Version classiqueVersion mobile

L’implantation du socialisme en France au xxe siècle. Partis, réseaux, mobilisation

 | 
Jacques Girault

Deuxième partie. Élus

Les conseillers généraux socialistes de la Seine (1945-1967)

Philippe Nivet

Texte intégral

  • 1 Les contraintes éditoriales ne permettant pas d’apporter sur les élus étudiés tous les renseignemen (...)
  • 2 Archives nationales, F/1cII/153.

1Alors que les travaux prosopographiques ont, dans un premier temps, essentiellement étudié les parlementaires, l’intérêt se porte maintenant également sur les élus locaux1. C’est en effet d’abord à ce niveau que les forces politiques ont pu s’implanter : à la fin du xixe siècle, la poussée électorale du socialisme débute aux élections municipales de 1892 ; les élections municipales de 1947 sont décisives dans l’histoire du Rassemblement du peuple français (RPF). Une réflexion sur l’implantation d’un courant politique ne peut faire l’économie d’enquêtes sur les élus locaux, qui permettent d’affiner l’étude du recrutement des hommes politiques. Par leur position intermédiaire entre l’élu municipal et le parlementaire, les conseillers généraux constituent un personnel politique particulièrement intéressant à étudier. C’est dans ce groupe que l’on peut percevoir parfois des renouvellements qui n’interviennent que plus tard chez les parlementaires. Parmi les conseillers généraux, ceux du département de la Seine constituent, en raison de la spécificité de leur mode de désignation, un groupe à part, signalé par le préfet dans son rapport au ministre de l’Intérieur sur les élections législatives de 1951 : « Le rôle et l’influence des élus qui représentent le corps électoral dans les assemblées proprement politiques (Assemblée nationale et Conseil de la République) peuvent apparaître moins importants dans la Seine que dans les autres départements où ces élus sont tout à fait au premier plan de la vie politique. Dans la Seine, il semble que le rôle essentiel soit joué par les assemblées locales, conseil municipal de Paris et conseil général de la Seine, qui, en raison même de leur importance numérique, du recrutement et de l’activité de leurs membres, font figure de petits parlements et constituent les facteurs déterminants de la vie politique dans l’agglomération parisienne »2. Cette contribution sera consacrée aux conseillers généraux socialistes du département de la Seine, depuis la reconstitution du Conseil général de la Seine à la Libération jusqu’à sa disparition, en 1967, quand se mettent en place les conseils généraux des nouveaux départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

La désignation des conseillers généraux de la Seine

2Au sein du Conseil général de la Seine coexistent les conseillers municipaux de Paris, qui sont de droit conseillers généraux de la Seine, et les représentants de la banlieue, élus dans les arrondissements de Sceaux et de Saint-Denis. Le siège du Conseil général de la Seine est à l’Hôtel de ville de Paris : il se réunit dans la même salle des séances que le conseil municipal de Paris.

3En 1944, à la libération de Paris, le Comité parisien de la Libération (CPL) assume provisoirement les fonctions de conseil municipal de Paris et de Conseil général de la Seine. Avant que les électeurs soient consultés est désignée, en même temps qu’une assemblée municipale provisoire faisant fonction de conseil municipal de Paris, une assemblée départementale provisoire, dont la composition avait été fixée par une ordonnance du 30 octobre 1944 : 85 conseillers municipaux de Paris, 42 conseillers départementaux en banlieue et 6 conseillers représentant les organisations de résistance figurant au bureau du CPL. Le nom des membres paraît au Journal officiel du 13 mars 1945. Alors que l’ Assemblée municipale provisoire a une existence brève, les élections municipales ayant lieu le 29 avril 1945, à la proportionnelle, dans le cadre de six secteurs groupant plusieurs arrondissements, l’assemblée départementale provisoire conserve ses fonctions jusqu’aux élections cantonales, organisées le 23 septembre 1945. L’ordonnance du 4 juin 1945 y intègre les conseillers municipaux de Paris élus lors des municipales. L’assemblée départementale comprend alors des membres élus (les Parisiens) et des membres nommés (les représentants des cantons de banlieue).

4L’ordonnance du 24 mars 1945 porte l’effectif total du Conseil général à 150 membres. Aux 90 élus de la ville de Paris, nombre équivalent à celui de l’avant-guerre, s’ajoutent désormais 60 élus de la banlieue (50 avant la guerre) : cette augmentation est justifiée par la croissance de la population de la Seine-banlieue. Les élections en banlieue ont lieu à la proportionnelle, dans le cadre de cinq secteurs.

5La loi du 5 septembre 1947, qui maintient à 150 l’effectif du Conseil général de la Seine, prévoit que l’élection des conseillers généraux de banlieue a lieu quatorze jours après l’élection au conseil municipal de Paris. Les pouvoirs des conseillers généraux de la Seine (banlieue) élus en septembre 1945 sont prorogés jusqu’en 1953. Il n’y a donc pas d’élection cantonale en banlieue entre 1945 et 1953, mais la composition du Conseil général de la Seine est modifiée après les élections municipales du 19 octobre 1947. En 1953, les élus parisiens sont renouvelés aux municipales du 26 avril et ceux de la banlieue aux cantonales du 17 mai. Le dernier renouvellement intégral se produit en 1959, avec les municipales à Paris le 8 mars et les cantonales en banlieue les 8 et 15 mars, au scrutin uninominal à deux tours dans le cadre de soixante cantons redécoupés. Les conseillers élus en banlieue siègent jusqu’à la disparition du Conseil général de la Seine. Le conseil municipal de Paris est renouvelé les 14 et 21 mars 1965, entraînant une ultime modification de la composition du Conseil général de la Seine : il s’agit alors d’un scrutin majoritaire à deux tours avec listes bloquées dans le cadre de quatorze secteurs. Le système d’élection à la proportionnelle, appliqué aux élections municipales de 1947, de 1953 et de 1959, est abandonné.

La place des socialistes au Conseil général de la Seine

6La première assemblée départementale en 1945 est nommée après consultation des Comités locaux de libération (CLL) et du CPL. Selon l’ordonnance du 30 octobre 1944, sont d’abord maintenus en fonction les élus d’avant-guerre « restés fidèles à leur devoir », puis, après le remplacement par leur parti des élus morts pour la France, sont choisis de nouveaux conseillers « parmi les Français ou Françaises ayant participé activement à la lutte contre l’ennemi et l’usurpateur, en tenant compte, d’une part, de la répartition des suffrages aux dernières élections […] et d’autre part des tendances manifestées dans le canton [ou dans l’arrondissement] lors de la libération ». Les discussions commencent donc par l’examen du cas des élus de l’ avant-guerre.

7Pour les conseillers municipaux de Paris, le CPL accepte la réintégration de trois socialistes : Paul Rivet (Ve arrondissement), Georges Hirsch (Xe) et André Le Troquer (XIIIe), mais refuse celle de Maurice Hirschowitz (IVe) et d’Armand Leroux (XVe). Ce dernier, exclu du conseil municipal en 1941, avait fait plusieurs démarches auprès des autorités de Vichy pour obtenir sa réintégration. Parmi les élus socialistes de banlieue retrouvent leur siège Édouard Depreux (Sceaux) et Jean Alessandri (Vanves). Le CPL refuse la réintégration de Gaston Allemane (Nogent-sur-Marne), en raison de son vote de juillet 1940 en faveur des pouvoirs constituants au maréchal Pétain, malgré ses activités de résistance. Émile Cresp (Montrouge) et Firmin Aury (Puteaux), maintenus en 1941, sont également exclus, ainsi que Pierre Forichon (Boulogne), qui aurait participé au Secours national.

  • 3 Sont directement SFIO : Gérard Jaquet, Roger Deniau, Paul Rivet, Georges Hirsch, André Le Troquer, (...)
  • 4 Archives de Paris, 10441/64/2 versement 14. Composition de l’assemblée départementale provisoire. S (...)

8Les discussions sur les nominations sont ensuite assez passionnées. Il apparaît que les représentants communistes au sein du CPL sont peu désireux de favoriser les candidatures socialistes ou socialisantes. Finalement, sur 85 conseillers municipaux de Paris, 15 sont socialistes ou proches des socialistes3 ; sur 48 représentants de la banlieue, 14 sont considérés comme socialistes : il s’agit souvent de présidents ou de membres de délégations spéciales faisant fonction de municipalités4. Il y a donc 29 socialistes ou proches membres de l’assemblée départementale provisoire, soit 21,8 %.

  • 5 Pour Paris : Henri Billebaut, Albert Candau, Gaston Gévaudan, André Joublot, André Le Troquer, Juli (...)
  • 6 Charles Cottin, Gaston Gévaudan, Jean Guignebert, André Le Troquer, René Menuet, Xavier Péladan (dé (...)
  • 7 Pour Paris : Henri Billebaut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud. Georges Hirsch (démissionnaire, rempl (...)
  • 8 À Paris, les socialistes obtiennent 7,28 % des suffrages exprimés. Le nouveau mode de scrutin en ba (...)
  • 9 Pour Paris : Henri Billebaut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud. Georges Hirsch, Pierre Le Goff, René (...)
  • 10 Pierre Astier, Henri Billebaut, Gilbert Chabrut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud, Pierre Le Goff, Ph (...)
  • 11 , Le Figaro, 18 février 1965.

9Avec le retour du suffrage universel, la place des socialistes au Conseil général dépend de leurs résultats électoraux. Depuis 1920, la SFIO est vivement concurrencée dans le département de la Seine par les communistes qui, après 1945, constituent la première force de gauche. La place des socialistes au Conseil général est donc relativement limitée. Aux élections municipales du 29 avril 1945, la SFIO, qui a refusé de constituer des listes communes avec les mouvements de Résistance, maintient ses positions de 1935, obtenant 11,5 % des suffrages exprimés et 12 élus. Aux élections cantonales du 23 septembre, la SFIO, qui a fait alliance avec l’UDSR, sauf dans le cinquième secteur où se présente une liste UDSR autonome, obtient 20,8 % des voix, chiffre comparable à celui obtenu aux élections municipales d’avril 1945 en banlieue, et a 12 élus. Les conseillers généraux socialistes sont au nombre de 245. Les pertes importantes que connaît le Parti socialiste aux élections municipales de 1947 à Paris (8,7 % des suffrages exprimés) limitent à 8 le nombre des élus socialistes parisiens6. Après cette date, le groupe socialiste au Conseil général est réduit à 20 élus et cet effectif diminue encore, puisque Jean Guignebert est exclu de la SFIO en 1948 avec les animateurs de la « Bataille socialiste » et s’apparente au groupe communiste et que, la même année, Jean Alessandri rejoint le RPF et Henri Vergnolle le RGR. Après les élections municipales et cantonales de 1953 (la SFIO obtient 9,75 % à Paris et 16,72 % en banlieue), le groupe socialiste rassemble 19 élus, 9 conseillers municipaux de Paris et 10 conseillers généraux de banlieue7. En septembre 1958, ce groupe est affaibli par le départ pour le Parti socialiste autonome d’André Joublot et de Roger Priou-Valjean, conseillers municipaux de Paris, et de Raoul Bleuse, conseiller général de banlieue depuis le décès de Marius Vicariot en décembre 1953. Aux élections de 1959, les socialistes conservent 9 élus à Paris et ont 7 élus en banlieue8, soit un groupe de 16 conseillers généraux9. Maurice Weill, conseiller municipal du XVIIe arrondissement, est exclu de la SFIO le 19 février 1965, parce qu’il se présente aux municipales sur une liste centriste conduite dans le XVIIe arrondissement par Bernard Lafay. L’effectif du groupe socialiste diminue après les élections de 1965 : si 9 conseillers municipaux socialistes sont élus à Paris10, Jean Huet, exclu de la SFIO pour avoir refusé l’union avec les communistes lors des élections municipales à Asnières, rejoint le groupe des « non-inscrits » et l’élection partielle provoquée par le décès d’Alphonse Le Gallo voit à Boulogne l’élection du gaulliste Hubert Balança. De toute manière, Le Gallo, décédé brusquement le 17 février 1965, était lui aussi en conflit ouvert avec la fédération SFIO de la Seine, dans la mesure où il refusait d’établir pour les élections municipales à Boulogne-Billancourt une liste commune avec les communistes et voulait présenter une liste centriste : la SFIO avait décidé de lui opposer une liste conduite par Georges Germain, secrétaire de la section SFIO de Boulogne et suppléant de Le Gallo à l’Assemblée nationale, qui aurait comporté des communistes11.

Les élus socialistes au Conseil général de la Seine (1945-1965)

Les élus socialistes au Conseil général de la Seine (1945-1965)

10Même s’ils n’ont qu’un nombre limité d’élus, les socialistes ont un poids politique important au Conseil général de la Seine, puisqu’ils constituent un groupe charnière entre les communistes et les formations du centre ou de la droite.

  • 12 Deux élections à Paris n’ont pas été validées : le nombre total des élus est donc de 148 et non de (...)

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 194512

Élus de Paris Élus de banlieue Total
PCF 27 25 52
SFIO 12 12 24
MRP 14 14 28
Radicaux 5 3 8
Résistance 8 0 8
Modérés 22 6 28
Total 88 60 148

Composition du Conseil général de la Seine après les élections municipales parisiennes de 1947 (

Élus de Paris Élus de banlieue Total
PCF 25 25 50
SFIO 8 12 20
MRP 5 13 18
RPF 52 1 53
Divers 8 8
Total 90 59 149
  • 13 Un siège est vacant après le décès de Pemey (radical-socialiste).

Source : Le Monde, 20 novembre 1947)13

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1953

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1953

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1959 (Le Monde, 17 mars 1959)

Élus de Paris Élus de banlieue Total
PCF 29 30 59
UFD 1 2 3
SFIO 9 7 16
MRP 3 2 5
Centre républicain 4 1 5
UNR 23 7 30
CNI-divers droite 21 11 32
Total 90 60 150

11Le choix des élus socialistes est décisif pour la formation des majorités, comme le montre l’histoire, complexe, des élections des bureaux du Conseil général, des désignations aux postes de rapporteurs (rapporteur général du budget, rapporteur général du compte, rapporteur général du personnel) et des votes du budget.

  • 14 Bulletin municipal officiel, Débats du Conseil général de la Seine, séance du 19 novembre 1947, p.  (...)

12Ainsi, le 19 novembre 1947, le socialiste Jean Alessandri est porté à la présidence, élu par 79 voix contre 49 au communiste Daniel Renoult et 18 à Marius Vicariot, également socialiste, pour lequel ont voté les 18 élus du MRP, les gaullistes n’ayant pas présenté de candidat pour empêcher l’élection d’un communiste et ayant soutenu Jean Alessandri. Les communistes contestent cette élection, dans laquelle ils voient, selon les termes de Georges Marrane, la « continuation des coalitions immorales qui se sont produites en banlieue à la suite des élections municipales du 19 octobre »14. La polémique est d’autant plus forte que deux socialistes, Henri Vergnolle et René Menuet, sont élus rapporteur général du budget et rapporteur général du personnel sans opposition du RPF, tandis que le gaulliste André Thirion est élu rapporteur général du compte sans opposition socialiste. Le 21 novembre, le communiste Albert Ouzoulias rappelle que Jean Alessandri a accepté la présidence de la délégation spéciale d’Issy-les-Moulineaux en remplacement du communiste Victor Cresson, suspendu de son mandat de maire en octobre 1939. À la fin du mois de juillet 1948, Jean Alessandri, qui a perdu l’appui des socialistes après des déclarations favorables au groupe RPF, annonce officiellement son adhésion au RPF.

13En mai 1953, après le renouvellement total du Conseil général, le socialiste Maurice Coutrot est élu président par 78 voix contre 55 au communiste Georges Marrane, grâce au retrait des candidats indépendants, RPF et RGR. Les socialistes ont refusé les propositions faites par le Parti communiste. Les communistes sont évincés des autres postes du bureau et la SFIO obtient le rapport général du budget, sans opposition de la droite. Mais, après la défaite de Maurice Coutrot, candidat au renouvellement de son mandat en juin 1954, et l’élection à la présidence du RPF Henri Jouy, les socialistes, mécontents du refus des partis modérés de laisser le fauteuil présidentiel à Coutrot, font cause commune avec les communistes pour l’élection des autres membres du bureau : les socialistes obtiennent deux vice-présidences, un poste de secrétaire et le poste de syndic, les communistes deux vice-présidences et trois postes de secrétaire. Ce vote apparaît essentiellement conjoncturel, puisque les communistes votent ensuite contre le budget préparé par le socialiste Gaston Gévaudan et qu’en juin 1955 le socialiste Jean Huet est élu président avec le soutien du RGR, des indépendants et du RPF contre le communiste Georges Marrane.

  • 15 Quelques reclassements ont eu lieu depuis les résultats publiés le 17 mars.

14Après les élections de 1959, l’alliance maintes fois observée sous la IVe République entre élus de droite et élus socialistes perdure un temps, permettant l’élection à la présidence le 24 mars du socialiste Georges Dardel. Le Monde du 26 mars 1959 souligne bien la position charnière du groupe socialiste : « Deux majorités étaient théoriquement possibles, selon que les 16 socialistes mêlaient leurs bulletins à ceux des 59 communistes et des 3 UFD (1 UGS et 2 PSA) ou qu’ils obtenaient l’appui des 33 indépendants et modérés, des 30 UNR, des 5 MRP et des 4 Centre Républicain15. C’est la seconde combinaison qu’ont choisie les socialistes, qui tirent bénéfice de leur position de groupe charnière ». Mais cette alliance, liée à celle contractée au conseil municipal de Paris, touche à sa fin, dans le contexte de la crise algérienne et de l’engagement en faveur de l’Algérie française de nombreux élus de droite, comme Édouard Frédéric-Dupont, Bernard Lafay ou Philippe Vayron. En juin 1960, Georges Dardel est réélu président avec le soutien des communistes ; socialistes et communistes se partagent les autres postes du bureau. Le retournement a été acquis par suite de la violente opposition des socialistes à la reconduction du bureau précédent. Les socialistes entendent empêcher la réélection de Philippe Vayron, député indépendant, ancien vice-président, acquis à la défense de l’Algérie française.

  • 16 L’Année politique, 1960, p. 74.
  • 17 Bulletin municipal officiel, Débats du Conseil général de la Seine, 1961, p. 1020.

15Cette position du groupe socialiste est critiquée. Le congrès de la fédération de la Seine adopte un texte affirmant que ce vote ne comporte aucune entente avec les fédérations communistes de la Seine et les deux conseillers généraux de la Seine qui sont membres du Comité directeur de la SFIO, Georges Dardel et Pierre Giraud, en sont évincés par le congrès national de juillet 1960. Cette alliance avec les communistes, plus que son soutien à Albert Gazier, signataire d’une motion s’opposant à celle de Guy Mollet, explique l’éviction de Georges Dardel16. Le bureau du Conseil général de la Seine élu en 1960 est réélu le 21 juin 1961. À partir de l’été 1960, communistes et socialistes votent généralement ensemble et le Conseil général devient une tribune où la gauche peut développer ses thèmes, notamment lors des débats sur le problème algérien et sur le rôle de la police. Le budget 1962 n’est voté au Conseil général que par les socialistes, les communistes et les membres du PSU. Jean Cayeux, élu du MRP, se dit alors « navré de voir nos collègues du Parti socialiste SFIO dans cette Assemblée tourner, malgré une apostrophe célèbre de Guy Mollet, leurs regards vers l’Est »17. La majorité ainsi formée reste unie entre 1962 et 1965. Si, en 1965, Georges Suant parvient à ravir aux socialistes la présidence du Conseil général avec le soutien des élus de droite, la SFIO récupère cette fonction en juin 1966 : Gaston Gévaudan est le dernier président du Conseil général de la Seine.

16Ainsi, en dépit du nombre limité de leurs élus, les socialistes occupent la présidence du Conseil général en 1947-1948, 1951-1952, 1953-1954, 1955- 1956 et de 1958 à 1964, puis, de 1966 à 1967. Ils détiennent également le poste essentiel de rapporteur général du budget entre 1947 et 1948 et de 1951 à 1965. Outre la position charnière de leur groupe, la place des socialistes au sein du Conseil général s’explique par la bonne connaissance que leurs élus ont de l’Hôtel de ville et les bonnes relations qu’ils savent entretenir avec des collègues d’autres formations politiques, par leur passé politique et la longévité de leur mandat.

Les élus socialistes : caractéristiques sociales et parcours politique

  • 18 À l’exception donc des membres de l’Assemblée départementale provisoire.

17Les conseillers généraux socialistes de la Seine élus entre 1945 et 196718 représentent un groupe de 42 élus. Le renouvellement est assez faible : 12 des 19 élus de 1953 avaient déjà été élus en 1945 ; 12 des 16 élus de 1959 avaient déjà été élus en 1953 et 5 en 1945.

  • 19 Seuls Georges Dardel, cheminot de 1937 à 1946, et Alfred Sevestre, qui a commencé comme ouvrier bou (...)

18Ce groupe ne comprend qu’une seule femme, Juliette Ménard, élue à Paris en 1945. Ni ouvriers d’usine et de chantier19, ni industriels ne figurent dans cet ensemble, essentiellement composé de membres de professions libérales (21,4 %), d’enseignants (16,6 %) et surtout d’employés et cadres (50 %). La moyenne d’âge passe de 47 ans en 1945 à 51 ans en 1953 et à 53 ans en 1959.

Répartition par tranches d’âge des conseillers généraux socialistes de la Seine après les élections de 1945, 1953 et 1959

19En 1945, la plupart des conseillers généraux ont un long passé militant. C’est le cas non seulement des trois élus de l’entre-deux-guerres (André Le Troquer, Paul Rivet, Jean Alessandri), mais également des nouveaux élus. Certains d’entre eux militaient avant le congrès de Tours : Albert Candau président de la section orléanaise de la Ligue des droits de l’homme, de 1907 à 1909, Gaston Thil secrétaire général adjoint de la CGT en 1909, Henri Vergnolle membre de la SFIO en 1916, René Boin fondateur d’une section socialiste à Sancoins (Cher) avant 1914 et candidat à plusieurs reprises dans la Seine et le Cher, Marins Vicariot candidat socialiste aux élections législatives de 1919 en Lozère, Antoine Lacroix adhérent à la SFIO depuis 1919, Henri Navier membre en 1920 du Comité pour la reconstruction de l’Internationale. D’autres ont rejoint la SFIO avant le Rassemblement populaire : Gaston Gévaudan (en 1923), André Joublot (membre des Jeunesses socialistes en 1923), Jean Huet (en 1925), Henri Billebaut (en 1928), Roger Priou-Valjean (membre des étudiants socialistes en 1929), Robert Belvaux (en 1931), Maurice Pressouyre (en 1932). C’est aussi le cas de Xavier Péladan, de Marcel Bidegaray, que la SFIO fait élire en 1935 conseiller municipal à Courbevoie, d’Alphonse Le Gallo, secrétaire de la section socialiste de Boulogne en 1934, de René Menuet et de Maurice Coutrot, qui ont adhéré à la SFIO en 1934. Juliette Ménard, quant à elle, est membre de la SFIO depuis 1939.

  • 20 Sur ce mouvement, voir Aglan (A.), La Résistance sacrifiée, le mouvement « Libération-Nord », Paris (...)

20Les nouveaux élus ont pour beaucoup participé à la Résistance, essentiellement au sein du mouvement « Libération-Nord »20. Parmi les élus socialistes ont appartenu à ce mouvement de résistance, Roger Priou-Valjean, responsable du secteur Paris-Nord et édificateur du réseau « Police et patrie » au sein de la police parisienne, Gaston Gévaudan, président fondateur de Libération-Nord dans le XVIIIe arrondissement, par ailleurs membre du réseau Brutus, Xavier Péladan, président de la vingtième section de Paris et secrétaire général adjoint, Robert Belvaux, chargé de la banlieue est et membre du comité directeur, Henri Navier, chef du secteur banlieue nord et membre du comité directeur de la région parisienne, ainsi qu’André Joublot, Henri Vergnolle, Marcel Bidegaray, Émile Mas, Alphonse Le Gallo et Gaston Thil, responsable à Montrouge. René Menuet, responsable du service « Noyautage des Administrations Publiques » à la préfecture de la Seine, se voit confier en 1944 la charge de superviser le « noyautage des administrations publiques » dans le mouvement : il assure la coordination des différentes branches, en relation notamment avec Roger Priou-Valjean. L’engagement dans la Résistance a pu prendre d’autres formes : Maurice Pressouyre est secrétaire du CLL du XIVe arrondissement, Maurice Coutrot membre du CLL de Bondy, René Boin membre des Forces françaises de l’Intérieur, Jean Huet membre du Comité directeur de « Ceux de la Résistance », Antoine Lacroix membre des Corps francs nationaux, Gaston Thil imprimeur de presse clandestine et de fausses cartes d’identité, Albert Candau médecin capitaine des FFI et membre des Forces françaises combattantes (direction générale des Études et Recherches). Les deux nouveaux conseillers généraux socialistes élus à l’occasion des élections municipales de 1947 ont également participé à la Résistance, Charles Cottin comme vice-président de Libération-Nord dans le XVIe arrondissement, Jean Guignebert comme secrétaire général à l’Information après l’arrestation de Teitgen en 1944.

21Six nouveaux conseillers généraux sont élus de 1953 : Michel Salles, Pierre Giraud, Maurice Weill et Pierre Le Goff à Paris, Georges Dardel et Alfred Sevestre en banlieue. Tous les six militent depuis l’entre-deux-guerres au Parti socialiste : Pierre Le Goff adhère à la SFIO en 1919, Maurice Weill en 1922, Pierre Giraud en 1929, Alfred Sevestre en 1932, Michel Salles en 1934, Georges Dardel en 1935. Michel Salles, Pierre Giraud et Pierre Le Goff ont tous trois appartenu pendant la guerre au mouvement de résistance Libération-Nord. Huit ans après la fin de la guerre, la participation à un mouvement de résistance reste valorisée dans le choix des candidats.

22L’ancienneté militante caractérise également les conseillers généraux en 1959. À Paris, si deux élus socialistes n’étaient pas sortants, Georges Hirsch et André Weil-Curiel, seul ce dernier est en réalité un nouvel élu, le premier ayant été conseiller municipal entre 1935 et 1941, puis membre de l’assemblée municipale provisoire nommée en 1945 et enfin du conseil élu en mai 1953, avant de démissionner en novembre de la même année. André Weil-Curiel est également un militant de longue date : membre des Jeunesses socialistes puis de la SFIO depuis 1930, candidat aux municipales de 1935 dans le quartier de Notre-Dame-des-Champs contre l’ancien préfet de police Jean Chiappe et aux législatives de 1936 contre Louis Rollin, il fut l’un des premiers Français libres à rallier Londres en juillet 1940. Des trois nouveaux conseillers de banlieue, Jacques Carat, Georges Levillain et Ulysse Pellat, seul le premier, rédacteur en chef de Preuves, revue anticommuniste située dans la mouvance du Congrès pour la liberté de la culture, semble n’avoir commencé à militer qu’après la guerre, avec son élection au conseil municipal (1947) puis à la mairie (1953) de Cachan. Georges Levillain, adhérent à la SFIO depuis 1928, a été membre du comité directeur régional de Libération-Nord ; Ulysse Pellat a adhéré à la SFIO en 1935.

23Il faut donc attendre les élections municipales parisiennes de 1965 pour voir arriver au Conseil général une nouvelle génération socialiste, ayant rejoint la SFIO après 1940 : Gilbert Chabrut est membre de la SFIO depuis 1958, Pierre Seince depuis 1959, tandis que Pierre Astier, secrétaire de la vingtième section de Paris de la SFIO depuis la fin des années 1950, avait rejoint le mouvement socialiste en captivité, en 1943. Le quatrième nouvel élu socialiste, Philippe Pariggi, est membre de « Jeune République ». Concurrencée, surtout en région parisienne, par un PSU où la part des jeunes est nettement plus importante, la SFIO commence à renouveler ses candidats.

24Nettement minoritaire au sein du Conseil général de la Seine, touché par des départs d’élus, le groupe socialiste y forme une équipe charnière. C’est souvent de son attitude que dépendent les majorités. Ce groupe, assez peu renouvelé, vieillissant, est composé d’hommes formés à la politique avant la Seconde Guerre mondiale. Il faut pratiquement attendre le dernier renouvellement du Conseil général, avec les élections municipales de Paris en 1965, pour qu’apparaisse un renouvellement du personnel politique socialiste, qui sera accentué aux élections cantonales de 1967 en banlieue et aux élections municipales de 1971 à Paris.

Notes

1 Les contraintes éditoriales ne permettant pas d’apporter sur les élus étudiés tous les renseignements biographiques dont nous disposons, nous renvoyons pour les conseillers municipaux de Paris à : Nivet (Ph.), Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, thèse, Paris-I, 1993, t. 3, « Dictionnaire biographique », 331 f. (version publiée de la thèse : Nivet (Ph.), Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, 397 p.) et, pour les élus de banlieue, à la version longue et inédite de notre contribution à l’enquête de l’IHTP sur les pouvoirs locaux de 1935 à 1953 : NIVET (Ph.), Les Assemblées parisiennes (Conseil municipal de Paris, Conseil général de Seine) de 1935 à 1953, annexe 2 : notices biographiques des conseillers généraux de la Seine-banlieue (1935-1953), septembre 1995, multigraphié, 191 f, consultable à la bibliothèque de l’IHTP.

2 Archives nationales, F/1cII/153.

3 Sont directement SFIO : Gérard Jaquet, Roger Deniau, Paul Rivet, Georges Hirsch, André Le Troquer, André Clément, Roger Priou-Valjean, René Menuet, Henri Billebaut, Xavier Péladan et André Joublot. On peut ajouter à ce groupe Robert Salmon, candidat aux municipales de 1945 sur une liste de la « Résistance » mais élu sur une liste SFIO à la première Constituante, les deux « Jeune République » Maurice Lacroix (élu à la première Constituante sur une liste socialiste) et Henri Féréol. ainsi que le professeur Mario Roques, nommé à titre de « personnalité », ancien collaborateur d’Albert Thomas.

4 Archives de Paris, 10441/64/2 versement 14. Composition de l’assemblée départementale provisoire. Sont considérés comme socialistes 6 conseillers nommés comme SFIO (Émile Mas à Boulogne, Sorel à Nogent-sur-Marne, Marcel Legras à Puteaux, Marc Delauzun, président de la délégation spéciale de Montrouge, Édouard Depreux à Sceaux, Jean Alessandri à Vanves), 7 conseillers nommés comme membres de « Libération-Nord » (René Cany, premier adjoint au président de la délégation spéciale, à Asnières, Alphonse Le Gallo. président de la délégation spéciale, à Boulogne, Marcel Bidegaray, premier adjoint au président de la délégation spéciale, à Courbevoie, Henri Buisine, président de la délégation spéciale, à Puteaux, Marius Vicariot à Saint-Maur, Albert Coyne à Vincennes, Marcel Boucheny comme représentant du mouvement) et Jean Huet nommé comme représentant du mouvement « Ceux de la Résistance », militant socialiste. Le cas d’Albert Coyne peut être discuté. Il est en effet radical-socialiste (il a notamment été candidat sous cette étiquette lors d’une élection partielle organisée le 15 janvier 1933 dans la deuxième circonscription de Vincennes).

5 Pour Paris : Henri Billebaut, Albert Candau, Gaston Gévaudan, André Joublot, André Le Troquer, Juliette Ménard, René Menuet, Xavier Péladan, Maurice Pressouyre, Roger Priou-Valjean, Paul Rivet, Henri Vergnolle ; pour la banlieue : Jean Alessandri, Robert Belvaux. Marcel Bidegaray, René Boin, Maurice Coutrot, Jean Huet, Antoine Lacroix, Alphonse Le Gallo, Émile Mas, Henri Navier, Gaston Thil, Marius Vicariot.

6 Charles Cottin, Gaston Gévaudan, Jean Guignebert, André Le Troquer, René Menuet, Xavier Péladan (décédé en 1952 et remplacé par Henri Billebaut), Roger Priou-Valjean, Henri Vergnolle.

7 Pour Paris : Henri Billebaut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud. Georges Hirsch (démissionnaire, remplacé par Roger Priou-Valjean), André Joublot, Pierre Le Goff, René Menuet, Michel Salles, Maurice Weill ; pour la banlieue : Robert Belvaux, Marcel Bidegaray, René Boin, Maurice Coutrot, Georges Dardel, Jean Huet, Antoine Lacroix, Alphonse Le Gallo, Alfred Sevestre, Marius Vicariot (décédé en décembre 1953, remplacé par Raoul Bleuse).

8 À Paris, les socialistes obtiennent 7,28 % des suffrages exprimés. Le nouveau mode de scrutin en banlieue et l’absence de candidats socialistes dans certains cantons ne permettent pas de calculer un résultat global pour la banlieue. Sont également élus en 1959 trois représentants de l’Union des forces démocratiques, Claude Bourdet à Paris, Robert Bleuse et Georges Suant en banlieue.

9 Pour Paris : Henri Billebaut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud. Georges Hirsch, Pierre Le Goff, René Menuet, Michel Salles, André Weil-Curiel, Maurice Weill ; pour la banlieue : Jacques Carat, Maurice Coutrot, Georges Dardel, Jean Huet, Alphonse Le Gallo, Georges Levillain, Ulysse Pellat.

10 Pierre Astier, Henri Billebaut, Gilbert Chabrut, Gaston Gévaudan, Pierre Giraud, Pierre Le Goff, Philippe Pariggi, Michel Salles, Pierre Seince.

11 , Le Figaro, 18 février 1965.

12 Deux élections à Paris n’ont pas été validées : le nombre total des élus est donc de 148 et non de 150.

13 Un siège est vacant après le décès de Pemey (radical-socialiste).

14 Bulletin municipal officiel, Débats du Conseil général de la Seine, séance du 19 novembre 1947, p. 504. Dans certaines communes du département de la Seine, le RPF permet l’élection d’un maire socialiste, même si le groupe SFIO a moins de conseillers municipaux que le RPF. À Boulogne, la SFIO reçoit l’aide du RPF pour assurer la réélection de Le Gallo et les postes d’adjoint sont distribués entre SFIO et RPF. À Chatillon, Clichy et Puteaux, la SFIO reçoit l’aide du MRP et du RPF pour prendre la mairie aux communistes. À Fontenay-aux-Roses et à Montrouge, le RPF participe à la municipalité socialiste.

15 Quelques reclassements ont eu lieu depuis les résultats publiés le 17 mars.

16 L’Année politique, 1960, p. 74.

17 Bulletin municipal officiel, Débats du Conseil général de la Seine, 1961, p. 1020.

18 À l’exception donc des membres de l’Assemblée départementale provisoire.

19 Seuls Georges Dardel, cheminot de 1937 à 1946, et Alfred Sevestre, qui a commencé comme ouvrier boulanger avant de devenir gérant de sociétés, se rattachent au monde ouvrier.

20 Sur ce mouvement, voir Aglan (A.), La Résistance sacrifiée, le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999, 396 p.

Table des illustrations

Titre Les élus socialistes au Conseil général de la Seine (1945-1965)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/61064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1953
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/61064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search