégrés en 1945 aient pu se retrouver parmi les dégagés de 1946. En effet les « officiers F.F.I. » de l’armée de Terre, ne sont pas seulement, comme se plaisent à les qualifier leurs détracteurs, des « chefs de partisans aussi dénués d’expérience guerrière que de formation professionnelle et de culture générale »54. Mais, très souvent, des sous-officiers d’active ou des officiers de réserve ayant exercé des fonctions de responsabilité dans les unités F.F.I., sur le front de l’Atlantique ou dans la 1re armée française entre juin 1944 et mai 194555. Les officiers issus des réserves sont naturellement des hommes déjà âgés, des civils ayant gravi les grades de l’armée de réserve pendant les années trente et qui ont servi en tant qu’officiers pendant la campagne de 1940. Les Résistants « dénués d’expérience guerrière » ont certes été intégrés en 1945, mais dans les réserves et non dans l’armée d’active56. Une grande partie des officiers nouvellement venus à l’armée, qu’ils proviennent des sous-officiers ou des réserves sont donc fatalement des hommes âgés pour leur grade, des vieux sous-lieutenants, lieutenants ou capitaines. Ils sont directement touchés par les mesures de dégagement des cadres d’office qui favorisent l’élimination des plus âgés dans les grades les plus bas et cherchent à conserver les jeunes officiers brillants. La politique du gouvernement Michelet est en effet clairement élitiste. Comme l’indique très nettement le colonel Ély, alors directeur adjoint du cabinet du Michelet, « la loi de dégagement est un moyen mis à la disposition du commandement pour lui permettre une sélection et une réorganisation des cadres [...] il y aura donc lieu, d’une part, de provoquer le départ de certains officiers dont le maintien dans les cadres n’est pas désirable, d’autre part, de ne pas laisser partir tous les bons éléments susceptibles de demander le bénéfice des dispositions prévues pour les officiers réunissant moins de quinze ans de service. Les intéressés seront évidemment avertis qu’une offre de démission de leur part serait refusée »57. L’état insuffisant des recherches ne permet assurément pas de se prononcer avec une absolue certitude, mais il n’est pas du tout impossible que, comme le souhaitait Ély, le dégagement des cadres ait privilégié la sélection des élites professionnelles. Les huit mille cinq cent trente-six capitaines, lieutenants et sous-lieutenants quittant l’armée de Terre en 1946 et 1947 ne seraient donc pas en majorité de brillants officiers des écoles, injustement exclus pour des raisons politiques, mais bien au contraire des officiers de réserve ou des sous-officiers, qui ont été intégrés à la hâte en 1945, souvent sous la dénomination F.F. I

* * *

  • 58 Jean Vidalenc, Les Demi Soldes, étude d’une catégorie sociale, Paris, Marcel Rivière, 1955, 231 p.

40Au terme de cette étude, les éléments manquent pour conclure. On ne peut que constater un certain fossé entre une représentation dramatique de l’épuration et du dégagement des cadres et une réalité statistique beaucoup plus nuancée, entrevue dans les archives. Ce fossé n’est pas nouveau. Étudiant le groupe des anciens officiers sous la Restauration, Jean Vidalenc a bien montré à quel point la réalité économique et statistique était éloignée du mythe et du discours politique élaborés autour du sort de ceux qui ont été réduits à la demi-solde après la chute de l’empire de Napoléon58. Naturellement, on ne peut nier l’existence d’un problème des demi-soldes dans la France de la Restauration, mais les orateurs et les pamphlétaires ont eu tendance à le grossir et à le fausser en mettant l’accent sur le mauvais sort matériel fait aux vétérans de l’Empire, alors que le principal problème était un malaise interne à l’armée, lié à la concurrence existant dans les régiments entre les officiers royalistes et les napoléoniens. En 1945, l’état des lieux est tout autre, mais certains réflexes se retrouvent, comme la propension qu’ont les pamphlétaires favorables à l’armée à insister sur la rupture entre le pouvoir politique et les élites militaires et à minimiser les querelles intestines. Pour les plus passionnés, l’épuration, avec son corollaire, l’intégration des F.F.I., est ainsi devenue la faute majeure, la trahison première d’une République dévoyée, envers un corps des officiers, lourdement éprouvé mais indéfectiblement fidèle au pouvoir en place. De cette faute, seraient issus tous les problèmes qu’a connu l’armée française depuis 1945. L’épuration partiale et politique en faussant irrémédiablement l’échelle des valeurs militaires, et surtout la première d’entre elle, l’obéissance, aurait donc mené irrémédiablement aux événements de mai 1958 et d’avril 1961. Dans la rupture entre la République et l’armée, c’est la République qui aurait eu ainsi l’initiative des hostilités et la primeur de la trahison. L’armée, en adhérant à ce mythe, projette ainsi sur la nation la responsabilité de son isolement et se délie elle-même de toute faute. Cette vision faussée, que tendent à infirmer à la fois les statistiques et le projet politique de Michelet (qui a pour but essentiel la préservation du potentiel militaire), masque certainement le véritable malaise du à l’épuration : le malaise interne.

  • 59 De Virieu, op. cit., p. 762.

41En effet, dans l’état actuel des recherches, on peut commencer à remettre en cause l’ampleur de l’épuration militaire et du renouvellement par les F.F.I. On peut avancer l’idée que la continuité des élites militaires l’a certainement emporté sur la rupture et la démocratisation du corps des officiers, mais on ne peut minimiser le trouble interne et les bouleversements de carrière apportés par la politique du personnel de 1945 à 1947. Pendant près de trois ans, les chefs de corps ont eu tout pouvoir pour décider qui devait rester dans l’armée. Les dénonciations, d’une part, les réseaux d’influence, de l’autre, ont pesé sur le rythme de la carrière d’une manière souvent parfaitement arbitraire. Comme le signale pertinemment de Virieu « Les victimes, (de l’épuration) en dehors d’individus indignes en nombre limité, furent parfois ceux qui, en prenant parti, avaient fait preuve de caractère, et les absous, d’autres qui avaient eu la sagesse de prévoir des alibis, il en résulta une profonde blessure. Elle est d’autant moins cicatrisée que parmi les officiers maintenus dans les cadres, il est une classe de réprouvés, et qui le savent. [...] malgré les précautions prises, l’opération ne favorisa pas l’amalgame, chacun sentant dans l’autre un rival, celui qui risquait de prendre sa place. [...] Le résultat, c’est que l’armée n’a pas reconquis de haute lutte son unité59 ».

42Beaucoup de réprouvés ont du subir toutes les souffrances de la guerre d’Indochine, de nombreux y ont trouvé la mort, alors que certains de leurs camarades, guère moins compromis mais mieux appuyés ou plus calculateurs, gravissaient les échelons et accédaient aux étoiles dans les états-majors parisiens ou interalliés. C’est cette profonde injustice entre les cas particuliers qui a sans doute atteint le plus cruellement le moral des officiers. Mais de cette crise interne, on ne parle qu’à mots couverts, alors que l’accusation du pouvoir politique permet de rassembler tout le monde sous une même bannière et de refaire à bon compte l’unité de l’armée. Ainsi, comme toujours, derrière le mythe, il faut chercher la fonction du mythe. La légende de la trahison de la République envers un corps d’officiers resté fidèle aux valeurs a eu pour fonction de contribuer à ressouder, dans une même accusation à l’égard du pouvoir, une armée écartelée par cinq ans de conflit. Ce mythe, complaisamment entretenu parce que socialement et moralement utile à l’armée dans le court terme, a eu, dans le long terme les conséquences désastreuses que l’on sait : en favorisant la rupture entre l’armée et le pouvoir politique, en attisant le sentiment d’injustice, il a précipité l’immixtion des militaires dans des domaines réservés au pouvoir civil et contribué à l’une des plus graves crise de l’histoire des militaires en République : le putsch des généraux.

Notes

1 La commission d’intégration et de réintégration de l’armée de Terre (commission Matter) a étudié 6 160 dossiers en décembre 1945, alors que l’armée de Terre compte 38 500 officiers. La commission pour la Marine (commission Sablé), 2 978 dossiers et la commission pour l’armée de l’Air (commission Cochet), 3 200 cas, alors que l’armée de l’Air compte 5 300 officiers d’active. On ne peut cependant comparer terme à terme ces différents chiffres, car les commissions étudient également les cas d’officiers « réintégrables » (officiers en congé, réserve) qui ne figurent pas sur les listes d’officiers d’active. Jacques Vemet, le réarmement et la réorganisation de l’armée française 1943-1946, S.H.A. T, Vincennes, 1980, p. 127. L. Roblin, La reconstitution organique et technique des forces aéronavales françaises, mémoire, S.H.M., 1983, p. 34.

2 Il est parfois difficile de savoir qui relève de chaque juridiction. La Haute Cour, telle que la concevait la constitution de la Troisième République ne devait en principe juger que le chef de l’État et ses ministres. Celle qui est créée par ordonnance du 18 novembre 1944 peut juger le chef de l’État, le chef du gouvernement, les ministres et les hauts fonctionnaires de Vichy ainsi que leurs complices, ce qui étend sa juridiction à un certain nombre de militaires non ministres comme l’amiral Estéva ou le général Delmotte. Les militaires rendus à la vie civile ou ceux restés en activité entre 1942 et 1944 ne dépendent pas des tribunaux militaires mais de la justice civile. En revanche, les militaires prisonniers de guerre relèvent de la justice militaire. Ainsi une distinction est faite parmi les soldats de la division Charlemagne (qui rassemble en 1945 tous les volontaires français combattant sous le casque allemand) : ceux qui ont souscrit leur engagement en France sont soumis à la justice civile, ceux qui ont souscrit leur engagement en Allemagne sont soumis aux tribunaux militaires. S.H.A.T. 6P13.

3 La circulaire n° 5600, Forces armées Guerre, cabinet militaire, P, du 2 octobre 1946 demande que tous les dossiers individuels de dégagement soient détruits. S.H.A.T. 2R92.

4 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale du 19 mai 1949, p. 2704 et 2705, réponse du secrétaire d’État aux forces armées « Guerre » à une question écrite de M. Serre, député d’Oran.

5 Sur ce sujet cf. G. Jourdren (contrôleur général), Le dégagement des cadres, mémoire droit, Paris, 1972, 268 p., Jacques Vemet, le réarmement et la réorganisation de l’armée française 1943-1946, S.H.A.T., Vincennes, 1980, p. 72 et notre étude Histoire des procédures d’exclusion des officiers de l’armée française et leur impact sur les mentalités militaires, Paris, C.D.S.N. 1988, 220 p. Cf. p. 50-54.

6 Par note 17076 SEG/CAB/EMP/CH du 8 juin 1954, les jeunes officiers exclus de l’armée au titre de la loi de 1946 sont sommés, soit de réintégrer l’armée, soit de renoncer aux avantages pécuniaires obtenus au titre du dégagement. S.H.A.T. 2R92. Cette note ne fait qu’officialiser un processus de réintégration nettement perceptible dès 1949.

7 Raoul Girardet, La crise militaire, Paris, F.N.S.P. Armand Colin, p. 22 ; Jérôme Bodin, Les Officiers français, grandeur et misères 1936-1991, Paris, Perrin, 1992, 593 p, p. 210-213.

8 Parmi les principales études : Robert Aron, Histoire de l’épuration, Paris, Fayard, 1954, 2 vol. 1967 – vol. 1 – 661 p. – vol. 2 – 1969, 644 p. Pierre Assouline, L’Épuration des intellectuels, Paris, Complexe, 1990. Philippe Bourdrel, L’Épuration sauvage, Paris, Perrin 1991, 2T. Fred Kupferman, Le Procès de Vichy, Pucheu, Pétain, Laval, Paris, Complexe, 1980, 190 p., Herbert R. Lottman, L’Épuration, 1943-1953, Paris, Fayard, 1986. Henri Noguères, La Haute-Cour de la Libération, Paris, Éditions de Minuit, 1965. Peter Novick, L’Épuration française 1944-1949, (Londres 1968), Paris, Seuil, 1985. François Rouquet, l’Épuration dans l’administration française, Paris, C.N.R.S. Éditions, 1993, 300 p.

9 Discours du 8 août 1943, Casablanca (Place Lyautey) Charles de Gaulle (général) Discours et Messages, Paris, Plon, 1970, 5 tomes, t. 1, Pendant la guerre, juin 1940-janvier 1946, 611 p. Cf. p. 316-319.

10 Robert Aron, Histoire de l’épuration, t. 1, Paris, Fayard, 1967, p. 246.

11 Geo London, L’Amiral Esteva et le général Dentz devant la Haute-Cour de Justice, Lyon, Roger Bonnefon, 1945, 365 p.

12 Bodin, op. cit., p. 201. Henri Amouroux, La Grande histoire des Français après l’occupation, La page n’est pas encore tournée, p. 488-490. André Laffargue, Le Général Dentz, Paris 1940-Syrie 1941, Paris, Les Iles d’OR, 1954, 215 p.

13 Ordonnance du 27 juin 1944 relative à l’épuration administrative sur le territoire de la France métropolitaine, Journal Officiel, Alger, 6 juillet 1944, p. 536, S.H.A.T. 19T156. Peter Novick, L’épuration française 1944-1949, (Londres 1968), Paris, Seuil, 1985, p. 143.

14 Discours du 6 juin 1944, Charles de Gaulle, Discours et Messages, Paris, Plon, 1970, t. 1, Pendant la guerre, juin 1940-janvier 1946, p. 407-408.

15 Instruction n° 10 010/Cab de M. le commissaire à la guerre, 27 août 1944, S.H.A.T. 13P47 et 9 P133.

16 Le Goyet (colonel), « Libération de la France, l’unification des forces armées », Revue historique des Armées, n° 4, 1974, p. 104.

17 Ordonnance n° 45 2606 du 2 novembre 1945, cit. in Jérôme Bodin, Les Officiers français, grandeur et misères 1936-1991, Paris, Perrin, 1992, 593 p., cf. p. 210

18 Pour l’armée de Terre, en mars 1946, 101 officiers ont demandé à bénéficier de l’ordonnance du 2 novembre 1945 et 479 autres ont leur dossier en attente. Cf. note du 1er mars 1946 sur le plan de dégagement des cadres, cit. in Vemet, op. cit., p. 127.

19 Maurice Vaisse, Jean Doise, Diplomatie et outil militaire, politique étrangère de la France 1871-1969, Paris, Imprimerie Nationale. 1987, 566 p. Cf. p. 392.

20 Loi n° 46607 du 5 avril 1946 portant fixation du budget général (dépenses militaires) de l’exercice 1946. Journal Officiel, Lois et décrets p. 2870-2875.

21 Sur ce sujet Cf. G. Jourdren (contrôleur général), Le dégagement des cadres, mémoire droit, Paris, 1972, 268 p., Claude d’Abzac-Épezy, Histoire des procédures d’exclusion des officiers de l’armée française et leur impact sur les mentalités militaires, Paris, C.D.S.N. 1988, 220 p., cf. p. 50-54 et « Réductions in officers number and relations between Army and Nation : the example of the French army in 1815 and 1945 » War and Society, vol. 7 n° 2 septembre 1989 p. 1-14.

22 Lois du 23 decembre 1946 (commission de la Hache, réduction de 50 000 emplois publics), Journal Officiel du 24 décembre 1946, p. 1045.

23 L. Roblin, La reconstitution organique et technique des forces aéronavales françaises, mémoire, S.H.M., 1983, p. 34.

24 N° 5201 CAB MIL du 8 juin 1946, S.H.A.T. 2R92.

25 Capitaines T & A, « Les officiers », La Nouvelle Critique, n° 107, p. 60.

26 *** (colonel de Virieu), « L’armée française, passé, présent, conditionnel », Esprit, mai 1950, p. 762.

27 Général Ruby, « L’épuration dans F Armée » Défense de l’Occident, Janvier-février 1957, p. 99.

28 *** « Le vide militaire français », Les Écrits de Paris, n° 52, février 1949.

29 Ibid., p. 46-47.

30 Jean Planchais, Une histoire politique de l’armée, t. II, 1940-1967, de de Gaulle à de Gaulle, Paris, Seuil, 1967, p. 113.

31 Marcel Vernoux (général), « La crise du recrutement des cadres et ses solutions », Revue de Défense nationale, 8 décembre 1952, p. 617-624, cf. p. 620, note 1. Cette proportion de cadres des écoles soumis à l’épuration a été par la suite reprise par la grande majorité de ceux qui ont travaillé sur ce sujet, sans que ces chiffres soient vraiment vérifiés par comptages dans les annuaires. Cependant, si la baisse de la proportion des cadres issus du recrutement direct au sein du corps des officiers de l’armée de Terre est un fait vérifiable, il est fort difficile de prouver, les dossiers individuels de dégagement ayant été détruits, que cette baisse est due aux mesures d’exclusion. Bien d’autre facteurs ont pu faire baisser le pourcentage de Saint-Cyriens dans l’armée de Terre : la chute du recrutement direct pendant et après la guerre, la perte d’attractivité dela carrière militaire due aux faibles soldes de la fin des années 1940, les pertes au combat, l’augmentation des promotions d’officiers issus du rang et s’étant distingués par leurs campagnes. L’état de guerre entraîne toujours une chute du pourcentage des officiers issus du recrutement direct dans l’ensemble du corps des officiers. La théorie d’exclusion volontaire des élites en 1945-1947, ne nous semble pas, à ce jour, assez solidement étayée pour être acceptée sans réserves.

32 Claude d’Abzac-EPEZY, L’Armée de l’Air de Vichy, 1940-1944, thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris-I, novembre 1996, 956 p., cf. p. 54.

33 Ordonnance de non-lieu du 6 mai 1948. Cf. Lottman, op. cit., p 317.

34 Raoul Girardet, La Crise militaire française, op. cit., p. 22, Journal officiel, débats parlementaires, 4 avril 1946, p. 1404.

35 Amiral Gabriel Auphan, Jacques Mordal, La Marine française pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1958, 521 p., cf. p 427.

36 CAB/MIL/GUE/P du 13 juillet 1946, S.H.A.T. 6P18.

37 Pour le personnel navigant le congé d’armistice était le plus souvent remplacé par le congé du personnel navigant, (congé du P.N.) disposition plus ancienne et financièrement un peu plus intéressante. Les officiers qui étaient en activité au moment de la Libération (à l’exception de ceux qui combattaient dans la 1re armée ou dans les F.F.I.), étaient placés d’office en position de disponibilité en attendant que statue la commission Cochet. Ils ne perçevaient alors que la moitié de leur solde.

38 P. 646, S.H.A. A. ZI 1402.

39 Assemblée consultative provisoire, Commission de Défense nationale, séance du 6 décembre 1944. Compte rendu de M. Tillon sur les efforts faits dans le domaine de l’aviation, de la production aéronautique et du commandement, 40 p. ; cf. p. 21.

40 Rapport du général Cochet, président de la Commission d’épuration de l’armée de l’Air, s.d. [1945] 14 p. S.H.A.A. Z23330.

41 Le ministre de l’Air à M. le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française, n° 1279/ 14/12/1944, S.H.A.A., E2762.

42 Arrêté portant organisation de la commission de dégagement des cadres de l’armée de l’Air, Paris, le 5 mai 1946. Annexe I composition de la commission, S.H.A.A., Z23330.

43 Brouillon du discours de Bouscat aux membres de la commission de dégagement des cadres, 10 avril 1946, S.H.A. A, Z11625.

44 Ministère des Armées, E.M.G.A. et Inspection générale de l’armée de l’Air, Ordre général n° 4, 24 avril 1946, signé Bouscat, S.H.A.A. Z11625.

45 N° 799/EMGA/CEM du 23 juillet 1946, contenant les propositions Guillot et les propositions du ministre, cité in n° 650/CDC 29/7/46, S.H.A.A. Z23330.

46 Le général d’armée aérienne Bouscat, chef d’état-major général et inspecteur général de l’armée de l’Air à M. le ministre des Armées, 31 juillet 1945, S.H.A.A. Z23330.

47 « Pourquoi le général Bouscat veut-il démissionner ? Les officiers résistants le savent bien », Franc Tireur, 23 avril 1946.

48 Pour répondre à cette question, toutes les archives du service du personnel de l’armée de l’Air ont été dépouillées, et des statistiques ont été établies à partir des divers annuaires. Il nous est impossible de reproduire ici le détail de ces analyses et seules les conclusions sont reprises. Pour une description complète de la politique du personnel de l’armée de l’Air après la guerre se reporter à notre thèse, L’armée de l’Air de Vichy, 1940-1944, op. cit., p. 655-680 et notre article « Les officiers de l’armée de l’Air en 1945, portrait statistique de la génération de la guerre », Revue historique des Armées, n° 2/95.

49 Annuaire des anciens élèves de l’école de l’Air, A.E.A. (Association des anciens élèves de l’école de l’Air, 26, bd Victor, 75753 Paris Cedex).

50 L’article 8 de la loi du 5 avril 1946 stipule que les officiers pourront sans condition d’ancienneté et sur leur demande agréée, être rayés des cadres actifs et recevoir, pendant un temps égal à la durée de leurs services actifs, une solde de réforme égale aux deux tiers du minimum qui leur serait alloué s’ils étaient admis à la retraite à titre d’ancienneté de service.

51 Claude d’Abzac-ÉPEZY, L’armée de l’Air de Vichy, 1940-1944, op. cit., p. 617.

52 Chiffres extraits du Journal Officiel, débats de l’Assemblée nationale du 19 mai 1949, p. 2704 et 2705, réponse du secrétaire d’État aux forces armées « Guerre » à une question écrite de M. Serre, député d’Oran. Réponse préparée par la Direction du personnel militaire de l’armée de Terre. Éléments de réponse, satisfaction au bordereau n° 2189 du 16 avril 1949. S.H.A.T. 19T156.

53 C’est l’interprétation que donne M. Bodin : « de 34 000 officiers, l’armée de Terre n’en comptait plus que 22 017 à la fin de l’année 1946. En contrepartie, le pouvoir intégrait quelques milliers d’autres personnels, provenant en majorité des F.F.I. (3 585) ou d’ailleurs (1 134) Au bilan, entre 1945 et 1948, le chiffre des partants fut de 14 379 officiers de carrière des trois armées, compte non tenu des généraux », Bodin, op. cit., p. 212.

54 Bodin, op. cit., p. 202.

55 La note du 13 juillet 1946 (arch. cit.) comptabilise 12 183 « officiers nouvellement venus à l’armée de Terre » mais sur ce nombre 1644 proviennent de Saint-Cyr, Polytechnique ou l’E.M.I.A., 6 969 sont des sous-officiers nommés officiers, 3 570 proviennent de l’intégration des officiers de réserve ex F.F.I. (2 950), F.F.L. (150) ou ayant acquis des titres de guerre dans l’armée mobilisée en A.F.N. (450). Parmi les 2 950 officiers de réserve provenant des F.F.I., 1 670 ont été admis directement sans stage, (en général ceux qui ont combattu jusqu’à la victoire).

56 « L’intégration dans les réserves a conféré un grade d’officier de réserve à chacun des 24 000 officiers des F.F.I. régulièrement homologués par une Commission compétente, régionale ou nationale. Sur cet ensemble, 17 000 officiers ne détenaient antérieurement aucun grade d’officiers dans les Réserves ». Note du 13 juillet 1946, arch. cit. p. 5.

57 Note pour les directions d’armes et de services, n° 004745/CAB MIL/GUE/ du 20 juin 1946, signée Ély, p.o. Michelet. S.H.A.T. 2R92.

58 Jean Vidalenc, Les Demi Soldes, étude d’une catégorie sociale, Paris, Marcel Rivière, 1955, 231 p.

59 De Virieu, op. cit., p. 762.

Auteur

Agrégée de l’Université et docteur en histoire. Successivement chargée de recherches au Centre de sociologie de la Défense nationale (Fondation nationale des Sciences politiques à Paris), puis au Service historique de l’armée de l’Air. Auteur de nombreux articles et communications dans des colloques portant sur la société militaire, la guerre d’Algérie, la stratégie, les rapports de l’homme et de la technique, l’histoire de l’aéronautique, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. A soutenu en novembre 1996, sous la direction de Maurice Vaïsse, une thèse sur L’armée de l’Air de Vichy, 1940-1944 (Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne), publiée par le Service historique de l’armée de l’Air (1997, 723 p. version intégrale) et par les éditions Economica sous le titre L’armée de l’Air des années noires, Vichy 1940-1944 (1998, version abrégée). Prépare un ouvrage de synthèse sur La Seconde Guerre mondiale (à paraître chez Armand Colin).

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search