Version classiqueVersion mobile

Militaires en République, 1870-1962

 | 
Olivier Forcade
, 
Éric Duhamel
, 
Philippe Vial

2. Les militaires et les Assemblées délibératives

Les militaires au conseil municipal de Paris (1900-1944)

Philippe Nivet

Texte intégral

  • 1 Formule de Jean-Charles Jauffret, dans Claude Croubois, L’officier français des origines à nos jour (...)
  • 2 Nous entendons par ce terme tous les hommes qui ont été militaires de carrière, y compris les médec (...)
  • 3 Mattéi Dogan, « Les officiers dans la carrière politique : du maréchal Mac-Mahon au général de Gaul (...)
  • 4 J.O. Boudon, « L’armée au Sénat », dans Jean-Marie Mayeur et Alain Corbin (sous la direction de), L (...)
  • 5 Pour la période qui nous intéresse : Yvan Combeau, Paris et les élections municipales sous la Trois (...)
  • 6 Pendant cette période, les militaires des armées de Terre et de Mer, en activité de service, sont i (...)
  • 7 Pour cette étude, nous avons, au service historique de l’armée de Terre, les dossiers de Fortuné d’ (...)

1Sous la Troisième République, les officiers sont des « ilotes privés de droits politiques »1 ; les militaires n’ont pas l’autorisation de se porter candidat aux élections. Il convient pourtant de trouver des approches pour traiter de leur engagement politique. Une de celles-ci peut être l’étude prosopographique des anciens militaires2 membres d’assemblées politiques. Il y a plus de trente ans, Mattéi Dogan s’était penché, dans un article pionnier3, sur les militaires au Parlement. Plus récemment, Jacques-Olivier Boudon a traité des officiers parmi les sénateurs inamovibles4. Nous nous proposons de mener une étude analogue sur les membres du Conseil municipal de Paris, assemblée dont la connaissance est en train de se renouveler5. Nous avons choisi de nous en tenir à la période 1900-19446. 1900 reste un tournant dans l’histoire du Conseil municipal, avec la victoire de la droite, même si celle-ci est largement remise en cause dès 1904. Après 1944, le Conseil municipal est renouvelé, le mode de scrutin change aux élections municipales, le nombre d’anciens militaires diminue considérablement et leur dossier au Service historique de l’armée est inaccessible7. Après une prosopographie de ce personnel, nous tenterons de montrer dans quels courants politiques s’inscrivent ces élus et comment le passé militaire est utilisé au moment des candidatures.

  • 8 Fortuné d’Andigné (1866-1935), Jean de Castellane (1868-1965), Henri Chérot (1859- 1919), Charles d (...)
  • 9 Mattéi Dogan a relevé entre 1900 et 1940 cent-sept anciens officiers sur un total de deux mille sep (...)
  • 10 Plus de quarante en 1919 (6,3 %), vingt-sept en 1924 (4,6 %), dix-neuf en 1928 (3,1 %), onze en 193 (...)

2Dans le corpus des trois cent vingt-neuf conseillers municipaux qui ont siégé entre 1900 et 1944, on trouve dix-huit anciens militaires8, soit 5,5 %, pourcentage supérieur à celui observé à la Chambre des députés pour la même période9. La part est de 5 % dans le conseil élu en 1900, de 3,75 % en 1904 et 1908, de 5 % en 1912, de 7,5 % en 1919 et 1925, de 10 % en 1929 et en 1935, de 7,5 % dans le Conseil désigné en décembre 1941. La tendance est donc contraire à celle observée à la Chambre des députés, où les représentants de l’armée sont de moins en moins nombreux10.

  • 11 Pourcentage comparable à celui observé entre 1900 et 1940 à la Chambre (46 %).

3La part des nobles dans ces élus est importante, huit des dix-huit membres du corpus sont nobles, soit 44 %11 : Fortuné d’Andigné, Jean de Castellane, Charles des Isnards, Maurice La Fontaine de Fontenay, Ulrich Stoffels d’Hautefort, Gaston Le Provost de Launay, Henri Boudet de Puymaigre, auxquels s’ajoute le baron Charles Merlin. Deux des roturiers sont par ailleurs alliés à la noblesse : Roger Lambelin est marié à Elisabeth de Maslastrie, Jacques Romazzotti à Marguerite de Canolle.

4Reprenant une tradition familiale, ces élus appartiennent souvent à des familles dont des membres se sont déjà illustrés dans des carrières militaires et politiques. Un tiers est fils d’officiers. Gaston Le Provost de Launay est le neveu de Louis Le Provost de Launay, député des Côtes-du-Nord de 1876 à 1893, puis sénateur de 1896 à 1913. Le père de Fortuné d’Andigné, Henri Marie Léon, marquis d’Andigné, officier saint-cyrien qui a terminé sa carrière comme général de brigade, a été membre de la Chambre des pairs de 1847 à 1848, puis sénateur de Maine-et-Loire de 1876 à 1895. Jean de Castellane est le fils du marquis Antoine de Castellane, représentant du Cantal à l’Assemblée nationale de 1871 à 1876, puis député de 1876 à 1877. Il est l’arrière-petit-fils du maréchal de Castellane (1788-1862), pair de France, sénateur du Second Empire, l’arrière-petit-neveu du prince de Talleyrand, le frère de Boniface de Castellane, député des Basses-Alpes de 1898 à 1910, et de Stanislas de Castellane, qui fut également député et sénateur du Cantal. Maurice de Fontenay est l’arrière-petit-fils de Louis-Jean-Baptiste de Fontenay (1760-1825), qui prit part aux assemblées de la noblesse à Saumur en 1789, et le fils de Félix Constant de la Fontaine, baron de Fontenay, officier de cavalerie, puis receveur particulier des finances de l’arrondissement des Andelys, enfin conseiller référendaire à la Cour des comptes. Son mariage en 1902 montre bien l’intégration de la famille dans les milieux militaires et politiques. Son épouse est la fille de Raymond Le Lièvre, marquis de La Grange, maire de Montgeron. Parmi les témoins, on trouve : Georges Charlery de la Masselière, colonel commandant le deuxième régiment de dragons, Robert d’Esclaiches d’Hust, lieutenant de cuirassiers à Noyon, tous deux beaux-frères de l’époux, et Paul Le Roux, sénateur de la Vendée, oncle maternel de l’épouse.

  • 12 Seuls des officiers de l’armée de Terre Fortuné d’Andigné, Jean de Castellane et Jacques Romazzotti (...)

5La plupart de ces militaires ont servi dans l’armée de Terre, avec une prééminence de la cavalerie sur l’infanterie. On trouve trois marins (Barthélémy Robaglia, Noël Pinelli, commissaire de la Marine, et André Marty, officier-mécanicien) et deux médecins militaires (Henri Chérot, Auguste Navarre). Dix d’entre eux sont saint-cyriens12 et un sort de l’École navale (Robaglia).

  • 13 Il n’est pas ici tenu compte des grades acquis à l’occasion d’une reprise de service pendant la Pre (...)

6Rares sont parmi eux les officiers supérieurs. A l’exception de Charles des Isnards et de Jean Ferrandi, partis avec le grade de lieutenant-colonel, et d’Henri Boudet de Puymaigre, qui a pris sa retraite en 1908 comme chef de bataillon, les anciens militaires de l’armée de Terre conseillers municipaux ont quitté l’armée avec le grade de lieutenant (d’Andigné, Castellane, Lambert, Le Provost de Launay, Merlin) ou de capitaine (Fontenay, Hautefort, Lambelin, Toumade, Romazzotti)13. C’est que beaucoup d’entre eux sont partis précocement. Ainsi, René Lambert démissionne en 1902 à vingt-huit ans, Charles Merlin en 1884 à vingt-neuf ans, Jean de Castellane en 1897, à vingt-neuf ans également, Roger Lambelin en 1888, à trente ans, ou Fortuné d’Andigné en 1901, à trente-quatre ans.

  • 14 Les notices figurant dans cet annuaire sont rédigées par le conseiller lui-même.
  • 15 Dossier S.H.A.T. N/40526 (série 26-40).
  • 16 Dossier S.H.A.T. N/11937 (série 26-40).
  • 17 Nos édiles, 1935-1941, p. 145.
  • 18 Nos édiles, 1911, p. 281-282. Le colonel Bougon, chef d’état-major de la deuxième division de caval (...)
  • 19 Nos édiles, 1914, p. 76.
  • 20 Nos édiles, 1901, p. 223.

7Pour comprendre les raisons de ces démissions, on peut confronter celles invoquées dans le dossier personnel et celles mises en avant dans l’annuaire biographique du Conseil municipal, Nos édiles 14. Dans le dossier personnel, les raisons invoquées sont des raisons d’ordre privé, probablement parce que l’exposé des motivations politiques n’aurait pas été accepté. Une lettre du colonel Gombaud de Séréville au ministre de la guerre, du 9 juin 1909, explique que « Gaston Le Provost de Launay a perdu il y a trois mois son beau-père et porte maintenant la responsabilité d’intérêts qu’il ne peut négliger sans porter à ses enfants un grand préjudice et qui exigent par leur responsabilité qu’il s’y consacre pleinement »15. Fortuné d’Andigné invoque dans son dossier des « raisons de famille et d’intérêt »16. Or, dans Nos édiles, des raisons politiques sont mises en avant. Gaston Le Provost de Launay explique son départ de l’armée par sa volonté de « défendre librement ses convictions politiques »17. Fortuné d’Andigné est encore plus explicite : « [M. d’Andigné] était lieutenant au premier régiment de cuirassiers quand les incidents qui provoquèrent le départ de M. le colonel Bougon le forcèrent à renoncer à sa carrière militaire. Il ne voulut pas plier la tête sous l’injure faite à son brillant chef et préféra briser son épée, victime de cette guillotine sèche, élevée à plaisir par M. le général André et que M. Pelletan a si largement perfectionnée à l’usage de la marine française18. » De même, Henri de Puymaigre justifie son départ parce que « les agissements politiques tendaient à détourner l’ar mée de sa véritable destination »19 et Auguste Navarre explique sa démission de l’armée par son soutien à la candidature de l’un des 363, M. de Marcère, alors qu’il est en garnison à Maubeuge en 1877 comme médecin aide-major20. Ceux qui invoquent ces raisons sont parmi ceux qui s’engagent ensuite le plus rapidement en politique. Fortuné d’Andigné, démissionnaire en 1901, est élu conseiller municipal en 1904. Gaston Le Provost de Launay, démissionnaire en 1909, est nommé en 1911 président général des comités plébiscitaires de la Seine par le prince Victor Napoléon et se présente en 1914 aux élections législatives en Charente-Inférieure. Henri de Puymaigre, démissionnaire en 1908, est élu conseiller municipal en 1912. Ces intervalles sont toutefois supérieurs à celui de Charles des Isnards, démissionnaire de l’armée en 1926 et élu à l’occasion d’une élection partielle en 1927. La moyenne d’âge d’entrée au Conseil de ces conseillers est de quarante-six ans : le benjamin est Navarre, élu à trente-deux ans, le plus âgé Charles Merlin, élu à cinquante-cinq ans.

  • 21 Dans le Testament d’un antisémite, Édouard Drumont écrit à son propos : « Lambelin est un royaliste (...)
  • 22 La Presse, 8 avril 1904.
  • 23 La Presse, 17 avril 1904.
  • 24 Affiche, archives de la Préfecture de police BA 283.
  • 25 Profession de foi de Charles Merlin, citée dans Nos édiles, 1911, p. 290.

8Presque tous ces conseillers municipaux sont élus sous des étiquettes de droite. Sauf Auguste Navarre, élu radical-socialiste puis socialiste, ceux élus avant guerre sont qualifiés de « nationalistes », avec des nuances : ainsi, Roger Lambelin, président jusqu’en janvier 1898 du Comité central des jeunesses royalistes de France, est orléaniste21, Henri Toumade, ami personnel de Déroulède, est président du comité du 10e arrondissement de la Ligue des patriotes, Henri Chérot est un ami personnel d’Henri Rochefort22, Fortuné d’Andigné se présente en 1904 comme « républicain, libéral, antiministériel »23, Charles Merlin, proche du comte d’Aulan, « nationaliste plébiscitaire », lui succède en 1910 sous l’étiquette « républicain libéral », Barthélémy Robaglia est membre de la Fédération républicaine, Henri de Puymaigre est « conservateur indépendant ». Toutefois, beaucoup d’entre eux se font alors les défenseurs d’un apolitisme municipal, se situant aux côtés des républicains municipaux pour la défense de « Paris avant tout ». Selon La Presse du 10 avril 1904, « M. Lambelin ne veut pas faire de politique à l’Hôtel de Ville, où il ne s’occupe que de son quartier ». Pour Robaglia, « la politique doit rester étrangère aux préoccupations du conseiller municipal qui doit avant tout défendre les intérêts de la Ville de Paris et de son quartier »24. Selon Charles Merlin, « le mandat de conseiller municipal doit être surtout un mandat de gestion de la Ville de Paris, de bonne administration de ses finances et de ses services […]. La politique doit être bannie de l’Hôtel de Ville »25.

  • 26 Il appartient pendant l’Occupation au bureau politique du Mouvement social révolutionnaire.
  • 27 Cité dans Michel Idrac, Un Français, le lieutenant-colonel Jean Ferrandi, Charles Lavauzelle, 1936, (...)
  • 28 Serge Berstein, Le 6 février 1934, Paris, Julliard, « Archives » 1975, p. 173, 180-181.

9Après la guerre, à l’exception d’André Marty, « le mutin de la mer Noire », communiste, ces élus appartiennent aux majorités « nationales », qui veulent s’inscrire dans la continuité des combats nationalistes de 1900, et sont souvent liés aux ligues. Jean de Castellane avait été élu député de Saint-Flour en 1902 comme candidat libéral antiministériel26. Maurice de Fontenay appartient à la Fédération républicaine. La profession de foi de René Lambert, élu également pour la première fois en 1919, précise : « je ne voterai que pour les candidats du Bloc national républicain et en toute circonstance je barrerai résolument la route au bolchevisme sous toutes ses formes ». Gaston Le Provost de Launay, bonapartiste, appartient aux Croix de feu. Les Jeunesses Patriotes de Pierre Taittinger ont comme vice-présidents Charles des Isnards et Fortuné d’Andigné et comptent dans leurs rangs Noël Pinelli. De Jean Ferrandi, élu républicain national indépendant, le général Peltier dit à ses obsèques, en 1935, que sa caractéristique « était la défense du patrimoine national contre les pessimistes, les métèques, les internationaux »27. Le 6 février 1934, des Isnards, Ferrandi, Pinelli, Provost de Launay et d’Andigné manifestent avec les Jeunesses patriotes, de Puymaigre avec les Croix de Feu28. Jacques Romazzotti, élu en 1935, était un orateur célèbre du Centre de Propagande des Républicains Nationaux d’Henri de Kérillis. En décembre 1941, tous les conseillers municipaux anciens officiers, à l’exception de Maurice de Fontenay, futur membre du Comité Parisien de la Libération, sont maintenus en fonctions, et est nommé Ulric d’Hautefort, ancien candidat national indépendant aux élections législatives de 1936 à Neuilly-sur-Seine.

  • 29 André Marty, emprisonné, avait également été élu conseiller municipal du quartier de Charonne (XXe (...)
  • 30 Le quartier des Invalides est constamment représenté pendant la période par un ancien officier, Ren (...)
  • 31 Voir en annexe le résultat du sondage sur les listes électorales de 1935.
  • 32 Avec une part non négligeable de « sans profession » et de nobles (les nobles représentent en 1935  (...)
  • 33 Auxquels s’intéressent certains de nos conseillers, par exemple Charles Merlin, président de l’Unio (...)
  • 34 L’âge de certains électeurs qualifiés d’étudiants peut surprendre. Visiblement, certaines professio (...)
  • 35 Jean-François Sirinelli, « Action française : main basse sur le Quartier latin ! », L’histoire, n°  (...)

10Ces conseillers représentent en général les « beaux quartiers » à l’Hôtel de Ville. Seuls les deux anciens militaires politiquement atypiques, Navarre puis Marty, sont élus dans un quartier populaire du 13e arrondissement, le quartier Gare29. Quatre représentent le 16e arrondissement (d’Andigné, Fontenay, Merlin, Romazzotti), trois le 7e (Castellane, Lambelin, Puymaigre)30, trois le 8e (des Isnards, Le Provost de Launay, Hautefort), deux le 5e (Chérot, Robaglia), un le 6e (Ferrandi), un le 9e (Lambert), un le 14e (Pinelli), un le 10e (Tournade). L’électorat de ces quartiers31 est composé pour l’essentiel de catégories sociales supérieures32, de gens de maisons33 et d’employés. En 1935, on remarque un pourcentage élevé d’étudiants (10 % et plus dans les quartiers de la Muette, des Champs-Élysées et des Invalides), ceux-ci étant souvent enfants des catégories sociales supérieures. Même si cette part est surestimée34, peut-être a-t-on là l’un des éléments d’explication au succès électoral de ces anciens militaires. A cette époque, le milieu étudiant est largement sensible aux thèses nationalistes et patriotiques35. Or, le passé militaire est utilisé au moment des candidatures, souvent dans un sens politique.

  • 36 Archives de la Préfecture de Police B A 281, Affiche.
  • 37 Archives de la Préfecture de police BA 1453.
  • 38 Archives de la Préfecture de police, BA 293, Affiche.

11Dans le Paris nationaliste du début du siècle, le passé militaire préjuge en effet d’une action et d’une intégrité au service de Paris, comme de la France, au sein du Conseil municipal. Il est donc mis fortement en avant. La Libre Parole du 10 avril 1904 présente ainsi Roger Lambelin : « Très crâne, type d’officier par excellence, la boutonnière rougie du ruban de la Légion d’honneur, M. Roger Lambelin, royaliste, est le conseiller sortant du quartier des Invalides. Sorti dans les premiers numéros de Saint-Cyr, il alla en Extrême-Orient, au 2e régiment de tirailleurs tonkinois. Blessé à la tête, à l’assaut de Ba-Dink, il resta devant ses hommes et fut, pour ce bel acte de courage, proposé par le lieutenant-colonel Doods au grade de capitaine. Démissionnaire en 1888, s’est occupé de voyages et de littérature, puis de politique […]. “Je m’adresse à tous ceux qui, divisés en politique, sont unis par un commun amour du pays et de l’armée, sa plus haute incarnation, nous dit-il”. Tout l’homme est là. ». Le Soleil du 14 avril 1904 note que le docteur Chérot, « ancien officier du corps de santé de la marine, a toute l’activité d’un colonial », tandis que La Libre Parole du 9 avril 1904 le présente ainsi : « M. Chérot, conseiller sortant nationaliste, est bien le type de l’ancien médecin de la marine, ayant fait plusieurs campagnes ». A l’occasion de l’élection partielle du 3 avril 1910, le Comité des républicains patriotes démocrates du quartier de Chaillot salue en Charles Merlin « l’ancien officier, le patriote ardent »36. L’affiche du Comité d’Union républicaine démocratique présente ainsi Barthélémy Robaglia en 1911 : « Presque tous vous le connaissez. Vous connaissez sa belle carrière d’officier de marine. Après avoir pris une part brillante à la guerre du Siam et fait une remarquable exploration dans le haut Mékong, il obtient, à vingt-huit ans, son 3e galon de lieutenant de vaisseau. Il est, à ce titre, chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la médaille du Tonkin ». L’affiche d’Henri de Puymaigre, candidat en 1912 dans le quartier des Invalides, proclame : « Ce serait pour un ancien officier une joie toute particulière que de consacrer son intelligence et son dévouement à défendre les intérêts d’un quartier qui renferme tous les grands et nobles souvenirs de notre armée d’autrefois, en même temps que les légitimes espoirs de notre Armée d’aujourd’hui. Un appel est fait à mon concours et j’y réponds en soldat : présent […]. Signé : Commandant de Puymaigre, ancien chef de bataillon breveté d’État-major, chevalier de la Légion d’honneur, candidat conservateur indépendant37. » Inversement, Félix Margarita, candidat de la République du peuple, qui attaque Navarre lors des élections municipales de 1908, le fait en ces termes : « Si vous prenez pour des socialistes sincères les Viviani, les Briand et autres Clemenceau, tous fusilleurs du peuple, votez pour un socialiste de leur nuance, M. Navarre, ancien médecin aide-major, chevalier de la Légion d’honneur (le ruban rouge dans la poche en période électorale)38. »

  • 39 Nos édiles, 1921, p. 135-136.
  • 40 Nos édiles, 1921, p. 153-154.
  • 41 Nos édiles, 1921, p. 207-208.

12Après la Première Guerre mondiale, c’est naturellement l’action pendant le conflit qui est soulignée. Les anciens militaires de carrière mettent spécialement en avant leur renonciation à une situation privilégiée. Les notices de Nos Édiles sont à cet égard caractéristiques : « la guerre éclate ; bien que dégagé de toute obligation militaire et relevant à peine de maladie, M. Jean de Castellane multiplie ses démarches pour se faire réintégrer dans l’armée pour la durée des hostilités »39 ; « la guerre éclate ; [René Lambert] demande, bien que territorial, à faire partie d’un régiment de réserve »40 ; « démissionnaire en 1912, [Maurice de Fontenay] revint à son poste de combat dès le 12 août 1914 à l’état-major de la 9e Division de Cavalerie ; passé ensuite sur sa demande dans une Division d’infanterie, pendant ces quatre terribles années, il prend part à toutes les fameuses batailles de la Grande guerre »41. Suit une énumération des actions d’éclat et des citations et décorations obtenues.

  • 42 Nos édiles, 1911, p. 289.
  • 43 Déposition de Jean Ferrandi dans Rapport général fait au nom de la Commission d’enquête chargée de (...)
  • 44 Cité dans Rapport fait au nom de la Commission d’enquête chargée de rechercher les causes et les or (...)

13Enfin, certains de ces conseillers utilisent leur appartenance à des associations militaires. Charles Merlin dit ainsi être membre du comité de sa promotion de Saint-Cyr et membre du Conseil d’une importante société, qui compte quatre mille officiers adhérents42. Le cas le plus net est celui de Jean Ferrandi. Secrétaire général du quotidien La France militaire, auteur d’articles dans le Bulletin de l’Afrique française, écrivain militaire (il publie en particulier La Conquête du Cameroun nord, en 1928, De la Bénoué à l’Atlantique, en 1931, Le Centre africain français et L’Officier colonial, en 1930), il est le vice-président des Combattants corses, fondateur-président de l’Union nationale des anciens combattants coloniaux et président de l’Association nationale des officiers combattants (A.N.O.C.). Cette association, fondée en 1930, compterait environ un millier de membres ; son président d’honneur est le général Niessel. En dehors du président Ferrandi, son Comité directeur comprend notamment le lieutenant-colonel Floquet, vice-président des Jeunesses patriotes, et Auguste Pichon, capitaine de réserve, qui sera nommé conseiller municipal de Paris en 1941 par le gouvernement de Vichy. Selon le témoignage de Jean Ferrandi, « cette association est dans le genre des Croix de Feu. Elle ne comprend que des officiers de réserve ou des anciens officiers de l’active, anciens combattants ayant eu des citations au front […]. Il y a là des gens appartenant à toutes les opinions. Certains sont Croix de Feu, d’autres Jeunesses Patriotes. Certains faisaient partie de la Solidarité française. Il y en a eu adhérents à l’Action française. Il y a même eu des radicaux-socialistes orthodoxes. Il n’y a que deux catégories que nous n’ayons pas, les socialistes et les communistes »43. Jean Ferrandi appelle ses adhérents à l’action politique. Dans un article paru en juillet 1933 dans l’organe de l’association, Par l’Effort, il écrit : « [Les anciens combattants] ont commis la faute capitale de laisser les leviers de commande, tant dans l’ordre politique que dans l’ordre social, aux équipes flappies, mais bien organisées, d’avant guerre et aux embusqués, enfants chéris de ces équipes […]. Officiers combattants, qui avez prodigué votre sang à la tête de vos hommes, avec un courage magnifique, quand donc cesserez-vous d’être des indifférents, j’allais écrire des lâches, dans les combats de la vie civique, où vos places de chef sont occupées par des corrompus et parfois par des traîtres44. »

  • 45 Les anciens militaires de carrière ne sont d’ailleurs pas les seuls parmi les conseillers municipau (...)

14Cette brève étude sur les anciens militaires au Conseil municipal de Paris confirme les observations faites sur les anciens officiers parlementaires. Proportionnellement plus nombreux au Conseil municipal qu’à la Chambre des députés, ces élus favorisent la représentation de la noblesse dans l’Assemblée parisienne et sont presque tous élus sous des étiquettes de droite. Dans un Paris sensible aux séductions nationalistes et patriotiques, ils s’appuient sur leur passé militaire pour favoriser leur élection45.

Les militaires au conseil municipal de Paris (1900-1944)

Répartition des professions46

  • 46 Cette répartition, légèrement adaptée, reprend celle élaborée par Claude Pennetier pour l’enquête d (...)

151) Chef d’entreprise : exploitant agricole, industriel, entrepreneur, fabricant, banquier, directeur d’une entreprise, directeur de sociétés, administrateur de sociétés.

162) Commerçant : sédentaire ou non, représentant, gérant de commerce, assureur, négociant, courtier.

173) Artisan.

184) Salarié supérieur du privé : ingénieur, journaliste, directeur commercial, comptable, dessinateur.

195) Salarié supérieur du public : haut fonctionnaire, fonctionnaire à responsabilité, enseignant, inspecteur T.C.R.P., du métro ou d’un autre service d’intérêt public, officier.

206) Employé du secteur public ou des services d’intérêt public : employé de chemin de fer, du métro, du gaz, employé dans un ministère, employé de l’Assistance publique, gardien de la paix...

217) Employé du privé.

228) Manœuvre : cantonnier, journalier, terrassier, emballeur, manutentionnaire, manœuvre.

239) Ouvrier.

2410) Ouvrier ou artisan : quand la mention sur la liste électorale ne permet pas de trancher.

2511) Chauffeur : cette catégorie a été isolée en raison de la diversité des situations de cette profession selon les quartiers (à rattacher plutôt aux domestiques dans les quartiers des 7e, 8e et 16e, aux ouvriers dans le 13e) ; la simple mention sur la liste électorale ne permet pas de trancher.

2612) Domestique : valet de chambre, valet de pied, concierge, maître d’hôtel.

2713) Étudiant.

2814) Sans profession : y compris propriétaire, rentier, retraité (quand la profession antérieure n’est pas indiquée, sinon c’est cette profession qui est retenue).

2915) Membres du clergé : frère, ecclésiastique...

Composition sociale de l’électorat des quartiers Élisant d’anciens militaires (1935)

30Source : Listes électorales, Archives de Paris, série D1M2, sondage à 1/5e (ont été retenus tous les électeurs dont le numéro se termine par les chiffres 1 et 6). Les listes électorales ventilées par circonscriptions n’ont pas été conservées pour les quartiers d’Auteuil-2 (Jacques Romazzotti) et Petit-Montrouge (Noël Pinelli).

Notes

1 Formule de Jean-Charles Jauffret, dans Claude Croubois, L’officier français des origines à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Éditions Bordessoules, 1987, p. 262.

2 Nous entendons par ce terme tous les hommes qui ont été militaires de carrière, y compris les médecins militaires.

3 Mattéi Dogan, « Les officiers dans la carrière politique : du maréchal Mac-Mahon au général de Gaulle », Revue française de sociologie, 1961, a. 2, p. 88-99.

4 J.O. Boudon, « L’armée au Sénat », dans Jean-Marie Mayeur et Alain Corbin (sous la direction de), Les immortels du Sénat 1875-1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 99-115.

5 Pour la période qui nous intéresse : Yvan Combeau, Paris et les élections municipales sous la Troisième République : la scène capitale dans la vie politique française, Paris, L’Harmattan, 1998 – Emmanuel Rémond, Les conseillers municipaux de Paris (1929-1935), étude d’une élection municipale et d’un personnel politique, maîtrise, Paris-X, 1976 – Valérie Szylowicz, Le Conseil municipal de Paris de 1900 à 1904, maîtrise, Paris-X, 1992 – Philippe Nivet, Les Assemblées parisiennes de la déclaration de guerre à la Libération de Paris (1939- 1944), Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, 1996 – Philippe Nivet, « Les assemblées parisiennes (Conseil municipal de Paris, Conseil général de la Seine) de 1935 à 1953 », à paraître en 1999 dans les actes du colloque organisé en juin 1996 par l’I.H.T.P. sur les élus locaux de 1935 à 1953 – Nobuhito Nagai, les Conseillers municipaux de Paris de la Troisième République 1871-1914, thèse d’histoire, Paris-I, 1997.

6 Pendant cette période, les militaires des armées de Terre et de Mer, en activité de service, sont inéligibles au Conseil municipal. Les conseillers municipaux de Paris étant automatiquement conseillers généraux de la Seine, s’appliquent à eux les règles concernant les conseillers généraux (loi du 16 septembre 1871). Or la loi du 23 juillet 1891, étendant les cas d’inéligibilité au conseil général et au conseil d’arrondissement définis par la loi du 10 août 1871, fixe que ne peuvent être élus « les militaires des armées de terre et de mer en activité de service. Cette disposition n’est applicable ni à la réserve de l’armée active, ni à l’armée territoriale, ni aux officiers maintenus dans la première section du cadre de l’état-major général comme ayant commandé en chef devant l’ennemi ». En 1871, seuls étaient inéligibles aux conseils généraux les généraux commandant les subdivisions territoriales, dans l’étendue de leurs commandements.

7 Pour cette étude, nous avons, au service historique de l’armée de Terre, les dossiers de Fortuné d’Andigné (N/11937, série 26-40), Jean de Castellane (N/93579), Maurice de Fontenay (N/37114 26-40), Gaston Le Provost de Launay (N/40526 26-40), Charles Merlin (N/40677), Henri de Puymaigre (4/7255), Henri Tournade (N/89569) et au service historique de la marine le dossier de Barthélémy Robaglia (série CC7, carton n° 353, dossier 8).

8 Fortuné d’Andigné (1866-1935), Jean de Castellane (1868-1965), Henri Chérot (1859- 1919), Charles des Isnards (1876-1964), Jean Ferrandi (1882-1935), Maurice de Fontenay (1872-1957), Ulric de Hautefort (1892-1968), Roger Lambelin (1857-1929), René Lambert (1874-1943), Gaston Le Provost de Launay (1874-1957), André Marty (1886-1956), Charles Merlin (1855-1917), Auguste Navarre (1853-1921), Noël Pinelli (1881-1970), Henri de Puymaigre (1858-1940), Barthélémy Robaglia (1867-1941), Jacques Romazzotti (1886-1959), Henri Tournade (1850-1925). Voir tableau en annexe.

9 Mattéi Dogan a relevé entre 1900 et 1940 cent-sept anciens officiers sur un total de deux mille sept cent quatre-vingt-six députés, soit 3,8 % (art. cit., p. 91).

10 Plus de quarante en 1919 (6,3 %), vingt-sept en 1924 (4,6 %), dix-neuf en 1928 (3,1 %), onze en 1932 (1,8 %), dix en 1936 (1,5 %), (M. Dogan, art. cit., p. 89).

11 Pourcentage comparable à celui observé entre 1900 et 1940 à la Chambre (46 %).

12 Seuls des officiers de l’armée de Terre Fortuné d’Andigné, Jean de Castellane et Jacques Romazzotti ne sont pas passés par Saint-Cyr.

13 Il n’est pas ici tenu compte des grades acquis à l’occasion d’une reprise de service pendant la Première Guerre mondiale.

14 Les notices figurant dans cet annuaire sont rédigées par le conseiller lui-même.

15 Dossier S.H.A.T. N/40526 (série 26-40).

16 Dossier S.H.A.T. N/11937 (série 26-40).

17 Nos édiles, 1935-1941, p. 145.

18 Nos édiles, 1911, p. 281-282. Le colonel Bougon, chef d’état-major de la deuxième division de cavalerie, juge au conseil de guerre qui acquitta Esterhazy, insulta un officier dreyfusard au cours d’une réception donnée par le général André, ministre de la Guerre. Celui-ci le transféra alors de Paris à Batna, puis le plaça à la tête du neuvième régiment de chasseurs à Auch. Ayant alors trente-quatre ans de service, il demanda sa mise à la retraite (notice du Dictionnaire des parlementaires).

19 Nos édiles, 1914, p. 76.

20 Nos édiles, 1901, p. 223.

21 Dans le Testament d’un antisémite, Édouard Drumont écrit à son propos : « Lambelin est un royaliste fervent. C’est le seul royaliste passionné que j’aie jamais connu, et il n’a pas manqué l’occasion de se faire arrêter, au moment du procès du duc d’Orléans, en allant porter une couronne à la statue d’Henri IV ».

22 La Presse, 8 avril 1904.

23 La Presse, 17 avril 1904.

24 Affiche, archives de la Préfecture de police BA 283.

25 Profession de foi de Charles Merlin, citée dans Nos édiles, 1911, p. 290.

26 Il appartient pendant l’Occupation au bureau politique du Mouvement social révolutionnaire.

27 Cité dans Michel Idrac, Un Français, le lieutenant-colonel Jean Ferrandi, Charles Lavauzelle, 1936, p. 234.

28 Serge Berstein, Le 6 février 1934, Paris, Julliard, « Archives » 1975, p. 173, 180-181.

29 André Marty, emprisonné, avait également été élu conseiller municipal du quartier de Charonne (XXe arrondissement) en 1921, 1922 et 1923, et du quartier de la Santé (XIVe arrondissement) en 1923, mais les élections étaient annulées.

30 Le quartier des Invalides est constamment représenté pendant la période par un ancien officier, René Lambelin jusqu’en 1912, puis Henri de Puymaigre. Leur principal adversaire avant la guerre est également un ancien officier, le commandant R. Monfeuga (Alliance républicaine démocratique).

31 Voir en annexe le résultat du sondage sur les listes électorales de 1935.

32 Avec une part non négligeable de « sans profession » et de nobles (les nobles représentent en 1935 7 % environ des électeurs du quartier des Invalides, 3,3 % dans le quartier de l’école militaire).

33 Auxquels s’intéressent certains de nos conseillers, par exemple Charles Merlin, président de l’Union fraternelles des gens de maison.

34 L’âge de certains électeurs qualifiés d’étudiants peut surprendre. Visiblement, certaines professions n’ont pas été modifiées depuis l’inscription sur les listes électorales. Mais cela ne change guère l’argumentation.

35 Jean-François Sirinelli, « Action française : main basse sur le Quartier latin ! », L’histoire, n° 51, décembre 1982.

36 Archives de la Préfecture de Police B A 281, Affiche.

37 Archives de la Préfecture de police BA 1453.

38 Archives de la Préfecture de police, BA 293, Affiche.

39 Nos édiles, 1921, p. 135-136.

40 Nos édiles, 1921, p. 153-154.

41 Nos édiles, 1921, p. 207-208.

42 Nos édiles, 1911, p. 289.

43 Déposition de Jean Ferrandi dans Rapport général fait au nom de la Commission d’enquête chargée de rechercher les causes et les origines des événements du 6 février 1934, annexes, p. 1 722.

44 Cité dans Rapport fait au nom de la Commission d’enquête chargée de rechercher les causes et les origines des événements du 6 février 1934 et jours suivants, ainsi que les responsabilités encourues (préparation de la manifestation du 6 février 1934) par M. Catalan, député, p. 45.

45 Les anciens militaires de carrière ne sont d’ailleurs pas les seuls parmi les conseillers municipaux à utiliser leur passé militaire. Il est fréquent que les candidats fassent état de leur qualité d’officier de réserve et le Conseil compte parmi ses membres, de 1904 à 1932, Émile Massard (1857-1932), président du syndicat de la presse militaire, qui met fortement en avant cette qualité : « En 1896, M. Émile Massard prit la direction de La Patrie, de La Presse et de L’Écho de l’armée. Syndic de l’Association parisienne de la presse, il fonda la syndicat de la Presse militaire, dont il est resté président. Capitaine de réserve, membre du Comité des vétérans des armées de Terre et de Mer, il a donné au Cercle militaire de nombreuses conférences et organisé plusieurs concours nationaux de tir. Il est l’auteur d’ouvrages dont le succès fut très grand : La Guerre de montagne, La Grande guerre, Les Héros de la grande armée. Il a contribué à la création et à l’extension de nombreux comités patriotiques » (Nos édiles, 1911, p. 298).

46 Cette répartition, légèrement adaptée, reprend celle élaborée par Claude Pennetier pour l’enquête de l’I.H.T.P. sur les élus locaux de 1935 à 1953.

Auteur

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé d’histoire, est maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Picardie Jules-Verne et correspondant de l’Institut d’histoire du temps présent (C.N.R.S.) pour le département de Paris. Il a publié notamment Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977 (Publications de la Sorbonne, 1994) et Les Assemblées parisiennes de la déclaration de guerre à la Libération de Paris (Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, 1996). Il vient de codiriger la publication de Picardie, terre de frontière (Amiens, Encrage, 1998).

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search