Version classiqueVersion mobile

Militaires en République, 1870-1962

 | 
Olivier Forcade
, 
Éric Duhamel
, 
Philippe Vial

2. De l’apolitisme à Faction politique : réseaux, entourages et jeux d’influences

L’amiral de Cuverville, un « amiral chrétien » entre en politique (1890-1912)

Jean Martinant de Préneuf

Texte intégral

1De la Royale au Sénat, la vie de l’amiral de Cuverville illustre parfaitement le parcours d’un militaire que ses convictions religieuses amènent peu à peu à entrer en politique. Comme souvent l’engagement se construit en plusieurs étapes, tout au long d’une carrière, et s’appuie sur des réseaux patiemment constitués. Suivre l’itinéraire de l’amiral de Cuverville permet de comprendre les modalités de l’implication de l’officier dans la vie publique tout en cernant mieux un type de militaire en politique : celui du représentant proclamé de l’alliance du sabre et du goupillon.

2Jules, Marie, Armand Cavelier de Cuverville, né le 28 juillet 1834, appartient à une vieille famille de la petite noblesse bretonne des Côtes du Nord. Dans cette lignée de marins célèbres, de tradition légitimiste et ultramontaine, on porte le prénom de Marie de père en fils, on naît militaire ou religieux. Le grand-père de Cavelier de Cuverville était contre-amiral honoraire, héros des guerres de l’Empire. Son père, officier démissionnaire en 1830 fut membre du Corps législatif, décoré de l’ordre de Pie IX. Dans la région de Saint-Brieuc, les Cuverville figurent en bonne place parmi les notables.

  • 1 Piété dont témoigne l’abondante correspondance échangée avec ses proches et de nombreux religieux. (...)

3Jules bénéficie tout au long de sa carrière de ce tissu de relations. Ce catholique fervent, qui hésite dans sa jeunesse à entrer dans les ordres, épouse la très pieuse Marie, Cécile Latimier du Clézieux1. Chevalier de l’ordre de Pie IX, il est fait commandeur de l’ordre pontifical de Grégoire le Grand. Chez les Cuverville, la messe est dite chaque jour par le précepteur des enfants, dans la chapelle. Un oratoire y abrite une image du Sacré-Cœur de Jésus auquel la famille est consacrée. Cette image a été bénie par Léon XIII en personne. Les promotions comme les blessures sont toujours vécues comme des manifestations de la Providence. Dans cette piété caractéristique de l’époque, on invoque sans cesse l’intercession des Saints, on pratique le plus possible la confession et l’on communie fréquemment. Les trois fils des Cuverville sont officiers tandis que leur fille, Cécile, rejoint les religieuses oblates de Saint-François de Sales.

4Le futur amiral de Cuverville appartient donc à cette fraction des officiers de marine que leurs détracteurs qualifient de « cléricaux ». Pour lui, service de la France et service de Dieu sont inextricablement liés. Gesta Dei per Francos : tout son itinéraire, tant militaire que politique, est marqué du sceau de cette conviction.

Un parcours sans faute

5La carrière du futur amiral est brillante. Dans la course aux honneurs, rien ne manque : promotion pour courage au feu, présence dans les états-majors d’officiers prestigieux et influents, rédaction d’études techniques solides et remarquées, commandement heureux et médiatisé d’une expédition outre-mer, présence influente et efficace dans les conseils supérieurs de la Marine et, enfin, direction réussie de l’escadre de la Méditerranée. Consécration de ce parcours sans faute, la nomination au poste suprême de chef d’état-major en juillet 1898.

6Après des études au collège Saint-Sauveur de Redon, puis au lycée de Rennes, Cavelier de Cuverville entre à F École navale en 1850. Dès cette époque, son goût du travail est relevé. La carrière du futur amiral, comme celle de nombre de ses camarades de promotion, bénéficie du coup d’accélérateur de la guerre de Crimée. Sous les ordres d’un chef prestigieux, l’amiral Rigault de Gemouilly qui ne l’oubliera pas, Cuverville se comporte brillamment au feu. Blessé grièvement, il reçoit un témoignage de satisfaction, la Légion d’Honneur et le grade d’enseigne. Dans la construction du personnage de l’amiral, la première pierre est posée : celle du soldat sans peur et sans reproche.

7Le jeune officier a de l’ambition. C’est aussi un travailleur acharné qui se passionne pour les innovations techniques. D’une grande curiosité intellectuelle, il multiplie les études, rapports et articles (notamment dans la Revue maritime et coloniale ou la Revue des Deux mondes) sur des sujets aussi variés que les torpilles, la conduite de tir, le Canada, l’organisation de la pêche des moules... Cette activité débordante comme le caractère novateur et tranché des propositions du jeune Cuverville le font remarquer par ses supérieurs et commencent à lui assurer une certaine aura dans les milieux maritimes et parlementaires.

  • 2 Pour mener à bien cette étude, nous nous sommes appuyé notamment sur le fonds privé Cavelier de Cuv (...)

8Pourtant, dans la Marine de la fin du xixe siècle, courage et compétences techniques suffisent trop rarement à assurer à eux seuls la promotion des officiers les plus brillants. Il y faut souvent le jeu puissant des recommandations et des luttes d’influence entre « coteries ». Sur ce terrain, le futur amiral est loin d’être dépourvu, comme en témoignent la correspondance avec sa femme2 et son dossier personnel qui regorge de lettres de recommandation et notes élogieuses de toutes sortes. Cuverville s’appuie sur un véritable réseau qui favorise son ascension dans la Marine, puis sa carrière politique. Ce réseau a de multiples facettes qui constituent chacune autant de réseaux particuliers.

  • 3 Comme l’a bien montré William Serman dans son beau livre sur Les Officiers français dans la nation  (...)

9Réseau familial tout d’abord, avec son père qui, jusqu’à sa mort en 1893, multiplie les lettres de recommandation auprès des autorités de la Marine et fait jouer autant qu’il le peut ses anciennes amitiés parlementaires et locales, dont le sénateur-maire de Saint-Brieuc, de Mussy. Dans l’ascension de Cuverville, sa femme joue également un rôle essentiel. Sur les conseils de l’ambitieux officier, elle multiplie les visites et les lettres lors de ses affectations outre-mer afin d’obtenir promotions, commandements ou décorations. Il s’agit tout autant de progresser dans la hiérarchie des honneurs que d’accroître les ressources d’un ménage toujours aux abois qui éprouve, comme la plupart des officiers de l’époque, d’énormes difficultés à tenir son rang3.

10Réseau maritime ensuite et surtout : Cuverville le bâtit patiemment tout au long de sa carrière. Au sein de la Marine, il dispose de tout un réseau de protecteurs dont il a été un temps le subordonné, de camarades de promotion devenus des amis plus ou moins proches et enfin, d’« obligés », officiers qui ont servi sous ses ordres et qui lui doivent souvent une promotion ou un commandement. Parmi les premiers, on note les amiraux de Genouilly et de Gueydon dont il fut aide de camp, les amiraux Conrad, Roussin, Duburquois, et surtout Lafont, que ses convictions religieuses et ses liens avec les Assomptionnistes rapprochent de Cuverville. Dans le second groupe, se trouvent les amiraux de La Jaille, Rallier et Gervais. Enfin, les amiraux Fournier et Bienaimé lui doivent en partie leur promotion rapide, tout comme les jeunes Daveluy, Darrieus et Lacaze (aide de camp de Cuverville quand celui-ci est chef d’état-major et ministre de la Marine de 1915 à 1917). Parmi ses amis proches, on remarque le capitaine de vaisseau O’Neill et le futur amiral de Penfentenyo de Kervéreguin, eux aussi issus de lignées de marins bretons, monarchistes et ultramontains. Leurs carrières se croisent à plusieurs reprises. Officier désigné au choix, Penfentenyo est par exemple le chef d’état-major de Cuverville lors de son commandement en chef de l’escadre de la Méditerranée en 1896.

  • 4 L’amiral est un proche des fondateurs du journal catholique, particulièrement du P. Picard avec leq (...)
  • 5 Voir la lettre de Mgr Perraud à l’amiral de Cuverville, non datée, relatant son entrevue le 1er nov (...)
  • 6 Lettre de sa femme à l’amiral de Cuverville, datée du 12 janvier 1885.

11Réseau religieux aussi, qui recoupe en partie le précédent, puisque nombre de ses amis dans la Marine sont des figures de la mouvance catholique. L’amiral de Cuverville est très lié à La Croix, et surtout aux pères Bailly et Picard4. Il entretient des relations plus ou moins étroites avec de nombreux évêques, qu’il a l’occasion de rencontrer dans son métier ; et il ne manque jamais de leur rendre service. Mgr Nouvel de la Flèche, évêque de Quimper, l’apprécie et met à sa disposition un de ses prêtres comme précepteur pour son fils Pierre. Mgr Boucher, évêque de Saint-Brieuc, ancien aumônier de marine, est un familier de Creic’h Blez, propriété des Cuverville. Mgr Perraud, évêque d’Autun, plaide sa cause auprès de Léon XIII et obtient du pape sa bénédiction apostolique pour la famille Cuverville5. A Rome, Mgr Macchi, secrétaire particulier de Léon XIII, connaît bien Cécile, la fille de l’amiral devenue religieuse, et il lui fait rencontrer en audience privée Léon XIII en 18856. Enfin, le cardinal Rampolla dit apprécier cet amiral, fidèle au pape et donc au Ralliement, qui a su si bien défendre les intérêts de l’Église au Dahomey. Son expérience africaine et la vocation de sa fille l’introduisent aussi dans les milieux missionnaires dès la fin des années 1880.

  • 7 Charles Cabart-Denneville (1846-1918), député de la Manche de 1889 à 1895, puis sénateur de 1895 à  (...)

12Réseau politique enfin. Il est lié à certains parlementaires spécialisés dans les affaires maritimes, dont il inspire en partie les propositions de loi, comme Fleury-Ravarin, député puis sénateur du Rhône, Barbey, ministre de la Marine (il nomme Cavelier de Cuverville commandant en chef, en 1890, au Dahomey) et surtout, le sénateur de la Manche, Cabart-Denneville7, qu’il rencontre lors de son commandement à la préfecture du 1er arrondissement maritime en 1893-1894. Il est soutenu par le « parti colonial » dont il est un fervent représentant (membre de la Société française de géographie, il sera vice-président de la Ligue maritime française).

13Dernier élément de cette véritable toile d’araignée, les liens plus ou moins étroits de l’amiral avec un certain nombre de journaux. Certains le soutiennent franchement comme l’ Océan et L’Indépendance bretonne, L’Étoile de la Mer et L’Écho paroissial de Saint-Louis à Brest et Quimper, La Croix et L’Univers à Paris. D’autres, quoiqu’un peu plus distants, ont une attitude bienveillante tels Les Tablettes des Deux Charentes, journal des milieux conservateurs maritimes de Rochefort, et Ouest-Éclair (qui soutiendra sa candidature), ou encore, dans une moindre mesure, L’Écho de Paris et Le Temps. Les relations du bouillant amiral avec la presse prennent trois formes : des informations confidentielles données sous le couvert de l’anonymat, des ordres du jour communiqués discrètement aux journaux amis, et enfin de nombreuses lettres publiques dont l’amiral use et abuse pour alerter l’opinion publique lors des crises politiques ou religieuses ou répondre à des articles jugés diffamatoires.

14Ses qualités et l’ampleur de ses relations conduisent Cuverville aux plus hautes fonctions. Elles lui permettent d’obtenir le poste de commandant en chef des forces françaises engagées au Dahomey en 1890 afin d’y mettre fin aux troubles fomentés par le roi du Dahomey, Béhanzin. L’amiral, préoccupé par l’évolution politique et surtout par la situation faite à l’Église en France, profite de cette occasion pour diffuser ses idées.

« L’Amiral chrétien », commandant en chef au Dahomey (1890)

  • 8 La Croix n’est pas le seul journal à bénéficier des « fuites » organisées par l’amiral lui-même com (...)
  • 9 Ordre du Jour de prise de commandement du 7 juin 1890 à bord de la « Naïade » du C.E.C. des forces (...)

15Critiqué par Le Temps, La Lanterne et la majorité des radicaux qui lui reprochent de s’appuyer sur les missionnaires et de pousser à la guerre, il utilise la presse avec habilité afin de vaincre les réticences des hommes politiques. Il s’en sert comme d’une caisse de résonance et un moyen de pression sur le gouvernement. Son arme privilégiée : des ordres du jour solennels et militants, largement diffusés, aux termes soigneusement pesés afin de susciter l’intérêt des journaux conservateurs et catholiques, et de s’attirer les foudres de la presse laïque et républicaine8. Toujours sur le fil du rasoir, il entend mettre à profit la situation pour prouver aux Français et au gouvernement que les missionnaires sont les meilleurs auxiliaires de l’influence française : « Bien des vies de missionnaires ont été volontairement sacrifiées pour procurer à ce pays les bienfaits de la civilisation chrétienne et pour l’amener à renoncer à ses sanglantes coutumes.9 »

16Il impose au ministre de la Marine le choix du R.P. Dorgère, missionnaire de la Société des missions africaines, comme négociateur auprès du roi de Dahomey. Le 7 octobre, rendant compte de l’accord de paix obtenu avec Béhanzin, « Le Moine » écrit à la une de La Croix : « un amiral chrétien, Monsieur de Cuverville, avait été envoyé là-bas et la presse radicale affirmait qu’il entraînerait certainement la France dans une guerre désastreuse. [...] Voilà ce qu’a gagné le gouvernement à envoyer un amiral chrétien et, à employer, grâce à lui, un missionnaire au dévouement duquel on n’a pas fait appel en vain ».

  • 10 « Et maintenant, La Lanterne, qui illumine les antres de la Franc-maçonnerie, peut s’en donner à cœ (...)

17L’expédition du Dahomey permet à l’amiral de Cuverville de se faire connaître du grand public et des hommes politiques. Même s’il n’a pu entraîner le gouvernement dans une guerre définitive contre Béhanzin, Cuverville a su saisir l’occasion pour servir et imposer ses conceptions sur le rôle des religieux dans la propagation de l’influence française10. Il y a là un premier pas dans son implication dans la vie publique. Il entend en effet donner un maximum de publicité à son action : en 1891, connaissant la force des symboles, il offre la hallebarde portant son pavillon de commandement à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. Elle y est déposée dans la chapelle des marins, aux côtés de l’épée donnée par Courbet. Dès cette époque, sa réputation de « clérical » et de partisan de l’expansion coloniale n’est plus à faire. Pourtant, en juillet 1898, Lockroy, nouveau ministre de la Marine, l’appelle à ses côtés comme chef d’état-major général.

1898 : chef d’état-major de Lockroy

18Lorsque le nom de l’amiral de Cuverville est connu, la surprise est grande dans l’opinion publique qui ne comprend pas ce choix. Surprise, car autant Lockroy, franc-maçon, radical dissident, est connu pour ses opinions anticléricales, autant Cavelier de Cuverville est considéré, à juste titre, comme l’un des hérauts de l’alliance du sabre et du goupillon tant décriée par les radicaux. Pourtant, ce choix est loin d’être aussi paradoxal qu’il semble à première vue. En fait, il répond à des préoccupations plus maritimes que politiques, même si la dimension politique n’est pas absente.

  • 11 Cf. la lettre de Jules de Cuverville à Étienne Lamy du jeudi 25 ?. Archives Nationales (désormais A (...)

19La décision de Lockroy est habile. En appelant l’amiral de Cuverville, il entend se ménager le soutien d’un corps parfois particulièrement remonté contre lui. L’amiral de Cuverville peut en effet apparaître aux officiers de marine comme une sorte de gage politique. Champion des cléricaux, il est aussi proche des milieux nationalistes. Sur ce terrain se rencontrent Lockroy et Cuverville. Rencontre scellée en la personne du fils de Cuverville, candidat nationaliste malheureux dans le 14e arrondissement de Paris aux législatives de 1898, qui a bénéficié du soutien de Lockroy11.

  • 12 Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1896.
  • 13 Sur l’émergence de ce nouveau patriotisme radical, voir l’analyse de Judith Stone, « La République (...)

20Surtout, l’amiral de Cuverville, conservateur, exemple type de cette « caste » que dénonce un Pelletan, n’en est pas moins un partisan de la guerre de course prônée par l’amiral Fournier dans La Flotte nécessaire, ses avantages stratégiques, tactiques et économiques, paru en 189612. Lorsqu’ils arbitrent entre cuirassés, croiseurs et torpilleurs, Cuverville et Lockroy ne raisonnent pas en termes idéologiques comme Pelletan par exemple. Sur le terrain maritime, Lockroy le radical dissident partage la plupart des idées du catholique rallié Cuverville. Il se démarque de Pelletan qui assimile fréquemment les amiraux conservateurs aux défenseurs du cuirassé et les officiers républicains aux zélateurs du torpilleur. Dans une période difficile pour la Marine, l’accord se fait entre deux hommes qui décident tacitement de s’en tenir aux seules considérations techniques. Accord fragile, éphémère et nourri d’arrières-pensées certes, mais accord tout de même. Lockroy est alors à un tournant de son évolution vers un patriotisme qui privilégie la sauvegarde de l’ordre social et l’autorité de l’État13. Cette attitude explique l’antidreyfusisme qui réunit aussi les deux hommes.

  • 14 Cette « communauté de vue » est saluée par La Marine Française, revue de la Jeune École, du 15 août (...)
  • 15 Commission extraparlementaire de la Marine, Délégations, t. II : « Délégation de Cherbourg et de Br (...)

21Ce qui apparaît donc déterminant pour comprendre le choix de Lockroy, c’est la « communauté de vue14 » des deux hommes sur les réformes nécessaires pour redresser la marine française. Une communauté d’idées que Lockroy avait pu apprécier les 21 et 26 septembre 1894 lors des auditions de l’amiral de Cuverville par la commission extraparlementaire de la Marine15. Les idées et le franc-parler du préfet maritime de Cherbourg avaient alors séduit le futur ministre de la Marine qui sut s’en souvenir au moment de nommer son chef d’état major. Les deux hommes sont restés liés, Lockroy favorisant la carrière de Cuverville lors de son premier ministère, Cuverville conseillant Lockroy dans ses joutes parlementaires contre le vice-amiral Besnard qui l’a remplacé au ministère de la Marine.

22Défenseurs déterminés des croiseurs et des sous-marins, ils n’entendent pas moins tempérer les excès de la Jeune École au profit d’une flotte plus équilibrée (notamment par la relance des mises en chantier de cuirassés). Ils veulent rationaliser l’organisation de la défense des côtes et des points d’appui de la flotte dans les colonies en confiant plus de responsabilités à la Marine. Enfin, ils souhaitent réformer les services du ministère en distinguant flotte en construction et flotte construite, cette dernière relevant exclusivement d’un chef d’état-major aux pouvoirs renforcés.

L’action ambitieuse du chef d’état-major

  • 16 En 1895-1896. Il est remplacé par l’amiral Besnard qui revient sur la plupart des décisions de Lock (...)
  • 17 Dans une lettre d’adieux au contre-amiral Fournier, le vice-amiral de Cuverville, nouveau commandan (...)

23Les deux hommes sont également partisans d’une École supérieure de la Marine, destinée à donner un véritable corps de doctrine à cette dernière. Lockroy, lors de son premier passage rue Royale16, avait créé une première école le 27 décembre 1895, commandée par l’amiral Fournier. Elle est bientôt remplacée par son successeur, l’amiral Besnard, par une École des hautes études, beaucoup moins ambitieuse. Lockroy n’a pas oublié que Cuverville en avait été l’un des plus ardents défenseurs17. Dès le 23 juillet 1898, un décret institue une École supérieure de marine, commandée par le contre-amiral Bienaimé. L’établissement qui comprend une division navale d’instruction, est rattaché momentanément à l’escadre de la Méditerranée afin de participer en août 1898 aux grandes manœuvres sous la houlette... du vice-amiral Fournier, son nouveau commandant en chef. Autres réformes mises en œuvre par les deux hommes, la réorganisation des services centraux qui prévoit notamment la concentration des pouvoirs entre les mains du chef d’état major général (ce qui prouve au passage la bonne entente des deux hommes), la remise à la Marine de la défense des points d’appui de la flotte et de la défense des côtes.

24Pour faire passer ses idées, Cuverville s’appuie sur un certain nombre de parlementaires comme le sénateur de la Manche, qu’il avait apprécié lors de son passage à la préfecture maritime de Cherbourg. Ils déposent des projets de loi qui ouvrent la voie aux réformes de Lockroy. Pour relayer son action, l’amiral dispose aussi d’appuis dans la presse comme La Croix mais aussi, dans la presse spécialisée, Armée et Marine. Dirigée par son fils Jules, enseigne de vaisseau démissionnaire, cette revue hebdomadaire a été créée en 1898 dans le seul but de mettre en valeur les idées du nouveau ministère. Même si elle est loin d’avoir le rayonnement espéré, elle soutient des thèses proches de celles de l’amiral de Cuverville. Jules, plus proche des nationalistes et de radicaux comme Lockroy, soutient la politique de ce dernier. Armée et Marine consacre de longs articles à la défense des côtes et aux points d’appui de la flotte aux colonies. Ces articles, signés par des parlementaires ou par des officiers anonymes (qui signent d’une ou plusieurs ancres), sont le plus souvent le reflet des idées de Cuverville : défense des côtes confiée plus ou moins exclusivement à la Marine, développement des sous marins... Dans cette publication semi-officielle, le « réseau Cuverville » est à l’honneur : Darrieus, Dupont... Armée et Marine représente un instrument de pression au service de Lockroy et, dans une moindre mesure, de Cuverville.

Fachoda : le militaire déçoit les politiques

  • 18 Lettre du 12 octobre 1898 du chef d’état-major au ministre de la Marine, S.H.M., BB8 1905. Sur cet (...)

25La crise de Fachoda soumet à rude épreuve la collaboration entre les deux hommes. Le ministre est rapidement convaincu par les arguments de Cuverville pour qui la marine française court à la défaite en cas de conflit avec la Royal Navy. Pour lui, il est urgent de temporiser et de rechercher une issue pacifique à la crise. Sur instruction de Lockroy, Cuverville rencontre le 11 octobre, juste avant le Conseil des ministres, le président du conseil Henri Brisson. « Il m’a fort bien accueilli, et m’a prié d’aller immédiatement voir M. Delcassé, et j’ai renouvelé devant le ministre des Affaires étrangères mon exposé ». L’après-midi, appelé par le président Félix Faure, il lui fait part de son extrême réserve quant aux chances de succès de la Marine en cas de guerre avec les Britanniques. Les responsables politiques sont, sinon convaincus, du moins alarmés par les arguments du chef d’état-major. Delcassé tout particulièrement, qui adopte une attitude beaucoup plus conciliante avec l’Angleterre et obtient de Dupuy le retour de Marchand le 3 novembre18.

  • 19 Procès-verbal de la séance du 9 novembre 1898 du C.S.M. établi par le contre-amiral Mallarmé, rappo (...)
  • 20 Le 3 janvier 1899, au sortir d’une énième réunion du Conseil supérieur de la Marine, le Président d (...)

26Tout danger n’en est pas moins écarté pour autant et Lockroy, tout comme Félix Faure, n’exclut toujours pas une attaque brusquée des Britanniques. Pragmatique, soucieux de se forger une opinion, il prend son temps et interroge ses amiraux sur la conduite à adopter. Lors de la séance du Conseil supérieur de la Marine du 9 novembre 1898, Cuverville dresse un tableau alarmant de la mise en défense des côtes, dans lequel il incrimine la mauvaise volonté du ministre de la Guerre. Incapable de trancher, il opte pour la prudence et prévoit une « action défensive qui est, dans sa pensée, en même temps agressive »19. Cette attitude timorée a le don d’exaspérer Félix Faure20.

27Le 8 décembre, la menace anglaise persistant, Lockroy adresse une lettre circulaire aux amiraux membres du Conseil supérieur de la Marine dans laquelle il leur demande leur avis sur les mesures à adopter dans le cas d’un conflit avec la Royal Navy, voire avec la Triple Alliance. Cette lettre est accompagnée d’un « mémorandum » qui expose les solutions préconisées par le ministre : refus de la guerre d’escadre, primauté absolue de la guerre de course avec concentration des croiseurs à Brest et des cuirassés en Méditerranée, prolongation des hostilités le plus longtemps possible. Chaque membre du conseil est prié de donner son avis sur le « mémorandum ». Tous les amiraux répondent sauf Cuverville. On n’allait pas tarder à connaître les raisons de ce silence.

28Lors de la réunion décisive du 11 janvier 1899, tous les amiraux sont invités à s’exprimer sur les propositions du « mémorandum » et surtout sur le plan proposé par le vice-amiral Fournier. Fidèle à ses théories, le commandant en chef de l’escadre de la Méditerranée refuse aussi de risquer un combat d’escadre par trop déséquilibré. Il entend concentrer par une manœuvre audacieuse l’essentiel de la flotte française à Brest (cuirassés de l’escadre de la Méditerranée compris) afin de mener « une guerre industrielle » à outrance.

  • 21 Procès-verbal de la séance du 11 janvier 1899 du Conseil supérieur de la Marine, S.H.M., BB8 2424-5
  • 22 C’est ce que semble indiquer la première rédaction au brouillon du C.A. Mallarmé, moins policée que (...)
  • 23 Conseil supérieur de la Marine, séance du 11 janvier 1899. Résumé de ses avis et décisions prises p (...)

29Le débat est vif entre les membres du Conseil pour déterminer s’il faut concentrer les forces en Méditerranée ou en Atlantique. Trois lignes s’opposent. D’un côté, ceux qui à la suite du vice-amiral Gervais, influencés par les théories de Mahan, pensent que la bataille d’escadre décisive doit être engagée en Méditerranée, malgré la disproportion des forces. De l’autre, l’amiral Fournier défendant une guerre de course en Atlantique avec tous les moyens de la Flotte. Entre ces deux positions extrêmes, Lockroy et les autres amiraux. Le vice-amiral de Cuverville est invité à se prononcer en dernier. Il se désolidarise de Lockroy : « le vice-amiral, chef d’état-major, invité par le ministre à prendre la parole, observe respectueusement que la rédaction et l’envoi du « mémorandum » qui est en ce moment l’objet de l’examen du Conseil supérieur de la Marine, n’émanent pas de son initiative et qu’il y est resté étranger ; en tant que chef d’état-major général, il se trouve dans une situation délicate pour commenter ce document ; le ministre connaît d’ailleurs l’opinion très ferme du chef d’état-major sur la question ; cette opinion est entièrement conforme à celle du vice-amiral Fournier »21. Lockroy semblait se douter de la sortie de son chef d’état-major et le prie « d’exposer ses vues en toute franchise »22. A l’issue du vote qui arrête la concentration des cuirassés de premier rang en Méditerranée, Cuverville et Fournier sont mis en minorité. Lockroy impose ses vues : « Tout en ne méconnaissant pas l’intérêt que pourrait présenter la proposition formulée par la minorité de réunir nos escadres à Brest en vue d’une offensive possible au cœur même de la puissance navale anglaise, la majorité a pensé que la politique traditionnelle française, nos intérêts supérieurs dans la Méditerranée, comme aussi l’avantage réel d’obliger les forces anglaises à combattre loin de leurs bases d’opération, tout enfin conseillait de porter notre effort le plus grand dans cette mer et de réunir à Toulon, par conséquent, nos plus importantes unités de combat. »23

Juin 1899 : une démission mise en scène

  • 24 Promesses auxquelles fait notamment allusion le contre-amiral Touchard dans une lettre du 29 juin 1 (...)

30De sérieuses dissensions apparaissent donc entre les deux hommes. Au-delà de la simple divergence de vues sur la tactique à suivre, Lockroy reproche amèrement aux amiraux en général, et à Cuverville en particulier, de ne pas avoir proposé une réponse claire au problème posé. Inversement, Cuverville reproche à Lockroy de ne pas avoir les moyens politiques de ses réformes ambitieuses, contrairement à ce qu’il semble lui avoir promis24. Dès le printemps 1899, le torchon brûle entre le ministre et son chef d’état major. Quand la politique des points d’appui est remise en cause, il offre sa démission. Il le fait savoir dans la presse pour alerter l’opinion et faire ainsi pression sur le gouvernement. Le 16 avril 1899, les « Échos militaires, maritimes et coloniaux » d’Armée et Marine annoncent : « Le vice-amiral de Cuverville, chef d’état-major du ministre de la Marine, vient de donner sa démission. La gravité d’une telle décision ne peut échapper à personne et les raisons déterminantes méritent d’en être expliquées. La question des points d’appui de la flotte aux colonies, qui a si vivement préoccupé l’opinion lors des derniers événements, vient d’être tranchée de façon assez imprévue.

  • 25 Armée et Marine, n° 9, p. 143.

31Un décret, daté du 1er avril, a abrogé celui du 4 octobre 1898 et causé une vive émotion dans les milieux maritimes. Il bouleverse, en effet, une œuvre de défense en voie d’accomplissement depuis que les points d’appui avaient été remis à la Marine, c’est-à-dire seulement depuis le 1er janvier 1899. Il paraît que le chef d’état-major général, étroitement associé jusqu’ici à cette organisation, n’a connu le nouvel acte que par sa publication au Journal Officiel » 25.

  • 26 « La démission de l’amiral de Cuverville », La Croix, 15 avril 1899, p. 1.

32Finalement Cuverville reste à son poste « à la demande du gouvernement », alors que le texte sur les points d’appui n’est pas modifié. Dans le véritable rapport de force qui s’engage entre le ministre et son chef d’état-major, Cuverville utilise ses relais dans la presse catholique. Il fait publier cette mise au point dans La Croix : « Nous avons annoncé que l’amiral retirait sa démission sur la demande du ministre. C’est une erreur, ce n’est pas à la demande du ministre, mais à un ordre formel du gouvernement qui le contraint à rester chef d’état-major que l’amiral a obéi. Il reste à son poste comme un soldat, mais il décline la responsabilité des mesures qui l’avaient conduit à se démettre de ses fonctions »26. Cette tentative de départ en fanfare a échoué. Qu’importe, ce n’est que partie remise.

  • 27 Rapport du Conseil d’administration de la Société des œuvres de mer, publié dans La Croix le 6 avri (...)
  • 28 Sur cet épisode inédit, voir la correspondance entre le chef d’état-major, le cardinal Richard et s (...)

33Cavelier de Cuverville, qui sait l’heure de la retraite proche, prend de moins en moins de précautions pour dissimuler ses idées en matière maritime et politique. Pendant son passage rue Royale, il continue ses activités militantes sans se cacher. Fort du soutien de Félix Faure sur ce sujet, il facilite la reconnaissance d’utilité publique le 7 décembre 1898 de la très catholique Société des œuvres de mer présidée par son ami le vice-amiral Lafont27. Au printemps 1899, il manœuvre avec le cardinal Richard pour reconstituer, presque à l’insu de Lockroy, une aumônerie en chef de la Marine dont la responsabilité serait confiée à l’archevêque de Paris. Mais Lanessan met immédiatement fin à cette tentative dès son arrivée rue Royale en juin 189928.

  • 29 « J’avais autorisé M. Fleury-Ravarin à montrer ma lettre à ses collègues du Parlement et des grande (...)

34En désaccord avec son ministre, sachant le gouvernement menacé à court terme, voyant arriver le terme de sa carrière d’active, persuadé que le successeur de Lockroy l’écartera, l’amiral de Cuverville multiplie les interventions publiques. Il cherche véritablement la rupture afin de donner à sa sortie le maximum d’éclat. Le 12 juin 1899, Lockroy le prie instamment de quitter ses fonctions de chef d’état-major après la publication d’une lettre qu’il avait adressée au député Fleury-Ravarin, dans laquelle il attaquait la politique gouvernementale. Cette « démission », prévue par Cuverville qui savait pertinemment ce à quoi il s’exposait, est abondamment commentée dans la presse. L’officier veut ainsi conforter dans l’opinion publique l’image d’un homme de convictions, uniquement motivé par le salut du pays, étranger aux manœuvres politiciennes, empêché de mener à bien des réformes nécessaires29. C’est la construction d’un « stéréotype » politique qui se poursuit avec cette sortie fracassante. Atteint par la limite d’âge, l’amiral passe dans le cadre de réserve le 22 juillet 1899.

Mars 1901 : une candidature improvisée ?

  • 30 « Le R.P. Dorgère au Dahomey, par le vice-amiral Cavelier de Cuverville du cadre de réserve », extr (...)
  • 31 La Vérité française, 20 février 1900.
  • 32 La Croix, 20 juin 1899.

35Il multiplie alors les conférences, comme devant les étudiants de la Conférence Ollivaint, et les lettres publiques comme celle sur les poursuites entreprises contre les Assomptionnistes, publiée par Le Temps le 17 novembre 1899. Il écrit en 1900 une biographie du R.P. Dorgère où il se met en scène, publiée dans L’Ami du drapeau puis éditée30. Le 20 février 1900, il figure sur la liste des membres du Comité d’honneur des pèlerinages à Paray-le-Monial publiée dans la presse31. Le 19 juin, il porte le dais en grand uniforme aux cérémonies du Sacré-Cœur de Montmartre32.

36L’entrée en politique se fait donc en plusieurs temps. Le passage rue Royale est déterminant. Il achève de faire connaître l’amiral dans les cercles politiques et d’asseoir son influence auprès des milieux parlementaires. L’« amiral-chrétien », marin sans peur et sans reproche est désormais disponible, usé et fatigué certes, mais toujours prêt à reprendre du service si on l’appelait de nouveau. C’est bientôt le cas.

  • 33 Les sources consultées jusqu’ici ne permettent pas de trancher.

37Si l’élection à une fonction parlementaire semble bien préparée par la carrière et les activités de l’amiral, sa candidature aux élections sénatoriales partielles du 23 mars 1901 dans le Finistère (en remplacement du général Lambert décédé) semble avoir été décidée au dernier moment. L’amiral va bénéficier d’un concours de circonstances. Cuverville ne sollicite pas une investiture. On vient le chercher. En tous cas, c’est la version qu’il se plaît à laisser diffuser par la presse. Elle correspond à l’image qu’il veut donner de lui33.

  • 34 Selon les propres mots de l’amiral de Cuverville dans une lettre publique publiée par L’Étoile de l (...)
  • 35 Lettre au préfet du Finistère du 21 mars 1901. Archives départementales du Finistère (A.D.F.) 3 M 3 (...)
  • 36 Affiche de l’amiral de Cuverville aux élections sénatoriales. Archives départementales du Finistère (...)

38En mars 1901, la candidature de l’amiral de Cuverville est donc présentée comme « une candidature improvisée à la dernière heure »34. Les conservateurs locaux sont divisés, incapables de s’entendre sur un candidat qui d’ailleurs n’a que peut d’espoir de réussir dans un département où les républicains sont majoritaires et modérés. L’appel à l’amiral ressemble fort à une tentative de la dernière chance pour les droites finistériennes. On escompte que le prestige de l’uniforme, le passé de l’amiral chrétien, la compétence technique du spécialiste des affaires maritimes emporteront la décision des électeurs sénatoriaux à un moment où la question religieuse est au cœur des débats politiques, et feront oublier l’absence d’attaches en Bretagne occidentale. La candidature de Cuverville est donc le fruit d’une manœuvre d’appareil, décidée dans la précipitation. Le contre-amiral Auguste de Penfentenyo de Kervereguin, ami personnel de Cuverville, notabilité locale, et Henri Ponthier de Chamaillard, sénateur sortant, légitimiste rallié du bout des lèvres, membre du groupe de l’Action Libérale, ont sans aucun doute joué un rôle déterminant dans l’appel à l’ancien chef d’état-major. Dans le contexte de lutte religieuse des élections de 1901, la rhétorique guerrière de l’amiral convainc de justesse les électeurs sénatoriaux, puisqu’il l’emporte avec 650 voix contre 616 à son adversaire. Pour sa très courte campagne – il pose sa candidature le 21 « sur les instances de plusieurs électeurs »35, et rédige dans la précipitation sa profession de foi le 22 – il bénéficie des largesses de l’ Action libérale. Face à ses concurrents, il insiste sur son passé et sa condition de militaire, loyal envers la République. Sur l’affiche placardée sur tous les murs de Quimper au matin de l’élection, l’amiral apparaît photographié en grand uniforme, portant toutes ses décorations. Sa profession de foi, aux accents militaires, se conclut par la devise qu’il faisait graver en breton sur la proue de ses navires (détail jadis complaisamment rapporté dans les Semaines religieuses du diocèse de Quimper et de Léon) : « Evit Doue Hag Ar Vro ! Pour Dieu et pour la Patrie ! »36

  • 37 « Le vice-amiral Cavelier de Cuverville, inspecteur général de la Marine, tient à exprimer à monsie (...)
  • 38 Discours prononcé à la distribution des prix le 24 juillet 1900 par Monsieur l’amiral de Cuverville (...)

39Cette élection apparaît donc surtout comme le couronnement de la carrière de Cuverville. Elle est aussi une conséquence de l’action menée depuis de longues années au sein du mouvement catholique. L’officier général n’a en effet pas attendu la fin de sa carrière active pour jouer un rôle actif dans l’organisation politique des catholiques. Légitimiste, il exécrait les orléanistes. Catholique avant tout, ultramontain et proche des Assomptionnistes, il se rallie autant par conviction que par obéissance. Il va devenir l’une des figures de proue des ralliés. Il se sent concerné par les efforts d’Étienne Lamy pour réunir les catholiques et les « hommes de bonne volonté » dans la Fédération électorale37. Pour lui, l’union de tous les fidèles sur le terrain constitutionnel pour défendre les libertés religieuses s’impose : il en va de la survie de la France. Le 24 juillet 1899, il déclare ainsi lors d’une distribution de prix qu’il préside à Saint-Brieuc, « Vous le voyez, l’éducation fait l’homme et elle exerce une influence décisive sur les sociétés comme sur les familles. L’école, nous dit l’Auguste Léon XIII, est devenue « le champs clos où se décide la question de savoir, si oui ou non la société restera chrétienne ». Or, Messieurs, la France est aujourd’hui une démocratie, et cette démocratie sera chrétienne, ou la France disparaîtra ! »38

  • 39 Pour la rédaction de celle-ci, il a consulté son ami le contre-amiral Auguste Penfentenyo de Kervér (...)
  • 40 Lettre de l’amiral de Cuverville du 26 mars 1901 à Louis Coudurier, rédacteur en chef de la Dépêche (...)

40Toute la carrière politique de Cavelier de Cuverville repose sur quelques grandes idées simples qui figurent dans sa profession de foi aux électeurs sénatoriaux du 22 mars 190139 : la hantise du déclin est permanente ; la France est en danger car sa vocation chrétienne est reniée. Le pays est menacé par une conjonction de menaces intérieures (franc-maçonnerie et collectivisme) et extérieures (impérialismes anglais, puis allemand). Pour Cuverville, comme pour de nombreux officiers de marine confrontés directement à l’agitation ouvrière dans les arsenaux, la crainte de l’explosion sociale est très présente. La crise sociale est inséparable de la crise spirituelle. Le déclin du rayonnement international de la France est aussi la conséquence du reniement de sa vocation chrétienne. Dès lors, « la politique antireligieuse est une trahison des intérêts de la Patrie »40. Puisque la Patrie est en danger, le soldat ne saurait se dérober. Il lui faut reprendre du service en se plaçant au dessus des querelles des partis. Il veut apparaître, par son passé et son expérience, comme le seul homme à même de permettre la « réconciliation nationale », thème récurrent dans tous les discours de l’amiral. C’est le caractère exceptionnel de la situation et sa qualité même de militaire qui justifient aux yeux du marin son entrée dans l’arène politique.

1901-1912 : un sénateur assidu, compétent et pugnace

41Au Sénat, l’amiral se cantonne dans ses trois domaines de prédilection. La marine bien sûr dont il est un spécialiste reconnu, les affaires religieuses (membre de nombreuses commissions spécialisées), mais aussi les questions sociales pour lesquelles, catholique social oblige, il a toujours eu une grande’attention. L’amiral de Cuverville n’est donc pas seulement un amiral-parlementaire habituel, cantonné dans les seules affaires maritimes, militaires ou coloniales comme l’était l’amiral Vallon par exemple. Au nom de son passé militaire, inséparable à ses yeux de sa condition de catholique, il prétend intervenir sur presque tous les sujets, même si les affaires maritimes sont au centre de son activité parlementaire.

  • 41 Pas moins de vingt fois par exemple entre sa première élection en 1901 et sa réélection en janvier  (...)
  • 42 Procès-verbal de la Commission annuelle de la Marine 1908, séance du 1er octobre 1908. Archives du (...)
  • 43 Interpellation et discours du 21 janvier 1902 sur l’arrêté ministériel du 5 novembre 1901 sur le se (...)

42Il se révèle un sénateur assidu, travailleur et extrêmement combatif. Il intervient fréquemment à la tribune41. Il est un membre attitré et influent de la commission sénatoriale de la Marine jusqu’en 1912, date de sa non-réelection. Dans les débats de cette commission, il est l’expert technique dont les avis sont sollicités, écoutés et fréquemment retenus. Il fait souvent part à ses collègues de « bruits » que ses anciens camarades lui font parvenir de la rue Royale. Tout autant que ses responsabilités passées, cette capacité à se tenir informé des mesures en préparation dans les bureaux du ministère suffit à lui assurer une certaine prééminence sur les membres les moins « spécialistes » de la commission. Comme lors de son passage dans le cabinet de Lockroy, il trouve sur les sujets techniques des points d’accord avec ceux-là même qu’il combat avec la plus farouche énergie sur le terrain religieux, car il entend rester sur « le terrain patriotique »42. S’il se heurte violemment à Lanessan au sujet de la suppression des cérémonies du Vendredi Saint sur les bâtiments de la Flotte43, il milite en faveur du programme naval de 1900 défendu par le nouveau ministre. A la tribune comme en commission, la diplomatie n’est pas le fort d’un homme dont le franc-parler est apprécié des parlementaires spécialistes des affaires maritimes. Au sein de la commission de la Marine, il retrouve des hommes qu’il a connu lors de sa carrière et qui l’appréciaient tels Cabart-Denneville ou Barbey, l’ancien ministre de la Marine qui l’avait nommé commandant en chef au Dahomey.

  • 44 Journal Officiel, Chambre des députés, 30 avril 1904, p. 1045.

43Le 8 avril 1904, il figure parmi les 48 parlementaires (31 députés et 17 sénateurs) membres de la « Commission d’enquête extraparlementaire se rattachant à l’enquête de 1894 sur la situation de la Marine et la mise en défense de nos colonies »44. La création de cette commission, passionnément réclamée par l’amiral de Cuverville, est la suite logique des critiques qui s’abattent de toutes parts sur l’action de Camille Pelletan, ministre de la Marine du ministère Combes.

Un activiste de la cause catholique

  • 45 A La Croix, dans les années 1900, l’amiral de Cuverville fait figure de remplaçant de l’amiral Gicq (...)

44Parlementaire, l’amiral ne se contente pas des joutes oratoires du Sénat. Il demeure une des personnalités catholiques les plus en vue, déployant une activité militante qui ne se démentira jamais. Il écrit régulièrement dans La Croix45, L’Indépendance bretonne et d’autres journaux. Il multiplie les conférences, les participations ostentatoires en grand uniforme aux pèlerinages, et continue de s’appuyer sur sa femme pour relayer son action politique sur le terrain associatif catholique.

  • 46 Comtesse de Saint-Laurent, « A nos adhérentes, causerie intime », in L’Appel à la France chrétienne(...)
  • 47 « La conférence de Lyon », in La Vérité Française du 22 décembre 1903.
  • 48 Lettre du 23 décembre 1903 au directeur de La Croix, publiée le 25-26 décembre 1903.

45La comtesse de Cuverville est la coprésidente, avec la comtesse de Saint-Laurent, de la Ligue des femmes françaises. La Ligue, dont le siège est installé 15, rue Duguay-Trouin, dans la résidence parisienne des Cuverville, se démarque de la Ligue patriotique des Françaises jugée trop politique, trop affiliée à F Action Libérale Populaire. Il s’agit pour la ligue aux sympathies royalistes de « travailler au relèvement moral et religieux de la France, en dehors de tous les partis et sous l’étendard du Sacré-Cœur »46. La ligue, porte la griffe de l’amiral de Cuverville et de ses dévotions à Saint-Michel, au Sacré-Cœur et à l’Immaculée Conception. Pour lui, elle doit être une œuvre sociale et de prière. Pour cet homme à la foi profonde, l’action est inséparable de la prière qui doit attirer la faveur divine sur l’homme engagé dans le combat politique. L’amiral multiplie les interventions au cours des réunions organisées par la Ligue des femmes françaises en province. Le 19 décembre 1903, il préside par exemple la conférence organisée à Lyon par le comité local. Il y rend hommage à Etienne Boisson, mort poignardé en défendant l’archevêché de Lyon le 8 décembre, dont il fait un martyr, non sans rappeler qu’il fut blessé lors de la guerre de 187047. Il exalte le combat de la Ligue des femmes françaises pour la liberté sur le terrain de la prière : « Je l’ai grandement félicitée d’avoir poursuivi sa tâche laborieuse en la plaçant sous l’égide du Sacré-Cœur de Jésus et, en marquant, par son affiliation à l’archiconfrérie de prières et de pénitence de Montmartre, sa ferme résolution de joindre à l’action sociale qu’elle entend exercer sous toutes ses formes, la prière et le sacrifice sans lesquels les actes resteraient stériles »48. Cette volonté de séparer les terrains politiques et religieux lui fait prendre quelque distance avec Jacques Piou qui soutient la Ligue patriotique des femmes françaises.

  • 49 Article 2 des statuts déposés à la Préfecture de Police le 17 février 1904. A.N. F7 12366 dossier n (...)
  • 50 Sur l’affaire des Fiches, voir Vinde (François), l’Affaire des Fiches 1900-1904, chronique d’un sca (...)
  • 51 L’Association Antimaçonnique de France, Paris, Imprimerie A. Quelquejeu, s.d., 4 p., A.N. F7 12366, (...)
  • 52 Rapport de police anonyme du 16 novembre 1906. Archives de la Préfecture de police, Ba 902.

46Obsédé par « la secte maçonnique », l’amiral de Cuverville ne se contente pas de vitupérer contre les Frères. Homme d’action, homme d’œuvres, il fonde en 1904 l’Association antimaçonnique de France dont il est président. L’association a pour but d’« étudier et de faire connaître, par la propagande écrite et parlée, l’influence philosophique, sociale et politique de la franc-maçonnerie et autres sociétés secrètes »49. Avec le colonel de Ramel et Alpy, vice-présidents, J. Tourmentin, secrétaire général, l’amiral de Cuverville entend réagir au scandale des Fiches50 : « Les événements qui ont marqué la fin de l’année 1904 ont révélé avec éclat les périls que la franc-maçonnerie fait courir à notre chère patrie. Après la guerre religieuse dont elle s’est déclarée la plus ardente ouvrière, la secte avait entrepris la ruine de l’armée par l’espionnage et la délation officiellement organisés. Actuellement tous les honnêtes gens, sans distinction de partis et de croyances réprouvent cette œuvre abominable et sont résolus à combattre la tyrannie maçonnique sous toutes ses formes. » Une fois encore, l’engagement public de l’amiral de Cuverville trouve sa source de légitimité politique dans sa carrière militaire. L’association est conçue comme un instrument de combat, des enquêtes sont menées pour dresser des listes des Frères afin de mieux les démasquer « les armes sont prêtes ; à chacun de s’en servir »51. Quelle que soit la violence de sa dénonciation de la franc-maçonnerie, l’officier se refuse à toute action violente et se montre soucieux de respecter la légalité : « L’amiral trouve que ses bouillants alliés peuvent devenir très compromettants, très dangereux pour l’« Association antimaçonnique », qui, dit-il, se borne à vulgariser la question maçonnique, à documenter le public sur le Grand Orient dont elle cherche à pénétrer les secrets, mais qui n’a pas pour objet la lutte armée, l’action, les violences matérielles. L’amiral voudrait donc, en prévision des événements graves qu’il redoute, séparer complètement son groupe de ceux résolus à l’action, afin que si des poursuites administratives sont exercées contre ces derniers, le sien, au moins y échappe.52 »

  • 53 Paul Baquiast, Une Dynastie de la bourgeoisie républicaine : les Pelletan, 3 vol., thèse de doctora (...)
  • 54 Paris, Berger-Levrault, 1906 et Paris, Éditions De l’Indépendance, 1911, 73 p.

47Troisième volet après la défense religieuse et la lutte contre la franc-maçonnerie, le monde maritime. L’amiral est membre de la Ligue maritime française, présidée par un proche, l’amiral Gervais. Il en deviendra vice-président. L’association sert de caisse de résonance à ses projets. C’est un groupe de pression avec lequel les ministres de la Marine doivent compter et dont Camille Pelletan, par exemple, se plaint souvent53. Il multiplie les conférences sur la marine marchande et l’expansion coloniale et rencontre quantité de responsables économiques du secteur. L’amiral est aussi un écrivain à succès, qui n’hésite jamais à s’adresser directement à l’opinion publique pour faire passer ses idées en publiant de nombreux ouvrages de vulgarisation comme Les leçons de la mer. Ce qu’il faut à la Marine, en 1906, ou La Marine française en 191154. Cette action se prolonge au parlement par le dépôt de nombreuses propositions de loi sur les questions maritimes.

L’amiral et l’Action Libérale Populaire

  • 55 Responsabilité plus apparente que réelle, semble-t-il. Le comte Xavier de La Rochefoucauld, à qui J (...)

48Ces thèmes recoupent largement ceux développés par Jacques Piou. Tout naturellement, celui-ci contacte l’amiral de Cuverville afin de l’associer à la création de l’Action Libérale Populaire. L’amiral, dont l’aura est très grande dans les milieux catholiques, maritimes, militaires et coloniaux, n’est pas un simple faire-valoir, une caution morale. Certes, ce sont Piou, et dans une moindre mesure de Mun qui dirigent le nouveau parti. Mais l’amiral de Cuverville en est un rouage essentiel. Il apporte (avec les amiraux de La Jaille et Barréra) la caution et le soutien des milieux maritimes au Ralliement. Il peut convaincre les réticents par son passé glorieux d’« amiral chrétien » et ses anciennes convictions légitimistes. Dès le début et jusqu’à sa mort, il fait partie du comité directeur. Enfin, marque de confiance, il est dès juin 1901 président de la commission de souscription de l’Action Libérale Populaire, lourde responsabilité quand le mouvement est accusé par ses détracteurs d’être financé par l’Église55.

49Pourtant, l’amiral occupe une position singulière au sein du parti rallié. Élu sénateur le 31 mars 1901, il ne fait pas partie du groupe de députés fondateurs de l’Action Libérale. Il est élu en 1901 alors que la bataille principale des législatives se livre en 1902. Marginalisé par rapport aux députés qui bénéficient de la tribune de la Chambre des députés, il est cependant l’un des leaders de l’Action Libérale Populaire au Sénat. Il siège dans le groupe sénatorial agricole. Chaque année, il est présent à la table d’honneur du banquet de clôture du congrès annuel de l’Action Libérale Populaire, même dans les moments difficiles.

  • 56 Discours de l’amiral de Cuverville au Congrès de 1912 de l’Action Libéral Populaire, cité in extens (...)

50Il représente à la fois l’aile dure en matière de défense religieuse et l’aile proche des nationalistes. Cependant, se définissant comme « catholique avant tout »56, hostile à toute concession sur ce terrain, l’amiral ne fraiera jamais avec les nationalistes coupables à ses yeux de sacrifier la cause catholique sur l’autel de la nation. Quand à la fin de la décennie, des nationalistes bénéficient des largesses de l’Action Libérale Populaire, il demeure à l’écart. D’autant que le soutien du parti à l’amiral Bienaimé, en 1907, n’est pas pour l’enchanter : ses rapports avec le député nationaliste de Paris ne sont pas au beau fixe et ce depuis des années. De plus, il n’a que mépris pour les soudaines et démonstratives manifestations de piété du député parisien qui cherche à s’attirer le soutien du riche parti rallié. Mais, malgré les revers du mouvement de Jacques Piou, il lui demeure toujours fidèle. Cuverville n’est pas un homme de compromis. S’il joue un rôle important au sein de l’Action Libérale Populaire, son intransigeance l’isole et l’empêche de jouer un rôle plus grand encore.

1912 : sortie précipitée du jeu politique

51Malgré tous ses efforts, Cuverville ne sera jamais vraiment un homme politique de terrain. Certes, il préside la Ligue des libertés bretonnes et défend inlassablement l’usage du breton comme la plupart des parlementaires de la région. Mais l’essentiel de son activité est à Paris, dans l’hémicycle ou en commission, dans les instances dirigeantes d’associations qu’il anime, dans les antichambres ministérielles, dans les couloirs des rédactions ou des évêchés.

52Toutefois, en 1903, l’amiral est élu beaucoup plus facilement qu’en 1901. Deux explications à ce succès plus important que prévu : d’une part, la très bonne organisation locale de l’Action Libérale Populaire (existence de comités nombreux et du journal L’Action libérale de Quimper qui soutient à fond la candidature de l’amiral) ; d’autre part l’intense activité parlementaire déployée par le sénateur, qui a su faire preuve de combativité et montré ses compétences de spécialiste des affaires maritimes et coloniales. Contrairement aux prédictions du préfet du Finistère en 1901, Cuverville s’est montré un bon connaisseur des dossiers de la marine marchande, de l’inscription maritime et de la pêche en ces temps de crise sardinière.

  • 57 Affiche électorale du « vice-amiral de Cuverville, ancien chef d’état-major de la Marine, sénateur (...)

53Il en va tout autrement en 1912. Le climat politique a changé : alors que les perspectives sont assez sombres pour les candidats de l’A.L.P., l’amiral de Cuverville fait les frais de son absence d’implantation locale tout autant que de son refus d’adoucir ses positions en un temps où la lutte religieuse n’a plus la même intensité. Il est écarté de la liste Delobeau qui regroupe progressistes et ralliés au profit d’un colonel de réserve, sans talent oratoire mais responsable de plusieurs associations d’anciens combattants locales et soutenu par les partis. Cuverville est furieux d’avoir été mis à l’écart ainsi, sans ménagement. Sans modérer un tant soit peu son discours, il maintient tout de même sa candidature, « une candidature de liberté religieuse et de DÉFENSE NATIONALE ; elle a pour signification : union de toutes les forces VIVES de la FRANCE EN FACE DE l’étranger »57. Il est sévèrement battu n’arrivant qu’en 7e position avec 575 voix alors que le dernier élu en obtient 633. Il meurt prématurément quelques mois plus tard des suites d’un accident de voiture, sans avoir eu l’occasion de redonner un nouvel élan à sa carrière politique.

54Quelle qu’ait été la virulence du discours politique de l’officier, il ne s’affranchit jamais de l’obéissance au pape et du respect des formes constitutionnelles. A l’intérieur de ce cadre, tous les moyens sont bons pour promouvoir ses idées. L’utilisation de la presse par le militaire en activité apparaît comme un outil privilégié et adapté à son statut, quoique souvent à la limite de la légalité, pour intervenir dans le débat public. A côté de cette présence régulière dans les journaux, Cuverville participe à de nombreuses œuvres et ligues autorisées par le ministre de la Marine. Si, à l’instar de la plupart des officiers, son implication dans la vie associative ne prend logiquement une réelle ampleur qu’après l’incorporation dans le cadre de réserve, il se distingue de ses pairs en ne se cantonnant pas au seul secteur maritime ou patriotique. La véritable irruption dans le débat politique se fait, avec fracas, à l’occasion du commandement d’une expédition coloniale. Il s’agit là d’une opportunité que l’officier a su saisir. Rentré dans l’ombre, l’amiral garde néanmoins certains contacts dans les milieux politiques. Mais, l’engagement ne se développe vraiment qu’à l’extrême fin du service actif. Dans un contexte de confrontation religieuse très forte, les responsabilités éminentes de chef d’état-major général sont manifestement utilisées comme une tribune pour préparer l’entrée définitive en politique.

55L’amiral de Cuverville conçoit son engagement politique comme un prolongement de sa vocation militaire. Il s’agit de défendre un pays menacé dans son identité même par un ennemi intérieur clairement identifié : la franc-maçonnerie qui veut déchristianiser le pays. Son discours ne varie pratiquement pas entre 1901 et 1912. Il demeure centré autour de la défense religieuse sur le terrain constitutionnel. Cette défense religieuse est inséparable de la thématique nationaliste.

56Militaire engagé, Cuverville est l’homme d’un combat. Il est aussi l’homme d’une situation politique donnée. Ses préoccupations religieuses, sociales et nationales coïncident avec les enjeux des luttes électorales du début du siècle. Ce n’est plus le cas à la veille de la Grande Guerre. Mais l’amiral n’est pas homme de compromis. Ce qui avait permis son entrée réussie en politique, c’est-à-dire son intransigeance religieuse, lui interdit de s’installer durablement sur la scène politique.

Notes

1 Piété dont témoigne l’abondante correspondance échangée avec ses proches et de nombreux religieux. Service historique de la Marine (désormais S.H.M.), papiers Cuverville.

2 Pour mener à bien cette étude, nous nous sommes appuyé notamment sur le fonds privé Cavelier de Cuverville, récemment déposé au Service historique de la Marine. Nous devons à la bienveillance de M. Jean-Philippe Dumas, conservateur, d’avoir pu utiliser ces papiers en cours de classement et dont les inventaires n’étaient pas encore achevés lors de la rédaction de cette communication. Qu’il trouve ici l’expression de notre gratitude.

3 Comme l’a bien montré William Serman dans son beau livre sur Les Officiers français dans la nation 1848-1914, Paris, Aubier, 1982, 281 p. (voir les chapitres IX, X et XI). Dans de nombreuses lettres à son mari, Mme de Cuverville le remercie de se priver sur ses repas afin d’envoyer plus d’argent en France, mais l’exhorte à ne pas compromettre ainsi sa santé. S.H.M., Papiers Cuverville.

4 L’amiral est un proche des fondateurs du journal catholique, particulièrement du P. Picard avec lequel il a une correspondance régulière. Il les rencontre fréquemment dans les années 1890 pour évoquer l’organisation du mouvement catholique ou pour renseigner les journalistes sur leurs enquêtes concernant les sujets touchant la Marine. Par exemple, en 1892, au retour d’une tournée d’inspection à Panama, le Père Picard l’invite à déjeuner pour évoquer le scandale avec les pères Vincent de Paul, Bailly et Marcel. Il s’agit d’une réunion de travail où chacun amènera ses propres documents. Lettre du R.P. Marcel à l’amiral de Cuverville datée du 16 décembre 1892 à Paris. S.H.M., Papiers Cuverville.

5 Voir la lettre de Mgr Perraud à l’amiral de Cuverville, non datée, relatant son entrevue le 1er novembre 1893 avec Léon XIII : « Il [Mgr Perraud] s’est plu à dire au Saint Père quels services religieux et patriotiques l’amiral de Cuverville avait rendu à la France et à la cause de la civilisation, particulièrement lors de l’expédition du Dahomey. » S.H.M., Papiers Cuverville.

6 Lettre de sa femme à l’amiral de Cuverville, datée du 12 janvier 1885.

7 Charles Cabart-Denneville (1846-1918), député de la Manche de 1889 à 1895, puis sénateur de 1895 à 1918. Administrateur des eaux et forêts, il siège avec les Républicains. Membre de la commission de la Marine (1894), il dépose une proposition de loi tendant à confier à la Marine la défense du Cotentin et de la Corse (1894). En 1897, il est secrétaire de la commission sénatoriale de la Marine où il retrouve Cavelier de Cuverville, élu sénateur en 1901.

8 La Croix n’est pas le seul journal à bénéficier des « fuites » organisées par l’amiral lui-même comme en témoigne une lettre de A. Drumont, rédacteur en chef de L’Océan, journal proche des milieux maritimes conservateurs de Brest, datée du 17 octobre 1890 à Brest. Après lui avoir adressé ses félicitations pour la conclusion de la paix, celui-ci remercie l’amiral car « nous avons reçu par l’intermédiaire de M. Chavouon, les renseignements que vous avez bien voulu nous faire parvenir sur les obsèques du lieutenant de vaisseau Ollivier. Comme toujours votre allocution a été reproduite par tous les journaux catholiques […]. Probablement la remise de la croix au Père Dorgère a dû donner lieu à une cérémonie ; nous serions fort heureux dans ce cas de recevoir le texte de votre discours », S.H.M., Papiers Cuverville.

9 Ordre du Jour de prise de commandement du 7 juin 1890 à bord de la « Naïade » du C.E.C. des forces de terre et de mer, faisant fonction de gouverneur dans le Golfe du Bénin. Cité par La Croix du 5 août 1890.

10 « Et maintenant, La Lanterne, qui illumine les antres de la Franc-maçonnerie, peut s’en donner à cœur joie contre le « Bondieusard » ; seul, jusqu’ici, il a fait respecter la dignité de la France et contraint les noirs du Dahomey à compter avec elle, en accordant à ses messagers les égards et les honneurs qui lui sont dûs ! […] Et, maintenant, toute la meute radicale et franc-maçonne peut encore aboyer après moi. Je me rappelle la promesse : Dentibus suis fremet et tabescet ; desiderium peccatorum peribit. Prions pour qu’il en soit ainsi, et pour que mon passage en ce pays, auquel je crois avoir bien dit un étemel adieu, tourne au profit de la Sainte Eglise de Jésus-Christ, et par cela même, parce que c’est tout un, à la gloire de la France. », lettre de l’amiral de Cuverville à « une personne amie » du 9 août 1890, citée par A. de Salinis dans La Marine au Dahomey. Campagne de la Naïade 1890-1892, Paris, Sanard, 1901, 349 p., p. 93.

11 Cf. la lettre de Jules de Cuverville à Étienne Lamy du jeudi 25 ?. Archives Nationales (désormais A.N.) 333 AP 4 Correspondance reçue, Papiers Étienne Lamy.

12 Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1896.

13 Sur l’émergence de ce nouveau patriotisme radical, voir l’analyse de Judith Stone, « La République et la Patrie : The Radical’s Nationalism Under Attack », in Robert Tombs, Nationhood and Nationalism in France From Boulangisme To The Great War 1889-1914, Cambridge, 1991, p. 168-181.

14 Cette « communauté de vue » est saluée par La Marine Française, revue de la Jeune École, du 15 août 1898. Dans un article sur « le nouveau chef d’état-major général de la Marine », l’auteur, anonyme, tente d’expliquer à une opinion publique « surprise » le choix de Lockroy. La Marine française, n° 73, p. 373-375.

15 Commission extraparlementaire de la Marine, Délégations, t. II : « Délégation de Cherbourg et de Brest : Procès-Verbal des séances, dépositions et comptes-rendus », Paris, Imprimerie nationale, 1896.

16 En 1895-1896. Il est remplacé par l’amiral Besnard qui revient sur la plupart des décisions de Lockroy. En 1898, Lockroy succède pour la deuxième fois au vice-amiral Besnard rue Royale.

17 Dans une lettre d’adieux au contre-amiral Fournier, le vice-amiral de Cuverville, nouveau commandant en chef de l’escadre de la Méditerranée, écrivait : « Au moment où vous allez quitter l’œuvre utile à laquelle vous vous étiez dévoué et qui s’était poursuivie sous mes yeux, laissez-moi vous exprimer, en même temps que mes profonds regrets, les sentiments de haute estime dans lesquels je tenais l’École que vous avez si brillamment dirigée, ses professeurs et ses officiers-élèves », Lettre du 13 octobre 1896, S.H.M., BB8 1471, citée par le contre-amiral Rémi Monaque in L’école de guerre navale, Vincennes, S.H.M., 1995, 488 p.

18 Lettre du 12 octobre 1898 du chef d’état-major au ministre de la Marine, S.H.M., BB8 1905. Sur cet épisode, voir Renée Masson, La Marine française lors de la crise de Fachoda 1898-1899, D.E.S. d’histoire, Paris, 1955.

19 Procès-verbal de la séance du 9 novembre 1898 du C.S.M. établi par le contre-amiral Mallarmé, rapporteur. S.H.M., BB8 2424-5

20 Le 3 janvier 1899, au sortir d’une énième réunion du Conseil supérieur de la Marine, le Président de la République est excédé par le chef d’état-major : « Véritablement, l’amiral de Cuverville ne nous donne aucune sécurité. C’est bien l’illuminé et le bavard que j’avais jugé au ministère quand j’y étais. La critique lui plaît, mais il ne semble pas se douter que la Marine a un rôle à jouer dans la Défense nationale. Sa conception consiste à garder nos escadres de tout accident pour les avoir intactes à la fin de la guerre, qu’il croit pouvoir faire durer sans sortir, comme si l’opinion publique accepterait une pareille politique », Journal de Félix Faure, p. 398, A.N. Fonds Félix Faure 460 AP 14, cité par Thierry Billard in Félix Faure, Paris, Julliard, 1995, 1049 p., p. 888.

21 Procès-verbal de la séance du 11 janvier 1899 du Conseil supérieur de la Marine, S.H.M., BB8 2424-5.

22 C’est ce que semble indiquer la première rédaction au brouillon du C.A. Mallarmé, moins policée que le procès-verbal définitif : « Il n’a pas pris part à la rédaction du mémorandum envoyé par le ministre qui connaissait son opinion au sujet des idées émises dans le mémorandum. Il se trouve donc actuellement dans une situation embarrassante pour exposer ses vues. Car il ne voudrait pas avoir à critiquer ce qui a été proposé par le ministre. »

23 Conseil supérieur de la Marine, séance du 11 janvier 1899. Résumé de ses avis et décisions prises par le ministre, S.H.M., BB8 2424-5.

24 Promesses auxquelles fait notamment allusion le contre-amiral Touchard dans une lettre du 29 juin 1899, à bord de l’Amiral Duperre : « Il avait fallu d’ailleurs tout votre sentiment du devoir et la conscience du service que vous rendiez à la Marine pour vous faire conserver vos importantes fonctions lorsqu’il est devenu manifeste que M. Lockroy était incapable d’obtenir et probablement même de défendre les réformes qu’il s’était vanté d’accomplir. » S.H.M., Papiers Cuverville. Le chef d’état-major soutenait des réformes plus radicales que celles finalement mises en œuvre par Lockroy.

25 Armée et Marine, n° 9, p. 143.

26 « La démission de l’amiral de Cuverville », La Croix, 15 avril 1899, p. 1.

27 Rapport du Conseil d’administration de la Société des œuvres de mer, publié dans La Croix le 6 avril 1899.

28 Sur cet épisode inédit, voir la correspondance entre le chef d’état-major, le cardinal Richard et ses vicaires généraux. Archives historiques de l’Archevêché de Paris (A.H.A.P.) 5 B 2.1.

29 « J’avais autorisé M. Fleury-Ravarin à montrer ma lettre à ses collègues du Parlement et des grandes Commissions, afin qu’il put défendre ses idées avec plus d’autorité. Mais je l’avais prié de ne pas la livrer aux journaux sans l’autorisation du ministre.
M. Fleury-Ravarin demanda cette autorisation à M. Lockroy qui répondit : « Je ne vois aucune objection de principe à la publication de cette lettre, mais n’y a-t-il pas là une incorrection ? Je pense que dans l’intérêt de M. de Cuverville, il conviendrait d’en atténuer les termes. »
A M. Fleury-Ravarin qui me communiquait cette réponse, j’ai déclaré : « S’il y a une incorrection à publier, que le ministre s’y oppose. En ce qui concerne mon intérêt j’en suis le seul juge et j’ai toujours fait passer mon devoir avant mon intérêt. »
C’est dans ces conditions qu’a eu lieu la publication de cette lettre. Puisse-t-elle avoir dans le pays un profond retentissement ! A la veille de quitter le service actif, j’ai voulu pousser le cri d’alarme. Et comment aurais-je pu me taire quand je vois mon pays s’acheminer vers la défaite, qui est proche peut-être. », « Interview de l’amiral de Cuverville », La Croix, 22 juin 1899, p. 3.

30 « Le R.P. Dorgère au Dahomey, par le vice-amiral Cavelier de Cuverville du cadre de réserve », extrait de L’Ami du Drapeau, Auxerre, Imprimerie Chambon, 1900, 19 p.

31 La Vérité française, 20 février 1900.

32 La Croix, 20 juin 1899.

33 Les sources consultées jusqu’ici ne permettent pas de trancher.

34 Selon les propres mots de l’amiral de Cuverville dans une lettre publique publiée par L’Étoile de la Mer du 2 avril 1901.

35 Lettre au préfet du Finistère du 21 mars 1901. Archives départementales du Finistère (A.D.F.) 3 M 337.

36 Affiche de l’amiral de Cuverville aux élections sénatoriales. Archives départementales du Finistère, 3 M 337, élections sénatoriales du 31 mars 1901.

37 « Le vice-amiral Cavelier de Cuverville, inspecteur général de la Marine, tient à exprimer à monsieur Étienne Lamy l’admiration profonde que lui fait éprouver, pour sa personne et pour son patriotique courage, la lecture du magnifique discours prononcé le 18 avril à la salle Wagram. Tout est contenu dans cette page vraiment française ; tout, y compris le salut de la France et la reprise de son rang à la tête des nations... Gesta Dei per Francos », Carte de l’amiral de Cuverville à Étienne Lamy du 24 avril 1898. A.N. 333, AP/4 Papiers E. Lamy.
Il semble que l’amiral de Cuverville ait joué un rôle important pour relayer l’action de Lamy à Rome. Dans une lettre au Père Emmanuel Bailly du 14 juin 1897, le père Picard évoquant la difficulté de réaliser l’union des catholiques estime que « Les conversations de M. de Cuverville et ses articles feront du bien. Il peut aisément réfuter Mourrey, car il a toujours été lui-même dirigé par moi vers Lamy. Les divisions se sont accentuées depuis le moment où l’on nous a frappés. Tout s’est arrangé pour nous du côté du pape et nous avons repris notre action selon le désir de Sa Sainteté, mais les directives exclusives envoyées par Mourrey continuent à produire leur effet et rendent difficile l’union à laquelle nous travaillons d’accord avec M. Lamy lui-même. M. de Cuverville ferait œuvre utile en indiquant ses impressions à M. Lamy. Mais il ne contrebalancera pas l’influence qu’il déplore et que nous déplorons tous, tant que son Eminence le cardinal Rampolla continuera à subir cette influence. », cité par Charles Molette in L’Action catholique de la jeunesse française 1886-1907. Une prise de conscience du laïcat catholique, Paris, Armand Colin, 1968, p. 615-616. Cette lettre laisse entrevoir l’ampleur de l’influence de l’amiral de Cuverville dans les milieux romains et auprès d’Étienne Lamy. Dans le cadre de notre thèse sur les « Mentalités et comportements religieux des officiers de marine sous la Troisième République », nous nous proposons de dépouiller les archives de la Secrétairie d’État et de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome afin d’éclaircir le rôle exact joué par l’amiral de Cuverville (et d’autres officiers de marine) dans l’organisation électorale des catholiques.

38 Discours prononcé à la distribution des prix le 24 juillet 1900 par Monsieur l’amiral de Cuverville, École Saint-Charles de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, Imprimerie René Prud’homme, 1900, 15 p.

39 Pour la rédaction de celle-ci, il a consulté son ami le contre-amiral Auguste Penfentenyo de Kervéreguin qui a rédigé un projet. Cuverville a considérablement « adouci » le texte de son ami, beaucoup plus proche de l’extrême droite que lui. Il sait que sa seule chance d’être élu est de gagner les suffrages des modérés et de se placer sur le terrain de la « réconciliation nationale ». Copie d’un projet de lettre aux électeurs sénatoriaux du Finistère, S.H.M., Papiers Cuverville.

40 Lettre de l’amiral de Cuverville du 26 mars 1901 à Louis Coudurier, rédacteur en chef de la Dépêche de Brest, journal proche des progressistes, publiée dans ce journal le 29 mars 1901.

41 Pas moins de vingt fois par exemple entre sa première élection en 1901 et sa réélection en janvier 1903.

42 Procès-verbal de la Commission annuelle de la Marine 1908, séance du 1er octobre 1908. Archives du Sénat.

43 Interpellation et discours du 21 janvier 1902 sur l’arrêté ministériel du 5 novembre 1901 sur le service intérieur à bord des bâtiments de la Flotte.

44 Journal Officiel, Chambre des députés, 30 avril 1904, p. 1045.

45 A La Croix, dans les années 1900, l’amiral de Cuverville fait figure de remplaçant de l’amiral Gicquel des Touches décédé en 1901 (qui signait ses articles du pseudonyme « Le Marin »). Chacun s’identifiant à la ligne politique du journal avant et après la reprise par Paul Féron-Vrau.

46 Comtesse de Saint-Laurent, « A nos adhérentes, causerie intime », in L’Appel à la France chrétienne, n° 11 du 8 novembre 1903, p. 5.

47 « La conférence de Lyon », in La Vérité Française du 22 décembre 1903.

48 Lettre du 23 décembre 1903 au directeur de La Croix, publiée le 25-26 décembre 1903.

49 Article 2 des statuts déposés à la Préfecture de Police le 17 février 1904. A.N. F7 12366 dossier n° 40.

50 Sur l’affaire des Fiches, voir Vinde (François), l’Affaire des Fiches 1900-1904, chronique d’un scandale, Paris, Éditions universitaires, 1989, 239 p.

51 L’Association Antimaçonnique de France, Paris, Imprimerie A. Quelquejeu, s.d., 4 p., A.N. F7 12366, dossier n° 40.

52 Rapport de police anonyme du 16 novembre 1906. Archives de la Préfecture de police, Ba 902.

53 Paul Baquiast, Une Dynastie de la bourgeoisie républicaine : les Pelletan, 3 vol., thèse de doctorat, sous la direction du professeur J.-M. Mayeur, Université de Paris-IV, octobre 1995, 3 tomes. T. II, p. 397.

54 Paris, Berger-Levrault, 1906 et Paris, Éditions De l’Indépendance, 1911, 73 p.

55 Responsabilité plus apparente que réelle, semble-t-il. Le comte Xavier de La Rochefoucauld, à qui Jacques Piou confie en 1912 la responsabilité des comptes secrets londoniens de l’A.L.P., ne mentionne pas Cavelier de Cuverville dans son historique des finances du parti rallié. Les documents comptables ne font pas plus apparaître son nom. L’amiral aurait donc été une sorte de couverture pour ces comptes secrets, une simple caution morale dont le rôle était de solliciter officiellement les cotisations et souscriptions. Sans qu’il soit possible de dire s’il connaissait l’existence des fameux comptes secrets londoniens. A.N., AP 142 14 et 15.

56 Discours de l’amiral de Cuverville au Congrès de 1912 de l’Action Libéral Populaire, cité in extenso par La Croix du 15 mars 1912 dans « L’amiral de Cuverville ».

57 Affiche électorale du « vice-amiral de Cuverville, ancien chef d’état-major de la Marine, sénateur sortant », A.D.F. 3 M 342, élections sénatoriales du 7 janvier 1912.

Auteur

Agrégé d’histoire, allocataire de recherche à l’université Paris-X-Nanterre. Il prépare une thèse d’histoire contemporaine, sous la direction de Philippe Levillain, intitulée Mentalités et comportements religieux des officiers de Marine sous la IIIe République. Il a publié « De Dakar à Suez, un itinéraire emblématique : l’amiral Pierre Lancelot (1901-1957) », en collaboration avec Philippe Vial, in Revue historique des Armées, 4 (1997) et 1 (1998).

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search